Note netscope bilan présidentielle vendredi 20 avril 2012 20h
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Note netscope bilan présidentielle vendredi 20 avril 2012 20h

on

  • 233 views

 

Statistics

Views

Total Views
233
Views on SlideShare
233
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft Word

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Note netscope bilan présidentielle vendredi 20 avril 2012 20h Document Transcript

  • 1. Vendredi 20 avril 2012 INSTITUT NETSCOPE BILAN DE LA CAMPAGNE SUR LE WEB À J-2 AVANT LE PREMIER TOUR Tout au long de la campagne, l’Institut Netscope a scruté et analysé l’ensemble des messages produits surles différents segments du Web : les réseaux sociaux (Twitter et Facebook), la blogosphère et les sitesd’informations. L’examen de ces millions de messages permet de dégager cinq enseignements principaux. 1. UN WEB POLITIQUE EN PLEINE EXPANSION Le premier grand enseignement de cette campagne tient dans le fait que de plus en plus de citoyenspublient des messages politiques, tout particulièrement sur les réseaux sociaux, dont il faut rappeler qu’ilsétaient encore embryonnaires lors de la dernière présidentielle. Ainsi, rien qu’entre le 1er et le 31 mars 2012,il est assez impressionnant, de constater que près de 200 000 comptes Twitter ont publié un ou plusieursmessages consacrés à Nicolas Sarkozy. Au total, ce sont plus de 20 % des comptes actifs sur Twitter qui ontparlé, à un moment ou à un autre, de l’un des candidats à l’élection présidentielle. Evolution du nombre des fans Facebook, des tweets, des articles de sites dinfos et des billets de blog évoquant au moins lun des six principaux candidats (du 19/01 au 19/04) 4000000 3 021 709 3000000 2 530 693 Total Tweets 2000000 1 415 850 Total fans Facebook 707 824 809 020 892 533 Total articles 1000000 487 080 617 823 428 504 12 982 12 990 13 956 Total billets de blogs 0 19 janv - 19 févirer 19 février - 19 mars 19 mars - 19 avril  Cette mobilisation est montée en puissance tout au long de la campagne. Tout particulièrement sur Twitter, où le nombre de messages a plus que doublé passant de 1 415 850 (entre le 19 janvier et le 19 février) à 3 021 709 (entre le 19 mars et le 19 avril). Nombre de twittos uniques par candidat (1er- Nombre de tweets par candidat (1er-31 mars 31 mars 2012) 2012) 1 361 973 Nicolas Sarkozy 199 810 Nicolas Sarkozy François Hollande 85 826 François Hollande 853 934 Marine Le Pen 57 536 Jean-Luc Mélenchon 315 806 Jean-Luc Mélenchon 36 535 François Bayrou 198 073 François Bayrou 25 569 Marine Le Pen 188 627 Eva Joly 12 912 Eva Joly 58 741  De même, le nombre de « fans » sur les pages des candidats est-il passé de 707 824 le 19 février à 892 533 le 19 avril, soit une progression de plus de 20 points en deux mois. Ces chiffres confirment que des centaines de milliers de citoyens publient aujourd’hui des messages politiques sur le Web, pour manifester 1
  • 2. Vendredi 20 avril 2012publiquement leurs sentiments ou leurs opinions et pour relayer des informations, participant ainsidirectement à la production des récits de campagne et à la formation des images des candidats. 2. LE WEB POLITIQUE EST REACTIF MAIS PAS PROACTIF  Malgré l’importance qui est la sienne aujourd’hui, le Web n’est pas encore en situation d’imposer son propre agenda et de dicter ainsi le tempo de la campagne électorale. Ce sont encore les grands médias classiques – au premier rang desquels les principales chaînes de télévision et dans une moindre mesure les grandes radios périphériques et les principaux organes de presses (sous leurs versions papiers et numériques) – qui font l’agenda politique et imposent les sujets d’actualité. Il est ainsi particulièrement frappant de constater que les réseaux sociaux et les blogs n’ont été à l’origine d’aucun buzz de grande ampleur au cours de cette campagne. Ils n’ont fait que réagir à des signaux issus des médias traditionnels, contribuant ainsi parfois à les amplifier et à les entretenir. Un réseau social tel que Twitter est ainsi particulièrement réactif au passage des candidats en prime time sur Tf1 ou France 2. C’est dans ce type de situation que les « grands candidats » enregistrent leurs pics d’audience sur le réseau social et que les « petits candidats » génèrent des volumes de messages sans commune mesure avec leurs ratios habituels.  Avec les chaînes d’infos en continue, le Web contribue cependant à modifier le rythme et la temporalité des campagnes électorales. Ces nouvelles arènes médiatiques opèrent selon la logique du buzz que les équipes de campagne et les candidats sont, en quelques sortes, contraints d’alimenter quotidiennement. La couverture et le commentaire de la campagne en « live », de façon continue, qui caractérise à la fois les chaînes d’infos et l’espace numérique va ainsi de pair avec la multiplication des « annonces », quasi- quotidiennes, destinées à entretenir le buzz et par là-même l’attention de ces nouveaux média sur les acteurs politiques. Ces logiques de production confortent une forme de « mnésie électorale ». La succession sur un rythme effrénée des « annonces » rend difficile la stabilisation du débat politique autour de clivages et d’axes programmatiques forts, avec pour conséquence une plus grande difficulté à se repérer au sein de l’offre électorale. Il n’est alors pas étonnant que les électeurs jugent la campagne « ennuyeuse » et que les responsables se soucient, avec perplexité, du fait que « rien n’imprime » au sein de l’opinion. Il en résulte également que les seuls signaux stables, bien ancrés dans la durée, sont ceux relatifs aux traits d’images et de personnalités des différents candidats. 3. LE REJET MASSIF DU PRESIDENT-CANDIDAT Ce qui caractérise le plus le Web politique au cours de cette campagne, c’est d’avoir opéré comme unespace où s’exprimait le rejet massif de Nicolas Sarkozy. Un réseau social tel que Twitter, malgré lesinvestissements militants de l’UMP, aura ainsi été tout au long de la campagne un espace de résonnancede toutes les variantes de l’anti-sarkozysme. Il est, ainsi, impressionnant de constater à quel point NicolasSarkozy polarise l’attention sur un réseau de ce type : il y a presque autant de twittos qui se sont expriméssur Nicolas Sarkozy que sur l’ensemble des autres candidats réunis. Et cette polarisation se révèleparticulièrement négative. 2
  • 3. Vendredi 20 avril 2012 Evolution du nombre de tweets évoquant les six principaux candidats 120000 100000 Hollande 80000 Sarkozy 60000 Le Pen 40000 Bayrou 20000 Mélenchon Joly 0 16-Jan 23-Jan 30-Jan 06-Feb 13-Feb 20-Feb 27-Feb 05-Mar 12-Mar 19-Mar 26-Mar 02-Apr 09-Apr 16-AprAinsi, 39 % des messages publiés sur Nicolas Sarkozy ont-ils une tonalité négative (contre seulement 7 %présentant une tonalité positive). Compte tenu des volumes de tweets consacrés au candidat-président,celui-ci concentre sur sa personne plus de la moitié des messages négatifs adressés à l’ensemble descandidats à l’élection présidentielle. Tonalité des candidats sur Twitter (en%) Période 1 mars au 19 avril 2012 100% 6 5 20 11 80% 39 60% Négatif 70 80 71 84 Neutre 40% 54 Positif 20% 24 15 0% 9 7 5 Mélenchon Hollande Bayrou Sarkozy Le PenSur les blogs, le rejet de Nicolas Sarkozy est encore plus flagrant que sur Twitter. Il recueille ainsi 87% debillets négatifs contre 34% pour François Hollande. Ce résultat s’explique en partie par la composition de lablogosphère politique. Très nettement orientée à gauche de l’échiquier politique, elle se compose de 47%de blogueurs de gauche contre 18% de droite et 15% d’ « extrême-gauche » (gauche du PS). Par ailleurs, lesblogueurs de droite semblent beaucoup plus silencieux que ceux de gauche, notamment quand il s’agitd’apprécier les actions du chef de l’État. 3
  • 4. Vendredi 20 avril 2012 Tonalité des billets de blogs évoquant NICOLAS SARKOZY (période du 16 janvier au 19 avril2012) 6% 7% Positifs Neutres Négatifs 87%En résumé, le Web accentue encore l’une des caractéristiques de cette campagne présidentielle : avoirété largement polarisé par Nicolas Sarkozy, dans le cadre d’un trend sur la Toile comme dans les sondagesnégatifs pour le président sortant.4. LE « CANDIDAT NORMAL » POLARISE PEU SUR LE WEB Sur la Toile également, François Hollande apparait comme une sorte d’image inversée de Nicolas Sarkozy.Le candidat du PS génère beaucoup moins de commentaires : il n’est presque jamais, au quotidien, celuidont on parle le plus sur les réseaux sociaux ou sur les blogs. Par trois fois seulement au cours de cettecampagne, il est parvenu à supplanter Nicolas Sarkozy en volumes de messages : lors de l’annonce de ses« 60 engagements » dans le prolongement du meeting du Bourget, lors de l’annonce de son « agenda duchangement » et lors de l’annonce de la création d’une tranche d’impôt à 75%. Ce dernier point estintéressant, car il s’agit là de l’une des très rares annonces à avoir alimenté un buzz durable sur la Toile et,semble-t-il, à avoir « imprimé » dans l’opinion (au même titre que la polémique sur la « viande hallal », quia opéré comme un signal symétrique sur la droite). Tonalité des billets de blogs évoquant FRANCOIS HOLLANDE (période du 16 janvier au 19 avril 2012) 34% 37% Positifs Neutres Négatifs 29% S’il ne polarise pas l’attention, François Hollande ne clive pas non plus particulièrement comme entémoigne une tonalité assez équilibrée. En proportion, il suscite deux fois moins de messages négatifs queNicolas Sarkozy. En volume, les écarts sont encore plus importants : Nicolas Sarkozy suscite entre 10 000 et15 000 tweets négatifs par jour alors que François Hollande en génère entre 3 000 et 5 000. FrançoisHollande apparait ainsi comme une figure nettement plus consensuelle que le candidat de l’UMP. 4
  • 5. Vendredi 20 avril 20125. LA DYNAMIQUE MÉLENCHON Le cinquième et dernier enseignement fort de cette campagne, réside dans l’observation d’unedynamique assez soutenue en faveur de Jean-Luc Mélenchon. Les réseaux sociaux – Twitter et Facebook –se sont mobilisés avec un certain enthousiasme en sa faveur, un peu à la manière de ce que l’onenregistrait lors des meetings du leader du Front de Gauche. Cette dynamique est tout particulièrement perceptible sur Facebook. La page officielle du candidat estainsi celle qui a connu la plus forte progression : son nombre de fans a été multiplié par plus de trois entrefévrier et avril. Alors qu’au début de la campagne, Jean-Luc Mélenchon comptait moins de soutiens sur leréseau social que Marine Le Pen, il est presque parvenu à égaler le nombre de « fans » de FrançoisHollande. Les « fans » du leader de Front de gauche sont également les plus mobilisés et les plus actifs. Lapage du candidat est ainsi celle qui compte le plus de commentaires et les posts du candidat sont les plus« likés » et les plus partagés. C’est, à chaque fois, après ses « meetings événements » et ses passages enprime-time que Jean-Luc Mélenchon a conquis de nouvelles vagues d’internautes. Son combat contreMarine Le Pen et son positionnement antiraciste lui ont également permis de gagner des soutiens au-delàdes cercles militants traditionnels. Evolution du nombre de fans des candidats sur Facebook 100000 91132 (+55%) 80000 85159 (+216%) 60000 58739 40000 26950 20000 0 Au 20 fév. Au 20 mars. Au 20 avr. Hollande Le Pen Bayrou Mélenchon Joly La dynamique Mélenchon est également perceptible sur Twitter. Progressivement, à partir de la mi-mars,le leader du Front de gauche a conquis la place de troisième homme sur le réseau social. De plus, malgréune forte progression du nombre de tweets le concernant, son pourcentage de messages positifs est restéglobalement stable et à un niveau élevé (24%). Mais si l’on prend comme critère les twittos uniques, Jean-Luc Mélenchon est en réalité cité par moins de personnes sur le réseau que Marine Le Pen. Les twittosévoquant Jean-Luc Mélenchon sont donc ceux qui publient le plus sur le réseau. Ce qui semble attester quele trend favorable enregistré par le leader du FDG sur la Toile est porté par un milieu de sympathisantsparticulièrement mobilisés et actifs. 5
  • 6. Vendredi 20 avril 2012 Evolution du nombre de tweets évoquant les 4 candidats "outsiders" ( du 16/01 au 19/04 2012) 35000 30000 25000 Le Pen 20000 Bayrou 15000 Mélenchon 10000 Joly 5000 0 16-Jan 23-Jan 30-Jan 06-Feb 13-Feb 20-Feb 27-Feb 05-Mar 12-Mar 19-Mar 26-Mar 02-Apr 09-Apr 16-Apr6. CONCLUSION : Un des enseignements principaux de cette campagne réside donc dans la succession, et surtout lecaractère très éphémère des buzz programmatiques ou thématiques. Les propositions et autresévénements de campagne se sont multipliés sur un rythme particulièrement soutenu, tombant la plupartdu temps dans l’oubli quelques heures ou quelques jours seulement après leur annonce. Le Web contribuetrès largement à nourrir cette dimension « mnésique » de la campagne électorale. La tuerie de Toulouse,événement le plus marquant de la dernière période, a par exemple disparu des discussions sur la Toile alorsqu’elle avait suscité un volume de messages très élevé durant une semaine, réactivant les débats autour del’immigration, de la laïcité, de l’intégration, de la police ou encore de la Justice.Au-delà de ce premier constat, une deuxième remarque s’impose : les propositions programmatiques,hormis l’annonce d’une nouvelle tranche d’imposition pour les plus riches faite par François Hollande et lapolémique autour de l’abattage rituel, ne sont pas parvenues à provoquer de buzz de grande ampleur,ancrés dans une certaine durée. Les volumes de messages les plus importants ont été enregistrés suite àdes événements relevant plus du jeu que des enjeux : annonce de l’entrée en campagne de Nicolas Sarkozypuis de son retrait de la vie politique en cas de défaite, etc. Enfin, et c’est cela le plus important, les images des candidats sont en revanche remarquablementstables sur la Toile. Tout se passe comme si les internautes avaient constitué un répertoire decaractéristiques générales propre à chaque candidat. De nature plutôt négatifs, ces traits distinctifs ontsouvent servi de grille de lecture aux internautes lorsqu’il s’agissait d’analyser les événements de lacampagne. Nicolas Sarkozy pâtit ainsi d’avoir une image de « candidat des riches », de « président des« affaires » », d’ « impulsif », d’ « arrogant » ou encore de « menteur ». François Hollande est, quant à luiassociée négativement à l’idée d’ « inexpérience », et, par les internautes de droite, à toute unesémantique de la « mollesse » ou encore du « laxisme », de la « faiblesse » et de l’ « incompétence ».Chaque nouvel épisode de campagne offre alors l’occasion pour les internautes de réactiver ces imagesnégatives ou bien, plus rarement, positives, qui constituent le seul point d’ancrage au sein d’un espacesoumis aux lois du buzz permanent. 6
  • 7. Vendredi 20 avril 2012©Institut Netscope avec AMI Opinion Tracker 7