ASSET MANAGEMENT TOOL COMPONENTS

2,285 views
2,153 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
2,285
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
34
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

ASSET MANAGEMENT TOOL COMPONENTS

  1. 1. 1 ASSOCIATIONS & URL www.luhman.org : financial products for everyone www.investopedia.com : general financial information (glossary, …) www.duke.edu/~charvey/ : site of Cam Harvey who is Professor of International Business at the Fuqua School of Business, Duke University www.bobsguide.com : The guide to software and technology in treasury, banking & risk management www.math.ku.dk/~nielsen/classes_97/notes_all/notes_all.html : Mathematical Modeling and Optimization with Applications in Finance www.jpmorgan.com user : sharnie; psw : jpm5484 www.bis.org : see CPSS committee publications nr 12, 40 and 42 www.ecb.int www.abb-bvb.be : association belge des banques www.isma.org www.crestco.co.uk : real-time securities settlement services UK www.world-exchanges.org : federation of world exchanges newrisk.ifci.ch : site about risk management http://www.isitc.org/ http://www.andreassteiner.net/performanceanalysis/ http://www.barra.com/ http://www.derivativesmodels.com/FDX/Misc.htm# http://viking.som.yale.edu/will/finman540/classnotes/notes.html Editeur logiciels www.linedata.com www.nexifi.fr www.aquin.fr www.nexteam.fr www.algorithmics.com Reporting tool www.actuate.com Compliance tool www.ilog.fr Portfolio Management System Charles River : www.crd.com Apollo: www.misys.com Trema: www.trema.com Coda: www.coda-financials.fr Hipo: www.dstinternational.com Decalog: Sungard: www.sungard.com www.euroclear.com www.clearstream.com ex cedel www.dtcc.com www.staffware.com ISMA GCP http://www.fixprotocol.org/cgi-bin/Welcome.cgi?menu=1 http://www.iso15022.org/ www.swift.com
  2. 2. www.e-jemed.org EFAMA (www.efama.org) : european fund & asset management assocation European Federation of Funds and Investment Companies (www.fefsi.org) CFAI (http://www.cfainstitute.org/) IPC : Investment Performance Council EIPC : European Investment Performance Committee RIPS : Regional Investment Performance Subcommittee GIPS : Global Investment Performance Standards PPS : Performance Presentation Standards AIMR : Association for Investment Management and Research CSSC : Country Standard Subcommittee Global http://www.bis.org/ http://www.icma-group.org/ www.ici.org UK market : http://www.investmentfunds.org.uk http://www.bankofengland.co.uk/ http://www.fsa.gov.uk/ http://www.mf-tech.com/about_pro.html LU market : http://www.cssf.lu/ http://www.alfi.lu/ BE market : http://www.abb-bvb.be http://www.febelfin.be http://www.beama.be AA tools http://www.styleadvisor.com/ http://www.ibbotson.com/ http://www.thinkfolio.com/ CRM tools www.Salesforce.com www.Netsuite.com http://www.brainpower.ch/
  3. 3. 2 ASSET MANAGEMENT COMPONENTS Data management VALUE architecture enables fund managers to centralise all relevant data and benefit from pre-built dynamic links with all necessary third parties. This optimisation feature is the key point to success in the fund management industry. This up and running integration allows VALUE users to go live in record-time with a comprehensive environment. • Automated data upload from external sources thanks to the Data Service module: quotes, instrument data, CDS data, corporate actions, dividends, etc. • Links with third parties (custodians, matching systems, etc.) providing smooth matching, easy reconciliation and extensive reporting functionalities. • Electronic trade connectivity • Audit and storage of all trades, fees, subscriptions / redemptions, cash, events, etc Risk management VALUE is the system tailored for fund managers who want to risk manage all their assets and benefit from a full set of scenarios, consolidated views and straightforward risk reporting features. Risk management is the core functionality of VALUE, capitalizing on 12 years of experience in the capital markets thanks to its sibling system RISQUE for investment banking. • Real-time consolidation of results and risks by any criteria: position, portfolio, underlying, sector, market, currency, etc. • Extensive “break down” function through portfolios and strategies • Large range of simulations and risk scenarios: what-if, stress tests, risk matrices, etc. • Parametric credit risk, default probabilities, credit and total loss exposure • VaR calculation: historical and parametric methodology The VaR module provides you with an aggregate measure of your exposure to market risk, allowing you to comply with external and internal risk reporting requirements, such as BASEL agreements. Calculate your VaR according to several methods: Historical, Monte-Carlo VaR models, Stress- testing scenarios and Parametric. Each method enables to determine incremental/marginal VaR. Historical shocks can be imported from external source or evaluated with RISQUE historical database. Monte-Carlo shocks are generated using Sophis Monte-Carlo engine and your own correlation matrix. Stress-testing shocks are fully customisable to match specific situations. Develop and plug in your own VaR compliant scenarios. Generate automatically comprehensive reports on exposure. • P&L analysis and attribution • Compliance management o library of standard regulatory rules o Rules builder to customise internal and risk limits rules o pre and post trade compliance
  4. 4. Market risk RISQUE is an unparalleled decision-making system designed to make your trading business work to its full capacity and to successfully manage your market risks across all asset classes. Evaluate your risks from every possible perspective. Take advantage of flexible P&L position re-evaluations ranging from theoretical, market and arbitrage prices to past and future evaluations. Benefit from a comprehensive range of elaborate risk management features, such as scenarios and simulations, which can be performed on global portfolio, particular folders, or on a group of positions. Create your hedging strategies by viewing your risk in a matrix for Greeks. Aggregate your risk sensitivity indices by market index or currency. Credit risk For all financial instruments, netting, guarantees, collaterals and credit derivatives, RISQUE provides a real-time mark-to-market value. Based on this MTM valuation and user-defined add-ons, you can easily define the Current Credit Exposures on each trade, position and portfolio. All relevant elemental credit risk data like rating, credit default probability, seniority, recovery rates, mitigation matrix, etc, are maintained in RISQUE. With simulation/stress-test scenarios, accurate potential or maximal exposure can be calculated. User-defined hierarchies of counterparties, issuers, guarantors or geographical and business sectors can be set up in the system to easily manage the corresponding risks. Limits Management RISQUE provides all the necessary computational analysis both for market and credit risk exposures. RISQUE Limit Service provides the additional function of rule-based and user-defined limit control. The limit management rules can be flexibly applied to any risk at any user portfolio level (trade, position, portfolio, book, etc.) By running the Limit Service, you can easily monitor your limits against any kind of risk (market risk, credit risk, VaR, etc.) and check for compliance with your maximum expected loss. This global limits management can also be implemented in combination with your front-end trading tools so that your trading floor and your risk managers can make real-time pre-trade limits checks against user-defined key risk figures. Simulations of the outcomes from trades can also be run and checked by the Limit Service. Reports are generated automatically within a user-defined time interval (intra-day or end-of-day). Operational risk You can estimate the exposures that your institution can tolerate, and control and reduce operational failures in your whole capital market working process chain, thanks to our comprehensive rules-based Front to Back office STP workflow. RISQUE’s high degree of STP automation ensures a well controlled working environment that will dramatically reduce human error and trade failures. RISQUE handles every single step of this chain in a very flexible way. Regulatory features RISQUE allows financial institutions to comply with regulation in terms of capital adequacy, in particular with directives such as Sarbanes Oxley and the BASEL I and II agreements concerning market, credit and operational risk. RISQUE offers a risk-adjusted business performance assessment approach. Asset Liability Management (ALM) You can measure and control balance sheet risks thanks to a structured ALM method, including earnings-at-risk and value-at-risk. RISQUE makes advanced risk controls possible through an auditable ALM process. Asset Liability Management in RISQUE includes simulation and analysis capabilities, reporting and the full management of data import, export and validation processes. Middle & Back Office
  5. 5. VALUE is a comprehensive platform ensuring a full STP process. Straight Through Processing in VALUE is a reality because you can handle your operations entirely in a single system with all functionalities unified in a central database. As a comprehensive system for Middle and Back office, VALUE incorporates powerful cash management, reconciliation and accurate data processing in the system. • Full management of trade validation workflow, (front-to-back) • Comprehensive management of cash accounts, subscriptions / redemptions and all possible fees (S/R, management, provision, performance, etc.) • NAV Calculation • Standard connections to custodians, administrators and matching systems to reconcile trades and positions. • Generation of messages: settlement, confirmation and payment • Accounting module Performance analysis module VALUE also enables fund managers to display a performance analysis over a time period or on a daily basis. • Historical NAV and risks indicators of funds with graphical views compared to benchmarks. • Performance/risks measurement: annualized volatility, tracking error, beta, Sharpe ratio, Treynor ratio, information ratio, alpha. • Performance attribution: calculation of the allocation effect, stock picking effect, interaction effect and currency effect. See below for details. • Reporting facilities for all these performance data, deliverable on request or automatically to fund managers or to investors, regulatory authorities and custodians. Front Office VALUE is a comprehensive system for the trading, monitoring and valuation of all asset types in real-time. VALUE provides a comprehensive range of functionalities designed for fund managers to monitor their portfolios on a daily basis. It also gives a real edge in the management of listed and OTC derivatives, complex and exotic products. • Order book • Automated trade booking • Real-time monitoring of positions • Active benchmarked fund management tools: o Management of composites, benchmarks and tracking error o Portfolio cloning o Tracking of fund performance to a benchmark o Automatic reallocation of portfolios • Valuation of all types of derivative instruments
  6. 6. • Powerful pricing engine built by our quantitative team • Real-time P&L calculation: marked to market and theoretical • Highly flexible and user-friendly hierarchical portfolio and GUI • Easy links to Excel
  7. 7. 3 Performance attribution L'attribution de performance est une technique qui permet de mesurer la valeur ajoutée des décisions actives de gestion de portefeuilles. Se pencher sur ce sujet nous amène au préalable à revenir brièvement sur les grandes théories décrivant les processus de gestion. Les modes de gestion de portefeuilles s'articulent autour de deux grandes catégories, l'approche Top-down qui repose sur la théorie de Markowitz et du CAPM (Capital Asset Pricing Model), et l'approche Bottom-up qui repose plus sur l'utilisation de modèles de type DDM (Dividend Discount Model). L'approche Top-down, pour un portefeuille mixte, reconnaît que la première décision lors de la création d'un portefeuille, est le choix de l'allocation d'actifs entre d'une part les actions et d'autres part les obligations et les liquidités. Cette approche, visant à répondre aux contraintes de risque, repose sur les résultats de Markowitz et l'existence d'une frontière efficiente. Dans ce contexte, une fois l'allocation d'actifs définie, la partie allouée en actions va être généralement réalisée par rapport à un indice boursier. Une des caractéristiques de ces indices est que le poids de chacun des titres qui les composent varie en fonction de la capitalisation boursière de la société qu'il représente. Ce résultat a marqué profondément l'industrie de la gestion et il remonte aux années soixante. On le voit, dans une approche Top-down, le responsable de la gestion va déterminer l'allocation d'actif idéale pour rencontrer son niveau de risque acceptable et ensuite, il va sélectionner un indice de référence pour les actions. Pour la partie obligataire, le processus de décision est différent. En effet, les contraintes de risque vont généralement s'exprimer par le choix de la duration. La duration du portefeuille obligataire peut être fixée de différentes manières : soit en investissant dans des titres de maturité proche de la duration, soit en investissant dans des titres à très court terme et à plus long terme en fonction de l'objectif de duration à atteindre. Lorsque le choix des maturités est achevé, le gestionnaire peut décider d'augmenter légèrement son risque dans l'espoir d'un excédent de return en sélectionnant des titres de qualités (rating) différentes. Le processus que nous venons de décrire, l'allocation d'actifs, le choix d'un indice boursier, le choix de duration et le rating, conduit à la définition d'un benchmark global pour la gestion. Si le responsable de la gestion suit ce benchmark, construit selon l'approche top-down, il adopte une stratégie de gestion passive. Généralement, les gestionnaires disposent de certaines latitudes par rapport à leur benchmark. Ils peuvent par exemple s'écarter de l'allocation d'actifs cible pour profiter d'un timing idéal. Ils peuvent aussi sur ou sous-pondérer des titres par rapport à leurs indices. La duration effective de la partie obligataire peut encore être allongée pour profiter d'une baisse attendue des taux d'intérêt et des émetteurs de rating plus faible peuvent être sélectionnés pour améliorer le return du portefeuille obligataire. L'ensemble de ces décisions constituent une gestion active. Sur base de celle-ci, l'attribution de performance aidera les responsables à identifier les décisions de gestion active qui ont permis de réaliser un excédent de return. L'approche Bottom-up quant à elle, conduit à des pondérations en actions qui reflètent le sentiment du gestionnaire à une potentielle hausse des titres. Dans le cadre de cette approche, il n'existe pas réellement de référence, le contrôle de la gestion se faisant plus en mesurant la contribution des actions au return du portefeuille qu'en mesurant les décisions de sur- ou de sous-pondération par rapport à une stratégie passive. C'est dans un souci de contrôle de ces modes de gestion aux multiples configurations que les modèles d'attribution de performance sont utilisés. Et afin d'être efficaces, ils devront pouvoir s'adapter aux divers processus décisionnels mis en place. Ainsi, l'analyse de la valeur ajoutée de choix d'allocation d'actifs pourra être effectuée en comparant les pourcentages investis dans le portefeuille à ceux du portefeuille de référence ou benchmark. De même, le choix des actions pourra aussi se mesurer par l'écart entre le return réalisé dans le portefeuille et le return de l'indice. Les modèles classiques d'attribution de performance dans une approche Top-down sont presque toujours basés sur la comparaison des pourcentages investis dans le portefeuille à ceux des benchmark, ainsi que sur la comparaison des returns des indices aux returns effectivement réalisés dans le portefeuille. Mais cette simple affirmation montre immédiatement la difficulté du choix d'un modèle d'attribution. En effet, quel est le sens que nous pouvons donner à des pourcentages investis ? Est-ce les pondérations de début de période ? Dans ce cas, comment tenir compte de l'activité d'achat et de vente au cours de la période ? Comment peut-on déterminer le return d'une poche du portefeuille lorsque le gestionnaire a été actif au cours de la période ? Doit-on choisir un Money Weighted Return ou doit-on choisir un Time Weighted Return? On constate rapidement que ces questions, fondamentales en attribution de performance, conduisent à des choix de modèles basés sur les transactions (transaction-based attribution) ou de modèles basés sur des positions à des moments précis (holding-based attribution). Bien que ce débat sorte du cadre de cet article, il est essentiel de
  8. 8. noter que seule une excellente compréhension du processus décisionnel peut permettre de choisir les méthodes d'attribution adéquates. L'attribution de performance entre dans l'ensemble des outils du contrôlede gestion et doit donc s'adapter aux spécificités de celle-ci. Cette dernière remarque n'est pas sans conséquence pour le choix d'un modèle d'attribution pour la partie investie en obligations. Généralement, le processus décisionnel pour la partie obligataire va partir de la sélection d'une duration cible pour ensuite définir une allocation sur la courbe des taux et enfin, la sélection des émetteurs. Cela signifie qu'il est très difficile d'utiliser un modèle d'attribution standard qui s'intéresse exclusivement aux pourcentages investis. Ce qui est en effet peu compatible avec un choix de duration. Pour cette raison, de nombreux travaux ont vu le jour au cours de ces dernières années et des modèles d'attribution de performance spécifiques aux obligations ont été proposés. En conclusion de cet article, nous retiendrons que le choix d'un modèle d'attribution ne peut se faire qu'après avoir défini clairement le processus décisionnel. Le modèle choisi devra alors prendre en compte toute l'information pertinente afin de mesurer la valeur ajoutée des décisions de gestion. C'est sans doute pour cette raison que les modèles basés sur les transactions vont certainement se répandre sur le marché. Finalement, il est illusoire de penser qu'un même modèle va pouvoir mesurer à la fois la valeur ajoutée des décisions d'allocation d'actifs, du choix des actions et de la duration des obligations. L'enjeu sera par conséquent de développer des outils d'attribution de performance qui pourront être adaptés en fonction des processus de décision, et qui prendront également en compte la spécificité de chaque type d'actifs. Brinson You have a portfolio that invests in stocks, bonds, and money market securities that earns a return of 5.34% over a one month period. A performance attribution analysis will allow us to determine whether that return is superior to that of a portfolio created through passive investment. We will also use this analysis to determine whether the superior (inferior) return was due to superior (inferior) asset allocation and/or superior (inferior) security selection by our manager. 1. Establish a benchmark level of performance – the bogey. This bogey portfolio is designed to measure the returns a manager would earn if he followed a completely passive strategy. A passive strategy rules out both asset allocation and security selection decisions by the manager. Any departure of the manager’s return from the benchmark return must be due to either asset allocation or security selection “bets”. 2. Determine “neutral” weights of these benchmarks. In this example, let’s assume that the neutral weights of a portfolio are 60% equity, 30% fixed income, and 10% money market. 3. Using these “neutral” weights and the associated index returns, find the return to the bogey portfolio over the one month period. Weight Index Return Equity .60 5.81% Fixed Income .30 1.45% Money Market .10 .48% The return to the bogey (using the neutral weights) over this month is 3.97%. Return of managed portfolio 5.34% Return to bogey 3.97% Excess return of managed 1.37% 4. Create a hypothetical portfolio using the weights used in the managed portfolio and the returns to the indexes making up the bogey. This allows us to measure the performance that is due to “good” asset allocation decisions by the manager. The return measures the effect of a shift away from the benchmark weights (60/30/10) without allowing for any effects attributable to active management of securities selected in each market. The managed portfolio had weights this month of 70/7/23, so use these weights along with the index returns to get returns to a hypothetical managed portfolio. Superior performance relative to the bogey is achieved by overweighting investments in markets that turn out to perform well and by underweighting those in poorly performing markets. Mkt Act. Wt. Bench Wt Excess Wt Mkt Ret Contrib to Perf Equity .70 .60 .10 5.81 .5810 Fixed .07 .30 - .23 1.45 -.3335 MM .23 .10 .13 .48 .0624 .3099
  9. 9. Asset allocation contributed 31 basis points to the portfolio’s overall excess return of 137 basis points. The major factor contributing to the superior performance this month is the heavy weighting of equity markets in a month when equities had a great return. 5. Isolate the security selection decisions. Obviously, if .31% of the excess performance can be attributed to good asset allocation, then the remaining 1.06% of superior performance must be from good security selection. Mkt Port Perf I ndex Perf Excess Perf Port Wt Contribution Equity 7.28 5.81 1.47 .70 1.03 Fixed 1.89 1.45 .44 .07 .03 1.06 Superior performance in the equity and fixed income markets contributes 1.06% to the superior performance of the manager. These returns are due to superior stock selection. Current methodologies available within the Socrates product set comprise: • Additive Attribution (based upon Brinson, Hood & Beebower, 1986) • Multi-Currency Additive Attribution • Relative Additive Attribution • Relative Multi-Currency Additive Attribution • Karnosky / Singer method • 'Classic' geometric relative attribution • Socrates geometric relative attribution Socrates Fixed Income Attribution (FIAT)
  10. 10. 4 INVESTMENT PROCES Hedge fund Many hedge funds invest according to a long/short investment model. This means buying securities which they expect to increase in price (long position) and selling securities that they do not own (short position). This allows investors to generate return on the relative price movement of two shares. As long as the long positions do better than (or not as badly as) the shorts, the return on the strategy will be positive regardless of movements in the market. Fixed income investment process : duration-neutral, risk-controlled fixed income investment management approach. This disciplined approach, which our team of seasoned portfolio managers and analysts uses in the management of each portfolio, is a combination of science (the understanding, measuring, and controlling of portfolio risks) and art (adding incremental, relative value to portfolio returns). We purchase only U.S. dollar denominated, investment-grade securities and manage portfolios with two important objectives: 1. Achieve Return of Benchmark for Each Client Portfolio. Once an appropriate benchmark has been selected which accurately characterizes the risk tolerance and return expectations for a given portfolio, we focus on first achieving the return of the benchmark. The key element in achieving this first goal is understanding, measuring, and controlling portfolio risk by remaining duration-neutral to the benchmark at all times. Because the portfolio's duration (a precise measure of its interest rate sensitivity) is always equal to that of the benchmark, the performance of the portfolio tries to approximate that of the benchmark as interest rates fluctuate. Benchmarks themselves are very competitive over time. By consistently achieving the return of a benchmark, a fixed income manager will normally produce competitive performance. Over the past 17 years our portfolio management team has earned a reputation as a premier investment-grade fixed income manager by consistently beating benchmarks. 2.Achieve significant Incremental Returns Our second goal is to add incremental returns above and beyond the benchmark, which when compounded results in significant outperformance over complete market cycles. This is done primarily in four ways: Yield Curve Positioning While a portfolio's average duration is determined by its benchmark, the particular positioning of a portfolio on the yield curve to arrive at that average duration is critical to the portfolio's performance. We thoroughly analyze the entire yield curve on a continual basis, emphasizing points on the curve with the greatest return potential and avoiding less attractive regions. Because the yield curve is constantly changing, optimizing a portfolio's position on the curve is a dynamic process. Sector Allocation After establishing our yield curve preferences, we focus on the relative value offered by the various sectors within the bond market. We carefully evaluate the long-term return potential of each sector, concentrating on general and specific risks involved. Working within a portfolio's guidelines, we emphasize those sectors which, on a risk- adjusted basis, represent the greatest return potential over the long term. Again, because yield spreads and underlying risks are constantly changing, sector allocation is also a dynamic process. Security Selection With our yield curve and sector preferences established, we then focus on the individual securities that will best accomplish our goal. We first determine which issuers offer the best relative value within each sector,then decide
  11. 11. which available issues to select. Our yield curve and sector preferences come together with credit evaluations when specific securities are purchased. Competitive Execution Finally, when we buy and sell securities, we ensure that each trade is executed at the best possible level. We have long-standing relationships with approximately 20 of the leading broker/dealer firms on The Street and are continually in touch with their inventories, monitoring yield spreads. Competitive execution of each trade represents the final step in adding relative value to our portfolios. The cutting-edge technologies which we employ do not represent a "black box" which drives our investment decisions, but rather are powerful tools that we skill fully use in our disciplined, risk-controlled fixed income approach. Our overall objective is to deliver predictable, consistent, and competitive investment results over complete market cycles 1. Mesure des alphas La mesure de la performance ajustée du risque s'effectue selon un processus en deux étapes. La première étape vise à sélectionner les indices de style qui représentent l'allocation stratégique et donc, les risques pris sur la période de notation. Cette analyse s'effectue sous la forme d'une régression multi-linéaire contrainte telle qu'élaborée par William Sharpe. A partir de cette sélection d'indices de style propre à chaque fonds et des poids qui s'y rapportent (benchmark sur-mesure), il est ensuite possible de calculer l'excès de performance du fonds en tenant compte des risques auxquels il est réellement exposé. Pour cela, on utilise un modèle multi-factoriel indiciel qui constitue une application robuste et pratique de la théorie moderne du portefeuille (Arbitrage Pricing Theory). 2 Détermination de la perte extrême potentielle (VAR) Le concept de Value-at-Risk (VaR) permet de résumer en une seule valeur l'ensemble des risques d'un portefeuille réparti entre plusieurs classes d'actifs. Alors qu'une mesure telle que la variance caractérise le risque moyen du portefeuille (dispersion moyenne dans la distribution des rentabilités), la Value-at-Risk s'intéresse à une valeur de perte possible ; en ce sens, c'est une mesure de risque extrême. Le concept de VaR est donc simple dans son principe, mais sa mise en oeuvre pratique est plus complexe. Les rentabilités des actifs sont supposées soumises à des facteurs de risque communs, qui permettent de décomposer la rentabilité du portefeuille. En modélisant l'évolution future de ces facteurs, il est possible d'estimer la valeur du portefeuille à un horizon fixé et d'en déduire sa VaR. En estimant une VAR semi-paramétrique de type Cornish-Fisher, l'EUROPERFORMANCE- EDHEC Style Rating permet de prendre en compte le potentiel (à 99%) de perte extrême pour des fonds présentant des profils de rendements non gaussiens, c'est-à-dire n'obéissant pas à une " loi normale ", soit parce qu'ils sont investis sur des marchés où les pertes extrêmes sont importantes, soit parce qu'ils utilisent des produits dérivés. 3 Analyse de la persistance de la performance. La mesure de la persistance de la performance mise en oeuvre par l'EUROPERFORAMNCE- EDHEC Style Rating s'appuie sur deux indicateurs : • le calcul de la fréquence de gain qui mesure la fréquence d'alpha positif sur toute la période de notation sur une base hebdomadaire , visant à identifier les gérants qui " répètent " leur performance ; • l'exposant de Hurst qui est une mesure de régularité de la surperformance, visant à apprécier la probabilité selon laquelle, lors d'une souscription, la surperformance ne soit pas trop différente de celle constatée au moment de la prise de décision.
  12. 12. 5 ROLES Fund promoter The person who or entity that initiates the creation of a fund and who determines the nature of the fund to be created. Custodian / depositary bank Safeguards the assets of the fund. This means the depositary has a supervision mission, which implies that he must have knowledge at any time of how the assets of the fund have been invested and where and how these assets are available. The depositary bank has additional responsibilities in the case of an FCP (contractual fund). La détention de titres confère des droits (à percevoir des intérêts ou des dividendes, à être informé des souscriptions, assemblées générales, …) C’est pourquoi la détention d’un stock de titres doit être enregistrée chez un dépositaire ou conservateur dont le rôle est de tenir à jour le portefeuille de titres de ses clients. L’ensemble des dépositaires détenteurs, pour le compte de leurs clients, d’un stock dans une valeur considérée doit de plus être connu d’un dépositaire central pour cette valeur. Le dépositaire central est capable à tout instant de dire combien de titres sont en circulation et comment le stock est réparti entre les divers intermédiaires financiers. Tout achat-vente de titres se dénoue dès lors chez le dépositaire central qui est aussi partie prenante dans toutes les OST sur la valeur. Le global custody ou conservation globale est un service offert par certaines banques à d’autres investisseurs du marché. Il consiste à gérer pour le compte de ces investisseurs toutes les opérations « post-marché » liées à leurs portefeuilles de titres: • Transmission d’ ordres de Bourse dans certains cas • Le règlement-livraison: matérialisation du transfert de propriété lié à l’achat-vente des titres • La conservation: prise en compte de l’impact sur le portefeuille des événements intervenant sur la vie des titres (coupons, OST, remboursements) • Comptabilité titres et espèces • Services à valeur ajoutée: financement, calculs de rentabilité, valorisation, … Le principe de base du global custody est que le client (l’investisseur), délègue au global custodian tout ce qui n’a pas trait directement à la décision d’ investissement. Le global custodian ne se substitue donc pas à son client pour la négociation des opérations: il ne fait pas de gestion de portefeuille. Par contre il prend en charge toutes les opérations qui interviennent après la négociation. Pour ce faire, le global custodian est en relation avec un réseau de sous-dépositaires locaux, qui lui donnent l’accès aux marchés où négocient ses clients, et au dépositaire central du pays où il réside (SICOVAM en France). Le client lui n’est en relation qu’avec son custodian pour la partie post-marchés, ce qui ne l’empêche pas d’être en relation avec des courtiers ou des contreparties directes pour la négociation.
  13. 13. Transfer agent / registrar In charge of the execution of subscription/redemption orders. He holds and maintains the fund’s shareholder register. Administrative agent Calculates the net asset value of the fund. Prepares annual accounts and periodical financial reports in accordance with the laws and regulations. Paying Agent The financial institution through which dividends and other financial payments are made to investors. Domiciliary /corporate agent Provides the fund with a registered address.Provides assistance with the fund’s legal and regulatory reporting obligations, including shareholder and board of director meetings, required filings and mailing of shareholder documentation. Safeguards the fund’s prospectus and related documents. L'agent financier de l'émetteur gère la relation avec le dépositaire central, un acteur fondamental sur le marché des titres. Le dépositaire central tient à jour dans ses comptes, pour chaque émission dont il a connaissance, la quantité totale de titres émis et la quantité détenue par chaque établissement inscrit en compte chez lui (la somme des quantité détenues par chaque établissement devant bien évidemment égaler la quantité totale !). En France le dépositaire central de la quasi-totalité des émissions est Euroclear France, anciennement la SICOVAM. Chaque adhérent à Euroclear France est un dépositaire local. Tout investisseur qui n'est pas directement inscrit en compte chez Euroclear France doit ouvrir un compte chez un dépositaire local pour pouvoir détenir des titres. Or le dépositaire central ne gère à peu près que les titres émis dans son propre pays, tandis que les investisseurs tendent à internationaliser leurs placements. D'où le développement de la fonction de " dépositaire global " ou " global custodian ". Le global custodian est désigné par l'investisseur pour être son teneur de compte pour toutes ses opérations d'achat-vente de titres sur tous les marchés. Pour ce faire le global custodian se met en relation avec des dépositaires locaux sur tous les marchés de la terre, les dépositaires locaux ayant chacun en charge la relation avec le dépositaire central de leur pays. Pour être global ou local custodian, il faut être habilité à tenir non seulement des comptes titres mais aussi des comptes espèces au nom des investisseurs. Ces établissements sont donc généralement des banques Management company FCPs have no legal personality and have to be administered by a management company. SICAVs are managed by a Board of Directors and are not subject to the obligation of appointing a management company. Management company/SICAV directors are responsible for overseeing the management of a fund, which must be carried out in compliance with the prospectus and the investment policy. They may be assisted by one or more portfolio managers or investment advisers. Auditor Certifies the fund’s annual report and other reports as required by the applicable legislation and regulations.
  14. 14. Other players Certifies the fund’s annual report and other reports as required by the Luxembourg regulator / CSSF. Lawyer A number of other professionals play a role in the life of an investment fund, notably: - Lawyers (the legal adviser prepares the documents required for the creation and ongoing maintenance of the fund) - Notaries (A notary will handle the official registration of the documents of incorporation) - Communication agencies (provide publishing services for investor information documents). - Financial Advertising & Publishing companies (assist fund promoters and administrators in the publication of fund prices and corporate action notices.) 6 MIFID Markets in Financial Instruments Directive, is the new European legislation replacing the outdated Investment Services Directive (ISD). MiFID operates as a framework directive and will have an impact on all businesses, including Merchant Banking where practically all departments, on a pan-European scale will be affected. The new directive covers areas such as client order handling, promoting competition amongst trading venues, supervision… The complete implementation needs to be done by 30 April 2007 The project organisation for MiFID consists of a Steering Committee, a Core Team and several Work Groups Mifid-organisation.p articles.pdf (50 KB) df (55 KB)...
  15. 15. 7 Asset management introduction Definition Un nom barbare mais qui cache des produits connus de tous L'Asset Management ou plutôt en français la « Gestion d'Actifs » est sans aucun doute la seule partie des marchés financiers connue de tous les français. Peut-être pas le terme en lui-même, mais à coup sûr les produits qui en émanent. Un Asset Manager est en effet la société, filiale d'une banque ou d'un assureur (le statut de filiale est obligatoire depuis 1999), qui crée et gère au quotidien les produits de placements que chacun d'entre nous voit présentés sur les devantures de toutes les agences de banques et d'assurances : les Sicav et FCP. Plus simplement, l'Asset Manager est la société à qui les particuliers et les entreprises peuvent confier de l'argent pour qu'il soit géré d'où le nom de « gestion pour compte de tiers ». Particularités de la gestion sous mandat et de la gestion collective La gestion pour compte de tiers se scinde en deux parties : • La Gestion Collective (60% des encours). Comme décrit plus largement dans le chapitre "Produits proposés", les produits proposés par la gestion collective sont des OPCVM. Ils sont destinés à de nombreux porteurs qui en achètent des parts. • La Gestion Sous Mandat (40% des encours). Un mandat de gestion n'a pour sa part pas de matérialisation, c'est simplement un contrat entre la société de gestion et un client : un mandat de gestion ne s'adresse qu'à un seul client. Un gestionnaire peut inclure des produits de gestion collective dans son mandat. La gestion sous mandat se divise en quatre parties : • la Gestion Institutionnelle , au sein de laquelle la gestion des réserves des contrats d'assurance vie représente la majeure partie (par rapport à la prévoyance ou aux autres réserves d'assurance). C'est par exemple le cas des Asset Managers filiales de grands groupes d'assurances. • La Gestion Privée assurée soit à titre principal par des sociétés de gestion, soit par d'autres prestataires de services d'investissement, le plus souvent des établissements de crédit (private banking) • La gestion, par délégation, de fonds communs de droits étrangers sous forme de mandat de gestion (notamment par des sociétés spécialisées en gestion alternative) ; • La gestion dédiée d'un portefeuille de valeurs non cotées par des sociétés agréées au titre du capital investissement. (Private equity) Du plus gros au plus petit Pratiquement chaque institution financière bancaire ou assurance possède une filiale d'Asset Management. Logiquement, les plus gros Asset Managers sont liés aux plus gros institutionnels et à leur capacité de collecte. Leur taille se mesure au montant des encours gérés. En France, à mars 2005 le montant des actifs gérés en gestion collective par l'ensemble des Asset Managers est de 1 098 Mds (1) d'euros (+4% sur 1 an). Il y a 480 société de gestion (1) agrées en France à août 2005. Malgré ce nombre, le marché est dominé par une poignée de très gros Asset Managers ayant largement plus de 100 Mds d'euros d'encours : • Ixis AM (370 Mds) (2) • Crédit Agricole Asset Management (355 Mds) (2) • AXA Investment Managers (345 Mds) (2)
  16. 16. • Société Générale Asset Management (267 Mds) (2) • BNP Paribas Asset Management (226 Mds) (2) Il y a ensuite une grosse dizaine de moyens gérant entre 50 et 100 Mds d'euros d'encours. • Natexis Asset Management (69 Mds) (2) • AGF Asset Management (66 Mds) (2) • Groupama Asset Management (64,5 Mds) (2) • Aviva (57 Mds) (2) Et plusieurs centaines de petits, le plus souvent spécialisés, gérant moins de 5 Mds. • Richelieu Finance (2) (1) Source : AMF (2) Sources : sites mêmes des différents Asset Managers. Chiffres datant de 2005 et intégrant le plus souvent la gestion sous mandat d'où des montants supérieurs aux 1 098 Mds d'actifs en gestion collective mentionnés ci-avant. Produits proposés Aspects juridiques En gestion collective, l'argent des clients est géré par les Asset Managers au sein de structures juridiques prédéfinies : les OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) Ces OPCVM, qui peuvent être des FCP ou des SICAV, se composent de parts vendues par des distributeurs. SICAV et FCP opèrent de façon identique mais leur nature juridique diffère : • SICAV : Sociétés d'Investissement à CApital Variable. Une SICAV est fondée par un promoteur avec l'aide d'un dépositaire. Elle est constituée pour détenir un portefeuille de valeurs mobilières et émettre des actions au fur et à mesure des demandes de souscription. Tout investisseur qui achète des actions de SICAV devient actionnaire et peut s'exprimer sur la gestion de la société au sein des assemblées générales. L'encours et le nombre de parts d'une SICAV évoluent donc jour après jour. Les parts de SICAV peuvent être achetées et vendues à n'importe quel moment par les clients. • FCP : Fonds Communs de Placement. Un FCP est créé par une société de gestion de portefeuille avec l'aide d'un dépositaire. C'est une copropriété de valeurs mobilières qui émet des parts . Le porteur de parts ne dispose d'aucun des droits conférés à un actionnaire. La gestion du FCP est assurée par une société commerciale, dite « société de gestion de portefeuille », agréée par l'Autorité des marchés financiers, qui agit au nom des porteurs et dans leur intérêt exclusif. A la différence des SICAV, les FCP ont dès leur création une durée de vie prédéfinie. Les parts de FCP ne peuvent être achetées que pendant une période précise lors de leur lancement et ne peuvent être vendues qu'à l'échéance du fonds (une vente avant l'échéance est envisageable mais avec des frais souvent très importants). Types de fonds Pour séduire un maximum de clients, les Asset Managers ont développé des gammes de fonds de plus en plus larges correspondant aux différents niveaux de risques (et donc espérances de gains) et horizons de placement souhaités par les clients. Des milliers de fonds existent non seulement en gestion
  17. 17. traditionnelle mais également de plus en plus dans les nouveaux types de gestion proposés par la gestion alternative. Gestion traditionnelle La gestion traditionnelle regroupe 4 familles d'OPCVM, chacune composée de plusieurs catégories : • les fonds « Monétaires » pour un risque nul en capital. Ils correspondent à du placement Court Terme. Ils servent principalement aux particuliers et aux entreprises pour placer leur trésorerie à court terme. Ils « rapportent » l'équivalent du taux au jour le jour du pays de la devise du fonds. Catégories associées : • Monétaires euro • Monétaires à vocation internationale • les fonds « Obligataires » pour un risque relativement maîtrisé en capital. Ils correspondent à du placement Moyen / Long Terme. La majorité de l'encours de ces fonds est investi en obligations. Le niveau de risque du fonds dépendra de la qualité des émetteurs des obligations achetées par le fonds. Cela ira du sans risque en achetant des titres d'Etats très bien notés au très risqué en investissant sur des obligations d'entreprises en difficultés financières dites « junk bonds ». Catégories associées : • Obligations et autres titres de créance libellés en euros • Obligations et autres titres de créance internationaux • les fonds « Actions » pour un risque plus important en capital. Ils correspondent à du placement Long Terme. Ils peuvent se spécialiser sur des catégories d'entreprises telles les grosses capitalisations, les « small caps », un secteur particulier, les entreprises familiales, …. Catégories associées : • Actions françaises • Actions des pays de la zone Euro • Actions des pays de la Communauté européenne • Actions internationales • les fonds « Diversifiés » pour un risque mixte. Ils correspondent à du placement Moyen / Long Terme. Ils peuvent mélanger les différents produits mentionnés ci-dessus. Globalement ces fonds ont deux modes de gestion possibles : • La gestion active qui consiste pour le gérant à choisir les titres qu'il achète de façon discrétionnaire dans un large éventail de valeurs correspondant au profil de l'OPCVM. Le gérant peut également faire appel aux produits dérivés pour couvrir les risques de son portefeuille. • La gestion passive ou gestion indicielle qui consiste à répliquer exactement un indice de référence. L'invention de ce style de gestion est partie du constat que, sur une longue période, les performances des gérants ne sont pas meilleures que celles des marchés. Remarque : Le nombre de possibilités de croisement des paramètres type de fonds, niveau de risque acceptable, zone géographique, mode de gestion, … ainsi que le nombre d'Asset Managers présents sur le marché français expliquent aisément les plusieurs milliers de fonds disponibles. En complément, dans la gestion traditionnelle il faut aussi mentionner les catégories de fonds spécialisés, souvent liés à des avantages fiscaux, tels les SCPI (et futurs OPCI), FCPE, FCPR et FCPI.
  18. 18. • SCPI : Société Civile de Placements Immobiliers. Société autorisée à faire publiquement appel à l'épargne, ayant exclusivement pour objet d'acheter, d'entretenir et de gérer un patrimoine immobilier locatif (d'habitation et /ou d'entreprise) pour le compte de ses Associés (porteurs de parts). • FCPE : Un Fonds Commun de Placement d'Entreprise est un OPCVM réservé aux salariés d'une entreprise ou d'un groupe d'entreprises et destiné à recevoir leur épargne salariale • FCPR : Un Fonds Commun de Placement à Risques est un fonds dont l'actif est composé, pour 50% au moins, de valeurs mobilières non admises à la négociation sur un marché réglementé français ou étranger (entreprises non cotées) ou de parts de sociétés à responsabilité limitée. • FCPI : Les Fonds Commun de Placement dans l'Innovation sont une sorte de FCPR dont l'actif doit être constitué à hauteur de 60% au moins de titres non cotés de PME française innovante. Gestion alternative : les nouveaux types de gestion La gestion alternative se compose elle aussi de plusieurs types de fonds. Seuls les 4 principaux sont mentionnés ci-dessous. • les Fonds Garantis avec un risque nul en capital. Ce sont des FCP dont le remboursement du capital est garanti à l'échéance et qui ensuite se comportent comme des fonds traditionnels tout en rapportant un peu moins. • les Fonds à Formule . Cette catégorie est nouvelle dans son appellation. Elle correspond le plus souvent à des fonds (FCP) dont le capital est partiellement garanti à l'échéance et dont la performance est définie dès leur création par des formules basées sur la performance d'indices ou de valeurs particulières. • les Fonds de Fonds qui sont investis en parts d'autres fonds. Cela permet de diffuser le risque sur plusieurs Asset Managers. • les Hedge Funds avec une plus grande liberté de gestion. Ci-dessous un tableau de répartition des encours en France par type de fonds ainsi que l'évolution 2004/2005. Mars 2005 Mars 2004 Actions 19% 17% + Diversifiés 22% 22% = Monétaires 35% 37% - Garantis 5% 6% - Obligataires 18% 18% + Organisation d'un Asset Manager Direction des Opérations La vocation première d'un Asset Manager est de gérer des fonds. La colonne vertébrale de son organisation se compose donc de tous les métiers liés aux opérations à savoir les Front, Middle et Back Office. Front Office Le cœur du métier d'un Asset Manager est la gestion « pure » des fonds : métier exercé par les gérants. Chaque gérant, spécialisé par type de fonds et souvent par zone géographique, a le plus souvent plusieurs fonds (plus communément appelés portefeuilles) à gérer. Il décide des ordres à passer pour constituer et faire vivre ses portefeuilles tout en respectant les contraintes réglementaires et
  19. 19. particulières liées. Pour cela il peut, voire doit, s'appuyer sur des études des analystes financiers et sur les orientations de gestion du comité de gestion. Pour exécuter les ordres chez les brokers ou sur les marchés, le gérant passe le plus souvent par les négociateurs (traders). Les Gérants, la table de Négociation et les Analystes constituent le Front Office. Middle Office Dans la chaîne de traitement d'un ordre, une fois l'ordre exécuté il devient une opération et c'est le Middle Office qui se charge de son bon dénouement à savoir le Règlement / Livraison. Il valide ensuite cette opération pour prise en compte par le valorisateur dans la comptabilité du portefeuille associé. Au quotidien, le Middle Office effectue également le suivi des positions et le traitement des OST simples (détachement de coupons, paiement de dividendes) comme complexes (split, attributions gratuites, …). Il suit aussi les souscriptions et les rachats de parts. Tout cela l'amène à suivre la trésorerie du jour et la trésorerie prévisionnelle des fonds et il peut d'ailleurs être amené à gérer cette trésorerie. Le Middle Office effectue enfin le rapprochement des positions front et back des portefeuilles ainsi que le rapprochement des opérations vis-à-vis des brokers, … Back Office (Valorisateur) Dès qu'une opération a été validée par le Middle Office, elle est transférée au Back Office pour être prise en compte dans la comptabilité du portefeuille. Le Back Office effectue lui aussi un rapprochement des positions des fonds mais cette fois vis-à-vis des Dépositaires (société chez qui les titres et le cash sont déposés). Surtout le Back Office valorise quotidiennement (ou plutôt selon la fréquence de valorisation prévue lors de la création du fonds) tous les portefeuilles. Cette valorisation donne pour chaque fonds une « Valeur Liquidative (VL) » qui selon les frais appliqués permet de connaître • la VL nette de souscription : montant qu'un client paie s'il achète une part du fonds. • la VL nette de rachat : montant qu'un client touche s'il vend une part du fonds. Services Supports Pour le reste de la vie des fonds, la Direction des Opérations s'appuie sur d'autres entités appelées services supports. Ils comprennent généralement le Reporting, le Marketing, le Commercial et les Systèmes d'Information (maîtrise d'œuvre, maîtrise d'ouvrage, organisation et conduite du changement). Juridique Entre autres rôles, le Service Juridique rédige la « notice » de chaque fonds. C'est la véritable carte d'identité du fonds, elle a pour vocation de définir précisément le type du fonds, les titres pouvant y être négociés, les frais, …. Cette notice doit être à tout moment consultable par les clients. Marketing / Communication Ils travaillent sur de nouveaux produits et sur les moyens de communication liés à leur commercialisation. Commercial En interne d'un Asset Manager, le service Commercial fait un travail complémentaire à celui que fait le ou les réseaux de distribution des fonds. Il s'adresse plus particulièrement aux entreprises, aux institutionnels, voire aux très gros particuliers, cible pas forcément touchée par les réseaux de distribution grand public. Reporting (et Attribution de Performance)
  20. 20. Ce service a pris beaucoup d'ampleur ces dernières années. Il produit tous les documents communiquant tant en interne qu'en externe sur les portefeuilles et leur performance. Il est souvent associé au service « Attribution de Performance » qui calcule la performance des fonds et la compare à ses éventuels benchmarks. A rythme quotidien, hebdomadaire, mensuel et/ou annuel, des milliers de documents et pages web sont créées et validées pour communiquer sur tous les portefeuilles. C'est un énorme travail et son importance est primordiale car c'est la vitrine de l'Asset Manager. Systèmes d'information (IT) et l'Organisation La aussi, ces services sont devenus prépondérants chez les Assets Managers. Ce sujet est développé dans le chapitre suivant. Services Rattachés à la Direction Générale Direction des Opérations et Services Supports sont complétés par d'autres services souvent directement rattachés à la Direction Générale : Direction Financière Elle comprend, outre la comptabilité même de la société de gestion (pas celle des fonds) et son contrôle de gestion, le pôle « Risques ». Cette entité s'assure que les différents risques externes comme internes auxquels est soumise une société de gestion d'actifs sont connus et maîtrisés. Le service des risques (de marchés et opérationnels) est dorénavant incontournable chez un Asset Manager. Les renforcements réglementaires de ces dernières années (Bâle 2 en Europe, Sarbanes Oxley aux Etats Unis) visent en effet à mieux prévenir les risques internes, généralement liés à l'absence ou l'insuffisance de contrôle, et s'assurer que des événements comme ceux de la banque Barrings ne puissent se reproduire. Moyens Généraux. Ressources Humaines. Schéma Général de l'organisation d'un Asset Manager
  21. 21. Remarques On note une tendance actuelle des Asset Managers à se recentrer sur la gestion pure (Front Office). Certains réfléchissent voire mènent à bien l'externalisation d'un maximum d'autres métiers. Le premier service à avoir été externalisé a été le Back Office. D'ailleurs, dans des pays comme le Luxembourg ou les Etats-Unis, des sociétés ne faisant que de la Valorisation existent depuis des années, elles sont le plus souvent filiales d'un ou plusieurs grands institutionnels. En France cela commence à être le cas avec par exemple EuroVL et Fastnet. Depuis quelques temps des externalisations de Middle Office ainsi que de Reporting / Performance se font jour également (State Street Banque, Natexis Investment Services) Intervenants externes aux Asset Managers Brokers Les Brokers sont les sociétés à qui les Négociateurs passent les ordres définis par les gérants. Ce sont les Brokers qui exécutent les ordres sur les marchés. Un Asset Manager peut avoir plus d'une centaine de Brokers même si ces dernières années un effort a été fait pour réduire ce nombre. Un comité Broker définit les montants d'opérations à effectuer avec chaque Broker. Ces opérations et donc les commissions payées sont censées rémunérer les conseils des bureaux d'analyse des brokers. Les Brokers sont aussi en relation avec les Middle Office de l'Asset Manager pour rapprocher les caractéristiques des opérations et suivre les dénouements. Depuis quelques années le passage d'ordres électronique est apparu. Des brokers totalement électroniques existent d'ailleurs (ex : Instinet)
  22. 22. Dépositaires Le Dépositaire assume principalement le contrôle de la régularité des décisions de gestion prises pour le compte de l'OPCVM. C'est de plus la société chez qui sont ouverts les comptes titres et cash d'un portefeuille. Il y a un seul dépositaire par portefeuille mais un Asset Manager peut avoir plus d'une dizaine de dépositaires souvent à la demande des gros clients. Valorisateurs Le Valorisateur , s'il n'est pas un service interne de l'Asset Manager, est une société valorisant au quotidien les portefeuilles d'un ou plusieurs Asset Managers. Cette valorisation d'un portefeuille suppose une valorisation de chaque ligne du portefeuille et donc une connaissance exacte des positions. Pour cela le Valorisateur a également en charge des rapprochements réguliers entre les positions qu'il a dans son outil informatique et les positions en compte chez le dépositaire. AMF L'Autorité des Marchés Financiers habilite les sociétés de gestion à gérer des fonds. Elle autorise ensuite la création des fonds et les surveille tout au long de leur vie. Les systèmes d'informations sont devenus prépondérants dans le métier de l'Asset Management. Ils sont d'ailleurs souvent le deuxième poste budgétaire (Informatique + Flux Financiers) après les salaires. Systèmes information Pourquoi une telle importance De nombreuses raisons expliquent cette place prise par l'informatique, voici les principales : Course à la taille critique Comme dans tous les secteurs la course à la taille critique est un des leïtmotiv dans l'Asset Management. Croissance externe avec synergies ou croissance interne avec de toute manière des économies d'échelles. Dans tous les cas, la volumétrie des opérations à traiter devient de plus en plus importante : plusieurs millions d'opérations par an chez un gros Asset Manager. L'automatisation maximum de ces traitements est devenue impérative. Tout ce qui mérite d'être automatisé doit l'être. Maîtrise et suivi des risques Avoir des équipes qualifiées capables de gérer des portefeuilles avec de bonnes performances c'est bien. Ne pas gâcher ces résultats par une ou des erreurs voire des malveillances c'est encore mieux. Cela implique la mise en place des systèmes de suivi des risques opérationnels et des risques de marchés. En termes informatiques, il faut limiter l'intervention humaine en automatisant le maximum de tâches, suivre qui a fait quoi (avoir une piste d'audit) dans les systèmes et savoir à tout moment quels sont les risques financiers encourus et comment ils évolueraient en fonction de l'évolution plus ou moins brutale des marchés. Rapidité des marchés financiers Dans les dernières années, un besoin de traitement de plus en plus rapide des opérations est apparu. Trois jours pour dénouer une opération n'est plus acceptable, là aussi pour une question de risques. D'ici peu toute opération devra être réglée et livrée à J+1 de son exécution. Sachant que cela implique Front, Middle et Back Office de l'Asset Manager mais aussi le Broker et le Dépositaire, on imagine
  23. 23. aisément le rôle primordial de l'automatisation d'un maximum de tâches (enrichissement d'informations, flux, rapprochements). Nouveaux produits De nouveaux produits nécessitant de nombreuses opérations simultanées et liées tels les Trackers (réplication exacte d'un indice et donc 40 achats simultanés pour le CAC40), les fonds d'arbitrage (vente et achat simultanés), et bien d'autres ont rendu obligatoire la mise en place d'automates de traitement des opérations. Ces nouveaux types de fonds n'ont pu voir le jour que grâce aux nouveaux systèmes d'information. Projets structurants Concrètement, les Asset Managers se sont lancés dans plusieurs énormes chantiers informatiques pour répondre aux besoins énoncés ci-dessus. La plupart de ces chantiers sont toujours en cours même s'ils sont plutôt au stade de maintenance évolutive que de développement. Leur réussite nécessite une très forte implication des métiers concernés et souvent des réorganisations ce qui explique que les Systèmes d'Informations soient très liés aux services Organisation et Conduite du Changement. Le succès de ces projets n'est possible que par une forte volonté de la direction, la présence des moyens financiers et la mise en place d'équipes soudées comprenant : • Des utilisateurs finaux qui exprimeront leur besoins • Une maîtrise d'ouvrage qui rationalisera, synthétisera et exprimera ces besoins à travers un cahier des charges compréhensible par un service informatique interne ou par un fournisseur externe. Cette maîtrise d'ouvrage sera également garante de la conformité de ce qui sera produit par rapport aux besoins utilisateurs (phase de recette). • Une maîtrise d'œuvre interne ou des fournisseurs informatiques capables de comprendre les besoins exprimés par la maîtrise d'ouvrage et de réaliser dans les meilleurs délais et avec les solutions techniques les plus adaptées (rapidité de développement, facilité et coût de maintenance, …) les outils spécifiés. • Un service Organisation et/ou Conduite du Changement capable d'évaluer l'impact des nouveaux systèmes sur les métiers concernés. Capable de prévoir les suppressions, évolutions, reconversions, création de postes nécessaires et de communiquer au mieux pour que tout cela soit fait au court de la vie du projet. La nouvelle organisation doit être prête lors de la livraison finale du projet. Les principaux grands projets structurants sont détaillés ci-dessous. Référentiels Tout projet, de quelque importance qu'il soit, ne pourra fonctionner que s'il a de bonnes données en entrée. Ces données sont stockées dans des Référentiels . La qualité d'un référentiel tient à la qualité de ses données (sources, fréquence de mise à jour, …) mais aussi à sa facilité d'interrogation et à son évolutivité. • Référentiel Valeurs : contient toutes les Titres et Contrats négociables par les gérants dans les systèmes. Dans la théorie aucun produit financier ne peut être négocié par un Asset Manager s'il n'existe pas dans son Référentiel Valeurs. Un gros Asset Manager aura un Référentiel contenant plus de 5000 Titres et largement autant de contrats. Pour chaque Titre le nombre d'informations le caractérisant est très important. Il y a des données statiques (qui restent identiques durant toute la vie du Titre) et les données dynamiques (qui elles évoluent quotidiennement). Ces informations sont alimentées automatiquement chaque jour (voire plusieurs fois par jour voire en temps réel) par des flux d'information provenant des diffuseurs d'informations financières tels Reuters, Bloomberg, Fininfo et autres. • Référentiel Tiers : contient les caractéristiques de tous les Tiers avec qui l'Asset Manager est amené à être en relation côté opérations (Brokers, Dépositaires)
  24. 24. • Référentiel Produit : Dernier né des référentiels, il regroupe toutes les caractéristiques des fonds de l'Asset Manager. Sa vocation est plus commerciale, marketing et statistique. Remarque : Parler d'un Référentiel Valeurs est utopique, il y en a souvent plusieurs pour ne pas dire un par application. La question d'avoir un Référentiel Maître alimentant des référentiels esclaves plutôt que d'avoir des référentiels alimentés en parallèle et ensuite simplement rapprochés a été soulevée par tout le monde. Bien que plus fiable la première solution n'a été retenue que par très peu d'Asset Managers car très lourde à mettre en place. Straight Through Processing (STP) … et EAI Le STP est certainement le plus gros projet informatique d'un Asset Manager. Depuis des années, des outils Front Office, Middle Office et de Valorisation existent et sont plus ou mois (mais plutôt moins) interfacés. Le STP consiste à automatiser le maximum, voire l'ensemble, de la chaîne de traitement des opérations du passage des ordres par les gérants à leur comptabilisation dans les portefeuilles associés. Le STP « interne » interface les outils Front, Middle et Back de l'Asset Manager. Le STP « externe » automatise également les échanges avec les intervenants externes , Brokers et Dépositaires. L'intervention humaine doit être réduite à son strict minimum. Dans la théorie une seule saisie est faite et ensuite seuls quelques rajouts et validations manuels sont nécessaires tout le reste étant automatique. Cette automatisation n'est rendue possible dans de bonnes conditions qu'en s'appuyant sur un EAI puissant gérant toutes ces interfaces. Les EAI (Enterprise Applications Integration) sont des outils spécialement conçus pour interfacer des applications, en temps réel ou en Batch, tout en pouvant enrichir, transcoder, transformer, … les données échangées. Les outils suivants doivent être totalement interfacés entre eux et avec les référentiels pour avoir du « Full STP ». Outils Front Office : OMS (Orders Management System) • Passage d'ordres du gérant vers la table de négociation avec possibilité à tout moment de suivre l'état de l'ordre (en attente, exécuté partiellement, totalement exécuté). Génération d'ordres automatiques pour les portefeuilles indiciels, du rebalancement d'indice, des trackers, … • Envoi des ordres vers les Brokers et réception des exécutions . Des protocoles de passage et de réponse d'ordres électroniques sont de plus en plus utilisés. Ils sont souvent spécialisés sur des types de produits et des zones géographiques (FIX pour les actions hors Asie, …). Ce passage d'ordres électronique permet en plus de sa rapidité une première sécurité : être sûr que les caractéristiques de l'ordre sont bien les mêmes chez l'Asset Manager et chez son Broker (plus de risques d'un achat interprété comme une vente). Serveur de contraintes • Avant tout passage d'ordre, les contraintes réglementaires et les contraintes de gestion doivent être vérifiées. Ces contraintes Pré-Trade doivent théoriquement être bloquantes et empêcher tout passage d'ordre les enfreignant. Des exemples de contraintes sont : types d'instruments interdits, encours par type d'instrument à ne pas dépasser, … Un serveur de contraintes doit finalement savoir gérer en temps réel plusieurs milliers de contraintes pour un gros Asset Manager. Outil Middle Office : PMS (Portfolios Management System) • Règlement Livraison des opérations . Cette fonction n'est pas réellement couverte jusqu'à son terme par le Middle Office, il ne fait que la préparer en enrichissant les opérations de toutes les instructions de R/L nécessaires. Cet enrichissement et l'envoi de ces informations au Broker et Dépositaire doivent être automatiques ne nécessitant au maximum qu'une validation des personnes du Middle Office.
  25. 25. • Suivi des Positions . La tenue des positions de tous les portefeuilles est automatique avec prise en charge des nouvelles opérations mais aussi automatisation maximum du traitement des OST et du calcul de la Trésorerie Prévisionnelle. Réconciliation • Rapprochement des opérations et des positions . Le rapprochement des caractéristiques complètes (IRL et frais compris) des opérations doit être fait e entre les Middle Offices de l'Asset Manager et du Broker. Des outils automatiques (Global Oasys, Alert, CTM) existent et doivent être interfacés dans les systèmes. Un rapprochement en interne doit aussi être fait entre le Middle et le Back Office mais cette fois le plus souvent uniquement sur les positions. Outil Back Office : Valorisation • La vocation première voire unique d'un outil Back Office et est la Valorisation de chaque portefeuille . Pour cela lui aussi doit être capable d'impacter les portefeuilles des OST, de connaître les S/R et de calculer la Trésorerie Prévisionnelle , ces données étant rarement transmises par l'outil Middle Office. Une fois cela maîtrisé il faut surtout que l'outil Back Office soit capable de valoriser chaque ligne de chaque portefeuille. Les Risques Risques Opérationnels A tout seigneur tout honneur, parlons du BCP ou plan de continuité ou plan de secours. Il a été très en vogue avant les passages à l'an 2000 et à l'euro. Il a consisté à répliquer en plus petit l'intégralité du système d'information de la société pour permettre une « continuité » de l'activité en cas de catastrophe majeure. Aujourd'hui pratiquement tous les Asset Managers ont leur plan de continuité et il n'y a plus trop de travail autour de ce sujet. D'autres risques opérationnels doivent être suivis pour être en conformité avec telle ou telle réglementation. Citons par exemple Sarbanes Oxley ou Bale II. Des progiciels existent mais les développements internes sont encore fréquents sur ces sujets. Risques de Marchés Savoir comment évoluerait son portefeuille en cas de décalage des marchés est depuis longtemps un souci des Asset Managers. Des progiciels spécialisés existent, ils doivent être interfacés avec les PMS ou les outils de Valorisations pour avoir tout leur sens. Reporting / Mesure de Performance … Dataware Véritable vitrine des portefeuilles d'un Asset Manager, le service Reporting a dû se doter de systèmes informatiques souvent assez lourds pour répondre en temps et en heure à la production de tous les documents qui lui sont demandés. Le Reporting doit pour chaque fonds créer des documents présentant ses performances sur des périodes de temps variables, les comparer à son indice, éventuellement les comparer à celles d'autres fonds. Il doit également pouvoir donner la performance répartie par poche s d'actifs, secteurs d'activités et ce selon la finesse d'information attendue par le client. De plus la fréquence de publication de ces documents est le plus souvent quotidienne. Tout cela ne peut se faire qu'avec un système performant ayant déjà en partie retraité les données des portefeuilles et de leurs benchmarks. La création d'un DataWare a souvent été la solution, lié à des alimentations automatiques incluant les calculs de performances. Les progiciels spécialisés Un des impératifs des progiciels spécialisés dans l'Asset Management est d'être capable de traiter tous les types de produits pouvant entrer dans la composition d'un portefeuille, ce qui quelque part veut dire tous les types de produits un point c'est tout. Le périmètre de produits financiers à traiter est donc très vaste. Le revers de la médaille est qu'ils ne peuvent être aussi pointus sur le traitement d'un produit précis qu'un progiciel qui serait dédié à ce produit.
  26. 26. Les progiciels peuvent globalement se regrouper selon leur couverture métier (aucun n'étant un Front To Back intégré). Voici quelques exemples : • Front Office : Sophis • Front et Middle Office : Décalog • Back Office : Global Portfolio • Risques de Marchés : Panorama • Reporting : Bi-sam • EAI : Datastage TX OPCVM Définition Les OPCVM : Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières sont des sociétés ou quasi- sociétés dont l'activité consiste à investir sur les marchés l'épargne collectée auprès de leurs porteurs de parts. L'activité des OPCVM appartient donc à la gestion collective d'actifs, ce qui la distingue à la fois : • de la gestion pour compte propre : l'OPCVM investit des fonds collectés auprès de tiers (gestion pour compte de tiers) et non ses propres fonds (gestion pour compte propre). • de la gestion sous mandat : l'OPCVM investit collectivement des fonds appartenant à des tiers multiples et non à un tiers unique (gestion de fortune). Au passif de l'OPCVM figurent les capitaux apportés par les souscriptions des porteurs. A l'actif de l'OPCVM figurent les instruments financiers qu'il détient. Le passif de l'OPCVM Le passif de l'OPCVM est divisé en parts détenues par les souscripteurs, qui sont donc actionnaires de l'OPCVM. Toutes les fois qu'un investisseur souscrit à l'OPCVM, celui-ci émet, en contrepartie de la somme souscrite, de nouvelles parts dont l'investisseur devient propriétaire. Une part d'OPCVM constitue une valeur mobilière, identifiée par un code ISIN, dont l'émetteur est la société de gestion de l'OPCVM et dont le cours s'appelle la valeur liquidative. L'actif de l'OPCVM L'OPCVM utilise les fonds apportés par les investisseurs pour investir sur les marchés. L'actif de l'OPCVM est donc constitué de toutes les valeurs (actions, obligations, TCN, produits dérivés, …) qu'il détient. Le gestionnaire de l'OPCVM n'est pas absolument libre de ses choix d'investissement : ceux-ci sont encadrés par la réglementation et par les orientations de gestion de l'OPCVM définies lors de sa création. La valeur liquidative L'actif de l'OPCVM varie constamment en fonction des variations des cours des valeurs mobilières. La somme totale des actifs détenus, valorisés au cours du jour, divisée par le nombre de parts en circulation, constitue ce qu'on appelle la valeur liquidative de l'OPCVM, il s'agit donc de la valeur de la part de l'OPCVM. Ainsi, le passif de l'OPCVM, égal au nombre de parts émises multiplié par la valeur de la part, la valeur liquidative, varie constamment, pour 2 raisons : d'abord parce que le nombre de parts en circulation
  27. 27. varie en fonction des souscriptions et des rachats de parts, ensuite parce que la valeur de la part elle- même varie constamment. D'où le nom d'une catégorie bien connue d'OPCVM, les SICAV : Société d'Investissement à Capital Variable. Le fonctionnement L'OPCVM « vit » de la manière suivante : Le passif est alimenté par les souscriptions des investisseurs finaux, qui reçoivent des parts en échange des fonds qu'ils apportent. Une ou plusieurs parts sont créées lors de chaque nouvelle souscription. Réciproquement, les rachats consistent pour l'investisseur à « récupérer » l'argent investi, augmenté si la valeur liquidative de l'OPCVM a crû pendant la période durant laquelle il a détenu les parts, ou diminué si l'OPCVM a fait des pertes… chaque rachat a pour effet de détruire une ou plusieurs parts de l'OPCVM. Les souscriptions / rachats se font au prix (valeur liquidative) du jour d'exécution de l'ordre. Certains OPCVM cotent tous les jours, c'est-à-dire que la valeur liquidative est calculée quotidiennement. D'autres ne cotent qu'une fois par semaine, voire une fois par mois. Un OPCVM peut être à cours « connu », c'est-à-dire que la valeur liquidative du jour J est calculée le jour J. C'est le cas des OPCVM actions. Les ordres de souscription / rachat peuvent être exécutés le jour même où ils ont été reçus dans ce cas. Mais il peut être également à cours « inconnu », dans ce cas la valeur liquidative est connue à J+1, voire « super inconnu » (J+2). Les ordres de souscription / rachat ne sont exécutés que le lendemain ou le surlendemain de la réception de l'ordre. L'actif est alimenté par les décisions d'investissement de la société de gestion. Celle-ci intervient sur les marchés réglementés par l'intermédiaire des sociétés de gestion, ou sur les marchés de gré à gré par l'intermédiaire de brokers. L'exécution et le règlement / livraison des opérations est ensuite du ressort du dépositaire de l'OPCVM. Catégories d'OPCVM La gestion collective est encadrée par une directive européenne qui définit les fonds dits « coordonnés » ou UCITS (Undertaking for Collective Investment Schemes in Transferable Securities). Tous les fonds émis ne se conforment pas à cette réglementation, qui n'est pas adaptée aux nouvelles tendances de la gestion d'actifs (cf. hedge funds). Les OPCVM peuvent être classés suivant leur structure juridique : • les SICAV (Société d'Investissement à Capital Variable) disposent de la personnalité morale. • Les FCP (Fonds Commun de Placement) sont des copropriétés de valeurs mobilières, avec une capitalisation minimum inférieure à celle des SICAV • Les FCPE (Fonds Commun de Placement d'Entreprise) sont réservés à la gestion de l'épargne salariale. • Les FCPR (Fonds Commund de Placement à Risques) et FCPI (Fonds Communs de Placement dans L'innovation) sont investis pour partie dans des sociétés non cotées. Les OPCVM peuvent également être classés en fonction de leurs orientations d'investissement, qui définissent également leur profil de risque : • Actions, avec éventuellement une spécialisation par zone géographique, taille des sociétés, secteur. • Monétaires : investis dans les TCN et les dépôts (prêts). • Obligations • Diversifiés • A formule : l'objectif de gestion bénéficie d'une garantie, en général sur le capital investi.
  28. 28. • Les fonds de fonds (multi gestion) : ces OPCVM sont investis dans des parts d'autres OPCVM. Enfin ils peuvent être distingués en fonction de leurs styles de gestion : • La gestion active consiste pour le gérant à choisir de façon discrétionnaire dans un large éventail de valeurs correspondant au profil de l'OPCVM. Le gérant peut faire appel aux produits dérivés pour couvrir les risques de son portefeuille. • La gestion passive ou gestion indicielle consiste à répliquer exactement un indice de référence. L'invention de ce stye de gestion est partie du constat que, sur une longue période, les performances des gérants ne sont pas meilleures que celles des marchés. • Les trackers sont des OPCVM indiciels cotés en Bourse, et donc négociables, contrairement aux OPCVM habituels. • Enfin les fonds alternatifs ou hedge funds ont pour finalité d'appliquer une stratégie très ciblée avec un objectif de performance absolue. Le rôle des différents acteurs Les acteurs de la gestion sont nombreux et il est parfois difficile de savoir qui fait quoi. Tout d'abord il faut savoir que la gestion d'actifs pour compte de tiers doit être, conformément à la réglementation, isolée dans une structure dédiée, séparée de la gestion pour compte propre. C'est pourquoi les grandes banques et compagnies d'assurances ont toutes leur filiale dédiée à la gestion d'actifs, généralement affublée du suffixe « AM », pour « Asset Management » (gestion d'actifs). De fonction de support interne aux banques, la prestation de services aux asset managers tend à devenir une activité spécialisée et externalisée. Le développement de systèmes d'information facilitant les échanges et le traitements rapide des opérations est un enjeu stratégique pour cette activité qui est devenue une véritable industrie. Commercialisation La commercialisation des OPCVM, c'est-à-dire la recherche de nouveaux souscripteurs, est traditionnellement assurée dans les banques par le réseau d'agences de la maison mère. Il existe également des structures spécialisées dans la distribution d'OPCVM: les distributeurs. Gestion du passif La gestion du passif consiste à centraliser les ordres de souscription / rachat et à tenir le compte émetteur de l'OPCVM. Le centralisateur est l'intermédiaire chargé de centraliser les ordres de souscription / rachat, et de procéder à l'échange des fonds contre les parts d'OPCVM souscrites. Cet échange, qui correspond à une opération de règlement / livraison, peut être fait directement chez l'émetteur de l'OPCVM, mais pour une grande partie des OPCVM en France, il a lieu en Euroclear France (le dépositaire central français). La tenue du compte émetteur consiste à mettre à jour en permanence le nombre de parts en circulation de l'OPCVM, qui comme on l'a vu varie constamment. Le métier de centralisateur s'appelle dans les pays anglo-saxons, où son contenu est beaucoup plus large, "transfer agent" . L'agent de transfert met en place une structure de support aux distributeurs d'OPCVM. Il fait vraiment l'interface entre les fonds et les distributeurs, et tout en collectant et exécutant les ordres de souscription / rachat, tient les positions des distributeurs externes, calcule et enregistre les commissions qui leurs sont dues, produit le reporting aux apporteurs d'affaires. Gestion des actifs Le gérant d'OPCVM a pour mission de faire les choix d'investissement et de prendre des positions sur les marchés afin de faire fructifier les actifs qui lui sont confiés. Il s'agit d'une fonction front-office. Il est assisté dans sa démarche par des analystes financiers dont le rôle est de collecter les informations et de porter un jugement sur les sociétés cotées afin de conseiller les gérants.
  29. 29. Gestion administrative et comptable le gestionnaire administratif et comptable assure le middle et back-office du fonds. Il enregistre les opérations, transmet les instructions de règlement / livraison au dépositaire, tient les positions et suit les risques. le gestionnaire administratif et comptable est responsable également du calcul de la valeur liquidative du fonds, à moins que ce traitement ne soit externalisé vers un prestataire spécialisé. Dépositaire La fonction de dépositaire d'OPCVM est encadrée par l'AMF (Autorité des Marchés Financiers), qui définit son rôle et ses obligations dans un cahier des charges précis. L'instruction relative aux missions et moyens du dépositaire d'OPCVM peut être consultée à l'adresse suivante: http://www.amf- france.org/documents/general/3912_1.pdf Le dépositaire constitue un dossier précis sur le fonds, comprenant les documents visés par l'AMF produits lors de la constitution de l'OPCVM (fiche d'agrément, notice d'information). le dépositaire assure le règlement / livraison et la conservation des actifs du fonds: il a la garde des actifs du fonds, tient à jour ses comptes titres et espèces, reçoit ses ordres de règlement / livraison et les exécute en relation avec le dépositaire central ou des dépositaires locaux étrangers, enfin informe le fonds des opérations sur titres (OST) intervenant sur ses portefeuilles et les traite. Le dépositaire contrôle la régularité des décisions de l'OPCVM. (Fonction de contrôle dépositaire, cf. ci- dessous). Accessoirement, le dépositaire peut assurer, mais ce n'est pas toujours le cas, la gestion du passif du fonds. Contrôle dépositaire Le contrôle dépositaire consiste à vérifier la régularité des décisions d'investissement effectuées par l'OPCVM et également à vérifier le calcul de la valeur liquidative. L'activité des OPCVM étant très encadrée en France et en Europe, le contrôleur dépositaire a un rôle important et de nombreuses tâches à accomplir. La vérification par rapport au contexte réglementaire inclut la vérification des règles de composition de l'actif et des règles de répartition des risques (en particulier le risque émetteur). La vérification par rapport au contexte propre de l'OPCVM consiste à vérifier que ses investissements sont bien conformes à ses objectifs de gestion tels que décrits dans sa notice d'information. lLe contrôleur dépositaire vérifie également le calcul de la valeur liquidative effectué par le fonds. Il vérifie les documents produits par la société de gestion: rapports annuels, comptes, états périodiques. Valorisateur Le calcul de la valeur liquidative est un processus complexe, puisqu'il faut récupérer un cours ou calculer une valeur pour chacun des actifs du fonds, qui peuvent être nombreux et plus ou moins "exotiques", non cotés pour les instruments de gré à gré. Le valorisateur dispose d'outils de calcul qui lui permettent également de proposer au fonds toutes sortes de services à valeur ajoutée: reporting, analyse et attribution de performance. Hedge fund
  30. 30. La gestion alternative La gestion alternative désigne un ensemble très varié de méthodes ou plutôt de stratégies de gestion d'actifs spécialisées, techniques et concentrées sur une niche de marché bien précise. La gestion alternative se donne pour objectifs d'atteindre un niveau de performance absolue, de préférence stable, décorrélée de la tendance globale du marché, tout en minimisant les risques et en garantissant le capital investi. Nous verrons plus bas des exemples de stratégies de gestion alternative. Les outils de la gestion alternative La vente à découvert (selling short) consiste à vendre des titres que l'on ne détient pas, en espérant les racheter moins cher ultérieurement. Pour ce faire, le gérant emprunte ces mêmes titres sur la période. (En effet, lors d'un prêt de titres il y a transfert de propriété vers l'emprunteur, si bien que celui-ci a le droit de les vendre ; il lui faut seulement faire en sorte d'avoir racheté les titres au moment où il doit les rendre !) L'arbitrage consiste à exploiter des écarts de prix injustifiés, par exemple en achetant des obligations convertibles supposées sous-évaluées tout en vendant à découvert l'action sous-jacente. La recherche de l'effet de levier (« leverage ») consiste à emprunter du cash pour augmenter la taille effective du portefeuille (constitué au départ seulement des fonds apportés par les investisseurs). Le recours aux produits dérivés : options, futures ou contrats de gré à gré est fréquent, soit dans un but spéculatif, soit au contraire pour couvrir le portefeuille. La gestion alternative s'appuie aussi sur la recherche et l'analyse micro ou macro économique, qui doit permettre de trouver des opportunités soit dans les tendances de fond de l'économie ou des marchés financiers, soit en identifiant des entreprises à fort potentiel ou au contraire en difficulté. Les stratégies Les différentes stratégies se caractérisent par des ratios rendement / risque très variables. Il existe de nombreuses présentations des différentes stratégies alternatives. Se reporter par exemple au site http://www.magnum.com/ Arbitrage de convertible (convertible arbitrage) : investit dans les obligations convertibles mal cotées sur le marché. Typiquement, cette stratégie consiste à acheter l'obligation convertible, tout en vendant l'action sous-jacente à découvert. Sélection de titres (Long short Equity) : consiste à prendre des positions aussi bien longues (acheteuses) que courtes (vendeuses) sur des actions sélectionnées appartenant au même secteur ou à la même zone géographique, avec une position nette résultante plutôt longue (long bias), ou plutôt vendeuse (short bias), ou neutre (market neutral). Nécessite de bien maîtriser les outils de sélection des titres (stock picking). Macro / opportuniste (global macro) : tente de tirer profit des évolutions de l'économie globale, en particulier les évolutions de taux dues suite aux politiques économiques de gouvernements. Utilise les instruments reflétant la situation éconoique mondiale : devises, indices, courbes de taux, matières premières. Arbitrage sur produits de taux (fixed income arbitrage) : cherche à tirer profit des mouvements et des déformations de la courbe des taux. Utilise comme véhicules les titres d'Etat, les futures et les swaps de taux. Arbitrage sur fusions-acquisitions (merger arbitrage) : la possibilité d'arbitrage dans ce genre de situations (OPA, OPE) résulte de l'écart entre le prix annoncé par l'acquéreur et le prix auquel la cible se traite sur le marché. Situations spéciales (event driven) : le gestionnaire recherche les opportunités générés par des événements intervenant dans la vie des entreprises : filialisation, fusions, ou des difficultés (distressed securities) Marchés émergents (emerging markets) : investit dans les marchés en développement. Stratégie très risquée car les instruments de couverture ne sont pas toujours disponibles sur ce type de marché.
  31. 31. Etc, etc… Les Hedge funds Un hedge fund ou fonds alternatif est un organisme de gestion collective, fonctionnant sur le même principe que les OPCVM ou Mutual funds américains, mais investi dans une stratégie alternative. Contrairement aux fonds « classiques », les hedge funds obtiennent des performances généralement déconnectées de la tendance générale des marchés actions ou obligations. Remarque : to hedge signifie couvrir une position en prenant une autre position symétrique. Ceci ne signifie pas pour autant que tous les hedge funds pratiquent des stratégies « sans risque » ; cela ne leur permettrait pas d'obtenir les performances dont ils se targuent. Le métier des hedge funds est très technique et spécialisé, pratiqué généralement par des gérants expérimentés, indépendants et dont la fortune personnelle est souvent pour partie engagée dans le fonds. Les gérants sont généralement rémunérés sur les performances du fond. Du fait de la non diversification des portefeuilles (choix d'une stratégie unique) et du recours éventuellement massif aux produits dérivés, les hedge funds échappent aux catégories traditionnelles de Mutual funds. C'est donc aussi un métier peu régulé : les hedge funds sont développés aux Etats- Unis et dans les zones dites « offshore ». Un hedge fund se spécialise généralement dans une stratégie alternative précise, c'est pourquoi il en existe autant de sortes que de stratégies alternatives. Les hedge funds attirent des investisseurs fortunés et avisés, par les perspectives de résultats qu'ils offrent, quelle que soit la tendance globale des marchés. Les fonds de fonds alternatifs On attend d'un hedge fund qu'il se spécialise sur une stratégie et s'y tienne avec constance : c'est une question de transparence, et un des risques lié à l'investisement dans les hedge fund est justement un changement de style de gestion non avoué (« style drift »), si la stratégie annoncée au départ n'apporte pas les résultats escomptés. Les performances des hedge funds sont très variables ; d'autre part la volatilité étant souvent élevée, l'investisseur peut souhaiter se porter vers un fonds offrant des perspectives à long terme moins avantageuses, mais avec plus de stabilité, ce qui lui permet de sortir à tout moment du fonds. C'est pourquoi les fonds de fonds alternatifs ont été créés. Les capitaux collectés sont investis par le gérant dans un éventail de fonds alternatifs, répartis sur toutes les stratégies connues. Contrairement à ce qu'on pourrait croire il ne s'agit pas seulement de créer une sorte de « melting pot » de fonds, puis de laisser faire les gérants de chaque fonds. Un véritable travail de recherche et d'ingéniérie financière est requis pour sélectionner les gérants, évaluer les risques et choisir la répartition des actifs entre les différents fonds. Une caractéristique de la courbe de rendement d'un fonds de fonds alternatif, par rapport à la courbe de croissance du marché, est que le fonds de fonds ne « prend » jamais toute la hausse en période de croissance, mais limite la baisse au capital investi dans les périodes de crise. Pour aller plus loin Soyons clair, il n'y pas de ressources francophones didactiques dignes d'intérêt sur le web concernant les hedge funds, sauf évidemment marches-financiers.net! Par contre on trouvera des articles en anglais fort intéressants sur les sites suivants: The hedge funds association: http://www.thehfa.org/ HedgeCo.net: http://www.hedgeco.net/ Magnum funds: http://www.magnum.com/
  32. 32. 8 Risk indicators Risk analysis Standard Deviation Standard Deviation measures the dispersal or uncertainty in a random variable (in this case, investment returns). It measures the degree of variation of returns around the mean (average) return. The higher the volatility of the investment returns, the higher the standard deviation will be. For this reason, standard deviation is often used as a measure of investment risk Risk / Return analysis Sharpe Ratio A return/risk measure developed by William Sharpe. Return (numerator) is defined as the incremental average return of an investment over the risk free rate. Risk (denominator) is defined as the standard deviation of the investment returns. Sortino Ratio This is another return/risk ratio developed by Frank Sortino. Return (numerator) is defined as the incremental compound average period return over a Minimum Acceptable Return (MAR). Risk (denominator) is defined as the Downside Deviation below a Minimum Acceptable Return (MAR). Benchmark analysis Correlation Analysis (CAPM) Beta Beta is the slope of the regression line. Beta measures the risk of a particular investment relative to the market as a whole (the “market” can be any index or investment you specify). It describes the sensitivity of the investment to broad market movements. For example, in equities, the stock market (the independent variable) is assigned a beta of 1.0. An investment which has a beta of .5 will tend to participate in broad market moves, but only half as much as the market overall. Alpha Alpha is a measure of value added. It is the Y intercept of the regression line Correlation and Correlation Coefficient Correlation measures the extent of linear association of two variables. The Coefficient of 2 Determination ( R ) is a measure of how well the regression line fits the data (variation 2 explained by the regression line). Unexplained variation is simply 1- R Jensen Alpha The Jensen Alpha, developed by Michael Jensen, quantifies the extent to which an investment has added value relative to a benchmark. The Jensen Alpha is equal to the Investment’s average return in excess of the risk free rate minus the Beta times the Benchmark’s average return in excess of the risk free rate. Treynor Ratio The Treynor Ratio, developed by Jack Treynor, is similar to the Sharpe Ratio, except that it uses Beta as the volatility measurement. Return (numerator) is defined as the incremental
  33. 33. average return of an investment over the risk free rate. Risk (denominator) is defined as the Beta of the investment returns relative to a benchmark Tracking Error Tracking Error is a measure of the unexplained portion of an investments performance relative to a benchmark. Annualized Tracking Error is measured by taking the square root of the average of the squared deviations between the investment’s returns and the benchmark’s returns, then multiplying the result by the square root of 12. Active Premium (Excess Return) A measure of the Investment’s annualized return minus the Benchmark’s annualized return. Active Premium = Investment’s annualized return - Benchmark’s annualized return. Information Ratio The Information Ratio is the Active Premium divided by the Tracking Error. This measure explicitly relates the degree by which an Investment has beaten the Benchmark to the consistency by which the Investment has beaten the Benchmark. Information Ratio = Active Premium / Tracking Error

×