KOUNAKOU, Lieux d'accès public à lnternet en Tunisie

1,046 views
969 views

Published on

Le dossier est une analyse de synthèse des sites web municipaux et communaux en Tunisie. L'accent est mis sur les principales villes

Published in: Technology, Travel
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,046
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
10
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

KOUNAKOU, Lieux d'accès public à lnternet en Tunisie

  1. 1. CENTRE UNIVERSITAIRE DE FORMATION ET DE RECHERCHE JEAN FRANÇOIS CHAMPOLLION SITE DE CASTRES MASTER EN EADMINISTRATION ET SOLIDARITE NUMERIQUE [Coopération décentralisée et programmes coopération décentralisée et programmes Du sud] [2008-2009]
  2. 2. Table des matières I- Le contexte institutionnel social et économique du pays .............................................................. 3 A-Sur le pays ........................................................................................................................................ 3 1 –Brève présentation....................................................................................................................... 3 2 -La décentralisation et la municipalisation du pays ...................................................................... 3 3- L'urbanisation du pays ................................................................................................................. 5 B- la dynamique socio-économique tunisienne .................................................................................. 5 C-La Tunisie et les NTIC ..................................................................................................................... 6 D-Tableaux statistiques des indicateurs TIC ....................................................................................... 6 II- Les sites communaux et municipaux de la Tunisie ......................................................................... 7 1-Le site de la commune de Tunis ................................................................................................... 9 2-Le site web de la commune de Sousse : ..................................................................................... 11 3-Le site web de la commune de Hammamet ................................................................................ 12 4-Le site de la commune de Tozeur ............................................................................................... 13 5-Synthèse d’analyse...................................................................................................................... 14 a-La force des quatre sites .......................................................................................................... 14 b-Les insuffisances ..................................................................................................................... 15 2
  3. 3. I- Le contexte institutionnel social et économique du pays A-Sur le pays 1 –Brève présentation Indépendante depuis le 20 mars 1956 la Tunisie jouit aujourd’hui d’un statut privilégié sur le continent en matière de stabilité politique et socio-économique devant certaines grandes puissances continentales comme l’Afrique du Sud ou le Nigéria voir le Maroc : c’est aussi le pays le plus décentralisé de la sous région Maghrébine. Limitée à l’ouest par l’Algérie, au Sud par la Libye, à l’est et au nord par l’océan pacifique, la Tunisie est un État à régime présidentiel. Après une longue période de concentration administrative du système politique, les réformes de décentralisation ont été réactivées en 1989 et le pays est parvenu à un équilibre géopolitique fortement apprécié de l’Occident. Sa population était environ 10.126 300 habitants en 2006. La langue officielle est l’arabe mais le français et l’anglais sont largement utilisés dans l’administration. 2 -La décentralisation et la municipalisation du pays . En Tunisie, le processus de dé déconcentration de l’administration a ét 3
  4. 4. annoncé depuis le 13 juin 1975 mais sa mise en application a pris effet en 1989 suite aux reformes démocratiques voulues par le peuple. Donc le pays est administrativement structuré en gouvernorats dirigés par des gouverneurs. Le gouvernorat est divisé en délégations de communes, en secteurs urbains et ruraux. Les instances décisionnelles de la gestion locale sont : « Le conseil local de développement : il est composé des présidents de municipalités ou d'arrondissements municipaux compris dans la délégation, des présidents des conseils ruraux, des chefs de secteurs, des représentants des services extérieurs de l'administration et des établissements publics compris dans la délégation. Il est présidé par le délégué. Le conseil rural : il est créé dans les zones urbaines non-érigées en communes (imadas). Ses membres sont nommés pour 3 ans par le gouverneur à raison d'un membre pour 1000 habitants (minimum de 5 membres et maximum de 10). Le comité de quartier : il apparaît dans le décret du 22 mai 1992 mais n'a pas d'assise légale à ce jour. » 1 Aujourd’hui, on compte 24 régions ou gouvernorats, 262 délégations, 262 municipalités et 2066 Imadat. Grâce à cette nouvelle répartition institutionnelle du pays, la loi 1989 autorisent désormais les ministres à déléguer un champ plus large de compétences aux élus locaux ; gouverneurs, conseillers régionaux, maires, conseillers municipaux. L’objectif principal de cette décentralisation voulue du gouvernement participe du développement régional et local dont les domaines essentiels sont: L’amélioration de la compétitivité entre les régions Le renforcement de complémentarité en les régions L’amélioration des régions prioritaires, L’amélioration du rendement du secteur privé Le renforcement de la coopération décentralisée nationale et inter états. C'est autour de ces orientations que les structures décentralisées et les collectivités locales travaillent pour développer le pays. 1 http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernorat#Administration 4
  5. 5. 3- L'urbanisation du pays En 2006, le taux d'urbanisation de la population urbaine est de 65% alors q'il était de 50% en 1975 et de 40% en 1956; ce qui représente un taux de croissance annuelle de 3,5%. La présence d’un instrument de gestion urbaine tel que le Plan d’aménagement urbain est loin de traduire l’importance de la dimension planification locale. L’absence d’une vision globale de la ville, traduit l’absence d’une politique urbaine spécifique aux petites villes "métropolisées" et marque assez fortement leurs processus d’urbanisation. En dehors des projets d’infrastructure matérialisés par l’intervention des communes dans l’amélioration de la qualité de la voirie, l’éclairage public et le drainage des eaux, les capacités financières des petites villes ne leur permettent pas de réaliser des projets d’équipement ou de logement. Les villes plus urbanisées sont entre outre Tunis, Sfax, Hammamet Nabeul...La plupart des villes sont en expansion Et cette politique d’aménagement du territoire hisse la Tunisie au premier rang en matière de démocratie participative dans le Maghreb et à l’échelle continentale. Les programmes de développement sont tous portés par l’État et les collectivités locales et le secteur privé. B- la dynamique socio-économique tunisienne Les reformes engagées tous azimuts ont permis à la Tunisie de réaliser en un laps de temps des acquis importants économiques ou sociaux. En effet, grâce à la stabilité politique qui prévaut dans le pays depuis le Changement intervenu le 7 novembre 1987 et grâce à la libéralisation des initiatives, la Tunisie a pu accomplir des pas sûrs et décisifs sur la voie de l’ouverture de son économie et de l’assurance du bien être social de ses citoyens. Les indicateurs économiques sont considérables. En 2006, le produit national brut est de 22,211 milliards de dollars avec un PIB par habitant 4012 $ en 2007 Aussi membre de l’Organisation Mondial du Commerce, la Tunisie est également le premier pays de la rive de la Méditerranée à conclure un accord de partenariat avec l’Union Européenne dont la principale composante est l’instauration en 1995 d’une zone de libre échange. Dans cette perspective, la Tunisie a initié un important dispositif de réformes qui a touché tous les secteurs d’activités dans le but d’asseoir une économie solide, diversifié, compétitive et capable de s’adapter au nouvel environnement international. Du point de vue social, ces efforts structurels sur le plan économique a permis de pallier à ses difficultés de dettes extérieures et au chômage. L’industrie et l’agriculture modernes se sont vite développées grâce à l’introduction des Nouvelles Technologies. Outre cette agriculture industrialisée et diversifiée, le poumon fiscal de la Tunisie tient ces dernières années aux entrées du commerce électronique qui prend de plus en plus une place de choix dans son économie nationale. 5
  6. 6. C-La Tunisie et les NTIC Au Forum Économique de Davos, en 2007 les indicateurs de comparaison sont très positifs pour la Tunisie. D’abord, en matière de préparation aux TIC, elle occupe la 4ème place sur 122 pays croisés sur la base de préparation aux TIC « Network Readiness Index » et le 1er rang sur le plan continental. Il faut noter que la Tunisie dispose des technopoles de grande technicité notamment l’El Ghazala Technopole qui compte en son sein 51 entreprises TIC qui emploient 1100 agents (www.elgazalacom.nat.tn), celles de Sousse et à Sfax .Un programme de 10 technopoles est projet pour faire de la Tunisie une icône d’excellence et de compétitivité pour les Technologies dans le monde. Tous les succès de la Tunisie dans le secteur des Technologies Nouvelles et surtout de l’Informatique et de l’Internet est le fruit de la réforme du CBMI (Centre de Bourguiba de la Bureautique et de l’Informatique créé en 1984) qui introduisit l’outil informatique dans les ministères, les offices et les entreprises. Et ce choix pour la culture numérique en Tunisie a commencé par s’atteler au maillon faible de la chaîne de production en la matière, celui du contexte familial tunisien, afin de vulgariser les notions de la numérisation et ses dérivées, il est enregistré donc les résultats suivants : Foyers équipés de PC : 4,5% en 2002, 8% en 2005, et 10% 2006, Foyers connectés à l’internet : 2,4% en 2002, 8% en 2005, et 10% en 2006, Nombre de compte E-mails 190 mille, répartis potentiellement entre les entreprises privés et l’éducation, Programme « ordinateur familial », Internautes : 500 mille en 2002, 1 million en 2005, 1,700 en 2006, 300 centres d’accès publics à internet (Publinet) sont répartis sur toute la Tunisie, et en perspective 100 autres qui sont programmés chaque année jusqu’à 2009, 100% des institutions d’enseignements universitaires et de recherches et de lycées sont connectés à Internet, voire les écoles primaires sont en cours de finalisation ; La numérisation progressive des services de l'administration publique tunisienne est en cours de parachèvement d'ici 2009. Voici en récapitulatif, les chiffres d’accès public à Internet en Tunisie d’après les dernières publications du Ministère tunisien des statistiques D-Tableaux statistiques des indicateurs TIC a- a-Taux de pénétration Internet dans les ménages/ septembre 2007 6
  7. 7. Source : MTS, septembre 2007 b-Utilisateurs d’Internet en août 2007 (Ministère tunisien de la statistique, septembre 2007) L’Aménagement numérique du territoire est en voie de connaître d’importantes croissances dans les mois à venir. Signalons tout de même que la Tunisie fait de sacrifices louables pour dématérialiser les grands secteurs de l’administration républicaine. II- Les sites communaux et municipaux de la Tunisie La dématérialisation de l’administration de la Tunisie est au cœur des grands projets de l’État. Et le nombre des sites institutionnels et privés accessibles est considérable comme l’expose le tableau suivant : 7
  8. 8. (Ministère des Statistiques, publication de septembre 2007) De ce nombre, les sites communaux et municipaux tiennent une place non négligeable dans la mesure où tous les 24 gouvernorats sont connectés et les 80% des communes et municipalités sont, elles aussi en bonne position sur la toile. Presque toutes les collectivités locales telles les grandes mairies et les communes sont connectées à Internet soit par des boucles locales à haut débit ou par des boucles locales radio dans les petites communes. Ces collectivités locales bénéficient des projets nationaux d’informatisation et d’iternetisation des municipalités dans tout le pays .C’est la société MADANIA qui a pour mission la Gestion de l’état civil à travers un réseau de 433 sites. Ces sites sont des portails web qui permettent aux collectivités locales de faire en toute tranquillité leurs démarches administratives concernant la déclaration des naissances, les mariages, les décès voire la délivrance des papiers légaux tels que les actes de naissance, de mariage par l’authentification électronique de signature. Cette application est en exploitation sur le réseau WAN de 850 terminaux permettant au citoyen de bénéficier des prestations portant sur l’état civil indépendamment de son lieu de naissance. Dans l’ensemble des sites des différentes municipalités visités, notre étude s’est particulièrement intéressée à 3 (quatre) communes à savoir : La commune de Tunis, la capitale www.commune-tunis.gov.tn La commune de Hammamet www.commune-hammamet.gov.tn La Commune de Sousse www.commune-sousse.gov.tn La Commune de Tozeur www.commune-tozeur.gov.tn Ces quatre cas nous ont paru intéressants dans la mesure où les municipalités concernées appartiennent à trois gouvernorats différents. Ceci nous permettra de juger l’importance que chaque administration locale voire régionale accord aux TIC dans ce pays. Nous avons pris analyse par grille comme méthodologie d’approche des sites suivant huit critères : 8
  9. 9. 1-Le site de la commune de Tunis Tunis est la capitale administrative de la Tunisie. Population : 728453 hbts Gouvernorat d’appartenance : Tunis Critères Données recueillies Accueil ou identité www.commune-tunis.gov.tn Ergonomie L’interface présente une arborescence thématique qui facilite la navigation Quelques documents PDF en ligne Pertinents mais insuffisants. -Manque de sources d'information sur les images Contenu Informations détaillées et étendues Des programmes de formation aux TIC Sources Liens vers d’autres ressources spécialisées ou générales d’information Mise à jour Fréquente Codage Esthétique visuelle agréable chromatique Procédés Flash et gifs qui montrent qu’il s’agit d’un site sérieux mais la fréquence est quelque fois redondante kinésiques Accessibilité Facile car l’interface du site présente tous les centres d’intérêt dont le citoyen a besoin. Présence aussi de quelques documents difficiles à afficher Boite à lettres, Forum de discussion Interactivité Pas de service en ligne relationnelle Iconographie : Rapport texte/image mal exploité dans certaines rapport texte/image rubriques 9
  10. 10. Interface du site de la commune de Tunis La page dédiée à l’interactivité sur le site : le forum 10
  11. 11. 2-Le site web de la commune de Sousse : Population 173 047 hab. Gouvernorat : Sousse Critères Données recueillies Accueil ou identité www.commune-sousse.gov.tn Ergonomie L’interface présente une arborescence simple qui facilite la navigation Pertinents mais insuffisants. Manque de sources d'information sur les images Informations détaillées et étendues Contenu Sources Liens vers d’autres ressources spécialisées ou générales d’information Mise à jour Irrégulière Codage Esthétique visuelle agréable chromatique Procédés Images statique mais bien agencées kinésiques Accessibilité Facile car l’interface du site présente tous les centres d’intérêt dont le citoyen a besoin. Boite à lettres, pas de Forum de discussion Interactivité Pas de service en ligne relationnelle Iconographie : rapport texte/image Rapport texte/image contrasté sur certaines pages 11
  12. 12. 3-Le site web de la commune de Hammamet Population de la ville : 63 116 hab. Gouvernorat : Naboul Critères Données recueillies Accueil ou identité www.commune-hammamet.gov.tn Ergonomie L’interface présente une arborescence simple qui facilite la navigation Pertinents mais insuffisants. Manque de sources d'information sur les images Informations détaillées et étendues Contenu Sources Assez de liens vers d’autres ressources spécialisées ou générales d’information Mise à jour Très régulière Codage Esthétique visuelle agréable chromatique Procédés Des images flash et gifs miniaturisées qui kinésiques donnent une originalité graphique ce site Accessibilité Facile car l’interface du site présente tous les centres d’intérêt dont le citoyen a besoin. Boite à lettres, pas de Forum de discussion Interactivité Pas de service en ligne relationnelle Iconographie : rapport texte/image Rapport texte/image contrasté sur certaines pages si bien que la lisibilité est limitée 12
  13. 13. (L’interface du site web de la commune de Hammamet) 4-Le site de la commune de Tozeur Population de la ville : 32 400 hab. Gouvernorat : Tozeur Critères Données recueillies Accueil ou identité www.commune-tozeur.gov.tn Ergonomie L’interface présente une arborescence simple Informations pertinents mais insuffisantes. Manque de sources d'information sur les images Contenu Informations détaillées sur tous les domaines de la collectivité Sources Quelques liens vers d’autres ressources spécialisées ou générales d’information Mise à jour Très régulière Codage Esthétique visuelle agréable chromatique Procédés Des images flash et gifs miniaturisées qui donnent une originalité graphique ce site 13
  14. 14. kinésiques Accessibilité Le télécharge de certaines pages est très lent à cause d’énormes images, certains liens ou rubriques inactifs . Boite à lettres, pas de Forum de discussion Interactivité Pas de service en ligne relationnelle Iconographie : rapport texte/image Rapport texte/image contrasté sur certaines pages si bien que la lisibilité est limitée Un exemple de lien inactif (vers d’autres sources) 5-Synthèse d’analyse a-La force des quatre sites 14
  15. 15. De par l’évaluation faite, il ressort un constat général et commun à ces trois sites. Ce sont de véritables vitrines d’information qui répondent au principal souci de développement local. L'engouement d'édifier une société basée sur l’appropriation des tics pour un développement local compétitif et solidaire se fait remarquer à travers la lecture croisée des sites. C’est un pas vers l’e-Gov en Tunisie qui passe avant tout par les administrations locales que sont les communes, les préfectures et les gouvernorats. Ce sont avant tout des sites objectifs car ils fournissent d’importantes informations relatives à la vie institutionnelle, administrative, sociale, économique et culturelle des collectivités. Du point de vie esthétique, il s’agit de très beaux sites riches et bien construites suivant des normes graphiques originales. On découvre à travers la texture d’un site comme de l’autre la beauté touristique du pays tout entier. En effet, c’est un aspect très frappant de chaque site : assez d’informations sur le patrimoine de chaque ville ou localité concernées. Ce qui est aussi agréable dans l’initiative des collectivités réside dans le fait que de grandes innovations d’internetisation se poursuivent avec la société MADIANA pour vite venir à bout des divers problèmes d’accessibilité et de lisibilité de tous les sites web des collectivités locales de la Tunisie. Les quatre sites ont pratiquement le même design, ce qui sous-entend que c’est la même société qui gère la création et la mise en page de ces sites municipaux. La seule chose qui diffère un site communal d’un autre demeure la charte infographique Néanmoins, il est important de noter certains traits particuliers et manquements importants qui cachent la visibilité des sites visités et examinés. b-Les insuffisances D'un site à l'autre, les procédés kinésiques (mouvements et animations) rendent parfois la navigation quelque peu fastidieuse. C'est le cas du site web de la commune de Tunis. Sur ce site donc; plusieurs images animées se chargent très lentement ou presque pas. Ce qui n'est pas agréable pour un site-vitrine d'une grande municipalité comme Tunis. Par contre ce qui fait défaut sur le site de la commune de Sousse ou de Tozeur est la mise à jour. Il n'est pas facile de savoir quand les informations sont mises en ligne. Ceci laisse à croire qu'il s'agit des sites amorphes et statiques. Ce qu'on peut aussi reprocher à ces sites, c'est le manque de rubrique consacrée à l'interactivité relationnelle assez claires et enrichies sur divers sujets d'actualités locales. Et ce constat est général sur les autres sites communaux ou régionaux visités. Du coup, les sources d'information sont anonymes. Par conséquent, l’usager vit une ambigüité narrative des informations et des illustrations qu'il peut découvrir. Au regard de ce qui précède, il est souhaitable que les sites tiennent compte des réels besoins des citoyens: leur proposer des téléservices surtout administratifs permettrait aux collectivités locales de gagner du temps dans leurs diverses 15
  16. 16. démarches qu'elles continueront à faire quotidiennement sur place dans les mairies ou communes. En définitive, l'analyse faite sur les sites web des municipalités de Tunisie montre clairement que comparativement à certains pays africains, l'internetisation des structures locales en très bonne voie. C'est vrai qu'il des insuffisances formelles et de fond constatées ça et là sur les pages web, mais il s’agit, pour notre part, une véritable politique TIC plutôt que d'un marketing politique. La bataille n'est pas encore gagnée mais les différentes municipalités doivent multiplier des initiatives pour résorber le problème de fracture numérique perceptible encore dans les zones dégroupées. Aussi serait-il utile que les sites municipaux se spécialisent dans les programmes de formation aux TIC par des informations de sensibilisation aussi bien sur les pages web avec des fiches pédagogiques et pratiques à la portée des usagers en la matière. C'est à ce prix que les municipalités pourront participer à l'épanouissement des citoyens et des communes. 16

×