Masters Thesis: L’adoption internationale : un encadrement international suffisant ?

2,423 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
2,423
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
14
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Masters Thesis: L’adoption internationale : un encadrement international suffisant ?

  1. 1. LLLoANAS MOSTAFA KAMEL LamahMaster 2 Droit de la SantéAnnée universitaire 2010/2011SUJET DU MEMOIRE L’adoption internationale : un encadrement international suffisant ?  DIRECTEUR DE MEMOIRE :Prof. Jean-Marie CROUZATIER
  2. 2. Aux personnes merveilleusement merveilleuses que j’ai eu la chance de rencontrer au cours de ces derniers 22 ans To Ayman, for my first thimble, To Randa, one hell of a Mum, in a really amazing way, To Mohamed, my best brother, that I know of, And Habiba, my friend since foreverUNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 2  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  3. 3. Remerciements  En préambule à ce mémoire, je souhaitais adresser mes remerciements les plus sincèresaux personnes qui mont apporté leur aide et qui ont contribué à lélaboration de cemémoire.Je tiens à remercier sincèrement Madame Béatrice LE NIR, source d’inspiration, qui, entant que Directrice du stage, sest toujours montrée à lécoute et très disponible tout au longde la réalisation du stage, ainsi pour laide et le temps quelle a bien voulu me consacrer.Mes remerciements s’adressent également à Mademoiselle Sabrina Wirz pour sagénérosité et la grande patience dont il a su faire preuve malgré ses charges académiques.Je remercie aussi Prof. Jean-Marie Crouzatier, en tant que Directeur de mémoire, il m’aproposé le sujet de l’adoption internationale, m’a guidé dans mon travail et m’a introduitau droit international de la Santé.Enfin, jadresse mes plus sincères remerciements à tous mes proches et amis, qui monttoujours soutenue et encouragée au cours de la réalisation de ce mémoire.UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 3  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  4. 4. Sommaire  Introduction  ...................................................................................................................................  7  Première Partie: Une adoption encadrée par des règles internationales concrètementpragmatiques  ..............................................................................................................................  11  Titre I: Les mesures règlementaires d’organisation de l’adoption internationale  .....  11  Chapitre I: Les organismes et les corps en charge guidés par la convention de la Hayede 1993  .........................................................................................................................................  11  Section 1 : L’autorité centrale  ................................................................................................  11  Paragraphe 1 : Le rôle imprécis de l’autorité centrale  .....................................................  11  Paragraphe II : La procédure centralisé de l’adoption internationale  .........................  13  Section 2 : Le désengorgement de l’autorité centrale à l’aide de corps secondairescompétents  ..................................................................................................................................  15  Paragraphe I : Les Organismes Agréés  ................................................................................  16  Paragraphe 2: La procédure d’agrément  ............................................................................  18  A. Le rôle minimisé de l’autorité centrale dans la procédure d’agrément  ...................  19  B. Les efforts de contrôle international et financier sur les organismes agréés  ..........  20  Chapitre II: Les mesures complémentaires à la convention de 1993  .............................  22  Section 1: Le renforcement de la coopération bilatérale concrète  .................................  22  Paragraphe I : L’élévation de la coopération à un niveau supérieur  ............................  22  Paragraphe II : Le renforcement de la coopération par des termes plus contraignants  .......................................................................................................................................................  25  A. L’aspect plus réaliste des coopérations bilatérales  .......................................................  25  B. Le renforcement technique de la coopération bilatérale  .............................................  26  Section 2: L’étendu/influence de la convention auprès des pays non signataires  .......  28  Paragraphe 1 : La modalité indirecte d’élargir le champ d’influence de la conventionde 1993  .........................................................................................................................................  29  Paragraphe 2 : La modalité directe d’élargir le champ d’influence de la convention de1993  ...............................................................................................................................................  31  Titre II: Les mesures d’aides et d’assistance non codifiées/ écrites en matièred’adoption internationale  ........................................................................................................  33  Chapitre I: Le systeme d’aide de la conférence de la Haye au pays voulant ratifier laconvention de 1993  ....................................................................................................................  33  Section1: Efforts d’établissement de dialogue et communication par la conférence dela Haye en pays à disposition de signer la convention de 1993  ........................................  33  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 4  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  5. 5. A- Le dialogue et la communication fondé sur la langue  ..................................................  34  B- Le dialogue et la communication fondés sur la proximité géographique  ................  35  Section2 : Programme d’assistance technique au pays voulant ratifier la conventionde 1993  .........................................................................................................................................  37  Chapitre II: Un système de suivi de l’application et le fonctionnement de laconvention sur le terrain  ..........................................................................................................  38  Section 1 : La commission spéciale de la conférence de la Haye  .....................................  38  Section 2 : Les modes d’assistanat du fonctionnement par le bureau permanant de laconférence de la Haye  ...............................................................................................................  40  A. Les Questionnaires contribuant à des Recommandations  ..........................................  40  B. L’élaboration de Guides de bonne pratiques  .................................................................  42  Deuxième Partie: Un encadrement juridique confronte à la réalité internationale del’adoption  ....................................................................................................................................  43  Titre I: Les aspects humanitaires  ..........................................................................................  43  Chapitre I: La gestion humanitaire de l’adoption internationale  ..................................  44  Section 1 : Le poids actuellement neutre de ONG à caractère médicale dans lesadoptions internationales  .........................................................................................................  44  A. Un poids envisageable important dû aux circonstances  ..............................................  44  B. Un poids envisageable important dû aux technicités  ....................................................  46  Section 2 : Les mesures spéciales relatives à l’adoption internationale lors d’une crisehumanitaire (Le cas de Haïti)  .................................................................................................  48  Chapitre II: La protection de l’enfant  ..................................................................................  49  Section 1 : le principe de la subsidiarité : inspiration de la Convention de l’enfant  ..  50  Section 2 : la notion de l’intérêt supérieur de l’enfant  ......................................................  52  Titre II: Les aspects les plus difficiles dans l’application de la convention de 1993  ..  53  Chapitre I : Un trafic international de l’enfant avancé  ...................................................  53  Section 1: La médiatisation des cas de trafic d’enfants à travers adoptioninternationale  .............................................................................................................................  53  Section 2: La problématique de preuve de trafic dans les cas d’adoptioninternationale  .............................................................................................................................  55  Chapitre II : Une réglementation internationale du conflit en matière d’adoption .................................................................................................  58  internationale sous-développé  Section 1 : Les limites du droit international prive en matière de d’adoptioninternationale privé  ...................................................................................................................  58  Section 2 : Les opportunités d’avoir un comité d’arbitrage en matière d’adoptioninternationale  .............................................................................................................................  60  Conclusion  .................................................................................................................................  64  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 5  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  6. 6. Bibliographie  ............................................................................................................................  67  Annexe  :  Certificat  de  conformité  de  l’adoption  internationale  ..............................  69    UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 6  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  7. 7. Introduction "Theyre the greatest little people Ive ever met, and they give me so much joy","She had a choice of life or death -- because some children that were in a very similarsituation to her passed away at that time, [kids] who didnt get out in time," Ceux-ci sontdes déclarations de l’ambassadrice de l’UNHCR, l’Agence des Nations pour les réfugiés,Jolie, qui parles de ses enfants adoptés internationalement dont sa fille Ethiopienne. Cetteconstatation à propos de sa fille, qui elle a été au milieu d’une crise humanitaire, où sesdroits comme enfants étaiement gravement menacés. Le droit international des droits de l’homme englobe plus généralement les droitsdes enfants. Le droit international de la santé, de sa part, englobe le droit international desdroits de l’Homme dans toutes ses dispositions relatives à la vie et à la santé.1 De ce fait onse dirige vers la santé, et comment elle est définie particulièrement par l’OrganisationMondiale de la Santé (OMS) comme « un état de bien être total physique, social et mentalde la personne. Ce nest pas la simple absence de maladie ou dinfirmité.»2 . L’OMS a faitattention à ce que toutes les caractéristiques de la Santé soient englobés, non seulement, lescaractéristiques apparentes. D’une manière, c’est ce que l’adoption internationale essayed’y contribuer. L’adoption internationale, elle a un aspect humanitaire, qui cherche àsoulager, prendre en compte, un enfant non seulement en termes d’aides, mais le prendresous ses ails, et parfois l’extraire d’un environnement qui se revêt toxique pour lui. L’adoption en elle même, se base sur la notion du choix, elle peut se décrire commeun « filiation élective », on choisit son fils, après sa naissance d’autres parents et on décidede s’occuper de lui, pour la vie, avec un nouveau lien de filiation. En effet, le termeadoption, traduit bien son origine latine de choix (ad-optare). Ce nouveau lien de filiationqui s’établie après l’adoption, actuellement, élimine tout autre lien de filiation, mais cen’était pas toujours le cas. Dans le temps, l’adoption ne rompait pas les liens avec lafamille d’origine, puis, il y a eu évolution jusquà rupture totale du lien, et établissementd’un lien totalement nouveau de filiation, un seul lien de filiation.                                                                                                                1  J M Crouzatier Droit international de la santé2  Préambule de 1946 de Constitution de l’organisation mondiale de la santé (OMS)  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 7  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  8. 8. En ce qui concerne, la valeur juridique de l’adoption, elle a été ajoutée par letemps. En effet, la pratique de l’adoption n’a été longtemps que régulière.3 « Ce sont endéfinitive les constructions juridiques de la Rome impériale qui ont crée la tradition del’adoption en Occident ».4 La pratique de l’adoption est née au noyau des anciennescivilisations, transcrite par les pharaons de L’Égypte sur les murs. L’adoption a aussi prisplusieurs formes, dont ceux qui diffèrent fondamentalement de l’adoption, comme laKafala, un concept musulman, qui prend la forme de l’adoption mais sans établir un lien defiliation. L’adoption a évolué, jusquà ce qu’elle s’est « jurisdisé » par Rome. « Jadisprivilège réservé aux seuls nationaux, elle s’étend a une échelle internationale ». 5L’adoption au niveau internationale, n’était un concept qui s’est introduit qu’après, laseconde guerre mondiale, le « baby boom » et la rareté croissante d’enfants dans certainspays. 6 Ce type d’adoption, est assimilé à un contrat international, mais un contratinternational très protégé et très encadré. Du faite qu’il y a un encadrement direct par l’Étatd’origine de l’enfant et l’État d’accueil des parents adoptifs. Ce contrat s’éleve plutôt auniveau entre les États, due à la sensibilité du sujet en question et le besoin qu’il soitrenforcé internationalement. Pour longtemps l’adoption internationale, s’effectuait aléatoirement, avec desdispositions nationales minimales. Ce n’est qu’après la multiplication des scandalesd’adoptions internationales, que la communauté internationale se réveilla aux adoptionscontraires à l’éthique dans la fin des années 1980 et au début des années 1990. Ce n’est qu’en 1993, que nait la Convention de La Haye sur la protection desenfants et la coopération en matière d’adoptions internationale, conclue le 29 mai 1993.Elle est le produit des états présents pour la dix-septième session de la conférence de laHaye de droit international privé. Elle a été signée à La Haye, 67 états étaient dans la                                                                                                                3  François Boulanger, Enjeux et défis de l’Adoption, Étude comparative et internationale p.4  4  Id.  p.5  5  Id.  p.1  6  Ces  pays  sont  devenus  plus  tard  les  pays  d’accueil,  en  matière  d’adoption  international  sous  La  convention  de  La  Haye  de  1993  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 8  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  9. 9. session de la conférence, mais pas tous ont été signataires de la convention. Cette dernièreest d’une grande importance, puisqu’elle organise, une fois pour toutes, une procédureinternationale très concrète et très spécifique, qu’est la adoption internationale, pour lespays voulant avoir des garanties universelles lors de leurs manoeuvres d’adoptioninternationale.En effet, l’organisation qui a permit cet encadrement, c’est l’organisationintergouvernementale de la conférence de La Haye de droit international privé, uneorganisation forte de près de 70 États membres. L’objectif de la conférence de La Haye dedroit international privé est « d’harmoniser les règles du droit international privé auniveau mondial par la préparation, la négociation et l’adoption de Conventions de LaHaye … Les Conventions de La Haye (36 adoptées depuis la Seconde Guerre mondiale etune autre actuellement en préparation) abordent des sujets aussi divers que l’enlèvementinternational d’enfants, l’adoption internationale, la légalisation des documents,l’obtention de preuves à l’étranger, les trusts, les titres détenus auprès d’un intermédiaire,la responsabilité parentale et les mesures de protection des enfants, le recouvrementinternational des aliments envers les enfants et d’autres membres de la famille, pour n’enciter que quelques-uns. »7 Après la signature de la convention, les dispositions de la convention doivent êtrerespectées par le pays signataire, et ces dernières doivent faire partie du droit interne dupays signataire à travers une procédure de ratification. La ratification des conventionspermet que les juridictions nationales puissant prendre des décisions en se basant sur cesdispositions internationales. Au niveau du droit français, la compétence de la convention,se traduit par l’apport de l’arrêt Nicolo8, dont la pleine reconnaissance de la supériorité dudroit international sur le droit national. Et selon le fait que la convention de La Haye de1993, est un traité9 alors elle est régie par le droit international.                                                                                                                7  www.hcch.net    8 Conseil d’État arrêt d’Assemblé du 20 octobre 1989  9  Un traité est «un accord international conclu par écrit entre États et régi par le droit international, qu’il soitconsigné dans un instrument unique ou dans deux ou plusieurs instruments connexes, et quelle que soit sadénomination particulière» (Voir l’article 2 de la Convention de Vienne).La Série des Traités européens regroupe des «conventions», des «accords», des «arrangements», des«chartes», des «codes», des «convention-cadre». Tous ces instruments juridiques sont des traités au sens dela Convention de Vienne.  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 9  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  10. 10. Au niveau international, La convention de 1993 établie des institutions différentesavec les mêmes principes, et mode de travail, pour assurer en soi la coopération, ayantcomme cause la connaissance du fait qu’on partage le même système à l’étranger. Moinsde temps est donc nécessaire pour comprendre les différentes procédures des autres pays.Le terme « coopération » dans le titre de la Convention de 1993 se traduit par des outilsinstitutionnels de coopération. La coopération, en pratique, se fait par deux types de parties, le pays d’origine, quile pays de l’enfant et le pays d’accueil qui est le pays des futurs parents. La différenceentre le pays d’accueil et d’origine, autre que dans le cadre de l’adoption internationale,repose sur des facteurs économiques. Les pays d’origine sont généralement moinsprospères que les pays qui ont le profil de pays d’accueil. Mais même avec cette richesserelative, il y a diminution des adoptions internationales globalement depuis 2005.10 Il y aaussi certains pays qui mettent comme priorité l’adoption interne une priorité par rapport àl’adoption internationale, cela affecte d’une manière l’adoption internationale. En outre, ces évolutions sociétales, l’état du monde, et le montant des criseshumanitaires, peuvent mener à une croissance dans le nombre des adoptionsinternationales, mais aussi une croissance dans le nombre trafic d’enfants sous le volet del’adoption internationale. Il est nécessaire de savoir donc, si les autorités d’adoptioninternationales à travers le monde, ont pris en compte ces évolutions des deux dernièresdécennies ? Si la gestion de l’adoption internationale internationalement est toujourscompatible à la réalité du terrain ? Et dans quelle mesure il y a encadrement juridique totalde l’adoption internationale ? Est ce que cette dernière est encadrée internationalementsuffisamment ? Se basant sur ces motifs on va examiner, la gestion internationale de l’adoptioninternationale, ses règles (Première Partie), qui vont être confrontés aux situationsd’atteinte à l’enfant adoptés en cours d’adoption internationale, et la possibilité de leprotéger (Deuxième Partie)                                                                                                                10  Rapport sur l’adoption, Jean-Marie Colombani 2008, mission confiée par le Président de la république et lepremier ministre p.20  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 10  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  11. 11. Première Partie: Une adoption encadrée par des règlesinternationales concrètement pragmatiquesTitre I: Les mesures règlementaires d’organisation del’adoption internationaleChapitre I: Les organismes et les corps en charge guidés par laconvention de la Haye de 1993Section 1 : L’autorité centrale Afin, d’organiser concrètement l’adoption internationale et que les procédures etles agents qui les mettent en place, ne soient pas aléatoires, comme était le cas avant 1993dans tous les pays, et la plupart des pays a présent11 : Les pays présents à la dix-septièmeconférence de la Haye de droit international prive, ont élaboré un mécanisme concret, avecdes organismes en charge concrets, dont celui qui as le plus le poids dans le processusd’adoption internationale et c’est l’autorité centrale. L’autorité centrale, est simplement, l’organisme, créé ou désigné par les autoritéscompétentes de l’État contractant pour être le Premier organisme responsable desadoptions internationales dans le pays, qu’il soit un pays d’accueil d’adoptésinternationaux, ou d’origine ou les deux.Paragraphe 1 : Le rôle imprécis de l’autorité centrale                                                                                                                11  En  2011,  près  de  70  sur  194  pays  dans  le  monde  sont  contractants  de  la  convention  de  la  Haye  de  1993  sur  la  protection  de  l’enfant  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  international.    www.hcch.net  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 11  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  12. 12. La définition et la création du concept de l’autorité centrale ont été codifiées dansle chapitre III de la convention de 199312. Plus précisément son origine est dans l’article 6de la convention, qui cite que « Chaque État contractant désigne une Autorité centralechargée de satisfaire aux obligations qui lui sont imposées ». De ce fait, on comprend queles États qui signent la convention et qui ont souhaités y adhérer, doivent avoir établis uneautorité qui est compétente sur l’ensemble du pays en matière d’adoption internationale, etdesigner cette autorité auprès du Bureau permanent13 comme l’autorité représentante dupays en question14. Pour avoir un appariement d’une adoption entre un pays d’origine et un autre paysd’accueil, la reconnaissance de l’autorité compétente, après désignation du pays del’autorité centrale compétente, doit se manifester non seulement par le dépositaire de laconvention mais aussi par l’autre état contractant. Par contre, l’autre État reconnaitautomatiquement l’autorité compétente de l’autre cocontractant de la convention si elle estreconnu par le dépositaire de la convention15. Donc, la reconnaissance des autorités despays entre eux en matière d’adoption internationale au sein de la convention est facile. Cequi as la possibilité d’être un peu plus compliqué, c’est la communication d’une autoritécentrale d’un pays avec une autre d’un pays non contractants de la convention de 199316 etdes relations et des négociations de bases se font dans ce cas. Ainsi un des rôles primordiaux de l’autorité centrale est surtout la communication.L’autorité doit avoir les outils et le personnel performant en matière de communication.Les trois axes de communication se traduisent comme suivant : Premièrement, lacommunication avec la famille, d’accueil ou de l’enfant. Et puis vient la communicationavec le Bureau permanent, ainsi que la communication avec les autorités centrales desautres États.                                                                                                                12  Convention  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale    (29  mai  1993)  13Bureau  permanent  de  la  conférence  de  La  Haye  en  droit  international  privé  14Article  13  de  la  convention  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale  (Conclue  le  29  mai  1993)  15  Bureau  permanent  de  la  conférence  de  La  Haye  en  droit  international  privé  16  Convention  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale  (Conclue  le  29  mai  1993)  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 12  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  13. 13. Les rôles de l’autorité comme mentionné dans l’article 9 de la convention seconcrétise par les manifestions de rassemblement, conservation et échangedes « informations relatives a la situation de l’enfant et des futurs parents adoptifs, dans lamesure nécessaire a la réalisation de l’adoption ». L’autorité centrale, son rôle, n’est certainement pas restreint par les garanties et lesprocédures de la convention, en faite, elle est encouragée, à côté de ses rôles decommunication principaux, vient aussi l’importance de la communication avec desorganismes d’adoption internationale pas encadrés par la convention : ceux des pays noncontractants, ou voulant ratifier la convention de 1993. En fait, l’autorité centrale, peut avoir le rôle que lui confère sa position par rapportau type prioritaire de ses activités. Ainsi, les rôles de l’autorité centrale peuvent se cernersur le début ou la fin de l’adoption internationale. Alors, le rôle de l’autorité centrale del’État d’origine serait de s’assurer de l’adoptabilité de l’enfant, la validité du consentementdes parents d’origine, que l’adoption internationale est dans l’intérêt de l’enfant, maintenircommunication avec le pays d’accueil et élaborer les rapports nécessaires sur la situationde l’enfant.17 Le rôle de l’autorité centrale du pays d’accueil par contre, va se concentrer sur laqualification des parents adoptifs à adopter et de « s’assurer qu’ils ont été entoures desconseils nécessaires et de garantir la délivrance d’une autorisation d’entrée sur leterritoire et de séjour permanent pour l’enfant dans cet État ».18Paragraphe II : La procédure centralisé de l’adoptioninternationale                                                                                                                17  Article  4  de  la  convention  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale  (Conclue  le  29  mai  1993)  18  Amélie  DEMANGE,  Mémoire  pour  le  DEA  de  droit  communautaire  “L’adoption:  un  défi  potentiel  pour  une  union  européenne  en  mutation”  Université  Jean  Moulin  –  Lyon  3  2005  p.109  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 13  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  14. 14. Les futurs parents adoptifs doivent se présenter devant l’autorité centrale de leurpays, pour être considérés pour une adoption internationale19. L’autorité centrale doit ainsienvoyer un rapport au pays d’origine de l’enfant, contenant des informations importantessur les futurs parents adoptifs et leur éligibilité pour adopter.20 De la même manière,l’autorité centrale du pays d’origine de l’enfant doit envoyer au pays d’accueil un rapportsur l’adoptabilité de tout enfant possible d’être adoptés.21 La convention déclare aussi que« Nul ne peut tirer un gain indu » qui a comme source l’adoption internationale, et lesseules charges doivent être « les frais et dépenses, y compris les honoraires raisonnablesdes personnes qui sont intervenues dans l’adoption. » On peut constater que l’application de la structure de l’autorité centrale, se base surle modèle d’administration centralisé, puisque dans la plupart des cas, l’autorité centraleest une autorité publique, que l’État décide sa création. Elle peut être une autorité publiqueen relation avec un organisme publique existant, comme c’est le cas en France avec leservice d’adoption internationale (SAI) et le ministère des affaires étrangères22. Ou bien,dépendant de la règlementation du pays, elles peuvent être « des organismes ou personnesqui : a) remplissent les conditions de moralité, de compétence professionnelle,d’expérience ou de responsabilité requise par cet État ; et b) sont qualifiées par leurintégrité morale et leur formation ou expérience pour agir dans le domaine de l’adoptioninternationale »23. Le fait que dans la plupart des cas, l’autorité centrale est un organisme public, faitqu’il y ait une centralisation24 de l’encadrement des procédures d’adoption, par l’État.Mais pour équilibrer les compétences, et permettre l’efficacité des procédures d’adoption,la convention inclus aussi un régime de travail d’autre organismes à caractère privé, quipeuvent être compétents, mais qui sont toujours encadrées par l’État, par une procédure                                                                                                                19  Article  14  de  la  convention  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  (Conclue  le  29  mai  1993)  20  Article  15  Id  21  Article  16    Id  22Site  du  ministère  français  des  affaires  étrangères  et  européennes  www.diplomatie.gov.fr  23  La  convention  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale  (conclue   le   29   mai   1993)   Art 22 1 : « les fonctions conférées à l’autorité centrale par le présent chapitrepeuvent être exercées par des autorités publiques ou par des organismes agréés conformément au chapitreIII, dans la mesure prévue par la loi de son État… »24  Le regroupement des moyens daction et de contrôle dun État dans un même endroit.  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 14  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  15. 15. d’agrément. On se trouve ainsi devant un paradoxe, si le mécanisme proposé par laconvention permet une centralisation ou bien une décentralisation25. Le dernier cas, permetune autonomie et ainsi une responsabilité et efficacité de la part des organismes privésd’adoption internationale. Mais vue que les dispositions internationales donnent uneimportance aux autorités centrales, on peut déduire que le modèle proposé par laconvention permet une décentralisation plutôt encadrée, où les autorités centralesconservent la haute main, par la procédure d’agrément de ces organismes privées. Mais enmême temps, le fait que ces organismes ne soient pas relatifs à l’État, fait qu’il y ait unesorte d’autonomie encadrée, dans d’autres mots, une décentralisation des chargesd’adoption internationale. Ce qui est sûr par contre, c’est qu’il n’y a pas déconcentration26,puisque les organismes agréés autres que l’autorité centrale, ne se composent pas ded’agents publics, et ce fait aide nécessairement l’avancement et la souplesse de l’adoption. Donc, on peut conclure que le modèle proposé par la convention, qui as été établispar les pays présents à la dix-septième conférence de La Haye de droit international privé,est plutôt une modèle centralisé, avec un peu de décentralisation avec les organismesagréés, qui sont les autres corps privés qui s’occupent de l’adoption internationale. Il existeainsi une délégation des pouvoirs totale de l’autorité centrale aux organismes agréés, maiselle est toujours encadrée par cette dernière.Section 2 : Le désengorgement de l’autorité centrale à l’aide decorps secondaires compétents En général, l’autorité centrale comme autorité publique, est l’autorité compétenteen matière d’adoption internationale. Mais cela, comme vu, n’élimine pas la possibilitéd’avoir un organisme privé comme autorité centrale, et d’une manière plus importante,n’élimine pas la possibilité d’existence des organismes privés compétents pour l’adoptioninternationale (Paragraphe I), qui passe par une procédure d’agrément par l’État(Paragraphe II).                                                                                                                25  Généralement, cest le transfert dautorité et de responsabilités de fonctions publiques, de ladministrationcentrale, vers les organisations gouvernementales subordonnées ou quasi autonomes et/ou vers le secteurprivé.  26  La déconcentration est une technique d’organisation des administrations qui consiste à distribuer lesagents et les compétences au sein d’une même personne morale, depuis une administration centrale vers sesservices déconcentrés.  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 15  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  16. 16. Paragraphe I : Les Organismes Agréés La Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération enmatière d’adoption internationale du 29 mai 1993, introduit les responsabilités desorganismes agréés dans son article 11. Les organismes peuvent être nationaux ouétrangers, dans les deux cas, ils ont besoin d’une autorisation de l’État pour exercer leursmissions. Par contre en ce qui concerne les organismes agréés qui exercent sur un territoireétranger, deux autorisations des deux pays concernés est requise.27 « Les Organismes Agréés sont des personnes morales de droit privé qui exercentune activité d’intermédiaire pour l’adoption ou le placement en vue d’adoption de mineursde quinze ans ».28 On peut voir donc que les organismes agrées sont nécessairement despersonnes morales privées. La notion d’autorité peut être un organisme en relation directe avec l’État ou unorganisme totalement indépendant comme c’est le cas des organismes privés. L’État avecla procédure d’agrément établis une délégation des ses compétences. Cette délégationassure une efficience et une sorte de décentralisation (cf. infra). La procédure d’agrément,traduit aussi une volonté de contrôle sur les organismes agrées. Par contre il existe toujoursdes critiques sur le fait que si la seule procédure d’agrément en elle même, constitue unecontrôle suffisant de l’État. On peut considérer, qu’il y a volonté de maintenir un équilibreentre contrôle, efficience et autonomie des organismes agrées, pour qu’il y ait unecirculation des adoptions souple mais toujours encadrées. En général, les organismes agréés ne dépassent pas une centaine dans chaquepays,29 et l’autorité centrale, doit les déclarer après agrément au bureau permanent de laconférence de La Haye de Droit internationale privé. Le fait qu’il y ait un nombre limité                                                                                                                27  Article  12  de  la  convention  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale  (Conclue  le  29  mai  1993)  28  Site  du  ministère  des  Affaires  étrangères  et  européennes:  www.diplomatie.gouv.fr  29  Base  de  données  sur  le  site  de  la  conférence  de  La  Haye  de  droit  international  privé  permettant  de  recenser  tous  les  organismes  agréés    UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 16  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  17. 17. d’organismes agréés dans chaque pays peut se motiver, par la volonté des États d’assurerun niveau supérieur de contrôle sur les activités des organismes agréés, même aprèsautorisation. Ce qui montre, le caractère sensible et très délicat de l’adoptioninternationale: un contrôle est toujours exigé. La manière dont on a élaboré l’article 22 de la convention de 1993 : « 1. Lesfonctions conférées à l’Autorité centrale par le présent chapitre peuvent être exercées pasdes autorités publiques ou par des organismes agréés conformément au chapitre III, dansla mesure prévue par la lois de son État… » . Elle permet de configurer une vraiedélégation et décentralisation. La convention ici, donne une grande liberté aux États, entermes de la formation/ forme extérieure des organismes qui vont être compétents enmatière d’adoption internationale dans chaque État, mais en même temps, elle donne unedes normes minimales quelque soit la forme extérieure de la personne/organismecompètent(e). On constate que ces normes traduisent un effort afin de s’assurer de lasécurité des procédures et l’encadrement de l’adoption internationale, qui est toujours pascertain. Pour les pays contractants de la convention, le fait d’avoir des organismes agréésn’est pas obligatoire. En fait, le choix d’avoir des organismes agréés à côté de l’autoritécentrale, revient totalement au pays contractant. Il se peut d’avoir des États contractantsqui n’ont que l’autorité centrale et pas d’organismes agréés, et il existe le contraire aussi.On peut conclure, que cela peut dépendre du volume des activités d’adoption internationaledans chaque État. Plus le volume d’activités est grand, plus le besoin d’organismes agréésest grand, ainsi que la spécialisation de ces organismes dans les relations de l’adoptionavec des pays spécifiques. L’analyse de la raison pour laquelle les pays qui ont été présents à la dix-septièmeconférence de La Haye de droit international privé, ont ajouté les organismes agréés autexte de la convention, lors de son élaboration, peut se résumer dans deux hypothèses.D’abord, l’adoption internationale était déjà présente sous de formes multiples avantl’élaboration de la convention sur la coopération en matière d’adoption internationale en1993. Donc pour ne pas exclure les organismes qui s’occupaient d’arranger l’adoptioninternationale avant 1993, et aussi pour être sûr que ces organismes déjà qualifiés au moinsUNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 17  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  18. 18. professionnellement en matière d’adoption internationale, s’ils ne sont pas inclus, ils necontinuent leurs activités internationales, mais cette fois en ignorant les dispositions d’unconvention internationale.30 Le scenario dernier: si exclus, ils peuvent même dans un paysratifiant la convention de 1993, ignorer les règles de cette dernière, et établir un marchénoire d’adoptions internationales, puisqu’il y a toujours le sentiment, qu’ils sont existantsmême avant les autorités centrales31 et de ce fait plus ancien et parfois plus expérimentés. Ensuite, la seconde raison qui peut être conclue, pour laquelle ont a considéréd’ajouter les organismes agréés dans le texte de 1993, est le fait que il y a beaucoupd’enfants à travers le monde qui ne peuvent pas trouver leurs parents, spécialement dansles zones de guerre, et il n’existe pas des responsables suffisant pour que ces enfantstrouvent des familles d’accueil qui leur permettront de grandir dans un environnentaimable. Le fait d’avoir plusieurs entités auxquels l’autorité centrale peut déléguer sonpouvoir et ses prérogatives, les organismes agrées, est nécessaire. Les organismes agrées, aident donc à désengorger d’une manière l’autoritécentrale.Paragraphe 2: La procédure d’agrément Comme la plupart des dispositions de la convention de 1993, ils sont laissés àl’interprétation des pays signataires et l’application des pays signataires. Cela est le mêmecas avec la procédure d’agrément. La convention dans l’ouverture des possibilités decompétences d’organismes d’adoption internationale dans les pays contractants, ouvre lespossibilités de procédures. Par contre certaines conditions de bases doivent s’avérer dansl’organisme qui prétend se responsabiliser devant l’État concernant l’adoptioninternationale, et ces conditions sont introduites dans la deuxième partie du chapitre III dela convention de La Haye de 1993, particulièrement les articles 10 à 13.                                                                                                                30  Convention  de  La  Haye  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale  (Conclue  le  29  mai  1993)  31  Établis  après  1993  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 18  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  19. 19. Le premier article dans cette partie est celui qui résume le point principale surlequel doit se baser la procédure d’agrément : « Peuvent seul bénéficier de l’agrément et leconserver les organismes qui démontrent leur aptitude à remplir correctement les missionsqui pourraient leur être confiées. »32A. Le rôle minimisé de l’autorité centrale dans la procédured’agrément Comme les organismes agréés en adoption international sont les seuls, autre que lesautorités centrales, à pouvoir agir comme intermédiaire dans le processus d’adoption, ilsdoivent recevoir donc une approbation d’une autorité de l’État, parfois surrecommandation de l’autorité centrale en question.33 Ce sont des corporations privées sansbut lucrative: donc, l’argent/frais demandés ne seraient pas utilisées, en principe, à des finspersonnels ou autres. Parmi les conditions aussi, mentionnées dans les articles suivants, l’organisme quiveut avoir une autorisation des autorités de l’État afin d’être un organisme agréé, doit êtreune personne morale avec des buts non lucratifs. Ce profil peut se trouver dans la plupartdes cas : il s’agit de organisations non gouvernementales, « dans les conditions et limitesfixées par les autorités compétentes de l’État d’agrément. ».34 Il faut aussi, d’après laconvention, que l’organisme soit qualifié moralement en ce qui concerne leur formation ouexpérience pour agir dans le domaine d’adoption internationale. Et finalement, êtresurveillé par une autorité compétente dans le domaine de « sa composition, sonfonctionnement et sa situation financière ». Il est donc important, que les autorités compétentes, ou les autorités centrales,gardent un œil vigilant, sur les comptes financiers des organismes agréés, ainsi que faire                                                                                                                32  Article  10  de  la  convention  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale  (Conclue  le  29  mai  1993)  33  Site de adoption internationale au Québec34  Article  11  de  la  convention  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale  (Conclue  le  29  mai  1993)  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 19  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  20. 20. des audits, afin d’étudier les sommes demandés, aux futurs parents adoptifs, comme fraisde la procédure. L’autorité centrale intervient dans leur autorisation et leur procédure d’agrément,ou bien à travers la recommandation de l’organisme à l’autorité qui donne l’autorisation35.Ou bien elles interfèrent dans la mesure de la désignation de la spécialisation géographiqueen matière de pays d’origine des adoptés. Par contre, l’autorité qui donne l’autorisationd’agrément, est une autorité publique et pas l’autorité centrale, et de ce fait on s’interrogepourquoi les autorités centrales ne sont pas la personne publique, qui donne l’autorisationd’agreement, puisqu’il est logiquement compris que c’est l’autorité publique la pluscompétente en matière d’adoptions internationales, et de ce fait compétente pour choisir etpermettre à un organisme d’exercer l’adoption internationale. Cela dépend vraiment dupays, par exemple, aux États Unis, c’est l’autorité centrale qui est responsable directementde la procédure d’agreement, mais en même temps, c’est le « Secretary of State » qui estl’autorité centrale.36 Et donc en comparant avec d’autres pays, au lieu de créer un nouveauorganisme, on assigne les compétences de l’autorité centrale de l’adoption internationale àune autorité déjà compétente. Donc, l’autorité qui est responsable de la procédured’agreement, bien qu’elle ne soit pas l’autorité centrale dans tout les pays, elles esttoujours une autorité de grande compétence et responsabilité, et cela peut être attribué aufait que l’adoption internationale est une procédure et changement très sensible.B. Les efforts de contrôle international et financier sur lesorganismes agréés En ce qui concerne les aspects techniques des organismes agréés : « La désignationdes organismes agréés, requise par l’article 13, ainsi que ses coordonnées, devrait êtrecommuniqués au Bureau Permanent par les autorités compétentes, sans délai. ». De cettemanière, il n’y a pas seulement encadrement interne des organismes agréés, à l’intérieur del’État contractant, mais aussi au niveau international, par le Bureau Permanent de laconférence de la Haye de droit international privé.                                                                                                                35 Comme est le cas au Québec, Canada, ou en France36 Kate O’Keeffe, The Intercounty Adoption Act of 2000 : The United States ratification of the HagueConvention in the protection of children, and its meager effect on intenational adoption. p. 1629  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 20  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  21. 21. La demande de l’article 1337, on essaye toujours de renforcer son importance, parré-confirmation. En fait, la réquisition de la communication des coordonnées desorganismes agréés au bureau permanent par l’État a été reconfirmé par la recommandationNo2 de la Commission spéciale de la convention de la Haye de 1993 denovembre/décembre 2000. L’intervention des recommandations des commissions recommence concernantl’aspect financier des organismes agrées. Elle se concrétise comme suit par des conditionsde : « preuve d’une base financière solide et d’un système de contrôle financier interneefficace, ainsi qu’un audit extérieur. » Ainsi que « tenir des comptes… comprenant unrelevé détaillé des coûts et charges moyens liés aux différentes catégories d’adoptions. »38 Ces recommandations de la commission spéciale de le conférence de la Haye, sesont réaffirmés par les conclusions et recommandations d’une autre réunion de lacommission spéciale sur le fonctionnement pratique de la convention de la Haye du 20 mai1993 sur la protection des enfants et le coopération en matière d’adoption internationale39.Les recommandations ont été encore une fois, avec le même format, transcrites dans lesconclusions et recommandations de la commission suivante 40 dans un effort par lacommission de mettre au point et renforcer ce contrôle financier dans les pays contractantsde la convention de 1993. La procédure d’agrément constitue un des piliers de contrôle et d’encadrement desorganismes agréés des pays contractants. Mais cette même procédure, peut être la causequ’il y ait des organismes qui essayent de ne pas être présent sur la grille de la convention,est d’exercer leurs activités sans encadrement par la convention.                                                                                                                37  La  convention  de  La  Haye  sur  la  protection  des  enfants  et  coopération    en  matière  d’adoption  internationale  (Conclue  le  29  mai  1993)  38  Recommandations Nos 6 à 9 de la Commission spéciale de novembre/décembre 2000  39  La  commission  spéciale  s’est  déroulée  le  (17-­‐23  septembre  2005)  40  Id.  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 21  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  22. 22. Chapitre II: Les mesures complémentaires à la convention de1993 A côté des dispositions procédurales concrètes qu’établit la convention de 1993, ilexiste aussi les mesures établies pour permettre la croissance et l’évolution afin depermettre un encadrement encore plus concret de l’adoption internationale au niveauinternationale. Ce renforcement de l’encadrement, s’est traduit par la coopération bilatéraleconcrète ainsi que des essais d’étendre l’application de la convention à de nouveau paysnon signataires à présent de la convention.Section 1: Le renforcement de la coopération bilatérale concrète Bien que la Convention ait essayé de concrétiser au maximum les procédures et lesgaranties de l’adoption internationale, sans de même affecter la souveraineté de loi etliberté de l’État contractant de la convention. Il s’est avéré nécessaire aussi de renforcerdes coopérations bilatérales hors du domaine de la convention, par des dispositions àl’intérieur de la convention qui encouragent ces coopérations bilatérales et les formalisent.Paragraphe I : L’élévation de la coopération à un niveausupérieur Le titre de la convention de La Haye du 29 mai 1993, se repose sur deux grandspiliers : celui de la protection de l’enfant et surtout ce qu’est l’objectif en général desconventions internationales, c’est la coopération internationale. Dans ce cas donc, enparticulier, c’est « la coopération en matière d’adoption internationale ». La coopération dans le cadre de la convention internationale, représente un premierniveau de coopération et de garanties, c’est un niveau de bases en ce qui concernel’encadrement légal. Vient après donc, un niveau supérieur d’encadrement, qui seconcrétise dans un coopération concentrée Ce niveau supérieur d’encadrement, s’est introduit dans la convention de 1993 parl’article 39, où on montre dans la convention, par les pays qui faisaient partie de la dix-UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 22  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  23. 23. septième conférence de La Haye de droit international privé41, qu’il y a volonté d’avoir desméthodes pour assurer la bonne application, l’évolution et la croissance dans l’applicationet la population qui est sous le régime de la convention de 199342. A travers du texte de l’article 39 43 : « 1. La Convention ne déroge pas auxinstruments internationaux auxquels des États contractants sont Parties et qui contiennentdes dispositions sur les matières réglées par la présente Convention, à moins qu’unedéclaration contraire ne soit faite par les États lies par de tels instruments. », La libertéd’entreprendre des pays contractants est toujours présente par le faite que les Étatscontractants ont droit à avoir les traites bilatéraux dans le domaine de l’adoptioninternationale même dérogeant à la convention de 1993. Il y a donc encouragement desaccords entre les pays, pour avoir une circulation efficiente des adoptions. Par contre,même avec possibilité de dérogation de ces accords à la convention mentionne, on essayede maintenir l’encadrement international de la convention de 1993 et le contrôle par le faitque « Les États qui auront conclu de tels accords en transmettront une copie audépositaire44 de la Convention. »45. En faite, le fait que la convention permet clairement, que le pays contractants decette dernière, ont des coopérations internationales ou bilatérales, même dérogeant à laconvention, cela veut dire, même contraire à certaines dispositions internationales, montrea quelle point, il y a reconnaissance de l’importance des accords bilatéraux, et le poidspositifs que peuvent donner à l’adoption internationale. En fait, même si les États en euxmêmes, ne vont pas avoir des coopérations bilatérales, au moins publiques, qui affectentl’ordre public internationale, cette possibilité d’avoir par les États contractants desconventions bilatérales, même dérogeant aux dispositions internationales de la conventionde 1993, est une possibilité de risque. Puisque on ne peut garantir, l’étendu de cescoopérations bilatérales et leur influence sur la communauté internationale. Par contre,cette liberté de coopération est limitée par la convention puisque « Ces accords ne                                                                                                                41 Les pays qui ont aidé à l’élaboration du texte de la convention de La Haye sur la protection des enfants etla coopération en matière d’adoption internationale (Conclue le 29 mai 1993)42 Après ratification des États contractants de la convention de 199343 Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale(Conclue le 29 mai 1993)44 Le dépositaire de la convention étant le Bureau permanent de la conférence se situant à La Haye45 Article 39 de la convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoptioninternationale (Conclue le 29 mai 1993)UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 23  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  24. 24. pourront pas déroger qu’aux dispositions des articles 14 a 16 et 18 a 21 »46 .Donc, cesdérogations, se limitent par des principes de sécurité et surtout l’intérêt supérieur del’enfant47, sur lequel repose principalement la convention de 1993. La convention, a posé la majorité des garanties et principes relatives à l’adoptioninternationale, de manière à ce que les coopérations/ accords internationaux bilatéraux vontvers un plus de l’adoption, et les procédures et garanties mentionnes dans la conventionconstituent donc la base de l’adoption internationale et vont vers un fait qu’on utilise plutôtcomme base, les principes mentionnes dans la convention, comme la protection et l’intérêtsupérieur de l’enfant (cf. infra.). De ce fait, Il peut se manifester des interrogations sur la pertinence descoopérations ou accords bilatéraux, entre deux pays déjà signataire de la convention. Maisce qui peut être pris de ce fait, est ce que ces accords bilatéraux se basant déjà sur lesgaranties de la convention, permettent encore plus, l’élaboration de ces mêmes garanties,dans un contexte réaliste, ou les réalités des deux pays sont étudiées, afin d’avoirl’optimum d’encadrement juridique. Non seulement par une convention internationalemais de plus par des conditions et des engagements pris par deux partis, qui se permettentde se rendre mutuellement responsables. Il est nécessaire de signaler, qu’il est logiquement, plus facile et de ce fait plusfréquent, qu’il y ait des coopérations bilatérales (formelles ou informelles, codifiées ou noncodifiées), entre de pays déjà signataires de la convention de 1993. Cela exactement àcause de la présence commune de principes et garanties. Par contre, ce qui est encouragé,c’est la coopération internationale avec des pays non signataires. S’il existe des payscontractants qui ont déjà des relations d’adoption internationale, il y aurait l’encadrementjuridique, même si cet encadrement, n’est pas celui de la convention mentionnée.48 Dansces cas il se peut que les principes sur lesquels se base la coopération soient inspirés deceux de la convention de 1993.                                                                                                                46  Article  39  de  la  convention  de  La  Haye  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale  (Conclue  le  29  mai  1993)  47  Article  10  de  la  convention  de  La  Haye  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale  (Conclue  le  29  mai  1993)  48  Id.  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 24  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  25. 25. Paragraphe II : Le renforcement de la coopération par destermes plus contraignantsA. L’aspect plus réaliste des coopérations bilatérales Le fait que la convention de 1993, incite les états contractants, d’avoir des accordsbilatéraux entre les pays signataires. Cela parce que, pratiquement, en réalité, les accordsbilatéraux sont plus contraignants, vues leur caractères spécifiques qui couvrent lesdifférents scenarios de dualité possibles. Les accords bilatéraux sont donc plus effectives etcontraignants que les traités et conventions internationales multilatérales, puisque commementionné les étapes et les conditions des accords, sont beaucoup plus spécifiques etclaires que dans une convention, où il y a plus de deux parties et c’est plus général dans leraisonnement, et le conditions et règlementations qui doivent être ratifiés par les payssignataires. On laisse donc une marge de liberté aux pays, pour faire ces traités. Ainsi que lefait d’inclure dans une coopération internationale, comme la convention de 1993, cela serevêt très utile, puisque au niveau international on sait que les traités/ accords bilatérauxpeuvent être plus utiles dans l’encadrement en matière d’adoption internationale. C’estpour cette raison là, qu’on mette en avant et en encourage les coopérations bilatérales,même sans reliures, sans aspects contraignant de la part de la convention. En encourageant, les coopérations bilatérales concrètement dans la convention, lesÉtats signataires et qui participaient à la dix-septième conférence de La Haye, montrentnon seulement une volonté d’être d’accord sur les bases de l’adoption internationale, maisaussi inclure et introduire les concepts de la coopération bilatérale, sans ignorer l’essentiel,aussi en s’assurant que tous les aspects sont couverts.UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 25  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  26. 26. B. Le renforcement technique de la coopération bilatérale L’aspect rafraichissant de la conférence de La Haye, c’est que les pays signatairessont aussi présents dans les commissions qui guident la manière avec laquelle le BureauPermanent 49 , donne assistance 50 . Non seulement en proposant le fait d’avoir descoopérations bilatérales, mais aussi avoir des suggestions concrètes concernant comment yatteindre. Outre que le fait, qu’on introduit et on encourage l’aspect de la coopérationbilatérale, la conférence de La Haye de droit international privé, plus précisément le bureaupermanent, propose des renforcements techniques de la coopération qui mène à des traitésbilatéraux. En fait, concernant les technicités proposées pour renforcer la coopérationbilatérale, ils se concrétisent dans plusieurs étapes. D’abord l’étape de savoir découvrir lesmotifs qui nécessitent une coopération bilatérale à côté d’une coopération internationalequi est plus générale. Parmi ces aspects concrétisés renforcés par la conférence de La Haye de droitinternational prive, on trouve que : « Les États d’accueils sont encouragés à examiner lesmoyens permettant l’assistance et le soutien aux États d’origine dans l’exercice de leursfonctions et dans l’application des garanties prévues par la Convention, notamment aumoyen des programmes de renforcement des capacités et d’autres dispositifs »51 Cette recommandation résulte de la commission spéciale sur le fonctionnementpratique de la Convention de La Haye du 29 mai 1993. Elle est le résultat de constatationque les pays d’accueil, sont généralement plus habiles économiquement et en matière del’accès aux ressources de connaissance. De cette façon, on encourage la coopération quimène à une assistance du pays d’accueil en direction du pays d’origine. Cette dernièreindication, spécifiquement, est élaborée dans le premier guide de bonne pratique. Il existe,                                                                                                                49  De  la  conférence  de  La  Haye  de  droit  international  privé  50  Aux  pays  signataires  51  Commission spéciale sur le fonctionnement pratique de la Convention de La Haye du 29 mai 1993 sur laprotection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale (17-25 juin 2010)UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 26  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  27. 27. par suite, plusieurs autres points qui montrent comment la coopération bilatérale concrèteest possible. Des autres modes de coopérations qui existent dans une étape ultérieure del’adoption internationale, guident les pays signataires comme suit : « Lorsque le certificatde conformité prévu a l’article 23 est incomplet ou incorrect, les États devraient coopérerpour régulariser la situation ».52 La convention de 1993 a mis en place un système de garanties, des procéduresprévues par la convention, dont le certificat de conformité prévu à l’article 23. Ainsi, lacommission spéciale de cette manière incite que la coopération bilatérale se manifeste danscette catégorie. Les États de ce fait, coopèrent pour assurer non seulementl’implémentation de leur part des dispositions de la convention, mais aussi assurer uneimplémentation bilatérale des deux parties des garanties procédurales de la convention. Ces orientations concernant la coopération bilatérale, permettent une évolution, àl’aide de perspectives différentes, dans la manière qu’est gérée l’adoption internationale.Dans une situation où les circonstances se rendent plus difficiles, cela est le moment où lacoopération et l’aide sont le plus nécessaires. Il est donc peut être nécessaire de voire la coopération bilatérale non seulementcomme une mesure de prévention, dans la mesure où elle est avant les opérations, maisaussi elle est nécessaire quand les opérations ne vont pas comme prévue. En fait, le bureau permanent, n’a pas considéré de proposer en commission spécialedes pays signataires, des recommandations de coopération bilatérale quand il y a desconséquences négatives d’adoption.53                                                                                                                52  Id  53  Exemple de conséquences négatives, les cas de  non  respects  des  garanties  procédurales  de  la  convention  de  1993  qui  mènent  au  trafic  d’enfants  au  nom  de  l’adoption  internationale.  En  fait  une  de  manière  de  coopération  bilatérale  possible  dans  les  cas  ou  les  opérations  d’adoption  internationale  ne  vont  pas  comme  prévue,  ce  sont  des  conventions  bilatérales  qui  posent  un  plan  d’urgence,  surtout  dans  le  cadre  du  droit  international  prive,  pour  faciliter  dans  ces  cas  d’urgence  la  définition  rapide  de  la  juridiction  et  la  loi  applicable.  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 27  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  28. 28. La recherche d’aspects de coopération concrets, est surtout nécessaire aussi, dansles étapes bureaucratiques interétatique, avant que l’enfant arrive chez sa famille d’accueil.C’est pour cela, qu’on a aussi rappellé les pays signataires ainsi, et on a soulignél’importance que : « 20. Les Autorités centrales devraient coopérer dansl’accomplissement de tout formalité nécessaires à l’acquisition pas l’enfant de lanationalité, le cas échéant, soit de l’État d’accueil, soit de l’un des parents adoptifs ».54 L’attribution de la nationalité, est un des aspects importants de l’adoptioninternationale, et mérite une souplesse qui peut être influencée par la coopération bilatéraleentre les États signataires de la convention de 1993 ou non, puisque : « 21. La question del’attribution de la nationalité à l’enfant peut être, le cas échéant, un facteur pertinentlorsqu’un État d’origine envisage une coopération avec un État d’accueil particulier. »55 En effet, les coopérations bilatérales les plus importantes, règlent les aspects de lanationalité, son obtention et autres, ainsi que les modalités d’entre de l’enfant dans le paysd’accueil. C’est pour cette exacte raison, qu’on encourage les autorités centrales, les pays,d’avoir des coopérations très concrètes et très spécifiques, afin de rendre les questions lesplus critiques en matière d’adoption internationale, plus faciles.Section 2: L’étendu/influence de la convention auprès des paysnon signataires La convention de La Haye sur la protection de l’enfant et la coopération en matièred’adoption internationale, est composée de garanties procédurales essentielles, mais enmême temps pas compliqué à implémenter et même nécessaire afin de gérer l’adoptioninternationale. On veut bien voire les dispositions de cette convention se propager à traversle monde, afin que les règlementations de cette dernière, englobent toutes les accordsd’adoption internationale, au niveau globale. Cette influence peut être en laissant unegrande marge aux pays non signataires a se laisser être influencé par les dispositions de laconvention (Paragraphe 1) ainsi que possibilité d’avoir une marge plus restreinte auxderniers à être influencé pas la convention (Paragraphe 2).                                                                                                                54  Id.  55  Id.  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 28  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  29. 29. Paragraphe 1 : La modalité indirecte d’élargir le champd’influence de la convention de 1993 En effet, comme les dispositions de la convention de 1993 sont des dispositions debase, leur application même par des pays non signataires, de manière à guidercorrectement, l’évolution de l’adoption internationale dans un pays, se revêt noncompliqué. Les pays non signataires de la convention de La Haye de 1993, peuvents’inspirer facilement des dispositions de cette dernière, et en même temps de ne pas setrouver dans l’obligation de ratifier la convention dans son intégralité. Cette inspiration est plutôt possible, quand il y a un des pays qui sont signataires dela convention, qui acceptent d’élargir le cercle de communication avec les pays nonsignataires de cette dernière. Donc ouvrir la possibilité d’avoir des adoptionsinternationales avec des pays autres que ceux signataires de la convention de 1993. De cette manière, cette communication pays signataire/pays non signataires, permetà ces derniers, de voir de près les dispositions et l’organisation interne des pays signataires,en matière d’adoption internationale. Cette organisation de l’adoption internationale, sefonde sans doute sur la convention de 199356. Le pays non signataire, après son expérienced’organiser des adoptions internationales avec certains pays signataires, a de ce fait accèsaux différents modes d’exercice des pays signataires. Cet accès, permet aux pays encore non signataires de la convention de 1993 surl’adoption internationale, de copier des modèles d’organisation des pays signataires, et parexemple implémentation la manière d’organisation des institutions, afin de mettre uneautorité centrale et établir une procédure d’agrément. Puisque en tout cas, cetteorganisation peut être toujours plus effective que les modalités d’organisation del’adoption internationale déjà présentes dans les pays non signataires de la convention. Ces ambitions d’élargissement indirect de la convention, son efficacité, se trouventnon seulement heurtés par le fait que des pays ne sont pas signataires de la convention de1993, mais aussi par l’aspect culturel qui entrave toute possibilité de coopération bilatérale.                                                                                                                56  Dans le cas d’un pays signataire de la convention de La Haye de 1993  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 29  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  30. 30. Il est donc recommandé, que les personnes responsables des pays partis de casd’adoption internationale soient formées culturellement, pour être prêts à faire face auxobstacles culturels qui peuvent apparaître.57 Cette formation culturelle, si misent en placepar les pays signataires, ouvre plus de possibilité de coopérations bilatérales avec des paysnon signataires. C’est aussi une mesure d’influence indirecte à encourager la coopérationbilatérale pays signataires/pays non signataire, à travers la préparation du pays signataire àtraiter les difficultés culturelles de gestion. Une manière différente de renforcer indirectement la coopération bilatérale entreles pays contractants de la convention de 1993 et ceux qui n’ont pas encore signé laconvention, c’est dans la collection des données. Avoir une base de données, collectée parle Bureau Permanent de la conférence de La Haye, des statistiques : du nombred’adoptions internationales par les pays signataires, non relevant du domaine de laconvention, les adoptions internationales a destination et en provenance de pays non-contractants de la convention de La Haye.58 Le fait que le Bureau Permanent demande aux États contractants à la conventionde recenser le nombres des adoptions internationales, provenant de et à destination despays non-contractants, permet de différencier clairement, le montant d’adoptionsinternationales relevant du domaine de la convention du montant des autres ne relevant pasde cette dernière. Cette différenciation et recensement de nombre des adoptionsinternationales, ainsi que par pays, permet une constatation des pays non signataires, quiont le plus d’activité d’adoptions internationales.                                                                                                                57  La  “Sensibilité  a  la  diversité  culturelle”  a  été  aborde,  dans  les  conclusions  et  recommandations  de  la  réunion  en  Afrique  (22-­‐25  février  2010),  entre  le  Bureau  Permanent  et  les  représentatifs  des  pays  africains  présents:  “10.1  Il  est  noté  avec  inquiétude  qu’une  perception  négative  de  la  culture  et  des  systèmes  africains  subsistent  dans  certaines  parties  du  monde  et  nuisent  tant  à  l’efficacité  de  la  coopération  qu’a  la  mise  en  oeuvre  et  à  l’intégrité  des  Conventions  de  La  Haye.  Il  a  donc  été  recommandé  que  toutes  les  Parties  aux  Conventions  de  La  Haye,  au  niveau  étatique  et  judiciaire  reçoivent  des  formations  sur  la  diversité  culturelle  et  les  compétences  techniques.”  58  Questionnaire  sur  le  fonctionnement  pratique  de  la  convention  de  La  Haye  du  29  mai  1993  sur  la  protection  des  enfants  et  la  coopération  en  matière  d’adoption  internationale.  Établi  par  le  Bureau  Permanent  (Mars  2005)    UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 30  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  31. 31. Cette constatation, à l’aide des statistiques demandées par le Bureau Permanent,permet pour le pays signataires, de savoir quels sont les pays non contractants de laconvention, avec lesquels, il existe le plus des opérations d’adoptions internationales et desuite, renforcer l’encadrement de ces opérations d’adoptions internationales par descoopérations bilatérales encore plus spécifiques, qui permet l’évolution à garantir lesintérêts des deux pays, d’origine et d’accueil. En ce qui concerne le niveau internationale, autre que le niveau interne bilatéral, lesdonnées concernant le nombre d’adoptions internationales non relevant de la convention,sont décisifs pour le Bureau Permanent afin concentrer les efforts de l’élargissement ducontrôle que permet la convention, aux pays où le cas des adoptions internationales n’estpas régie par la convention de 1993. De ces efforts d’influence indirecte sur les pays encore non signataires, vient desefforts plus concrets et plus explicites, pour garantir un encadrement totale des casd’adoptions internationales dans le monde.Paragraphe 2 : La modalité directe d’élargir le champd’influence de la convention de 1993 Une des modalités, formules clairement et sans ambiguïté, est une recommandationde la commission spéciale de la convention de La Haye. Cette recommandation cite ce quisuit : Il est recommande d’appliquer les dispositions de la convention de La Haye de 1993dans la relation pays signataires de la convention/pays non signataires. On recommande explicitement, les pays signataires d’appliquer la convention de1993 avec les pays non signataires dans toutes opérations d’adoption internationale. Decette manière la partie non contractante de la convention en question, dans ce cas, si elleveut revaloriser la coopération bilatérale, donc nécessite une conformation et applicationde cette partie des règles de la convention. De cette manière, les pays qui ne sont pas signataires, mais qui permettentl’adoption internationale, atteignent un scénario, un endroit où il est nécessaire d’appliquerUNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 31  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  32. 32. concrètement les règlementations de la convention, même s’ils ne sont pas volontairementsignataires de la convention. Ainsi on assure une propagation de plus en plus grande et concrète des garanties dela convention de 1993, ainsi que les valeurs dont se basent cette dernière.59 Puisque les pays qui ont ratifié la convention, leur nombre est près de 70 pays60, etle nombre des pays dans le monde sont spécifiquement 196 pays, le régime de laconvention couvre alors presque la moitié des pays dans le monde. Il peut être aussiremarqué, que l’adoption internationale est concentrée dans un certain nombre de pays. Parsuite, de ce fait on peut conclure, que quand tout les pays contractants de la convention de1993, appliquent les dispositions de cette dernière avec les pays non contractants, enmatière d’adoption internationale, cela pratiquement assure la couverture de presque tousles cas d’adoptions internationales autour du monde. La seule limite de la recommandation en question, est que même si elle a étéreprise dans toutes les commissions spéciales de la convention de La Haye de 1993 jusquàprésent, est qu’elle ne tient pas les pays signataires, mais peut être ce genre derecommandations répétitives, mène a ce que cette recommandation spécifique, fait, unjour, partie du texte de la convention. En effet, non seulement cette recommandation est apparue dans le texte desconclusions des commissions spéciales de 2000 et de 2005, mais ainsi que dans lesconclusions de la commission spéciale de la convention de La Haye de 1993 du 17-25 juin2010.61 Cela fait que le même genre de recommandation a été répété 3 fois dans unerangée, ce qui montre à quelle mesure elle est importante. De plus, de cette recommandation générale, on se concentre aussi, dans lesconclusions de la commission de 2010, sur les aspects, domaines prioritaires, pour                                                                                                                59  Tel  que  l’intérêt  supérieur  de  l’enfant  (cf.  infra)  60  Site  de  la  conférence  de  La  Haye  www.hcch.net    61  Commission  spéciale  de  17-­‐25  juin  2010,  dans  une  forme  différente  mais  même  contenu:  “a)  l’application  efficace  des  procédures  et  des  garanties  établies  par  la  Convention  de  La  Haye  y  compris,  et  autant  que  possible,  dans  le  cadre  des  adoptions  ne  relevant  pas  de  la  Convention”  UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 32  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  
  33. 33. application des standards et des garanties prévues par la Convention, dans leurs relationsavec les États non contractants de cette dernière. Premièrement, en assurant la protection de l’enfant par l’application de articles 4, 5et 17 de la convention, et les exigences relatifs aux autorités centrales et organismesagréées prévues au chapitre III de la Convention. Ainsi que d’être vigilant aussi à d’autresaspects spécifiques qui sont « c) les garanties relatives à la reconnaissance ; d) le droit del’enfant d’entrer et de séjourner dans l’État d’accueil ; et, e) les exigences relatives à laprohibition des gains matériels indus ou autres.» Ici la commission, met une loupe, sur les aspects les plus importants auxquels iltrès recommande d’appliquer les dispositions de la convention. Elle permet donc d’avoirune orientation spécifique vers les aspects prioritaires. Cette orientation est comblée aussipar d’autres mesures d’aides et d’assistance en matière d’adoption internationale.Titre II: Les mesures d’aides et d’assistance non codifiées/écrites en matière d’adoption internationaleChapitre I: Le systeme d’aide de la conférence de la Haye aupays voulant ratifier la convention de 1993Section1: Efforts d’établissement de dialogue et communicationpar la conférence de la Haye en pays à disposition de signer laconvention de 1993 Les Efforts d’établissement de dialogue et communications par la conférence de LaHaye en pays à disposition de signer la convention de 1993, ont des objectifs clairs. Un desobjectifs les plus concrets, est d’avoir plus des pays dans le monde signataires de laconvention de 1993. Un des objectifs les plus visionnaire, est d’avoir toutes les adoptionsinternationales dans le monde, se déroulant, en toute sécurité, et dans l’intérêt supérieur del’enfant.UNIVERSITÉ TOULOUSE 1 CAPITOLE 33  2 rue du Doyen-Gabriel-Marty - 31042 Toulouse cedex 9 - France - Tél. : 05 61 63 35 00 - Fax : 05 61 6337 98 - www.univ-tlse1.fr  

×