Compte rendu-court-a.mette-pfg
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
5,459
On Slideshare
544
From Embeds
4,915
Number of Embeds
12

Actions

Shares
Downloads
1
Comments
0
Likes
0

Embeds 4,915

http://fr.myeurop.info 4,854
http://www.google.fr 36
https://www.google.fr 9
http://www.google.com 4
http://www.google.ch 3
http://translate.googleusercontent.com 3
http://www.google.gp 1
http://www.google.be 1
http://www.google.de 1
http://www.google.ro 1
http://www.google.co.uk 1
http://www.google.ci 1

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. ANALYSE DE L’HOMOPHOBIE DANS LE FOOTBALL PROFESSIONNEL Mise en perspective avec les théories de la diversité et les politiques de lutte contre les discriminations Résumé Pour la première fois et à la demande de l’association Paris Foot Gay (PFG), nous proposons une évaluation de l’intolérance et de l’homophobie dans le football professionnel français. Au total, 13 clubs de Ligue 1, Ligue 2 et National ont accepté de participer à ce projet. Nos résultats indiquent que la principale discrimination dans le football professionnel est l’homophobie. Ce constat est encore plus important dans les centres de formation, où règne une forme d’intolérance générale. Même si nous notons une avancée dans l’acceptation de l’homosexualité dans le football, toutes les conditions ne sont pas encore remplies pour permettre à un joueur gay d’effectuer son coming out. Vous trouverez donc dans ce court document, une analyse de la situation décrite ainsi que des préconisations proposées. Rapport d’enquête synthétique – avril 2013 Enquête coordonnée par Anthony Mette pour le Paris Foot Gay et L’institut Randstad, en collaboration avec l’Université Bordeaux Segalen, le CERUP et laboratoire de psychologie EA 4139
  • 2. CONTEXTE ET METHODE L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe estime que l’homophobie dans le sport, chez les participants comme dans leurs rapports avec les spectateurs, doit être combattue pour les mêmes motifs que le racisme et les autres formes de discrimination. En France, le Paris Foot Gay (PFG) apparaît comme une association pionnière dans la lutte contre l’homophobie dans le sport. En ce sens, le PFG avec le soutien de l’Institut Randstad, a souhaité mener une enquête sur la réalité de l’homophobie et des discriminations dans le football professionnel français. Ce projet d’enquête a été construit autour de trois questions de recherche :  Quelles est la réalité des discriminations dans le football professionnel ?  L’homophobie est-elle présente et pourquoi ?  Les footballeurs sont-ils prêts à accueillir un joueur homosexuel ? A notre connaissance, aucune étude n’a pour l’instant permis de répondre directement à ces questions. Suite à notre revue de littérature, nous avons référencé 4 publications scientifiques, en lien avec l’homophobie dans le football (Adams & Anderson, 2012; Cashmore & Cleland, 2011, 2012; Caudwell, 2011). Ces auteurs décrivent notamment les comportements homophobes des supporters dans les stades de foot. Ils soulignent également la relative avancée dans l’acceptation de l’homosexualité. Malheureusement, aucun de ces travaux n’a interrogé directement les footballeurs professionnels. Notre enquête sera donc la première à l’échelle nationale à s’intéresser directement aux joueurs de foot professionnels et à proposer une évaluation de l’homophobie. Au total, 13 clubs ont participé à l’enquête. Notre population totale comprend 363 hommes sportifs, répartis comme ceci : 121 joueurs professionnels, 129 joueurs en centre de formation, 113 sportifs tout-venant. Tous les sportifs ont rempli le même questionnaire dont voici un exemple d’items :
  • 3. RESULTATS ANALYSE DES DISCRIMINATIONS Cinq discriminations ont été évaluées: l’homophobie, la discrimination économique, le racisme, le sexisme et l’âgisme. Les moyennes de chaque thématique ont été calculées. Plus les moyennes des joueurs sont élevées (proches de 5), plus cela indique une opinion négative. Opinions positives Opinions négatives Savoir 5 Joueurs professionnels 4,5 Joueurs en centre de formation Groupe contrôle 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 Homophobie Economie Racisme Sexisme Agisme FIGURE 1 : COMPARAISON DES OPINIONS DISCRIMINANTES ENTRE LES JOUEURS EVOLUANT EN CENTRE DE FORMATION, LES PROFESSIONNELS ET LES SPORTIFS TOUT VENANTS Les footballeurs professionnels ont déclaré des attitudes plus homophobes et plus sexistes que les sportifs tout venants. Leurs autres opinions ne sont pas statistiquement différentes. Les jeunes en centre de formation sont eux moins tolérants que les joueurs pros. L’homophobie, le sexisme, les discriminations économiques et envers les personnes âgées sont statistiquement plus importantes en centre de formation. Comme le souligne Beaud (2011) cette intolérance pourrait s’expliquer par la concurrence interne et la nouvelle sociologie des centres de formation. De façon générale, l’homophobie est la principale discrimination dans le football. Les autres opinions ont des scores nuancés. Ceci renforce l’idée de proposer une politique de lutte contre toutes les discriminations. Ce travail pourra notamment s’appuyer sur les théories de la diversité. L’homophobie est la 1ère discrimination dans le football professionnel 4 discriminations sur 5 sont plus élevées dans les centres de formation
  • 4. POURQUOI L’HOMOPHOBIE ? Afin d’expliquer pourquoi l’homophobie semble si prégnante dans le football professionnel, nous avons cherché à identifier les facteurs en lien avec les opinions des joueurs. Les facteurs significatifs que nous allons décrire peuvent être perçus comme des causes ou des conséquences de l’homophobie. Comprendre FIGURE 2 : CATEGORISATION DES OPINIONS ENVERS L'HOMOSEXUALITE DES JEUNES JOUEURS, DES PROFESSIONNELS ET DES AMATEURS Professionnels 20% 23% 21% 16% 41% des joueurs professionnels et 50% des jeunes en formation ont exprimé des opinions hostiles à l’homosexualité 20% Centres de formation 8% 10% 25% 32% 25% Sportifs tout-venant 2% 6% 34% 27% 31% Attitudes très négatives Attitudes négatives Attitudes ambigües/neutres Attitudes positives Attitudes très positives Que ce soit pour les joueurs professionnels ou les jeunes en centre de formation, l’homophobie semble partagée. L’homophobie est la norme. En référence à l’Effet Primus Inter Pares, il est possible que les joueurs qui perçoivent cette norme et qui désirent être intégrés à l’équipe, exagèrent leur propre pensée. Inévitablement, lutter contre l’homophobie reviendra à « briser » cette norme. De même, la masculinité est apparue en lien avec l’homophobie et devra être questionnée. Une des mesures simple et rapide, serait d’accroitre la mixité dans le football (favoriser le foot féminin, augmenter le nombre de centre de formations/pôles féminins, encourager l’arbitrage féminin, la mixité dans les encadrements). Plus les joueurs ont des amis homosexuels, plus ils sont tolérants. Malheureusement, 80% des pros n’ont aucun ami gay dans leur entourage.
  • 5. REACTIONS FACE A UN COMING OUT ? Anticiper Les joueurs ont exprimé des opinions négatives envers l’homosexualité. Pour autant, quelles seraient leurs réactions si un des membres de leur équipe déclarait son homosexualité ? Comment leur hostilité se retranscrirait, en termes de comportement ? Joueurs professionnels Centres de formation Oui Non Oui Non Je serais surpris car c’est un sujet tabou dans le football 63% 33% 74% 22% Cela ne changerait rien 67% 30% 43% 54% J’aurais peur de me doucher avec lui 25% 71% 55% 43% Je ne lui parlerais plus 9% 86% 19% 79% Cela ne me dérangerait pas mais je pense qu’il sera difficile pour lui de poursuivre sa carrière 32% 63% 47% 50% Je demanderais à changer d’équipe 3% 91% 8% 90% Je préfèrerais qu’il change d’équipe 15% 80% 22% 76% J’aurais peur que l’équipe soit moins performante 7% 87% 23% 74% Un tabou pour 63% des pros et 74% des jeunes joueurs Les déclarations comportementales que nous avons évaluées semblent faire état d’un possible coming out dans le football professionnel. Ce résultat peut surprendre, dans la mesure où nous avons démontré auparavant que 41% des joueurs étaient hostiles à l’homosexualité. En ce sens, il faudrait distinguer les opinions envers l’homosexualité en générale et « ce que je pense » de mon coéquipier homosexuel. Une majorité de joueurs seraient ainsi ouverte à l’idée de jouer avec un partenaire gay. Celui-ci serait avant tout perçu comme un joueur professionnel, un membre de l’équipe, avant d’être un homosexuel. Les joueurs en centre de formation ont des réponses contrastées. Il est difficile de prévoir leurs réactions « réelles » en cas de coming out, tant ils semblent avoir peu anticipés la situation. Les conséquences de l’homophobie à l’adolescence ont fait l’objet de nombreux travaux (Verdier & Firdion, 2003). C’est pourquoi, l’ensemble des résultats que nous avons obtenus dans cette enquête doivent alerter les formateurs. Il semble quasiment impossible qu’un jeune homosexuel puisse s’épanouir dans le contexte des centres de formation en l’état actuel. 7 réponses majoritairement positives chez les pros
  • 6. PRECONISATIONS En prenant en compte les caractéristiques de l’association Paris Foot Gay via son programme National d’éducation b.YOURSELF et de l’organisation du football français, nous présenterons ici les actions qui serviraient à promouvoir la diversité dans le football. Ces actions viseront bien évidemment le football professionnel, les centres de formations mais aussi le football amateur. Un sujet tabou • S'appuyer sur différents supports (existants ou à créer) et les réseaux sociaux • Relayer les résultats lors de congrès scientifiques Des clubs et des institutions en mouvement • Accentuer, favoriser les collaborations avec les clubs professionnels • S'appuyer sur les plans d'actions que sont en train d'élaborer la Belgique, l'Allemagne, l'Angleterre et les Pays-Bas Un climat intolérant dans les centres de formation • Proposer des actions de sensibilisation aux entraîneurs en activité • Avec l'accord de la FFF, intégrer des modules de formation aux diplômes d'entraîneurs sur l'homophobie et de la gestion de la diversité Des opinions négatives mais évolutives • Proposer des actions de sensibilisation aux jeunes footballeurs , aux professionnels et aux arbitres, comme le fait actuellement le PFG • Proposer aux clubs amateurs des outils et des supports de sensibilisation gratuits, directement en ligne via la Fondation du Football Un coming out possible mais qui doit être soutenu • Anticiper le possible coming out d'un joueur professionnel • Accompagner les sportifs et leur garantir un soutien solennel, matériel et juridique Indéniablement, la lutte contre l’homophobie dans le football et toutes les formes de discrimination passe par un travail collectif. Tous les acteurs institutionnels, sportifs, politiques, doivent être engagés dans ce projet. Ils doivent, nous devons, proposer un travail commun en lien avec la réalité des terrains.
  • 7. CONCLUSION GENERALE Les footballeurs professionnels sont-ils intolérants? Comme dans tout groupe, tout contexte général, toute culture, on retrouve des pensées nuancées en fonction des discriminations que l’on mesure. Les footballeurs professionnels ont des opinions similaires aux sportifs amateurs en ce qui concerne le racisme, les discriminations économiques et les personnes âgées. Par contre, ils peuvent apparaître comme plus homophobes et plus sexistes. La situation est un peu plus difficile dans les centres de formation. Les jeunes joueurs semblent clairement plus intolérants que les professionnels et que les sportifs dans leur ensemble. A notre sens, un élément est commun aux professionnels et aux joueurs en formation : la relative non acceptation de l’homosexualité. Dans les deux cas, l’homophobie est apparue comme la plus forte discrimination avec 41% et 65% d’opinions négatives. Les joueurs sont-ils prêts à accueillir un partenaire gay ? Là encore, il nous faut distinguer les équipes professionnelles des centres de formation. En l’état actuel, nous pensons qu’il est possible pour un joueur professionnel de faire son coming out à deux conditions : (1) qu’il se sente soutenu par ses coéquipiers et ses dirigeants, (2) et surtout qu’il ait réussi à passer le cap du centre de formation ! Les craintes et les opinions exprimées par les adolescents sont telles qu’il semble réellement inenvisageable pour un jeune joueur gay d’évoluer sereinement dans un tel environnement. Les conditions pour amener un joueur gay au plus haut niveau ne sont donc pas réunies. Néanmoins, il nous semble important de mentionner le fait que l’acceptation de l’homosexualité dans le football semble grandissante. Cette analyse découle de notre revue de littérature, des résultats obtenus, notamment par les joueurs professionnels et de la « possibilité » que nous avons eu de mener à terme cette enquête. Un tel projet aurait-il pu voir le jour il y a encore quelques années ? En ce sens, nous tenons encore une fois à remercier les clubs et les joueurs qui ont accepté de participer à notre enquête. Nous considérons cela comme un signe de grande ouverture et de changement. Quelle politique pour quel football? Investiguer le champ de l’homophobie et des discriminations dans le sport en général n’est pas toujours chose évidente. Cela relève pourtant d’une réflexion de fond. L’appartenance à une équipe, à un groupe sportif, est-elle plus forte que les identités (sexuelles, raciales, ethniques, etc.) des individus qui la composent ? Le cas échéant, la cohésion d’une équipe ne peut-elle se faire qu’en excluant certaines identités trop « contre nature ». Le travail qui a été mené envers le racisme et la symbolique des équipes « Black, Blanc, Beur », peut-il se retrouver dans le cadre complémentaire de la diversité sexuelle. Refuser ce travail serait renforcer inévitablement l’avancée du sport communautariste. Investiguer le champ de l’homophobie et des discriminations revient donc à choisir le sport de demain, celui du sport pour tous, celui du sport vecteur d’intégration, ou bien du sport « entre-nous ».
  • 8. Coordinateur et rédacteur du rapport : Anthony Mette, Psychologue du sport - chercheur Membre du comité permanent de lutte contre les discriminations, Ministère des sports Membres de l’équipe de recherche : Greg Décamps, Maître de Conférences Université Bordeaux Segalen André Lecigne, Maître de Conférences Université Bordeaux Segalen Aude Rault, Stagiaire-chargée de mission Avec la participation de : Aline Crépin, Déléguée Générale de L’Institut Randstad Ana de Boa Esperanca, Déléguée Générale Adjointe de l’Institut Randstad