CMC Chapitre 2 L'évolution
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

CMC Chapitre 2 L'évolution

on

  • 424 views

 

Statistics

Views

Total Views
424
Views on SlideShare
394
Embed Views
30

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

1 Embed 30

http://ciencias1976ak.blogspot.com.es 30

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as OpenOffice

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

CMC Chapitre 2 L'évolution CMC Chapitre 2 L'évolution Presentation Transcript

  • Bienvenue à Toutes & à Tous
  • Pour savoir pourquoi sommes nous devenus humains Nous devons connaitre les théories de l'évolution Quels sont nos ancêtres et comment ils ont evolué Quels sont les changements qui nous ont fait devenir humains et Quand ces changements sont-ils arrivés
  • ACTIVITÉS En groupe de 4-5 élèves pour faire des travaux sur: - La théorie syntétique - La théorie evo-devo - Théorie de l'Epigénétique - L'espéciation - Sur les arguments que soutiens la théorie de l'évolution - Sur les arguments qui sont contre cette théorie - Characteristique pour devenir humains - Des articles
  • UN LONG CHEMIN VERS LA THÉORIE DE L'ÉVOLUTION Ce pas sorcier: La théorie de l'évolution
  • AVANT LA THÉORIE DE L'ÉVOLUTION ... ● ● ● LA THÉORIE DU FIXISME (OU CRÉATIONISME OU CATASTROPHISME) UNE VISION ANTHROPOCENTRIQUE DU MONDE LA TERRE AVAIT SEULEMENT 6000 ANS
  • FIXISME C'est la croyance selon laquelle il n'y a ni transformation ni dérive des espèces végétales ou animales. Chaque espèce serait apparue telle quelle au cours des temps géologiques. C'est une théorie qui s'oppose aux théories de l'évolution. Georges Cuvier: Savant français qui a identifié et classé de nombreux fossiles comme le Megatherium. C'est le défenseur du Catastrophisme.
  • Créationisme (Fixisme) Linné: l’être suprême a créé d’un geste unique toutes les espèces, ce qui fait qu’elles sont fixes Le créationisme fait à nouveau dangereusement surface dans certains Etats où tout enseignement non fondé sur l’ Ecriture est banni !
  • ÉVOLUTION: Cette théorie dit qu’il apparaît de nouvelles espèces, et que celles-ci dérivent d’autres espèces arguments: Jean Baptiste de Monet de Lamarck (1744-1829) Charles Darwin Alfred Wallace (1809-1882) (1823-1913) • • • • • • • paléontologiques anatomiques embryologiques physiologiques biochimiques génétiques .....
  • 4. La première théorie explicative de l'évolution : le lamarckisme: Suligné!! Jean-Baptiste de Monet de Lamarck (1744-1829) • Dit « Chevalier de Lamarck » • Naturaliste français. • Responsable des collections d'invertébrés au musée d'histoire naturelle de Paris. • Le premier à affirmer publiquement le concept de l'évolution des espèces et à élaborer un modèle pour l'expliquer. • Publie sa théorie en 1809 dans son livre : Philosophie zoologique Sa biographie Invente les mots : invertébrés, vertébrés et biologie et, précise le sens du mot fossile.
  • Exemple de l’évolution du cou de la girafe (selon Lamarck) 1. Le milieu engendre des besoins À cause d’un changement dans le milieu, les feuilles sont plus hautes dans les arbres. Les girafes ont besoin d’un cou plus long. 2. Modification des organes Les girafes s’étirent pour les atteindre. Le cou et les pattes s’allongent durant leur vie. 3. Transmission des modifications Les girafes transmettent ce caractère (acquis au cours de leur vie) à leurs descendants. 4. Adaptation au milieu Avec le temps, l’espèce s’adapte à son milieu en devenant de plus en plus allongée. Les girafes sont adaptées à la hauteur de leur nourriture.
  • Mécanisme explicatif de l’évolution (de Lamarck) : l'hérédité des caractères acquis Les changements du milieu engendrent de nouveaux besoins chez un organisme. Ces besoins entraînent le développement des organes utilisés et la régression des organes non utilisés. (Usage et non usage) Les caractères acquis de la sorte se transmettent aux descendants. (Hérédité des caractères acquis) L’espèce se transforme graduellement en s’adaptant au milieu.
  • La transmission des caractères acquis
  • La deuxième théorie explicative de l'évolution : le darwinisme (wallanisme) Charles Darwin (1809-1882) Sa biographie • Naturaliste anglais. • Études en médecine (qu’il abandonne) puis en théologie et en sciences naturelles. • À 22 ans (1831), il s’embarque comme naturaliste sur le Beagle pour un voyage de 5 ans autour de l’Amérique du Sud et de l’Archipel des Galápagos. • De retour de voyage il réfléchit sur ses observations, publie des ouvrages et conçoit sa théorie de l'évolution. • Présentation de sa théorie en 1858. • Publication de sa théorie de l'évolution en 1859 dans son livre: De l'origine des espèces (livre en ligne)
  • Au cours du voyage du beagle Darwin observe : CURIOSITÉ !! • Espèces de régions différentes d’Amérique du Sud se ressemblent souvent entre elles. • Espèces retrouvées dans un milieu particulier d’Amérique du Sud ressemblent plus aux espèces d’autres régions d’Amérique du Sud qu’aux espèces trouvées dans des milieux similaires sur d’autres continents.
  • Au cours du voyage du beagle Darwin observe : • Fossiles d’Amérique du Sud ressemblent aux espèces actuelles d’Amérique du Sud. • Des Îles possèdent des espèces uniques qui ressemblent à d’autres espèces du continent le plus proche. Ex. Îles Galápagos (900 Km à l’Ouest de l’Amérique du Sud)
  • Mécanisme explicatif de l’évolution (de Darwin) : la sélection naturelle !! 1 Il y a des variations entre les individus et celles-ci sont héréditaires. Nous ne e sommes pas tous Campbell (3 éd.) — Figure 22.9 : 482 égaux. Source 2 La descendance d’une espèce est beaucoup trop nombreuse pour les ressources du milieu, il y a lutte pour la survie. Une seule branche d’érable porte des douzaines de graines. e Campbell (3 éd.) — Figure 22.8 : 482
  • 3 Les individus qui Un facteur sélectif présentent les meilleures variations par rapport au milieu se reproduisent plus que les autres et transmettent leurs caractères favorables. Les individus ayant les moins bonnes variations sont éliminés via un facteur de sélection naturelle (ici, les oiseaux). 4 L’espèce se modifie graduellement par accumulation des caractères favorables au fil des générations. 5 L’espèce s’adapte à son milieu. Source
  • La sélection naturelle    Les individus les mieux adaptés à leur environnement se reproduisent plus que les autres et contribuent davantage au patrimoine génétique de la descendance. La fréquence des bons gènes (par rapport au milieu) augmente graduellement dans la population, de génération en génération. La sélection naturelle entraîne des changements: L'espéciation.
  • Exemple de l’évolution du cou de la girafe (tel que Darwin aurait pu le décrire s’il l’avait donné, ce qui n’est pas le cas) 1. Variation biologique Il existe dans une population de girafes, diverses longueurs de cou et de pattes. 2. Sélection naturelle Si la nourriture est haute dans les arbres (facteur sélectif), les plus grands (cou et pattes) ont plus de chance de survivre. 3. Succès reproducteur Ils se reproduisent plus que les autres et transmettent leurs gènes avantageux à leurs descendants. De génération en génération, il y a sélection (élimination) des plus petits, les plus grands survivent. 4. Adaptation au milieu Avec le temps, l’espèce s’adapte à Les girafes sont adaptées à la hauteur de son milieu en devenant de plus en leur nourriture. plus allongée.
  • La sélection naturelle Sélectionne les «moins bons» et donc augmente la fréquence des meilleurs allèles dans la population (les meilleurs par rapport au milieu)    Les individus les mieux adaptés à leur environnement se reproduisent plus que les autres et contribuent davantage au patrimoine génétique de la descendance. La fréquence des bons gènes (par rapport au milieu) augmente graduellement dans la population, de génération en génération. La sélection naturelle entraîne l'adaptation d'une population à son milieu.
  • La sélection naturelle peut s'inverser Cas du mélanisme industriel Les phalènes claires ont été éliminées durant la révolution industrielle et la population est devenue sombre. Après cette période, la phalène a repris sa forme claire parce que les phalènes sombres ont été éliminées. Phalènes eliminées Phalènes survivantes Phalènes eliminées Phalènes survivantes
  • La phalène du bouleau (Biston betularia) Forme pâle = bon camouflage sur les troncs d’arbres couverts de lichen. Forme mélanique = bon camouflage sur les troncs dépourvus de lichens et noircis par la pollution. À partir du milieu du XIXe siècle, la pollution a fait disparaître les lichens des arbres et la suie les a noircis. • Dans les régions polluées, la sélection naturelle a remplacé les pâles par la forme mélanique en quelques années. • Dans les régions où on a mis fin à la pollution, les pâles sont redevenus majoritaires.
  • Autres exemples : • Résistance aux antibiotiques des bactéries • Pinsons de l’île Daphne Major aux Galápagos Le pinson préfère manger des graines petites et tendres faciles à écraser. Les années humides, ces graines sont assez abondantes. Les années sèches, les graines deviennent plus rares, surtout les petites. La diète contient alors une proportion plus grande de graines plus grosses et plus dures. Il y a alors avantage des oiseaux aux becs les plus robustes. Ceux-ci deviennent plus abondants.
  • Preuves de l'évolution www.youtube.com/watch?v=mmBLt308Q
  • Preuves de l'évolution • Le registre fossile: Les fossiles sont les objets témoignant véritablement de l'existence de la vie passée. • Repartition géographique. • Anatomie comparée: révèle les similitudes internes entre les êtres vivants ainsi que leurs organes homologues. • Développement embryonnaire. • Biologie moléculaire.
  • Preuves de l'évolution • Le registre fossile: Les fossiles sont les objets témoignant véritablement de l'existence de la vie passée.
  • Les fossiles peuvent-ils confirmer l'hypothèse d'une évolution des espèces Un fossile est toute trace de vie passé préservée dans les roches: os, traces de pas, excréments, oeufs, etc
  • Les informations apportés par les fossiles Oiseau ou dinosaure? Le squelette de l'archéoptérix présente des ressemblances avec celui d'un petit dinosaure bipède qui a vécu à la même époque. Cet animal est vieux de 150 millions d'années.
  • Preuves de l'évolution • Repartition géographique.
  • B-La biogéographie La répartition géographique montre que les espèces évoluent à partir d’ancêtres communs. Les espèces d’une même région se ressemblent, même si elles se sont adaptées à d’autres habitats, car elles ont des ancêtres communs. Ces espèces peuvent ressembler à des espèces d’autres continents par évolution convergente. Les faunes de l'Amérique du Sud, de l'Afrique du Sud et de l'Australie ne sont pas composées des mêmes animaux parce qu’elles sont issues d’espèces ancestrales différentes. Les lémurs ne se retrouvent qu'à l’île Madagascar (Océan Indien). Des lémuriens Les marsupiaux se retrouvent en Australie. Koala, kangourou, opossum, … Les singes platyrrhiniens sont en Amérique du Sud Cliquez sur l’image pour ouvrir le site d’origine.
  • La répartition géographique des êtres vivants
  • avestruz ñandú emú
  • Preuves de l'évolution • Anatomie comparée: révèle les similitudes internes entre les êtres vivants ainsi que leurs organes homologues.
  • Squelettes comparés Les premiers vertébrés tétrapodes possédaient des branchies et plusieurs caractères de poissons. Ces ressemblances confortent l'idée d'une evolution. On peut penser que tous les tétrapodes actuels sont issus d'un groupe de poissons à nageoires charnues.
  • A-Les preuves homologiques Preuves anatomiques : anatomie comparée Les membres antérieurs des vertébrés sont sur le même plan. Humérus Radius Cubitus Humain Chat Baleine Chauve-souris Campbell (3eéd.) — Figure 22.14 : 486
  • A-Les preuves homologiques Preuves anatomiques : les organes vestigiaux Les petits organes régressifs laissent voir qu’ils ont déjà servi au cours de l’évolution mais qu’ils ne servent plus ! 1 Les organes vestigiaux des baleines Les baleines ont des petits os inutiles dans la région de la hanche car leurs ancêtres avaient des pattes. Fémur Vestiges des membres postérieurs chez le dauphin pilote (Globicephala sp.) Fémur Source Os de la hanche
  • Preuves de l'évolution • Développement embryonnaire.
  • LE DÉVELOPPEMENT EMBRYONNAIRE DES ANIMAUX
  • A-Les preuves homologiques Preuves embryologiques Les embryons de vertébrés se ressemblent parce qu’ils ont une ascendance commune. Tous ont des sacs branchiaux et une queue. Les sacs branchiaux sont à l’origine des trompes d'Eustache des humains et des branchies des poissons. Sacs branchiaux Queue Campbell Extrait du livre «Le Miroir du Monde » de Cyrille Barrette (3eéd.) — Figure 22.15 : 486
  • 2 Les organes vestigiaux des humains Les humains ont un repli semilunaire car leurs ancêtres reptiliens ont une troisième paupière. Les humains ont un coccyx car leurs ancêtres avaient une queue. (Source) Les humains ont un appendice car leurs ancêtres avaient un caecum empli de bactéries pour digérer la cellulose (comme certains herbivores actuels).
  • Preuves de l'évolution • Biologie moléculaire.
  • LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE L'ACIDE DÉSOXIRIBONUCLÉIQUE DE WATSON ET CRICK LES PRINCIPAUX ACIDES AMINÉS OXYGÈNE, CARBONE HYDROGÈNE ET AZOTE
  • A-Les preuves homologiques Preuves moléculaires (les meilleures car elles sont précises) Les différences entre les molécules permettent d’apprécier la distance évolutive qui les sépare. Tous les vertébrés ont de l’hémoglobine (Hb). Les molécules sont d’autant plus semblables que la distance évolutive est petite. 1 acide aminé de différent dans les hémoglobines humaines (en moyenne) 45, entre humain et oiseau 8, entre humain et singe 67, entre humain et grenouille Campbell (3eéd.) — Figure 22.16 : 487 27, entre humain et souris 125, entre humain et lamproie
  • ATENTION: Les structures homologues reflètent les liens évolutifs (phylogénie) mais pas les structures analogues. Structures analogues Pas la même origine évolutive Peuvent avoir les mêmes fonctions (par évolution convergente) Structures homologues Même origine évolutive Pas nécessairement les mêmes fonctions (par évolution divergente) Étude des ailes 2 3 1 S S S S 4 Lesquels sont des homologues ? 1, 2 et 4
  • APRÈS DARWIN Le processus: - Deux populations de la même espèce restent séparées. - Les deux suivent une évolution inépendante. - Il y a une accumulation de différences.
  • LES LOIS DE MENDEL ● Gregor Mendel: Moine et botaniste autrichien reconnu comme le père fondateur de la gènètique. ● ● Première loi: Loi d'uniformité des hybrides de première génération. Deuxième loi: Loi de pureté des gamètes. Troisième loi: Ségrégation indépendante des caractères héréditaires. ●
  • On cherche un autre mécanisme que la sélection naturelle pour expliquer l’évolution : le mutationnisme Hugo de Vries et le mutationis Botaniste hollandais (18481935) De Vries observe, en 1866, l'apparition soudaine de nouvelles espèces chez l'oenothère à grandes fleurs (Oenothera lamarckiana) et propose la mutation comme l'agent de l'évolution (publication : Die Mutations theorie, en 1901). Cette notion d’évolution par la mutation, produisant des variations soudaines, fortuites et héréditaires était diamétralement opposée à la vision darwinienne d'une évolution graduelle due à la sélection naturelle sur des variations continues. Notez que les mutations furent perçues dès le 18e siècle par Maupertuis puis Lamarck et Darwin mais que ce fut de Vries qui, le premier, les nomma et les définit comme de brusques transformations spontanées et héréditaires en leur attribuant un impact sur l’évolution des espèces. Source
  • La mutation Fait apparaître les nouveaux gènes Source      Facteur très important de l'évolution car fournit les nouveaux gènes, la matière brute de la sélection naturelle. Une mutation germinale (transmise à la génération suivante par un gamète) modifie immédiatement le pool génique de la population. Événement rare et le plus souvent néfaste. Effets quantitatifs plus importants chez les organismes à temps de génération court (bactéries et virus). Effet moins marqué chez les organismes à temps de génération plus long (animaux et végétaux).
  • Un exemple de mutation: l'albinisme Flocon de Neige était le seul gorille albinos connu au monde. Il a malheureusement succombé à l'âge de quarante ans à un cancer incurable de la peau lié à son albinisme. La couleur de notre peau est déterminée par la quantité de mélanine présente dans les cellules situées à sa base. La synthèse de la mélanine dépend d'un gène
  • Une mutation neutre: les yeux bleus ● ● ● On considère comme neutres les mutations qui sont sans impact sur la fonction d'une molécule et qui ne procurent ni avantage ni désavantage sélectif. Il s'agirait d'une simple mutation d'un gène qui est impliqué dans la production de mélanine. Tous les humains ayant les yeux bleus, sur l'ensemble de la planète, sont les descendants d'un unique ancêtre commun qui vivait il y a entre 6 000 et 10 000 ans.
  • Expression, génétique L’expression d’un gène est une protéine. Le message génétique (séquence de nucléotides) est transcrit (en ARNm + maturation) puis traduit en un message peptidique (séquence aa) grâce au code génétique stabilité Le réplication semi conservative de l’ADN en phase S d’interphase permet le maintien(stabili té) du génome d’une cellule à l’autre (lors de la mitose) et variation du patrimoine Lors de la réplication de l’ADN des erreurs (mutations) se produisent (rare). Mutations spontanées ou action d’agents mutagènes. Mais il existe des mécanismes de réparation de l’ADN. Les mutations sont donc source d’une variabilité (nouvel allèle) favorable ou non et donc de biodiversité au sein des espèces Apparition (ou non) d’un nouveau phénotype viable ou non…
  • Entre le darwinisme et le néodarwinisme a) Naissance du Darwinisme Darwin (1858). L'évolution est acceptée mais pas le mécanisme de la sélection naturelle. Darwin ne peut expliquer comment les variations héréditaires nécessaires à la sélection naturelle apparaissent dans les populations ni comment les organismes transmettent ces variations à leur descendance. À cette époque, on croît que les caractères des parents se mélangent dans leurs descendants et que ce mélange finit par éliminer les différences. a) Les travaux de Mendel (1865) Gregor Mendel propose le modèle particulaire de l’hérédité dont Darwin avait besoin. Malheureusement, Darwin n’a jamais vu ces travaux.
  • Les travaux de recherche se poursuivent Quelques dizaines d’années plus tard, les généticiens comprennent que les caractères quantitatifs sont déterminés par des allèles selon le modèle héréditaire de Mendel. (Les lois de la génétique de Mendel sont compatibles avec les variations continues et la sélection naturelle de Darwin. )
  • Une nouvelle science voit le jour Ces études permettent d’intégrer graduellement les idées de Mendel et de Darwin et de mettre au point une nouvelle science : la génétique des populations (science qui étudie les changements génétiques au sein des populations, au fil du temps).
  • Une théorie globale de l’évolution est élaborée (1930-1947) La théorie synthétique de l’évolution ou néodarwinisme prend forme. Elle est dite synthétique car elle intègre les découvertes et principes de nombreux domaines (biologie, géologie et analyse mathématique).
  • La théorie synthétique de l’évolution (néodarwinisme) Élaborée en une quinzaine d’années (1930-1947) Intègre la sélection darwinienne et l’hérédité mendélienne Dite «synthétique de l’évolution» car elle amalgame de nombreux domaines scientifiques : génétique des populations, paléontologie, taxinomie et biogéographie. Son grand apport : l’évolution se fait à l’échelle des populations et non à celle de l’individu. Un résumé de la théorie néodarwinienne Une population évolue sous l'effet de la sélection naturelle (principal mécanisme de l'évolution) mais aussi sous l'effet d'autres agents de l'évolution : dérive génétique, mutation et flux génétique. De grands changements résultent de l'accumulation de ces petites modifications étalées sur de longues périodes (microévolution)
  • Le gradualisme a été remis en question par Niles Eldredge et Stephen Gould en 1972 avec leur théorie des équilibres ponctués et la distinction des mécanismes affectant micro et macroévolution. Selon ce concept, la spéciation se fait par étapes successives et non progressivement, ce qui permet d’expliquer la longue persistance de certaines espèces ou au contraire la très rapide évolution d’autres groupes. Années 1970 : modèle des équilibres ponctués.
  • Exemple du pinson à bec moyen des îles Galápagos Durant les années sèches, les graines sont rares ; le pinson se tourne vers les grosses graines pour survivre. Les pinsons à gros becs sont favorisés et transmettent leurs gènes. La taille moyenne du bec augmente dans la population. Durant les années pluvieuses, les petites graines sont abondantes et le caractère gros bec n’est plus un avantage. La taille moyenne du bec diminue. Directionnelle Exemple des pinsons du Cameroun Les pinsons à plus petits becs survivent bien en mangeant des graines molles tandis que les pinsons à gros becs survivent bien en mangeant des Diversifiante graines dures qu'ils cassent.
  • Vocabulaire Espèce Population Ensemble de populations dont Groupe d'individus tous les membres ont le potentiel de la même espèce de se reproduire entre eux dans vivant sur un territoire un environnement naturel donné et à un moment déterminé Alaska Canada Microévolution Modification, au cours des Aire de Mer de Beaufort générations successives, distribution des caribous des fréquences des allèles de la rivière Porcupine d'une population sous l'effet des agents de Aire de l'évolution distribution des Spéciation caribous de la rivière Apparition d'une Fortymile Yukon nouvelle espèce Alaska comme résultat de la Campbell (3eéd.) — Figure 23.3 : microévolution 494
  • Une biodiversité ou diversité spécifique Nombre d'espèces différentes ou richesse spécifique Abondance relative de chaque espèce. Quelle communauté montre le plus de biodiversité : A ou B ? A A B 25% de chaque 80 % de l’un et 25 % des autres
  • Le processus: - Deux populations de la même espèce restent séparées. - Les deux suivent une évolution indépendante. - Il y a une accumulation de différences.
  • La spéciation • Deux types de spéciation • Allopatrique: territoire différent • Sympatrique: même territoire • Il y a beaucoup plus d’exemples de spéciation allopatrique Collège Lionel-Groulx
  • Rythme de spéciation • L’évolution est graduelle selon Darwin • Les archives géologiques démontrent plutôt le contraire • Naissance de la notion d’équilibre ponctué (Gould) • Si une espèce acquièrent la majorité de ses caractéristiques en 50,000 ans, en verront nous la trace dans les fossiles? Collège Lionel-Groulx
  • Les menaces à la biodiversité • • • • • • Destruction d’habitat Espèces envahissantes Changements climatiques Pollution Braconnage Nous sommes au cœur de la 6ième extinction massive, 1000x plus rapide que celle des dinosaures… Collège Lionel-Groulx
  • Homo ergaster L'hommo ergaster découvre peut-être l'usage du feu, et invente le biface symétrique
  • Homo erectus Migrations et localisations: Est le premier hominidé à migrer hors d'Afrique. Ce ne sont pas des exodes de masses mais plutôt de petits groupes de chasseurs qui partent vers le Nord, probablement en suivant des troupeaux d'animaux.
  • L'homo antecessor C'est à la Sima de los Huesos, dans la région d'Atapuerca, que plus d'une centaine de restes d'hominidés ont été découverts au fond d'un puits. Cet entassement d'ossements peut évoquer de pratiques funéraires. Toutefois les traces d'incisions retrouvées sur les ossements indiquent que pratiquait le cannibalisme.
  • Homo neanderthalensis Neanderthal utilisait peinture corporelle ou éléments de parure. De nombreux fossiles ont été trouvés dans une posture et dans un lieu qui démontrent que ces hominidés inhumaient leurs morts. C'est le début des croyances.
  • Le projet Génome de Néandertal C'était un projet visant à séquencer le génome de l'homme de Néandertal, annoncé conjointement en juillet 2006 par l' Institut Max- Planck d'anthropologie évolutionniste de Leipzig en Allemagne et 454 Life Sciences des États-Unis. Avec environ 3,2 milliards de paires de base le génome de l'Neandertal a une taille a peu près identique à celle du génome de l'homme moderne. D'après des résultats préliminaires datant de 2009, les deux génomes sont identiques à près de 99,5 % – par comparaison, les génomes de l'homme et du chimpanzé sont identiques à 95 % « La première comparaison de nos deux génomes montre que, contrairement à ce que pensaient de nombreux chercheurs, des Néandertaliens et des hommes modernes se sont mélangés par le passé. Certains d'entre nous portent donc, dans leurs gènes, un peu de Neandertal… » Ces quelques mots ont été prononcés le 7 mai dernier par Svante Pääbo, directeur du laboratoire de génétique évolutive de l'Institut Max-Planck à Leipzig (Allemagne)
  • Lié par des lettres a) Homo habilis Invente le biface symétrique b) Homo ergaster Est le premier hominidé à migrer hors d'Afrique. c) Homo erectus Utilisait éléments de parure. d) Homo antecessor Possède certaine habileté à fabriquer des outils. e) Homo neanderthalensis Pratiquait le cannibalisme.