• Save
Mike smoke every day
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Mike smoke every day

on

  • 911 views

Bd de prévention tabac réalisée par l'IREPS 'antenne de la charente et ses partenaires la mILDT, la Région Poitou Charentes et le lycée de Sillac

Bd de prévention tabac réalisée par l'IREPS 'antenne de la charente et ses partenaires la mILDT, la Région Poitou Charentes et le lycée de Sillac

Statistics

Views

Total Views
911
Views on SlideShare
458
Embed Views
453

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 453

http://www.educationsante-pch.org 453

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Mike smoke every day Mike smoke every day Document Transcript

  • 1
  • 2 édito C’est à un natif d’Angoulême, André Thevet, moine cordelier, que nous devons l’introduction et la culture du tabac en France en 1556. à cette époque, on l’appelle «herbe angoumoisine». Christophe Colomb, lors de la découverte de l’Amérique en 1492, découvre cette plante et constate que les indiens l’utilisent pour ses propriétésmagiquesetmédicamenteuses(coupelafaim,lafatigueet apaise les douleurs). Il l’introduit en Espagne où elle devient dans un premier temps plante d’ornement puis plante médicinale. Les vertus curatives de la plante, sur les conseils de Jean Nicot (ambassadeur de France au Portugal) furent expérimentées sur François II en 1560, qui souffrait de terribles migraines. à cette époque, cette plante utilisée en poudre est réservée aux apothicaires. Au XVIème siècle , la culture du tabac va surtout se développer aux Antilles. En 1621, le cardinal Richelieu instaura une taxe sur la vente du tabac. Cette décision entraîna les premières plantations dans le Lot et Garonne. Dans les années 1660 Colbert fit de sa production et de son commerce un monopole royal. La consommation va s’intensifier et se pratiquer sous différentes formes : il se mâche, se fume dans des pipes et se prise… La consommation sous forme de cigarette sera introduite progressivement vers 1825 et ce n’est qu’en 1842 qu’apparaitra l’usage du cigare. Dés la fin du XIXème siècle les premières preuves d’accoutumance et de dépendance seront détectées et les médecins commenceront à étudierscientifiquementletabagismeavecseseffetssurladigestion, la gorge, la voix, l’organisme et ses fonctions. (Les premiers soupçons de relation entre tabac et cancer avaient été exprimés dès 1775). «
  • 3 La menace du cancer du poumon ne sera réellement prise au sérieux qu’à partir de 1950. Cela amènera finalement les fabricants de tabac à réagir dès 1952 en commercialisant la cigarette à filtre, que les fumeurs adopteront massivement, bercés par l’illusion qu’elle diminue les risques sur la santé. La consommation française ne va pas cesser d’augmenter, au cours du XXème siècle celle-ci va décupler et ne commencera à se modérer qu’avec la loi Evin. En s’appropriant le tabac des indiens d’Amérique, le monde occidental en a fait un produit de consommation courante inclassable. L’univers du tabac a un ancrage culturel et historique depuis plus de quatre siècles et la cigarette est intimement associée à la vie de millions de personnes depuis 190 ans. Tantôt utilisé pour se détendre tantôt pour se concentrer il échappe à toute catégorisation. Longtemps symbole de la modernité : plaisir associé à la virilité masculine, émancipation de la femme, affirmation de soi des jeunes, convivialité … Il est devenu l’ennemi public n°1. Pour citer Robert Proctor (auteur de Golden holocaust) : «Fumer n’est pas comme «boire de l’alcool», c’est comme «être alcoolique». L’organisme mondial de la santé (OMS) estime que le tabac est la cause directe de 100 millions de morts au cours du XXème siècle. Avec 40% de fumeurs réguliers chez les 16-25 ans la France est très touchée par le tabagisme. 26,5% des jeunes de 15 ans sont des fumeurs réguliers. Ces chiffres sont d’autant plus dramatiques lorsque l’on sait que la moitié de ces jeunes ne parviendra pas à arrêter de fumer et qu’un quart d’entre eux (la moitié de ceux qui resteront fumeurs) mourra de son tabagisme. » Mme Guillot Proviseure du lycée professionnel de Sillac
  • 4 Sommaire Bande dessinée : nous suivrons Mike dans ses nombreuses aventures. Le sport ...................................................... 5 L’internat ................................................... 6 Le rêve ....................................................... 7 Le jeu de la guitare ................................. 8 Le mélange ............................................... 9 Le narguilé ............................................. 10 Blondes, brunes .................................... 11 Le manque ............................................. 12 Infos en Charente ........................................... 13 Témoignages ................................................... 14
  • 5 Le sport
  • 6 L’internat
  • 7 Le rêve
  • 8 Le jeu de la guitare
  • 9 Le mélange
  • 10 Le narguilé
  • 11 Blondes, brunes
  • 12 Le manque
  • 13 Infos en Charente Centre Hospitalier d’Angoulême / Saint-Michel 05 45 24 40 88 05 45 24 29 74 Centre Hospitalier de Cognac 05 45 36 76 66 Centre Hospitalier de Ruffec (EMAPASS) 05 45 29 54 93 CSAPA ANPAA Barbezieux (Hôpitaux Sud Charente) 05 45 95 55 11 Centre de prévention du Conseil Général - Angoulême 05 45 90 76 90 CSAPA ANPAA Confolens - Roumazières 05 45 89 20 61 POINTS DE CONSULTATIONS D’AIDE à L’ARRÊT DU TABAC Angoulême Barbézieux Cognac Ruffec Confolens Roumazières
  • 14 Témoignages Ca fait à peu près 7 ans et demi que je fume. Au début, tu fumes parc’que t’es jeune, mais au final tu te rends compte que la clope c’est pas un jeu. Tu peux presque plus courir, tes dents jaunissent… On se dit que la clope, on arrête quand on veut, mais en fait, quand t’es accro, c’est dur. La clope c’est un cercle vicieux. Si tu entres dans la ronde, tu joueras pas au facteur, tu joueras ta vie ! En quelques années, les premières expériences de cigarettes sont passées à une consommation avérée pour un grand nombre de lycéens. La relation de santé avec l’élève s’accompagne maintenant, en plus de la prévention, d’une prise en charge de la dépendance. La nicotine est la substance la plus addictogène qui soit. C’est-à-dire que lorsqu’on commence à fumer, on devient très vite dépendant à la cigarette. D’ailleurs la très grande majorité des fumeurs fument tous les jours. Rares sont ceux qui peuvent se contenter d’allumer une cigarette de temps en temps. La dépendance se reconnait à la sensation de manque quand on arrête : elle est physique (irritabilité, augmentation de l’appétit, insomnie…) et psychologique (impression qu’on réussi mieux à faire les choses si on fume). Quand on est dépendant, c’est pour la vie. Après plusieurs mois ou années d’arrêt, dès qu’on reprend une cigarette, on refume très rapidement «comme avant». Tous les jours mes patients qui ont du mal à arrêter regrettent d’avoir commencé. Cela vaut le coup d’y réfléchir… Mme Charrier l’infirmière scolaire du lycée Mme Le Bris médecin addictologue au Centre Hospitalier d’Angoulême Malow lycéenne au Lycée Professionnel à Sillac
  • 15 La cigarette : je t’aime moi non plus. Fumer procure aux élèves une sensation de plaisir, de bien-être dans l’instant. Fumer leur donne le sentiment de gérer leur stress et de lutter contre leurs angoisses, de mieux se concentrer et d’être plus efficace. Fumer est également perçu comme un temps qui leur appartient et un moment privilégié de détente, de rencontre, d’affirmation de soi. Mais fumer dégrade la santé au quotidien et à long terme. Fumer entrave la liberté en forçant à s’isoler et en devenant une obligation pour éviter d’être irritable. Fumer coûte cher. Fumer altère l’apparence physique en jaunissant dents et doigts, en ternissant le teint... La liste est longue. Pour toutes ces raisons et parce que l’école a aussi pour mission d’éduquer à la santé et à la citoyenneté, nous accompagnons les élèves et les aidons à être plus responsables de leur bien-être, à prendre conscience des risques et à développer les ressources nécessaires pour eux-mêmes et pour les autres. Nous sommes acteurs de prévention au quotidien pour eux et avec eux. Comment résister à la cigarette … On peut être tenté de fumer une cigarette alors même que l’on connaît son impact sur la santé et les risques de dépendance. ça peut être par curiosité, pour tester les limites de son corps, pour calmer son stress, par envie de s’intégrer à un groupe… Mais fumer permettra-t-il réellement de mieux se connaître ? N’existe-il pas d’autres moyens de se détendre ? Souhaite-t-on appartenir à une bande d’amis qui ne tolèrent pas que l’on ne fasse pas tout comme eux ? Réfléchir avant d’agir reste peut-être le meilleur moyen de résister à la cigarette... Mme Michaud CPE du lycée Mme Le Bouffant animatrice de prévention à l’ANPAA
  • 16 Nous remercions le chef d’établissement, l’infirmière scolaire, la CPE et toute l’équipe éducative du lycée professionnel de Sillac. Les élèves de 2nde TMSEC : Antoine, François, Aubin, Pierre, Dorian, Benoît, Antonin, Guillaume, Paul et Rémi, pour leur créativité. Atelier animé par Clémence Germain, dessinatrice. Projet réalisé par l’IREPS Poitou-Charentes, grâce au soutien financier de la MILDT, de la Région Poitou-Charentes et de la Ligue contre le cancer.