Investisseurs et Partenaires - vers une nouvelle economie africaine

2,371 views

Published on

Une croissance economique soutenue en Afrique Sub-Saharienne qui reste à pérenniser mais une croissance qui séduit et favorise le développement du Capital‐Investissement et qui stimule le développement des entreprises africaines

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
2,371
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
104
Actions
Shares
0
Downloads
119
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Investisseurs et Partenaires - vers une nouvelle economie africaine

  1. 1. VERS UNE NOUVELLE ÉCONOMIE AFRICAINE Novembre 2012
  2. 2. SOMMAIRE Partie 1Une croissance économique soutenue en Afrique subsaharienne (AfSS) Partie 2 … Qui reste à pérenniser Partie 3 Mais une croissance qui séduit et favorise le développement  du Capital‐Investissement  Partie 4 Et qui stimule le développement des entreprises africaines NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 2
  3. 3. 1UNE CROISSANCE ÉCONOMIQUE SOUTENUE  EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE (AfSS) NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 3
  4. 4. LA CROISSANCE S’INSTALLE DURABLEMENT Le PIB réel des pays d’Afrique subsaharienne (AfSS) a augmenté en moyenne de  3,4% par an entre 1990 et 2010, passant de 273 à 573 milliards USD. • La croissance africaine se caractérise par de bons indicateurs macroéconomiques o Inflation en diminution : de 15% en 2000 à 8,1% en 2011 o maitrise de la dette extérieure : de 63% du PIB en 2000 à 22,2% en 2012• Et se fonde sur plusieurs phénomènes structurels, démographiques et  géographiques : 1. la croissance des exportations 2. l’amélioration des termes de l’échange, 3. une demande intérieure soutenue o une consommation finale en progression  o une croissance des investissements publics et privés 4. une croissance démographique importante et une urbanisation croissante 5. des transferts de migrants significatifs et constants NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 4
  5. 5. 1. LA CROISSANCE DES EXPORTATIONS + 117% entre 2000 et 2010.  Elles représentent 33% du PIB en 2011, contre 26% en 1990. 250 40% 35% 200 30% Indice Base 100 en 2000 150 25% 20% Exportations de biens et services (% du PIB) 100 15% Indice du volume des exportations 10% (2000=100) 50 5% 0 0% 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Sources : World Bank Indicators, CNUCED NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 5
  6. 6. 2. L’AMÉLIORATION DES TERMES DE L’ÉCHANGE  + 60% entre 2000 et 2010 Evolution des termes de léchange en AfSS 170 160 150 Indice base 100 en 2000 140 130 120 110 100 90 80 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Source : CNUCED 2011 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 6
  7. 7. … SOURCE D’UNE ENTRÉE PLUS IMPORTANTE DE DEVISES Entre 2004 et 2012, les réserves de change des pays d’Afrique subsaharienne  ont augmenté de 60%.  Réserves de change des  pays dAfrique subsaharienne 8 Mois dimportation de biens et services 6 4 2 0 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Source : World Economic outlook avril 2012 (IMF) NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 7
  8. 8. 3. L’AUGMENTATION DE LA CONSOMMATION FINALE DES MÉNAGES + 4,4% en moyenne par an entre 2000 et 2010 Dépenses de consommation finale en Afrique subsaharienne 450 400 En milliards USD constants 350 300 250 200 150 100 50 0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Source : Africa Development Indicators, 2011 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 8
  9. 9. … ET DES INVESTISSEMENTS PUBLICS ET PRIVÉS RENFORCENT LA DEMANDE INTÉRIEURE. +109% en 10 ans Investissements publics et privés 140 15% En Milliards USD constants 15% 120 14% 100 14% 13% 80 13% FBCF du secteur public et privé 60 12% FBCF du secteur privé, en % du PIB 40 12% 11% 20 11% 0 10% 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Source : World Bank Indicators, 2012 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 9
  10. 10. 4. LES TRANSFERTS DE MIGRANTSSource importante de revenu pour les ménages locaux, ils s’élevaient à 21,6 milliards  USD en 2010, soit près de la moitié des flux d’aide publique au développement. Envois de fonds des migrants en direction des pays dAfrique subsaharienne 25 3% Milliards USD 3% 20 2% 15 2% En USD courants 10 1% En % du PIB 5 1% 0 0% 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Source : UNCTAD 2011 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 10
  11. 11. UNE CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE IMPORTANTE, SURTOUT DANS LES VILLES, QUI SE TRADUIT PAR UNE AUGMENTATION DU TAUX D’ACTIVITÉ  +71% ces 20 dernières années  Urbanisation : 36% en 2011 contre 28% en 1990 1000 70,8% Millions 900 70,6% 800 700 70,4% 600 70,2% 500 Population totale 70,0% 400 Population urbaine 300 69,8% Taux dactivité 200 69,6% 100 0 69,4% 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Source : World Bank Indicators NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 11
  12. 12. 2UNE CROISSANCE A PERENNISER NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 12
  13. 13. LA CROISSANCE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE DEMEURE HÉTÉROGÈNE, FRAGILE ET INSUFFISANTE• Une croissance hétérogène : les 48 pays d’Afrique subsaharienne ne font pas face  aux mêmes problématiques de développement.  o la différence de PIB entre les pays à revenu intermédiaire et les Etats fragiles a doublé en 20 ans.• Une croissance fragile : la prépondérance des exportations de matières premières  fragilise les économies peu diversifiées en les exposant à la volatilité des cours  mondiaux. o Hors Afrique du Sud, les pays d’Afrique subsaharienne réalisent au moins 75% de leurs exportations avec  seulement 8 produits. o Dans 6 d’entre eux, un seul type dexportation représente 85% des exportations totales.• Une croissance insuffisante : les écarts de développement avec les autres régions  du monde demeurent significatifs. o En 2011, l’IDH africain demeure inférieur de 52% à l’IDH nord‐américain, contre 56% en 1980. NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 13
  14. 14. 1. UNE CROISSANCE INÉGALEMENT RÉPARTIELe FMI distingue 4 groupes de pays:• Pays pétroliers : Angola, Cameroun, Tchad, Congo, Guinée Equatoriale, Gabon, Nigeria• Pays à revenu intermédiaire : Botswana, Cap Vert, Ghana, Lesotho, Maurice, Namibie,  Sénégal, Seychelles, Afrique du Sud, Swaziland, Zambie• Pays à faible revenu : Bénin, Burkina Faso, Ethiopie, Gambie, Kenya, Madagascar,  Malawi, Mali, Mozambique, Niger, Rwanda, Sierra Leone, Tanzanie, Ouganda• Etats fragiles : Burundi, République centrafricaine, Comores, République Démocratique  du Congo, Côte dIvoire, Erythrée, Guinée, Guinée‐Bissau, Libéria, Togo, Zimbabwe NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 14
  15. 15. EN TÉMOIGNENT LES ÉCARTS ENTRE LES TAUX DE CROISSANCE DE CES GROUPES DE PAYS… > à 10 points de pourcentage, comme entre 2000 et 2005 Taux de croissance du PIB en AfSS 20,0 15,0 10,0 Pays pétroliers Pays à revenu intermédiaire 5,0 Pays à faible revenu Etats Fragiles 0,0 Afrique subsaharienne ‐5,0‐10,0 Source : World Bank Indicators, 2012 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 15
  16. 16. …ET L’ÉVOLUTION DU PIB DEPUIS 20 ANS. De 1990 à 2010, l’écart de PIB entre les pays à revenu intermédiaire et les Etats fragiles a  presque doublé, s’établissant à 201 milliards USD en 2010 contre 104 en 1990. PIB en dollars constants (2000) en AfSS 250 Milliards 200 150 Pays pétroliers 100 Pays à revenu intermédiaire Pays à faible revenu Etats Fragiles 50 0 Source : World Bank Indicators, 2012 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 16
  17. 17. 2. UNE CROISSANCE FRAGILE…• Les exportations des pays d’Afrique subsaharienne sont composées en grande  partie de matières premières non transformées. Cette stratégie présente  d’importants inconvénients. o Syndrome hollandais : sur‐appréciation des taux de change qui handicape l’export des secteurs  manufacturiers o Accaparement des investissements et délaissement d’autres secteurs (plus) productifs o Exposition au retournement des cours internationaux o Faibles effets d’entrainements o Kleptocratie – guerres civiles• De plus, l’Afrique subsaharienne éprouve un besoin très important d’infrastructures.  o Elle a notamment besoin d’accroître de 7 000 Mwatt sa capacité annuelle de production d’électricité o La Banque mondiale évalue les investissements nécessaires à 93 milliards USD par an, dont 40% pour  l’énergie.  NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 17
  18. 18. ...REPOSANT ESSENTIELLEMENT SUR LES  EXPORTATIONS DE MATIÈRES PREMIÈRESPour 3/4 des pays d’AfSS, les 3 premiers produits exportés sont des matières premières,  représentant en moyenne 2/3 des exportations. Diversification des exportations des pays d’AfSS en 2009 100,00% 90 Nombre de produits représentant 75% des exportations 90,00% 80 En part des exportations 80,00% 70 70,00% 60 60,00% 50 50,00% 40 40,00% 30,00% 30 20,00% 20 Part du top 3 des produits exportés dans les 10,00% 10 exportations totales 0,00% 0 Nombre de produits représentant plus de Togo Namibia Lesotho Rwanda Cameroon Madagascar Seychelles Sao Tomé et Principe Djibouti Congo, Dem. Rep. Malawi Mozambique Burundi Gambia, The Mali Cape Verde Cote dIvoire Congo, Rep. Ghana Mauritanie Tanzania Zimbabwe Somalie Chad 75% des exportations Source : Africa Development Indicators – Factoid 2011 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 18
  19. 19. 3. UNE CROISSANCE INÉGALEMENT RÉPARTIE QUI NE S’ACCOMPAGNE PAS TOUJOURS DU DÉVELOPPEMENT• L’Afrique subsaharienne affiche le taux d’extrême pauvreté le plus important de la  planète malgré une diminution de 10 points en 20 ans o Entre 1990 et 2000, la part de la population vivant avec moins de 1,25 USD/jour est passée de 56,5% à  47,5% o Cependant, la croissance démographique fait que le nombre absolu de pauvres a augmenté de 33% sur  cette même période.• Pour qu’elle génère du développement humain, la croissance économique doit être  plus intégrée et redistributive. Des pays, comme la Guinée Equatoriale illustrent que  ce n’est pas toujours le cas. Entre 1990 et 2010:  o le revenu par habitant a été multiplié par 16,  o tandis qu’il demeure le 13ème pays à l’espérance de vie la plus faible au monde (51 ans). NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 19
  20. 20. QUI SE TRADUIT PAR DES INÉGALITÉS IMPORTANTESEn 2010, 6 des pays les plus inégalitaires de la planète étaient en AfSS, particulièrement  en Afrique australe.  Après l’Amérique latine, c’est la deuxième région du monde avec le plus d’inégalités.  Population et distribution du revenu par classes en Afrique 70,0% 60,8% 60,0% 50,0% 40,0% 36,5% Population Revenu 30,0% 24,0% 20,9% 18,8% 20,0% 8,7% 9,9% 10,8% 10,0% 4,7% 4,8% 0,0% Source : AfDB Market Brief (2011) NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 20
  21. 21. ET NE PERMET PAS À L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE DE RÉDUIRE L’ÉCART AVEC LES BIC OU LES PAYS DE L’OCDE L’écart d’espérance de vie s’est accru ces 40 dernières années,  passant de 14,6 ans en 1970 à 19 ans en 2011.  Différence despérance de vie 30 25 Nombre dannées 20 Différence AfSS ‐ OCDE 15 Différence AfSS ‐ Brésil 10 Différence AfSS ‐ Chine Différence AfSS ‐ Inde 5 0 1970 1980 1985 1990 1995 2000 2000 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Source : UNDAES 2011 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 21
  22. 22. UNE CROISSANCE ENCORE INSUFFISANTE L’espérance de vie en AfSS a augmenté de 10 ans depuis 1970 pour s’établir à 54  ans en 2011. Cependant ce chiffre demeure faible au regard de la performance des  autres régions. Espérance de vie à la naissance 85 80 75 Nombre dannées 70 Brésil 65 Chine 60 Inde 55 AfSS 50 OCDE 45 40 1970 1980 1985 1990 1995 2000 2000 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Source : UNDAES 2011 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 22
  23. 23. …POUR LUTTER EFFICACEMENT EN FAVEUR DE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ L’écart de développement entre l’AfSS et les autres régions du monde peine à se  résorber, malgré une augmentation de 25% de l’IDH africain sur les 30 dernières  années. Indice de Développement Humain 10,90,80,70,60,5 Asie0,4 Amérique du Nord0,3 Afrique subsaharienne0,20,1 0 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Source : PNUD 2012 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 23
  24. 24. EN CONCLUSION, LA CROISSANCE AFRICAINE DOIT ÊTRE PLUS INCLUSIVE• L’Afrique dispose de la plus jeune population au monde, et elle croît rapidement o 200 millions d’habitants âgés de 15 à 24 ans en 2011 o 10 millions de nouveaux arrivants sur le marché de l’emploi chaque années o près d’un milliard de demandeurs d’emplois en 2040 • Un chômage de masse conjugué à une population fortement urbaine peut avoir de  graves conséquences en termes politique et social.• Une croissance inclusive, génératrice d’emplois, nécessite le développement du  secteur privé qui est à l’origine de 90% des emplois dans les pays en développement. NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 24
  25. 25. FOCUS SUR LES ZONES D’INTERVENTION D’I&P Catégories Pays dintervention en 2012 Pays exportateurs de pétrole Cameroun Ghana Maurice Pays à revenu intermédiaire Namibie Sénégal Bénin Burkina Faso Madagascar Pays faible revenu Mali Niger Ouganda Comores Congo, Rép. dém. du Pays fragiles Côte dIvoire Mauritanie Togo NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 25
  26. 26. DES TAUX DE CROISSANCE PLUS FAIBLES MAIS AUSSI VOLATILS QUE DANS LE RESTE DE L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE Env. 2,3% de croissance en 2010 Croissance du PIB par habitant 5% 4% 3% 2% I&P AfSS hors I&P 1% 0% 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 ‐1% Source : World Bank Indicators, 2012. NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 26
  27. 27. ET UN NIVEAU DE VIE PAR HABITANT QUASIMENT IDENTIQUE < à 900$ par habitant PIB par habitant 1000 900 800 700 En USD constants 600 500 I&P 400 AfSS hors I&P 300 200 100 0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Source : World Bank Indicators, 2012 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 27
  28. 28. 3UNE CROISSANCE QUI SÉDUIT ET FAVORISE LE  DÉVELOPPEMENT  DU CAPITAL‐INVESTISSEMENT  NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 28
  29. 29. 3 FAITS MAJEURS SONT À NOTER1. Le secteur progresse de façon significative et connaît de belles  perspectives2. La répartition du capital investissement évolue et ses cibles changent3. Les Investissements directs à l’étranger vont croissants NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 29
  30. 30. 1. LE CAPITAL‐INVESTISSEMENT PROGRESSE EN AFRIQUE • Sur la période 2008‐2011, l’Afrique subsaharienne a accueilli en  moyenne 4,4% des fonds levés pour l’ensemble des pays émergents,  représentant 3,1% des investissements (la zone majeure restant l’Asie).• Avec plus de fonds inférieurs à 100 millions de dollars et moins de fonds  supérieurs à 1 milliard de dollars que pour le reste des pays émergents.• Rapportée au PIB, l’activité du capital investissement en AfSS a été  comparable à celle des BRIC en 2008 et 2009 (soit 0,29% et 0,15% du  PIB). NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 30
  31. 31. LA CRISE ÉCONOMIQUE A RALENTI LES FLUX, SANS LES TARIR 1,3 milliard de fonds levés pour 1 milliard investi en capital‐ investissement en 2011 Levée de fonds et investissement en Capital‐Investissement en Afrique subsaharienne 4 000 3 500 3 000 En millions de dollars EU 2 500 2 000 1 500 1 000 500 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Levée de fonds Investissements NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 31
  32. 32. LE SECTEUR CONNAÎT DE BELLES PERSPECTIVES• 67 % des limited partners interrogés jugent l’Afrique attractive en 2011• 50 % prévoient d’effectuer des investissements en Afrique  subsaharienne d’ici 2013.• Un  nombre croissant de très grandes entreprises font figurer le  continent africain parmi leurs premières cibles stratégiques. NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 32
  33. 33. 2. LA RÉPARTITION DU CAPITAL‐INVESTISSEMENT SUR LE CONTINENT ÉVOLUE• L’activité reste concentrée sur une poignée de marchés: Afrique du Sud,  Kenya, Nigeria…• Mais une diversification est à l’œuvre : ces trois pays en 2010 ne  représentaient plus « que » 56% du nombre total d’investissements  (contre 74% et 73% en 2008 et 2009)• Parmi les nouveaux pays d’attraction: Bénin,  Congo, Ghana, Liberia,  Madagascar, Tanzanie... NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 33
  34. 34. LES CIBLES CHANGENTLe secteur bancaire et celui des  Répartition sectorielle des investissements en infrastructures tiennent une place  Afrique subsaharienne (2009 ‐ 2010)prééminente dans l’espace du capital‐investissement.  InfrastructureEn 2010, toutefois, plus de la moitié  Banking & Financial 9% Servicesdes opérations ont été réalisées dans  5% Industrials &des secteurs comme les produits  9% 27% Manufacturingalimentaires la santé et les médias et  Servicestélé‐communications 9% Energy & Natural Resources 18% Media & Telecom 10% 13% Agribusiness Other NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 34
  35. 35. 3. UN DÉVELOPPEMENT SIGNIFICATIF DES INVESTISSEMENTS DIRECTS À L’ÉTRANGER X 5 à destination de l’Afrique subsaharienne depuis 2000,  soit 3 000 milliards USD investis en l’espace de 10 ans. Flux entrants dinvestissements direct à létranger, en Afrique  subsaharienne 60 6 Milliards 50 5 40 4 30 3 En dollars EU courants, taux de change courants 20 2 % de PIB 10 1 0 0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Source : UNCTAD 2011 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 35
  36. 36. EN TÉMOIGNE LE NIVEAU DES INVESTISSEMENTS PRIVÉS DANS LES TÉLÉCOMS X 4 entre 2000 et 2009, s’établissant à 12 milliards USD en 2009. Investissements dans le secteur des télécoms avec une participation privée en Afrique  subsaharienne 14 12 En milliards USD courants 10 8 6 4 2 0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 Source : World Bank Indicators, 2012 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 36
  37. 37. 4 UNE CROISSANCE QUI STIMULE LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES AFRICAINES NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 37
  38. 38. LES PME TIENNENT UN RÔLE PRIMORDIAL DANS LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DE L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE Les PME contribuent à 30% du PIB et à 17% des emplois créés.Les PME bénéficient actuellement d’un assouplissement de multiples obstacles à leur création et leur croissance, grâce à une amélioration du contexte légal et administratif :  1. Réduction des délais d’enregistrement des droits de propriété 2. Diminution des délais d’obtention des licences d’exploitation  3. Diminution des coûts liés à la création d’une entreprise en Afrique subsaharienne NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 38
  39. 39. 1. RÉDUCTION DES DÉLAIS D’ENREGISTREMENT DES DROITS DE PROPRIÉTÉ ‐ 60 jours entre 2004 et 2010 120 110 Nombre de jours‐ Afrique subsaharienne 100 90 80 70 60 50 40 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Source : Doing Business 2011 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 39
  40. 40. 2. DÉLAI D’OBTENTION D’UNE LICENCE D’EXPLOITATION  ‐ 44% entre 2004 et 2010, soit 53 jours en moins 235 Nombre de jours ‐ Afrique subsaharienne 230 225 220 215 210 205 200 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Source : Doing Business 2011 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 40
  41. 41. 3. COÛTS DES PROCÉDURES DE CRÉATION DUNE ENTREPRISE  ‐ 70% entre 2003 et 2011 350% En % du RNB‐ Afrique subsaharienne  300% 250% 200% 150% 100% 50% 0% 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Source : Doing Business 2011 NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 41
  42. 42. Cependant on constate dans les économies en développement une absence  significative de PME formelles : LE MISSING MIDDLE Le phénomène du « missing middle » s’explique en partie par les difficultés d’accès  au financement pour les très petites entreprises. Economies avancées Economies en voie de  DéveloppementNombre dentreprises Nombre dentreprises TPE PME Multinationales TPE PME Multinationales Source : http://www.hks.harvard.edu/centers/cid/programs/entrepreneurial-finance-lab-research-initiative/the-missing-middle NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 42
  43. 43. LE « MISSING MIDDLE » Grandes entreprises Banques locales, (Invest.: >1M€) investisseurs internationaux Il est aujourd’hui difficile d’investir dans  ces PME du fait :  Entreprises de taille moyenne •De l’absence de comptabilité fiable  > Gap de (Invest.: 150K€ à 1000K€) •D’un manque de culture de  financement management •Du coût élevé d’évaluation et de suivi en  comparaison des montants investis Mésofinance Micro‐entreprises Institutions  (Invest.: 100€ à 50K€) de microfinance NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 43
  44. 44. Investisseurs & Partenaires (I&P) entend répondre aux besoins  de financement et d’accompagnement de ces entreprises,  et ainsi contribuer à la croissance et au développement du  continent africain. NOVEMBRE 2012‐ VERS UNE  NOUVELLE ECONOMIE AFRICAINE 44

×