S’approvisionner local en Île-­de‐France. Intérêts et limites

715 views
589 views

Published on

Exposé de Christian Thibault, directeur du département Environnement et Rural de l'IAU îdF, dans le cadre de la 3e Conférence régionale sur la transition énergétique organisé par la Région ÎDF et l'Arene le 9 avril 2013.

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
715
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
10
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

S’approvisionner local en Île-­de‐France. Intérêts et limites

  1. 1. Analyse fonctionnelle des espacesouverts - ORF 26 06 2012-­‐  –  Exposé  liminaire  Atelier  n°1  Rural  et  urbain  :  quelle  alliance  pour  de  nouveaux  modes  d’alimenta=on  au  service  de  la  transi=on  énergé=que  ?  Chris(an  Thibault  –  Directeur  de  l’environnement  urbain  et  rural  –  IAU  île-­‐de-­‐France  S’approvisionner  local  en  Île-­‐de-­‐France  Intérêts  et  limites  1  3ème  Conférence  régionale  sur  la  transi=on  énergé=que  Journée  scénarisa=on  énergé=que  Mardi  9  avril  2013  Hémicycle  Conseil  régional  d’Île-­‐de-­‐France  
  2. 2.   Un  contexte  mondial  (changement  clima(que,  crise  économique,  crise  énergé(que,  érosion  de  la  biodiversité,  érosion  des  terres  cul(vables…)  qui  rend  encore  plus  prégnante  la  ques(on  de  l’approvisionnement  alimentaire  (émeutes  de  la  faim,  courses  au  terres,  gaspillage  alimentaire,  concentra(on  des  popula(ons  dans  les  métropoles…).    En  Ile  de  France  :  Nourrir  12  millions  de  Franciliens  quo=diennement  tous  bien  et  durablement  est  un  défi  économique,  environnemental,  social  et  organisa(onnel.  5000  exploita=ons  agricoles  et  12  millions  de  consommateurs  :  un  enjeu  pour  la  durabilité  du  système  alimentaire  est  de  recréer  et/ou  rendre  visibles  les  liens  entre  producteurs  et  consommateurs.  Le contexte et les enjeux2  
  3. 3. Filières  :  (re)structurer,  nécessité  de  travailler  par  filière    Courtes  :  nombre  d’intermédiaires    Proximité  :  géographique  La notion de filières courtes de proximité3  Une étude en cours à l’IAU, complète etcomplémentaire1ère  par=e  :  CADRAGE  :  Défini=ons.  Etat  des  lieux  du  système  alimentaire  francilien.  2ème  par=e  :  OFFRE  EN  FILIERES  COURTES  DE  PROXIMITE  :  Approche  quan=ta=ve  et  qualita=ve.  Poten=alités  de  développement.  3ème  par=e  :  MISE  EN  ŒUVRE  ET  PISTES  D’ACTION  :  Contexte  législa=f  et  réglementaire.  Et  dans  les  autres  régions  ?  Pistes  de  réflexion  pour  l’ac=on  publique.  
  4. 4. Le système alimentaire francilienLe  système  alimentaire  C’est  «la  façon  dont  les  hommes  s’organisent  pour  produire,  distribuer  et  consommer  leur  nourriture».  Défini(on  de  Louis  Malassis.  Nourrir  les  hommes,  Dominos-­‐Flammarion,  1994.  4  
  5. 5. •  12  millions  de  bouches  à  nourrir  •  5000  exploita=ons  agricoles  •  1  exploita=on  pour  2400  consommateurs!  •  19%  de  la  popula=on  française  sur  2%  de  la  SAU  •  Une  SAU  en  régression,  malgré  tous  les  disposi=fs  mis  en  place  •  Des  concurrences  d’usage,  y  compris  avec  l’agriculture  non  alimentaire  •  Une  prise  de  conscience  inégale  des  élus  locaux  L’autosuffisance alimentaire est un leurre•  Dispari=ons  des  terres  les  plus  fer=les  (Roissy,  Disney  Paris,  Villages  nature,  Saclay,  grands  stades,  etc.)  •  Dispari=ons  des  terroirs  spécifiques,  frui=ers,  maraîchers  (et  hor(coles)  •  Poten=el  de  pêche  et  d’aquaculture  quasi-­‐nul  •  Limites  du  climat  •  Limites  de  l’appareil  industriel  agro-­‐alimentaire  •  Effet  métropole  (cosmopoli(sme)  5  
  6. 6. Quel approvisionnement local aujourd’hui ?Source  :  CREDOC  6  •  10  à  20%  des  besoins  alimentaires  seraient  aujourd’hui  couverts  par  les  produc=ons  agricoles  franciliennes,  selon  diverses  es=ma=ons  •  Une  vraie  performance,  malgré  tout  •  Un  grand  déficit  en  certains  produits,  cependant  •  Des  marges  de  progrès  
  7. 7. •  Erosion  con=nue  des  exploita=ons  spécialisées  (perte  de  2  exploita=ons  sur  3  en  maraîchage  sur  10  ans…)  •  Main=en  des  grosses  exploita=ons  spécialisées  •  Diversifica=on  des  exploita=ons  de  grandes  cultures  (75%  des  diversifiés)  •  Poursuite  de  l’éloignement  des  spécialisés  en  grande  couronne  (70%)  •  Lente  érosion  de  la  vente  directe  (900  exploita=ons  en  circuits  courts)  •  Erosion  de  la  SAU  par  gel  de  terres  Des tendances mitigées révélées par le dernierrecensement agricole et par le MOS7  
  8. 8. Les IAA et la proximité8  
  9. 9. Etat des lieux par filièreLégumes Fruits Lait ViandeAutres produitsanimauxŒufs volaillesCL  33%  (146)  CC  67%  (298)  CL  23%  (42)  CC  77%  (118)  CL  60%  (98)  CC  40%  (48)  58%  transforment  le  lait  CL  51%  (128)  CC  49%  (106)  CL  75%  (688)  CC  (25%)  Le  3e  produit  vendu  en  CC,  associé  dans  2/3  des  cas  aux  légumes  Le  1er  produit  vendu  en  CC,  associé  dans  ¼  des  cas  aux  fruits  Le  dernier  produit  vendu  en  CC  Associés  dans  ¼  des  cas  à  d’autres  produits  animaux  Associés  dans  22%  des  cas  à  la  vente  d’œufs  et  de  volailles  
  10. 10. •  La  produc=on  agricole  :  une  faible  part  de  la  consomma=on  totale  d’énergie  •  Mais  une  part  très  importante  en  ajoutant  l’ensemble  des  échanges  de  produits  (alimentaires  ou  non)  et  les  industries  de  transforma=on  •  Le  système  alimentaire  :  20  à  30  %  de  la  consomma=on  d’énergie  et  des  émissions  de  GES  totales  au  niveau  mondial  (source  Bruxelles  Environnement,  2007)  Energie/climat et agriculture/alimentation,Des enjeux essentiels10  Source ARENE – ADEME 2005 Source IAU îdF 2007
  11. 11. Avantages de la massification des transports(coûts carburant, véhicule + charges structure, main d’œuvre)0,5 TVUL25 kmVP 0,3 T (1) ; 253 €/T (soit 2,77 €/panier 10 kg)VUL 0,5 T (1) ; 186 €/T (soit 1,86 €/panier 10 kg)5 T10 TCamion19 T50 kmCU 5T (2) : 42 €/T (soit 0,42 €/panier 10 kg)CU 10 T (2) : 21 €/T (soit 0,21 €/panier 10 kg)25 T40 T850 kmPL 25 T (2) : 35 €/T (soit 0,35 €/panier 10 kg)(1) : coût km + MO(2) : coût km + MO + véh et structure  
  12. 12. •  Il  faut  15  calories  d’origine  végétale  pour  produire  1  calorie  de  bœuf,  11  pour  1  calorie  de  mouton,  8  pour  1  calorie  de  lait,  4  pour  1  calorie  de  porc,  de  volaille  ou  d’œuf  •  Limiter  la  consomma=on  de  viande  apparaît  nécessaire  :  -­‐  pour  l’énergie  -­‐  pour  le  climat  -­‐  pour  l’environnement  -­‐  pour  la  santé  -­‐  pour  la  consomma(on  d’espace  -­‐  pour  nourrir  toute  la  popula(on  mondiale  Calories alimentaires et énergie :le cas de la consommation de viande•  L’élevage  présente  cependant  de  grands  intérêts,  en  fonc=on  des  contextes  locaux  :  -­‐  équilibre  produc(on  de  viande  /  produc(on  de  lait  -­‐  main(en  de  prairies  permanentes  à  caractère  naturel  et  de  paysages  de  bocage  -­‐  source  d’engrais  organiques  -­‐  cultures  fourragères  de  légumineuses  -­‐  transforma(on  de  protéines  végétales  non  consommables  par  les  hommes  -­‐  valorisa(on  de  sous-­‐produits  de  cultures  12  Villers-en-Arthies (95) Photo Gilles Margottat© IAU îdFAugmentation mondiale de laconsommation de viandeSource FAO
  13. 13. Une très grande diversité de circuits courtsDistributeurs RuchesMarchésur l’eauVente entournée àdomicileRegroupement de l’offre et transport : MINRungis, Fermes Bio d’IdF…Transformation(s)Vente en filièrescourtes de proximitéVia un nb réduitd’intermédiaires13  Vente  à  la  ferme  (cueillefe,  marché  à  la  ferme,  etc,,,)Vente  en  point  de  vente  collec(fVente  sur  les  marchésVente  en  tournée,  à  domicileVente  par  correspondanceVente  en  paniers  (type  AMAP)Vente  en  salons  et  foiresRestaura(on  commerciale  (tradi(onnelle,  privée)Restaura(on  collec(veCommerçant  détaillant  (boucher,  épicier  de  quar(er,  crémier,  …)Grandes  et  moyennes  surfaces
  14. 14. Etat des lieux par filières&circuits de distribution381  213  40  37  34  31  Vente sur les marchésCommerçant détaillantVente en paniers (AMAP)  Vente en point collectifGMSVente à la fermeVente en CC – Mode de commercialisation principal, RA 201048,8%4,7%5,1%27,3%4,0%4,4%Lait  Œufs  V.  Autres  pdts  anx  Légumes  Fruits  Miel  Autres  produits  14  
  15. 15. Circuits courts de proximité ?51% 86% 100%Evolution et perspectives Forte demande surtout citadine/ manqued’agriculteursApprovisionnement dans les régionsvoisines pour répondre au marché francilienCes régions et même le 77 ont du mal àformer des groupes de consommateurs Turn-over des consommateursDifficultés à fidéliser : engagement militantet changement de mode de consommation Peu de désaffection chez les agriculteursengagés (quand ils sont bien accompagnés)mais peu de partenariats entre agriculteurs(philosophie de contact direct et mode defaire francilien)2 points clés Trouver de nouveaux agriculteurs :surtout par installation Livrer dans Paris500kmLe cas des AMAP15  
  16. 16. Des circuits courts plus ou moins vertueux,du point de vue de l’énergie et du climat•  Des  avantages  sociaux  et  économiques  évidents  •  Des  impacts  environnementaux  plus  difficiles  à  évaluer  :  -­‐  Des  points  forts  :  visibilité  des  impacts,  traçabilité,  responsabilisa=on  mutuelle  -­‐  Des  points  de  vigilance  :  condi=ons  de  produc=on  et  logis=que  parfois  plus  consommateurs  d’énergie  et  émereurs  de  GES  que  les  circuits  longs  
  17. 17. •  Préserva=on  des  terres  agricoles  les  plus  fer=les  du  pays  •  Diversité  sociétale  de  la  métropole  •  Valeur  ajoutée  revenant  aux  producteurs  •  Lien  producteurs  /  consommateurs  •  Lien  produit  –  terroir  –  paysage  –  savoir-­‐faire  •  Origine,  fraîcheur,  maturité  et  choix  des  produits  alimentaires  (et  non  alimentaires)  •  Créa=on  d’emplois  locaux  (surtout  si  transforma=on)  Les intérêts de l’agriculture de proximiténe s’arrêtent pas à l’énergie•  Entre=en  et  diversité  des  paysages  •  Besoins  d’espace  et  de  nature  des  citadins  aux  portes  de  la  ville  •  Evoca=on  des  racines  rurales  •  Construc=on  de  nouvelles  racines  et  ancrage  au  territoire  17  
  18. 18. S’approvisionner local en Île-de-FranceQuelques propositions•  Produire  en  fonc=on  de  l’ap=tude  agronomique  des  terroirs  sol  –  climat  •  Maintenir  le  taux  de  ma=ère  organique  des  sols  •  Poursuivre  la  reconnaissance  de  l’origine  «  Île-­‐de-­‐France  »  •  Favoriser  le  bio  local  •  Merre  en  place  de  nouvelles  alliances  territoriales  à  différentes  échelles  de  bassins  de  produc=on  et  de  consomma=on  (programmes  agri-­‐urbains  nouvelle  généra=on)  •  Ne  pas  oublier  les  produc=ons  non  alimentaires  (pépinière,  agro-­‐matériaux)  •  Respecter  la  saisonnalité  (crucial  pour  l’impact  énergie-­‐effet  de  serre)  •  Op=miser  la  logis=que  alimentaire,  notamment  des  circuits  courts  •  Redévelopper  la  première  transforma=on  •  Garder  une  diversité  des  sources  d’approvisionnement,  par  force  et  par  sécurité  (métropole)  •  Donner  une  vraie  visibilité  aux  filières  courtes  de  proximité  Modes  de  produc=on  les  plus  per=nents  Modes  de  consomma=on  les  plus  per=nents  18  
  19. 19. S’approvisionner local en Île-de-FranceQuelques références•  Les  enjeux  de  la  produc=on  et  de  l’approvisionnement  alimentaires  en  Ile-­‐de-­‐France,  Maurice  Toullalan,  rapport  du  CESER,  mars  2012  •  Plan  régional  de  l’agriculture  durable  (PRAD),  octobre  2012  •  Les  Filières  courtes  de  proximité    en  Ile-­‐de-­‐France,  Offre  en  produits  agricoles  et  agroalimentaires  de  proximité,  Iau,  à  paraître  •  Nourrir  12  millions  de  Franciliens,  un  défi  au  quo=dien,  Note  rapide  n°535,  Iau,  février  2011  •  Les  circuits  courts  alimentaires  de  proximité,  Les  avis  de  l’Ademe,  avril  2012  •  Consommer  local,  les  avantages  ne  sont  pas  toujours  ceux  que  l’on  croit,  CGDD,  note  n°158,  mars  2013  Rapports   Notes  19  
  20. 20. Analyse fonctionnelle des espacesouverts - ORF 26 06 2012-­‐  –  Merci  de  votre  aren=on  www.iau-­‐idf.fr    20  Cere  présenta=on  a  été  réalisée  avec  l’appui  de  l’équipe  «  filières  courtes  agricoles  et  agroalimentaires  de  proximité  »  de  l’Iau  Chef  de  projet  Laure  de  Biasi  Départements  :  -­‐  environnement  urbain  et  rural  (DEUR)  -­‐  économie  et  développement  local  (DEDL)  -­‐  mobilité  et  transport  (DMT)  -­‐  planifica=on  et  aménagement  durables  (DPAD)  S’approvisionner  local  en  Île-­‐de-­‐France  Intérêts  et  limites  

×