IAU Durban Conference, August 20-25, 2000                                   11th General Conference: Universities as Gatew...
Renforcer les liens avec le monde du travail en se fondant sur des orientations à long terme, enfonction des buts et des b...
Au niveau région: cinq comités régionaux sont créés auprès des bureaux régionaux de lUNESCOimpliqués dans la mise en oeuvr...
Conférence mondiale.• Pertinence de lenseignement, supérieur• Qualité de lenseignement supérieur• Gestion et financement d...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Durban p2 k.f. seddoh

413
-1

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
413
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Durban p2 k.f. seddoh

  1. 1. IAU Durban Conference, August 20-25, 2000 11th General Conference: Universities as Gateway to the Future Information SessionLa Conférence Mondiale sur lEnseignement Supérieur : Quelle stratégie et quelles actions pourle suivi?Komlavi Francisco Seddoh, Directeur de la Division de lEnseignement supérieur, UNESCOIntroductionLa Conférence Mondiale sur l’Enseignement Supérieur qui sest tenue à Paris du 5 au 9 octobre 1998,a constitué un moment unique en son genre pour le monde lenseignement supérieur - unique par lenombre et la qualité des participants, 4000 délégués et 900 observateurs de 186 pays, dont 130délégations au niveau ministériel. Les ONG de lenseignement supérieur étaient largementreprésentées,Unique également par limportance des enjeux et lampleur des objectifs et des thèmes inscrits à lordredu jour- établir les principes fondamentaux pour une réforme des systèmes denseignement supérieur auniveau mondial;- définir les grandes orientations à suivre pour que lenseignement supérieur se prépare auxresponsabilités qui lattendent a laube du 21 eme siècle- aider les hommes et les femmes, les sociétés et la communauté des nations à aller de lavant pourlavènement dun monde plus juste, plus humain, plus solidaire, plus pacifique.Préparation et organisation de la Conférence MondialeEngager une telle action directement au niveau mondial nétait pas chose aisée. La réflexion et lamobilisation ont donc démarré au niveau des régions par des conférences préparatoires organiséessuccessivement à Cuba (novembre 1996) pour lAmérique Latine, à Dakar (avril 1997) pour lAfrique,à Tokyo juilllet 1997) pour lAsie et le Pacifique, à Palermo (septembre 1997) pour lEurope et à Beirut(mai 1998) pour le Monde Arabe. Deux concertations additionnelles ont été également organisées auCanada pour lAmérique du Nord et à Strasbourg pour lEurope (2e réunion).Chaque conférence régionale a adopté une Déclaration régionale et un plan daction. Cest à partir deces documents régionaux que seront préparés une déclaration mondiale et un cadre daction prioritairepour le changement et le développement de lenseignement supérieur qui seront soumis à lappréciationde la Conférence mondiale à Paris après une large consultation des Etats membres et de lensemble despartenaires de lUNESCO.Ces documents, adoptés par consensus, constituent désormais un outil et une référence de basesusceptibles de guider les réformes de lenseignement supérieur au niveau mondial.La Déclaration Mondiale sur lEnseignernent Supérieur.Je ne reviendrai pas sur les détails de la Déclaration Mondiale ni sur le cadre daction prioritaires. Ilssont au coeur des délibérations et de la. réflexion menée à Durban depuis quelques jours. Nouspouvons même inscrire la 11 eme Conférence générale de lAIU comme faisant partie des activités desuivi de la Conférence Mondiale. Je me limiterai à citer simplement quelques orientations majeures dela Déclaration:Développer un enseignement supérieur ouvert à tous en fonction du mériteReconfirmer les missions essentielles des systèmes denseignement supérieur (éduquer, former,entreprendre des recherches, contribuer au développement durable et à lamélioration de la sociétédans son ensemble) ,Offrir un espace ouvert par la formation supérieure et lapprentissage tout au long de la vieRenforcer les fonctions prospectives et critiques ,Soumettre les activités aux exigences de léthique ,Promouvoir les Libertés Academiques et lautonomie des institutions denseignement supérieur tout enétant responsable et comptable vis-à-vis de la sociétéPromouvoir un enseignement supérieur pertinent en adéquation avec les attentes de la société ;
  2. 2. Renforcer les liens avec le monde du travail en se fondant sur des orientations à long terme, enfonction des buts et des besoins de la société, y compris du respect des cultures et de la protection delenvironnement ,Promouvoir la contribution de lenseignement supérieur au développement des autres niveaux dessystèmes éducatifs ,Diversifier les modèles de lenseignement supérieur ainsi que les modes et critères de recrutement pourrépondre à la demande tout en respectant lexigence du maintien de la qualité,Renforcer la fonction de recherche de lenseignement supérieurPromouvoir une culture de lévaluation,Promouvoir la formation et le perfectionnement des personnels conformérrient à la Recommandationadoptée en 1997 sur la condition des personnels enseignants de lenseignement supérieur,Promouvoir la participation des étudiants en tant que partenaires et protagonistes responsables duprocessus de rénovation de lenseignement supérieur,Renforcer la participation des femmes à lenseignement supérieur en particulier au niveau de la prisede décision,Mettre à profit le potentiel disponible grâce aux nouvelles technologies de linformation et de lacommunication pour rénover lenseignement supérieur, élargir et diversifier la transmission du savoir,mettre les connaissances à la disposition du public le plus largeRéaffirmer le statut de service public de lenseignement supérieur~ même si une participation dusecteur privé peut parfois être nécessaire ,Réaffirmer la dimension internationale de lenseignement supérieur en tant que partie intégrante de laqualité ,Réaffirmer limportance de lapplication des instruments normatifs régionaux et internationaux relatifsà la reconnaissance des études et des diplômesPromouvoir les partenariats entre toutes les parties prenantes lors de lélaboration des politiquesnationales.Le suivi de la Conférence Mondiale sur l’Enseignement Supérieur (C.M.E.S.)- Quelques principes de baseQuelques principes de base ont été pris en compte lors de la conception par lUNESCO de la stratégiedu suivi de la C.M.E. S.• Responsabiliser les Etats membres et les partenaires de lUNESCO - Il leur revient de sapproprier lesdécisions de la Conférence mondiale et de les traduire en décisions au niveau des politiques nationaleset des budgets nationaux• Maintenir le partenariat et la mobilisation la plus large en faveur du suivi de la C.M.E.S.• Organiser la diffusion la plus large pour la Déclaration et le cadre daction prioritaires adoptées par laC.M.E. S.• Promouvoir lintersectorialité au niveau interne de lUNESCO. Tous les secteurs sont. invités àprendre part aux activités de suivi.• Impliquer toutes les sections de la Division de lEnseignement Supérieur dans les activités de suivi dela C.M.E. S.La stratégie adoptée.Elle est structurée en trois niveaux principaux daction: le niveau national, le niveau régional et leniveau mondial.Au niveau national: Des groupes de travail sont suscités en étroite relation avec les commissionsnationales pour lUNESCO. Il leur revient la responsabilité dorganiserla poursuite de la réflexion sur lenseignement supérieur, de sélectionner les orientations de ladéclaration que lEtat membres souhaite promouvoir compte tenu des problèmes spécifiques qui seposent à son enseignement supérieur, de définir les actions de coopération avec dautres Etatsmembres. Un point focal nommé au niveau de lEtat membre est chargé de tenir lUNESCO informéede toutes les initiatives prises au niveau national.Au niveau des ONG et des OIG: des points focaux sont nommés également auprès des principalesONG de lenseignement supérieur ainsi quauprès des OIG qui disposent de programmes dans ledomaine de lenseignement supérieur.Le réseau mondial des points focaux: Au total, cest un réseau mondial de 350 points focaux qui sontainsi créés pour prendre part au suivi.
  3. 3. Au niveau région: cinq comités régionaux sont créés auprès des bureaux régionaux de lUNESCOimpliqués dans la mise en oeuvre du programme pour lenseignement supérieur: Beirut, Bucarest,Caracas, Dakar et Bangkok. Les comités régionaux maintiennent le contact avec les points focauxnationaux. Ils participent à la préparation de plans dactions régionaux et organisent des actions auniveau de la région.Au niveau mondial: Un comité international de suivi de la Conférence mondiale est nommé par leDirecteur général de lUNESCO. Il comprend une vingtaine de membres représentant les Etatsmembres, les ONG, les OIG, les donateurs, le secteur économique. Le Comité international est investidune mission dévaluation de lensemble des initiatives prises au niveau mondial et de conseil auDirecteur général de lUNESCO.Création dun Réseau Mondial pour lInnovation dans lEnseignement SupérieurEn conformité avec le cadre daction prioritaire adopté par la Conférence mondiale, un réseau mondialest créé avec la participation des Chaires UNESCO sur lenseignement supérieur, de lUNESCO et delUniversité des Nations Unies, dautres partenaires impliqués dans le développement delenseignement supérieur au niveau national ou régional.Le réseau mondial dispose dun secrétariat et dun Directeur exécutif basés à Barcelone à lUniversitéPolytechnique de Catalogne.Il est constitué de réseaux régionaux en cours dorganisation et tiendra sa conférence plénière à la findu mois de novembre 2000.Le réseau sera actif principalement dans le domaine de la poursuite de la réflexion sur lenseignementsupérieur (forum électronique). Il publiera périodiquement des documents pour faire létat des lieux etfaire avancer les idées.Le réseau mondial travaillera en étroite collaboration avec la Division de lEnseignement Supérieur delUNESCO et les bureaux régionaux.Quelques initiatives prises par lUNESCO au niveau central (Division de lEnseignement Supérieur)En appui aux activités initiées au niveau des Etats membres et des autres partenaires (ONG/OIG), laDivision de lEnseignement Supérieur a lancé une série de projets et dactions pour dynamiser le suiviau niveau mondial.- La publication des résultats de la C.M.E S.Le rapport final est publié en six langues: français, anglais, espagnol, arabe, russe, chinoisCinq autres volumes sont en cours de publication par CD ROM:• les discours et exposés spéciaux• les travaux des commissions• les travaux des débats thématiques• les discours des chefs de délégations ,• quelques contributions individuelles des participants.Ces documents sont disponibles sur le site web lié aux archives de l’UNESCOhttl2://www.unesco,or WeducationeducproWwche/index/htmlPlusieurs traductions et publications en langues nationales ont été initiées au niveau des Etatsmembres.- Le Compendium de bonnes pratiquesDe concert avec les Etats membres et les autres partenaires, la Division de l’Enseignement Supérieur ainitié une publication sur les bonnes pratiques dans lenseignement supérieur pour mettre à ladisposition de la communauté mondiale les expériences et les innovations réussies. La publication serabisannuelle.- La Base de données sur les législations dans lenseignement supérieurInitiée à la demande des Etats membres de lUNESCO, elle comprendra:• les lois nationales sur lenseignement supérieur• les documents de politique sectorielle disponibles• les livres blancs disponibles• des rapports majeurs publiés sur lenseignement supérieur par les comités nationauxNous évoluons vers la préparation dun manuel de législation qui sera à la disposition des Etatsmembres et des partenaires de l’UNESCO.Plusieurs Forums sont en cours dorganisation: Un Forum électronique de discussion pour poursuivre la réflexion sur les thèmes principaux de la
  4. 4. Conférence mondiale.• Pertinence de lenseignement, supérieur• Qualité de lenseignement supérieur• Gestion et financement de lenseignement supérieur• Coopération internationaleLa discussion portera également sur les thèmes des 12 débats thématiques organisés pendant laConférence mondiale.Le Forum de rechercheDans une première étape, il permettra de faire un état des lieux de la recherche sur lenseignementsupérieur au niveau mondial. Linventaire sera réalisé avec la contribution dun Etat membre (laSuède) et des ONG. La contribution dautres Etats et organisations est vivement souhaitée.Dans une deuxième étape, un Forum sur la recherche sera mis en place pour la promotion descapacités dans le domaine de la gestion de la recherche universitaire, en mettant laccent sur les paysen développement.- On identifiera également des mécanismes susceptibles de contribuer au renforcement de cescapacités.Le Forum des étudiants:Il permettra dassocier les étudiants à la réflexion sur les grandes activités du suivi de la ConférenceMondiale sur lEnseignement Supérieur,On mettra laccent sur:• les débats liés aux changements dans la société• la promotion des capacités dans la prise de décision• le conseil et lorientation dans le domaine des carrières• les innovations réussies dans le domaine de partenariat avec les étudiants.Lesprojets sur les femmes et lenseignement supérieurLe problème du genre fait partie des priorités de lUNESCO et de la Conférence Mondiale. Il est prévu- un guide sur les bonnes pratiques dans le domaine de la promotion de légalité- une base de données sur lexpertise des femmes diplômées. Elle comportera 2000 femmes diplôméesde par le monde- une charte pour légalité des sexes dans lenseignement supérieur,- une table ronde - Pékin + 5 - sur les femmes diplômées et le changement dans le contexte de laglobalisation.Par ailleurs, le projet spécial Femmes, Enseignement Supérieur et Développement poursuivra sesactivités basées essentiellement sur la création de chaires UNESCO dans le domaine du genre.Publication dun kit de discussionUn kit de discussion est en cours de publication en 3 langues (français, anglais, espagnol). E sagit derésumés des travaux des 12 débats thématiques organisés pendant la Conférence mondiale, afin defaciliter laccès à ces documents et de les rendre plus aisément utilisables par les décideurs et lesacteurs du monde de lenseignement supérieur.ConclusionLe suivi de la Conférence Mondiale sur lEnseignement Supérieur suit son cours. Notre objectif est delorganiser afin quil puisse permettre de penser globalement et dagir localement en posant des actesconcrets.Le suivi natteindra cet objectif que sil bénéficie dune implication réelle non seulement de la part desEtats membres, mais également de la part des institutions denseignement supérieur et du partenariat leplus large. Ainsi, des initiatives nouvelles seront prises au niveau des Etats et des institutions.Nous obtiendrons une participation plus large aux actions lancées par l’UNESCO et nous recevronsdes suggestions pertinentes de la part des partenaires pour la poursuite de notre action.Cest en bénéficiant du partenariat le plus large que lUNESCO a pu faire de la Conférence Mondialesur lEnseignement Supérieur un succès reconnu de tous.Tout sera mis en oeuvre pour continuer de bénéficier de cette mobilisation. Le succès obtenu par laréunion des partenaires, organisée le 14 juin 2000 à Paris, nous permet de garder lespoir.

×