Comment créer des dynamiques partenariales entre acteurs de la santé et acteurs de l'environnement ? Maryline LAIR - Animatrice du réseau - Chargée de la communication au Réseau d'Education à  L’Environnement en Bretagne
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Comment créer des dynamiques partenariales entre acteurs de la santé et acteurs de l'environnement ? Maryline LAIR - Animatrice du réseau - Chargée de la communication au Réseau d'Education à L’Environnement en Bretagne

on

  • 1,240 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,240
Views on SlideShare
393
Embed Views
847

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

4 Embeds 847

http://www.prc-poitoucharentes.org 836
http://www.ij-poitou-charentes.org 5
http://articles.pourlesjeunes.com 5
http://www.pourlesjeunes.com 1

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Comment créer des dynamiques partenariales entre acteurs de la santé et acteurs de l'environnement ? Maryline LAIR - Animatrice du réseau - Chargée de la communication au Réseau d'Education à L’Environnement en Bretagne Presentation Transcript

  • 1. 1er COLLOQUE REGIONAL Santé et Environnement Eduquer, promouvoir, prévenir: quelles approches possibles pour les acteurs de la santé et de l’environnement Témoignage d'une expérience bretonne Maryline LAIR, Réseau d'éducation à l'environnement en Bretagne Vendredi 31 janvier 2014 Agence Régionale de Santé à Poitiers
  • 2. Le REEB : un réseau breton d'éducation à l'environnement Le REEB a 22 ans. Il compte environ 120 structures adhérentes (des associations d'éducation à l'environnement, mais pas seulement…) et une trentaine d'adhérents individuels. À Poitiers, vous connaissez le GRAINE Poitou-Charentes !
  • 3. Un point de départ : la participation au PRSE 2 Le REEB a été associé aux travaux préparatoires du PRSE 2 : nous y avons rencontré l'IREPS, un futur partenaire. La mise en œuvre du PRSE 2 Nous faisons partie de 2 groupes de travail : - GT « Construire une culture commune en santé environnement » - GT « Les jeunes et la santé environnement »
  • 4. GT « Construire une culture commune en santé environnement » Ce groupe de travail se réunit depuis 2011. Y participe notamment : ARS, la Région, l'IREPS, le REEB, des mutuelles, des associations, des collectivités... Fonctionnement du GT : il se réunit 1 à 2 fois par an, pour un retour d’expérience et un échange de pratiques.
  • 5. Comment animer la première réunion du GT ? Objectif : partager nos représentations et notre culture de la santé environnement. - Quelle définition avons-nous de la santé ? - Quels sont les déterminants de la santé environnement des Bretons ?
  • 6. En mars 2012, l'IREPS Bretagne organise un séminaire « Éducation à la santé environnementale et inégalités sociales de santé » Le REEB est partenaire de l'IREPS Bretagne dans l'organisation du séminaire. L’éducation relative à la santé environnementale : agir sur les liens entre vulnérabilités sociales et santé environnementale Pour L. Sauvé et H. Godmaire, « L'éducation relative à la santé environnementale est un processus qui vise à optimaliser le rapport des personnes et des groupes sociaux aux réalités qui se situent à l’interface entre l’environnement et la santé. On retrouve ici une conception de la « santé environnementale » qui va bien au-delà d’une préoccupation de gestion de la santé publique par la prévention des atteintes à la santé (maladies, nuisances) par les agresseurs environnementaux, vers une vision plus écosystémique et responsable ». Cette conception de l’éducation relative à la santé environnementale place l’individu au centre des interventions.
  • 7. À l'issu du séminaire : 5 recommandations pour le développement d'actions d'éducation relative à la santé environnementale en Bretagne - Recenser les acteurs locaux intervenant dans le champ de la santé environnementale. - Construire une culture commune entre les différents acteurs intervenant dans le champ de la santé environnementale. - Développer les partenariats entre acteurs de la promotion de la santé, de l’éducation à l’environnement et du social. - Encourager des actions éducatives favorisant une approche globale et positive de la santé et de l’environnement. - Favoriser le transfert de connaissances et de compétences en santéenvironnement.
  • 8. On est proche de ce que l'on trouve dans une étude menée par Erika Denoual dans le cadre d'un Master en Santé Publique Les principaux freins relatifs à l’émergence de partenariats et au développement d’actions : - Le manque de connaissance mutuelle entre acteurs de l'éducation à la santé et acteurs de l'éducation à l'environnement. - Des représentations faussées. - Le manque d’une culture commune ainsi que d’une vision partagée de la notion de santé environnementale. Les principaux leviers relatifs à l’émergence de partenariats et au développement d’actions : - Pouvoir identifier les acteurs locaux qui interviennent sur la santé environnementale. - La construction d’une culture commune entre les acteurs des champs de l’éducation relative à l’environnement et de l’éducation pour la santé. - Se former pour : identifier les passerelles possibles entre l’éducation pour la santé et l’éducation relative à l’environnement, et acquérir des notions sur les manières de mobiliser les individus et de susciter leur participation sur la santé environnementale.
  • 9. Des échanges qui se développent entre le REEB et l'IREPS Bretagne - Des liens et des articles dans nos revues respectives : Polypode et Horizon Pluriel. - Participation aux Assises EEDD 2013. - Organisation d'une formation commune.
  • 10. Une formation commune IREPS-REEB : L’éducation à la santé environnementale et les inégalités sociales de santé • Elle fait suite aux recommandations du séminaire de mars 2012. • 3 modules de 2 jours, plus un 7è jour (6 mois après de retours sur les projets de chacun). • 18 participants : un groupe équilibré entre acteurs de la santé et acteurs de l'éducation à l'environnement. • La formation est centrée sur les principes éducatifs et le partage d'une même notion de la santé environnement. • Elle s’adresse aux acteurs de l’éducation à la santé, à l’environnement…
  • 11. Les principaux retours de la formation • On partage des valeurs éducatives. • On s'interroge sur le sens des mots : promotion, éducation, prévention. • Les points les plus positifs exprimés par les participants concernent la pertinence de la formation, l’intérêt suscité, l’ambiance et la qualité des échanges. • Les points forts de cette formation : mixité et diversité des participants, échanges de pratiques. • Les points faibles de cette formation : une gestion du temps difficile. • Quels sont les points que vous auriez souhaité aborder et qui vous ont manqué ? Présenter plus d’expériences de terrains, de cas concrets. • Les participants se sentent plus confiants et mieux outillés pour mettre en œuvre des actions.
  • 12. La réussite du duo IREPS Bretagne / REEB ? • Une envie de travailler ensemble • Le partage de constats et de valeurs • Des projets (un nouveau séminaire en 2014 ou 2015?) • Des bonnes relations inter-personnelles
  • 13. Conclusion « Il y a un réel enjeu, pour les acteurs de l’éducation à l’environnement et de la promotion de la santé que nous sommes, à nous impliquer et à être reconnus dans le PNSE 3 pour réaffirmer l’importance de l’éducation dans les politiques publiques en santé environnementale. » Proposition de partenariat entre la FNES et le REN et leurs membres Intervention de Christine Ferron, IREPS Bretagne en formation La santé environnementale… « a évolué d’un modèle individuel centré sur l’agir de chaque personne prise individuellement vers un modèle axé sur la communauté et la participation de ses différents acteurs dans un agir collectif ». (S. Srinivasan et A. Dearry, 2004)