Inria - Connect 3
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Inria - Connect 3

on

  • 3,613 views

Découvrez le troisième numéro de CONNECT, le magasine de la direction du transfert et de l'innovation d'Inria. ...

Découvrez le troisième numéro de CONNECT, le magasine de la direction du transfert et de l'innovation d'Inria.
Au sommaire : la révolution numérique de la communauté médicale, le programme ambition logicielle, Le logiciel libre, vecteur de performance pour les PME, Oseo partenaire de croissance avec le programme ISI

Statistics

Views

Total Views
3,613
Views on SlideShare
2,045
Embed Views
1,568

Actions

Likes
0
Downloads
11
Comments
0

6 Embeds 1,568

http://www.inria.fr 1558
http://www.tma1.inria.support.php.loc 5
http://pinterest.com 2
http://inria.prepro.kaliop.net 1
https://twitter.com 1
http://www.pinterest.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Inria - Connect 3 Document Transcript

  • 1. connect 03 innover avec leS ScienceS numériqueS // novembre 2012 07// focuS la révolution numérique de la communauté médicale03// en bref 05 // décryptage 10 // initiativeSle programme logiciel libre : vecteur oSeo, partenaireambition logicielle de performance pour de croiSSance avecaccompagne leS pme leS pme le programme iSi
  • 2. Sommaire édito 03_en bref tour d’horizon de l’actualité des sciences du numérique. le réSeau, 05_décryptage gage d’efficacité le logiciel libre, un vecteur de performance catherine borg-capra, directrice de l’expertiSe chez oSeo pour les Pme. le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche française vient de se réorganiser en profondeur, avec l’émergence de structures innovantes et de nouveaux appels à projets. L’objectif visé est la mise en place d’un écosystème dynamique permettant l’efficience de la valorisation et du transfert technologique de la recherche publique aux entreprises. Dans cet environnement où se multiplient les acteurs, la clé du succès est le travail en réseau. Il est essentiel, en particulier pour les entreprises, de pouvoir bénéficier de manière efficace des nouveaux dispositifs. Elles ont besoin d’être accompagnées et guidées ; leur parcours doit être sécurisé sur la base d’une vision à la fois technologique et économique, en interaction avec cet écosystème. L’ambition d’OSEO et de l’Institut de recherche Inria, au travers de leur accord de partenariat, est 07 précisément de faire bénéficier les entreprises de leur réseau croisé. OSEO est, depuis de nombreuses années, un acteur central du transfert de technologie, en relation avec tous les _focuS protagonistes de l’écosystème, les Instituts Carnot, les sociétés de recherche sous contrat, les établissements publics la simulation numérique au service de recherche, les organismes de financement et de la médecine du futur. d’accompagnement du transfert de technologie, sans oublier, bien sûr, les entreprises. OSEO joue un rôle moteur dans le transfert de la recherche publique, à travers sa connaissance intime des entreprises et ses interventions 10_initiativeS directes, par le biais d’aides aux Programme iSi d’oSeo, un partenaire de croissance. laboratoires, dans le cadre de projets collaboratifs sous forme de 11_à Savoir partenariats public-privé. Destiné aux projets industriels stratégiques, agenda, rencontres... le programme ISI est présenté plus en détail dans ce numéro de 12_partenariat Connect : il constitue un bon Siwa, l’oasis numérique d’inria et de mauna Kea. exemple de soutien d’OSEO aux projets innovants et d’outil de l’action publique au service de la compétitivité des entreprises. Connect est le magazine coconçu par oSeo et inria, institut en sciences du numérique. connect_n°03 // novembre 2012. directeur de la publication : michel cosnard. directrice de la rédaction : céline acharian. rédactrice en chef : marie gallas-amblard. comité de rédaction : céline acharian, catherine borg-capra, Fanny cantarero, marie gallas-amblard, david monteau. créditS photo : cabinet d’architecture nogha consulting, dr, groupe interaction, inria/c. dupont, inria/n. Fagot, inria/c. lebedinsky, institut carnot, mauna Kea technologies S.a., J.-m. Pettina/caisse des dépôts. conception et réaliSation . INRIA Déploiement identité 61269 INRIA CORPO BASELINE CMJN DRAGON 100% Baseline C0 C0 C0 M20 M100 M100 J90 J90 J100 - - N0 N0 N0 impreSSion : bergame, papier certifié PeFc. - - - - - - - - - R1-21/04/11 02_Connect_ numéro 03 // novembre 2012Logotype Equivalence Tons directs
  • 3. en l’actu dES Sciences du numériquebrefAmbition logicielle Chiffres clésUn programme expert dédié aux PME 4,5 Le programme Ambition logicielle, portés par les différents partenaires.porté par une coalition d’acteurs Le programme Ambition logiciellenationaux de l’innovation (AFDEL*, a démarré en septembre 2012 avecCDC Entreprises, CNRS, Comité une première implantation à Grenoble MilliardsRichelieu, Inria, OSEO et Syntec et se déploiera dans d’autres villes courant 2013. d’euros ont été mobilisés par leNumérique), s’adresse aux entreprises gouvernement, à travers les investissementsdu secteur du logiciel ayant un projet d’avenir, pour renforcer la compétitivitéd’innovation fondé sur des technologies * Association française des éditeurs de logiciels du secteur numérique en France. et solutions Internet.logicielles. Il fonctionne comme Source : France numérique 2012, Bilan et perspectives.un catalyseur visant à renforcerl’efficacité de dispositifs existantsau bénéfice des PME. Il s’agitde leur permettre d’augmenterleur capacité à intégrer des technologiesinnovantes issues de la recherche.Concrètement, Ambition logicielle 700 000propose un accompagnement Nombre d’emplois nets créés depuis quinze anspersonnalisé aux PME pour les aider par les TIC, tous secteurs confondus. On estime contact : Thierry Vareine, Manager que, d’ici à 2015, 450 000 emplois supplémentairesà construire leur projet en mobilisant Ambition Logicielle Grenoble.un ensemble d’expertises et d’outils E-Mail : thierry.vareine@inria.fr seront créés. Source : France numérique 2012, Bilan et perspectives.Appel à projets 5,2 % Part du numérique dans notre PIB. L’économieInnovation dans les services numérique est l’un des secteurs les plus dynamiques, son développement économique représentant presque un tiers de notre croissance. Source : France numérique 2012, Bilan et perspectives.Lancé en mars 2012 par l’État forme de prêts à taux zéro ou d’avancevia la Direction générale de remboursable, cet appel à projetsla compétitivité, de l’industrie “au fil de l’eau” est ouvert jusqu’enet des services (DGCIS), l’appel mars 2013 aux entreprises de services,à projets Innovation dans les servicesa pour objectif de renforcer B2C et B2B. Les projets retenus seront examinés par les directions régionales 35 % Taux de croissance annuelle du marché du cloudla productivité des PME grâce à d’OSEO, avec le concours de la DGCIS. computing, qui atteint aujourd’hui cinq milliardsl’innovation, sur la base d’une offre d’euros. Enjeu majeur pour la compétitivité des * Technologies de l’informationde service existante ou nouvelle et de la communication. entreprises françaises, l’industrie en nuages’appuyant notamment sur les TIC*. engendre une baisse des coûts informatiquesIl s’adresse également aux PME en allant de 35 à 50 % et est, dans le même temps,création et leur apporte un avantage créatrice d’emplois et de valeur grâcecompétitif par rapport au marché Pour en savoir plus : au développement d’outils et d’infrastructures http://www.oseo.fr/a_la_une/agenda/existant. Porté et financé par OSEO appels_a_propositions/appel_a_projets_ à la demande.à hauteur de sept millions d’euros sous innovation_dans_les_services Source : France numérique 2012, Bilan et perspectives. Connect_ Numéro 03 // novembre 2012 _03
  • 4. en l’actu deS ScienceS du numériquebrefpartenariat oSeo-cncbilan prometteur télexdu diSpoSitif riam un cluSter d’excellenceAprès quatre ans de collaboration, de 58 projets qui ont été soutenus, le pôle de compétitivité grenobloisOSEO et le Centre national du cinéma à travers un financement mixte sous minalogic, spécialisé dans les micro-et de l’image animée (CNC), dans forme d’avances remboursables et nanotechnologies et dans le logicielle cadre d’un appel à projets commun et de subventions. Forts de ce premier embarqué, vient de recevoir le label goldRIAM*, ont dressé en début d’année succès, OSEO et le CNC ont profité “cluster organisation managementun premier bilan du dispositif. Conçu de la publication de ce bilan pour excellence” décerné par la commissionpour soutenir les PME innovantes confirmer leur volonté commune européenne. ce prix, la plus hauteet optimiser leur accompagnement dès d’encourager l’innovation et distinction accordée aux clusters,lors qu’elles portaient un projet de R&D le développement économique du récompense la performance et la bonneambitieux et pertinent pour le secteur, secteur en signant, le 22 novembre 2011, gouvernance de minalogic et lui permet de rejoindre le cercle des huit clustersce partenariat s’est révélé fructueux à le renouvellement de leur convention européens d’excellence. Systematic,plus d’un titre. Il a en effet conduit à la pour une durée de deux ans. autre pôle de compétitivité français,promotion de ruptures technologiques en fait déjà partie.majeures et/ou d’innovations d’usage * Réseau recherche Tons directs LogotypeEquivalence et innovation en audiovisuel et multimédia. Quadrichromie principal Equivalence Pantonepour 89 % des projets soutenus ainsi Accent CYAN 0% + MAG. 100 %+ JAUNE 80%+NOIR 0% Pantone 185 C le 8e baromètre du financementqu’à la création de 100 emplois et au CYAN 0% + MAG. 15 %+ de l’innovation souligne que les Pme Typographie pour en Savoir pluS : JAUNE 15%+NOIR 55% Pantone 410 Cmaintien d’autant dans le secteur. Ainsi, Symbole CYAN 0% + MAG. 30 %+ http://www.cnc-webtv.fr/ JAUNE 100%+NOIR 0% Pantone 130 C françaises, soucieuses de maintenir leurentre 2007 et 2010, ce ne sont pas moins OSEO - Octobre 2006 web_publicationS/bilan_riam/ capacité d’innovation même en période de crise, ont, en 2012, largement compté sur les financements publics pour boucler leur budget de r&d. en effet, le crédit d’impôt recherche est plébiscité par 58 % des entreprises, qui le considèrent comme un véritable levier budgétaire. pari tenu pour initiative ServiceSfinancement mobileS (iSm) l’initiative, lancée fin 2010, avait pourla banque publique d’inveStiSSement objectifs de stimuler l’écosystème d’innovation et d’accélérer la création de produits et services innovants dans La future Banque à l’innovation et de favoriser le domaine de la mobilité, en regroupant publique la transition énergétique dans l’ensemble des acteurs nationaux du d’investissement tous les domaines. secteur. une vingtaine de projets de (BPI) aura un rôle La BPI sera une compagnie financière transfert technologique, issus de la central dans dont l’État et la Caisse des Dépôts recherche académique vers le marché la politique seront actionnaires à parité. des services mobiles, ont ainsi vu le économique Elle sera gouvernée par un conseil jour. les porteurs de l’initiative services du gouvernement. d’administration présidé par mobiles souhaitent désormais intensifierSa mission sera de permettre aux Jean-Pierre Jouyet, directeur général son impact sur la filière en amplifiantentreprises d’accéder plus facilement de la Caisse des Dépôts, avec l’aide la collaboration entre les chercheursau crédit, de garantir des prêts, d’un conseil d’orientation présidé et l’industrie – Pme et grands groupes.d’accompagner tout au long par un président de région. pour en Savoir pluS :de leur vie les chefs d’entreprise, Le projet de loi sera voté par http://mobile-jungle.orgde les aider à l’export, de les soutenir le Parlement d’ici la fin de l’année.04_Connect_ numéro 03 // novembre 2012
  • 5. décryptage _quelles sont les spécificités du logiciel libre ? gaël blondelle : Il repose sur plusieurs libertés formalisées par Richard Stallman(3) : un logiciel est dit “libre” lorsqu’il respecte la liberté de la commu- nauté et lorsque les utilisateurs peuvent en exécuter le programme pour tout usage, étudier son code et le modifier, distribuer des copies et en diffuser des versions modifiées. Il faut cependant dis- tinguer les licences dites “permissives” (BSD, MIT, Eclipse), qui autorisent toute forme de diffusion, y compris l’inclusion dans les logiciels propriétaires, et celles non permissives, comme GNU, qui obligent à diffuser selon des modalités gaël blondelle, précises les versions modifiées ou les en charge de polarsys gérard ladier, directeur général au sein d’obeo. adjoint chez aerospacevalley. logiciels qui incluent une part de code sous licence(4).logiciel libre _le logiciel libre est-il un bon outil del’open Source, vecteur transfert de technologies et de dévelop- pement économique ? gérard ladier : De transfert, mais ausside performance pour d’amélioration de l’efficacité. Par exemple, dans le développement d’une applica-leS pme tion, la vérification est une phase très coûteuse. Pour chaque ligne de code écrite, il en faut quatre autres pour les tests ! Acteur du logiciel libre depuis de nombreuses années, Inria a, par exemple,danS la meSure oÙ il Facilite, Par déFinition, développé des outils de vérification trèsla diFFuSion ScientiFique et le tranSFert performants qui permettent non seule- ment d’augmenter la productivité, maistechnologique, le logiciel libre (“oPen Source”) aussi la sûreté des applications.SuScite la curioSité de nombreuSeS entrePriSeS.reSte à diStinguer leS comPétenceS cléS à Protéger _quels sont les avantages du logiciel libre ?deS élémentS diFFuSableS gratuitement au Sein de g. b. : Il est accessible et modifiable, cela communauté deS déveloPPeurS et deS utiliSateurS. qui permet de répondre aux besoins évo-interview de gaël blondelle, en charge de lutifs de l’entreprise à moindre coût. Elle bénéficie aussi d’une courbe de maturitépolarSyS(1) au Sein d’obeo(2), et gérard ladier, des logiciels plus rapide, grâce à l’interac-directeur général adjoint chez aeroSpacevalley. tion entre utilisateurs et développeurs, Connect_ numéro 03 // novembre 2012 _05
  • 6. décryptagesachant que les éditeurs de logiciels pro- G. B. : Actuellement, des entités structuréespriétaires n’intègrent qu’une part mino- autour d’une thématique précise émergentritaire des demandes des entreprises les parallèlement aux communautés de déve-plus communes. loppeurs et d’utilisateurs qui s’agrègentG. L. : Le logiciel libre est un modèle de spontanément. Polarsys(7), dont je suis en le logiciel libredéveloppement qui intéresse les indus-triels et les PME innovantes. Dans le sec- charge chez Obeo, a ainsi pour but de pérenniser les outils de développement est accessibleteur des outils de développement delogiciel – un secteur étroit aux marges dont sont issus les systèmes embarqués cri- tiques(8). C’est une opportunité pour les et modifiable,souvent faibles –, les entreprises sont detaille réduite et les services d’assistance PME. Elles peuvent à la fois y puiser des ressources et faire reconnaître leur savoir- ce qui permetdurent au maximum dix ans, alors que faire. Avant de se lancer, il faut toutefois de répondrecertaines applications doivent être utili-sées pendant quarante ans, comme dans déterminer ce que l’on veut partager gra- tuitement avec les autres membres de la aux besoinsle nucléaire, voire cinquante ans dansl’aviation. Entre-temps, l’éditeur peut communauté et quelle part de son exper- tise il faut préserver. C’est la condition sine évolutifs deaussi changer de stratégie, être racheté,ou même disparaître. C’est ce qui a qua non pour avoir un business model viable. La difficulté est d’autant plus grande l’entreprisepoussé de grands acteurs comme Airbusà soutenir des projets libres pour assurer qu’il faudra redéfinir cette valeur ajoutée spécifique au gré des évolutions de l’envi- à moindre coût.la pérennité des outils. ronnement technique, commercial, etc. Gaël Blondelle_Quels sont les risques et les opportunités ? (1) Industry working group qui travaille auG. L. : Libre ne veut pas dire sans obliga- développement d’outils open source pour les systèmestion de la part de l’utilisateur. Par embarqués et leurs supports ayant un long cycle de vie (http://polarsys.org).exemple, pour avoir utilisé des compo- (2) Société d’édition de logiciels et de conseil dédiéssants de Linux dans un pilote de son rou- à l’industrialisation des développementsteur WRT54G, la société Lynksys a dû et à la refonte assistée.rendre public son code en 2003, alors (3) http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.html (4) Voir Le Guide d’approche et d’analyse desqu’elle en était initialement proprié- licences de logiciels libres version 2.0 de Sylvaintaire(5). Pour éviter une telle mésaven- Steer et Magali Fitzgibbon (Inria), p. 11.ture, il existe des outils propriétaires, (5) http://www.wi-fiplanet.com/tutorials/article. contacts : Gérard Ladier, directeur généralmais il est aussi possible de recourir à php/3562391 adjoint chez AerospaceValley, et Gaël Blondelle, (6) http://www.antelink.com/about-antelink.html en charge de Polarsys au sein d’Obeo.des outils, comme ceux d’AnteLink, une (7) ou encore OpenMama, Genivi ou OSEHRA. e-mails : ladier@aerospace-valley.comstart-up issue d’Inria(6). (8) http://wiki.eclipse.org/Polarsys/Pitch gael.blondelle@obeo.fr La popularité de Monolix grandit aux États-Unis Le logiciel libreMonolix, logiciel de modélisation des essais (Inria Saclay), conduite par Marc Lavielle, poursuivent s’invite au gouvernementcliniques créé par l’Institut de recherche Inria et leur collaboration sur le développement de méthodes Le Premier ministre Jean-Marc Ayraultcommercialisé par Lixoft, voit sa popularité croître statistiques innovantes pour l’analyse de population. a annoncé, le 19 septembre 2012, dansrapidement aux États-Unis auprès des compagnies Plusieurs outils complémentaires à Monolix, dont une circulaire, l’usage du logiciel libre danspharmaceutiques et des instituts de recherche. un simulateur d’essais cliniques permettant d’étudier l’administration, compte tenu des avantagesEn témoignent les nouveaux cours dispensés les effets des médicaments sur des patients virtuels, économiques qu’il représente. M. Ayraultà l’université de Buffalo et à Boston, en octobre sont également en cours de développement. a notamment souligné que la Directionet novembre 2012, ainsi que les nombreuses Après dix-huit mois d’existence, Lixoft est proche interministérielle des systèmes d’informationvisites de Lixoft chez les grandes compagnies de la profitabilité et poursuit sa croissance. et de communication prévoit de réinjecterpharmaceutiques de la côte Est qui adoptent 5 à 10 % des coûts de licences évités sous formeMonolix à un rythme soutenu. Lixoft, dirigée par Pour en savoir plus : de contributions vers d’autres postes budgétairesson président Jérôme Kalifa, et l’équipe Popix http://www.lixoft.net liés aux logiciels.06_Connect_ Numéro 03 // novembre 2012
  • 7. focuS la Simulation numérique au Service dela médecine du Futur cantonnée il y a encore peu à l’aéronautique et à l’induStrie nucléaire, la Simulation numérique Prend une Place SanS ceSSe croiSSante danS la Formation et danS l’entraÎnement deS ProFeSSionnelS de Santé. l’émergence de la troiSiÈme génération d’aPPlicationS dédiéeS, alliant modéliSation anatomique et bioPhYSique, annonce l’eSSor de ce marché encore balbutiant.d ans les années 1960, Hollywood simulait dans interne d’un système complexe dont on souhaite étudier un film à grand spectacle un avenir où des l’évolution, a aussi investi le champ de la santé, au même médecins miniaturisés embarqueraient dans titre que d’autres domaines moins connus. le corps humain à bord d’un sous-marin de Cette modélisation des molécules, cellules et organes a poche pour le soigner. Ce Voyage fantastique (1) débuté avec la chirurgie laparoscopique : au milieu desest aujourd’hui passé de la fiction à la réalité, ou presque : années 1990, l’écran et l’interface logicielle se sont imposésle carton-pâte a fait place aux algorithmes, le sous-marin dans le quotidien des professionnels de santé, afin qu’ils seà l’outil informatique, la trame romanesque à une infi- forment, préparent ou effectuent leurs interventions. Lesnité de scénarios scientifiques. La simulation numérique, méthodes se sont depuis perfectionnées et étendues, avecqui consiste à restituer fidèlement à travers un modèle des outils toujours plus performants. « Les applications ende réalité, virtuelle ou augmentée, le fonctionnement santé de la simulation numérique couvrent à la fois l’aide à >>> Connect_ numéro 03 // novembre 2012 _07
  • 8. Quelle est l’originalité des de santé (médecins, spécialistes, etc.) à la détection de tumeurs, par exemple, solutions déployées par en récréant les conditions d’un Interaction Healthcare ? laboratoire, avec des patients virtuels. Créée en 2008 avec le soutien d’OSEO, Interaction Healthcare est spécialisée Comment travaillez- dans le développement d’outils vous avec la recherche numériques de formation interactifs publique ? en santé, reposant sur le concept Les savoir-faire des équipes de l’Institut de serious game. Cette approche de recherche Inria et d’Interaction pédagogique met les ressorts ludiques Healthcare sont complémentaires. du jeu vidéo au service de Il y a un an, nous avons donc décidé l’apprentissage virtuel, qu’il s’agisse ensemble de mettre en place de simulation présentielle en temps réel une politique de veille conjointe sur – pour étudiants, professionnels de nos projets en R&D et sur ceux la santé et laboratoires – ou de modules de nos clients. Cette démarche a permis de sensibilisation du grand public. d’ouvrir des perspectives d’accompagnement reposant sur Quelles sont les l’imbrication d’une technologie Inria applications de ces dans nos solutions ou sur le déploiement ad hoc de composants serious games ? issus d’une collaboration conjointe. Nous développons pour plusieurs Nous avons aujourd’hui deux projets centres hospitaliers universitaires collaboratifs en cours d’étude surVu par... Jérôme Leleu, (CHU) des serious games de simulation la simulation médicale de maladiesdirecteur d’Interaction en chirurgie très poussés. Ils intègrent une technologie 3D interactive qui chroniques. Le transfert le plus prometteur concerne le développementHealthcare, qui développe reproduit de façon réaliste le pilotage de composants logiciels extrêmementdes “serious games” de situations cliniques, comme dans un évolués de simulation des simulateur de vol. Nous formons aussi comportements du cœur, dans le cadrede simulation médicale. de nombreux professionnels de l’insuffisance cardiaque. >>> l’apprentissage, au diagnostic et à la thérapie, qu’il s’agisse les plus rares, et en tirant parti de leurs erreurs. « La de former des acteurs de la santé, d’étudier des scénarios formation par simulation peut apporter une réelle amélio- d’évolution de pathologies, de répéter des procédures de trai- ration de la sécurité, reprend Jean-Claude Granry. En tements ou de préparer un geste interventionnel », explique chirurgie, il a été démontré que cette approche améliore Jean-Claude Granry, professeur des universités, chef du notablement la performance des opérateurs. Il en est de pôle Anesthésie-réanimation-médecine d’urgence au même pour la prise en charge d’arrêts cardiaques centre hospitalier universitaire (CHU) d’Angers et chargé intra­­hospitaliers.  » de mission Pratiques de simulation dans le domaine de En France, la simulation numérique en santé reste une la santé par la Haute autorité de santé (HAS). activité émergente, mais dynamique. En 2011, OSEO a soutenu financièrement plusieurs projets d’applications Des outils de troisième génération chirurgicales ou de modélisation 3D du corps humain. Cet espace d’entraînement virtuel offre un terrain « Ce marché est encore difficile à chiffrer, mais se développe d’apprentissage et d’expérimentation clinique ou inter- rapidement, explique Rosalie Maurisse, responsable du ventionnelle unique  à la fois réaliste et sans risque. : secteur Santé à OSEO, notamment en imagerie médicale, Confrontés avant la prise en charge réelle de patients à en cardiologie et en cancérologie. » des situations et à des gestes techniques qu’ils auront à Les applications sont à un tournant prometteur. pratiquer, les acteurs de la santé parachèvent leur « L’arrivée de la troisième génération d’outils va boulever- apprentissage “à blanc”, en s’exerçant à une grande ser la pratique des hôpitaux », prédit Nicholas Ayache, variété de scénarios, des pathologies standards aux cas directeur de recherche chez Inria(2). Demain, les08_Connect_ Numéro 03 // novembre 2012
  • 9. Santé, Sciences de la vie, Biotechnologie logie cardiaque pour aider à maîtriser les mécanismes des maladies du cœur. La modélisation du vivant occupe également une part croissante des activités de l’équipe Macs, qui s’attache à concevoir des modèles innovants, comme CardioSense 3D – une modélisation électromé- canique du cœur contribuant à optimiser la pose de sti- mulateurs cardiaques. L’équipe Bang étudie, quant à elle, la modélisation des processus de division cellulaire et de croissance tissulaire saine ou tumorale, en vue de mieux comprendre la régénération hépatique ou l’ap- proche thérapeutique en cancérologie. De son côté, le projet ERC Med’YMA, lancé par l’équipe Asclepios, se penche sur la conception de modèles prenant en compte les propriétés dynamiques dans la modélisation de l’or- gane d’un patient, en couplant l’analyse des images bio-Simulation d’une opération de la cataracte grâce aulogiciel Sofa, développé par l’équipe de recherche Inria médicales aux modèles biophysiques, afin d’obtenir uneShacra, en partenariat avec Lille 1, le CNRS et LIFL. interprétation personnalisée de l’évolution d’une patho- logie. En simulation interventionnelle, l’équipe de recherche Shacra développe des librairies logicielles pour simulateurs d’opérations chirurgicales pédago-modèles numériques seront à la fois anatomiques et giques et d’entraînement, voire de guidage, notammentbiophysiques, construits à partir des propriétés phy- pour la cataracte. L’équipe Magrit collabore avec le CHUsiques et des fonctions bio­ogiques des organes et des l de Nancy sur les systèmes d’apprentissage et de simula-tissus, tels que cardiovas­ ulaire ou respiratoire. Ils inté- c tion de pose de coils (spires métalliques) dans les ané-greront aussi un grand nombre de paramètres multié- vrismes, en plaquant en temps réel des images enrichieschelles, de la molécule à l’organe. sur celles que les neurochirurgiens choisissent de regar- der. La simulation numérique en santé offre des pers-Une recherche active : l’exemple d’Inria pectives importantes dans toutes les spécialités de ceSix équipes de recherche d’Inria participent à cette domaine, où un nombre croissant d’applications inno-révolution, avec le défi de développer, dans des environ- vantes remportent un succès fulgurant.nements complexes, des méthodes de reconstruction etde modélisation adaptées et accessibles à la commu- (1) Le Voyage fantastique, Richard Fleischer, 1966. (2) Institut de recherche publique dédiés aux sciences du numérique.nauté médicale, afin qu’elle puisse les intégrer dans sespratiques à travers des applications industrielles fiables. contact : philippe gesnouin, responsable du transfertL’équipe de recherche Carmen s’intéresse ainsi aux de technologies dans le secteur santé à inria.modèles numériques de simulation de l’électrophysio­ E-Mail : philippe.gesnouin@inria.frhôpital et université réunis pour boosterl’innovation chirurgicaleCréé en janvier 2012, l’institut hospitalo-universitaire (IHU) de Strasbourgréunit des acteurs issus de différentes spécialités soucieux d’innoverdans le domaine des technologies de chirurgie mini-invasive guidée parl’image, en assurant le transfert de technologie rapide avec et versdes partenaires industriels. Membre fondateur, Inria joue un rôle centraldans l’orientation de l’IHU. « Travailler avec les chercheurs Inria est très facile,car ils sont en parfaite adéquation avec l’esprit d’entrepreneur et de transfertde technologie de l’IHU, souligne Jacques Marescaux, présidentde l’Institut de recherche contre les cancers de l’appareil digestif (Ircad)et porteur du projet de l’IHU de Strasbourg. Nous partageons la même visionet les mêmes objectifs. » Connect_ Numéro 03 // novembre 2012 _09
  • 10. INITIATIVESOSEO et son programme d’innovation stratégique industrielle (ISI)L’exemple d’une sociétéde paiements sécurisésà travers son programme isi, OSEO accompagne la société Inside Securedans le développement d’une technologie de paiement direct par mobile.Démarré en mars 2011, le projet Cascade Un projet ISI présente un niveau élevé de 25 millions d’euros. Pour sa part, OSEOconsiste à «  miniaturiser la solution Near d’innovation et désigne une collaboration finance le projet à hauteur de 10 millionsField Communication (NFC) pour l’intégrer entre au moins deux entreprises et des d’euros sous forme de subventions pour lesdans les cartes SIM de n’importe quel télé- laboratoires publics. En l’occurrence, le travaux relevant de la recherche indus-phone mobile, facilitant ainsi les trans­ projet Cascade réunit 40 personnes par an trielle et d’avance remboursable pour lesactions financières des utilisateurs, explique en moyenne, sur la durée totale du projet, travaux à caractère de développementNicolas Cordier, Innovation Project Manager pour quatre partenaires  le laboratoire : industriel. « Ce modèle collaboratif permetchez Inside Secure. C’est notre premier pro- LETI* du Commissariat à l’énergie ato- de mutualiser les coûts, d’accélérer la crois-jet soutenu par OSEO, en tant que chef de mique (CEA), en tant que partenaire aca- sance et la maturité du projet, voire d’amé­file. Parce que nous souhaitions développer démique, LFoundry, fabricant de puces liorer notre efficacité au-delà de Cascade »,un projet de longue durée (quatre ans) à forte en silicium, Inside Secure, acteur majeur conclut Nicolas Cordier.dominante industrielle, OSEO nous a des circuits intégrés pour les transactionsconseillé le programme ISI, qui finance les sécurisées et l’identité numérique, et * Laboratoire d’électronique et de technologies de l’information : implanté à Grenoble, son activitéphases de recherche et de développement Nokia. Chacun des partenaires contribue est centrée sur la miniaturisation des technologiescommercial. » au budget du projet pour un montant global et leurs applications. Accompagnement financier d’Inside Secure par OSEO à travers son programme ISI 0 Recherche fondamentale 1 La preuve du concept : 2 Dépôt de dossier de demande de financement 3 Première version du produit : 4 Développement expérimental : 6 Mise sur le marché. (non financée par développement auprès d’OSEO et présentation Inside Secure livre évolution technique le programme ISI). du projet des aspects innovants les premiers rapports sur les produits commercial et des étapes du projet : et prototypes les plus performants. et démonstration les experts techniques d’OSEO du projet. de sa faisabilité examinent les mécanismes technique. et les revenus liés au projet avant d’émettre un avis sur 5 Innovation : unification son éligibilité et de décider de de deux solutions financer une partie des travaux. NFC et NFC haut débit OSEO aide également la société dans un même à se rapprocher des laboratoires composant. et d’autres partenaires. Dépôt et validation du dossier Subventions d’OSEO Avance remboursable Remboursement pour le projet ISI de 25 % à 45 % d’OSEO de 25 % à 50 % en cas de succès avec intérêt et intéressement Accompagnement financier d’OSEO Maturité industrielle10_Connect_ Numéro 03 // novembre 2012
  • 11. à Savoir agendaprix fieecdévelopper leS collaborationS entre 27-29 novembre 2012 ow2con’12leS pme et la recherche publique quatrième rencontre internationale de la communauté oW2 et de (15 000 euros) a été décerné, lors des ceux qui s’intéressent Rendez-vous Carnot, à David Andreu, au développement logiciel de l’équipe de recherche Demar et au cloud computing (Inria, LIRMM*, CNRS, Université open source. Montpellier 1, Université des sciences pour en Savoir pluS : et techniques du Languedoc– http://www.ow2.org/view/ Montpellier 2), pour ses travaux ow2con-2012/ en robotique et simulation électrofonctionnelle appliquée à la santé. Ces recherches ont permis le 4 décembre 2012Pour resserrer davantage les liens développement de fonctionnalités sans 2e rendez-vouSqui existent entre recherche académique fil sur des boîtiers d’électrostimulation dataconnexionSet PME, la Fédération des industries pour la rééducation des malades. rassemblement des acteursélectriques, électroniques et de Ce produit est aujourd’hui commercialisé de l’open data, à l’initiativecommunication (FIEEC) attribue par Vivaltis, PME montpelliéraine du gouvernement, autourchaque année, depuis 2011, un prix de 25 personnes. de séances de networkingrécompensant trois chercheurs dont et de mises en relation pourles travaux ont donné lieu à une * Laboratoire d’informatique, de robotique accélérer le développement et de microélectronique de Montpellier.industrialisation par une PME française de projets liés aux donnéeset généré des emplois de qualité. pour en Savoir pluS : publiques. à cette occasionCette année, le premier prix http://www.inria.fr/equipeS/demar seront aussi présentés les projets des lauréats du deuxième concours dataconnexions. pour en Savoir pluS : http://www.etalab.gouv. fow2con-2012/ le hub de avril 2013 l’innovation numérique rencontre inria induStrie Sur le thème de la modéliSation, #information, #networKing et au travers de communautés thématiques, etc.). de la Simulation #numérique sont les maîtres mots à ce dispositif de networking s’ajoute et du calcul intenSif d’icommunitY, plateforme en ligne conçue une galerie de services : agenda, veille, catalogue cette journée d’échanges pour répondre aux besoins des Pme en quête du patrimoine technologique d’inria, couvrant a vocation à mettre en relation d’innovation. construite pour encourager les les grandes thématiques de l’industrie du des chercheurs inria, qui interactions entre industrie du logiciel et numérique. accès gratuit et disponible fin 2012. présenteront l’avancée de leurs recherche publique, icommunitY est la solution proposée aux entreprises innovantes contact : dimitri tate, community manager travaux, et des représentants désireuses de travailler avec les instituts tranSfert & innovation, inria. du monde industriel et des Pme, de recherche. les Pme se verront proposer e-mail : dimitri.tate@inria.fr pour susciter des opportunités un accès direct aux experts du secteur de transfert de technologies. (chercheurs, contacts innovation) via un outil pour en Savoir pluS : contact : brigitte duÊme, de mise en relation (discussion en ligne, www.icommunity.fr reSponSable du programme hpc-pme, partage d’informations et d’expériences et Sur twitter VIA @icommunity_fr inria. e-mail : brigitte.dueme@inria .fr Connect_ numéro 03 // novembre 2012 _11
  • 12. Partenariat Santé, sciences de la vie, biotechnologie Siwa, l’oasis numérique d’Inria et de Mauna Kea Quel rapport peut-il bien exister entre Mauna Kea, un volcan hawaïen, Asclepios, le dieu de la Médecine, et Siwa, une oasis égyptienne ? Un transfert de technologies étroit entre une PME innovante et les équipes d’Inria. Explications. Mauna Kea Technologies est une PME aidés à mettre au point nos algorithmes de française qui développe et traitement de l’image », explique François commercialise des solutions d’imagerie Lacombe, directeur scientifique chez par endomicroscopie, avec minisonde Mauna Kea Technologies. Ce lien prend à la pointe de l’innovation médicale, aujourd’hui un tournant industriel, notamment Cellvizio, son produit phare. puisque l’équipe de recherche Asclepios Soutenue par OSEO, elle collabore avec d’Inria, spécialisée dans l’analyse des Inria depuis sa création, en 2000. images médicales et la modélisation « Les chercheurs de l’Institut nous ont biophysique du corps humain, va aider l’entreprise à insérer dans ses produits de nouveaux logiciels de reconstruction d’images. Le transfert de technologies se fait dans le cadre d’un Innovation-Lab, laboratoire commun entre l’entreprise et Inria. Baptisé “Siwa” (Stitching Images and Wisdom into the Atlas), ce dispositif associe les ingénieurs de la PME et l’équipe de recherche Inria autour d’un programme commun, pour trois ans. « Nous allons effectuer ensemble une cartographie intelligente des images des tissus cellulaires et mettre au point des logiciels de recalage non rigides, qui permettront de proposer en temps réel des images similaires à celles visualisées lors de l’endomicroscopie, détaille Nicholas Ayache, responsable de l’équipe de recherche Asclepios. L’apport de Siwa est réciproque : ces solutions seront très utiles aux travaux ultérieurs de nos chercheurs. » contacts : François Lacombe / françois@maunakeatech.com Nicholas Ayache / nicolas.ayache@inria.fr Nicholas Ayache, responsable de l’équipe de recherche Asclepios chez Inria (à gauche), et François Lacombe, directeur scientifique chez Mauna Kea Technologies.