Panorama bureaux Ile-de-France 3ème trimestre 2012

501 views
466 views

Published on

• Le ralentissement du marché locatif observé depuis le début de l’année reste inchangé (-19%), mais varie notablement d’un secteur à l’autre.
• L’offre immédiatement disponible n’évolue quasiment pas ce trimestre, avec un total de 3 556 000 m², dont 22% de neuf.
• Le Quartier Central des Affaires redevient le marché le plus cher de la capitale avec un loyer prime facial de 795 €/m².
• 7,3 milliards d’euros ont été investis depuis le début de l’année, soit une hausse de 17% en un an.
• Quatre cessions de plus de 200 millions ont dynamisé le marché au 3ème trimestre.
• Les taux ont diminué de 25 points de base sur les meilleurs marchés parisiens.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
501
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Panorama bureaux Ile-de-France 3ème trimestre 2012

  1. 1. Panorama bureaux Ile-de-France3ème trimestre 2012Le marché continue sur salancéeLe ralentissement du marché locatif observé depuis le début del’année reste inchangé (-19%), mais varie notablement d’unsecteur à l’autre.L’offre immédiatement disponible n’évolue quasiment pas cetrimestre, avec un total de 3 556 000 m², dont 22% de neuf.Le Quartier Central des Affaires redevient le marché le plus cherde la capitale avec un loyer prime facial de 795 €/m².7,3 milliards d’euros ont été investis depuis le début de l’année,soit une hausse de 17% en un an.Quatre cessions de plus de 200 millions ont dynamisé le marchéau 3ème trimestre.Les taux ont diminué de 25 points de base sur les meilleursmarchés parisiens.
  2. 2. On Point • Panorama bureaux Ile-de-France – 3ème trimestre 2012 Page 2 Le QCA reste très exactement dans la moyenne parisienne avecUn marché locatif toujours une baisse de 26% par rapport au 3ème trimestre 2011. Au totalen retrait par rapport à l’an depuis le début de l’année 3 transactions de plus de 5 000 m² ont été actées (contre 5 l’année dernière), dont la signature de Rolandpassé Berger (7 800 m²) au 3ème trimestre dans « Le Magistère », rue de Lisbonne Paris 8ème.Le marché locatif ne connaît pas d’évolutions majeures. Il enregistre Si le secteur de La Défense enregistre un très léger mieux au 3 èmetoujours un retard de l’ordre de 19% par rapport à 2011. Le niveau trimestre, il reste de nouveau très en-deçà de son niveau d’activitédes commercialisations atteint près d’1,6 million de m² à fin habituel. Avec 61 000 m² placés pour le moment en 2012, il reste enseptembre (contre plus d’1,9 million de m² à la même période l’an retrait de 32% par rapport à l’an passé. Après un niveau soutenupassé). entre 2006 et 2008 (entre 240 000 et 260 000 m² placés par an), la tendance baissière n’a jamais cessé.. Aujourd’hui le marché pâtit duLe 3ème trimestre a été toutefois particulièrement actif, le meilleur manque de grande transaction et se caractérise davantage commeenregistré depuis un an. Le rebond d’activité de l’été s’explique un marché d’extensions.notamment par la concrétisation de très grandes transactions dontles conditions suspensives ont été levées. A contrario le marché du Croissant Ouest s’en sort mieux que la moyenne de l’Ile-de-France bien que le nombre de mètres carrésRebond des grandes transactions durant l’été placés baisse également (-13%). Ce marché, qui propose une offre de qualité abondante, des loyers qui redeviennent attractifs suite àAu total, 52 transactions de plus de 5 000 m² ont été des réajustements de valeurs et qui offre une très bonnecomptabilisées, dont pas moins de 24 pour le seul 3 ème trimestre. En accessibilité, séduit les entreprises ; d’autant qu’il leur permet dehausse, la part des grandes transactions représente désormais 41% limiter les risques sociaux liés à des mouvements vers des secteursdes surfaces louées. plus éloignés de la capitale. Ainsi, la Boucle Sud et Péri-Défense voient leur activité augmenter significativement par rapport à l’anPlusieurs signatures d’envergure comme celles de Thalès à Vélizy, passé (+28% et +31%).d’EDF à Palaiseau, Casino à Vitry sur Seine, Sanofi à Gentilly, laSNCF à Saint Denis ou encore Unilever à Rueil-Malmaison ont été Le marché des 1ères couronnes quant à lui acte une baisse de 20%enregistrées cet été. Toutefois la plupart de ces opérations avaient liée à un effet de base. En effet, l’an passé, la 1ère Couronne Nordété initiées il y a plusieurs mois, et étaient seulement en attente de avait enregistré la plus grande transaction de l’histoire, celle de SFRla levée des dernières conditions suspensives. pour 124 000 m², entrainant mécaniquement un fort repli en 2012. A l’inverse, les secteurs de la 1ère couronne Est et de la 1ère CouronneDans le cas des grandes opérations supérieures à 20 000 m², on Sud sont bien orientés avec respectivement une évolution de +1%parle exclusivement de clés-en-mains-locatifs et de comptes et +10%. La 1ère Couronne Sud enregistre ce trimestre deuxpropres utilisateurs dont la principale motivation demeure le transactions supérieures à 5 000 m² (les deux premières de l’année)regroupement et la consolidation d’effectifs. avec les prises à bail de l’ASN dans le « Palatis » à Montrouge et de Sanofi à Gentilly dans le cadre d’un clé-en-main locatif.Repli d’activité contrasté selon les marchés Un stock d’offres disponibles toujours conséquent avec desGlobalement tous les secteurs d’Ile-de-France sont affectés par le disparités notables d’un secteur à l’autreralentissement de l’activité locative. Paris est le premier marchétouché par ce repli d’activité (-27% en un an), à mettre en relation Certains parleront de très légère baisse, d’autres de stabilité, laavec un niveau d’offre particulièrement bas dans la plupart des réalité est que depuis 2009 le stock d’offres disponibles restearrondissements. conséquent à 3 556 000 m² à fin septembre. Le taux de vacance s’établit donc ce trimestre à 6,75% pour l’Ile-de-France. La part du neuf poursuit sa lente décrue et représente 22% de l’offre
  3. 3. On Point • Panorama bureaux Ile-de-France – 3ème trimestre 2012 Page 3immédiate (contre 26% un an auparavant). Les grandes Les mesures d’accompagnement sont toujours prégnantes. Lestransactions se sont souvent signées sur des projets non livrés et propriétaires restent très prudents et sont prêts à consentir den’impactent pas directement l’offre immédiatement disponible. Cette lourds efforts afin de remplir leurs immeubles, notamment dans destendance tend à devenir une constante du marché depuis plusieurs localisations où des risques ont été pris.mois.A Paris, les surfaces de bureaux disponibles se raréfient : - 16% endeux ans. Le taux de vacance atteint un niveau particulièrement basà 4,3% ce qui impacte le rythme des commercialisations et Perspectivesmaintient une pression sur les valeurs locatives prime faciales. ParisSud est particulièrement touché avec une résorption de 42% de sonstock depuis 2010. Dans certains quartiers parisiens, le taux de A horizon de la fin d’année, nous anticipons un volume total devacance n’excède pas les 3% (2,1% pour Paris 5/6/7 et 2,8% pour demande placée supérieur à 2 millions de m² en dépit du contexteParis 12/13), soit un niveau extrêmement bas nettement en deçà du économique incertain. En matière d’activité, les marchés de 1èreseuil de fluidité du marché. couronne (y compris le Croissant Ouest) devraient continuer à mieux s’en tirer que Paris, qui pâtit toujours du manque d’offresA La Défense, si pour le moment l’offre demeure contenue (environ immédiatement disponibles, ou que La Défense.200 000 m² disponibles pour un taux de vacance de 5,3%), lesnombreuses mises en chantier (plus de 260 000 m² livrables d’ici 2 Dans un marché globalement « offreur » dans lequel les loyers sontans) suscitent des interrogations. Dans le croissant Ouest, l’offre tirés vers le bas, les entreprises n’hésitent pas à faire jouer lademeure toujours conséquente avec plus de 900 000 m² concurrence et mènent de manière pratiquement systématique uneimmédiatement disponibles à fin septembre. Les taux de vacance renégociation de leur bail en parallèle de la recherche de nouveauxs’échelonnent de 8,1% pour la Boucle Sud à 17,8% en Péri- locaux. « En effet aujourd’hui les quartiers centraux établis offrentDéfense. des conditions locatives attractives qui incitent les entreprises à rester en place ou à déménager dans un périmètre géographiqueDans le reste de la 1ère Couronne, le Sud enregistre une hausse de proche » commente Jacques Bagge, Directeur du Départementses disponibilités immédiates, tandis que dans le Nord et dans l’Est Agence de Jones Lang LaSalle. L’hypothèse de déménager enle niveau d’offre reste inchangé. seconde périphérie semble donc moins évidente (sauf peut-être pour les très grands clés-en-main locatifs) dans un marchéLe QCA redevient le marché le plus cher de la capitale favorable aux entreprises, le différentiel de loyer entre les sites tertiaires centraux et les sites périphériques ayant tendance àOn peut retenir que le QCA reprend sa position de marché le plus s’écraser.cher de la capitale devant le secteur de la rive gauche (5/6/7 èmearrondissements) qui l’avait détrôné l’an dernier suite à une série de Le niveau de l’offre disponible ne devrait pas augmenter dans lestransactions autour de 830 €/m². Le QCA entérine même une légère mois qui viennent, l’essentiel des mètres carrés livrables en 2012hausse de son loyer prime qui passe ce trimestre de 770 à étant largement pré-commercialisés. Le marché parisien reste parmi 795 €/m² (+3,25%). On atteint même 805 €/m² pour le Triangle les marchés européens dont la vacance est réduite.d’Or. En 2013, le nombre de projets neufs ou restructurés est orienté à laNous retrouvons de nouveau un marché à deux vitesses en Ile-de- hausse, après deux années de creux de livraisons. Au totalFrance avec, dans Paris une tendance dominante à la stabilité des 850 000 m² devraient sortir de terre. 46% sont à ce jour déjà pré-valeurs (à l’exception des 5/6/7ème arrondissements à la baisse), et loués. Peu d’opérations sont aujourd’hui lancées en blanc, lesune baisse des valeurs dans le Croissant Ouest qui présente une propriétaires étant toujours dans une logique d’aversion au risque.offre locative élevée. A La Défense, le loyer prime est en baisse etse positionne désormais à 530 €/m², faute de grandes transactionsenregistrées dans des immeubles neufs.
  4. 4. On Point • Panorama bureaux Ile-de-France – 3ème trimestre 2012 Page 4Le marché del’investissement poursuit sursa lancéeLes grandes transactions ont, une fois encore, fortement Les investisseurs allemands, absents à l’acquisition au 1er semestredynamisé le marché au 3ème trimestre (à peine 3% des capitaux investis), et dés-investisseurs nets en début d’année, sont revenus à l’acquisition cet été, et ont représentéAu 3ème trimestre 2012, le marché de l’investissement en Ile-de- 20% des capitaux investis sur le marché francilien. On retiendraFrance a poursuivi sur la bonne dynamique insufflée au 1er ainsi l’acquisition de l’opération « CityZen » par UNION, celle dusemestre. Ainsi, au cours de l’été, ce sont près de 2,5 milliards siège de l’EXPRESS rue de Châteaudun à Paris par ALLIANZ oud’euros qui ont été investis en immobilier banalisé, portant le total encore la vente de « Forum 52 » à Issy-les-Moulineaux à RREEFsur les 9 premiers mois de l’année à 7,3 milliards d’euros, en (transaction Jones Lang LaSalle).hausse de 17% par rapport à l’an dernier à la même période. Les investisseurs français restent très actifs, surtout sur le segmentSi, au 2ème trimestre, trois ventes de plus de 500 millions d’euros des transactions inférieures à 100 millions d’euros (70% desreprésentant à elles seules plus de 1,5 milliard d’euros avaient été capitaux investis) ; les SCPI bénéficiant d’une collecte record sefinalisées, au 3ème trimestre ce sont de plus petites cessions qui ont positionnent sur des actifs de plus en plus grands. On retiendradynamisé le marché. Cinq ventes de plus de 100 millions d’euros néanmoins que deux institutionnels français (CNP et CARDIF) seont été enregistrées, dont quatre de plus de 200 millions d’euros : le sont portés acquéreurs de l’une des grandes opérations dupartenariat de NORGES avec GENERALI sur un portefeuille d’actifs trimestre, l’immeuble « Liberté 2 » à Charenton-le-Pont.parisiens, l’acquisition par UNION de « CityZen » à Bois Colombes,celle d’ADIA du « 90 boulevard Pasteur » à Paris, et enfin la cession « Le marché immobilier continue à exercer une forte attractivitéde l’ensemble « Liberté 2 » à Charenton-le-Pont à CNP et CARDIF. auprès des investisseurs, offrant une confortable prime de risqueDepuis le début d’année on dénombre 18 transactions de plus de par rapport aux taux obligataires » affirme Stephan von Barczy,100 millions d’euros en Ile-de-France représentant 4,3 milliards Directeur du Département Investissement de Jones Lang LaSalle.d’euros : 73% des capitaux investis proviennent d’investisseurs « Ainsi, les assurances vie, dont une partie des placementsétrangers. obligataires arrive chaque année à échéance, et qui doivent assurer un niveau de rémunération suffisant à leurs épargnants (qui n’estPoursuite des acquisitions des fonds souverains et retour des plus assuré par les obligations françaises actuellement), seinvestisseurs allemands positionnent sur le marché de l’investissement immobilier », poursuit-il.Amorcée depuis plusieurs mois, le marché a poursuivi sa ré-internationalisation cet été, les investisseurs internationaux ont 60% des capitaux ont été investis à Paris intra-murosreprésenté plus de la moitié des investissements réalisés depuis ledébut de l’année. Les fonds souverains – déjà très actifs au 2ème Paris intra-muros capte plus de 60% des investissements réalisés àtrimestre – se sont de nouveau positionnés sur les plus grandes fin septembre sur le marché francilien. Cette forte proportionopérations finalisées au cours de l’été. ADIA s’est positionné sur le s’explique par les très grandes transactions réalisées depuis le« 90 boulevard Pasteur », et NORGES, qui avait fait une entrée début de l’année avec les différents fonds souverains sur des actifsremarquée sur le marché parisien l’an dernier, confirme de nouveau parisiens.son intérêt pour Paris. Cependant au 3ème trimestre, deux des quatre plus grandes cessions ont été réalisé en-dehors de Paris. Ces deux transactions, ont respectivement été acquises par CNP et CARDIF à Charenton-
  5. 5. On Point • Panorama bureaux Ile-de-France – 3ème trimestre 2012 Page 5le-Pont et par UNION à Bois-Colombes, sur des actifs de grande Les investisseurs restent toutefois prêts, dans certains cas, à sequalité et offrant un cash-flow sécurisé sur le long terme. positionner à des niveaux de taux de rendement inférieurs pour des produits dont le cash-flow est sécurisé sur une longue période etEncore une fois, le marché de La Défense est en très net retrait surtout pour des produits de taille moyenne (50 millions d’euros)avec seulement un peu plus de 200 millions d’euros investis depuis présentant les caractéristiques de l’immeuble « trophée » (situésle début d’année. Le volume unitaire des actifs ainsi que les dans Paris, pierre de taille, prestations haut de gamme).performances du marché locatif en très nette baisse, conjugué à Par conséquent, nous constatons une baisse des taux de 25 pointsune pénurie de financement bancaire, expliquent toujours la de base sur les meilleurs marchés parisiens. Ainsi dans le Triangledésaffection des investisseurs pour ce secteur. Notons néanmoins d’Or, les taux prime à la fin du 3ème trimestre 2012, se positionnentque la mise en vente du « Praetorium » : immeuble neuf de 10 000 dans une fourchette comprise entre 4,50 % et 5,00 %.m², certifié HQE, vacant depuis 3 ans, a rencontré un vif succès et asuscité une compétition à l’acquisition auprès des investisseurs. PerspectivesDeux nouvelles VEFA enregistrée au 3ème trimestreCe trimestre, deux nouvelles transactions en VEFA ont été Compte-tenu de la dynamique du marché de l’investissement àenregistrées, UNION s’est porté acquéreur de « CityZen » à Bois- l’issue du 3ème trimestre, et des produits actuellement sur le marché,Colombes (ensemble loué entièrement à COFACE et GRT GAZ) nous anticipons que le volume total d’ici la fin de l’année devraitpour 240 millions d’euros. AXE PROMOTION a cédé son opération dépasser notre estimation initiale, pour se situer entre 10 et 12en blanc « Briot » à Massy pour un montant estimé à 25 millions milliards d’euros, soit une performance équivalente à celled’euros. Ce sont ainsi plus de 800 millions d’euros qui ont été enregistrée l’an dernier. Rappelons que l’année 2011 avait étéinvestis sur des VEFA depuis le début de l’année. fortement dynamisée par l’expiration de l’avantage fiscal lié à l’article 210-EDeux portefeuilles d’entrepôts logistiques cédés au cours del’étéSi les bureaux continuent à capter la très grande majorité descapitaux avec 80% des montants investis, on pourra retenir lacession de deux portefeuilles logistiques ce trimestre : FONCIEREEUROPE LOGISTIQUE a cédé un portefeuille de 13 actifs françaisdont 5 se situent en Ile-de-France pour un montant estimé à 124millions d’euros. Quant à GECINA, qui avait annoncé en 2010 savolonté de se désengager de la logistique, après la cession d’unepartie de son portefeuille à CARVAL INVESTORS l’an dernier,BLACKSTONE s’est porté acquéreur de 29 actifs logistique pourplus de 220 millions d’euros (transaction Jones Lang LaSalle), 7actifs de ce portefeuille se situent en Ile-de-France et sont estimés àprès de 70 millions d’euros.Légère baisse des taux de rendement sur les meilleurs actifsparisiensLes taux de rendement prime sont restés globalement stables au3ème trimestre sur les marchés parisiens secondaires et ceux de laPremière Couronne.
  6. 6. On Point • Panorama bureaux Ile-de-France – 3ème trimestre 2012 Page 6Les indicateurs clés de marché au 3ème trimestre 2012(Sources : Jones Lang LaSalle/Immostat) Evol. demande Taux de vacance Demande placée (m²) Offre Immédiate (m²) Loyer "prime" calculé Loyer moy. de 2ndeSecteur Immostat placée immédiat au 30 sept. au 30 sept. 2012 au 30 sept. 2012 (€/m²/an) main (€/m²/an) (3T2012/ 3T2011) 2012QCA 231 404 -26% 339 000 5,0% 795 522Paris Centre Ouest (hors QCA) 72 709 16% 114 000 6,3% 595 403Total Paris Centre Ouest 304113 -19% 453 000 5,2% 795 463Paris 5/6/7 34 747 -18% 28 000 2,1% 720 506Paris 12/13 50 996 -51% 53 000 2,8% 480 393Paris 14/15 50 354 -53% 93 000 4,6% 495 380Total Paris Sud 136 097 -46% 174 000 3,3% 720 426Paris 3/4/10/11 46 223 -23% 51 000 3,2% 460 321Paris 18/19/20 46 421 18% 44 000 3,6% 325 261Total Paris Nord Est 92 644 -7% 95 000 3,3% 460 291Total Paris Intra Muros 532854 -27% 722000 4,3% 805 393La Défense 61 117 -32% 207 000 5,3% 530 443Boucle Nord 50 808 -70% 250 000 13,9% 320 204Péri Défense 159 603 31% 297 000 17,8% 365 248Neuilly / Levallois 61 545 -17% 159 000 11,1% 465 300Boucle Sud 140 864 28% 214 000 8,1% 465 356Total Croissant Ouest 412 820 -13% 920 000 12,2% 465 2771ère Couronne Nord 100 880 -37% 262 000 11,1% 305 2401ère Couronne Est 35 667 1% 119 000 7,7% 315 2131ère Couronne Sud 66 973 10% 182 000 9,1% 350 232Total 1ère couronne 203 520 -20% 563 000 9,6% 350 228Pôle de Roissy 24 121 11% 80 000 6,7% 205 144Saint-Quentin-en-Yvelines 47 486 -38% 148 000 10,3% 210 137Marne-la-Vallée 30 750 82% 123 000 8,8% 221 1402ème Couronne Sud 180 114 1% 365 000 10,5% 240 160Reste 2ème Couronne 70 897 -18% 428 000 3,8% 255 131Total 2ème couronne 353 368 -7% 1 144 000 6,1% 255 142Ile-de-France 1 563 679 -19% 3 556 000 6,7% 795 321
  7. 7. On Point • Panorama bureaux Ile-de-France – 3ème trimestre 2012 Page 7Répartition des montants investis par secteur Immostat(Source : Jones Lang LaSalle/Immostat) Montants investis Montants investis Montants investis Montants investis Montants investis Secteur Immostat au 30 septembre 2008 % au 30 septembre 2009 % au 30 septembre 2010 % au 30 septembre 2011 % au 30 septembre 2012 % (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros)Paris Quartier Central des Affaires (QCA) 1 047 16% 773 30% 1 216 28% 1 228 20% 1 782 24%Paris Centre Ouest (Hors QCA) 80 1% 7 0% 97 2% 258 4% 139 2%Paris Sud 432 7% 323 12% 222 5% 789 12% 979 14%Paris Nord Est 85 1% 86 3% 198 4% 121 2% 179 3%La Défense 843 13% 230 9% 395 9% 64 1% 214 3%Croissant Ouest 1 764 27% 415 16% 924 21% 1 481 24% 832 11%Première Couronne 950 15% 108 4% 607 14% 555 9% 875 12%Deuxième Couronne 959 15% 272 10% 596 13% 899 14% 448 6%Portefeuille IDF 327 5% 424 16% 159 4% 852 14% 1 841 25%Total IDF 6 486 100% 2 639 100% 4 415 100% 6 245 100% 7 289 100%Répartition des montants investis par type d’actifs(Source : Jones Lang LaSalle/Immostat) Montants investis Montants investis Montants investis Montants investis Montants investis Secteur Immostat au 30 septembre 2008 % au 30 septembre 2009 % au 30 septembre 2010 % au 30 septembre 2011 % au 30 septembre 2012 % (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros) (en millions deuros)Bureaux 6 057 93% 2 188 83% 3 886 88% 5 652 91% 5 861 80%Locaux dactivité / mixtes 158 3% 169 7% 35 1% 74 1% 164 2%Entrepôts 116 2% 37 1% 215 5% 121 2% 278 4%Commerce 155 2% 245 9% 278 6% 397 6% 986 14%Total IDF 6 486 100% 2 639 100% 4 415 100% 6 245 100% 7 289 100%Taux de rendement « prime »(Source : Jones Lang LaSalle) Fourchette de Fourchette de taux de Fourchette de taux Fourchette de taux Evolution taux de rendement prime rendement prime de rendement prime de rendement prime depuis 1 an au 3T 2009 (%) au 3T 2010 (%) au 3T 2011 (%) au 3T 2012 (%)Triangle d’Or 5,75 - 6,25 4,75 - 5,25 4,75 - 5,25 4,50 - 5,00 mCité Financière 6,00 - 6,50 5,00 - 5,50 5,00 - 5,50 4,75 - 5,25 mParis 5/6/7 6,00 - 6,50 5,25 - 5,75 5,25 - 5,75 5,00 - 5,50 mParis 12/13 6,25 - 6,75 5,25 - 5,75 5,25 - 5,75 5,50 - 6,00 kParis 14/15 6,25 - 6,75 5,25 - 5,75 5,25 - 5,75 5,50 - 6,00 kParis 3/4/10/11 6,25 - 6,75 5,50 - 6,00 5,50 - 6,00 5,75 - 6,25 kParis 18/19/20 7,00 - 7,50 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 gLa Défense 6,25 - 6,75 5,50 - 6,00 5,50 - 6,00 6,00 - 6,50 kBoucle Nord 7,00 - 7,50 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 gPéri Défense 7,00 -7,50 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 gNeuilly-Levallois 6,50 - 7,00 5,75 - 6,25 5,75 - 6,25 5,50 - 6,00 mBoucle Sud 6,50 - 7,00 5,75 - 6,25 5,75 - 6,25 5,50 - 6,00 mPremière Couronne Nord 7,00 - 7,50 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 gPremière Couronne Est 7,25 - 7,75 6,50 - 7,00 6,50 - 7,00 6,50 - 7,00 gPremière Couronne Sud 7,00 - 7,50 6,25 - 6,75 6,25 - 6,75 6,00 - 6,50 m
  8. 8. Bureaux Jones Lang LaSalle FranceParis40-42 rue La Boétie75008 ParisTél. : + 33 (0)1 40 55 15 15Fax : + 33 (0)1 46 22 28 28La DéfenseImmeuble Le Berkeley19-29, rue du Capitaine Guynemer92903 Paris La Défense CedexTél. : + 33 (0)1 49 00 32 50Fax : + 33 (0)1 49 00 32 59Saint-Denis3, rue Jesse Owens93210 Saint-DenisTél. : + 33 (0)1 40 55 15 15Fax : + 33 (0)1 48 22 52 83Le Plessis-Robinson“La Boursidière”BP 17192357 Le Plessis-RobinsonTél. : + 33 (0)1 40 55 15 15Fax : + 33 (0)1 46 01 06 37Lyon55, avenue Foch69006 LyonTél. : + 33 (0)4 78 89 26 26Fax : + 33 (0)4 78 89 04 76ContactsVirginie Houzé Sophie Benaïnous Manuela MouraDirecteur Responsable Etudes ConsultanteDépartement Etudes et Recherche Département Etudes et Recherche Département Etudes et RechercheParis Paris Paris+33 (0)1 40 55 15 94 +33 (0)1 40 55 85 15 +33 (0)1 40 55 85 73virginie.houze@eu.jll.com sophie.benainous@eu.jll.com manuela.moura@eu.jll.comwww.joneslanglasalle.comCOPYRIGHT © JONES LANG LASALLE IP, inc. 2012 - Tous droits de reproduction, de représentation, de traduction et dadaptation par tous procédés réservés pour tous pays. Toute reproductionintégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, faite sans lautorisation de Jones Lang LaSalle ou de ses ayants droits est illicite (art. L. 122-4 du Code de la propriété intellectuelle) et constitueune contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Jones Lang LaSalle ne saurait en tout état de cause être tenu responsab le de tout dommagedirect ou indirect ou de toute perte subie en raison dune inexactitude ou dune incorrection de ce document.

×