Revue de presse - Janvier 2013

  • 252 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
252
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. revue de presseLettres de châteaux Janvier 2013 Lettres de Châteaux - Marie-Stéphane Malbec 05 56 44 63 50 - ms.malbec@lettres-de-chateaux.com
  • 2. M le magazine du Monde - 26 Janvier 2013
  • 3. Elle à Table - Janvier - Fevrier 2013
  • 4. Elle à Table - Janvier - Fevrier 2013
  • 5. Gala - 9 janvier 2013
  • 6. Gala – 09 janvier 2012
  • 7. 














































 L’Echo – 25 janvier 2013
  • 8. L’Alsace - 04 Janvier 2013
  • 9. 


















 

  • 10. 


 Terre
de
Vins
–
Janvier
/
Février
2013

  • 11. Terre de Vins – Janvier/février 2013
  • 12. Terre de Vins - Janvier/Fevrier 2013
  • 13. Terre de Vins – Janvier/février 2013
  • 14. Syrie : faire du vin dans un pays en guerreQuand la guerre éclate dans un pays, que devient son vin ? Peanuts. Pourtant, la vigne continue depousser, les vignerons poursuivent leur travail. Quand cest possible. Le vin na que faire desmitraillettes, en témoignent le spectaculaire millésime 1945 dans tout lHexagone, le 1943 dans leRhône. En Syrie aussi, les raisins continuent de mûrir.Du vin, en Syrie ? Mais bien sûr. Les Romains, à leur époque, avaient couvert de vignes les pieds duMont Bargylus, connu aujourd’hui sous le nom de Jebel Al-Ansariyé. "Le Mont Bargylus a unevéritable histoire viticole", raconte Karim Saadé, propriétaire avec son frère Sandro de deux domaines,lun en Syrie, lautre au Liban. "La montagne était déjà tapissée de vigne au temps des pharaons. Et lesRomains ont recommencé. Les anciens ne se trompent pas, mon père le savait".Le domaine Bargylus a été créé en 1998 par Johnny R. Saadé, le père de Karim et Sandro. Ses fils ontimmédiatement travaillé à ses côtés, Karim avait 23 ans. Aujourdhui, ils gèrent les propriétés et,malgré la situation géo-politique, refusent de voir la qualité de leur vin baisser. Leur philosophie ? "Onsadapte à la situation au jour le jour".Car le domaine se trouve au nord-ouest du pays, à 35 km de la ville portuaire Lattaquié (Lattakia). Lazone est devenue dangereuse, inatteignable pour les deux frères qui vivent à Beyrouth (ils sontLibanais dorigine syrienne). "Tout est piloté depuis le Liban, reconnaît Karim. Nous avons suivi lesvendanges par téléphone, les échantillons ont été régulièrement envoyés à Beyrouth et Bordeaux pouranalyse". Le vin est mis en bouteille à la propriété et exporté "en lieu sûr", au Liban ou en Europe poury être stocké. "Mon frère avait commandé suffisamment détiquettes, de capsules et de bouchons pourtenir 2 ans, si jamais la guerre durait. Il a bien fait." www.lemonde .fr – 31 janvier 2013
  • 15. Garder confiance et optimisme. "Malgré les aléas, on fait le vin quon voulait, un vin très ample, sansagressivité. La même personnalité que notre famille." Même si le vin a cette année été fait à distance."Nous sommes sereins grâce à notre équipe. Ce sont des travailleurs de Lattaquié que nous formonsdepuis 10 ans. Nous les avons fidélisés et nous leur faisons confiance". Le domaine ne produit pas auhasard. Un consultant très célèbre est aux manettes, le plus célèbre de tous, sans doute : StéphaneDerenoncourt. Et oui, ne nous voilons pas la face, la famille Saadé nest pas une bande de paysans quitâtonne. Les investissements financiers sont là, la qualité aussi. Le Bargylus rouge 2007 a de lastructure et de la fraîcheur, un nez de jus de viande et de fleurs.Côté Liban, le domaine Marsyas est cultivé dans la vallée de la Bekaa, à côté de Kefraya. La version2009 est épicée, boisée, chaleureuse et sensuelle, une guerlinade orientale, un Shalimar fatal. On aime.Nous ne sommes pas les seuls. Les domaines sont vendus en France, Royaume-Uni, Belgique. On leretrouve chez les plus grands cavistes parisiens, Lavinia, les Caves Legrand, Augé, Taillevent, WineBy One... Comptez 32€ pour le Marsyas rouge, 35€ pour le Bargylus. Il existe également des blancs(30% de la production), à 24 et 25€, mi sauvignon-mi chardonnay, qui mont moins séduite (sans êtremauvais pour autant). "Nous voulons toucher les amateurs, gastronomes curieux et ouverts à ladécouverte. Surtout pas de supermarché."Bargylus continuera-t-il de produire lan prochain ? "Comme nous vous lavons dit, nous fonctionnonsau jour le jour. Jusquà présent, la Syrie était laïque et autorisait la production de vin. Demain ? nousverrons. De toute façon, faire du vin au Moyen-Orient, que ce soit en Syrie ou au Liban, cest acceptertous les risques". Chacun son combat. Celui de la famille Saadé, cest de faire du bon vin. Chez eux. www.lemonde .fr – 31 janvier 2013
  • 16. www.larvf.com – 09 janvier 2013
  • 17. www.larvf.com – 09 janvier 2013www.larvf.com – 09 janvier 2013
  • 18. 















































 My Bettane + Desseauve.fr – 12 janvier 2013