Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom

on

  • 2,560 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,560
Views on SlideShare
2,560
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
6
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom Document Transcript

    • L’enseignement supérieur et la recherche de notre pays ont fait,particulièrement cette année, l’objet de nombreux questionnements etd’évolutions déjà engagées ou à venir. Que ce soient les organismes derecherche, les écoles d’ingénieurs ou les universités, tous sont amenés àréfléchir et agir pour mieux se positionner dans ce contexte évolutif etconforter leur visibilité et leur développement. Pour l’Institut Télécom, toutcomme j’imagine pour chacun d’entre eux, l’année 2008 a été l’occasion dese donner de nouveaux challenges pour les mois et années à venir.Dès le mois d’avril 2008, François d’Aubert a fait des recommandationssusceptibles d’améliorer l’organisation actuelle de la recherche enlaboratoires universitaires, il a rappelé le principe d’une évaluationperformante et unique confiée à l’AERES, et noté le besoin d’harmonisationd’un certain nombre de processus tels que les signatures des publicationsscientifiques, des procédures budgétaires et des systèmes d’information.En mai 2008, le rapport Chabbal s’est intéressé à la formation en ingénierieet son positionnement par rapport aux universités. Pour se rapprocher desstandards internationaux, il a proposé une piste de réflexion visant àidentifier les écoles d’ingénieurs comme un équivalent en France descollèges d’ingénierie (Engineering colleges).En septembre la commission Philip a proposé la création de classespréparatoires au sein des universités, les mécanismes de codiplômation ausein des PRES et identifié le besoin croissant en docteurs ainsi que lanécessité d’une stratégie commune entre universités et grandes écoles ausein des PRES pour le recrutement des étudiants étrangers. Ellerecommande une forte et rapide accélération du processus de constitutionet de développement des PRES.À ce contexte général, dont je n’ai rappelé ici que quelques pointsÉDITORIAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATIONessentiels, s’ajoutent des éléments plus spécifiques du secteur des TIC,domaine de compétence de l’Institut Télécom. En premier lieu, je pense àl’importance des TIC dans la stratégie de la Commission européenne quisouhaite porter son investissement annuel disponible sur ce domaine à1,7 milliard d’euros en 2013, contre 1,1 milliard d’euros en 2010. Je penseaussi à la volonté de l’État français à développer l’utilisation des TIC avec,notamment la création d’un secrétariat d’État à l’Économie numérique. Ledynamisme de ce domaine se voit également au travers de l’activité despôles de compétitivité dédiés aux TIC. Ainsi, parmi les dix pôles ayant perçule plus de financement en 2008 quatre sont spécialisés dans le domainedes TIC (System@tic, Cap Digital Paris Région, Images et Réseaux) etl’Institut Télécom est parmi leurs membres fondateurs.Les efforts d’investissement dans la formation, la recherche et l’innovationdans ce secteur ne sont sans doute pas étrangers à la progression del’utilisation des TIC par les Français constatée à la suite de l’enquêteannuelle réalisée par le CGIET sur La diffusion des technologies del’information dans la société française. Qu’il s’agisse d’utilisationd’internet, de l’équipement en téléphonie mobile, de l’utilisation du Tripleplay sur la base du téléphone fixe ou des nouveaux canaux d’accès à latélévision, tous ont progressé en 2008. Dans le même temps, l’offre deservices progresse également et notamment le commerce par internet, larecherche d’emploi, la formation sur internet, et le téléchargement légal demusiques et de films.Le challenge de l’Institut Télécom pour les années à venir est de confortersa place comme un acteur majeur de l’enseignement supérieur, de larecherche et de l’innovation dans le domaine des TIC en France, en serapprochant du modèle des petites universités technologiques existant àl’étranger, formant les étudiants de niveau master et doctorat, faisant de larecherche et de l’innovation dans le domaine des TIC. Pascal Faure 1
    • Sommaire L’Institut Télécom en 2008 5 La stratégie du groupe 6 Les faits marquants de l’année 8 La nouvelle identité 10 Les chiffres clés du groupe 11 L’organigramme de l’Institut Télécom 12 La formation initiale et continue 15 Télécom ParisTech 17 Télécom Bretagne 25 Télécom & Management SudParis 35 Télécom Lille I 45 Eurécom 49 Les nouveaux projets et les écoles associées 52 Les TICE 52 Le site web « télécoms savoirs partagés » 53 La validation des acquis de l’expérience 53 La recherche 55 Les faits marquants 55 La stratégie de recherche 2008-2012 56 Les forces de recherche 56 La production 56 Le pilotage 59 L’évaluation 60 Le rayonnement 60 L’innovation 63 La stratégie d’innovation 63 La production 64 Les partenariats structurels pour l’innovation 65 La Fondation Télécom en 2008 67 Les faits marquants de l’année 67 Les ressources et emplois 2008 67 Les programmes de la Fondation en 2008 68 Les actions ciblées 70 Les perspectives 2009 71 La gestion de l’Institut 73 Les ressources humaines 73 La gestion financière et les achats publics 75 La communication 76 Le système d’information groupe 77 Le patrimoine immobilier 78 Le suivi réglementaire et administratif 78 Action de l’Institut à l’international 79 Gestion de l’opération campus « Saclay-Palaiseau » 79 Annexe : les instances de l’Institut Télécom 812
    • L’année 2008, première année pour l’Institut Télécom et ses écoles sousleurs nouveaux noms et logos harmonisés qui concrétisent l’appartenanceà une même « famille », a permis de commencer à mettre en œuvre lastratégie définie pour la période 2008-2012, et a confirmé notre ambition decontribuer pleinement, à travers le travail de nos personnels, en particuliernos enseignants-chercheurs, et la qualité des diplômés que nous formonsdans nos écoles, au développement de l’économie de la connaissance et dela société « numérique » qui représentent d’importants gisements decroissance pour la France de demain.Les deux conventions d’écoles associées signées au printemps 2008 avecTélécom Saint-Étienne et l’ENS Physique de Strasbourg traduisent notrevolonté d’animer ainsi sur le territoire national un réseau d’excellence dansnotre domaine de prédilection des STIC. Elles montrent également, puisquece sont des écoles internes à l’université, notre capacité à construire despartenariats entre grandes écoles et universités, dont nous avons déjà unelongue expérience au travers de notre filiale Télécom Lille 1, pilotée encommun avec l’université Lille1 depuis plus de quinze ans.Les ICF (Instituts de communication du futur), que nous mettons en placepour répondre aux grands défis scientifiques qui se présentent à nous,apporteront plus de transversalité et plus de visibilité aux recherches depointe effectuées dans les labos de nos écoles sur les « réseaux du futur »,les « usages et la vie numérique », la « santé numérique », et les« contenus et services numériques ».La Fondation Télécom, créée en juin 2008 sur les bases de l’ancienneFondation Louis Leprince-Ringuet, est désormais présidée parDidier Lombard, PDG de France Télécom et vice-présidée par Guy Roussel,PDG d’Ericsson France. Elle développe à destination des partenaires qui laÉDITORIAL DE L’ADMINISTRATEUR GÉNÉRALrejoignent ses programmes en matière de formation, de recherche,d’innovation, de prospective et de rayonnement.Deux nouveaux partenaires académiques ont rejoint l’assemblée desmembres de notre filiale Eurécom : l’université d’excellence allemandeTUM de Munich et la plus grande université technologique de Norvège(NTNU), confortant ainsi le modèle original d’Eurécom, alliantinternationalisation poussée et proximité des entreprises pour les activitésde recherche et de formation.Les résultats 2008 en matière d’innovation et de transfert sont excellentspuisque près de 58 nouvelles entreprises ont été créées dans lesincubateurs des écoles de l’Institut Télécom et plus de cinquante nouveauxbrevets ont été déposés par nos chercheurs. La politique à l’égard des PMEest également très active, puisque 359 PME sont en relation contractuelleavec l’Institut Télécom et ses écoles et 26 % des diplômés sont employéspar des PME.L’Institut Télécom a répondu par ailleurs aux appels à projets du PlanCampus, lancé par la ministre de l’Enseignement supérieur et de laRecherche, et a notamment contribué au dossier « Campus du plateau deSaclay » récemment retenu par le jury national. Le projet del’Institut Télécom est de construire son troisième campus francilien dansun nouveau « quartier des STIC », à proximité de l’école.Enfin, la qualité des travaux de l’Institut a été distinguée en 2008 au traversde quelques récompenses attribuées à certains de nos enseignants-chercheurs ou étudiants. On peut notamment citer la remise d’épée etl’entrée à l’Académie des sciences de Claude Berrou, de Télécom Bretagnedéjà lauréat du prestigieux prix Marconi, la médaille Blondel attribuée àIsabelle Bloch de Télécom ParisTech, qui couronne un chercheurtalentueux de moins de quarante ans dans les domaines couverts par laSEE, et le prix André Blanc-Lapierre décerné par la même SEE àLaurence Vancamberg, diplômée de Télécom SudParis, qui récompense lemeilleur stage ingénieur orienté recherche au plan national. Jean-Claude Jeanneret 3
    • L’Institut Télécom en 2008 L’Institut Télécom (ex-GET) est un établissement public administratif regroupant les plus grandes écoles spécialisées en technologies de l’information et placées sous la tutelle du ministre chargé des Communications électroniques. Il comprend trois écoles d’ingénieurs (Paris, Brest, Évry), une école de management (Évry) ainsi que deux écoles en partenariat sous statut de GIE 1, l’une avec l’université de Lille1 (Télécom Lille1), l’autre avec des grandes entreprises et des universités étrangères (Eurécom à Sophia Antipolis). Il constitue un centre de recherche de tout premier plan dans le domaine des sciences et technologies de l’information et de la communication, labellisé Carnot. L’Institut Télécom compte 5400 étudiants de niveau master et doctorat, 1000 employés permanents, pour un budget de 140 M€ dont 30 % de ressources propres. L’Institut Télécom est engagé dans une ambitieuse stratégie pour la période 2008-2012, adoptée lors du conseil d’administration de novembre 2007. Celle-ci prévoit de poursuivre le développement de l’Institut, compte tenu de l’importance des technologies de l’information en tant que facteur de croissance et de compétitivité. Cette stratégie vise à ce que l’Institut Télécom soit reconnu au niveau international pour l’excellence de ses formations de niveau master et doctorat, comme un moteur de la recherche académique dans le domaine des communications, ainsi que comme une référence pour l’innovation et le soutien à la création d’entreprise. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette stratégie de nombreuses actions ont été engagées en 2008 parmi lesquelles on peut citer la modification des marques de l’Institut et de ses écoles, la signature de conventions d’école associée avec ENSPS et Télécom Saint-Étienne, la mise en place d’un plan de développement pour Télécom Ecole de management, le lancement de la nouvelle Fondation Télécom, l’accueil de nouveaux membres prestigieux au sein du GIE Eurécom, la mise en place des premiers ICF, Instituts de communication du futur, une politique volontariste de l’Institut envers les PME, et l’engagement dans le plan Campus.1 GIE – Groupement d’intérêt économique 5
    • La mise en œuvre de la stratégie La stratégie 2008-2012 En matière d’enseignement, l’Institut Télécom entend développer son offre de formation pour répondre à des besoins croissants de compétences scientifiques Par nature, l’activité de l’Institut Télécom et managériales aux meilleurs niveaux. s’inscrit dans des cycles longs, tant en L’Institut Télécom, groupe de « Grandes En recherche, l’ambition est d’être un formation initiale qu’en recherche, et est Écoles » qui forment des cadres de haut acteur mondial de la recherche en STIC réalisée pour une large part de manière niveau leaders dans le domaine des TIC, dans le domaine des communications très déconcentrée, non seulement au ni- fort de la qualité de son action tant en en- (télécoms, contenus et usages). En tant veau des écoles, mais également au sein seignement qu’en recherche et en sou- qu’établissement relevant du ministère des départements d’enseignement et de tien à l’innovation, de l’excellence de son de l’Économie, des Finances et de recherche. corps professoral pluridisciplinaire et de l’Emploi, l’Institut Télécom entend enfin Dans ce cadre, la mise en œuvre de la la performance de sa gestion, a comme favoriser le développement économique stratégie est organisée autour de sa dé- ambition pour 2012 d’être un des meil- et l’innovation. clinaison au niveau de chaque entité du leurs établissements d’enseignement et Pour que la mise en œuvre de cette stra- groupe et d’axes de progrès dont la liste de recherche européens dans son do- tégie soit pleinement réussie, l’Institut a est révisée chaque année par le conseil maine de compétence, contribuant de identifié six conditions essentielles de d’administration de l’Institut. manière exemplaire à l’innovation et au succès sur lesquelles il doit également Les axes de progrès sont mis en œuvre développement économique des terri- porter son effort : par chaque entité concernée (direction toires. § une mobilisation de toutes les forces de l’Institut, écoles, départements d’en- La stratégie de l’Institut Télécom pour de l’Institut dans tous ses métiers ; seignement et de recherche, etc.) et la période 2008-2012 vise en consé- § l’affirmation d’une nouvelle identité de chaque acteur (enseignants-chercheurs, quence à ce que l’établissement soit re- groupe dès le 1er janvier 2008, parta- personnels administratifs, élèves, an- connu au niveau international pour l’ex- gée en interne et facilement recon- ciens élèves, entreprises partenaires, cellence de ses formations de niveau naissable en externe, accompagnant etc.), dans l’intérêt collectif et pour la master et doctorat, comme un moteur des identités de diplômes renforcées ; réalisation des objectifs de la stratégie. de la recherche académique dans le § l’évolution des modèles économiques La stratégie du groupe champ des STIC pour le domaine des des activités de l’Institut pour dégager communications ainsi qu’un centre de des marges de manœuvre nouvelles ; prospective et d’expertise sur le déve- § la contractualisation des moyens de loppement technologique, économique l’État sur un plan pluriannuel ; et social de la société de la connaissance § le renforcement de l’écoute des be- et de la vie numérique et, enfin, comme soins des entreprises nationales et in- une référence pour l’innovation et le sou- ternationales pour garantir la valeur tien à la création d’entreprises. des diplômes délivrés ; Cette stratégie est articulée autour de § une internationalisation du corps des cinq orientations majeures : deux orien- enseignants-chercheurs. tations qui situent l’espace d’action de l’Institut et trois orientations qui fixent les lignes directrices de l’action. L’Institut Télécom retient tout d’abord de s’affirmer dans l’action et la compétition internationales tout en continuant à am- plifier son action au cœur des territoires.6
    • Les axes de progrèsprioritaires en 2008 Pour contribuer au rayonnement inter- Pour favoriser l’internationalisation du national de la recherche régionale, corps professoral et mieux gérer les car- l’école Télécom Bretagne s’est impliquée rières des enseignants-chercheurs,2008 a été la première année de mise en dans le développement du Collège l’Institut Télécom a initié une politique deœuvre de cette stratégie pour l’établis- Doctoral International (CDI), qui compte repyramidage de son corps d’ensei-sement et ses écoles, qui l’ont elles 2700 doctorants, et qui doit permettre gnants-chercheurs, par une augmenta-mêmes déclinée et traduite en plans aux universités bretonnes d’accroître ra- tion progressive de la proportion de sesd’actions durant le premier semestre. La pidement leur contribution à l’économie professeurs et directeurs d’études. Cemesure la plus emblématique en est de la connaissance. En 2008 les écoles taux devrait passer de 30 % à 40 % d’icisans doute la modification des marques, doctorales de Bretagne ont été recom- 2014, principalement par promotion in-qui déclinent maintenant toutes le radi- posées au sein du CDI autour de huit terne. Lors de la campagne de recrute-cal « Télécom…  » et l’harmonisation écoles doctorales permettant ainsi de ment 2008 en cours, une attention parti-conséquente des logos qui montrent clai- consolider l’offre de formations docto- culière a été portée aux candidaturesrement désormais l’appartenance à une rales d’une manière cohérente avec les d’enseignants-chercheurs ayant une ex-même famille. pôles de compétitivité, les réseaux d’ex- périence internationale. Plus de 50 %Les indicateurs de l’Institut ont été redé- cellence et les différentes fédérations de d’enseignants chercheurs recrutés enfinis en cohérence avec les premières in- recherche implantées dans les établis- 2008 ont une expérience internationaledications retenues dans la stratégie sements. significative dans leur domaine d’acti-2008-2012 et les valeurs d’indicateurs Conformément aux orientations de son vité.pour l’année 2008 ont été fixées. conseil scientifique, l’Institut Télécom a Enfin, pour développer l’offre de forma-En juin 2008 a été effectué le lancement commencé à mettre en place en 2008 les tion et la recherche dans une nouvellede la Fondation Télécom, qui démultiplie Labs. Ils ont vocation à coordonner les région des actions ont été lancées au-ce qu’était la Fondation Louis Leprince travaux sur des thématiques de re- près de certaines universités pour déve-Ringuet. La Fondation Télécom a renou- cherche prioritaires au sein de l’Institut lopper le réseau d’écoles associées develé et élargi ses membres, fondateurs, Télécom en facilitant notamment, les l’Institut. Deux premières conventionspartenaires stratégiques et associés qui échanges entre les chercheurs des ont été signées avec l’ENSPS às’impliquent dans des programmes déjà écoles et en s’ouvrant à des partenaires Strasbourg et Télécom Saint-Étienne. Estopérationnels en matière de formation investis dans ces domaines. Le Future à l’étude avec les tutelles et les acteurs(attribution de bourses internationales, Networks Lab est déjà opérationnel de- locaux la concrétisation d’un partenariatcoaching d’étudiants), de recherche (mu- puis plus de six mois ; Digital Life Lab structurant avec l’université visant à latualisation de thèses et de post-doc sur est en cours de lancement et le Digital création d’une école d’ingénieurs àdes sujets « en rupture »), d’innovation Health Lab est en préparation. Un qua- Montpellier. Les travaux sur la crois-(animation des incubateurs, intermédia- trième viendra les compléter sur les thé- sance de l’Institut en Île-de-France onttion entre PME et fondateurs…), de pros- matiques des « Contenus et services nu- également commencé et plusieurs scé-pective (lancement d’un think tank) et de mériques » qui capitalisera notamment narii sont envisagés à ce stade impli-rayonnement. La Fondation porte égale- sur la production du laboratoire commun quant les sites de Paris, d’Évry et dement le financement de projets spéci- avec Alcatel-Lucent Bell Labs inauguré Saclay/Palaiseau.fiques ciblés sur une école, ce qui permet en janvier 2009. En dehors de ces axes de progrès priori-notamment à ce titre aux associations La politique de l’Institut envers les PME taires présentés ci-dessus et suivis par led’anciens de s’impliquer en mobilisant est également très volontariste, puisque conseil d’administration de l’établisse-leurs membres. 359  PME sont en relation contractuelle ment, ce document donne les principauxPour piloter les actions de l’Institut à l’in- avec l’Institut Télécom et ses écoles et éléments de l’activité de l’Institutternational, une coordination centralisée 26  % des diplômés sont employés par Télécom. Il est aussi l’occasion de faireau niveau de l’établissement a été mise des PME. L’Institut Télécom a créé le un zoom sur la nouvelle Fondationen place. Un plan d’action a été adopté, club des PME proches de l’Institut (une Télécom et de rappeler les principalesqui vise à enrichir la cohérence de la quarantaine à ce jour) dont l’objectif est actions 2008 liées à la gestion destratégie et des actions à l’international de monter des projets de R&D avec les l’Institut.et à améliorer ses performances grâce à PME mais aussi de créer des partena-une meilleure cohésion des équipes. riats triples (grand groupe, Institut, PME).Afin d’assurer le développement et le Une première manifestation organiséerayonnement du PRES ParisTech, l’école par l’Institut a permis de présenter 18 deTélécom ParisTech a été missionnée par ces PME aux 5 grands partenaires de lace PRES pour animer d’une part le clus- Fondation Télécom.ter ICT dans le cadre d’IDEA League, et L’Observatoire des métiers de l’Institutd’autre part la réflexion scientifique du Télécom a piloté en 2008 une étude com-projet «  Campus Plaiseau  » . Elle est mune aux écoles d’ingénieurs deaussi chargée du développement des re- l’Institut sur les métiers du domainelations avec France Télécom dans le do- « traitement du signal et des images »maine de la recherche en STIC. Elle est avec l’objectif de réaliser une cartogra-au nom de ParisTech le conseiller scien- phie de la situation du marché de l’em-tifique du club « Énergies numériques » ploi dans le domaine, repérer les gise-et a été retenue pour opérer l’incubateur ments d’emplois et les nouvellesparisien de ParisTech, qui se dévelop- opportunités, de caractériser les nou-pera autour de l’incubateur actuel de veaux métiers.l’école. 7
    • § Télécom ParisTech a créé une nou- velle filière d’admission au niveau § Télécom ParisTech a concrétisé ses master 2 ; relations étroites avec les laboratoires § Télécom Bretagne a lancé le «  Trek parisiens de recherche, en électro- Télécom », projet de formation en si- nique analogique et hybride, par la tuation de mobilité sur le thème du création du GIS eSys 2 qui fédère des développement durable ; équipes d’écoles d’ingénieurs et d’uni- § Télécom Ecole de Management a créé versités 3 avec le soutien du CNRS. un nouveau mastère spécialisé § Télécom ParisTech a lancé, avec l’ap- « Systèmes d’information pour les en- pui de la Fondation Télécom, la plate- treprises » qui propose une spéciali- forme « Multimédia massif », qui re- sation à la finance ; groupe, autour de moyens puissants § Dans le cadre du Prix national de la d’archivage et de calcul, des travaux stratégie, un élève de Télécom Ecole multidisciplinaires, en apprentissage, de Management a obtenu le prix du indexation et fouille de données dans meilleur travail étudiant pour son dos- les images. sier d’analyse sur la société Prodware ; § Isabelle Bloch, professeur à l’école § L’école Télécom Lille1 a mis en place Télécom ParisTech, a reçu la médaille une nouvelle option de spécialisation Blondel 2008 de la SEE 4 pour ses tra- « Infrastructures systèmes et intégra- vaux remarquables contribuant aux tion des services » ; progrès des STIC. § Eurécom a proposé à l’homologation § Claude Berrou, professeur au dépar- DNM, un nouveau programme master tement d’électronique de l’école of science dans le domaine du multi- Télécom Bretagne, a reçu son épée média. d’académicien. Il a également été Les faits marquants Développer l’offre de formation Faire de l’Institut Télécom un acteur élevé au grade d’IEEE Fellow pour l’in- mondial de la recherche en STIC de l’année vention des turbocodes et la générali- sation de leur principe ainsi que pour sa contribution aux travaux de norma- lisation. § Les laboratoires de l’école Télécom Bretagne ont mis au point une tech- nique de diversité de modulation 5, pour la transmission de données sur des canaux très perturbés. § Télécom Bretagne a accueilli un nou- veau laboratoire CNRS : le LabSTICC 6. § Deux professeurs de l’école Télécom SudParis ont reçu le prix Glover- Klingman 2007 pour leur article 7 paru dans la revue Networks. § Le prix André Blanc Lapierre de la SEE a été attribué à une diplômée de l’école Télécom SudParis, pour son travail sur le suivi du mouvement res- piratoire dans les images médicales. § Télécom Lille1 a organisé le «  work- shop » européen COST 2100 sur le thème «  Pervasive Mobile & Ambient Wireless Communications ». § L’Institut Télécom a organisé un col- loque international sur la thématique de l’internet du futur 8. § La Fondation Louis Leprince-Ringuet a été transformée en Fondation Télécom, signifiant un nouvel élan, de nouveaux programmes et de nouveaux parte- naires. 4 médaille Fields 199 oz, Yocc he op Cla ist GIS eSys - Groupement d’intérêt scientifique électronique des systèmes ud hr Be n-C e Les membres du GIS eSys - ESIEE, ISEP, Supélec, Télécom ParisTech, universités Paris Sud 11, Pierre et Marie Curie. rro u J ea SEE - Société de l’électricité, de l’électronique et des TIC reço de it son ien épée d’académic Technique de diversité de modulation - fondée sur le principe de rotation de constellation et d’entrelacement I/Q LabSTICC - Laboratoire en sciences et technologies de l’information « Acceleration of cutting-plane and column generation algorithms : applications to network design » Symposium Autonomous and Spontaneous Networks 2 3 4 5 6 7 88
    • § Télécom Bretagne a proposé, en par- § Une convention d’écoles associée a été § Le nombre des étudiants en master of tenariat avec deux PME 9, et dans le signée avec l’ENSPS de Strasbourg et science a fortement augmenté, no- cadre du programme Eureka / Télécom Saint-Étienne ; tamment à Télécom Paris (40 %) et à Eurostars un projet baptisé « SME42 », § L’Institut Télécom s’est impliqué aux Télécom Bretagne (130 %) ; classé premier parmi les 300 projets côtés de 23 partenaires et en associa- § Le programme « Télécom Scholarships expertisés, visant à valider un nouveau tion avec les PRES ParisTech et for Excellence » de la Fondation standard ; UniverSud Paris pour élaborer le Télécom a attribué 300 k€ de bourses§ Lauréates du concours national 2008 «  projet de Campus du plateau de à des étudiants étrangers, dont 50% fi- de création d’entreprises innovantes, Saclay » ; nancés par ATOS-Origin pour des étu- ou objets des attentions des Business § Le directeur de l’école Télécom diants indiens ; Angels, les entreprises soutenues par Bretagne a été réélu au poste de vice- § Télécom ParisTech a signé une l’incubateur de Télécom & Management président du pôle de compétitivité convention avec l’université de SudParis ont bénéficié de trois mil- «  Images et réseaux  » et au conseil Novossibirsk pour le recrutement lions d’euros de financements ; d’administration du pôle de compétiti- d’étudiants de Russie ;§ Le premier challenge Projets d’entre- vité « Mer Bretagne » ; § Les quatre formations délocalisées de prendre a été organisé à Télécom § Télécom Bretagne a participé au pro- Télécom Bretagne (Vietnam, Mexique, Lille1 ; jet de plateforme, ImaginLab, agissant Maroc et Syrie) ont connu un beau suc-§ Le projet BUGYO 10 auquel participe au nom de l’Université européenne de cès, avec une augmentation du nom- Télécom ParisTech a reçu un Bretagne dans le cadre d’un projet du bre d’élèves de 50 % ; Excellence Award par le programme pôle « Images et réseaux », cofinancé § Télécom Bretagne a accédé en tant européen Celtic pour la reconnais- par l’État et par la région Bretagne. que membre-collaborateur au CDIO 11 sance de l’impact potentiel dans le mi- créé à l’initiative du MIT pour amélio- lieu industriel de la thématique d’éva- rer les formations d’ingénieurs dans le luation de la sécurité des systèmes monde ;Favoriser le développement Amplifier l’action de l’Institut Télécom S’affirmer dans la compétition complexes ; § Télécom Ecole de Management s’estéconomique et l’innovation au cœur des territoires internationale§ l’Institut Télécom a organisé l’« opé- engagé avec l’ONU sur la responsabi- ration Triptyque », dispositif permet- lité sociétale des entreprises ; tant la rencontre entre les partenaires § Deux étudiants du master of science de la fondation, les enseignants-cher- Communication Networks and Services, cheurs porteurs de technologies ma- en double diplôme à Télécom SudParis tures et le réseau des PME de l’Institut et à Asian Institute of Technology, ont Télécom. reçu le prix Wireless Personal Multi- media Communications qui récom- pense leurs performances académiques exceptionnelles dans le domaine des télécommunications et du multimédia sans fil ; § Télécom Lille1 a signé une convention d’échange avec le Dublin Institute of Technology et d’un accord bilatéral avec l’université Nottingham de Kuala Lumpur (Malaisie) ; § Une étudiante d’Eurécom a reçu le prix du meilleur stage de la Fondation Télécom pour son stage effectué au Japon chez Hitachi. La PME bretonne Teamcast et la PME espagnole Sidsa Projet BUGYO - Building security assurance in open infrastructures The CDIO™ INITIATIVE is an innovative educational framework for producing the next generation of engineers. It provides students with an education stressing engineering fundamentals set in the context of Conceiving - Designing - Implementing - Operating real-world systems and products. www.CDIO.org91011 9
    • § Institut Télécom pour le nom du groupe, 2008 restera marquée par la mise en § Télécom ParisTech en remplacement œuvre des changements des marques de Télécom Paris, du groupe et des écoles décidés au § Télécom Bretagne en remplacement conseil d’administration de novembre de ENST Bretagne, 2007, dans le cadre de l’adoption de la § Télécom SudParis en remplacement stratégie de l’établissement pour la pé- de Télécom INT, riode 2008-2012. § Télécom Ecole de Management en Opérés entre le 1er janvier 2008 et le remplacement de INT Management, 1er septembre 2008, ces changements ont § Télécom & Management SudParis en été accompagnés d’un plan de commu- remplacement de INT, nication spécifique enclenché dès avant § Télécom Valorisation en remplace- cette date par la diffusion large et mas- ment de GET Valorisation sive, fin 2007, d’une carte de vœux et par § Fondation Télécom en remplacement l’organisation d’une conférence de de Fondation Louis Leprince-Ringuet, presse dévoilant la nouvelle identité du Le lancement de ces nouvelles marques groupe et de ses écoles : s’est accompagné d’une refonte des identités visuelles traduisant la nouvelle cohérence d’ensemble des noms de marque. Fin 2008, une évaluation du changement a été opérée auprès des publics internes comme externes. Les résultats ont été très positifs montrant notamment que l’adoption des nouvelles marques en in- terne est bien comprise et acceptée et La nouvelle identité que dans la presse les nouveaux noms sont utilisés dans 100 % des cas à partir du mois de mars 2008. Ce changement a été salué tant par les journalistes que par nos partenaires.10
    • En 2008, le personnel du groupe a su se mobiliser pour obtenir de très bons résultats que reflète l’évolution de ses chiffres clés. En préparation du suivi de la stratégie 2008- 2012, le périmètre d’un certain nombre d’indicateurs a été modifié par rapport à la période précédente pour consolider les effectifs d’élèves et les moyens des filiales. § 5400 étudiants § 1500 diplômés § 11 M€ de ressources propres issues de la formation 12 § Plus de 7 M€ de chiffre d’affaires en formation continue § Une force de recherche d’environ 1700 personnes § De l’ordre 1700 publications § Plus de 170 thèses soutenues § Plus de 32 M€ de ressources propres issues de la recherche § Plus de 50 brevets déposés § Autour de 50 nouvelles créations d’entreprises § Un taux de placement des docteurs en entreprise de 73 % Les chiffres clés du groupe § Plus de 1050 permanents contribuent tous les jours à l’activité de l’Institut § 690 non permanents 13 § Un budget annuel de plus de 140 M€ § 48 M€ de ressources propres Formation Recherche Innovation Moyens Frais d’inscription, taxe d’apprentissage, fondation Télécom, concours commun Présents au 31/12/20081213 11
    • Pascal Faure Jean-Claude Jeanneret Président du conseil d’administration de l’Institut Télécom Godefroy Beauvallet Yves Poilane Administrateur général de l’Institut Télécom André Chomette Pierre Baylet Christian Margaria Brigitte Rouède Direction de la stratégie et des Télécom ParisTech affaires financières Nicole Delval Télécom Bretagne Pierre Rollin Denis Lapert L’organigramme de l’Institut Télécom Direction du développement et de la prospective Télécom & Management SudParis Direction Francis Jutand des ressources humaines Bertrand Bonte Agence comptable Télécom SudParis Télécom Ecole de Management Ulrich Finger Godefroy Beauvallet Direction scientifique SIÈGE Télécom Lille1 Service d’administration générale Didier Lombard Institut Eurécom Télécom Valorisation SAS Fondation Télécom12
    • Télécom Lille1 Télécom ParisTech Lille ENSPS Télécom Bretagne Télécom SudParis Télécom Ecole de ManagementBrest Paris Évry Strasbourg Rennes Télécom Saint-Étienne Eurécom Télécom Bretagne Télécom ParisTech Saint-Étienne Nice Toulouse Sophia-Antipolis
    • La formation initiale et continue L’Institut Télécom est aujourd’hui un pôle de formation d’ingénieurs, de managers et de docteurs de référence au niveau national et reconnu au niveau international grâce à un tissu de coopération fourni et varié. Les écoles de l’Institut Télécom forment des élèves ingénieurs dotés à la fois d’une culture scientifique de haut niveau orientée vers l’innovation dans le domaine des STIC et de compétences managériales. L’école de management (Télécom Ecole de Management) forme des managers capables de gérer des projets impliquant les technologies de l’information et de la communication. Les écoles diplôment chaque année dans leur formation phare plus de 795 ingénieurs et environ 134 managers. Les deux filiales de l’Institut Télécom, Eurécom et Télécom Lille1, élargissent et renforcent l’offre de formation. Eurécom associe à l’Institut Télécom des partenaires industriels et académiques majeurs pour concevoir des formations internationales de master et d’ingénieur. Télécom Lille1, créée en partenariat avec l’université de Lille1, propose une formation en alternance en cinq ans après le baccalauréat et des formations en apprentissage. L’Institut Télécom compte actuellement au sein de ses écoles et filiales environ 5400 étudiants, dont environ 3600 ingénieurs et managers, 780 doctorants, 1000 élèves en autres formations de niveau master (mastère spécialisé, master of science, DNM). Le niveau de qualité des enseignements dispensés au sein des écoles de l’Institut Télécom vise les meilleurs standards internationaux, et repose sur le nombre et la qualité de ses enseignants-chercheurs, qui couvrent largement tous les domaines des STIC, de l’électronique et du traitement du signal jusqu’aux applications et aux usages. Ces derniers participent à des projets de recherche nationaux et européens en partenariat avec des organismes de recherche de premier rang tels que le CNRS, l’INRIA, le CEA, l’INSERM, le CNES et savent s’impliquer dans l’innovation technologique en collaboration avec les entreprises de pointe françaises et internationales du domaine des STIC. Pour accompagner les anciens élèves et professionnels du secteur qui doivent s’adapter aux nouvelles technologies et aux nouveaux métiers, et qui ont besoin de se former tout au long de la vie, les écoles de l’Institut Télécom développent leur activité de formation continue, et accueillent ainsi chaque année environ 4000 stagiaires. Ajoutée à la formation initiale et à la recherche, cette activité permet de rendre complète la réponse de l’Institut aux attentes des entreprises et de la société. Ce chapitre présente l’activité de chacune des écoles de l’Institut Télécom dans le domaine de la formation introduite par un mot du directeur et les faits marquants de l’année de chaque établissement. 15
    • 16
    • Le mot du directeurL’année 2008 a été riche en événements pour Télécom ParisTech. Sur le planinstitutionnel, l’année a débuté par un changement de nom traduisant notre doubleancrage dans ParisTech et dans l’Institut Télécom. La stratégie 2008-2012 a étéadoptée en conseil d’école le 27 mars 2008 après un travail collectif mobilisantmanagers et personnels. Elle positionne l’École dans le Top 5 des meilleursétablissements français et nous fixe comme ambition d’animer la faculté des STICde ParisTech, pour être dans le Top 20 mondial à l’horizon 2015. Cette stratégie a vuses premières réalisations dès le courant de l’année 2008. Enfin, 2008 a vu lelancement de l’opération Campus par le ministère de l’Enseignement supérieur etde la Recherche et l’inscription de Télécom ParisTech dans le projet Campus duplateau de Saclay-Palaiseau, sans pour autant abandonner notre implantationparisienne. En attendant la réalisation de ce projet, l’École s’est étendue dans undeuxième bâtiment de la rue Dareau dans le 14e arrondissement de Paris,permettant de répondre aux besoins urgents de place pour les départementsd’enseignement et de recherche et pour l’incubateur de l’École.Sur le plan de la formation, l’année a également été riche avec la finalisation dudossier de création d’une formation par l’apprentissage avec une nouvelle filière derecrutement, qui a reçu l’avis favorable de toutes les instances statutaires et fera,en 2009, l’objet d’un dépôt à la CTI pour une ouverture en 2010.Une démarche de contribution à l’ouverture sociale a été relancée, appuyée par lamême préoccupation au niveau de ParisTech. L’École a choisi une approcheoriginale, multipliant les formes de contribution possibles et associant élèves etTélécom ParisTechpersonnels.Deux nouveaux « executive mastères spécialisés » ont été lancés en 2008, tous deuxen partenariat, l’un sur les nouvelles architectures de télécommunication (ATOMS,avec Orange) et l’autre sur l’ingénierie d’affaires (IASIT, avec l’ESSEC). Ces deuxmastères spécialisés ont rencontré d’emblée un grand succès.Sur le plan de la recherche, 2008 a vu le lancement de trois ICF (Institut deCommunication du Futur) au niveau de l’Institut, dont deux, l’ICF Reseaux, et l’ICFUsages et cultures numériques, sont pilotés par un professeur de l’École.Un gros investissement a été fait en 2008 pour développer des coopérationsscientifiques au sein de ParisTech et, plus généralement, d’IDEA League dans ledomaine des STIC. Notre leadership a été ainsi reconnu et des perspectives decoopération prometteuses ont été dégagées dans plusieurs domaines(bio-ingénierie, apprentissage statistique…). L’École a enfin beaucoup œuvré pourpermettre à IDEA League de se positionner dans le futur appel d’offre européenpour l’European Institute of Innovation and Technology.Sur le plan de l’interface entre l’École et les entreprises dans le domaine de larecherche, notons particulièrement l’inauguration du laboratoire commun TélécomParisTech-ALTRAN en communication numérique.En matière de l’innovation, nous avons eu à la fois la reconnaissance de la qualitéde notre activité de soutien à la création d’entreprise par la Ville de Paris, et celle denotre leadership dans ParisTech par toutes les écoles de ParisTech, lorsque nousavons déposé, puis été retenus par la Ville de Paris, sur un dossier d’incubateurParisTech, opéré par Télécom ParisTech. Quinze nouveaux brevets ont été déposésen 2008 à comparer aux trois brevets déposés en moyenne annuellement lesannées précédentes.Dans le domaine des ressources humaines, notons en 2008 la distinctiond’Isabelle Bloch, professeur au département TSI qui a reçu la médaille Blondel, plushaute distinction de la SEE, mais aussi la disparition de notre collègueFrancis Schmitt, regretté chef du groupe Traitement et interprétation des images.L’École a également participé activement au lancement de la Fondation Télécom etaux travaux de construction de la Fondation ParisTech. Elle a apporté sont soutien àla collecte des premiers dons à destination de chacune des deux fondations. Yves Poilane Directeur de Télécom ParisTech 17
    • Les faits marquants de l’année diants. C’est ainsi que le département mation d’ingénieur (par AST) et en mas- Comélec a mis en place cette année une ter of science, parmi lesquelles neuf plateforme d’attaque des dispositifs de Eiffel et six bourses du gouvernement sécurité lui permettant de s’afficher au- chinois, des bourses d’entreprises attri- Conformément à la nouvelle stratégie de jourd’hui comme l’un des acteurs fran- buées aux étudiants brésiliens, russes, l’École, et pour adapter aux nouveaux çais majeurs en architecture des sys- indiens et chinois, (neuf Thalès, cinq enjeux notre recrutement national pour tèmes matériels de sécurité et Orange et quatre ATOS et quelques le diplôme d’ingénieur, deux nouvelles particulièrement en analyse et protec- bourses financées par la Fondation filières ont été imaginées qui verront une tion contre les attaques par les canaux Télécom). mise en œuvre effective respectivement cachés. De la même façon, la plateforme Les habilitations des masters of science en 2009 et 2010. de gestion de données multimédias mise «  Sécurité  », « Communications digi- La première, dite filière « AST M2  », en place à TSI donne accès à tous les tales », et « Systèmes informatiques en consiste à compléter l’admission sur ti- outils de recherche, d’indexation et d’ap- réseaux » ont été renouvelées. Un nou- tres universitaire au niveau licence, par prentissage sur la parole, la musique, veau, master of science « Radio digital » une admission sur titres au niveau mas- les images ou le film. Plusieurs autres a reçu l’habilitation de l’AERES. ter, dont les bénéficiaires accéderaient à plateformes sont ainsi en cours de mon- l’École au niveau de son propre cycle tage qui seront opérationnelles à court master, et pour une durée de trois se- terme. mestres, reproduisant ainsi, en quelque Les laboratoires communs et les chaires En cohérence avec les orientations de la sorte, le format du cursus des «  qua- industrielles sont également un terrain stratégie 2008-2012 de l’Institut trième année de l’X  » (les élèves poly- privilégié de synergie entre recherche et Télécom, les collaborations de l’Ecole se techniciens étant, formellement au enseignement. En 2008, la chaire sont renforcées à Strasbourg. Le 11 juin, moins, également au niveau bac+5 quand « Innovation et régulation » en partena- l’ENSPS (École nationale supérieure de ils arrivent à l’école). Une expérimenta- riat avec Orange, la chaire « TIC et déve- physique de Strasbourg) est devenue une tion de ce dispositif d’admission est mise loppement durable  » (partagée avec « école associée » de l’Institut Télécom. en place pour la rentrée 2009 avec les Télécom & Management SudParis) en Située au sein du pôle d’Application et de masters de l’UPMC 14 (au moins ceux re- partenariat avec Orange et la Caisse des promotion de l’innovation (API) d’Illkirch levant du domaine des STIC), université dépôts et consignations et la chaire Graffenstaden, et au cœur du pro- que l’école connaît notamment grâce aux «  Économie industrielle des média  » gramme «  Europe scientifique et tech- Formation nombreux masters cohabilités. (partagée avec les Mines ParisTech) en nologique  », l’ENSPS bénéficie d’une La seconde est une filière en apprentis- partenariat avec Vivendi, ont vu le jour et large reconnaissance, aux niveaux natio- sage pour le diplôme de Télécom ont rejoint à Télécom ParisTech la chaire nal et international. Dans le cadre d’un ParisTech. Le vivier de recrutement sera «  Imagerie pour l’observation de la master « Images, sciences et technolo- constitué des étudiants en apprentis- Terre » créée en 2005 en partenariat avec gies de l’information », Télécom ParisTech sage, au niveau L3, des licences pro des le CNES 15 et le DLR 16. De même, trois la- et l’ENSPS ont mis en place les premiers domaines connexes aux télécoms (typi- boratoires communs sont en fonction- modules communs d’enseignement et quement informatique, électronique, ré- nement : [1] le BiLab en partenariat avec d’échange avec l’université de Houston. seaux & télécommunications). EDF sur la « Business Intelligence », [2] Télécom ParisTech a aussi consolidé son L’admission se fera au travers d’un le « Center of Competence » en partena- engagement pour une extension de ses concours, dont le programme est adapté riat avec le CNES et le DLR sur la télé- localisations à Paris et à Palaiseau via les au vivier de recrutement, c’est-à-dire co- détection, et [3] l’UbiMedia, labo com- dossiers de l’Institut Télécom et du PRES loré « télécoms  » pour les épreuves mun à l’Institut Télécom et Alcatel ParisTech. L’école a aussi ouvert un troi- écrites et des épreuves orales qui valori- Lucent sur l’ubiquité des média. Ces ac- sième site au 9 rue Dareau permettant Territoires sent l’expérience professionnelle des ap- tions trouvent un fort soutien de la de desserrer ses locaux de recherche et prentis. Quant au cursus en alternance Fondation Télécom d’une part et de la de réserver un bâtiment pour son incu- des apprentis, il sera structuré comme le Fondation ParisTech d’autre part. bateur, le premier d’Île-de-France dans cursus standard avec une première an- sa catégorie. Les élèves ont également née de type « propédeutique » spécifique bénéficié de l’extension des capacités de préparant l’apprenti à entrer dans le cy- logement avec quarante chambres sup- cle master de deux ans. Les jurys de sélection du PRES ParisTech plémentaires à la MEASE ParisTech 17 à des étudiants chinois et brésiliens ad- la Cité internationale universitaire. mis sur titre (AST) ont été complétés en 2009 par un jury spécifique pour l’ad- mission des étudiants de Russie dans le Consolidant son enseignement par une cadre de nouvelles conventions de coo- recherche forte et s’attachant à faire tra- pération et en particulier de celui signé vailler en synergie ces deux activités, entre l’école Télécom ParisTech et l’uni- l’École a démarré en 2008 une politique versité de Novosibirsk. de développement de plates-formes de Un nombre record de bourses a pu être recherches largement ouvertes aux étu- attribué aux étudiants arrivant en for- UPMC – Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) CNES – Centre National d’Études Spatiales DLR - Deutschen Zentrums für Luft- und Raumfahrt (The German Aerospace Center) International MEASE ParisTech - Maison des Étudiants de l’Asie du Sud-Est Relations entre formation et recherche 14 15 16 1718
    • La formation d’ingénieurs Les masters of science § d’une forte présence d’étrangers re- présentant plus de 40 % de l’effectif to-Dans le cadre de son cursus d’ingénieur, Le master of science de l’école Télécom tal de l’Ecole,l’école Télécom ParisTech propose un ParisTech s’adresse aux étudiants étran- § de séjours à l’étranger dont ceux desystème de formation « sur mesure » qui gers titulaires d’un « Bachelor » ou d’un plus de six mois sont suivi par 8 % despermet à chacun de se construire un par- diplôme équivalent à quatre années élèves,cours de formation personnalisé, directe- d’études universitaires dans le domaine § des cours dispensés en anglais et desment relié à son propre projet profession- des technologies de l’information et de la cours de langues.nel. communication. Le fort engagement de l’Ecole dans le pro-Après une première année de tronc com- Ce programme est dédié en priorité aux gramme Athens du PRES ParisTech per-mun, les élèves de deuxième et troisième étudiants étrangers de très bon niveau. met d’organiser deux fois par an (en marsannée peuvent choisir de suivre leur cur- D’une durée de trois semestres, il com- et en novembre) des échanges d’étudiantssus de formation sur le site de Paris ou de porte deux semestres académiques où d’une durée de dix jours avec les grandesSophia-Antipolis. La troisième année est les enseignements se déroulent entière- universités européennes (Madrid, Milan,aménagée pour permettre à ceux qui le ment ou partiellement en langue anglaise, Prague, Budapest, Louvain, Munich, etc.).souhaitent de suivre soit des cursus com- suivi d’un stage d’un semestre (22 se- Télécom ParisTech est membre de ce ré-plémentaires (master recherche co-ha- maines), soit dans un laboratoire de re- seau qui rassemble chaque année 2000bilité) soit des cursus de substitution cherche, soit en industrie. étudiants dont plus de 800 suivent une(études à l’étranger, cursus du mastère Six masters of science de l’Ecole ont été session dans un autre pays du réseau.spécialisé «  Management des nouvelles parmi les premiers en France à être habi- Ce programme comprend un courstechnologies » avec HEC, cursus « STIC et lités Diplôme national de master (DNM) scientifique intensif d’une semaine àsanté  » ou «  Télécommunications spa- dans le domaine des sciences et techno- choisir parmi 95 cours proposés danstiales » de Télécom Bretagne…) logies. L’habilitation DNM est délivrée par l’année et des activités socioculturelles.Le cycle du master de la formation d’in- le ministère de l’Enseignement supérieur Ainsi, 228 élèves de Télécom ParisTech La formation entrepreneuriatgénieurs est organisé en une trentaine de et de la Recherche. ont participé à la semaine « Athens  »parcours thématiques couvrant l’ensem- Ce cursus permet aux élèves d’acquérir de mars 2008 et l’Ecole a accueillible des domaines de l’Ecole pour mieux des compétences spécifiques dans l’un 155 élèves des universités européennesguider les élèves dans le choix de leur des domaines des TIC pour travailler en partenaires.parcours de formation et pour rendre plus entreprise en France ou à l’étranger. Illisible l’organisation des enseignements permet également aux étudiants motivés Les mastères spécialisésde l’Ecole pour ses partenaires extérieurs par la recherche d’accéder aux études(universités, écoles, entreprises). Une at- doctorales. Dans le cadre de la formation d’ingé-tention toute particulière a été portée sur En 2008, l’école a diplômé 31 élèves en nieurs, Télécom ParisTech a mis en placeles formats des unités d’enseignement master of science. un dispositif de préparation et de for–pour encourager le travail personnel de mation à la création d’entreprisesdes élèves. innovantes. L’objet de cette unité d’en-Les relations avec les entreprises sont seignement est de donner les élémentsau cœur de la formation à Télécom Les mastères spécialisés de l’école clefs de réussite d’une entreprise, deParisTech. Le monde de l’entreprise est Télécom ParisTech apportent un complé- prévenir les causes d’échec et de baliserune référence permanente dans les en- ment de formation original et de haute l’ensemble des étapes conduisant auseignements et la pédagogie. technicité susceptible d’élargir les pers- succès et ce au niveau :En 2008, 631 élèves ingénieurs étaient en pectives de carrière. Ils permettent à un § de l’action commerciale ;formation à l’école dont 86 sur le site de ingénieur généraliste d’entrer de plein- § de l’innovation du produit ou du service;Sophia-Antipolis. pied dans le secteur économique des § de la conquête des marchés ;L’école a diplômé 252 ingénieurs. hautes technologies de l’information. Ils § du montage financier. permettent aux ingénieurs spécialistes La formation dispensée permet aux d’autres domaines d’acquérir une double élèves de se mettre en situation et de spécialité soit en vue de leur premier em- connaître le métier du chef d’entreprise ploi, soit pour réorienter leur carrière et son environnement. après quelques années d’activité. Cette formation est délivrée sur la base L’offre de formation est composée de dix de deux occurrences par an. Elle com- cursus à temps plein et quatre formations plète les actions de sensibilisation au- à temps partiel de type « Executive mas- près des élèves de première année. L’ouverture à l’international tère spécialisé » étalées sur deux années scolaires. En 2008, 285 élèves ont été diplômés d’un mastère spécialisé de l’école. Télécom ParisTech apporte à ses étu- diants une ouverture à l’international au travers : 19
    • L’école doctorale l’activité de formation par la recherche menée à l’École. L’école Télécom ParisTech délivre son Le nombre de doctorats de Télécom propre diplôme de doctorat, au sein de ParisTech délivrés au cours des cinq der- l’école doctorale ED 130, Edite de Paris, nières années est porté dans le tableau en accréditation conjointe avec l’univer- ci-dessous, dans chacune de ses spé- sité Pierre et Marie Curie (Paris VI). Edite cialités en recherche. Le nombre des de Paris est une école doctorale multi- étudiants préparant un doctorat a forte- sites et pluridisciplinaire (dans le champ ment augmenté au cours de ces trois des STIC), qui associe également le dernières années (il y avait 361 inscrits CNAM 18, l’IRCAM 19, Télécom & au 31 décembre 2008 dont 59 effectuant Spécialités de Doctorat 2004 2005 2006 2007 2008 Management SudParis et l’INRIA. En leur thèse à Eurécom). Les nombreuses Électronique et communications 21 21 19 14 18 2008, 63 doctorats ont été soutenus à soutenances de 2008, qui constituent un l’école. record pour Télécom ParisTech, sont Informatique et réseaux 8 14 21 12 23 L’année 2008 a vu la fin d’un quadriennal dues à ces inscriptions et préfigurent le Signal et image 19 23 14 23 19 de cette école doctorale. Bernard flux de doctorants dans les prochaines Économie des systèmes d’information 0 1 1 1 3 Robinet, directeur de la formation par la années. recherche à Télécom ParisTech et direc- Total 48 59 55 50 63 teur de l’Edite pendant huit ans a cédé la Eurécom 16 direction à Christian Queinnec, profes- seur à l’UPMC. Henri Maître, professeur Évolution du nombre de doctorats délivrés par l’école Télécom ParisTech et répartition par domaines scientifiques. à Télécom ParisTech et directeur de la recherche est devenu directeur adjoint, responsable des doctorants à Télécom ParisTech. L’année 2008 a également été l’occasion pour l’école doctorale d’être évaluée par l’AERES. Celle-ci a donné un avis très positif, soulignant les qualités de l’Edite : un très bon adossement aux laboratoires de qualité, un bon équilibre entre ses partenaires, une gouvernance effective malgré sa taille importante, un fort effet structurant régional, une image attrac- tive et une bonne ouverture internatio- nale ainsi qu’une offre de formation large. L’AERES a néanmoins regretté de trop faibles activités communes entre Jusqu’à 2005, l’école ne pouvait pas délivrer de doctorats en Économie et Systèmes d’Information, ce doctorants des deux sites principaux et qui explique la lente montée de ce domaine. Dans le ce point sera au cœur de la politique de tableau ci-dessus, les thèses des doctorants l’Edite dans les mois qui viennent. d’Eurécom antérieures à 2008 n’étaient pas Les informations chiffrées présentées distinguées des autres thèses. La croissance du ci-après, arrêtées au 31 décembre 2008, nombre de thèses soutenues en 2008 en est d’autant donnent un éclairage sur l’évolution de plus forte. La répartition des doctorants de Télécom ParisTech par nationalités est portée dans le graphique ci-dessous. À l’exception des doctorants en provenance de l’Asie dont le nombre a notablement crû depuis cinq ans, les grandes lignes demeurent très stables au cours des ans. CNAM : Conservatoire national des arts et métiers IRCAM : Institut de recherche et coordination acoustique/musique 18 19 Répartition des doctorants de Télécom ParisTech par nationalité : 62 % des doctorants sont étrangers.20
    • La formation continue Les formations diplômantes ou quali- fiantes sont destinées à accompagnerTélécom ParisTech est présente sur deux les individus dans leur mobilité profes-segments d’activité du marché de la for- sionnelle et dans l’évolution de leur car- L’activité « Intra » entreprises, qui re-mation continue : les formations courtes rière. L’offre est constituée des mastères présente un tiers du chiffre d’affaires to-et les formations diplômantes. L’École a spécialisés, du Bilan d’Aptitude Délivré tal en formation continue, s’est accrueréalisé 3,11 M€ de chiffre d’affaires en par les Grandes Écoles (BADGE), et de d’environ 40 % . L’activité « Inter » en-formation continue et formé plus de 2000 Parcours de professionnalisation. treprises a subi une baisse de 10 % enstagiaires. Ces formations sont compatibles avec termes de chiffre d’affaires et de nombreLes formations de courte durée permet- une activité professionnelle. de stagiaires, après la forte hausse detent de mettre à jour les compétences Le public de la formation continue de 2007.des cadres et ingénieurs en activité. Télécom ParisTech est concentré en ré- L’ensemble de l’activité « Inter  » /L’offre est principalement constituée de gion parisienne (environ 80  %). Il est « Intra » entreprises représente environsessions de type séminaires de veille constitué d’utilisateurs des technologies 50 % du chiffre d’affaires de la formationdans les technologies de pointe. Elles de l’information (administrations, continue.sont offertes sous forme de sessions in- grandes entreprises), d’équipementierster-entreprises, intra-entreprises ou sur et d’opérateurs de télécommunications.mesure.Les domaines proposés sont les réseauxsans fil, l’architecture des réseaux, lessystèmes d’information, la sécurité,l’électronique, le traitement du signal etde l’image et le management appliqué ausecteur des technologies. Les activités sur le marché « Inter » et « Intra » entreprises Architecture des réseaux 55 % Mobilité 21 % Système d’information < 1 % Sécurité 5 % Signal, Audio, Image et Multimédia 11 % Dispositifs et Techniques de communication 4 % Management et Économie 3 %Répartition suivant les filières 21
    • des réseaux  » et «  Sécurité des ré- seaux » ; § «  Executive mastère spécialisé Deux nouveaux « Executive mastères Télécom ParisTech proposent qua- Management des systèmes d’informa- spécialisés » ont été accrédité en février torze programmes de mastères spéciali- tion répartis » : peut être suivi dans le 2008 par la conférence des grandes sés, dont dix à temps plein et quatre à cadre d’un contrat d’apprentissage écoles et ont recrutés chacun leur pre- temps partiel, suivis en 2008 par plus de (CFA). Il est, en outre, un diplôme de mière promotion : 660 élèves. niveau 1 homologué par la Commission § « Architectes télécom ouverts sur les Les dix mastères spécialisés à temps nationale de la certification profes- multiservices » (MS ATOMS) plein se déroulent sur un an. Sept d’en- sionnelle (CNCP) et figure, à ce titre, § « Ingénierie des affaires en systèmes tre eux s’appuient sur les enseignements au Répertoire national des certifica- d’information et en télécom » (MS IA- de la formation initiale. Les autres sont tions professionnelles (RNCP). SIT) élaborés exclusivement sur des modules § « Executive mastère spécialisé Archi- Un nouveau parcours de professionnali- spécifiques. tecte télécom orienté multiservices » sation a été lancé : « Architecte logiciel Les quatre « executive mastères spéciali- est réalisé en partenariat avec Orange, technique  » au profit de la société sés  » à temps partiel s’étalent sur des qui assure environ un tiers des ensei- Orange. Il complète l’offre existante  : périodes comprises entre 18 et 21 mois (y gnements. « Ingénieur technico-commerciaux » et compris une période de stage de quatre § «  Executive mastère spécialisé Ingé- « Services relations clients ». à six mois) et sont réalisés à partir de nierie des affaires en systèmes d’in- Le BADGE « Régulation des télécommu- modules entièrement spécifiques. Ils ac- formation et en télécom » est réalisé nications » réalisé depuis trois ans avec cueillent des professionnels et des en partenariat paritaire avec l’ESSEC. l’ART du Burkina Faso sera réalisé en jeunes en continuation de formation. La Parmi ces quatorze mastères spéciali- 2009 en partenariat avec l’ART du scolarité de ces mastères alterne les pé- sés, six d’entre eux sont réalisés en par- Cameroun. riodes de cours à l’École et l’activité en tenariat paritaire : trois avec l’ESSEC, un Le cycle de séminaire annuel avec entreprise : avec HEC, un avec l’INA 20 et un avec Télécom ParisTech Alumni s’est pour- § « Executive mastère spécialisé Orange (Campus ITN). suivi en 2008 sur le thème du FTTH 21 : Réseaux » : offre deux options après le À ces formations diplômantes s’ajoutent 150  personnes ont assisté aux débats Les formations diplômantes Les principaux développements suivi d’un tronc commun : « Conception les formations qualifiantes dans les menés entre les principaux responsa- et qualifiantes domaines du management des systèmes bles de ce dossier complexe. d’informations, des réseaux de télécom- Le catalogue « Inter »/« Intra » entre- munications, de l’ingénierie technico- prises a fait l’objet d’une refonte impor- commerciale : tante avec la création d’une nouvelle fi- § quatre BADGES ; lière « Services et applications  » et un § trois parcours de professionnalisation ; découpage différents des filières § un parcours de professionnalisation « Réseaux » pour prendre en compte les du PRES ParisTech, construit à la de- nouvelles architectures de convergence mande à partir des modules du cata- Télécom logue et selon le projet professionnel du candidat. INA : Institut national de l’audiovisuel FTHT : « Fiber To The Name », technologie visant à remplacer les technologies & DLS en installant de la fibre optique jusque chez l’abonné 20 2122
    • L’organigramme de l’École Dominique Ventre Dominique Jean Arnaud Vera Kremmer Rembowski Galisson Dickman Dominique Direction Celier de la formation Alain Riesen initiale Division études et Délégation à Département Département programmes l’international innovation langues et pédagogique cultures Yves Nelly Mane Poilane Marc Élisabeth Morelli Valensi Direction Direction de la de la formation communication Bernard continue Henry Robinet Maître Henri Maître Direction Joseph des ressources Directeur humaines Alan Gyuran Jean-Luc Jorge Pôle emploi Pôle Hornstein Tacheau Queixalos formation et administration système des RH d’information RH et environnement du travail Richard Direction de la Melis formation EDITE Henri Maître Directeur adjoint Franck par la recherche (École doctorale d’informatique, Jacqueline Annequin télécommunications Durand et électronique) Secrétariat général Chef de cabinet Division finances Service informatique et audiovisuel Secrétariat Direction général Armand de la recherche du concours Lévy Division commun Henry Yamina immobilier Division et logistique Pironin Belabassi documentation Direction de l’innovation et du Bruno Michel Yves Christian développement Délégation aux Pôle valorisation Thedrez Riguidel Grenier Licoppe relations entreprises et à l’entrepreneuriat Départements d’enseignement- recherche Département Département Département Département communication informatique traitement sciences et électronique et réseaux du signal et image économiques et sociales 23
    • Le mot du directeurGrande École créée en 1977, Télécom Bretagne forme, sur ses campus de Brest,Rennes et Toulouse qui regroupent plus de 1200 élèves, des ingénieurs généralistes(FIG) pragmatiques et de haut niveau dans le domaine des télécommunications.Cette formation initiale a été complétée depuis les années 90-2000 par la mise enplace d’une formation d’ingénieurs par apprentissage (formation d’ingénieur enpartenariat – FIP), par des formations de master recherche (MR), mastèresspécialisés (MS), masters of science (MSc) et de doctorats.Les cursus et les pédagogies mis en œuvre assurent des formations de haut niveaureconnues internationalement, et pour lesquelles de nombreux partenariatsinternationaux ont été noués.En 2008, Télécom Bretagne a diplômé environ 230 ingénieurs, 23 élèves en DNM,63 élèves de mastères spécialisés et une trentaine de doctorants.La composante internationale est forte, d’une part grâce au fort pourcentaged’élèves étrangers (44 %), mais aussi par l’obligation de séjours à l’étranger oul’étude de deux langues vivantes pour les élèves de la FIG. Une soixantained’accords internationaux et des formations « offshore » complètent l’offre àl’international.Nos deux nouvelles formations de master of science (ingénierie biomédicale etréseaux convergents), adossées à des masters professionnels et destinées auxélèves étrangers, ont permis d’augmenter significativement le nombre d’étudiantsde ces formations. Un nouveau programme en ITS devrait débuter à la rentrée 2009.La croissance de nos formations à l’étranger marque sans doute aussi un tournantTélécom Bretagnedans l’organisation de nos enseignements. Plus que jamais ouverte sur le monde,Télécom Bretagne tend à devenir une référence internationale de la formation enSTIC.La politique de développement durable, dont je me suis fait l’ardent défenseurdepuis maintenant trois ans, commence à s’ancrer dans les esprits et devenir unedes composantes spécifiques de notre École. Qu’il s’agisse du voletenvironnemental, du volet sociétal ou du volet économique, nous avons œuvréensemble pour réaliser des idées que nous croyons justes et que nous sommesfiers de transmettre à nos élèves. Réduire notre empreinte écologique, maîtrisernos dépenses, sensibiliser nos élèves aux problématiques du développementdurable, rendre nos bâtiments accessibles aux handicapés et promouvoir l’égalitédes chances parmi le personnel et les élèves sont désormais au cœur de chacunede nos réflexions quotidiennes. Mais, bien sûr, il reste encore beaucoup de travailpour parvenir à un fonctionnement plus respectueux des contraintes présentes et àvenir. André Chomette Directeur de Télécom Bretagne 25
    • Les faits marquants de l’année Claude Berrou, professeur au départe- André Chomette a été réélu au poste de ment Électronique, a reçu, le 14 novem- vice-président du pôle de compétitivité L’école Télécom Bretagne a réalisé la bre, son épée d’académicien. Un moment « Images et réseaux » et au conseil d’ad- première édition du « Trek Télécom » : un chargé d’émotion qui restera dans la mé- ministration du pôle de compétitivité projet de formation en situation de mo- moire collective de l’École : une consé- « Mer Bretagne ». Il représente les éta- bilité sur le thème du développement du- cration méritée du travail de toute une blissements de recherche et d’enseigne- rable. équipe dans le domaine du codage de ment supérieur. Répartis en quatre équipes de six, in- l’information. Il a également été élevé au Un projet majeur de plateforme, cluant garçons et filles, Français et grade d’IEEE Fellow pour «  l’invention ImaginLab, qui sera opérationnel en étrangers, de première et deuxième an- des turbocodes et la généralisation du 2009, a largement mobilisé, durant l’an- nées, les élèves, sélectionnés en novem- principe “turbo” ainsi que pour sa contri- née 2008, les équipes de Télécom bre 2008 ont préparé eux-mêmes tous bution aux travaux de normalisation Bretagne, agissant au nom de les détails de leur parcours. Europe du dans le domaine du codage  ». Après l’Université européenne de Bretagne nord, du sud ou de l’est, chaque équipe a Christian Roux en 2005 et René Garello dans le cadre d’un projet du pôle choisi son pays de départ et les diffé- en 2006, il est le troisième enseignant- «  Images et réseaux  », co-financé par rentes étapes de son périple. Si la chercheur de Télécom Bretagne à rece- l’État et par la région Bretagne. contrainte était de suivre des cours en voir cette prestigieuse distinction. «  ImaginLab  » est une plateforme ou- mobilité, l’objectif était aussi de réaliser Parmi les résultats scientifiques mar- verte destinée aux tests d’intégration, une enquête sectorielle sur le thème im- quants à mettre à l’actif des chercheurs d’interopérabilité et d’expérimentation posé du développement durable. Cette de Télécom Bretagne cette année, on doit des usages, des services et des techno- enquête a amené les élèves à rencon- signaler la contribution du département logies innovantes sur réseaux fixes et trer des industriels, des représentants d’électronique et du laboratoire Labsticc mobiles. de collectivités et d’associations ainsi à la mise au point d’une technique de di- La plateforme « ImaginLab » repose sur que des acteurs du monde de l’ensei- versité de modulation, fondée sur le prin- trois plaques techniques complémen- gnement. Chaque équipe était entière- cipe de rotation de constellation et d’en- taires réparties sur le territoire et re- Recherche Territoires ment responsable de la logistique de son trelacement I/Q, dans un contexte de liées en haut débit : parcours, mais l’École a été très attentive modulation codée pour la transmission § la plaque Internet du futur, à Lannion, Formation à ce que les moyens mis en œuvre soient de données sur des canaux très pertur- s’appuie sur une infrastructure fixe à compatibles avec le thème du trek : l’em- bés, notamment en présence d’efface- haut et très haut débit raccordée à un preinte écologique du parcours et la qua- ments. cœur de réseau en technologie IMS lité des rencontres prévues ont été Cette technique présente des gains de (IP Multimedia subsystem) ; soigneusement analysées par les enca- performance significatifs dans le § la plaque haut-débit sans fil, à Brest, drants des quatre équipes. contexte de diffusion numérique sur un s’appuie sur une infrastructure sans fil réseau d’émetteurs isochrones et a été à base de technologies hertziennes à adoptée dans le standard de diffusion nu- haut débit WiMAX et FTTA ; mérique terrestre DVB-T2. § la plaque images en mobilité s’appuie De plus, alliée aux PMEs bretonne sur une infrastructure hertzienne de Teamcast et espagnole Sidsa, Télécom diffusion de signaux de télévision mo- Bretagne a proposé dans le cadre du pre- bile personnelle conforme aux normes mier appel à projets du programme DVB-H et DVB-SH. Eureka / Eurostars un projet baptisé Télécom Bretagne a poursuivi son plan SME42 ou « SME for T2 » visant à valider d’action développement durable en in- ce nouveau standard. En juin 2008, ce sistant particulièrement, sur la mise aux projet a été classé premier parmi les 300 normes de l’accessibilité aux personnes projets expertisés. handicapées; désormais, la plupart des locaux de l’École sont accessibles aux personnes à mobilité réduite; les der- niers travaux seront effectués en 2009.26
    • Les élèves En ce qui concerne la formation d’ingé- nieurs généralistes (FIG), la cote deLes quatre formations délocalisées En 2008-2009, les effectifs de l’École dé- l’École au concours commun « Mines -(Vietnam, Mexique, Maroc et Syrie) passent les 1200 élèves réguliers, chiffre Ponts - Télécom  » est globalement enconnaissent un beau succès, notamment en augmentation de 5  % par rapport à hausse, notamment en filière MP.les masters TW3S au Maroc et IAT en 2007-2008 et 29 auditeurs libres (AL). Le Comme l’année dernière, toutes lesSyrie. Au total, les élèves inscrits dans tableau ci dessous donne la répartition places ont été comblées dès le premierces quatre formations sont en augmen- des élèves dans les différents pro- appel. Le nombre d’élèves en FIG conti-tation de 50 %. grammes de formation. nue à baisser (-5 %), en raison du faibleLa reconnaissance internationale de la C’est dans les formations spécifiques nombre d’admis sur titres, conséquencepédagogie mise en œuvre à l’École se pour les étudiants étrangers que l’aug- de la diminution des viviers de recrute-traduit aussi par l’accès de Télécom mentation du nombre d’étudiants est la ment (cf. tableau ci-dessous).Bretagne au CDIO, en tant que membre- plus importante : En formation d’ingénieurs spécialiséscollaborateur. Le CDIO, créé à l’initiative § + 256 % d’augmentation en master of par apprentissage (FIP), la rentrée a étédu MIT, s’est donné comme objectif de science : ce résultat est favorisé par la marquée par l’excellence du recrute-recentrer les formations d’ingénieurs au- politique attractive de bourses attri- ment. Celui-ci continue à se diversifier,tour des activités effectivement réalisées buées par l’Institut Télécom et des en- avec notamment trois élèves issus depar des ingénieurs en situation profes- treprises comme ALTEN ou ATOS ; BTS (dont 2 ATS), une élève issue desionnelle. § + 50 % dans les formations délocali- CPGE et un élève recruté par la voie de laL’association CDIO rassemble l’essen- sées. formation continue. À noter cette annéetiel des grands partenaires internatio- l’intégration en deuxième année de cettenaux de l’Institut Télécom. formation, d’un élève titulaire d’une maî- trise (M1). Le succès est également au rendez-vous côté entreprises qui ont pro- posé de nombreux candidats, même si seulement 30 % d’entre eux ont pu être retenus faute de place dans la configu-International ration actuelle de cette formation. 27
    • Élèves réguliers Auditeurs libres Total re 1 année 151 2 153 2e année 182 5 187 3e année 225 20 245 Jeunes ingénieurs 91 0 91 Prolongation de scolarité 35 0 35 Total 684 27 711 Effectif d’élèves ingénieurs en formation généraliste (FIG) Élèves réguliers Auditeurs libres Total 1re année 40 0 40 2e année 39 0 39 3e année 40 0 40 Total 119 0 119 Effectif d’élèves ingénieurs spécialisés (FIP) Le pourcentage de jeunes femmes est conforme à celui de nos viviers de recrutement : leur faible nombre en formation d’ingénieur Élèves réguliers Auditeurs libres Total par apprentissage est lié à la moindre féminisation des filières IUT dans lesquelles s’effectue le principal recrutement de cette for- mation. Notons toutefois que la promotion de la première année de la formation FIP comporte 17,5 % de filles, soit un taux qui se Mastères (Brest, Rennes, Toulouse) 53 0 53 rapproche de celui des autres filières. Master « off-shore » (Mexique, Syrie, Maroc, Vietnam) 84 0 84 Master of science 1 29 0 29 Master of science 2 12 0 12 Master recherche (hors MSc 2) 29 0 29 Semestre de transition (N+i) 0 2 2 Total 207 2 209 Effectif d’élèves en formation master et mastère Doctorats Élèves réguliers Auditeurs libres Total Total 208 0 208 Effectif des élèves en formation doctorale L’évolution du taux de féminisation des effectifs FIG FIP Mastères Doctorats 2004/2005 19 % 19 % 24 % 14 % 2005/2006 20 % 15 % 25 % 23 % 2006/2007 23 % 13 % 32 % 20 % 2007/2008 24 % 9 % 31 % 22 % 2008/2009 23 % 10 % 21 % 25 % Évolution du taux de féminisation des effectifs28
    • La formation d’ingénieur Les autres formations degénéraliste (FIG) niveau M et D s’est donné comme objectif de recentrer les formations d’ingénieurs autour des activités effectivement réalisées par desL’ingénieur est un acteur éminent de la ingénieurs en situation professionnelle Outre la formation d’ingénieurs généra-société actuelle : sa responsabilité n’en (Conceive, Design, Implement, Operate); listes, Télécom Bretagne offre des for-est que plus grande, sa vie plus passion- le CDIO a défini un référentiel de compé- mations spécialisées d’ingénieurs parnante. tences, des méthodes pédagogiques et apprentissage, des masters/mastères,Les ingénieurs de Télécom Bretagne, par des standards pour l’évaluation. Son ini- des doctorats. La compatibilité des cur-leur polyvalence, par l’étendue de leurs tiative ne vise pas à réduire les aspects sus avec le système LMD permet uneconnaissances générales, par leur maî- scientifiques de la formation d’ingénieur ; grande mobilité des élèves tant entrise des techniques, par leur ouverture mais, au contraire, à les remettre en Europe que dans le monde et confère unà l’international et par leur expérience de perspective en référence au métier de caractère international marqué à l’éta-l’entreprise sont les mieux armés pour base. Les préconisations du CDIO recou- blissement avec plus de 45  % d’élèvescontribuer aux grands projets technolo- pent étonnamment le projet de formation étrangers.giques de demain. élaboré en FIG à partir de 2000-2001.L’organisation du cursus permet à Télécom Bretagne, qui a pu montrer unchaque élève, au-delà d’un socle com- programme réel mettant en œuvre lamun, de construire un parcours person- philosophie et les recommandations denel orienté vers la recherche ou vers l’in- CDIO, a donc naturellement trouvé sa L’attrait de la formation en partenariat,génierie, avec un profil d’expert ou de place au sein de ce groupe. tant du point de vue des diplômés d’IUTgénéraliste. que des entreprises, se confirme.Le cursus, en trois ans, est organisé en La réforme de la FIP engagée en 2008deux phases. Les deux premières années consiste prioritairement à organiser l’en-sont consacrées à la formation générale, La réforme du premier semestre de la seignement en six semestres et à évaluerscientifique, technique, économique et formation généraliste a été lancée début les connaissances et les compétences parhumaine et à une initiation aux méthodes 2008. Les principaux objectifs sont l’élar- crédits. Cette réforme permettra ausside l’ingénieur. La troisième année, qui gissement et l’approfondissement de la d’afficher un cursus plus professionnali-précède l’entrée dans la vie profession- culture scientifique ainsi que l’acquisition sant intégrant les métiers prioritaires, lesnelle, met l’accent sur l’ingénierie des des méthodes et la maîtrise des modèles compétences et les niveaux visés, tout ensystèmes et des services ; les élèves qui utilisés dans la suite du cursus et dans le exploitant mieux la complémentaritéle souhaitent peuvent simultanément métier de l’ingénieur. École-Entreprise. Il s’agit également detester leurs aptitudes à la recherche en Les objectifs secondaires sont de gérer la favoriser les séjours à l’étranger pour lespréparant un diplôme national de master transition avec les classes préparatoires apprentis. Cette réforme sera mise en(ancien DEA). aux grandes écoles, de mettre en avant œuvre auprès des étudiants de première les valeurs de l’École (développement année à partir de septembre 2009; elle durable, interculturalité) et de forger un touchera les deuxième année en 2010 et esprit de corps. troisième année en 2011. La structure proposée repose sur cinqLa reconnaissance internationale de la thèmes :pédagogie mise en œuvre à l’École se § le socle fondamental,traduit, en 2008, par l’accès de Télécom § l’introduction aux sciences et techno- Deux masters professionnels en écoleBretagne au CDIO 22, en tant que mem- logies de l’information et de la com- d’ingénieur ont été accrédités par le mi- L’évolution de la filière de formation enbre-collaborateur. Le munication, nistère de l’Enseignement supérieur et partenariat avec les entreprises (FIP)CDIO, créé à § l’ingénieur dans la société, de la Recherche  : il s’agit des mastersl’initiative § les outils de l’ingénieur et la «  Conception et ingénierie de réseauxdu MIT, méthodologie de l’ingénieur. convergents » et « Ingénierie de l’infor- Ce nouveau programme mation biomédicale  ». Ils complètent sera appliqué dès sep- l’offre des masters of science qui per- Les évolutions de la FIG en 2008 tembre 2009. mettait jusqu’à présent de délivrer uni- quement des diplômes nationaux de master recherche. Le master professionnel «  Télécom- munications et systèmes de transport intelligent » a été soumis pour accrédi- tation en novembre 2008. Ces nouvelles formations permettront de recruter de nouveaux candidats étran- gers en master of Science. Tous ces étu- diants peuvent ensuite poursuivre leurs études par un doctorat.La pédagogie par projet ou lapédagogie active Les masters of science The CDIO™ INITIATIVE is an innovative educational framework for producing the next generation of engineers. It provides students with an education stressing engineering fundamentals set in the context of Conceiving - Designing - Implementing - Operating real- world systems and products. www.CDIO.org 22 Formation d’ingénieur FIG - un parcours pédagogique individualisé 29
    • Les « Doctoriales de Bretagne 2008 » ont réuni 90 doctorants des quatre universi- La direction des entreprises de l’école L’année 2008 confirme la progression tés et des grandes écoles bretonnes in- concourt à la formation des élèves de la du programme doctoral déjà ressentie cluant six doctorants de Télécom FIG principalement au travers du projet en 2007. Télécom Bretagne favorise Bretagne. Dans le cadre d’un accord de d’Entreprendre qui est proposé en désormais l’accompagnement des doc- partenariat, cinq doctorants des univer- deuxième année. torants durant leur thèse par la mise en sités marocaines ont également parti- Le projet d’Entreprendre est réalisé par place d’un comité de sélection qui cipé aux journées. La manifestation a en l’ensemble de la promotion de deuxième oriente les candidats à l’inscription, et outre été couplée, cette année, avec la année (84 h). 24 équipes, à l’intérieur par un comité de suivi qui s’assure du conférence «  Jeunes chercheurs en d’une thématique (cette année « culture, bon déroulement de leurs travaux. Europe  », pilotée par le ministère de arts, design & TIC  ») doivent imaginer Cette année, Télécom Bretagne a intro- l’Enseignement supérieur et de la un produit ou un service innovant et ré- duit, à titre expérimental, un statut de Recherche dans le cadre de la prési- diger le plan d’affaires correspondant. monitorat comparable à celui en vi- dence française de l’Union européenne. Ils sont guidés dans ce projet par des gueur à l’université. Il s’agit de mieux Nos doctorants ont pu échanger avec enseignements des techniques de créa- préparer des doctorants qui se desti- 400 jeunes chercheurs européens et de tivité, d’analyse fonctionnelle, d’analyse nent aux carrières de l’enseignement prestigieux conférenciers sur le thème marketing et financière. Douze tuteurs supérieur aux exigences de leur futur de la mobilité des chercheurs et de leur issus des départements de recherche in- métier, tout en leur offrant un volume carrière en Europe. terviennent en support méthodologique. d’enseignement significatif accompa- Cette année, à titre d’expérimentation, gné d’une allocation de monitorat. les élèves doivent retenir un concours En 2008, 35 thèses préparées à Télécom d’étudiants pour l’innovation (par exem- Bretagne ont été soutenues. 27 de ces ple le concours Oséo du ministère de thèses l’ont été dans le cadre des co-dé- Le premier candidat VAE a été retenu en l’Enseignement supérieur et de la livrances menées avec les trois universi- 2008, après une sélection des dossiers, Recherche) et déposer un dossier de tés bretonnes. afin d’obtenir le titre d’Ingénieur diplômé candidature. Télécom Bretagne a accueilli, dans ses de Télécom Bretagne, spécialisé en ré- La formation à l’entrepreneuriat La formation doctorale L’offre de formation est également ou- laboratoires, 64 nouveaux doctorants seaux et télécommunications en parte- verte aux doctorants. Cette année, la di- (contre 62 en 2007 et 40 en 2006), inscrits nariat avec l’ITII 24 Bretagne . rection entreprises a pris en charge, majoritairement dans le cadre de ses co- dans le cadre des Doctoriales organisées délivrances selon la répartition suivante : par Télécom Bretagne, l’animation de la § 16 doctorants avec l’université de journée « Projets innovants » qui s’est te- Rennes 1 ; nue le 18 novembre a Océanopolis et les § 15 doctorants avec l’université de deux journées de formation préalables Bretagne occidentale ; qui se sont tenues à Brest et à Rennes en § 28 doctorants avec l’université de octobre de cette année. Une centaine de Bretagne Sud ; doctorants, issus des universités de § 5 doctorants hors co-délivrance. Bretagne, ont pu découvrir un processus Parmi les 64 doctorants, 18 sont fran- de recherche et de sélection d’idées, la çais, 12 asiatiques, 24 originaires du bas- transformation de celles-ci en projets sin méditerranéen, trois sont européens d’activités nouvelles, ainsi que la pré- et sept sont de nationalités diverses. sentation devant un jury composé de pro- Notons également que 27 nouveaux doc- fessionnels. torants sont titulaires d’un diplôme d’in- génieur dont cinq de l’Institut Télécom. Au 31 décembre 2008, 208 doctorants étaient inscrits à Télécom Bretagne. La validation des acquis de Sous l’égide du PRES breton UEB 23, l’expérience l’école Télécom Bretagne a organisé les «  Doctoriales Bretagne 2008  » pour le compte de la Conférence des directeurs des Grandes Écoles de Bretagne. Leur objectif est de faire prendre conscience aux jeunes chercheurs des compétences professionnelles acquises au cours du doctorat, de les partager durant une se- maine intense de travail en commun, et de les valoriser auprès du monde pro- fessionnel, notamment des entreprises. Université européenne de Bretagne ITII Bretagne - Institut des techniques d’l’ingénieur de l’industrie de Bretagne 23 2430
    • L’action internationale Les nouveaux partenaires sont : univer- sité de Melbourne, QueenslandEn 2008, 614 élèves étrangers, provenant University of Technology, universitéde 54 pays, étaient inscrits dans les di- d’Adélaïde (Australie), UC Irvine (USA),vers programmes de Télécom Bretagne. université de Cranfield (UK), université deIls représentent 50  % de l’effectif total Waikato (Nouvelle-Zélande), BITS Pilanides élèves. Hors formations délocali- (Inde), université de Ilan (Taiwan), uni-sées, le pourcentage d’élèves étrangers versité de Aalborg (Danemark), univer-atteint 46 %. sité d’Alicante (Espagne), université deLa durée moyenne des séjours effectués Buenos Aires (Argentine), UTC (Panama),à l’étranger par les élèves français di- université de Qalamoun (Syrie).plômés en 2008 a été de 6,30 mois. Les quatre formations délocaliséesL’objectif fixé en 2008 était l’augmenta- (Vietnam, Mexique, Maroc et Syrie)tion du nombre de partenaires, avec un connaissent un beau succès, notammenteffort particulier vers les pays anglo- les masters TW3S au Maroc et IAT enphones afin de répondre à la demande Syrie. Au total, les élèves inscrits dansimportante de nos élèves pour ces desti- les quatre formations sont en augmen-nations. tation de 50 %.La formation continue Télécom Bretagne conçoit et réalise des L’offre est composée de formations formations spécifiques allant de quel- « courtes », « inter » ou « intra » entre-L’offre de formation continue de Télécom ques jours à plusieurs semaines. Ce type prises, de formations « longues » quali-Bretagne s’adresse aux ingénieurs et ca- d’action se décline dans tous les do- fiantes ou diplômantes de six mois à undres des entreprises privées ou pu- maines d’expertise de l’École. an, de formation d’ingénieur en parte-bliques, des administrations ainsi qu’aux Les domaines d’intervention en forma- nariat (FIP) en alternance, et de mas-personnels des collectivités locales. Elle tion continue de l’École sont : tères spécialisés.leur permet d’élargir ou de mettre à jour § l’architecture de réseau, les réseaux L’ensemble des formations proposéesleurs connaissances sous la forme de sans fil, peut être consulté sur : http://www.tele-stages inter ou intra entreprises. § les réseaux cellulaires, com-bretagne.eu/formation-continue.L’École met son savoir-faire et ses res- § l’informatique et les systèmes d’infor-sources à la disposition de ses parte- mation,naires pour les conseiller dans la § les systèmes d’exploitation et la ges-construction de leur plan de formation. tion de réseaux,Avec eux, le besoin est analysé et les ac- § la sécurité, l’électronique,tions pédagogiques adaptées sont mises § les radiofréquences et l’optique, Élèves inscritsen œuvre : contenu, niveau, durée, mé- § le signal, la communication et l’image,Mastère en Ingénierie avancée en télécommunications, Damas 27,3 %thode, lieu de réalisation. § les langues et la culture internatio- nales,Mastère en Réseaux et systèmes d’information pour les entreprises, Mexico 16,2 % § le management high-tech.Mastère en Technologies du web, Rabat 41,4 %Formation d’ingénieurs d’excellence au Vietnam (PFIEV), Ho Chi Minh Ville 15,1 %Répartition des élèves en formations délocalisées % des recettes Réseaux et télécommunications 37 % Informatique, systèmes d’information 45 % Électronique et composants 3 % Micro-ondes 2 % Signal, image et communication 4 % Optique 8 % Usage des TIC, management 1 % Répartition du chiffre d’affaires en FC, hors mastères spécialisés 31
    • Une démarche de qualité et d’amélioration continue § extension des évaluations pédago- giques aux langues et à la FIP ; Le chiffre d’affaires de la formation conti- § meilleur suivi des élèves : absences, nue est en croissance en 2008 avec À la suite de la visite de la CTI 26 en 2007, cursus à l’étranger, tutorat des élèves une hausse de + 16  % pour atteindre l’École a été à nouveau habilitée pour six étrangers et des élèves en difficulté ; 1,64 25 M€. ans à délivrer les titres d’ingénieur cor- § définition des stages de fin d’études et L’année 2008 est marquée, à nouveau, respondant à ses deux formations, FIG et de jeune ingénieur, en lien avec la di- par une croissance importante (+ 16  %) FIP. La CTI lui a en conséquence attribué rection des entreprises de l’Ecole et de l’activité intra-entreprise, qui repré- le label EUR-ACE 27. Conformément aux les responsables de filières et de sente désormais 80  % du chiffre d’af- nouvelles pratiques en matière de qua- stages ; faires total avec un million d’euros. lité, l’École devra adresser à la CTI en § amélioration du processus «  gestion Le développement des formations « in- 2011, soit à la moitié de la période d’ha- des vacataires ». tra » entreprises est très largement lié à bilitation, un rapport d’auto-évaluation. Outre la description des principaux pro- une demande de plus en plus forte de Désormais, clairement inscrite dans cessus structurants dans le domaine de nos clients pour des programmes sur cette volonté forte de développer la dé- la formation, l’École a formalisé sa car- mesure (i.e la création ou l’adaptation marche qualité tant pour améliorer ses tographie d’organisation générale, et les d’un stage de formation à partir d’un ca- modes de fonctionnements internes que engagements qu’elle entend tenir vis-à- hier des charges rédigé par l’entreprise). pour répondre aux exigences des éva- vis de ses partenaires. Les thèmes demandés en 2008 ont été la luateurs externes, l’École entend conso- Afin d’encourager la culture « qualité » voix sur IP (programme allégé pour tech- lider les actions entreprises, et étendre au sein de l’établissement, l’École s’est niciens), le test logiciel (l’essentiel à progressivement cette démarche aux do- dotée d’un intranet spécifique et s’ap- connaître) ou encore le monde du logiciel maines autres que l’enseignement. puie sur un réseau de correspondants et libre. En 2008, l’application de la démarche de pilotes. L’activité inter-entreprises est en légère qualité s’est essentiellement traduite par En 2008, la démarche qualité a été initiée baisse (-3  %) sur l’année. Il faut noter la poursuite des actions d’amélioration dans le domaine de la recherche. Une que l’essentiel du chiffre d’affaires a été dans le domaine de la formation : réflexion a été engagée pour définir les réalisé pendant le deuxième semestre domaines prioritaires sur lesquels cette Les résultats 2008 de l’année. démarche pouvait être utilement dé- Le premier parcours professionnalisant a ployée : la structuration de la formation été signé cette année. Il s’agit d’une for- doctorale et l’amélioration de la sélec- mation, d’une durée minimale de tion, ainsi que la gestion des contrats de 100  heures, qui est construite à partir recherche ont été proposées à ce stade. des stages inter-entreprises ou d’un ca- hier des charges fourni par le client. À la demande du groupe Alcatel-Lucent, dix ingénieurs du site d’Illkirch (Strasbourg) ont suivi un parcours de formation d’une durée de huit mois les préparant à des métiers liés au développement logiciel. Les cours dispensés par une dizaine d’enseignants-chercheurs de l’École, ont été conçus sur mesure, en réponse aux besoins exprimés par le client. L’enseignement a combiné à la fois des cours sur le campus de Brest (28 jours) et sur le site d’Illkirch (33 jours) ainsi que 17 sessions tutorées via l’environne- ment numérique de travail Moodle. Au terme de leur formation, les sta- giaires reçoivent une certification, après un contrôle de connaissances. Un tel programme illustre les évolutions des demandes des entreprises en for- mation continue. Le tableau ci-dessous présente la répar- tition du chiffre d’affaires, hors mastères spécialisés, par grands domaines thé- matiques. Chiffre d’affaires FC : 1,64 M€ dont 0,34 M€ issu des formations mastères spécialisés CTI – Commission des titres d’ingénieurs Label de qualité européen pour les formations d’ingénieur 25 26 2732
    • L’organigramme de l’École André Chomette Gilbert Lainey Gilbert Martineau Marion Tondut Yvon Kermarrec Jean-Pierre Belleudy Christelle Lagadec Hervé Bouvier Directeur Directeur adjoint Délégué du directeur Responsable du campus de Rennes Alain-Pierre Derennes Corentin Ménec Responsable des ressources humaines et qualité Michel Jézéquel Gabrielle Landrac Hervé Rétif Département Logique Secrétaire général Responsable des finances Responsable du pôle service des usages, sciences sociales technique Basel Solaiman et sciences de l’information Michel Briand Annie Picart Responsable de l’évolution et du suivi du patrimoine Responsable du pôle service intérieur Annie Gravey Département Électronique Jean-Marc Boucher Didier Hervé Directrice de la formation Responsable du service des études Thomas Semmler Département Image et traitement de l’information Laurence Douilly Directeur adjoint de la formation Délégué aux nouvelles Responsable de la formation technologies d’ingénieur en partenariat Patrice Pajusco Département Informatique Alain Hillion Béatrice Dumur Directeur adjoint de la formation Responsable Responsable des programmes des relations internationales DÉPARTEMENTS de mastères Godefroy Dang NguyenD’ENSEIGNEMENT-RECHERCHE SERVICES DE SUPPORT Jean-Louis de Département Langues Bougrenet de la Tocnaye et culture internationale Responsable de la bibliothèque Christian Roux Département Micro-ondes Xavier Lagrange Directeur scientifique Adjointe au directeur scientifique Jean Le Traon Philippe Mussard Pierre Trémenbert Directeur scientifique adjoint Ramesh Pyndiah Département Optique Nathalie Chelin Yvane Méresse Directeur scientifique adjoint Département Réseaux, sécurité et multimédia Robert Rannou Jean-François Berréhare Directeur entreprises Responsable Responsable de la formation continue de la création d’entreprises Département Signal Marc Fradin et communications Chargée de développement Responsable de la valorisation des stages et apprentissage Denise Derrien-Peden Directeur informatique Marie-Catherine Responsable et systèmes d’information Mouchot de la logistique informatique Responsable de la logistique informatique - Rennes Responsable des systèmes d’information Directrice de la communication 33
    • Le mot des directeursTélécom & Management SudParis, Télécom SudParis, Télécom Ecole de Management : les nouvelles marques et les nouveaux logoslancés en 2008 sont un des aboutissements de la stratégie affirmée du groupe de lisibilité des écoles et l’appartenance à des réseauxforts.Télécom & Management SudParis s’est ainsi fortement investi aussi bien dans le PRES UniverSud Paris que dans le projet Campus duplateau de Saclay porté par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. L’objectif à terme étant d’installer certaineséquipes de recherche à Palaiseau, au côté d’autres établissements d’enseignement et de recherche.Sur le plan de l’entrepreneuriat, l’année écoulée a concrétisé des résultats exceptionnels. Lauréates du concours national 2008 decréation d’entreprises innovantes, ou objets des attentions des Business Angels, les entreprises soutenues par l’incubateur de Télécom& Management SudParis ont bénéficié de financements massifs, complétant l’éventail des mesures d’aide déjà apportées par lastructure d’accueil. Au total, les entreprises incubées ont ainsi récolté trois millions d’euros à consacrer à leur développement. Ledynamisme de l’incubateur s’est traduit également par les partenariats internationaux noués en 2008 à l’étranger, notamment avecl’université Virginia Tech.L’année 2008 a vu la mise en place d’un groupe de travail afin de réfléchir sur l’intégration des questions de développement durable etde responsabilité globale dans le plan stratégique de Télécom & Management SudParis.Le « référentiel de la CGE », qui envisage les actions autour des cinq axes de travail, a servi de guide au groupe.Deux propositions concrètes ont été adoptées à savoir rejoindre le « Guide des campus responsables » et lancer un « Agenda 21 » etseront mises en œuvre en 2009 et 2010. Dans ce contexte, tous les étudiants de la formation ingénieur de Télécom SudParis démarrentleur formation par un séminaire sur la responsabilité globale.Télécom Ecole de Management confirme son engagement sociétal tant dans ses actions de recherche que de formation. Elle fait partiedes cent premiers signataires des Principles for Responsible Management Education proposés par l’ONU. Télécom Ecole deManagement est associée, au sein de ce projet, à de grandes écoles et universités des cinq continents.Telécom SudParis et Télécom Ecole de Management se sont engagées activement avec les autres écoles dans le lancement de laTélécom & Management SudParisFondation Télécom. Dans ce cadre, Télécom SudParis a élaboré le programme HadapTic.En 2008, les prix et les récompenses académiques ont salué l’excellence des étudiants des écoles et de leurs enseignants : prix nationalde la stratégie, prix Challenge projets d’entreprendre®, prix André Blanc-Lapierre, prix Aoyagi et prix Wireless Personal MultimediaCommunications, Label européen des langues, prix Glover-Klingman, pour n’en citer que quelques-uns. Les événements organisés surle campus ou à l’extérieur témoignent de l’enthousiasme et du dynamisme des étudiants : la semaine Handimanagement, le festivalthéâtral interécoles Litiges, ou le Forum des télécommunications ont rassemblé plusieurs centaines, voire plusieurs milliers departicipants. Enfin, l’élection de Thomas Barthelet, étudiant de Télécom Ecole de Management et ancien président de Sprint, la juniorentreprise du campus, à la présidence de la Confédération européenne des juniors-entreprises a démontré encore le dynamisme desétudiants de nos écoles.Tout au long de l’année, les enseignants-chercheurs de Télécom & Management SudParis ont fortement contribué au rayonnement dela recherche du groupe grâce à l’organisation de nombreux événements et colloques et à leur participation active à diverses instanceset groupes de travail.Fin 2008, dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie 2008-2012, l’Institut Télécom a décidé de faire évoluer l’organisation deTélécom & Management SudParis dans le but d’affirmer la visibilité des écoles dans un environnement national et international enpleine transformation et de les rattacher directement à l’Institut Télécom.L’année 2009 sera déterminante pour Télécom SudParis et Télécom Ecole de Management avec la mise en œuvre effective de leurrattachement direct à l’Institut Télécom tout en préservant leur synergie historique par des projets pédagogiques et extra pédagogiquescommuns.Télécom Ecole de Management mettra en place un nouveau modèle d’ouverture sociale et d’accompagnement des étudiants lié à sapolitique de croissance de l’école. Le suivi des dossiers d’accréditations Equis et AACSB, la reconnaissance de la qualité de saformation dans les principaux classements mobiliseront également l’énergie de ses membres.Télécom SudParis persévérera dans ses innovations pédagogiques la montée en puissance du Campus numérique et l’ouverture denouvelles voies d’approfondissement. L’école a aussi en projet son développement à l’international par le biais d’accords de doublesdiplômes et l’accréditation par la CTI de sa filière tunisienne. Christian Margaria Denis Lapert Pierre RolinDirecteur Télécom & Management SudParis Directeur Télécom Ecole de Management Directeur Télécom SudParis 35
    • Les faits marquants § Le prix André Blanc-Lapierre décerné § Télécom Ecole de Management s’en- à Laurence Vancamberg. Le prix André gage avec l’ONU sur la responsabilité § Le nouveau mastère spécialisé Blanc Lapierre de la SEE, la Société sociétale des entreprises. L’école a « Systèmes d’information (SI) pour les d’électricité et d’électronique, a été fait partie des cent premiers signa- entreprises  » de Télécom Ecole de attribué à Laurence Vancamberg, di- taires des « Principles for Responsible Management propose une spécialisa- plômée de Télécom SudParis, pour Management Education » proposés tion à la finance. L’originalité de cette son travail sur le «  suivi du mouve- par l’ONU. Une confirmation de son formation est d’offrir trois filières dis- ment respiratoire dans les images engagement sur la responsabilité so- tinctes  : ingénierie des SI, audit- fluoroscopiques à rayons X en oncolo- ciétale dans ses actions de recherche conseil en SI et SI pour la finance. gie interventionnelle ». Il lui a été re- et de formation. L’école est associée, Cette dernière permettra aux partici- mis le mardi 9 décembre, au Collège au sein de ce projet, à de grandes pants, principalement des ingénieurs de France. écoles et universités des cinq conti- ayant des connaissances en informa- § Deux professeurs enseignants à nents. tique et réseaux, d’acquérir un bagage Télécom SudParis ont reçu en 2008 le § Deux étudiants du master of science financier complémentaire  : fonction- prix Glover-Klingman 2007. Walid «  Communication Networks and nement des marchés et des produits Benameur et José Neto ont reçu ce Services  », double diplôme Télécom financiers, impacts des systèmes d’in- prix pour leur article intitulé SudParis et Asian Institute of formation en finance de marché, etc. Acceleration of cutting-plane and co- Technology, primés. Mirza Tayyab Quelle que soit la filière retenue, ce lumn generation algorithms: applica- Mehmood a reçu le prix «  Wireless mastère spécialisé permettra de ré- tions to network design paru dans la Personal Multimedia Communications ». pondre aux attentes des cabinets de revue Networks. Leur article a été sé- Il récompense un étudiant aux perfor- conseil et d’audit en SI et aux DSI des lectionné parmi 59 autres articles pu- mances académiques exceptionnelles grands comptes. bliés par Networks en 2007. dans le domaine des télécommunica- § Futur stratège. Dans le cadre du prix tions et du multimédia sans fil. national de la stratégie, Fabien Salicis, Kanthaiah Sivapragasam Vijayalayan Recherche International étudiant de la majeure Stratégie de a reçu le prix Aoyagi pour ses perfor- Télécom Ecole de Management, a été § Du management au calcul de puis- mances académiques exceptionnelles. Formation doublement distingué le 11 juin au mi- sance. Inauguré le 15 avril 2008, Le prix Ayoagi, établi depuis 1994, ré- nistère de l’Économie, de l’Industrie Virtual Nodes, le nouveau supercalcu- compense un des étudiants de l’AIT et de l’Emploi. Finaliste du Prix natio- lateur installé à Évry est issu d’une dans le domaine des technologies de nal de la stratégie avec un dossier collaboration entre Hewlett-Packard l’information et de la communication. d’analyse sur la société Prodware, et Oxalya, une société dirigée par un Il a également reçu le prix de la meil- Fabien Salicis a également obtenu le jeune diplômé de l’école de manage- leure thèse de mastère. prix du meilleur travail étudiant. ment. Il offrira aux PME/PMI et aux centres de recherche de l’Essonne toute la puissance d’un supercalcula- teur et offrira un accès distant — via le web — une disponibilité et une réacti- vité accrue. § Près de trois millions d’euros pour les sociétés incubées à Télécom & Management SudParis. Lauréates du concours national 2008 de création d’entreprises innovantes, ou objets des attentions des Business Angels, les entreprises soutenues par l’incu- bateur de Télécom & Management SudParis ont bénéficié de finance- ments massifs qui complètent l’éven- tail des mesures d’aide apportées par l’incubateur. Territoires36
    • Un campus multiculturelEn 2008, l’international à Télécom & Télécom & Management SudParis aManagement SudParis représentait : accueilli 58 étudiants dans des Summer Attentif à l’image de son enseignement§ 188 étudiants à l’étranger et 56 étu- Schools 2008. Des étudiants issus des et à sa reconnaissance dans le domaine diants accueillis en échanges acadé- universités partenaires en Asie et de la recherche au niveau international, miques ; aux États-Unis ont assisté durant Télécom & Management SudParis est§ 601 étudiants d’origines diverses pré- quatre semaines aux programmes très présent sur les salons éducatifs in- sents sur le campus, soit 50 nationali- «  Management », «  Information techno- ternationaux et les conférences asso- tés ; logy », « Communication across culture » ciées. Il y présente les différents pro-§ 39 étudiants intégrant les masters of et le nouveau cursus «  Designing grammes d’enseignement des écoles de science ; games ». Télécom & Management SudParis et les§ 58 étudiants accueillis dans le cadre Cette année, le programme mexicain n’a nombreux travaux réalisés dans le ca- des Summer Schools (European pas eu lieu mais treize étudiants issus de dre des projets de recherche. Ces mis- Summer School et Summer School l’université de Guadalajara et de l’ITESO sions représentent le moyen le plus effi- mexicaine). (Mexique) ont intégré nos Summer cace d’exporter nos compétences. Les Schools. Un professeur a encadré le déplacements sont effectués par lesTous ces étudiants, qu’ils soient en groupe de l’université de Guadalajara du- membres de la direction des affaires in-formation initiale, doctorat, mastère rant les quatre semaines. ternationales et également par les di-spécialisé ou master of science, ont l’oc- Les différents cours proposés dans ces recteurs d’études, professeurs, docto-casion de se rassembler lors du « Global programmes sont enseignés en anglais rants ou responsables de départements.Village » organisé pendant la semaine par des professeurs de Télécom & Télécom & Management SudParis étaitinternationale. Cette soirée leur permet Management SudParis et par des per- présent sur 11 salons dans le cadre de lade présenter, aux étudiants et au per- sonnalités extérieures venant d’autres promotion de l’Institut Télécom. Ces sa-sonnel, la culture de leur pays par le biais écoles en France ou d’entreprises fran- lons se sont déroulés en Grèce,de danses, de chants et de spécialités çaises ayant une ouverture sur l’interna- Roumanie, Bulgarie, Brésil, Canada,culinaires. L’ampleur de cet événement tional. Hong Kong, Inde, Mexique, Philippines, La Summer School Télécom & Management SudParis àaugmente chaque année et offre une au- États-Unis, Taiwan et Vietnam. l’étrangertre approche de la diversité culturelle du Dans le cadre du programme Socratescampus. mobilité enseignants, trois enseignantsEn 2008, 188 étudiants sont partis en ont pu dispenser des cours dans nos uni-échange académique (un semestre) ou versités partenaires en Roumanie et enen double-diplôme à l’étranger en 2008, Pologne.soit une augmentation de 28 % par rap- Par ailleurs, des missions ont été orga-port à 2007. nisées dans le cadre de la participationL’Europe reste la première destination des enseignants-chercheurs (responsa-pour les étudiants de Télécom & bles de départements ou doctorants…)Management SudParis. En 2007, les aux conférences, colloques ou projets,choix se portaient plus vers les pays de ou lors de visites universitaires par lesl’Asie au détriment des pays de responsables de départements, direc-l’Amérique du Nord ou du Sud. En 2008, teurs d’études, et membres de la direc-la tendance s’est inversée et les départs tion aux affaires internationales.se sont intensifiés vers les États-Unis,le Canada et le Mexique en particulierpour Télécom Ecole de Management.Pour équilibrer ses échanges, Télécom &Management SudParis accueille des étu-diants issus des universités partenairesen formation initiale ou dans ses forma-tions en anglais. Au total 56 étudiants is-sus des écoles partenaires étaient pré-sents sur le campus, soit 22 % de plusqu’en 2007 : 33 en provenance des paysd’Asie, 11  Européens, 10 Maghreb,2 d’Océanie, 1 Afrique Noire et Amériquedu Sud. Répartition des élèves étrangers du campus d’Évry par région du monde 37
    • Télécom SudParis La refonte des contenus pédagogiques s’est traduite, en 2008, par l’ouverture Télécom SudParis, grande école généra- de deux nouvelles voies d’approfondis- Les mastères spécialisés (MS) sont des liste en technologies de l’information, sement «  Risques Industriel et finan- programmes d’une durée minimale d’un forme tous les ans plus de 700 ingé- cier » et « Convergence des services et an, dont un semestre de thèse profes- nieurs innovants destinés à tous les sec- infrastructure réseau  ». La conception sionnelle en entreprise, destinés à des teurs économiques. Elle perfectionne de trois autres voies d’approfondisse- diplômés de niveau Bac+5 ou Bac+4 également une quarantaine d’élèves en ment est prévue pour 2009. ayant acquis une expérience profession- master of science, plus de cent en DNM, En 2008, enseignants-chercheurs de nelle d’au moins trois ans. Ces pro- environ trente en mastère spécialisé et l’école et experts professionnels (indus- grammes à vocation professionnelle sont plus de 130 doctorants. trie, société civile, diplômés) ont pu col- entièrement enseignés en Français. L’objectif est ainsi de répondre aux be- laborer étroitement dans le cadre des Télécom SudParis envisage de re-dyna- soins des entreprises à vocation interna- conseils de domaine ou de voies d’ap- miser ces formations d’excellence, et de tionale : le recrutement de jeunes diplô- profondissement réunis tout au long de restructurer son offre tant en termes més capables d’adapter rapidement l’année. Ces échanges ont permis de d’orientation que d’organisation de pro- leurs compétences techniques à des spé- faire évoluer les contenus des pro- grammes en mettant en œuvre, notam- cificités humaines locales. grammes pédagogiques vers les savoirs ment, un système d’UV capitalisables, Dans cette voie de l’excellence et de l’in- et compétences dont l’industrie a besoin. moins demandeuses de temps pour les ternational, Télécom SudParis souhaite Les mises à jour du système d’informa- étudiants, ou des formations à temps devenir « la » formation européenne de tion GASPAR ont renforcé la communi- partiel (cours du soir ou de week-end). référence. Organisée en trois semestres cation entre les services de l’école et les de tronc commun suivi de trois semes- étudiants. Chaque étudiant a désormais tres d’approfondissement, la formation une visibilité immédiate sur des infor- est en conformité avec les critères LMD. mations qui le concernent personnelle- Les MSc, masters en science, dénomi- Chaque cours permet d’obtenir un cer- ment (emploi du temps, notes…). nation officielle de la Conférence des tain nombre de crédits ECTS 28 propor- grandes écoles, sont des programmes tionnel à la charge de travail demandée de deux ans à vocation recherche ou pro- Les mastères spécialisés à l’étudiant. Dans le cycle d’approfondis- fessionnelle, entièrement enseignés en sement, la modularité de l’enseignement Les effectifs de Télécom SudParis pro- Anglais. Ces programmes sont destinés et des cours en anglais permettent l’ac- gressent de 12 % en 2008. Les objectifs aux étudiants titulaires d’un diplôme de cueil d’étudiants étrangers en échange de recrutement dans les filières PT, ATS, « Bachelor » ou équivalent et ont vocation académique. TSI et AST ont été atteints. L’ouverture à accueillir des étudiants non franco- L’accent est mis sur le développement internationale fait l’objet d’un effort phones sur le campus. international et la pluri-culturalité avec constant de l’école depuis quelques an- En 2008, 39 étudiants se répartissent un taux d’étudiants étrangers de l’ordre nées, qui se traduit en particulier par dans les masters of science suivants : de 40  %. L’innovation, le travail en une augmentation du nombre d’étudiants Computer and Communication Networks équipe, le développement personnel et postulant pour un double-diplôme. (CCN) : orienté réseaux de communica- l’élaboration du projet professionnel ont L’effectif total de Télécom SudParis est tion et d’ordinateurs, il met l’accent sur également été incorporés dans la ré- de 1010 étudiants réparti de la façon sui- les systèmes et les protocoles de com- flexion, tout en ne négligeant pas le dé- vante : 698 élèves ingénieurs, 39 élèves munication. Il compte au total 22 étu- veloppement de la créativité et de l’esprit en master of science, 30 en mastères diants, dont 8 intégrés cette année. entrepreneurial. spécialisés. Les élèves ingénieurs se ré- Electrical and Optical Engineering (EOE) : partissent en 196 étudiants en première il forme aux techniques et systèmes de année, 195 en deuxième année et parmi communication hertzienne et optique, et ceux-ci une étudiante est en double-di- plus spécifiquement aux techniques Le développement international de plôme, 22 en année « jeune ingénieur », sous-jacentes destinées aux systèmes l’école s’est concrétisé par l’accueil de 234 en troisième année dont 51 en pro- de communications mobiles. Il compte plus en plus important d’étudiants étran- longation de scolarité. au total 7 étudiants, dont 4 intégrés en Les masters en science gers dans le cycle ingénieur au sein des 108 élèves suivent la formation DNM et 2008. voies d’approfondissement et des mas- 135 doctorants sont en formation dans Communication Networks and Services ters of science enseignés en anglais et les départements de l’école. (ComNetS) : élaboré conjointement avec dont les contenus pédagogiques ont été l’Asian Institute of Technology (AIT) à revus. Bangkok, dans le cadre d’un programme Les effectifs Le marché de l’emploi, très favorable au de double diplôme, il est orienté services premier semestre, a quelque peu ralenti mobiles et multimédia. 12 étudiants sui- depuis. Télécom SudParis a, par consé- vent actuellement ce programme, dont 6 quent, renforcé ses démarches vis-à-vis intégrés en 2008. des entreprises partenaires, et tout par- Automatic Data Processing (ADP) : cen- ticulièrement vers les PME. L’école a or- tré sur la conception et la pratique des ganisé son premier forum des métiers systèmes de traitement de large bases sur le campus pour que les étudiants de données, comme celles utilisées en puissent toujours profiter d’un large biométrie, en génétique ou en imagerie, choix de stages et d’offres d’emploi. il est suivi par quatre étudiants, tous in- tégrés en 2008. Les nouveautés 2008 ECTS (European Credits Transfer System) - système fondé sur une normalisation de la comptabilisation des progressions d’études, l’idée étant de quantifier l’acquis d’un cours de manière homogène, avec homogénéisation des évaluations. 2838
    • Télécom Ecole de ManagementTélécom Ecole de Management est une En 2008, le recrutement en première an-grande école de commerce, reconnue et née sur la base des classes prépara-ouverte sur les défis du monde contem- toires économiques et commerciales Le nombre total de candidats inscrits auporain. Elle avait en formation en 2008 (EC) a connu une forte croissance  : concours a atteint 2466 en 2008 contre838 managers, 34 élèves en master of 2 052 candidats confirmés en 2008 contre 1865 en 2007. Sur cette base, 2052 can-science, 129 élèves en mastère spécia- 1 429 en 2007. L’école compte cette an- didats issus des classes préparatoireslisé, et 28 doctorants. née 872 étudiants en formation initiale 29, économiques et commerciales ont étéSon originalité est de proposer une ap- en forte hausse par rapport à 2007 identifiés. L’école a intégré 110 candi-proche intégrée des sciences et techno- (+ 14 %). De façon globale, les effectifs de dats EC, limite maximale fixée. En tantlogies de l’information et de la commu- Télécom Ecole de Management sont en qu’école publique, Télécom Ecole denication (STIC). Ces dernières constituent croissance. Le master of science n’a pas Management a souhaité maintenir laun espace, encore peu exploré, de déve- bénéficié de campagnes de marketing qualité du recrutement par un taux deloppement des différentes disciplines du suffisantes. Les résultats, en particulier sélectivité élevé.management : marketing, logistique, or- en France où la concurrence est forte,ganisation, et finance. Cet espace est, s’en ressentent.par essence, multiculturel et justifie la Le master of science in Management,forte orientation internationale de reste stable avec 16 inscrits en première La particularité de Télécom Ecole deTélécom Ecole de Management avec no- année, dont 4 étudiants inscrits dans le Management est de diversifier son re-tamment un taux d’étrangers d’environ cadre d’échange académique. crutement en ouvrant un concours spé-18 %. Les effectifs des mastères spécialisés à cifique aux étudiants des classes prépa-Les pratiques de management sont en l’étranger ont augmenté avec 28 inscrits ratoires scientifiques (Maths Spé), auxperpétuelle évolution. Télécom Ecole de pour le mastère spécialisé Manager étudiants de l’école normale supérieureManagement s’y adapte en permanence Télécom au Maroc, tandis que le même de Cachan et aux universitaires (SIEG). Àet mise sur une formation de haut ni- programme reste stable au Mexique. En la rentrée 2008, 56,1 % des étudiants ve-veau pour développer aussi bien les France, le recrutement s’est avéré déli- naient des classes préparatoires écono- Les effectifs L’importance des classesconnaissances que l’ouverture d’esprit. cat. Le nouveau mastère spécialisé miques et commerciales, 27,6  % de préparatoires économiques etElle forme ainsi des leaders responsa- « Systèmes d’informations pour les en- Maths Spé et 16,3 % de la filière SIEG. La commerciales (EC)bles et innovants, capables d’anticiper et treprises  » montre néanmoins des ré- part des étudiants issus des classes pré-de répondre aux enjeux de notre société sultats encourageants avec 15 étudiants paratoires scientifiques a baissé en 2008.dans un environnement multiculturel. intégrés en 2008.Pour parfaire cet objectif, l’école a revu le La réorganisation de l’école et la mise enprogramme de première année, en ren- place d’une nouvelle stratégie de déve-forçant l’enseignement des matières de loppement pour les formations de troi-base afin de permettre aux étudiants de sième cycle pour les prochaines années Parmi les étudiants issus du concours, lase spécialiser dès la deuxième année. vont faire évoluer ce portefeuille de for- proportion de femmes continue de croî-Par ailleurs, le programme de deuxième mations. L’objectif est d’augmenter le tre et dépasse désormais les 50 %. 30 %année a été scindé en deux semestres nombre de programmes et de partici- des étudiants de première année vien-pour faciliter les départs à l’étranger. pants, tout en conservant un fort taux de nent de la région parisienne, 16,3 % de sélectivité des candidats. l’étranger. La taille humaine des promo- Pour améliorer et renforcer sa notoriété, tions permet d’assurer des enseigne- l’école continue de travailler étroitement ments de qualité et le suivi individuel des La diversité des recrutements avec l’IAE Aix-en-Provence, l’ENSAM et étudiants. L’objectif est de maintenir le groupe IGS dans le cadre de cette diversité de recrutements, source l’« Executive part-time MBA  » pro- d’enrichissement pour les étudiants. Le gramme intitulé « Leading business, peo- nombre de places ouvertes au concours ple and innovation ». de première année pour l’année 2009- 2010 augmente légèrement pour les classes préparatoires économiques et commerciales (115) et pour la filière SIEG (40), il reste stable pour les classes pré- paratoires Maths Spé (60). La mixité et promotion à taille humaine29 Formation des managers et MSC 39
    • La formation continue de Télécom & Management SudParis § Le CES en Réseaux et services télé- Par ailleurs, certaines compétences sont coms (option supervision de réseaux) : valorisées par la création de «  filières cursus spécifique conçu en parcours métiers  », comme les réseaux et ser- de professionnalisation et permettant vices télécoms en supervision de ré- En 2008, les programmes de formation d’obtenir à la fois une vision globale seaux, et les systèmes d’information en continue de Télécom & Management des réseaux, la maîtrise des technolo- architecture technique, urbaniste et or- SudParis ont été revus pour proposer gies associées et les spécificités du ganisation. une offre globale de compétences, struc- métier de superviseur de réseaux, Dans le cadre des formations « intra » en- turée autour de formations intra-entre- propres à l’entreprise impliquée. treprises, des offres de « certification » prises courtes et sur mesure, et de for- § Le CES en Projets et technologies de par domaine ont été élaborées et répon- mations qualifiantes et diplômantes. l’information et de la communication : dent aux besoins spécifiques des entre- Les formations «  inter  » entreprises cursus spécifique visant à faire évoluer prises et notamment sur les technolo- axées sur les cycles de qualification pro- des chefs de projet en technologies de gies IP, les systèmes d’informations (SI), fessionnelle, agréés BADGE (Bilan d’ap- l’information vers des profils de et le pilotage de projets SI. Des certifica- titude délivré par les grandes écoles) consultance en leur permettant d’ac- tions techniques IP ont ainsi été créées restent un pilier de l’offre, et de nou- quérir la vision économique du sec- pour le réseau des partenaires d’un veaux CES (Certificats d’enseignement teur et des éléments clés de son dé- grand opérateur de télécommunications. spécialisés) intra-entreprises valident veloppement, d’étudier l’évolution des L’utilisation de plateformes d’E-learning désormais des compétences d’expertise. technologies et des architectures et et d’enseignements multi-modes a, par enfin d’obtenir un savoir-faire opéra- ailleurs, été renforcée pour offrir un en- tionnel dans le développement de pro- seignement plus souple et conforme à la jets transversaux aux organisations. demande du marché. L’année 2008 montre un maintien du chif- fre d’affaires par rapport à 2007, avec un développement des formations certi- fiantes et une diminution des formations inter-entreprises. L’international entame un nouveau dé- veloppement, notamment dans les pays du bassin méditerranéen, où la demande est particulièrement forte de la part des entreprises et des organismes de forma- tion en management des systèmes d’in- formation. 30 ENSIIE : École nationale supérieure d’informatique pour l’industrie et l’entreprise40
    • L’entrepreneuriat de Télécom &Management SudParis En 2008, les projets de l’incubateur ont L’incubateur cherche à s’associer à desL’incubateur d’entreprises de Télécom & mobilisé des capitaux de manière signi- structures équivalentes à travers leManagement SudParis accompagne et ficative  : près de trois millions d’euros monde pour que les projets incubéshéberge sur son campus des projets de ont été levés par le biais de «  Business puissent profiter aisément des syner-création d’entreprises et des jeunes Angels » et de subventions diverses. gies internationales dans l’accueil phy-entreprises dans le secteur des 2008 a également permis de systémati- sique des start-ups, la recherche deTechnologies de l’information et de la ser les comités stratégiques qui appor- fournisseurs, de clients ou la réalisationcommunication (TIC), dans le cadre de tent, tous les quatre à six mois, une ex- d’études de marchés dans les différentsconventions de six mois renouvelables pertise de très haut niveau aux porteurs pays. Le premier accord cadre de coo-deux fois. Il est un outil de développe- de projets incubés. pération a été signé en janvier 2007 avecment économique local (région Île-de- Tous les projets nouvellement incubés HTIBI, l’incubateur IT chinois de la ré-France) qui apporte aux créateurs la maî- en 2008 ont systématiquement été dotés gion de Pékin (www.htibi.com/fr).trise des TIC sur les aspects les plus d’un coach, qui travaille en lien direct Un partenariat avec Virginia Tech a étéavancés, la connaissance de leurs mar- avec l’équipe de l’incubateur. Ces coachs élaboré pour développer les collabora-chés, et des outils de management de sont tous des entrepreneurs TIC expéri- tions entre les incubateurs des deux éta-l’innovation. mentés dans le lancement ou le finan- blissements et pour encourager lesLes conseils d’experts, financés par l’in- cement de start-up. échanges d’étudiants qui souhaiteraientcubateur et réalisés par des prestataires Signe de visibilité et de reconnaissance réaliser leur stage dans les start-ups in-extérieurs, apportent des soutiens spéci- croissante, l’incubateur a été associé à cubées, au travers d’un programme defiques et ponctuels, notamment en de nombreux évènements en tant que formation spécifique.matière de pré-industrialisation, de pro- partenaire ou membre de jurys d’experts Par ailleurs, Télécom & Managementpriété intellectuelle, de stratégie indus- et notamment à Techinnov, Challenge+, SudParis était partenaire et sponsor detrielle, commerciale et financière, de for- Mobile2.0, Capital Angels, Capital Week, la conférence internationale «  Bestmation, d’action de communication, et de Innov IT. Practices In Science based Incubators »technologie. L’incubateur a aussi renforcé son ré- organisée par le Genopôle à Paris et à 2008, l’année du développement Développement internationalL’incubateur a accompagné, depuis son seau de partenaires en signant une Évry en décembre 2008. Les incubateurslancement, une soixantaine de projets convention de soutien avec le conseil gé- HTIBI (Chine) et Virginia Tech (États-Unis)dont une quarantaine a donné lieu à la néral du Val-de-Marne et la commu- étaient, à cette occasion, présents encréation d’entreprises et générés 300 nauté d’agglomération de Val-de-Bièvres. tant que partenaires de Télécom &emplois depuis 1999. Il bénéficie du sou- Grâce à ces conventions l’incubateur Management SudParis. Cette manifes-tien continu et régulier de la DRIRE, du s’installera en 2009 dans les locaux des tation a été l’occasion de rencontrerconseil général de l’Essonne, du conseil collectivités et pourra ainsi héberger une d’autres structures internationales et derégional, de la Société générale, et de dizaine de projets supplémentaires. confronter les pratiques de chaque orga-l’ENSIIE 30. nisme. Friendsclear, a été lauréat du prix du plus grand potentiel de croissance à Capital Angels 2008. Ubicast, Lemon Way, Outwit et Orelia, sont les quatre lauréats (sur 75 projets nationaux toutes industries confondues) du concours national de création d’en- treprises de technologies innovantes du ministère de la Recherche dans la caté- gorie « Création développement ». Des projets lauréats de concours nationaux 41
    • L’organigramme de Télécom & Management SudParis Directeur Secrétariat Directeur de Télécom Ecole de Management Directeur de Télécom SudParis Directeur de la recherche et des formations doctorales Directeur de la formation continue Directeur de la communication Directeur des affaires internationales Directeur de cabinet Directeur des services support Incubateur Chargé de mission auprès des collectivités locales Directeur du département CITI Directeur du département DEFIS Directeur du département EPH Directeur du département INF Directeur du département LSH Directeur du département LOR Directeur du département RS2M Directeur du département RST Directeur du département MMS Directeur du département DSI Directeur du département ARTEMIS42
    • 43
    • Télécom Lille1 occupe une place unique dans le paysage des écoles d’ingénieurs.C’est l’exemple le plus abouti de la collaboration réussie de deux mondes que l’onse plaît parfois à opposer : celui des grandes écoles et de l’université.Malgré les secousses que connaît l’enseignement supérieur universitaire et lesdifférents rapports ou recommandations pour restructurer les écoles d’ingénieurs,Télécom Lille1 bénéficie d’une remarquable stabilité et d’un soutien sans faille deses deux tutelles. Fort de ces appuis, Télécom Lille1 a consolidé son développementen 2008 et le poursuivra en 2009.L’année 2008 a permis d’améliorer notre recrutement post-bac sur le concoursGEIPI – POLYTECH, tant sur le rang moyen des intégrés que sur le rang du dernierintégré. Nous avons aussi mis en place le premier challenge « Projetd’entreprendre » avec l’IAE de Lille, variante lilloise du challenge existant à Évry.La remise des diplômes de la promotion 2008 a permis de franchir le cap du2000e diplômé.L’année 2009 sera dans la continuité de la précédente, mais nous resteronsvigilants, le contexte économique n’incite pas forcément à l’optimisme même sinotre secteur des TIC devrait mieux résister.Nous poursuivrons donc notre internationalisation en augmentant le nombred’étudiants qui partent étudier un semestre à l’étranger et nous poursuivronségalement notre développement des activités recherche. L’intégration de TélécomLille1 comme membre associé du PRES université Lille Nord de France (ULNF) ence début d’année sonne comme un signe prometteur.Télécom Lille IENTRE UNIVERSITÉ ET GRANDES ÉCOLESLes faits marquantsde l’année 2008§ Télécom Lille1 a créé et mis en place § Télécom Lille1 a organisé COST 2100 – § Télécom Lille1 a mis en place de la d’une nouvelle option de spécialisa- Pervasive Mobile & Ambient Wireless première Semaine internationale. À tion d’environ 250 heures encadrées Communications, est une action eu- cette occasion, des conférences par - Directeur (et 15 crédits ECTS), « Infrastructures ropéenne contribuant au développe- des professeurs de communication in- systèmes et intégration des services » ment et à la normalisation des ré- terculturelle spécialistes de leur do- (ISIS). L’objectif de l’option ISIS est de seaux sans fil fixes et mobiles. maine aux États-Unis, Japon, Finlande onte donner à nos étudiants une spéciali- Télécom Lille1 a accueilli, en parte- et France ont eu lieu ainsi qu’une ren- dB contre « International days » avec nos an sation sur les sciences et techniques nariat avec l’université Lille1, rtr Be nécessaires à la mise en œuvre, à 50 conférenciers et 120 chercheurs is- partenaires universitaires internatio- l’intégration et à la maintenance des sus du milieu universitaire et indus- naux du consortium Semeisvo. systèmes et des infrastructures infor- triel de plus de 25 pays. § La signature d’une convention matiques de l’entreprise à l’aide de d’échange avec le Dublin Institute of technologies ouvertes et inter opéra- Technology (Irlande) et un accord bila- bles. téral avec l’université Nottingham de§ Le premier challenge Projets d’entre- Kuala Lumpur (Malaisie) ont été enre- prendre a été organisé. Il s’agit d’un gistrés. concours de projets de création d’en- § Un film de présentation de l’école a treprises technologiques innovantes été réalisé : une version courte desti- en partenariat avec le master née à la promotion sur les salons et Management par projets de l’IAE de une version longue enrichie d’inter- Lille. Ce module est obligatoire et en- views, plus institutionnelle et à voca- tre dans l’évaluation. tion internationale.§ Remise des diplômes  : l’école a fêté son 2000e diplômé depuis sa création en 1990.Formation Recherche International 45
    • Des formations multiples, Créer pour les entreprises ouvertes et accessibles La validation des acquis de l’expérience (VAE) été rendue possible par l’alternance et le volume horaire de ce cursus. L’école a construit ses formations en École publique, ouverte aux bacheliers, étroite collaboration avec les entreprises. aux titulaires d’un Bac+2 et aux profes- Alternance, apprentissage, formation à L’international sionnels, Télécom Lille1 multiplie depuis distance, tutorat, travail par projet : cha- sa création les voies d’accès au diplôme cune de ces initiatives donne aux élèves Télécom Lille1 a intégré cette quatrième d’ingénieur. Les réussites profession- ingénieurs les clés d’une intégration et voie dans l’offre de certification pour son nelles de chacun de ses diplômés témoi- d’une carrière réussies. titre d’ingénieur et a acquis une bonne gnent de la pertinence de l’offre de for- pratique dans l’évaluation des candidats mation de l’école. (dossier, jury, prescription…). En 2007/2008, elle s’est impliquée pour Télécom Lille1 élabore une politique de la première fois dans l’évaluation de sa- mobilité internationale avec des parte- lariés bénéficiant d’une démarche col- Dans la filière « apprentissage » l’accord nariats existants à l’intérieur de l’uni- lective initiée par leur entreprise. formel du conseil régional a été obtenu versité Lille1 et de TMSP, mais aussi par En 2008, le nombre de demandes est le pour un effectif entrant de 65 apprentis. des partenariats propres. même que celui de 2007 (une cinquan- Le nombre de candidatures a presque Durant son cursus à l’école, chaque élève taine de CV détaillés et entretiens). Pour doublé dans les trois dernières années. doit réaliser au moins un stage à l’étran- à peu près la moitié des candidats, le ni- Les candidatures hors région représen- ger. Durant l’année 2007/2008, 24 % des veau des emplois occupés et l’expérience tent trois quarts du nombre total, en lé- stages ont été réalisés dans différents n’étaient pas du niveau attendu pour gère augmentation (deux tiers l’année pays étrangers. Plus d’un tiers environ l’obtention du titre d’ingénieur de dernière), proportion que l’on retrouve des élèves réalisent deux stages à Télécom Lille1. Cinq candidats ont été aussi pour les admis. l’étranger durant leur cursus. diplômés par VAE en 2008. La formation continue Suite à l’autorisation du conseil d’admi- En 2008/2009, vingt élèves ont fait un sé- Le financement de la démarche VAE ainsi nistration (assemblée des membres), jour d’étude à l’étranger (six Canada, que le coût de la prescription sont majo- l’école a organisé des admissions paral- deux Irlande, trois Espagne, sept Suède, ritairement pris en charge par les entre- lèles en troisième année par concours deux Singapour). prises. et en quatrième année par admission sur titres. Pour le concours en troisième an- née deux candidatures ont été reçues et finalement retenues et un élève a été ad- Le diplôme d’ingénieur de Télécom Lille1 mis sur titre en quatrième année sur les peut-être préparé en formation continue COROLIA Formation, service spécialisée trois candidatures déposées. dans le cadre de deux cursus : en ingénierie pédagogique innovante de L’admission en filière initiale au niveau § un cursus intensif de 16 mois com- Télécom Lille1, porte trois options de la du baccalauréat S est faite par le prend dix mois d’enseignements à licence professionnelle « Réseaux et té- concours commun GEIPI (Groupe des l’école et six mois de projet en entre- lécom », pour le compte de l’université écoles d’ingénieurs à parcours intégré) prise ; Lille1. depuis 2006. § un cursus à distance Tuttelnet de 306 stagiaires ont ainsi été formés ; Les recrutements Un afflux en grand nombre d’étudiants trente mois, qui utilise les TICE en al- 171 diplômés : 155 stagiaires ont obtenus marocains est constaté alors qu’aucune ternant les sessions à l’école et les la licence professionnelle Réseaux et té- action spécifique de communication en- tutorats en ligne. lécom de l’université des Sciences et vers et dans ce pays n’a eu lieu. Un cycle préparatoire est intégré au pro- Technologies de Lille1. Le nombre total de candidats et des cessus de sélection. Les salariés utili- places ouvertes a fortement évolué ces sent majoritairement les heures ac- deux dernières années: quises au titre du DIF pour leur § pour le concours 2008 le nombre de inscription à ce cycle organisé partielle- candidats s’est élevé à 3 345 ; ment à distance. Cette formation, lancée en septembre 13 écoles et 830 places En 2008, les candidatures pour la forma- 2007, s’est terminée en mars 2008. § pour le concours 2007 le nombre de tion promotionnelle se sont maintenues 18 stagiaires ont ainsi, à la suite de cette candidats s’est élevé à 2 465 ; 9 écoles pratiquement au même niveau que celui formation, occupé avec succès des et 718 places de 2007  : 27 inscrits au cycle prépara- postes en « Ingénierie radio ». 16 ont ob- Si on compare le rang du dernier admis toire. Sur les 27 candidats ayant passé la tenus le BADGE Ingénierie radio. et le rang moyen des étudiants admis sélection, six n’ont pas été admis. dans chaque école, on peut affirmer que Le cursus intensif accueille neuf sala- la sélectivité en 2008 a été meilleure riés (trois en 2007), leur inscription dé- La formation continue pour le compte qu’en 2007. Télécom Lille1 occupe cette pendant totalement de la prise en charge de l’université Lille1 année la première place par rapport à du congé individuel de formation, majo- ces deux critères. ritairement sollicité pour ce cursus. Par le concours propre que l’école a Le nombre d’inscrits en cursus Tuttetnet maintenu au niveau du baccalauréat STI, à distance a quant à lui diminué, neuf au sur 14 dossiers de candidature, sept ont lieu de 13 l’année précédente; la mobili- été retenus pour les épreuves et deux sation du dispositif «  périodes de pro- ont été admis et ont intégré l’école. fessionnalisation » par les entreprises a La formation continue qualifiante : BADGE Ingénierie radio46
    • L’organigramme de l’école Brigitte Vasseur Martine Sion Secrétariat général Secrétariat Comptabilité Logistique Cafétaria Yves Françoise Delignon Accueil Gestion des Ghestem ressources Support humaines informatique et réseaux Isabelle Descamps Recherche Coordination Contrats Communication Bertrand Bertrand Bonte Bonte Véronique Misery Assistante de direction Dean Hipple Direction Développement Martine Entrepreneuriat Rédaction Ducornet Corolia Formation technique Didier Urschitz Martine Jean- Andréa Christophe Pernod François Hembise Seguinot Relations Colin internationales Fatima Marie- Relations Semmoudi Françoise entreprises Debeunne Direction des études Économie gestion Langues et Systèmes de Informatique et communication communication réseaux interculturelle Alternance - stages Formation Relations Centre de promotionnelle - Formation par entreprises documentation VAE apprentissage Membres du comité de direction (à vérifier) 47
    • La formationLe GIE Eurécom a été créé en 1991, par Télécom ParisTech et l’École polytechnique Eurécom forme des étudiants au niveaufédérale de Lausanne, avec un double objectif : master et doctorat. Chaque année l’école§ mener une recherche mondiale d’excellence en lien étroit avec l’industrie ; reçoit une centaine d’étudiants de niveau§ former des étudiants de niveau master et doctorat. master en provenance des écoles deEurécom exerce ses activités dans le domaine des systèmes de communication et l’Institut Télécom et des universités par-s’appuie sur un réseau de partenaires de renommée internationale. tenaires, qui obtiennent après leur sco-Depuis sa création, des universités européennes de premier plan - Politecnico di larité à Eurécom, le diplôme de leur éta-Torino, Helsinki University of Technology (TKK), Technische Universität München blissement d’origine.(TUM) ont rejoint le GIE. En 2008, l’université de Science et technologie de Eurécom offre deux types de cursus : lesTrondheim en Norvège (NTNU) est venue agrandir le cercle des partenaires masters et les doctorats.académiques prestigieux du groupement.Dès la création du GIE, les industriels ont été invités à participer au projet Eurécomde façon à adapter en permanence les activités d’enseignement et de recherche auxréalités économiques. En 2008, onze grands noms de l’industrie des TIC faisaient Dans l’offre de formation de niveauégalement partie de la gouvernance d’Eurécom : Swisscom, Orange, Thales, SFR, master, Eurécom dispose d’un cursusHitachi, Bouygues Télécom, STMicroelectronics, Sharp, CISCO, BMW Group master in engineering, et de deux cursusResearch & Technology, SAP. master of sciences.Les mots clés de la stratégie d’Eurécom sont l’international, l’interaction avec des Le cursus master in engineering, suivipartenaires académiques et industriels et la convergence dans les technologies de par 121 étudiants en 2008, propose unl’information. catalogue de 56 cours organisés en sept filières, (réseaux, sécurité, applications internet, multimédia, communications mobiles, techniques de transmission, et systèmes temps réel et embarqués). Les filières orientent les parcours et per-Eurécom mettent une meilleure lisibilité tant pour les étudiants que pour les futurs recru- teurs. Les deux cursus master of sciences sont agréés DNM et réalisés pour le compte de Télécom ParisTech. Ils sont réservés aux étudiants étrangers. Ils effectuent deux semestres de cours suivis d’une thèse de master de six mois dans la fi- lière sécurité ou communications mo- biles. 31 élèves ont suivi cette formation en 2008. Les spécificités de ces cursus résultent, Les formations de niveau master en premier lieu, d’une forte orientation internationale avec l’ensemble des cours dispensé en anglais, deux tiers d’étu- diants étrangers et deux tiers d’ensei- gnants étant diplômés d’une institution étrangère ou ayant une expérience in- ternationale significative. La deuxième spécificité de ces cursus, est leur développement en collaboration avec l’ensemble des partenaires acadé- miques du GIE. Pour certains, les cours d’Eurécom font partie intégrante de leur propre système de formation. La troisième spécificité est l’ouverture sur d’autres domaines. Ainsi, ces forma- tions intègrent des cours de manage- ment, d’économie, de droit et des sciences humaines, dispensés en anglais par L’EDHEC, école de commerce de pre- mier plan. Par ailleurs, un partenariat avec cette même école permet aux étu- Directeur diants du cursus ingénieur qui le sou- haitent de suivre un cursus spécifique en gestion et économie en dernière an- er - née. ing hF ic Ul r 49
    • L’international et les La communication partenariats Eurécom accueille et forme une soixan- taine de doctorants par an en collabora- tion avec trois écoles doctorales. En Réunie en séance le 6 juin 2008, l’as- 2008, 17 nouveaux docteurs ont soutenu semblée des membres d’Eurécom a va- leur thèse avec succès. Le 12 décembre 2008 l’assemblée des lidé le changement de nom du GIE. membres d’Eurécom a officialisé l’en- L’Institut Eurécom est devenu Eurécom. trée de L’université norvégienne de Un changement qui officialise une ap- Science et Technologie de Trondheim pellation déjà couramment employée et Le 1er Juillet 2008 Eurécom a organisé (NTNU) dans le groupe des membres qui a vocation à simplifier l’identification une journée de réflexion stratégique avec académiques de son GIE. Un nouveau d’Eurécom parmi les nombreux instituts l’ensemble des membres du corps en- partenaire de qualité qui rejoint, un an qui voient le jour dans le paysage de la seignant afin de faire une analyse et un après l’université technique de Munich, recherche française et européenne. bilan de l’ensemble des enseignements. (TUM) le réseau académique prestigieux Depuis la mise en place en 2005 du cur- d’Eurécom. sus actuel, les profils et les origines des étudiants se sont multipliés en raison Lors de cette même séance l’assemblée des nouveaux partenariats académiques, des membres a validé le changement de des doubles diplômes, et du succès gran- En 2008, Eurécom et le Brooklyn Institute nom du département de recherche inti- dissant des masters of sciences. Cette si- of New York University («  NYU-Poly  »), tulé « Communications d’entreprises », il tuation nécessite une adaptation et une deux institutions internationalement re- est devenu le département Réseaux et flexibilité constante des enseignements. connues pour leur expertise en systèmes sécurité. Un titre qui correspond parfai- Les conclusions de ce séminaire vont de communications, ont lancé la création tement aux activités actuelles et met Les « territoires » être analysées dans un groupe de travail d’un programme master of science, en- l’accent sur la recherche dans le do- dont la mission est d’adapter le cursus à tre le département de Communications maine de la sécurité, devenue une com- ces nouveaux challenges pour la rentrée mobiles d’Eurécom et le département « posante majeure de l’activité de ce dé- La formation doctorale 2009. Electrical and computer engineering  » partement. de NYU-Poly. Le changement de nom pour Eurécom La Norvège, nouveau partenaire académique En 2008, Eurécom a recruté deux nou- veaux enseignants chercheurs pour les En 2008, la société AMADEUS, leader départements Communications mo- mondial incontesté de solutions techno- Eurécom participe activement à la vie lo- biles  et Réseaux et sécurité. Respecti- logiques de l’industrie du voyage et du cale et au développement de la région Une démarche qualité vement de nationalité chypriote et autri- tourisme, a signé un partenariat de re- dans ses domaines d’excellence. chienne, ils renforcent la multiculturalité cherche avec Eurécom, qui conforte ainsi Partenaire fondateur du Campus STIC, du corps professoral et élargissent le ré- sa politique d’étroite collaboration avec Eurécom a notamment participé en 2008 seau de collaborations scientifiques et les entreprises. à la création du GIS définissant les colla- académiques des équipes d’Eurécom. borations scientifiques des partenaires du projet. Thématique « réseaux et sécurité » Eurécom a proposé à l’homologation Eurécom et Brooklyn University DNM, un nouveau programme master of Eurécom participe activement à la gou- science dans le domaine du multimédia. vernance du pôle au sein du conseil d’ad- ministration et dans la commission des projets. En 2008, Eurécom a été à l’ori- gine, avec l’association Télécom Valley, Une étudiante a reçu le prix du meilleur du projet de plateforme collaborative de stage de la Fondation Télécom (ex æquo) télécommunications qui vise à établir en pour son stage effectué au Japon chez région PACA une plateforme de réfé- Hitachi. rence nationale et mondiale pour adres- ser la convergence des réseaux, des services mobiles et des objets communi- cants à partir de l’apport des partenaires Le recrutement des professeurs institutionnels de la recherche et de l’in- Amadeus partenaire d’Eurécom dustrie. Le Campus STIC Les nouvelles formations Le pôle de compétitivité SCS Les prix et publications50
    • L’organigramme de l’école Klaus Rischmuller Ulrich Finger Ulrich Finger Ulrich Finger Président assemblée des membres ST Microelectronics Réfik Molva Catherine Bétrancourt Administrateur / Directeur Directeur pédagogique, scientifique et développement Administrateur Département réseaux et sécurité Secrétariat général Ressources humaines GROUPE DE RECHERCHE Protocoles et services spécifiques Christian Bonnet aux applications internet Contrôle de gestion et gestion des projets GROUPE DE RECHERCHE Comptabilité La sécurité pour les réseaux informatiques Pascal Gros et systèmes distribués Juridique Moyens généraux Département Documentation communications mobiles Secrétariat des départements GROUPE DE RECHERCHE Théorie des communications Service informatique GROUPE DE RECHERCHE Laurence Grammare Protocole sans fils Les systèmes d’information Bernard Mérialdo Les systèmes expérimentaux GROUPE DE RECHERCHE Plateforme radio-cognitive Le réseau Eurécom et sa sécurité GROUPE DE RECHERCHE Les systèmes opérationnels Propagation et analyse de performance des systèmes Service communication Département Pascale Castaing Assocation des anciens communications multimédias GROUPE DE RECHERCHE Identification et biométrie GROUPE DE RECHERCHE Indexation et catégorisation Service de la formation initiale Scolarité des étudiants Social étudiants Stages et doctorants 51
    • Le colloque TICE 2008 nieur existantes dans le domaine TIC ayant un corps enseignant permanent de bon niveau, une activité de recherche signifi- cative, et des liens forts avec les milieux L’un des axes stratégiques adoptés pour professionnels. Ce partenariat concerne la période 2008-2012 prévoit d’amplifier la formation (conception de programmes, L’Institut Télécom a organisé le colloque l’«  action du groupe au cœur des terri- échanges d’étudiants…) et la recherche TICE 2008 du 27 au 29 octobre 2008 dans toires ». (projets communs). les locaux de Télécom ParisTech et avec Ceci passe par le renforcement des im- L’objectif est d’apporter à ces écoles un le soutien actif de cette école et de son plantations actuelles (écoles et filiales) soutien pour améliorer leur positionne- département Innovation Pédagogique. mais aussi par deux actions majeures, ment, grâce à un renforcement de leur Cette édition avait comme thème l’ap- initiées en 2008 : le projet d’une nouvelle image, une amélioration de leur classe- prenant du nouveau millénaire. implantation à Montpellier, et le déploie- ment, une intégration dans des réseaux ment du concept d’école associée. de recherche puissants, une assistance Le projet d’une nouvelle implantation à technique sur le plan des habilitations et Montpellier en partenariat avec l’univer- de la pédagogie. Pour l’Institut, ce type sité Montpellier II a fait l’objet des pre- de partenariat lui permet d’élargir son Plus de trois cent personnes dont plus de mières études et de nombreuses réu- champ d’action tant géographique que quarante étudiants et doctorants ont as- nions de travail. disciplinaire, de diversifier les profils sisté au colloque. Quatorze nationalités Construit sur le modèle d’un établisse- d’étudiants dans sa sphère, de renforcer étaient représentées. ment associant formation et recherche, ses équipes de recherche, notamment Pour la première fois dans l’histoire des ce projet associerait des activités de for- pour le montage de projets, et d’accen- colloques TICE, 150 internautes ont pu mation (ingénieur, master, doctorat), de tuer son positionnement comme leader suivre en direct à partir du site web, les recherche et de diffusion de l’innovation, de la formation d’ingénieurs en TIC. retransmissions en anglais et en français avec un fort ancrage régional, cette entité Les deux premières conventions ont été des différentes conférences, donnant lieu serait orientée sur le domaine des tech- signées au printemps 2008 : à 350 connexions. Cette action a pu être nologies de l’information et de la commu- § La première avec l’Istase (devenue de- réalisée grâce au sponsoring de deux en- Les nouveaux projets et LES TICE 32 nication pour la santé. Elle serait donc en puis Télécom Saint-Étienne) école in- treprises du domaine  : Sonic Foundry les écoles associées cohérence avec les orientations straté- terne de l’université Jean Monnet de pour la réalisation et la mise en ligne et giques de la recherche à l’Institut (ICF Saint-Étienne, qui a notamment des Cabinet Hancock pour l’interprétariat. «  Santé numérique  ») et le schéma points forts en optique, imagerie nu- Les conférences sont toujours en libre de constitution de pôles de formation- mérique, vision industrielle. accès sur le site web ainsi que les résu- recherche au sein de l’université § La deuxième avec l’ENSPS (École na- més des communications sélectionnées Montpellier  II. Elle s’appuierait sur les tionale supérieure de physique de et courant premier trimestre 2009, les compétences des deux partenaires fon- Strasbourg) à Strasbourg, école in- communications dans leur intégralité. dateurs et de partenaires académiques et terne de l’université Louis Pasteur qui L’intérêt du thème et des différentes in- industriels locaux et nationaux et bénéfi- est devenue au 1er Janvier 2009 l’uni- formations disponibles sur le site peu- cierait d’un fort soutien des collectivités versité de Strasbourg et qui tient de vent expliquer pourquoi trois mois après territoriales. bonnes positions en particulier en le déroulement du colloque, en janvier En son état actuel, le projet vise à créer image, technologies pour la santé, 2009, plus de 7000 pages ont été vues Une forte participation en présence et une entité en 2009 pour une montée en électronique et nanosciences. (dont un peu plus de 1000 pour la France) à distance charge en deux phases : Des actions concrètes et significatives ont de la part d’internautes en provenance de § Dans une première phase, à la rentrée déjà été menées depuis cette date, per- 45 pays. de 2010, seraient accueillis des étu- mettant par exemple à des étudiants de diants en dernière année d’école d’in- Télécom ParisTech d’effectuer des stages génieur et de deuxième année de mas- à Houston University partenaire de ter pour une année de spécialisation, l’ENSPS, à des étudiants de l’ENSPS de validant ainsi le diplôme de leur filière suivre des formations sur le traitement d’origine (une des écoles d’ingénieur de d’image à Télécom ParisTech, à des étu- Plusieurs conférences plénières ont l’Institut ou master de l’université diants de Télécom SudParis de participer rythmé le colloque et tout particulière- Montpellier II). à des programmes d’échanges d’étudiants ment celle de Monsieur Pedro de l’OCDE § Dans une seconde phase, l’École ac- au Brésil au travers du programme instigateur du concept du New millenium querrait un statut autonome et délivre- Brafitec 31, partenaire de l’ENSPS et learner, celles animées par des étudiants rait son propre diplôme, une fois l’en- Télécom Saint-Étienne. Les deux nou- sur le thème de leurs usages des TICE semble des habilitations nécessaires velles écoles associées ont participé et ont ainsi que la table ronde animée par les acquises. Ce projet est en cours d’exa- été retenues dans le cadre de l’appel d’of- vice-présidents internationaux. men par les différentes tutelles et or- fres interne « Futurs et ruptures » pour la Les sessions scientifiques et retours ganismes d’habilitation concernés. participation à des programmes de re- d’expériences étaient regroupés par Le deuxième volet de l’extension des acti- cherche transverses avec d’autres écoles thèmes : soutien et aide aux acteurs de la vités du groupe a été la mise en place en de l’Institut. Par ailleurs l’Institut (Télécom formation, modélisation des activités et 2008 du concept d’École associée. SudParis et siège) a participé au montage comportements des apprenants, appre- Il s’agit de nouer des partenariats struc- du dossier de renouvellement de l’habili- nants et dispositifs de formation à dis- turés et pérennes avec des écoles d’ingé- tation par la CTI de Télécom Saint-Étienne. tance, apprentissage et dispositifs hy- Une présence internationale pour un colloque centré sur l’apprenant et ses nouveaux usages Brafitec – Programme bilatéral pour la formation des ingénieurs soutenu par les ministères brésiliens et français TICE – Technologie de l’information et de la communication pour l’enseignement 32 3352
    • brides, les TICE pour les apprenants à Le projet PADEN 33l’international.38 communications scientifiques et L’Institut Télécom avec l’EPF 34, l’ESTP 35,retours d’expériences ont ainsi été le GEM 36 développent un projet de for-sélectionnés sur les 113 déposées cor- mation à distance à destination des étu- En relation avec le changement de nomrespondant à 15 nationalités différentes. diants étrangers non francophones re- du groupe et de ses écoles, le site GETLes 7 présidents, les 49 membres du co- crutés par ces établissements. Ce Savoirs partagés est devenu «  Savoirsmité scientifique, et les 38 membres du dispositif de formation est proposé à partagés ». Les soixante modules péda- L’observatoire des métierscomité retour d’expériences représen- l’étudiant avant son arrivée dans son éta- gogiques mis à disposition en accès libretaient quant à eux 13 pays (Allemagne, blissement d’accueil. et ouvert par les enseignants chercheursAustralie, Belgique, Colombie, Espagne, L’objectif est de donner à l’étudiant avant de nos écoles, ont reçu en 2008 près deEtats Unis, France, Grèce, Irlande, Pays son arrivée en France des clés de com- 33 900 visites du monde entier.Bas, Québec, Sénégal, Suisse). préhension sur la manière dont se pas- sent les cours, les travaux en groupe, et sur les attendus implicites et explicites des professeurs : L’Observatoire des métiers analyse le § en lui proposant des méthodologies marché de l’emploi des diplômés desVingt entreprises étaient représentées pour faciliter son apprentissage ; écoles de l’Institut, afin d’y repérer lessoit au travers des participants, soit sur § en l’initiant à une compétence inter- grandes tendances tant conjoncturellesles stands, soit lors des « témoignages culturelle  : pour mieux comprendre, que structurelles, à court et moyenentreprises ». mieux échanger et donc mieux ap- terme. Ceci permet d’enrichir la réflexionCes derniers ont connu un fort succès. prendre. sur les évolutions pédagogiques et deLes thèmes suivants ont été abordés : PADEN est complémentaire des forma- mieux informer les décideurs, les ensei-Wikki outil de construction collective des tions FLE 37, des stages d’été et autres gnants-chercheurs et les étudiants sursavoirs ? Les TICE au service des inter- actions d’intégration mises en place par les perspectives d’emploi et les besoinsactions situation de travail-formation ? les établissements d’accueil. des entreprises.Simulation et serious game  : nouveau Ce projet a reçu pour la deuxième année Ces actions sont menées en commun Le site web « télécomsgadget ou modèle pédagogique d’ave- consécutive un financement d’UNIT. avec les équipes concernées au sein des savoirs partagés »nir ? Les entreprises utilisatrices et ou En juillet 2008 des modules de ce dispo- écoles et des associations d’anciens,prestataires de conseils ou de solutions sitif de formation à distance ont été tes- permettant la capitalisation des bonnesont pu ainsi échanger avec la salle sur tés par des étudiants non francophones pratiques, par exemple en homogénéi-des préoccupations communes à partir nouvellement recrutés et n’ayant pas en- sant les différentes enquêtes menées pard’exemples très opérationnels présen- core démarré leur cursus de formation. les écoles auprès de leurs ancienstés par les entreprises (BNP ParisBas, L’expérimentation a donné des résultats élèves.Auchan, IBM, Animédia) positifs permettant une mise en produc- L’Observatoire a réalisé en 2008 uneUne sélection des meilleurs articles tion courant 2009. étude sur la cartographie, le contenu, lesscientifiques et retours d’expérience sera gisements d’emploi et les nouveaux mé-publiée dans deux revues de référence tiers liés au traitement du signal et dedu domaine : STICEF et Distances et sa- l’image. Les résultats de cette étude se-voirs. ront disponibles courant 2009. Cette même étude sera renouvelée enUne présence et des témoignages des 2009 en traitant d’autres domaines.entreprises fortement appréciés Un travail collectif et transverse au sein de l’Institut avait permis en 2006 la mise en place dans chaque école d’un dispo- sitif de VAE permettant l’obtention de son diplôme d’ingénieur. Cela a permis d’aboutir en 2008 aux premiers diplômés dans nos écoles. En outre, le nombre de personnes intéressées et contactant nos écoles reste faible (quelques dizaines au total) mais est en constante augmenta- tion. Le dispositif fera l’objet d’un début d’évaluation en 2009. La validation des acquis PADEN - est un dispositif de formation destiné à préparer à distance les étudiants non francophones aux études scientifiques en France. de l’expérience EPF – École polytechnique féminine ESTP – École supérieur des travaux publics GEM – Groupe des Écoles des mines FLE – Français langue étrangère3334353637 53
    • La recherche européen, auquel participe Télécom § Publication scientifique de renom, les ParisTech, portait sur l’évaluation de Annals of telecommunications, éditées la sécurité des systèmes complexes. Il sous l’égide de l’Institut Télécom, ont a été récompensé pour la reconnais- rejoint le catalogue du deuxième édi- sance de l’impact potentiel de la thé- teur scientifique mondial, Springer. De§ La SEE (Société de l’électricité, de matique dans le milieu industriel. ce rapprochement, l’Institut Télécom l’électronique et des TIC) a décerné la attend une visibilité accrue grâce, médaille Blondel à Isabelle Bloch, pro- désormais, à une diffusion électro- fesseur au département Traitement du nique mondiale des articles. signal et des images (TSI) de Télécom § ICT 2008 du 25 au 27 novembre  : de ParisTech, pour ses travaux remar- nombreux chercheurs des écoles de quables contribuant aux progrès des l’Institut ainsi que ceux qui travaillent sciences et technologies de l’informa- à la coordination des actions de re- § Lancement du premier Lab, Future tion et de la communication. La céré- cherche se sont retrouvés avec leurs Networks Lab piloté par Daniel monie a eu lieu le 9 décembre 2008 à homologues européens pour cette Kofman de Télécom ParisTech, et qui l’occasion des 125 ans de la société au grande manifestation européenne a vocation à doter l’Institut Télécom Collège de France, à Paris. dont l’importance a conduit l’Institut à d’une vision prospective sur le sujet§ Claude Berrou, professeur au dépar- parrainer, au coté des autres grands de l’Internet du futur et coordonner tement d’électronique de l’école acteurs français du domaine, les trois les travaux des enseignants-cher- Télécom Bretagne, a reçu son épée jours de conférences et la soirée de cheurs de l’Institut Télécom sur cette d’académicien. Il a également été gala. thématique identifiée prioritaire. élevé au grade d’IEEE Fellow pour l’in- § Symposium Autonomous and sponta- § Accueil d’un nouveau laboratoire vention des turbocodes et la générali- neous networks : ce colloque interna- CNRS à Télécom Bretagne  : labora- sation de leur principe ainsi que pour tional, organisé par l’Institut Télécom, toire en sciences et technologies de sa contribution aux travaux de norma- est venu conclure un programme in- l’information, de la communication et lisation. terne de recherche sur le thème de de la connaissance – le LabSTICC. Ce§ Isabelle Bloch, professeur au départe- l’Internet du futur. laboratoire est né du rassemblementLes faits marquants ment TSI de Télécom ParisTech, a été § Opération Triptyque : cette opération a des équipes du LEST, du Lester, du nommée au Comité national de la re- consisté à faire se rencontrer les par- Sabres et de Tamcic à Télécom cherche scientifique dans la section tenaires de la Fondation avec des cou- Bretagne. Il réunit 280 personnes et saPrix et distinctions 07 Informatique, traitement du signal ples enseignants chercheurs et PME direction a été confiée à Alain Hillion. et des images et Automatique. Placé ayant collaboré sur des technologies § Signature de l’avenant de transforma- auprès du CNRS, le Comité national de innovantes tion de la Fondation Louis Leprince- la recherche scientifique regroupe des Ringuet en Fondation Télécom en jan- Manifestations instances de conseil et d’évaluation de vier 2008. Cette nouvelle fondation, la recherche. toujours sous l’égide de la Fondation§ Porté par la PME bretonne TeamCast § Philippe Letellier, directeur scienti- de France, est désormais à dotation Structuration de la recherche et développé en partenariat avec fique adjoint de l’Institut Télécom, a et flux et comptait fin décembre 2008 Télécom Bretagne et la PME espa- été nommé vice chairman ITEA 2 38 en quatre membres fondateurs, trois do- gnole SIDSA, le projet européen d’in- charge de la roadmap. nateurs historiques de la Fondation novation SME42 est arrivé en tête du § Jean-Louis de Bougrenet de la Louis Leprince-Ringuet : Orange, SFR, classement européen Eurostars sur Tocnaye, professeur au département Alcatel Lucent, ainsi qu’un nouveau 186 dossiers européens présentés. Ce d’optique de Télécom Bretagne, a été partenaire : BNP Paribas. projet vise à valider et à expérimenter nommé au conseil scientifique du la deuxième génération de norme de RTRA du plateau de Palaiseau-Orsay- diffusion de télévision numérique ter- Saclay, « Triangle de la physique » di- restre (DVB-T2). rigé par Christian Colliex (laboratoire§ C’est à l’occasion du Celtic Event 2008 de physique du solide - Orsay). Le que le projet BUGYO (Building security conseil scientifique a pour mission assurance in open infrastructures) a d’éclairer, par ses avis et évaluations reçu un Excellence award par le pro- scientifiques, le programme et les ac- gramme européen Celtic. Ce projet tions du RTRA. Visibilité38 ITEA 2 est un programme européen de recherche et développement dans le domaine des systèmes innovants à fort contenu logiciel. 55
    • Pour développer ses recherches l’Institut Dans le cadre de la dynamique numé- Télécom s’appuie : La stratégie de recherche 2008-2012 de rique, les laboratoires de l’Institut § sur un corps permanent d’ensei- l’Institut Télécom s’appuie sur une vi- Télécom s’organisent pour travailler sur gnants-chercheurs renforcés par des sion de la construction de la « société nu- huit grands sujets identifiés comme des chercheurs du CNRS, et des cher- mérique  », centrée autour de trois défis majeurs : cheurs associés venant de l’université grandes questions : § quatre défis autour de l’internet du fu- ou de l’industrie ; § les moteurs de la technologie et des tur : les objets communicants, les ré- § sur un fort effectif de doctorants ainsi usages : l’internet du futur, les conte- seaux du futur, les contenus et les ser- que des post-doc et sabbatiques ac- nus, les usages ; vices multimédias, les usages et la vie cueillis dans ses laboratoires ; § les besoins de la société : intégration numérique. § sur des ingénieurs de R&D recrutés sociale, santé, services, développe- § quatre défis autour de la diffusion du pour travailler sur des contrats ; ment durable et sécurité ; numérique : la santé numérique, les § sur des ingénieurs de recherche, tech- § les besoins de l’économie : production services à la personne, le développe- niciens et administratifs pour le sup- de connaissances, régulation, innova- ment durable (énergie, transports, port des activités de recherche. tion. ville, écotech), la sécurité globale Grâce au développement de ses res- Elle s’appuie sur plusieurs leviers : (risques, sécurité, confiance) sources propres contractuelles et au § l’excellence de sa recherche discipli- Les quatre défis de l’internet du futur soutien des entreprises au travers de la naire ; correspondent à la plateforme « techno- Fondation Télécom, mais aussi grâce au § la pertinence des ses recherches fina- logie, systèmes et usage » du dévelop- développement de l’attractivité des lisées ; pement de la « société numérique ». équipes de recherche, le nombre de per- § le développement des partenariats Les quatre défis de diffusion numérique sonnes travaillant aux activités de re- avec les entreprises, les autres orga- correspondent à un co-développement cherche a cru en 2008 : 600 chercheurs nismes de recherche et les universi- de la «  société numérique  » avec des et enseignants chercheurs, 818 docto- tés ; secteurs clefs du développement de la rants, post-doc et sabbatiques, 251 ingé- La stratégie de recherche Les défis pour la recherche de Les forces de recherche § l’implication forte dans l’écosystème société : santé, service, développement nieurs de R&D et ingénieurs et techni- l’Institut Télécom 2008-2012 de l’innovation. durable, sécurité. ciens administratifs de soutien direct, et Pour chacun de ces défis, l’Institut 35 personnes pour le soutien global à la Télécom : recherche et à l’innovation. En 2008, ce § met en place une approche transver- sont près de 1700 personnes qui ont ont sale d’organisation de la recherche, consacré leur activité à la recherche et à les Labs, permettant aux experts des l’innovation. différents laboratoires de l’Institut Télécom et de partenaires associés, de définir ensemble la vision, les orientations scientifiques et les prin- La production se mesure, d’une part, de cipaux axes d’actions pour répondre à façon quantitative au travers des publi- ces défis. cations référencées, des ressources pro- § développe des partenariats avec les pres issues des contrats de recherche et organismes de recherche et les uni- de la valorisation et, d’autre part, de fa- versités d’excellence ainsi que les en- çon qualitative au travers de prix et re- treprises pertinentes connaissances. Le total des ressources propres s’élève à 32,33 M€ incluant les contrats de re- cherche, l’abondement Carnot, le flux de la Fondation Télécom, la valorisation et les bourses de thèses et consolidant les contrats générés par les partenaires. Le développement des partenariats, améliorant les bases de recherche de l’Institut Télécom, est également un bon indice du développement de la re- cherche. La production56
    • Les publications scientifiquesLes publications scientifiques se développent de façon quantitative et qualitative. Leur nombre passe de 1597 publications en 2007à 1681 en 2008. On peut noter pour 2008, la publication dans 395 revues internationales de rang A, soit une moyenne sur l’annéede 1,25 revue par équivalent temps plein chercheur contre 1,20 en 2007.Les contrats de rechercheLe nombre de contrats avec l’ANR croît progressivement, avec des variations fortes selon les thématiques. L’appel VERSO, consa-cré aux télécoms, est devenu le deuxième domaine avec neuf projets. Il est devancé par l’appel CONTINT, consacré aux contenuset aux interfaces, avec dix projets sélectionnés. Au total 33 projets ANR auxquels participent des équipes des laboratoires de l’InstitutTélécom ont été sélectionnés.Les pôles de compétitivité mobilisent toujours, en 2008, fortement les équipes avec 24 projets. En revanche, 2008 est une annéede moindre activité dans le cadre du 7e PCRDT, avec seulement douze contrats européens dont trois contrats Eureka. Télécom ParisTech Télécom Bretagne TMSP 39 Télécom Lille1 Eurécom Total Publications dans des revues de rang A 155 82 84 28 46 395 Conférences avec actes 350 241 228 47 146 1012 Ouvrages ou chapitre d’ouvrage 32 10 58 4 2 106 Brevets 16 11 7 0 18 52 Normalisation 27 4 0 0 0 31 Thèses 63 35 38 6 16 158 HDR 3 3 3 0 1 10Dans le cadre de ces projets les laboratoires des l’Institut Télécom et d’Eurécom sont partenaires principaux de quatre plateformes : Total 662 386 418 85 229 1764THD (Très haut débit) du pôle de compétitivité Cap Digital, Télécom du pôle SCS, et Imaging’lab et Vigisat du PRES Université eu-Les brevetsPublications des laboratoires de l’Institut Télécomropéenne de Bretagne.Avec la mise en place d’une nouvelle stratégie pour les brevets et d’une nouvelle organisation avec une commission d’engagementau niveau de l’Institut, nous assistons à une croissance de 100 % du nombre de brevets par rapport à la période précédente. Contrats de recherche Télécom ParisTech Télécom Bretagne TMSP 40 Eurécom Total ANR 17 9 4 3 33 Pôles de compétitivité 9 6 7 2 24 Européens 3 3 5 1 12 Internationaux 0 2 2 0 4 Total 29 20 18 6 73Types des financements des contrats de recherche39 TMSP – Télécom et Management SudParis regroupe l’école d’ingénieur Télécom SudParis et l’école de management Télécom Ecole de Management Télécom ParisTech Télécom Bretagne TMSP 41 Eurécom Total 42 Nombre de dépôts de brevets 16 11 7 18 52Nombre de brevets déposés 57
    • Les partenariats Les partenariats avec les grands organismes de recherche leurs, ce rapprochement a conduit à une participation dans les instances de l’Institut INSERM « Technologies pour la santé » et a donné lieu au lancement de Le cadre d’Institut Carnot est une com- L’année 2008 a vu un fort développement propositions communes en particulier à posante structurante du déploiement de des partenariats avec les autres orga- l’ANR. la stratégie de recherche de l’Institut, au nismes de recherche impliqués dans les Enfin, des partenariats ont été initiés Les laboratoires communs avec travers des actions de recherche et d’in- STIC — INRIA, CEA, CNRS — et avec avec les Instituts Fraunhofer et le VTT les entreprises novation que l’abondement Carnot per- l’INSERM. Technical Research Centre of Finland met de soutenir, mais aussi par le cadre À la demande du ministère de pour le montage de projets européens de coopération qu’il permet avec les au- l’Économie, des Finances et de l’Emploi, ou transnationaux. tres Instituts Carnot en France et des or- un groupe de travail avec l’INRIA et vice- ganisations comparables à l’étranger. présidé par l’Institut Télécom a été Pour 2008 on peut noter : monté sur le thème de l’Internet du futur. § Le lancement du projet Carnot L’une de ses principales recommanda- Fraunhofer TEROPP (coordonnée par tions concerne la création de structures La politique de laboratoires communs Télécom ParisTech) avec mise en ou de laboratoires communs en avec les entreprises se poursuit, et l’an- place d’un Industrial Advisory Group Bretagne, PACA et Paris - Île-de-France, née 2008 a vu la création d’un nouveau comprenant Thalès, Thomson, STN associant l’Institut Télécom, l’INRIA, et laboratoire commun avec Alcatel-Lucent Wireless et France Télécom. les universités et acteurs locaux. Un GIS Bell Labs dans le domaine des médias § La mise en place de l’alliance TIC- a été créé en Bretagne (Syscom), des ubiquitaires. Il vient s’ajouter aux quatre MNT 43 réunissant dix Instituts Carnot, projets sont en cours de finalisation à laboratoires communs existants avec co-animé par la direction scientifique Paris et Sophia. EDF, Thales, DLR et CNES et les accords de l’Institut Télécom et la direction de Un travail de partenariat a été entamé de coopération structurés de même na- l’IEMN 44, sur le thème des technolo- avec le CEA, dans le cadre du projet na- ture entre SAP et Eurécom d’une part et gies de l’information et de la commu- tional Nanoinnov, et dans le cadre de l’al- Federal Finance et Télécom Bretagne nication, et des Micro-Nano liance TIC des Instituts Carnot. Il va dé- d’autre part. Technologies. boucher notamment sur un projet de § L’initialisation d’une alliance théma- colocalisation des forces de recherche Les Instituts Carnot tique  : «  objets communicants, real sur le campus de Saclay-Palaiseau dans world Internet » avec le CEA LETI, le cadre de la création de Nanoinnov et l’IEMN, le LAAS 45 et le LSI 46. sur le développement des partenariats L’Institut Télécom a également été un autour de l’Internet des objets. membre actif de l’association des Le partenariat avec le CNRS s’est égale- Instituts Carnot, très présent, dans les ment développé avec la création en différents salons. Bretagne d’une nouvelle UMR LabSTICC et l’arrivée de nouveaux chercheurs du CNRS dans les laboratoires communs au sein de l’Institut. Les coopérations de longue date entre le laboratoire de Télécom ParisTech, UMR LTCI et l’UPMC (université Paris 6), UMR LIP6 se sont organisées autour d’un GIS entre l’Institut Télécom, l’UPMC et le CNRS. Des collaborations nouvelles ont été dé- veloppées dans le cadre de deux des sept Instituts de l’INSERM (Technologies pour la santé et santé publique) dont l’Institut Télécom est devenu partenaire. Ceci a conduit à l’organisation d’ateliers com- muns sur la thématique de la gestion de l’information médicale. Ce travail en commun se poursuit par le lancement d’un groupe de travail «  cohortes et bases de données » (y compris des don- nées d’imagerie et de biologie) en asso- ciant étroitement les épidémiologistes, et qui définira quelques axes de re- cherche et des nouveaux projets. Par ail- TMSP – Télécom et Management SudParis regroupe l’école d’ingénieur Télécom SudParis et l’école de management Télécom Ecole de Management TMSP – Télécom et Management SudParis regroupe l’école d’ingénieur Télécom SudParis et l’école de management Télécom Ecole de Management Les 18 brevets d’Eurécom incluent les brevets passés par les partenaires. TIC-MNT – Technologies de l’information et de la communication – micro-nanotechnologies IEMN – Institut d’électronique, de micro-électronique et de nanotechnologie LAAS – Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes LSI – Logiciels et systèmes intelligents 40 41 42 43 44 45 4658
    • L’action de recherche « Futur Une organisation en projets et ruptures » structurantsLe comité directeur de larecherche de l’Institut De nouvelles procédures de pilotage de La gestion d’un portefeuille d’une cen- la recherche ont été mises en place en taine de projets structurants permet associant aux ressources financières de d’orienter les activités de recherche enLe comité directeur de la recherche, ras- l’Institut Télécom, celles issues de cohérence avec les thématiques priori-semblant les directeurs de la recherche l’abondement Carnot et celles de la taires, les choix de partenariats, et lesdes écoles et leurs adjoints et la direction Fondation Télécom. Les budgets ainsi objectifs de l’Institut en termes du ni-scientifique de l’Institut s’est réuni à un obtenus ont permis le lancement d’un veau de ressources propres. Le label Carnotrythme bi-mensuel en 2008. Le dossier le grand programme « Futur et ruptures » Ces projets structurants représentent leplus important a été la préparation de la destiné à financer des recherches amont cadre de travail d’une équipe de cher-création des Labs et le suivi de leur mise sur des thématiques en émergence et cheurs doté d’un objectif et de moyensen place. Il a également travaillé sur le sur des sujets à risque. spécifiques.développement des partenariats avec L’objectif essentiel du programmel’INRIA, le CEA et les autres organismes « Futur et ruptures » est de constituer, dede recherche. Enfin, le travail de fond sur façon concertée avec la Fondationla structuration, l’animation et l’évalua- Télécom, un pool d’activités de recherche Le label Carnot a permis de recevoir untion des activités de recherche s’est amont (thèses, projets ciblés d’un an…) abondement de plus de 2  M€ 47. Cetpoursuivi, prenant en compte le dévelop- afin de mettre en œuvre une vision long abondement a permis de développer des Les écoles associéespement des alliances et partenariats sur terme et de tester de nouvelles ap- recherches de ressourcement, décidéesles divers sites de l’Institut Télécom. proches en rupture avec celles qui exis- directement au niveau des écoles ouLe comité a préparé également la stra- tent actuellement. d’Eurécom, ou de façon mutualisée autégie de recherche de l’Institut autour de Ce programme finance deux types d’ac- sein du programme Futur et ruptures.grands défis, lesquels ont été présentés tions  : des bourses de thèses sur troisau conseil scientifique de l’Institut ans et des projets d’accueil de post-doc-Télécom. Il a élaboré une stratégie pour torants ou « visiting scientists » de hautLe pilotagedégager les plateformes prioritaires de niveau. Dans les deux cas, les réponses En 2008, ont été associées les deux pre-La création des Labsl’Institut Télécom et d’Eurécom et les doivent clairement présenter une vision mières écoles : l’ENSPS de Strasbourg etmoyens associés. à long terme d’identification et de levée Télécom Saint-Étienne. Des équipes deLe comité directeur a également suivi le de verrous scientifiques et techniques. ces écoles sont impliquées dans des par-travail de l’Institut Carnot Télécom- L’appel à projet 2008 a connu un grand tenariats de recherche avec des équipesEurécom. succès puisque 52 propositions de thèses de l’Institut et participent à la dynamique et 41 propositions de projets ont été re- d’animation de la recherche et ses pro- çues. À  signaler  : la mobilisation des grammes. Les laboratoires de ces écoles nouvelles écoles associées (Télécom ont été partenaires de deux thèses etLes Labs sont des instruments de coor- Saint-Étienne et ENSPS) qui ont parti- deux post-doc du programme « Futur etdination transversaux de l’Institut cipé à neuf propositions de l’appel à pro- ruptures ».Télécom ayant comme objectifs la défi- jets. Les propositions ont été évaluéesnition des orientations des activités de par un collège d’une trentaine d’expertsrecherche à long terme, leur animation associant le future Networks Labs au-et le montage de projets ou de pro- quel se sont associés les membres fon-grammes pour faire face aux grands dé- dateurs de la Fondation Télécom  :fis de recherche de l’Institut. 19 thèses et 12 projets d’un an ont été re-L’année 2008 a vu la création du Lab tenus pour un budget total cumulé deconsacré aux réseaux du futur, dirigé par plus de 2,4 M€. Thématiquement, on yDaniel Kofman, et la préparation du lan- trouve trois actions du domainecement des Labs «  Digital Life », dirigé «  Composants  », neuf du domainepar Christian Licoppe, et «  Digital « Réseaux », 13 du domaine « Signal, in-Health », dirigé par Christian Roux. formation, services » et six du domaine «  Usages et la vie numérique  ». Les thèses ont débuté en septembre 2008 et les projets en janvier 2009.47 L’abondement Carnot accordé au titre d’une année d’exercice est versé en plusieurs parties et sur plusieurs exercices. Les 2M€ correspondent aux versements effectués en 2008. 59
    • les partenariats internationaux Labs, laboratoires communs, centres de cerné par la même SEE à Laurence L’édition scientifique compétences, Fondation Télécom). Les Vancamberg, diplômée de Télécom Les partenariats internationaux, autres travaux de l’Institut se distinguent par SudParis, qui récompense le meilleur que les projets européens, se dévelop- une articulation originale entre re- stage ingénieur orienté recherche au pent au travers de projets de recherche cherche scientifique, recherche techno- plan national. communs, de séjours sabbatiques en- logique et recherche finalisée et la qua- trants et sortants, et d’échanges de doc- lité générale de ses résultats de torants, ainsi qu’au travers de partena- recherche a été soulignée ainsi que la riats industriels s’appuyant notamment pertinence et l’intérêt des démonstra- L’année 2008 a été une année de muta- sur les laboratoires de R&D de nos par- tions proposées. Le conseil a aussi ap- tion pour l’activité d’édition scientifique tenaires industriels à l’international. précié la qualité de la vision qui a été de l’Institut. L’Institut Télécom est présent dans les présentée. La revue Annals of Telecommunications programmes STIC Asie, STIC Amérique Le conseil a souhaité que ces travaux de a développé sa visibilité internationale. du Sud et STIC Afrique du Sud du minis- grande qualité soient mis en perspective Elle est désormais éditée et diffusée par tère des Affaires étrangères et euro- dans un contexte de recherche plus glo- Springer, second éditeur mondial de re- La valorisation péennes. Pour 2008 des collaborations bal et s’inscrivent dans une stratégie de vues scientifiques. La mise en place d’un de recherche nouvelles se sont notam- recherche de l’Institut. Conformément à outil de gestion de manuscrits a permis ment développées au travers de projets ces recommandations, une action es- de professionnaliser l’ensemble de la avec la Chine, la Tunisie et Singapour. sentielle dans ce domaine en 2009 visera chaîne élaboration-fabrication de la re- Évaluation du nouveau à consolider et rendre lisible la stratégie vue. Les six numéros parus en 2008 laboratoire breton commun de recherche de l’Institut en particulier abordent tous les thématiques clés de la avec le CNRS dans le cadre du lancement d’un Lab recherche actuelle dans le domaine des L’activité de valorisation porte sur des dédié. TIC et notamment les TIC appliquées à la contrats de transferts et la valorisation santé, les communications sans fil ou de nos brevets. Les Turbocodes consti- encore les réseaux domestiques. tuent toujours le produit de valorisation La Collection technique et scientifique phare, sur la base d’un accord avec les des télécommunications (CTST) a été entreprises Orange et Qualcom. L’Institut transformée. Avec le soutien d’Orange a également valorisé des brevets dans Le CNRS a évalué un nouveau labora- Labs, cette collection publie en français Le domaine « contenus et le domaine des antennes. toire créé à partir d’unités existantes de des ouvrages couvrant l’ensemble du do- services multimédias » Télécom Bretagne, de l’UBO 48 et de maine des STIC. Un accord entre l’éditeur l’UBS 49 : le Lab-STICC. L’évaluation po- John Wiley & Sons 50 et la société ISTE 51 sitive par le comité national du CNRS a permettent désormais une édition an- conduit à la création d’une UMR entre glaise de cette collection. Ainsi, en 2008, les trois partenaires et le CNRS et dont trois ouvrages ont pu accéder au marché l’Institut Télécom assure la responsabi- mondial, ouvrages portant sur la gestion lité. Cette unité va ensuite entrer dans le du spectre radio, les mathématiques Ce domaine a fait l’objet en 2008 d’une cadre d’évaluation de l’AERES au rythme pour l’ingénieur et les techniques ultra- évaluation par le conseil scientifique de des vagues nationales d’évaluation. Ce large bande. l’Institut Télécom laboratoire a vocation à être l’un des trois La structuration de la recherche menée Il regroupe 24 projets dits structurants et laboratoires structurants dans le do- dans l’Institut Télécom a abouti à la créa- correspond aux activités de recherche de maine des STIC de Bretagne avec l’IRISA tion d’événements scientifiques (ateliers, Les prix et distinctions plus de 350 personnes, dont 130 perma- et l’IER. colloques…) impliquant l’ensemble des nents et 220 non permanents (doctorants écoles. Éditer les actes de ces manifes- majoritairement). Le domaine couvre un tations, et rendre ainsi visibles les com- large spectre  : création, traitement et munications que nos chercheurs peuvent diffusion de contenus, apprentissage sta- y faire, c’est l’objet d’une nouvelle col- tistique, fouille de données et recherche lection Les Actes de l’Institut Télécom d’informations, ingénierie et représen- créée en 2008. Les ouvrages de cette col- tation des connaissances, services asso- La qualité des travaux de l’Institut a été lection sont publiés directement par ciés. Il regroupe notamment des labora- saluée en 2008 au travers de quelques l’Institut, sans passer par un éditeur, et toires de traitement d’image et du signal récompenses attribuées à des ensei- font l’objet d’un dépôt légal. Le premier de Paris, Évry, Brest, Sophia et Lille, et gnants-chercheurs ou étudiants. On peut volume de ces actes a rendu compte d’un des laboratoires de traitement des notamment citer la remise d’épée et atelier mené dans le cadre du connaissances et de mathématiques ap- l’entrée à l’Académie des sciences de Programme Initiative «  Réseaux auto- pliquées de Paris, Bretagne et Évry. Claude Berrou de Télécom Bretagne nomes et spontanés ». Le conseil scientifique a souligné que ce ainsi que la médaille Blondel attribuée à En 2008, l’Institut Télécom, a fourni envi- domaine est un des pôles forts et struc- Isabelle Bloch de Télécom ParisTech, qui ron un tiers du contenu de la Lettre ré- L’évaluation turants de l’Institut Télécom. Il s’appuie couronne un chercheur talentueux de seaux sans fil produite par les Éditions sur un vaste spectre de compétences, moins de quarante ans dans les do- techniques de l’ingénieur, contribuant sur une forte interdisciplinarité et sur maines couverts par la SEE ou bien en- ainsi au développement de la notoriété de des outils originaux (actions innovantes, core le prix André Blanc Lapierre dé- ses chercheurs dans le milieu industriel. Le rayonnement UBO – Université de Bretagne Ouest UBS – Université de Bretagne Sud John Wiley & Sons - une entreprise d’édition professionnelle spécialisée dans la publication de revues scientifiques, d’ouvrages techniques et universitaires et d’encyclopédies ISTE – International Society for Technology in Education 48 49 50 5160
    • Les Cahiers de veille de la FondationTélécom sont le résultat d’études me-nées conjointement par des enseignants- Organisé tous les deux ans par lachercheurs de l’Institut et des experts Ce symposium, organisé par l’Institut Commission européenne et le pays as-industriels. Dédié à une problématique Télécom en novembre 2008, a rassemblé surant la présidence de l’Union euro-donnée telle que par exemple la géolo- une centaine d’auditeurs. Le programme péenne, le grand rendez-vous ICT s’estcalisation retenue en 2008, le cahier de associait les interventions des conféren- tenu du 25 au 27 novembre, à Lyon. Plusveille propose un état de l’art technolo- ciers invités reconnus et les présenta- de 4 000 chercheurs européens et inter-gique et une analyse des aspects juri- tions des résultats obtenus par les nationaux (Asie, Canada, Afrique dudiques et économiques. Il se conclut sur équipes de l’Institut Télécom et celles Sud…) se sont réunis pour présenter lesLes conférences scientifiquesdes perspectives qui sont autant de des membres de la Fondation Télécom, nombreux projets ICT du 6e et 7e PCRDTpistes possibles de travail commun entre le symposium s’est conclu par une table et préparer le quatrième appel à projetsles partenaires de la Fondation Télécom ronde sur les enjeux industriels. Ce sym- du nouveau programme 2009-2010.et les équipes de l’Institut. posium a été soutenu par la Fondation L’Institut Télécom parrainait, au coté des Télécom dans le cadre du projet autres grands acteurs français du do- « Journées recherche ». maine, les trois jours de conférences et la soirée de gala. Les chercheurs deL’Institut Télécom a été actif dans l’or- l’Institut ont contribué à de nombreusesganisation et le soutien de nombreuses réunions de networking sessions (ses-manifestations scientifiques internatio- sion de réseautage thématique) dontnales. Parmi celles-ci nous mettons en l’objectif était de préparer les appels àexergue le symposium résultant de l’ac- projets de 2009.tivité de l’Institut dans le domaine de Parmi elles, les neuf sessions avec par-l’Internet du futur et notre participation ticipation de l’Institut Télécom retenuesmassive à ICT 2008 qui s’est déroulé sous par la Commission européenne ont été:présidence française à Lyon. § Ambient Assisted Living - Virtual User Platform (Télécom & Management Symposium « Autonomous and ICT 2008 SudParis) ; spontaneous networks » § European networks and services in- frastructures security assurance (Télécom ParisTech) ; § Next Generation Access Networks (Télécom ParisTech) ; § 3D Living Innovation (User led innova- tion using 3D and virtual worlds) (Télécom & Management SudParis), § Societal and ICT perspectives: the im- pact of Trust, Security, Dependability, Privacy and Identity (Télécom ParisTech) ; § Design and evaluation of new inter- networking architectures (Télécom & Management SudParis) ; § Pervasive adaptation (Télécom ParisTech) ; § SME International Development: Research as a business development tool (Institut Télécom) ; § IPv6: Easing IPv6 Deployment (Télécom Bretagne). 2 008 ICT 61
    • L’innovation chissement de l’écosystème en créant : réseaux industriels au niveau mondial etL’innovation consiste à relier une créati- des rencontres entre laboratoires de re- accélérer ainsi l’innovation.vité, majoritairement technologique pour cherche et PME, des rencontres entre La détection des PME les plus innovantesce qui concerne le domaine d’activité de PME et grands groupes partenaires, des restent un sujet délicat. Pour ce fairel’Institut, avec un marché accessible et rencontres entre grands groupes, PME et l’Institut utilise différents outils :solvable. Pour atteindre cet objectif, laboratoires. Ainsi, l’Institut Télécom § Les pôles de compétitivité qui sont de-l’Institut Télécom doit créer des parte- souhaite développer sa position d’accé- venus structurant pour l’organisationnariats avec le monde industriel, grands lérateur d’innovation. des recherches et des partenariats in-groupes et PME, pour identifier les mar- L’Institut Télécom en tant que nœud re- dustriels de l’Institut,chés potentiels et travailler avec eux à la lationnel est en bonne position pour pro- § L’Institut Carnot qui donne à l’Institutdéfinition de produits et services basés voquer ces rencontres et accélérer l’in- une nouvelle visibilité et facilite la ren-sur ses résultats de recherche. Une voie novation. L’étape suivante est contre avec le monde industriel,complémentaire à ces partenariats est la d’encourager les rencontres à l’étranger § L’IE Club (le club de la ITech écono-création de start-ups pour laquelle en apportant aux grands partenaires de mie) qui supporte la création des éco-l’Institut se mobilise fortement à travers l’Institut des innovations détectées au systèmes innovants et aide l’Institutses incubateurs et le support de ses sein des structures académiques inter- dans ses actions dont on peux citer enchercheurs. Ces différentes actions ré- nationales et en permettant aux PME particulier la Bourse aux technologies,pondent à la volonté d’être un support au partenaires d’accéder aux entreprises § L’école de l’Innovation de l’ANRT quidéveloppement économique par le trans- « grands comptes » mondiales en s’ap- génère de nombreuses rencontres en-fert et l’innovation. puyant sur les partenariats académiques tre les PME et les pôles de compétiti-Les brevets sont un élément important internationaux. vité.pour le transfert vers l’entreprise, pour Ce travail se fait dans le cadre de projets § La présence dans des salons indus-protéger les produits issus des résultats de recherche mais avec une approche triels dont on peut citer le CEBIT quide recherche de l’Institut mais aussi un qui utilise la recherche comme un vec- donne à l’Institut une reconnaissanceoutil de valorisation dés lors que nous teur de « business development ». Pour internationale de son implication danstrouvons avec nos partenaires la façon cela l’Institut Télécom a créé un club de les transferts de technologie.La stratégie d’innovationd’évaluer leur apport à la création de va- PME qui regroupe des entreprises trèsleur. Mise en place en 2008, la nouvelle innovantes, porteuses de développementpolitique de brevets commence à porter et proches de l’Institut. Un réseau deses fruits avec deux fois plus de brevets partenaires recherche à l’international adéposés en 2008 que l’année précédente. également été mis en place pour pour-La stratégie de l’Institut dans le domaine suivre ces démarches de croisement dede l’innovation se concentre sur l’enri- 8 200 ue tyq rip T on ati r Opé 63
    • Les incubateurs tra à l’Institut de mieux comprendre les le potentiel d’innovation technologique Le club des PME enjeux du marché des télécommunica- qu’il pouvait apporter. L’Institut a ensuite tions et des médias numériques et sera identifié avec eux une PME complémen- complété par la mise en relation de PME taire en Espagne, Sidsa, qui travaille sur innovantes du domaine. les terminaux, là où Teamcast se focalise Les incubateurs sont un outil clef de la sur les points de diffusion TV numé- politique d’innovation de l’Institut riques. Cette complémentarité des PME Télécom. Ils créent dans son environne- concernées, l’innovation proposée et la ment proche un bouillonnement entre- § 79 partenariats bilatéraux PME cohérence avec les ambitions sur le mar- L’appel d’offres « Innovation » preneurial favorable à l’innovation. § 279 partenariats avec des PME dans le ché de Teamcast ont rendu cette propo- L’incubateur de Télécom ParisTech a ga- cadre de consortia sition gagnante. C’est un bel exemple de gné un appel d’offre de la ville de Paris L’Institut a commencé un travail de mise croisement d’une vision technologique qui permet d’étendre son activité et d’ac- en relation régulière avec les PME de et d’une vision marché. cueillir les projets de l’ensemble des son club pour mieux comprendre leur écoles de ParisTech. La Mairie de Paris a stratégie de développement et les soute- manifesté son soutien au dispositif en nir en les faisant accéder à son réseau de faveur de la création d’entreprise mis en partenaires nationaux mais aussi inter- Afin d’assurer la continuité entre la re- place par Télécom ParisTech par une vi- nationaux. Ce travail se fait en identifiant cherche la plus amont et la valorisation site de l’incubateur parisien en mai 2008. simultanément les équipes de recherche des résultats des recherche de l’Institut, Tous les incubateurs de l’Institut voient de l’Institut dont les axes d’innovation la direction scientifique a créé le pro- se développer leur activité, limitée prin- sont les plus à même d’être valorisés gramme «  Innovation  » en lien avec la cipalement par les surfaces d’incubation. dans ces entreprises. Fondation Télécom. L’objectif de ce nou- Le nombre d’entreprises incubées est en La participation de l’Institut à l’Ecole de veau programme est de détecter des ré- croissance, avec 85 entreprises en incu- l’Innovation pour détecter le potentiel sultats de recherche à fort potentiel éco- bation en 2008 : des PME de l’ANRT, analyser leurs be- nomique et de préparer les éléments § 32 à Paris, soins et les aider à rentrer dans des nécessaires (maquette, étude de mar- § 13 à Sophia consortia de recherche lui a permis ché, actions de standardisation…) pour La production § 21 en Bretagne dont 11 hébergées d’établir des contacts avec de nom- une exploitation économique que ce soit § 18 sur Évry et 1 sur Lille breuses PME dont certaines entreront à par un transfert de technologie vers une L’Institut a ouvert une antenne de son terme dans son club. entreprise existante ou une création incubateur du site d’Évry à Arcueil et si- d’entreprise. La fondation Télécom a pris gné un accord d’échange avec l’incuba- parti au financement de cet appel d’offre. teur de Virginia Tech. Le premier, porté par le groupe valorisa- Les actions vers les grandes Le remarquable taux de survie, à trois tion de l’Institut Télécom, a recueilli dix entreprises ans, des entreprises passées par nos in- propositions d’un grand intérêt et quatre cubateurs est à signaler. Il se situe à 97 % ont été retenues par le jury pour un fi- en 2008. nancement. Au vu de la qualité générale des propositions, les responsables valo- risation vont retravailler avec les por- teurs des projets non sélectionnés pour étudier toute solution permettant d’ex- Les actions vers les grandes entreprises ploiter le potentiel de ces résultats. s’intensifient. À titre d’exemple, l’Institut Les projets retenus en 2008 portent sur : Télécom a créé un laboratoire commun § Un système biométrique basé sur la avec Alcatel-Lucent Bell Labs sur thème reconnaissance de l’iris ; des médias ubiquitaires. Ce laboratoire § Une plateforme d’authentification ; regroupe 60 personnes (30 % ALU, 30 % § Une détection des risques de vulnéra- Institut Télécom, 30  % nouveaux bilité à la fibrillation auriculaire ; thésards) pour aborder les aspects : de § Une architecture multivoie à très large nouveaux services, d’infrastructures dis- bande pour récepteur à mobilité gé- tribuées supportant ces nouveaux ser- néralisée. vices, d’interfaces Homme-machine per- mettant d’accéder à un niveau d’information de plus en plus riche dans des conditions de mobilité. Ces trois axes de recherche sont com- L’Institut a connu un très beau succès plétés par un quatrième sur les nouveaux dans le cadre d’Eurostar où sa proposi- modèles d’affaires associés. tion est arrivée première sur 300 candi- Cette démarche est tout à fait en ligne dats. Ce cas est exemplaire puisqu’il re- avec l’approche utilisant la recherche groupe des chercheurs de Télécom comme un vecteur de « business deve- Bretagne et la PME Teamcast (membre lopment  ». Cet approfondissement du de PRACOM 52). L’Institut a travaillé avec partenariat avec Alcatel-Lucent permet- Teamcast sur leur cible de marché et sur 52 PRACOM – Pôle de recherche avancée en communications64
    • La présence dans lesmanifestations Parallèlement, le développement de la Fondation Télécom élargit le cercle des partenaires stratégiques et permet d’ap-L’Institut Télécom a été présent sur de profondir les relations, notamment dansnombreux salons et événements indus- le domaine de l’innovation.triels : L’appartenance à une dizaine de pôles Du point de vue européen, les relations§ le CEBIT à Hanovre (Allemagne) en de compétitivité permet de tisser des Institutionnelles entre les Fraunhofer et mars 2008 avec les pôles de compéti- liens nombreux et renouvelés avec des l’Institut Carnot permettent à l’Institut tivité System@TIC et TES ; grandes entreprises et des PME dans les de se rapprocher de plusieurs Instituts§ l’accueil du Collège des entrepreneurs six régions où sont implantées les écoles Fraunhofer, tissant ainsi des liens avec du forum Innovact en décembre ; de l’Institut, les filiales Eurécom et l’économie allemande. Le projet§ Web 08, avec neuf start-ups web de Télécom Lille, et les écoles associées REDICT 53 a permis d’établir des relations l’incubateur de Télécom ParisTech ; ENSPS et Télécom Saint-Étienne. durables avec les pôles de compétitivité§ Tourisma, à Cannes avec sept start- d’Amsterdam, Copenhague, Dublin, ups de l’incubateur de Télécom Berlin, Bucarest. L’Institut a commencé ParisTech ; à croiser ses réseaux industriels, grands§ Le salon des entrepreneurs à Paris en groupes et PME permettant ainsi l’ini- partenariat avec l’association Investir tialisation de projets de recherche.. en Finistère et l’ESC Bretagne Brest L’Institut a organisé en 2008 une opéra- en février 08 ; L’appartenance aux Instituts Carnot est tion Triptyque en partenariat avec la§ Co-animateur de la West Web Valley, un outil important pour le développement Fondation Télécom. En amont de l’évè- cluster web breton (inaugurée en no- de l’innovation au sein de l’Institut nement, il a identifié 18 PME de son club, vembre) et du web 2.9 (créé en Télécom. Il permet de côtoyer régulière- porteuses d’innovation et en lien avec décembre 2008), groupement d’entre- ment les organismes de recherche fran- une équipe de recherche de l’Institut. Ces prises de l’internet, du multimédia et çais les plus impliqués dans l’innovation. innovations ont été présentées à cinq des contenus en Finistère (25  mem- Cette proximité permet de partager les grands partenaires de la Fondation bres) en association avec la Meito et bonnes pratiques de chacun mais aussi Télécom. Le jour de l’opération triptyque, Les partenariats l’AFEIT ; de créer des opportunités supplémen- 45 rencontres ont été organisées qui ont structurels pour§ Le partenariat Carrefour des possi- taires en croisant les réseaux. La parti- débouché sur trente contacts qualifiés ; bles / région Bretagne depuis 2005 ; cipation conjointe à des événements, vingt premiers rendez-vous avec les uni- l’innovation§ La vitrine de l’innovation Usages & comme par exemple les rendez-vous tés d’affaires concernées ont été organi- web — dont la dernière le 10 juillet d’affaires Carnot, améliore la visibilité sés, quatre seconds rendez-vous ont déjà 2008 a réuni 260 paricipants à Brest et de l’Institut Télécom auprès des indus- conduit à trois projets en cours de lance- une centaine d’internautes ; triels. Le financement associé à ce dis- ment. Cette opération, qui demande un§ L’association de l’incubateur de positif a permis de lancer des thèses im- effort important, a été particulièrement Télécom & Management SudParis à portantes pour le futur de l’innovation appréciée tant par les grandes entre- de nombreux événements liés à la porté par les équipes de recherche de prises que par les PME. Il reste cepen- création d’entreprise et à l’innovation l’Institut. dant à améliorer le suivi des contacts en tant que partenaire ou membre de pour augmenter la puissance de cet outil. jurys d’experts  : Techninnov, HEC En 2008, l’Institut a organisé une Bourse Challenge+, Mobile2.0, Capital Angels, aux technologies, en partenariat avec Capital Week, Innov IT… l’IE  Club et Seventure, sur les médias numériques (en synchronisation avec la thématique du conseil scientifique de 2008). Cette journée fut un nouveau suc- cès avec 18 technologies matures pré- sentées par l’Institut Télécom, le CEA, l’INRIA, le CNRS, EFREI les INSA en pré- sence d’une centaine de représentants de PME.53 REDICT - Regional economic development by ICT – www.redict.eu 65
    • La Fondation Télécom en 2008 § Janvier 2008 : signature de l’avenant de transformation de la FondationL’année 2008 marque la naissance de la Louis Leprince-Ringuet en Fondation Le montant brut total de la collecte 2008nouvelle Fondation Télécom, issue de la Télécom, par Marc Houéry, président hors frais de gestion s’élève à 2,585 M€Fondation Louis Leprince-Ringuet. Cette de la FLLR dont 1,050 M€ affectés à la dotation ennouvelle fondation, toujours sous l’égide § 18 février 2008 : première réunion du capital.de la Fondation de France, est désormais comité d’orientation stratégique (COS) Les dépenses engagées sur l’année 2008à dotation et flux. § 20 février 2008 : remise des prix des s’élèvent à 1,272 M€ dontSes premiers programmes en recherche, meilleurs stages de la Fondation chez § 485 K€ pour les programmes mutua-formation et innovation ont été lancés Alcatel Lucent, premier partenaire lisés ;dès février 2008 à l’occasion de la pre- fondateur de la Fondation Télécom § 725 K€ pour le financement des ac-mière réunion du Comité d’orientation § 13 juin 2008 : première réunion du co- tions ciblées ;stratégique rassemblant les partenaires mité exécutif sous la présidence de § 62 K€ pour le fonctionnement avecfondateurs et stratégiques. Didier Lombard, en présence des qua- l’embauche notamment à compter deDébut juin, la Fondation avait confirmé tre fondateurs : Orange, SFR, Alcatel- juillet 2008 d’une directrice du déve-son partenariat avec quatre fondateurs : Lucent et BNP Paribas loppement en charge de la prospectionOrange, SFR, Alcatel-Lucent (donateurs § Début juin : campagne de collecte de de nouveaux partenaires.historiques de la Fondation Louis fonds auprès des diplômés TélécomLeprince-Ringuet) ainsi que BNP ParisTechParibas, nouveau partenaire. § 27 juin 2008  : conférence de presseUne nouvelle gouvernance s’est mise en de lancement de la Fondation auplace en juin à l’occasion de la réunion du Press Clubpremier comité exécutif. Didier Lombard, § Fin décembre 2008  : signature de laprésident-directeur général de France nouvelle convention entre la FondationLes faits marquants Les ressourcesTélécom Orange, a été élu à la prési- de France et la Fondation Télécom re- Les dates clés 2008dence de la Fondation, et Guy Roussel, présentée par ses quatre fondateurs.de l’annee et emplois 2008d’Ericsson France, vice-président de laFondation. m co élé nT atio Fond Prix de la 67
    • § The Metrics Factory développe un ser- vice de mesure d’audience des artistes sur internet (www.themetricsfac- tory.com); Les programmes de la Fondation La Fondation a participé au financement § Turn to Wine a pour ambition de deve- Les programmes Recherche Télécom financés sur fonds mutualisés et à l’organisation en novembre 2008 nir leader du marketing électronique se structurent autour de cinq grandes d’un symposium sur le sujet clef de l’in- du vin, en fournissant aux sites mar- thématiques : formation, recherche, in- ternet du futur et des réseaux auto- chands un service original de mise en novation et prospective et rayonnement. nomes et spontanés, venant conclure un relation avec les clients (www.turnto- programme de recherche interne à wine.com et www.eccevino.com-) ; l’Institut Télécom sur ce thème. § int13 est un studio de développement Une table ronde de clôture sur les enjeux de jeux et d’applications natives desti- Réalisés en cofinancement avec l’Institut industriels a réuni les responsables R&D nés aux smartphones (www.int13.net); Télécom, les programmes Recherche vi- des partenaires fondateurs de la § Lemon Way est un éditeur de logiciels, sent à donner aux chercheurs de Fondation Télécom  : Orange, SFR / spécialisé dans les solutions mobiles l’Institut des moyens significatifs pour Vodafone et Alcatel-Lucent. innovantes et sécurisées pour la poursuivre des recherches de pointe et banque et la finance à destination des explorer de nouvelles approches scienti- particuliers (www.lemonway.fr); fiques sur des thématiques amont en § NELI Technologies développe une so- rupture. lution de diffusion de la télévision nu- mérique terrestre au sein de l’habita- tion, via la technologie des courants porteurs en ligne (CPL) (www.neli- Les programmes Innovation technologies.com); En 2008, la Fondation a cofinancé à hau- § Eyes Triple Shut a pour objet la teur de 25 % la réalisation de 17 projets conception, la fabrication et la com- de recherche sur les thèmes des réseaux mercialisation de lunettes à base de Les programmes de la La journée Recherche : Symposium du futur, des usages de la vie numérique, cristaux liquides ou de technologies Autonomous and spontaneous Fondation en 2008 des contenus multimédias et des TIC dérivées, pour la réalisation de lu- networks pour la santé. nettes actives pour le cinéma numé- Des séances de restitution des résultats Les programmes Innovation proposés rique 3D (www.eyes3shut.com); de l’ensemble du programme réservés par la Fondation accompagnent la poli- § My4nTV est le premier distributeur aux partenaires seront organisées en tique de transfert et d’innovation de de chaînes de télévision étrangères 2009. l’Institut Télécom au service du dévelop- sur téléphones mobiles 3G/Edge pement économique et social. (www.my4ntv.com). 2008 était la troisième et dernière année Un appel d’offres pour le financement, La Fondation a financé en 2008 la réali- de financement de cette action co-finan- avec l’Institut Télécom, de projets d’in- sation d’un rapport de veille scientifique cée à 50 % par la Fondation Télécom et novation a été lancé dans les laboratoires sur le thème de la géo-localisation, coor- l’Institut Télécom. L’action JEMTU a per- de l’Institut donnant lieu à la sélection de donné par Télécom SudParis. mis la structuration, au sein de l’Institut, quatre projets démarrant au début de Publié début 2009, le Cahier de veille est d’équipes de recherche multidiscipli- l’année 2009 et portant sur : en accès réservé pendant six mois envi- naires développant une expertise confir- § une pré-industrialisation de logiciel et ron aux partenaires de la Fondation puis mée. Elle a aussi contribué au dévelop- des tests utilisateurs avec une pers- destiné à être largement diffusé. pement d’une visibilité internationale de pective de création d’entreprise l’Institut dans le domaine des jeux sur § une réalisation de plateforme avec test Les actions de recherche sur crédits mobiles. Les recherches se poursuivent de performance devant conduire à un incitatifs désormais dans le cadre d’un projet ANR transfert de technologie vers une en- (projet PLUG). treprise identifiée § la réalisation d’un circuit intégré met- tant en valeur plusieurs brevets Par ailleurs, huit bourses de soutien à la En 2008, 18 thèses et 12 projets d’un an création d’entreprise ont été attribuées à ont été lancés en cofinancement Institut des projets développant des services in- / Fondation. novants dans différents domaines des Les partenaires disposeront d’un point TIC (mobilité, contenus numériques, annuel sur l’avancement des travaux et commerce en ligne…) incubés ou ac- pourront ainsi identifier des sujets d’in- compagnés dans les incubateurs des térêt pour la poursuite de collaboration écoles : dans un cadre bilatéral contractuel. § LivePepper fournit un service de créa- L’action innovante JEMTU : Jeux sur tion automatisée de boutique en ligne mobiles – Technologie et usages L’incubation d’innovations La veille scientifique (www.livepepper.com); Le programme Futur et Ruptures68
    • Les programmes Formation Les prix de la Fondation TélécomEn 2008, la Fondation a financé la réali- Les programmes développés par lasation d’un rapport présentant de ma- Fondation Télécom sur l’axe formation La Fondation Télécom a recueilli en 2008,nière structurée l’offre de compétences accompagnent le développement inter- pour les prix des meilleurs stages de find’une cinquantaine de PME innovantes national des écoles de l’Institut Télécom d’études, 15 candidatures présélection-du réseau de l’Institut Télécom afin de en leur permettant de recruter les meil- nées par les directions de la formationdétecter les potentiels d’innovations ci- leurs étudiants étrangers et de rappro- des écoles.blées. Le rapport, destiné aux donateurs cher les élèves à haut potentiel des en- Le jury des fondateurs a sélectionné lesfondateurs, sera disponible au premier treprises partenaires de la fondation. lauréats sur la base de leur rapport desemestre 2009. stage et des témoignages vidéo de pré- sentation de leur mission. BNP Paribas a accueilli la cérémonie en En 2008, le fonds mutualisé de bourses mars 2009 au cours de laquelle trois internationales a permis l’attribution de jeunes diplômés d’écoles de l’Institut ontLa Fondation a organisé le 23 septembre 16 bourses à des étudiants étrangers en été récompensés.2008, sous son égide, une soirée de ren- cursus ingénieur ou master of science Premier prix ex æqueo :contres (l’opération Triptyque) entre ses pour un montant total de 150 K€. – Anne-Christine Hubaut (élève ingé-grands partenaires industriels, des PME Les lauréats des bourses sont invités à nieur à Eurécom) : stage chez Hitachide son réseau et des chercheurs de effectuer leur stage de fin d’études au Tokyol’Institut Télécom  : 18 couples PME / sein de l’une des entreprises partenaires – Nathalie Omnes (étudiante en mastèrechercheurs ont ainsi pu rencontrer les de la Fondation Télécom. spécialisé Ingénierie des systèmes in-cinq grands partenaires de la Fondation. formatiques commnunicants TélécomCette première a été un grand succès et Bretagne : stage chez Orange Labs enles contacts se poursuivent en 2009  : Bretagnetrois projets de collaboration sont en pré- L’année 2008 a été marquée par le lan- Troisième prix :paration. cement du premier appel à candidatures – Pierre-Olivier Picard (élève ingénieurLe rapport Portraits de PME  du programme First, aboutissant à la sé- Télécom SudParis) : stage à l’Onera lection de la première promotion de 31 élèves mi-décembre. L’objectif du programme est de favoriser le rapprochement entre les partenaires de la Fondation Télécom et des étudiants brillants sélectionnés par le biais de la réalisation, en commun, d’une étude sur le thème des services mobiles réalisée sous le parrainage des fondateurs. Le programme s’achèvera en juillet 2009 Les bourses internationales par un voyage d’études en Californie auLa journée Innovation : l’opération cours duquel les étudiants effectuerontTriptyque des visites d’entreprises, dans les im- plantations locales des membres fonda- teurs de la fondation. La Fondation Télécom a accordé une subvention pour l’organisation du col- loque TICE organisé en 2008 par l’Institut Télécom sur le thème de « l’apprenant Le programme First du nouveau millénaire ». Le soutien au colloque TICE 2008 69
    • Le soutien au PRACOM de La plateforme Multimédia Télécom Bretagne massif de Télécom ParisTech Parallèlement aux programmes en re- cherche, innovation, formation et pros- En 2008, une dizaine d’entreprises ont L’enjeu du projet « Multimédia massif » pective financés par les fonds mutuali- soutenu le PRACOM 54 par l’intermédiaire est de créer les meilleures ressources sés, la Fondation Télécom collecte aussi d’une donation à la Fondation Télécom. d’archivage et de traitement des don- des fonds pour le financement d’actions Les activités de ce pôle en 2008 ont per- nées pour constituer les bases multimé- ciblées proposées par l’Institut Télécom mis la mise en place de groupes de dias de demain. ou les écoles. travail, la réalisation d’un rapport pros- Deux campagnes d’information sur la Le soutien aux Chaires En 2008, la Fondation Télécom a ainsi pectif, l’organisation de deux réunions Fondation et d’appels aux dons ciblés collecté plus de 700 K€ affectés au fi- du conseil scientifique et d’un séminaire auprès des anciens élèves de Télécom Les bourses internationales nancement des bourses, au soutien de sur les objets communicants ainsi que le ParisTech ont permis de collecter les PRACOM, des chaires, de la plateforme lancement de deux thèses. premiers fonds auprès d’environ 120 di- multimédia et de l’édition scientifique de plômés. Ces premiers fonds seront af- l’Institut. fectés à l’achat d’équipement permet- tant d’améliorer les capacités de calcul Par l’intermédiaire d’un don ciblé à la de la plateforme et de démarrer ainsi les Le soutien à l’édition Fondation Télécom, Orange a soutenu en travaux. scientifique de l’Institut Atos Origin a signé avec la Fondation un 2008 deux chaires d’enseignement-re- Des contacts sont par ailleurs en cours Télécom partenariat triennal prévoyant le finan- cherche pour un montant de 225 K€ : la avec des partenaires industriels poten- cement de dix bourses par an, à destina- Chaire Innovation et régulation des ser- tiels financeurs. tion d’étudiants de nationalité indienne, vices numériques et la chaire TIC et dé- recrutés dans un des masters of science veloppement durable de l’Institut proposés par l’Institut Télécom. Les dix Télécom. premiers boursiers recrutés dans le ca- dre de ce programme ont démarré leur cursus en septembre 2008. Ils ont pu Dans le cadre d’un partenariat avec Les actions ciblées rencontrer, en novembre au siège d’ATOS Orange, la Fondation Télécom a soutenu Origin, une quinzaine de managers de des actions d’animation de la Collection l’entreprise pour une présentation dé- technique et scientifique des télécom- taillée des métiers et des propositions munications (CTST), regroupant des ou- d’offres de stage. vrages de troisième cycle sur l’ensemble 19 bourses internationales ont égale- des domaines des STIC. ment été attribuées dans le cadre de pro- grammes ciblés financés par Orange et EDF. PRACOM - Pôle de recherche avancée en communications qui a pour objectifs et missions de contribuer au développement des futurs services multimédias, de travailler sur la troisième et la quatrième génération de téléphonie mobile, la boucle locale radio, les objets communicants, les communications radio à l’intérieur des bâtiments ou encore la diffusion terrestre et satellitaire des services internet et de télévision numérique. 54 i n rig sO s Ato Boursier70
    • En 2009, le développement des pro-grammes se poursuivra avec notammentle lancement du Think tank « Futur nu-mérique » et la recherche de nouveauxfinancements pour des programmes debourses internationales.Le dossier de reconnaissance d’utilitépublique de la fondation sera instruit, enliaison avec un objectif de levée de capi-tal, permettant une validation du dossieren Conseil d’État. La campagne de déve-loppement se poursuivra avec un objec-tif de recrutement de nouveaux parte-naires, entreprises et diplômés, pour lefinancement des programmes mutuali-sés et des plateformes de recherche pro-posées par les écoles.Des structures de soutien aux cam-pagnes - « Cercle des ambassadeurs »pour promouvoir la Fondation, « Cercledes télécoms » à Londres et à New York,pour sensibiliser les diplômés de l’étran-ger aux objectifs de développement del’Institut Télécom, seront mises en place.Les perspectives 2009 C OM RA tP en im Bât 71
    • La gestion de l’Institut L’organisation de la gestion des ressources humaines recherche et sélection des candidats lors des recrutements, processus annuels d’évaluation, mise en œuvre des me- sures salariales annuelles, activités so- ciales (mutuelle, colonies de vacances), gestion individuelle des personnels. Les En tant qu’établissement public admi- services de ressources humaines des en- nistratif, l’Institut Télécom s’est doté tités sont également en charge des as- d’un cadre de gestion propre qui spécifie pects hygiène, sécurité et conditions de diverses modalités internes de fonction- travail et des relations sociales locales. nement et règles de gestion communes Une assistante sociale est à la disposition à l’ensemble des personnels. Ce corpus des personnels de l’Institut Télécom et de règles constitue un socle clair, com- des élèves. mun et connu de tous, sur lequel les po- Une veille législative et réglementaire litiques ressources humaines et de ma- est réalisée par le centre documentaire nagement peuvent prendre appui. propre à la Direction des ressources hu- La Direction des ressources humaines maines de l’Institut Télécom. Ce centre a de l’Institut Télécom a pour mission de également en charge le pilotage de la proposer la politique de gestion des res- gestion des archives de l’Institut Télécom sources humaines du groupe et de coor- et la publication des recueils d’instruc- donner sa mise en œuvre. Elle assure en tions et des notes de services. Il a enfin outre la gestion opérationnelle de la paie. un rôle important de support juridique Dans chaque entité de l’Institut Télécom auprès de la Direction des ressources une équipe ressources humaines de humaines et des services ressources hu- proximité assure la déclinaison locale de maines des entités de l’Institut Télécom. la politique des ressources humaines de l’Institut Télécom, le soutien de proxi- Les ressources humaines mité au management et la gestion opé- rationnelle des ressources humaines  : 73
    • La gestion des carrières des Les évolutions du cadre de L’action en faveur des enseignants chercheurs gestion travailleurs handicapés En 2008, le cadre de gestion de l’Institut Initié en 2005, l’Institut Télécom a conti- Télécom a été enrichi par la mise en nué tout au long de l’année 2008 sous la L’Institut Télécom a initié une politique place de nouvelles dispositions permet- responsabilité opérationnelle de son as- de repyramidage de son corps d’ensei- tant notamment de favoriser la mobilité sistante sociale, la mise en œuvre de son La paie et la gestion gnants chercheurs, par augmentation des personnels (congé de mobilité) et la plan d’actions visant à renforcer l’inté- administrative des personnels progressive de la proportion de ses pro- création d’entreprise. Le droit individuel gration de travailleurs handicapés dans fesseurs et directeurs d’éudes sur son à la formation a également été mis en le cadre de la loi du 24 février 2005. effectif total d’enseignants chercheurs. œuvre. La réalisation de ce plan d’actions est Cette opération s’effectue pour l’essen- suivie par un comité de suivi semestriel tiel par une augmentation du nombre de réunissant des correspondants dans promotions des maîtres de conférences chaque entité et les partenaires sociaux. et ingénieurs d’études vers les métiers Les résultats les plus significatifs sont de professeurs et directeurs d’études, Les activités propres à l’enseignement et les suivants : permettant ainsi d’améliorer la recon- la recherche génèrent le recours à un § augmentation depuis 2006 du nombre naissance des compétences du corps des nombre significatif de personnels à sta- de personnes étant reconnues en qua- enseignants chercheurs de l’Institut tuts divers, notamment le recours aux lité de travailleurs handicapés, no- Télécom. C’est ainsi que, depuis 2007, le vacataires, qui ont un impact sur l’activité tamment grâce à la mise en place au nombre de promotions est le double de gestion comme par exemple la paie. sein de l’Institut Télécom d’une prime celui mis en œuvre antérieurement. Fin 2008, l’Institut Télécom a mis en pour la reconnaissance de travailleurs place la mesure gouvernementale de handicapés. Cette prime a été versée à possible paiement de jours épargnés 20 personnes depuis sa mise en œuvre Le recrutement dans le compte épargne temps. 20 % des en 2007 ; La promotion des séjours d’études des agents titulaires d’un compte épargne § mise en œuvre d’un programme plu- enseignants chercheurs est un élément temps ont demandé à bénéficier de cette riannuel de travaux d’accessibilité, important de la politique des ressources mesure. dans le cadre d’un budget global de humaines. En 2006, le cadre de gestion a 1,8 M€ ; ainsi été modifié pour donner la possibi- Le pyramidage lité à l’Institut d’attribuer des bourses d’expatriation, afin de favoriser les sé- La politique de l’Institut Télécom est de jours d’études dans un contexte interna- faire la publication des postes ouverts au tional recrutement aussi bien en interne qu’en Le nombre d’enseignants chercheurs en externe. Lorsqu’un poste est à pourvoir séjours d’études a ainsi doublé entre au sein d’une entité, celle-ci en informe 2006 et 2008. les autres entités afin d’en assurer la pu- blicité au sein de tous les services. En 2008, 58 personnels permanents ont été embauchés, dont 31 enseignants chercheurs. Le recrutement d’ensei- gnants chercheurs a été pour l’essentiel réalisé dans le cadre de la campagne an- nuelle de recrutement de l’Institut Télécom, qui draine de très bonnes can- didatures et s’avère en outre être un ex- cellent vecteur de communication pour l’Institut Télécom, si l’on en juge par les pics de consultation des sites web de l’Institut après la parution des annonces. Les séjours d’études En cohérence avec sa stratégie d’inter- nationalisation de son corps d’ensei- gnants-chercheurs, 40 % des enseignants- chercheurs recrutés en 2008 avaient un profil international.74
    • La passation des marchés publicsLes moyens financiers En novembre 2008, l’Institut Télécom a signé avec le Contrôleur budgétaire et comptable ministériel un protocole d’ac- Le service des marchés est chargé de cord qui a pour objet de préciser les do- l’exécution des procédures de passation cuments associés fixés par l’arrêté du des marchés soumis à la signature de 21 juillet 2008 relatif aux modalitésLes ressources de l’Institut Télécom en l’administrateur général selon les délé- d’exercice du contrôle financier surLa gestion financière2008 se sont établies à 138,95 M€, dont gations de signature instaurées au sein l’Institut Télécom, ainsi que la périodicité97,97 M€ de subvention de l’État. Les de l’établissement. Cette mission est ef- et les modalités de leur présentation.ressources propres de l’établissement fectuée en étroite relation avec les écoles Le contrôle financier vérifie, lors dese sont élevées à près de 37 55 M€. de l’Institut Télécom. Le service des mar- l’examen du projet de budget initial, le chés travaille aussi en étroite collabora- caractère sincère des prévisions présen- tion avec les écoles pour la mise en œu- tées par les responsables de l’établisse- vre de procédures liées à des marchés ment et leur compatibilité dans la duréeLa direction de la stratégie et des affaires placés sous la responsabilité des direc- avec les objectifs de maîtrise de la dé-financières (DSAF) gère le processus teurs des écoles. pense publique.budgétaire de l’établissement en élabo- Au cours de l’année 2008, 139 marchés C’est dans cette finalité que s’inscritrant, avec l’aide des ordonnateurs se- (116 en 2007) ont été contrôlés et 89 no- l’examen du budget prévisionnel et descondaires, tous les documents présentés tifiés par le service des marchés pour effectifs soumis à l’avis du contrôle fi-aux tutelles et au conseil d’administra- l’ensemble de l’Institut Télécom, 17 ave- nancier ainsi que les documents asso-tion. nants ont été contrôlés et 13 notifiés. ciés.Son activité couvre l’ensemble du cycle Outre la passation des marchés liés aubudgétaire, de la préparation en année fonctionnement «  normal  » des écolesN-1 à l’analyse de gestion en année N+1. (fournitures de bureaux et de micro-or-Elle coordonne les différents services fi- dinateurs, prestations de restauration…), Le service intervient régulièrement au-nanciers des écoles et, à ce titre, définit l’année 2008 s’est caractérisée par le près des différentes entités pour des ac-et met en place les nouvelles procédures lancement de nombreuses opérations de tions de conseil et notamment en 2008La gestion financière eten termes budgétaires et comptables. travaux de réaménagement de locaux, et pour la mise en place des documentsles achats publicsElle assure également pour l’ensemble de gros entretiens sur les sites des types destinés aux différentes entités dudu siège le rôle d’ordonnateur dans la écoles. Télécom Bretagne et Télécom groupe.gestion des bons de commande, factures, ParisTech ont réaménagé leurs entrées Le service des marchés intervient égale-mandats, titres de recettes et missions. principales pour permettre l’accès des ment comme conseil juridique, plus par-En 2008, la DSAF a poursuivi son effort de locaux aux personnes à mobilité réduite. ticulièrement dans le domaine du droitrestitution mensuelle de l’activité, à des- Télécom & Management SudParis a public. C’est ainsi qu’il participe à l’éla-tination des directeurs des écoles et du lancé les études de maîtrise d’œuvre re- boration, au suivi des conventions quisiège, notamment au travers du tableau latives aux travaux de mise en confor- lient l’établissement à ses différents par-de bord analytique mis en œuvre depuis mité pour l’accès aux personnes handi- tenaires.2004. capées. Son activité juridique s’inscrit également dans le suivi des contentieux de droit pu- blic portés devant les tribunaux. Le service des marchés dispense des formations destinée aux agents de l’Institut Télécom et permettant de mieux comprendre les procédures des marchés publics, et consacrées au code des mar- chés publics dans le cadre des mesures Le conseil juridique d’intégration des nouveaux agents me- nées par la DRH de l’Institut Télécom. L’offre de formation a été étendue par le lancement d’une nouvelle formation sur les marchés de travaux, formation dis- pensée dans chacune des écoles. La formation55 Hors filiales 75
    • L’agence comptable et annoncer la signature de conventions avec Télécom Saint-Étienne (ex ISTASE) L’agence comptable s’était fixée comme 2008 restera marquée en communica- et l’ENSPS et l’autre pour le lancement objectif en 2008 de présenter l’ensemble tion par la mise en œuvre des change- de la nouvelle Fondation Télécom. des comptes 2007 de l’Institut (compte fi- ments des marques du groupe et des 14  communiqués de presse ont été La communication externe nancier, comptes annuels et comptes écoles décidés au conseil d’administra- adressés aux journalistes et de très consolidés avec les filiales) dans la tion de novembre 2007, dans le cadre de nombreuses interviews d’enseignants- séance du conseil d’administration du l’adoption du plan stratégique de l’éta- chercheurs ou directeurs de services mois d’avril 2008. Le premier trimestre blissement pour la période 2008-2012. fonctionnels ont été organisées. Au total, 2008 a donc été essentiellement consa- 342 articles ou citations sont parus en cré à la confection des comptes et des 2008. annexes et, pour la première fois, les Enfin, on peut noter qu’une collection re- comptes annuels et consolidés présen- Le changement des marques opéré au prenant les actes des colloques organi- La communication interne tés avec un gain de temps de trois mois, 1er  janvier 2008 s’est accompagné d’un sés par l’Institut a été lancée avec la pa- ont été certifiés sans réserve par les plan de communication spécifique en di- rution d’un premier ouvrage sur le deux commissaires désignés. rection des étudiants, professeurs de colloque « Réseaux autonomes et spon- Au second semestre 2008, deux projets classes préparatoires, anciens élèves, tanés ». importants ont été étudiés en collabora- partenaires entreprises et organismes tion avec l’ordonnateur principal : l’en- de recherche, pouvoirs publics et jour- caissement des recettes en ligne par in- nalistes. Cette campagne de communi- ternet et le déploiement de la «  carte cation a permis de dresser fin 2008 un bi- La communication interne en 2008 a été affaires » à l’Institut. lan très positif de ce grand changement, particulièrement intense. La stratégie De plus, du fait des travaux de certifica- tous ayant salué la cohérence d’ensem- 2008/2012 adoptée fin 2007 a nécessité tion et également de l’augmentation ble des nouvelles marques qui permet- un rythme soutenu de communication constante des mandats de dépenses et tent une compréhension rapide du péri- vers le personnel toute l’année. des titres de recettes à l’Institut, l’activité mètre du groupe. L’ensemble des outils de communica- ne cesse de croître au sein des services En 2008, les actions de relations pu- tion mis en place les années précédentes La communication de l’agence. Le nombre des mandats de bliques ont été retenues comme priori- ont été utilisés pour faire partager les dépenses validés en 2008 est en hausse taires dans notre action. grands axes de la stratégie qui guidera de 9,6 % et s’élève à 34 977 contre 31 904 L’Institut a participé à un grand nombre notre action pour les années à venir. et les titres de recettes ont augmenté de de manifestations dont la plus impor- Avec le changement des marques, la let- 23,7 % passant de 4 028 à 4 982. tante pour le rayonnement de ses activi- tre interne GET Infos et l’intranet De plus, les paiements par virement pro- tés de recherche est sans aucun doute la IntraGET ont changé de nom pour deve- gressent de 6,9 % et se chiffrent à 51 685 conférence ICT2008 organisée par la nir respectivement Télécom Info et pour 2008 (48 354 en 2007). commission européenne. En sponsori- l’IntraTélécom. A contrario, le paiement par chèques est sant la soirée de gala et en accueillant D’une manière générale l’information a devenu résiduel (15 en 2007, 12 en 2008). ses contacts sur son stand, l’Institut circulé a un rythme très soutenu. Chaque Enfin, s’agissant du secteur de recou- Télécom a conforté la belle visibilité déjà réunion du directoire a fait l’objet d’un vrement des recettes, le nombre acquise par l’organisation de neuf « net- compte-rendu électronique Les échos du d’échéanciers de paiement accordés par working sessions » par ses enseignants- directoire, afin que le personnel puisse l’agent comptable est en légère baisse, il chercheurs durant la conférence. suivre l’avancée des projets suivis par se chiffre à 33 pour 2008 contre 47 en L’engagement dans « Les journées des les directeurs et avoir, notamment par ce 2007. entrepreneurs », « La bourse aux tech- moyen, connaissance des décisions En outre, le travail d’apurement des nologies  » avec l’IE club et Seventure prises. restes impayés sur exercices antérieurs ainsi que l’« opération Tryptique » pour 28 messages à l’adresse du personnel est très efficacement poursuivi puisque les membres fondateurs de la Fondation ont par ailleurs été envoyés, en push plus de 92 % des sommes restant à re- Télécom, ont quelques unes des autres mail, dont dix spécifiquement sur l’ac- couvrer au 31 décembre 2007 ont été actions menées pour mettre en valeur le tualité de l’activité de recherche. apurées. fort engagement de l’Institut dans le En synthèse, l’activité à l’agence comp- transfert technologique vers les grandes table est en progression constante du fait entreprises, les PME et plus générale- d’une gestion évolutive de l’Institut et de ment l’entrepreneuriat. mises en place de nouvelles procédures Enfin, dans le domaine de la formation, touchant les domaines budgétaires et l’organisation du colloque international comptables. TICE 2008 a donné l’occasion d’accueillir durant deux jours 300 enseignants-cher- cheurs sur le thème des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement. La presse, vecteur essentiel de nos mes- sages et de notre visibilité, a également fait l’objet d’une attention particulière. Deux conférences de presse ont été or- ganisées, l’une pour présenter le concept des écoles associées à l’Institut Télécom76
    • La gestion de la formation continue 2004 à 2007 ont été créés à partir de l’in- ventaire comptable du logiciel « Immos ». Ainsi sera justifié l’état de l’actif immo- bilisé et le suivi des mouvements des Le comité de pilotage de la formationLe service «  Système d’information équipements de l’Institut Télécom, pour continue (FC) de l’Institut Télécom a dé-groupe » (SIG) de la direction de la stra- ces exercices. Le travail de reprise de cidé de doter les équipes de formationtégie et des affaires financières (DSAF) a l’existant est engagé pour recenser tous continue des écoles d’un système d’in-pour mission d’assurer la cohérence du les matériels immobilisés depuis 1997. formation commun pour la gestion desystème d’information de l’Institut Le changement de logiciel de gestion des leur activité. Cet outil doit permettre deTélécom, d’organiser la maîtrise d’ou- immobilisations en fin de vie va permet- réduire le poids des tâches administra-vrage des applications communes et de tre à l’Institut de gérer les immobilisa- tives, d’harmoniser les pratiques des dif-piloter des réalisations et le suivi du tions par composants. Le produit retenu férentes équipes et de faciliter leur coo-Le plan d’évolution du systèmefonctionnement des applications com- est «  immoDotNet  », successeur chez pération.d’informationmunes. Il est en relation avec les services l’éditeur de celui utilisé par l’Institut. Le choix s’est porté sur le progiciel deinformatiques des écoles ainsi qu’avec Le progiciel mis en service pour la ges- gestion de FC d’Open Portal. L’exécutionles services utilisateurs des applications. tion des missions, est un produit de l’édi- du marché correspondant fait l’objet d’un teur GFI nommé « Gestion des frais de projet dont la maîtrise d’ouvrage est as- Les applications du domaine déplacement » (GFD), est interfacé avec surée par le comité de pilotage de la for- « ressources humaines » l’application «  Contrats  » et permettra mation continue et la maîtrise d’œuvre, donc dès 2009 d’éviter aux agents admi- l’hébergement et l’administration par leL’évolution du système d’information de nistratifs les doubles saisies. service informatique de Télécom &l’Institut Télécom est coordonnée par un Management SudParis.comité de pilotage qui regroupe les di- La mise en production du progiciel s’ef-recteurs et responsables informatiques fectuera selon un calendrier propre à La gestion des indicateurs dedes écoles, les secrétaires généraux, le chaque école à partir de l’été 2009. Le l’Institut Télécomresponsable du SIG et le directeur de la Les applications du domaine ressources support fonctionnel et technique destratégie et des affaires financières. humaines s’appuient sur les modules du l’outil sera assuré par Télécom &Le système d’informationCe comité est chargé de maintenir une logiciel SAP pour la gestion administra- Management SudParis.groupevision commune du système d’informa- tive et la paie des personnels et des for-tion de l’Institut, de faciliter la communi- mations internes.cation entre les projets et de proposer L’année 2009 sera marquée par la re-des plans d’actions annuels au direc- fonte des outils permettant le paiementtoire, composé de l’administrateur gé- des vacataires et par l’intégration des L’outil spécifique Tabor, développé aunéral, du directeur scientifique et des di- congés en ligne dans SAP. sein de l’Institut, informatise la procé-recteurs des écoles. Un entrepôt de données des informations dure de collecte des indicateurs qui sontDans le cadre de ses actions pour 2009, ressources humaines sera mis à dispo- ensuite utilisés pour construire les ta- Les applications du domainece comité de pilotage a décidé de conti- sition des utilisateurs pour fin 2009. bleaux de bord de l’Institut. « recherche »nuer son effort sur les actions de fiabili- Un module intégré de gestion des for- Le projet de migration à la nouvelle ver-sation des informations, de déployer le SI mations internes a été déployé à l’occa- sion de Business Object s’est achevé enrecherche dans une version stable et pé- sion de la dernière migration de SAP. juillet 2008.renne pour fin 2009. Le comité de pilo-Les applications du domainetage système informatique s’est fixé pour« finances »objectif d’offrir à l’Institut pour la fin dupremier semestre un réseau interne àtrès haut débit (IntraIT, 1 Gbps). Le système d’information recherche ar- rive à maturité avec la généralisation de son usage : § « Contrats de recherche » qui permet de gérer les aspects financiers desLes applications du domaine finances contrats de recherche interfacé poursont : SIR-EPA, « Immos », « Gestion des janvier 2009 avec les recettes de SIRfrais de déplacements  » et «  Régies  », EPA et les missions. Les échanges in-toutes en version Web dès la fin du pre- ter-applicatifs seront complétés cou-mier trimestre 2009, ainsi que « Bons de rant 2009 avec l’interfaçage des dé-commande » (application Web) dévelop- penses.pée et exploitée par Télécom Bretagne. § «  Portail de la recherche  » qui pré-Le progiciel comptable SIR-EPA est l’ap- sente les projets de recherche, doitplication majeure de ce domaine. être mis en ligne avant la fin de 2009.Dans un souci d’optimisation de la qua- § Le référentiel des non-permanents delité du travail de l’ordonnateur et du Télécom Bretagne sera utilisé parcontrôle des dépenses, le SIG va implé- Télécom ParisTech et Télécom &menter à la demande de l’agence comp- Management SudParistable le contrôle hiérarchisé des dé- § Mise en place du portail HAL.penses.Dans le module « Inventaire physique »,les inventaires physiques des exercices 77
    • L’évolution du patrimoine immobilier de l’Institut Télécom Au sein de la direction de la stratégie et des affaires financières (DSAF), le service En 2008, le service a continué le suivi des Patrimoine, architecture, logistique et projets d’extension des écoles initiés La direction du développement et de la maintenance (PALM) assure pour le dans le cadre du plan de développement prospective assure l’interface entre groupe les missions liées à la gestion de l’Institut Télécom : l’Institut Télécom et sa tutelle pour la immobilière du patrimoine et à la § opération Saclay - Palaiseau (suivi, es- publication des textes réglementaires conduite des opérations de travaux im- timations et mise en situation locale prévus par le décret du 27 décembre portantes. du projet) ; 1996 concernant l’Institut et ses écoles. Ses missions sont : § Institut Eurécom  : bâtiment Institut Ces textes concernent en particulier : § l’assistance architecturale et le conseil Eurécom (4 900 m2) au sein du campus § la nomination des membres des ins- technique aux écoles en matière de des STIC (suivi de l’évolution du dos- tances statutaires : conseils d’écoles projets, travaux, de réglementations sier) ; et conseil scientifique de l’Institut ; et de sécurité des bâtiments ; § construction d’une salle polyvalente § la nomination des directeurs des § la maîtrise d’œuvre des aménage- pluridisciplinaire (bâtiment B04) à écoles ; ments ponctuels ; Télécom Bretagne (suivi des étapes de § les conditions d’admission et régimes § la tenue à jour des fichiers du patri- construction) ; de scolarité des écoles ; moine immobilier et de ses installa- § 9, rue Dareau (prise à bail de locaux § le nombre de places offertes aux tions ; supplémentaires et aménagement des concours d’entrée des écoles et la § le suivi des garanties règlementaires locaux) ; composition des jurys ; et des contentieux, la mise à jour de la § 37 rue Dareau (aménagement des lo- § l’attribution des titres et diplômes des documentation concernant des sec- caux pour recevoir la DRH) ; écoles de l’Institut. teurs du bâtiment ; § 46, rue Barrault (recherches d’optimi- La direction du développement et de la § les relations avec le service des do- sation des surfaces par le déplace- prospective s’assure de la conformité des maines et des services fiscaux ; ment du service finances-marchés au maquettes des diplômes des écoles avec § la logistique des services du siège. 6e étage du B2, par l’offre du 5e étage la réglementation. Elle vérifie les di- Le patrimoine immobilier Le suivi réglementaire et du B2 à Télécom ParisTech, par la plômes et projets d’arrêtés associés pré- administratif mise à disposition de bureaux supplé- parés par les écoles avant de les trans- mentaires à la direction scientifique, mettre à la tutelle pour signature par par la création de deux postes de tra- l’autorité compétente et publication des Le conseil, l’assistance et la vail à l’étage 2 du B2) ; arrêtés. conduite d’opérations de § autres locaux (recherches de prise à Elle surveille la publication des textes travaux bail dans le quartier de la Butte aux réglementaires généraux et assure la dif- Cailles, dont le 23, rue Daviel). fusion des textes concernant l’Institut vers les services compétents des écoles. En 2008, l’Institut Télécom et la tutelle ont poursuivi les améliorations visant à simplifier et à accélérer le parcours ad- ministratif des projets d’arrêtés et des En 2008, le service PALM a poursuivi son diplômes. rôle d’assistance aux écoles sur d’im- portants travaux de rénovation (électri- cité, système de sécurité incendie, mise aux normes handicapés…) contribuant à l’amélioration des conditions d’hygiène et sécurité. Enfin, le service PALM a ouvert une ru- brique sur l’INTRAGET. Cet outil en ligne permet, notamment, aux écoles d’accé- der facilement au travail de veille régle- mentaire assuré par le service. tagne m Bre éco Tél s- ire ola ux s Pannea78
    • attentes des entreprises concernant ration d’un projet de création d’un cam- l’Inde. pus sur le plateau de Saclay. Ce projet de Une stratégie commune a été élaborée campus a été conçu dans l’optique de pour l’action des écoles en Chine, autour répondre aux caractéristiques de globa-La priorité nouvelle accordée à l’action de six partenariats universitaires straté- lité et d’envergure en phase avec les at-internationale dans la stratégie 2008-12 giques, pour chacun desquels une école tentes gouvernementales. Il offre lade l’Institut Télécom a rendu nécessaire a été chargée de coordonner l’action de perspective d’un nouvel ancrage pourla mise en place, en février, d’une struc- l’Institut. l’Institut Télécom en Ile-de-France.ture légère d’animation et de coordina- Un programme de travail pluri-annuel a La cohérence et les atouts du projet detion au siège. Une analyse des forces et été élaboré. Il couvre l’ensemble de la Campus du plateau de Saclay ontfaiblesses de l’Institut en la matière a période 2008-2012 et se décompose en convaincu le comité de l’Opérationconduit à lancer un plan d’action dans le sous-programmes semestriels qui fe- Campus qui l’a sélectionné le 11 juilletdomaine de la formation intiale, en ront tous l’objet d’une validation préala- 2008.concertation avec les actions internatio- ble, puis d’une évaluation, par le direc- Le dossier déposé le 10 février 2009 a éténales en matière de recherche, menées toire composé de l’administrateur soumis le 24 février à l’examen du comitépar la Direction Scientifique. général, du directeur scientifique et des d’évaluation qui l’a définitivement validé.Ce plan d’action se décline sur trois ni- directeurs des écoles. Le projet s’interpénètre avec l’Opérationveaux : d’Intérêt National visant au développe-§ approfondissement de la réflexion ment du territoire du plateau de Saclay et L’implantation de l’Institut à stratégique en vue d’une meilleure co- concorde avec l’ambition présidentielle Palaiseau hésion des écoles et des filiales et d’assurer la création d’un cluster scien- d’une totale cohérence de leurs ac- tifique et technologique sur ces mêmes tions à l’international. Celle-ci a été lieux. complétée par la mise en œuvre d’un L’opportunité est donc offerte à l’Institut management transversal de ces ac- Télécom de contribuer à la création de ce tions dans le cadre d’un programme cluster à fortes ambitions dans un envi- fortement structuré ; ronnement :Action de l’Institut§ amélioration des processus existants La stratégie 2008–2012 de l’Institut § favorisant la diversité et la richesseà l’international et mise en place de processus nou- Télécom prévoit une forte croissance de des parcours de formation ; veaux, dans le but de maximiser le ra- ses activités de recherche, d’enseigne- § stimulant la recherche et l’innovation ; tio efficacité/coût de ces actions ; ment et d’innovation. § porteur de sens au niveau internatio-§ lancement et pilotage de projets à Cette croissance vise à : nal ; court terme et de dossiers ponctuels, § renforcer la visibilité nationale et in- § cohérent avec les thématiques scien- afin de permettre des prises de déci- ternationale de l’Institut Télécom et tifiques prioritaires de l’Institut sions rapides par le directoire. de ses écoles, Télécom.Le plan d’action a été pris en main par § répondre aux besoins de l’économie L’implantation visée s’inscrit au cœur deune équipe internationale rassemblant française et européenne dans le do- l’un des quartiers structurants duune douzaine de responsables de l’inter- maine des TIC, Campus, le «  quartier des STIC  » ennational des écoles, des filiales et du § renforcer l’intégration de chaque école étroite connexion avec des partenairessiège, ainsi qu’un représentant de la dans son tissu académique local no- tels que l’École polytechnique, l’INRIA,Direction Scientifique. Cette équipe, coa- tamment au travers des PRES. l’ENSTA, Digiteo ou NanoInnov et de cechée par le siège, a mené en parallèle L’analyse de l’existant en matière de sur- fait propice à des coopérations facilitéesdes réflexions à moyen terme et des dé- faces disponibles au sein des établisse- et des partenariats consolidés. De ma-veloppements qui ont conduit à de pre- ments franciliens de l’Institut Télécom a nière plus générale, l’Institut Télécommiers résultats. conduit au constat d’une insuffisance cri- bénéficiera des interactions avec l’en- Gestion de l’opérationLa réflexion stratégique a porté sur la tique au regard des ambitions formulées. semble des acteurs du plateau de Saclay. Campus « Saclay-mise en cohérence des stratégies des En conséquence, la mise en œuvre de la À horizon 2015, l’Institut Télécom, à l’is-écoles en insistant sur les forces spéci- stratégie est apparue étroitement subor- sue du transfert d’activités d’enseigne- Palaiseau »fiques de chacune, sur l’adoption d’un donnée à la disponibilité de surfaces ad- ment, de recherche et d’innovation ac-système d’offres de formation commun ditionnelles. tuellement localisées à Paris et Évry, viseet sur la structuration de l’offre de mas- Dans cette optique, l’Institut Télécom a à se structurer en Île-de-France autourters of science à partir des attentes des porté une attention toute particulière à de trois campus thématiques :étudiants étrangers auxquels ils sont l’appel à projet lancé en février 2008 par § Palaiseau (plateau de Saclay)  : ré-proposés en exclusivité. le ministère de l’Enseignement supé- seaux et systèmes de communicationLe processus de planification et d’orga- rieur et de la Recherche dans le cadre de § Paris  : contenus, usages et servicesnisation de la participation des écoles « l’Opération Campus ». Cette dernière a multimédiaaux salons de recrutement a été conso- pour ambition de « fédérer les grands § Évry : entreprise numériquelidé et de nouveaux outils de promotion campus de demain » et « d’accroitre leur Ces localisations lui permettront d’affir-ont été réalisés (brochures, stand, pages visibilité internationale » en contribuant mer son ancrage territorial en lien avecweb…). Une section de l’intranet dédiée à à ces objectifs au travers d’un investis- les PRES ParisTech et UniverSud Paris etl’international a été créée. sement financier exceptionnel de 5 mil- de se maintenir en parfaite interactionLe programme Télécom Scolarships for liards d’euros au profit de dix projets. avec les acteurs économiques au traversExcellence a été mis sur pied en relation L’Institut Télécom s’est ainsi investi en des pôles de compétitivité System@tic etavec la Fondation Télécom. Il a permis partenariat avec vingt autres établisse- CapDigital.d’offrir 300 k€ de bourses à 26 étudiants ments d’enseignement supérieur etétrangers et de répondre notamment aux organismes de recherche dans l’élabo- 79
    • Annexe : les instances de l’Institut Télécom PRÉSIDENT DU CONSEIL PERSONNALITÉS QUALIFIÉES D’ADMINISTRATION PRÉSIDENTS DES CONSEILS D’ÉCOLES VAUTREY Jean-Paul FAURE Pascal Gérant – Hauterive Associés Vice-président du conseil général des DUNOGUE Jacques technologies de l’informationLe conseil d’administration est présidédepuis le 1er janvier 2007 par Pascal Faure, Vice-président exécutif - Thomson PERSONNALITÉS (ANCIENS ÉLÈVES)qui est également vice-président du GUILLEMET MichelCGTI. Il était composé des personnalités Vice-président R&D - Bull SOURISSE Pascalesuivantes : Directrice générale, division systèmes ANDRE Fabrice terre et interarmées de Thalès - Directeur du pilotage commercial - Présidente du conseil d’école de France Télécom Télécom ParisTech BERNARD Alain PAPONNEAU Claire Président directeur général de Directrice internationale de France New York Finance Innovation – Télécom - Présidente de l’ATPTA - Président du conseil d’école de Présidente de l’association Télécom Bretagne REPRÉSENTANTS DE L’ÉTAT Télécom ParisTech Alumni CITERNE Philippe ANCIAN Bernard Directeur général délégué de la Société Directeur des opérations EEMEA - générale - Président du conseil d’école Orange Business Services EEMEA - de Télécom & Management SudParis EQUANT - Président de l’association Télécom Bretagne Alumni REPRÉSENTANTS DES PERSONNELS GABLA Emmanuel BERGOUGNOU Patrick Chef du service des Technologies et de Directeur de la division Télécoms et la société de l’Information - DGCIS médias de GFI Informatique - Président de l’association Télécom &Conseil d’administration Management Alumni LORHO Bernard Professeur des universités - Ministèrede l’Institut Télécom de l’Éducation nationale de l’Enseignement supérieur et de la TARDIEU Samuel Recherche Collège enseignants-chercheurs - CLUET Sophie Télécom ParisTech Directrice du département A3 - SAOUDI Samir Direction générale de la recherche et Collège enseignants-chercheurs - de l’innovation - Ministère de Télécom Bretagne l’Éducation nationale, de LECOCQ Claire l’Enseignement supérieur et de la Collège enseignants-chercheurs - Recherche Télécom & Management SudParis GAUTIER Bertrand BERGER Olivier Chef de service à la direction des Collège personnel administratif et de personnels et de l’adaptation à gestion, technique et de logistique - l’environnement professionnel au Télécom & Management SudParis MINEFI Représentants des élèves THERY Vincent RIFFAUD Cyril Adjoint à la sous-directrice Réseau, Élève ingénieur - Télécom ParisTech multimédia et communication en ligne - DGCIS 3 POUSSEVIN Mickaël Elève ingénieur - Télécom Bretagne DUBARRY Cécile Chef de service - Adjointe du directeur - SCHWARTZ Jonathan Elève manager – Télécom & Direction du développement des Management SudParis médias - Premier ministre LOTH GUICHARD Xavier Direction du budget - Secrétariat au budget 81
    • LAGASSE Paul Professeur à l’université de Gand (Belgique) MARIANI Joseph Le conseil scientifique évalue les activi- CNRS, Laboratoire LIMSI – directeur de PRÉSIDENT DU CONSEIL SCIENTIFIQUE tés de recherche du groupe et donne un IMMI avis sur ses grandes orientations en ma- PERRIN-PELLETIER Eric tière de recherche. Directeur du process et des indicateurs Il était composé en 2008 des personnali- assurance qualité, Alcatel Lucent tés suivantes : LES MEMBRES POPESCU-ZELETIN Radu Professeur au Technical University ROUCAIROL Gérard Berlin, directeur du Fraunhofer – Membre du CGIET, président du comité Instituts fur offene STIC de l’ANR kommunikationssysteme (FOKUS) QUISQUATER Jean-Jacques Professeur à l’université de Louvain ARNAUD Jean-Pierre (Belgique) Titulaire de la chaire réseaux au CNAM RISCHMUELLER Klaus BEAUDELAIRE Patrick Responsable recherche de Vice-président de la recherche, ST Microelectronics Thomson RIVARD Suzanne BENGHOZI Pierre-Jean Professeur à HEC à Montréal Directeur de recherche CNRS, SCHMITT Michel Directeur du pôle recherche en Directeur adjoint chargé de la économie et gestion de l’École recherche, ENSMP polytechnique LEDOUX-RAK Isabelle Conseil scientifique BIGLIERI Ezio Directrice de l’UMR 8537 (LPQM), Professeur à l’université de Californie ENS Cachan de l’Institut Télécom CELLARY Wojciech VERDIER Henri Directeur du département Technologie Consultant de l’information, Académie économique DU CHENE Ghislain de Poznan (Pologne) Directeur de la direction Innovation, COATRIEUX Jean-Louis recherche et développement, SFR Directeur du LTSI-INSERM, l’université CAMPANA Mireille Rennes 1 Sous-directrice Réseaux, multimédia et DEMASSIEUX Nicolas communication en ligne, DGCIS/ Directeur de la recherche Europe, MINEFE Motorola ERMAN Marko Directeur recherche et technologie, Thalès Communications FDIDA Serge Professeur au laboratoire d’informatique de Paris 6 FENEYROL Michel Ancien membre du Collège de l’ARCEP FRIEDEL Paul Directeur de la recherche amont de Orange lab GUILLON Pierre Directeur du département ST2I, CNRS DUBUISSON Bernard Conseiller scientifique de la DGA, direction des systèmes de forces et des stratégies industrielles, technologiques et de coopération, ministère de la Défense/DGA HUMBLET Pierre Consultant (États-Unis) LABIT Claude Directeur de l’IRISA82
    • REPRÉSENTANT DU CGIET NEUF PERSONNALITÉS CHOISIES EN BERGEAULT Éric (suppléant) Professeur/Directeur d’études PÉDAGOGIQUE, SCIENTIFIQUE, DEGOVE LE-DUIC Annick Contrôleur général économique et TECHNOLOGIQUE, ÉCONOMIQUE OU TARDIEU Samuel (titulaire) financier Maître de conférences/ IngénieurLe conseil d’école s’est réuni trois fois en d’études2008, en mars, en juin, et en novembre, GABET Renaud (suppléant)pour traiter des questions intéressant Maître de conférences/ IngénieurPRÉSIDENT DU CONSEIL D’ÉCOLETélécom ParisTech. d’études RAISON DE LEUR COMPÉTENCE WEYER-BROWN Peter (titulaire) Chargés d’enseignement et deMEMBRE DE DROIT REPRÉSENTANTS DES AUTRESAu 31 décembre 2008, sa composition (sur proposition du ministre chargé de recherche et chargés d’enseignementétait la suivante : l’Enseignement supérieur) INDUSTRIELLE SASAKI Atsuko (suppléant) BLANC Michel Chargés d’enseignement et de Directeur général adjoint pour la recherche et chargés d’enseignement recherche à l’École polytechniqueSATINET Claude CAMPANA MireillePOILANE Yves Sous-directrice des réseaux et usagesDirecteur de l’école des TIC à la DGCIS du MINEFE BAZIZ Marianna (titulaire) Inspectrice des études CATÉGORIES DE PERSONNEL LABAYE Eric Directeur général de McKinsey France VAZZA Catherine (suppléante) Adjointe au délégué à l’international REPRÉSENTANTS DES ÉLÈVES LALANDE Richard INGÉNIEURS, MASTÈRES SPÉCIALISÉS Directeur général adjoint de SFR et EYNARD Guillaume (titulaire) président de l’AFORT Chargé de valorisation LEGAIT Benoît RELIGIEUX Nicolas (suppléant) Directeur de l’École des mines de Paris Technicien informatique et réseaux QUEINNEC Christian Professeur de classe exceptionnelle àConseil d’école l’UPMC, directeur de l’école doctorale COLLABORATEURS DE L’ÉCOLE REPRÉSENTANT DES INGÉNIEURSde Télécom ParisTech EDITE de Paris RUTARD Julien (titulaire) Brigitte ROZOY-SENECHAL ET DOCTORANTS Responsable du secteur STIC, DGRI, TORTEL David (suppléant) MESR SCHMITT Arthur (titulaire) GEDON-MONACO Mathieu (Suppléant) REPRÉSENTANTS DES ANCIENS ÉLÈVES INVITÉS PERMANENTS LEVY Armand Directeur de la recherche VENTRE Dominique AMBARD Thibault (titulaire) Directeur de la formation initiale ÉLÈVES LARHER Tanguy (suppléant) REPRÉSENTANTS DES COLLECTIVITÉS DER AGOBIAN Gérard GYURAN Joseph Représentant de Télécom ParisTech Secrétaire général de l’école Alumni HORNSTEIN Alan ESCABASSE Edmond Chef de cabinet du directeur de l’école Ingénieur du Corps désigné par l’AIT MAITRE Henri Directeur de la recherche de l’école RIESEN Alain Directeur de la formation continue de MISSIKA Jean-Louis l’école Adjointe au maire de Paris, chargée de TERRITORIALES ROBINET Bernard l’Innovation, de la Recherche et des REPRÉSENTANTS DES ENSEIGNANTS- Directeur de la formation par la Universités recherche de l’école LIPINSKI Marc Vice-président du conseil régional d’Île-de-France BLANCHET Gérard (titulaire) Professeur/Directeur d’études CHERCHEURS HUYART Bernard (suppléant) Professeur/Directeur d’études ERASME Didier (titulaire) Professeur/Directeur d’études 83
    • HUIT MEMBRES ÉLUS POUR TROIS ANS REPRÉSENTANT DU CGIET CHARGÉS D’ENSEIGNEMENT Quatorze membres nommés par arrêtés PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ÉCOLE du ministre chargé des Télécom- munications : NEUF PERSONNALITÉS CHOISIES EN Au 31 décembre 2008, sa composition DONT QUATRE REPRÉSENTANTS PÉDAGOGIQUE, SCIENTIFIQUE, était la suivante : PICARD Robert DES ENSEIGNANTS CHERCHEURS ET Ingénieur général des JEZEQUEL Michel MEMBRE DE DROIT TECHNOLOGIQUE, ÉCONOMIQUE OU télécommunications PYNDIAH Ramesh BERNARD Alain GILLIOT Jean-Marie Président directeur général de LE SAOUT André QUATRE REPRÉSENTANTS DES ÉLÈVES, New York Finance Innovation RAISON DE LEUR COMPÉTENCE DONT UN REPRÉSENTANT DES AUTRES CHOMETTE André MUSSARD Philippe Directeur de l’école CATÉGORIES DE PERSONNEL SADEK David GOURVENNEC Bernard Directeur délégué à la recherche FT INDUSTRIELLE R&D ERMAN Marco Directeur de la recherche et de la BAUDELET Jean-Benoît technologie -Thalès division système et ÉLUS POUR UN AN GAUVILLE Sullivan interarmées GOURDON Edouard GIRAUDON Arnaud LLEU Céline Président du directoire – Suravanir DUQUESNE Thierry Directeur du Centre d’électronique de l’armement (CELAR) L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MILEO Thierry Conseil d’école Vice-président Global market télécom et média – Atos Origin de Télécom Bretagne DE L’ACADÉMIE DE RENNES, DONT UNE NOMMÉE SUR PROPOSITION DU MINISTRE CHARGÉ DE HAUSSONNE Jean Marie Délégué régional à la recherche et à la technologie de Bretagne DE L’ÉCOLE DONT UN REPRÉSENTANT DU RECTEUR QUINTON Patrice Professeur des universités CHANCELIER DES UNIVERSITÉS UN ANCIEN ÉLÈVE DONT DEUX COLLABORATEURS HILLION Alain Directeur scientifique LAINEY Gilbert Directeur adjoint TROIS REPRÉSENTANTS DES MANGENOT Nicolas Chef de projet Télécom & réseaux au ministère de l’Agriculture et de la Pêche LABBEY Marc Président de la communauté urbaine COLLECTIVITÉS TERRITORIALES de Brest SIMON-GUILLOU Chantal Vice-président du conseil général du Finistère LESPAGNOL André Conseiller régional Bretagne84
    • PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ÉCOLE REPRÉSENTANTS DES COLLECTIVITÉS MEMBRES DE DROIT CITERNE Philippe Directeur général délégué de la Société PROVENZANO Pierre générale Vice-président des affaires TERRITORIALESLe conseil de Télécom & ManagementSudParis s’est réuni deux fois en 2008, en internationales Confédération généralemai et en décembre, pour traiter des des petites et moyennes entreprises Christian MARGARIA Directeurquestions intéressant l’Institut. MANDON ThierryAu 1er janvier 2008, sa composition est la Maire de la ville de Ris-Orangis et vice- ROLIN Pierre président chargé du développement Directeur de Télécom SudParissuivante : économique, de l’emploi et des grands projets du conseil général de l’Essonne REPRÉSENTANTS DES ENSEIGNANTS- LAPERT Denis Directeur Télécom Ecole de Management SIMON François Douze membres élus pour trois ans, Directeur de la recherche sauf les représentants des élèves, élus et des formations doctorales REPRÉSENTANT DU CGIET pour un an : Quatorze membres nommés par arrêtés du ministre chargé des Télécommunications : RAFFY Jean-Luc (titulaire) SEPT PERSONNALITÉS CHOISIES Professeurs/Directeur d’études CHERCHEURS DEFUDE Bruno (suppléant) PÉDAGOGIQUE, SCIENTIFIQUE, SANSAS Daniel Professeurs/Directeur d’études Contrôleur général économique et TECHNOLOGIQUE, ÉCONOMIQUE GANGLOFF Eric (titulaire) financier Professeurs/Directeur d’études REPRÉSENTANT SUR PROPOSITION DU DELMAS Jean-Pierre (suppléant) Professeurs/Directeur d’études MINISTRE CHARGÉ DE L’ENSEIGNEMENTConseil de Télécom & BERNARD Laurent (titulaire) Maître de conférences/IngénieursManagement SudParis EN RAISON DE LEUR COMPÉTENCE d’études VALLET Chantal (suppléante) Maître de conférences/Ingénieurs OU INDUSTRIELLE REPRÉSENTANT DU PRÉSIDENT d’études DE L’UNIVERSITÉ D’ÉVRY-VAL- D’ESSONNE LECOCQ Claire (titulaire) Maître de conférences/Ingénieurs ETLICHER Bernard Délégué régional à la recherche et à la d’études SUPÉRIEUR technologie d’Ile-de-France FLIPO Fabrice (suppléant) Maître de conférences/Ingénieurs d’études AUTRES MEMBRES LAWSON Ruth (titulaire) Chargé d’enseignement ou REPRÉSENTANTS DES AUTRES MESSINA Richard Président de l’université d’Évry-Val- d’enseignement-recherche d’Essonne DEHORS Stéphane (suppléant) Chargée d’enseignement ou d’enseignement-recherche ANGELELLI François Directeur des opérations de la division Conseil et intégration HP France HUOT Gérard AMANN Erick (titulaire) Président de la chambre de commerce CATÉGORIES DE PERSONNEL REPRÉSENTANTS DES ÉLÈVES REUMONT Marie (suppléante) et d’industrie de l’Essonne LUIZI Arnaud (titulaire) ROUX Dominique YIN Marie (suppléante) Professeur université de Paris BERGER Olivier (titulaire) Dauphine DORNA Odile (suppléante) ANCIEN ELÈVE SAVATTERO Eric Directeur de la formation à l’ENS Cachan SCHWARTZ Jonathan (titulaire) GOUTALLIER Vincent (titulaire) Consultant associé ACCENTURE CHERIFI ALAOUI Soumaya (suppléant) CONTINENTE Jenny (titulaire) FERRE Joan (suppléant) SERANDOUR Gaël Vice-Président en charge des relations MORENO Léandre (titulaire) extérieures de Télécom & Management FOLGLINO Manon (suppléante) SudParis diplômés MONTFORT Damien (titulaire) GALITA Nicolas (suppléant) 85
    • REPRÉSENTANTS DES MEMBRES REPRÉSENTANTS DES MEMBRES SOMMER Werner General Manager, SAP INDUSTRIELS SANS DROIT DE VOTE PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE Eurécom est un GIE (groupement d’inté- rêt économique), les membres adhérents disposent d’un droit de vote à l’assem- blée des membres en rapport avec leurs ADMINISTRATEUR D’EURÉCOM WATRIN David contributions. Head of Competence Team « Security INDUSTRIELS and Process IT » ; Swisscom Swisscom Schweiz Strategy and PRÉSIDENT HONORAIRE Innovation RISCHMULLER Klaus ST Microelectronics CHIFFLET Jérôme Directeur délégué à la recherche, FINGER Ulrich France Télécom/Orange MARCOTORCHINO Jean-Francois Directeur scientifique recherche et JUFER Marcel technologie, Thales Communication École polytechnique fédérale de REPRÉSENTANT DE L’INSTITUT Du CHENE Ghislain Lausanne Directeur R&D, SFR TÉLÉCOM, MEMBRE FONDATEUR RISCHMULLER Klaus Des membres désignés comme repré- Technical Director, External Technology sentants par leurs Institutions : Coordination, ST Microelectronics CHERIF Tahar Chief Technical Consultant, Corporate R&D Group, Sharp corporation Assemblée JEANNERET Jean Claude FIOCCO Alain Administrateur général IT General Manager, CISCO Systems des membres d’Eurécom JUTAND Francis Europe Directeur scientifique IT BOIGER Helmut POILANE Yves Financial Director, BMW Group Directeur Télécom ParisTech Forschung und Technik REPRÉSENTANTS DES MEMBRES MAITRE Henri Directeur adjoint Télécom ParisTech VENTRE Dominique Directeur de la formation initiale Télécom ParisTech URBANKE Rudiger EPF Lausanne ACADÉMIQUES Professeur NALDI Carlo Vice recteur aux relations internationales, Politecnico de Turino KEIDEL Hannemor Vice présidente aux relations internationales, Technische Universität München SIMULA Olli Chef du département « Computer sciences and engineering », Helsinki University of Technology SOLVBERG Arne Doyen de la « Faculty of Information Technology, Mathematics and Electrical Engineering », Norwegian University of Science and Technology86
    • France 46 rue Barrault 75634 Paris cedex 13 www.institut-telecom.fr contact : info@institut-telecom.frJuillet 2009 - implica CR&ACrédit photo : Institut Télécom, Télécom ParisTech, Télécom Bretagne, Télécom SudParis, Télécom Ecole de Management, Eurécom, Télécom Lille 1