Transition energetique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
3,346
On Slideshare
1,188
From Embeds
2,158
Number of Embeds
6

Actions

Shares
Downloads
40
Comments
0
Likes
0

Embeds 2,158

http://www.lecese.fr 2,090
http://www.scoop.it 41
http://www.construction21.eu 14
https://hootsuite.scoop.it 11
http://webcache.googleusercontent.com 1
http://www.cfecgc.org 1

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Conseil économique, social etenvironnementalAssemblée plénière – 8 et 9 janvier 2013La transition énergétique : 2020-2050 - Un avenir à bâtir, une voie à tracerAvis présenté par : Mme Catherine Tissot-Colle et M. Jean JouzelEfficacité énergétique : un gisement d’économies ; un objectif prioritaireAvis présenté par Mme Anne de Béthencourt et M. Jacky ChorinAu nom de la section de l’Environnement et de la section des Activités économiques
  • 2. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : UN GISEMENT D’ÉCONOMIES ; UN OBJECTIF PRIORITAIRE Deux avis complémentaires, initiés début 2012, et qui s’inscrivent pleinement dans « la feuille de route pour la transition écologique »: discours du Président de la République devant la Conférence environnementale, des 14 et 15 septembre 2012 Transition énergétique basée sur la sobriété, l’efficacité et le développement des énergies renouvelables (EnR) Enjeux multiples : économiques, environnementaux, géopolitiques, sociaux Contexte de changement climatique, de raréfaction des ressources naturelles facilement accessibles, d’une évolution de la demande en énergie et d’une augmentation prévisible des prix de l’énergie
  • 3. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : UN GISEMENT D’ÉCONOMIES ; UN OBJECTIF PRIORITAIRE Au plan international Raréfaction des ressources fossiles Nouvelles exigences de sûreté dans l’industrie nucléaire Le réchauffement climatique lié aux activités humaines  Lien fort climat-énergie  Réchauffements importants aux conséquences désastreuses si rien n’est fait pour diminuer nos émissions  Maintenir ce réchauffement en-dessous de 2 C est un véritable défi :  diminution des émissions mondiales de GES d’ici 2020 puis  division par 3 d’ici 2050 ; effort plus important des pays développés  Aller vers une société sobre en carbone et en énergie n’est pas une option mais un impératif
  • 4. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : UN GISEMENT D’ÉCONOMIES ; UN OBJECTIF PRIORITAIRE Au plan national La France est engagée dans une union européenne volontariste Directive européenne sur l’efficacité énergétique La loi sur l’énergie de 2005 : facteur 4 Grenelle de l’Environnement Débat national sur la transition énergétique Aspects économiques et sociaux  Balance commerciale  Compétitivité sur les marchés internationaux  Opportunités en termes de créations d’emplois  La précarité énergétique
  • 5. Conseil économique, social etenvironnementalAssemblée plénière – 8 et 9 janvier 2013La transition énergétique : 2020-2050 - Un avenir à bâtir, une voie à tracerAvis présenté par : Mme Catherine Tissot-Colle et M. Jean JouzelAu nom de la section de l’Environnement
  • 6. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER 1. La TE au service de la performance économique et sociale (1)  Notre enjeu : une économie décarbonée, compétitive et écologique  Dès le débat :  sobriété et efficacité énergétique : définir, promouvoir, préciser  intégrer l’ensemble des facteurs  s’appuyer sur des scénarios riches, pluralistes, transparents  réaliser des études d’impact environnementales et socioéconomiques
  • 7. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER1. La TE au service de la performance économique et sociale (2)  D’ici 2020 :  préserver un service de l’électricité à coûts de production réduits  privilégier les EnR à fort potentiel de développement, haut niveau de recherche, savoir-faire technologique opérationnel et générant des emplois qualifiés non délocalisables  anticiper l’évolution des métiers, limiter les destructions, favoriser la transmission des compétences  structurer aux niveaux national et européen, les filières de recyclage en généralisant l’éco-innovation
  • 8. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER2. Une nécessaire évolution du mix énergétique Vis-à-vis du débat national, nous recommandons :  de ne pas focaliser sur la place du nucléaire, mais prendre en compte toutes les énergies  de questionner et évaluer les besoins et leur adéquation avec la fourniture d’énergie dans le cadre de l’optimisation de son utilisation  d’aborder la question de l’évolution du nucléaire de manière sereine et complète  d’intégrer prioritairement dans le débat national la problématique des transports
  • 9. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER D’ici 2020 :  encourager l’élaboration de scénarios d’équilibre respectant les engagements sur le réchauffement climatique à l’horizon 2050  concentrer l’aide sur les EnR déjà en phase de déploiement commercial, celles présentant un potentiel technologique pour nos entreprises, et celles dont le bilan en termes d’externalités négatives est satisfaisant  soutenir l’extension et la modernisation des réseaux de transport de l’énergie  développer dans les transports l’usage des moteurs électriques, hybrides ou à gaz naturel, puis renouvelables, et favoriser les nouvelles mobilités  établir une programmation pluriannuelle des investissements pour l’énergie D’ici 2030 :  accélérer l’électrification des transports individuels et collectifs, et poursuivre le soutien à l’émergence de la filière
  • 10. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER3. Une mobilisation des acteurs et des moyens à la hauteur du défi climatique (1)  Lors du débat et après :  clarifier les rôles respectifs des acteurs publics  veiller à ce que l’État reste responsable de la cohérence nationale (politique climat-énergie, fiscalité)  confier au niveau régional la responsabilité de la cohérence de la TE sur leurs territoires  renforcer les programmes opérationnels territoriaux visant la maitrise de la demande en énergie  orienter la politique étrangère de la France vers un accord international équitable
  • 11. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER3. Une mobilisation des acteurs et des moyens à la hauteur du défi climatique (2)  Lors du débat et après (suite) :  décider d’une politique européenne commune de l’énergie ambitieuse et solidaire, cohérente avec la politique climatique  répondre au défi du financement :  en évaluant de manière publique et partagée le bilan du marché ETS européen  en réexaminant les mécanismes fiscaux français portant sur l’énergie à l’aune de l’efficacité économique, de la justice sociale et leur conformité avec la lutte contre les GES
  • 12. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER3. Une mobilisation des acteurs et des moyens à la hauteur du défi climatique (3)  Lors du débat et après(suite) :  faire partager les enjeux :  développer tout au long de la vie la formation aux questions de TE, d’efficacité et de sobriété  s’appuyer sur les réseaux de formation à l’éducation au développement durable  impliquer les ministères concernés à tous les niveaux : Éducation nationale, Enseignement supérieur  favoriser l’approche interdisciplinaire  former les personnels enseignants  sensibiliser et mobiliser tous les citoyens et acteurs aux niveaux national et régional : formation continue, campagnes de communication, réseaux associatifs
  • 13. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER3. Une mobilisation des acteurs et des moyens à la hauteur du défi climatique (4)  D’ici 2020 :  renforcer et étendre le marché des ETS sous réserve d’une régulation efficace, garante de la transparence et de l’intégrité du marché  améliorer la lisibilité et la transparence de la CSPE, conduire des études d’impact en vue d’en élargir l’assiette  faire de la BPI un outil de financement privilégié de la TE dans le cadre d’un véritable pôle financier public  encourager le secteur bancaire, notamment coopératif, à intégrer la TE dans sa stratégie
  • 14. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER 4. Favoriser et développer la recherche et l’innovation  Dans l’immédiat  associer recherche fondamentale, recherche appliquée, innovation et développement, favoriser les partenariats entre acteurs publics et entreprises permettant le passage des étapes de R&D au développement de nouvelles filières  réaliser un état des lieux de la recherche privée et publique, pour favoriser l’innovation et l’énergie « Made in France »  développer un réseau pluridisciplinaire associant la recherche en sciences humaines aux sciences de l’ingénieur et économiques  effectuer une expertise de la chaîne de financement de la R&D afin de soutenir les entreprises dans la phase de pré- industrialisation
  • 15. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER  D’ici 2020 :  déterminer les montants des investissements de R&D en fonction de l’état de la recherche et non en prédéterminant les financements en volume  rééquilibrer et refinancer la recherche en général et celle sur l’énergie en particulier, en y allouant une partie des recettes des quotas du marché ETS  développer et structurer la recherche des sciences humaines dans le secteur de l’énergie pour accompagner les mutations sociales  engager les acteurs français à être parties prenantes de la politique européenne de la recherche  D’ici 2030 :  continuer d’explorer et de déployer toutes les pistes de valorisation et de transformation du CO2 y compris le captage - stockage
  • 16. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACERSans cet effort de recherche, les ruptures technologiquesn’auront pas lieu.Il sera alors très difficile d’atteindre les objectifs deréduction des émissions de GES.Mais la transition énergétique ne sera pas uniquementtechnologique.Les sciences humaines et sociales, en particulier la MDE,y ont toute leur place.
  • 17. LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : 2020-2050 – UN AVENIR À BÂTIR, UNE VOIE À TRACER CONCLUSION  Une nécessité : repenser nos fondamentaux pour sortir de la crise systémique actuelle  Un impératif : une transition pertinente, réfléchie et partagée  Notre ambition : associer volontarisme et progressivité  donner un prix au carbone  permettre l’adaptation de tous les acteurs  améliorer la gouvernance  faire évoluer en profondeur la fiscalité  bâtir une véritable Europe de l’énergie  investir dans la R&D  développer des filières économiques pérennes  Un projet commun s’appuyant sur un large accord politique et une anticipation sociale
  • 18. www.lecese.fr