• Save
Evolutions du capitalisme
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Evolutions du capitalisme

on

  • 278 views

Lors de sa publication, un livre voit bien souvent certains de ses passages être coupés, quelques uns de ses chapitres retirés, le plus souvent en raison de contraintes éditoriales, comme un ...

Lors de sa publication, un livre voit bien souvent certains de ses passages être coupés, quelques uns de ses chapitres retirés, le plus souvent en raison de contraintes éditoriales, comme un nombre de pages à respecter. Ces coupes ne signifient pas que les pages écartées soient de moindre intérêt ou mauvaises.
L’ouvrage Le Journal de BJ au bureau, publié en 2003 aux éditions Maxima, 320 pages, traduit en chinois et en coréen, n’a pas échappé à cette règle.
Ce document est l’un de ces passages.
Pour acheter Le Journal de BJ au bureau, cliquez ici.

Statistics

Views

Total Views
278
Views on SlideShare
278
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Evolutions du capitalisme Evolutions du capitalisme Document Transcript

    • Entreprise Savoir-faire Savoir-être Bonus Extra bonus Évolutions du capitalisme www.lejournaldebjaubureau.com
    • Évolutions du capitalismeLe capitalisme est entré, depuis un siècle,dans une nouvelle ère.Il est passé du capitalisme managérial(opposant bureaucratie gestionnaire etsyndicats) au capitalisme patrimonial(dominé par les actionnaires). Les fonds depensions sont devenus les acteurs les pluspuissants. Lexigence de rentabilité aaugmentée. Désormais lentreprise doitenrichir encore davantage les actionnairesque sils se contentaient de placer leur argenten bons du trésor. Les 15% de rendement surfonds propres sont devenus la norme. Letemps devient une variable cardinale. Lesentreprises vivent désormais en observantconstamment leurs cours de bourse etévoluent dans un futur très proche et surtoutinstable.Limpératif de rentabilité à court terme queles marchés financiers imposent auxentreprises cotées, ne facilite pas laconstruction davantages compétitifs. Tout aucontraire, cette pression pousse à la prise dedécisions de court terme : cessions dactifspériphériques, course à la flexibilité,recherche déconomies déchelle, recours à lasous-traitance, contrôle de gestionexclusivement centré sur le résultatéconomique.www.lejournaldebjaubureau.com
    • Il devient donc difficile pour une entreprisecotée en bourse de maîtriser son destin. Il luifaut désormais constamment expliquer,défendre et justifier sa stratégie devant lesmarchés financiers incarnés par quelquesgrandes banques qualifiées danalystes :Morgan Stanley, Goldman Sachs, MeryllLynch, etc.www.lejournaldebjaubureau.com