• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Plenary I - E. Ehouan Ehilé
 

Plenary I - E. Ehouan Ehilé

on

  • 572 views

 

Statistics

Views

Total Views
572
Views on SlideShare
572
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
4
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Plenary I - E. Ehouan Ehilé Plenary I - E. Ehouan Ehilé Document Transcript

    • ASSOCIATION OF AFRICAN UNIVERSITIES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES EXPOSE EN PLENIERE Par Professeur Etienne Ehouan Ehile Secrétaire Général de l’Association des Universités Africaines (AUA) MERCREDI, 28 NOVEMBER 2012 à la Conférence de l’AIU Université Inter-Américains de Porto Rico, San Juan, Porto RicoTHEME DE LA CONFERENCE: L’Enseignement Supérieur et l’Agenda Mondial : Orientations Alternatives pour l’AvenirMonsieur le Président………………………..Titre d’Exposé en Plénière: L’Agenda Global et le Rôle des Institutions d’Enseignement SupérieurExposé en Plénière par le Secrétaire Général de l’AUA, le 28 Novembre 2012 Page 1
    • C’est pour moi un grand plaisir et un honneur de participer à cetteimportante Conférence, et aussi d’apporter la contribution de l’Associationdes Universités Africaines (AUA)au thème générique : « L’EnseignementSupérieur et l’Agenda Mondial : Orientations Alternatives pour l’Avenir ».Je voudrais avant tout propos, remercier les hautes autorités de l’AssociationInternationale des Universités (AIU), pour les dispositions prises afin que moninstitution puisse être présente à cette conférence.Monsieur le président, Mesdames et MessieursLe rôle central de l’enseignement supérieur en tant que levier dudéveloppement économique, social et culturel des pays est bien connu. Il enest de même pour son rôle vital dans la compétitivité dans une société de laconnaissance globalisée en perpétuelle croissance. Pour l’Afrique,l’enseignement supérieur joue un rôle crucial dans le renforcement descapacités et la formation professionnelle, comme support pour l’atteinte desObjectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Il est aujourd’hui uneévidence que l’insuffisance d’investissement dans le secteur del’enseignement supérieur en général est un sérieux handicap pourdévelopper les ressources et les compétences nécessaires pour la croissancede l’économie et, conséquemment, pour la réduction de la pauvreté.Les institutions d’enseignement supérieur d’Afrique ont été interpellées pourdémontrer de façon pratique leur capacité d’assister la société pourrésoudre les défis du développement, ce qui est d’ailleurs une de leursmissions fondamentales.De quelle manière les institutions universitaires et les autres organisationsd’enseignement supérieur en général ont-elles contribué aux légitimesaspirations de développement du continent?Mr le Président, le temps qui m’est imparti ne me permettra certainementpas de discuter de façon exhaustive le sujet par rapport au point de vue del’AUA. Comme vous le savez, l’AUA a 45 ans d’existence et a pour mission« d’Améliorer la qualité et la pertinence de l’enseignement supérieur enAfrique et renforcer sa contribution au développement de lAfrique, ceci en :  Appuyant les fonctions de base des établissements d’enseignement supérieur (EES) ;  Facilitant et encourageant la collaboration entre les établissements d’enseignement supérieur africain ; etExposé en Plénière par le Secrétaire Général de l’AUA, le 28 Novembre 2012 Page 2
    •  Offrant une plate-forme pour les discussions sur les questions émergentes.Dans cette perspective, quelle est l’implication de l’AUA dans les problèmesd’enseignement supérieur ? Quelles sont les initiatives récentes et actuellesde l’AUA ?Mesdames et Messieurs, la déclaration des Nations Unis pour le Millénaire,signée lors du Sommet du Millénaire tenu en septembre 2000 à New York,engage les leaders du monde entier à combattre la pauvreté, la maladie,l’analphabétisme, la dégradation de l’environnement et la discriminationenvers les femmes. Les 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement(OMD) dérivent de cette déclaration avec, chacun, des objectifs spécifiqueset des indicateurs. On s’attend à ce que l’Enseignement Supérieure enAfrique fournisse une éducation de qualité, bénéfique pour la société auxplans intellectuel, social, culturel et économique, à travers des programmesd’enseignement et de recherche pertinents. Ces défis sont de façonsuccincte contenus dans les OMD.Malheureusement, des données empiriques indiquent qu’à moins que desefforts concertés aient été faits, de nombreux pays africains ne pourront pasatteindre ces objectifs à l’horizon 2015.Pour sa part, l’AUA a soutenu des recherches collaboratives pertinentes et dehaute qualité conçues pour répondre prioritairement aux défis dedéveloppement du continent.Un exemple parmi tant d’autres est le projet intitulé : Initiative pour laMobilisation de la Capacité Régionale, en anglais : « Mobilising RegionalCapacity Initiative (MRCI) ». Il sagit dune initiative toujours en cours qui, dansle passé, a bénéficié dun financement du Département Britannique pour leDéveloppement International (DfID), à qui je voudrais, ici et maintenant,traduire notre profonde gratitude. Ce projet a financé, sur une basecompétitive, des propositions de recherche d’établissements d’enseignementsupérieur d’Afrique.Un total de 23 projets collaboratifs ont été primés, impliquant 70 organismesdenseignement supérieur/ Institutions / réseaux, en provenance de 31 paysafricains. Le but de ce projet est de renforcer la capacité des établissementsdenseignement supérieur à travers la recherche de haute qualité conçuepour contribuer à lélaboration des politiques dont les pays africains ontbesoin pour atteindre les OMD. La mise en œuvre du projet MRCI a conduit àExposé en Plénière par le Secrétaire Général de l’AUA, le 28 Novembre 2012 Page 3
    • lélaboration et à la publication de 54 guides dorientation et de 7 cadresstratégiques.Les copies électroniques de ces documents, ainsi que les résultats duProgramme MRCI sont disponibles sur le site Web de lAUA (www.aau.org).Les 23 projets du programme MRCI ont porté sur quatre des huit OMD (i-réduire lextrême pauvreté et la faim, ii-améliorer la santé maternelle, iii-promouvoir le partenariat mondial pour le développement et iv- la réalisationde léducation primaire universelle).LAUA est actuellement à la recherche de financement supplémentaire pourpermettre d’entreprendre davantage de recherches sur les quatre autresOMD (i-promouvoir légalité des sexes et lautonomisation des femmes, ii-réduire la mortalité infantile, iii- combattre le VIH / sida, le paludisme etdautres maladies, et iv- assurer un environnement durable).Monsieur le Président,Il est important d’indiquer que l’expérience et la capacité de mise en œuvrede projets de grande envergure, concrétisée par le projet MRCI et biend’autres, a amené la Banque Mondiale à désigner l’AUA pour abriter l’UnitéRégionale de Facilitation (RFU) de la première partie du projet de Centresd’Excellence Africains de la BM concernant 6 à 8 pays de l’Afrique de l’Ouestet du Centre.Monsieur le président,Dans un effort pour promouvoir la revitalisation de lenseignement supérieurafricain afin doptimiser sa capacité à faciliter le développementéconomique et social du continent, lAUA a accordé la priorité auxproblèmes dAssurance Qualité, daccréditation et de développement descapacités dans les institutions denseignement supérieur et dans les agencesd’Assurance Qualité et d’Accréditation, comme stratégies clés pour ledéveloppement dune éducation et d’une formation crédible et efficace dessociétés du savoir émergentes.Cela est d’ailleurs en conformité avec lun des mandats constitutionnels delAUA qui est de : « promouvoir la coopération entre les institutions africainesdenseignement supérieur dans lélaboration des programmes de formation ,de recherche, dassurance qualité, la reconnaissance des qualifications, ladétermination de léquivalence des diplômes, et autres questions spécifiquesd’intérêt pratique pour lenseignement supérieur africain ".Exposé en Plénière par le Secrétaire Général de l’AUA, le 28 Novembre 2012 Page 4
    • Mesdames et Messieurs, il existe maintenant à l’AUA une Directiond’Assurance Qualité qui abrite aussi le Secrétariat du Réseau AfricaindAssurance Qualité (AfriQAN), dont le coordonnateur est nomé par lsSecrétaire Général de l’AUA. Ce réseau a été créé en Septembre 2007 lorsde la 2ème Conférence internationale de lUNESCO sur lAssurance Qualitédans lenseignement supérieur, qui sest tenue à Dar es-Salaam, en Tanzanie.Le réseau a été mis en place en tant que plate-forme officielle pour lacoopération des organisations africaines dAssurance Qualité.Lobjectif principal d’AfriQAN est de soutenir et de promouvoir la mise enplace de systèmes harmonisés dAssurance Qualité dans les pays africainscomme un moyen de maintenir et de promouvoir la comparabilité etlharmonisation des normes de qualité dans l’ES d’Afrique.Les récentes Conférences organisées par l’UNESCO-BREDA et AfriQAN et parl’UNESCO-BREDA et l’Office Allemande d’Echange Universitaire( DAAD),respectivement à Abidjan (Septembre 2012) et à Dakar (Novembre 2012),s’inscrivent parfaitement dans le sens du renforcement des capacités enAssurance Qualité dans les sous-régions d’Afrique.Quelques éléments de performance d’AfriQAN, depuis sa création, sontdisponibles sur le site web de l’AUA.Monsieur le Président, permettez-moi d’énumérer de manière succincted’autres initiatives récentes de lAUA : 1. Europe-Africa Quality Connect: LAUA a été un partenaire majeur avec l’Association des Universités Européennes(EUA), Irish Universities Quality Board (IUQB) et lUniversité dAveiro, dans la mise en œuvre de cette initiative entre Octobre 2010 et Septembre 2012. 2. Mécanisme Africain de Cotation de la Qualité: LAUA, en collaboration avec lUnion africaine (UA) a tenu une réunion de trois jours pour valider en Mars 2008 le mécanisme de cotation africaine (AQRM) de lenseignement supérieur à Accra, au Ghana. Au cours de cette rencontre, une délibération a été faite sur les stratégies pour lharmonisation de lenseignement supérieur, la mise en place dun mécanisme dévaluation de la qualité développé par la Commission de lUA (CUA), ainsi que la mise en œuvre de la Convention dArusha. 3. GUNI-Afrique: LAUA, en collaboration avec le Réseau mondial pour linnovation (GUNI-Afrique), a travaillé sur le développement et la diffusion du cadre régional africain dassurance qualité. CetteExposé en Plénière par le Secrétaire Général de l’AUA, le 28 Novembre 2012 Page 5
    • collaboration devrait renforcer la qualité de la prestation de lenseignement supérieur en Afrique.Monsieur le Président, permettez-moi de conclure dans les termes suivants :Parce que lenseignement supérieur est essentiel au développementéconomique, social, culturel et politique des pays africains,Parce que lenseignement supérieur est tout aussi essentiel pour lacompétitivité dans une société de la connaissance de plus en plus globalisée,lAssociation des Universités Africaines est davis que les établissementsdenseignement supérieur africains ont un rôle primordial à jouer, nonseulement pour assurer la pertinence et la qualité des études, des formationset des apprentissages, mais aussi dans la réalisation des OMD et au-delà.Pour ce faire, un passage obligatoire est l’émergence et le développementde l’Assurance Qualité dans les établissements d’enseignement supérieur etdans les agences nationales en charge de l’enseignement supérieur. Celasuppose cependant un financement conséquent des Etats, des partenairestechniques et financiers mais aussi des apprenants.Monsieur le Président, je terminerai mon propos en lançant une invitation àtous les vice-chanceliers, recteurs, présidents et Directeurs Généraux desdinstitutions denseignement supérieur, ainsi qu’aux parties prenantes delenseignement supérieur africain présents ici, pour assister à la 13èmeConférence Générale de lAUA, qui se tiendra à Libreville, au Gabon, du 28au 31 mai 2013, avec comme hôte, lUniversité Omar Bongo.Le thème de la conférence est «Transformer lenseignement supérieurafricain pour lemployabilité des diplômés et le développement socio-économique", avec les cinq sous-thèmes suivants:  Le lien entre l’enseignement supérieur et le secteur productif ;  L’employabilité des diplômés ;  Le rôle du secteur privé dynamique ;  L’environnement socio-politique et l’employabilité ;  Les problèmes de financement.Exposé en Plénière par le Secrétaire Général de l’AUA, le 28 Novembre 2012 Page 6
    • Les informations sur la Conférence Générale de l’AUA sont disponibles sur lesite : www.aau.orgNous espérons vous accueillir tous à Libreville.Merci pour votre aimable attention.Professeur Etienne Ehouan EHILESecrétaire GénéralExposé en Plénière par le Secrétaire Général de l’AUA, le 28 Novembre 2012 Page 7