Rapport
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Rapport

on

  • 854 views

 

Statistics

Views

Total Views
854
Views on SlideShare
853
Embed Views
1

Actions

Likes
0
Downloads
8
Comments
0

1 Embed 1

https://insystem.websecure.ma 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Rapport Document Transcript

  • 1. Rapportd’activités2010-2011
  • 2. Composition du conseil d’administration au 1er juillet 2011 Président M. Jean-Paul HUCHON Président du conseil régional d’Île-de-France • Bureau 1er vice-président M. Daniel CANEPA Préfet de la Région d’Île-de-France, préfet de Paris 2e vice-président M. Jean-Claude BOUCHERAT Président du conseil économique, social et environnemental de la Région Île-de-France 3e vice-présidente Mme Mireille FERRI, conseillère régionale Trésorier : Mme Françoise DESCAMPS-CROSNIER Secrétaire : M. François LABROILLE • Conseillers régionaux Titulaires : Suppléants : Jean-Philippe DAVIAUD Judith SHAN Christine REVAULT D’ALLONNES Aurore GILLMANN Françoise DESCAMPS-CROSNIER Halima JEMNI Muriel GUÉNOUX Daniel GUÉRIN Jean-Luc LAURENT Éric COQUEREL François LABROILLE Marie-José CAYZAC Alain AMÉDRO Thibaud GUILLEMET Mireille FERRI Marc LIPINSKI Claire MONOD Jean MALLET Pierre-Yves BOURNAZEL Frédéric VALLETOUX Jean-Pierre SPILBAUER Martine PARESYS Denis GABRIEL Sophie DESCHIENS François DUROVRAY Patrick KARAM •Le président du conseil économique, social et environnemental de la Région Île-de-France M. Jean-Claude BOUCHERAT • Deux membres du conseil économique, social et environnemental de la Région Île-de-France Titulaires : Suppléants : M. Pierre MOULIÉ Mme Nicole SMADJA M. Jean-Loup FABRE M. Jean-Pierre HUBERTDirecteur Général •Quatre représentants de l’ÉtatFrançois Dugeny M. Daniel CANEPA, préfet de la Région d’Île-de-France, préfet de Paris ; Mme Sylvie MARCHAND, directrice régionale de l’Insee, représentant le ministre chargé du Budget ;Conception, rédactionGilles Antier M. Jean-Claude RUYSSCHAERT, représentant du ministre chargé de l’Urbanisme ; Monsieur le représentant du ministre chargé des Transports : N.Directrice de la CommunicationCorinne GuillemotResponsable des éditions • Quatre membres fondateursFrédéric Theulé Le gouverneur de la Banque de France, représenté par M. Bernard TEDESCO ; Le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations,Maquette représenté par M. Patrick FRANÇOIS, directeur interrégional ;Olivier Cransac Le gouverneur du Crédit foncier de France,Fabrication représenté par M. Florent LEGUY ;Terence Gbaguidi Le président du directoire du Crédit de l’équipement des PMEMédiathèque photothèque représenté par M. Dominique CAIGNART.Claire GalopinAurélie Lacouchiesous la direction de Philippe Montillet • Le président de la chambre de commerce et d’industrie de Paris, représenté par Mme Valérie AILLAUD.ImpressionColorteamImprimé sur un papier issu de forêts gérées durablement, certifié PEFC.ISSN 1263-2430ISBN 978-2-7371-1830-2
  • 3. Éditorial Au travers de ses travaux récents – mise à jour du mode d’oc- cupation du sol, ateliers sur les migrations, enjeux urbains des projets de transport, problème de précarité énergétique, villes face à l’insécurité, évolution des conditions de logement des Franciliens – l’IAU île-de-France livre un ensemble d’éclairages nouveaux sur les évolutions urbaines, démographiques et so- ciales de notre région.Cette veille permanente et ces réflexions prospectives sur les évolutions impactant le devenirde l’Île-de-France ont été particulièrement mobilisées cette année, tant dans le cadre des dé-bats publics sur les projets d’infrastructures du Grand Paris Express que dans l’appuiapporté à Paris Métropole.L’institut s’est également investi sur les conditions de mise en œuvre du grand projet régionalqu’est le Sdrif, d’une part en appuyant la conférence territoriale régionale, d’autre part en dé-clinant ses préconisations au niveau des territoires au travers des Carnets pratiques, mais aussien affirmant l’échelle stratégique du Bassin parisien en tant que « méga-région ».La présence de l’IAU île-de-France dans le débat métropolitain s’est exprimée auprès desdécideurs – notamment au travers de ses publications – et dans les sphères techniques,professionnelles et universitaires. Elle s’est affirmée dans de nombreux domaines tels que lastratégie de développement économique et d’innovation, la préparation du nouvel Atlas des Fran-ciliens, ou le développement des intercommunalités.Comme chaque année, l’institut a poursuivi son appui à la mise en œuvre des politiquesrégionales, dans des domaines aussi divers que les territoires écologiquement prioritaires, lesprojets de territoires stratégiques ou les parcs naturels régionaux.À l’international, en apportant son savoir-faire aux villes et métropoles du Maroc, du Liban, duVietnam, ainsi que dans de nombreux réseaux tels que Metrex ou Metropolis, l’IAU île-de-Francea contribué au rayonnement de notre région en Europe et dans le monde. Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d’Île-de-France Président de l’IAU île-de-France
  • 4. Repères 2010-2011Janvier 2010 Février 2010 Mars 2010 Avril 2010 Mai 2010 Juin 2010Géographie Les Cahiers n° 153 Amélioration 3e carnet pratique Intercommunalités Les Cahiers n° 154de l’emploi « Le Bassin parisien, énergétique du parc du Sdrif : comment et politique « Le Maroc s’ouvre une méga-région ? » résidentiel francilien traiter les fronts de la ville au XXIe siècle » urbainsOctobre 2010 Novembre 2010 Décembre 2010 Janvier 2011 Février 2011 Mars 2011Enjeux urbains Journée nationale 1er atlas régional Les Cahiers n° 157 Le fleuve et les ORS : Synthèsed’Arc Express d’échanges des des zones humides « Équipements et collectivités locales baromètre santé- « Inter-Scot » services : la métro- nutrition 2008 pole au quotidien »
  • 5. Sommaire Autour du projet de Sdrif .......................................... 4 Bassin parisien .......................................................... 6 Aménagement régional et local ............................... 7 Gouvernance locale ............................................... 10 Environnement ........................................................ 11 Mobilité et transports ............................................. 14 Économie, recherche, emploi et formation .......... 17 Démographie, social et logement ......................... 20 Sécurité ................................................................... 23 Sports, loisirs et tourisme ..................................... 24 Santé ....................................................................... 25Juillet 2010 Août 2010 Septembre 2010 International ............................................................ 26Mise en ligne du Autopartage et co- Les Cahiers n° 155Mode d’Occupation voiturage à Londres, « Les villes face SIGR, Visiau, réseaux ............................................. 28du Sol 2008 Madrid et Berlin à l’insécurité » Communication ...................................................... 29 Médiathèque, mission patrimoine ........................ 32 Rapport d’activités 2010-2011 Crédits photos. P.1 - C. Lauté/IAU îdF- P.2 - a/ J.-C. Pattacini/Urba Images/IAU îdF - b/ OT Honfleur-Avril 2011 Mai 2011 Juin 2011 c/ S. Mariotte/IAU îdF - d/ J.-C. Pattacini/Urba Images/IAU îdF - e/ B.Guigou/IAU îdF-Terrains de grands Table-ronde du Mémento 2011 f/ Doc Al Omrane Sahel Lakhyayta - g/ h/ IAU îdF - i/ S. Rossi/IAU îdF - j/ S. Cas- tano/IAU îdF - k/ J.-C.Pattacini/Urba Images/IAU îdF - l/ C. Degrémont/IAU îdF -jeux en Île-de- Cahier 156 : « Inno- de l’environnement P.3 - a/ IAU îdF - b/ F. Dugeny/IAU îdF - c/ J.-C.Pattacini/Urba Images/IAU îdF -France (IRDS) vation, réseaux de d/ O. Pasquiers/ Le bar Floréal.photographie/IAU îdF - e/ DRIEA / Gobry - f/ J.-C. travail et territoires » Pattacini/Urba Images/IAU îdF. 3
  • 6. Autour du projet de Sdrif Autour du projet de Sdrif Le Sdrif et l’aménagement l’IAU îdF, «le journal du Sdrif» a été tendances territoriales au regard régional « Autour du projet de Sdrif » édité et remis lors de cet événe- du projet de Sdrif, analyse des pro- L’IAU îdF a apporté son appui ju- Des réflexions liées au Grand Paris, ment. Sur la base du travail réa- jets locaux (SCOT, PLH, opérations ridique à la Région lors du pas- la participation à d’autres débats lisé pour le rapport annuel en d’aménagement…) au regard des sage du projet de Sdrif au Conseil publics, de nouveaux carnets 2009, il présente les processus objectifs régionaux afin de déter- d’État. Il a également alimenté les pratiques, ou la mise en place d’un mis en œuvre en Île-de-France, les miner le degré de mise en œuvre débats publics du Grand Paris et processus de suivi et d’évaluation… opérations réalisées ou en cours du projet spatial régional ou les d’Arc Express organisés fin 2010, de réalisation en réponse aux risques de divergence. Il pose éga- notamment en regard des objec- grands principes et objectifs fixés lement les bases du suivi - éva- tifs du projet de Sdrif. duisant par une implication dans dans le projet de Sdrif. Il traite des luation du Sdrif. La participation de l’IAU îdF aux ré- plusieurs conférences. flexions liées au Grand Paris a Dans le même esprit, l’IAU îdF a conduit à consolider le cadre de participé activement aux multiples la planification régionale et ses débats faisant suite à la consul-Rapport d’activités 2010-2011 principales orientations. Outre tation internationale du Grand l’expertise technique des projets Pari(s) de l’agglomération pari- soumis au débat public, l’IAU îdF sienne, favorisant la diffusion de a contribué à faire mieux com- l’enjeu métropolitain. prendre les enjeux à travers de nombreux débats ou conférences La conférence territoriale liés au Grand Paris, et par la ré- régionale daction d’articles dans divers Elle s’est tenue le 26 novembre supports. À titre illustratif, un 2010, à l’initiative de la Région, partenariat a été noué pour l’ac- pour partager le constat des évo- compagnement des réflexions lutions du territoire francilien de- sur le Grand Paris avec l’ordre des puis l’adoption du projet de Sdrif. La consultation pour le « grand pari(s) » : un nouvel éclairage architectes d’Île-de-France, se tra- Conçu par la Région en lien avec sur le débat métropolitain. V. Fouchier/IAU îdF 4
  • 7. Autour du projet de SdrifGuides illustratifs, réflexion conjointe sur l’espace ur- schéma directeur dans toutescarnets pratiques bain et sur l’espace rural. ses dimensions (planification, stratégie et urbanisme), pour « Comment concevoir l’aménagement de la métropole des extensions urbaines francilienne. Le rapport annuel denses ? » doit permettre d’illustrer l’articu- Ce Carnet pratique donne à voir lation entre les exercices de pla- des exemples de nouveaux «mor- nification et de programmation en ceaux de ville » : de nouveaux mettant en évidence les proces- quartiers qui comportent l’es- sus à l’œuvre, les opérations sentiel des qualités de la ville, réalisées ou en cours de réalis a- mixité, proximité des services, tion en réponse aux grands prin- intensité urbaine… cipes et objectifs fixés dans le pro- Il complète la notion d’intensifi- jet de Sdrif. cation urbaine et enrichit les nou- Dans le cadre de l’élaboration velles démarches à suivre pour d’un document «prototype» de ce faire évoluer la ville, vers un mo- rapport annuel du Sdrif, un travail dèle plus compact, plus durable et a été engagé pour identifier les in- de qualité. dicateurs susceptibles de mesu- rer l’avancement des orientations D’autres carnets seront publiés du schéma directeur, à la fois au courant 2011 sur les thèmes : regard des objectifs et orientations • « Comment mieux prendre en sectorielles et thématiques et de compte les espaces agri- leur mise en œuvre territoriali- coles, forestiers et naturels sées. L’élaboration du journal du dans l’aménagement ? » ; Sdrif a donné l’occasion de rendre • « Intensification urbaine des publique une partie de ces indi- quartiers de gare ». cateurs. La recherche d’expé- Un carnet spécifique sur l’amé- riences similaires dans les mé- nagement durable est également tropoles européennes, qui aurait en cours de préparation. pu influencer la démarche, s’est révélée relativement peu fertile.L’IAU îdF a poursuivi l’élaboration Suivi du Sdrif, évaluation, L’ensemble de ce dispositif serades carnets pratiques illustrant les indicateurs ajusté au regard des dispositionsorientations les plus importantes Le projet de Sdrif, adopté en arrêtées par le futur projet deque le projet de Sdrif révisé veut septembre 2008, prévoit la mise Sdrif.promouvoir. Ces carnets, mainte- en œuvre d’un processus denant bien ancrés dans les publi- suivi/évaluation. Au-delà de l’obli- Par ailleurs et pour mieux a ppré-cations de l’Institut, ont pour ob- gation légale (article L. 141-1 du cier la réalité de la consommationjectif de faciliter la déclinaison des code de l’urbanisme), le suivi d’espaces en Île-de-France, unegrandes orientations régionales et l’évaluation au moins décen- étude a été réalisée afin de pro-dans les documents d’urbanisme nale du Sdrif ont pour but d’éclai- poser une méthodologie de com-locaux en les illustrant par des rer les différents acteurs sur l’ap- paraison des données deexemples de bonnes pratiques. plication effective des orienta- construction (Sitadel) avec lesDeux carnets ont été édités en tions du schéma directeur et la va- données d’évolution du Mode2010 : lidité dans la durée de ses prin- d’occupation du Sol (Mos). Rapport d’activités 2010-2011« Comment traiter cipaux objectifs à une échelle ré-les fronts urbains ? » gionale et infra-régionale, en te- Carte interactive du SdrifIl traite des liens physiques et pay- nant compte de l’approche par Une première version de la cartesagers à nouer entre la ville et la faisceaux. interactive existe; elle a nécessitécampagne, entre les espaces bâ- Malgré les incertitudes qui ont le développement d’un nouveltis et les espaces ouverts, et pesé sur l’approbation définitive outil, son insertion dans le réfé-aborde la manière de marquer ou du projet de Sdrif, différents tra- rentiel territorial a été testée po-au contraire de fondre les transi- vaux ont été engagés pour la sitivement. La poursuite de sontions, soit quelques 13000 km de mise en œuvre d’un processus de développement est soumise à lalinéaire à gérer en Île-de-France. suivi/évaluation. révision du Sdrif. íL’enjeu est d’établir une articula- Le rapport annuel du Sdrif a pourtion, durablement équilibrée, en- but de faire un bilan sur l’annéetre des milieux différents, via une écoulée de la mise en œuvre du 5
  • 8. Bassin Parisien Capitalisation des savoirs Les acquis des séminaires scien- tifiques 2009 ont été édités : ils synthétisent les trois journées de séminaire et restituent l’en- semble des présentations et des débats. Visiau Bassin parisien L’IAU îdF poursuit son travail d’en- richissement des données SIG sur le Bassin parisien et à l’échelle na- tionale. La démarche vise à conforter son rôle en tant que cen- tre de ressources sur le Bassin parisien. Une première version prototype du Visiau Bassin pari- sien a été réalisée en 2010 : elle permet de capitaliser les données mises en place à cette échelle et de les présenter de ma- nière homogène. Des aménage- ments de cet outil de cartographie Bassin parisien interactive sur des territoires stra- tégiques du Bassin parisien, comme l’axe Seine, sont en cours Appui à la C8 hier d’acteur que la C8 a finalisé présent dans les travaux sur de réflexion. Ce Visiau est en ligne et autres acteurs et officialisé en le transmettant à l’économie et la logistique depuis mai 2011 avec de nom- L’accompagnement technique de la commission du débat public sur (co-pilote avec l’AURH), l’IAU breuses cartes en accès libre. l’IAU îdF pour la conférence des le Grand Paris. îdF pilote aussi le groupe Les thèmes abordés sont autant présidents des huit régions du Visiau, destiné à mutualiser la démographie, l’économie que Bassin parisien (C8) a notamment Le Grand Paris les ressources cartogra- les territoires au sens large (gou- porté sur les infrastructures, avec de l’axe Seine phiques. Il suit les autres vernance mais aussi évolution de une étude sur le maillon ouest Ce thème a mobilisé l’IAU îdF à thèmes (enseignement su- l’occupation du sol). Les parte- (fret) et un avis collectif à la pré- plusieurs titres : périeur et recherche, tou- nariats possibles vont faire l’ob- paration du livre vert pour le pro- • convention avec le départe- risme ainsi que transports). jet de la prochaine phase de son gramme RTE Europe présenté à ment de l’Eure sur son posi- Cette collaboration vise no- développement. l’Union européenne. tionnement dans le projet du tamment à fournir matière à Grand Paris ; un prochain colloque fin La politique nationale Tout en contribuant aux travaux du • développement d’une coo- 2011, à Paris ; d’aménagement CESER d’Île-de-France à l’échelle pération entre les agences • suivi du « comité Lecomte », du territoire des franges franciliennes et du de l’axe Seine, avec un tra- missionné sur l’axe Seine, Plus largement, l’IAU îdF effectue Bassin parisien, l’IAU îdF a éga- vail par commissions thé- avec contribution cartogra- une veille permanente des ré- lement proposé et rédigé un ca- matiques. Particulièrement phique. formes intéressant ses domaines de compétences et l’Île-de-France Documents régionaux et a mis en place un outil infor-Rapport d’activités 2010-2011 Aujourd’hui bien intégré aux travaux de planification matique intranet, dédié au suivi de de l’IAU îdF, le Bassin parisien consti- Une étude a permis de consoli- l’actualité juridique et des poli- tue l’une des échelles importante der ces documents régionaux tiques publiques. Il a aussi parti- pour la réflexion sur la métropole en termes d’aménagement cipé à différents groupes de travail francilienne. Cet investissement (SRADDT), de développement éco- au Gridauh (séminaire intercom- se traduit par de nombreuses nomique (SRDE) et de contrac- munalité) et à la Fnau (projet de démarches. Largement diffusé aux tualisation CPER), soulignant leur loi relatif à l’urbanisme commer- acteurs concernés, le Cahier n° 153 approche de l’interrégionalité et la cial). í « Le Bassin parisien, une méga- place qu’ils accordent au Bassin région ? » interpelle sur la place parisien. Une cartographie syn- de cet espace interrégional au sein thétisant certains volets analysés de l’espace national, européen Rouen. a pu être élaborée à l’échelle du N. Fussler/IAU îdF et international. Bassin parisien. 6
  • 9. Aménagement régional et local La Défense Contribution au groupe de travail « Métropoliser La Défense » orga- nisé dans le cadre du syndicat mixte de Paris-Métropole, en mon- trant comment le quartier d’af- faires se situe dans son territoire environnant. Par ailleurs, une es- timation quantitative de l’impact des projets envisagés dans le ter- ritoire environnant La Défense sur la population et l’emploi a été réalisée. L’IAU îdF a eu aussi en charge le diagnostic sur le posi- tionnement de la Défense dans le marché des bureaux et son rôle dans l’espace métropolitain à la lumière d’une analyse fine des modes de localisation des activi- tés financières. Seine aval L’IAU îdF a publié un rapport sur Aménagement régional et local les conditions de mise en œuvre de la dimension du fleuve selon les orientations du projet de Sdrifí Projets métropolitains, sur le territoire Seine aval. La mise Pôle d’Orly Rungis Seine à jour des projets d’aménage- amont ments sur ce territoire est enterritoires En soutien technique à la Région, l’IAU îdF a analysé des docu- cours, en particulier pour répondre aux demandes liées au projet ments produits par l’EPA ORSA et LNPN.Appel à initiatives d’enjeux parmi les 74 initiatives, participé aux groupes de travailde Paris-Métropole et enfin, préparation des contenus thématiques (habitat-équipe- Roissy-Plaine de FranceL’IAU îdF a participé à la concep- du forum « Initiatives métropoli- ments, activités économiques- L’IAU îdF a analysé les dyna-tion, au lancement et à la mise en taines » de décembre 2010. commerces, voiries-transports-es- miques territoriales à l’œuvre surœuvre de cet appel à initiatives paces publics, génie urbain-eau- le secteur de Roissy et a animémétropolitaines depuis le forum Territoire du fleuve environnement) organisés sur le des séminaires de cadrages stra-de décembre 2009 : séminaire On dispose à présent des résul- secteur des Ardoines à Vitry. tégiques avec l’EPA Plaine de« Initiatives » (avril 2010), puis ap- tats de l’enquête-questionnaire Dans le cadre d’un partenariat France et l’UAD dans le cadre depui méthodologique, consolida- menée en 2007-2008 auprès avec l’ÉPA ORSA, des études por- la préparation du GP Plaine detion des réponses des collectivi- des 245 communes franciliennes tent sur l’évolution du système aé- France et des assises du territoiretés dans le cadre de l’équipe-pro- riveraines de la Seine, de la roportuaire francilien et les consé- de Roissy CdG.jet, identification des familles Marne et de l’Oise pour connaître quences sur l’aéroport d’Orly, les actions et projets participant l’impact des scénarios du projet Vallée scientifique à la valorisation de leurs berges LGV sur le pôle d’Orly, le posi- de la Bièvre Rapport d’activités 2010-2011Inter SCot et des espaces riverains du tionnement de celui-ci sur le mar- Dans le cadre de l’appui par l’IAULa journée nationale d’échanges fleuve. Par ailleurs, l’IAU îdF a ché des bureaux et sa place dans îdF à la conférence territoriale de« InterSCoT » : nouvelles échelles, conduit de nombreuses actions vi- le système logistique francilien. la Vallée pour la réalisation de sonnouvelles démarches », organisée sant à promouvoir les orientations schéma de référence, des ana-en novembre 2010 en partenariat du projet de Sdrif en ce qui Massy, Saclay, Saint- lyses spécifiques ont été me-avec la Fédération nationale concerne le territoire du fleuve : Quentin-en-Yvelines, nées sur les projets et les po-des SCoT, a rassemblé plus d’une création et suivi du site interactif Versailles tentiels d’aménagement, ainsicentaine de participants : élus et http://www.iau-idf.fr/debats-en- Cet appui technique à la Région que sur les leviers possibles pourtechniciens des SCoT de grandes jeux/valoriser-le-fleuve-en-ile-de- est opéré à l’occasion de la pré- une meilleure attractivité du ter-agglomérations françaises, représen- france, animation du « Groupe paration du projet de territoire et ritoire : la qualité urbaine, les pro-tants d’agences d’urbanisme, mais Fleuve» répondant aux demandes du contrat du CP 3 avec les com- jets de transports.aussi agents de services de l’État de collectivités franciliennes et au- munautés d’agglomération concer-et de collectivités locales. tres partenaires, etc. nées par l’OIN. 7
  • 10. Aménagement régional et local de gouvernance et de médiation. miques territoriales, conventions Il a conduit des travaux sur le sys- EPF, initiatives Paris Métropole), tème aéroportuaire francilien et enrichissement des cartes par la son impact et sur le devenir de mise en place de fiches détaillées, l’aéroport d’Orly. photos, vidéos et outils. La carte projets a été complétée et mise Carte des potentiels à jour en lien avec les collectivités de densification locales. La coordination avec les À l’occasion des travaux sur les couches thématiques dédiées enjeux urbains d’Arc Express, une aux projets de transports, de bu- carte des potentiels de mutation reaux et aux quartiers en conven- et de densification à l’ilot a été tion avec l’ANRU a été mise au établie permettant de calculer point. les capacités de production des tissus urbains. Cette carte couvre Unités paysagères les 2/3 de la proche couronne et d’Île-de-France son extension est en cours sur Cette base de données intégrée l’ensemble de ces trois départe- au SIGR vise à identifier des en- ments. tités présentant une singularité paysagère suffisante pour les in- Suivi des documents dividualiser, les séparer de leurs d’urbanisme locaux voisines et leur conférer une iden- Cinq notes techniques en vue de tité. Ce découpage identifie, en la rédaction de lettres d’informa- même temps que les unités, des tion régionale ont été élaborées interfaces ou transitions qui sont en 2010 pour les SCoT de: Vallée autant de lieux d’enjeux. Le secteur des Ardoines à Vitry-sur-Seine (94). DREIF/Gobry du Grand Morin, Marne Ourcq, Fon- tainebleau et sa région, Marne et Agence d’urbanisme í Aménagement - Outils Gondoire et Ouest Plaine de France. Deux rapports techniques Chalons-le Creusot L’IAU îdF a réalisé à la demande pour avis sur SCoT arrêtés ont été de la communauté urbaine du Enjeux urbains des projets Aménagements cyclables fournis : Vallée de l’Oise et Im- Creusot-Montceau et de la com- de transport en Île-de-France pressionnistes et Cergy-Pontoise. munauté d’agglomération du Deux projets de transports ont L’IAU île-de-France recense régu- 34 notes techniques relatives à Grand Chalons l’étude de faisa- fait l’objet d’études urbaines à la lièrement les aménagements cy- des PLU arrêtés ont été établies. bilité et de préfiguration d’une demande du STIF. Pour Arc Ex- clables sur la voirie, qu’il s’agisse En concertation avec l’UAD de la agence d’urbanisme sur un péri- press, dans le cadre du débat pu- de pistes, bandes, chemins au- Région, la méthode d’analyse de mètre englobant les deux com- blic, les études de 2008 ont été torisés aux vélos ou simplement ces documents d’urbanisme a été munautés et leur voisinage. Les mises sur le site de la commis- les chemins non accessibles aux harmonisée de manière à faciliter résultats de l’étude et la propo- sion particulière du débat public. voitures dans les forêts. La der- la prise en compte et la mise en sition d’agence en résultant ayant Pour les arcs prioritaires, quatre nière enquête, réalisée en 2007, œuvre du projet de Sdrif. été validés, cette agence d’urba- cahiers portant sur les enjeux ur- souligne depuis une dizaine d’an- nisme est en phase de création. bains liés au passage d’Arc Ex- nées l’amorce d’un réseau cy- Tableaux de bord press ont permis une analyse clable structurant d’échelle ré- des documents comparative des différents tracés gionale, instrument de coordina- d’urbanisme locaux envisagés. Des documents de tion entre les différents docu- Les tableaux de bord de suivi desRapport d’activités 2010-2011 présentation des enjeux urbains ments de planification ou de pro- documents d’urbanisme (BIDUL et des territoires ont été réalisés grammation d’itinéraires élaborés BISCoT) ont été mis à jour et les pour les débats eux-mêmes. Pour sur le territoire francilien. Le indicateurs de suivi de PLU en re- le prolongement de la ligne 14 du schéma du réseau structurant a gard du Sdrif ont été enregistré au métro, l’IAU îdF a fourni au STIF été inscrit au PDUIF en cours fur et à mesure de l’analyse des une note d’enjeux urbains et les d’élaboration. documents arrêtés. documents cartographiques né- cessaires à la réalisation du Benchmark airport Visiau aménagement schéma de principe, ainsi que les L’IAU îdF a poursuivi ses travaux L’IAU îdF a poursuivi la mise à jour estimations de population et de comparaison internationale et le développement de cet outil d’emplois à 2030 pour les 12 sur la desserte des aéroports, les accessible en version simplifiée communes et arrondissements développements immobiliers sur le site internet de l’IAU île-de- Vers une agence d’urbanisme au parisiens concernés. qu’ils induisent, et les structures France : nouvelles cartes (dyna- Creusot. J.-L.Diard/Survol de France 8
  • 11. Aménagement régional et local Forme urbaine et consom- mation énergétique L’IAU îdF a contribué à une recherche conduite par l’UTEAM de Compiègne suite à une pro- position de recherche du PUCA re- lative à «l’incidence des formes ur- baines et des dynamiques d’ag- glomération sur les émissions GES et l’efficience énergétique liées aux bâtiments» en France. Il s’agissait d’étudier les « gise- ments du développement urbain» à partir de « perspectives quanti- tatives fortement modélisées ». L’IAU idF a participé au comité de pilotage de cette étude et fourni données et conseils méthodolo- giques pour la constitution de Projet d’écoquartier à Brétigny-sur-Orge (91). l’échantillon-test francilien tout Infime Architecture en rédigeant sa part du rapport de recherche.í Ville durable La ville en sous-sol Une étude a analysé à quellesRisques majeurs Une convention avec WWF conditions la construction de bâ-L’IAU îdF a poursuivi son inves- Nouveaux quartiers urbains Cette convention a permis un timents utilisant le sous-sol pou-tissement pour une plus grande Un premier bilan global a été mis en travail commun sur le thème de vait participer à l’intensificationprise en compte des enjeux des chantier par l’IAU îdF avec la collabo- l’étalement urbain. Une plaquette urbaine sans nuire à la qualité derisques majeurs dans les ré- ration de tous les analystes des 60 « Urbanisme pour une ville dési- la ville. Elle s’est poursuivie parflexions d’aménagement portées dossiers des appels à projets 2009 et rable» a été publiée à destination une séance de formation auprèsau niveau régional comme au ni- 2010. Des séances d’échange ont eu d’un public non spécialisé. du CESER ainsi qu’une interven-veau local. lieu avec la Région, pour une finalisa- tion au colloque « L’espace sou-• nouveaux partenariats (ser- tion début 2011. Prospective et planifica- terrain, une chance pour l’Île-de- vices de l’État, collectivités, La 3e vague d’appel à projets s’est tion liées au développe- France » sur la qualité urbaine IIBRBS, opérateurs…) ; achevée en septembre 2011 selon le ment durable des espaces souterrains.• développement de l’outil même cadre méthodologique. Plusieurs démarches sont à men- Visiau risques (actualisation tionner : Durabilité et évolutivité en continu des données, miques spatiales. En effet, l’ali- • l’appui à la Ville de Paris et Dans un contexte où l’urbanisme évaluation des enjeux, déve- mentation durable d’une métro- la Région sur la création de durable interroge de plus en plus loppement de nouvelles pole de 12 millions d’habitants, l’Institut des métropoles du- l’évolutivité de la ville, l’IAU îdF a fonctionnalités…) et diffu- comme l’Île-de-France, constitue rables, dont la mise en publié une étude analysant les sion élargie ; un enjeu important au regard des place devrait intervenir en blocages et les leviers qui condi-• travaux et communications mutations en cours, tant clima- 2011 ; tionnent les transformations de la sur les enjeux et consé- tiques, qu’environnementales ou • la participation au groupe ville afin de mieux les anticiper Rapport d’activités 2010-2011 quences humaines et éco- énergétiques. de prospective de la Datar dans les projets urbains actuels. nomiques d’une inondation 2040 ; majeure en Île-de-France, no- Club des aménageurs • l’organisation d’un atelier Projet Muscade tamment à l’occasion de la franciliens sur la « planification face à L’IAU îdF poursuit son travail en commémoration de la crue La 5e séance du club des amé- l’aléa » lors de la 31e ren- partenariat dans ce projet coor- de 1910. nageurs franciliens, qui a main- contre des agences d’urba- donné par Météo France et fi- tenant fidélisé les principaux amé- nisme de la Fnau à Rennes ; nancé par l’ANR, qui consiste àEnjeux métropolitains nageurs de la région, s’est foca- • la contribution aux ateliers élaborer différents scénarios liésde l’alimentation durable lisée sur le traitement des ques- de Création urbaine de la ré- au changement climatique en Île-L’IAU îdF a été associé au groupe tions de l’eau et de l’énergie gion Île-de-France, sur le de-France. íde travail de l’INRA « Alimentation dans l’aménagement durable des thème 2010 « ville et com-durable en 2050 », en particulier quartiers (dont plusieurs « Nou- merce ».l’atelier portant sur les dyna- veaux quartiers urbains »). 9
  • 12. Gouvernance locale de mise à jour des pages ont été menés en 2010 : mise à jour des périmètres intercommunaux, des populations légales et, éven- tuellement, des compétences, in- térêt communautaire et nature ju- ridique communautaires, ajouts de fiches pour les communautés créées en 2010, etc. Un des as- pects les plus originaux réside, en- tre autres, dans l’analyse des ac- tions concrètes menées, année après année, par les communau- tés d’agglomération. Sport et intercommunalités En s’appuyant sur le recense- ment des équipements sportifs, l’observatoire de l’intercommu- nalité francilienne et sur une dou- zaine d’entretiens auprès d’in- tercommunalités, un nouveau Dossier de l’IRDS précise l’effort Gouvernance locale des intercommunalités en faveur du sport et la façon dont elles s’investissent dans la gestion í Foncier, finances, intercommunalité des équipements et d’animation sportive. Foncier sur le rôle des acteurs et le mon- des orientations liées à la réforme Enseignement supérieur L’IAU îdF poursuit son observation tage des bilans et des références des collectivités territoriales dans et intercommunalités des potentiels de mutation ur- quantitatives sur les postes de le contexte de la loi sur le Grand Les activités d’enseignement su- baine et le suivi d’indicateurs de dépense et de recette dans le Paris et des débats métropolitains. périeur et de recherche en Île-de- marché. Des cartes régionales contexte de territoires test en France sont des pôles de services sont réalisées depuis 2009 pour proche et en grande couronne. Observatoire attractifs, susceptibles de dyna- donner une représentation des dy- des intercommunalités miser l’économie locale, et donc namiques territoriales franci- Finances régionales Accessible à tous via le site in- un atout pour les territoires qui les liennes actuelles. Comme les années précédentes, ternet www.iau-idf.fr, l’observa- accueillent. Une analyse des ac- Les partenariats sont nombreux : évaluation des recettes fiscales toire de l’intercommunalité fran- tions menées par les structures in- commission prospective de l’EPIF, courantes (redevance et taxe sur cilienne offre une base concrète tercommunales en faveur de ces partenariat avec la SAFER Île-de- les bureaux), données écono- de partage de connaissances sur activités a été menée à partir de France (évolutions des marchés miques et financières de cadrage les communautés franciliennes, il- l’observatoire de l’intercommu- fonciers ruraux et pressions fon- pour les agences de notation fi- lustrée de nombreuses cartes. nalité francilienne et d’entretiens cières sur ceux-ci) et animation de nancière ; suivi de la réforme de Dans le prolongement des années réalisés auprès de responsables l’Observatoire régional du fon- la TP et de la mise en place des précédentes, différents travaux locaux. í cier (ORF) sur les enjeux de valo- mécanismes de péréquation. EnRapport d’activités 2010-2011 risation foncière dans les quar- appui à Paris Métropole ont été tiers de gares et dans les sec- élaborées de premières proposi- teurs de rénovation urbaine. tions et simulations d’un nouvel indicateur de richesse fiscale des Économie communes. de l’aménagement Une étude vise à éclaircir les mé- Paysage intercommunal canismes de montage des opé- Une nouvelle carte du paysage rations d’aménagement urbain, en intercommunal au 1er janvier 2011 vue d’aider les urbanistes à ap- a été réalisée début 2011. Une préhender la faisabilité écono- Note rapide évoque les perspec- mique des projets. Elle a fourni à tives de l’intercommunalité fran- Les intercommunalités au 01/01/2011. IAU îdF la fois des références théoriques cilienne : elle esquisse certaines 10
  • 13. Environnement Vers un schéma régional de cohérence écologique Ce schéma régional, instauré par le Grenelle de l’environnement, doit être approuvé en 2012. Son élaboration s’appuie notamment sur le schéma régional des continuités écologiques, élaboré par l’IAU îdF dans le cadre de la stratégie régionale de la biodi- versité et intégré au projet de Sdrif 2008. L’IAU îdF apporte son appui technique à l’élaboration du schéma au sein de l’équipe projet (Conseil régional, DRIEE, CSRPN, Natureparif, PNR). Les PNR dans l’espace rural et dans l’aménage- ment régional Véritables projets territoriaux de développement durable, les PNR prennent une place croissante dans l’espace rural francilien, Environnement souvent en limite des régions voisines. L’IAU îdF contribue à l’animation du réseau des parcs franciliens existants (Haute valléeí Espaces ouverts, cadre du schéma de cohérence écologique. Pour répondre au be- de Chevreuse, Vexin français, Gâ- tinais français, Oise – Pays de soin de tester sur le terrain les ou- France) et à l’avancement des pro-trame verte et bleue, PNR tils et méthodes pour l’application jets (Brie et 2 Morin, Bocage gâ- de la trame régionale au niveau lo- tinais), via des réunions théma-Schéma environnemental Analyse fonctionnelle cal, l’IAU îdF a entrepris une tiques associant la Région et lesdes berges des espaces ouverts étude pilote sur la commune de équipes techniques des parcs. EnCe schéma, inscrit au Plan Seine La réduction de la consommation Maurecourt, commune présen- 2010, l’IAU îdF a mis au point etet au contrat de projet interrégio- d’espace est une approche né- tant le double avantage de sa lo- testé un « outil de première ap-nal du Bassin parisien, s’appuie cessaire mais non suffisante à la calisation (confluence Seine-Oise proche» des périmètres des parcssur un diagnostic de la qualité, de métropole durable. L’approche articulée avec des boisements) et qui permet notamment d’envisa-la vulnérabilité et du potentiel en- de la fonctionnalité des espaces de la motivation de la municipalité. ger des hypothèses d’extensionvironnemental des 1 260 km de en est un complément indispen- ou de rechercher des communesberges sur l’ensemble du réseau sable, à la fois pour leur préser- Synergie IAU îdF – associées selon de multiples cri-navigable francilien (Seine, Oise, vation et pour leur valorisation : Agence des Espaces Verts tères. Un travail spécifique a étéMarne, tronçon de l’Yonne), qui l’IAU îdF a donc mis au point une L’appui à la Région et l’AEV pour réalisé sur le PNR Oise – Pays depermettra de dégager des orien- méthode d’analyse de la fonc- l’élaboration du programme plu- France.tations d’intérêt régional et des tionnalité des espaces ouverts (ur- riannuel 2010-2014 de l’Agencepropositions d’actions pour la ré- bains, agricoles, forestiers et na- et du programme prévisionnel Projet de PNR Brie Rapport d’activités 2010-2011habilitation des continuités éco- turels). Cette méthode cible l’éla- pluriannuel d’investissement et et 2 Morinlogiques. Sur la base d’une cam- boration des documents d’urba- d’entretien (PPPIE) associé s’est En accompagnement de la Régionpagne photographique systéma- nisme locaux, et par extension notamment traduit par deux sé- et des élus locaux dans cette dé-tique réalisée par bateau en toute forme de projet de territoire. minaires en juillet et septembre marche de projet depuis 2007,2008, l’interprétation a permis de 2010. Liée à la convention Region- l’étude d’opportunité et de faisa-constituer plusieurs bases de Trames vertes et bleues AEV, cette mission a nécessité bilité de ce parc naturel conclut fa-données et cartographies por- dans les documents une approche multi-échelles allant vorablement sur la pertinence detant sur : les tronçons de berges d’urbanisme locaux du système régional des espaces l’outil PNR. La prochaine étape enhomogènes, les annexes hydrau- Une trame verte et bleue régionale ouverts (inscrit dans le projet de 2011 est la création d’un syndi-liques, et des éléments ponc- est esquissée dans le schéma ré- Sdrif 2008) jusqu’aux sites des cat mixte pour l’élaboration de latuels (aménagements, érosion, gional des continuités écologiques périmètres régionaux d’interven- charte, auquel l’IAU île-de-Francevégétation aquatique, équipe- intégré dans le projet de SDRIF tion foncière. apportera son appui technique.ments de navigation, rejets). 2008, et va être reprise dans le 11
  • 14. Environnement Mémento de l’environnement 2011 L’un des points marquants de cette nouvelle édition est son enrichisse- ment par sept nouvelles rubriques : sylviculture, patrimoine géologique, paysage, habitat, changement climatique, démarches de territoire, économie liée à l’environnement. Elle est par ailleurs valorisée sur notre site internet : une page lui est dédiée et propose le téléchargement des différents chapitres et des contenus complé- mentaires tels que des cartes, des tableaux ou des textes. territorialisation des consomma- Près de 830 000 Franciliens potentiellement menacés par une crue centenale. tions énergétiques du bâti (ac- DRIEA/Gobry tuelles et futures) et des émis- sions de gaz à effet de serre as- í Ressources, nuisances, tique d’observation de l’énergie sociées. (ROSE) animé par l’ARENE, la mise à disposition et l’entretien Produits phytosanitaires risques d’un tel outil partagé paraît de plus en plus indispensable aux ré- Si la majorité des pesticides est utilisée par le secteur agricole, leur Atlas régional Les enjeux flexions sur l’aménagement ré- utilisation non agricole est non né- des zones humides du risque inondation gional et pour les projets de ter- gligeable d’autant plus dans une Grâce à sa base de données en Île-de-France ritoires. Le travail bute cependant région urbanisée à plus de 20 % ECOMOS 2000, dont la mise Le centième anniversaire de la sur la difficulté d’obtenir des don- comme l’Île-de-France. De plus, les à jour va être engagée en 2011 crue de 2010 a été l’occasion de nées de consommation énergé- produits épandus sur des sur- dans le cadre d’un partenariat rappeler que ce risque est majeur tique en dessous de l’échelle faces imperméables (chaussées avec Natureparif, l’IAU îdF a réalisé en Île-de-France et en France, départementale auprès des et trottoirs) ruissellent rapide- ce premier atlas exhaustif. Cette compte-tenu du poids démogra- grands distributeurs d’énergie, ment. Cette étude en collaboration publication a été complétée phique et économique de la région mais une évolution plus favorable avec l’ORS présente une revue en 2011 par une notice illustrée capitale. Cependant, les risques se dessine en 2011. des conséquences sur la santé décrivant les 17 types de milieux d’inondation restent insuffisam- des pesticides ainsi que les concernés. Cette base de connais- ment pris en compte dans les pro- Schéma régional bonnes pratiques déjà mises en sance revêt une importance par- jets d’aménagement, y compris climat-air-énergie place par certaines collectivités et ticulière en Île-de-France où les mi- dans ceux dits « durables » ou La préparation de ce schéma certains gestionnaires d’i nfra- lieux humides sont naturellement «éco», alors que la vulnérabilité lo- s’appuie sur plusieurs plans, soit structures de transport. rares et ont été très malmenés par cale et globale a considérable- déjà disponibles (le plan régional les aménagements. ment augmenté et ne cesse de la qualité de l’air), soit en cours Pollution atmosphérique d’augmenter en Île-de-France. En d’élaboration (le plan régional près des grands axes Schémas des carrières 2010, l’IAU îdF a exploité les pour le climat, le schéma de dé- routiers urbainsRapport d’activités 2010-2011 Dans le cadre des quatre groupes dernières données disponibles veloppement de la géothermie), Depuis plusieurs années, l’IAU îdF de travail (ressources, besoins, lo- (MOS 2008, recensement de po- soit enfin à élaborer (schémas de apporte un appui au programme gistique et approvisionnement, pulation 2006, projets d’aména- développement des autres éner- d’études d’Airparif sur l’exposition conditions d‘exploitation et de ré- gement…) pour actualiser et ap- gies renouvelables : biomasse potentielle à la pollution atmo- aménagement), différents élé- profondir la connaissance des dont le bois-énergie, solaire, éo- sphérique à proximité des voies à ments (évolution de l’occupation enjeux d’une crue majeure, no- lien). L’ensemble est conditionné grande circulation, à la demande du sol, données sur les besoins ré- tamment pour des établissements par un plan pivot, le schéma ré- du Conseil régional. Il s’agit no- gionaux en matériaux selon les hy- spécifiques, et pour communi- gional d’efficacité énergétique. tamment de caractériser l’envi- pothèses de construction ) ont été quer largement sur ce problème. L’IAU îdF est particulièrement im- ronnement des voies et des sites intégrés aux documents de syn- pliqué dans ce dernier, ayant été concernés, dont la présence de thèse en vue de l’élaboration des SIG « énergie et émissions mandaté en 2010 par l’État et par populations sensibles. quatre schémas départementaux de gaz à effet de serre » la Région pour réaliser en colla- de carrières d’Île-de-France. Dans le cadre du réseau statis- boration avec Airparif un outil de 12
  • 15. Environnement Acquisition de nouvelles données environnementales Une couverture régionale d’ima- ges du satellite IRS (Indian Re- mote Sensing Satellite) 2008- 2009 (résolution spatiale de 5,80 m dans le rouge visible et de 23,50 m dans les autres ca- naux) a été acquise pour la mise à jour d’ECOMOS et pour le calcul d’un nouvel indice de végétation. L’inventaire cartographique des « éléments structurants » des pay- sages franciliens est en cours dans le cadre d’un partenariat avec Natureparif. Il s’agit de car- tographier à la précision du 1/2 500e tous les éléments qui L’IAU îdF participe à une étude européenne de réduction des gaz à effet de serre. contribuent à la biodiversité et aux J.G. Jules/IAU îdF continuités écologiques dans les espaces agricoles (alignementsí Écorégion, outils, cartographie d’arbres, haies, chemins, fossés, bords de champs, mares, mouil- lères, etc.). Cette nouvelle coucheTerritoires écologiquement • et du livre blanc (pistes d’ac- de qualité environnementale (IQE). d’information très précise per-prioritaires (TEP) tions) : scénarios de réfé- Celui-ci permet des comparai- mettra un saut qualitatif dans laLe Conseil régional a souhaité pro- rence et alternatifs portant sons interrégionales et natio- détermination des continuitéslonger le projet d’éco-région en sur l’habitat, le développe- nales. Un outil informatique de écologiques et la prise en compteprécisant ce concept du point de ment économique (tertiaire consultation et de simulation a été de leur fonctionnalité.vue des politiques publiques. Ces et industrie), les transports développé pourune large mise à La photo-interprétation est ache-territoires cumulent à la fois une et l’offre énergétique. L’IAU disposition. En 2010, l’IAU île-de- vée pour les départements desituation environnementale difficile îdF a par ailleurs apporté France a procédé à l’actualisation l’Essonne, des Yvelines, du Val-de-et des difficultés sociales et/ou une contribution sur les îlots de l’indicateur de développement Marne et une moitié de la Seine-économiques. L’IAU îdF a éla- de chaleur urbains. humain régionalisé (IDH2), ainsi et-Marne. Les données ont été va-boré un outil convivial de simula- que de l’empreinte écologique, lidées pour l’Essonne et les Yve-tion de croisement de données au Réduction des émissions avec les nouvelles données dis- lines : ce travail devrait se termi-niveau communal, en vue de dis- de gaz à effet de serre ponibles (recensement de popu- ner fin 2011.cussions autour de propositions Une quinzaine d’aires urbaines eu- lation 2006, occupation du solde scénarii en 2011. La réflexion ropéennes, dont l’Île-de-France, se 2008…). Appui à la candidature dessera poursuivie pour dégager de sont engagées dans la seconde Paysages du Champagnevéritables territoires écologique- phase – scénarii & stratégies - du au Patrimoine mondialment prioritaires (non plus sim- projet EUCO2 80/50, après avoir de l’Unescoplement à la commune), en lien réalisé leur inventaire d’émis- L’IAU îdF a poursuivi cet appuiavec le SDRIF et avec les poli- sions de gaz à effet de serre grâce au sein d’une équipe regroupanttiques régionales. à un même outil «GRIP». Une ses- divers consultants, dont l’Agence Rapport d’activités 2010-2011 sion de formation et un atelier lo- d’urbanisme et de développe-Plan régional cal de sensibilisation utilisant ment de la région de Reims. Il ypour le climat l’outil « GRIP scénarii » a associé a eu un recentrage sur trois sitesL’IAU îdF a contribué à l’élabora- les parties prenantes franciliennes emblématiques : Reims, Épernaytion : dans les locaux de l’IAU îdF. et le coteau d’Aÿ-Hautvillers.• du livre vert (état des lieux L’IAU îdF a participé à la rédaction des enjeux climatiques) : ex- Indicateurs régionaux de la « Déclaration de valeur uni- pertise avec Airparif sur la synthétiques du verselle exceptionnelle », docu- complémentarité des outils développement durable ment demandé par l’Unesco pour d’estimation des émissions L’indice global de qualité de vie et tout bien inscrit au patrimoine de gaz à effet de serre (bilan de bien-être combine un indicateur mondial. í carbone, inventaire cadas- synthétique de qualité sociale La carte des territoires écologi- tral) ; (IQS) et un indicateur synthétique quements prioritaires. IAU îdF 13
  • 16. Mobilités et transports Mobilité et transports í Enquêtes - Transport et aménagement Déplacements Outre une première publication en RGP et migrations Observatoire thèmes ont été étudiés dans le ca- 2010 cosignée avec l’Insee, la DRIEA alternantes marchandises dre des comités techniques lo- et le STIF sur le thème « les Franci- L’exploitation des données du re- L’IAU île-de-France a mené l’étude caux qui ont eu lieu tout au long liens consacrent 1 h 20 par jour à censement de 2006 (puis 2007) de faisabilité et de prédéfinition du de l’année : mobilité et déplace- leurs déplacements », une nouvelle sur les migrations domicile-travail contenu de cet observatoire : en- ments, développement écono- analyse a été publiée en avril 2011 a permis à l’IAU îdF d’alimenter di- tretiens auprès d’un échantillon mique et commercial, loge- à propos du fait que « Les Franciliens vers travaux ponctuels et de nour- des partenaires potentiels, afin de ment/foncier. L’IAU îdF a animé utilisent autant les transports rir une réflexion sur la mobilité déterminer les attentes et les in- ces comités en vue des études en commun que la voiture pour dans le Val-de-Marne dans le ca- formations qui pourraient être pré-opérationnelles en 2011. se rendre au travail ». dre d’une convention avec le partagées, et analyse d’autres ob- Sollicité par le Certu, l’lAU îdF a pu- Conseil général. servatoires en fonctionnement. blié avec la Région un document Débutée à la mi-2010, l’étude a sur le thème de l’articulation ur- consisté à analyser l’accessibi- Analyse du parc Enquête transport banisme/transport et des nou- lité géographique et la des véhicules particuliers de marchandises en ville veaux outils ou procédures per- desserte des principales zones en Île-de-France L’IAU îdF a participé à la mise au mettant de la mettre en œuvre. In- d’activités économiques de la Les exploitations menées à par- point de l’échantillonnage de titulée « Articuler urbanisme et région Île-de-France.Rapport d’activités 2010-2011 tir des données de l’association cette enquête pilotée par la Ré- transport : chartes, contrats Après avoir examiné les dysfonc- « Auxiliaires de l’Automobile » qui gion. La phase d’enquêtes a dé- d’axes, etc. », elle regroupe des tionnements et apprécié les diffi- recense et décrit l’ensemble des marré fin 2010. fiches de retour d’expérience sur cultés rencontrées par les ges- voitures particulières à disposi- ce thème, dont une sur la dé- tionnaires de ces espaces éco- tion des ménages ont permis de L’articulation urbanisme- marche francilienne et l’expéri- nomiques, des pistes d’amélio- produire une Note rapide relative transport mentation autour du projet de rations possibles de la desserte aux caractéristiques du parc fran- La démarche d’amélioration de prolongement de la ligne 11 de existante, notamment en trans- cilien. Elle met en évidence les l’articulation urbanisme/trans- métro. port en commun, sont en cours disparités d’équipement auto- port s’est poursuivie autour du d’élaboration pour être propo - mobile des ménages selon les projet de prolongement de la L’accès aux zones sées en 2011. Par ailleurs, l’étude départements et mené une sur ligne 11, dans l’optique de concré- d’emploi sur les gains d’accessibilité pro- les émissions de GES avec des tiser les engagements pris dans C’est un levier fort de l’attracti- curés par les projets de TC inscrits projections à l’horizon 2020. la Charte d’avril 2010. Trois vité économique régionale. au Sdrif est en voie de finalisation. 14
  • 17. Mobilités et transportsLe réseau cyclablestructurant, les coupuresaux circulations doucesUn réseau régional structurantd’itinéraires cyclables a été établien cohérence avec celui du projetde Sdrif et en concertation avecles départements d’Île-de-Francesur la base de la version la plusrécente de leurs schémas d’iti-néraires cyclables. Ce réseau ré-gional est inscrit au niveau dudéfi 4 donner un nouveau souffleà la pratique du vélo du PDUIF ap-prouvé par STIF du 9 février 2011.La base de données sur les cou-pures aux circulations doucesétablie en 2000 a été mise à jour(suppression des coupures trai-tées et ajout des nouvelles). Cetravail, fait en collaboration étroite En Île-deFrance, un réel potentiel de développement du vélo… J.G. Jules/IAU îdFavec les départements, a permisd’inscrire au PDUIF une action «ré- í Vélo - Gouvernancesorber les principales coupures ur-baines» incluant une liste de 100coupures à traiter. bureau d’études divers éléments tement par les associations Rue périences de péage urbain àPlans de déplacements concernant les densités humaines de l’Avenir et Vivacités intitulé « La Stockholm, Londres et Milan,d’entreprises (habitat et emploi) des territoires rue… on partage ! ». Ce concours Note rapide sur la captation desAfin d’encourager la mise en traversés. a pour but de favoriser le déve- plus-values foncières, animationplace de Plans de déplacements loppement d’actions en faveur d’une table ronde internationaled’entreprises (PDE), l’IAU îdF a par- Espaces publics d’un partage de l’espace de la voi- sur le sujet à l’occasion des dixticipé avec la Région et d’autres et déplacements rie plus respectueux des modes ans de l’association européennepartenaires à la mise en place du de proximité. « actifs » que sont la marche et le des Autorités Métropolitaines desite web Pro’mobilité. Le rapport La ville et le piéton vélo. Transport (EMTA). Ces travaux« Des exemples de Plans de dé- L’IAU îdF a participé activement au ont trouvé écho notamment dansplacements d’entreprises (PDE) à groupe de travail du défi 3 « Re- Gouvernance des le rapport Carrez de 2009. Le tra-travers l’Europe » rassemble des donner à la marche de l’impor- transports en commun vail prévu a été r éorienté vers lafiches de bonnes pratiques en Eu- tance dans la chaîne de déplace- Par ses multiples publications, production de notes ou d’exposésrope. Peu avant l’annonce par la ments» ainsi qu’au groupe du défi l’IAU îdF a contribué depuis sur ces thèmes à l’occasion desVille de Paris, en association avec 6 sur « l’accessibilité de la chaîne quelques années à la maturation débats sur le Grand Paris et lesla Région et Paris Métropole, de déplacements » : contenu des de la réflexion sur ce thème : modalités de financement de sesd’une étude de faisabilité d’une mesures à prendre et rédaction monographies sur le financement transports. La veille sur les projetszone d’actions prioritaires pour des fiches action correspon- des investissements d’extension de transport a été élargie à d’au-l’air (ZAPA) avait été publiée une dantes. Il est par ailleurs parte- des transports en commun à tres thèmes tels que la questionNote rapide pour faire le bilan des naire du concours lancé conjoin- Londres et Madrid, bilan des ex- spécifique du financement et des Rapport d’activités 2010-2011initiatives de ce type (les Low emis- plus-values foncières, et étenduesion zones - LEZ) en Europe. à Berlin.L’IAU îdF a donc commencé àidentifier les discontinuités detoutes natures du réseau de voi-rie rapide urbaine, notammentcelles en lien avec la desserte lo-cale des grands sites fret exis-tants et en projet.Il participe aussi au suivi del’étude pilotée par la Région surla hiérarchisation des projets de …et de la marche à pied. F. Prévost/IAU îdFtransport du Sdrif et a fourni au 15
  • 18. Mobilités et transports ronne et de l’étude réalisée par El- cimaï sur les sites logistiques de zone dense, l’IAU îdF réalisé une carte de l’armature logistique à l’échelle de la région. Cette carte a été intégrée dans le projet de PDU puis complétée par la réali- sation de deux cartes théma- tiques, l’une concernant les sites fluviaux et l’autre concernant les sites ferroviaires. L’IAU îdF participe aux côté du maî- tre d’ouvrage au pilotage de la mission d’AMO confiée par la C8 au groupement Setec – K+P . Fret et logistique Les travaux relatifs au transport de marchandises dans le cadre de la révision du PDUIF et la concer- 37 % des passagers d’Orly utilisent les transports en commun. C. Doutre/BaSoh/IAU îdf tation avec les professionnels ont souligné l’intérêt de résorber les principaux goulets d’étrangle- í TGV - Aéroports - Fret - Outils ment routiers pour optimiser les grands itinéraires logistiques ré- gionaux. Enjeux urbains du schéma (route et transport en commun) et Le fret en Île-de-France des TGV du choix modal de leurs passa- L’IAU îdF a participé activement à Visiau Transport L’analyse des enjeux urbains re- gers aériens. Elle montre que le la phase « actions » du défi 7 du Le développement du Visiau trans- latifs à la création d’une rocade taux d’accès en transport en PDU, notamment à propos de la port a été marqué par le déve- TGV et de nouveaux points d’ar- commun varie fortement selon les préservation et le développement loppement de nombreuses cartes rêts TGV a été poursuivie. À l’ini- aéroports (de 20 % à Bruxelles à des sites à vocation logistique. interactives, en particulier celles tiative de la Région, des réflexions 63 % à Oslo), les aéroports de Pa- Une carte détaillée des sites lo- concernant des projets de trans- ont été menées, en liaison avec ris se situant dans la moyenne. gistiques a été réalisée et pré- ports et celles sur la mobilité et RFF et la SNCF, pour définir ce que Ce large éventail traduit les plus sentée au Comité des parte- la motorisation des ménages. pourrait être le réseau TGV fran- ou moins bonnes adaptations de naires du 9 décembre 2010. cilien à l’horizon du Sdrif. Un pre- l’offre à la demande, surtout sur À partir de la série d’entretiens qui Recherche mier groupe de travail a montré les liaisons autres que celles avaient été menés en 2009 et en Deux recherches subventionnées l’intérêt d’une rocade complète avec le centre, et la plus ou 2010 auprès des départements par le Predit ont fait l’objet de rap- qui permettrait d’augmenter les moins grande attention portée at- de petite et de grande couronne, ports intermédiaires: la recherche fréquences des liaisons inter-sec- tentes spécifiques des passa- des agences de développement, Ultisim sur la conception d’un teurs, et de créer de nouvelles gers aériens. des EPCI situés en grande cou- nouveau modèle intégré trans- gares à l’ouest et au nord de l’Île port-urbanisme européen et la de France. L’approfondissement recherche sur une nouvelle mé- des tracés et le choix des gares thodologie d’enquête ménages font l’objet d’un deuxième groupe déplacements associant un GPS,Rapport d’activités 2010-2011 de travail lancé début 2011 qui un SIG et un système-expert. prend également en compte les Une autre recherche intitulée nouvelles lignes TGV à l’étude (Pa- Plainsudd, subventionnée par ris - Normandie et Paris - Orléans l’ANR-Villes durables, en était à sa - Clermont-Ferrand – Lyon). deuxième année d’avancement. En 2011 sont prévus les tests du Desserte terrestre modèle sur quelques projets d’in- des grands aéroports frastructure pour simuler leurs im- européens pacts sur l’occupation du sol. í Quatorze grands aéroports euro- péens, dont les deux aéroports de Paris, ont fait l’objet d’une analyse Le trafic fluvial de conteneurs a triplé en dix ans. J.-G.Jules/AERIAL/IAU îdF croisée de leur desserte terrestre 16
  • 19. Économie, emploi et innovation tion des opportunités identifiées. Les prochains volets concerneront la géothermie et la biomasse. L’économie francilienne par le recensement L’exploitation des résultats du recensement 2007 permet de ti- rer des constats sur l’emploi et ses conditions, qui s’insèreront dans l’Atlas des Franciliens. Ils por- tent sur les actifs franciliens dans l’emploi (taux d’activité et condi- tions d’emploi, immigrés, peu qualifiés, seniors, cadres des fonctions métropolitaines, actifs des industries créatives). Parité Outre une Note rapide sur la place des femmes dans l’emploi et l’activité, une brochure éditée par la Délégation régionale aux Économie, emploi et innovation droits des femmes et à l’égalité et l’Unité développement du Conseil régional traite de la vieí Positionnement international - professionnelle des femmes, avec des sujets directement liés à l’activité et l’emploi, et de la vieTissu productif sociale : pauvreté, éducation, for- mation, ZFU, femmes immigrées, vie quotidienne et santé.Stratégie régionale des stratégies de ces deux mé- turer une filière du photovoltaïquede développement tropoles pour aménager des et sur l’éolien. Ils font le point sur L’économie socialeéconomique grands projets urbains et regrou- les principaux acteurs industriels et solidaireet d’innovation per les acteurs appelés à com- et de R&D dans la région et sur Dans le cadre d’un partenariatL’IAU îdF a contribué à la réac- poser des clusters de rang inter- les potentiels de développement avec le CRIES, l’IAU îdF a suivi unetualisation de l’analyse AFOM national. en tirant les enseignements de po- étude sur l’économie sociale et a(atouts, faiblesses, opportunités, litiques publiques en Europe, aux réalisé un travail sur les servicesmenaces) et à la mise en évi- Énergies renouvelables États-Unis et au Japon. Des pistes à la personne avec le CROCIS etdence des grands enjeux pour le Le parti réaffirmé par la SRDEI de d’actions sont proposées en fonc- l’INSEE.positionnement de l’Île-de-France maintenir une économie diversi-et les évolutions économiques ré- fiée en faisant évoluer les capa- Pratiquement autant de salariés en Île-de-Francecentes et à venir. Il a aussi assuré cités industrielles a conduit l’IAU dans les industries créatives que dans la constructionla mission de rapporteur du îdF à engager une série d’étudesgroupe sur la territorialisation de sur les énergies renouvelables. Rapport d’activités 2010-2011la SRDEI ainsi que sa présentation Deux volets sont parus sur les ca-en Commission de développe- pacités de l’Île-de-France à struc-ment économique.Benchmark de clusters et Un partenariat Paris-Londres 141 900 344 200 256 000 271 500 267 000 256 800 218 500 sur les industries créatives 130 700campus internationauxL’aménagement de campus scien- Sur la base d’une étude approfondie, aut dustri 52 800tifiques et le développement de la Note rapide « Créativitéclusters sont un enjeu majeur et développement économique : de erc e tau ie n orts fina tivités cré tries om e obi és pem de es s es le on ent ail c tio ère res ôteller obi imm ctivit lièr ativ rati dét dé stries ns ppour les métropoles du XXIe siècle. une synergie prometteuse » a été nc i m us s tru Ac C om Ind In A T ra qui H bie Indu C onAprès Helsinki et Zurich, l’étude traduite en anglais en prévision nss’est poursuivie par Singapour et du travail qui s’engage avec le GLASéoul : analyse en profondeur de Londres en 2011. Source : Pôle Emploi 2007 traitement IAU îdF 17
  • 20. Économie, emploi et innovation prises, leur recherche de locaux et retrace les mouvements des en- treprises. L’IAU îdF exploite no- tamment ces dernières informa- tions pour mieux comprendre les évolutions d’implantations ou de départs à l’intérieur de la région. Elles ont été utilisées dans les ap- proches sur des territoires infra- régionaux (SIEP des deux Seine) ou sur des secteurs d’activités (mouvements des entreprises de la finance). Territoires fragiles Une actualisation des données chiffrées sur la situation écono- mique de certains territoires fra- giles a été menée, notamment à La zone d’activités en sortie d’échangeur, un modèle fréquent. propos des particularités fiscales DRIEA/Guiho et financières des secteurs de franges situés aux confins de la í Économie et territoires région et des territoires de la po- litique de la ville. Suivi des effets de la crise l’espace francilien : orientations d’entreprises, d’emplois exercés Localisation des emplois Les conséquences et les impacts économiques, densités et acces- à domicile, de services répondant Un système d’observation est en ont été analysés sur les sec- sibilité; dynamiques et potentiels à diverses populations (habitants, mis en place pour suivre au niveau teurs de l’industrie automobile, du économiques. Comme les dos- salariés, chômeurs, touristes…) ? infra-communal les évolutions de transport des marchandises du siers réalisés en 2004 et 2007, La question de l’échelon territorial la localisation des emplois et les marché des bureaux et de l’im- ce travail est réalisé sur la base dans le fonctionnement écono- mettre en relation avec les mobilier résidentiel, et la veille sur des travaux cartographiques ex- mique a pu être abordée tant dans constructions d’immobilier d’en- les répercussions prévisibles pour ploitant notamment des données le Cahiers «Économie en mode ac- treprises et les mutations fon- ces secteurs d’activité ou pour récentes (par exemple RP2006 et tif» que dans le cadre d’un contrat cières. Cette observation intègre certains territoires infrarégionaux Pôle emploi 2007). avec la Datar sur les ressources le suivi permanent des projets a été poursuivie. territoriales à prendre en compte d’immobilier d’entreprises. Relations du territoire pour un diagnostic sur les poten- Tendances et dynamiques à l’économie tialités et les capacités de rési- Arc Express économiques L’ancrage de l’économie dans lience des zones d’emploi. Des projections d’emplois à 2015 Deux cartes de synthèse tradui- les territoires ne passera-t-il pas et 2030 ont été fournies au STIF sent dans ses grandes lignes désormais par l’incitation au dé- Survie des jeunes concernant plusieurs hypothèses l’inscription de l’économie dans veloppement de nouvelles formes entreprises de tracés pour des tronçons d’Arc Une étude en partenariat avec l’IN- Express. Elles ont été construites SEE a montré que deux jeunes en- à partir de simulations intégrant treprises sur trois passent le cap les évolutions de population ac- des trois ans dans la Région. Le tive, les projets immobiliers, desRapport d’activités 2010-2011 profil du créateur et les caracté- estimations de diminution d’em- ristiques du projet, dont le dé- plois. partement d’implantation, influent sur leur survie. Les secteurs les plus fragiles sont le commerce et la construction. Mouvements des entreprises En partage avec l’ARD et l’Unité développement, la base Explore Impératifs immobiliers et organisationnels sont à l’origine de grands mou- collecte des informations sur l’ac- vements d’emploi. E. Dormoy/IAU îdf tualité stratégique des entre- 18
  • 21. Économie, emploi et innovation N Paris - Charles de Gaulle A1 Commerce et enjeux 5 T métropolitains Paris - Le Bourget Paris Nord Villepinte Afin d’améliorer la connaissance et d’avoir une vision partagée de la N3 géographie du commerce et de ses rne enjeux à l’échelle de l’agglomération Palais des congrès de Paris, l’IAU îdF, la Ville de Paris de Paris et l’APUR travaillent en partenariat Disneyland Paris à la réalisation d’une publication Disney Convention Centres commune. Un recueil de cartes commentées sera produit en 2011, présentant notamment l’offre com-hâteau de Versailles Paris Porte de Versailles merciale existante, les dynamiques et les projets en lien avec les projets d’aménagement. d’une desserte en fibre optique Paris - Orly des lycées franciliens. Cartographie des rapports entre tourisme et commerce dans le cœur de l’agglomération parisienne. IAU îdF, Apur & Ville de Paris Visiau économie La migration sur Internet de Visiauí Immobilier d’entreprise – Commerce - économie a été réalisée en 2010 avec une montée en charge pro- gressive des contenus: les misesNumérique - Outils à jour sur internet permettent désormais d’être plus réactifsParcs d’activités interna- caractéristiques des ZAE des dé- rappeler les singularités franci- avec une actualisation régulièretionaux partements franciliens. Elle suit liennes en matière de dispositions des cartes et des données. UneOn dispose à présent des pre- également l’importance des juridiques et à mettre en évi- trentaine d’adhérents franciliensmières fiches par types de parcs rythmes de commercialisation dence la spécificité des SCoT utilisent cet outil partagé.de parcs d’activités dont la pour chacune d’entre-elles. franciliens.conception ou les prestations Indicateur de vitalitéprésentent des points d’intérêt Commerce et SCoT Desserte numérique économique (IVE)(éco-conception, scientifiques et La loi de modernisation de l’éco- Afin de tenir compte des évolu- Dans le cadre du schéma régionaltechnologiques, logistiques, arti- nomie de 2008 a rapproché la ré- tions techniques et réglemen- de développement économiquesanaux, parcs de référence inter- glementation sur l’urbanisme com- taires, l’IAU îdF a actualisé son ou- ont été mis en place un tableaunationale, etc.). mercial du droit commun de l’ur- til de modélisation du déploiement de suivi de l’économie et un in- banisme, et une nouvelle loi en du très haut débit en Île-de-France, dicateur synthétique de vitalitéL’offre de locaux d’activi- débat prévoit de renforcer cette en partenariat avec la Caisse économique. En 2010, ces outilstés pour les PME-PMI tendance. D’où une approche des dépôts. Il a également ap- ont été réactualisés. Le calcul deÀ partir du cas des PME implan- spécifique menée sur les SCoT de porté un appui technique à la Ré- l’indicateur à l’échelle nationale atées le long de l’A86, la réflexion la région Île-de-France, destinée à gion pour l’étude de la faisabilité été entrepris afin de pouvoir com-porte sur les leviers et le cadre de parer les évolutions francilienne etl’intervention publique pour favo- française. íriser le renouvellement de l’offre Rapport d’activités 2010-2011de locaux d’activités au sein del’agglomération en réponse à lafois à la demande des entre-prises et aux impératifs de mixité.Marché des zonesd’activités en 2010Une approche synthétique del’évolution du marché s’appuie surla constitution d’une nouvellebase de données ZAE : elle per-met chaque année d’identifier 1 350 zones d’activités sur 27 000 ha en île-de-France. DRIEA/Guiholes disponibilités foncières et les 19
  • 22. Société et habitat Simulation démographique Les travaux effectués à l’échelle régionale dans le cadre de la ré- vision du Sdrif ont été mis à jour sur la base des données défini- tives du premier cycle complet de cinq enquêtes annuelles de re- censement. L’analyse et l’inté- gration des données infra-com- munales à l’IRIS ont été effec- tuées, en lien avec l’appui apporté aux travaux de simulation de tra- fic réalisés par le STIF, dans le cadre notamment du projet Arc Ex- press. Une première mise à jour des densités de population sur les zones d’habitat du Mode d’occu- pation des sols a aussi été ef- fectuée (Densimos 2006). Politiques en matière de formation et d’insertion en faveur des jeunes issus Société et habitat de l’immigration L’immigration est une compo- sante économique et sociale fon- damentale du développement de í Démographie, social la région. L’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi est de plus en plus problématique et sur- tout pour ceux issus de l’immi- Migrations et métropoles : qui sera publié début 2012 dans L’enquête Trajectoires gration. Une étude porte sur l’évo- ateliers de prospective sa version papier. Il sera organisé et Origines lution du cadre institutionnel dans Le cycle des ateliers « Migrations selon quatre grands chapitres: po- L’enquête Trajectoires et Origines lequel s’opère l’intégration des im- et métropoles » s’est achevé en pulation, structures sociales et (TeO), s’intéresse aux immigrés et migrés, ainsi que sur la variété 2010. L’atelier 4 a été consacré modes de vie, logement, activité aux originaires des DOM ainsi des politiques et des dispositifs à l’évolution des migrations in- et emploi. qu’à leurs descendants nés en mis en place par les différents ac- ternationales en France et en Île- France métropolitaine. Elle a été teurs régionaux envers les jeunes de-France, avec une attention par- réalisée conjointement par l’Insee (services déconcentrés de l’État, ticulière à la situation des immi- et l’Ined en 2008-2009 auprès de collectivités territoriales et asso- grés sur le marché du travail. Le Expertise du recensement 22 000 personnes de 18-59 ans ciations). Une distinction est faite dernier atelier a porté sur le lien de 2006 vivant dans un ménage ordinaire selon la finalité des actions : l’ac- entre migrations, diversité et vivre L’IAU îdF a largement contribué aux en France métropolitaine. 7 200 cueil des nouveaux arrivants ou la ensemble. Des notes de syn- travaux d’expertise du nouveau dis- personnes ont été enquêtées en lutte contre les discriminations, thèse et l’ensemble des docu- positif de recensement de la popula- Île-de-France. Elle explore l’histoire les politiques éducatives et d’in- ments présentés et débattus lors tion, en animant deux sous-groupes migratoire des principales mino- sertion.Rapport d’activités 2010-2011 de ces ateliers sont mis en ligne de travail (population-démographie rités et de leurs descendants à sur le site internet. et logement) dans le cadre du CRIES. travers leurs parcours scolaires et Indicateurs sociaux Comment utiliser au mieux les don- professionnels, leur vie de couple La Mission d’information sur la Atlas des Franciliens nées du recensement de 2006 et et la solidarité familiale, leur his- pauvreté et l’exclusion sociale L’analyse des premières enquêtes des suivants, eu égard aux difficultés toire résidentielle et leurs condi- en Île-de-France (MIPES) s’est do- annuelles de recensement s’est soulevées par les changements de tions de logement, mais aussi la tée d’un indicateur de santé so- poursuivie en 2010 sur différents méthode, de questionnaires et de transmission des langues et de la ciale régionale (ISSR) en voie de thèmes et a donné lieu à publi- concepts par rapport aux recense- religion dans le cadre familial, l’ac- simplification. Cet outil est tribu- cation de plusieurs notes. Ces ments antérieurs ? L’objectif est de cès des individus aux ressources taire des changements législatifs, notes alimentent en continu la ré- définir un guide de bonnes pratiques de la vie sociale (travail, logement, de l’appareil statistique et des flexion sur la métropole, et pour l’analyse de ces données et services, soins…) ainsi que les choix normatifs qui ont prévalu construisent progressivement un de proposer des solutions pratiques discriminations pouvant y faire lors de sa construction. nouvel « Atlas des Franciliens » aux difficultés rencontrées. obstacle. 20
  • 23. Société et habitat sur les ménages qui dépensent moins de 10 % de leur revenu pour l’énergie dans leur loge- ment et ont souffert du froid (15 % des ménages franciliens). L’amélioration énergétique du parc résidentiel Une typologie des résidences principales et de leurs occupants permet d’offrir une vision croisée des enjeux énergétiques dans le logement et d’estimer la capacité d’action ou la vulnérabilité des mé- nages par type d’habitat. Par ail- leurs, une enquête qualitative est consacrée aux pratiques des ménages de trois communes du périurbain francilien sous la forme de 150 entretiens semi-directifs. B. Raoux/IAU îdF L’objectif est de décrire les stra- tégies et tactiques des ménagesí Logement soumis à une certaine tension énergétique, les arbitrages mobi- lité-habitat, deux secteurs à forteL’offre de logement L’habitat dégradé La précarité énergétique consommation, et les anticipa-pour les locataires et indigne en Île-de-France En Île-de-France, les 7,5 % des mé- tions par rapport à la fluctuationà revenus moyens Cette étude identifie les terri- nages qui dépensent plus de des prix.Cette étude portait sur l’offre de toires concernés et les formes que 10 % de leur revenu pour les be-logements abordables en acces- prend l’habitat indigne au sein de soins énergétiques de leur loge-sion et en location pour les mé- la région (logements dégradés ment se trouvent en situation denages locataires à revenus du parc ancien, copropriétés pau- précarité énergétique telle qu’ellemoyens. Le nombre de ménages périsées et dégradées, pavillons est définie par l’approche britan-locataires à revenus moyens a été divisés en lits locatifs, hôtels nique (taux d’effort énergétique).estimé à 454 000. Les capacités meublés, locaux de fortune…), Cette approche permet, via l’ENL,financières de la majorité d’entre puis s’attache aux enjeux et aux une analyse statistique des mé-eux semblent les limiter à ne pas difficultés de qualification et de re- nages dans cette situation (reve-louer à plus de 11 €/m2 ou à ne pérage de l’habitat indigne ainsi nus, âge, qualité thermique des lo-pas acheter un appartement à qu’aux outils et politiques de lutte gements, mode de chauffage,plus de 4 000 €/m2. contre cet habitat mobilisés en Île- statut d’occupation…). Elle a été de-France. Les outils d’améliora- complétée par l’examen des pra-Atlas des Franciliens tion du parc dégradé butent ce- tiques de restriction ou de priva-Deux Note rapide ont contribué pendant sur la multiplicité des ac- tion, en se penchant notammentà alimenter le chapitre logement teurs et le manque de coordina-de l’Atlas des Franciliens. D’une part, tion des procédures engagées, deles ménages modestes s’installent moyens humains et financiers, par- Rapport d’activités 2010-2011de plus en plus de manière durable fois aussi de portage politique.dans le parc social, faute d’offrenouvelle qui leur soit adaptée. Syndicat mixte ParisD’autre part, le parc vacant résulte Métropole : appui àavant tout de la mobilité résidentielle la commission logementdes ménages et ne constitue pas une La commission logement de Parisréserve qui pourrait combler le déficit Métropole s’est intéressée ende logements. Une étude a aussi priorité aux thèmes suivants : po-été menée auprès des communes litiques de l’habitat et PLH, terri-et des préfectures d’Île-de-France torialisation des objectifs de lo-pour mettre à jour le nombre de gements par l’État et notion dedemandeurs de logements sociaux point mort, dispositifs de lutte Une partie des ménages franciliens sont sous « tension énergétique ».à la commune. contre l’habitat indigne. A. Lacouchie/IAU îdf 21
  • 24. Société et habitat des projets d’aménagement uni- versitaire, et des conditions de vie des étudiants a été réalisé dans l’objectif d’alimenter les travaux in- ternes à l’Institut et les États gé- néraux de l’enseignement supé- rieur organisés par la Région en juillet. Une analyse des actions menées par les structures intercommu- nales en faveur des acti vités d’enseignement supérieur et de recherche en Île-de-France a par ailleurs été menée. La demi-pension dans les lycées La Région Île-de-France souhaite proposer une grille tarifaire com- mune aux lycées publics d’Île-de- France, modulée selon le quotient familial des familles. L’IAU îdF a Rationaliser l’offre d’enseignement supérieur en Île-de-France. apporté son appui à cette dé- C. Tarquis/IAU îdF marche, en estimant les revenus des familles des lycéens à partir í Politique de la ville - des données disponibles et en analysant les politiques menées par les conseils généraux d’Île-de- Équipements - Formation France dans les collèges. Intercommunalité 26 ZFU franciliennes, notamment Équipements et services Appui à la Région et politique de la ville à travers le suivi statistique du La base de données hiérarchisée pour le PPI lycées Ce travail analyse la prise en tissu économique de ces terri- sur les équipements et services La région revoit son programme charge par les intercommunalités toires et leur environnement. franciliens reste à consolider : prévisionnel d’investissement franciliennes des compétences En 2010, le club des 26 ZFU, partie « commerce » reste notam- dans les lycées pour les cinq an- «politique de la ville» (volet urbain animé par l’IAU île-de-France, ment à intégrer, partie « sport » à nées à venir (PPI 2011-2016). et volet social) et une typologie de a analysé les actions menées au hiérarchiser, valorisation à orga- L’Unité Lycées a sollicité l’IAU îdF leurs positionnements sur les sein de quelques sites comme les niser (codes, modes de repré- pour l’aider à élaborer une liste de enjeux de cohésion sociale et ter- ZFU de Clichy/Montfermeil, de sentation selon les échelles). Elle secteurs « en tension » où les ly- ritoriale: diversité d’implication et, La Courneuve/Plaine Commune, a permis d’enrichir différentes cées pourraient connaître des sur certaines thématiques, réelle d’Évry/Corbeil, ou du Blanc-Mes- expertises locales ainsi que l’ob- difficultés d’accueil. Ce travail volonté d’implication du niveau in- nil/Dugny, etc. servation fine de l’accessibilité s’appuie sur les évolutions dé- tercommunal. des Franciliens à tout un ensem- mographiques et les projets im- Visiau Habitat et ville ble d’équipements et services. Le mobiliers. í Le foncier dans Accessible sur Internet pour l’en- travail est en cours d’approfon- les secteurs ANRU semble des partenaires qui ont re- dissement dans le domaine de laRapport d’activités 2010-2011 Menée pour l’ORF, cette réflexion joint le club des utilisateurs, ce Vi- santé. montre le rôle majeur de la stra- sIAU a développé en 2010 son vo- tégie de requalification (portée par let marché immobilier, avec la Enseignement supérieur la loi du 1er août 2003) et la créa- mise en ligne des données sur Les dynamiques enclenchées au tion de l’ANRU dans le change- l’Enquête de commercialisation cours des dernières années entre ment de posture des responsa- des logements neufs, les prêts à les différents établissements bles locaux au regard du foncier taux zéro ou encore les périmètres dans le cadre des pôles de re- dans les « quartiers ». bénéficiant d’une TVA à 5,5 % en cherche et d’enseignement su- zone ANRU. Les adhérents ont en périeur (PRES) et du Plan campus Tableau de bord des ZFU outre bénéficié des mises à jour constituent une opportunité de ra- Depuis une dizaine d’années, régulières de l’outil (actualisa- tionaliser l’offre d’enseignement l’IAU îdF poursuit l’observation du tion des cartes, nouvelles fonc- supérieur dans la région. Un suivi développement économique des tionnalités, etc.). des évolutions institutionnelles, 22
  • 25. Tourisme, loisirs et sports publier un dossier relatif à la sa- tisfaction des équipements spor- tifs franciliens. Le Visiau Sport Cet outil cartographique interactif permet de visualiser aisément la localisation des équipements, leurs caractéristiques, leur contexte, ainsi que les données sur diverses disciplines. Il sert no- tamment lors de l’examen de projets d’implantation d’équipe- ments (repérage des zones de ca- rence) ou de réflexion sur la stra- tégie de développement territorial d’une discipline. Exploitation de certains équipements Ce travail a permis de mieux cer- ner le mode de fonctionnement de certains équipements et leur fré- Tourisme, loisirs et sports quentation (aire d’attraction, nom- bre d’entrées, etc.) afin de facili- ter leur programmation, en parti- culier à propos des piscines.Schéma régional du L’offre touristique Appui au « Motif » 7 Dossier ont été publiés sur : latourisme et des loisirs du Bassin parisien Dans la continuité des travaux satisfaction des Franciliens parL’IAU îdF participe au comité de pi- Poursuivant les travaux lancés faits en 2009 autour des points rapport aux équipements sportifs,lotage de ce schéma de dévelop- autour des hébergements mar- d’accès aux livres, des cartes ont la pratique du badminton, de l’es-pement 2010-2015 confié au co- chands, et en particulier l’hôtellerie été réalisées sur les manifesta- crime, la pratique sportive pour lesmité régional du tourisme : di- et les campings, l’IAU îdF a étudié tions littéraires d’une part et sur personnes en situation de handi-mension « aménagement territo- l’évolution de l’offre de résidences les médiathèques et bibliothèques cap, les sports nautiques, les ter-rial » du tourisme, notamment sur secondaires en France, et en par- d’autre part. Les bases de don- rains de grands jeux et l’entréel’accessibilité internationale et ticulier dans les régions du Bassin nées utilisées devraient pouvoir dans la vie sportive en clubs.nationale de la région, accessibi- parisien, depuis 1982. Cette alimenter la base de données L’IRDS a apporté par ailleurs sonlité de certains sites culturels et étude, au-delà des évolutions du équipements culturels de l’IAU îdF appui à la Région pour la mise entouristiques régionaux, évolution parc, s’est attachée à observer les et la cartographie interactive. œuvre de ses actions, en parti-des implantations hôtelières, en- origines des propriétaires de culier sur la préparation de la dé-jeux en matière de développement résidences secondaires fran- libération cadre sur le sport adop-durable, de tourisme d’affaires et çaises, et en particulier le poids tée début 2011.de tourisme fluvial. des propriétaires franciliens. Les Bases de plein air Institut Régional de Développement du Sport et de loisirs Outre le suivi et l’exploitation de Rapport d’activités 2010-2011 Pratiques sportives l’enquête de fréquentation des 11 L’IRDS a réalisé en 2010 sa qua- Bases de loisirs et de plein air ré- trième enquête sur la pratique gional, l’IRDS et l’IAU îdF ont par sportive des Franciliens âgés de ailleurs contribué au choix de la 15 ans et plus. Cette enquête re- Région dans le cadre de l’appel à nouvelée chaque année permet initiatives lancé par Paris Métro- de constituer progressivement pole et à sa mise en forme (pu- un échantillon dont la taille auto- blication d’une plaquette). Ce rise des analyses de plus en choix s’est porté sur l’action ré- plus fines et d’aborder des thé- gionale au service de la métropole matiques nouvelles en lien avec et de ses habitants à travers Provins, inscrite au Patrimoine mondial Unesco depuis 2001. l’actualité. L’exploitation des en- ses BPAL. í F. Dugeny/IAU îdF quêtes précédentes a permis de 23
  • 26. Sécurité toire francilien de Centre Essonne Seine Orge. Si les résultats de l’étude montrent que la fermeture résidentielle est un phénomène ul- tra- minoritaire de la production im- mobilière francilienne, une autre forme apparaît dominante dans l’extension urbaine francilienne. Elle concerne les ensembles de morphologies enclavées, confi- gurés sur les modèles de voirie en impasse, boucle ou raquette. La comparaison du fonctionne- ment et de l’impact de ces deux formes fait apparaître une grande proximité dans leur logique rési- dentielle et une influence sur la politique et la gestion communale, ainsi que des interrogations sur la durabilité de ces formes urbaines, qui montrent de nettes limites en matière d’intégration urbaine, de mutabilité et d’évolutivité. Sécurité Appui technique et méthodologique Dans le cadre de sa mission Exploitation de l’enquête d’insécurité » fournissent aussi Les villes face d’appui technique et méthodolo- régionale 2009 « victima- des informations sur les Franci- à l’insécurité gique en matière de sécurité ur- tion et sentiment d’insécu- liens vivant dans ou à proximité Ce numéro 155 des Cahiers ex- baine, l’IAU île-de-France assure rité en Île-de-France » des zones considérées comme pose les analyses de différents notamment un travail de veille au- L’analyse des résultats de l’en- étant les plus en difficultés par la animateurs, concepteurs et/ou tour de trois domaines d’exper- quête menée par TNS-Sofres en géographie prioritaire de la poli- usagers, afin d’examiner les im- tise : urbanisme et sécurité, vi- janvier-février 2009 sur le senti- tique de la ville. pacts des outils existants et d’ex- déosurveillance et polices muni- ment d’insécurité et les victima- plorer des pistes innovantes pour cipales. C’est dans ce cadre que tions subies par les Franciliens, Lancement concevoir la ville de demain ac- sont suivies les évolutions régle- âgés de 15 ans et plus, a donné de l’enquête 2011 cueillante et ouverte offrant un ca- mentaires, deux Note rapide ont lieu à une série de focales entre Une consultation européenne a dre de vie de qualité à chacun de été publiées dans ce cadre. la publication des premières ten- été lancée afin de sélectionner ses habitants. S’il importe de me- dances en juin 2009 et celle du l’institut de sondage en charge de surer et d’expliquer les problèmes Participation au groupe rapport final à paraître courant la septième enquête de victima- d’insécurité dans leurs manifes- de travail transversal 2011. Une note rapide a valorisé tion au début de l’année 2011. tations objectives (insécurité sur les indicateurs de l’expérience de l’insécurité et de L’institut GFK-ISL a été retenu pour « connue ») et subjectives (insé- développement durable son ressenti par les habitants du mener le terrain de l’enquête, dont curité « vécue », grâce notamment Ce groupe de travail a pour objectif parc social. Les enquêtes régio- les résultats seront bientôt dis- aux enquêtes de victimation. Il d’améliorer la cohérence dans la nales « victimation et sentiments ponibles. convient aussi de comprendre construction des indicateurs àRapport d’activités 2010-2011 quelles sont les actions mises en l’IAU îdF, d’avoir une réflexion sur œuvre pour y répondre. leur usage et de créer une base de données communes à tous les La sécurité dans départements: la Mission Etudes l’aménagement urbain Sécurité a contribué à l’apport Cette analyse a été réalisée à par- d‘indicateurs relatifs aux ques- tir de l’observation des morpho- tions de sécurité. í logies de l’habitat individuel groupé, puis du recensement des programmes d’habitat individuel fermés en Île-de-France, et des lo- Favoriser les contacts avec la population. giques de production et de gestion J.-C. Pattacini/Urba Images/IAU îdf de quatre ensembles sur le terri- 24
  • 27. Santé La nouvelle Agence régionale de santé (ARS) regroupe de nombreux organismes régionaux issus notamment de l’Assurance maladie et des services déconcentrés de l’État. Son champ très large de compétences inclut la prévention, la santé publique ainsi que les domaines de la prise en charge sanitaire, ambulatoire et médico- sociale. La convention avec l’ORS a été signée le 27 janvier 2011. deux publications ont porté sur les perceptions des Franciliens rela- tives aux effets sanitaires de la pollution extérieure ainsi que sur la qualité de l’eau. Enfin, l’ORS assure l’entière coor- dination de trois enquêtes natio- nales dont deux enquêtes KABP sur le VIH et les comportements Santé de prévention à l’égard des IST, en France métropolitaine (recueil réa- lisé en 2010) pour l’une et dans les Antilles et en Guyane pour l’au- les évènements indésirables des Observation territoriale tre (recueil des données prévu en issues de grossesse (prématurité, et inégalités de santé 2011). La troisième, une étude hypotrophie, etc.) et leurs déter- En 2010, les grandes enquêtes multi-partenariale portée conjoin- minants (grossesses patholo- en population générale, notam- tement par l’Inserm et l’Ined, giques, précarité sociale, écono- ment le Baromètre santé-nutrition traite du contexte de la sexualité mique et psychologique). de l’Inpes, ont permis une meil- en France. VisIAU santé a migré sur internet, leure connaissance des aspects avec notamment la finalisation nutritionnels, d’environnement Pôle santé – des cartes sur les établisse- des repas, d’insécurité alimentaire environnement ments hospitaliers et sur les pro- et d’activité physique des Franci- L’étude pilote, première du genreObservation en santé fessionnels de santé libéraux. liens. Les résultats correspon- en France, sur la qualité de l’air in-La publication du document ac- Enfin, la mise à disposition de dants ont donné lieu à l’élabora- térieur et les moisissures a consti-tualisant le suivi des indicateurs données épidémiologiques ac- tion de six synthèses théma- tué le point d’orgue de l’annéedu PRSP a été avancée pour an- tualisées périodiquement sur no- tiques dont une édition complète pour le pôle santé-environnement.ticiper l’arrivée de l’ARS : il pré- tre site internet s’est poursuivie a été publiée début 2011. De Par ailleurs, le partenariat s’estsente un état des lieux très dé- en même temps que la rénovation plus, à partir de l’enquête Inpes poursuivi avec l’InVS dans le ca-taillé de la santé des Franciliens visuelle du site et de son contenu. Baromètre santé-environnement, dre du programme Erpurs portantdécliné selon les objectifs du sur l’impact sanitaire de la pollu-PRSP 2006-2010. Une réflexion tion atmosphérique. Rapport d’activités 2010-2011portée sur l’utilisation des don-nées des grandes cohortes gé- Groupes de populationsnéralistes, types Sirs, Record et Un état des lieux relatif aux pro-Constances, a été initiée afin de blèmes sanitaires, de préventions’approprier ces nouveaux outils et de prise en charge des popu-indispensables pour analyser les lations Roms est en cours d’éla-trajectoires pathologiques et de boration. Par ailleurs, deux guidesprises en charge des Franciliens. ont été édités : l’un répertoriantOn notera aussi l’observation en les lieux d’accueil pour personnespérinatalogie, notamment avec en difficulté, l’autre présentant lesla collecte départementale des lieux d’information sur la contra-certificats de naissance afin d’ob- Au centre d’accueil Emmaüs d’Ivry s/Seine (94). ception et les établissementstenir des données complètes sur J.-C. Pattacini/Urba Images/IAU îdf pratiquant les IVG. í 25
  • 28. International Appui à Metropolis L’IAU îdF coordonne les travaux de la Commission 1 « Éco-Régions ». Elle a tenu deux réunions à Paris, l’une en juin sur « agriculture pé- riurbaine, eau, biodiversité et sé- curité alimentaire» et l’autre en dé- cembre, sous la forme d’une ses- sion de formation pour trente personnes sur le thème «Villes et changement climatique ». Le pro- chain congrès se tiendra à Porto Alegre en novembre 2011. Groupe « urbain » de l’OCDE Un directeur général adjoint de l’IAU île-de-France assure désor- mais la présidence du groupe réunissant les délégués des dif- férents pays sur les questions ur- baines. Les échanges portent ac- tuellement sur une évaluation in- International ternationale des politiques de la ville compacte, sur « villes et ports » et sur la croissance verte. í Europe, réseaux, coopérations Forum urbain mondial Présent au 5e Forum urbain mon- dial de Rio en mars 2010 tenu sur Europe Veille et expertise avec les régions des autres le thème «Des villes pour tous: ré- Certains thèmes ont fait l’objet sur les politiques grands aéroports européens. L’IAU duire la fracture urbaine », le di- d’un travail soutenu en réseau : régionales et urbaines îdF a par ailleurs participé à la réu- recteur général de l’IAU îdF y a si- • présidence de la commission L’IAU îdF a participé à diverses ac- nion annuelle Urbact II à Liège gné une convention avec Onu-Ha- du Développement territorial tions de veille et d’échanges in- (Belgique). bitat en vue de sa participation à durable, qui rassemble 73 or- ternationaux visant à enrichir sa la compagne mondiale sur le dé- ganisations non gouverne- connaissance des bonnes pra- Metrex veloppement urbain durable ainsi mentales internationales ; tiques urbaines et à renforcer la La participation à diverses activi- qu’au projet « 100 villes dura- • organisation d’une journée visibilité de la métropole franci- tés du réseau a été poursuivie : bles ». européenne de la biodiversité lienne (atelier congrès de la Fnau - colloque 2010 à Berlin et publi- et montage d’une exposition « villes stratèges », accueil de dé- cation des actes bilingues du Actions internationales bilingue « La biodiversité, un légations Hambourg, Cottbus-Wro- colloque de Paris de de 2009 ; de la FNAU enjeu vital pour l’Europe», en claw, veille sur les grands projets: - coordination du groupe « locali- Avec plusieurs agences du réseau lien avec Natureparif, a été Ruhr, Londres, Milan, préparation sation de l’emploi », approche Fnau, l’IAU îdF a préparé une pla- présentée au Conseil de l’Eu- du projet « Mutation des corri- croisée avec le groupe « métro- quette sur «l’expérience française rope le 28 avril 2010 et mise dors autoroutiers : l’expérience poles polycentriques », présenta- en planification stratégique » lar-Rapport d’activités 2010-2011 en ligne sur le site web de nord-américaine ». tion de la situation francilienne en gement diffusée au Forum de l’ONU. Il continue aussi à proposer des matière de logement par visio- Rio. Il a aussi eu en charge un ate- expertises dans le cadre des ré- conférence au groupe « logement lier sur « les villes durables au Atelier Grands projets seaux européens auxquels il par- abordable » ; Sud» dans le cadre de la 31è Ren- européens ticipe, tels que : - session de formation et atelier contre annuelle de la Fnau à L’IAU îdF a préparé et organisé un local de sensibilisation avec l’uti- Rennes en octobre, avec diffusion atelier « Paris – Hambourg 2010 » Arc, Urbact lisation de l’outil « GRIP scénarii » d’une plaquette sur «les agences qui a permis rencontres, visites La participation aux travaux de dans le cadre du projet « Euco2 d’urbanisme en coopération dé- techniques et échanges entre l’Airport regions conference (ARC) 80/50 », présentant l’inventaire centralisée » à laquelle il avait lar- ville d’Hambourg, Paris Métro- permet une information régulière des émissions de gaz à effet de gement contribué. pole et Région Île-de-France, Ville sur l’évolution des politiques eu- serre dans 16 métropoles euro- de Paris, ville d’Ivry, Conseil gé- ropéennes et un échange utile péennes sur des bases compa- néral 94, EPA, ORSA, SEMAPA. d’expériences et d’expertises rables. 26
  • 29. International baine, d’une part, et d’autre part de créer un équilibre entre l’an- cienne centralité et la nouvelle centralité tertiaire du XXIe siècle sur le site de l’ancien aérodrome d’Anfa. Plan d’Aménagement de Hay Hassani (Casablanca) Les grands enjeux de ce plan consistent à coudre le tissu exis- tant de l’arrondissement avec le nouveau projet phare d’Anfa (en- viron 140 hectares compléte- ment encerclés par l’urbanisa- tion) et à bien articuler l’arron- dissement avec les extensions prévu en trouvant les équilibres nécessaires en matière d’habitat, Beyrouth a retrouvé un nouveau développement urbain. d’équipement et de desserte P. -M.Tricaud/IAU îdF avec les nouvelles lignes du futur tramway de Casablanca.í Coopérations et contrats Alger : appui au schéma directeur de l’aire métro-Beyrouth et Liban Santiago le site de la vallée du Bouregreg politaine (SDAAM)C’est depuis 2008 qu’est menée Suite à la mission de diagnostic à Rabat. L’IAU îdF réalise plus par- Ce contrat continue à être réalisépour le compte de la Région, de 2009, l’IAU îdF a été étroite- ticulièrement l’étude sur le Maroc en sous-traitance d’un importantdans le cadre de sa coopération ment associé à la préparation et et assure l’approche méthodolo- bureau d’études local, le CNERUdécentralisée : au déroulement d’un stage de ter- gique et le pilotage concernant la (Centre national de recherches et• une assistance à maîtrise rain effectué en novembre 2010 définition et l’analyse des vulné- d’études urbaines). Des outils d’ouvrage auprès de la ville en Île-de-France par 4 techniciens rabilités urbaines ainsi que les d’évaluation du développement de Beyrouth pour la mise en du Gouvernement régional de mesures d’adaptabilité des villes durable de l’aire métropolitaine al- œuvre de projets de dévelop- Santiago, en préalable au projet en situation actuelle et à l’horizon géroise ont été proposés en jan- pement urbain : circulations de requalification du quartier Ma- 2030. Un atelier régional fin mai vier, ainsi que le rapport final sur douces et termes de réfé- pocho. 2011 à Marseille a permis de pré- la compétitivité de l’aire métro- rences en vue d’aménage- senter les résultats ainsi que politaine. ments d’espaces publics Shanghai 2010 des mesures institutionnelles, (hippodrome), plan vert ; Comme prévu, un appui a été ap- d’infrastructure et de planification Réforme de l’urbanisme• l’appui au projet de Parc na- porté à l’association « Paris Île-de- urbaine, en vue d’adopter avec les en Libye turel régional dans la région France Exposition 2010 Shan- pays concernés les plans d’ac- En sous-traitance de l’opérateur du Haut Metn. ghai » dans le cadre de l’exposi- tions de l’étude et d’ouvrir des principal Egis International (groupe tion universelle de mai à octobre perspectives pour les autres pays Caisse des dépôts), ce contratHanoi 2010 : conception de la semaine de la Méditerranée. d’assistance technique avait pourEn liaison étroite avec l’UAD du de colloques thématiques pré- objet d’aider à proposer une mo-Conseil régional, une mission de sentés en juillet dans le pavillon Plan stratégique dernisation des méthodes et du Rapport d’activités 2010-2011contre-expertise du projet de co-animé avec la Ville de Paris et d’aménagement et cadre légal de la planificationschéma directeur d’Hanoi a été ef- la CCIP (aire des « Meilleures pra- de développement durable ainsi que de la gestion urbaine enfectuée en février 2010 auprès tiques urbaines ») et participation d’Anfa (Casablanca) Libye, mais a été interrompu pardes autorités métropolitaines de active notamment à l’atelier por- Cette révision des dispositions ur- la guerre civile de 2011. íHanoi. Elle a débouché sur un cer- tant sur le « Grand Paris ». banistiques régissant le territoiretain nombre de propositions dans des trois arrondissements cen-la perspective de l’adoption du do- Changement climatique traux (Anfa, Sidi Belyoute et Maa-cument. En mars 2011 a eu lieu et villes côtières d’Afrique rif) applique les nouvelles ap-une mission de formation aux du Nord proches du développement dura-questions de planification et de Financé par la Banque Mondiale ble en matière de planification ur-gouvernance territoriale pour une en groupement avec Egis-Bceom baine. Le défi est de maintenir lavingtaine de stagiaires de la Ville et le BRGM, le travail a porté sur mixité urbaine et sociale tout enet du ministère de la Construction. Alexandrie, Tunis, Casablanca et améliorant la qualité de vie ur- 27
  • 30. SIGR, Visiau, réseaux Enrichissement du SIGR En plus des travaux portant sur le Mos, Densimos et Densibati, les ajouts et mises à jour de 2010 ont porté notamment sur les don- nées 2006 et 2007 du nouveau recensement de population continu de l’Insee, les statis- tiques communales sur l’évolution de l’occupation du sol, le décou- page régional en 112 secteurs, l’avancement des schémas de co- hérence territoriale (SCoT) et des plans locaux d’urbanisme (PLU), les groupements à fiscalité propre, les circonscriptions législatives, la construction de bureaux, de locaux d’activité et d’entrepôts, les cen- tres commerciaux, les zones d’ac- tivités économiques, la population active par catégories socio-pro- fessionnelles, les demandeurs d’emploi, les captages d’eau sou- SIGR, Visiau, réseaux terraine et leurs périmètres de pro- tection, les établissements SE- VESO, les zones inondables, di- vers zonages règlementaires re- détail les évolutions de l’utilisation Le Visiau en accès libre est un ou- latifs aux risques naturels, les fo- La visualisation en 3D des sols franciliens (extension de til généraliste grand public qui pro- rêts de protection, les zones Na- Cette expérimentation a été l’urbanisation, mutation des tissus pose une centaine de cartes ré- tura 2000, les ZNIEFF, les zones poursuivie à différents niveaux : urbains, transformations des es- gionales de référence dans des naturelles protégées, les monu- intégration de vidéos représentant paces naturels ou agricoles). Lar- thématiques diverses liées à ments inscrits ou classés, les des projets d’aménagement en 3D gement diffusée auprès des ac- l’aménagement régional (occu- ZPPAU, les espaces verts et/ou dans la carte « Projets » du Visiau teurs publics ou privés franci- pation du sol, transports, envi- boisés ouverts ou en projet d’ou- Aménagement, première liens, la mise à jour 2008 du Mos ronnement, économie, etc.). verture au public, les installa- expérimentation pour une étude alimente également les travaux de Les Visiau sur abonnement sont tions et équipements sportifs, le foncière (le prolongement de la ligne l’IAU îdF dans de nombreux do- dédiés à des thématiques ci- réseau routier, les lignes d’auto- M11), et enfin modélisation de maines d’étude. blées : Visiau Aménagement, Vi- bus (hors Paris intra-muros), les projets en 3D sur des terrains siau Habitat et ville, Visiau Trans- lignes de transport en commun en potentiellement mutables autour Densimos et Densibati port, Visiau Économie, Visiau site propre (avec leurs points des futures stations de métro Á la suite de la publication par l’In- Risques naturels et technolo- d’arrêt), les voies cyclables, les (simulation selon les règles du PLU see des résultats du recensement giques, Visiau Santé, Visiau Pa- unités paysagères. avec récupération de la surface rénové relatifs à l’année 2006, trimoine, Visiau Sport. SHON des projets). l’IAU îdF a préparé une mise à jour À leurs côtés, Visiau Île-de-France Modernisation des de Densimos, répartition fine de est un outil généraliste profes- logiciels et des réseaux la population et des logements sur sionnel couvrant de nombreux La migration des logiciels vers Of-Rapport d’activités 2010-2011 les zones d’habitat du Mos. Une thèmes relatifs à l’aménagement fice 2010 et Adobe CS5 a été ef- Mise à jour 2008 du Mos nouvelle couche démographique a et au développement régional. fectuée avec succès sur l’en- L’IAU îdF a terminé en 2010 la été introduite à cette occasion : En 2010, l’IAU îdF s’est attaché semble du parc, avec un plan de mise à jour 2008 du Mos, inven- Densibati, estimation de la ré- à consolider l’ensemble des Vi- formation spécifique qui a taire cartographique régional de partition de la population sur les siau en ajoutant de nouvelles concerné la plus grande partie du l’occupation du sol. Régulière- bâtiments de la BD Topo de l’IGN. cartes et de nouvelles fonction- personnel. ment mis à jour depuis plus de 25 nalités : par exemple, des passe- Le contrat commun à la télépho- ans, le Mos (Modes d’occupation Consolidation des outils relles vers les outils de Google nie fixe et à la connexion Internet, du sol) est une donnée essentielle Visiau sur internet (Google Maps, StreetView), vers signé début 2010, est opération- à la compréhension des dyna- Les outils de la gamme Visiau des outils collaboratifs sous li- nel. La messagerie et les services miques urbaines et à la connais- sont des logiciels de consultation cence libre (OpenStreetMap) et web sont progressivement mi- sance du territoire régional : il cartographique accessibles à par- vers le Géoportail de l’IGN (extraits grés sur ce nouveau lien. í permet notamment d’analyser en tir du site Internet de l’IAU îdF. cadastraux). 28
  • 31. Communication L’amélioration et la création de médias externes ont également permis d’augmenter le trafic vers le site, développant et diversifiant ainsi la visibilité de l’IAU îdF : création d’une chaîne officielle Dailymotion (http://www.daily- motion.com/IAU_IDF), enrichis- sement de la page Wikipédia de l’IAU îdF, utilisations de Flash code. Enfin, la Newsletter, lettre d’in- formation mensuelle de l’IAU îdF a vu une progression constante de ses abonnements pour atteindre 4 000 abonnés à la mi-2011. Relations presse et médias L’IAU îdF enregistre une nette augmentation de sa lisibilité à tra- vers les médias : 5 articles par mois en moyenne référencés par- Communication mis les supports presse, radio et télévision les plus reconnus. Les médias ont évoqué l’IAU îdF plus d’une centaine de fois auí Tables rondes & débats, Internet cours de l’année 2010. Le site internet conforte son rôle de support de communication à Communication internewww.iau-idf.fr part entière. Avec près de 400 000 visites en 2010, sa fré- L’effort s’est concentré sur la page d’accueil de l’intranet, avecTables-rondes quentation a augmenté de 33 % l’objectif de mieux informer le per-Elles sont liées à la parution Deux partenariats par rapport à 2009, marquée par sonnel de l’actualité de l’IAU. Led’un numéro des Cahiers : Com- ont été conclus en 2010 : une fidélité des internautes (un calendrier événementiel, point deposer avec l’environnement • Cadredeville.com (site d’informa- sur deux se reconnecte sur le site convergence des informations sur(autour du Cahiers n° 152) ; Bas- tion pour les professionnels www.iau-idf.fr). les événements internes et ex-sin Parisien : une méga-région ? de la ville), pour l’échange ternes, a ainsi été amélioré pour(autour du Cahiers n° 153); Villes d’informations et de données Les pages de présentation de nos une utilisation plus simple et uneface à l’insécurité (autour du et augmenter la visibilité de études et publications ont connu lecture plus claire. Des exposi-Cahiers n° 155). notre SIG (Visiau) ; une forte activité : mise en ligne tions aux niveaux de l’atrium et • Cap’Com : échanges annuels de 80 études, 40 Note rapide, 4 des étages ont participé à l’amé-Séminaires et ateliers entre ce réseau de communicants Cahiers d’actualités et 5 Cahiers lioration de la vie des salariés etAteliers « Migrations et métro- publics et l’IAU îdF, participation «phares» (numéros anciens ayant des visiteurs au sein de l’IAU îdF.poles»: atelier 4 (février 2010) sur aux journées thématiques marqué leur époque), 1 Carnetl’évolution des migrations inter- et au forum de Reims pratique, 1 Atlas, les Chiffres-clés Rapport d’activités 2010-2011nationales en France et en Île-de- (décembre 2010), Note rapide. 2010 et 12 Newsletter. La carto-France et atelier 5 (avril) sur le lien graphie interactive, autre pointentre migrations, diversité et vivre au Journal du off), on notera entre marquant du site, s’est enrichieensemble. Les séminaires de autres la Journée internationale de nouvelles cartes thématiquespréparation de la Rencontre de la des Inter-Scot, la Conférence des (projets d’aménagement, zonesFnau sont accueillis chaque année villes et le colloque « Paris et mé- d’aléas d’inondation…).en mars à l’IAU île-de-France. tropolisation ». Aux assises de l’AMIF comme au De nouvelles rubriques ont étéColloques, salons Salon Prévirisq, l’IAU îdF a no- créées: espace élus, espace mul-Outre l’importante participation au tamment présenté l’intercommu- timédia (20 vidéos et documentscolloque Fnau de Rennes en oc- nalité, l’analyse fonctionnelle des sonores), espace de donnéestobre 2010 (animation de plu- espaces ouverts et sur les risques géographiques et cartes télé-sieurs ateliers et participation (Visiau). chargeables gratuitement. 29
  • 32. Communication Les Cahiers son avenir. Son ambition est de donner des axes de réflexion et de faire naître des initiatives créatives N° 153 - Le Bassin pari- N° 155 - « Les villes chez les acteurs de l’aménage- sien, une méga-région ? face à l’insécurité » ment et du développement éco- février 2010 juin 2010 nomique. S’intéresser au Bassin parisien, Au cours des trente dernières an- c’est s’intéresser à une des nées, l’insécurité est devenue N° 157 - « Équipements échelles de la métropole franci- un enjeu majeur dans le débat mé- et services : la métropole lienne. Ce Cahiers part d’un pré- tropolitain. S’il importe de mesu- au quotidien » supposé: le Bassin parisien existe rer et d’expliquer les problèmes janvier 2011 et joue un rôle structurel pour la d’insécurité dans leurs manifes- Ce Cahiers s’attache à montrer région Île-de-France. Espace dé- tations objectives (insécurité qu’au cours de l’histoire, les équi- mographique, géographique et « connue ») et subjectives (insé- pements ont contribué à la géologique, il constitue égale- curité « vécue », grâce notamment construction et à la structuration ment un ensemble métropolitain aux enquêtes de victimation, à des villes et ont acquis une véri- en réseau. Il prend dès lors la di- l’instar de celle que mène l’IAU îdF table « fonction urbaine » qu’ils mension nouvelle d’un espace de à l’échelle régionale depuis 2001), conservent encore aujourd’hui. coopération entre des acteurs il convient aussi de comprendre Au cœur de l’attractivité du terri- qui entendent de plus en plus par- quelles sont les actions mises en toire et de la vie des citoyens, ils tager une stratégie commune – à œuvre pour y répondre. Assuré- restent un défi majeur pour nom- l’image de la Conférence des pré- ment, ce n’est plus l’affaire des bre d’acteurs tant dans l’équité de sidents de région du Bassin pari- seuls services de l’État, mais leur répartition territoriale que sien constituée en 2009. Au final, d’une coproduction. Outre l’essor dans l’articulation des différentes plusieurs interactions évidentes du secteur privé, on assiste au re- échelles institutionnelles. apparaissent, pour lesquelles ce tour des pouvoirs locaux dans le Les besoins des jeunes, des fa- numéro des Cahiers livre un ar- gouvernement de la sécurité des milles ou des personnes âgées ne gumentaire renouvelé : gérer le villes, parallèlement à une prise en sont pas les mêmes et ne s’ex- bassin versant de la Seine, conso- compte accrue des questions de priment pas dans les mêmes pé- lider les métropoles proches, sécurité dans le champ de l’ur- rimètres. En cherchant à adapter mieux maîtriser la péri-urbanisation banisme. Ce numéro des Cahiers le plus finement possible les francilienne (notamment écono- expose les analyses de diffé- équipements et services offerts à mique), organiser les transports rents animateurs, concepteurs la population, en fonction de ses de marchandises, maintenir les et/ou usagers, afin d’examiner les caractéristiques et de ses at- continuités écologiques et gérer impacts des outils existants mais tentes, les décideurs doivent ré- durablement les ressources. aussi d’explorer des pistes inno- fléchir en termes d’accessibilité vantes pour concevoir la ville de pour tous : accessibilités phy- N° 154 - Le Maroc demain accueillante et ouverte of- sique, financière, temporelle, so- s’ouvre au XXIe siècle frant un cadre de vie de qualité à ciale et cognitive. C’est sur ces di- mai 2010 chacun de ses habitants. mensions que se joue le bénéfice L’ensemble de ce Cahier est dé- qu’en tire l’usager, mais aussi le veloppé en «regards croisés» ma- N° 156 - « L’économie territoire au travers de l’image po- rocains et français, notamment en mode actif » sitive qu’il renvoie et de la qualité par des experts de l’IAU IdF, qui re- septembre 2010 de vie qu’il s’attache ainsi à viennent en dernière partie sur Au-delà de ses effets sur l’emploi, créer. trente ans de coopération avec le la crise économique interroge leRapport d’activités 2010-2011 Maroc. Auparavant, la première modèle de développement et ap- partie revient sur l’évolution ur- pelle à se pencher sur les leviers baine du pays d’un siècle à l’au- de performance de métropoles du- tre, partant de la médina et de la rables. En apportant un éclai- « ville européenne » pour aboutir rage sur les secteurs porteurs que aux voies de la métropolisation au- sont l’économie de la connais- jourd’hui. La seconde partie dé- sance, l’économie verte et ses taille pour sa part les politiques ur- nouveaux métiers et l’économie baines puis les thématiques de de services, le numéro des Ca- l’économie, de la mobilité, de hiers «L’économie en mode actif» l’environnement et de la qualité de révèle les changements qui se vie, sans négliger les outils juri- profilent en Île-de-France et les diques et institutionnels. atouts qu’ils représentent pour 30
  • 33. CommunicationNote Rapide Économie - n° 496 - L’emploi des femmes ; plus qualifié, plus con- trasté/n° 512 - Science Cities : campus scientifiques et clusters/n° 513 - Helsinki, entre ville-nature et living lab city/n° 514 - Les deux piliers du59 numéros de la série Note Rapide Wissenshub zurichois/n° 520 - Doctorants, post-doctorants d’Île-de-France:ont été publiés entre janvier 2010 et juin 2011, quelle insertion professionnelle? n° 523 - Créativité et développement éco-soit un numéro tous les huit à dix jours. nomique/n° 525 - Vers une industrie photovoltaïque en Île-de-France ? n° 534 - Économie francilienne et inondation majeure/n° 536 - Les Fran- ciliennes, avancées et discriminations/n° 544 - Services à la per- sonne/n° 549 - Emploi et fonctions métropolitaines au SO de Paris/n° 554 - Près d’un emploi sur cinq est peu qualifié en Ile-de-France. Environnement - N° 516 - Zones inondables : des enjeux toujours plus im- portants en Ile-de-France. Gestion locale - N° 518 - Actions des intercommunalités en faveur de l’en- seignement supérieur/n° 527 - Perspectives pour l’intercommunalité fran- cilienne/n° 539 - La communication publique/n° 541 - Politique de la ville et communautés d’agglomération/n° 543 - Politique de la ville et inter- communalités. Habitat - n° 498 - La domiciliation administrative des Franciliens sans do- micile fixe/n° 504 - Panne de la construction : la mobilité résidentielle et professionnelle pénalisée/n° 505 - Le parc social francilien, installation de plus en plus durable/n° 506 - Un parc vacant généré avant tout par la mobilité résidentielle des ménages/n° 508 - L’Île-de-France, de plus en plus une étape dans les parcours résidentiels/n° 530 - Quelle offre pour les locataires franciliens à revenus moyens ?/n° 546 - 406 000 deman- deurs de logements sociaux en 2010/n° 547 - Logement social intermédiaire/n° 548 - Habitat indigne. Mobilité - n° 502 - La saga des rocades de métro/n° 503 - Les deux-roues motorisés et la sécurité routière/n° 507 - Dix ans d’aménagement cyclable: vers un réseau régional/n° 517 - Mutations et inertie du parc automobile francilien/n° 519 - LEZ ou zones à faibles émissions polluantes/n° 542 - Franciliens utilisent autant les TC que la voiture pour se rendre au travail. Outils et méthodes - n° 499 - L’analyse fonctionnelle des espaces ouverts/n° 500 - 1 960 – 2010 : l’IAU îdF au cœur du débat métropoli- tain/n° 526 - Un indicateur de santé sociale pour l’Île-de-France/n° 528 - Actualisation et régionalisation de l’indicateur de développement hu- main/n° 553 - Limitation de la consommation d’espace et densification : les nouveaux outils. Société - n° 495 - Près d’un million de ménages en plus à l’horizon 2 030/n° 501 - Environ 300 000 actifs franciliens de plus à l’horizon 2030/n° 497 - L’insécurité dans les quartiers d’habitat social : quelles réalités/n° 509 - Débordement modéré de l’Île-de-France vers ses dé- partements limitrophes/n° 511 - Le tourisme en Île-de-France/n° 515 - Les polices municipales/n° 521 - Arrivées de l’étranger : l’Île-de-France attire des jeunes qualifiés/n° 529 - L’étude de sécurité publique dans les pro- Rapport d’activités 2010-2011 jets urbains/n° 531 - Les descendants d’immigrés en Île-de-France/n° 532 - Hausse de la monoparentalité/n° 535 - Nourrir 12 millions de Franci- liens/n° 538 - La délinquance entre statistiques et enquêtes/n° 545 - Mi- norités visibles et discriminations/n° 550 et 551 - Niveaux de vie des Fran- ciliens en 2008/n° 552 - Les immigrés et leur famille. Territoires - n° 510 - Création d’entreprises dans les quartiers en difficulté franciliens/n° 522 - Mixité fonctionnelle dans les projets de rénovation urbaine/n° 524 - Les démarches Inter-Scot/n° 537 - Recul des espaces ruraux/n° 540 - Identité socioculturelle d’Orsa. 31
  • 34. Médiathèque, mission patrimoine de Charte, celles concernant les diverses déclinaisons du Sdrif (Sur le territoire Seine aval), ou en- core les différentes études spa- tialisées (territoire d’ORSA) et les projets liés aux initiatives de Paris Métropole (jardin panora- mique de Cachan). Le patrimoine bâti et espace rural Dans le cadre de la convention avec le Magistère d’aménage- ment de l’Université Paris I, un ate- lier de travail a été animé par la « Mission patrimoine » de l’IAU îdF. Comme chaque année les thèmes étaient adaptés au ca- lendrier universitaire avec une première étude sur le territoire ORSA et une seconde portant sur la notion de «bourgs et villages de caractère ». Médiathèque, mission patrimoine Le patrimoine bâti non protégé Les travaux sur le patrimoine bâti Développement du service ments, AIGP réforme territoriale…) , Visiau Patrimoine non protégé, engagés dans le ca- public documentaire est menée par la Médiathèque de bâti régional dre du groupe d’experts « patri- La salle de lecture, ouverte en façon permanente. Elle permet Comme chaque année depuis moine et paysage » mis en place continu du lundi au vendredi, a vu d’alimenter largement le nouvel 2006, la mise à jour et le déve- pour l’élaboration du Sdrif, doivent croître le nombre de ses utilisa- outil (ALEPP) mis en place en col- loppement du Visiau patrimoine donner lieu à un rapport de syn- teurs en 2010 pour la quatrième laboration avec le DSI. ont été assurés avec les parte- thèse. L’objectif est de mettre en année consécutive. Sur place les naires territoriaux concernés. Ce valeur l’évolution connue par le pa- utilisateurs externes ont accès à La mémoire sont en particulier la Cellule du pa- trimoine bâti non protégé depuis de nombreuses données numé- de l’Île-de-France trimoine du Val d’Oise pour le Vi- quinze ans et de voir comment il riques en plus des 50 000 ou- Pour répondre à une demande siau du PNR du Vexin français et peut s’inscrire dans le dévelop- vrages, études, rapports et des croissante, le fonds de cartes et Oise Pays de France ainsi qu’avec pement futur. D’objet culturel à périodiques. Pour les étudiants, plans a été repris progressivement les PNR Oise-Pays de France et sauvegarder, il est devenu un les conventions signées avec les durant les deux dernières an- Vexin Français pour les mises à vecteur d’aménagement avec le- Universités ont été renouvelées et nées en parallèle avec les travaux jour et les ajouts. D’autres déve- quel toutes les collectivités (de la d’autres partenaires se sont joints menées par le Studio et le DSIGR loppements Visiau Patrimoine ont Région aux communes en passant aux premiers notamment Paris I - sur la cartographie numérique. été poursuivis également : cités- par les intercommunalités) doivent Magistère Aménagement. jardins, lieux de mémoire et un re- composer en l’intégrant dans Réseaux documentaires collement avec la base des mo- leurs projets et leurs documents L’accompagnement L’IAU îdF a continué à assurer numents protégés. d’urbanisme.Rapport d’activités 2010-2011 des études l’animation (secrétariats et Une partie de l’activité est consa- groupes de travail) des réseaux Appui « volet patrimonial » Mission Archives crée, notamment en matière ico- documentaires nationaux (Urba- aux études Le fonds de l’IAU îdF, partie des Ar- nographique, à l’accompagne- met) et européens (Urbandata). La De nombreuses études présen- chives régionales, est un des ment des travaux sur les publi- participation de la Médiathèque à tent un volet consacré au patri- plus consultés par les chercheurs. cations dont le nombre a beau- ces réseaux d’information comme moine bâti, notamment non pro- Ainsi comme chaque année, en coup augmenté depuis deux ans. à la Fnau contribue grandement à tégé. 2010, une nouvelle mission d’ar- D’autre part, cette année une la valorisation des travaux de Dans ce cadre la Mission patri- chivage (mission temporaire) s’est veille législative, réglementaire l’IAU îdF. La base Urbadoc produite moine a apporté son expertise et déroulée. En particulier, un certain et d’actualité sur les principaux par Urbamet/Urbandata est dif- des aides ponctuelles aux études nombre de cartes et plans an- sujets de l’aménagement en Île fusée dans le monde entier. en cours et notamment celles qui ciens issus de plusieurs dépar- de France (Paris Métropole, Grand concernent les PNR en création tements, ont été archivés. í Pari(s), Sdrif et ses prolonge- (Brie et deux Morin) ou en révision 32
  • 35. La gamme Visiau C a r t o g r a p h i e i n t e r a c t i v e e n l i g n eQu’est-ce que la gamme Visiau ? Quelles utilisations ? Quelles sont les principalesLes Visiau sont des applications web • visualiser des cartes thématiques fonctionnalités ?regroupant des cartes interactives. sur l’Île-de-France • naviguer sur les cartes,Principalement destinés aux profes- • analyser et comprendre toutes les • interroger les données cartogra-sionnels, ils sont déclinés en théma- composantes d’un territoire phiées, • Appli cationtiques : aménagement, habitat, • faciliter les porter à connaissance • ajouter ou supprimer des couches • Simp Interne le, rapid ttransports, Bassin parisien, éco- • illustrer les documents (études, et des fonds de plan, • Mise e, évolunomie, risques, santé, sport... diaporamas • et bien dautres possibilités... s à jou tive r mens • Abon uelles nemen t annue l Retrouvez nos Visiau sur www.iau-idf.fr/cartes
  • 36. 15, rue Falguière, 75740 Paris Cedex 15 - Tél. : 01 77 49 77 49 - www.iau-idf.fr