Inria - Connect 2

  • 2,924 views
Uploaded on

Découvrez le deuxième numéro de CONNECT, le magasine de la direction du transfert et de l'innovation d'Inria. Au sommaire : le "cloud-computing" nouvel eldorado pour les PME ? Les sciences du …

Découvrez le deuxième numéro de CONNECT, le magasine de la direction du transfert et de l'innovation d'Inria. Au sommaire : le "cloud-computing" nouvel eldorado pour les PME ? Les sciences du numérique au service de la santé à domicile...

More in: Technology , Business
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
2,924
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
25
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. connect 02 innover avec leS ScienceS du numériQue // juillet 2011 07// focuS leS ScienceS du numérique au Service de la Santé à domicile03// en bref 05 // décryptaGe 10 // initiativeS5 inStitutS carnot leS pme à l’aSSaut oSeo accompaGne leSfocaliSéS du cloud computinG entrepriSeS danS leurSSur le loGiciel projetS innovantS
  • 2. Sommaire édito 03_en bref tour d’horizon de l’actualité des sciences du numérique. leS pme, moteur 05_décryptaGe de l’innovation le “cloud computing”, david monteau, adjoint au directeur du tranSfert nouvel eldorado pour les Pme ? et de l’innovation d’inria depuis plusieurs années, toutes les grandes puissances, les plus installées comme les émergentes, misent sur l’innovation comme facteur clé de leur croissance. Si l’innovation est le fait des entreprises, ces dernières doivent être en mesure d’identifier et d’exploiter rapidement et efficacement tous les gisements de valeur possibles, par exemple ce que peut offrir la recherche publique. C’est précisément à ce titre que le système public français de recherche et d’innovation est en forte mutation, de nombreuses opérations récentes en témoignent. En effet, le Programme Investissement d’Avenir (le “grand emprunt”) a été mis en place par l’État et, outre l’investissement qu’il représente, ce programme a l’ambition d’amorcer des évolutions structurelles. Les acteurs du transfert de 07 technologie se fédèrent à l’échelon régional et national, les pôles de compétitivité tirent leur premier bilan et établissent leurs priorités pour les cinq prochaines années, la seconde _focuS vague des Instituts Carnot vient de voir le jour. Par-delà la multiplicité apparente de ces transformations, un élément, sans doute nouveau par son ampleur, ressort de ces les sciences du numérique au service initiatives : la priorité donnée à la croissance des PME. de la santé à domicile. Il s’agit là de la reconnaissance du rôle moteur joué par ces entreprises dans l’innovation, au sein de l’économie 10_initiativeS française et plus largement mondiale. La recherche publique oSeo accompagne les entreprises doit alors y jouer pleinement son rôle dans leurs projets innovants. par le transfert de ses compétences et de ses technologies, afin de renforcer la compétitivité de 11_à Savoir ces entreprises sur les marchés agenda, rencontres, nouveautés... internationaux. C’est exactement dans cette dynamique que 12_partenariat s’inscrit Connect. l’équipe de recherche demar et l’entreprise neurelec : une collaboration innovante. connect est le magazine coconçu par oSeo et inria, institut en sciences du numérique. connect_n°02 // juillet 2011. directeur de la publication : michel cosnard. directeur de la rédaction : laurent Stencel. rédacteur en chef : marie Gallas-amblard. comité de rédaction : céline acharian, marie Gallas-amblard, jean-christophe Gougeon, david monteau. créditS photo : inria, inria/j.m. droisy, inria/c. lebedinsky, inria/c. tourniaire, atomic imagery/digital vision/Getty images, Fotolia/F. Peters, Sindya n. Bhanoo/the new York times-reduX-rea, S. jayet, thinkstock 2011. INRIA Déploiement identité C0 M20 INRIA CORPO BASELINE CMJN DRAGON C0 M100 Baseline C0 M100 - 61269 - 100% conception et réaliSation . impreSSion : Bergame, papier certifié PeFc. J90 J90 J100 N0 N0 N0 - - - - - - - - - R1-21/04/11 02_Connect_ numéro 02 // juillet 2011Logotype Equivalence Tons directs
  • 3. en l’actu deS ScienceS du numériquebreflabel carnot 2 chiffreS cléS5 inStitutS carnotfocaliSéS Sur le loGicielÀ l’issue de l’appel à candidaturesdes Instituts Carnot 2, 34 laboratoires Labellisés pour une durée de cinq ans, les Instituts Carnot 2 couvrent de +32 % : c’est l’augmentation, en cinq ans, des revenus de recherche issusde recherche ont été labellisés. nouvelles thématiques (sciences des instituts carnot. cet accroissementDésormais 5 instituts sont spécialisés humaines et sociales, santé, etc.), significatif entérine un bilan particulièrementdans le numérique et le logiciel : CEA en lien avec la stratégie nationale positif. de même, le dépôt de brevets desLIST, Télécom & Société Numérique, de recherche et d’innovation, instituts présente une hausse de 21 %.LAAS, LSI et Institut Carnot Inria. et disposent d’un budget consolidéCe label d’excellence de 1,9 milliard d’euros (en provenanceest décerné par le ministère de de l’Agence nationale de la recherche). 650mEl’Enseignement supérieur et de la Pour les entreprises, ce labelRecherche à des établissements de est une garantie supplémentairerecherche en France, qui favorisent pour développer en confiancele rapprochement des acteurs de des collaborations à forte valeurla recherche publique et du monde ajoutée avec la recherche publique.socio-économique. d’aideS à l’innovation ont été accordées en 2010 par oSeo au profit des Pme et des eti (entreprises de taille intermédiaire), notamment grâce au soutien du gouvernement. c’est 16 % de plus qu’en 2009. « Pour la croissance des PMe françaises, il y a un domaine sur lequel nous n’avons cessé de nous engager : c’est l’innovation. en triplant le crédit impôt recherche, nousportail européen avons puissamment encouragé l’innovationencouraGer la croiSSance deS pme au sein des entreprises », a déclaré le Premier ministre, François Fillon, lors du salon Planèteen europe Pme, organisé par la cGPme, le 16 juin 2011.Récemment amélioré (nouvelles Disponible dans 21 versionsfonctions, design, contenu, etc.), le portail linguistiques, il donne égalementeuropéen à destination des PME est aux intéressés des points de contactun site Internet géré par la direction locaux et des liens de mise en réseau.générale Entreprises et industrie Ces données sont regroupées dansde la Commission européenne. Financé quatre rubriques principales : “Argent,par le Programme-cadre pour lacompétitivité et l’innovation (CIP), il partenaires et contrats publics” ; “Tirer le meilleur parti du marché” ; “Politique 62 % des petites entreprises françaises, soit près des deux tiers, ne sontrassemble une multitude d’informations européenne en faveur des PME etfournies par l’Union européenne afin statistiques” ; “Soutien”. Les internautes pas présentes sur internet selon une étude nationale de la Fédération des centres ded’encourager la création et la croissance pourront aussi prendre connaissance gestion agréés de février 2011. quinze ansdes PME en Europe et sur le marché de la success story du mois ou consulter après l’avènement du Web, ce constat estmondial. Le portail, très interactif, livre le calendrier des événements. surprenant, surtout lorsque l’on sait qu’unedes conseils pratiques et juridiques entreprise présente sur la toile est plus àpour faciliter l’exercice et la gestion pour en Savoir pluS : même de maîtriser son image et de séduired’activités économiques dans d’autres http://ec.europa.eu/Small-buSineSS/ les consommateurs via les contenusÉtats membres de l’Union européenne. index_fr.htm diffusés. Connect_ numéro 02 // juillet 2011 _03
  • 4. en l’actu deS ScienceS du numériquebrefinitiativel’ipv6 jump day télex montée en puiSSance deS projetS iSSuS de la recherche publiQue disponibles dans tous les pays, l’Internet au concourS national d’aide à la Engineering Task Force (IETF) a établi création d’entrepriSeS innovanteS le protocole IPv6 qui utilise une nouvelle le jury du treizième concours national numérotation à 128 bits permettant donc d’aide à la création d’entreprises d’attribuer davantage d’adresses. Mais innovantes a consacré 149 lauréats lors d’une remise de prix organisée pour l’heure, ce protocole n’est répandu le mardi 28 juin 2011 au ministère que sur moins de 1 % du réseau ! C’est de l’enseignement supérieur et donc pour inciter les entreprises à de la recherche. ceux-ci “trouveront le l’adopter que l’Internet Society organise soutien dont ils ont besoin pour mener l’IPv6 Jump Day. Lors de cet événement, à bien leurs idées et concrétiser les qui a eu lieu le 8 juin 2011, deux géants espoirs qu’ils ont fait naître”, a déclaré du Web, Google et Facebook, ont montré valérie Pécresse, l’ancienne ministre de l’enseignement supérieur et de la l’exemple en basculant, le temps d’un recherche. une subvention sera en effetL’apparition du réseau Internet dans les essai, sur l’IPv6. « Des réseaux natifs IPv6 accordée aux vainqueurs afin d’appuyerannées 80 s’est accompagnée de la mise existent déjà en Asie et aux États-Unis. le financement de leur programmeen place du protocole IPv4, qui consistait Mais en Europe, les entreprises traînent d’innovation. cette année, 63 % d’entreà attribuer un matricule à plus de un peu les pieds. Cette belle initiative IPv6 eux sont issus de la recherche publique :4 milliards d’adresses IP. Nous étions Jump Day peut les alerter sur la nécessité 38 % proviennent de l’université, 21 % dualors loin d’envisager la révolution de franchir le pas », analyse César Viho, cnrS, 12 % de l’inserm, 10 % de l’inria, 7 % du cea, etc. au-delà du soutien financier,numérique que nous connaissons professeur à l’université de Rennes 1 au un dispositif d’accompagnement a étéaujourd’hui. Afin de prévenir sein de l’équipe de recherche Dionysos mis en place. les lauréats pourront ainsil’épuisement du stock d’adresses d’Inria, spécialiste en tests de protocoles. bénéficier de formations spécifiques, via le programme “challenge +” du centre d’entrepreneuriat et d’innovation d’Hec. la création d’un conSeil nationaltechnoloGie Quixproc du numériQue (cnn)l’échanGe et le traitement de donnéeS le 27 avril dernier, nicolas Sarkozy a installé officiellement une nouvellenouvelle Génération instance consultative en vue d’“éclairer” le gouvernement français sur les questions relatives aux sphères de l’internet et émettre des avis surEn étroite collaboration, depuis 2008, considérable pour les entreprises les projets législatifs et réglementairesavec Inria, la société Innovimax dans les échanges et les traitements, pouvant avoir des conséquencesconseille et assiste les entreprises le tout en prenant en compte le volume sur l’économie numérique. composéedans l’industrialisation de leurs des données à mémoriser. de 18 membres, principalement deprocessus documentaires. L’équipe pour en Savoir pluS : représentants des opérateurs télécoms,de recherche Mostrare d’Inria, www.innovimax.fr de l’e-commerce et des éditeurs de logiciels, et présidé par Gilles Babinet,en partenariat avec le CNRS et créateur des start-up eyeka, mXP4 etles universités Lille 1 et Lille 3, captain dash, le cnn devrait rencontreret Innovimax ont ainsi élaboré le président de la république troisla technologie QuiXProc qui permet à quatre fois par an.de compiler et de restituer rapidementdes données échangées par le Webdans le standard XML. Cette solutionengendre un gain de temps04_Connect_ numéro 02 // juillet 2011
  • 5. décryptaGeinformatiQue en nuaGele “cloud computinG”,nouvel eldorado pour leS pme ?leS pme créatriceS de SolutionS adaptéeS au cloud En pleine croissance depuis deux ans, le cloud computing (CC), ou informatique encomputinG ont l’avenir pour elleS. ce marcHé nuage, permet aux utilisateurs et auxPorteur devrait en eFFet enreGiStrer une croiSSance entreprises d’accéder à leurs informationsannuelle de 33 % juSqu’en 2015. la recHercHe personnelles n’importe où et depuis n’im- porte quel système informatique grâce àPuBlique Peut leS aider à maXimiSer leurS cHanceS Internet. Ils peuvent d’abord disposerde réuSSite. de ressources supplémentaires (stockage, capacité de calcul) en recourant à des services de type IaaS (Infrastructure as a Service). Ceux souhaitant un environne- ment de développement avec des outils de conception et de test se tourneront vers une offre PaaS (Platform as a Service). Enfin, ceux qui veulent utiliser des logiciels (CRM(1), messagerie, etc.) se verront proposer des systèmes SaaS (Software as a Service). Les entreprises peuvent satisfaire leurs besoins selon trois configurations physi- ques : publique, avec des capacités mutua- lisées chez un opérateur tiers (Amazon, Google, Microsoft, etc.) ; privée, avec une architecture réalisée en interne (e-Bay) ou encore à travers un système mixte. Les PME plébiscitent particulièrement les applications de l’informatique en nuage publique. un marché en pleine croiSSance à inveStir Le CC combine performance, efficacité, flexibilité et coût réduit. Il diminue l’investissement initial tout en assurant une meilleure maîtrise des coûts. Le CC permet le passage d’un budget d’investis- sement (CAPEX) à un budget de fonction- nement (OPEX). Tous ces avantages dopent sa croissance. En 2012, il devrait thierry priol, directeur capter 10 % des investissements mon- scientifique adjoint diaux en sciences du numérique, soit d’inria. 44 milliards de dollars. « La France suit le même chemin : 28 % des organisations des Connect_ numéro 02 // juillet 2011 _05
  • 6. décryptaGe le Cloud Computing mobiliSe la recherche En France, des équipes de recherche interviennent notamment dans des pro- jets européens de grande envergure afin d’améliorer l’efficacité des plateformes, tant en termes de performance que de réduction de la consommation éner- gétique ; d’obtenir une meilleure inter- opérabilité des clouds hétérogènes ; de renforcer la sécurité, non seulement des données mais aussi de l’accès, tout en pré- venant la propagation des virus. Enfin, les chercheurs préparent déjà l’avènement de la future génération du CC, qui sera autonome et massivement distribuée. la fin deS ordinateurS perSonnelS ? Aujourd’hui, Google ne cherche plus àentreprises et administrations publiques en termes de sécurité, de confidentialité réinventer Windows ou à proposer desl’ont déjà adopté », précise Jean-Christophe des données échangées, de respect de la machines surpuissantes mais plutôt àGougeon, responsable sectoriel technolo- vie privée… sans compter les pannes éven- développer les services à distance : « Ongies logicielles chez OSEO. Avec un taux tuelles. Les PME capables de concevoir de peut imaginer que, d’ici trois ou quatre ans,de croissance annuel attendu de 33 % nouveaux services peuvent tirer un grand nous n’ayons plus besoin d’un espace dejusqu’en 2015, c’est le marché le plus parti de ce marché en pleine progression. stockage local des données mais seulementdynamique à l’échelle hexagonale, euro- « Avant de se lancer, elles devront mener d’un clavier, d’un écran et d’une souris etpéenne et mondiale (2). Le CC fait donc une analyse approfondie de leur positionne- que la musique comme les photos puissentl’objet de toutes les attentions et le gou- ment. Elles peuvent également s’appuyer être téléchargées et stockées sur un serveurvernement français prévoit ainsi d’al- sur les technologies issues de la recherche extérieur », conclut Thierry Priol.louer 780 M€ du grand emprunt à son publique pour le développement de solutionsdéveloppement. innovantes », commente Thierry Priol, (1) Customer Relation Management.Mais le cloud présente aussi des risques directeur scientifique adjoint d’Inria. (2) Source : OSEO. l’open Source lyatiSS ou la nouvelle Génération du cloud cloudware lyatiSS eSt la première Start-up à et P.-dG de la société lYatiss. « Notre modèle initiative (oSci) commercialiser des logiciels et des services de est à même de lever de nombreux verrous : virtualisation et d’optimisation d’infrastructures données insuffisamment sécurisées, qualitélancée par la communauté ow2, l’initiative de traitement et de transmission de l’information de service non garantie, absence d’horlogeoSci développe un portefeuille intégré qui permettent d’adapter efficacement le réseau interne et non-coordination conduisant aude composants logiciels open source pour de distribution, donc internet, aux usages gaspillage des ressources, etc. Grâce à notrele cc. ce projet favorise le développement du cc : « Il est possible de repousser les limites logiciel, les entreprises vont pouvoir adapter trèsde middleware du cloud permettant de l’Internet actuel qui, au départ, n’a pas été efficacement leurs offres de services en lignel’interopérabilité au niveau iaaS ainsi conçu pour servir d’infrastructure universelle », et rester compétitives. »que des solutions d’architectures ouvertes déclare Pascale vicat-Blanc Primet, directrice deet personnalisables de PaaS et de SaaS. recherche de l’équipe reso d’inria – installée à contact : paScale vicat-blanc primet, p.-dG de lyatiSS. l’école normale supérieure de lyon –, fondatrice e-mail : pvb@lyatiSS.com06_Connect_ numéro 02 // juillet 2011
  • 7. focuS la Santé à domicile quand tecHnoloGie rime avec autonomie maintenir l’accèS aux SoinS, innover en créant de nouveaux outilS Pour Permettre à touS d’être SoiGné cHez Soi danS de BonneS conditionS... la Santé à domicile eSt devenue un enjeu de Société et un marcHé à Part entière. inria et SeS PartenaireS comme le cnr-Santé Se PoSitionnent en déPloYant deS ServiceS PerFormantS et en accomPaGnant deS entrePriSeS du Secteur danS leur démarcHe d’innovation.a vec l’allongement de l’espérance de vie et le par an d’ici à 2040 (1). En outre, comme le rappelle Philippe vieillissement de la population, la demande Gesnouin, responsable du transfert de technologies dans le secteur de la santé à domicile est forte dans le secteur santé à Inria, « Femmes enceintes, enfants et ne cesse de progresser. En effet, le constat asthmatiques, malades sortant d’une opération chirurgi- est sans appel : la proportion de personnes cale… La santé à domicile, nouvelle façon d’envisager lesâgées augmente, et – une première – on assiste à l’émer- soins, peut concerner tout le monde à chaque âge de la vie.gence de familles à cinq générations. Cette hausse du Elle inclut également la notion de bien-être et de préven-nombre de personnes âgées s’accompagne d’un accrois- tion, le patient bénéficiant d’une qualité de suivi tout ensement du nombre de personnes en perte d’autonomie : restant dans son environnement. » À l’heure où l’Hexa-on comptait, en 2010, plus de 1,1 million de personnes gone rencontre des problèmes de démographie médicaleâgées dépendantes, et ce chiffre va augmenter de 1 à 2 % et où la santé à domicile intègre un grand nombre de Connect_ numéro 02 // juillet 2011 _07
  • 8. interprétation de scènes pour la reconnaissance d’activités : les capteurs installés dans cet appartement (collaboration avec le centre scientifique et technique du bâtiment) permettent d’analyser à distance le comportement des personnes âgées 2 millions d’euros. L’objectif ? Offrir un appui aux entre- (équipe de recherche pulsar). prises qui souhaitent se développer sur ce marché. leS enjeux de l’interopérabilité Autre facteur de développement des prestations de ser- prestations plus ou moins techniques et sociales, les vices de santé à domicile : l’évolution des pathologies sciences du numérique représentent des opportunités invalidantes (maladie d’Alzheimer), graves (cancer) et efficientes pour mieux exploiter les données médicales, chroniques (diabète) chez les sujets non âgés. Ici, le ren- développer de nouveaux outils d’aide au diagnostic et à forcement du suivi médical prend tout son sens, de la prescription, et optimiser des applications d’assis- même que la possibilité d’être soigné et de vieillir chez tance à la personne. « C’est la raison pour laquelle nous soi. Une innovation récente a favorisé cette prise de nous impliquons dans le développement de solutions de conscience : la création du dossier médical personnel télémédecine, de santé sur le lieu de vie et, pour ceux qui le (DMP) par l’ASIP Santé (Agence des systèmes d’informa- souhaitent, d’aide au maintien à domicile du patient. En tion partagés de santé). Le 5 janvier dernier, l’agence a parallèle, nous déployons des outils pour mieux collaborer annoncé, lors de sa conférence annuelle, l’ouverture avec les PME, comme par exemple les laboratoires com- nationale du service DMP. Il doit contribuer à rendre les muns I-Labs », poursuit Philippe Gesnouin. En 2010, systèmes d’information de santé interopérables afin de 27 projets relevant du secteur de la télésanté, portés par favoriser une coordination qualitative des soins. Celle-ci 23 entreprises, ont été également soutenus par OSEO, s’appuiera de plus en plus sur des échanges électroniques entreprise publique qui finance et soutient l’innovation d’informations médicales utiles aux praticiens pour la et la croissance des PME, pour un montant total de bonne prise en charge du patient. C’est ici que la Quelle a été la genèse de veille pour développer l’expertise la création du CNR-Santé? sur les technologies nécessaires à la santé à domicile et l’autonomie. Créé à l’initiative du ministère de Parallèlement, nous initions des l’Économie, des Finances et de sessions de formation et accompagnons l’Emploi (Minefe), le CNR-Santé aide les entreprises qui souhaitent au développement et au bon usage développer un projet ou un avant- des solutions dans la prise en charge projet en lien avec les sciences de la santé et de la dépendance du numérique. Nous pouvons jouer le au domicile. Cette vocation intègre rôle d’assistant à la maîtrise d’ouvrage la création et la promotion de et de conseil, tout au long du projet. nouveaux usages des technologies numériques et des services associés Comment Inria et le pour améliorer la qualité de vie des personnes, favoriser l’émergence CNR-Santé travaillent-ils d’organisations plus efficientes ensemble ? et accroître la compétitivité de Inria a soutenu nos projets dès la filière économique des sciences le départ, depuis notre créationvu par bruno charrat, directeur du numérique. Association loi 1901, le CNR-Santé entend devenir en 2009. L’institut nous accompagne et nous offre un appui précieux grâcedu centre national de réFérence l’organisme de référence en la matière à sa connaissance rigoureuse deSanté à domicile et autonomie pour fédérer et accompagner l’écosystème et du monde industriel. les acteurs du secteur. Ensemble, nous arrivons à fédérer(cnr-Santé). créé Fin 2009, ce centre et à faire collaborer des organismesSenSiBiliSe leS acteurS économiqueS Quelles sont financeurs, des experts, des utilisateursà l’intérêt deS ScienceS du ses missions ? et des industriels, afin de favoriser l’émergence de projets innovantsnumérique danS la PriSe en Le réseau d’experts du CNR-Santé au service de la santé à domicilecHarGe de la Santé à domicile. conduit des projets et des travaux de et de l’autonomie. 08_Connect_ numéro 02 // juillet 2011
  • 9. Santé, ScienceS de la vie, BiotecHnoloGiedémarche IHE (Integrating the Healthcare Enterprise) avons choisi de participer aux travaux du CNR-Santé, quidoit jouer un rôle. Sa vocation ? Faciliter l’interopérabi- est une initiative nationale structurante soutenue par lelité entre les équipements et les systèmes d’information ministère de l’Industrie », précise Philippe Gesnouin.de santé. Membre fondateur d’IHE en Europe, Inria est « L’essor du secteur de la santé à domicile dans le déploie-impliqué dans cette initiative internationale, notam- ment des sciences du numérique s’avère stratégique, ajoutement dans le développement de la plateforme de tests, Bruno Charrat, directeur général du CNR-Santé. Recelantet participe chaque année au Connectathon, ce mara- un potentiel très important, ces outils permettent de tirer lethon de connectivité sur la standardisation des données meilleur bénéfice de la révolution numérique. Grâce à cedans le secteur de la santé, qui réunit ingénieurs et partenariat, nous approfondissons notre connaissance deentreprises innovantes. cet écosystème et des industriels du secteur. » (1) Source : Le Figaro, 18 février 2010.renforcer leS lienS avec leS partenaireS (2) Les actions d’envergure d’Inria permettent de lancer des projets.Parallèlement, Inria déploie des systèmes adaptés à de recherche ambitieux en lien direct avec le plan stratégique de l’institut et les jalons qui y sont définis. Souvent multidisciplinaires, elles intègrentl’évolution des problématiques sociétales, à l’image d’une des compétences variées. Plus d’informations sur : http://www.Inria.fr/équipe de recherche de Sophia Antipolis : Pulsar étudie recherches/domaines-de-recherche/actions-d-enverguredeux domaines d’application, la vidéosurveillance et lemaintien des personnes âgées à domicile. « Nous propo- contactS : bruno charrat (à Gauche), directeur du centresons de nouvelles techniques dans les domaines de la vision national de référence Santé à domicile et autonomie (cnr-Santé), et philippe GeSnouin, reSponSable du tranSfert de technoloGieScognitive, des systèmes cognitifs pour la reconnaissance danS le Secteur Santé à inria.d’objets physiques, l’interprétation d’activités, l’apprentis- e-mailS : bruno.charrat@cnr-Sante.fr – philippe.GeSnouin@inria.frsage d’activités, la conception et l’évaluation de systèmes.L’équipe Pulsar travaille sur deux axes de recherche : l’in-terprétation de scènes et l’architecture logicielle pour lareconnaissance d’activités. » Inria a créé une infrastruc-ture de recherche autour du thème de l’autonomie despersonnes fragiles et de leur maintien à domicile. Quatrethèmes directeurs guident les applications de cetteaction d’envergure (2) « Personally Assisted Living » : l’éva-luation de l’état de fragilité des personnes, leur mobilité,la rééducation et l’interaction sociale. Enfin, pour dyna-miser son activité dans le secteur, Inria a noué des parte-nariats stratégiques avec le Centre national de référencesanté à domicile et autonomie (CNR-Santé), qui entendpromouvoir l’usage des sciences du numérique dans laprise en charge des soins et de la dépendance (voir enca-dré). « Nous avons décidé d’être proactifs dans le secteur dela télésanté, de l’autonomie et de la santé à domicile, et nousla Santé à domicile au cœur deS activitéS de la recherche publiQue• L’équipe de recherche pulsar exploite deux axes • L’équipe de recherche phoenix crée ces équipes d’inria sont communes avec un oude recherche : l’interprétation de scènes pour l’environnement de développement pour coordonner plusieurs partenaires français : cnrS, laboratoirela reconnaissance d’activités et le développement l’intégration d’entités (capteurs, dispositifs, bordelais de recherche en informatique,d’une architecture logicielle. elle collabore, alarmes) et l’interface de programmation et de laboratoire lorrain de recherche en informatiquenotamment, avec des chercheurs du cStB (3) gestion domotique pour les non-informaticiens. et ses applications, université de versailleset une entreprise d’assistance aux aidants de • L’équipe de recherche maia développe des Saint-quentin-en-Yvelines.personnes atteintes de la maladie d’alzheimer. systèmes autonomes et intelligents capables de• L’équipe de recherche Smis conçoit de nouvelles percevoir l’environnement, de l’interpréter et d’agir (3) Centre scientifique et technique du bâtiment.techniques de gestion de données embarquées sur celui-ci. Ses travaux trouvent, notamment,dans des calculateurs sécurisés et développe, en leur application dans le suivi médical rendeZ-vouS aux rencontres inria industrie sur laoutre, un dossier médico-social portable en cours de personnes dialysées à domicile. santé à domicile le 20 octobre 2011 (cf. agenda page 11).d’expérimentation dans les Yvelines. Connect_ numéro 02 // juillet 2011 _09
  • 10. initiativeSexpertiSe oSeoaccompaGnerleS projetS innovantSoPérateur d’état, oSeo accomPaGne leS Pme danS leurS ProjetS d’innovation, dePuiS PrèSde trente anS, Pour Financer et Soutenir leur croiSSance à touteS leS étaPeS crucialeSde leur vie. explicationS de baptiSte hamel, charGé d’affaireS cheZ oSeo._en quoi oSeo facilite la réalisation – le financement des investissements, du _à quelles phases de son projet undes projets d’innovation cycle d’exploitation et de l’internationa- entrepreneur peut-il faire appel à oSeo ?des entrepreneurs ? lisation. b. h. : Mieux vaut au préalable formaliserbaptiste hamel : OSEO aide les entrepre- son projet avant de le présenter à OSEO,neurs, porteurs de projet, créateurs ou _Quels conseils donneriez-vous mais il ne faut pas hésiter à nous solliciter.repreneurs d’entreprise à prendre des ris- à une pme qui souhaiterait s’engager Nous sommes là pour ça ! Que vous soyezques et à réunir les financements néces- dans une démarche de recherche en création d’entreprise, en développementsaires à la réalisation de projets innovants et développement ou d’innovation ? ou dans un processus de diversification(R&D) pour gagner ou maintenir un b. h. : Je lui conseillerais vivement de radicale, nous disposons de produits et ser-avantage concurrentiel. L’action d’OSEO bien positionner son projet en fonction vices adaptés. La plupart du temps, less’articule autour de trois métiers complé- de son degré de maturité technique et délais d’études des demandes sont rapides.mentaires accompagnant ainsi l’entreprise économique, car nous finançons des tech- contact : baptiSte hamel, charGé d’affaireSà chaque stade de son développement, de nologies nouvelles, procédés ou services oSeo. e-mail : baptiSte.hamel@oSeo.fr.sa création à sa transmission : qui ont un potentiel de création de valeur tél. : 06 19 01 60 11– le soutien à l’innovation ; à court ou moyen terme. pour en Savoir pluS :– la garantie des financements bancaires ; www.oSeo.fr leS phaSeS d’accompaGnement d’oSeo danS la maturation de projet phase recherche contrats de développement et développement interlocuteur : oSeo Interlocuteur : anr phase innovation* interlocuteur : oSeo vous pouvez faire prêts participatifs appel à oSeo à différentes interlocuteur : oSeo étapes du cycle de vie d’une entreprise : – au stade de l’état de l’art ; – en phase d’innovation temps (aides au financement via une subvention, une avance remboursable ou un prêt à taux zéro *deux interventions possibles : pour l’innovation) ; – Faisabilité, – pour investir et Subvention - Aima, Concours Me SR s’internationaliser, – développement (via un prêt participatif, un dette (possibilité de présenter les dépenses de transfert de technologie) contrat de développement • avance remboursable (partage des risques technico-économiques) • prêt à taux zéro pour l’innovation ou un cofinancement • prêt participatif ou contrat de développement bancaire).10_Connect_ numéro 02 // juillet 2011
  • 11. à Savoir aGendalabel “loGiciel Qualifié pour le tranSfert”davantaGe de confiance 12 et 13 octobre 2011 rendeZ-vouS carnot 2011pour un impact maximiSé à pariS et lyon les rendez-vous carnot pallier cette défiance, crédibiliser regroupent tous les acteurs ces logiciels et professionnaliser engagés en faveur de la les pratiques de transfert qu’Inria recherche et de l’innovation a créé un label “Logiciel qualifié (membres des instituts carnot, pour le transfert”. Basé sur une laboratoires publics, structures méthodologie d’analyse et d’évaluation de recherche, structuresDéveloppé le plus souvent par de juridique des logiciels (identification nationales ou régionales)nombreux contributeurs à partir des auteurs du logiciel et des ayants au service des entreprises.de composants existants, le logiciel droit, des composants de tiers utilisésest devenu un outil juridiquement dans le logiciel, mais aussi de tout ce inScriveZ-vouS Sur :complexe. Les industriels et PME qui est relatif à la liberté d’exploitation www.rdv-carnot.cominnovantes peuvent donc afficher et de défense), le label est attribué pour accéder à desun manque de confiance envers pour une version donnée ou un schéma rendez-vous d’affairesdes logiciels transférés et issus de la de transfert donné (une licence dans qualifiés.recherche, surtout lorsque ceux-ci sont le cas d’une diffusion open sourcediffusés sous licence libre. C’est pour par exemple). 20 octobre 2011 rencontreS inria induStrie Sur la Santé à domicile organisées à Paris en partenariat avec le cnr-Santé, sur le thème “les Sciences développement durable du numérique au service lancement du troiSième prix de la santé à domicile”, ces rencontres sont des moments de la croiSSance verte numériQue d’échange avec des acteurs institutionnels et économiques du secteur ainsi qu’avec de technologies numériques, au service du des chercheurs inria. développement durable (économie bas carbone, bâtiment intelligent, mobilités durables, pour en Savoir pluS : économie localisée, réseaux intelligents de gestion www.inria.fr/ d’énergie-smart grids, etc.). l’objectif ? diffuser centre-de-recherche-inria/ les bonnes pratiques et les nouvelles technologies pariS-rocQuencourt/ afin de faciliter le démarrage de nouveaux innovation/rii-Sda-idf/ marchés dans le domaine des sciences preSentation du numérique notamment. la participation est réservée à toute entreprise 17 novembre 2011 ayant son siège social en France, ou étant une rencontreS inria induStrie filiale française d’un groupe étranger. le dépôt des candidatures pourra être effectué jusqu’au Sur la téléviSion du futur l’édition 2011 du prix de la croiSSance à renneS verte numériQue eSt ouverte depuiS 30 septembre 2011. le 9 juin. remis à cinq acteurs exemplaires venez découvrir les travaux de la croissance numérique durable, ce prix de recherche d’inria et récompense l’innovation, la création, pour en Savoir pluS : les produits d’entreprises l’expérimentation et le développement www.prixdelacroiSSancevertenumeriQue.eu innovantes du secteur. Connect_ numéro 02 // juillet 2011 _11
  • 12. partenariat ScienceS de la vie et de l’environnement S’entendre et avancer enSemble Quel eSt le point commun entre la rééducation auditive et la compenSation motrice ? une puce, conçue conjointement par l’éQuipe de recherche demar, commune à inria, aux univerSitéS de montpellier 1 et 2 et au cnrS, et par la Société neurelec. explicationS. D’un côté, l’équipe de recherche Demar, l’audition. Cette société est spécialisée qui cherche à restaurer les déficiences dans les implants cochléaires, qui motrices et sensorielles sévères par stimulent électriquement le nerf auditif. la Stimulation Électrique Fonctionnelle Les deux équipes étaient faites pour (SEF), en partenariat avec des centres se rencontrer ! « En 2006, nous leur médicaux. De l’autre, Neurelec, filiale avons présenté un concept de stimulateur du groupe MXM (140 personnes), qui générique qui les a intéressés, explique développe des dispositifs implantables David Guiraud, responsable de l’équipe de neurostimulation afin de rétablir de recherche Demar. Restait à l’adapter aux contraintes spécifiques de l’audition… » Rapidement, un micro- électronicien de l’équipe Demar rejoint Neurelec, implanté à Sophia Antipolis, dans le département des Alpes- Maritimes. « La motivation et l’envie de travailler ensemble étaient réelles, s’enthousiasme Guillaume Rosanis, responsable R&D de Neurelec. L’équipe de recherche Demar nous transférait un concept, des compétences et des technologies et, de notre côté, nous nous engagions à concevoir un produit qui pourrait être décliné pour les déficiences motrices. » L’innovation intervient à tous les niveaux de la collaboration, des techniques de fabrication aux méthodes de travail. Cette exigence et cette confiance partagées ont porté leurs fruits, puisque Neurelec a mis au point une puce 24 canaux dont la version industrielle verra le jour cette année… un bel aboutissement ! contactS : Guillaume roSaniS / GroSaniS@neurelec.com david Guiraud / david.Guiraud@lirmm.fr david Guiraud, responsable de l’équipe de recherche demar (à gauche), et Guillaume rosanis, responsable r&d de neurelec