Un aperçu des activités d'enseignement et de recherche d'EURECOM

  • 1,052 views
Uploaded on

 

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
1,052
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
5
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. eurecom.fr Rapport d’Activité 2012 ÉCOLE D’INGÉNIEURS ET CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATIONS Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 1 02/05/13 17:16
  • 2. édito J e veux tout d’abord, redire ici un très grand merci aux fondateurs pour leur enthousiasme et leur excellent travail. Grâce à ces fondamentaux solides, 2012 a été une année riche d’évènements qui constituent autant de nouveaux atouts pour son développement futur. Nous retiendrons en point d’orgue, une inoubliable cérémonie de remise des diplômes, la vingtième, organisée en Principauté de Monaco sous la présidence de Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco, en partenariat avec la Fondation Prince Albert II de Monaco et Monaco Télécom, parrain de la promotion 2012. Le souverain monégasque a remis en personne son diplôme à l’étudiante major de promotion. Résultat de l’évaluation de notre démarche qualité et de notre expertise dans nos formations, EURECOM a reçu, en 2012, l’habilitation de la CTI (Commission des Titres d’Ingénieurs) pour délivrer deux diplômes d’ingénieurs de spécialisation. C’est une étape fondamentale, car cette habilitation confère à EURECOM le statut d’école à part entière, qui lui permet de proposer un diplôme en propre, mais aussi de nouveaux cursus d’enseignement comme des Masters cohabilités avec d’autres institutions, des écoles doctorales, des doubles diplômes, etc. Avec ces deux diplômes, EURECOM élargit son offre de formation et s’ouvre vers de nouveaux horizons au niveau du recrutement. Même si le diplôme d’ingénieur avec nos membres académiques restent la priorité, nous souhaitons que les nouveaux diplômes de spécialisation prennent de l’importance. Pour y parvenir, EURECOM a renforcé son équipe avec une responsable des relations internationales et du recrutement, arrivée cette année. 2012 a d’abord été, pour EURECOM, l’année de ses 20 ans que l’on peut regarder avec fierté au vu des nombreux accomplissements impossibles à énumérer ici faute de place... Ulrich Finger , Directeur Un autre tournant décisif dans la vie d’EURECOM a été son installation en août 2012 dans ses nouveaux murs au sein du Campus Scientifique SophiaTech, sur un terrain commun avec l’Université de Nice-Sophia Antipolis et à proximité de l’INRIA, du CNRS et de l’INRA. EURECOM confirme ainsi son ancrage dans le tissu local et accroît sa capacité d’accueil d’étudiants et de chercheurs. 2012 a aussi vu la création de l’Institut Mines-Télécom qui regroupe les familles des Écoles des Mines et des Télécoms afin de constituer le premier groupe de grandes Écoles d’ingénieurs et de management de France. EURECOM, école filiale du nouvel Institut, a accueilli, en novembre 2012, les quelque 200 participants au premier séminaire annuel de l’Institut Mines-Télécom dédié à la réflexion sur la stratégie de la nouvelle institution. Enfin, lors du dernier conseil d’administration en décembre, nous avons voté l’adhésion au GIE EURECOM de deux nouveaux membres  : la société munichoise IABG et le Gouvernement de Monaco, premier membre institutionnel du groupement. L’arrivée de ces nouveaux membres enrichit notre consortium non seulement en termes d’activités nouvelles, mais aussi en termes d’internationalisation et de différence de culture d’entreprise ou universitaire. Avec tous ces nouveaux atouts, EURECOM peut tranquillement, je dirais dynamiquement, envisager un futur radieux pour les prochaines vingt années. sommaire 04. Retour sur l’actualité 06. Une formation internationale 08. Des étudiants et des entreprises 10. Une recherche de niveau mondial 12. Réseaux et sécurité Zoom sur… CRISALIS 18. Communications multimédia Zoom sur… TABULA RASA 24. Communications mobiles Zoom sur… WL-BOX4G 30. EURECOM campus SophiaTech 32. 20 ans 34. Publications et communications 2 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 2 02/05/13 17:16
  • 3. ÉDITO ÉDITO ACTUALITÉ ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONAL FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE RECHERCHE INNOVATION CAMPUS CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS PUBLICATIONS ÉDITORIAL/SOMMAIRE EURECOM Une grande école d’ingénieur et un centre de recherche au cœur de la société numérique 11,3 M€ de budget 2012, un chiffre d’affaires des projets de 5,3 M€ 150 personnes au service de l’enseignement et de la recherche 120 scientifiques (dont 23 enseignants chercheurs Et 72 doctorants) 30 administratifs et supports 26 nationalités représentées 104 contrats gérés en 2012 dont : 31 contrats européens 42 contrats nationaux 40 contrats de gré à gré 283 publications scientifiques internationales dont : 121 cosignées avec des institutions étrangères. En hausse de 9,2 % par rapport à 2011 3 Missions fondamentales La recherche Aaxéeautour de trois domaines de spécialisation : réseaux et sécurité, communications multimédia, communications mobiles. La formation d’ingénieurs hautement qualifiés EURECOM offre des programmes d’enseignement entièrement en anglais. • Un programme ingénieur niveau Master • Trois programmes de Master international, en sécurité informatique, communications mobiles et communications multimédia destinés aux étudiants étrangers • Deux diplômes d’ingénieur de spécialisation, en communications pour les transports intelligents et en Sécurité pour les Systèmes Informatiques et les Communications La formation par la recherche Au cœur de la dynamique de recherche d’EURECOM les doctorants ont une place importante et bénéficient de conditions optimales pour faire leur formation scientifique sur des thèmes porteurs et couvrants de nombreux domaines des communications, traitement de l’information, du signal et de l’image, et de la sécurité. Statut EURECOM est un Groupement d’Intérêt Économique (GIE), réunissant des partenaires académiques, industriels et institutionnels, nationaux et internationaux. L’Institut Mines-Télécom est membre fondateur du groupement. Axes stratégiques • Ouverture vers d’autres universités de haut niveau pour renforcer son réseau et la collaboration internationale. • Développer un réseau de recrutement étudiants pour le diplôme d’ingénieur de spécialisation en France et à l’international. • Développement de la recherche dans des champs émergents et renforcement des domaines d’expertises. • EURECOM acteur de l’innovation au travers de sa recherche avec l’industrie. RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 3 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 3 02/05/13 17:16
  • 4. actualité RETOUR SUR L’ACTUALITÉ 2012 Année marquante dans la vie d’EURECOM, a été rythmée par les célébrations des 20 ans de l’institution, son habilitation par la CTI à délivrer un diplôme et par son emménagement dans le Campus SophiaTech, campus emblématique des Alpes Maritimes 02 FÉVRIER LE DIRECTOIRE DE L’INSTITUT TÉLÉCOM À SOPHIA ANTIPOLIS La réunion de travail du Directoire de l’Institut Télécom de février s’est tenue à EURECOM avec notamment une visite du chantier de son futur bâtiment au sein du Campus SophiaTech. Le conseil général  06, maitre d’ouvrage du projet, annonce la fin des travaux pour l’été, permettant ainsi à EURECOM de planifier son installation et mettre à profit les derniers mois de finition pour préparer la prochaine rentrée universitaire de 2012 sur ce nouveau site. UCN@SOPHIA, LABORATOIRE D’EXCELLENCE LAURÉAT DU SECOND APPEL À PROJETS LABEX Le gouvernement a présenté la liste des 71 lauréats du second appel à projets “Laboratoires d’excellence”. Parmi les projets retenus figure le projet UCN@sophia dans lequel EURECOM est partenaire aux côtés de l’Inria, du Cnrs, de l’Université de Nice-Sophia Antipolis et de l’Institut Télécom. Centré sur les services que l’internet de demain pourra offrir aux utilisateurs, le projet vise à développer des possibilités de recherche de contenus 03 MARS intelligents sur le réseau. EURECOM se réjouit de ce succès, qui marque une reconnaissance de la qualité de sa recherche et de sa visibilité internationale. C’est aussi l’aboutissement du travail effectué en synergie avec les acteurs scientifiques locaux qui préfigurent les collaborations futures au sein du Campus de Sophia Antipolis. EURECOM AU 4L TROPHY Heureux d’avoir vécu “une expérience hors du commun où ils ont dépassés certaines de leurs limites” Thibault et Thomas avec leur 4L aux couleurs d’EURECOM et Symantec, ont terminé 66ème parmi les 1300 équipages qui ont pris le départ pour ce Raid Aventure réservé aux étudiants. Une expérience unique mêlant défi sportif, dépaysement et solidarité. Solidarité, puisque plus de 80 tonnes de fournitures scolaires ont été apportées par les différents équipages. L’équipage EURECOM a acheminé des ordinateurs pour les élèves Marocains Prix du meilleur stage de la Fondation Télécom Chaque année, la Fondation Télécom attribue un ensemble de Prix pour distinguer les meilleurs stages de fin d’études des élèves des écoles de l’Institut Télécom. La remise des prix des meilleurs stages 2011 s’est déroulée le 22 mars 2012. Le 1er prix 2012 revient à Matthias Hernandez , EURECOM, pour son travail de stage à l’Université de Californie du Sud sur le thème de “Modélisation automatique de visage à partir de caméra 3D” encadré par le Prof. Jean-Luc Dugelay. 08 AOUT LE GRAND DÉMÉNAGEMENT Après avoir compté les jours avant le grand déménagement, le personnel d’EURECOM était heureux d’investir ses nouveaux bureaux le 20 août. Saluons au passage le travail de l’ensemble des équipes qui ont travaillé ardemment à ce déménagement de grande ampleur. 4 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 4 02/05/13 17:16
  • 5. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS RETOUR SUR L’ACTUALITÉ 09 20 ANS EURECOM : UNE BELLE CÉRÉMONIE ! Pour fêter son 20e anniversaire, EURECOM a choisi la Principauté de Monaco pour SEPTEMBRE célébrer ses nouveaux diplômés en partenariat avec la Fondation Prince Albert II de Monaco et Monaco Télécom, parrain de la promotion 2012. Une cérémonie placée sous la présidence du souverain monégasque qui a remis personnellement son diplôme à la major de promotion. Le souverain a encouragé les jeunes diplômés pour leur entrée dans le monde du travail et les a incité à créer des modes de production plus respectueux de l’environnement et mettre en place une croissance vraiment durable. Un défi que ne manqueront pas de relever ces jeunes ingénieurs. 1ere rentrée étudiante sur le Campus SophiaTech Le lundi 24 septembre, c’était jour de rentrée à EURECOM qui a accueilli une centaine de nouveaux étudiants de la nouvelle promotion d’ingénieur composée de plus 17 nationalités différentes. Parmi ces nouveaux arrivants, plus de 30 élèves ingénieurs Télécom ParisTech et tous les étudiants en provenance des partenaires académiques européens d’EURECOM. 11 10 OCTOBRE FÊTE DE LA SCIENCE EURECOM a participé à la 3ème édition du “WE des Sciences de Sophia Antipolis”, manifestation phare de la Fête de la Science des Alpes-Maritimes, qui s’est déroulée les 13 et 14 octobre, aux côtés des acteurs scientifiques de la technopole. Au programme, démonstrations, expérimentations, dialogues avec des chercheurs, pour découvrir le travail des équipes des laboratoires d’EURECOM. NOVEMBRE PREMIÈRE ÉDITION DES JOURNÉES MINES-TÉLÉCOM Les 13 et 14 novembre 2012 ont eu lieu les premières “Journées Mines-Télécom” qui ont réuni près de 200 personnes à Sophia Antipolis avec plusieurs objectifs affichés : renforcer la dynamique collective du groupe nouvellement créé, contribuer à l’élaboration de la stratégie et présenter les écoles qui accueillaient ces premières rencontres, EURECOM, Mines ParisTech Sophia et Télécom ParisTech. 12 DECEMBRE “Je suis à la fois très heureux et très fier d’avoir été élu à la Présidence de l’Assemblée des Membres d’EURECOM. Je souhaite pouvoir aider EURECOM à profiter de ses nouveaux locaux pour croitre à la fois en terme d’étudiants et de Membres et pour fournir au monde l’expertise et les talents dont ce — siècle numérique — a besoin.” Un nouveau président pour le GIE EURECOM Laurent Londeix, Délégué Régional Provence-Côte d’Azur du groupe Orange, et président du Pôle SCS, a été élu président de l’Assemblée des Membres du GIE lors de la séance qui s’est tenue en décembre. Partenaire de longue date il connait bien EURECOM. DEUX NOUVEAUX PARTENAIRES INTÈGRENT LE GIE EURECOM Lors de l’Assemblée de décembre les membres du GIE ont voté en faveur de l’adhésion du Gouvernement Monégasque en tant que premier membre institutionnel. Dans le cadre de cette collaboration il est prévu la mise en place d’un centre d’expertise pour la sécurité informatique avec en première étape la création d’un laboratoire de recherche sur ce thème, en commun avec Monaco Telecom. L’Assemblée a également voté l’adhésion de l’industriel allemand IABG, la coopération revêtira plusieurs formes  : contribution aux programmes d’enseignement (stages, thèses de Master et doctorat) et participation aux projets communs sur les composants liés aux systèmes de radio logicielle et aux antennes. RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 5 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 5 02/05/13 17:16
  • 6. enseignement Une formation & un recrutement international Caroline Hanras nouvelle responsable des relations internationales Caroline vous avez rejoint EURECOM au début du mois de septembre 2012 comme responsable des relations internationales, pouvez-vous nous décrire votre nouvelle mission et ce que votre expérience va apporter à EURECOM ? d’un marché du travail de plus en plus internationalisé et de saisir l’importance de formations internationales en synergie avec ces exigences. C’est cette réalité qui dirige la stratégie d’EURECOM. J’ai ainsi développé des outils de promotion utiles pour contribuer au développement international de notre établissement. L’habilitation de la CTI pour délivrer deux diplômes d’ingénieur de spécialisation et l’emménagement dans des nouveaux locaux plus spacieux vont permettre à EURECOM d’accroitre les effectifs d’étudiants. Mon rôle consiste à accompagner cette volonté en renforçant le recrutement et la visibilité d’EURECOM auprès des étudiants. Avant d’occuper mon poste actuel, j’ai travaillé plusieurs années au service de la promotion de l’enseignement supérieur français au sein des Ambassades de France en Chine et en Russie. J’ai complété cette expérience en travaillant dans le domaine du recrutement pour des grandes entreprises françaises implantées en Russie. Ce contexte m’a permis d’être au cœur des enjeux EURECOM présent sur : 22 Salons internationaux Amérique du Sud — Asie — Europe Inde — Indonésie — Moyen-Orient... Quelles ont été vos premières priorités et quelles sont les actions que vous allez dérouler en 2013 ? Une de mes priorités majeures est consacrée à la promotion de nos nouveaux diplômes mais également de nos masters internationaux labellisés PARISTECH. Une autre priorité est d’accroitre le flux d’étudiants de nos universités partenaires car l’identité internationale et la force d’EURECOM découlent de ses rapports privilégiés avec les membres de son GIE. Dans cette même optique, il s’agit d’appuyer le développement de notre réseau en invitant de nouveaux membres de qualité à rejoindre notre GIE. En collaboration avec M. Jan Rembowski, Délégué International, auparavant Responsable des Relations Internationales de Télécom Paristech, nous avons déjà activement participé à des missions de promotion et de recrutement dans de nombreux pays. Ces missions nous ont permis d’identifier des priorités géographiques qui vont orienter nos futures actions. Plusieurs missions ont été menées en étroite collaboration avec l’Institut Mines-Télécom. L’appartenance à ce nouveau groupement majeur de l’enseignement supérieur français est le gage d’une attractivité renforcée à l’international. Nous souhaitons également promouvoir la visibilité du Campus SophiaTech en mettant en avant nos coopérations avec les autres acteurs de ce campus, l’INRIA, l’Université de Nice Sophia Antipolis et le CNRS, telle que notre participation au laboratoire d’excellence Labex UCN@sophia. Enfin, notre nouveau statut de Grande École nous ouvre un large champ de possibilités en nous permettant d’intégrer des réseaux internationaux ; l’adhésion à Campus France et la demande de la charte ERASMUS sont les prochaines actions majeures. Des universités prestigieuses, Membres académiques du GIE 6 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 6 02/05/13 17:16
  • 7. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS FORMATION INTERNATIONALE Pays de provenance des étudiants de la promotion 2012 20e promotion EURECOM ! Établissements d’origine Aalto University AGH University of Science and Technology, Cracovie Bilkent University BUPT, Beijing University of Posts and Telecommunications EPFL, École polytechnique fédérale de Lausanne NTNU, Norwegian University of Science and Technology PARISTECH SUPCOM, Tunis Télécom ParisTech Télécom SudParis Technische Universität Darmstadt Technische Universität München Universidade Estadual de Campinas Universidade de São Paulo Université du Zagreb 73 Nouveaux étudiants Allemagne Brésil Cameroun Chine Croatie Finlande France Grèce Inde Maroc Norvège Pologne Roumanie Serbie Tunisie Turquie Vietnam Promotions multinationales, cursus en anglais et encouragement à la mobilité, l’enseignement multiculturel d’EURECOM est reconnu pour former des ingénieurs ouverts sur le monde. Les 73 étudiants de la promotion 2012 n’ont pas dérogé à la règle de la multiculturalité, ils ne comptaient pas moins de 17 nationalités dans leurs rangs. Étudiants de tous horizons académiques issus des grandes Universités partenaires d’EURECOM, ils ont été accueillis pour une formation sur mesure qui varie de 1 à 4 semestres en fonction de leur cursus et de leur statut. L’ESPRIT PROMO Baptisée JägerBEDster, l’équipe BDE  2012 a initié et organisé de nombreuses actions qui ont suscité enthousiasme et renforcé l’esprit d’équipe et d’amitié entre les étudiants. Échantillon représentatif de la diversité culturelle de la promotion en cours, l’équipe joue un rôle essentiel pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants. Ils sont aussi l’interface privilégiée entre les étudiants et les entreprises. Le BDE  2012 a eu la mission particulière d’organiser la cérémonie de remise des diplômes des 20 ans d’EURECOM , en collaboration avec le service communication de l’école et Monaco Telecom leur parrain de la promotion  ! Un projet ambitieux qu’ils ont su mener à terme avec un dynamisme et un sérieux très professionnel. EURECOM, c’est d’abord un institut d’excellence à l’enseignement varié. Ne soyez pas surpris si vous “ré”entendez parler de vos professeurs, parmi les meilleurs dans leur domaine, aux quatre coins du globe. Car si toutes les écoles de France cherchent à vanter un côté international, elles ne peuvent rivaliser avec l’immersion dans l’environnement multiculturel qu’offre EURECOM. C’est simple  : les trois quarts des professeurs comme des élèves proviennent de tous les horizons et l’intégralité des cours est en anglais. (Don’t worry, if you are able to understand this you are fluent enough to study at EURECOM!) Sylvain Monné, président du BDE 2012 29 Concours commun 16 Master of Science 8 Double diplôme 9 Admis sur titre 4 Auditeur libre RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 7 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 7 02/05/13 17:16
  • 8. entreprise Une formation de haut niveau et proche des enjeux de l’industrie Entreprise et partenariat les maîtres mots d’une école originale ! Comment faire dialoguer enseignement, recherche et industrie ? Comment conjuguer recherche publique et acteurs industriels ? Comment soutenir le transfert de l’effort public vers l’industrie au profit du développement économique ? Des questions toujours actuelles auxquelles EURECOM répond au travers de son modèle original de GIE qui regroupe des entreprises nationales et internationales et de grandes universités européennes. Ce partenariat entre culture académique et culture de l’entreprise bénéficie en premier lieu aux étudiants à qui l’on offre une formation concrète aux métiers de l’ingénieur, assise sur une solide formation scientifique. Les membres industriels apportent leur contribution à l’évolution des cours en émettant des recommandations liées à l’émergence de nouveaux besoins de compétences dans leurs entreprises. Ils interviennent directement dans certains cours sous forme de vacations, notamment dans les enseignements pratiques. Ils proposent des études de cas et des grands projets que leur entreprise a été amenée à traiter. Membres industriels du GIE Ils accueillent les étudiants en stage de thèse professionnelle en les invitant à travailler sur des problématiques concrètes. Programmes d’études EURECOM LANCE 2 NOUVEAUX DIPLÔMES Les différents CURSUS EURECOM Les points forts de la formation à EURECOM Diplôme de spécialisation en Sécurité pour les Systèmes Informatiques et les Communications Cette formation a le but d’offrir les connaissances techniques nécessaires aux ingénieurs chargés de concevoir des systèmes sécurisés et aux administrateurs système chargés d’assurer la sécurité informatique et réseau au sein d’une entreprise ou d’un organisme public. • Un programme d’ingénieur en collaboration avec les membres académiques du GIE EURECOM • Des enseignements dispensés en anglais dans un environnement multiculturel Diplôme de spécialisation en Communications pour les Systèmes de Transport Intelligents Dans ce programme, les élèves comprendront les défis et les mécanismes nécessaires pour interconnecter efficacement les véhicules et les infrastructures de transport. Ils auront aussi une compréhension profonde sur les domaines majeurs d’application des STI, tels que la sécurité routière, l’efficacité de trafic, ou l’accès aux contenus de divertissement et le confort. • 2 programmes d’ingénieur de spécialisation accessibles dès la rentrée 2013 en formation initiale et en formation continue. • 3 programmes de Master International  : Mobile communications, Communications and computer security, Multimedia information and technologies • Un programme doctoral — EURECOM offre aux étudiants diplômés d’un master recherche ou équivalent la possibilité d’obtenir un doctorat en effectuant un travail de thèse dans ses laboratoires. Des relations étroites et à long terme avec les industriels. • Un parcours d’ingénieur flexible et un accompagnement personnalisé. • 7 filières proposées : Réseaux, Sécurité des systèmes de communication, Applications internet, Multimédia, Communications mobiles, Techniques de transmission, Systèmes temps réel et embarqués Un semestre dédié à la thèse professionnelle avec un stage effectué dans l’industrie et à l’international. • Un corps professoral international. 8 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 8 02/05/13 17:16
  • 9. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS DES ÉTUDIANTS ET DES ENTREPRISES Le stage d’ingénieur, une étape indispensable pour accéder au monde de l’entreprise Le stage d’ingénieur est une étape fondamentale du parcours pédagogique. Par sa durée et les responsabilités confiées au stagiaire, le stage ingénieur constitue une première expérience professionnelle primordiale lors de la recherche du premier emploi. Dernière étape avant l’obtention du diplôme d’ingénieur : il donne lieu à la rédaction d’une thèse professionnelle et à une soutenance orale devant un jury. Les étudiants d’EURECOM disposent chaque année d’une banque de stages de plusieurs centaines d’offres, alimentée grâce à l’efficacité de son réseau de partenaires et l’excellente notoriété de ses enseignements auprès des futurs employeurs. UNE ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE AU SERVICE DES ÉTUDIANTS “ Pascale Castaing Gwenaelle Le-Stir Carine Bouetard Alexia Cepero Nous accueillons chaque année une centaine d’étudiants à qui nous offrons un accompagnement personnalisé à chaque étape de leur parcours. Nous accueillons beaucoup d’étudiants étrangers, une aide leur est apportée pour trouver un logement, pour leurs démarches administratives. Une fois sur place ils bénéficient des conseils d’interlocuteurs dédiés, pour leur choix de cours qu’ils font en fonction de leur projet de fin d’étude ou projet professionnel. Ces échanges permanents entre étudiants et équipes d’encadrement font naître des relations étroites et qui souvent perdurent au-delà de leur vie étudiante. Davi AlbernazLameiro-Da-Costa Diplômé 2012 “ J’ai fait mon stage en tant qu’ingénieur logiciel au siège de Facebook, dans la Silicon Valley Après cette expérience, je peux dire que je soutiens pleinement la démarche qui consiste à inciter les étudiants à travailler dans un environnement industriel encadré avant d’obtenir leur diplôme. C’est formidable qu’EURECOM offre à ses étudiants cette possibilité en y consacrant un semestre. Au sein de l’équipe de recherche de Facebook, j’ai pu approfondir mes compétences en matière de codage, mais aussi de travail d’équipe, bien au-delà de ce que j’avais pu faire dans le cadre de projets universitaires, tout cela en ayant un réel impact sur la vie de millions de gens. Cette expérience m’a permis de confirmer que le développement logiciel correspondait bien au domaine dans lequel je souhaitais travailler. Et j’ai aussi pu découvrir la vie à San Francisco, ce qui m’a conduit à vouloir y retourner vivre un jour. Les chiffres clés des stages 2012 Les entreprises d’accueil : 3Roam, Accenture, Alcatel Lucent, Amadeus, ARM, Aubay, BMW, Bull, Cap Gemini, CSC, Facebook, Google, Hitachi, HP, I2R, Michelin, Mindspeed Technologies, NEC, Orange, Panasonic, Producteev LLC, Renault Finances SA, SAP France, Siemens, SNCF, Solucom, Stonesoft Corporation, Technicolor 98 % des stagiaires dans l’industrie 2 % dans des laboratoires de recherche académiques Destination principales à l’étranger : Finlande, Japon, Singapour, Suisse, USA, Allemagne, France... 26 % Projet personnel : des étudiants ont choisi de poursuivre leur formation en double diplôme Ils sont de plus en plus nombreux à prendre une année entière pour réaliser des projets de départ dans un pays étranger, une mission humanitaire ou s’engager au service d’une cause. 22 % dans une université à l’étranger : Suède, Belgique, Grande Bretagne... 4 % ont choisi de mettre l’accent sur une double compétence par un double diplôme avec HEC et l’ENPC EURECOM soutient et encourage les initiatives personnelles des étudiants qui souhaitent se lancer dans un projet personnel en cours d’études. Mattias Hernandez, lauréat du Prix du Meilleur stage 2011 de la Fondation Télécom “ Recevoir une telle distinction à l’issue de ma formation est un grand honneur. Ce prix récompense beaucoup de travail et d’investissement, mais il salue aussi la qualité de la formation que j’ai eu la chance de recevoir à EURECOM. Matthias Hernandez, étudiant EURECOM vainqueur du “prix des meilleurs stages” de la Fondation Télécom pour son stage “Face pose and expression estimation” effectué aux États-Unis, à l’Université du Sud Californie et encadré par Jean-Luc Dugelay. Organisé chaque année par la Fondation Télécom ce prix récompense les travaux de fin d’études remarquables des élèves des écoles de l’Institut Mines Télécom. Tout le monde devrait essayer de travailler ou d’étudier à l’étranger. RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 9 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 9 02/05/13 17:16
  • 10. recherche EURECOM Un acteur influent du Web Qu’il s’agisse d’optimiser l’utilisation des vidéos disponibles sur Internet ou d’apporter son expertise à la construction du Web de demain, EURECOM est aujourd’hui un des acteurs incontournables de l’Internet à Sophia-Antipolis. Grâce à EURECOM, le Web compte aujourd’hui un standard supplémentaire ! Celui développé par Raphaël Troncy et son équipe dans le domaine de l’indexation vidéo et dont le déploiement va faciliter le visionnage de vidéos sur Internet. C’est à des chercheurs comme Raphaël Troncy, maître de conférences au département Communications multimédia, que l’on doit les nouveaux services qui fleurissent chaque année sur Internet. Expert dans le domaine des métadonnées vidéo, les outils du Web sémantique — dont le but est de faire émerger de nouvelles connaissances à partir de celles déjà présentes sur le Web — n’ont pas de secret pour lui. Il est d’ailleurs depuis plusieurs années le représentant de l’Institut Mines Télécom au sein du Consortium World Wide Web, appelé communément le W3C, et participe activement à plusieurs groupes de travail en apportant son expertise technique. Raphaël, votre rôle dans l’univers du Web vient de connaître un tournant spectaculaire n’est-ce pas ? Tout à fait  ! Notre technologie sur la “fragmentation de média” a été validée par le Consortium World Wide Web (W3C). Nous avons terminé nos travaux en septembre 2012 et nous sommes très heureux d’avoir reçu cette recommandation W3C, l’étape finale d’un long processus de validation d’un standard technique. Notre technologie est désormais reconnue comme un standard Internet que les développeurs du Web pourront utiliser dans le domaine de la vidéo. De quoi s’agit-il exactement ? Et qu’est-ce que ce standard permet ? Imaginons que dans une vidéo Internet de 1  h  30, seules cinq minutes vous intéressent. Comment faire pour y accéder directement  sans avoir à télécharger l’intégralité de la vidéo  ? Jusqu’à aujourd’hui, chacun travaillait à sa façon, et chaque navigateur Internet l’implantait différemment. Les membres du W3C, dont je fais partie, ont décidé de développer un outil unique. Cela a été un travail de longue haleine dont EURECOM a été un acteur majeur. Nous avons travaillé trois ans pour savoir comment fragmenter un média audio ou vidéo afin de pouvoir sauter directement à la séquence voulue. Notre technologie s’inspire de la syntaxe classique d’adressage Web, l’URL, à laquelle on ajoute un intervalle de temps qui représente le début et la fin de la section recherchée. Ces instructions sont données au navigateur afin qu’il ne joue que cette séquence et permette ensuite de la partager par email ou sur un réseau social du Web. Aujourd’hui, ce standard fonctionne très bien, quel que soit le format vidéo ou audio. Raphaël Troncy Maître de conférences au dept. Communications multimédia Les travaux de ce jeune chercheur d’EURECOM ont le vent en poupe. Récipiendaire d’un prix prestigieux à Boston et principal auteur d’un tout nouveau standard du Web, les résultats de ses recherches font du bruit sur la Toile. Et quand pourrons-nous en profiter ? Effectivement, cette recommandation n’est que la première étape. Il faut maintenant que les grands acteurs de l’Internet, comme Google ou Apple, l’intègrent dans leurs navigateurs. Et plus ce service de séquençage sera utilisé par les utilisateurs du Web, plus il sera connu, et plus les annonceurs s’y intéresseront. Et les fournisseurs de vidéos, comme YouTube et Dailymotion, devraient ensuite utiliser cette technologie. Il faut dire que celle-ci ne procure pas que des avantages à l’utilisateur. Elle est aussi très efficace en termes d’économie de bande passante, dont la vidéo est très gourmande. Le W3C (World Wide Web Consortium) est l’organisme international de normalisation technologique du Web. Fondé en 1994 au fameux MIT, Massachussetts Institute of Technology, il regroupe aujourd’hui plusieurs centaines entreprises partenaires contribuant à créer des normes dont l’objectif est d’optimiser la qualité de service du Web. Ce consortium valide — tout en veillant à leur compatibilité — les normes utilisées pour le développement des services Internet. Il est donc l’instance suprême de validation de tous les standards technologiques du Web, dont le plus populaire est le langage de programmation HTML. 10 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 10 02/05/13 17:16
  • 11. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS UNE RECHERCHE DE NIVEAU MONDIAL Acropolis, école d’hiver WORKSHOP BMW /EURECOM Du 20 au 22 février EURECOM a accueilli une école d’hiver sur le thème des méthodes expérimentales en communication sans fil dans le cadre du projet  FP7 Acropolis. Plus d’une cinquantaine de jeunes chercheurs ont pu assister à des exposés et débattre avec des spécialistes du domaine sur les méthodes expérimentales modernes utiles pour leur recherche en systèmes de communication sans fil particulièrement dans le domaine des architectures matériel et logiciel ainsi que des outils de simulation réseau. Les 16 et 17 mars EURECOM a accueilli un workshop BMW EURECOM au cours duquel chaque équipe a présenté ses thèmes de recherche, il a été essentiellement question de radio cognitive, de gestion intelligente des ressources radio, d’électro-mobilité, Software Define Radio et OpenAir. Cela a aussi été l’occasion de discuter de formation et des échanges d’étudiants et de stagiaires entre EURECOM et BMW. Ce workshop est une occasion unique de mettre face à face les équipes de BMW et EURECOM et de mettre en évidence des axes de recherche essentiels pour l’évolution des communications intelligentes dans les véhicules et les communications mobiles. L’école a donné l’occasion aux étudiants d’expérimenter ces méthodes sous forme de travaux pratiques en particulier l’utilisation de la plateforme “Rice University Warp” et les plateformes “OpenAirInterface” d’EURECOM. “Les plateformes expérimentales pour les systèmes sans fil de 4ème génération et au-delà” Organisé le 23 février à EURECOM, en collaboration avec Thales, dans le cadre du projet FP7 SACRA ce workshop dédié aux communications sans fil de bout en bout, avait pour but de donner une vue d’ensemble des plateformes logicielles et matérielles les plus avancées dans le domaine des systèmes sans fil. Ces plateformes permettent de traiter des thématiques aussi diverses que la radio cognitive, la “green radio”, la radio logicielle, les nouvelles topologies réseaux... Une journée intense qui a permis aux développeurs et aux utilisateurs de ces plateformes d’échanger sur leur recherche respective. La démonstration de plusieurs plateformes et des communications temps réel ont été réalisées durant la session démonstration du workshop. Faisant suite au workshop la commission Européenne a rendu une évaluation positive du projet SACRA. INGENIEURS ENTREPRENEURS Ils ont réussi leur start-up ! Conseil et ingénierie digitale pour agence de communication créative Start-up prometteuse fondée en 2003 par Jérôme Clérico et David Pistori, diplômés de la promotion 2002, Indigen fête 10 ans d’activité et d’innovation technologique. EURECOM mène une politique de soutien à la création de start-ups issues de ses laboratoires de recherche. Cette politique d’accompagnement s’est renforcée depuis l’implantation en 2006 à Sophia Antipolis de l’incubateur de Télécom ParisTech, qui a donné naissance à Télécom ParisTech EURECOM Entrepreneurs. Accompagnement personnalisé, mise en relation avec des partenaires, expertise scientifique, soutien juridique et logistique, EURECOM les accompagne vers le succès depuis leur idée initiale née d’un projet étudiant. Au départ éditeur de logiciels, INDIGEN a su développer des outils à la pointe de la technologie, plusieurs brevets ayant été déposés au cours de ses premières années d’existence. EURECOM, depuis le départ, client et partenaire privilégié a participé à l’élaboration et à la consolidation de ces outils. En 2010, INDIGEN prend un nouveau virage et se recentre sur de l’ingénierie digitale “haute couture”. La société participe à la conception et au développement de plateformes web complexes et prestigieuses, qui demandent de fortes compétences d’ingénierie. Parmi les dernières références, nous pouvons citer Nespresso, Lancôme, Chanel, Orange, Intel, Dior, … RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 11 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 11 02/05/13 17:16
  • 12. 3 questions à SYSTÈMES PAIR À PAIR STOCKAGE DISTRIBUÉ MODÉLISATION DE TRAFIC CRYPTOGRAPHIE APPLIQUÉE DÉTECTION DES LOGICIELS MALVEILLANTS GESTION DE LA CONFIANCE VIE PRIVÉE Patrick Loiseau Maître de conférences au département Réseaux et Sécurité réseaux & sécurité La théorie des jeux au service d’Internet La théorie des jeux est l’un des principaux outils de vos recherches. De quoi s’agit-il exactement et comment l’appliquez-vous à vos projets ? Patrick Loiseau : La théorie des jeux permet de modéliser des situations dans lesquelles le choix optimal d’une personne, ou d’une entreprise, dépend des hypothèses qu’il fait sur ce que vont faire d’autres personnes. Grâce aux outils de cette théorie, on peut ainsi déterminer une stratégie optimale pour chacune des personnes, prédire le meilleur compromis et savoir comment y aboutir. Autrement dit, cette théorie permet de trouver l’équilibre entre plusieurs acteurs lorsque chacun s’intéresse à son objectif personnel. Jusqu’à récemment, l’outil privilégié pour ces problématiques était les machines d’apprentissage basées sur des modèles statistiques. Or, dans le domaine de la sécurité par exemple, ce type d’outil est trop simplificateur. Il ne prend pas en compte qu’un spammeur, par exemple, peut-être stratégique et que son but n’est pas uniquement de défier le système, mais aussi de bien cibler ses emails. Historiquement, la théorie des jeux a été conçue pour l’économie classique. À EURECOM, nous l’utilisons pour modéliser des sujets de sécurité et d’économie des réseaux informatiques. Nous travaillons à la fois sur les aspects théoriques et sur ses applications. Les résultats sont-ils déjà au rendez-vous ? P.L.  : Oui, même s’il s’agit pour l’instant de résultats plutôt théoriques. Mais cela nous conforte dans notre démarche. Dans l’exemple du spammeur qui doit passer au travers des mailles d’un “défenseur”, nous avons conçu un modèle, basé sur les “jeux de classification”, capable de prendre en compte le fait que le spammeur change sa stratégie en fonction de celle du défenseur – et vice versa. Étant donné la quantité importante de paramètres qui rendait les calculs trop longs, le défi était dans ce cas d’optimiser l’algorithme pour calculer l’équilibre. Connaître l’équilibre permet de trouver le meilleur compromis entre le fait de laisser passer quelques spams et le coût de contrôle supplémentaire. Nous avons aussi démontré que la théorie des jeux permet d’améliorer la gestion d’un réseau – Internet ou un réseau électrique par exemple. Et ce, autant au bénéfice du propriétaire du réseau que de l’utilisateur. Notre étude comparait une tarification identique toute la journée — incluant la possibilité de gagner une récompense probabiliste en cas d’utilisation en dehors des heures de 12 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 12 02/05/13 17:16
  • 13. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS RÉSEAUX ET SÉCURITÉ 8 12 13 16 20 26 7 28 19 9 15 1 Luca BRUNO Monir AZRAOUI Shengyun LIU 10 Davide CANALI 11 Matteo DELL’AMICO 12 Jonas ZADDACH 13 Aurélien FRANCILLON 14 Olivier THONNARD 15 Thomas MAGER 16 Patrick LOISEAU 17 Daniele VENZANO 18 Yves ROUDIER 19 Hadrien HOURS 20 Korian EDELINE 21 Pierre-Antoine VERVIER 22 Refik MOLVA 23 29 25 21 4 5 2 Salvatore BALZANO Jean-Marc ROBERT 27 6 3 Pietro MICHIARDI 9 17 Melek ÖNEN 5 8 22 18 Xiaolan SHA 7 14 24 4 6 23 Jelena ISACHENKOVA 3 11 Kaoutar ELKHIYAOUI 2 10 1 24 Jakob FRITZ 25 Andrei COSTIN 26 Corrado LEITA 27 Iraklis LEONTIADIS 28 Antonio BARBUZZI 29 Xiaohu WU nos projets PROJETS NATIONAUX congestion — avec un système de tarification variable selon l’heure de la journée (moins cher en heures creuses), mais connu d’avance par les utilisateurs. Nous avons conclu que le système de récompense probabiliste, en attirant au mieux les gens à utiliser le réseau à des heures décalées, est plus robuste. Ce qui a pour effet de fluidifier le trafic tout en offrant aux utilisateurs la possibilité de réduire leurs dépenses. Des applications concrètes sont-elles prévues ? P.L. : Je n’ai pour l’instant pas d’exemples concrets, mais je pense au moins à trois applications potentielles. La première concerne la façon dont les fournisseurs européens du Cloud pourraient tarifer leurs ressources. Aux États-Unis, Amazon propose plusieurs types de tarification  : “à la demande”, forfait annuel... Je suis persuadé qu’en Europe, une tarification du Cloud selon le mécanisme de la récompense serait préférable. Il fluidifierait le trafic tout en maximisant les revenus du fournisseur et en offrant le meilleur tarif aux clients. Les deux autres applications seraient basées sur le mécanisme “jeu de classification”. Cette méthode permettrait, par exemple, de mieux filtrer les commentaires non pertinents des forums de discussion ou encore d’améliorer l’efficacité du filtre de spam d’un service comme Twitter. Mais il nous reste tout de même à démontrer tout cela sur le terrain. PROSE VIPEER CESSA CRISALIS UNC@SOPHIA MIDAS A4CLOUD BIGFOOT MPLANE CLOUD SPACES PROJETS EUROPÉENS I-CODE SYSSEC RECOGNITION FIGARO VIS-SENSE PRIVACY-PRESERVING SMART SPACES TAMPRES RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 13 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 13 02/05/13 17:16
  • 14. Zoom sur... JEUNE CHERCHEUR Andrei Costin DOCTORANT RÉSEAUX ET SÉCURITÉ SOUS LA SUPERVISION DU PROFESSEUR : NATIONALITÉ Moldave/Roumaine Aurélien Francillon CONTACT INSTITUTION D’ORIGINE Andrei.Costin@eurecom.fr Université Polytechnique de Bucarest Insécurité du système ADS-B Les technologies actuelles de gestion du trafic aérien (ATM pour Air Traffic Management) reposent encore sur les technologies de radar qui remontent à la Seconde Guerre mondiale. Elles sont pourtant au bord d’une révolution technologique, à l’instar des réseaux de communications mobiles et téléphones il y a dix ans. Ces avancées ouvrent certes de nouvelles perspectives dans les domaines de l’amélioration des performances du trafic aérien, l’efficacité énergétique et l’innovation, mais elles s’accompagnent aussi de graves risques si la sécurité n’est pas correctement intégrée dès le début du processus. Nous avons considéré la (l’in) sécurité des systèmes de contrôle du trafic aérien sous un angle pratique : présenter les possibilités d’attaques pour manipuler ou perturber ces systèmes. L’ADS-B (Automatic Dependent SurveillanceBroadcast) est un système de gestion et de contrôle du trafic aérien (ATM/ATC) qui vise à remplacer d’ici 2020 les systèmes traditionnels basés sur les radars. ADS-B est un protocole assez simple. Les avions qui en sont équipés diffusent toutes les secondes des messages en texte simple sur un canal de transmission radio dédié. Ces messages incluent la position de l’avion, sa vitesse, son identité, un code de détection d’erreur ainsi que des données sur le contrôle du trafic aérien. Le principal écueil A4 Cloud Avec l’avènement du cloud computing, le stockage et le traitement des données privées sont de plus en plus couramment externalisés vers des fournisseurs indépendants. La grande capacité qu’offrent ces services est un atout incontestable, mais elle se traduit aussi par de nouvelles menaces de sécurité et des menaces contre la protection de la vie privée. Mis à part les défis classiques de sécurité que représentent les services partagés, l’externalisation du stockage et du traitement des données soulève d’autres problèmes face à d’éventuels fournisseurs de clouds malintentionnés. Le manque de confiance dans les fournisseurs de services reste la principale raison du manque d’adhésion générale au cloud computing. Le projet A4Cloud intégré FP7 (Accountability For Cloud and Other Future Internet Services) vise à améliorer cette confiance au travers de la conception et de la mise en œuvre de méthodes et d’outils qui permettront aux utilisateurs de garder le contrôle de l’utilisation de leurs données personnelles. Ainsi, les parties prenantes du cloud seront responsables de la protection et de la confidentialité des informations qui y seront stockées. Ces méthodes associeront l’analyse des risques, l’application de politiques, la surveillance et des audits de conformité. du système ADS-B est le manque de mécanisme de sécurité, tel qu’une signature, un chiffrement ou d’un code d’authentification Un attaquant peut donc : • Falsifier, injecter ou rediffuser des messages ; • Prendre l’identité d’un autre avion ; • Espionner les messages, par exemple pour cibler des avions précis, ou porter atteinte à la vie privée d’autrui. Pour montrer ces faiblesses, nous avons réalisé un émetteur-récepteur compatible avec ADS-B en utilisant sur une radio logicielle bon marché et disponible librement et un logiciel open source (USRP/GNURadio). Puis nous avons démontré ces attaques sur un récepteur conforme au standard. En résumé, les attaques passives et actives sont pratiques pour les attaquants moyennement sophistiqués. Nous avons donc confirmé qu’il manquait à l’ADS-B, protocole destiné aux infrastructures critiques et à une utilisation sur le long terme, les mécanismes de sécurité minimums nécessaires pour assurer la sécurité de base du trafic aérien commercial. contact Andrei.Costin@eurecom.fr Accountability Agent Cloud Service Provider Cloud Infrastructure Provider Cloud 1 Cloud Service Provider Cloud Consumer Cloud x Cloud Infrastructure Provider Cloud Service Provider Accountability certification Tracking & auditing reports Evidence Regulator Cloud Auditor Machine based policy Policy redress Data references Monitoring & analysis Cloud y Actual Data Natural language policy Notification Corrections A4Cloud mechanisms: Protective, preventive, corrective Cloud Infrastructure Provider This project is partly funded from the European Commission’s Seventh Framework Programme (FP7/2007-2013) under grant agreement no: 317550 (A4CLOUD). Le projet rassemble des chercheurs spécialisés dans des disciplines techniques, juridiques et socio-économiques, notamment HPLabs, SAP, Cloud Security Alliance, une PME expérimentée dans le domaine des TIC (ATC Grèce), des universités prestigieuses ainsi que des instituts de recherche de renommée internationale (Karlstadt Universitet, QMUL, TiU, UiS, ARMINES, EURECOM, SINTEF, FURTWANGEN). des données pour des connexions sécurisées, l’application de politiques, la transparence et la vérification. Divers mécanismes de sécurité (preuve de la possession ou de l’extraction) sont à l’étude. Il est à espérer que les nouvelles solutions n’annuleront pas les atouts de performance qu’offre le cloud. Le groupe Sécurité d’EURECOM apportera son expertise dans le domaine de la conception et de la mise en œuvre de solutions vérifiables de protection contact Melek.Onen@eurecom.fr web www.a4cloud.eu 14 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 14 02/05/13 17:16
  • 15. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS RÉSEAUX ET SÉCURITÉ BigFoot Cloud Computing, Projets EU, Plateforme EURECOM Le Groupe de systèmes distribués (DSG) allie une approche théorique et systèmes à la recherche dans le domaine des grands systèmes distribués, et dans la conception d’algorithmes pouvant passer à l’échelle, pour extraire des quantités massives de données. Le groupe met l’accent sur quatre domaines de recherche : • Planification et des problèmes d’affectation des ressources • Virtualisation et réseaux définis par logiciel • Langages de haut niveau et le partage du travail • Conception algorithmique parallèle et Machine Learning appliqué Tout au long de ses activités de recherche, le DSG contribue activement à des projets open source comme Apache Hadoop et OpenStack, qui sont de bons exemples de solution pour le Big Data et le Cloud Computing. En conséquence, au cours des dernières années, la DSG développé des compétences uniques qui sont très demandés par l’industrie : cela se traduit par le nombre de collaboration avec des partenaires industriels, ce qui expose le groupe aux problèmes de la vie réelle, et a des jeux de données uniques. De plus, un certain nombre de projets de recherche financés par la CE ont contribués à une croissance exponentielle des activités du groupe. Ce court article présente un projet important, BigFoot. Le but de BigFoot est de concevoir, mettre en œuvre et déployer une solution Platformas-a-Service pour le traitement et l’interaction avec de grands volumes de données. La stack logiciel de BigFoot est basée sur les principes clés suivants : interaction facile avec de grands volumes de données, déploiements automatiques et auto-paramétré de systèmes logiciels, optimisation des solutions BigData (Hadoop et autres). Pour en savoir plus sur BigFoot, utilisez le lien suivant : www.bigfootproject.eu La plateforme de Cloud Computing privé est l’aboutissement des efforts d’ingénierie et de recherche par le groupe DSG : la plateforme est un facteur clé pour les activités de recherche et d’enseignement, et favorise la collaboration entre plusieurs autres Contact Pietro.Michiardi@eurecom.fr groupes au sein du web www.bigfootproject.eu département RS. Applications Statistical Pattern Analysis Data Mining Algorithms Interactive Queries Analytics & Queries Low-level translation Interactive Query Engine Optimization Library Hadoop MapReduce Data Storage Data Store Support Data partitioning and placement Hadoop Distributed File System Distributed Data Store Virtualization Infrastructure Virtualization Service Deployment Service Optimization CLOUDSPACES est un projet de recherche financé par l’UE (FP7) qui se focalise sur la gestion des données personnelles dans les nuages. Démarré en octobre 2012, le projet continuera jusqu’en septembre 2015. Outre EURECOM, les partenaires du projet sont, sur le plan académique, l’EPFL (Suisse) et Universitat Rovira i Virgili (Espagne), ainsi que Canonical (Royaume-Uni), eyeOS (Espagne) et Tissat (Espagne) en tant que partenaires industriels. Le projet CLOUDSPACES préconise un changement de paradigme de modèles de données centrées autour de l’application et du fournisseur vers un modèle centré autour de la personne et où les utilisateurs peuvent contrôler leurs informations stockées dans les nuages. Plus précisément, les services de cloud computing qui sont commercialisés aujourd’hui comme « nuages personnels » (par exemple SugarSync, ​​ DropBox, Google Drive, U1, iCloud, etc.) limitent voire privent complètement l’utilisateur du contrôle d’aspects importants tels que l’emplacement de stockage des données d’utilisateur, la confidentialité des données, la prévention d’enfermement propriétaire ou l’interopérabilité à travers différents fournisseurs de cloud. CLOUDSPACES vise à créer la prochaine génération de nuages​​ ouverts personnels basés sur les technologies open source, telles qu’OpenStack, au moyen de trois éléments principaux : Partage CLOUDSPACES, Stockage CLOUDSPACES et Services CLOUDSPACES. Partage CLOUDSPACES traitera de l’interopérabilité et de la confidentialité des données. Stockage CLOUDSPACES, mené par EURECOM, s’occupe de la gestion des données à grande échelle en utilisant les ressources hétérogènes de stockage en nuages. Enfin, les Services CLOUDSPACES fournissent une infrastructure de services de haut niveau pour des applications tierces. La contribution d’EURECOM dans le stockage CLOUDSPACES vise à permettre aux utilisateurs de décider de l’emplacement du stockage de leurs données et de la façon dont les applications et les autres utilisateurs peuvent y accéder. Dans ce contexte, EURECOM se penche sur l’élaboration de nouveaux schémas de réplication adaptative et de synchronisation des données, y compris des aspects tels que les pannes, l’hétérogénéité des ressources dans les nuages et de réseau, ainsi que les niveaux souhaités de cohérence des données. Nous entendons développer de nouvelles techniques de stockage cloud qui exploitent la diversité inhérente à l’infrastructure de stockage en nuages au profit de l’utilisateur final. Nous portons une attention particulière au cas d’utilisation où l’utilisateur final de CLOUDSPACES est une PME qui veut tirer parti du partage, du stockage et du service en nuage, tout en gardant le contrôle des parties critiques de ses données. contact Marko.Vukolic@eurecom.fr web www.cloudspaces.eu RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 15 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 15 02/05/13 17:16
  • 16. projet phare CRISALIS Sécuriser les infrastructures critiques Pour les grandes infrastructures, telles que les centrales nucléaires, désormais connectées à Internet, les risques d’intrusion sont majeurs. En développant de nouveaux outils et techniques, CRISALIS va aider à détecter les vulnérabilités et les attaques dans les environnements d’infrastructures critiques. L’événement de 2010 aura eu le mérite de servir de sonnette d’alarme pour toute la communauté. Stuxnet–tel est son nom – est un logiciel malveillant qui visait les centrales nucléaires iraniennes. Selon l’Iran, son créateur, qui reste inconnu, n’a pas réussi à contrecarrer les ambitions nucléaires du pays. Mais cette première cyber-attaque majeure contre une infrastructure critique à créé une onde de choc chez les scientifiques spécialisés dans la sécurité des réseaux informatiques. Stuxnet, le logiciel malveillant le plus avancé, aurait fonctionné sans être décelé pendant près d’un an en profitant de nombreuses vulnérabilités jusqu’alors inconnues. Une simple anomie de fonctionnement serait à l’origine de sa découverte. Des menaces devenues réalité Puis il y eut Duqu, découvert en 2011. Un vers informatique similaire à Stuxnet, mais avec un but différent. À l’instar de Stuxnet, Duqu comportait une signature électronique valide mais usurpée, et recueillait des informations pour préparer des attaques. La découverte de Stuxnet et de Duqu a révélé au grand jour la réalité de ces menaces. Davide Balzarotti, en charge du projet CRISALIS à EURECOM, explique  : “Ces événements ont montré l’inefficacité de nos méthodes standard de sécurité pour détecter les failles et les attaques dans les environnements d’infrastructures critiques.” Lancé en mai 2012, CRISALIS entend remplir cet écueil en apportant des solutions pratiques à court terme. Les infrastructures critiques sont soit des systèmes intégrant les nouvelles technologies, soit des systèmes plus anciens conçus à une époque où Internet n’existait même pas. Mais aujourd’hui, ils sont connectés au Web, comme les centrales énergétiques qu’EURECOM et ses partenaires utiliseront comme environnements réels afin de mettre en œuvre leurs nouvelles techniques. EURECOM collabore avec plusieurs partenaires dans ce projet, notamment Symantec, la célèbre entreprise anti-virus, le fournisseur d’électricité italien Enel dont le laboratoire servira pour tester les solutions d’EURECOM, et Siemens, fabricant de matériel pour centrales énergétiques. 16 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 16 02/05/13 17:16
  • 17. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS RÉSEAUX ET SÉCURITÉ Sécuriser, détecter et analyser Davide Balzarotti “Nos objectifs sont clairs, explique Davide Balzarotti. Il s’agit de développer des outils pour protéger les systèmes contre les attaques ciblées, détecter les intrusions et analyser les attaques perpétrées.” La sécurisation des systèmes passe par la protection des ordinateurs. Ceci ne peut avoir lieu qu’avec des techniques qui contribuent à une analyse automatisée des environnements d’infrastructures critiques et en découvrant les éventuels vecteurs de menace. Mais la sécurisation de tous les ordinateurs et dans tous les cas de figure est impossible. Il faut également apporter de nouveaux outils pour détecter les menaces ciblées et inconnues aussi rapidement que possible. Le défi est d’adapter ces techniques à tous les types de protocoles et périphériques qui sont typiques de ces systèmes. L’analyse des systèmes infectés pour mieux comprendre les conséquences d’une infection est aussi un domaine de recherche important du projet CRISALIS. EURECOM Maître de conférences au Département Réseaux et Sécurité NATIONALITÉ Italienne CONTACT Davide.Balzarotti@eurecom.fr WEB www.eurecom.fr/fr/people/balzarotti-davide est en train de développer un prototype capable d’analyser et de vérifier le micrologiciel de divers composants. Il s’agit d’une technique prometteuse qui nous aidera à détecter les comportements anormaux. Nous développons et testons également un logiciel pour protéger les ordinateurs et détecter les menaces. des systèmes anciens et des technologies propriétaires. La mise à jour et la correction de machines critiques qui doivent fonctionner 24 heures sur 24 sont des opérations très longues. En plus, les auteurs de ces attaques sont des personnes très intelligentes, extrêmement motivées et pleines de ressources.” Mais les environnements d’infrastructures critiques ont des caractéristiques propres. “Ce qui se traduit par de nombreuses contraintes, précise Davide Balzarotti. Certaines de ces infrastructures utilisent Mais les chercheurs d’EURECOM sont eux aussi pleins de ressources et de motivation…. Et les résultats de CRISALIS seront sans aucun doute capitaux. PUBLICATION Towards Network Containment in Malware Analysis Systems. Graziano M, Leita C, Balzarotti D. Annual Computer Security Applications Conference (ACSAC) 2012. A typical distributed control system configuration RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 17 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 17 02/05/13 17:16
  • 18. 3 questions à communicatio multimédia TRAITEMENT DE LA PAROLE   TRAITEMENT DE LA VIDÉO   BIOMÉTRIE Benoit Huet ANALYSE   SEGMENTATION Professeur assistant au département Communications multimédia Exploiter L’augmentation rapide du contenu vidéo sur Internet pose le problème de son utilisation. C’est tout l’objet de vos recherches. Qu’en est-il exactement ? Benoit Huet : Imaginez un instant. Selon les derniers chiffres de janvier 2013, l’équivalent de 72 heures de vidéo sont mis en ligne sur YouTube chaque minute. Oui, chaque minute ! Soit une augmentation de 16 % sur l’ensemble de 2012… Les capacités actuelles des smartphones incitent des millions de personnes à mettre en ligne, parfois en temps réel, tout type de photos et vidéos : vacances, sorties ou même vêtements lorsqu’ils ont besoin de l’avis de leurs amis… Les gens se sont appropriés le multimédia comme un moyen de communication. Et si on ne veut pas qu’Internet devienne un simple cimetière de multimédia, il faut trouver des outils pour CLASSIFICATION   IDENTIFICATION TATOUAGE le contenu vidéo d’Internet exploiter ce contenu. Le fait qu’une grande partie de ces vidéos ait un intérêt limité ne doit pas nous pousser à ignorer tout le contenu riche, informatif ou éducatif. La clé aujourd’hui est donc d’apporter du contexte au contenu. Sans contexte, il est souvent impossible de retrouver ou d’exploiter un contenu multimédia. Quels sont les défis techniques auxquels vous faites face pour faire surgir ce contexte ? Et quels outils avez-vous à votre disposition ? BH : J’aimerais d’abord souligner qu’il existe deux types de contexte : celui dit “interne” directement disponible dans le document — les caractéristiques de l’image comme la texture par exemple — et le contexte “externe”, telles que les coordonnées GPS de l’endroit où a été faite la vidéo ou bien la date — celle de la prise d’images et non celle du téléchargement. Cette richesse contextuelle permet de rendre nos algorithmes d’analyse de contenu plus efficaces. Les outils permettant d’extraire cette sémantique interne et externe sont très variés. Parmi les plus utilisés, je citerais les réseaux de neurones, la fouille de données, les arbres de décision, pour la détection d’événements, et bien sûr, les machines à vecteurs de support (SVM), l’algorithme le plus utilisé pour l’apprentissage de nos modèles. Ces dernières années, on a de plus en plus recours à des méthodes hybrides combinant par exemple “arbres de décision/SVM”. Les défis, eux, sont aussi très nombreux. Outre la quantité énorme de caractéristiques à gérer dans une image vidéo, le plus important est d’abord de valider l’authenticité du document. Par ailleurs, il nous faut sans cesse adapter nos modèles, car la reconnaissance de visages de personnalités, par exemple, ne peut être efficace que si nos bases contiennent des images 18 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 18 02/05/13 17:17
  • 19. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS COMMUNICATIONS MULTIMÉDIA 1 ations 2 3 4 5 6 7 8 2   Neslihan KOSE   Asmaa FILLATRE 9 10   Mathilde SAHUGUET   Leela GUDUPUDI 11 12   Auguste Ghislain ATEMEZING   Jean-Luc DUGELAY 13 14   José Luis REDONDO GARCIA   Pavel KORSHUNOV 3 1 4 5 6 7 8 15 16   Xuran ZHAO   Andrea MELLE 17 18   Giovanni SOLDI   Rui MIN 19 20   Raphaël TRONCY   Claudiu TANASE 21 22   Benoit HUET   Federico ALEGRE   Nick EVANS   Benjamin RANFT   Bernard MERIALDO   Adrien DANIEL   Giuseppe RIZZO   Vuk MILICIC 9 10 12 11 13 14 16 17 15 18 19 20 variées — anciennes et récentes — des personnalités en question. Autre défi, la diversité des formats vidéo nous oblige à développer des modèles capables de s’adapter aux différents encodages. Depuis un an, par exemple, on trouve de plus en plus de vidéos HD sur YouTube. L’annotation des vidéos à travers les réseaux sociaux peut être soit très bénéfique à la compréhension de la vidéo par nos modèles, soit au contraire constituer un obstacle. À nous de développer des méthodes qui distinguent ce qui peut être utile ou non. Il existe d’ailleurs aujourd’hui des systèmes d’annotation d’image automatique, qui facilite le travail des moteurs de recherche. À l’avenir, que peut-on attendre de vos travaux de recherche ? BH : Un de nos objectifs majeurs est justement de permettre aux moteurs de recherche du type Google de retrouver des documents multimédia avec le même niveau de détail et la même efficacité qu’ils le font aujourd’hui avec le texte. Nous travaillons aussi sur des modèles proposant des hyperliens dans une vidéo, ce qu’on appelle “l’hypermédia” en référence à l’hypertexte. On pourrait ainsi cliquer sur une partie de l’image pour obtenir plus d’informations sur cette partie. Cela permettrait d’ailleurs d’aller vers une meilleure complémentarité entre la télévision et le Web. Le projet Européen LinkedTV, dans lequel nous sommes partenaire, a pour objectif de fournir des outils pour faciliter cette recherche d’informations complémentaires et d’améliorer l’expérience utilisateur. Enfin, afin d’exploiter les vidéos aussi bien que ce que l’on fait aujourd’hui avec le texte, le but ultime est bien de comprendre ce qui se passe dans une vidéo. De quoi s’agit-il ? Qui sont les personnes ? Où sont-elles ? L’analyse intégrée de la vidéo et de l’audio deviendra alors indispensable. . 21 22 nos projets PROJETS NATIONAUX ACAV VIDEOSENSE ALIAS DATALIFT SUMACC M4SVR OPENSEM PROJET EUROPÉENS MEDIAMIXER S-MAX TABULA RASA EVENTMAP LINKEDTV RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 19 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 19 02/05/13 17:17
  • 20. Zoom sur... Marie-Lena Eckert NATIONALITÉ Allemande CONTACT Marie-Lena.Eckert@eurecom.fr Initiation à la recherche Impact du maquillage en reconnaissance faciale Dans ces projets, les étudiants sont amenés à lire et analyser un ou plusieurs articles scientifiques, à rédiger un état de l’art sur un sujet précis, à sélectionner puis implanter un algorithme existant, à en comprendre les limites pour éventuellement proposer quelques optimisations ou extensions, et enfin à évaluer et comparer les résultats obtenus par rapport à l’état de l’art. C’est le cas par exemple cette année de Marie-Lena ECKERT, étudiante de TUM, qui a réalisé un travail sur l’impact du maquil- lage en reconnaissance faciale sous la co-supervision du prof Jean-Luc DUGELAY et de Neslihan KOSE, doctorante, qui travaille sur le leurrage en reconnaissance faciale. Pour mener à bien son travail, Marie-Lena a tout d’abord lu et analysé les quelques articles existants dans le domaine concerné. Elle a ensuite construit une base de données importante, qu’il a fallu annoter, afin de disposer d’une part d’une base d’apprentissage et d’autre part d’une vérité terrain nécessaire au projet. À JEUNE CHERCHEUR ETUDIANTE PROMOTION 2014 INSTITUTION D’ORIGINE (TUM) Chaque année, le corps professoral d’EURECOM propose des projets aux étudiants des cycles Master. Ces projets comptent pour l’équivalent de deux cours longs dans le cursus étudiant. Certains de ces projets sont en relation avec des travaux de recherche et thèses de doctorat en cours dans nos laboratoires. partir de cette base, plusieurs algorithmes de l’état de l’art en reconnaissance faciale ont été implantés et testés afin d’évaluer précisément la chute des performances en termes de reconnaissance lorsque l’on cherche à identifier une personne avec maquillage alors que le système l’a apprise sans maquillage ou sous un maquillage différent. De nombreux tests liés à divers niveaux de maquillage et ce pour différentes parties du visage ont été réalisés. Il a été démontré que le maquillage perturbe effective- ment les algorithmes existants de reconnaissance faciale, et plus particulièrement au niveau de la partie oculaire du visage que la partie labiale. Ces observations sont des résultats importants pour espérer définir des algorithmes de reconnaissance faciale moins sensibles à ce type de variabilité. contact Marie-Lena.Eckert@eurecom.fr Réduction de bruit dans les communications mobiles Ce travail concerne le développement de nouvelles solutions de réduction de bruit et d’amélioration de la parole dans le contexte des communications mobiles. Ce travail s’intéresse particulièrement aux bruits environnants de niveaux élevés et est financé par Intel Mobile Communications Group. La réduction de bruit implique la restitution d’une séquence de parole à partir d’un enregistrement corrompu par un bruit additif. La plupart des approches fonctionnent dans le domaine spectral et impliquent : (i) une estimation du bruit, et (ii) son atténuation selon une fonction de gain appropriée. Ces fonctions sont généralement exprimées en termes de rapport signal-sur-bruit (RSB) et sont typiquement dérivées selon des critères spécifiques de minimisation d’erreur. Une approche particulière étudiée par les chercheurs d’EURECOM est basée sur des aspects perceptifs et vise à optimiser la fonction de gain pour des scénarios de communication spécifiques (genre du locuteur, type et niveau de bruit, etc.). Un système expérimental innovant pour des procédures de tests subjectifs a été conçu pour produire des fonctions de gain qui soient optimales perceptivement pour un scénario donné. Des séquences de parole bruitée sont traitées continûment selon une fonction de gain que des auditeurs doivent ajuster à l’aveugle, par paires de points, en utilisant l’interface graphique donnée en illustration. Cette nouvelle procédure permet des tests rapides et reproductibles impliquant des auditeurs non-entraînés sans nécessiter comme souvent des hypothèses contraignantes sur la fonction de suppression de bruit. Nos premiers résultats ont montré que ces courbes de gain diffèrent d’un filtre de Wiener de référence de manière La fenêtre de gauche (cachée au participant) montre la fonction de gain sous-jacente en cours d’ajustement, alors que la fenêtre de droite montre l’interface graphique manipulée par le participant. La simplicité de cette interface permet le recrutement de participants d’entraînement minimal pour des tests qui sont complétés bien plus rapidement qu’avec des approches alternatives. statistiquement significative. Ce travail sera présenté à ICASSP  2013. Des objectifs à plus long terme incluent des algorithmes de réduction de bruit adaptatifs selon le contexte, qui peuvent potentiellement améliorer la qualité des appels en communications mobiles de par l’utilisation de fonctions de gain qui sont optimales perceptivement. Une vidéo de démonstration et des exemples audio sont disponibles à http://audio. eurecom.fr/content/media. contact Nick.Evans@eurecom.fr web www.eurecom.fr/fr/people/evans-nicholas 20 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 20 02/05/13 17:17
  • 21. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS COMMUNICATIONS MULTIMÉDIA AMADEUS pour sélectionner les vocabulaires adaptés pour décrire ses données. Nous avons développé LOV (Linked Open Vocabularies) qui est désormais un index de référence pour tous les vocabulaires utilisés par les jeux de données du web sémantique. Ce service indique aussi les relations de dépendance entre vocabulaires et fournit des métriques quant à leur usage. En partenariat avec AMADEUS, le département Multimédia d’EURECOM a étudié les applications des techniques d’indexation multimédia pour la gestion des grandes bases d’images. Ces techniques permettent en particulier de rechercher, d’organiser, d’annoter, de trier automatiquement ou semi automatiquement de grands volumes de photos, ce qui ouvre des perspectives nouvelles pour les services aux voyageurs. La collaboration a porté sur la définition d’un nouveau descripteur qui utilise des cartes de salliance pour déterminer les éléments importants d’une image. Ce nouveau descripteur, combiné à d’autres plus classiques, permet de construire une représentation du contenu d’une image qui peut ensuite être facilement manipulée par des modèles mathématiques. Un prototype d’annotation automatique a été développé et évalué, pour valider l’approche et montrer son impact possible sur les systèmes de production. Cette étude s’est également intéressée à définir et mesurer l’aspect esthétique d’une image. A cet effet, EURECOM a développé une approche originale, utilisant des données collectées sur les réseaux sociaux pour formaliser les critères d’intérêt du public pour une photographie. Ce travail a été sélectionné pour une présentation au cours du “Grand Challenge” (présentation des meilleures solutions à des problèmes posés par des industriels) de la conférence ACM Multimédia 2012. La collaboration entre une entreprise et un laboratoire de recherche a permis de mieux définir les difficultés liées aux besoins des utilisateurs lorsqu’ils manipulent les bases de données existantes, et d’orienter le développement des nouvelles techniques pour répondre à ces besoins. SPECTRAL RESIDUAL SALIENCY i=128 MULTI RESOLUTION DOWNSAMNPLING Color Opponents Log Spectrum MULTI RESOLUTION SALIENCY MAP Coarse Resolution color representation Smoothed Spectrum i=256,128,64 X Local average and global Moments Average filter 8 orientations Le mouvement des données ouvertes est en constante progression et de nombreuses initiatives au niveau local, régional, national ou international encouragent la publication de données dans des formats ouverts et interprétables par la machine. Cependant, cela soulève des problèmes d’intégration de données dû à l’hétérogénéité des formats et des schémas de description ou encore au manque d’identifiants communs entre les parties prenantes. Datalift est un projet de recherche financé par l’ANR qui a comme objectif de développer une plateforme open source permettant d’élever des données brutes à des données sémantisées et liées à d’autres jeux de données. Datalift peut être vu comme un catalyseur pour le Web Sémantique. En particulier, la plateforme Datalift fournit des éléments logiciels pour toutes les étapes du processus d’élévation des données : 1. La sélection des ontologies  : un producteur de donnée doit 2. La conversion des données  : nous avons développé différentes méthodes qui prennent en compte le format des données (CSV, XML, base de données relationnelles, SHP) pour effectuer une conversion en RDF. 3. Le liage des données  : nous nous appuyons sur le framework SILK que nous avons enrichi avec de nouvelles métriques pour calculer automatiquement des liens owl:sameAs entre des ressources identiques appartenant à des jeux de données différents. 4. La publication des données  : nous supportons par défaut Sesame comme base de données de triplets RDF mais la plate forme Datalift fournit aussi des connecteurs avec d’autres systèmes tels que Allegrograph ou Virtuoso. Nous avons aussi développé des interfaces graphiques génériques pour naviguer et visualiser les croisements entre jeux de données. 5. La protection des données : nous avons développé un module basé sur Apache Shiro qui permet d’obtenir l’identification des utilisateurs et qui gère les droits d’accès directement en RDF, les contraintes d’accès étant réécrites à la volée en terme de requêtes SPARQL. ORIENTED GABOR FILTERS SALIENCY COMPONENTS SALIENCY MOMENTS Local Average Moments: Standard Deviation and Skewness contact Raphael.Troncy@eurecom.fr web datalift.org web lov.okfn.org/dataset/lov contact : Bernard.Merialdo@ eurecom.fr web : www.eurecom.fr/fr/people/merialdo-bernard RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 21 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 21 02/05/13 17:17
  • 22. projet phare TABULA RASA Protéger la biométrie contre les usurpateurs d’identité Les systèmes biométriques sont devenus, au fil de leur utilisation de plus en plus fréquente, la cible d’attaques. D’où l’importance de TABULA RASA, un projet dont le but est de rendre ces systèmes plus fiables. Et ce, le plus tôt possible comment anticiper et contourner les attaques ou les volontés manifestes d’une personne malveillante voulant se faire passer pour une autre ? C’est tout l’objet du projet européen TABULA RASA qui entend faire table rase des tricheries et autres moyens de déjouer les méthodes d’identification biométriques. Depuis une dizaine d’années, les techniques biométriques sont de plus en plus largement utilisées dans les entreprises, les aéroports, aux frontières… Et sont devenues ainsi une cible. Mais plusieurs façons de contourner ces vérifications biométriques existent déjà : copie d’empreintes digitales, photo, masque, voix enregistrée étant les plus courantes. et de la texture de l’image, des propriétés très différentes selon qu’il s’agit d’un vrai visage, d’une photographie ou même d’un masque,” explique-t-il. Ces recherches permettront d’aider à détecter le caractère “vivant” d’une personne. Mais ce critère, malgré son importance évidente, est loin d’être suffisant. D’où l’intérêt des autres sujets de recherche, comme celui du développement des techniques permettant de différencier une vraie voix d’une fausse. “Nous étudions plusieurs types d’attaques,” précise Nicholas Evans, Maître de Conférence au Département Communications Multimédia, le spécialiste Voix d’EURECOM. Celles réalisées par synthèse de la parole, par enregistrement ou par conversion de la voix.” Pour renforcer les méthodes de reconnaissance, les chercheurs ont analysé des critères comme la texture spectrale de la voix ou le comportement de la voix dans le temps. Ce qui les ont conduit à développer des méthodes de protection basées sur l’évaluation de la qualité de la voix et les caractéristiques dynamiques de haut niveau Mieux comprendre les menaces de “leurrage” Toutes ces manières de leurrer les systèmes biométriques, autrement dit “de se faire passer pour un autre” — spoofing en anglais, représentent ainsi de réelles menaces. En évaluer leur impact est un des objectifs de TABULA RASA qui regroupe pas moins de 11 partenaires. “Le rôle d’EURECOM dans ce projet est centré sur la voix et le visage, deux de nos expertises,” précise Jean-Luc Dugelay, professeur et spécialiste de la biométrie faciale. “Pour le visage, nous travaillons aussi bien sur la reconnaissance 2D et 3D. Afin de différencier le vrai du faux, nous développons des modules basés sur l’analyse de l’illuminance, de la réflectance – des propriétés difficiles à copier, mais aussi difficiles à modéliser… Développer des moyens pour les détecter Car l’objectif majeur de TABULA RASA est bien de développer des contre-mesures, autrement dit des techniques permettant de neutraliser rapidement une attaque. Plusieurs pistes de développement s’offraient aux chercheurs  : ajouter des capteurs, demander à la personne de faire une autre action afin de re-vérifier, ou encore optimiser les algorithmes. “C’est cette dernière solution que nous avons privilégiée, explique JeanLuc Dugelay. Une solution, certes plus compliquée à développer, mais de loin plus élégante. Et qui, contrairement aux deux autres, n’augmente ni le coût ni la durée d’identification.” Retrouver les caractéristiques propres d’une personne, en s’affranchissant de tous les artifices, aussi bien au niveau de son visage que de sa voix constitue une des clés pour EN 3D, L’IMPOSTEUR PORTE LE MASQUE D’UNE TIERCE PERSONNE AFIN DE DUPER LE SYSTÈME DE RECONNAISSANCE FACIALE, DE SE FAIRE PASSER POUR ELLE ET BÉNÉFICIER AINSI DE MANIÈRE FRAUDULEUSE DE SES DROITS ET PRIVILÈGES. VISAGE ORIGINAL MASQUE RÉALISTE EN 2D, L’IMPOSTEUR PLACE UNE PHOTOGRAPHIE DE LA PERSONNE DONT ELLE SOUHAITE USURPER L’IDENTITÉ DEVANT LE SYSTÈME DE VÉRIFICATION. VISAGE ORIGINAL IMAGE PLACÉE DEVANT LE CAPTEUR 22 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 22 02/05/13 17:17
  • 23. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS COMMUNICATIONS MULTIMÉDIA Nicholas Evans Jean-Luc Dugelay Maître de Conférences au département Communications multimédia NATIONALITÉ Professeur au département Communications multimédia NATIONALITÉ Britanique française CONTACT CONTACT Nick.Evans@eurecom.fr Jean-Luc.Dugelay@eurecom.fr WEB www.eurecom.fr/fr/people/evans-nicholas vérifier s’il s’agit de la bonne personne. Mais l’objectif de TABULA RASA n’est pas d’étudier les mesures anti-spoofing de la voix et du visage, uniquement séparément, mais également de les intégrer via une application permettant de les implanter dans un seul système. “Ainsi, quand cela est nécessaire, la conception des futurs systèmes biométriques pourra intégrer cette multi-modalité en amont du projet. Ce qui permettra par exemple de vérifier si la voix correspond au visage, et de rendre nos systèmes encore plus robustes,” explique Nicholas Evans. WEB www.eurecom.fr/fr/people/dugelay-jean-luc Sans vouloir se projeter dans un film de James Bond, les chercheurs sont conscients que transformer sa voix ou son visage peut également passer par la chirurgie plastique… Les solutions qu’ils proposent pour améliorer la fiabilité des techniques anti-spoofing ne prévoient pas encore ce type d’attaques extrêmes, mais ils y pensent. Ils ne sont toutefois pas dupes. Tout comme dans le dopage sportif, les tricheurs “biométriques” auront probablement toujours un temps d’avance sur les moyens de contrôle. “Le défi est donc de ne pas se laisser trop distancer,” conclut Nicholas Evans. PUBLICATIONS Countermeasure for the Protection of Face Recognition Systems Against Mask Attacks, N. Kose and J. -L. Dugelay, in: Proceedings of the IEEE International Conference on Automatic Face and Gesture Recognition, 2013 Spoofing countermeasures to protect automatic speaker verification from voice conversion, F. Alegre, A. Fillatre and N. Evans, in: Proceedings of the IEEE International Conference on Acoustics, Speech, and Signal Processing, 2013 JEAN-LUC DUGELAY EN DIRECT SUR FRANCE INTER Biométrie — Quand le corps devient identité Revivez l’émission du jeudi 5 juillet 2012 sur France Inter www.franceinter.fr/emission-on-verra-ca-demain-biometrie-quand-le-corps-devient-identite RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 23 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 23 02/05/13 17:17
  • 24. 3 questions à communicatio mobiles TRAITEMENT DU SIGNAL THÉORIE DE L’INFORMATION Dirk Slock Professeur au département Communications Mobiles PROTOCOLE SANS FIL  RÉSEAUX AD HOC MOBILES   PLATEFORME RADIO-LOGICIELLE   LTE-ADVANCED RADIO COGNITIVE Améliorer les communications mobiles Dirk, optimiser la transmission entre les mobiles est pour vous une véritable passion. Au point que vous détenez plusieurs brevets et que les résultats de vos travaux se retrouvent dans les standards 2G, 3G et 4G. Qu’est-ce qui guide vos recherches en fait ? Dirk Slock : Plutôt que de me focaliser sur des améliorations techniques, je recherche toujours l’équilibre entre la recherche fondamentale et la recherche applicable. Mon premier objectif est d’utiliser les résultats de mes recherches de façon pratique. Ce qui explique en effet que certains de mes résultats se sont retrouvés dans les standards de communication des mobiles. Pour la 3G, par exemple, j’ai développé une théorie dès 1998 appelée aujourd’hui chip equalization. Autrement dit, l’idée était d’apprendre au mobile à “égaliser” son canal de réception afin de réduire les interférences, comme par exemple les signaux destinés aux autres mobiles dépendant de la même station de base. Pour la 4G, j’ai conçu un système appelé “précodage multi-antennes”. Il s’agit en fait d’exploiter la diversité des canaux de transmission de manière à ce que le signal apparaisse sur chacune des antennes. Et il faut, paradoxalement, que la zone soit très riche en obstacles… C’est ce qui rendra le trajet du signal le moins direct possible et permettra d’améliorer la robustesse. Aujourd’hui, la problématique “multi-utilisateurs” oblige à améliorer ce système en introduisant le feedback du canal de transmission vers la station de base. Par ailleurs, je continue aujourd’hui à travailler sur le “semi-aveugle”, une combinaison entre l’égalisation aveugle du canal et l’apprentissage du canal par le mobile. La théorie de l’information montre que cette technique est proche de l’optimum en termes de transmission. Je pense donc que cela sera utilisé un jour. Vous travaillez aussi sur un important projet de géolocalisation, Where 2, qui inclut plusieurs de vos intérêts. Qu’en est-il exactement ? DS  : Dans ce projet, notre but principal est de localiser le mobile en tout temps dans le but d’offrir de nouveaux services. Il faut pour cela obtenir une précision “en intérieur” équivalente à celle du GPS à l’extérieur. La précision actuelle n’est pas au niveau du GPS, car le trajet du signal dans une maison par exemple ne se fait pas en direct vers le mobile : il rebondit sur toutes sortes d’obstacles. Nos travaux ont débouché sur plusieurs techniques possibles. Il nous reste à sélectionner la meilleure d’ici l’été 2013, date de la fin de ce projet. Notre deuxième objectif est de développer 24 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 24 02/05/13 17:17
  • 25. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS COMMUNICATIONS MOBILES 1 10 Sebastian WAGNER 19 Navid NIKAEIN 28 Sandeep KOTTATH Riadh GHADDAB 11 Ngoc Duy NGUYEN 20 Miltiadis FILIPPOU 29 Haifan YIN 3 Raymond KNOPP 12 Pavlos SERMPEZIS 21 Bilel BEN ROMDHANNE 30 Qianrui LI 4 Imran LATIF 13 Tania VILLA TRAPALA 22 Fidan MEHMETI 31 Lionel GAUTHIER 5 Ayse UNSAL 14 Panagiotis MATZAKOS 23 Sébastien ROUX 32 Panagiotis MATZAKOS 6 Robin Rajan THOMAS 15 Amélie GYRARD 24 Christian BONNET 33 Wael GUIBENE 7 Michelle WETTERWALD 16 Fatma HRIZI 25 David GESBERT 34 Aymen HAFSAOUI 8 Florian KALTENBERGER 17 Soumya Kanti DATTA 26 Laura COTTATELLUCCI 35 Xinping YI 1 ations Martina CARDONE 2 Rui Pedro FERREIRA DA COSTA 18 Rajeev GANGULA 27 Petros ELIA 36 Paul DE KERRET 6 8 10 12 5 14 17 19 21 7 22 25 23 34 29 15 30 32 4 36 27 9 3 2 1 18 11 13 16 26 20 28 33 24 35 31 nos projets la communication aidée par la localisation. La technique que nous avons développée est basée sur l’utilisation optimale des antennes relais dont les positions sont connues par le mobile. Et cela fonctionne plutôt bien. Vous êtes connu pour votre créativité et votre intuition. Un mot sur l’avenir des mobiles, la réduction des interférences et le 5G ? DS : On travaille aujourd’hui sur des modèles qui permettront par exemple d’améliorer la communication pour un passager d’un TGV. Le décodage d’un signal dont le canal varie très vite est difficile. Or les résultats d’un de mes thésards ont montré que si on transmettait le signal de manière discontinue, on pourrait améliorer cette communication. Comme vous voyez, il y a beaucoup de potentiel pour améliorer la transmission radio. Mais un des défis, c’est qu’il y a aussi de plus en plus de mobiles et d’antennes à gérer. Malgré tout, la théorie nous dit que la capacité maximale de transmission avec interférences correspond à la moitié de celle qu’on aurait sans interférences. Cela suppose un feedback optimal du canal de transmission vers la station de base. Or ce feedback est en retard, car un mobile, par définition, bouge constamment. Le grand sujet d’études aujourd’hui est donc de prédire le canal et je cherche donc à modéliser le canal de transmission. Les contours du standard 5G sont en train de se dessiner et j’espère que ces modèles en feront partie. En fait, plus on avance dans le domaine et plus on s’aperçoit qu’on est loin de l’optimum. C’est très excitant ! PROJETS NATIONAUX SESAME HNPS PLATA ECOSCELLS SYMPA VELCRI LICORNE SCOREF PF TELECOM LTE NOW CORRIDOR IMAGE-NET WL-BOX 4G SMART 4G TABLET SPECTRA PROJETS EUROPÉENS : CROWN LOLA ARTIST4G SACRA SAMURAI SAPHYRE WHERE 2 MEDIEVAL CONECT @CROPOLIS SCAMPI NEWCOM++ RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 25 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 25 02/05/13 17:17
  • 26. Zoom sur... Bilel Ben Romdhanne JEUNE CHERCHEUR DOCTORANT COMMUNICATIONS MOBILES SOUS LA SUPERVISION DU PROFESSEUR : NATIONALITÉ Tunisien Navid Nikaein CONTACT INSTITUTION D’ORIGINE Bilel.Ben-Romdhanne@eurecom.fr CONECT est un projet qui considère l’architecture globale des réseaux sans fils dans le but d’améliorer les performances du medium radio pour la transmission vidéo multicast. Afin d’optimiser les stratégies collaboratives de relayage, le projet combine la théorie de l’information, le traitement de signal et les stratégies d’ordonnancement adaptatives avec l’ingénierie protocolaire. Cette approche hybride permet d’atteindre un Déploiement   rendement élevé en termes de débit final et grand   échelle   de consommation d’énergie. La validation du concept de CONECT nécessite toutefois le recours à la simulation à grande échelle avant tout passage au banc de test. Cependant, la simulation de l’interaction des différents nœuds et composantes en temps Valida-on   réel d’une manière réaliste est une procéConceptuelle   dure extrêmement complexe et couteuse, qui ralentit l’avancement du cycle de validation. Cette problématique s’accentue avec tout passage à l’échelle, en termes de nombre de nœuds ou de fidélité des modèles appliqués. Dans ce cadre, nous avons conçu un simulateur hybride qui combine la capacité de calcul parallèle des GPU avec l’efficacité de HARP Université de Tunis (ENSI) Spécifica-on   Des  besoins   calcul séquentiel des CPU pour améliorer le rendement des simulations réalisées. À titre indicatif, le simulateur hybride que nous proposons est capable de simuler jusqu’à 1 million de nœuds par station de travail dans une infrastructure distribuée, en respectant les contraintes de temps réel. L’utilisation de cette solution facilite le calibrage des architectures réseaux en études et permet la Concep-on   considération de nouvelles dimensions pour les des  Modèles   réseaux du futur. Simula-on   Hybride     Prototypage   des  solu-ons   Grâce à sa rapidité et son interface intuitive, le simulateur hybride s’impose comme élément central du cycle de développement. En particulier, l’existence de différents niveaux d’abstraction permet la détection des anomalies conceptuelles dans les premières étapes. Calibra-on   Rapide   contact Bilel.Ben-Romdhanne@eurecom.fr web www.conect-ict.eu Les antennes parasitiques et les Radio Heads distribuées au service des réseaux mobiles futurs HARP est un projet européen  FP7 qui a commencé fin 2012. Le projet met en œuvre deux des tendances les plus prometteuses pour les communications mobiles : (i) la coopération entre cellules interférentes, et (ii) la miniaturisation des antennes relais tout en gardant la performance. L’idée centrale repose sur le traitement combiné d’antennes placées sur des cellules avoisinantes. Ce type de traitement coopératif est déjà bien connu sous le terme Network-MIMO ou CoMP, mais a vu son implantation pratique sur le terrain limitée pour des raisons pratiques. HARP rend le concept beaucoup plus réaliste en associant deux technologies émergentes  : 1) les Radio Heads distribuées (dites RRH), qui sont des antennes distribuées géographiquement mais reliées entre elles par un réseau de fibres optiques puis recombinées, et 2) les antennes parasitiques (dites ESPAR). Les ESPAR sont un nouveau concept d’antenne, qui permet de faire de la formation de voie sur la base d’une seule chaine RF, permettant ainsi d’augmenter la performance en réduisant la taille de l’antenne. En réunissant ces deux principes, HARP va fournir un réseau semblable à un très grand système MIMO virtuel de haute capacité, mais de manière plus discrète, moins gênante pour l’environnement, et à moindre coût. HARP se concentre surtout sur les aspects couche physique, notamment les algorithmes de communications coopératives qui formeront l’essentiel de la contribution d’EURECOM qui jouit d’une expertise reconnue dans ce domaine, mais aussi sur le design du réseau d’agrégation des RRH. L’idée est de permettre la coordination sur des cellules disparates, et de créer un prototype intégrant à la fois les antennes ESPAR, les RRH est les fonctionnalités de coopération. contact David.Gesbert at eurecom.fr web www.fp7-harp.eu 26 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 26 02/05/13 17:17
  • 27. ÉDITO ACTUALITÉ To address dramatic increase of the demand for mobile broadband services and to support wider transmissions bandwidths, 3GPP Long Term Evolution (LTE) standard has introduced two key techniques, Multi-User MIMO (MU-MIMO) and Carrier Aggregation (CA). The SAMURAI (Spectrum FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE 20 practical aspects PUBLICATIONS Aggregation and Multi-user MIMO: ReAl-World Impact) projectCAMPUS concentrated on the ANS of these two techniques and their development in LTE and LTE-Advanced systems. COMMUNICATIONS MOBILES Eurecom focused especially on the first technique, multi-user MIMO. We realized early in the project that this transmission mode, as it is currently specified in the LTE standard, suffers significantly from multi-user interference. Eurecom therefore developed a novel receiver architecture, called the interference aware (IA) receiver to overcome these limitations. Une validation de concept pour LTE-Advanced Spatially multiplexed data streams Pour répondre à la demande exponentielle pour les services mobiles à haut débit et prendre en charge des bandes passantes plus larges, la norme 3GPP LTE (Long Term Evolution) a introduit deux techniques phares : MIMO multi-utilisateur (MU-MIMO) et Carrier Aggregation (CA). Le projet SAMOURAI (Spectrum Aggregation and Multi-user MIMO: ReAl-World Impact) portait sur les aspects pratiques de ces deux techniques ainsi que sur leur développement dans les systèmes LTE et LTE-Advanced. EURECOM s’est plus particulièrement intéressé à la première, MIMO multi-utilisateur. Nous avons compris très tôt dans le projet que ce mode de transmission, tel qu’il est actuellement inscrit dans la norme LTE, pâtit grandement de l’interférence entre utilisateurs multiples. EURECOM a donc mis au point une architecture de récepteur novatrice appelée “interference aware (IA)” qui permet de surmonter ces limites. L’un des objectifs clés du projet SAMURAI était de montrer les avantages du récepteur IA par rapport à COLOMBO UE uses interference aware receiver Channel state feedback Overview of the MU-MIMO Proof-of-concept Figure Erreur ! Il n'y a pas de texte répondant à ce style dans ce document.-1: Overview of the MU-MIMO Proof-of-concept une architecture classique, et ce, dans un environ- liaisons descendantes simultanées en mode MIMO One of the main goals of the SAMURAI project was demonstrate the Les UE utilisaient soit le nouveau a nement LTE réaliste. Pour cela, nous avons utilisé la multi-utilisateur. benefits of the IA receiver over conventionalexpérimentale OpenAirInterface.org, qui LTE setting. This was achieved using the plateforme receiver architecture in a realistic récepteur IA, soit un récepteur classique. Nous OpenAirInterface.org experimental pour construire provides both hardware informations pendant les a offre à la fois le matériel et le logiciel platform, which avons enregistré plusieurs and software to build complete LTE system. InPour SAMURAI, nous avons the Express MIMO baseband boards reçu, les taux un système LTE complet. SAMURAI we have used expériences, comme la force du signal together with utilisé des cartes de bande de base station MIMO d’erreurs user trames, le rendement et eNB has the LIME RF frontend for the base Express (eNB) and the twosur lesequipments (UEs). The d’autres avec le front-end was mounted on the roof of indicateurs clés de performance. Les résultats one two antennas andRF LIME pour la station de base Eurecom’s new building while the UEs had ont (eNB) each deux équipements utilisateur (UE). montré que cars (see Figure 1-1). antennaet les and were implemented in Eurecom’s experimentalles performances du récepteur IA sont L’eNB, qui comporte deux antennes, a été installée bien supérieures à celles du récepteur traditionnel, sur le toit du nouveau bâtiment d’EURECOM streams même dans users while they were driving avons The experiment consisted in sending videotandis to the two des conditions réalistes. Nous around que les équipements utilisateur, chacun équipé observé une hausse feedback from the UEs, the the campus in the vicinity of Eurecom’s building. Based on the real-timemoyenne de 40 % du rended’une antenne, orthogonal users for simultaneous ment, ce qui reflète les résultats obtenus lors des eNB schedules ont été fixés dans les véhicules expé- downlink transmissions in multi-user MIMO mode. rimentaux d’EURECOM (voir la Figure). simulations. The UEs either used the new IA receiver or a conventional receiver. During the experiments we L’expérience a consisté à envoyer des flux vidéo strength, frame error rates, throughput, and other key recorded information such as received signal aux deux utilisateurs pendant qu’ils conduisaient leur performance indicators. The results showed that the IA receiver performs much better that the véhicule sur le campus. En in realistic conditions. contact Florian.Kaltenberger@eurecom.fr conventional receiver even fonction des informa- On average a 40% throughput increase can be tions renvoyées is temps réel simulation results. web www.ict-samurai.eu observed, which enin line withpar les équipements, l’eNB planifie des utilisateurs orthogonaux pour les Cooperative Self-Organizing System for low Carbon Mobility at low Penetration Rates De récentes études mettent en lumière le coût astronomique des embouteillages routiers : 3,7 milliards d’heures de retard ; 8,7 milliards de litres d’essence gaspillés et une facture annuelle de 63 milliards de dollars pour la seule économie américaine. Parallèlement, la Commission européenne insiste fortement sur la nécessité (1) de réduire la congestion routière et ses effets sur la vie quotidienne, et (2) de développer des systèmes de transport urbain plus intelligents qui favorisent les bonnes pratiques, pour des transports plus efficaces. Les systèmes modernes de gestion de la circulation doivent être capables de faire face à une hausse constante de la demande et donc apporter une information routière en temps quasi réel. Mais, la collecte et le traitement centralisé des données ainsi que la coordination en temps réel des régulateurs de circulation ont un coût prohibitif notamment en raison de la taille de ces environnements urbains. Les techniques émergentes de coopération, telles que la communication véhicule-à-véhicule (V2V) ou véhicule-à-infrastructure (V2I), enrichissent nos connaissances sur les composantes de la circulation routière et apportent rapidement des informations au plan local, c’est-à-dire là où elles sont importantes. Toutefois, la plupart des systèmes V2X exigent des taux importants de pénétration pour être fonctionnels, ce qui constitue un frein à l’amorce de leur développement. apportera des algorithmes utiles même avec des systèmes V2X à des taux de pénétration faibles en se fondant sur les PDA/smartphones largement disponibles. Le projet couvre deux thèmes : (1) les systèmes de surveillance de la circulation, qui utilisent à la fois V2X et les PDA/smartphones pour recueillir, traiter et transmettre les données de circulation aux points de contrôle locaux ; (2) les algorithmes avancés de contrôle des feux de circulation basés sur l’intelligence en essaim, pour en optimiser l’efficacité (par ex. minimiser les émissions) sans coordination explicite entre eux (feux déployables comme “plug-and-play”). COLOMBO rassemblera des experts en intelligence en essaim, optimisation, communication, gestion des feux de circulation, simulation du trafic, et modélisation des émissions de voitures. contact Jerome.Haerri@eurecom.fr web www.colombo-fp7.eu Le projet COLOMBO supprimera cette barrière et RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 27 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 27 02/05/13 17:17
  • 28. projet phare WL-BOX4G Une box mobile multiservices professionnelle Le concept de box Internet pour particuliers s’étend aujourd’hui aux PME sous une autre forme. EURECOM participe ainsi à un projet de box mobile “plug & play” connectée au réseau 4G et dédiée aux entreprises. WL-BOX4G, un nom de projet a priori mystérieux mais qui finalement dit tout, ou presque  : une boîte permettant de se connecter en 4 G et sans fil (WL : wireless). Les spécifications de cette box sont aujourd’hui finalisées et Christian Bonnet, responsable du projet à EURECOM, en est à l’étape du démonstrateur. Bref, il s’agit là de vraie recherche industrielle qui pourrait déboucher rapidement sur des applications concrètes. Mais que recèle donc cette boîte et que permet-elle de faire ? “L’idée est de proposer une boîte mobile multiservices incluant aussi bien la gestion haut débit de capteurs — de domotique par exemple — qu’un central téléphonique avec quelques dizaines de postes fonctionnant en voix sur IP,” explique Christian Bonnet. C’est un projet sur lequel planchent depuis deux ans plusieurs membres du pôle SCS (Solutions communicantes sécurisées), basé à Sophia Antipolis, tels que les entreprises IQSIM porteuse du projet, MioS et Gemalto qui fournit le composant permettant de se connecter en LTE (Long Term Evolution). Car bien entendu, cette box utilisera les dernières évolutions en termes de réseau cellulaire. Gérer le multiplexage Toutes les données issues des capteurs ainsi que la voix sur IP seront ainsi transmises sur le réseau 4 G LTE. Mais cela ne se fait évidemment pas sans difficultés. L’un des défis majeurs de WL-BOX 4G est justement de pouvoir gérer des données très diverses. Celles issues d’un capteur de température, d’un détecteur d’intrusion ou bien d’un système de fermeture/ouverture de stores ne sont par définition pas homogènes. Or cette box, pour être efficace, doit être indépendante de la nature des capteurs. Elle est donc conçue pour être capable de “traduire” ces données dans un format unique. Par ailleurs, gérer tous ces flux de données nécessite des développements spécifiques. “Nous utilisons pour cela des outils développés dans d’autres projets EURECOM. Ils nous aident à mieux dimensionner la boîte, comme par exemple le nombre d’interfaces de communication,” précise Christian Bonnet. De nombreuses applications L’uniformisation du format de données de cette box relève quant à elle de techniques utilisées en M2M (communication machineto-machine). Cela permettra d’utiliser ces données sur différentes plates-formes  : smartphone, tablette ou ordinateur tout simplement. On peut ainsi imaginer plusieurs services : un site Web permettant de consulter à distance l’historique de la 28 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 28 02/05/13 17:17
  • 29. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS COMMUNICATIONS MOBILES température dans une maison, ou bien une App de téléphone capable de délivrer des messages d’urgence. Les applications d’une telle boîte sont très nombreuses. Par sa capacité à être utilisée comme le cœur d’un réseau local, elle pourra offrir une connectivité haut débit aux entreprises situées dans des zones non couvertes, aux exploitants d’un chantier ou aux organisateurs d’un événement sportif. Grâce à sa connectivité radio instantanée et à faible coût, elle pourra aussi être utilisée dans des zones sinistrées ou dépourvues d’infrastructure. Un démonstrateur de cette boîte sera testé en situation réelle dès cette année sur Comm4Innov, la toute nouvelle plateforme LTE/M2M portée par le pôle SCS et dédiée au développement et à la validation de technologies mobiles innovantes. WL-BOX 4G sera d’ailleurs un des premiers projets à utiliser cette plateforme. Christian Bonnet Professeur au département Communications mobiles NATIONALITÉ française CONTACT christian.bonnet@eurecom.fr WEB www.eurecom.fr/fr/people/bonnet-christian PUBLICATIONS Gyrard, Amelie; Bonnet, Christian ; Boudaoud, Karima An architecture to aggregate heterogeneous and semantic sensed data ESWC 2013, 10 th Extended Semantic Web Conference, PhD Symposium, May 26-30, 2013, Montpellier, France Gyrard, Amélie ; Bonnet, Christian ; Boudaoud, Karima A machine-to-machine architecture to merge semantic sensor measurements WWW 2013, 22nd International World Wide Web Conference, Doctoral Consortium, May 13-17, 2013, Rio de Janeiro, Brazil Datta, Soumya Kanti ; Bonnet, Christian ; Nikaein, Navid Minimizing energy expenditure in smart devices ICT 2013, IEEE Conference on Information and Communication Technologies, 11-12 April, 2013, Tamilnadu, India RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 29 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 29 02/05/13 17:17
  • 30. campus Une nouvelle vie commence ! Le 20 août 2012 a marqué une étape majeure dans l’histoire d’EURECOM : l’entrée dans Pascal Gros Responsable informatique et moyens généraux des locaux tout neufs situés dans le Campus SophiaTech de Sophia Antipolis. Mais ce déménagement XXL ne s’est pas fait en un jour… 12 personnes pour déménager 1200 m 3… C’est le défi relevé avec brio par Pascal Gros et son équipe pour que la rentrée scolaire  2012/2013 se passe dans les meilleures conditions et que les chercheurs retrouvent leurs habitudes au plus vite. Pas moins de 18 mois d’organisation ont toutefois été nécessaires pour déplacer — de quelques kilomètres — 150 personnes, une dizaine de laboratoires, 500 postes de travail et, surtout, la salle “serveurs”, véritable centre Marie-Laure Victorin Sébastien Bernard Frédérick Le Martret Gwënaelle Comte Christophe Lonziano Sébastien Courché Franck Heurtematte Jean-Christophe Delaye Pascal Gros névralgique. Le tout géré d’une main de maître par Pascal Gros, un des plus anciens d’EURECOM aujourd’hui responsable de l’informatique et des moyens généraux. Un vrai changement donc, en forme de cadeau d’anniversaire, puisque EURECOM fêtait dans le même temps son 20ème anniversaire. Un déménagement géré comme un projet Ce projet de déménagement a commencé début  2011. Selon trois axes majeurs  : le fonctionnel, l’infrastructure et l’exploitation du bâtiment. “Les premiers mois ont été marqués par la conception des scénarios de zoning sur les cinq étages du bâtiment. Nous avons ainsi organisé des visites des bureaux en construction pour que le personnel s’approprie les lieux, et surtout, organisé de nombreuses réunions avec les responsables de groupes afin de trouver le meilleur emplacement pour chacun,” explique Pascal Gros. Au final, 14 scénarios auront été nécessaires pour arriver à la version définitive début 2012. La préparation de l’emménagement pouvait enfin commencer. Chaque informaticien de l’équipe, transformé en expert du déménagement, était ainsi responsable d’un certain nombre de tâches à effectuer dans un délai et un budget limités, et avec toute la qualité requise. Un déménagement géré comme un projet donc  ! Avec son organisation au millimètre, mais aussi ses impondérables, comme les retards de la construction du bâtiment. “Pratiquement toutes les tâches ont dû être effectuées en moins de temps que prévu”, explique Pascal Gros, non sans une certaine fierté. D’autant plus que l’aspect fonctionnel ne représentait qu’une part de ce déménagement. L’infrastructure du bâtiment devait être elle aussi gérée en amont. L’installation de l’électricité, d’Internet, de l’équipement audio-visuel des salles de classe et de réunion, des 150 serveurs (voir encadré) et de leur système de climatisation, nécessitait une gestion sans faille. “Nous devions aussi vérifier que l’infrastructure de la salle serveurs était parfaitement adaptée,” ajoute Pascal. 30 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 30 02/05/13 17:17
  • 31. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS EURECOM CAMPUS SOPHIATECH Le bâtiment EURECOM (propriété de l’Institut Mines-Télécom) représente 7 560 m2 sur 5 niveaux Capacités d’accueil : 1 salle des conseils de 35 places 3 salles de réunion de 20 places 1 salle de réunion 10 places 1 amphithéâtre de 200 places 4 salles de TP de 20 places 2 salles de cours de 100 places 4 salles de cours de 50 places 4 salles de travail de 25 places DECK ² zi .Lon ©C Implication de tous Et il fallait également prévoir l’exploitation du bâtiment. Les contrats de nettoyage, de surveillance et d’entretien multi-technique ont nécessité des appels d’offres, pour sélectionner les prestataires, plus de six mois avant le déménagement. Un mois avant le jour J, pouvaient alors commencer l’empaquetage, l’étiquetage des cartons et des ordinateurs, mais aussi l’installation du nouveau mobilier dans les bureaux flambant neufs. Ce déménagement a d’ailleurs été l’occasion de faire beaucoup de ano recyclage sélectif et des dons de mobilier aux mairies de la région ainsi qu’à l’incubateur de Sophia. “Certains n’avaient que trois cartons à déménager tandis que d’autres pouvaient en avoir une centaine…” s’amuse Pascal Gros. L’ensemble du personnel s’est ainsi impliqué jusqu’au 6  août pour ensuite laisser “l’équipe de choc” effectuer et superviser le déménagement. Mission accomplie le 20 août ! Deux semaines ultra chargées donc, où il a fallu encadrer plusieurs équipes de déménageurs et surtout, tout recâbler, installer les 500 ordinateurs et vérifier leur fonctionnement. Les 150 “Eurecomiens” ont ainsi pu rependre le travail comme prévu. Toutefois, le bâtiment, lui, était encore en chantier… avec les désagréments que l’on peut imaginer. Tout cela se règle progressivement. Et tout le monde espère aujourd’hui que ce déménagement dans le campus SophiaTech aura les effets escomptés : une plus grande synergie avec l’Université, Inria et le CNRS ainsi qu’une plus grande visibilité pour EURECOM. Déménagement Big Bang ! La salle serveurs a fait l’objet d’un déménagement répondant au doux nom de Big Bang ! 48 heures, c’est ce qu’il aura fallu pour remettre en marche les quelque 150 serveurs physiques et les milliers de câbles indispensables au bon fonctionnement des travaux de recherche d’EURECOM. Arrêt des machines, décâblage, déménagement, recâblage,, rallumage des serveurs et vérification du bon fonctionnement des services… le tout en 48 heures chrono. Trois mois de préparation, incluant la confection de schémas de câblage, ont toutefois été nécessaires afin d’éviter toute erreur potentiellement lourde de conséquences. RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 31 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 31 02/05/13 17:17
  • 32. 20 ans 20ème cérémonie de remise des diplômes sous la présidence de SAS le Prince Albert II de Monaco Le 14 septembre 2012, EURECOM célèbre ses 20 ans à Monaco, en compagnie de ses partenaires et des anciens élèves, à l’occasion de la remise des diplômes de la promotion 2012, parrainée par Monaco Telecom. La création d’EURECOM a été marquée par un esprit d’innovation qui ne s’est jamais démenti au cours de ces 20 années d’existence. Le caractère international d’EURECOM, ses relations privilégiées avec l’industrie, s’appuyant sur ses fondateurs européens et son réseau de partenaires, et sa formation de haut niveau qui en plus de la technologie privilégie l’étude de l’environnement socioprofessionnel et juridique, sont les trois axes de la stratégie qualifiée de “3i” qui donne encore aujourd’hui à EURECOM le visage de l’Université du futur. En partenariat avec la i ntégration Une innovation réussie n’est pas  qu’une idée de recherche brillante qui se cristallise en un produit, c’est le maillon indispensable d’une chaîne continue qui s’étend des sciences fondamentales aux usages, l’intégration en un système complexe qui interroge et implique à la fois son environnement scientifique, technique, économique et social. i ndustrie Toutes les innovations exigent une recherche industrielle, elle-même basée sur la recherche fondamentale. Ainsi, pour réussir dans l’innovation industrielle, il est indispensable de s’intéresser à ces deux aspects de la recherche. Claude Guéguen 1er directeur d’EURECOM, ancien directeur scientifique du groupe des Écoles de Télécommunications TEMPS FORTS 1992 1992-2012 L’ENST et l’EPFL fondent le GIE EURECOM à Sophia Antipolis au CICA Raymond Freymann former CEO of BMW Forschung und Technik GmbH 1994 EURECOM reçoit l’“IEEE Major Educational Innovation Award” décerné pour la première fois hors des États-Unis. i nternational La dimension internationale fait partie intégrante de toute activité et recherche scientifiques. La science est universelle. Elle ne peut être menée à bien à l’échelle locale ou nationale. La recherche et l’enseignement sous-tendent de comprendre les cultures du monde et les comportements humains. Olli Simula Professor of Computer Science and Head of the Dept of Information and Computer Science, Aalto University, School of Science 1997 EURECOM lance sa première start-up Le département communications mobiles lance le projet plateforme radiologicielle 2002 EURECOM souffle ses dix bougies et entre dans le Concours Commun Mines-Ponts sous l’appellation “TELECOM ParisTech cursus Sophia Antipolis” 2003 EURECOM bascule son système d’enseignement vers le modèle européen LMD 32 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 32 02/05/13 17:17
  • 33. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS EURECOM FÊTE SES 20 ANS “ Ulrich Finger Directeur d’EURECOM Le socle d’EURECOM est aujourd’hui plus que solide et une nouvelle ère encore plus excitante s’annonce.” L a coopération est clairement une des clés du succès d’EURECOM. Plusieurs champs d’applications transversaux permettront de développer de nouvelles alliances. Je pense en particulier au cloud computing, au réseau de distribution d’énergie, au vieillissement de la population ou au transport intelligent. Ces alliances se feront de plus en plus avec des partenaires spécialistes des applicatifs et des services, comme SAP ou Amadeus par exemple, qui ne sont pas du secteur des télécoms. EURECOM est aujourd’hui reconnue comme une école d’ingénieurs à part entière qui délivre ses propres diplômes. Mais notre prochain objectif est de faire officiellement partie de l’Association des Grandes Écoles. Après, il faudrait d’une part, que cette reconnaissance en tant que Grande École française nous confère tous les droits inhérents 2012 EURECOM emménage dans ses nouveaux bâtiments sur le à ce statut, et que d’autre part, il y ait une reconnaissance de notre composante “recherche”, qui porte littéralement le développement d’EURECOM. Ensuite, plusieurs pistes sont possibles. Celle que je trouve la plus intéressante est la création d’une “prépa intégrée” au sein de l’Institut Mines-Télécom, étudiants d’intégrer EURECOM ou une autre école membre. Enfin, et ce n’est pas exclusif, EURECOM pourrait proposer un Master européen en télécommunications. On le voit, notre stratégie pour l’enseignement se décline sur deux fronts : la France et l’international. 1600 ingénieurs formés en 20 ans dont 600 ingénieurs Télécom ParisTech 3213 publications scientifiques internationales publiées en 20 ans dont 189 Thèses soutenues Campus SophiaTech et devient une école habilitée à délivrée un diplôme d’ingénieur CTI Etudiants, parents, anciens élèves, amis et personnalités, ils étaient plus de 400 invités présents à Moncaco pour la 20 ème cérémonie des diplômes. “L’esprit pionnier pour inventer le futur.” Une conférence de Bertrand Piccard 25 Noms prestigieux membres du GIE en 20ans Swisscom la Fondation HASLER (Groupe Ascom) Thomson-CSF (Thales) Politecnico de Turin IBM France Cegetel (devient SFR) France Télécom Orange Motorola Hitachi Texas Instruments Bouygues Télécom STMicroelectronics l’Helsinki University of Technology Sharp Cisco Systems BMW Group Research and Technology Norwegian University of Science and Technolgy, ST Ericsson Monaco Telecom SYMANTEC SAP Technische Universität Munchen L’Université Nationale du Vietnam, Ho chi Minh ville IABG Principauté de Monaco Fresque participative créée par les participants à la journée découverte organisée le 15 septembre 2012 sur le Campus SophiaTech RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 33 Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 33 02/05/13 17:17
  • 34. publications 28 visiteurs scientifiques en séjours sabbatiques 283 publications scientifiques internationales dont : 121 cosignées avec des institutions étrangères. En hausse de 9,2 % par rapport à 2011 Réseaux et sécurité Hendrik Schweppe Sécurité et protection de la vie privée dans les systèmes embarqués automobiles Directeur de thèse : Yves Roudier Muhammad Sabir Idrees Ingénierie des exigences pour la conception d’architectures de sécurité de systèmes embarqués distribués Directeur de thèse : Yves Roudier Jinbang Chen Réseaux d’entreprise : Techniques modernes pour l’analyse la mesure, et l’amélioration des performances Directeur de thèse : Guillaume Urvoy-Keller Kaoutar Elkhiyaoui Sécurité et Protection de la Vie Privée dans les Systèmes RFID Directeur de thèse : Refik Molva Louis Plissonneau Métrologie du réseau Internet vue d’un opérateur Directeur de thèse : Ernst Biersack Theodoor Scholte Amélioration de la sécurité par la conception des logiciels WEB Directeur de thèse : Engin Kirda Leucio Antonio Cutillo Protection des Données Privées dans les Réseaux Sociaux Directeur de thèse : Refik Molva Communications multimédia Xueliang Liu Fouille d’informations multimédia partagées orienté événements Directeur de thèse : Benoit Huet Moctar Mossi Annulation d’écho acoustique non-linéaire par modélisation et pré-traitement du haut-parleur Directeur de thèse : Nicholas Evans Simon Bozonnet Nouveaux points de vue sur la classification hiérarchique et normalisation linguistique pour la segmentation et regroupement en locuteurs Directeurs de thèse : Nicholas Evans et Bernard Merialdo Carmelo Velardo Estimation visuelle d’indices anthropométriques Directeur de thèse : Jean-Luc Dugelay Nesli Erdogmus Utilisation des données 3D pour la reconnaissance du visage Directeur de thèse : Jean-Luc Dugelay Yingbo Li Construction Automatique de résumés Multi-Documents Multimédia Directeur de thèse : Bernard Mérialdo Habilitation à Diriger des Recherches Dirk Slock Traitement du Signal (principalement) pour les Communications (principalement) Benoit Huet Étude de Contenus Multimédia : Apporter du Contexte au Contenu Elia, Petros Bits and flops in non-ergodic MIMO: Can (a reasonable number of) flops provably offer ergodic-like behavior Communications mobiles Fatma Hrizi Mécanismes de Contrôle pour les Applications Coopératives de Sécurité Routière dans les Systèmes de Transports Intelligents Directeurs de thèse : Christian Bonnet et Jérôme Haerri Michelle Wetterwald Contrôle de terminaux multimodes autonomes dans des environnements sans fil hétérogènes et indépendants Directeur de thèse : Christian Bonnet Lorenzo Maggi Jeux markoviens, Compétitifs et Coopératifs, avec Applications aux Communications Directeurs de thèse : Laura Cottatellucci et Konstantin Avrachenkov (INRIA) Carina Schmidt-Knorreck Architectures Radio-Logicielles appliqués aux Réseaux Véhiculaires Directeur de thèse : Raymond Knopp Lei Xiao Conception de systèmes de communication sans fils avec connaissance imparfaite du canal Directeur de thèse : Laura Cottatellucci Francesco Negro Conception de Transmetteurs et de Récepteurs pour des Systèmes à Interférences avec Antennes Multiples Directeur de thèse : Dirk Slock Arun Singh Construction Automatique de résumés Multi-Documents Multimédia Directeur de thèse : Petros Elia BEST PAPERS • La distinction “FELLOW” de L’IEEE a été décernée au Prof. Jean-Luc Dugelay au 1er janvier 2012, pour ses travaux de recherche dans le domaine de l’imagerie 3D et de ses applications biométriques pour la sécurité des personnes. • Le projet HNPS Heterogeneous Networks for European Public Safety représenté par Navid Nikaein a reçu un CELTIC Excellence award 2012 (Bronze) à l’occasion du CELTIC-Plus Event 2012 qui s’est tenu à Stockholm, Suède, le 22 février 2012 • Carmelo Velardo et Jean-Luc Dugelay ont reçu un Best Student Research Demonstration Award pour leur démonstration “Real Time Extraction of Body Soft Biometric for Telemedicine” lors de GTTI Thematic Meeting on Multimedia Signal Processing 2012, Courmayeur ,Italie , 19- 21 mars 2012 • Nesli Erdogmus et Jean-Luc Dugelay ont reçu un Best Paper Award pour leur article “On Discriminative Properties of TPS Warping Parameters for 3D Face Recognition” à la conférence IEEE/IAPR ICIEV 2012 , Informatics, Electronics & Vision- Dhaka ,Inde, 18- 21 mai 2012. • Andreea Picu, Thrasyvoulos Spyropoulos et Theus Hossmann ont été récompensés par un Best Paper Award pour leur article “ An Analysis of the Information Spreading Delay in Heterogeneous Mobility DTNs ” à la conférence internationale “ The Thirteenth International Symposium on a World of Wireless, Mobile and Multimedia Networks - WoWMoM 2012 ” — 25 — 28 juin 2012, San Francisco, Californie, USA. • Gabriel Serme, Anderson Santana De Oliveira, Marco Guarnieriy et Paul El Khoury ont reçu un Best Paper Award pour leur article intitulé “Towards assisted remediation of security vulnerabilities” à la conférence SECURWARE 2012, 6th International Conference on Emerging Security Information, Systems and Technologies, 19 — 24 Août 2012, Rome, Italie. • Houda Khrouf, Vuk Milicic et Raphaël Troncy ont reçu un Semantic Web Challenge Award pour “EventMedia Live : Exploring events connections in realtime to enhance content” à l’occasion de ISWC 2012 - International Semantic Web Conference – Novembre, 2012, Boston, USA. 34 | EURECOM ÉCOLE D’INGÉNIEUR & CENTRE DE RECHERCHE EN SYSTÈMES DE COMMUNICATION Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 34 02/05/13 17:17
  • 35. ÉDITO ACTUALITÉ FORMATION INTERNATIONALE RECHERCHE CAMPUS 20 ANS PUBLICATIONS PUBLICATIONS ET COMMUNICATIONS DES CHERCHEURS À L’HONNEUR Grand Prix du stage de Recherche de l’Ecole Polytechnique Jessica Conti, stagiaire au dept. communications Multimédia du 10 avril au 30 juin 2012 a reçu le Grand Prix du stage de Recherche de l’Ecole Polytechnique en décembre 2012 pour son stage “Base de données acquise avec Kinect et reconnaissance faciale”, encadré par le Prof. Jean-Luc Dugelay. Un prix prestigieux International Semantic Web connues comme IBM. Et nous avons gagné le premier prix pour notre application EventMedia. C’est un projet financé en interne sur lequel nous travaillons depuis trois ans à EURECOM et qui suit une idée que l’on a depuis longtemps. Et comment cela se fait-il sur le plan technologique ? Nous avons développé des outils capables de traiter rapidement d’énormes quantités de média issus d’une multitude de plateformes, de les analyser, de les relier à une base d’événements connus et de fournir des résultats. Tout cela se fait principalement à partir de techniques de traitement d’images et du Web sémantique. Quelle est cette idée ? Raphaël, vous avez reçu un prix très prestigieux. De quoi s’agit-il ? Oui, j’ai reçu en novembre 2012, à Boston, le prix International Semantic Web. C’est un prix très important qui récompense une équipe de recherche dans le domaine du Web sémantique. Cette année, plus de vingt projets étaient en compétition, dont certains issus d’entreprises mondialement Nous partageons de plus en plus de contenu multimédia sur le Web — des millions de photos, vidéos, de messages tweets, audio ou Facebook — et l’idée a été d’utiliser les événements comme moyens d’indexer tout ce contenu. Un concert, une exposition, un match de football, un anniversaire ou même une soirée entre amis représentent en fait une bonne façon d’indexer des photos ou des tweets, ne serait-ce que par le lieu de l’événement ou sa date. Notre application Web EventMedia offre donc la possibilité de revivre l’événement, ou même de le redécouvrir sous un angle différent grâce au contenu déposé par un autre participant. Et ce n’est pas tout. EventMedia permettra aussi à partir de l’activité sociale passée d’un utilisateur, de lui faire découvrir des événements à venir. L’application pourrait ainsi vous recommander tel ou tel événement en fonction des événements auxquels vous avez déjà participé. Il faudra pour cela développer des technologies capables de gérer encore plus de données, améliorer l’intégration de médias très divers et mieux automatiser l’émergence de connaissances qu’ils contiennent. Panorama presse 253 articles dans la presse française et internationale +19 % de citation par rapport à 2011 Cat vo ot o ph Le Clo les ingud Computing énieurs séduit A e ctil e ta été lett soci tab la ière par de prem oppé el la ion té int entdév icat sécuri – po ien form PT 12 S fabr au spar et de la YSIP au OJD at revue Surfac tre an : 200 e app W ent tion dial 55 met ue tr rox. (cm ENSE ncep mon ion, et spar ²) : 243 pour taïq IGNE tran – co ader icat éé ovol s MEN hos – le mun ïque é cr hot pôle é T SU m 55 Arc alto com olta a ét lm p PÉRI : s t de nom tés EUR Pag e 1/1 tes Gem es de hotov . rise x fi Le ca anan laire ectivi trep fameu ivan édia, stèm lm p 2011 mpus su m t ém so coll s sy r fi d’en le STIC mar ie men e 4G les étés ulti en um ant accu FAB de soci tes m che prem s en IEN eille oppe blett t et orti tégr . BINACC ion ses les blet recher é le ireles ével ta l’Eta H1 cons 4Gin SIPS prem gest ge en ta et D et de par Un ire WY iers de lopp TIA W eur illeta écran oupe de es pre ll oj he t a fixe étudia mie regr s et ntre déve n C r ici sola çaise gna mei feu e l’ ettes term 1 herc ce pr emen d autr nts à t u r e res sice t salo creatio ine r qu bl es pein con s 10h3 une s le cab Rec nné nanc Soph fran s ortium érique – ayan et les a de 1999 n du cam vention ture la 12 à du e à dan pour de ta . de sa con pour fi què iant nec min e est dire pus dat la r 20 a-Science cons num ecom ise lors vraimen lqu es ter ets lectio un ns CD ipol a grâc gré fin ent A ter com de Freder ete ton jeu ne t bea is 11 janviegni, Futur Ce me, urs , Eur frança imé proj a sé t à g » me le che ux gie t inté ent s écraran L En ique 7 000 de ue à hom com atte de I oi rest ffa pr Vidal Les mot Le me men nda étudia univ oU glag éner en amm ns le à éc s de la pré nt te le pel ent t dr rc Za J ai bala ériq ciété a été Antipol ersite es il est sur Ma les étu ces ultim nts test deu com da lés is réso de Nic side nte Par e ap ernem nnan x éta super spa e le dan e en spar ffis men mêm es rée Sop num e so qui s les ce a dian ts nna ges té sion e cieu om an t su grer hia prendr ont bien neu Signe manger x et on des loca ient ce 12èmgouv i do fs de men e pos lund jeun de et ton ue tr es inté ks ou peu cett se je lieux chel de I arc en terr la techux flam i t ses e « C ass tou t hite Wilm e du , le », lu n ai ban t au taïq SIPS ent s’ aboo nop cte Jea e » est me ux rentree voir phip otte mon t pas im23 olita ca y ole Car » con enc cadr vité ablet ans Sop cam pus m com le cam n-M iore vea imen ovol WY tem ultr est pus ux hifâ pu trieme L étu fie Thi le T STI s le titi Tec so apr es C bap fa1 eco bât ime pte troi dian bau ann quas phot ïque rfai les, dep s nou t en t ee a nts le univ être h est tise Dan compé T 4G arte dan niqu ouv qua res un ersi s être lm olta nc pa rtab ent am ment Polytec e hniq gro schles car te lon gte ert « Eureco un autr taire Poly pour de MAR les. ue ton s vra au fi otov ut do PC po scolairee ce lund Batime mp ant tech m spe e pou ral* nt » com S oria ph pe les des ierd u conCe « pluss déd un peu i son e de âce mu nica cialiste r I inst a « it itut ale des nee dix ann siem perd ctil t gr film es et nes, des s der seil gen e des tion s plus 18 250 u dan ee et nie dep » selon eet un télétine terr il equ e e ta ou art em m neu s le s le pre res anexis des inst troi ia (UM tant me nta ipe d un a la rec ent allation fs en side lett et surt n. L s tact artpho éd P] et insc es Chr herche cen nt du b Eric s déj tou tes en est rencon tion num tre de té sm isto ra ultim es a ta e en info rit en mas pher à doc der nie aux sta Cio tti Què L u 2 200 tres Au erique 22 ans n m férenc is- ergi l’éc capaci les des lque ne ferarmatiqu ter Rec et de des s plan res f i her (d AI 12 e én e ns d installe étu dian total què icatio s ré s ni che lui sa fondame che déb ts dev lque s de t i o n s ut du mun ne de étrique Ml’ rre ve se ssi da term r des qui s bardag raie cett e ils est déjà mois rentree ntale l’u om lui ve uel Com e ren nt s y s dev et 3 e er passe d octo bre qu au raie Mens 15ais au bi DO ent mme clim c’est poid nt etre tree A ater te proje O autr his ma îs cons m rtem é co agerie 2010), n du 11 7 DO « Les toir ede t a 73 es che a ete O rch im sac 3 milli tio dépa idér loca D : 28 PC, en finan Quotid ux son eur t ons d s• (34 millio ce par euro le s, le cons ns d euro departem ent s], I eil regio Etat nal et , ta CAS A Éva DtSPIE toutes citatio ns COM l es foo logy? o isguis Can d lance techn rveil su daire ou EURO COM rche & d'Ense ignem ent Supér ieur, à u site Sophi a tem is trol sys fic con traf New air w er: Ne arch Rese com CNN CNN. l syste ntro ffic co air tra Web 9 HKT T (064 GM y, 2249 ther Kell Updated By Hea 2012 -July 26, sur 2 N.com le - CN hackab m is able hack om CNN.c er: d und ) | File W Fo rschu Intelli ge e n un ng ent Inform Te mation d T ch nik G s- und GmbH d Kom muni Soph ikation & EURE ia stech für bei Antipoli OM hnolog CO . s, ien fü Jungak de Seiten , Frankrei für zuk ich. a mik ade von ünftig Die Ko Dokto ge Fah Vort ern oop ra teil. rzeug potenz anden hab und könne e, who Un rne eration ge. zw en die ter hm en e hin Afe elle Techni ie n Arb r John Mc r his be en w ischen W se ere gegen Wirtsc wü eit n k Gm tge haft Kommu rus pionee Belizezu dieposglic y its frühz nschen bH mi m bern afte Mö edl ens u und Wis zeitig sich tivi l Rub fro d, knü suechk neue an si ersAn nikationst it dem Ins suppfen. rs. eit, Pra sen By Pau chließen fled e shot dea t ly nschaf xis ch s his EU wh Ber recent our waechnologiwittitut purRE at eits seix erfahrung binden Impulse t ist . . von g zu it 200 CO to out en sch tted C neighb samm Die Stude den Angesi d disguises y have spo nell un M zusam meln ent bei mmen, 6 arb tet nd effi e ede und Ko en und Denver. use lt ist hnolog die B zient um inte in der ? ss in ont that tec s to BMW t für . employe llig Forsc akte zu States Could das sei see den E Kommur Nähe failed t 199 glasses control hung Einsat ente Inf United ans von 1 agi some ially traffic nikatio orm und z im If you n air integri hum nst v he. ere e in the le to potent Nizza Add nde Autom ationsto trai e moustaca pop on a hat. mov ech e Ins tib upgrad obilb ulators interdi ren, k arb fakenologienaps in Süd the tituties a bereic und major are suscep uses sim dfr sz Stic on ei . And perh sch run in ank is an dem iten h zu ting a Netwo ziplinärenr hair die an - on the l is all that h. The FAA reic Highnel tems is get -Techund B BM rk Dye you T ms Tea r. Um n new sys ology Stand kunden ks sowieman – or wom -tech W uise disg For int ber l techn 14, but the ty researche dort commo d. But tellige schung effizie ent a Mobi of low reits we are Sop lity cte in nte contro 20 Fahrer w rte Fun kind und authorities. rs and frü a a securi Inform hia Antipo d eiti ted in traffic rst fea ously redire ly there. k ktio assis then this nal de the Securi hze g an und Tec das Fah s in ing to tenzsy to evaität lis -- Air comple ty. D e succes etz ne's wo ger ons Ne we hnik Gm rzeu ug der atio actual with en im De n ste s (CNN) led to be tion, accord everyo sky or dan t are not needed me. bH s rkt with som nn BMW Zu ed to edu ukunft und ula sowie anyone tha e metFahrzeug die Fahrzeu ech log hno the X Fo X5 is sch to hav craft manip bereic aning compar ced from ien, RE rschu seems mild h, wie g-IT ist ing air BroadbEUR COM zu dangerous for ted, me ation. un tactics gsf der kstock) seem z. B. and into see authentica in the not be loc t: Thin ahrze array of Entert Enabler für d Wirele der of s might nes can be tricked eug see its or (Copyrigh similar ss für EU ainm fee, foun ual flaw t lines. Pla in nno rypted can ne and mentf g art, a RECO on the John McAize police M. unktio vative, imitatin The act plo not enc ntify a pla system Vegas cerns a talk of life onen and llywood r says the system are could ide ks con blog e in Las trate the Bel a case , gave oder Ho from to his nt wee his hair But, in ow recom ty conferenc demons earche using the of rece the run ). According by colouring world. at Eu t fing his know-h the res did ng on s stories dent 415 the real securi and stuf ges sen ology and himself rre new company, goi erica-20315 .D. stu Black Hat tem, but uised ble gum hn Messa e biza nce". e , a Ph the sys ic tec atin-am /), McAfee disg eks with bub ng appeara the mor softwar t i Costin system at the hacks of the bas -virus world-l One of ess his che penden Andre wn , disgusti ous anti k/news/ /watchfuln about traffic padding entist atic De g a signal lopsided going any kno eponym w.bbc.co.u e polish, awkward, police Autom uter sci the new air mention d afee.com din ww "an with sho Comp of called rk by sen erve the (http:// surface hoismc not he obs s the did esses ology www.w ening his face s own words, ios. where McAfee y. He techn al radars wo system use . The weakn (http:// fee' temala, helped e scenar dnesda nes grey, dark it - in McA ion new h a new to Gua arently negativ beard on We ed wit . The tradit ition. The ations of pla ds the uise app made his way tril to give ential replac S-B h to disg l he right nos Nice Matin 19 avril 2012 week. the pot for the loc station sen k its pos being , or AD plans l approac detection unti ) earlier this d bac broadcast s are trica tem etric system ground to sen ala/ revealed evade er thea ar sys uously adcast responder ) its Biom recognition the FBI ns; the /guatem This rath stigations and ently, Old rad ce - Bro contin und statio lic. bad62f9 facial BMW .com afee y. Rec llan craft's system to ernment, e922c3 elop mobile eral pub their inve w.whoismc so eas Survei gers an air n US Gov and gro 1a9c9b für EU dev ww that have it : the gen igatio craft er of the 1c629f2 gs, aims to R may not (http:// nology player that trig ellite nav to other air reECOM ?id=30fdf2 l time, ation pow eillance tech and allows r thin sat s. the futu t , in rea to a new identific surv US, tils/view amongst othe is sen controller tives in global ation , online biometric s X5 kind of ope and the ation o.gov/u 5 But, fugi the , which inform lly see ess the Eur inform to air traffic //www.fb ls Program it take basica s flight iums in n nt to “acc In essence, (https: Too up thi to and Costin. rts stad ationAls locatio field age l open can go Identific – allowing ac on the planet”. tres and spo Zeiche said wil n," e Gm cen ich you point system Forsch softwar bH dem n sho B g ormatio ns wh , at any d ets,der ppin eut Bed ung The new 2012 licatio ast their inf gsfahr real time in stre Institu ld. ung e in 12 wor 01/08/ zeug der ious app broadc A... monplac whe in the t EUREC 18/12/20 are var ich OM vor Koope is com "An anym re http%3 M eration foo... used dem "There planes wh kurze n&url= it to be Telemat Fahrzeug air end m ein spe uis isg eskey=cn g, all the BM ausges tics On-Bo welches Print& 7-do-dW X5ete die BMW im 01 a ard Rad i Rah 2120 tat t tet pe=file Forsch wurde sch rint&ty ungsfa Fors ung io') y/2 men des ) e, hab e/stormit hrze ction=p und För erp eug. d Tec f/cpf?a r om/futuren in den einer protot de rojekt n hnik c.c net/cp letzte s P PROTO ww.bb sch en Jah ypis en nprint. N-PLA pf.clea ren b http://w ATA ('Pr twa beide 'Soft re http://c Seite ogr ramma en gea Defin ned 2012 Rad rbeite 19 avril -Pl et. Nu io'- att ble Nice Matin for n mö öchten m wir Page : institu t de Reche I 12 Paris 2 ber 201 7 Decem ou INSTI TUT EURE www.7 - rum -fo .com 10.05. 201 2 2 BM 29 MA Hebdoma approx. (cm²) : 699 N° de page : 16 RRES-FÉRY COM nd luatio e tanc à dis u’un uelq er q pes eut ct p d’ del OJ alua lardo. e du . Cons ière Kine Imag recom en mat lle Blon e d’év elo Ve ai e Eu es ithm rm cher: Les cin q du secteumétiers r 11 SE « SO ENF PHI@T E IN S A RE CH » F NTR AIT ÉE L 2 ARIANE Page 1 Resear g ent Leto un servi ique dans (littéralement start-ups l'instant » Le Clou ce sont urmy sur des ce de stock les nuages) claire des d Com serveurs age de donn est pour ment un data cente insta les ingén débouche puting est ees Son déplo r!, (centres lles dans ment ieurs d'avenir de donn des çaise 20 % des , même si iement appel seules font aux comp et sa gesti ees) appel a entreprises nelles jour on font etenc ecs servi fran« L'ob ciens des ingénieu es traditionces a ce jectif mise programm au point rs informati dc nos ques cours - proje est que d'alg ation, glacis spécifiles futur architectu orithmes, t déve et s chefs loppent enjeux reseaux Pour re de termes lo de gesti economiques, autant « gams de gestion de des réflexes de tit, f en les ques les soup ation, en intég budget Cloud on de projet et d'or tions lesse et de Com », résumrant une certa tourm Nous mon puting sont securite y ine e spécifiquedu en effet Le Cloud ComLaurent préparer tons donc Les models une evolution pting indui hender nos élevé des cours pour s porter et a être en a les appré tant de des entreprise des busin t ess des mutu rard Mern reponses mesure d'y formatiqu aliser les s en perm Chef ap», pour ressources et- Gera du departeme mi es suit Gent inform rd Memm inlin dom atique spécialiste Les ingé i évoqu de la mani e l'apparition et reseaux de dans aine émergen en poin nieurs sécu les Telec de nouv pulation, te rité Les ecole écoles spéc t La revo Les ensei de l'arch eaux metie om PansTech lutio s d ingén gnements ialisées , ivage et rs pointe aussi page n du forces ieurs du stock comme le data dans ce pour repon sont aussi s 2 et Big Data quement ment la age des cial scien doma les plus en dre (lire ren3) la donnees. tist, formatiqu celles spéci ine sont logi Cloud donne Le fait change egale Elle fait securisatio a un enjeu crukage des (DR ) stocker Computin que, grâce l'LPITA, e et reseaalisées en cryptologiappel aux n des donn demande donnees est g, on ees incomp au ux comm » Enfin de plus Telecom I ISEP, lume des donnees chitecture e, mathémat etences abord en nouv s quasi e dans puisse green e désormai , un autre en plus PansTech Telecom iques lecom « II s'agi des syste Lille s le Clou et arcours el aspec infinis, est des vomes et IT Bretagne, , Furecom, l Pans t du metie informati donnees t d'évaluer un autre Composes et efficacité d celui logiciels A Telec Telecom Tequell en élevés céder a cien « Pour r d'mgeraeu encoder, les plus sensi es sont alimentes de centaines energetiqu om Sud les de serve e a l'élec cours suivent par PansTech, organ autant de donn pouvoir r les coord de détermine bles, de centers les sur tricit urs r comm les Nous iser, souligne ees, il faut acComputin l'architectu exemple Memnii onner », futurs sont tres energ é, les data des explique ent enseignon Gerard les L'école g et des re du Clou ques comm ingénieurs appre ivores Les Memmi Gerard s donc et ent optim nnen les techn prochainelance mêm data cente d scientist méthodol mati iser leurs t donc i- www ons Ce speci ogies du un certif e a la rentr rs cialise pulation, consom icat ee de l'arch aliste de la data www epitafr borons « Pour ce cours d'études spémaniivage telecom-p et du clients avec des explo , nous colla www aristech stocdu eurec itants fr Les profe cloud » www mine omfr et des s telec part belle ssionnels om fr ont mi-mai a l'EPITA également Laurent une semaine qui a organ la Securisati ise plômes Letourmy, dédiée au sujet donnees on de I accè l'un de s aux societe et fondateur Optim de d'Ys ses diisatio gestion domaine, conseil pionn ance, une consomm n des de ière dans pour faire intervient gigantesqu volumes data cente ations d ener régulièrem le decouvrir Urbanism es de donn gie des les acteu ent Architect rs EURE ées et com e de l'informat rs, les 01557 COM ure 42300 Data scien des logic men 502/X CB/OT stockées t sont distr ion : ou tist : spec iels O/1 ibuées ialiste fonction les donnees et de la Eléme en de leur nts de Antipo sensibilité recher lis, Nice, che : EURE E ie: egor 3 RD Ce servic aux com e de stockage pétences d'in traditionneformations dan lles des s des ujourd'hu techniques ingénieur data centers et les plus faire i on ne « l e pnse s mais néc (centre l'impasse peut mer II a mêm atouts pour Cloud le presi e fait venir l'entresur essitent s de donnée Com dans nos dent mon l'an der form puting du dial et entre d'Amazon de nouvell affirm s) fait chef du , leade prise a mou e Gera ations », r I mtiti et resea departement rd Memmi, es formatio appel « Quèl vement il ative y Le Clou ux de Telec informatiq gent, ques acteurs a cinq ans ns. ue observe d français Pour l'informatComputin om PansTech Laur émer 50/5 2 754 BOULEV 27 PAR ARD IS CED HAU EX 9 SSMANN - 01 53 26 65 65 sur Page 1 AUJOU Surface e ïqu lta gy? technolo veillance fool sur guises Can dis 4 COU 'HUI EN 92102 R DE L'ILE FRANC SEGU BOUL IN OGNE E ECON BILLA NCOURT OMIE CED 01 40 93 20 20 DOSSIE R REALIS E PAR lm c fi ave 4G org/ rdd. tile e 12 acpe w. tac l’étud vrier - 20 ww tte - fé : 15 ble S à Ta SIP ES Posté le WY TUD Future BBC - 1/3 Évaluation du site 3177 ²) : d’ méd lgor dial péré d Ca x. tail (cm : 84-91 mon é de la ppé l’a thésar ne re is au appro ce éven de page o rson me m eurs tingudévelo udiant Surfa e rd N° e pe th vast ni 250 2 Verla a co son ét m dè d’un algori d’ingé plicaelo ue desti bâtime e ct, un ec e ap rm ur rm ne nts un Kinens la fo nect, fs e écol s. Les ente n. av neu et Ca ométriqperson o. nv tio ant eà son lay e dé bi t opé er Ki m, un n poid s, l’i va alys s rationn Grâc plicatio Duge tion er un éras vi ents1/8 n an le boîti reco er so breuse els. no de ce in m ap Eu tim tte tre -Luc applica retrouv s cam Page r d’ m an vête t dé pa t par es e à ce on nt no se rt, Je r un ble de par de r des ils on yé poin e peut s so ntéres la renc dépa ent su é, capa filmée couleu me, e lle e s’i appu e. is à Au illai ça la rit ntie lé à vu toir orith s’est où les ule fran pote i-mêm est al bora travaà la sécu une fo e et de r l’alg ésard s-Unis une onne Sorti lu ill d’ th tions nect ences leur la pers ent. il est née ilieu d’ s de ta ilisés paNotre x État poids près e em m re IA t ut s. « ites au er le du Ki ra-Sci dans d’un ativ en », est as mes E AV rs ids oxim « moy re. C’ pe au x critè lemen le poid fa tim gram e de br 48 48 Futu cheu PIERR EUR iff Au tuel uter pr ui ou le po ill icales d’es kilo 2170 ECOM NEL - 01 46 48 er ent ap gros » r un ch e éq 0533 cher habi d’y ajo es méd pables elques u, de ta 0050 COLO 15 un eurs et 6/GD estim ulem », « ance er n E DU F/OTO/2 DEX cidé étud sont ca ir à qu de co cheur. r le peut s se mince x d’av à relev ingéni icatio 43 RU PARIS CE les s su et On il, mai s « rdeu enu sur ntistes secour ur tourle cher le d’ mun Leur prise ueur 75503 le à sa Elém ique rv l’éco de com mes). suels d’œ urge onne sur plique Antip ents de ures r, long bes et class bien ha ’est pa com, iti rech e olis, nt vi s. erch Nice mes eu des ent pers basa s », ex qu Eure e: jam suite (06) stèm -Mar ètres poid , toute EURECO se r six haut r des be en s s citat souv tant ce rs d’ e en sy (Alpes ram uer le M ions ou INST pteu e. en de jam se su nect : taille, i sont rique pa eu erch is al ITUT s ca n ét pour erch ch qu la Ki EUR et repo tipol ieur en év ir du esur ECO ch ées ropom tritio me pteur as, de M ou de re de rephia An e plus afin d’ serv de m itif, il EUR OCO orithr le ca des br es estim anth and Nutions et se n ys ise os M: s ai de insti cent e à So anal L’alg s pa iner tut de de pr disp ces mesur nnée Health ensura contac e hum dée Rec do nal herc basé rithm corps t eu l’i e outil face du déterm son m s été corp nféren git de he & io d'En les Turin se de seig algo sur un eurs on t comm et en pour taille et offre er nem circo u. Il s’a à la ba ES (Nat enant us avon tics de ent m re tim Sup érieu pris cherch icrosof ne se repè in), sa brut, il dans du coparées NHAN ) cont s. « No e Robo ur es e qui r, à s Sop ey on ts de min t s hia de M e po ta Le ct com icain n Surv rsonne Spac tion , mesur urds uché re la in pers fé à l’é an lu ér Kine qu’une ieurs po lin ou core de débo enco am inatio .000 pe r Hum une so anteur ages lo y. Le rs plus cu est en t la ill am ves ent ou es 28 er fo é Lo d Ex s de t aien en ap (mas pare Duge pass nt pecti em pren genre concep s pers abill vapoid r le Ce cherch utes e d’ap -Luc re dé ule l’h co od id na an pa inno er Ils son s. Si le breuse déo, tés tte lie. s astro i à l’a ne Je t pas en d’un m recom vi estim ra à ce i poid de noms jeux en Itaids de urd’hu soulig omen rvir d’Eu es, qu zz » pour i se se po aujo me déjà nté, le ts », le m « bu rvir tion qu ns le se le ith an naut it ur de gros s’en se ica s da stila sa rité. se fa combr i n’a po serait l’algor s astro appl Vega E (In lu un de sécu et en ept, qu l’idée, ct et de ids de a va ibilité . Une à Las r l’IEE Notre es ne e qui ss pa ers). « de po %. conc de de Kine ai s ce la po naut mag sée rte 15 40 ALMai c’est s astro de sem gani Engine t de l’i conle staposé de la pe 10 ou or /#xtor= 912 tion, ids de en fin ence tronics itemen et la re t décom suivre squ’à _35 nce ju ista le po entée e confér d Elec le tra étrie souven lles pour aller -a-d 1 t ue ns elquun prés e d’un cal an é da la biomux on auxq us a peut ser-qu Page tri lis s e t-pe cadr of Elec spécia mm s trava rallèle d », nooupe peu ectco or /kin -1/d tute pe est curité Mais no ns pa e ab e du gr ologie chn grou à la sé ciale. plicatio de primonsabl /t/te fa s ap ews /fr/n ngé y, resp liée ance de om r s so es.c la enc naiss hé su ns pa Duge -sci ura .fut bouc n’avio an-Luc ww ://w http nous iqué Je pl ex EC 12 l NOV/D E E ALYS Surface IR SAVO ENFIN O EST PEUT T (cm²) : 3231 Page 1/7 Hebdomadaire Paris ANTONY PARC II 92186 ANTONY CEDEX - 01 77 92 92 92 Surface approx. (cm²) : 1204 N° de page : 1 Évaluation du site www.usinenouvelle.com Ultflf 88 58 SHEER EX - 03 CED DE LA 6 RUE SELESTAT 3 6760 Le rapport Galia1 point par point Ilemagne >W PACË74 Éva lua te un i,,,, e », qui fan ic , et ils autour "eau rendez-vrr janorama corr par territoire vous décou' Apvnlle - Telé - ludo sTech com Pan tion du site rille vic apv @teleco m-panst ech fr S OLE TOC S / PRO UVE / PRE de is teur ou ordina la mode. Ma s votre à option é de virus s sécurit le dernier activer des dre plu à .' upérer à pensé pour le ren des . san pour de réc déj lés . C teur e upez prix, mple vous mois-C du mo a à tout leur modèl t s préocc t par exe ? Aveztrôle cel Ce ous vou, en évitan re voiture danger r...). u éviter l de con ttre en r à active ctures mobile -il de vot r le logicie bien entend ive hite est pas me t qu'en ou à change veulen si pour ne pourrait arr n des arc preuves atio cteurs aus t les teur s » les is hée utilisa r la sécuris façon don ment sur constru tière, ma « cac qu'un ? Les la rou am s pou ssant sécurité antes x fait ement sur res, et not pui pay vau de tions ces les tra particulièr architectu laires. raisons ique (op nce Si icu dence plus d urge nombre sur ces urs véh économmet en évi focalise t freinage inuer le ctuées calculate soulèven iser un te dim . II se t être effe les article siez real sans dou sures elles enir des prev s puis ent obiles entre des bles afin de on pourrait que vou gies peuv autom urité peuven nication rite gravite mu technolo nts et la tions de secu exemple, ttant de faux Par de séc s de com d'accide es ques systemes ntionnée éme freinages ole des rendant vell oquer de nou sur ces protoc mal inte ues ICULES / VÉH UES BARQ / UML ES EMIQUES TEM PH la . SYS OGRA te de RYPT s dou >M PACE 71 a notre dossu point sut uni raison Ce q qui s'ingém » la digital! ULES EHIC CURISÉS DES V SÉ VERS IN) PLUS (ENF votre Ludovic no Pour François Droui le patron d'Oséo, il y a urgence jr rn vee l'an tout) 02 08 EME SYST Page 1/3 SPECIAL COMPETITIVITE N° 3306. SEMAINE DU 8 AU 14 NOVEMBRE 2012.5,90 EUROS jolipr th d wi Printe Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 35 approx. 08/14 NOV 12 int AN strie Bime Que lque 18 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2012 | 35 ction prov onne sont attaques une pers les afin de raire, des attaq es se imaginer s d'obstac ou au cont age nce r embarqu mes de de fina ion messagece mutiles, de frein systemest de mécanis inaux déc ide securisat eurs des au poin aine des term leur ple, d'urgen t le systeme nne a a la fait ins sect mise dom Par exem des e lies euro pee inopéran Si certa tôt dans la exemple le n en ont pas sûrete de recherch mobile risation se mission la s e de (par La com proj ets de es de I auto a la secuEVITA [2] intéresseembarque au contrair avant toutle domaine se s arqu et eurs nte secunte , d autres privilégiant exemple, plusieuremes emb M s'intéres s Le proj calculat de secu r ? des systet SEVECO e vehicule nsation des ulateurs e ? mobiles) bataille, secunte Par ment féru lement pou entr ière al de ent a la faci iles en se sécu de tels calc effectiv proj icul le chev sur la ications r est nem menées mob la pas part commun pour sa part t sécurise risation suite fonction bile n'est ont ainsi ete s des autoprincipal de r secu men focalise es Com que cette dées par la l'automo s attaques les fonction le bus Internet pou sur d'activer embarqu t prouver s sont abor Certaine aux principa lement chercher sur ettent nter la simp peu Commen question accéder nt assez gme qui perm i d'un s Ces deux connectaII suffit auss s logicielsvehicule d'au ification mod ent voiture des correctif de son ie de ces normalem re ons trouver velles opti eur une part és qui sont essionnai de nalit conc ele de nou e du mot fonction ou par le r un modpour le des puissanc eindre tructeur cule d'achete d'att permet s par le consest possible ifier son véhit de gamme assez il nature urs facturée ile Ainsi, , puis de modion plus hau d'une ulate impact ire est de calc ques automob peu puissant qu une vers avoir un aura vehicula e centaine basi cela arque nte peut tions p plus petit vehicule i puissant s fonc la secu s l'avenir, ilistes En cou auss me emb d une Dan rendre te mob Un syste II compren tes a quèlque tres beau de le voir ne venons d'un secteur te des auto rer la sûre e limi que d'au élio entr Nous sûre hétérogè ains sont ia , alors nomie sur la de d'am cules, et à Soph x rieur, dont certé de capteurs sur l'éco impact fort s ont déci e les vehi s (panneau e Supé ment i un eigne votr de relev tructeur ons entr routière le auss & d'Ens icati res édant les cons erche effe t des commun astructu cule préc signale afin t de Rech infr • le vehi a : institu s le COM grâce cules et les ple e et vou ou EURO COM les vehi etc) Un exem la rout sur TUT EURE ou INSTI peages un obstacle COM : EURE ns détecte rche citatio reche I Introdu s : barqué exte Cont mes em ile systè 2 les l'automob de LA FRANCE DU NUMÉRIQUE Région par région, nous avons 02/05/13 17:17 toutes nts de Eléme lis, Nice (06), Antipo
  • 36. Rapport d’activité 2012 EURECOM Campus SophiaTech 450, route des Chappes, CS 50193 F-06904 Sophia Antipolis Cedex Tél. : +33 (0)4 93 00 81 00 Fax : +33 (0)4 93 00 82 00 www.eurecom.fr Rapport d'activité Eurecom 2012-FR.indd 36 02/05/13 17:17