L’enseignement supérieur et la recherche de notre pays ont fait,particulièrement cette année, l’objet de nombreux question...
Sommaire               L’Institut Télécom en 2008                           5               La stratégie du groupe        ...
L’année 2008, première année pour l’Institut Télécom et ses écoles sousleurs nouveaux noms et logos harmonisés qui concrét...
L’Institut Télécom en 2008                                            L’Institut Télécom (ex-GET) est un établissement pub...
La mise en œuvre                                                                                                    de la ...
Les axes de progrèsprioritaires en 2008                                                 Pour contribuer au rayonnement int...
§ Télécom ParisTech a créé une nou-                                                                          velle filière...
§ Télécom Bretagne a proposé, en par-                               § Une convention d’écoles associée a été              ...
§ Institut Télécom pour le nom du                                                    groupe,     2008 restera marquée par ...
En 2008, le personnel du groupe a su se mobiliser pour obtenir de très bons résultats                                     ...
Pascal Faure                                                                                        Jean-Claude Jeanneret ...
Télécom Lille1                      Télécom ParisTech                                     Lille                           ...
La formation initiale et continue         L’Institut Télécom est aujourd’hui un pôle de formation d’ingénieurs, de        ...
16
Le mot du directeurL’année 2008 a été riche en événements pour Télécom ParisTech. Sur le planinstitutionnel, l’année a déb...
Les faits marquants de l’année                               diants. C’est ainsi que le département        mation d’ingéni...
La formation d’ingénieurs                     Les masters of science                        § d’une forte présence d’étran...
L’école doctorale                                                  l’activité de formation par la recherche               ...
La formation continue                         Les formations diplômantes ou quali-                                        ...
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom

2,725

Published on

Published in: Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
2,725
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Rapport d'activité 2008 de l'Institut Télécom

  1. 1. L’enseignement supérieur et la recherche de notre pays ont fait,particulièrement cette année, l’objet de nombreux questionnements etd’évolutions déjà engagées ou à venir. Que ce soient les organismes derecherche, les écoles d’ingénieurs ou les universités, tous sont amenés àréfléchir et agir pour mieux se positionner dans ce contexte évolutif etconforter leur visibilité et leur développement. Pour l’Institut Télécom, toutcomme j’imagine pour chacun d’entre eux, l’année 2008 a été l’occasion dese donner de nouveaux challenges pour les mois et années à venir.Dès le mois d’avril 2008, François d’Aubert a fait des recommandationssusceptibles d’améliorer l’organisation actuelle de la recherche enlaboratoires universitaires, il a rappelé le principe d’une évaluationperformante et unique confiée à l’AERES, et noté le besoin d’harmonisationd’un certain nombre de processus tels que les signatures des publicationsscientifiques, des procédures budgétaires et des systèmes d’information.En mai 2008, le rapport Chabbal s’est intéressé à la formation en ingénierieet son positionnement par rapport aux universités. Pour se rapprocher desstandards internationaux, il a proposé une piste de réflexion visant àidentifier les écoles d’ingénieurs comme un équivalent en France descollèges d’ingénierie (Engineering colleges).En septembre la commission Philip a proposé la création de classespréparatoires au sein des universités, les mécanismes de codiplômation ausein des PRES et identifié le besoin croissant en docteurs ainsi que lanécessité d’une stratégie commune entre universités et grandes écoles ausein des PRES pour le recrutement des étudiants étrangers. Ellerecommande une forte et rapide accélération du processus de constitutionet de développement des PRES.À ce contexte général, dont je n’ai rappelé ici que quelques pointsÉDITORIAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATIONessentiels, s’ajoutent des éléments plus spécifiques du secteur des TIC,domaine de compétence de l’Institut Télécom. En premier lieu, je pense àl’importance des TIC dans la stratégie de la Commission européenne quisouhaite porter son investissement annuel disponible sur ce domaine à1,7 milliard d’euros en 2013, contre 1,1 milliard d’euros en 2010. Je penseaussi à la volonté de l’État français à développer l’utilisation des TIC avec,notamment la création d’un secrétariat d’État à l’Économie numérique. Ledynamisme de ce domaine se voit également au travers de l’activité despôles de compétitivité dédiés aux TIC. Ainsi, parmi les dix pôles ayant perçule plus de financement en 2008 quatre sont spécialisés dans le domainedes TIC (System@tic, Cap Digital Paris Région, Images et Réseaux) etl’Institut Télécom est parmi leurs membres fondateurs.Les efforts d’investissement dans la formation, la recherche et l’innovationdans ce secteur ne sont sans doute pas étrangers à la progression del’utilisation des TIC par les Français constatée à la suite de l’enquêteannuelle réalisée par le CGIET sur La diffusion des technologies del’information dans la société française. Qu’il s’agisse d’utilisationd’internet, de l’équipement en téléphonie mobile, de l’utilisation du Tripleplay sur la base du téléphone fixe ou des nouveaux canaux d’accès à latélévision, tous ont progressé en 2008. Dans le même temps, l’offre deservices progresse également et notamment le commerce par internet, larecherche d’emploi, la formation sur internet, et le téléchargement légal demusiques et de films.Le challenge de l’Institut Télécom pour les années à venir est de confortersa place comme un acteur majeur de l’enseignement supérieur, de larecherche et de l’innovation dans le domaine des TIC en France, en serapprochant du modèle des petites universités technologiques existant àl’étranger, formant les étudiants de niveau master et doctorat, faisant de larecherche et de l’innovation dans le domaine des TIC. Pascal Faure 1
  2. 2. Sommaire L’Institut Télécom en 2008 5 La stratégie du groupe 6 Les faits marquants de l’année 8 La nouvelle identité 10 Les chiffres clés du groupe 11 L’organigramme de l’Institut Télécom 12 La formation initiale et continue 15 Télécom ParisTech 17 Télécom Bretagne 25 Télécom & Management SudParis 35 Télécom Lille I 45 Eurécom 49 Les nouveaux projets et les écoles associées 52 Les TICE 52 Le site web « télécoms savoirs partagés » 53 La validation des acquis de l’expérience 53 La recherche 55 Les faits marquants 55 La stratégie de recherche 2008-2012 56 Les forces de recherche 56 La production 56 Le pilotage 59 L’évaluation 60 Le rayonnement 60 L’innovation 63 La stratégie d’innovation 63 La production 64 Les partenariats structurels pour l’innovation 65 La Fondation Télécom en 2008 67 Les faits marquants de l’année 67 Les ressources et emplois 2008 67 Les programmes de la Fondation en 2008 68 Les actions ciblées 70 Les perspectives 2009 71 La gestion de l’Institut 73 Les ressources humaines 73 La gestion financière et les achats publics 75 La communication 76 Le système d’information groupe 77 Le patrimoine immobilier 78 Le suivi réglementaire et administratif 78 Action de l’Institut à l’international 79 Gestion de l’opération campus « Saclay-Palaiseau » 79 Annexe : les instances de l’Institut Télécom 812
  3. 3. L’année 2008, première année pour l’Institut Télécom et ses écoles sousleurs nouveaux noms et logos harmonisés qui concrétisent l’appartenanceà une même « famille », a permis de commencer à mettre en œuvre lastratégie définie pour la période 2008-2012, et a confirmé notre ambition decontribuer pleinement, à travers le travail de nos personnels, en particuliernos enseignants-chercheurs, et la qualité des diplômés que nous formonsdans nos écoles, au développement de l’économie de la connaissance et dela société « numérique » qui représentent d’importants gisements decroissance pour la France de demain.Les deux conventions d’écoles associées signées au printemps 2008 avecTélécom Saint-Étienne et l’ENS Physique de Strasbourg traduisent notrevolonté d’animer ainsi sur le territoire national un réseau d’excellence dansnotre domaine de prédilection des STIC. Elles montrent également, puisquece sont des écoles internes à l’université, notre capacité à construire despartenariats entre grandes écoles et universités, dont nous avons déjà unelongue expérience au travers de notre filiale Télécom Lille 1, pilotée encommun avec l’université Lille1 depuis plus de quinze ans.Les ICF (Instituts de communication du futur), que nous mettons en placepour répondre aux grands défis scientifiques qui se présentent à nous,apporteront plus de transversalité et plus de visibilité aux recherches depointe effectuées dans les labos de nos écoles sur les « réseaux du futur »,les « usages et la vie numérique », la « santé numérique », et les« contenus et services numériques ».La Fondation Télécom, créée en juin 2008 sur les bases de l’ancienneFondation Louis Leprince-Ringuet, est désormais présidée parDidier Lombard, PDG de France Télécom et vice-présidée par Guy Roussel,PDG d’Ericsson France. Elle développe à destination des partenaires qui laÉDITORIAL DE L’ADMINISTRATEUR GÉNÉRALrejoignent ses programmes en matière de formation, de recherche,d’innovation, de prospective et de rayonnement.Deux nouveaux partenaires académiques ont rejoint l’assemblée desmembres de notre filiale Eurécom : l’université d’excellence allemandeTUM de Munich et la plus grande université technologique de Norvège(NTNU), confortant ainsi le modèle original d’Eurécom, alliantinternationalisation poussée et proximité des entreprises pour les activitésde recherche et de formation.Les résultats 2008 en matière d’innovation et de transfert sont excellentspuisque près de 58 nouvelles entreprises ont été créées dans lesincubateurs des écoles de l’Institut Télécom et plus de cinquante nouveauxbrevets ont été déposés par nos chercheurs. La politique à l’égard des PMEest également très active, puisque 359 PME sont en relation contractuelleavec l’Institut Télécom et ses écoles et 26 % des diplômés sont employéspar des PME.L’Institut Télécom a répondu par ailleurs aux appels à projets du PlanCampus, lancé par la ministre de l’Enseignement supérieur et de laRecherche, et a notamment contribué au dossier « Campus du plateau deSaclay » récemment retenu par le jury national. Le projet del’Institut Télécom est de construire son troisième campus francilien dansun nouveau « quartier des STIC », à proximité de l’école.Enfin, la qualité des travaux de l’Institut a été distinguée en 2008 au traversde quelques récompenses attribuées à certains de nos enseignants-chercheurs ou étudiants. On peut notamment citer la remise d’épée etl’entrée à l’Académie des sciences de Claude Berrou, de Télécom Bretagnedéjà lauréat du prestigieux prix Marconi, la médaille Blondel attribuée àIsabelle Bloch de Télécom ParisTech, qui couronne un chercheurtalentueux de moins de quarante ans dans les domaines couverts par laSEE, et le prix André Blanc-Lapierre décerné par la même SEE àLaurence Vancamberg, diplômée de Télécom SudParis, qui récompense lemeilleur stage ingénieur orienté recherche au plan national. Jean-Claude Jeanneret 3
  4. 4. L’Institut Télécom en 2008 L’Institut Télécom (ex-GET) est un établissement public administratif regroupant les plus grandes écoles spécialisées en technologies de l’information et placées sous la tutelle du ministre chargé des Communications électroniques. Il comprend trois écoles d’ingénieurs (Paris, Brest, Évry), une école de management (Évry) ainsi que deux écoles en partenariat sous statut de GIE 1, l’une avec l’université de Lille1 (Télécom Lille1), l’autre avec des grandes entreprises et des universités étrangères (Eurécom à Sophia Antipolis). Il constitue un centre de recherche de tout premier plan dans le domaine des sciences et technologies de l’information et de la communication, labellisé Carnot. L’Institut Télécom compte 5400 étudiants de niveau master et doctorat, 1000 employés permanents, pour un budget de 140 M€ dont 30 % de ressources propres. L’Institut Télécom est engagé dans une ambitieuse stratégie pour la période 2008-2012, adoptée lors du conseil d’administration de novembre 2007. Celle-ci prévoit de poursuivre le développement de l’Institut, compte tenu de l’importance des technologies de l’information en tant que facteur de croissance et de compétitivité. Cette stratégie vise à ce que l’Institut Télécom soit reconnu au niveau international pour l’excellence de ses formations de niveau master et doctorat, comme un moteur de la recherche académique dans le domaine des communications, ainsi que comme une référence pour l’innovation et le soutien à la création d’entreprise. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette stratégie de nombreuses actions ont été engagées en 2008 parmi lesquelles on peut citer la modification des marques de l’Institut et de ses écoles, la signature de conventions d’école associée avec ENSPS et Télécom Saint-Étienne, la mise en place d’un plan de développement pour Télécom Ecole de management, le lancement de la nouvelle Fondation Télécom, l’accueil de nouveaux membres prestigieux au sein du GIE Eurécom, la mise en place des premiers ICF, Instituts de communication du futur, une politique volontariste de l’Institut envers les PME, et l’engagement dans le plan Campus.1 GIE – Groupement d’intérêt économique 5
  5. 5. La mise en œuvre de la stratégie La stratégie 2008-2012 En matière d’enseignement, l’Institut Télécom entend développer son offre de formation pour répondre à des besoins croissants de compétences scientifiques Par nature, l’activité de l’Institut Télécom et managériales aux meilleurs niveaux. s’inscrit dans des cycles longs, tant en L’Institut Télécom, groupe de « Grandes En recherche, l’ambition est d’être un formation initiale qu’en recherche, et est Écoles » qui forment des cadres de haut acteur mondial de la recherche en STIC réalisée pour une large part de manière niveau leaders dans le domaine des TIC, dans le domaine des communications très déconcentrée, non seulement au ni- fort de la qualité de son action tant en en- (télécoms, contenus et usages). En tant veau des écoles, mais également au sein seignement qu’en recherche et en sou- qu’établissement relevant du ministère des départements d’enseignement et de tien à l’innovation, de l’excellence de son de l’Économie, des Finances et de recherche. corps professoral pluridisciplinaire et de l’Emploi, l’Institut Télécom entend enfin Dans ce cadre, la mise en œuvre de la la performance de sa gestion, a comme favoriser le développement économique stratégie est organisée autour de sa dé- ambition pour 2012 d’être un des meil- et l’innovation. clinaison au niveau de chaque entité du leurs établissements d’enseignement et Pour que la mise en œuvre de cette stra- groupe et d’axes de progrès dont la liste de recherche européens dans son do- tégie soit pleinement réussie, l’Institut a est révisée chaque année par le conseil maine de compétence, contribuant de identifié six conditions essentielles de d’administration de l’Institut. manière exemplaire à l’innovation et au succès sur lesquelles il doit également Les axes de progrès sont mis en œuvre développement économique des terri- porter son effort : par chaque entité concernée (direction toires. § une mobilisation de toutes les forces de l’Institut, écoles, départements d’en- La stratégie de l’Institut Télécom pour de l’Institut dans tous ses métiers ; seignement et de recherche, etc.) et la période 2008-2012 vise en consé- § l’affirmation d’une nouvelle identité de chaque acteur (enseignants-chercheurs, quence à ce que l’établissement soit re- groupe dès le 1er janvier 2008, parta- personnels administratifs, élèves, an- connu au niveau international pour l’ex- gée en interne et facilement recon- ciens élèves, entreprises partenaires, cellence de ses formations de niveau naissable en externe, accompagnant etc.), dans l’intérêt collectif et pour la master et doctorat, comme un moteur des identités de diplômes renforcées ; réalisation des objectifs de la stratégie. de la recherche académique dans le § l’évolution des modèles économiques La stratégie du groupe champ des STIC pour le domaine des des activités de l’Institut pour dégager communications ainsi qu’un centre de des marges de manœuvre nouvelles ; prospective et d’expertise sur le déve- § la contractualisation des moyens de loppement technologique, économique l’État sur un plan pluriannuel ; et social de la société de la connaissance § le renforcement de l’écoute des be- et de la vie numérique et, enfin, comme soins des entreprises nationales et in- une référence pour l’innovation et le sou- ternationales pour garantir la valeur tien à la création d’entreprises. des diplômes délivrés ; Cette stratégie est articulée autour de § une internationalisation du corps des cinq orientations majeures : deux orien- enseignants-chercheurs. tations qui situent l’espace d’action de l’Institut et trois orientations qui fixent les lignes directrices de l’action. L’Institut Télécom retient tout d’abord de s’affirmer dans l’action et la compétition internationales tout en continuant à am- plifier son action au cœur des territoires.6
  6. 6. Les axes de progrèsprioritaires en 2008 Pour contribuer au rayonnement inter- Pour favoriser l’internationalisation du national de la recherche régionale, corps professoral et mieux gérer les car- l’école Télécom Bretagne s’est impliquée rières des enseignants-chercheurs,2008 a été la première année de mise en dans le développement du Collège l’Institut Télécom a initié une politique deœuvre de cette stratégie pour l’établis- Doctoral International (CDI), qui compte repyramidage de son corps d’ensei-sement et ses écoles, qui l’ont elles 2700 doctorants, et qui doit permettre gnants-chercheurs, par une augmenta-mêmes déclinée et traduite en plans aux universités bretonnes d’accroître ra- tion progressive de la proportion de sesd’actions durant le premier semestre. La pidement leur contribution à l’économie professeurs et directeurs d’études. Cemesure la plus emblématique en est de la connaissance. En 2008 les écoles taux devrait passer de 30 % à 40 % d’icisans doute la modification des marques, doctorales de Bretagne ont été recom- 2014, principalement par promotion in-qui déclinent maintenant toutes le radi- posées au sein du CDI autour de huit terne. Lors de la campagne de recrute-cal « Télécom…  » et l’harmonisation écoles doctorales permettant ainsi de ment 2008 en cours, une attention parti-conséquente des logos qui montrent clai- consolider l’offre de formations docto- culière a été portée aux candidaturesrement désormais l’appartenance à une rales d’une manière cohérente avec les d’enseignants-chercheurs ayant une ex-même famille. pôles de compétitivité, les réseaux d’ex- périence internationale. Plus de 50 %Les indicateurs de l’Institut ont été redé- cellence et les différentes fédérations de d’enseignants chercheurs recrutés enfinis en cohérence avec les premières in- recherche implantées dans les établis- 2008 ont une expérience internationaledications retenues dans la stratégie sements. significative dans leur domaine d’acti-2008-2012 et les valeurs d’indicateurs Conformément aux orientations de son vité.pour l’année 2008 ont été fixées. conseil scientifique, l’Institut Télécom a Enfin, pour développer l’offre de forma-En juin 2008 a été effectué le lancement commencé à mettre en place en 2008 les tion et la recherche dans une nouvellede la Fondation Télécom, qui démultiplie Labs. Ils ont vocation à coordonner les région des actions ont été lancées au-ce qu’était la Fondation Louis Leprince travaux sur des thématiques de re- près de certaines universités pour déve-Ringuet. La Fondation Télécom a renou- cherche prioritaires au sein de l’Institut lopper le réseau d’écoles associées develé et élargi ses membres, fondateurs, Télécom en facilitant notamment, les l’Institut. Deux premières conventionspartenaires stratégiques et associés qui échanges entre les chercheurs des ont été signées avec l’ENSPS às’impliquent dans des programmes déjà écoles et en s’ouvrant à des partenaires Strasbourg et Télécom Saint-Étienne. Estopérationnels en matière de formation investis dans ces domaines. Le Future à l’étude avec les tutelles et les acteurs(attribution de bourses internationales, Networks Lab est déjà opérationnel de- locaux la concrétisation d’un partenariatcoaching d’étudiants), de recherche (mu- puis plus de six mois ; Digital Life Lab structurant avec l’université visant à latualisation de thèses et de post-doc sur est en cours de lancement et le Digital création d’une école d’ingénieurs àdes sujets « en rupture »), d’innovation Health Lab est en préparation. Un qua- Montpellier. Les travaux sur la crois-(animation des incubateurs, intermédia- trième viendra les compléter sur les thé- sance de l’Institut en Île-de-France onttion entre PME et fondateurs…), de pros- matiques des « Contenus et services nu- également commencé et plusieurs scé-pective (lancement d’un think tank) et de mériques » qui capitalisera notamment narii sont envisagés à ce stade impli-rayonnement. La Fondation porte égale- sur la production du laboratoire commun quant les sites de Paris, d’Évry et dement le financement de projets spéci- avec Alcatel-Lucent Bell Labs inauguré Saclay/Palaiseau.fiques ciblés sur une école, ce qui permet en janvier 2009. En dehors de ces axes de progrès priori-notamment à ce titre aux associations La politique de l’Institut envers les PME taires présentés ci-dessus et suivis par led’anciens de s’impliquer en mobilisant est également très volontariste, puisque conseil d’administration de l’établisse-leurs membres. 359  PME sont en relation contractuelle ment, ce document donne les principauxPour piloter les actions de l’Institut à l’in- avec l’Institut Télécom et ses écoles et éléments de l’activité de l’Institutternational, une coordination centralisée 26  % des diplômés sont employés par Télécom. Il est aussi l’occasion de faireau niveau de l’établissement a été mise des PME. L’Institut Télécom a créé le un zoom sur la nouvelle Fondationen place. Un plan d’action a été adopté, club des PME proches de l’Institut (une Télécom et de rappeler les principalesqui vise à enrichir la cohérence de la quarantaine à ce jour) dont l’objectif est actions 2008 liées à la gestion destratégie et des actions à l’international de monter des projets de R&D avec les l’Institut.et à améliorer ses performances grâce à PME mais aussi de créer des partena-une meilleure cohésion des équipes. riats triples (grand groupe, Institut, PME).Afin d’assurer le développement et le Une première manifestation organiséerayonnement du PRES ParisTech, l’école par l’Institut a permis de présenter 18 deTélécom ParisTech a été missionnée par ces PME aux 5 grands partenaires de lace PRES pour animer d’une part le clus- Fondation Télécom.ter ICT dans le cadre d’IDEA League, et L’Observatoire des métiers de l’Institutd’autre part la réflexion scientifique du Télécom a piloté en 2008 une étude com-projet «  Campus Plaiseau  » . Elle est mune aux écoles d’ingénieurs deaussi chargée du développement des re- l’Institut sur les métiers du domainelations avec France Télécom dans le do- « traitement du signal et des images »maine de la recherche en STIC. Elle est avec l’objectif de réaliser une cartogra-au nom de ParisTech le conseiller scien- phie de la situation du marché de l’em-tifique du club « Énergies numériques » ploi dans le domaine, repérer les gise-et a été retenue pour opérer l’incubateur ments d’emplois et les nouvellesparisien de ParisTech, qui se dévelop- opportunités, de caractériser les nou-pera autour de l’incubateur actuel de veaux métiers.l’école. 7
  7. 7. § Télécom ParisTech a créé une nou- velle filière d’admission au niveau § Télécom ParisTech a concrétisé ses master 2 ; relations étroites avec les laboratoires § Télécom Bretagne a lancé le «  Trek parisiens de recherche, en électro- Télécom », projet de formation en si- nique analogique et hybride, par la tuation de mobilité sur le thème du création du GIS eSys 2 qui fédère des développement durable ; équipes d’écoles d’ingénieurs et d’uni- § Télécom Ecole de Management a créé versités 3 avec le soutien du CNRS. un nouveau mastère spécialisé § Télécom ParisTech a lancé, avec l’ap- « Systèmes d’information pour les en- pui de la Fondation Télécom, la plate- treprises » qui propose une spéciali- forme « Multimédia massif », qui re- sation à la finance ; groupe, autour de moyens puissants § Dans le cadre du Prix national de la d’archivage et de calcul, des travaux stratégie, un élève de Télécom Ecole multidisciplinaires, en apprentissage, de Management a obtenu le prix du indexation et fouille de données dans meilleur travail étudiant pour son dos- les images. sier d’analyse sur la société Prodware ; § Isabelle Bloch, professeur à l’école § L’école Télécom Lille1 a mis en place Télécom ParisTech, a reçu la médaille une nouvelle option de spécialisation Blondel 2008 de la SEE 4 pour ses tra- « Infrastructures systèmes et intégra- vaux remarquables contribuant aux tion des services » ; progrès des STIC. § Eurécom a proposé à l’homologation § Claude Berrou, professeur au dépar- DNM, un nouveau programme master tement d’électronique de l’école of science dans le domaine du multi- Télécom Bretagne, a reçu son épée média. d’académicien. Il a également été Les faits marquants Développer l’offre de formation Faire de l’Institut Télécom un acteur élevé au grade d’IEEE Fellow pour l’in- mondial de la recherche en STIC de l’année vention des turbocodes et la générali- sation de leur principe ainsi que pour sa contribution aux travaux de norma- lisation. § Les laboratoires de l’école Télécom Bretagne ont mis au point une tech- nique de diversité de modulation 5, pour la transmission de données sur des canaux très perturbés. § Télécom Bretagne a accueilli un nou- veau laboratoire CNRS : le LabSTICC 6. § Deux professeurs de l’école Télécom SudParis ont reçu le prix Glover- Klingman 2007 pour leur article 7 paru dans la revue Networks. § Le prix André Blanc Lapierre de la SEE a été attribué à une diplômée de l’école Télécom SudParis, pour son travail sur le suivi du mouvement res- piratoire dans les images médicales. § Télécom Lille1 a organisé le «  work- shop » européen COST 2100 sur le thème «  Pervasive Mobile & Ambient Wireless Communications ». § L’Institut Télécom a organisé un col- loque international sur la thématique de l’internet du futur 8. § La Fondation Louis Leprince-Ringuet a été transformée en Fondation Télécom, signifiant un nouvel élan, de nouveaux programmes et de nouveaux parte- naires. 4 médaille Fields 199 oz, Yocc he op Cla ist GIS eSys - Groupement d’intérêt scientifique électronique des systèmes ud hr Be n-C e Les membres du GIS eSys - ESIEE, ISEP, Supélec, Télécom ParisTech, universités Paris Sud 11, Pierre et Marie Curie. rro u J ea SEE - Société de l’électricité, de l’électronique et des TIC reço de it son ien épée d’académic Technique de diversité de modulation - fondée sur le principe de rotation de constellation et d’entrelacement I/Q LabSTICC - Laboratoire en sciences et technologies de l’information « Acceleration of cutting-plane and column generation algorithms : applications to network design » Symposium Autonomous and Spontaneous Networks 2 3 4 5 6 7 88
  8. 8. § Télécom Bretagne a proposé, en par- § Une convention d’écoles associée a été § Le nombre des étudiants en master of tenariat avec deux PME 9, et dans le signée avec l’ENSPS de Strasbourg et science a fortement augmenté, no- cadre du programme Eureka / Télécom Saint-Étienne ; tamment à Télécom Paris (40 %) et à Eurostars un projet baptisé « SME42 », § L’Institut Télécom s’est impliqué aux Télécom Bretagne (130 %) ; classé premier parmi les 300 projets côtés de 23 partenaires et en associa- § Le programme « Télécom Scholarships expertisés, visant à valider un nouveau tion avec les PRES ParisTech et for Excellence » de la Fondation standard ; UniverSud Paris pour élaborer le Télécom a attribué 300 k€ de bourses§ Lauréates du concours national 2008 «  projet de Campus du plateau de à des étudiants étrangers, dont 50% fi- de création d’entreprises innovantes, Saclay » ; nancés par ATOS-Origin pour des étu- ou objets des attentions des Business § Le directeur de l’école Télécom diants indiens ; Angels, les entreprises soutenues par Bretagne a été réélu au poste de vice- § Télécom ParisTech a signé une l’incubateur de Télécom & Management président du pôle de compétitivité convention avec l’université de SudParis ont bénéficié de trois mil- «  Images et réseaux  » et au conseil Novossibirsk pour le recrutement lions d’euros de financements ; d’administration du pôle de compétiti- d’étudiants de Russie ;§ Le premier challenge Projets d’entre- vité « Mer Bretagne » ; § Les quatre formations délocalisées de prendre a été organisé à Télécom § Télécom Bretagne a participé au pro- Télécom Bretagne (Vietnam, Mexique, Lille1 ; jet de plateforme, ImaginLab, agissant Maroc et Syrie) ont connu un beau suc-§ Le projet BUGYO 10 auquel participe au nom de l’Université européenne de cès, avec une augmentation du nom- Télécom ParisTech a reçu un Bretagne dans le cadre d’un projet du bre d’élèves de 50 % ; Excellence Award par le programme pôle « Images et réseaux », cofinancé § Télécom Bretagne a accédé en tant européen Celtic pour la reconnais- par l’État et par la région Bretagne. que membre-collaborateur au CDIO 11 sance de l’impact potentiel dans le mi- créé à l’initiative du MIT pour amélio- lieu industriel de la thématique d’éva- rer les formations d’ingénieurs dans le luation de la sécurité des systèmes monde ;Favoriser le développement Amplifier l’action de l’Institut Télécom S’affirmer dans la compétition complexes ; § Télécom Ecole de Management s’estéconomique et l’innovation au cœur des territoires internationale§ l’Institut Télécom a organisé l’« opé- engagé avec l’ONU sur la responsabi- ration Triptyque », dispositif permet- lité sociétale des entreprises ; tant la rencontre entre les partenaires § Deux étudiants du master of science de la fondation, les enseignants-cher- Communication Networks and Services, cheurs porteurs de technologies ma- en double diplôme à Télécom SudParis tures et le réseau des PME de l’Institut et à Asian Institute of Technology, ont Télécom. reçu le prix Wireless Personal Multi- media Communications qui récom- pense leurs performances académiques exceptionnelles dans le domaine des télécommunications et du multimédia sans fil ; § Télécom Lille1 a signé une convention d’échange avec le Dublin Institute of Technology et d’un accord bilatéral avec l’université Nottingham de Kuala Lumpur (Malaisie) ; § Une étudiante d’Eurécom a reçu le prix du meilleur stage de la Fondation Télécom pour son stage effectué au Japon chez Hitachi. La PME bretonne Teamcast et la PME espagnole Sidsa Projet BUGYO - Building security assurance in open infrastructures The CDIO™ INITIATIVE is an innovative educational framework for producing the next generation of engineers. It provides students with an education stressing engineering fundamentals set in the context of Conceiving - Designing - Implementing - Operating real-world systems and products. www.CDIO.org91011 9
  9. 9. § Institut Télécom pour le nom du groupe, 2008 restera marquée par la mise en § Télécom ParisTech en remplacement œuvre des changements des marques de Télécom Paris, du groupe et des écoles décidés au § Télécom Bretagne en remplacement conseil d’administration de novembre de ENST Bretagne, 2007, dans le cadre de l’adoption de la § Télécom SudParis en remplacement stratégie de l’établissement pour la pé- de Télécom INT, riode 2008-2012. § Télécom Ecole de Management en Opérés entre le 1er janvier 2008 et le remplacement de INT Management, 1er septembre 2008, ces changements ont § Télécom & Management SudParis en été accompagnés d’un plan de commu- remplacement de INT, nication spécifique enclenché dès avant § Télécom Valorisation en remplace- cette date par la diffusion large et mas- ment de GET Valorisation sive, fin 2007, d’une carte de vœux et par § Fondation Télécom en remplacement l’organisation d’une conférence de de Fondation Louis Leprince-Ringuet, presse dévoilant la nouvelle identité du Le lancement de ces nouvelles marques groupe et de ses écoles : s’est accompagné d’une refonte des identités visuelles traduisant la nouvelle cohérence d’ensemble des noms de marque. Fin 2008, une évaluation du changement a été opérée auprès des publics internes comme externes. Les résultats ont été très positifs montrant notamment que l’adoption des nouvelles marques en in- terne est bien comprise et acceptée et La nouvelle identité que dans la presse les nouveaux noms sont utilisés dans 100 % des cas à partir du mois de mars 2008. Ce changement a été salué tant par les journalistes que par nos partenaires.10
  10. 10. En 2008, le personnel du groupe a su se mobiliser pour obtenir de très bons résultats que reflète l’évolution de ses chiffres clés. En préparation du suivi de la stratégie 2008- 2012, le périmètre d’un certain nombre d’indicateurs a été modifié par rapport à la période précédente pour consolider les effectifs d’élèves et les moyens des filiales. § 5400 étudiants § 1500 diplômés § 11 M€ de ressources propres issues de la formation 12 § Plus de 7 M€ de chiffre d’affaires en formation continue § Une force de recherche d’environ 1700 personnes § De l’ordre 1700 publications § Plus de 170 thèses soutenues § Plus de 32 M€ de ressources propres issues de la recherche § Plus de 50 brevets déposés § Autour de 50 nouvelles créations d’entreprises § Un taux de placement des docteurs en entreprise de 73 % Les chiffres clés du groupe § Plus de 1050 permanents contribuent tous les jours à l’activité de l’Institut § 690 non permanents 13 § Un budget annuel de plus de 140 M€ § 48 M€ de ressources propres Formation Recherche Innovation Moyens Frais d’inscription, taxe d’apprentissage, fondation Télécom, concours commun Présents au 31/12/20081213 11
  11. 11. Pascal Faure Jean-Claude Jeanneret Président du conseil d’administration de l’Institut Télécom Godefroy Beauvallet Yves Poilane Administrateur général de l’Institut Télécom André Chomette Pierre Baylet Christian Margaria Brigitte Rouède Direction de la stratégie et des Télécom ParisTech affaires financières Nicole Delval Télécom Bretagne Pierre Rollin Denis Lapert L’organigramme de l’Institut Télécom Direction du développement et de la prospective Télécom & Management SudParis Direction Francis Jutand des ressources humaines Bertrand Bonte Agence comptable Télécom SudParis Télécom Ecole de Management Ulrich Finger Godefroy Beauvallet Direction scientifique SIÈGE Télécom Lille1 Service d’administration générale Didier Lombard Institut Eurécom Télécom Valorisation SAS Fondation Télécom12
  12. 12. Télécom Lille1 Télécom ParisTech Lille ENSPS Télécom Bretagne Télécom SudParis Télécom Ecole de ManagementBrest Paris Évry Strasbourg Rennes Télécom Saint-Étienne Eurécom Télécom Bretagne Télécom ParisTech Saint-Étienne Nice Toulouse Sophia-Antipolis
  13. 13. La formation initiale et continue L’Institut Télécom est aujourd’hui un pôle de formation d’ingénieurs, de managers et de docteurs de référence au niveau national et reconnu au niveau international grâce à un tissu de coopération fourni et varié. Les écoles de l’Institut Télécom forment des élèves ingénieurs dotés à la fois d’une culture scientifique de haut niveau orientée vers l’innovation dans le domaine des STIC et de compétences managériales. L’école de management (Télécom Ecole de Management) forme des managers capables de gérer des projets impliquant les technologies de l’information et de la communication. Les écoles diplôment chaque année dans leur formation phare plus de 795 ingénieurs et environ 134 managers. Les deux filiales de l’Institut Télécom, Eurécom et Télécom Lille1, élargissent et renforcent l’offre de formation. Eurécom associe à l’Institut Télécom des partenaires industriels et académiques majeurs pour concevoir des formations internationales de master et d’ingénieur. Télécom Lille1, créée en partenariat avec l’université de Lille1, propose une formation en alternance en cinq ans après le baccalauréat et des formations en apprentissage. L’Institut Télécom compte actuellement au sein de ses écoles et filiales environ 5400 étudiants, dont environ 3600 ingénieurs et managers, 780 doctorants, 1000 élèves en autres formations de niveau master (mastère spécialisé, master of science, DNM). Le niveau de qualité des enseignements dispensés au sein des écoles de l’Institut Télécom vise les meilleurs standards internationaux, et repose sur le nombre et la qualité de ses enseignants-chercheurs, qui couvrent largement tous les domaines des STIC, de l’électronique et du traitement du signal jusqu’aux applications et aux usages. Ces derniers participent à des projets de recherche nationaux et européens en partenariat avec des organismes de recherche de premier rang tels que le CNRS, l’INRIA, le CEA, l’INSERM, le CNES et savent s’impliquer dans l’innovation technologique en collaboration avec les entreprises de pointe françaises et internationales du domaine des STIC. Pour accompagner les anciens élèves et professionnels du secteur qui doivent s’adapter aux nouvelles technologies et aux nouveaux métiers, et qui ont besoin de se former tout au long de la vie, les écoles de l’Institut Télécom développent leur activité de formation continue, et accueillent ainsi chaque année environ 4000 stagiaires. Ajoutée à la formation initiale et à la recherche, cette activité permet de rendre complète la réponse de l’Institut aux attentes des entreprises et de la société. Ce chapitre présente l’activité de chacune des écoles de l’Institut Télécom dans le domaine de la formation introduite par un mot du directeur et les faits marquants de l’année de chaque établissement. 15
  14. 14. 16
  15. 15. Le mot du directeurL’année 2008 a été riche en événements pour Télécom ParisTech. Sur le planinstitutionnel, l’année a débuté par un changement de nom traduisant notre doubleancrage dans ParisTech et dans l’Institut Télécom. La stratégie 2008-2012 a étéadoptée en conseil d’école le 27 mars 2008 après un travail collectif mobilisantmanagers et personnels. Elle positionne l’École dans le Top 5 des meilleursétablissements français et nous fixe comme ambition d’animer la faculté des STICde ParisTech, pour être dans le Top 20 mondial à l’horizon 2015. Cette stratégie a vuses premières réalisations dès le courant de l’année 2008. Enfin, 2008 a vu lelancement de l’opération Campus par le ministère de l’Enseignement supérieur etde la Recherche et l’inscription de Télécom ParisTech dans le projet Campus duplateau de Saclay-Palaiseau, sans pour autant abandonner notre implantationparisienne. En attendant la réalisation de ce projet, l’École s’est étendue dans undeuxième bâtiment de la rue Dareau dans le 14e arrondissement de Paris,permettant de répondre aux besoins urgents de place pour les départementsd’enseignement et de recherche et pour l’incubateur de l’École.Sur le plan de la formation, l’année a également été riche avec la finalisation dudossier de création d’une formation par l’apprentissage avec une nouvelle filière derecrutement, qui a reçu l’avis favorable de toutes les instances statutaires et fera,en 2009, l’objet d’un dépôt à la CTI pour une ouverture en 2010.Une démarche de contribution à l’ouverture sociale a été relancée, appuyée par lamême préoccupation au niveau de ParisTech. L’École a choisi une approcheoriginale, multipliant les formes de contribution possibles et associant élèves etTélécom ParisTechpersonnels.Deux nouveaux « executive mastères spécialisés » ont été lancés en 2008, tous deuxen partenariat, l’un sur les nouvelles architectures de télécommunication (ATOMS,avec Orange) et l’autre sur l’ingénierie d’affaires (IASIT, avec l’ESSEC). Ces deuxmastères spécialisés ont rencontré d’emblée un grand succès.Sur le plan de la recherche, 2008 a vu le lancement de trois ICF (Institut deCommunication du Futur) au niveau de l’Institut, dont deux, l’ICF Reseaux, et l’ICFUsages et cultures numériques, sont pilotés par un professeur de l’École.Un gros investissement a été fait en 2008 pour développer des coopérationsscientifiques au sein de ParisTech et, plus généralement, d’IDEA League dans ledomaine des STIC. Notre leadership a été ainsi reconnu et des perspectives decoopération prometteuses ont été dégagées dans plusieurs domaines(bio-ingénierie, apprentissage statistique…). L’École a enfin beaucoup œuvré pourpermettre à IDEA League de se positionner dans le futur appel d’offre européenpour l’European Institute of Innovation and Technology.Sur le plan de l’interface entre l’École et les entreprises dans le domaine de larecherche, notons particulièrement l’inauguration du laboratoire commun TélécomParisTech-ALTRAN en communication numérique.En matière de l’innovation, nous avons eu à la fois la reconnaissance de la qualitéde notre activité de soutien à la création d’entreprise par la Ville de Paris, et celle denotre leadership dans ParisTech par toutes les écoles de ParisTech, lorsque nousavons déposé, puis été retenus par la Ville de Paris, sur un dossier d’incubateurParisTech, opéré par Télécom ParisTech. Quinze nouveaux brevets ont été déposésen 2008 à comparer aux trois brevets déposés en moyenne annuellement lesannées précédentes.Dans le domaine des ressources humaines, notons en 2008 la distinctiond’Isabelle Bloch, professeur au département TSI qui a reçu la médaille Blondel, plushaute distinction de la SEE, mais aussi la disparition de notre collègueFrancis Schmitt, regretté chef du groupe Traitement et interprétation des images.L’École a également participé activement au lancement de la Fondation Télécom etaux travaux de construction de la Fondation ParisTech. Elle a apporté sont soutien àla collecte des premiers dons à destination de chacune des deux fondations. Yves Poilane Directeur de Télécom ParisTech 17
  16. 16. Les faits marquants de l’année diants. C’est ainsi que le département mation d’ingénieur (par AST) et en mas- Comélec a mis en place cette année une ter of science, parmi lesquelles neuf plateforme d’attaque des dispositifs de Eiffel et six bourses du gouvernement sécurité lui permettant de s’afficher au- chinois, des bourses d’entreprises attri- Conformément à la nouvelle stratégie de jourd’hui comme l’un des acteurs fran- buées aux étudiants brésiliens, russes, l’École, et pour adapter aux nouveaux çais majeurs en architecture des sys- indiens et chinois, (neuf Thalès, cinq enjeux notre recrutement national pour tèmes matériels de sécurité et Orange et quatre ATOS et quelques le diplôme d’ingénieur, deux nouvelles particulièrement en analyse et protec- bourses financées par la Fondation filières ont été imaginées qui verront une tion contre les attaques par les canaux Télécom). mise en œuvre effective respectivement cachés. De la même façon, la plateforme Les habilitations des masters of science en 2009 et 2010. de gestion de données multimédias mise «  Sécurité  », « Communications digi- La première, dite filière « AST M2  », en place à TSI donne accès à tous les tales », et « Systèmes informatiques en consiste à compléter l’admission sur ti- outils de recherche, d’indexation et d’ap- réseaux » ont été renouvelées. Un nou- tres universitaire au niveau licence, par prentissage sur la parole, la musique, veau, master of science « Radio digital » une admission sur titres au niveau mas- les images ou le film. Plusieurs autres a reçu l’habilitation de l’AERES. ter, dont les bénéficiaires accéderaient à plateformes sont ainsi en cours de mon- l’École au niveau de son propre cycle tage qui seront opérationnelles à court master, et pour une durée de trois se- terme. mestres, reproduisant ainsi, en quelque Les laboratoires communs et les chaires En cohérence avec les orientations de la sorte, le format du cursus des «  qua- industrielles sont également un terrain stratégie 2008-2012 de l’Institut trième année de l’X  » (les élèves poly- privilégié de synergie entre recherche et Télécom, les collaborations de l’Ecole se techniciens étant, formellement au enseignement. En 2008, la chaire sont renforcées à Strasbourg. Le 11 juin, moins, également au niveau bac+5 quand « Innovation et régulation » en partena- l’ENSPS (École nationale supérieure de ils arrivent à l’école). Une expérimenta- riat avec Orange, la chaire « TIC et déve- physique de Strasbourg) est devenue une tion de ce dispositif d’admission est mise loppement durable  » (partagée avec « école associée » de l’Institut Télécom. en place pour la rentrée 2009 avec les Télécom & Management SudParis) en Située au sein du pôle d’Application et de masters de l’UPMC 14 (au moins ceux re- partenariat avec Orange et la Caisse des promotion de l’innovation (API) d’Illkirch levant du domaine des STIC), université dépôts et consignations et la chaire Graffenstaden, et au cœur du pro- que l’école connaît notamment grâce aux «  Économie industrielle des média  » gramme «  Europe scientifique et tech- Formation nombreux masters cohabilités. (partagée avec les Mines ParisTech) en nologique  », l’ENSPS bénéficie d’une La seconde est une filière en apprentis- partenariat avec Vivendi, ont vu le jour et large reconnaissance, aux niveaux natio- sage pour le diplôme de Télécom ont rejoint à Télécom ParisTech la chaire nal et international. Dans le cadre d’un ParisTech. Le vivier de recrutement sera «  Imagerie pour l’observation de la master « Images, sciences et technolo- constitué des étudiants en apprentis- Terre » créée en 2005 en partenariat avec gies de l’information », Télécom ParisTech sage, au niveau L3, des licences pro des le CNES 15 et le DLR 16. De même, trois la- et l’ENSPS ont mis en place les premiers domaines connexes aux télécoms (typi- boratoires communs sont en fonction- modules communs d’enseignement et quement informatique, électronique, ré- nement : [1] le BiLab en partenariat avec d’échange avec l’université de Houston. seaux & télécommunications). EDF sur la « Business Intelligence », [2] Télécom ParisTech a aussi consolidé son L’admission se fera au travers d’un le « Center of Competence » en partena- engagement pour une extension de ses concours, dont le programme est adapté riat avec le CNES et le DLR sur la télé- localisations à Paris et à Palaiseau via les au vivier de recrutement, c’est-à-dire co- détection, et [3] l’UbiMedia, labo com- dossiers de l’Institut Télécom et du PRES loré « télécoms  » pour les épreuves mun à l’Institut Télécom et Alcatel ParisTech. L’école a aussi ouvert un troi- écrites et des épreuves orales qui valori- Lucent sur l’ubiquité des média. Ces ac- sième site au 9 rue Dareau permettant Territoires sent l’expérience professionnelle des ap- tions trouvent un fort soutien de la de desserrer ses locaux de recherche et prentis. Quant au cursus en alternance Fondation Télécom d’une part et de la de réserver un bâtiment pour son incu- des apprentis, il sera structuré comme le Fondation ParisTech d’autre part. bateur, le premier d’Île-de-France dans cursus standard avec une première an- sa catégorie. Les élèves ont également née de type « propédeutique » spécifique bénéficié de l’extension des capacités de préparant l’apprenti à entrer dans le cy- logement avec quarante chambres sup- cle master de deux ans. Les jurys de sélection du PRES ParisTech plémentaires à la MEASE ParisTech 17 à des étudiants chinois et brésiliens ad- la Cité internationale universitaire. mis sur titre (AST) ont été complétés en 2009 par un jury spécifique pour l’ad- mission des étudiants de Russie dans le Consolidant son enseignement par une cadre de nouvelles conventions de coo- recherche forte et s’attachant à faire tra- pération et en particulier de celui signé vailler en synergie ces deux activités, entre l’école Télécom ParisTech et l’uni- l’École a démarré en 2008 une politique versité de Novosibirsk. de développement de plates-formes de Un nombre record de bourses a pu être recherches largement ouvertes aux étu- attribué aux étudiants arrivant en for- UPMC – Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) CNES – Centre National d’Études Spatiales DLR - Deutschen Zentrums für Luft- und Raumfahrt (The German Aerospace Center) International MEASE ParisTech - Maison des Étudiants de l’Asie du Sud-Est Relations entre formation et recherche 14 15 16 1718
  17. 17. La formation d’ingénieurs Les masters of science § d’une forte présence d’étrangers re- présentant plus de 40 % de l’effectif to-Dans le cadre de son cursus d’ingénieur, Le master of science de l’école Télécom tal de l’Ecole,l’école Télécom ParisTech propose un ParisTech s’adresse aux étudiants étran- § de séjours à l’étranger dont ceux desystème de formation « sur mesure » qui gers titulaires d’un « Bachelor » ou d’un plus de six mois sont suivi par 8 % despermet à chacun de se construire un par- diplôme équivalent à quatre années élèves,cours de formation personnalisé, directe- d’études universitaires dans le domaine § des cours dispensés en anglais et desment relié à son propre projet profession- des technologies de l’information et de la cours de langues.nel. communication. Le fort engagement de l’Ecole dans le pro-Après une première année de tronc com- Ce programme est dédié en priorité aux gramme Athens du PRES ParisTech per-mun, les élèves de deuxième et troisième étudiants étrangers de très bon niveau. met d’organiser deux fois par an (en marsannée peuvent choisir de suivre leur cur- D’une durée de trois semestres, il com- et en novembre) des échanges d’étudiantssus de formation sur le site de Paris ou de porte deux semestres académiques où d’une durée de dix jours avec les grandesSophia-Antipolis. La troisième année est les enseignements se déroulent entière- universités européennes (Madrid, Milan,aménagée pour permettre à ceux qui le ment ou partiellement en langue anglaise, Prague, Budapest, Louvain, Munich, etc.).souhaitent de suivre soit des cursus com- suivi d’un stage d’un semestre (22 se- Télécom ParisTech est membre de ce ré-plémentaires (master recherche co-ha- maines), soit dans un laboratoire de re- seau qui rassemble chaque année 2000bilité) soit des cursus de substitution cherche, soit en industrie. étudiants dont plus de 800 suivent une(études à l’étranger, cursus du mastère Six masters of science de l’Ecole ont été session dans un autre pays du réseau.spécialisé «  Management des nouvelles parmi les premiers en France à être habi- Ce programme comprend un courstechnologies » avec HEC, cursus « STIC et lités Diplôme national de master (DNM) scientifique intensif d’une semaine àsanté  » ou «  Télécommunications spa- dans le domaine des sciences et techno- choisir parmi 95 cours proposés danstiales » de Télécom Bretagne…) logies. L’habilitation DNM est délivrée par l’année et des activités socioculturelles.Le cycle du master de la formation d’in- le ministère de l’Enseignement supérieur Ainsi, 228 élèves de Télécom ParisTech La formation entrepreneuriatgénieurs est organisé en une trentaine de et de la Recherche. ont participé à la semaine « Athens  »parcours thématiques couvrant l’ensem- Ce cursus permet aux élèves d’acquérir de mars 2008 et l’Ecole a accueillible des domaines de l’Ecole pour mieux des compétences spécifiques dans l’un 155 élèves des universités européennesguider les élèves dans le choix de leur des domaines des TIC pour travailler en partenaires.parcours de formation et pour rendre plus entreprise en France ou à l’étranger. Illisible l’organisation des enseignements permet également aux étudiants motivés Les mastères spécialisésde l’Ecole pour ses partenaires extérieurs par la recherche d’accéder aux études(universités, écoles, entreprises). Une at- doctorales. Dans le cadre de la formation d’ingé-tention toute particulière a été portée sur En 2008, l’école a diplômé 31 élèves en nieurs, Télécom ParisTech a mis en placeles formats des unités d’enseignement master of science. un dispositif de préparation et de for–pour encourager le travail personnel de mation à la création d’entreprisesdes élèves. innovantes. L’objet de cette unité d’en-Les relations avec les entreprises sont seignement est de donner les élémentsau cœur de la formation à Télécom Les mastères spécialisés de l’école clefs de réussite d’une entreprise, deParisTech. Le monde de l’entreprise est Télécom ParisTech apportent un complé- prévenir les causes d’échec et de baliserune référence permanente dans les en- ment de formation original et de haute l’ensemble des étapes conduisant auseignements et la pédagogie. technicité susceptible d’élargir les pers- succès et ce au niveau :En 2008, 631 élèves ingénieurs étaient en pectives de carrière. Ils permettent à un § de l’action commerciale ;formation à l’école dont 86 sur le site de ingénieur généraliste d’entrer de plein- § de l’innovation du produit ou du service;Sophia-Antipolis. pied dans le secteur économique des § de la conquête des marchés ;L’école a diplômé 252 ingénieurs. hautes technologies de l’information. Ils § du montage financier. permettent aux ingénieurs spécialistes La formation dispensée permet aux d’autres domaines d’acquérir une double élèves de se mettre en situation et de spécialité soit en vue de leur premier em- connaître le métier du chef d’entreprise ploi, soit pour réorienter leur carrière et son environnement. après quelques années d’activité. Cette formation est délivrée sur la base L’offre de formation est composée de dix de deux occurrences par an. Elle com- cursus à temps plein et quatre formations plète les actions de sensibilisation au- à temps partiel de type « Executive mas- près des élèves de première année. L’ouverture à l’international tère spécialisé » étalées sur deux années scolaires. En 2008, 285 élèves ont été diplômés d’un mastère spécialisé de l’école. Télécom ParisTech apporte à ses étu- diants une ouverture à l’international au travers : 19
  18. 18. L’école doctorale l’activité de formation par la recherche menée à l’École. L’école Télécom ParisTech délivre son Le nombre de doctorats de Télécom propre diplôme de doctorat, au sein de ParisTech délivrés au cours des cinq der- l’école doctorale ED 130, Edite de Paris, nières années est porté dans le tableau en accréditation conjointe avec l’univer- ci-dessous, dans chacune de ses spé- sité Pierre et Marie Curie (Paris VI). Edite cialités en recherche. Le nombre des de Paris est une école doctorale multi- étudiants préparant un doctorat a forte- sites et pluridisciplinaire (dans le champ ment augmenté au cours de ces trois des STIC), qui associe également le dernières années (il y avait 361 inscrits CNAM 18, l’IRCAM 19, Télécom & au 31 décembre 2008 dont 59 effectuant Spécialités de Doctorat 2004 2005 2006 2007 2008 Management SudParis et l’INRIA. En leur thèse à Eurécom). Les nombreuses Électronique et communications 21 21 19 14 18 2008, 63 doctorats ont été soutenus à soutenances de 2008, qui constituent un l’école. record pour Télécom ParisTech, sont Informatique et réseaux 8 14 21 12 23 L’année 2008 a vu la fin d’un quadriennal dues à ces inscriptions et préfigurent le Signal et image 19 23 14 23 19 de cette école doctorale. Bernard flux de doctorants dans les prochaines Économie des systèmes d’information 0 1 1 1 3 Robinet, directeur de la formation par la années. recherche à Télécom ParisTech et direc- Total 48 59 55 50 63 teur de l’Edite pendant huit ans a cédé la Eurécom 16 direction à Christian Queinnec, profes- seur à l’UPMC. Henri Maître, professeur Évolution du nombre de doctorats délivrés par l’école Télécom ParisTech et répartition par domaines scientifiques. à Télécom ParisTech et directeur de la recherche est devenu directeur adjoint, responsable des doctorants à Télécom ParisTech. L’année 2008 a également été l’occasion pour l’école doctorale d’être évaluée par l’AERES. Celle-ci a donné un avis très positif, soulignant les qualités de l’Edite : un très bon adossement aux laboratoires de qualité, un bon équilibre entre ses partenaires, une gouvernance effective malgré sa taille importante, un fort effet structurant régional, une image attrac- tive et une bonne ouverture internatio- nale ainsi qu’une offre de formation large. L’AERES a néanmoins regretté de trop faibles activités communes entre Jusqu’à 2005, l’école ne pouvait pas délivrer de doctorats en Économie et Systèmes d’Information, ce doctorants des deux sites principaux et qui explique la lente montée de ce domaine. Dans le ce point sera au cœur de la politique de tableau ci-dessus, les thèses des doctorants l’Edite dans les mois qui viennent. d’Eurécom antérieures à 2008 n’étaient pas Les informations chiffrées présentées distinguées des autres thèses. La croissance du ci-après, arrêtées au 31 décembre 2008, nombre de thèses soutenues en 2008 en est d’autant donnent un éclairage sur l’évolution de plus forte. La répartition des doctorants de Télécom ParisTech par nationalités est portée dans le graphique ci-dessous. À l’exception des doctorants en provenance de l’Asie dont le nombre a notablement crû depuis cinq ans, les grandes lignes demeurent très stables au cours des ans. CNAM : Conservatoire national des arts et métiers IRCAM : Institut de recherche et coordination acoustique/musique 18 19 Répartition des doctorants de Télécom ParisTech par nationalité : 62 % des doctorants sont étrangers.20
  19. 19. La formation continue Les formations diplômantes ou quali- fiantes sont destinées à accompagnerTélécom ParisTech est présente sur deux les individus dans leur mobilité profes-segments d’activité du marché de la for- sionnelle et dans l’évolution de leur car- L’activité « Intra » entreprises, qui re-mation continue : les formations courtes rière. L’offre est constituée des mastères présente un tiers du chiffre d’affaires to-et les formations diplômantes. L’École a spécialisés, du Bilan d’Aptitude Délivré tal en formation continue, s’est accrueréalisé 3,11 M€ de chiffre d’affaires en par les Grandes Écoles (BADGE), et de d’environ 40 % . L’activité « Inter » en-formation continue et formé plus de 2000 Parcours de professionnalisation. treprises a subi une baisse de 10 % enstagiaires. Ces formations sont compatibles avec termes de chiffre d’affaires et de nombreLes formations de courte durée permet- une activité professionnelle. de stagiaires, après la forte hausse detent de mettre à jour les compétences Le public de la formation continue de 2007.des cadres et ingénieurs en activité. Télécom ParisTech est concentré en ré- L’ensemble de l’activité « Inter  » /L’offre est principalement constituée de gion parisienne (environ 80  %). Il est « Intra » entreprises représente environsessions de type séminaires de veille constitué d’utilisateurs des technologies 50 % du chiffre d’affaires de la formationdans les technologies de pointe. Elles de l’information (administrations, continue.sont offertes sous forme de sessions in- grandes entreprises), d’équipementierster-entreprises, intra-entreprises ou sur et d’opérateurs de télécommunications.mesure.Les domaines proposés sont les réseauxsans fil, l’architecture des réseaux, lessystèmes d’information, la sécurité,l’électronique, le traitement du signal etde l’image et le management appliqué ausecteur des technologies. Les activités sur le marché « Inter » et « Intra » entreprises Architecture des réseaux 55 % Mobilité 21 % Système d’information < 1 % Sécurité 5 % Signal, Audio, Image et Multimédia 11 % Dispositifs et Techniques de communication 4 % Management et Économie 3 %Répartition suivant les filières 21

×