• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Etude LIMITE - IFOP : e-donateurs et e-fundraising en France
 

Etude LIMITE - IFOP : e-donateurs et e-fundraising en France

on

  • 4,801 views

 

Statistics

Views

Total Views
4,801
Views on SlideShare
3,680
Embed Views
1,121

Actions

Likes
3
Downloads
102
Comments
3

6 Embeds 1,121

http://agence-limite.fr 1019
http://www.cerphi.org 98
http://ramdam.pixelis.fr 1
http://www.slideshare.net 1
http://webcache.googleusercontent.com 1
http://www.google.ch 1

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

CC Attribution License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel

13 of 3 previous next Post a comment

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Etude LIMITE - IFOP : e-donateurs et e-fundraising en France Etude LIMITE - IFOP : e-donateurs et e-fundraising en France Presentation Transcript

    • Présentation de létude LIMITE & IFOP E-donateursStratégies Internet des associations françaises 14 décembre 2010 La Cantine
    • Pourquoi cette étude ?•  Parce que les associations, les ONG et les fondations sont à la croisée des chemins et que lenjeu du renouvellement des troupes se pose comme jamais il ne sest posé : – Internet peut-il constituer un levier comme le mailing, le téléphone, le street marketing l’ont été il y a quelques années ?
    • Pourquoi cette étude ?•  Comprendre d’où viennent 2 types de décalage : – Le e-fundraising versus le e-commerce, alors que les populations "cibles" sont les mêmes et que la démocratisation dInternet se poursuit – La variabilité des chiffres de collecte online entre déclaratifs des études et passage à l’acte, taux annoncés par certains, expériences avec nos clients et enfin lexistence dacteurs, caritatifs ou non, qui collectent uniquement par ce biais
    • Méthodologie•  Une étude en 3 phases : •  Phase 1 : la 2ème semaine de novembre, étude systématique des stratégies digitales de 103 associations et fondations françaises faisant appel à la générosité du public sur Internet selon 6 familles de critères objectifs : 1.  ccessibilité a 2.  éférencement naturel et payant r 3.  ransparence financière t 4. nteractions non financières i 5. nteractions financières i 6.  ichesse et pertinence des contenus r
    • Méthodologie•  Une étude en 3 phases : •  Phase 2 : une enquête IFOP sur un échantillon représentatif de la population française (méthode des quotas), complétée par une étude plus spécifique sur le segment des “e-donateurs” menée sur la 3ème semaine de novembre
    • Méthodologie•  Une étude en 3 phases : date •  Phase 3 : Une enquête IFOP par questionnaire auprès les responsables associatifs sur la place d’Internet dans leur stratégie de collecte et son évolution (fin novembre / début décembre) : •  13 réponses : Amnesty International, Action Contre la Faim, ARC, Care, Fondation de France, Fonds ADIE, Médecins du Monde, petits frères des Pauvres, Plan France, Restos du Cœur, Secours Catholique, Sidaction, WWF
    • Phase 1 : analyse systématiqueLes présences et les stratégies Internet de103 associations françaises au regard de6 familles de critères objectifs
    • Accessibilité•  Près de la moitié des sites associatifs ne se conforment pas aux recommandations en la matière : – Problématique sur le plan éthique – Contre-productif pour le référencement naturel
    • Mobilité•  9,3 millions de Français ont un “smartphone”•  mais un effet de mode sur les applications iPhone
    • Référencement (visibilité)•  Les associations : -  Sont sur la 1ère page uniquement sur leur nom propre -  N’investissent pas toutes pour être dans le top 3 Google
    • Focus :
    • En synthèse•  Un secteur associatif qui investit sur Internet… –  30 sites sur 103 remplissent toutes les familles de critères•  … mais qui pourrait dégager des marges de progression : –  Quanti : 1% des investissements vs 3-7% des dons (voir dernière partie de l’enquête Ifop) –  Allocation : la priorité au site et à ses contenus versus la génération de trafic et les conversions sur le site –  Prospective : en regard des évolutions d’usages et de technologies sur lesquels se positionner (mobiles & sms, réseaux sociaux, géolocalisation, activisme électronique)
    • Phase 2 : échantillon représentatif Présentation de l’étude IFOP Jérôme Fourquet, Directeur du Département Opinion
    • pourEnquête auprès des donateurs en ligne Décembre 2010
    • Note méthodologiqueEtude réalisée pour : Agence LimiteEchantillon : Echantillon de 472 e-donateurs, personnes ayant déjà fait des dons à des associations par Internet, extrait d’un échantillon de 2041 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.Mode de recueil : Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing).Dates de terrain : Du 23 au 25 novembre 2010 et du 30 novembre au 2 décembre 2010 21
    • Près d’un Français sur deux a déjà fait un don à une association ou à une fondation par internet, mais une pratique qui reste encore très occasionnelle, les e-donateurs réguliers ne représentent que 7% de la population Question : Vous arrive-t-il régulièrement, de temps en temps, rarement ou jamais de faire un don via internet à une ou des associations caritatives ou organisation(s) non gouvernementale(s) ?Le clivage d’âge opère également sur internet Rarement De temps en temps 26% 23 16 17 De temps en 11 11 temps 9 4 5 16% RégulièrementMoins de 35 35-49 ans 50-64 ans 65 ans et plus ans Régulièrement 7%   Agglomération parisienne : 11% Jamais 51% Remarque : 53% des Français déclarent avoir déjà fait un don à des  Moins de 35 ans : 58% associations ou fondations faisant appel à la générosité du public.   CSP- : 58% (baromètre image et notoriété Ifop-France générosité 2009)   Communes rurales : 56% 22
    • Des dons sur internet qui sont réalisés davantage dans le cadre de dons classiques que pour des situations d’urgence… Question : Quand vous donnez sur internet à des associations caritatives, s’agit-il... ? Base : Question posée aux personnes déclarant faire régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet, soit 23% de l’échantillon De dons classiqueshors urgence pour soutenir une association ou une 87% 13% cause   50-64 ans : 92%   Dons réguliers : 97%  Dons ponctuels : 84% De dons urgence (à l’occasion d’une catastrophe naturelle, d’une 46% 54% épidémie etc.)   CSP+ : 50%   Communes rurales : 50%   Dons ponctuels : 49% Oui Non  Dons réguliers : 35% 23
    • … et qui sont plus ponctuels que réguliers Question : Et diriez-vous que vos dons sur internet sont plutôt des dons ponctuels ou plutôt des dons réguliers ? Base : Question posée aux personnes déclarant faire régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet, soit 23% de l’échantillon   Femmes : 64%   65 ans et plus : 63% Des dons ponctuels 60%   Communes rurales : 66%   Moins de 35 ans : 33% Des dons réguliers 26%   CSP + : 39%Autant de dons ponctuels que de dons 14%   65 ans et plus : 18% réguliers 24
    • Des dons en ligne qui se font pour partie au détriment des autres formes de dons pour plus d’un e-donateur sur deux Question : Le fait que vous donniez de l’argent via internet à des associations, vous a-t-il conduit à diminuer les dons que vous pouvez faire par ailleurs : chèque, prélèvement automatique, don en espèce lors d’une collecte ? Base : Question posée aux personnes déclarant faire régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet, soit 23% de l’échantillon Oui, un peu 32% Total « Oui » 52%  Moins de 35 ans : 61% Paris, région parisienne : 60% Oui,   50-64 ans : 54% significativement   Profession intermédiaire : Non 52% 20% 48%   Communes rurales : 51% 59% Personnes faisant régulièrement des e-dons 27% 32% 41% 50% Personnes faisant ponctuellement des e-dons 19% 31% 50% 25
    • Des e-donateurs qui se déclarent majoritairement satisfaits des informations données suite aux dons faits… Question : Etes-vous très satisfait, assez satisfait, peu satisfait ou pas satisfait du tout des informations quon vous envoie en retour de votre don sur internet à une ou des associations ? Base : Question posée aux personnes déclarant faire régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet, soit 23% de l’échantillon Assez satisfait 62% Total « Satisfait » 84% 88 82 79 Peu satisfaitMoins de 1500 € 1500 à 3000 € 3000 € et plus 13% Total « Pas satisfait » Pas satisfait du Très satisfait 16% tout 22% 3%   Dons réguliers : 33%  Dons ponctuels : 19% 26
    • … et qui sont demandeurs, à condition que l’information soit diffusée par internet Question : Et attendez vous des retours d’informations suite à votre don ? Base : Question posée aux personnes déclarant faire régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet, soit 23% de l’échantillon Oui, mais uniquement de l’information par voie électronique 52% Total « Oui » 72%  Moins de 35 ans : 84%  CSP+ : 81%  Communes rurales : 75%  Moins de 1500 € : 81% Non, vous n’attendez pas d’informations suite à votre don Oui de par internet l’information par 28% voie postale 20%   65 ans et plus : 33%   CSP- : 33%   Région parisienne : 35% 27
    • Près de neuf e-donateurs sur dix ont une perception plutôt positive de l’utilisation faite par les associations des dons sur internet Question : Pensez-vous que votre argent donné par internet à une ou des associations est bien dépensé ? Base : Question posée aux personnes déclarant faire régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet, soit 23% de l’échantillon Oui, plutôt 71% Total « Oui» 89%  50-64 ans : 92%  Profession intermédiaire : 96%  Dons réguliers : 94% Dons ponctuels : 89% Non, plutôt pas 9% Total « Non » 11% Non, pas du tout 2%   Moins de 35 ans : 17% Oui, tout à fait   CSP- : 15% 18%   Région parisienne : 15%   Moins de 1500 € : 15% 28
    • L’influence des actions des ONG sur l’envie de donner Question : Merci de noter chacune des associations/ONG suivantes sur une échelle de 0 à 20. La note 20 signifie que ce que fait cette association/ONG sur internet vous donne envie ou vous incite à lui faire des dons par internet, la note 0 signifiant que ce que fait cette association/ONG sur internet ne vous donne pas du tout envie ou ne vous incite pas du tout à lui faire des dons par internet, les notes intermédiaires servant à nuancer votre jugement. Restos du Cœur 14.6 Fondation Abbé Pierre 12.9 Croix Rouge Française 12.6 Unicef France 12.2 Médecins du Monde 12.1 Action contre la faim 12 Secours populaire français 11.9 Handicap International 11.8 Institut Pasteur 11.4 SOS Villages d’Enfants 11.3 AFM Téléthon 11.2 Fondation pour la Recherche Médicale 11.2 Secours Catholique 11 Amnesty international 10.8 Fondation de France 10.8 Petits Frères des Pauvres 10.6 Sidaction 10.4 WWF France 9.8 ARC 8.1 APF 7.9 Aide et action 7.8Base  : Question posée aux Care France 7.5personnes déclarant fairerégulièrement ou de temps Fonds ADIE 6.7en temps des dons sur Oxfam France Agir Ici 5.8internet, soit 23% del’échantillon Plan France 5.6 29
    • Le bruit autour des ONG sur les réseaux sociaux est encore assez marginal et apparaît sans surprise fortement corrélé à l’âge Question : Vous arrive-t-il de recommander des associations à vos contacts sur vos différents réseaux (carnet d’adresses, Facebook, Twitter, etc.) ? Base : Question posée aux personnes déclarant faire régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet, soit 23% de l’échantillon Rarement 28% Total « Régulièrement, de temps en temps » 17% De temps en temps . 15% Total   CSP +: 24% « Rarement, jamais» 83% 22 20 19 Régulièrement 12 2%   65 ans et plus : 88%   Communes rurales : 87%Moins de 35 35-49 ans 50-64 ans 65 ans et plus ans Jamais 55% Remarque : 78% des internautes se déclarent membres d’au moins un réseau social. (Observatoire Ifop des réseaux sociaux - septembre 2010) 30
    • L’intensité des sollicitations des ONG divise de manière assez égale les e-donateurs. Attention toutefois, près d’un e-donateurs sur deux âgé de plus de 65 ans se déclare trop sollicité Question : D’une manière générale, sur internet vous sentez-vous trop sollicité pour des dons à des associations ? Base : Question posée aux personnes déclarant faire régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet, soit 23% de l’échantillon Total « Oui» 46% Oui, plutôt 49 37% 48 48 36 Total « Non » 54%Moins de 35 35-49 ans 50-64 ans 65 ans et plus ans Non, plutôt pas 47% 52 44 41 Oui, tout à fait 9% CSP + Prof. Intermédiaire CSP- Non, pas du tout 7% 31
    • L’intention de refaire un don au cours de 12 prochains mois sur internet est très largement majoritaire au sein des e-donateurs notamment parmi les plus âgés et ceux ayant de bons revenus Question : Allez-vous dans les douze prochains mois redonner de l’argent par internet à des associations ? Base : Question posée aux personnes déclarant faire régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet, soit 23% de l’échantillon Total « Oui» 84% Oui, probablement 61% 87 85 88 73Moins de 35 35-49 ans 50-64 ans 65 ans et plus ans 92 Non, 80 76 probablement pas 13% Total « Non » Oui, Non, 16% certainement certainement pasMoins de 1500 € 1500 à 3000 € 3000 € et plus 23% 3% 32
    • Phase 3 : enquête par questionnaire auprès desresponsables de la collecte des associationsPrésentation des résultats partiels
    • Internet et la collecte•  Sur la base de questionnaires envoyés par lIFOP aux responsables de la collecte des 25 associations françaises sélectionnées dans l’étude•  13 réponses reçues : Amnesty International, Action Contre la Faim, ARC, Care, Fondation de France, Fonds ADIE, Médecins du Monde, petits frères des Pauvres, Plan France, Restos du Cœur, Secours Catholique, Sidaction, WWF
    • Internet et la collecte•  Internet représente chez les associations qui ont répondu : – Plus de 7% de la collecte en valeur et 7% en nombre avec de forts écarts entre ces 2 chiffres sur certaines associations – Un don en ligne moyen de + de 100 euros (133) – Environ 1% du budget marketing global
    • Internet et la collecte•  Une très large majorité des associations qui ont répondu : – Constatent une augmentation de la part dInternet dans leur collecte par rapport à 2008 (pour 11 sur 13) et anticipent toutes une poursuite de cette augmentation en 2011 – Déclarent quelles vont accroître leurs investissements en 2011
    • Internet et la collecte•  Les investissements à venir sur Internet : – pour celles qui possèdent des profils et des stratégies dédiés à la collecte online (11 sur 13) et des campagnes déjà en place sur Google Adwords (la moitié), en accélérant leurs investissements – pour les autres, en recrutant des collaborateurs dédiés à la collecte sur Internet et en investissant sur Google Adwords (50%) ;
    • Internet et la collecteToutes les associations qui ont répondusauf 2 déclarent quInternet seraprincipalement utilisé pour prospecter etrecruter de nouveaux donateurs en 2011
    • DébatQuelques réflexions
    • Internet : un nouveau souffle ?•  Le montant global des dons augmente, mais le nombre de donateurs diminue : le renouvellement des troupes et leur fidélisation sont une nécessité
    • Internet : un levier•  Hors collecte : – Un outil de gain de productivité et de baisse des coûts + de dématérialisation (écologie) – Un outil d’information plébiscité par les journalistes, les prospects et les donateurs – Un espace et une plateforme d’expression des bénéficiaires, des donateurs, des bénévoles, des salariés…
    • Des parts de marché encore accessibles à tous•  En collecte : – Un coût dacquisition dun prospect donateur 4 à 5x inférieur aux autres méthodes de prospection – Un don en ligne moyen 3 fois plus élevé que le don classique moyen – Un nombre de e-donateurs en croissance forte, régulière et durable – Une substitution faible avec les autres formes de dons (20 % pour l’IFOP + moyenne constatée)
    • Comment investir ?– Un accompagnement multidisciplinaire (vision + technique + expérience + 360° du web + déontologie)– Des investissements au moins proportionnels aux rentrées moyennes (3 à 7% au lieu de 1%) pour « migrer » vers une approche multicanale et tirer le plein bénéfice de la réalisation de tests– Une bonne articulation avec le off-line pour bâtir une identité forte, facteur clé de réussite sur le web
    • Prendre des risques mesurés– Des ré-organisations internes mais pas de révolution– Des explorations parfois longues et parfois décevantes (« quickly fail model ») pour prendre de l’avance dans la courbe d’apprentissage– Une fidélisation spécifique et attentive car les e- donateurs sont plus volatiles
    • En conclusionUne prime à « la marque », mais aussi un « pouvoir égalisateur du web » donc : Il suffit de faire « tilt! »