Morihiro Saito Sensei

  • 168 views
Uploaded on

La biographie de Morihiro Saito Senseï, figure mondiale de l’Aïkido après son fondateur Morihei Ueshiba. Un sujet préparé en hommage de ce grand maitre dans un événement annuel à Aiki Shuren Dojo …

La biographie de Morihiro Saito Senseï, figure mondiale de l’Aïkido après son fondateur Morihei Ueshiba. Un sujet préparé en hommage de ce grand maitre dans un événement annuel à Aiki Shuren Dojo Maroc.

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
168
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. ( 31 mars 1928 - 13 mai 2002 )
  • 2. MorihiroSaito Senseï
  • 3.  Introduction  Les débuts  La rencontre  L’entrainement  La vie avec le fondateur  Le style Iwama Ryu
  • 4. La vie du fondateur et l’état du Japon pendant la période de la guerre
  • 5.  Après sa défaite à la guerre le Japon était devenu une nation pauvre et humiliée gouvernée par l'armée de l'occupation.  Morihei Ueshiba avait pris sa retraite "officiellement" en 1942  Il vivait avec sa femme Hatsu à Iwama, un petit village dans la préfecture d'Ibaraki, menant une vie frugale cultivant le riz et élevant les vers de soie.  Quelques élèves de la région aidaient le fondateur dans ses champs et s'entraînaient avec lui en tant que disciple internes.  O'Senseï se consacre à la perfection de son art depuis sa retraite.  Après la guerre la pratique des arts martiaux était interdite par l'état major général  Presque tous les disciples qui ont débuté avec le fondateur avant la guerre avaient coupé le contact à cause du grand conflit dans le pays.  Mais l'interdiction des arts martiaux avait peut de conséquence à la campagne.  Pour ne pas attirer l'attention Ueshiba nomma son dojo à cet époque "Aiki-En" qui signifie "La ferme Aiki »  Le jeune Morihiro Saito avait 18 ans en 1946 l'année où il décida de rencontrer Morihei Ueshiba.
  • 6. La jeunesse de Morihiro Saito et ses début dans le budo
  • 7. Le Kendo à l'école :  Né le 31 mars 1928 dans un village à quelques kilomètres du dojo de Ueshiba. À sa jeunesse il était fascinée par les escrimeurs de l'époque féodales (moyen âge).  Pendant et après la seconde guerre mondiale, il était gênant pour un japonais de ne pas avoir des notions de judo ou de kendo, ces arts martiaux faisaient alors partie du programme scolaire obligatoire.  Le jeune Saito choisi donc le Kendo comme commencement. Le Karaté à Tokyo :  A l’adolescence Saito débute dans le Karaté à Tokyo où il travaillait à l’époque  Il n’y passe pas beaucoup de temps puisqu'il à déménagé à Ibaraki pour rejoindre un travail dans les chemins de fer nationaux japonais
  • 8. Le judo à Ibaraki :  Saito s'est dit que s'il connait à la fois le Karaté et le Judo il n'aura rien à craindre dans un combat  Pour lui le Judo est mieux adapté à une situation au corps-à-corps, et dans le Karaté on développe les frappes et les coups de pieds ce qui n'existe pas dans le Kendo.  Le dojo du Karaté à Tokyo était calme pendant qu'au Judo c'était comme un parc d'attraction où les enfants cours dans tous les sens  Généralement le jeune Saito était déçu de son expérience au Judo, et pour lui cet art martial était moins efficace contre les attaques de coups de pieds.  Une autre choses qui à pu lui déplaire est le comportement des aînés, ces derniers projetaient les cadets et se servent d'eux juste pour leurs propre entrainement, ils étaient égoïstes, arrogants et insolants. Cependant la vision de Morihiro Saito sur les arts martiaux avait changé, et décide d'aller à la rencontre d'un vielle homme à la barbe blanche aux techniques étranges. Il n'est autre que le fondateur de l'Aïkido Morihei Ueshiba.
  • 9. Au tout début de la voie dans l’Aïkido
  • 10. Au début la technique de l'Aïkido était encore mystérieuse et bizarre pour pas mal de pratiquants d'arts martiaux, on entends parler d'un vieillard dans la montagne qui pratique peut être le Karaté, certains disent qu'il s'agit d'un nouveau style de judo, le Ueshiba Ryu Judo.  La haut à la montagne était effrayant et Saito avait peur d'y aller à cet endroit bizarre.  Saito décida d'aller découvrir et jeter un œil avec des amis , mais ces derniers n'avaient pas assez de courage pour venir au rendez vous  Saito alla donc tout seul, c'était pendant la saison chaude, il arriva le matin, O’Senseï faisait son entrainement matinal avec quelques élèves.  Minoru Mochizuki lui montra le dojo où il va s'entretenir avec le fondateur.  Arrivé avec Tadachi Abe, O'Senseï s'assoit et demanda à Saito : "Pourquoi veut-tu apprendre l'Aïkido ? »  La réponse de Saito : "Je veux apprendre si vous m'acceptez comme élève »  O'Senseï demanda alors : "Sais-tu ce qu'est l'Aïkido ? »
  • 11. Saito ne pouvait pas avoir une réponse à cet question sur un art encore mystérieux  O Sensei ajouta alors : "Je vais t'apprendre à être utile à la société et aux gens »  Ces paroles avait un sens profond que Saito n'avait pas saisi à l'instant, car pour lui comment à un art martial pourrait servir la société, alors qu'il cherche juste à devenir fort, mais puisqu'il était impatient de découvrir ce que c'est, il répondit : "Oui je comprend »  Après cette discussion O'Senseï s'est levé et demanda au jeune Saito de le frapper, il fut aussitôt renversé et projeté sans savoir comment et par quelle technique, puis il attaque par un coup de pieds et fut renversé sans effort, ensuite il voulait lui faire une prise de judo et il fut encore projeté une troisième fois, il se trouvait alors avec la chemise déchiré ainsi que son pantalon.  O'Senseï lui dit : "Viens t'entrainer si tu veut" et il quitta le tapis  Saito poussait un soupire de soulagement à l'idée qu'il soit accepté.
  • 12. Au cœur de l’entrainement
  • 13.  L'entrainement était difficile au début, Saito se souvenait toujours des douleurs de ces premiers cours, surtout que les anciens mirent sa résolution à l'épreuve. Il devait enlever un bandage protégeant une blessure pour éviter d'être tourné en ridicule. Il ne devait montrer aucun signe de malaise sinon ses aînés torturaient encore plus cette partie de son corps. Mais la détermination du jeune Saito lui avait permis de prouver son courage, et gagner le respect de ses aînés.  Il se souvient avec gratitude de l'enseignement bienveillant des personnes comme Tadashi Abe et Koichi Tohei.  Les méthodes d'enseignements du fondateur étaient différente de sa démarche durant la période d'avant guerre.  Avant, O'Senseï avait coutume de démontrer simplement les techniques de la manière traditionnelle avec peu ou pas d'explications ensuite les disciple devaient imiter ses mouvements.  Mais une fois à Iwama Ueshiba se payait le luxe de consacrer toute son énergie pour approfondir ses recherches personnelles avec juste quelques élèves proches.
  • 14.  Pendant l'entrainement O'Senseï enseignait les techniques comme si les systématisait et les organisait pour lui même. Il commençait par la forme de base puis niveau après niveau jusqu'à la forme la plus avancée.  O'Senseï insistait sur le fait que le moindre détail devait être correct autrement ce n'est plus une technique.  Les anciens et les débutants devaient travailler ensemble, et bien qu'il n'eut pas beaucoup d'élèves à cette époque, O'Senseï projetait chacun au moins une fois.  Pour revenir à Saito, son emploi aux chemins de fer japonais était à l'avantage de son entrainement, car son programme de travail d'un jour sur deux le laissait libre de consacrer beaucoup de temps au dojo Ueshiba, en conséquences il fut autorisé aux cours du matin qui étaient réservés aux élèves internes.
  • 15.  Les cours du matin consistaient à méditer pendant 40 min puis passer au travail des armes si le temps le permettait.  À cette époque Ueshiba était absorbé par l'étude de l'Aiki Ken et l'Aiki Jo et leur relation avec les techniques à mains nues.  Pendant ces cours, O Senseï demandait à ses disciples de seulement venir l'attaquer.  L'entrainement au sabre commençait là, comme Saito avait déjà pratiqué le Kendo quand il était plus jeune, il parvenait tant bien que mal à faire face à la situation.  Ueshiba demanda de préparer un support pour "Taren Uchi" (exercice de frappe avec le ken)  Donc Saito rassemblait le bois pour construire le support, il y avait beaucoup d'arbre dans les collines à cette époque.  La première fois O Senseï se mit en colère et cassa ce support avec son ken et dit à Saito : "Ce bois fin est inutilisable".
  • 16.  Ce dernier devait trouver une solution, alors il chercha deux gros morceaux de bois y enfonça des clous et les attachait ensemble. O Senseï était alors satisfait.  Mais même ce support la ne dura qu'une semaine et il fallait reconstruire un autre support  C'était le système pour pratiquer la frappe avec le ken.  Au fur et mesure que la pratique progressait Ueshiba enseignait à ces disciples ce qu'on appelle aujourd'hui les "Ichi no Tachi" (exercice de ken avec partenaire)  O Sensei passa trois ou quatre ans à enseigner cette seule technique, et l'exercice Taren Uchi. C'est comme ça que se déroulait le cours du matin.  Pendant les dernières années O Senseï donna quasiment des cours particuliers à Saito.
  • 17. Au service d’O Senseï et la vie à Iwama
  • 18. La pauvreté répandue au Japon à cette époque rendit la pratique de plus en plus difficile pour les quelques disciples au Dojo d’Iwama, les obligation lié au travail et à la famille les forcèrent l’un après l’autre à abandonner la pratique.  O Senseï remarqua le dévouement et l’enthousiasme de Saito, il commença alors à compter de plus en plus sur lui dans sa vie personnelle.  Finalement il ne restait que le jeune Saito pour servir le fondateur, même après son mariage, sa passion pour l'entrainement ne faiblit pas  Sa jeune femme s'est mis aussi au service de la famille Ueshiba et s'occupait personnellement de Hatsu la femme âgée de O Senseî.  Saito avait la chance d'avoir un travail pour vivre sinon il aurait abandonné lui aussi pour pouvoir s'occuper de sa famille  Et à part le fait d'avoir une source d'argent, l'horaire du travail dans les chemins de fer lui laissait une journée libre sur deux pour servir le fondateur et s'entrainer avec lui.
  • 19.  Être au service du fondateur était une tâche extrêmement dure, même si c'était juste pour étudier un art martial.  Car Ueshiba n'ouvrait son cœur qu'aux élèves qui l'aidait dans les champs de l'aube au crépuscule.  Comme Saito était utile au fondateur ce dernier lui enseignait tout de bon cœur.  Grace à Saito, Ueshiba a pu résoudre une querelle à propos d'un terrain ainsi il lui offrit une parcelle où il a pu construire sa maison où il vivait avec sa femme et ses enfants, et ils continuaient à servir la famille du fondateur.  À la fin des années cinquante, les années passées sous la direction du fondateur ont fait de Morihiro Saito un homme puissant, et qui était aussi l'un des meilleurs instructeurs de l'Aïkikaï.  Morihiro Saito Senseï dirigeait le dojo d'Iwama pendant l'absence du fondateur  Il remplaçait aussi Koichi Tohei dans son dojo lorsqu'il était en voyage pour enseigner l'Aïkido à Hawai.
  • 20.  Vers 1960 Saito se mit à donner des cours hebdomadaire à l'Aïkikaï de Tokyo, et il était le seul instructeur à part le fondateur lui même à pouvoir enseigner les armes de l'Aïkido. Ses cours alors étaient parmi les plus populaires.  Après la mort du fondateur le 26 avril 1969 Saito devint l'instructeur principal du dojo d'Iwama ainsi que le gardien du temple de l'Aïkido tout proche (l'Aïki Jinja)  Saito avait servit le fondateur pendant 24 ans, et la mort d'O Senseï ne fit que renforcer sa résolution de faire tous les effort pour garder intact l'Aïkido hérité de Ueshiba.
  • 21. Classification et organisation des techniques de l’Aïkido tel qu’elles ont été perfectionnées par le fondateur.
  • 22.  Dans les années 70, Saito Senseï publia « L’Aïkido Traditionnel » qui une série de livres techniques en 7 volumes qui sont une référence, et qui l’aida à avoir la réputation de meilleur technicien dans cet art.  Ces livres présentent un système de classification pour les techniques de l’Aïkido, un système utilisé largement à travers le monde.  De plus, des films éducatifs furent préparés pour compléter les livres.  Vers 1975 Saito Senseï pris sa retraite auprès des chemins de fer nationaux japonais après 30 ans de services  Etant libre de consacrer tout son temps à l’Aïkido, il se mit à voyager souvent à l’étranger pour diriger des stages.  Au fil des ans Saito Senseï avait constituait un large réseau d’instructeurs à l’extérieur du Japon, et c’est à cette période que sa méthode fut baptisé Iwama Ryu.  L’Aïkido Iwama Ryu est devenu synonyme d’un entrainement où l’on met l’accent sur les techniques à mains nues en rapport avec la pratiques des armes.
  • 23.  Aujourd’hui il y a plus particulièrement de nombreux pratiquants de la méthode Saito aux USA, l’Australie, à plusieurs pays d’Europe, notamment l’Italie, l’Allemagne, le Danemark, la Russie, l’Angleterre, la Suède, le Portugal, la France, et au Maroc.  Le 13 mai 2002 Morihiro Saito Senseï s’éteint à l’âge de 73 ans laissant son fils Hitohiro Saito Senseï comme successeur qui créa l’organisation Iwama Shin Shin Aiki Shuren Kai indépendante de l’Aïkikaï.
  • 24. Par Jamal Eddine ZAHIRI Aiki Shuren Dojo Maroc 11/05/2014