Your SlideShare is downloading. ×
Guide environnement
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Guide environnement

539
views

Published on

Le guide pour votre association éco-solidaire

Le guide pour votre association éco-solidaire


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
539
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEJuniorsactifspour l’environnementG U I D E
  • 2. EditoNous sommes tous des associésde la planèteNotre planète est notre bien commun. Nous la voulons vivante, pour cha-cun, ici, maintenant et encore demain. S’associer, c’est avoir un objectifcommun et partager des valeurs. Faut-il attendre pour cela d’avoir l’allured’un sage aux cheveux blancs ?Que l’on soit junior, senior, nous sommes tous des associés de la planète.Alors adoptons la planète attitude !Que l’on organise un pique-nique, un concert, un voyage ou pour toutesles actions banales de la vie quotidienne, il y a une façon écologique dele faire.Ce guide regorge de bons conseils, de réflexes à avoir pour vous rassem-bler dans l’écologie. Chaque fiche pratique vous guidera pour réaliser tousles projets de votre association.Quoi que l’on entreprenne, on peut le faire en réduisant son empreinteécologique. Les grands chemins que nous voulons emprunter se parcou-rent pas à pas. Ce guide vous aidera à développer votre bon sens écologi-que, le bon sens de l’orientation sur ces grands chemins.Notre engagement est quotidien. Suivez les bons conseils de ce guide,l’écologie deviendra pour vous tout à fait naturelle ; elle sera votre bous-sole. L’écologie, ce n’est pas seulement les arbres, les fleurs et les pandas,c’est aussi une façon de vivre ensemble et de passer de la société dujetable à la société du durable.Serge ORRU, Directeur Général du WWFireirere
  • 3. I - ÉCOLO EN HERBE P4-13Intro : Mettre du vert dans nos projets collectifsTest : Votre association a-t-elle l’éco-attitude ?Fiches : • Réduire l’impact environnemental de son association • Organiser un événement sportif « vert » • Créer un club véloII - ÉCOLO AFICIONADOS P14-23Intro : Sensibiliser son entourage aux problèmes environnementauxTest : Êtes-vous prêts à sensibiliser vos camarades ?Fiches : • Sensibiliser sa classe au réchauffement climatique • Organiser une sortie naturaliste • Organiser un pique-nique bio / localIII - ÉCOLO MILITANT P24-34Intro : Militer pour que vos projets verts soient mis en placeTest : Quel militant êtes-vous ?Fiches : • Convaincre son établissement d’instaurer le tri sélectif • Mobiliser pour nettoyer son écosystème • Organiser une manifestation publiqueSommaireSommaireSommSommSommaSommaiSommaireSommaireSommaireSommaireSommaire SommaireSommaireRédaction : Elsa PEREZ Novembre 2009Graphisme : Sylvain MARCHELLIER (Agence ZZB)Impression : Crédit MutuelDirection de la publication : Alice IDRAC, Déléguée Généraleadjointe du Réseau National des Juniors Associations.
  • 4. Donner l’exempleMettre du «vert» dans nos projets et pratiquescollectives...Pour le grand public, écologie rimeaujourd’hui souvent avec « éco-gestes ».Respecter notre planète passe en effetpar de réels changements dans nos ha-bitudes quotidiennes... Mais égalementdans nos pratiques collectives. Quelquesoit l’activité de votre Junior Association,les actions ou événements que vous me-nez ont un impact sur l’environnement :déplacements, utilisation d’énergie et dematières premières, pollutions en toutgenre, etc.Être membre actif d’une association vousimpose donc une double responsabilité :celle de limiter au maximum l’empreinteécologique de vos activités d’abord, maiségalement celle de donner le «bon exem-ple» et d’informer. Une association ayantsouvent pour vocation d’influer ou d’inci-ter ses pairs, vous vous positionnez com-me des leaders d’opinion dont les prisesde position ne sont pas neutres.Les pages qui suivent vous donnerontquelques conseils pour adopter des prati-ques respectueuses de l’environnement etmonter des projets ayant un réel impactsur l’engagement de votre entourage.Mais avant de vous y plonger, testez l’éco-attitude de votre association pour mesu-rer le chemin à parcourir...4GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEÉCOLO EN HERBE
  • 5. Votre association a-t-elle l’éco-attitude?1. Vous avez fait le compte-rendu de votre dernière réunion...a. Grâce à la mailing liste des membres de l’association, un mail commun et c’est parti !b. Vous imprimez le compte-rendu en petit caractère et recto-verso.c. Un compte-rendu, c’est fait pour être lu : vous imprimez le tout avec une jolie mise en page.2. Réunion de crise avant le lancement de votre prochain événementa. Vous vous donnez rendez-vous sur Skype ou MSN, et c’est parti pour un chat endiablé.b. Rendez-vous dans un café près du lycée, vous pourrez rentrer avec les transports en commun habituels.c. Chacun enfourche sa mobylette direction le domicile d’un membre de l’association.3. Vous organisez un pique-nique. Pour le buffet ce sera :a. Des produits locaux récoltés auprès des producteurs du coin.b. Un tour au supermarché pour acheter de quoi se confectionner des sandwichs et partager.c. Sandwichs individuels, gâteaux et jus pré-emballés, c’est plus simple pour l’intendance.4. Et pour ranger les restes de votre pique-nique...a. Renseignés sur les types de tri dans la région, vous avez prévu différents bacs de tri.b. Vous avez prévu des poubelles séparées pour les emballages et les restes de nourriture.c. Une grosse benne pour tous les restes, efficacité oblige.5. Vous organisez une tombola pour récolter un peu de sous. Pour les lots vous prévoyez :a. Des objets de récup’ retapés par vos soins.b. Des T-shirts en coton bio.c. Des porte-clés et stylos jetables.6. L’endroit idéal pour un festival en plein aira. Un terrain vague accessible par les transports en commun.b. Un champ privé avec l’autorisation du propriétatire.c. Une prairie perdue dans les sous-bois.7. Avant de quitter le local de votre réunion…a. Vous débranchez les appareils en veille.b. Vous laissez charger l’ordinateur.c. Vous laissez votre ordinateur allumé, histoire qu’il mouline en votre absence.8. Vous devez imprimer un flyer pour votre événement…a. Vous éditez quelques exemplaires et envoyez tout le reste via Facebook.b. Vous recherchez un imprimeur « Imprim’vert » et choisissez du papier recyclé.c. Vous cherchez sur Internet l’imprimeur le moins cher.9. À la recherche de vaisselle pour votre évènementa. Vous vous faites prêter de la vaisselle réutilisable.b. Vous achetez des verres et assiettes biodégradables.c. Assiettes en carton, verres et couverts en plastique, c’est plus pratique.10. Une sortie en forêt…a. Vous étudiez le terrain et choisissez un endroit éloigné de toute zone protégée.b. Vous donnez des conseils aux participants afin qu’ils ne détruisent pas d’habitat naturel.c. Vous naviguez à vue… et vous vous arrêterez dès que l’endroit vous plaira.GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBE5TEST
  • 6. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEVous avez une majorité de « a »Non seulement les bonnes pratiques écologiques n’ont pas de secret pour vous,mais vous mettez en plus tout en œuvre pour les appliquer à la lettre… quelsque soient les sacrifices que vous devez consentir pour cela. Il serait dommagede ne pas mettre cette belle conscience écologique au service de vos camara-des. Passez directement aux chapitres « Ecolo expert » ou « Ecolo militant » !Vous avez une majorité de « b »Entre pratique et écologique, votre cœur balance. Vous avez conscience desbons gestes pour respecter l’environnement et les appliquez volontiers quandcela ne vous complique pas trop la tâche... et ne leste pas trop vos finances.Notre conseil : avec un peu d’inventivité et les bonnes infos, vous verrezqu’être une asso «verte» n’est pas si compliqué.Vous avez une majorité de « c »Aïe ! Manifestement, l’avenir de la planète ne vous apparaît pas commeune priorité dans le cadre de vos projets associatifs. Informez-vous sur lesdifférents problèmes environnementaux en cours aujourd’hui (réchauffementclimatique, pollution, pénurie d’eau...) et leurs conséquences dans les paysoccidentaux, mais aussi et surtout dans les pays en développement. Peut-être cela vous donnera-t-il l’envie d’améliorer vos pratiques quotidiennes etcollectives ?RÉSULTATS6
  • 7. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBERéduire l’impact environne-mental de son associationVous avez un local > Une chance... quiimplique des devoirs envers la planète.Pour réduire la facture énergétique,adoptez des réflexes simples : éteindrela lumière avant de partir, n’allumer lechauffage que quand vous êtes présentset à 19°C max, installer des ampoulesbasse consommation... Rideaux, coussinsau bas des fenêtres et tableaux de liègeau mur permettent d’améliorer l’isola-tion.Vous vous déplacez > La solution la plusécologique : chausser ses souliers ou rol-lers,enfourchersonvélo...Sic’estimpossi-ble, optez pour les transports en commun.Et lorsque la voiture est indispensable,tâchez de regrouper les voyages.Outre les conseils pour une organisationécologique de vos évènements, que voustrouverez dans la fiche pratique suivante,certaines astuces vous permettront deminimiser l’impact environnemental devos activités extérieures.Acheter « réutilisable». Pour chaque évé-nement, c’est la même histoire : on investitVous échangez > Compte-rendu de réu-nion, ordre du jour, présentation... Ceséchanges sont certes nécessaires, maisn’impliquent pas que vous déforestiez laplanète. Projetez les ordres du jour au lieude les photocopier en 15 exemplaires etprivilégiez, dès que possible, les échangespar mail. Quand vous imprimez, utilisez lepapier recto-verso, et une fois la feuilleinutilisable, triez pour qu’elle puisse êtrerecyclée.Quand vous consommez > Le thé bio etéquitable coûte quelques euros de plus,mais en vous fournissant directementauprès du fabriquant, la différence est mi-nime. Bannissez également les jetables :gobelets, couverts, eau minérale...dans l’achat de centaines de gobelets, etc.Pourquoi ne pas investir une bonne foispour toutes dans de la vaisselle lavableet réutilisable ? Le jour J, disposez à côtédu stand pique-nique un bac de lavage etun bac de rinçage, et le tour est joué ! Sil’investissement de départ est trop lourd,achetez-les en commun avec d’autres as-sociations locales.Consommation d’énergie et de matières premiè-res, transports... Quelques astuces pour réduirel’impact environnemental de votre Junior Asso-ciation.Dans votre fonctionnement quotidienLors de vos évènements7
  • 8. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEÀ SAVOIRL’empreinte écologiqueL’empreinte écologique permet de mesurer l’impact de l’Homme sur sonenvironnement. Il part pour cela d’une équation simple : si l’on divise la sur-face habitable par le nombre de personnes vivant sur terre, de quel espacechacun dispose-t-il pour vivre ? Réponse : 1,8 hectares. Plusieurs questionsportant sur les habitudes alimentaires, de transport et de consommationdes individus permettent ensuite de définir quelle surface chacun « utilise »réellement : si le résultat dépasse les 1,8 hectares, la planète n’est pas assezvaste pour assumer votre mode de vie ! Utilisable pour les individus ou lespays, l’empreinte écologique permet d’avoir une idée globale de son impactsur l’environnement, même si son calcul ne relève pas de la science exacte.D’autres outils permettent de mesurer plus précisément son impact : leBilan Carbone a ainsi été conçu de manière à calculer très précisément lesémissions de CO2liées à un lieu ou une activité.Communiquer vert > Affiches, flyers, dos-siers de presse et de présentation... Vousne lésinez pas sur le papier pour faire par-ler de votre événement. Cette communica-tion est importante, mais peut sûrementêtre réduite. Certains publics peuventêtre contactés via les réseaux Internet(Facebook, Myspace ou simple mailing). Etplutôt que d’inonder financeurs et médiasde vos courriers, sélectionnez quelquescibles prioritaires pour lesquels vous im-primerez de jolis dossiers... Les autres secontenteront d’un envoi par mail. Lorsquevous imprimez, utilisez du papier recycléou labellisé PEFC ou FSC (issus de forêtsgérées durablement). Si vous faites appelà un imprimeur, veillez à ce qu’il disposedu label Imprim’vert. Un gage de respectpour la planète...8
  • 9. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBETrois sites permettent de calculer votre empreinte écologique en ligne :Le plus didactique : Celui de la Cité des sciences part de la moyenne françaiseet vous montre, pour chacune de vos réponses, si vous réduisez ou augmentezvotre empreinte. De quoi comprendre où le bat blesse... www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/expositions/developpement-durable/calcul-empreinte-ecologique/Le plus comparatif : Celui d’Agir 21 vous permet de comparer votre empreinteécologique à celle d’un adolescent moyen, d’un homme d’affaire, d’un chinois...Le site regorge également d’outils pratiques pour mettre en place un Agenda21, idéal pour réduire son empreinte ! www.agir21.orgLe plus militant : WWF vous propose de calculer votre empreinte... mais vousincite également à prendre des engagements pour la réduire. Et pour vousrappeler à votre bonne conscience, il vous envoie même un mail...www.wwf.fr/s-informer/calculer-votre-empreinte-ecologiquePour faire votre bilan carbone : un outil simplifié a été mis en place parl’Ademe et l’association Avenir Climatique pour les établissements supérieurs.Il est testé actuellement sur les lycées... www.bilancarbonecampus.orgEt une fois vos bonnes résolutions prises, rendez-vous sur le sitewww.defipourlaterre.org : il vous permet de consigner l’engagement de votreassociation en remplissant un formulaire !Pour aller plus loin :WWW.»TÉMOIGNAGEMaxence de la Junior Association « ASIPEN » dans le Nord :« Nous avons fait le Bilan carbone de notre Junior Association cette année,et il en est ressorti que nous avons une grande consommation en électricitéet en transports ! Comme nous habitons en milieu rural, cette consommationen énergie n’est pas étonnante. Et puisque nous ne pouvons vraiment pas lamodifier, nous avons choisi de compenser cette consommation d’énergie par laplantation d’arbres : nous calculons notre équivalent en CO2 et nous partici-pons à la campagne 1€/1 arbre de l’association Planète Urgence. Nous incitonségalement notre mairie et les associations à mettre en place des procéduresliées au Développement Durable : plus de transports en commun, des pan-neaux photovoltaïques, des éco-abribus,… »9
  • 10. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEOrganiser un événementsportif « vert »Choisirun terrain neutreParce qu’elle abrite des animaux et vé-gétaux, la nature supporte mal d’êtrepiétinée, même pour l’amour du sport.Sur terre ou en mer, renseignez-voussur les zones protégées auprès de votremairie, des parcs naturels, des associa-tions (Ligue de Protection des oiseaux,France Nature Environnement...).Baliser écologiqueVotre défi : « flécher » le terrain sansmarquer la nature au fer rouge. Evitez lesmatériaux non dégradables, comme lesrubalises, au profit de matières naturellesqui ne s’incrusteront pas pour 100 ans.Logistique verteLes déchets. Optez pour un casse-croûte sans emballages : fruits et légu-mes en cagette, sandwichs à faire surplace, jerricane d’eau, couverts réutili-sables ou biodégradables (www.escar-boucle.com, www.adiserve.fr ).Et prévoyez différents bacs de tri pourles poubelles.Les toilettes. Les toilettes sèchessont peu chères à la location, facilesà monter et très écologiques. Seul hic,vous devrez nettoyer en fin de jour-née : la nature vaut bien ce sacrifice !www.ecotoilettes.netLes transports. Pour éviter la voiture,proposez un trajet en vélo ou roller, trèssport ! L’auto est inévitable ? Proposezaux parents-chauffeurs de faire du co-voiturage.Sensibiliserles participantsSur place, rappelez les règles de bonneconduite : ne pas cueillir, respecter lafaune... même les coléoptères, ne pasdéplacer les souches ou rochers quiprotègent des habitats, ne rien jeter...Pour éviter de passer pour un rabat-joie, soyez ludique : posters humo-ristiques, sketches, stands de dis-cussion… On est quand même là pours’amuser !La nature est un terrain sportif qui demandede l’entretien. Défoulez-vous sans détruire lesol que vous foulez.10
  • 11. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEÀ SAVOIRAller jusqu’à la poubelle, choisir un bac de tri, y jeter son déchet : 1 à 15minutes. La nature, elle, élimine les déchets en…400 à 800 ans pour un sac plastique ou une rubalise100 à 1000 ans pour un gobelet ou une bouteille en plastique100 à 450 ans pour un papier d’emballage (type barre de céréales)10 à 100 ans pour une canette5 ans pour un chewing-gum1 à 3 ans pour un mégot de cigarette6 mois pour une pelure de fruits3 mois pour un mouchoirLe verre est quasi indégradable. Alors à moins de vouloir laisser unmessage à votre descendance, consignez !L’ADERE (Auto Diagnostic Environnemental pour les Responsables d’Evéne-ments) est a utilisé directement et gratuitement sur le site www.evenemen-tresponsable.org. Créé entre autre par la Fondation Nicolas Hulot, l’Ufolep etl’ADEME, cet outil vous permet d’évaluer l’éco-conception de votre évènementet propose des pistes d’action et des exemples de réalisations pour aller versdes évènements plus éco-responsables.Les associations de l’Union Française des Œuvres Laïques d’Éducation Phy-sique travaillent à rendre leurs activités plus vertes. Contactez votre antennelocale : www.ufolep.orgLe site «Défi pour la Terre» évalue l’impact des activités sportives, vous livreles bonnes pratiques associatives et édite des éco-guides pour vous équiperresponsable. www.defipourlaterre.org/sport/index.phpL’association SVPlanète (un sport vert pour ma planète bleue) organise lesEco-games et conseille les organisateurs d’évènements sportifs pour dessorties plus vertes. http://svplanete.blogspot.com/Pour aller plus loin :WWW.11
  • 12. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBECréer un club véloEcologique, la bicyclette reste inaccessiblepour beaucoup de jeunes. La solution : monterun club-vélo dans votre quartier ou votre collè-ge-lycée !Le club vélo festifLe but : réunir les amateurs de bicycletteautour de moments festifs. Commen-cez par des rendez-vous informels pouréchanger bons plans bricolage et balades.Si ça prend, organisez des évènementsplus cadrés : randonnées, ateliers répara-tion, initiations au vélo acrobatique, etc.Puis partez à la conquête des réfractairesavec des «opérations séduction» : contest,parcours sportifs...Attention : pour une rando-vélo de plusde 20 personnes, avertissez la municipa-lité ou la préfecture de police.Le club vélo pratiqueVos camarades n’ont pas les moyens des’acheter un vélo ? Réparez cette injustice :L’atelier réparation : Décharges, bro-cantes… Récupérez des vélos à bas prixou gratuits et proposez aux acquéreurspotentiels de les aider à les retaper.La bourse aux vélos : Demandez auxlycéens partant pour l’université et àceux qui veulent vider leur grenier devendre leurs vieux vélos… ou de leséchanger via un système de troc.Le vélo-partage : Sollicitez des sub-ventions pour acheter une « flotte » devélos (les vieux stocks des loueurs parexemple), puis mettez-les à dispositiondes membres de l’association, moyen-nant une (petite) cotisation. Ils n’ontplus qu’à s’inscrire au planning !Le club vélo militantInciter vos camarades à rouler vert, oui.Encore faut-il des infrastructures pourse garer et se déplacer en toute sécu-rité. Ce n’est pas le cas ? Demandez àvotre proviseur d’installer des arceauxdevant le lycée. Peu coûteux, ils faci-literont l’arrivée des « bikers » et lesinciteront à emprunter ce moyen detransport.Construire des couloirs vélo est ambi-tieux, mais pourquoi ne pas envoyer àvos élus un courrier mentionnant lestrajets les plus empruntés par les ly-céens. Protéger ses étudiants en agis-sant pour l’écologie : un beau projetélectoral !12
  • 13. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEÀ SAVOIRLes voitures émettent un quart des gaz à effet de serre en France et déga-gent de nombreuses particules polluantes à l’origine de maladies pulmonai-res et de cancers. Un constat effrayant quand on sait que 25 % des trajetsmotorisés font moins d’1 kilomètre… et pourraient donc être effectués àpied ou à vélo.www.velocampus.net : Le club-vélo étudiant de Nantes est l’un des plusdéveloppés de France : conseils, événements en cours, liste de partenaires...piochez-y des astuces !www.roulonspourlavenir.com : Ce site, créé par la Macif, propose un an-nuaire de l’éco-mobilité par région, une éco-calculette pour mesurer l’impactde vos trajets...www.fubicy.org : En relation avec de nombreuses associations, la fédérationdes usagers de la bicyclette pourra vous guider vers des structures régionales.Pour aller plus loin :WWW.13
  • 14. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOAFICIONADOSDonner envieSensibiliser son entourage aux problèmes envi-ronnementaux.Vous pensez que des problèmes écolo-giques tels que le réchauffement clima-tique, la pollution, la disparition de labiodiversité pourraient menacer notreplanète si l’on ne fait rien ? Sensibiliser,c’est tout bonnement provoquer cette pri-se de conscience chez les autres, en leurexpliquant la nature des enjeux, leurs cau-ses et les moyens d’agir… En bref, qu’ilscomprennent que le changement est en-core possible, à condition que chacun ymette du sien ; parce que vous connaissezle langage, les habitudes, les contraintesde vos pairs, vous êtes sûrement mieuxplacés que les « pros » du domaine poursusciter cette remise en question. Evidem-ment cela nécessite de se documenter etde monter des actions… Mais n’est-ce pasjustement pour ça que vous avez choisi decréer ou de participer à une association ?14ÉCOLO AFICIONADOS
  • 15. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOAFICIONADOSÊtes-vous prêts à sensibiliser vos camarades ?1. Quelqu’un qui prend sa voiture pour aller acheter le pain, c’est :a. Une personne qui n’a pas de vélo et n’aime pas marcherb. Une personne qui n’a pas saisi l’ampleur des dégâts écologiques que peut causer une voiturec. Quelqu’un d’immoral qui ne pense qu’à son confort personnel2. À la fin d’une discussion, vous avez l’impression d’avoir convaincu votre interlocuteur quand :a. Il comprend votre point de vueb. Il adopte votre point de vuec. Il reconnaît que sa position était stupide3. La meilleure manière de faire prendre conscience du réchauffement climatique…a. Décrire les conséquences présentes et à venir du réchauffementb. Expliquer que nous allons tous mourir si la température globale augmente de plus de 2°c. Montrer à quel point le comportement irresponsable de certains menace la planète4. Alors que vous prenez la parole, un participant vous contredit violemment :a. Vous essayez de comprendre ce qui peut provoquer une telle animositéb. Vous répondez de plus belle : pas question de vous laisser démonter par cet anti-écologistec. Vous lui asséner une remarque cinglante soulignant son manque de jugeote5. Ce qui peut convaincre d’éteindre l’eau quand on se lave les dentsa. 15 litres d’eau s’écoulent d’un robinet en 3 minutes : de quoi faire boire au moins 5 enfants pendant une journéeb. Plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable : prenons conscience que c’est un luxec. C’est pas grand chose à faire et c’est tellement important pour la planète : ce serait vraiment débile de pas le faire.6. Vous n’avez pas la réponse à une question de l’auditoire…a.Vousavouezhumblementvotrelacuneetinvitezl’auditoireàserenseigner,avecvous,surInternetb. Vousdonnezvotreavissurlaquestion:pasbesoind’avoirlesdétailschiffréspourprendrepositionc. C’est quoi cette question ? Toujours un pour essayer de chercher la petite bête et détourner le débat des points essentiels…7. Pour un plaidoyer contre la surpêche …a. Vous récupérez des études et analysez différents avis afin d’avoir un discours clairb. Vous leur montrez des documentaires sur les thoniers, histoire de marquer les espritsc. Vous vilipendez vos camarades qui mangent du thon rouge8. Les secrets d’un bon orateur…a. Clarté et structureb. Fougue et charismec. Opinions justes et arguments percutants9. Vous créez un panneau de sensibilisation sur le gaspillage énergétique avec :a. Des camemberts montrant la répartition de la consommation pour apprendre à la réduireb. Des images de centrales à charbon pour montrer les dégâts dus au gaspillage énergétiquec. Un panneau vierge où chacun pourra inscrire son engagement10. Pour convaincre vos camarades, il faut :a. Comprendre leur point de vueb. Les faire rêver à un autre mondec. Leur montrer l’exemple15TEST
  • 16. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOAFICIONADOSVous avez une majorité de « a » : PédagoguePour vous, sensibiliser est synonyme d’expliquer. Rien de tel pour convaincrequ’une bonne dose d’arguments rationnels et un brin d’empathie. Car commentamener quelqu’un à changer sa façon de penser si vous ne comprenez pas sespositions ?Votre point fort : Discuter avec vous est tellement simple et agréable que mêmeles moins écolos ont envie de vous écouter. Idéal pour prêcher des non conver-tis… Votre point faible : Attention, à trop vouloir arrondir les angles votre dis-cours peut manquer de conviction.Vous avez une majorité de « b » : PasionariaVotre moteur, c’est la passion. La seule vue de la banquise qui fond ou d’unchasseur vous hérisse le poil et vous donne envie de lever des barricades.Vous mettez tellement de fougue dans vos discours que vous en devenezcharismatique et convaincant.Votre point fort : Votre force de conviction est sans borne. Vous donneriez envieà ce même chasseur de refaire le monde à vos côtés. Votre point faible : À troprefaire le monde, on en oublie comment agir sur la réalité. Être idéaliste c’estbien, mais peut-être faut-il parfois se rabattre sur des projets moins ambitieux,mais réalisables ?Vous avez une majorité de « c » : MoralisateurProtéger la planète est pour vous une question d’éthique, et il n’y a qu’un motpour définir ceux qui ne partagent pas cette conviction : des égoïstes. Alorsplutôt que de perdre en démonstration et en chiffres, vous préférez aborderl’essentiel : les valeurs.Votre point fort : Montrer que l’écologie fait partie d’un tout et peut devenir unevéritable philosophie incite vos interlocuteurs à revoir profondément leur modede pensée. Votre point faible : Vous avez le chic pour que vos interlocuteursculpabilisent. Rien de tel pour faire fuir ceux qui ne sont pas prêts à autantd’abnégation que vous.RÉSULTATS16
  • 17. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOAFICIONADOSSensibiliser sa classeau réchauffement climatiqueLe réchauffement climatique vous fait frissonneret vos camarades sont frileux sur le sujet ? Sensi-bilisez-les ! Objectif : leur expliquer le pourquoidu phénomène et les moyens d’agir.Quelle forme d’in-tervention ?Vous avez l’embarras du choix : expo photo,standanimé,conférence-débat...L’importantest de bien cerner votre public et ses atten-tes : plus il est mature et informé, plus l’ex-posé aura des chances de porter ses fruits.Face à des néophytes, préférez une formeplus ludique : film, exposition, jeux, etc.Préparer son inter-ventionVous serez sans doute amenés à inter-venir, alors affutez vos arguments ! Pourêtre complet, votre exposé doit passeren revue trois aspects :Les causes du réchauffement climatique.Reprenez les bases : quels indicateurs mon-trent que notre planète se réchauffe ? Quel-les en sont les causes ? En quoi l’Hommeest-il responsable ?Les effets : pour qu’ils soient plus parlants,adaptez-les à votre public en montrant enquoi ils vont les toucher.Les solutions : sensibiliser, ça n’est pas(uniquement) effrayer ! Montrez qu’il existedes moyens d’agir et que l’engagement dechacun peut encore changer la donne.Les supports de sen-sibilisationDe nombreux organismes mettent gratui-tement à disposition des kits de sensibi-lisation. Si vous tenez à les créer vous-mêmes, respectez quelques règles :Un juste équilibre entre « didactique »et « visuel » afin que votre public com-prenne bien votre propos sans pourautant s’ennuyer en avalant des lignesaux kilomètres.Favoriser l’interactivité : rien de pirequ’un public passif. Questionnaires,jeux...Être présent au maximum : soyez là pourrépondre aux questions du public.Répondre aux objec-tionsCertaines questions reviennent toujourslorsqu’on parle de changement climatique :les éco-gestes ne servent à rien, le réchauf-fement climatique est un phénomène natu-rel contre lequel on ne peut rien, pourquoiagir alors que ce sont la Chine et l’Inde quipolluent le plus, etc.Ne traitez pas les réfractaires comme desennemis incapables de comprendre la causeécologique:répondezenargumentant.C’estle meilleur moyen de les convaincre. Et sivous avez un doute sur la réponse, ne noyezpas le poisson : vous êtes là pour informer,pas pour gagner le débat! Proposez de re-chercher la réponse ensemble, faites venirun spécialiste la semaine suivante… votrecrédibilité y gagnera. 17
  • 18. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOAFICIONADOSEt après ?Sensibilisé et même motivé est vo-tre auditoire ? C’est le moment de luiproposer de s’engager concrètement :charte de bonnes pratiques dans l’éta-blissement, panneaux où chacun écrira« ses » éco-gestes... Le but : concréti-ser la prise de conscience de vos ca-marades.À SAVOIR : L’effet de serre, c’est quoi ?L’effet de serre est un phénomène naturel permettant à la chaleur du soleild’être conservée sur terre pour que l’Homme puisse y vivre. Ce sont les gaz«à effet de serre », naturellement présents dans l’atmosphère, qui cap-tent cette énergie. Le problème aujourd’hui, c’est que ces gaz (dioxyde decarbone, méthane...) se sont multipliés anormalement dans l’air en raison del’activité humaine (industrie, agriculture, habitat). Selon le GIEC*, la tempéra-ture terrestre a déjà augmenté de 0,74°C entre 1906 et 2005. Si l’on dépasseles 2°C, les conséquences pour la planète seraient catastrophiques et lacapacité de l’Homme à y vivre très compromise.*Le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat rassemble des scientifi-ques venus du monde entier, chargés d’étudier et de synthétiser les études sur le changementclimatique.»TÉMOIGNAGEAnaïg et Irène de la Junior Association « Faune et Flore pour la Vie »racontent :« Nous nous sommes promenées dans un bois et avons été étonnées par lenombre de déchets gisant sur le sol. On a alors eu l’idée de monter une actionde nettoyage et de sensibilisation auprès de classes de primaire. Nous avonsréuni le matériel, fabriqué les jeux et préparé les animations. Le matin, lesenfants, équipés de sacs et de gants, ont ramassé les déchets du parc prèsde l’école. L’après-midi, les classes ont été divisées en groupes sur différen-tes animations: un jeu de l’oie avec des questions sur l’environnement, uneintervention d’une employée de Rennes Métropole sur le tri sélectif, unefrise chronologique où l’on doit replacer les déchets suivant leur temps dedécomposition, et une animation de réalisation de guirlandes à partir de ma-tériaux recyclés... Pour finir, un goûter était organisé. Les élèves ont comprisle message et nous ont même demandé de revenir! C’était très encourageantpour notre association. Ce genre de projet peut être difficile à monter, mais lerésultat en vaut la peine.»18
  • 19. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOAFICIONADOSDe l’information :Le + complet (et le + complexe) : le site du GIEC, en anglais, recense tous sesrapports. www.ipcc.chLe + didactique : le site du «Défi pour la terre Junior», créé par l’ADEME et laFondation Nicolas Hulot, s’adresse aux lycéens :www.defipourlaterre.org/juniorsDes kits d’animation :Une animation : le CD-Rom Educapoles aborde plusieurs «dossiers pédagogi-ques», du fonctionnement du climat à l’effet de serre, adaptés à différentestranches d’âge. À commander ou télécharger gratuitement sur le sitewww.educapoles.orgUn film : Le DVD interactif «Une vérité qui dérange» contient des extraits dufilm d’Al Gore. À commander gratuitement auprès des délégations régionalesde l’ADEME, www.ademe.frUn kit de conférence : Créé par le Réseau Action Climat, il donne toute la ma-tière pour préparer une conférence autour du réchauffement climatique. Pourun public averti. 15 euros, frais de port inclus. infos@rac-f.orgUne exposition : «Alerte au climat» 15 affiches pour comprendre le réchauffe-ment climatique. Gratuit auprès des délégations régionales de l’Ademe,www.ademe.frPour aller plus loin :WWW.19
  • 20. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOAFICIONADOSOrganiserune sortie naturalisteFaire découvrir la nature sur son terrain ?Superbe… à condition d’être prudent et discretafin que passion ne rime pas avec destruction.Préparer sa sortieRepérer le terrain.Poursavoiroùobser-ver animaux et végétaux, renseignez-voussur leurs habitats, cycles de reproduction,etc. Déterminez ensuite votre parcoursexact sur une carte, puis partez en éclai-reur, évaluer la difficulté de la randonné etrepérer les « spots ».Se documenter. En tant que guide, vousdevrez connaître la faune et la flore localessur le bout des doigts ! Au cas où, amenezLe matériel. Prévoyez de bonnes chaus-sures, un sac à dos et des gourdes. Amenezégalement de quoi observer la nature sansl’agresser : jumelles, boîte-loupe, papiers etcrayons, appareil photo... Et n’oubliez pasvotre carte IGN* !L’observation. Pour les animaux, évitezles cris et mouvements brusques et mettez-vous face au vent pour qu’ils ne fuient pasen sentant votre odeur. Evitez de les toucherpournepaslesblesser.Avecuneboîteloupe,vous observerez les insectes de près... avantde les relâcher.Ne cueillez pas de végétaux, surtouts’ils ont des fleurs : ce sont leurs organesreproducteurs. Un doute sur une espèce ?Prenez-la en photo ou dessinez-la afin defaire des recherches au retour. Et assurezvous que les fruits et champignons ramas-sés sont comestibles.quand même un herbier ou des documents(pas trop lourds, il faudra les porter !) pourtrouver les réponses qui vous manquentsur place.Inscrire un petit groupe. Soyez précissur ce qui attend les participants : objectifde la balade, durée, difficulté. Rien de pirequ’un marcheur qui râle! Et limitez les ins-criptions : 10 personnes au plus, sinon vouseffrayerez les animaux.Au retour.Consignezvostrouvailles:aveccetinventairedesespècesrencontréesaufildes sorties, votre association constitueraune base de données sur les évolutions dela faune et la flore face aux agressions envi-ronnementales.* IGN : Institut Géographique NationalSur place : adopter les bons réflexes20
  • 21. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOAFICIONADOSLa Fédération des Clubs CPN (Connaître et Protéger le Nature) propose uncahier technique très complet sous le titre « Organiser une sortie nature ».Pour le commander ou trouver des conseils pratiques, rendez-vous sur le sitewww.fcpn.orgwww.gis-ifb.org : toutes les informations sur l’état de la biodiversité enFrance.www.tela-botanica.org : le réseau de la botanique francophone ouvre sesforums aux experts et amateurs de botanique. Idéal pour en savoir plus surune plante croisée au détour d’un sentier... Sur ce site vous pouvez aussitélécharger un livret recensant des opérations dans lesquelles votre JuniorAssociation peut s’inscrire (participation à l’observation de telle ou telleespèce, communiquer des informations sur tel territoire…) www.tela-botanica.org/wikini/colloquescb/documents/livret _vf.pdfwww.defipourlaterre.org : le site vous conseille sur les règles de bonneconduite en milieu naturel.Pour aller plus loin :WWW.À SAVOIREn 2007, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN)recensait 16 306 espèces sur sa liste rouge. 1 mammifère sur 4, 1 oiseausur 8, 1 amphibien sur 3 et 70 % des plantes sont menacés d’extinc-tion. L’emprise de l’Homme sur son environnement a considérablementaccéléré la cadence de ces disparitions, 100 à 1000 fois supérieures àl’érosion « naturelle » des espèces sur Terre.21
  • 22. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOAFICIONADOSOrganiser un pique-nique écoloManger écologique ne signifie pas fairepénitence. Prouvez-le en organisantun repas vert !Nourritureet écologie...Manger « écologique » ne se limite pasau bio : gaz à effet de serre, déchets,biodiversité... les problèmes sont multi-ples. Etudiez-les avant de concocter votremenu. Attention : le but premier du « com-merce équitable » est la justice dans lesrapports commerciaux Nord / Sud, pasl’écologie.Nourritureécologiqueet budgetDes astuces pour concilier pique-nique éco-logique et budget serré :Version participative. Chacun apporteun plat et explique en quoi il est écolo-gique. : une participation active qui abordeplusieurs thématiques. : il faut un public averti et une bonneorganisation.Version payante. Chacun verse unecontribution pour les « courses ». : Un repas plus varié et moins de pi-que-assiettes. : Sensibiliser, c’est aussi convaincreles pique-assiettes !Version « Système D ». Subventions,invendus, partenariats avec les produc-teurs locaux... : un repas grand public qui vous ferarencontrer les acteurs du « bien-man-ger ». : du boulot !Où trouver la nourri-ture écologique ?Les supermarchés bio : Sans conserva-teurs, leurs produits sont très périssa-bles. Récupérez leurs invendus ! (www.naturalia.fr, www.biocoop.fr )Les producteurs bios et/ou locaux  :Repérez les via la Fédération des agri-culteurs bios (www.agriculturebio.org) ou les AMAP (ces associations deconsommateurs en partenariat avec desagriculteurs locaux souvent bios pourune vente directe : www.reseau-amap.org).Au marché : On trouve tout dans lescircuits de distribution « classique »,à condition de bien chercher : origineFrance, produits de saison et non em-ballés, etc.Et soyez vigilants sur les à-côtés :nappe en tissu plutôt qu’en papier, vais-selle écologique et tri sélectif !22
  • 23. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOAFICIONADOSSur alimentation et gaz à effet de serre : avec la campagne «Des gaz àeffet de serre dans mon assiette» www.rac-f.orgSur la surpêche : avec la campagne «Et ta mer, t’y penses»www.greenpeace.fr ou www.wwf.frSur le bio : les dossiers «agriculture» du site de WWF ou de France natureenvironnement www.fne-asso.orgPour aller plus loin :WWW.À SAVOIRPollution : Pour produire plus, l’agriculture a multiplié les produits chimi-ques, surexploité les terres, etc. Le bio veut revenir à une agriculture plussaine.Biodiversité : Certaines espèces sont menacées par une surexploitation àdes fins alimentaires. A ce rythme, les poissons pourraient ainsi disparaîtred’ici à 2050.Emissions de gaz à effet de serre : plus les aliments sont exportés etconservés, plus les émissions de GES grimpent. Et produire certaines denrées,comme la viande, génère plus d’émissions que d’autres.Déchets : Un caddie pèse plus lourd en emballages qu’en consommables.Résultat : une multiplication de déchets difficiles à retraiter.23
  • 24. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOMILITANTEnvie d’agirMiliter pour que vos projets verts soient mis enplace.Révélés par les scientifiques, les problè-mesenvironnementauxontmislongtempsà être portés sur le devant de la scène.Les associations et ONG ont fait beaucouppour cette prise de conscience du grandpublic, mais également des industriels etdes forces politiques. En conduisant desexpertises, en interpellant les citoyens, enproposant des solutions techniques ou lé-gislatives... elles ont permis de faire bou-ger les choses. Beaucoup de chemin restepourtant à faire... À votre échelle, au seinde votre établissement, de votre com-mune, vous pouvez aussi faire reculer lesbarrières. Objectif : inciter les décideurs,qu’il s’agisse de votre proviseur ou dumaire de la ville, à prendre des décisionsqui vont dans le bon sens. Certains projetsavancent beaucoup plus vite quand ceuxqui font les règles vous appuient. Alorsmilitez pour les convaincre !24ÉCOLO MILITANT
  • 25. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOMILITANTQuel militant êtes-vous ?1. Vous entendez parler au JT d’une situation qui vous révolte…a. Vous cherchez un moyen d’exprimer cette révolteb. Vous vous informez pour rejoindre le groupe le plus à même de porter vos convictionsc. Vous faites des recherches pour construire un argumentaire solide2. Une manifestation s’organise dans l’enceinte de votre établissement...a. Vous vous lancez dans un discours passionné au milieu de la cour pour inciter vos camara-des à y participerb. Vous tentez de rallier à vote cause les différents syndicats, clubs et associationsc. Vous rédigez des slogans qui permettront de faire comprendre vos revendications3. Votre «modèle» en matière de lutte écologique :a. Les militants de Greenpeace, parce qu’ils vous donnent envie de vous lever de votre siègepour vous enchaîner à une centrale nucléaireb. Nicolas Hulot, parce qu’à travers le Pacte écologique, il a su rassembler les candidats desdifférents partis autour d’objectifs environnementaux, lors des présidentiellesc. Al Gore, parce qu’il a su trouver les bons arguments pour convaincre avec pédagogie dudanger que représentait le réchauffement climatique4. Les incontournables du parfait militant :a. Une banderole et un porte-voixb. Les pages politiques du Mondec. Wikipédia5. Le meilleur moyen d’intéresser les médias à une cause :a. Une «flashmob» très visuelb. Une conférence de presse permettant de prendre positionc. Une tribune expliquant les tenants et aboutissants du problème6. L’évènement écologique le plus important :a. La Journée Internationale pour le climat : des manifestations partout dans le mondeb. Les conférences annuelles de l’ONU sur le climat qui ont donné lieu au protocole de Kyotoc. Les conclusions du GIEC tous les 4 ans synthétisant toutes les conclusions des scientifiques7. Pour vous, militer au sein d’une association c’est :a. Un vecteur pour exprimer vos convictionsb. La possibilité de pouvoir émettre des revendications à plusieursc. Un cadre collectif pour réfléchir aux sujets qui vous passionnent8. Votre certitude quant à l’avenir de la planète :a. Si on n’agit pas aujourd’hui, demain il sera trop tardb. Tous les pays doivent se mettre d’accord pour une solution politiquec. Si le réchauffement dépasse les 2°, les conséquences pour la planète seront dramatiques9. En matière d’écologie, votre établissement se bougera si...a. Vous organisez un « sit-in » festif devant les portesb. Vous savez montrer aux bonnes personnes que c’est dans leur intérêtc. Vous présentez un argumentaire béton sur les avantages et désavantages de tels change-mentsTEST25
  • 26. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOMILITANT26Vous avez une majorité de « a » : L’homme de terrainPour vous, militer c’est agir. À l’image des associations aux méthodes «coupde poing», vous êtes convaincu que pour marquer les esprits et impliquer lesdécideurs, il faut des actions théâtrales. C’est pourquoi vous êtes toujours lepremier à proposer une manifestation ou à haranguer les foules. Si vos convic-tions sont profondes et que vous savez ajouter à cette fougue une pincée deréflexion, pas de doute, votre avenir se jouera dans le monde des ONG...Vous avez une majorité de « b » : Le stratègePersuadé que les grandes décisions se prennent dans les coulisses du pouvoir,votre énergie est investie dans la compréhension des rapports de force qui sejouent autour de vous. Une mesure écologique doit être mise en place dansvotre établissement ? Vous tentez de comprendre qui a intérêt à la défendre,qui s’y opposera et qui pourrait changer d’avis. Une réflexion qui vous permetde savoir utiliser les bons arguments au bon moment. Vous avez déjà pensé àfaire du lobbying ou de la politique ?Vous avez une majorité de « c » : Le technicienPour construire des argumentaires, trouver les chiffres chocs et proposer dessolutions techniques, il faut toujours un homme de l’ombre, capable de com-prendre et d’analyser les problèmes. Assidu au travail, vous êtes capable de lireles rapports les plus complexes et d’en retirer les points clés. Alors quand lesmembres de l’association ont besoin d’une explication ou de quelqu’un capabled’argumenter, ils se tournent toujours vers vous. Si vous songiez à vous orientervers la recherche, ne changez rien : c’est la bonne voie !RÉSULTATS
  • 27. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOMILITANT27Convaincre son établissementd’instaurer le tri sélectifVous séparez nourriture et serviette à la cantine,ne jetez pas vos canettes n’importe où et recy-clez vos brouillons, mais au moment de chercherdes bacs de tri adéquats… rien. Si vous initiiezvotre établissement à l’art du tri sélectif ?L’heure du bilanAvant d’installer sauvagement des sacsdans le hall du lycée, évaluez la situation :Votre établissement a-t-il déjà un sys-tème de tri ? Ne pas mettre de poubelles àdisposition des élèves, ne signifie pas qu’ilne trie pas par ailleurs. Renseignez-vousauprès des services généraux.Quelle est la nature et le volume desdéchets produits par les élèves ? Selonqu’ils jettent plus de papiers, de canettes,d’aliments, il vous faudra prévoir des bacsplus ou moins grands pour chaque type dedéchets. Menez un sondage auprès de voscamarades.Où ces déchets sont-ils produits ?Cherchez les lieux les plus courus, pour ydisposer vos bacs.Le tempsde convaincreLe but : récolter un maximum d’adhésionautour du projet. Gagnez le soutien...De l’administration : Le meilleur moyende les convaincre est de les informer dès ledébut. Vous vous imposerez ainsi commedes relais auprès des élèves pour la bonnecause, non comme des trublions critiquantl’établissement.Des équipes techniques : Impossibled’instaurer le tri sélectif sans les équipesd’entretien. Montrez-leur que vous n’êtespas là pour compliquer leur tâche, maispour chercher, avec eux, la manière la plusefficace de mener une initiative écologique.Consultez-les à toutes les étapes, vous y ga-gnerez un appui primordial.Des enseignants : Outre un relais auprèsde l’administration, ils pourront vous aider àstructurer votre projet, voire à l’inclure dansvotre cursus... et pourront organiser desséances de sensibilisation dans leurs clas-ses. Pour les impliquer, demandez à un ouplusieurs d’entre eux d’être les «parrains»du projet.Des élèves : La bonne marche du projetdépendradeleurcapacitéàjouerlejeu.Sen-sibilisez-les via un sondage : que pensent-ilsdu tri, le pratiquent-ils chez eux, seraient-ilsprêts à le faire dans l’enceinte du lycée...Le moment d’agirRédigez noir sur blanc un projet réalisteet argumenté, proposant :Un bilan de la situation : état des lieux,habitudes des élèves et objectifs... Mon-trez que vous avez su analyser la situa-tion et fixer des buts réalisables.Un plan d’action : il doit permettre desavoir comment va être organisée la col-lecte des bacs, par qui, et dans quel délai.
  • 28. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOMILITANTUne évaluation du budget : proposezune évaluation du coût de l’initiative etdes moyens de financement. Il est lé-gitime de demander à l’établissementde contribuer, mais vous aurez plus dechance de l’obtenir si vous avez démar-ché d’autres «donateurs» : région, mai-rie, appels à projets, etc.Une démarche de sensibilisation :Proposez à l’établissement de mettre enplace un programme de sensibilisationexpliquant aux élèves comment trier,mais aussi comment réduire leurs dé-chets pour alléger les poubelles de l’éta-blissement !À SAVOIRDepuis 40 ans, le volume des déchets en France a été multiplié par deux. Uneenvolée qui rend leur traitement problématique. Stockés, ils polluent l’air, lessols... et le paysage ! Et même si elle permet de les éliminer, voire de produirede l’énergie par combustion, l’incinération n’est pas sans danger : les effetsdes toxines s’échappant des cheminées sont encore mal évalués. Trier lesdéchets permet donc de mieux les valoriser en distinguant ceux qui pourrontêtre réutilisés (électroménager), recyclés (papier, plastiques, verres) ouutilisés comme engrais (matières organiques).28
  • 29. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOMILITANT»TÉMOIGNAGELa Junior Association CASPA de Seine Saint Denis témoigne :« Nous avons participé à de nombreuses actions à visée éco-citoyenne au seinde notre établissement scolaire. Mais c’est surtout l’installation de boîtes de triqui nous a distingué : le but était de collecter séparément les cartouches d’im-primante, les piles et les bouchons en plastique, afin de pouvoir les recycler oules envoyer à l’association «bouchons d’amour». Le conseiller principal d’édu-cation a rapidement adhéré au projet et nous a accompagnées tout au long dela démarche. Mais malgré des affiches collées un peu partout dans le collège,nous avions du mal à attirer l’attention. Nous avons donc préparé, avec le CPE,un planning d’intervention auprès des classes de 6ème, jugées plus réactives. Etles boites se sont remplies très vite ! Notre projet a été bien perçu autant parles élèves que par les enseignants. Je conseillerais aux Juniors Associationsen premier lieu de discuter avec l’administration de leur établissement scolairedu projet, afin de trouver des adultes intéressés pour les accompagner danscette initiative. Il faut ensuite se renseigner en détail sur les centres decollecte à proximité… et prévoir des journées pour s’y rendre et déposer lecontenu des boites.»Vous trouverez, sur Internet, de nombreux témoignages de lycées ayantmis en place des systèmes de tri sélectif. Mention spéciale pour le blog desélèves du lycée Camille Claudel :http://starecologie-camilleclaudel.blogspot.comCampus Responsable a été créé pour permettre aux étudiants et à leursétablissements de mettre en place une politique de développement durable.Plus adapté aux réalités des universités, le site regorge néanmoins d’outilset de conseils pratiques pour évaluer l’éco-attitude d’un établissement et leconvaincre avec diplomatie. www.campusresponsable.comPour en savoir plus sur les déchets, chercher des idées d’actions et des outilspour sensibiliser : campagne «Réduisons nos déchets, ça déborde» de l’Ademewww.reduisonsnosdechets.frVers un Agenda 21 scolaire… l’Agenda 21 c’est un programme d’actionsconcrètes qui répondent à des problématiques identifiées à l’échelle d’unétablissement, d’une ville, ou d’un territoire. Pour vous guider, télécharger lelivret du Comité 21 : www.comite21.org/nos-actions/education-developpement-durable/agenda-21-scolaires/outils.htmlPour aller plus loin :WWW.29
  • 30. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOMILITANTMobiliser pour nettoyerson écosystèmeSur la plage abandonnée, sacs plastiques etbouteilles vides ? Lancez un grand nettoyage deprintemps.Repérer le lieuLa vue des déchets sur le sable vous faitbondir ? C’est un bon début, mais quelquesdétails méritent d’être passés en revueavant de lancer votre association dansl’aventure. Des berges hautes ou glissantes,la proximité d’une centrale hydroélectriqueou d’une usine chimique peuvent présenterdes risques... de même qu’un propriétairefurieux si vous envahissez une propriétéprivée !Vérifiez également qu’aucun nettoyagen’est prévu sur les lieux en contactant lesassociations locales. Si vous êtes novices,elles pourront vous apporter de précieuxconseils. Par exemple, on nettoie toujoursune rivière d’amont en aval!Fixer le jour JSi les nettoyages se font au printemps, c’estque l’hiver est propice à l’accumulation desdéchets, mais aussi car c’est avant la saisontouristiquequel’onaccèdeleplusfacilementaux cours d’eau. Préférez un week-end, horsvacances scolaires, et vérifiez les horairesd’ensoleillement et des marées : cela vousévitera de finir les pieds dans l’eau !Demanderdes autorisationsUn mois avant votre action, écrivez àla Mairie afin de l’avertir du nettoyage.Profitez-en pour lui demander un soutienlogistique : bennes, stock de gants, etc.Pour un nettoyage de lac ou de rivière,contactez également les services de poli-ce de l’eau à la Direction Départementalede l’Agriculture et de la Forêt.Mobiliserdes volontairesPlus vous rameuterez de volontaires, plusvotre action aura du poids. Affichettes etstands dans votre établissement scolaire etdans les clubs sportifs, intervention durantles cours... quadrillez les lieux (y comprisvirtuels) pour faire connaître votre projet.Vous n’avez pas de blog ou de site Internet? Fixez une réunion d’information pour lespersonnes motivées. Vous leur expliquerezles bénéfices écologiques d’un nettoyage,leur donnerez les détails pratiques et lesrègles de sécurité : ne pas ramasser les dé-chets douteux (seringues, appareils électri-ques, etc.), porter des gants, éviter de sebaigner... En fin de séance collectez lesmails afin de tenir les volontaires informésde la progression du projet : plus ils serontimpliqués, plus ils seront motivés.Préparer votrelogistiqueGants, sacs poubelles, bennes, bandero-les pour signaler les lieux... faites l’in-ventaire du matériel nécessaire. Et si lebudget vient à manquer, prospectez du30
  • 31. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOMILITANTcôté des commerçants et institutionslocales : une telle initiative est positivepour tous et vous trouverez facilementdu soutien !Animer le nettoyageUn nettoyage est éreintant, alors gare à ladémotivation ! Fixez des objectifs en mè-tres nettoyés ou en kilos amassés : celapermettra aux volontaires d’avoir un but.Prévoyez des pauses ludiques (sculpturesde déchets, objets insolites, etc.) ou destemps de discussion : comprendre pour-quoi on est là est important !Communiquer survotre actionFaites du bruit ! C’est le meilleur moyen desensibiliser le public. La semaine précédantvotre action, contactez les médias locaux.Le jour J prenez des photos avant et aprèsl’action : cela pourra faire l’objet d’une ex-position et vous permettra de montrer lesbeaux projets accomplis par votre associa-tion !31À SAVOIRLes macros déchets, ce sont ces détritus visibles à l’œil nu qui recouvrent nosplages et nos rivières. Parce qu’ils finissent souvent dans l’océan, leur impactenvironnemental est énorme : 90 % de la pollution maritime serait d’originecontinentale.Concentrés dans l’océan, ces déchets sont, à certains endroits, 6 fois plusnombreux que les planctons. Avec les courants, une «île de détritus» s’estmême formée au beau milieu de l’océan Pacifique. Ce « Great Pacific GarbagePatch » ne cesse de grossir depuis les années 1950.Les espèces marines en sont les premières victimes : étouffées par les sacsqu’elles confondent avec leurs proies ou intoxiquées par le plastique endécomposition. En ingérant ces matières toxiques elles menacent égalementtoute la chaîne alimentaire, dont l’Homme.
  • 32. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOMILITANT»TÉMOIGNAGESteve de la Junior Association «Nettoie ta planète»dans le Puy de Dôme raconte :« Notre premier projet était de nettoyer des sites anciens et les abords derivières. C’est suite à ces actions que notre petit groupe, agrandi grâce à desexpos et interventions au collège, a eu l’idée d’intervenir en milieu scolaire.Nous avons alors contacté la directrice d’une école primaire qui nous a permisd’intervenir auprès des élèves. Un partenariat avec une chaîne de magasinset son dispositif «Nettoyons la Nature» nous a permis d’obtenir des t-shirts etdes gants de nettoyage. Pour chaque classe, nous sommes intervenus sur deuxjours : un jour consacré à une présentation de la vie des déchets et leur impactsur l’environnement, à base d’expositions et de jeux ; le second jour, nousavons retroussé nos manches et sommes partis en mission avec les enfantspour un nettoyage du quartier. »Des conseils pratiqueswww.initiativesoceanes.org : Tous les ans, la Surfrider Foundation organiseles «Initiatives océanes» : un week-end durant lequel plus de 150 nettoyagessont organisés à travers la France. Leur site regorge de conseils pratiques etd’infos sur l’art et la manière d’organiser ce type d’action.www.lesrikikibians.fr : Cette association jeune de la région PACA estspécialisée dans le nettoyage des rivières et a développé des outils pédago-giques de sensibilisation et une véritable expertise dans l’art et la manièred’organiser une journée ludique autour du nettoyage.Des animationswww.surfrider.fr la Surfrider Foundation (encore elle) propose 5 romansphotos humoristiques détaillant les différentes pollutions littorales. À télé-charger gratuitement sur leur site.Pour aller plus loin :WWW.32
  • 33. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOENHERBEGUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOMILITANTOrganiser une manifestationpubliqueVous souhaitez attirer l’attention du public surune problématique environnementale ? Organi-ser une manifestation publique peut-être un bonmoyen de faire l’évènement.Penser samanifestationUn objectif. Il existe 1001 manières d’agirpour l’environnement : sensibiliser, plaiderauprès des pouvoirs publics, organiser unprojetdesauvegarde...Lamanifestationestun levier d’action qui permet de répondre àdes objectifs précis : attirer l’attention dugrand public et des médias et, dans cer-tains cas, bloquer une activité économiqueafin de la pénaliser.Un message clair. Si la moitié du cortègedéfile contre la pollution de la rivière localeet l’autre pour la protection des ours blancsauPôleNord,personnenecomprendraquelmessage vous tentez de faire passer. Vousdevez avoir un message et un seul.Un concept. Vous pouvez biensûr défilerd’un point A à un point B, avec quelquesbanderoles et des chansons bien sentiesdéclamées au porte-voix. Ce type de ma-nifestations a prouvé son efficacité. Sivous êtes peu nombreux, l’effet «masse»risque cependant de tomber un peu à plat.C’est pourquoi certains collectifs ont tentéd’imaginer des formes plus ludiques de ma-nifester. En matière d’environnement, lesmanifestations «anti-écolos» où l’on voitdes riches fiers de polluer ont connu un jolisuccès. Alors soyez imaginatif : plus votreaction sera novatrice et visuelle, plus vousaurez de chance d’attirer public et médias.Organiser samanifestationDes autorisations. Si votre manifesta-tion accueille moins de 1500 personnes etse déroule dans un périmètre limité (pas dedéfilé), une demande écrite à la municipalitésuffit. Dans tout autre cas (et si vous êtes àParis, Lyon ou Marseille) une demande aubureau de déclaration des manifestationspubliques de la Préfecture est obligatoire.Lemieuxestd’adressercettedemandeenvi-ron 2 mois à l’avance, mais les délais courtspeuvent également être pris en compte sil’urgence de votre démarche est justifiée.Écrivez une lettre au nom de votre associa-tion mentionnant le but de la manifestation,la date, le point de départ et d’arrivée, plu-sieurs trajets (la préfecture choisira le plusadéquat), le nombre estimé de participants,l’éventuelle présence de chars et le contactdes organisateurs. Vous recevrez un récé-pissé résumant votre demande. La réponsedéfinitive vous sera adressée par écrit. Sivous n’avez rien reçu le jour J, considérezque vous avez l’autorisation, tout refus de-vant être motivé par écrit.Des manifestants. Une manifestationrassemble deux types de participants : les«actifs» qui animeront et organiseront lamanifestation, et les «sympathisants» quise contentent de défiler, mais ont un rôleimportant puisqu’ils permettent de grossir33
  • 34. GUIDEENVIRONNEMENTÉCOLOMILITANT34le cortège. Pour les mobiliser, faites parlerde vous, dans les médias, en allant démar-cher les publics «sensibles», en contactantd’autres associations...Des responsables. Pas question d’impro-viserlejourJ:vousêtesresponsabledevantla loi de la manifestation, alors organisez-vous pour assurer en cas de pépin. Selonl’ampleur, désignez un ou des responsables«police» chargé(s) de contacter les forcesde l’ordre en cas de dérive. Un «contact»secours s’occupera d’appeler les numérosd’urgence si un participant se trouve mal.Plusieurs personnes devront être chargéesd’encadrer le défilé (devant, derrière, etquelques personnes sur les côtés). Enfin, dé-signezunporte-parolequipourras’exprimerau nom de l’association devant les médiasque votre manifestation n’aura pas manquéd’attirer !Respect et nettoyage.Toutorganisateurde manifestation a le devoir de respecterl’environnement qu’il investit. Défenseurde l’environnement, votre responsabilitéest doublement engagée ! Pas question delaisser traîner papier, mégots sur la voiepublique : non seulement car cela n’est pastrès écologique, mais cela risque en plusde desservir votre message. Après l’évène-ment, réunissez quelques bénévoles armésde sacs plastiques pour ratisser.À SAVOIRAu cours de l’année, des manifestations inter-associatives sont organiséesautour de grandes thématiques environnementales. Plus le cortège estimportant, plus les associations de défense de l’environnement auront depoids pour porter leurs revendications sur la scène publique. Alors si votreassociation se sent impliquée dans leurs messages, n’hésitez pas à militer ausein de votre association pour grossir leurs rangs.»TÉMOIGNAGEMaxence de la Junior Association « ASIPEN » dans le Nord :« Le soir de la manifestation mondiale «Earth Hour» lancée par WWF, nousavons organisé une conférence d’une heure sur la thématique de la consom-mation d’énergies. Environ 110 personnes ont assisté à cette conférence. Parmiles quatre conférences organisées cette année par notre Junior Association(habitat, déchets, OGM) c’est celle qui a remporté le plus de succès. Nousavons fait intervenir un salarié de l’Espace Info Energie de Maubeuge (ADEME),et utilisé leur exposition «Consommer Autrement». La mairie nous a prêtégracieusement la salle des fêtes et du matériel de sonorisation. En rentrant lesparticipants devaient éteindre l’électricité chez eux pendant une heure. Nousavons eu des félicitations du public, mais nous avons aussi appris que le publicest exigeant, il faut bien maîtriser son sujet pour répondre aux questions et sipossible rendre la conférence ludique et illustrée ! »
  • 35. Les membres actifs du RNJA :Tout groupe de jeunes ayant une volonté de créer une ou plusieursactivités communes, peut se constituer en Junior Association et demanderl’habilitation auprès du Réseau National. C’est une démarche de projetsimple, il suffit de remplir un dossier d’habilitation téléchargeablesur le site internet.La Junior Association permet à des jeunes de -18 ans de se regrouperautour d’une envie, d’une idée, d’un projet, et de s’approprier un moded’organisation démocratique et citoyen : une association. Elle vous donneaccès à la découverte de l’engagement, la création collective, l’élaborationde projet, le vécu en groupe et la prise de responsabilités.En demandant ce « label », vous bénéficiez d’une assurance, d’un comptebancaire, d’outils utiles pour la structuration de votre projet. Vousbénéficiez également d’un accompagnement départemental et local, afind’obtenir autant que de besoin conseils, réponses et soutiens.Les personnes relais dans les départements sont toutes issues des fédéra-tions et associations membres du R.N.J.A., La Ligue de l’Enseignement, laFédération des Centres Sociaux et Socio-Culturels de France, la Confédé-ration des Maisons des Jeunes et de la Culture de France, la FédérationFrançaise des Maisons des Jeunes et de la Culture, et Jets d’Encre, et sou-tenues par les Directions Départementales de la Jeunesse et des Sports.d’infos www.juniorassociation.orgRéseau National des Juniors Associations3 rue Récamier75 007 ParisTél 01.43.58.98.70E-mail contact@juniorassociation.orgLa Junior Association !Contact RNJA
  • 36. Avec le soutien du

×