Your SlideShare is downloading. ×
Radio numerique
Radio numerique
Radio numerique
Radio numerique
Radio numerique
Radio numerique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Radio numerique

482

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
482
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Radio numérique : sortir de l'impasse      La radio numérique terrestre  ‐  la RNT ‐ est dans l’impasse. Son lancement envisagé fin 2009  a  été  reporté,  l’éventualité  de  son  abandon  n’est  désormais  plus  taboue.  Un  troisième  rapport a été commandé par les pouvoirs publics pour statuer sur son devenir.    Pourquoi  une  telle  valse‐hésitation ?  S’agit‐il  d’une  réticence  à  tout  changement  du  statut  quo actuel en bande FM ? Sans doute un peu, mais, avant tout, parce que l’accélération du  progrès technique remet en cause les fondements même du projet de RNT : le numérique,  c’est désormais Internet. La radio s’écoute sur Internet, c’est la radio IP, et la RNT n’apporte  plus de progrès décisif ; la mobilité, l’ADN de la radio, c’est également aujourd’hui l’Internet  mobile. Le projet RNT, incompatible avec l’Internet, perd chaque jour un peu plus de terrain  face  au  rouleau  compresseur  des  Smartphones  et  autres  terminaux  mobiles,  véritables  ordinateurs de poche connectés librement au réseau.     La  RNT  a  été  lancée  en  1998  en  norme  DAB.  Malgré  les  efforts  des  administrations  pour  établir  un  cadre  législatif,  choisir  une  norme  unique  et  dégager  les  bandes  de  fréquences  nécessaires,  au  détriment  d’autres  usages  d’ailleurs,  elle  n’a  décollé  nulle  part  en  Europe.  Son  déploiement,  lorsqu’il  a  été  engagé,  par  exemple  en  Angleterre,  est  particulièrement  laborieux.    Pourquoi la démarche de la TNT (télévision) ne serait‐elle pas transposable à la radio (RNT) ?  Essentiellement  parce  que  le  succès  de  la  TNT    a  reposé  sur  3  piliers :  un  bénéfice  majeur  pour  le  consommateur ;  un  parc  de  récepteurs  existants  adaptable  à  moindre  coût ;  et  un  lancement conçu, il y a 10 ans, c’est‐à‐dire avant l’explosion d’Internet.     À  contrario,  la  RNT  n'accroît  que  marginalement  l'offre  de  programmes.  Pour  la  majeure  partie des auditeurs, sa zone de réception sera probablement inférieure à celle de la FM, en  particulier  pour  les  radios  de  Radio  France.  Les  150  millions  de  récepteurs  FM  actuels  ne  sont pas adaptables et les nouveaux postes RNT, outre leur prix, semblent sortis du Musée  de la Radio d’un ancien pays de l’Est.    Simultanément, l'Internet poursuit sa révolution à un rythme qui s’accélère, changeant nos  usages et nos attentes. C’est une transition massive à laquelle nous assistons et participons  en  auditeurs  actifs.  Pour  la  radio,  ce  sont  des  offres  de  programmes  qui  se  comptent  en  dizaines de milliers, personnalisables à l'infini, partageables, et interactives… et qui se jouent  des frontières nationales.     Jusqu’à récemment encore la radio IP avait un fil à la patte : la nécessité d’une connexion au  réseau  physique  et  le  handicap  de  recourir  à  des  terminaux  centrés  sur  la  bureautique,  inadaptés à l’écoute de la radio : nos traditionnels ordinateurs personnels. Or voici soudain  qu'explose l'Internet mobile lequel lève ce dernier obstacle : on n’a pas encore estimé tout  le  potentiel  des  nouveaux  terminaux  mobiles  appelés  « Smartphones »  qui  regroupent  téléphone mobile, appareil photo, baladeur MP3, récepteur radio et télévision.   1   
  • 2. Et dans ce domaine, les normes progressent grâce aux efforts conjugués d’une industrie qui  innove sans cesse ‐ qui ne connaît pas l’IPhone ou Android ? ‐ sans frein administratif, alors  que la RNT en est toujours à débattre du choix entre T‐DMB, DAB et DAB+.    L’Observatoire  de  l’Internet  mobile  mesure  la  rapidité  de  ces  évolutions  à  des  taux  de  croissance vertigineux et avec un renouvellement du parc de terminaux qui s’accélère. Les  opérateurs  suivent  sous  la  pression  de  la  concurrence,  en  lançant  un  flot  continu  d’offres  nouvelles,  comme  récemment  les  abonnements  dits  « quadruple  play »  qui  associent  Internet domestique, radio, TV, téléphones fixe et mobile.    L'Internet mobile et la radio partagent le même ADN : une présence, sonore dans le cas de la  radio,  partout  avec  soi,  avec  en  plus  l’atout  de  la  radio  qui  permet  d’utiliser  son  terminal  sans mobiliser son attention visuelle. Au plan économique aussi, puisque la radio sur IP sera  la première à tirer profit des capacités publicitaires évidentes de l’Internet, grâce au ciblage.    Comment peut‐on raisonnablement soutenir que la radio n’a pas d’avenir dans ce nouveau  monde numérique fixe ou mobile alors même qu’elle explose en inventivité, comme chacun  peut le constater : plateformes payantes, radios thématisées – localisées… ? S’il y a un lieu  d’innovation  dans  ce  domaine  radiophonique,  c’est  bien  l’Internet  et  non  la  RNT  avec  les  quelques radios supplémentaires qui sont envisagées dans le projet en cours.    Venons‐en  désormais  aux  objections  de  ceux  qui,  très  légitimement,  s’inquiètent  de  ce  nouveau cadre de développement.    La RNT est gratuite pour les auditeurs soutiennent‐ils, alors que la radio IP serait payante. Le  tout IP marquerait la fin d’un média démocratique, librement accessible à tous.  Qu’en est‐il  réellement de cette objection ? D’abord, n’oublions pas que la radio FM, comme la radio IP,  utilise une source d'énergie électrique qui n'est gratuite ni pour l'une, ni pour l'autre. Mais  plus  substantiellement,  l’argument  ignore  que  l’accès  à  l’Internet  étant  payé  au  forfait,   l’écoute  de  la  radio  IP  n’entraîne  pas  de  paiement  supplémentaire  pour  l’usager.  Et  cela,  pour  la  réception  sur  terminal  fixe,  mais  aussi  pour  la  réception  mobile.  Il  ignore  aussi  les  multiples  points  d’accès  gratuit  en  Wi‐Fi  …  La  radio  n’a  pas  les  mêmes  exigences  que  la  télévision en termes de bande passante, donc pas de coûts particuliers significatifs. Bien sûr,  ce raisonnement ne vaut que si Internet est une liberté fondamentale et un bien commun, et  si  les  forfaits  sont  accessibles  à  tous  comme  des  biens  essentiels  tels  que  l'eau  ou  l'électricité. Gageons que ce sera le cas à l’avenir.    Autre argument : l'écoute de la RNT serait anonyme tandis que l’écoute de la radio IP serait   traçable. Le spectre d’une société totalitaire est parfois même agité. Curieux argument, car  chacun  sait  que  si  l’on  peut  certes  tracer  une  écoute,  en  revanche,  à  l’exception  de  la  diffusion  en  ondes  courtes  émettant  de  l’étranger  et  désormais  en  déshérence,  l’État  Léviathan  peut  contrôler  les  émissions  de  radio  en  bande  FM,  comme  en  RNT.  Considérer  que  la  diffusion  hertzienne  est  synonyme  de  liberté,  alors  même  qu’elle  nécessite  des  autorisations publiques préalables, contrairement à la radio sur IP, est de toute évidence un  contresens.        2   
  • 3. Bien sûr, subsiste la question de la protection des données personnelles pour tous les usages  sur  Internet  fixe  ou  mobile.  Elle  s’applique  à  la  radio  comme  à  l’ensemble  des  échanges  réalisés  sur  le  réseau.  Gageons  là‐aussi  que  l’enjeu  est  tel  que  des  solutions  collectives  seront trouvées pour tous les usages de l’Internet et pas seulement de la radio.    Quant à la question de la neutralité des opérateurs de télécoms qui assurent la distribution  de la radio IP, et par conséquent peuvent, en théorie, favoriser telle radio par rapport à telle  autre,  elle  relève,  ne  l’oublions  pas,  désormais  du  contrôle  de  trois  autorités :  le  CSA,  l’ARCEP et l’Autorité de la Concurrence. Quel que soit le succès relatif de la radio IP ou de la  RNT, il est faux de dire que le cadre concurrentiel échappe à tout contrôle. Seuls les angles  d’approche diffèrent. Dans le cas de la RNT, comme de la TNT, le contrôle se fait en amont,  alors  que  dans  l’Internet,  il  se  fait  ex  post  mais  dans  le  cadre  des  normes  législatives  préétablies.  Il  serait  extraordinaire  de  privilégier  un  dispositif  fermé,  régulé  (spectre  hertzien)  à  une  technologie  ouverte,  à  multiples  entrées  (Internet).  Faut‐il  oublier  les  controverses  sur  l’égalité  de  traitement  dans  la  répartition  des  fréquences  FM,  pour  considérer  que  le  monde  antérieur  est  plus  ouvert  à  la  création,  au  pluralisme  et  à  la  diversité avec 30 à 50 radios, qu’un univers où chacun peut prendre l’initiative de lancer son  propre modèle (Internet) ? Ils sont aujourd’hui des milliers à choisir la seconde option.    La  question  est  posée  aussi  à  propos  des  interfaces.  C’est‐à‐dire  le  dispositif  de  dialogue  entre l’homme et la machine. Ces interfaces, à la manière d’iTunes d’Apple ne vont‐elles pas  orienter  les  choix  des  utilisateurs ?  La  réponse  est  oui,  il  faut  considérer  ces  interfaces  comme  des  médias  doués  de  la  faculté  de  préférences  éditoriales.  Sur  les  terminaux  mobiles,  l’interface  est  l’expression  directe  du  logiciel  d’exploitation  de  la  machine.  Où  en  sommes‐nous en Europe ? Le pouvoir culturel des interfaces est un enjeu stratégique majeur  qui  se  résout  par  la  concurrence  des  offres  et  qui  s’inscrit  dans  le  débat  général  d’une  politique  industrielle  des  services  sur  Internet  et  plus  globalement  encore  sur  notre  souveraineté numérique.     L’expérience  des  années  précédentes  démontre  qu’au‐delà  des  rapports  de  force  à  établir  entre  gestionnaires  de  plateforme  et  éditeurs,  sous  le  contrôle  des  pouvoirs  publics,  les  offres les plus innovantes trouvent toujours leur place dans le domaine de la radio et cela  sans difficulté. Il est en effet de l’intérêt de tous dans un environnement de concurrence, de  donner  accès  aux  contenus  les  plus  innovants.  Sur  Internet,  le  principal  médiateur  c’est  le  public et l’accès de masse à ce public demeure les médias. C’est donc un nouveau modèle  symbiotique  qui  s’organise  plus  ouvert  que  jadis.  Que  chacun  se  rassure,  Internet démode  tout,  sauf  le  talent.  Certaines  radios  ne  s’y  sont  pas  trompées  et  font  preuve  d’un  regain  d’imagination pour leurs applications mobiles.     La radio sur IP conduit à remettre en cause la pertinence de nombre de nos réglementations.  La loi audiovisuelle a été conçue dans un milieu fermé, un aquarium, en quelque sorte, avec  comme  base  des  réglementations,  des  obligations  et  des  attributions  discrétionnaires.  En  contradiction avec cet univers, Internet, c’est l’océan, le grand large. Pour pousser l’analogie,  on pourrait dire que les deux, l’aquarium et l’océan, communiquent, que rien ne les rendra  étanche l’un de l’autre et qu’il vaut mieux s’intéresser à la vie au grand large qu’à un sous‐ ensemble non isolable, le monde hertzien national.     3   
  • 4. Venons‐en  à  l’argument  économique.  Le  coût  de  la  diffusion  en  mode  IP  versus  celui  d’un  réseau hertzien en mode RNT. À première vue, la comparaison n’est pas favorable à la radio  sur  IP  :  une  diffusion  nationale  en  IP  reviendrait    pour  un  réseau  comme  Skyrock  qui  rassemble à chaque instant 300 000 auditeurs à près de 7 millions d’euros par an à comparer  à  5 millions pour une diffusion en RNT couvrant 90% du territoire. Mais dans 5 ans, qu’en  sera‐t‐il ? Le prix de la bande passante baisse d’environ 15 % par an et cela sans compter sur  les progrès de la compression numérique qui permet de réduire le débit nécessaire pour une  qualité  équivalente.  Dès  2015,  les  coûts  des  deux  modes  de  diffusion  se  rejoignent.  Mais  surtout  …  ils  s’additionnent  dès  maintenant,  car  quel  opérateur  de  radio  diffusé  par  voie  hertzienne,  demain  par  hypothèse  en  RNT,  se  priverait  pour  autant  d’une  reprise  sur  Internet ? Le projet de RNT doit se concevoir en sachant que, d’ores et déjà, les éditeurs de  radio  doivent  investir  sur  leur  diffusion  en  mode  IP.  Le  choix  est  asymétrique.  On  peut  concevoir une radio IP sans diffusion numérique terrestre, l’inverse n’est plus possible.      Pour ce qui est des petits budgets, la réalité est inverse. Une diffusion RNT ‐ comme FM ‐ est  une diffusion à coût fixe qu’elle que soit le nombre d’auditeurs, son prix à l’auditeur est donc  inversement  proportionnel  à  l’audience  rassemblée.  Les  radios  associatives  en  France  mobilisent 25 % des fréquences pour 4 % de l’audience et le coût total de cette diffusion est  en réalité particulièrement onéreux.     En  revanche,  en  radio  IP,  la  radio  ne  paye  que  son  audience  réelle,  ouvrant  la  voie  à  un  enrichissement  considérable  de  l’offre  communautaire.  Et  si  ce  coût  demeure  cependant  une difficulté, il faut savoir que le service « Live Radio » d’Orange diffuse déjà gratuitement,  pour les radios comme pour les auditeurs, plus de 11 000 radios dont les radios associatives.  Leur  modèle  économique  étant  la  publicité  sur  le  lecteur  virtuel.  Toutes  les  radios  qui  le  souhaitent peuvent être diffusées gratuitement sur ce service.    Dans le même temps, la question de la norme de diffusion continue à se poser pour la RNT.  Pourquoi  rester  au  T‐DMB  initialement  choisi  et  ne  pas  aller  vers  le  DAB+,  norme  plus  récente ? Cette norme permet, à débit équivalent, d’accroître l’offre de 20 à 25 %, soit deux  à trois stations supplémentaires par zone de diffusion, tout en rabaissant d’un pourcentage  un peu moindre les coûts de diffusion. Il faut peut‐être attendre le T‐DMB+... !!! Le problème  de la RNT est que chaque nouvelle norme de diffusion implique de changer les récepteurs et  modifier les systèmes d’émission, voire les autorisations administratives.     La  logique  économique  voudrait  également  que  soit  décidé,  dès  maintenant,  l’arrêt  de  la  modulation  de  fréquence  pour  faire  réussir  la  RNT  et  diminuer  les  coûts  des  éditeurs.  Là  encore, la comparaison avec la TNT n’est pas correcte. La TNT est un bénéfice pour le public  et  l’arrêt  de  la  télévision  analogique  est  par  conséquent  légitime,  la  RNT  est,  au  contraire,  une  régression  en  terme  de  qualité  de  diffusion  par  rapport  à  la  FM  et  en  termes  de  programmes par rapport à la radio IP. Rien ne saurait la justifier.     Il fut dit aussi que l’argent public devait subvenir au déploiement de la RNT. Mais le rôle de  l’État  est  d’investir  dans  le  long  terme  et  donc  dans  des  technologies  lorsqu’elles  sont  porteuses d’avenir et pas lorsqu’elles sont en fin de cycle. Aujourd’hui,  par exemple, il serait  préférable d’investir dans un réseau national dédié exclusivement à l’Internet mobile.   4   
  • 5. Et  puis,  quel  paradoxe !  Certaines  fréquences  sont  mises  aux  enchères  et  donnent  lieu  à  redevance  pour  l’Internet  3G  par  exemple…  et  d’autres  connexes  seraient  subventionnées  par l’État pour la radio !! Un tel grand écart n’est guère justifiable alors que la priorité est  d’investir dans un réseau national dédié exclusivement à l’Internet mobile.    Que  faire  alors  avec  la  bande  III  (174  à  223 MHz)  et  de  la  bande  L  (1,4  à  1,5  GHz)  partiellement dévolues aujourd’hui à la RNT ? Voilà ce qui pourrait être fait : sur la bande III  seraient déplacés les services de TNT adjacents à la bande GSM (900 MHz)  exploités par les  télécoms  ce  qui  libérerait  environ  40  MHz  de  nouvelles  « fréquences  en  or »,  un  second  dividende  numérique  à mettre,  ainsi  que  la  bande  L,  aux  enchères  comme  l’on  déjà  fait  la  Grande Bretagne souvent cité en exemple, mais aussi comme le préparent les USA.    Cette  bascule  nécessite  de  lancer  un  « rescann »  par  les  tuners  TNT.  Cette  opération  n’est  pas  exceptionnelle  et  il  faudra  apprendre  à  la  gérer  puisque  qu’elle  est  indispensable  à  chaque  modification  de  l’offre :  changement  de  dénomination  de  chaines,  d’opérateur,  de  canal, de numérotation …    La  puissance  publique  s’est  fait  un  devoir  d’accompagner  le  changement  des  industries  culturelles : la presse, le livre, le cinéma, le spectacle vivant, le logiciel, le jeu vidéo et même  la télévision lors de sa transition vers la TNT ont été aidées. La radio est la grande absente de  cette  prodigalité.  Bien  contraire,  elle  a  subi  ces  dernières  années  la  perte  des  secteurs  réservés  comme  la  distribution  ainsi  que  l’accroissement  des  droits  musicaux.  Il  est  temps  d’aider  la  radio.  Pourquoi  ne  pas  créer  un  fonds  de  modernisation  de  la  radio,  en  tenant  compte  du  fait  que  la  cession  des  fréquences  de  la  bande  III    et  de  la  bande  L  devrait  permettre à l’État de dégager des recettes nouvelles ?    Et  comment  aider  la  radio ?  En  premier  lieu,  le  secteur  associatif :  la  nouvelle  génération  d’opérateurs  organiseraient,  grâce  à  ce  fonds,  de  nouvelles  modalités  de  soutien  et  de  service. En second lieu, les opérateurs commerciaux trouveraient un appui complémentaire  pour affronter un changement sans précédent.    Plus  généralement,  le  Fonds  financerait  une  vraie  réforme  du  plan  de  fréquences  FM.  Car  loin d’être dépassée, la modulation de fréquence est un des meilleurs moyens de couvrir le  territoire  et  ce  encore  pour  de  longues  années.  Il  faut  cependant  se  libérer  de  l’héritage  historique  du  plan  initial,  jusqu’à  présent  aménagé  à  la  marge,  pour  le  repenser  globalement.    Pour répondre aux questions posées, une loi sur la radio du futur s’impose. Elle s’articulera  avec  des  textes  en  cours  d’élaboration  sur  la  neutralité  des  réseaux  et  la  vie  privée  numérique notamment,  instaurera le fonds de modernisation de la radio et ses missions et  réglera le sort de la bande III. L’ajustement démographique des seuils anti‐concentration qui  préoccupent certains opérateurs devra être également abordé.           5   
  • 6. Avec  quel  calendrier ?  Il  paraît  clair  que  le  législateur,  à  son  initiative  ou  à  celle  du  gouvernement, devra à nouveau intervenir dans le domaine des médias numériques. Que ce  soit sur la transposition du Paquet Télécom imposée par Bruxelles, la neutralité des réseaux  et la protection de la vie privée, on ne pourra pas faire l’économie d’un débat. La radio du  futur y trouverait toute sa place.     Lorsqu’un  auditeur  écoute  la  radio,  la  provenance  du  signal  lui  importe  peu.  L’important  c’est de capter correctement. Demain l’auditeur ne saura pas s’il écoute sa radio en FM ou  en IP et son récepteur passera de l’un à l’autre au mieux des conditions du forfait. Le futur  est  FM  +  IP  mais  un  troisième  mode  diffusion  peut  se  joindre  à  ce  duo :  la  réception  satellitaire directe.    Une offre satellitaire européenne est en cours d’élaboration qui permettrait de servir 100 %  du  territoire  et  de  la  population,  rappelons  que  15  millions  de  personnes  en  habitat  dispersés sont peu ou mal desservis par la diffusion terrestre. Cette offre associe un satellite  et des émetteurs relais au sol sur la bande S (2 à 4 GHz). Cette radio numérique satellitaire ‐  la  RNS  ‐  serait  complémentaire  des  réseaux  existants  et  serait  utile  dans  les  transports  puisqu’installée en première monte dans les véhicules automobiles.    Le duel entre le réel et la RNT est fini, le réel a gagné. Mais ce débat a permis d’ouvrir une  réflexion globale au moment même où la radio entre à nouveau en métamorphose. Il faut  s’en servir pour passer ensemble à la suite !    Sylvain Anichini  Consultant, ancien directeur général adjoint de Radio France  Pierre Bellanger  Fondateur, président de Skyrock  Marc Tessier  Président de Video Futur, ancien président de France Télévisions  6   

×