• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
PUIGGROS, O. La gouvernance territoriale genrée un enjeu du développement durable pour les régions rurales
 

PUIGGROS, O. La gouvernance territoriale genrée un enjeu du développement durable pour les régions rurales

on

  • 1,649 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,649
Views on SlideShare
1,007
Embed Views
642

Actions

Likes
0
Downloads
19
Comments
0

2 Embeds 642

http://www.labmit.org 641
http://webcache.googleusercontent.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    PUIGGROS, O. La gouvernance territoriale genrée un enjeu du développement durable pour les régions rurales PUIGGROS, O. La gouvernance territoriale genrée un enjeu du développement durable pour les régions rurales Presentation Transcript

    • LA GOUVERNANCE GENRÉE: UN ENJEU DU DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LES TERRITOIRES
      Par Otilia del Carmen Puiggros, doctorante UQO.
      Communication préparée pour:
      Première conférence intercontinentale en Intelligence territoriale.
      Gatineau 12-14 octobre 2011.
    • Milieux de vie structurants, épanouissants, respectueux des populations et de l’environnement.
      Rapport Brundtland: un développement qui a la capacité de répondre aux besoins des générations présentes sans compromettre celles des générations à venir.
      Le développement des territoires n’est pas neutre: il reflète les populations, leur histoire, leurs ressources naturelles.
      Les populations: des femmes et des hommes, des acteurs et des actrices du développement.
      Le développement territorial durable
      • La sécurité alimentaire, la dégradation des ressources naturelles, l’épuisement des ressources non renouvelables, la pauvreté…
      • Affectant de manière différente les femmes et les hommes
      • Rôle à jouer par l’Ingénierie territoriale afin de contribuer à la création de territoires à visage des femmes et des hommes qui les habitent.
      Des enjeux multiples….
    • Mode historique de fonctionnement des institutions qui agissent sur les territoires n’est plus viable – modèle patriarcal et excluant.
      Les Femmes sont AU CŒUR DE TOUS LES ENJEUX qui touchent le Développement durable.
      Kofi Annan (2006): « Il est juste et nécessaire que les femmes prennent part aux instances de prise de décisions dans tous les domaines, à forces égales et en nombre égal ».
      Plusieurs questions en amont: quelles actions pour quel territoire ?
      DEVELOPPEMENT DURABLE = CHANGEMENT DE PARADIGME = STATUS QUO PAS POSSIBLE
      • Territoires: lieu où se déroulent les actions de développement; lieu fédérateur des interactions entre les femmes et les hommes, lieu des histoires collectives; affecté par les politiques publiques nationales, régionales locales
      • Des impacts différents sur les femmes et les hommes créant des discriminations systémiques –analyse différentiée par sexe ou analyse de genre. Outil essentiel du développement territorial durable.
      • Gouvernance: sens différents selon les contextes. Différents niveaux de gouvernance. Participation a la prise de décisions affectant nos vies. Importance d’être dans les lieux de prise de décision. Traditionnellement, lieu d’investissement des hommes – profond ancrage des inégalités. Femmes considéréesavec compétences différentes + politiques des soins.
      Les territoires et la gouvernance
    • ELLE BOUSCULE LE STATUS QUO, SUPPOSE DE SORTIR DE L’HEMONIE DU MASCULIN, QUESTIONNE LES POLITIQUES PUBLIQUES. NOUVELLE REPARTITION DU POUVOIR
      LA GOUVERNANCE GENRÉE = DEFI DE TAILLE
      • Déclaration des droits de l’homme – 1948
      • Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels – 1976
      • La Convention sur l’élimination de toutesles formes de discriminations à l’égard des femmes, 1979
      • La Plate-forme de Pékin – 1995
      • La Déclaration universelle sur la démocratie – UIP, 1997
      • Les Objectifs du millénaire, 2000
      • RESPECTER LES DROITS DES FEMMES FAIT APPEL À LEUR CONDITION DE CITOYENNES ET NON DE MINORITÉS, DE PAUVRES OU DE POPULATIONS MARGINALISÉES.
      • Passer du politiquement correct au juridiquement correct.
      GOUVERNANCE GENRÉE = RESPECT DES INSTRUMENTS DE DROITS HUMAINS
    • CONCEPTS APPARENTÉS, MAIS DIFFÉRENTS
      • Gouvernance politique: en 2011: 10 femmes Présidentes et 9 Premières ministres/192 chefs d’État; 19% des parlementaires sont des femmes; les femmes sont aussi absentes dans les paliers du gouvernement local ou régional. Au rythme actuel, la parité dans les pays en développement est prévisible pour 2045.
      • Gouvernance économique: 70% des 1,5 milliardvivant avec moins de 1$ sont des femmes; le travail à temps partiel et la précarité touchent davantage les femmes; productrices de plus du 50% des aliments, elles sont propriétaires de 2% des terres; en moyenne, la retraite des femmes est 50%/hommes.
      • Gouvernance et éducation: 2/3 des analphabètes sont des femmes (2006); 60% des enfants non scolarisés sont des filles; au niveau universitaire mondial 1/10 professeurs est une femme.
      INÉGALITÉS DE GENRE – QUELS SONT LES DÉFIS
      • Gouvernance et santé: Le fait d’appartenir à un ou autre sexe a des effets sur la santé comme conséquence des contraintes de genre. Les femmes ont moins de contrôle face au VIH/Sida, elles sont plus vulnérables à certaines maladies (régions géographiques): pneumopathie obstructive, problèmes de dos. Souvent, les femmes immigrées voient leur accès aux soins de santé contrôlé par leurs maris.
      • La grande majorité du personnel travaillant dans les services et soins de santé sont des femmes, elles se retrouvent dans des positions de subordonnées, alors que les hommes continuent d'occuper des postes de direction, ce qui n'est pas sans influencer les conditions de vie et de travail.
      • L’ingénierie territoriale peut encourager la gouvernance genrée en assignant des ressources qui répondent aux besoins reflétés dans l’analyse de genre afin que les femmes bénéficient de manière égalitaire des opportunités et des bénéfices (accès aux services; nombre de services, type de service; accès aux postes de décision).
      INÉGALITÉS DE GENRE – QUELS SONT LES DÉFIS
    • Selon des données de l’Institut canadien de recherches sur les femmes (2006):
      • Les femmes sont majoritaires à vivre dans la pauvreté: une Canadienne sur trois comparativement à un Canadien sur quatre.
      • Taux de pauvreté des femmes âgées = 19% ; hommes: 9%;
      • Revenu annuel moyen femmes autochtones: 13 300 $ comparativement à 18 200 pour les hommes;
      • Les femmes avec un handicap physique reçoivent approximativement 55% du revenu d’homme avec le même handicap, et dans le même groupe d’âge.
      • Le salaire des femmes représente 75% de celui des hommes;
      • 70% des personnes travaillant à temps partiel sont des femmes.
      LES INEGALITÉS DE GENRE AU CANADA
      • Gouvernance politique: Le maire et le maire suppléant sont des hommes; le Conseil municipal compte 19 membres, 5 sont des femmes; le Comité exécutif est composé de 5, 4 hommes et 1 femme (Villede Gatineau).
      • Inégalités économiques de genre : le revenu des femmes représente 79% de celui des hommes; le revenu moyen des personnes seules (2002): hommes 32 872- femmes 18 638$.
      La grande pauvreté affecte surtout les familles monoparentales dont 8/10 sont dirigées par une femme.
      • Dans le domaine de l’éducation: plus de femmes que d’hommes ont obtenu un diplôme secondaire( 12% vs 8%); cependant,8% des hommes détiennent un diplôme universitaire contre 3% des femmes.
      • Partage des tâches domestiques: femmes 30 heures/semaine vs 6.7% heures les hommes
      L’Outaouais, une région égalitaire ?
      • D’une part, le revenu des femmes est inférieur à celui des hommes et d’autre part, le travail des femmes, qui se fait souvent en dehors du marché du travail, n’est pas reconnu à sa juste valeur. (Collectif régional de l’Outaouais pour un Québec sans pauvreté).
      • Pour des territoires où il fait bon vivre, tant pour les hommes comme pour les femmes, il faut redresser les inégalités….IL FAUT AGIR !
      Des discriminations systémiques
      • Connaissant les inégalités et quels sont les facteurs menant à une plus grande égalité, l’aménagement territorial peut travailler dans des projets structurants tant pour les hommes que pour les femmes.
      • Cela suppose sortir du neutre masculin et mettre en ouvre des politiques publiques basées sur des diagnostiques et des analyses de genre, c’est-à-dire sur l’impact différentié des actions et la mise en place de mesures afin de corriger les inégalités.
      • Il faut se questionner sur les structures, les institutions et les rapports sociaux qui sont à la base des inégalités et maintiennent les femmes loin des lieux de prise de décision.
      • METTRE LES LUNETTES DE GENRE N’EST JAMAIS NEUTRE (Annie Labourie, 2004).
      L’ingénierie territoriale comme instrument de la gouvernance territoriale genrée
      • Quelles places occupent les femmes versus les hommes dans les politiques économiques et sociales?
      • Quelles sont les ressources (financières, matérielles, de formation) dont disposent les femmes versus les hommes?
      • Comment et où circule l’information concernant les subventions, les bourses et d’autres possibilités offertes dans la collectivité? Les hommes et les femmes ont le même accès à cette information?
      • Dans quels espaces s’investissent plus les hommes et pourquoi? Dans quels espaces les femmes sont absentes, et pourquoi.
      Des questions nécessaires…
    • Des dimensions d’analyse avec des ‘lunettes de genre’:
      • Profil démographique du territoire;
      • Portrait socioéconomique;
      • Portrait politique;
      • Situation environnementale et sanitaire;
      • Analyse des services sociaux et de santé;
      • Accès et portrait de la situation de l’éducation;
      • Perception des femmes et des hommes sur leur bien-être général.
      Un processus d’analyse suggéré…
    • Dans les territoires à gouvernance genrée, les femmes et les hommes sont les actrices et les acteurs du développement inclusif, durable et égalitaire.
    • Annan, Kofi : Journée internationale de la femme, 8 mars 2006. Message du secrétaire général des Nations Unies.
      Banque mondiale. 2003. Genre et développement économique. Vers l’égalité des sexes dans les droits, les ressources et la participation. Montréal (Québec), Éditions Saint-Martin.
      Collectif régional de l’Outaouais pour un Québec sans pauvreté. Rapport de consultation parallèle (octobre-décembre 2009), p. 2.
      FAO. 2003. Genre : Clé pour le développement et la sécurité alimentaire.
      ICREF (Institut canadien de recherches sur les femmes). 2006. Les femmes et la pauvreté – 3è édition.
      Labourie-Racapé, Annie. 2004. Genre et territoire: quelles questions?. Espace populations sociétés. Numéro 2204/1.
      OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Inégalités entre les sexes et VIH/Sida. En ligne : http://www.who.int/gender/hiv_aids/fr/ Consulté le 26 août 2011.
      ONU (Organisation des Nations Unies). 2010. Rapport Statistique mondial sur les femmes.
      ONU (Organisation des Nations Unies). Statistics Division. 2010. World’s Women Trends 2010: Trends and Statistics.
      OIT (Organisation Internationale du Travail). 2010. Nouvelles de l’OIT sur l’égalité : Numéro 17, décembre 2010.
      Régie régionale de la Santé et des Services sociaux de l’Outaouais. Direction de Santé publique. 2002. Portrait de la pauvreté en Outaouais.
      UNESCO. 2010. International Éducation Statistics
      Ville de Gatineau. En ligne : http://www.gatineau.ca/page.asp?p=la_ville/conseil_municipal
      Bibliographie partielle