Gatineau 2011 dumas l’Intelligence territoriale dans le champ des sciences de l’information et de la communication
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Gatineau 2011 dumas l’Intelligence territoriale dans le champ des sciences de l’information et de la communication

  • 1,723 views
Uploaded on

l’Intelligence territoriale dans le champ des sciences de l’information et de...

l’Intelligence territoriale dans le champ des sciences de l’information et de
la communication

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
1,723
On Slideshare
1,230
From Embeds
493
Number of Embeds
3

Actions

Shares
Downloads
21
Comments
0
Likes
1

Embeds 493

http://www.labmit.org 470
http://www.scoop.it 22
http://translate.googleusercontent.com 1

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. L’Intelligence territoriale dans le champ des sciences de l’information et de la communication
    Philippe Dumas
    Université du Sud, Toulon, France
  • 2. « Intelligence Territoriale » ?
    Qu’entend-on
    par « intelligence »,
    par « territoriale »,
    par l’association même de ces deux mots  ?
    Déplacer ces questions vers…
    12/10/11
    Philippe Dumas
    2
  • 3. Les questions…
    Pourquoi certains territoires sont-ils plus riches que d’autres ?
    Pourquoi certains territoires sont-ils plus créatifs 
    Pourquoi les gens sont-ils plus heureux dans certains lieux ? Et les questions symétriques,
    Pourquoi certains territoires « ne s’en sortent pas » ?
    Y a-t-il une recette pour la réussite territoriale ?
    Et finalement : Qu’est un territoire ?
    12/10/11
    Philippe Dumas
    3
  • 4. Laquelle choisissez-vous?
    Où est la marque de l’intelligence?
    Comment ces territoires se sont-ils constitués?
    12/10/11
    Philippe Dumas
    4
  • 5. Plan
    Positionnement épistémologique des Sciences de l’Information – Communication (Sic) dans l’ensemble des sciences humaines ;
    Déconstruction - démonstration de deux cas reconnus de développement territorial fondée sur une vision Sic ;
    Proposition méthodologique de principes de mise en œuvre d’une approche par l’intelligence territoriale.
    12/10/11
    5
    Philippe Dumas
  • 6. Sic et problématique It
    12/10/11
    Philippe Dumas
    6
  • 7. Pluralité des visions sur l’It
    Disciplines scientifiques évidentes: la géographie, l’anthropologie, l’histoire, l’économie, la sociologie, la politique, etc.
    Les sciences de l’information – communication interviennent plus tardivement dans la prise de conscience des enjeux du territoire
    Création récente de la discipline Sic d’une part,
    Prise de conscience des limites auxquelles arrivent tous les spécialistes de chaque discipline dans la mise en œuvre de leurs modèles théoriques.
    12/10/11
    Philippe Dumas
    7
  • 8. Information & Communication
    Un horizon épistémologique
    Encore une originalité française … latine
    12/10/11
    Philippe Dumas
    8
  • 9. Anglophone
    Information
    Information science,
    Library Science,
    Documentation,
    Public Relations,
    des parties de computer and cognitive sciences
    Etc. 
    Communication
    Communication Science,
    Media studies,
    Cultural studies,
    Genderstudies,
    Semiotics,
    Etc.
    12/10/11
    Philippe Dumas
    9
  • 10. Francophone
    Sciences de l’information ET de la Communication (1974)
    Documentation et Information scientifique (Jean Meyriat)
    Journalisme et Vie politique (Robert Escarpit)
    Sémiologie et Médias (Roland Barthes)
    Evolution vers Information - Communication
    12/10/11
    Philippe Dumas
    10
  • 11. L’exception française en question
    inconvénients
    Difficulté de communication avec la sphère anglo-saxonne, donc mondiale
    Un certain isolement de la recherche et de la pensée francophones
    Avantages
    Meilleure compréhension et théorisation des phénomènes par des experts et des chercheurs qui embrassent le large spectre du champ
    12/10/11
    Philippe Dumas
    11
  • 12. Constitution des Sic
    Corpus de concepts et de théories empruntés aux champs connexes et mis en cohérence, plus un certain nombre de notions spécifiques surtout dans les champs des médias, médiations, exploitation de l’information.
    Méthodes et outils communs aux sciences humaines et sociales élargies aux lettres et aux arts.
     Survol des paradigmes et considérations méthodologiques
    12/10/11
    Philippe Dumas
    12
  • 13. Les fondements
    Pour une part, les théories mécanistes et utilitaristes du comportement héritées du XIX° siècle positiviste, principalement dans les théories de l’information
    Pour une autre part, les apports de la sociologie, de la psychologie, de la médecine, de l’esprit critique dans la systémique des communications(Mucchielli, 2006)
    Les deux courants étant coiffés par une considération pour les signes et les langages
    Réhabilitation de la Recherche - Action
    13/10/11
    Philippe Dumas
    13
  • 14. Dans l’application des Sic à l’It…
    Le principe systémique
    L’approche limitée du cerveau humain qui contraint tout raisonnement à un cadrage (rationalité limitée)
    Le principe de la causalité circulaire (par opposition à la linéaire) qui veut que les systèmes vivants se reforment continuellement, tout en restant eux-mêmes selon le principe homéostatique
    La présence d’un feed-back qui crée des relations dialectiques (avec un va-et-vient) 
    13/10/11
    Philippe Dumas
    14
  • 15. Dans l’application des Sic à l’It…
    Le principe de la qualité de la relation qui influe sur celle de la communication dans un phénomène dit « phatique » 
    La notion d’espace public qui met en communication ouverte une communauté
    La multidimension de la communication fondée sur une infinité de signes et/ou signaux, ainsi que la nature contingente –i.e. liée au contexte- de l’information
    Les notions de médiation et de médiatisation qui prennent un relief particulier avec l’irruption des techniques, du cyberespace et de la virtualité.
    13/10/11
    Philippe Dumas
    15
  • 16. Les Sic et la méthode
    Des emprunts aux sciences de la nature aux sciences sociales
    Quantitative, qualitative et hybride
    Tout emprunt est justifié sous double contrainte :
    qu’il soit finalisé et
    qu’il soit précisément explicité (dans un protocole détaillé et vérifiable)
    Exemples: techniques d’enquêtes, analyses de textes, dénombrements divers, analyses sémiotiques, etc.
    13/10/11
    Philippe Dumas
    16
  • 17. Deux méthodes dominantes
    L’observation participante: méthode précise et bien documentée qui vise à connaître le fonctionnement d’un territoire de l’intérieur, en s’immergeant dedans.
    La méthode médiologique: ensemble des techniques de recherche de traces.
    Julien Angelini, (2010): « elle est basée sur l’observation et l’investigation, sur l’étonnement et même peut-être sur une forme de naïveté »
    Régis Debray (1991): « un bon médiologue est un chien. Il met son orgueil à regarder par terre, à renifler dans les coins. »
    13/10/11
    Philippe Dumas
    17
  • 18. Deux cas d’It vue par les Sic
    1- Un projet contesté
    2- Une micro représentativité
    12/10/11
    Philippe Dumas
    18
  • 19. Le terrain et les hypothèses
    L’extension portuaire de la Ville de Bastia
    La loi relative à la démocratie de proximité de (27 février 2002) et le débat public
    Un statu quo impossible
    Peut-on passer d’une atomisation des intelligences individuelles à l’émergence d’une intelligence collective, pour fonder la gouvernance du territoire ?
    • Point de départ de la recherche
    • 20. Le terrain et les hypothèses
    • 21. Méthodologie et corpus
    • 22. Apports et limites de la recherche
    • 23. Perspectives de recherche
    samedi 11 décembre 2010 - Soutenance de thèse
    Julien Angelini
    19/13
  • 24. Le terrain et les hypothèses
    Les hypothèses :
    Le débat public constitue le point de formalisation du système territorial.
    La ressource informationnelle territoriale se matérialise dans l’espace public à travers les processus d’information et de communication engagés par les acteurs du système territorial.
    La ressource informationnelle territoriale est à la disposition de la population.
    • Point de départ de la recherche
    • 25. Le terrain et les hypothèses
    • 26. Méthodologie et corpus
    • 27. Apports et limites de la recherche
    • 28. Perspectives de recherche
    samedi 11 décembre 2010 - Soutenance de thèse
    Julien Angelini
    20/13
  • 29. Méthodologie et corpus
    Le point d’articulation du corpus :
    L’ensemble des documents ayant été publiés en vue du débat public.
    L’observation participante
    Les « traces » des différentes communications :
    Veille médiatique
    Veille web
    Entretiens individuels
    Les autres supports
    • Point de départ de la recherche
    • 30. Le terrain et les hypothèses
    • 31. Méthodologie et corpus
    • 32. Apports et limites de la recherche
    • 33. Perspectives de recherche
    samedi 11 décembre 2010 - Soutenance de thèse
    Julien Angelini
    21/13
  • 34. Résultats
    Première hypothèse de la territorialité = validée.
    En effet, il est manifeste que les parties prenantes du débat ont abondamment échangé de l’information dans un système identifié et délimité.
    Secondehypothèse du crédit à l’information = validée.
    L’information reçue est créditée dans la mesure où les réponses constantes et réciproques sont la preuve de la réception et de la relance de l’échange dans une logique circulaire de feed-back.
    Troisième hypothèse du réseautage = nuancée.
    Les visions sont toujours très opposées et les instances de formulation partagée du projet territorial sont inexistantes, sauf entre acteurs du même bord. Cependant relance du débat
    13/10/11
    Philippe Dumas
    22
  • 35. Un tramway nommé…
    Désir et non-désir
    Bordeaux 1990-2000 : un chantier qui fait souffrir
    Citoyens introvertis  consommateurs passifs
    Elus perplexes
    2006: mise en place de comités d’usagers pour prendre en charge « la gestion de la différence entre les enjeux du maître d’ouvrage (l’élu), du maître d’oeuvre (les services techniques) et du maître d’usage (le citoyen, riverain) »
    Jean-Philippe Gardère
    13/10/11
    Philippe Dumas
    23
  • 36. Une démarche It
    Micro-représentativité, au niveau de la rue
    Observation participante
    « Parler de micro-représentativité, c’est prendre en considération le caractère opératoire et organisationnel du pilotage d’un projet urbain où la communication et la concertation jouent un rôle déterminant. »
    13/10/11
    Philippe Dumas
    24
  • 37. Cohabitation d’espaces informationnels
    L’information portée par la Ville qui est un facteur d’influence sur les représentations et les formes d’appropriation des projets par les riverains ;
    L’information média, celle de la Ville. Elle est relatée par les politiques, relayée par le service communication de la Ville et diffusée sur divers supports médiatiques ;
    L’information qui résulte d’une lecture individuelle de la Ville. Il s’agit de celle du citoyen qui circule au gré des parcours de vie dans la Ville et se complètent des deux précédentes natures d’informations.
    13/10/11
    Philippe Dumas
    25
  • 38. Résultats
    Le concept de micro-représentativité = viable,
    Favorise la circulation et l’échange d’information et va à la rencontre du « bottom-up » et du « top-down »
    Mais il n’est ni évident ni, surtout, permanent. Il est particulièrement confronté à la prépondérance des intérêts particuliers, comme dans le syndrome du Nimby, ou au refus de la concertation locale assimilée à une manipulation, quand ce n’est pas l’existence d’une micro-identité locale qui est perçue comme étant en danger.
    13/10/11
    Philippe Dumas
    26
  • 39. Éléments pour une méthode d’approche intelligente du territoire
    Pour une théorie info-communicationnelle de l’intelligence territoriale?
    12/10/11
    Philippe Dumas
    27
  • 40. Fonctions: Les facteurs qui font qu’une approche du territoire  est intelligente
    Comprendre
    Connaître
    Se connaître
    Échanger
    Protéger
    Partager
    Agir
    13/10/11
    Philippe Dumas
    28
  • 41. Un label pour démarche It
    La confiance et la prédictibilité des comportements
    L’importance de plusieurs temporalités
    La disponibilité à la réception de l’information
    La perception de l’environnement
    L’inclusion dans le développement durable
    La reconnaissance de la culture
    La participation citoyenne (parties prenantes, démocratie représentative vs. directe)
    12/10/11
    29
    Philippe Dumas
  • 42. Vision multidimensionnelle
    De l’individu : physique, rationnel, désirant, émotionnel, chargé d’affects
    Du territoire : physique, politique, administratif, rêvé, désiré, possible
    Des relations : conflictuelles, intéressées, myopes, mais aussi, empathiques
    12/10/11
    Philippe Dumas
    30
  • 43. Les dialectiques en œuvre
    Global  local
    Collectif  individuel
    Macro  micro
    Long-terme  court-terme
    Innovation  conservation
    Top-down  bottom-up (descendante <> ascendante)
    12/10/11
    Philippe Dumas
    31
  • 44. Ph. Dumas
    IX Forum Rcmfm - 16-17 nov 07
    32
    L’intelligence du haut, du bas
    Intelligence stratégique
    Intelligence territoriale
    Démocratie participative
  • 45. Conclusion :It= Une utopie?
    Un processus
    12/10/11
    Philippe Dumas
    33
  • 46. L’utopie…
    « L’utopie est à l’horizon ! Je m’en approche de deux pas, elle s’éloigne de deux pas. Je fais dix pas de plus, et l’horizon s’éloigne de dix pas. Peu importe combien de temps je marche, je ne m’y rendrai jamais. Alors, à quoi peut-elle bien servir, l’utopie ? Eh bien, elle sert à cela : À marcher ».
    Galéano, 1993
    12/10/11
    Philippe Dumas
    34
  • 47. Et la pratique ….
    “First they ignore you,
    then they laugh at you,
    then they fight you,
    then you win”
    Gandhi
    12/10/11
    Philippe Dumas
    35
  • 48. Merci
    Philippe.Dumas@univ-tln.fr
    13/10/11
    Philippe Dumas
    36
  • 49. Ph. Dumas
    IX Forum Rcmfm - 16-17 nov 07
    37
    Un principe dont on ne parle plus…
    La subsidiarité
    Une condition de la démocratie participative
    Une reconnaissance des régions
    Un concept de l’intelligence territoriale
  • 50. Système d'information territoriale
    Plan d'action stratégique territoriale
    SIG, Intranet territorial, Outils collaboratifs, Gestionnaire de, projets, Sites Web
    Points forts et points faibles, Analyse des avantages comparatifs, Antagonisme des organisations, Collaboration avec acteurs en place, Objectifs qualitatifs et quantitatifs
    Veille Thématique « endogène »
    Système de veille thématique
    Déclinaison des axes stratégiques en plan de veille, Thèmes de veille sectoriels endogènes et exogènes, Détermination des destinataires
    Processus d'intelligence territoriale" PIT "
    Développement territorial
    Marketing territorial
    Veille Thématique « endogène »
    Développement et adaptation d’une offre territoriale, Organisation législative, Fiscalité, Système de formation-éducation, Infrastructures et Réseaux
    Actions de communication, Opérations collectives, Promotion territoriale, Prospection de projet
    Source : Zeknowledge.com (13 mars 2007)
    Un modèle fonctionnel d’IT
  • 51. 13/10/11
    Philippe Dumas
    39
    http://www.mediologie.org/
    Élucider les mystères et paradoxes de la transmission culturelle - tel est le but de la médiologie.
    On s'efforce de comprendre comment une rupture dans nos méthodes de transmission et de transport suscite une mutation dans les mentalités et les comportements et, à l'inverse, comment une tradition culturelle suscite, assimile ou modifie une innovation technique.
    Le regard, plus généralement, porte sur les interactions technique/culture, au carrefour des formes dites supérieures de la vie sociale (religion, art, politique) et des aspects les plus humbles de la vie matérielle (usuels, banals, triviaux).
    La médiologie n'est pas une doctrine, ni une morale. Encore moins une «nouvelle science». C'est avant tout une méthode d'analyse, pour comprendre le transfert dans la durée d'une information (transmission). Non un domaine spécial de connaissance (comme l'est la sociologie des médias) mais, plus largement, un mode original de connaissance, consistant à rapporter un phénomène historique aux médiations, institutionnelles et pratiques, qui l'ont rendu possible. On se conduit en médiologue chaque fois qu'on tire au jour les corrélations unissant un corpus symbolique (une religion, une doctrine, un genre artistique, une discipline, etc.), une forme d'organisation collective (une église, un parti, une école, une académie) et un système technique de communication (saisie, archivage et circulation des traces). Ou, plus simplement, quand on met en ligne un dire, la façon de le dire et qui tient à le redire.
    Nombreux et multinationaux sont les défricheurs et précurseurs du champ médiologique entendu comme l'exploration du monde symbolique par le biais logistique : Victor Hugo («ceci tuera cela»), Walter Benjamin, Valéry, McLuhan, Walter Ong, etc. La médiologie s'efforce de donner cohérence, intelligibilité et prolongements aux intuitions des grands pionniers, pour contribuer à ce qui pourrait un jour ressembler à une écologie de la culture.
  • 52. Bibliographie
    Angelini, J. (2010). De la complexité de l’intégration des acteurs dans le développement local : approche par l’intelligence territoriale. Le cas du projet d’extension portuaire de Bastia. Corse.
    Boure, R. (2002). Les origines des sciences de l’information et de la communication: regards croisés. Presses Univ. Septentrion.
    Debray, R. (1991). Cours de médiologie générale. Gallimard.
    Eid, C. (2010). Le numérique et l’interculturell: vers des usages émergeant dans la pratique d’apprentissage/enseignement des langues au Liban. Valenciennes.
    Enti. (2008). European Network for Territorial Intelligence. Consulté de http://www.intelligence-territoriale.eu/index.php/fre/
    Gallezot, G., Boutin, E., & Dumas, P. (2006). Les Sciences de l’Information ET de la Communication : une problématique du « et ». XVe Congrés SFSIC, Bordeaux, Mai 2006. SFSIC. Consulté de http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00076753/en/
    Gardère, J.-P. (2006). Démocratie participative et communication de proximité en aménagment urbain. Bordeaux 3.
    Mendès-France, P. (1976). L’homme d’Etat et le pouvoir. La vérité guidait leur pas, Témoins. Paris: Gallimard, Coll. Témoins.
    Morin, E. (2005). Introduction à la pensée complexe ([Nouv. éd.].). Seuil.
    Mucchielli, A. (2006). Les sciences de l’information et de la communication (4e éd.). Hachette Supérieur.
    Paillart, I., & Romeyer, H. (2010). Les débats publics autour des questions de sciences et de techniques et leur dimension communicationnelle. Les enjeux de l’information et de la communication. Consulté de http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2009-dossier/PailliartRomeyer/index.php
    13/10/11
    Philippe Dumas
    40