• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Poster 76 microbiologie
 

Poster 76 microbiologie

on

  • 1,268 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,268
Views on SlideShare
1,141
Embed Views
127

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

4 Embeds 127

http://www.jib-sdbio.fr 123
http://www.i-professionnel.com 2
http://jib-sdbio.fr 1
http://w.jib-sdbio.fr 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Poster 76 microbiologie Poster 76 microbiologie Presentation Transcript

    • Les infections à Streptococcus agalactiae  : épidémiologie et état de résistance aux antibiotiques (2005-2010) Ben Haj Khalifa A 1 , Kheder M 1 1 – Laboratory of Microbiology, Tahar Sfar Hospital, Mahdia, Tunisia 2011 Microbiologie Microbiology Poster 76
    • INTRODUCTION
      • Le Streptococcus agalactiae (SGB) fait partie des principaux agents microbiens responsables des infections fœto-maternelles graves, souvent associés à la mortalité et de morbidité chez les nouveau-nés. Ce qui impose un dépistage de la colonisation par le SGB chez les femmes enceinte au cours du 3 ème trimestre de grossesse ainsi qu’une antibioprophylaxie intra-partum. Cette utilisation d’antibiotique pour la prophylaxie impose une surveillance de l’évolution de l’état de résistance de ces souches.
      • L’objectif de notre étude était d’étudier le profil épidémiologique des souches de S. agalactiae ainsi que leur état de résistance aux antibiotiques
    • MATERIEL ET METHODES
      • Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée sur une période de 78 mois (Janvier 2005-Aout 2010). Au cours de la quelle, nous avons colligé toutes les souches de streptocoque B isolées dans le laboratoire de bactériologie au CHU Tahar Sfar de Mahdia.
      • Le fichier informatisé Whonet 5.4 du laboratoire de bactériologie a servi de base de données. Les données exploitées ont concerné l’origine de la souche (service, type et date de prélèvement), l’âge et le sexe du patient.
      • L’isolement et l’identification des S. agalactiae ont été effectués selon les techniques microbiologiques habituelles.
    • MATERIEL ET METHODES
      • Les antibiogrammes ont été réalisés par diffusion sur milieu gélosé (gélose Columbia enrichie au sang frais) par la technique de diffusion sur gélose selon les recommandations de comité de l’antibiogramme de la société française de microbiologie CA-SFM.
      • Les données recueillies ont été saisies et analysées à l’aide du logiciel SPSS. Le test Khi  2 a été utilisé et Le seuil de signification a été fixé pour une valeur de
      • p < 0,05.
    • RESULTATS
      • Du 1 er Janvier 2005 au 30 Aout 2010, 293 souches non répétitives de SGB ont été identifiées au laboratoire au CHU Tahar Sfar de Mahdia, Tunisie, soit une moyenne de 49 souches par année (Figure 1).
      Figure 1 : Evolution de la fréquence des souches de S. agalactiae en fonction des années.
    • RESULTATS
      • Les souches de S. agalactiae représentaient 26,8% des streptocoques isolés et 2,7 % de l’ensemble des cultures positives.
      • S. agalactiae été isolé chez des patients âgés de 1 jour à 55 ans. Un pic apparaît dans la tranche d’âge de 31 à 45 ans. Nous avons eu 11 isolats chez les enfants âgés de moins de 18 ans, dont 7 chez les nouveau-nés (Figure 2).
      Figure 2 : Distribution des souches de S. agalactiae selon l’âge
    • RESULTATS
      • Parmi les 293 patients chez qui le SGB avait été isolé, 274 (93,5%) sont de sexe féminin.
      • Les souches provenaient essentiellement des sécrétions génitales (48,8 %), des urines (34,1 %) et des prélèvements périphériques chez les nouveau-nés (5,5 %) (Tableau I).
      Tableau I : Répartition des souches de SGB en fonction de la nature du prélèvement Type de prélèvement Nombre (%) Prélèvement vaginal 143 (48,8) Urines 100 (34,1) Liquide gastrique 15 (5,1) Prélèvements périphériques de nouveau-nés 16 (5,5) Placenta 9 (3,1) Autres 10 (3,4)
    • RESULTATS
      • La résistance à haut niveau aux aminosides était de 5,1% pour la kanamycine et 1,7% pour la gentamycine.
      • La résistance aux macrolides était de 25,6%, 20,8% et de 18,8% respectivement pour l’érythromycine, la lincomycine et la spiramycine.
      • Le taux de résistance à la tétracycline était de 46,7%, celle à l’association triméthoprime+sulfaméthoxazole était de 42,3%. (Figure 3).
      AMX : amoxicilline; G* : gentamicine hyperchargée (500µg); K*: kanamycine hyperchargée (1000µg); S* : streptomycine hyperchargée (500µg); E: erythromycine; L: lincomycine; SP: spiramycine; TET: tetracycline; SXT : l’association triméthoprime+sulfaméthoxazole Figure 3 : Résistance aux antibiotiques des souches de SGB
    • RESULTATS
      • L’étude de la sensibilité des souches de SGB à l’érythromycine a montré un pic en 2007 ou le taux de résistance a atteint 7,8%. En dehors de cette année, le taux était constant au alentours de 3,5%. Le même résultat a été noté avec la tétracycline et l’association triméthoprime+ sulfaméthoxazole qui ont atteint en 2007 des taux de 10,6 et 11,3% respectivement. Pour la tétracycline, après l’année 2007, on a noté une diminution progressive du taux de résistance pour atteindre en 2010 une valeur de 4,4% (figure 4).
      Figure 4 : Evolution de la résistance à l’érythromycine, à la tétracycline et à l’association triméthoprime+sulfaméthoxazole.
    • RESULTATS
      • L’analyse de la résistance des souches isolées en 2005-2010 a montré que la résistance à l'érythromycine est passé de 19,6% en 2005 à 31,2% en 2010 ( p <0,05). La résistance à la tétracycline dans le même délai a passé de 33,4 à 59% ( p <0,01).
      • De même pour la résistance à l’association triméthoprime+ sulfaméthoxazole qui a passée de 37,2% à 53,8% ( p <0,03).
    • CONCLUSION
      • Nos résultats confirme les données universelle de la sensibilité de S. agalactiae à la famille de pénicilline et appuie l'utilisation de la pénicilline pour la chimioprophylaxie intra-partum pour éviter les infections néonatales précoces à S. agalactiae . Par contre la sensibilité de S. agalactiae vis-à-vis de l’alternative thérapeutique : les macrolides, est en nette diminution.