Présentation plénière du CESE : eau et usage de l'eau en agriculture _ 23 avril 2013

3,291 views
3,019 views

Published on

Bien commun essentiel à la vie de l’Homme et de toutes les espèces animales et végétales, l’eau est en interaction étroite avec la terre. Elle doit donc être gérée et utilisée de manière optimale par l’agriculture française pour que celle-ci puisse durablement relever les nombreux défis auxquels elle est confrontée : renforcer notre autonomie alimentaire, fournir une eau potable de qualité, préserver les milieux et les équilibres naturels, permettre les autres usages (industriels, domestiques..) et s’adapter au changement climatique. Pour le CESE, l’ampleur et la complexité de ces enjeux de société appellent la mise en œuvre de solutions globales et pérennes au niveau des territoires.
Support de présentation de l'avis "la gestion et l'usage de l'eau en agriculture?" présenté au CESE le 23 avril 2013

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
3,291
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2,507
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Présentation plénière du CESE : eau et usage de l'eau en agriculture _ 23 avril 2013

  1. 1. La gestion et l’usagede l’eau en agricultureAvis présenté par Florence DENIER-PASQUIERAu nom de la Section de l’Agriculture, de la pêcheet de l’alimentationConseil économique, socialet environnementalAssemblée plénière – 23 avril 2013
  2. 2. Les principaux défis une production agricole diversifiée permettant l’autonomie alimentaire les enjeux sanitaires, notamment la ressource en eau potable la conciliation des différents usages et activités liés à l’eau la contribution du secteur de l’agriculture à l’atteinte du bon état deseaux l’adaptation de la production agricole aux effets du changementclimatique sur la ressource en eau
  3. 3. Conforter la politique de protectiondes captages d’eau potable considérer le défi alimentaire dans sa globalité mener une action adaptée à la vulnérabilité des airesd’alimentation des captagessur les secteurs les plus sensibles : agriculture biologique,forêt, agroforesteriediffusion des meilleures pratiques et accompagnement desévolutions en faire un enjeu d’aménagement du territoire
  4. 4. Agir de la parcelle au bassin versant Faciliter la stratégie agro-écologique de chaque exploitationRéduire les pollutions diffuses : alternatives agronomiques ettechniques identifiéesSe détacher progressivement des intrants de synthèseFinancer cette transition – redevances ciblées et progressivesMettre en cohérence les approches territoriales:Intégrer l’hydraulique agricole à l’échelle du bassin versantDéfinir un cadre pour un « remembrement écologique » ?
  5. 5. Les légumineuses, des productions solutionsLa luzerne en exemple : sécurité sécheresse, plante engrais,réduction des coûts… Complémentarité des productions végétales et animalesUne dynamique collective pour valoriser des cultures plus diversifiées Projets territoriaux, agricoles et alimentaires«Le lien écologique terre-mer, enjeu économique et socialValoriser sur les territoiresles apports de l’agro-écologie
  6. 6. Réduire les vulnérabilités agricoles aux aléasmétéo Articuler production agricole et cycle de l’eau Améliorer la robustesse de l’agriculture pluviale face aux sécheresses Réduire les vulnérabilités aux excès d’eauFavoriser les adaptations au changementclimatique Anticiper les effets considérables du changement climatique sur laressource en eauFavoriser la « résilience » des exploitationsPorter une attention particulière à l’Outre Mer
  7. 7. Prendre en compte la diversité des agricultures irriguéesInscrire l’irrigation dans les équilibres territoriaux et la préservation desmilieux aquatiquesDonner la priorité à la reconquête durable des équilibres sur lesterritoires à déficit structurelGénéraliser les démarches préventives :définition des priorités d’usagesrépartition du volume prélevable entre utilisateursdomestiques, industriels et agricolesPrivilégier l’irrigation efficienteet partager équitablement la ressource
  8. 8. Optimiser et mieux répartir l’eau d’irrigation disponibleorganiser la répartition du volume prélevable agricoleintégrer dans une politique nationale la création des « retenues desubstitution »Réserver les financements publics à des programmes territoriaux visanten priorité des pratiques agro-écologiques, des productions alimentaireset/ou à fort taux d’emploisMiser sur les systèmes de gestion collective adaptés aux territoiresPrivilégier l’irrigation efficienteet partager équitablement la ressource
  9. 9. Améliorer les connaissancesŒuvrer pour une recherche plus transversaleDévelopper des stratégies d’accompagnement du changementRendre plus cohérente la gouvernanceFaire de l’échelle hydrographique l’unité d’action localeAssurer un pilotage national et rendre plus efficace la police de l’eauArticuler la politique de l’eau avec toutes les politiques communautaires
  10. 10. la terre ne se cultive pas sans eau, l’eau ne se gère pas sans laterreune transition nécessairepas d’opposition fondamentale entre l’eau et l’agriculture.chemins de convergence, pour une agriculture durable, plusrespectueuse des milieux et des hommes.une ambition : partager avec l’ensemble de la société civile cesenjeux fondamentaux, qui conditionnent à long terme la productivitéde l’agriculture, le bon état des eaux, notre alimentation.L’eau est un bien commun → solidarité
  11. 11. www.lecese.fr

×