Quels outils-de-veille-pour-demain-icomtec-2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Quels outils-de-veille-pour-demain-icomtec-2012

on

  • 977 views

 

Statistics

Views

Total Views
977
Views on SlideShare
977
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
10
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Quels outils-de-veille-pour-demain-icomtec-2012 Quels outils-de-veille-pour-demain-icomtec-2012 Presentation Transcript

  • QUELS OUTILSDE VEILLEPOUR DEMAIN? PAGE A5 TENDANCESCLEFSPOUR 2012 Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • PAGE 2
  • SOMMAIRE 03 Sommaire 04 Démarche méthodologique 06 Préface de Camille ALLOING 07 Introduction 08 Chapitre 1 Les réseaux sociaux PAGE A 11 Chapitre 2 Any Device Any Where Any Time 14 Chapitre 3 Le Temps réel 17 Chapitre 4 Multilinguisme 20 Chapitre 5 Analyse des sentiments 23 Conclusion 24 Sitographie/Bibliographie Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 3
  • DEMARCHE METHODOLOGIQUEL’objectif de ce livre blanc est double. D’une part, entière et institue de nouvelles ten- France est considérée comme le lieu où les ten-nous souhaitons vulgariser ces tendances. D’autre dances conçues par des spécialistes. dances se décuplent par centaines? Aussi, nouspart, ce recueil permettra de capter les multiples avons fait le choix d’élargir nos recherches à destémoignages d’experts afin de présenter les ten- Dans le même temps, une veille sur les lance- pays anglophones, tel que le Canada, ou en-dances à venir. ments de nouveaux produits peut aussi nous per- core les Etats-Unis. Nous aurions pu aussi nous mettre de décrypter de nouvelles orientations. tourner vers le Japon, mais pour des raisonsCette production est l’occasion de réunir de nou- de compréhension et de temps, nous n’avonsveaux axes d’innovations relatifs au développe- Enfin, il ne faut pas négliger les nouveaux projets pas pu approfondir nos recherches davantage.ment des outils de veille et ceci pour les deux à actionnés par les institutions publiques tels que lestrois prochaines années. ministères par exemple ; ou encore les institutions Pour finir, une dernière question se pose. Quels fac- privées tels que les fonds d’investissement privés. teurs allons-nous prendre en compte pour établir leLa démarche mise en oeuvre pour ce travail est positionnement de nos axes au sein de ce livre blanc?décrite ci-après. Bien évidemment, des contacts humains auraient Trois critères de sélection nous sont apparus com- pu être employés mais en tenant compte du me évidents à prendre en compte : l’usage, le poidsDans un premier temps, intervient la phase de temps imparti, ceux-ci n’étaient pas viables. économique et le degré de maturité. Voici doncquestionnement, car comme Bernard Besson de plus amples explications détaillant nos choix.nous le dit : « l’ignorance est fondatrice car elle Apparaît une question découlant de la première :permet le questionnement ». C’est là qu’intervient où allons nous chercher toutes ces informations ? Dans le premier chapitre apparaît la notion de “sur-l’intelligence économique, et même mieux encore, Dans un premier temps, nous souhaitons appuyer veillance des réseaux sociaux”. En effet, les ré-l’intelligence collective. Voici les questions et ré- le fait que Google est loin d’être exhaustif concer- seaux sociaux ne peuvent être laissés pour comp-ponses qui ont initié notre démarche. nant la diffusion de l’information. Effectivement, te. Ils prédominent dans notre société actuelle, nous voulons inciter les moins avertis à utiliser que ce soit en termes d’e-réputation, de réseau-Quels sont les types de données que l’on peut d’autres moteurs de recherche, leur permettant tage ou de diffusion de l’information par exemple.considérer comme sûres et crédibles et dont nous d’accroître leur environnement.pourrons nous servir pour réaliser notre projet ? C’est pourquoi, pour ce livre blanc, Google ne Dans un second temps, il nous est apparu es-D’une part, les aspects innovants, car comme sera pas le seul outil employé. Les ressources sentiel de continuer sur le concept ATAWAD “Anyla définition du mot « tendance » l’indique, elles que nous chercherons se retrouveront donc sur Time, Any Where, Any Device”. A l’heure des nou-sont le résultat d’une orientation, de la direction les sites de témoignages d’experts ou d’éditeurs velles technologies, ce concept est indispensable.de l’évolution que prend quelque chose. Nous de- de logiciels par exemple, dans la presse spécia- En effet, les smartphones se veulent être de plusvons donc déterminer, en prenant en compte les lisée, dans d’autres livres blancs collectifs, dans en plus performants et les tablettes en pleine ex-discours d’experts ou encore de dirigeants, vers des thèses, articles de recherche, ou encore sur pansion. Le poids économique est plus que visiblequels tendances évoluent les logiciels de veille. les blogs ou livres de professionnels de la veille. au sein de cette notion.D’autre part, la publication d’essais scientifiques Autres questions, sur quelles bases géo-lin- Ajoutons à ceci la problématique du temps réel. Ef-pourront apporter une valeur ajou tée. En effet, guistiques basons-nous nos recherches? fectivement, Internet rend les interactions et la diffu-la recherche constitue un lieu de création à part Le français, cela est certain. Mais est-ce que la sion de l’information plus rapides. Mais la diffusion Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 4 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • en temps réel pourrait être considérée comme une et géographiques. C’est pourquoi, la suppression supplémentaire dans la recherche d’information.avancée exceptionnelle au sein des nouvelles tech- de cette barrière de la langue, dont nous avonsnologies de l’information et de la communication. d’ailleurs fait les frais pour la conception de ce Pour clore l’explication de notre démarche, nous vousEnsuite, apparaîtra la notion de multilinguisme. livre blanc, est nécessaire. annonçons que nous avons pris la décision de faireNous ne sommes pas s’en sans savoir qu’internet rédiger la préface de ce livre blanc à Camille Alloingfait apparaître le concept de transitivité, c’est-à- Enfin, nous terminerons par une analyse des tona- qui se trouve être des plus légitimes puisque l’undire l’abolition des frontières culturelles, sociales lités qui permettra ainsi aux logiciels de faire un tri des spécialistes actuels en matière d’e-réputation. Aussi nous vous souhaitons à tous PAGE A UNE TRÈS BONNE LECTURE! Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 5
  • PRÉFACEDétecter les tendances, qu’elles soient sociétales Big data car le web est synonyme de grands chif- Prochain enjeu des outils de veille donc : simplifierou technologiques, ne repose pas (seulement) sur fres, et il permet chaque jour une production et la compréhension de l’outil sans pour autant en di-l’intuition, mais surtout sur une approche métho- une diffusion exponentielle de données en tout minuer la pertinence de recherche et la souplessedologique rigoureuse. Et si la prospective cherche genre. Partant du principe que ce phénomène de d’utilisation. En résumé, répondre à la diversitéà définir les possibles avenirs, elle n’en reste pas big data ne va faire que s’accentuer (les projets des besoins et des pratiques dans une seule so-moins une pratique visant à fournir une aide à la publics ou privés d’open data étant un exemple lution.prise de décision. d’utilisation stratégique des données, le volume d’informations stockées par Facebook ou Google Enfin, et en parlant de personnalisation des mo-Ce livre blanc s’appuie donc sur ces deux princi- étant là pour donner le ton au niveau volumétri- teurs, la recherche sociale sera très probablementpes nécessaires à l’identification de tendances : que), les prochaines évolutions des outils de veille intégrée systématiquement aux outils de veille fu-une méthodologie rigoureuse, et la volonté d’ap- devront permettre à leurs utilisateurs non seule- turs. Là où le web dit « invisible » ne cesse de seporter aux professionnels et décideurs des pistes ment de collecter l’information, mais aussi de trai- développer avec les réseaux sociaux, s’appuyerpouvant appuyer leurs choix futurs en matière ter les données en grande quantité. La cartogra- sur des filtres humains, des agents-facilitateursd’outils de veille. Car la recherche d’information et phie est un exemple d’outils permettant de mieux pouvant faire remonter des signaux, contenus etla veille ont, comme la quasi-totalité des secteurs interpréter les données. Seulement, il faut savoir conversations difficilement détectables par les ro-d’activité, été impactées fortement par le déve- l’utiliser. bots des outils, va devenir essentiel. En somme,loppement du web. E-réputation, curation, temps revenir à une forme plus classique de veille, ouréel… Un ensemble de concepts où l’information Et là arrive le « paradoxe ». Le web démocratise prendre soin de ses sources reprend son sens. Etet la veille sont centrales. Facebook, Twitter, Goo- l’accès à l’information, donc à l’utilisation straté- où les outils sont là pour aider à la détection degle+... Une profusion de plates-formes impliquant gique de celle-ci. Si la veille et l’utilisation d’outils profils plus qu’à la classique surveillance de ceux-une multiplicité de sources potentielles d’informa- adéquats paraissent être encore réservées aux ci.tions, de traitement de données, de diffusions de spécialistes de la question dans les entreprises,contenus, d’émission de signaux. c’est de moins en moins le cas. Le paradoxe ré- Pour le reste, de la mobilité au temps réel en pas- side ici dans le fait que les outils vont devoir de- sant par l’analyse des sentiments (le Graal de deL’offre en termes d’outils de veille a naturellement venir de plus en plus pointu notamment pour la l’e-réputation, encore loin d’être abouti), il ne voussuivi le mouvement, s’adaptant aux tendances gestion des données, mais leurs utilisateurs vont reste plus qu’à lire ce livre blanc.technologiques et d’usages. Offre nécessitant être de plus en plus hétérogènes dans leurs prati-alors de la part des utilisateurs de ces outils cer- ques et leurs connaissances de la veille. Google, Bonne lecture !tains points de repères (comme ce livre blanc) dont la pertinence sur la question des tendancespour anticiper leurs futurs besoins logiciels. du search n’est plus à démontrer, commence Camille Alloing, d’ailleurs à intégrer ce fait: des résultats toujours Ingénieur R&D La Poste Courrier,S’il fallait pour ma part définir trois tendances aux- plus personnalisés et « clés en main » avec en Doctorant en SIC au CEREGE de l’IAE de Poitiers,quelles les outils de veille vont devoir s’adapter, parallèle la diminution des options de recherche. Auteur du blog CaddE-Réputationet surtout leurs utilisateurs, je résumerais cela par Mais a contrario la création de l’option « verbatimtrois expressions : « big data », « paradoxe », et » permettant de rechercher sans aucune person-« recherche sociale ». nalisation du moteur. Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 6 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • INTRODUCTIONSi la seule constante qui existe est effectivement appréhendent désormais l’imminence du web sé- -ductivité, d’efficience et d’optimisation économi-le changement, comme nous le dit un vieux dicton, mantique, du web 3.0 et des outils Internet de de- que.alors il n’y a point de secteur d’activité où l’écho main.de ce dicton ne résonne davantage que dans le Les tendances en matière d’outils de veille quedomaine des nouvelles technologies, de l’Internet Toutefois, avec la démocratisation de l’information nous aborderons dans le cadre de la présenteet du web 2.0. Où à peine une nouvelle tendance qu’a engendrée Internet, de nouveaux défis ont étude sont les réseaux sociaux (1) ; la compatibi-se dessine sur l’horizon Internet, qu’elle est déjà émergé, qui ont trait à la surabondance de l’infor- lité universelle des technologies dites « Any Time,périmée aux yeux des bloggers, techies et autres mation – l’info-obésité – et la difficulté de répon- Any Where, Any Device » (ATAWAD) (2) ; le tempsgourous de la course technologique. dre aux exigences de plus en plus pointues, que réel (3) ; le multilinguisme (4), et, enfin, l’analyse ce soit en termes de contraintes d’espace ou de qualitative (5), dite « l’analyse des sentiments ».Mais au-delà des phénomènes de mode, les chan- temps.gements rapides en matière d’Internet et de tech- Pour chacune de ces tendances, seront expliquésnologies reliées au web ont impactés un grand Qu’il s’agisse de recherche d’information (pouvoir les avantages, usages et risques qui y sont asso-nombre de personnes, autant sur la sphère privée repérer la bonne information, au bon moment, ciés, mais également le poids économique et leque publique, ainsi que notre économie. pour la bonne personne), en termes de collecte, degré de maturité. Ces éléments rendent comp- d’analyse, mais aussi en termes de communica- te, à nos yeux, des tendances à venir en matière PAGE ANotre manière d’appréhender notre travail, les in- tion, de diffusion, de travail collaboratif, etc., l’usa- d’outils de veille, et aident le lecteur à mieux ap-terfaces que nous utilisons quotidiennement, nos ger profane autant que l’expert veilleur doit com- préhender les changements de demain.représentations par rapport au travail en groupe, poser avec les mêmes contraintes et les mêmesau réseau et à l’information, sont largement tri- pressions : avec Facebook, Twitter, Google, onbutaires de ces changements rapides en matière peut – et dès lors, on doit – être partout à la fois,d’outils Internet. et en même temps.A titre d’exemple, en dépit de la crise économique Aussi, les outils – et à fortiori, les outils de veilleactuelle, les chiffres du e-commerce ont bondi de – doivent répondre à des critères de plus en plus+25% en 2009 et +24% en 2010 en France (chif- performants. L’outil idéal serait synonyme d’ubi-fres Fevad), tandis qu’une étude de 2009 faite par quité, d’instantanéité, d’omniprésence, conjugué àl’Observatoire Ipsos, démontrait que « 77% des l’intuition, à la facilité d’utilisation, à l’ergonomie.usagers français étaient membres de réseauxsociaux sur Internet, alors que ce taux atteignait Les tendances 2011-2013 en matière d’outils dedéjà 96% chez les 18-24 ans » (Source : Tendan- veille de demain devront donc optimiser le travailces veille, JF Ruiz). Par ailleurs, selon les mêmes collaboratif, et en temps réel, de manière intuitive,enquêtes, 81% des internautes consultent la toile tout en franchissant les barrières géographiques,avant de réaliser leurs achats (Ibid, tiré d’un Baro- linguistiques et technologiques, dans un souci demètre Fevad – Médiamétrie). Et alors que le public libérer l’information, la connaissance, le partage ets’ajuste à ces nouvelles réalités, les experts l’échange, en adéquation avec la notion de pro- Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 7
  • Les réseaux sociaux Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 168 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • TENDANCES AVANTAGESNotre recherche s’est portée sur la surveillance La Social TV est un moyen pour les entreprises services de géolocalisation par des applicationsdes réseaux sociaux de demain. Pour cela nous de suivre en temps réel les tendances. L’intérêt et Smartphones, ou des sites internet accessiblesavons identifié trois grandes tendances que sont : de faire le lien entre la demande des internautes/ aussi bien par internet mobile que fixe. Le consom-• Social TV téléspectateurs et l’offre des entreprises. mateur pourra également donner son avis sur des• Marketing Géo-localisé La complexité pour cette nouvelle tendance est restaurants, des commerces, alors qu’il passe à• Social Analitycs la surveillance des réactions pour adapter son proximité, des réductions spécifiques pourront discours. être appliquées au client webnaute. PRATIQUES AVANTAGES Comme nous l’avons soulevé précédemment l’im- Le premier avantage est que ce type de marketingSOCIAL TV est susceptible de toucher une cible sans cesse portant est de développer des outils de veille quiLa Social TV est la transposition des interactions devront recenser les commentaires en les clas- croissante.sociales d’Internet sur notre téléviseur. Vous pou- sant par zone géographique, par sentiment (posi-vez choisir, interagir et commenter vos émissions tif ou négatif), par canaux et par d’autres critères. Quelques chiffresdirectement avec votre télécommande. Aujourd’hui Cela permettra aux entreprises de pouvoir utiliser • Il y a près de 15,5 millions de mobinautes en PAGE Ace phénomène est déjà existant notamment avec les informations et ne pas être submergées par de France.la VOD (Video On Demand) mais il difficile d’inte- nouveaux commentaires. • Près d’1 utilisateur de téléphone mobile surragir avec les programmes. La tendance de de- 3 possède un Smartphone, soit 3 fois plusmain est que les téléspectateurs pourront utiliser qu’il y a 2 ans.les fonctionnalités commentaires, « J’aime », « • 63% des 16-65 ans possèdent un téléphoneTweeter », « + 1 » pour noter et s’impliquer dans capable de se connecter sur Internet.le jugement de leurs programmes. • 51% des mobinautes se sont déjà connectés à Internet via un mobile (40% en 2010).Comme l’indique Julien Aubert et Edouard Gasnier Cet ancrage géographique permet aux entrepri-: « Les marques programmes comme les marques MARKETING GEOLOCALISE ses, notamment aux PME et plus particulièrementchaînes investissent donc les réseaux sociaux. El- Le marketing géolocalisé connait un développe- aux commerçants qui ne disposent pas nécessai-les tentent de construire une continuité de service, ment considérable et ce dans le monde entier ; rement d’une audience nationale, de concentrerune trame narrative, avant, pendant et après la dif- il consiste à utiliser les capacités de géolocalisa- leurs actions marketing sur une zone donnée,fusion. Nous parlons alors de cross-média (même tion de l’utilisateur liées au téléphone mobile, en s’assurant ainsi un retour sur investissement éle-contenu sur différents écrans) ou de transmédia particulier aux Smartphones ou à Internet pour lui vé.(des contenus et une narration spécifiques à cha- envoyer une offre commerciale en fonction du lieuque écran). L’objectif de ces dispositifs de multi- où il se trouve.diffusion et de co-création est double : favoriser PRATIQUESl’engagement des téléspectateurs et maximiser la Cela permet un ciblage très local et précis des ll est indispensable que les entreprises mettent en« durée de vie client ». consommateurs potentiels. Nous accèdons aux place des veilles sur les commentaires sur ce Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 9
  • aux algorithmes spéciaux qui évaluent la popula-nouveau canal d’expression, afin de tirer le meilleur rité des auteurs de commentaires, le logiciel ne CRITIQUESpartie de cette technologie, et de ne pas être des- garde que les commentaires de ceux - dont lesservis par l’instantanéité. Nous pouvons imaginer blogs ou les pages persos - sont les plus relayées La surveillance des réseaux sociaux dans les pro-que le service de certains commerces vont gagner sur d’autres médias sociaux, autrement dit ceux cessus de veille est une tendance inévitable auen efficacité si les consommateurs sont écoutés, des influenceurs clés. Même si les personnes vue de la profusion et l’intégration du social danset les commentaires pris en compte. identifiées par l’algorithme ne sont pas forcement le web. Quelles que soit les avancées dans le des experts dans la matière, leur opinion compte domaine et les outils de mesure mis en place, la beaucoup pour les autres. Congos Consumer In- veille sur les réseaux reste un aperçu d’une opi- sight peut ainsi garantir la qualité des données. nion. Les systèmes de mesures quantitatifs (« like Enfin, le logiciel analyse le texte des commen- », « +1 ») ou qualitatif (« tweets », commentaire) taires pour n’en garder que les fragments cor- donnent une tendance d’opinions, de jugements respondants aux sentiments des utilisateurs hâtifs et de pensées « expresses ». L’instantanéi- vis-à-vis du sujet demandé pour ensuite les té est parfois proportionnelle à la valeur de cetteIBM SOCIAL ANALYTICS information et la vérification de sources devient un analyser et les présenter sous forme graphique.Il s’agit d’un des derniers logiciels dévelop- Congos Consumer Insight aide les entre- processus très complexe. L’incrémentation despés par IBM afin de permettre aux entrepri- prises à comprendre les sentiments et les flux de réseaux sociaux peuvent être utiles dansses d’écouter, mesurer et analyser un très ressentis de ses clients pour pouvoir en- l’indication de tendances, de détection de signauxgrand volume d’informations diffusées sur les suite répondre au mieux à leurs attentes. faibles mais ne peuvent constituer une sourceréseaux sociaux et les blogs de tout sorte. d’information dont la véracité serait optimale.AVANTAGESCes logiciels utilisés ensemble donnent la pos-sibilité d’anticiper les intentions et besoins futursdes consommateurs. SPSS Solutions est capabled’organiser les informations dans le temps, donnerune représentation graphique des tendances pas-sées et faire une prévision des tendances futures.PRATIQUESCongos Consumer Insight trouve sur les ré-seaux sociaux toute information et tout com-mentaire sur le sujet correspondant à lademande de l’entreprise. Ensuite grâce Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 10 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • Any Time Any Where PAGE A Any DeviceMaster 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 11
  • TENDANCESATAWAD, « AnyTime, AnyWhere, AnyDe- -nir les informations et le suivre pour anticiper • Radian6 : une application iPhone pour surveillervice », est une tendance en pleine évolu- ses actions. les tendances d’une marque sur le web social.tion et qui prend de l’importance avec le dé-veloppement des technologies numériques. • Pour un directeur juridique ou de communi- • Alerti : Une application Iphone, pour surveillerIl s’agit de pouvoir obtenir l’information, de tout cation, il peut recevoir des informations quali- et gérer sa réputation en ligne.type, le plus rapidement possible, n’importe quand, fiantes en temps réel sur sa marque.via n’importe quels supports. Grâce à cette ten-dance les utilisateurs sont connectés en perma- • Lors d’une crise, le responsable de communi-nence avec leurs réseaux professionnels et per- cation peut rapidement réagir et ainsi limitersonnels, même lors de leurs déplacements. Cette les dommages voir les éviter.pratique s’est accélérée avec l’accroissement del’utilisation des smartphones et des tablettes nu- • Les directeurs ne peuvent attendre le livrablemériques. de la semaine pour avoir les informations. Afin de suivre les évolutions, ils doivent avoir unPar le développement de la Business Intelligence, baromètre en temps réel consultable de n’im-les salariés peuvent accéder aux systèmes d’in- porte où afin d’obtenir ou de garder l’avantageformation interne de leur entreprise via différents concurrentiel à terme et de rester compétiti-outils numériques. Les outils de veille doivent dès ve.aujourd’hui s’adapter à ce nouveau mode d’usa- • Digimind : Une application smartphone , pourge. PRATIQUES recevoir les newsletters, envoyer et de rece- voir des informations.AVANTAGES Aujourd’hui certains éditeurs ont su proposer des solutions permettant de consulter et de trai-L’ATAWAD permet d’améliorer le niveau de per- ter les informations à tout moments, en adpo-formance non pas uniquement de l’outil mais tant leur outils de veille à la tendance ATAWAD.aussi de l’utilisateur lui-même et en voici quelquesexemples :• Le chargé de veille peut avoir accès n’importe où, par exemple en congrès, à ses outils de veille et les suivre en temps réel depuis son smartphone.• Lors de salon professionnels, si le directeur commercial identifie un concurrent, il peut di- rectement lancer une alerte sur lui afin d’obte- Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 12 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • CRITIQUES• Certaines entreprises interdisent l’accès à -tière entre la vie privée et le monde • La perte d’informations apparaît avec des sites tel Facebook ou Gmail à leurs sa- professionnel est de plus en plus abstraite. l’ATAWAD. Les services que proposent Goo- lariés durant leur temps de travail. Néan- gle ou Dropbox, permettant de stocker des moins, pouvant y accéder depuis leurs smart- • Recevoir des informations tout le informations et d’y avoir accès où que l’on phones, cette interdiction n’a plus court. temps ne permet pas de les analyser se trouve, nuise à la protection des données. en profondeur. La tendance est plus Les entreprises n’ont plus le contrôle de leurs• Quelques zones géographiques sont “hors à l’hyperéactivité qu’à la réflexion. propres informations et dépendent entière- connexion”. Il faut y faire attention afin de ne pas ment d’entreprises tierces, qui disposent d’un être pris de court et de rester sans information le • Les « traces numériques », laissées droit de regard sur les données stockées. jour d’une réponse à un appel d’offre par exem- par l’utilisation des outils ATAWAD ple et perdre ainsi son avantage concurrentiel. permettent de connaître et de géolo- • En cas de dysfonctionnement, ce n’est pas caliser l’usager (possibilités de col- seulement une entreprise ou un particu-• L’ATAWAD crée une confusion entre l’es- lecter des données et des informa- lier qui n’aura plus accès à ses informa- pace personnel et le travail. La fron- tions personnelles et confidentielles). tions, mais un nombre bien plus important. PAGE A Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 13
  • Le temps réel Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 1614 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • TENDANCES AVANTAGESLa notion de « temps réel » désigne selon Pierre La montée de la tendance du temps réel impacte La valeur et la quantité des informations sur in-Guillou, professionnel de la société « Idéose » les éditeurs de logiciels ou d’outils de veille qui doi- ternet dépendent de plus en plus de l’usage desspécialisée dans les usages du web 2.0, « l’en- vent en tenir compte dans leurs offres de produits. réseaux sociaux et des échanges entre les inter-semble des informations envoyées sur le Web par En effet, les logiciels de veille doivent désormais nautes.des personnes de manière instantanée et publi- surveiller les réseaux sociaux, mais aussi analy-que ». ser l’e-réputation et permettre d’interagir avec les internautes en temps réel sur la même interface. PRATIQUESLa tendance du temps réel se développe de plus Ces logiciels devront aussi permettre de qualifier Pour répondre aux besoins des entreprises, desen plus entre autre du fait de l’utilisation grandis- les sources afin de mesurer la pertinence des in- institutions ou des organismes, les éditeurs desante des réseaux sociaux par les internautes formations, l’importance de l’apparition d’avis, et veille ont développé des outils plus performantspour s’exprimer sur les sujets d’actualités ou pour d’interagir avec les internautes jugés les plus im- qui permettent une centralisation des donnéeséchanger leurs diverses opinions sur une marque portants. pertinentes. Nous pouvons citer les deux outilsou une entreprise au moment où une action ou un suivants : Radian6 et Synthesio Social Monitoringfait est mis à jour en ligne. Ce qui représente une La masse de données échangées impose d’une Engagement.véritable mine d’informations pour les organisa- part de savoir faire la sélection entre les informa-tions publiques et privées qui doivent suivre ces tions éphémères et les informations réellementéchanges de manière instantanée afin de pouvoir importantes, et d’autre part d’analyser automati- PAGE Aréagir et éviter une dégradation de leur image quement les sources et les informations pour nedans le cadre de l’e-réputation. devoir traiter que le sens des données collectées. RADIAN 6 Grâce à cet outil, le veilleur peut capter l’ensemble des informations de manière instantanée et élabo- rer le profil de l’internaute. L’objectif est d’évaluer les avis, de les analyser et de répondre depuis la même interface. Cela renvoi au « Marketing real time » qui permet de contrôler, de suivre en direct et ainsi de résoudre les problèmes liés à l’image de marque. Cet outil, par exemple, répond aux tendances actuelles de la société de l’information : communiquer autour d’une crise, et non plus seu- lement la gérer. Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 15
  • CRITIQUESSYNTHESIO SOCIAL MONITORING La tendance du temps réel représente une op- L’analyse et la prise de décision au niveau de la portunité mais aussi une source de menaces communication doivent donc être plus réactives.ENGAGEMENT pour l’entreprise et de difficultés pour le travail du Cette immédiateté a ses limites car le veilleur neUn second outil propose une plate-forme, Unity, veilleur. En effet, le surplus d’information, ou « in- peut continuer à travailler en dehors de ses heu-qui permet aux entreprises d’identifier des « com- fobésité », rend plus difficile le processus de la res de travail. Les besoins de l’entreprise en termemunautés influentes, de comprendre les attentes veille et donne plus d’importance à la collecte qu’à d’instantanéité de l’information ne pourront doncdes internautes, de mesurer l’efficacité de campa- l’analyse. Il est désormais impossible d’analyser être entièrement satisfait qu’avec force de travail.gnes digitales ou de détecter des crises». toutes les informations du web, tant leur quantité Pourtant, les internautes, qui échangent et créent est importante. De plus, une grande partie de ces l’information, ne communiquent pas que pendantC’est un outil d’entreprise qui renvoie également informations est rarement d’une importance stra- les heures de travail. Au contraire de l’entreprise,au concept du «Marketing Real Time» dont le but tégique pour une entreprise, comme les tweets ou ils n’ont aucunes difficultés à chercher et à commu-est de gérer la relation client sur Internet. les réactions sur Facebook, car leur importance niquer l’information dans un laps de temps réduit dépend d’un contexte particulier et éphémère. et à toute heure. Cette tendance est définie par ceL’objectif est de collecter en temps réel les com- L’information en temps réel est potentiellement qu’on appelle les « 4 i » : impatience, interconnexionmentaires des internautes concernant les entrepri- une source de rumeurs ou de crises d’e-réputa- (réseaux sociaux), individualisme et inventivité.ses. En effet, la plate-forme Unity offre un gain de tionperpétuelle et hasardeuse.temps entre la collecte de l’information et la publi-cation d’une réponse par un community manager.De plus, l’outil utilise des technologies de routagemulti-critères (mots clés, produits, influence, pays,langue, canal, etc) qui garantissent à l’entreprised’apporter une réponse pertinente. L’informationest reliée au bon interlocuteur en interne. Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • Multilinguisme PAGE A GE GE Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 17
  • TENDANCESAujourd’hui, l’information stratégique est utile ternautes s’exprimant dans des langues orienta- Cependant, l’analyse linguistique assistée parautant aux entreprises internationales, qu’aux ins- les, arabes et asiatiques. ordinateur permet grâce à des calculs textométri-titutions gouvernementales, ou encore aux orga- ques un gain de temps dans le processus d’ana-nisations non gouvernementales et autres struc- Depuis les années 2000, les éditeurs sont de plus lyse de corpus, et une optimisation du processustures ayant un poids suffisamment important dans en plus nombreux à proposer des outils multilin- de production des études.l’économie mondiale. gues. Les outils de veille permettent par exemple à une entreprise qui souhaite avoir accès à des textesLes raisons pour mettre en place une veille au ni- Néanmoins, peu d’éditeurs proposent actuel- en 5 ou 6 langues différentes de s’appuyer sur unveau international sont multiples : veille de l’ima- lement des services de grande qualité dans les seul et même outil. De ce fait, la veille multilinguege, veille concurrentielle, veille sociétale…sont langues asiatiques, car les difficultés pour tradui- offre un accès ouvert aux nouveaux enjeux écono-des segments de la veille stratégique. re des langues non latines persistent (difficultés miques mondiaux. d’encodage…).Ces types de veilles répondent aux nouveaux be-soins exprimés par les marques et les institutions. On tend aujourd’hui à une amélioration de la tra- PRATIQUESDe cette manière, elles permettent de surveiller de duction automatique. On peut citer notamment,nombreuses sources telles que les sites institution- certains éditeurs qui se sont illustrés dans la veille La veille multilingue s’applique à de nombreuxnels, les portails de presse, les blogs, les réseaux multilingue comme JamiQ ou encore Petinence- domaines comme nous l’avons vu ci-dessus.sociaux, ou encore les bases de données… . Mining.com et Digimind. Voici quelques cas particuliers dans laquel- le elle s’avère essentielle pour l’ensembleLe multilinguisme apporte à la veille un enrichis- La valeur ajoutée de la veille multilingue c’est des acteurs économiques et institutionnels.sement des résultats de la recherche documen- aussi son réseau de traducteurs qui traite l’infor-taire par la diversification linguistique des sources. mation stratégique. La traduction veille désigneEn effet, la veille multilingue est un suivi informa- l’activité de traduction sélective employée commetionnel effectué simultanément dans deux ou plu- aide à la prise de décision. La veille multilinguesieurs langues. implique une recherche sur le langage (le lexique, VEILLE TECHNOLOGIQUE la terminologie, les structures efficientes du langa- Ce type de veille s’appuie en grande partie surD’un point de vue externe, le multilinguisme s’ap- ge…), la culture, la communication, ainsi que sur les brevets. Elle peut servir aux entreprisespuie sur des supports tels que les textes, les rap- les technologies de la connaissance (organisation qui désirent se renseigner sur plusieurs mar-ports, l’audio, et la vidéo. Elle s’étend à différents du savoir, bases de données…). chés en Europe ou dans le reste du monde pourenvironnements (pays, région). Du point de vue ne pas se faire distancer par la concurrence.interne, ce qui figure comme étant multilinguec’est la source (locuteur, base), la cible (récepteur, AVANTAGES A ce jour, la grande majorité des brevets estclient), le processus (l’opération), et le produit. La richesse et la variété des langues constituent rédigée et publiée dans la langue anglaise. un facteur de complexité pour décoder les struc-Le multilinguisme a connu un essor avec l’avène- tures linguistiques à l’aide d’outils technologiques Bien qu’il existe des organismes internationauxment de l’internet, en particulier avec l’arrivée d’in performants. œuvrant autour de la protection intellectuelle com Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 18 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • me l’Organisation Mondiale de la Propriété Intel- Il faut donc pouvoir se donner les moyens de -gions, et des cultures qui ne sont pas toujourslectuelle (OMPI), la majeure partie des brevets est veiller dans l’environnement le plus vaste afin de pris en considération à travers les outils de ges-disponible uniquement dans la langue nationale, ne pas passer à côté d’une information primordia- tion de veille.d’où l’intérêt d’une veille brevet multilingue. le pour l’entreprise. De même que la typologie des internautes, et laCertaines organisations, telles que l’OMPI, ont mis Dans le cadre d’un lancement d’un nouveau pro- difficulté d’accès à l’information dans certainesen place des systèmes permettant d’effectuer une duit, il faut tenir compte de plusieurs facteurs no- régions où la censure subsiste. La Chine parveille multilingue en anglais, espagnol, allemand, tamment sociétaux, culturels, économiques, juri- exemple, fait partie de ces pays qui sont le moinsfrançais ainsi qu’en japonais. diques, institutionnels… . C’est pourquoi, la veille accessible et le plus hermétique à notre compré- multilingue s’impose comme un élément stratégi- hension de par un système linguistique distinct desCette plateforme appelée le « Patenscope » est que. langues européennes et d’autre part du fait d’unelibre d’accès et permet une traduction automati- culture et d’un système de pensée aux antipodesque des requêtes dans la langue souhaitée, puis, Cela permet, évidemment à l’entreprise de mieux de ceux de l’occident.à partir de ces traductions, le moteur de recherche cerner l’environnement dans lequel elle se situesélectionne les brevets les plus pertinents. ou évolue, en vue de mesurer à juste titre les en- La traduction automatique reste une technologie jeux aussi bien sur le plan national, qu’internatio- très complexe et difficile à maîtriser, dans la me- nal, liés au lancement d’un nouveau produit. sure où le sensPAGE A peut varier en fonction d’un mot du contexte dans lequel il est utilisé (Littéraire?, scientifique?, religieux?), du niveau de langage CRITIQUES pratiqué (spécialiste?, débutant?), des interac- tions rédacteur-lecteur (style pompeux ?, acces-VEILLE CONCURENTIELLELa veille concurrentielle est considérée comme Comment estimer la valeur des mots ? Comment sible?) et de nombreuses références sociocul-stratégique pour l’entreprise, car elle consiste à ne pas dénaturer le sens d’un mot ou encore re- turelles. Pour toutes ces raisons, une traductionse donner les moyens de prendre les décisions transcrire correctement un mot en rendant compte précise exige que l’entité intervenante (personnepertinentes. fidèlement de l’idée sous-jacente? ou logiciel) maîtrise le contexte, la structure et les règles de la langue considérée.Par exemple, il s’avère particulièrement important C’est ainsi que l’on s’aperçoit de la complexi-pour une entreprise qui souhaite s’implanter dans té de la veille multilinguiste et de ses outils. La Les ingénieurs et les linguistes se penchent surun autre pays, de connaître ses concurrents po- veille multilingue se révèle indispensable dans un ce problème depuis plusieurs dizaines d’années,tentiels. contexte économique mondial, il semblerait qu’el- mais il faudra sans doute encore plusieurs années le présente de nombreuses contraintes qui sont avant qu’il soit possible de disposer d’un systèmeCe type de veille doit prendre en compte tous les autant de défis à relever pour assurer le succès automatique de traduction dont les résultats se-médias : presse, sites corporate, car la moindre d’une veille internationale. L’analyse des données ront comparables à ce que produit l’humain.information peut s’avérer stratégique et peut être collectées à travers les différents outils présentsun signal faible. sur le marché semblerait être obsolète. En effet, le multilinguisme comprend la sensibilité des ré- Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 19
  • Analyse des sentiments Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 1620 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques 21 Date de publication : 02 février 2012
  • TENDANCES L’intérêt des entreprises et des organisations analytiques appliquées aux conversations et aux Concernant l’offre, différents éditeurs composent concernant l’opinion de leurs clients est grandis- liens entre internautes sur les médias sociaux ». le marché de l’analyse des tendances. sant au vu de la possibilité d’expression et d’inte- raction qui est permise par le web 2.0 (les réseaux L’analyse de la tonalité ou analyse des sentiments En ce qui concerne la demande ce sont essentiel- sociaux, les blogs et les forums influents). concerne le fait de savoir si le registre utilisé par lement de grandes entreprises et grands grou pes des internautes sur une thématique précise est qui s’intéressent à ce type de problématique. Les Dès lors, le besoin de centraliser cette information positif, neutre ou négatif. Cette analyse prend en TPE/PME auraient également besoin de ce type pour connaître les avis des internautes sur une compte la langue et donc des éléments culturels d’outils pour surveiller leur e-réputation mais elles entreprise, une personne, un produit ou une mar- ainsi que le champ lexical et grammatical. La col- n’ont pas forcément les ressources financières né- que, devient un enjeu stratégique pour de grandes lecte des contenus textuels peut être effectuée de cessaires pour s’en doter. sociétés. La volumétrie des contenus publiés par manière automatisée par un logiciel de recherche les internautes est telle qu’elle nécessite un trai- tement automatisé qui facilite le travail d’analyse d’informations en ligne. Cette collecte des don- nées non structurées sur l’opinion publique consti- AVANTAGES humaine. tue l’étude des sentiments. L’objectif final de ce type de veille est de déceler la L’analyse des tonalités est plus efficace quand le tonalité de contenus rédactionnels en ligne afin de L’essence même de l’automatisation de ce pro- contenu des textes possède une terminologie ho- l’inclure dans la prise de décision stratégique et de cessus rend nécessaire un contrôle des informa- mogène, un thésaurus restreint facilitant l’analyse PAGE A déceler les possibles crises en termes d’image. tions recueillies afin de répondre aux probléma- du sens. Les éditeurs développent actuellement A titre d’exemple, une étude IDS/SAS de 2011 tiques de contenus « neutre », « ironiques », « des solutions permettant d’analyser des conte- montre que « 30% des grandes entreprises fran- sarcastiques » ou prêtant à confusion. nus plus complexes soumis à la subjectivité des çaises étudient ou mettent en œuvre des solutions consommateurs, de manière spontanée et en temps réel. • L’avantage principal est d’analyser de très grands volumes, impossible à traiter manuel- lement, afin de dégager des tendances glo- bales. • En diminuant la proportion de commentaires « neutres », l’analyse automatique des com- mentaires est plus pertinente. • Les éditeurs de logiciels tendent à proposer une extraction plus fine sur les opinions émi- ses, relatifs à chaque élément d’un produit donné (qualité, service, ergonomie, etc.). Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 1622 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques 21 Date de publication : 02 février 2012
  • PRATIQUESEtude de cas : analyse du comte Twitter du blog l’internaute indiquerait lui-même à chaque com- pour détecter la subtilité des sentiments tels queCellie.fr avec l’outil Actionly. mentaire, la tonalité de ce dernier (positif, négatif, la subjectivité, le sarcasme et l’ironie. Cette tech-Rapport rendu le 8/12/2012 d’après l’analyse des neutre). nique d’analyse n’est donc pas une fin en soi, l’ex-74 tweets du compte. pertise humaine est essentielle pour comprendre les points de vue des internautes.Premier questionnement CRITIQUES L’objectif est de connaitre et anticiper les besoins et les attentes des consommateurs et ainsi amé- liorer la relation client. De grands éditeurs de veille publient des livres blancs qui apportent un regard critique sur la technique d’analyse des sen- timents. C’est le cas de Digimind avec son livre blanc sorti en 2009 « Analyse des sentiments : êtes vous po- sitif, neutre ou négatif ? ».Sur quels éléments le calcul des 1% de tweetsnégatifs est-il basé ? Le contenu des tweets en Selon Digimind, aucune technologie de « Senti-question n’est pas révélé par Actionly. ment analysis » ne dépasse 70% de précision (soit 30% de marge d’erreur).Second questionnement Le langage étudié varie en fonction des zones géographiques, de la culture, du niveau d’édu- cation et de l’âge des internautes. La variété des modes d’expression du Web et l’évolution des lan-Le jugement de valeur du mot « conflit » est-il pris gages (argot, SMS, émoticônes) rendent difficileen compte en tant que titre d’article ou est-il consi- l’évaluation de la teneur des propos. Les fautesdéré comme une mention négative émanant d’un d’orthographe et les abréviations utilisées via lesautre internaute ? Tweet ne rendent pas la tâche plus facile.Pour améliorer cette technologie sémantique en-core fébrile, plusieurs éditeurs préconisent la mise De plus, selon Aref Jdey, consultant, nous ne pou-en place d’un outil apprenant avec l’intégration vons pas traiter les sentiments des internautes dedans le corpus de nouvelles expressions. L’outil façon binaire car tous les contenus n’ont pas las’adaptera ainsi au langage des internautes. Nous même valeur.pouvons également imaginer un outil fonctionnantcomme Facebook et son fameux « j’aime » où A ce stade, l’intervention humaine est nécessaire Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 22 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • CONCLUSIONAu travers de ce livre blanc, nous espérons avoir tions des marchés mondiaux et la présence des ce livre blanc a pu vous éclairer sur les tendan-pu vous dresser le portrait des tendances de la concurrents étrangers. Dans ce cadre le veilleur ces à venir de la veille et nous vous invitons àveille pour les années à venir. sera nécessairement amené à traiter une informa- nous rejoindre sur la page Facebook (http…..) tion provenant d’autres pays et diffusée dans un dédiée à la publication de ce travail ainsi queComme vous avez pu vous en rendre compte, les langage étranger. Pour cela les program-meurs sur le blog des étudiants du Master www.cel-interfaces que nous utilisons quotidiennement ne développent de plus en plus d’outils de traduction lie.fr afin de discuter avec nous de vos impres-cessent d’évoluer et de muter à une grande vites- automatisés mais les limites sont rapidement vi- sions sur les tendances misent en évidences.se. A tel point que ce ne sont pas que les outils sibles. Il va donc falloir continuer à se baser surqui changent mais également nos méthodes d’uti- des traductions humaines, certes plus longues etlisation. plus coûteuses mais de meilleures qualités et plus proches du sentiment de l’auteur. De ce fait l’ana-Que ce soit la social TV, le marketing géo-localisé lyse de l’émotion est d’ailleurs de plus en plus pré-ou encore le social analitycs, de nouvelles interfa- gnante dans la veille du futur.ces vont venir changer le type d’information que laveille va devoir traiter. Avec le web2.0 chacun peut écrire et influer sur la réputation d’une entreprise. Les outils de veille PAGE AAu-delà de cela, la tendance va vers toujours plus à venir devront donc prendre en compte les émo-d’information en temps réel. Cette évolution tou- tions des acteurs présents sur Internet afin dejours plus prononcée va engendrer une mutation traiter au mieux l’information collectée sur le net.du travail de veilleur notamment concernant l’e-ré- Là encore, les outils développés à ce jour man-putation. Il ne devra plus « uniquement » collecter quent d’efficacité et la perception humaine restel’information mais également gérer la temporalité le meilleur outil pour analyser au mieux l’informa-immédiate de cette dernière au risque de voir son tion.travail devenir très rapidement obsolète et inex-ploitable pour la stratégie de l’entreprise. Vous l’aurez compris, les tendances pour la veilleUn des grands défis à venir sera donc de définir vont vers plus de rapidité et d’automatisationqu’elles sont les limites, en terme de temporalité, grâce à des outils toujours plus développés. Ce-du travail de veilleur au risque de le voir submer- pendant, les programmes ne sont pas encore suf-ger d’informations et de le voir fournir un travail fisamment efficaces et la place du veilleur est en-hors délais d’exploitation. core importante pour collecter et traiter au mieux l’information.L’internationalisation de l’information est éga-lement un facteur déterminant des tendances Tous les étudiants de la promotion P16 du Mas-à venir. En effet, les stratégies des entreprises ter Intelligence Economique et Communica-doivent toujours plus prendre en compte les ac tion Stratégique de l’ICOMTEC espèrent que Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 23
  • SITOGRAPHIE/BIBLIOGRPAHIELES RÉSEAUX SOCIAUX• http://bit.ly/b5IlCK• Livre blanc : Regards croisés sur la veille : http://bit.ly/qbWqEw• Surveillance de Facebook : http://bit.ly/xQhEv3• Censure du gouvernement indien pour Google et Facebook : http://bit.ly/umkP8MANY DEVICE ANY WHERE ANY TIME• http://bit.ly/4rIhod• http://bit.ly/zYoQ8L• http://bit.ly/x8Eit1• http://on.fb.me/AaBftO• http://bit.ly/wunbP2• http://bit.ly/fuMdDO• http://bit.ly/rU2ExH Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 24 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • SITOGRAPHIE/BIBLIOGRAPHIELE TEMPS RÉEL• http://bit.ly/ADYY• http://bit.ly/cEaW1q• http://bit.ly/mU3rx4• http://bit.ly/x88GRZMULTILINGUISME PAGE A• Peggy Cadel, « Déploiement des connaissances linguistiques dans les outils de veille et de recherche sur internet : des approches différentes. »• Peggy Cadel, Rapport sur la journée sur les systèmes d’information, 2005. IUT de Toulon - Département Services et Ré- seaux de Communication de Saint-Raphaël Laboratoire I3M. (http://bit.ly/w2li5m)• Mathieu Guidère, Premier colloque international sur la veille stratégique multingue - Université de Genève, 28-29 Mai 2008. (http://bit.ly/yZxp7i)• Blog Intelligence interculturelle – Université de Provence Aix – Marseille (http://bit.ly/xbml1R)• Site Calameo , Fiche : Veille multilingue, enjeu de la compétitivité des entreprises. (http://bit.ly/xjo4Og)• Mathieu Guidère, La veille multilingue, défense et illustration de la traduction stratégique. Mai 2008, Université de Ge- nève. (http://bit.ly/yaCxJl) Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 25
  • SITOGRAPHIE/BIBLIOGRAPHIE• Veillemag, 20 décembre 2012. (http://bit.ly/yQOoYt)• Livre en ligne, Chrístos Claíris, Observatoire européen du plurilinguisme, Variété et enjeux du plurilinguisme, mai 2010 (http://bit.ly/AwuI6L)• OMPI, Les brevets comme moyens d’accès à la technologie, 2010. (http://bit.ly/wcDOoh)• Lettre de mission de M. Christian Pierret, Secrétaire d’Etat à l’Industrie, Synthèse du rapport, 2001 (http://bit.ly/xCx7gA)• VinaLor, 2009, (http://bit.ly/yFUcUZ)ANALYSE DES SENTIMENTS• Analyse de sentiments/tonalités : êtes-vous positif, neutre ou négatif ? Livre Blanc Digimind, 25/11/2009• http://bit.ly/iQWv5c : enquête réalisée auprès des Directions Marketing et Communication en France de 124 entreprises de grande taille ayant de nombreux clients (Business to Consumer essentiellement)• http://bit.ly/yu3I2J• http://bit.ly/zbYW3U• http://bit.ly/x3gTzB• cf. Logiciels de veille : les mythes de l’analyse sentimentale/demain la veille. Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 26 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012
  • AUTEURS Anne MAYOR Pierre-Antoine HULIN Christian AHYI Clément HUART Aurélie BELIN Timothée ROCHEPEAU Anmir IGUE Sophie LORANG Emeli MOHAMED Elise METIVET Mathieu PREAU PAGE A Charlotte MINGUET Céline MARAIS Maxime LATISHEV Nathanaël HERRBACH Line MPE AGUILIKENG Julie PROLHAC Maxime LEROUX Nicholas MALLOWAN Florentin ROLLET Pauline GRINDA Jonathan HATOUM Justine FERRO Emmanuelle CHARTIER Amelle AICHE Master 2 Intelligence Economique et Communciation Stratégique - Promotion 16 ICOMTEC - Institut de la Communication et des Technologies Numériques Date de publication : 02 février 2012 27