SOONOSHOT
carnet d’innovations lifestyle
SALON EQUIPMAG 2014
Le
Shopper
du
futur
Une étude exclusive
SOON SOON SOON / EQUIPMAG
Soon Soon Soon, premier cabinet de tendances crowdsourcé, présente une étude...
DATA
Un mapping des valeurs du shopper
5 profils caractéristiques
1
Une
communauté de
plus de 900
éclaireurs
répartis dans 15
pays
Une évaluation
sur une grille de
55 valeurs
issues de la
littérature en
psychologie
sociale
5 profils
de shopper
// Le Vigishopper
// Le Slowshopper
// L’Altershopper
// Le Socialshopper
// L’Emoshopper
EXCITATIONS...
TENDANCES
5 profils de shopper
illustrés d’innovations
2
5 profils de shopper
LE VIGISHOPPER
ou le watcher
Consommateur attentif et scrupuleux, le Vigi-
Shopper cherche à s'assurer de la sincérité des...
EXCITATIONSTABILITE
INDIVIDU
& MOI
RELIANCE &
COLLECTIF
loyal
protégeant
l’environnement
modéré
humble
indulgent
autodisci...
Pragmatique, le Vigi-Shopper est un shopper
en quête de stabilité, de transparence et de
sincérité. C'est le consommateur ...
Analyser ses aliments
avant de les acheter
Tellspec est un device qui
fonctionne comme un
Shazam alimentaire : il suffit
d...
Sonder un fruit pour
savoir s'il est bio
Lapka est un petit capteur au
design élégant, mi-bois, mi-
plastique, qui permet ...
Assumer les différences
de prix et donner les
moyens de comparer
L’enseigne de vêtements
outdoor Moosejaw a
récemment équi...
Obtenir les conseils de
sa communauté avant
d'acheter
Rompus aux achats sur
Amazon où ils peuvent
consulter les commentair...
Répondre aux demandes
clients sur les réseaux
sociaux
L’entreprise américaine Best
Buy a développé un système
exclusif de ...
WALK
THE
TALK
LE
VIGISHOPPER
1. Et si l’enseigne développait sa propre solution
digitale de vérification des allégations s...
LE SLOWSHOPPER
ou le care shopper
Consommateur amoureux des petits producteurs, le
Slow-shopper utilise les circuits court...
EXCITATIONSTABILITE
INDIVIDU
& MOI
RELIANCE &
COLLECTIF
loyal
protégeant
l’environnement
modéré
humble
indulgent
autodisci...
Shopper en quête de reliance, le Slow-Shopper
est celui que l’on pourrait qualifier de plus
«bobo», au sens où il croit da...
Commander la cueillette
de ses fruits et légumes
Les fermes de Lufa est un
concept québécois qui
propose aux consommateurs...
Relire les Misérables
dans une file d’attente
L'éditeur thaïlandais A Book
et son agence de pub ont eu
une idée de génie :...
Proposer de faire silence
pour payer moins cher
Alors qu'en Israël, un
restaurateur propose 50% de
réduction sur la note s...
Faire disparaître les
informations superflues
Selfridges, grand magasin
londonien, a donné au
mouvement anti-pub une
appli...
Dédier des boutiques à
l’achat sans emballage
Le premier supermarché sans
emballage devrait voir le jour
en Allemagne. Ini...
WALK
THE
TALK
Le Slowshopper
1. Et si l’enseigne permettait une reconnexion directe avec le
produit, sans l’intermédiaire ...
LE SOCIALSHOPPER
ou l’influenceur
Le Social-Shopper transforme sa consommation
en récit de lui-même, tout en entretenant l...
EXCITATIONSTABILITE
INDIVIDU
& MOI
RELIANCE &
COLLECTIF
loyal
protégeant
l’environnement
modéré
humble
indulgent
autodisci...
Shopper ultra-connecté, engagé dans un récit
de production de soi, c'est un consommateur-
expert qui cherche la légitimité...
Aider les internautes à
trouver le vêtement de
leurs rêves
Where To Get It est une
application et un site internet
crowdso...
Acheter les produits
repérés dans les
magazines
The Selectionnist est un site
qui permet aux internautes
ayant repéré un v...
Faire vivre ses produits
sur Pinterest
Fin novembre 2013,
l’enseigne Monoprix
«socialisait» ses points de
ventes en propos...
Stimuler une
communauté avec des
Selfies
Fin 2013, Urban Outfitters
lançait un nouveau
programme de fidélisation
fonctionn...
Exposer "In Real Life"
les commentaires des
réseaux sociaux
Passionné par les liens entre
URL et IRL (In Real Life), le
ph...
WALK
THE
TALK
LE
SOCIALSHOPPER
1. Comment créer des passerelles URL / IRL sur le point de
vente pour mêler les commentaire...
L’ EMOSHOPPER
ou le whaou-addict
A travers son acte d’achat, l’emo-shopper cherche
à vivre un moment intense, un moment
in...
EXCITATIONSTABILITE
INDIVIDU
& MOI
RELIANCE &
COLLECTIF
loyal
protégeant
l’environnement
modéré
humble
indulgent
autodisci...
L'Emo-Shopper est un consommateur à la
recherche de nouvelles sensations, friand des
expériences de shopping « augmentées ...
Regarder une vidéo et
acheter la tenue du
héros
Lancée en 2010, la
plateforme Nowness
(propriété de LVMH) a
récemment intr...
Faire du shopping 100%
automatisé
Hointer, une startup de
Seattle, a ouvert début
2013 une boutique-test
dédiée aux hommes...
Choisir sa voiture sur un
site de rencontres
Pour beaucoup, une voiture
est un véritable partenaire
avec lequel on travers...
Recréer une atmosphère
de magasin pour les
achats en ligne
Myulezak est une application
créer pour Chrome (le
navigateur d...
Siroter un expresso tout
en faisant réparer son
vélo
Look Mum, No Hands est le
premier vélo-café entièrement
dédié à l'uni...
WALK
THE
TALK
L’EMOSHOPPER
1. Et si les points de vente devenaient des lieux
hybrides mêlant l’expérience de vente à une a...
L’ALTERSHOPPER
ou le norm-core
L’Alter-Shopper est un consommateur féru des
circuits alternatifs. Adepte des FabLabs et du...
EXCITATIONSTABILITE
INDIVIDU
& MOI
RELIANCE &
COLLECTIF
loyal
protégeant
l’environnement
modéré
humble
indulgent
autodisci...
Shopper qu’on ne verra que rarement faire du
shopping, l’Alter-Shopper est un
consommateur plongé dans une forme de
parado...
Mobiliser sa
communauté pour
soutenir les commerces
du quartier
Le concept Carrotmob
propose aux consommateurs
de « faire ...
Solliciter un inconnu
pour faire son shopping
à l’étranger
WorldCraze est une
plateforme de crowdshopping
qui permet de so...
Vendre des prototypes
en magasin, hors
commerce habituel
Néoshop est la première
boutique d’Europe permettant
aux jeunes s...
Construire ses meubles
en open-source
OpenDesk est une plateforme
web qui propose des plans de
meubles dessinés par des
de...
Privilégier le partage à
l’achat
« Pourquoi acheter ce que
vous pouvez partager ?»Telle
est la philosophie de Yerdle.
Lanc...
WALK
THE
TALK
L’ALTERSHOPPER
1. Et si l’enseigne produisait les moyens de répondre au
« juste besoin », quitte à proposer ...
INSPIRATION
Le mot de la fin…
3
SOPHIE LUBET
Directeur du Salon
EQUIPMAG 2014
Nous annoncions il y a 2 ans la Révolution Shopping. Cette
révolution à bien...
SONDAGE
Photographie et analyse des attentes
des français en termes de shopping
4
M
E
T
H
O
D
O
L
O
G
I
E
Sondage réalisé par
 Echantillon de 1008 Français représentatif de la population française âgée d...
Q1 : Parmi les éléments suivants, quels sont ceux qui vous séduisent le
plus chez une enseigne ?
Sa sincérité, je peux lui...
Parmi les éléments suivants,
quels sont ceux qui vous séduisent le plus chez une enseigne ?
35% 62%
Sa sincérité, je peux
...
Son souci du local et
de l'environnement,
elle s'engage
Parmi les éléments suivants,
quels sont ceux qui vous séduisent le...
Parmi les éléments suivants,
quels sont ceux qui vous séduisent le plus chez une enseigne ?
Son sens de
l’innovation!
7%
2...
Son originalité, elle
me fait vivre de
bons moments !
12%
26%
Parmi les éléments suivants,
quels sont ceux qui vous séduis...
Parmi les éléments suivants,
quels sont ceux qui vous séduisent le plus chez une enseigne ?
Sa simplicité, elle
optimise m...
Q2 : En général, quand vous avez un coup de cœur shopping c’est dû …?
à un besoin particulier, vous avez rarement de coup ...
13%
41%
À la qualité ou la
labélisation du
produit.
En général, quand vous avez un coup de cœur shopping
c’est dû ?
À l’origine locale,
artisanale du
produit.
En général, quand vous avez un coup de cœur shopping
c’est dû ?
9%
29%
À l’aspect
innovant du
produit.
11%34%
En général, quand vous avez un coup de cœur shopping
c’est dû ?
A l’effet « WOW »
que le produit m’a
procuré !
21%
36%
En général, quand vous avez un coup de cœur shopping
c’est dû ?
À un besoin en
particulier !
46%
60%
En général, quand vous avez un coup de cœur shopping
c’est dû ?
Q1 : Parmi les éléments suivants, quels sont ceux qui vous séduisent le
plus chez une enseigne ?
35%
14%
7%
12%
32%
Q2 : En général, quand vous avez un coup de cœur shopping c’est dû ?
13%
9%
11%
21%
46%
PLATEFORME D’INFORMATION CROWDSOURCÉE SUR L’INNOVATION
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Enquête Equipmag/Soon Soon Soon sur le comportement du shopper du futur 27 05-2014

2,293

Published on

J'assistai à la conférence Equipmag, dans les magnifiques locaux de Google à Paris, ou le cabinet de tendances Soon Soon Soon et Opinion Way présentaient le comportement du consommateur, toujours plus connecté, mais en quête de sens .
La révolution digitale du retail est en cours, face à un consommateur dont les nouveaux usages et exigences donnent obligation aux marques et enseignes à se réinventer.
Passionnant .
Echangeons et partageons sur l'actualité et du futur du retail dans le groupe que j'ai créé et que je manage le " LE LAB RETAIL 2025 "

http://www.linkedin.com/groups?home=&gid=4867620&trk=anet_ug_hm

Jérôme MONANGE ; Management et Communication LAB RETAIL 2025
Marketing et Communication & Retail Conseil et Cross Canal & Shopper Expert
www.tikimee.com/jerome-monange
@JeromeMONANGE

Published in: Retail
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
2,293
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
7
Actions
Shares
0
Downloads
50
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Enquête Equipmag/Soon Soon Soon sur le comportement du shopper du futur 27 05-2014

  1. 1. SOONOSHOT carnet d’innovations lifestyle SALON EQUIPMAG 2014 Le Shopper du futur
  2. 2. Une étude exclusive SOON SOON SOON / EQUIPMAG Soon Soon Soon, premier cabinet de tendances crowdsourcé, présente une étude exclusive réalisée pour EQUIPMAG sur les grands courants de l’innovation en Shopping A travers des profils de shoppers, cette étude propose un décryptage des comportements et des styles de vie émergents, qu’elle illustre à travers une série d’innovations marketing concrètes, détectées aux quatre coins du monde par sa communauté de contributeurs. En comprenant dès aujourd’hui les nouvelles habitudes de shopping de demain, cette conférence vous donnera un temps d’avance dans votre stratégie retail
  3. 3. DATA Un mapping des valeurs du shopper 5 profils caractéristiques 1
  4. 4. Une communauté de plus de 900 éclaireurs répartis dans 15 pays
  5. 5. Une évaluation sur une grille de 55 valeurs issues de la littérature en psychologie sociale
  6. 6. 5 profils de shopper // Le Vigishopper // Le Slowshopper // L’Altershopper // Le Socialshopper // L’Emoshopper EXCITATIONSTABILITE INDIVIDU & MOI RELIANCE & COLLECTIF loyal protégeant l’environnement modéré humble indulgent autodiscipline réciprocité large d’esprit honnêteté justice égalité acceptant sa part dans la vie curieux influent liberté indépendant ambitieux audacieux orienté vers le succès vie excitante plaisir autorité aimant la vie se faire plaisir richesse connaissance respect de la tradition vie privée sécurité préservant son image Vigishopper le watcher Slowshopper le care shopper Altershopper le norm-core Socialshopper l’influenceur Emoshopper le whaou addict
  7. 7. TENDANCES 5 profils de shopper illustrés d’innovations 2
  8. 8. 5 profils de shopper
  9. 9. LE VIGISHOPPER ou le watcher Consommateur attentif et scrupuleux, le Vigi- Shopper cherche à s'assurer de la sincérité des marques, c ’ est-à-dire à vérifier que les informations qu ’ elles communiquent (via l'emballage, les publicités, etc.) sont bien conformes à la réalité des faits. 2.1 Qu’est-ce qui vous séduit le plus chez une enseigne ? - Sa sincérité, je peux lui faire confiance ! En général, lorsque vous avez un coup de cœur shopping c’est dû à ? – La qualité ou la labélisation du produit.
  10. 10. EXCITATIONSTABILITE INDIVIDU & MOI RELIANCE & COLLECTIF loyal protégeant l’environnement modéré humble indulgent autodiscipline réciprocité large d’esprit honnêteté justice égalité acceptant sa part dans la vie curieux influent liberté indépendant ambitieux audacieux orienté vers le succès vie excitante plaisir autorité aimant la vie se faire plaisir richesse connaissance respect de la tradition vie privée sécurité préservant son image Vigishopper le watcher Slowshopper le care shopper Altershopper le norm-core Socialshopper l’influenceur Emoshopper le whaou addict
  11. 11. Pragmatique, le Vigi-Shopper est un shopper en quête de stabilité, de transparence et de sincérité. C'est le consommateur attentif à la qualité sanitaire des produits, à leur traçabilité, friand des allégations et des labels. C’est un individu rationnel qui prend le temps d’examiner les packagings et de comparer non seulement les prix, mais également les origines, les composants, etc. Ce n’est pas un consommateur particulièrement connecté, mais un consommateur vigilant aux nouveautés, qui saura saisir les opportunités technologiques si celles-ci lui permettent de percer les mystères des processus de production (applications, devices en tout genre, etc.). La suite logique de l’exercice de cette vigilance l’amène parfois à revendiquer des informations ou des corrections sur certains produits, une revendication qui constitue pour lui un « devoir de consommateur » et qui pourra passer par des prises de positions sur des forums ou auprès de sa communauté. Il participe ainsi à l’amélioration des produits, autant qu’à challenger les marques dans leur communication. C’est donc un adepte d’une conversation permanente marque/ consommateur, une conversation où la marque n’adopte pas une position dominante ou paternaliste, mais une position d’égal à égal, en faisant preuve d’empathie et de compréhension vis-à-vis de ses besoins. Une conversation où le storytelling doit laisser la place à un discours franc et transparent. Le Vigi-Shopper diffère du Slow-Shopper en ce sens qu’il ne recherche pas nécessairement à se connecter à un «tout» à travers son acte de consommation, mais souhaite simplement obtenir de solides garanties, et une écoute auprès de la marque ou de l’enseigne de distribution. Dans sa relation avec les Vigi-shopper, la marque aura tout intérêt à faciliter l'acte d'achat en donnant les informations les plus pertinentes, les plus claires et les plus rapides possibles, qui permettront ainsi de faire de l’acte de consommation un moment agréable et simplifié. LE VIGISHOPPER ou le watcher
  12. 12. Analyser ses aliments avant de les acheter Tellspec est un device qui fonctionne comme un Shazam alimentaire : il suffit de le pointer vers un produit pour qu'il indique les résultats de l'analyse spectrométrique de celui-ci. Présence de gluten, de résidus d'arachides, de produits chimiques, composition vitaminique et balance calorique : ce nouveau compagnon shopping livre toutes les informations à connaître avant d'acheter un aliment. Tellspec va plus loin que ses concurrents puisqu'il peut même scanner à travers le verre ou le plastique. Après une campagne de financement réussie sur IndieGogo, les premières livraisons de TellSpec sont prévues pour août 2014. Canada, détecté par Julie Rivoire 1
  13. 13. Sonder un fruit pour savoir s'il est bio Lapka est un petit capteur au design élégant, mi-bois, mi- plastique, qui permet de détecter la présence de particules polluantes sur des fruits et légumes. Il suffit d’enfoncer une petite sonde métallique au cœur d’une pomme pour mesurer son taux de nitrates et savoir si elle été contaminée par des engrais. Lapka est relié à une application iPhone qui révèle alors si l’on est en train de croquer dans une pomme bio, ou non par exemple. Un moyen de concentrer ses achats sur les produits qui ont du sens pour soi dans une optique « bien-être ». Etats-Unis, détecté par Jeanne Salvanès 2
  14. 14. Assumer les différences de prix et donner les moyens de comparer L’enseigne de vêtements outdoor Moosejaw a récemment équipé d’iPad les vendeurs de ses magasins. L'objectif : permettre aux clients de comparer avec les vendeurs les prix en ligne. Si le client relève un prix plus bas ailleurs pour un même article, le vendeur est autorisé non seulement à s’aligner sur le prix, mais aussi (pour tout article supérieur à 100 dollars) à créditer le compte fidélité du client de 1000 points. Une "innovation" qui instaure un climat de confiance et de totale transparence avec les consommateurs, propre à les rassurer dans leurs actes d'achat. Etats-Unis, détecté par la Rédaction 3
  15. 15. Obtenir les conseils de sa communauté avant d'acheter Rompus aux achats sur Amazon où ils peuvent consulter les commentaires clients pour les aiguiller dans leurs achats, les internautes font davantage confiance à une communauté - fût-elle anonyme - qu'au discours bien rôdé d'un vendeur. TokyWoky est une solution qui permet à n'importe quel site de vente d'incorporer un aspect communautaire : une petite fenêtre s'ouvre en bas à droite de la page sur laquelle le visiteur demande instantanément leur avis aux autres visiteurs connectés. Le vendeur peut également participer à la conversation et gérer le tout via une interface de modération qui lui permet en outre de récompenser et de motiver les visiteurs les plus actifs. France, détecté par Germain Paul-Petit 4
  16. 16. Répondre aux demandes clients sur les réseaux sociaux L’entreprise américaine Best Buy a développé un système exclusif de relation client basé sur son fil twitter. La @twelpforce, composée de vendeurs volontaires, s’emploie à répondre à toutes les demandes clients via le compte du même nom, où plusieurs employés pourront s’emparer des questions pour y répondre quasi instantanément. Un système qui rassure les clients en mettant à leur disposition un système d’écoute rapide et efficace, et qui a également la vertu de reserrer les liens entre les employés des magasins tout en développant leurs connaissances sur les produits. Etats-Unis, détecté par la Rédaction 5
  17. 17. WALK THE TALK LE VIGISHOPPER 1. Et si l’enseigne développait sa propre solution digitale de vérification des allégations santé et environnement? Une appli qui fonctionnerait aussi bien en magasin qu’online ? 2. Comment faire de ses clients les plus engagés des experts auprès des autres clients, capables d’intervenir pour les conseiller, les orienter, etc.? 3. Et si les forces de vente intégraient et portaient une stratégie de transparence ?
  18. 18. LE SLOWSHOPPER ou le care shopper Consommateur amoureux des petits producteurs, le Slow-shopper utilise les circuits courts pour s’approvisionner et s’implique dans le choix de ses produits afin de préserver l’économie locale, l’environnement, et certaines formes de traditions liées au savoir-vivre. 2.2 Qu’est-ce qui vous séduit le plus chez une enseigne ? – Son soucis du local et de l’environnement, elle s’engage ! En général, lorsque vous avez un coup de cœur shopping c’est dû à ? – L’origine locale, artisanale du produit.
  19. 19. EXCITATIONSTABILITE INDIVIDU & MOI RELIANCE & COLLECTIF loyal protégeant l’environnement modéré humble indulgent autodiscipline réciprocité large d’esprit honnêteté justice égalité acceptant sa part dans la vie curieux influent liberté indépendant ambitieux audacieux orienté vers le succès vie excitante plaisir autorité aimant la vie se faire plaisir richesse connaissance respect de la tradition vie privée sécurité préservant son image Vigishopper le watcher Slowshopper le care shopper Altershopper le norm-core Socialshopper l’influenceur Emoshopper le whaou addict
  20. 20. Shopper en quête de reliance, le Slow-Shopper est celui que l’on pourrait qualifier de plus «bobo», au sens où il croit dans le commerce de proximité, fait preuve d’empathie vis-à-vis de la cause des petits producteurs, élabore ses achats de façon scrupuleuse afin de respecter un certain nombre de principes environnementaux et sociaux, sans pour autant envisager de dimension militante dans cette action. Pour lui, la consommation fait partie de la vie courante, et ce sont les petits gestes du quotidien qui peuvent changer les choses. C’est un consommateur sensible aux enjeux de « déconnexion », aux enjeux de la « sharing economy », et qui prend plaisir (il s’en donne les moyens) à faire son marché ou à chiner sur une brocante car les produits qu’il y trouve lui paraissent avoir plus de sens, lui paraissent témoigner d’une histoire et posséder un supplément d’âme. C’est un consommateur sensible aux causes du développement durable, en quête de lien, à la fois de lien social, mais surtout de lien avec un « tout » global, avec une entité collective. En ce sens, son acte de consommation constitue pour lui un moyen de signifier son appartenance à une communauté de consommateurs avertis et informés (plutôt CSP+), mais surtout au-delà : à une culture, voire à une planète. Il ne cherche ni garanties, ni transparence : il est en quête de sens. Afin de séduire le Slow-Shopper, les marques et les enseignes peuvent proposer de transformer l’acte d’achat en acte « zen » de déconnexion, à l’instar de ce qu’a mis en place Selfridges en proposant un «sas de décompression» où le consommateur abandonnait son portable avant de rentrer dans le magasin. L’idée : ralentir et faire de son séjour en boutique un moment de sérénité. De la même façon que pour le Vigi-Shopper, la mention des provenances des produits peut également constituer un atout de transparence important pour le Slow-Shopper, surtout quand elles démontrent une origine locale ou attestent d’un « made in France ». LE SLOWSHOPPER ou le care shopper
  21. 21. Commander la cueillette de ses fruits et légumes Les fermes de Lufa est un concept québécois qui propose aux consommateurs de s'approvisionner grâce à un abonnement à un "panier" de fruits et légumes frais cultivés sur les toits de Montréal. Le consommateur se rend sur le site internet où il est informé des points de "cueillette" situés à proximité. Puis il choisit les fruits et légumes de saison qui l'intéressent. Ceux-ci sont ensuite récoltés en fonction de sa commande, puis livrés au point de retrait qu'il aura choisi : son bureau, son club de sport ou un café. Un concept dérivé de celui des AMAP qui introduit une dimension digitale (le choix des produits), ainsi qu'un engagement autour de l'agriculture urbaine et locale. Canada, détecté par La Rédaction 1
  22. 22. Relire les Misérables dans une file d’attente L'éditeur thaïlandais A Book et son agence de pub ont eu une idée de génie : créer le premier ticket de file d'attente qui fait aussi roman. Pour patienter intelligemment. Baptisés « Enjoy the Wait », ces tickets numérotés, en plus de votre ordre de passage, affichent un extrait de roman dont la longueur dépend de l'attente estimée : une courte nouvelle pour les petites files d'attente, le chapitre intégral d'un roman pour les plus longues. Evidemment, ça peut donner des tickets un peu encombrants, mais cette idée pourrait révolutionner le livre en redonnant aux petits créneaux de temps libre une nouvelle valeur. Thaïlande, détecté par Lorenzo Soccavo 2
  23. 23. Proposer de faire silence pour payer moins cher Alors qu'en Israël, un restaurateur propose 50% de réduction sur la note si les clients éteignent leur téléphone, c'est à Brooklyn que le silence s'impose comme un art de vivre. Au restaurant Eat, dans le quartier de Greenpoint, le patron des lieux impose une fois par semaine un silence quasi-religieux à ceux qui viennent découvrir ses menus bio et locaux. Interdiction de parler, de téléphoner. Les contrevenants à cette règle se verront contraint de finir leur assiette sur un banc à l'extérieur. Dans une volonté de slow, les clients sont invités à se concentrer sur leur assiette plutôt que sur les distractions de l'extérieur. Un silence et une sérénité qui tranchent avec l'agitation new-yorkaise. Etats-Unis, détecté par Fanny Bronès / Alexia Maury 3
  24. 24. Faire disparaître les informations superflues Selfridges, grand magasin londonien, a donné au mouvement anti-pub une application concrète. Dans le cadre d’une opération intitulée « No-noise », tous les logos ont provisoirement disparu de ses étalages, afin de favoriser une expérience de shoping détachée des intrusions publicitaires. La plupart des marques se sont volontiers pliées au jeu. Certaines ont accepté d’effacer une grande partie des étiquettes sur leurs produits (Heinz, Clinique ou Levi’s). D’autres ont carrément supprimé toute forme de reconnaissance visuelle (Lanvin, Paul Smith et McQueen). L’opération a duré deux mois en 2013 mais Selfridges réfléchit à la rendre pérenne... TokyWokyRoyaume Uni, détecté par Benoit Bochu 4
  25. 25. Dédier des boutiques à l’achat sans emballage Le premier supermarché sans emballage devrait voir le jour en Allemagne. Initié par deux berlinoises, le lieu proposera la vente alimentaire au poids. Pour transporter leurs achats, les clients pourront se servir de leurs propres récipients ou utiliser les contenants proposés sur place. L’idée a déjà traversé la frontière puisque que la Recharge, un concept d’épicerie sans emballage, a récolté les financements nécessaires à son développement sur KissKissBankBank et ne devrait pas tarder à ouvrir à Bordeaux. MoosejawAllemagne, détecté par la Rédaction 5
  26. 26. WALK THE TALK Le Slowshopper 1. Et si l’enseigne permettait une reconnexion directe avec le produit, sans l’intermédiaire d’un emballage, d’une marque ou d’un environnement de magasin ? 2. Comment créer des espaces et des atmosphères spécifiques offrant une expérience d’immersion et/ou de coupure qui invite à se concentrer sur le moment d’achat et/ou de consommation ? 3. Comment informer le consommateur sur le process de fabrication ? Comment permettre au consommateur d’être tenu au courant de l’évolution de la fabrication alors qu’on ne l’informe généralement qu’au moment de la transaction?
  27. 27. LE SOCIALSHOPPER ou l’influenceur Le Social-Shopper transforme sa consommation en récit de lui-même, tout en entretenant la volonté d’apparaître comme expert sur un segment de consommation donné. C’est un semi- pro de la conso, amateur de tutoriels qu’il est capable de créer pour les faire circuler auprès de sa communauté. 2.3 Qu’est-ce qui vous séduit le plus chez une enseigne ? – Son sens de l’innovation, elle m’aide à être à l’avant-garde ! En général, lorsque vous avez un coup de cœur shopping c’est dû à ? – L’aspect innovant du produit.
  28. 28. EXCITATIONSTABILITE INDIVIDU & MOI RELIANCE & COLLECTIF loyal protégeant l’environnement modéré humble indulgent autodiscipline réciprocité large d’esprit honnêteté justice égalité acceptant sa part dans la vie curieux influent liberté indépendant ambitieux audacieux orienté vers le succès vie excitante plaisir autorité aimant la vie se faire plaisir richesse connaissance respect de la tradition vie privée sécurité préservant son image Vigishopper le watcher Slowshopper le care shopper Altershopper le norm-core Socialshopper l’influenceur Emoshopper le whaou addict
  29. 29. Shopper ultra-connecté, engagé dans un récit de production de soi, c'est un consommateur- expert qui cherche la légitimité en tant que spécialiste d'un produit, et part en quête de reconnaissance sur les réseaux sociaux. Ultra- communiquant, il soigne son image, raconte ses achats qu'il met en scène dans des vidéos- tutoriels et cherche à monter en compétence pour développer un savoir-faire unique afin de devenir incontournable. Il est en quête d'accomplissement et de reconnaissance pour son expertise. Pour construire ce « récit », il fait appel à tous les terminaux mobiles qui sont à sa disposition. C’est donc un shopper qui partage en « live » ses coups de cœur et ses avis, directement en boutique. Il fait part de ses commentaires, tant sur ses expériences que sur celles des autres. Early-adopter, il est le premier à faire usage des nouvelles technos connectées, tel que le Tweetmiror, qui lui permettent d’échanger avec ses amis pour choisir un vêtement en direct depuis les cabines d’essayage. Quand il est devant son ordinateur, c’est un féru des ventes privées dont il épluche les pages à la recherche de la pépite dont il sera le découvreur. C’est également un utilisateur des plateformes de crowdfunding car celles-ci lui permettent d’acquérir avant tout le monde, avant même leur lancement sur le marché, des objets encore exclusifs. Enfin, c’est un shopper qui intervient sur les forums et les blogs, non pas comme le Vigi-Shopper pour pointer une éventuelle irrégularité, mais pour faire des recommandations aux consommateurs perdus. Ce qui compte avant tout pour lui est de faire passer le message de sa parfaite connaissance des sujets, et de pouvoir donner son point de vue en tant qu’expert. En ce sens, il est probablement le meilleur allié des services- conso! Afin de transformer ce shopper en véritable ambassadeur de leur marque, les enseignes ont tout intérêt à disposer dans leurs magasins des outils technologies les plus récents – sans en faire pour autant une systématique dans tout le magasin – afin d’offrir au social-shopper les moyens technologiques de ses communications. Ce sera également pour lui un critère important de séduction. On pense bien sur au tweetmiror, mais également aux cintres connectés qui affichent le nombre de likes d’un article, aux boutiques où l’on paye avec un avis sur Facebook, etc. Le retail, en devenant un « retail-augmenté », bâtit les ponts entre URL et IRL (In Real Life), que le social shopper saura emprunter. LE SOCIALSHOPPER ou l’influenceur
  30. 30. Aider les internautes à trouver le vêtement de leurs rêves Where To Get It est une application et un site internet crowdsourcés qui permettent aux internautes de retrouver les vêtements portés par les stars ou trouvés sur les photos d’un magazine. Il suffit de poster sur le site la photo du vêtement repéré. La communauté de fashion addicts indiquera alors à l’internaute auprès de quelle enseigne se procurer le modèle en question. Un système qui permet "aux meilleurs" (ceux et celles ayant fait le plus de recommandations) d'émerger comme des experts. Selon Romain Moyne, fondateur du site : « Beaucoup participent avec la volonté d’apparaître comme les meilleurs. Nos contributeurs recherchent une existence sociale à travers le web ». France, détecté par La Rédaction 1
  31. 31. Acheter les produits repérés dans les magazines The Selectionnist est un site qui permet aux internautes ayant repéré un vêtement, un produit de beauté ou un objet dans un magazine de l’acheter en ligne. La lectrice indique dans un moteur de recherche la marque du produit en question, ou recherche directement par titre de magazine le produit qui l’a marqué. Une fois retrouvé, il suffit de cliquer pour être redirigé sur des sites marchands où l’achat pourra être conclu. Une plateforme d’aiguillage qui appuie son business model sur l’affiliation Un service qui s’apparente à celui proposé par l'application Zoomdle. France, détecté par la Rédaction 2
  32. 32. Faire vivre ses produits sur Pinterest Fin novembre 2013, l’enseigne Monoprix «socialisait» ses points de ventes en proposant à ses visiteurs d’épingler – via le réseau social Pinterest – les «5 petites robes noires». Sur chaque article était disposé un flash-code permettant au consommateur d’accéder à l’image du produit on line et de l’épingler sur Pinterest, le diffusant ainsi à sa communauté qui peut « liker» l’image, la transférer, etc. Un dispositif qui rappelle les cintres affichant le nombre de « likes » facebook d’un produit, et bâtissant un pont entre mode digital et monde physique. Monoprix propose également sur sa page les conseils de cinq bloggeuses qui livrent des conseils mode en rapport avec les robes en question. France, détecté par la Rédaction 3
  33. 33. Stimuler une communauté avec des Selfies Fin 2013, Urban Outfitters lançait un nouveau programme de fidélisation fonctionnant sur la base de selfie et photos de consommateurs : FreeMe. UO récompense ensuite avec des réductions les clients qui partagent leur style avec une photo d’eux-mêmes. Le site constitue « un programme de fidélisation d’un nouveau genre », expliquait Frank Conti , le directeur financier de UO. « C'est un programme centré sur une communauté, qui crée du sens, du lien, des interactions. Les consommateurs sont encouragés à partager des photos de produits qu'ils aiment , des images inspirantes ». Une façon pour la marque de créer une affinité durable. Etats-Unis, détecté par La Rédaction 4
  34. 34. Exposer "In Real Life" les commentaires des réseaux sociaux Passionné par les liens entre URL et IRL (In Real Life), le photographe Curro Chozas a créé la première installation de photos et d’œuvres d’art sur les réseaux sociaux. Après avoir photographié ses œuvres exposées dans une galerie de Los Angeles à l’aide d’un iPhone, il a posté les clichés sur Facebook. Dans ce qui constitue la première exposition sur le réseau, les commentaires des œuvres étaient mais largement encouragés. A l’issue de l’exposition URL, l’artiste a ensuite imprimé les commentaires avant de les coller sous les œuvres IRL, dans la galerie, créant ainsi une incroyable ligne narrative faisant indirectement participer les internautes, où qu’ils soient dans le monde. Etats-Unis, détecté par Jeanne Salvanès 5
  35. 35. WALK THE TALK LE SOCIALSHOPPER 1. Comment créer des passerelles URL / IRL sur le point de vente pour mêler les commentaires produits trouvés sur les réseaux sociaux avec ceux faits par les clients « dans la vraie vie », en magasin? 2. Comment booster une campagne promotionnelle et/ou de lancement par des dispositifs de viralité et de parrainage? 3. Comment créer un média crowdsourcé autour de la promesse de la marque ?
  36. 36. L’ EMOSHOPPER ou le whaou-addict A travers son acte d’achat, l’emo-shopper cherche à vivre un moment intense, un moment inoubliable. C’est le consommateur qui voit dans la consommation une occasion de plaisir et d’expérience inédite, riche en émotions. 2.4 Qu’est-ce qui vous séduit le plus chez une enseigne ? – Son originalité, elle me fait vivre de bons moments ! En général, lorsque vous avez un coup de cœur shopping c’est dû à ? – L’effet « WOW » que le produit m’a procuré.
  37. 37. EXCITATIONSTABILITE INDIVIDU & MOI RELIANCE & COLLECTIF loyal protégeant l’environnement modéré humble indulgent autodiscipline réciprocité large d’esprit honnêteté justice égalité acceptant sa part dans la vie curieux influent liberté indépendant ambitieux audacieux orienté vers le succès vie excitante plaisir autorité aimant la vie se faire plaisir richesse connaissance respect de la tradition vie privée sécurité préservant son image Vigishopper le watcher Slowshopper le care shopper Altershopper le norm-core Socialshopper l’influenceur Emoshopper le whaou addict
  38. 38. L'Emo-Shopper est un consommateur à la recherche de nouvelles sensations, friand des expériences de shopping « augmentées », des expériences d'achat décalées qui lui permettront de vivre une expérience inédite. C’est le consommateur fan de la boutique Burberry londonienne qui offre une nouvelle façon de faire ses achats avec des hologrammes. C’est le consommateur qui recherche des boutiques-univers qui l’immergent dans un monde bien loin de son quotidien, à l'image de ce qui a été fait au nouveau centre Beaugrenelle pour le Noël 2013 où les visiteurs étaient invités à prendre le contrôle des mouvements d'un TeddyBear virtuel. C’est le consommateur qui recherche les pop-up stores comme expériences de consommation éphémères. C’est celui encore qui va chercher des nouveaux moyens de paiement (payer avec un sourire par exemple, comme cela c’est déjà vu dans des opérations de communication). En bref, c’est un shopper en quête de sensations et de quelque chose de remarquable à raconter ensuite. En ce sens, c’est un hédoniste de la consommation : ce qui l’intéresse c’est avant tout de prendre du plaisir dans son acte d’achat, de vivre une aventure, d’être surpris, et de créer ainsi avec une enseigne ou une marque un lien à travers cette expérience partagée. C’est un shopper souvent en quête de renouveau, qui apprécie les occasions que lui donnent les marques de s’écarter des sentiers battus. L’Emo-Shopper est un très bon ambassadeur pour une marque ou une enseigne, si celles-ci lui ont permis de vivre un moment agréable ou inédit. Il est donc tout à fait capable de partager largement le récit de son expérience. Mais à la différence du Social-Shopper, il ne recherche pas à prendre position en tant qu’expert et ne s’intéresse pas tant aux produits ou aux services en tant que tels qu’aux « à côtés » qui lui feront avoir « un effet wow ». Ainsi, les enseignes pourront s’appuyer sur lui dans leur communication à condition de savoir créer en magasin des « à côtés » déclencheurs de « wow », soit par un merchandising et une mise en avant des produits inédites et remarquables (qui seront autant de bonnes occasion de rentrer dans le magasin), soit en proposant de vivre des expériences transgressives (via des images provoquantes dans un message de communication par exemple), ludiques (via les mécanismes de gamification) et/ou technologiques, de préférence de façon immersive. L’ EMOSHOPPER ou le whaou-addict
  39. 39. Regarder une vidéo et acheter la tenue du héros Lancée en 2010, la plateforme Nowness (propriété de LVMH) a récemment introduit une nouvelle expérience d'achat, à travers des vidéos « shoppables ». Des vêtements de luxe sont présentés dans des courts- métrages. Dès que le spectateur repère une tenue, il peut activer la fonctionnalité click-to-buy: cela ne perturbe pas le visionnage et remplit son panier avant de le rediriger vers le site de la marque ou le magasin le plus proche. France / Royaume-Uni, détecté par Noélie Viallet 1
  40. 40. Faire du shopping 100% automatisé Hointer, une startup de Seattle, a ouvert début 2013 une boutique-test dédiée aux hommes qui permet de choisir visuellement son jean, puis d’obtenir celui à sa taille et de l’acheter... le tout sans avoir de contact ni avec un vendeur, ni avec un caissier. Le consommateur n’a qu’à scanner l’étiquette du jean exposé en utilisant l’application dédiée. Il indique ensuite sa taille et la couleur désirée, et reçoit une notification l’invitant à se rendre dans une cabine d’essayage. L’information est envoyée au système central, qui en notifie le service des stocks. Après avoir essayé le jean, il peut aller l’acheter à l’une des caisses automatiques… Etats-Unis, détecté par Laura Gadoury 2
  41. 41. Choisir sa voiture sur un site de rencontres Pour beaucoup, une voiture est un véritable partenaire avec lequel on traverse la vie. Son choix est important. Le constructeur allemand Volkswagen a lancé un site original surfant sur cette idée, un site dont l'esthétique et les fonctionnalités ne ressemblent ni à un site de e- shopping traditionnel, ni à un comparateur de prix, mais à un site de rencontres amoureuses ! Il propose en effet aux internautes de trouver leur « perfect match » en fonction de la couleur, des options disponibles, de son budget, etc. Et contrairement aux autres sites de rencontre, il y a peu de chances d’être déçu en rencontrant sa date pour de vrai... Allemagne, détecté par la Kevin Freyss 3
  42. 42. Recréer une atmosphère de magasin pour les achats en ligne Myulezak est une application créer pour Chrome (le navigateur de Google), afin d’accompagner les consommateurs de e- commerce dans leurs expériences d’achat. Partant du constat qu’un achat en ligne manque de saveur car il manque à cet achat une dimension « expérience », Myulezak propose un module qui permet de recréer l’atmosphère sonore de son magasin ou des grands centres commerciaux (pour l’instant uniquement des malls américains). Une façon de redonner des lettres de noblesse et une dimension hédoniste à ce qui reste bien souvent un achat fonctionnel sans plaisir. Etats-Unis, détecté par Vincent Opoix 4
  43. 43. Siroter un expresso tout en faisant réparer son vélo Look Mum, No Hands est le premier vélo-café entièrement dédié à l'univers du deux- roues. Ouvert à Londres, ce bar propose une ambiance faite de jantes pendues au plafond et de selles accrochées derrière le comptoir. L’intérêt est qu’on peut y boire un thé tout en achetant un nouveau guidon. A côté du bar, un atelier de réparation s'occupe de bichonner le vélo des clients. Le phénomène des vélo- cafés n'en est qu'à ses balbutiements mais en France, il existe déjà le Café Vélo à Grenoble ou la Bicycletterie à Lyon. Royaume-Uni / France détecté par Mailys Gervais 5
  44. 44. WALK THE TALK L’EMOSHOPPER 1. Et si les points de vente devenaient des lieux hybrides mêlant l’expérience de vente à une autre expérience in store? 2. Comment rendre plus chaleureuse et tangible l’expérience d’achat on line? 3. Et si l’utilisation d’une vraie innovation technologique propre à un secteur pouvait changer l’expérience d’achat?
  45. 45. L’ALTERSHOPPER ou le norm-core L’Alter-Shopper est un consommateur féru des circuits alternatifs. Adepte des FabLabs et du DIY comme moyens de contourner la consommation de masse, il voit dans la sharing economy un mode de vie à part et une alternative séduisante. 2.5 Qu’est-ce qui vous séduit le plus chez une enseigne ? – Sa simplicité, elle optimise mon temps et mon argent ! En général, lorsque vous avez un coup de cœur shopping c’est dû à ? – Un besoin particulier, j’ai rarement de coup de cœur shopping.
  46. 46. EXCITATIONSTABILITE INDIVIDU & MOI RELIANCE & COLLECTIF loyal protégeant l’environnement modéré humble indulgent autodiscipline réciprocité large d’esprit honnêteté justice égalité acceptant sa part dans la vie curieux influent liberté indépendant ambitieux audacieux orienté vers le succès vie excitante plaisir autorité aimant la vie se faire plaisir richesse connaissance respect de la tradition vie privée sécurité préservant son image Vigishopper le watcher Slowshopper le care shopper Altershopper le norm-core Socialshopper l’influenceur Emoshopper le whaou addict
  47. 47. Shopper qu’on ne verra que rarement faire du shopping, l’Alter-Shopper est un consommateur plongé dans une forme de paradoxe. Cherchant à se tenir à l’écart du monde de la consommation qu'il juge un peu trop matériel, il ne peut néanmoins sortir du circuit consumériste : il voyage (mais en coach- surfing), il s'habille et s'équipe auprès des enseignes les plus classiques (mais limitera autant que possible ses possessions matérielles), etc. Ce n'est donc pas un ascète ou un individu qui se positionnerait de façon radicale contre la consommation, mais un consommateur moins fan de shopping que les autres, qui estime que nos biens nous enchaînent un peu trop et que (sans y renoncer) il convient de s'alléger. C’est un consommateur pour qui acheter ne relève donc pas d’un plaisir particulier mais véritablement d’une nécessité et d’un besoin immédiat. Basculant entre besoin à satisfaire et volonté de s’en affranchir, il s’avère difficile à toucher et à appréhender car il ne donne que peu de prise aux discours publicitaires classiques. L’attitude de l’Alter-Shopper désigne également celle de tous les individus qui, adeptes des Fablabs et du DIY, se forment aux métiers de l’artisanat 2.0. Les « makers », ces individus connectés utilisateurs d’imprimantes 3D collaboratives, sont en effet en train de révolutionner les circuits de production et de distribution en relocalisant la fabrication, grâce à des outils et des ressources mis à leur disposition par leur communauté via des sites collaboratifs. Ce sont des individus créatifs qui n’attendent pas un changement top>down – c’est-à-dire qui viendrait des structures institutionnelles ou économiques classiques, et qui revendiquent leur indépendance. Pour toucher ces consommateurs, les marques et les enseignes devront veiller à faciliter l’acte d’achat au maximum, et en le concentrant sur sa partie strictement fonctionnelle. L’achat en ligne correspond bien aux usages de ces Alter-Shoppers, et de nombreux ponts sont possibles entre la boutique physique et la e-boutique. Lorsqu’il s’agit du magasin, les enseignes veilleront également à construire des parcours d’achat simples et rapides où la communication se focalise sur le vrai bénéfice client, en parlant du produit et non des expériences (d’usage ou d’achat) qui l’accompagnent. L’ALTERSHOPPER ou le norm-core
  48. 48. Mobiliser sa communauté pour soutenir les commerces du quartier Le concept Carrotmob propose aux consommateurs de « faire du sens avec leurs dépenses » en réalisant du crowdbuying de masse. En se mobilisant en ligne, des groupes se créent autour d’une initiative (locale bien souvent) : soutenir un restaurateur en allant dîner dans son restaurant par exemple, parce que celui-ci envisage de s’équiper d’un système de recyclage de ses huiles mais qu’il lui manque de la trésorerie… L’idée est de montrer qu’il existe une demande du marché pour l’intérêt général et le développement durable. dans le monde, détecté par la Rédaction 1
  49. 49. Solliciter un inconnu pour faire son shopping à l’étranger WorldCraze est une plateforme de crowdshopping qui permet de solliciter une communauté de voyageurs pour acheter à l'étranger un produit introuvable dans son pays, ou pour bénéficier d'un tarif ou d'un taux de change avantageux. Il suffit de poster une annonce sur le site en décrivant le produit recherché (une tablette dernier cri made in Tokyo par exemple) et d'attendre qu'un globbe- trotteur se propose de l'acheter sur place et de le ramener dans ses bagages. L'argent sera débloqué au moment de la remise en main propre. France, détecté par Fanny Bronès 2
  50. 50. Vendre des prototypes en magasin, hors commerce habituel Néoshop est la première boutique d’Europe permettant aux jeunes startups de tester leurs produits auprès du grand public. La boutique propose à l'achat des produits tout juste sortis des ateliers de prototypage. C'est une sorte de "Fablab" du marketing et de la distribution. Néoshop considère en effet que plus un produit est innovant et avant-gardiste, plus son accès au marché est complexe. La boutique vise à aider les start-ups à mieux comprendre leurs clients en testant la mise sur le marché. Une façon également pour les acheteurs de sortir de la consommation routinière. France, détecté par La Rédaction 3
  51. 51. Construire ses meubles en open-source OpenDesk est une plateforme web qui propose des plans de meubles dessinés par des designers ainsi que des instructions pour les monter, le tout en licence libre. Il suffit d'acheter les matières premières chez l'ébéniste du coin (recensé sur le site) et de se retrousser les manches. Les moins bricoleurs peuvent choisir une option plus coûteuse et se faire livrer l'intégralité les éléments pour monter le meuble. Un principe DIY qui se vante de réduire les émissions de CO2 en réduisant le transport des meubles fabriqués à l'autre bout du monde... Royaume Uni, détecté par Julie Rivoire 4
  52. 52. Privilégier le partage à l’achat « Pourquoi acheter ce que vous pouvez partager ?»Telle est la philosophie de Yerdle. Lancée en novembre par une start-up basée à San Francisco, l'application invite ses utilisateurs à économiser de l'argent tout en réduisant leur empreinte écologique. La recette est simple : optimiser l'usage de ce qu'on possède en le prêtant aux autres tout en bénéficiant des objets possédés par sa communauté. Des vêtements, des appareils ménagers, des moyens de transport...tout ce que l'on peut posséder. Une forme de shopping en ligne, mais gratuit. L'un des fondateurs, ancien activiste écolo, pense qu'une telle démarche permettra de limiter le gaspillage et de sensibiliser chacun sur son empreinte écologique. Etats-Unis, détecté par Guislain Perez 5
  53. 53. WALK THE TALK L’ALTERSHOPPER 1. Et si l’enseigne produisait les moyens de répondre au « juste besoin », quitte à proposer au consommateur de co-construire lui-même ses produits ? 2. Pourquoi ne pas imaginer de faciliter l’achat de petites quantités à l’international pour des modèles qui n’existent qu’à l’étranger, mais qui correspondent au même univers que celui de la marque ? 3. Pourquoi ne pas proposer une solution hybride dans ses offres qui intègre dès l’achat, la location ou le partage, afin de capter les altershoppers?
  54. 54. INSPIRATION Le mot de la fin… 3
  55. 55. SOPHIE LUBET Directeur du Salon EQUIPMAG 2014 Nous annoncions il y a 2 ans la Révolution Shopping. Cette révolution à bien eu lieu, au-delà des clivages du ON et du OFF-LINE. La convergence est ainsi devenue le nouveau maître mot du « Commerce Ré-inventé ». C’est en étant à l’écoute des communautés de shoppers, et dans une approche résolument unifiée, que le commerce trouvera ses solutions gagnantes, avec le magasin au centre de ses stratégies. « »
  56. 56. SONDAGE Photographie et analyse des attentes des français en termes de shopping 4
  57. 57. M E T H O D O L O G I E Sondage réalisé par  Echantillon de 1008 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.  L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Pour cette taille d’échantillon, la marge d’incertitude est de 2 à 3 points  Echantillon interrogé en ligne sur système CAWI (Computer Assistance for Web Interview)  Le terrain a été réalisé du 23 au 24 avril 2014  OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252
  58. 58. Q1 : Parmi les éléments suivants, quels sont ceux qui vous séduisent le plus chez une enseigne ? Sa sincérité, je peux lui faire confiance Sa simplicité, elle optimise mon temps et mon argent Son souci du local et de l'environnement, elle s'engage Son originalité, elle me fait vivre de bons moments Son sens de l'innovation, elle m'aide à être à l'avant-garde
  59. 59. Parmi les éléments suivants, quels sont ceux qui vous séduisent le plus chez une enseigne ? 35% 62% Sa sincérité, je peux lui faire confiance!
  60. 60. Son souci du local et de l'environnement, elle s'engage Parmi les éléments suivants, quels sont ceux qui vous séduisent le plus chez une enseigne ? 14% 32%
  61. 61. Parmi les éléments suivants, quels sont ceux qui vous séduisent le plus chez une enseigne ? Son sens de l’innovation! 7% 20%
  62. 62. Son originalité, elle me fait vivre de bons moments ! 12% 26% Parmi les éléments suivants, quels sont ceux qui vous séduisent le plus chez une enseigne ?
  63. 63. Parmi les éléments suivants, quels sont ceux qui vous séduisent le plus chez une enseigne ? Sa simplicité, elle optimise mon temps et mon argent ! 32% 59%
  64. 64. Q2 : En général, quand vous avez un coup de cœur shopping c’est dû …? à un besoin particulier, vous avez rarement de coup de cœur shopping à la qualité ou la labélisation du produit à l’aspect très innovant du produit à l’origine locale, artisanale du produit à l’effet « WOW » que le produit vous a procuré
  65. 65. 13% 41% À la qualité ou la labélisation du produit. En général, quand vous avez un coup de cœur shopping c’est dû ?
  66. 66. À l’origine locale, artisanale du produit. En général, quand vous avez un coup de cœur shopping c’est dû ? 9% 29%
  67. 67. À l’aspect innovant du produit. 11%34% En général, quand vous avez un coup de cœur shopping c’est dû ?
  68. 68. A l’effet « WOW » que le produit m’a procuré ! 21% 36% En général, quand vous avez un coup de cœur shopping c’est dû ?
  69. 69. À un besoin en particulier ! 46% 60% En général, quand vous avez un coup de cœur shopping c’est dû ?
  70. 70. Q1 : Parmi les éléments suivants, quels sont ceux qui vous séduisent le plus chez une enseigne ? 35% 14% 7% 12% 32%
  71. 71. Q2 : En général, quand vous avez un coup de cœur shopping c’est dû ? 13% 9% 11% 21% 46%
  72. 72. PLATEFORME D’INFORMATION CROWDSOURCÉE SUR L’INNOVATION
  1. Gostou de algum slide específico?

    Recortar slides é uma maneira fácil de colecionar informações para acessar mais tarde.

×