Your SlideShare is downloading. ×
HUG Rapport Activité 2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

HUG Rapport Activité 2013

1,890

Published on

Published in: Health & Medicine
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,890
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 2013 Au cœur des HUG D’une année à l’autre
  • 2. Textes Direction de la communication et du marketing Avenue de Champel 25 CH-1211 Genève 14 T +41 (0)22 372 25 25 Photos Julien Gregorio / Phovea Conception et réalisation csm sa Impression Atar Roto Presse SA Genève Tirage 8000 exemplaires Parution Mai 2013
  • 3. 3 Libre choix du lieu d’hospitalisation pour les patients ; liberté – provisoire – pour les médecins, tant spécialistes que généralistes, d’ouvrir leur propre cabinet au terme d’un moratoire de dix ans, mise en œuvre de nouvelles normes fédérales : 2012 aura été une année de grands bouleversements dans l’univers de la santé en Suisse. Pour une institution publique de l’importance des Hôpitaux universitaires de Genève, un tel contexte crée de nombreux défis. Garantir aux patients qu’ils trou- veront aux HUG les compétences les plus pointues, les traitements et les savoir- faire les plus modernes implique un effort permanent d’investissement dans les équipements, dans l’excellence des soignants et la relève médicale. Cela comporte aussi la nécessité d’une information aussi accessible et complète que possible. Le rapport annuel des HUG s’inscrit dans cette volonté de proposer une publica- tion utile à un large public, qui revient sur les temps forts de l’année 2012 en les reliant aux engagements, aux valeurs fondatrices et aux grandes ambitions de l’institution qui sont des constantes, mais aussi en les inscrivant dans un contexte social en mutation. Innovants en termes de technologie, de recherche, d’enseignement et d’activité clinique, les HUG ont aussi choisi de tirer parti de tous les moyens multimédia actuels pour transmettre des contenus aussi divers que textes, vidéos, statistiques, visites virtuelles. Ainsi, non seulement le rapport d’activité existe sous format élec- tronique lisible sur tablette, mais sa version papier plus traditionnelle contient des renvois à de nombreuses informations présentes sur le tout nouveau site Internet des HUG mis en ligne en octobre 2012. Aux HUG se rencontrent quotidiennement des milliers de patients et de soignants autour de problèmes parfois bénins, parfois dramatiques. La qualité des soins est, elle aussi, une constante dans un monde en mouvement. Elle ne saurait se conce- voir sans la richesse de la relation, respectueuse et empathique avec les patients qui nous accordent leur confiance. Quant aux collaborateurs des HUG, ils pratiquent leur vocation en s’engageant à chaque instant pour le bien-être, la santé et la guérison des patients. A ce titre, ils méritent toute notre reconnaissance. Michel Halpérin Bernard Gruson Président Directeur général du conseil d’administration Président du comité de direction Constance et bouleversements
  • 4. 5 Sommaire* Les HUG en bref Les missions, la vision 6 Enjeux et stratégie 7 Faits marquants 10 Nos valeurs Qualité 12 Innovation 14 Service 16 Responsabilité 18 La multidisciplinarité pour mieux comprendre et mieux soigner Suivi exemplaire pour les futures mères 22 Prise en charge optimale du diabète dans tous ses aspects 25 Travail en réseau et sens des responsabilités Santé pour tous : une mission des HUG 26 Soins palliatifs à domicile : respecter la volonté du patient 29 L’innovation au service du patient Une technologie révolutionnaire pour soigner la cornée 30 Moins d’infections nosocomiales aux soins intensifs 33 Nos collaborateurs : notre richesse Des médecins pour demain : un immense défi à relever 34 Les HUG à la Cité des Métiers 37 Le partenariat public-privé : une stratégie gagnante Travail de prévention essentiel auprès des jeunes 38 Un vaccin contre le gliome testé cliniquement 41 Faits et chiffres Activité médicale 44 Transplantations 46 Recherche et enseignement 47 Finances 48 Instances 50 Ressources humaines 53 Exploitation 54 * Rapport de l’exercice 2012 Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Internet
  • 5. Pour tout savoir sur le plan stratégique Les HUG en bref Fruits d’une longue tradition d’excellence en médecine et en sciences, les HUG sont nés en 1995 et constituent le premier hôpi- tal universitaire de Suisse. Regroupant huit hôpitaux publics et 40 lieux de soins ambulatoires, ils sont aussi, avec plus de 10 000 collaborateurs, l’un des premiers employeurs du canton de Genève. Missions : la raison d’être La loi genevoise confie aux HUG trois missions principales : • soigner : les HUG répondent aux besoins d’une communauté de 500 000 personnes et assurent plus de 85 000 urgences par an • enseigner : en collaboration avec la Faculté de médecine, les HUG ont formé 688 médecins internes et 132 chefs de clinique en 2012 • chercher  : en lien étroit avec la Faculté de médecine, les HUG mènent une recherche de premier plan, contribuant activement aux progrès de la médecine. Vision : des objectifs communs Service public, les HUG veulent être l’hôpital des Genevois et garantir à cha- cun l’accès aux meilleurs soins, en par- tenariat étroit avec le réseau de soins. Centre universitaire de référence, ils en- tendent développer leur excellence au plan national et international selon sept axes prioritaires (p. 8). Info + Au 7e rang des hôpitaux européens Selon le laboratoire Cybermetrics qui réper- torie plus de 16 000 hôpitaux dans le monde en fonction de leur présence sur le web, les HUG se placent en 2012 à la 7e place au niveau européen et à la 49e place au niveau mondial. Ils occupent la 3e place parmi les établissements francophones, derrière Assistance Publique- Hôpitaux de Paris (APHP) et Rouen. En 2012, le taux de satisfaction des patients soignés aux HUG se montait à 95%. 6
  • 6. Le saviez-vous ? Plateau technique ultra-moderne D’une valeur totale de 317 millions de francs, le plateau technique des HUG est l’un des plus modernes d’Europe. Il comprend notamment  : 39 salles d’opération  ; 2 robots chirurgicaux et 5 systèmes de navigation chirurgicale  ; 51 lits de soins intensifs et 1 caisson hyperbare  ; 13 salles d’angiographie, d’endo­ scopie et de cathétérisme  ; 43 appareils d’imagerie médicale et 5 équipements de radiothérapie. En 2012, 28 millions de francs ont été investis pour  : • des équipements de haute technologie aux blocs opératoires de la Maternité (p. 22) • un dispositif de radio­ thérapie intra-opé­ra­­toire pour traiter certains cancers du sein • deux lasers de très haute précision en ophtalmologie (p. 30) • de nouvelles technolo- gies de biologie molécu- laire en laboratoire • des installations modernes semi-auto- matisées avec capteurs directs à rayons X en radiologie conven- tionnelle • le renouvellement d’une salle d’angiographie numérisée pour la radio- logie interventionnelle • une caméra de nouvelle génération SPECT-CT. Etablissement dynamique et innovant, les HUG ont à cœur d’exercer leur res- ponsabilité économique et sociale en garantissant l’économicité des presta- tions, et en favorisant le développement durable, l’emploi et la formation de la re- lève médicale. Valeurs : la philosophie Qualité, innovation, service et responsa- bilité sont les valeurs qui orientent l’ac- tivité des HUG. Derrière ces mots, des initiatives transversales souvent pion- nières (pp. 12-19). Enjeux et stratégie Initiée dès les années 2000 et traduite en plans quadriennaux, la réflexion straté- gique des HUG s’inscrit dans une société et un monde hospitalier en profonde mu- tation. L’entrée en vigueur – début 2012 – de la nouvelle LAMal représente un défi majeur, avec le libre choix de l’éta- blissement hospitalier par le patient. Dans ce contexte de concurrence ac- crue entre les hôpitaux publics et avec les cliniques privées, les HUG mettent tout en œuvre pour la qualité des soins et un financement pérenne. Le plan stratégique 2010-2015 identifie quatre défis majeurs : • l’adaptation de la capacité d’accueil, en lien avec l’évolution de la démographie genevoise (accroissement et vieillissement de la population) • le maintien de l’attractivité dans un contexte de concurrence accrue et de libéralisation du paysage hospitalier suisse (avec l’entrée en vigueur en 2012 de la révision de la LAMal) • le développement de la coopération avec le réseau de soins genevois et avec le centre hospitalier vaudois, afin de garantir l’accès à toutes les prestations de médecine hautement spécialisée en Suisse romande • le financement dans le contexte de nouvelle donne tarifaire et de répartition des activités de médecine de pointe. En complément du plan stratégique – structuré en 7 objectifs correspondant à 7 programmes d’actions – et de la gou- vernance opérationnelle, les HUG ont adopté en 2012 les projets de service 4. Ce troisième document clé du contrat de prestations établit les priorités des services et intègre un volet important consacré à la qualité (p. 12). L’Hôpital des Genevois… Partenaires des Genevois tout au long de leur existence, les HUG garantissent à tous l’accès aux meilleurs soins. De la néonatologie à la gériatrie en passant par la santé mentale et la médecine pal- liative (p. 29), ils misent sur la pluridisci- plinarité pour offrir à chaque patient une prise en charge à la pointe des connais- sances (p. 22). L’organisation est adap- tée en permanence pour faire face aux 7
  • 7. défis de santé publique, en particulier le vieillissement de la population, l’explo- sion des maladies chroniques dont le diabète (p. 25), la précarité (p. 26) et la hausse des demandes en psychiatrie. La création de centres multidisciplinaires et la mise en place de programmes trans- versaux spécifiques (démence, ostéo- porose, douleur, etc.) garantissent la coordination des soins et des spécia- listes autour du patient. … et un grand centre universitaire Les HUG intègrent toute la palette des spécialités médicales dans le cadre de leurs 66 services, tous dirigés par des professeurs/chercheurs de la Faculté de médecine de l’Université de Genève. Spécifique à la médecine uni- versitaire, cette combinaison d’exper- tises garantit aux patients un accès privilégié aux dernières technologies et progrès médicaux (p. 30). Le volume d’activité propre à un grand centre hos- pitalier constitue quant à lui un gage de qualité et de sécurité. Axes prioritaires et domaines de compétences Les HUG ont atteint un niveau d’ex- cellence reconnu au plan national et international dans sept disciplines de pointe : • les affections cardiovasculaires • les affections complexes de l’enfant et l’adolescent • les affections hépatopancréatiques et le diabète • la médecine de l’appareil locomoteur et du sport • la médecine génétique • les neurosciences • l’oncologie. Leaders en imagerie médicale, les HUG ont aussi fortement développé la chirur- gie robotisée et minimalement invasive. Ils ont inauguré en 2012 les nouveaux locaux de la Fondation pour les nou- velles technologies chirurgicales (FNTC) qui occupera à terme tout un étage du futur bâtiment des laboratoires actuel- lement en construction. Ils sont par ailleurs centre national de référence pour les maladies du foie de l’enfant et la transplantation hépatique pédiatrique, ainsi que pour l’influenza et les infections virales émergentes. Enfin, ils disposent du seul laboratoire diagnostique de haute sécurité (niveau 4) en Suisse. Parmi leurs principaux domaines de compétences figurent : • l’audition artificielle • la chirurgie cardiaque • le dépistage de prédispositions génétiques du cancer • l’ophtalmologie (p. 30), en particulier les implants rétiniens • la prévention des infections et la sécurité des patients (p. 33) • la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux • la stimulation cérébrale profonde • le traitement chirurgical de l’épilepsie • le traitement de certains diabètes par greffe d’îlots • la transplantation (p. 46) • la trisomie 21 (p. 24) • la vaccinologie. Ouverture sur le monde Prédisposés à l’ouverture sur le monde par leur situation géographique, les HUG contribuent activement au rayon- nement international de Genève. Outre une collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (voir ci-contre) et la coordination de plus de 50 projets dans le monde (dont une dizaine ont fait l’objet d’une décision de financement en 2012), ils promeuvent globalement l’accès aux soins et la sécurité des pa- tients à travers deux congrès organisés en alternance : • le Geneva Health Forum depuis 2006. En avril 2012, la 4e édition de ce forum a rassemblé un millier de participants venus de 65 pays autour de la problématique des maladies chroniques, qui sont la cause de deux décès sur trois et qui gagnent du terrain tant dans les pays développés que dans Info + Collaborations HUG-OMS Au cœur d’un réseau international, les HUG sont actuellement Centre collaborateur de l’OMS dans les quatre domaines suivants : • éducation thérapeutique des patients souffrant de maladies chroniques • recherche historique en santé publique • sécurité des patients • cybersanté et télémédecine. Retrouvez la carte interactive des projets humanitaires 8
  • 8. 9 Info + Chiffres 2012 • 1804 lits • 4019 naissances • 25 258 interventions chirurgicales • 85 328 urgences • 80 organes transplantés, dont 38 foies (34 chez des adultes, 4 chez des enfants), 30 reins, 2 pancréas, 1 intestin et 9 îlots de Langerhans. les régions du globe en voie de développement (www.genevahealthforum.org/). • l’International Conference on Prevention and Infection Control depuis 2011. La 2e édition a lieu en juin 2013 à Genève (www.icpic.com/). Leurs efforts en matière de coopéra- tion internationale s’incarnent dans 70 conventions avec plus de 30 pays. Les HUG collaborent aussi avec des orga- nismes tels que le Comité internatio- nal de la Croix-Rouge, le Corps suisse d’aide humanitaire, la Chaîne suisse de sauvetage, Médecins sans Frontières, Terre des Hommes, Children Action (p. 38) et Sentinelles. Grands travaux D’ici à 2016, 600 millions de francs au- ront été investis pour bâtir, agrandir et rénover, dont : • 253 millions de francs pour un nouveau bâtiment d’hospitalisation (BDL2) • 274 millions de francs pour l’agrandissement de la Maternité, qui a inauguré en 2012 ses nouvelles urgences en commun avec la gynécologie (p. 22) • 55 millions de francs (partenariat public-privé) pour l’édification d’un bâtiment de recherche et laboratoires – BATLab – dont la première pierre a été posée en janvier 2012 (fin des travaux en 2014) • 22 millions de francs pour la rénovation de l’Hôpital des enfants (fin des travaux en 2014). Parallèlement à ces grands chantiers, des travaux de rénovation ont été me- nés en 2012 : • en neurologie (1,2 million de francs) • en hémodialyse (1,4 million de francs) • à l’Hôpital des Trois-Chêne (2,3 millions de francs).
  • 9. 10 Faits marquants BATLab sort de terre En janvier : pose de la première pierre de BATLab, le nouveau bâtiment des labo- ratoires comprenant huit étages. Il réu- nira tous les laboratoires des HUG, les trois derniers étages étant dévolus à la recherche avec d’importants partena- riats public-privé en neurosciences, en nouvelles technologies chirurgicales et en neurochirurgie. Ouverture au premier semestre 2014. 40 mesures d’économie En février : lancement du projet Per4mance (prononcez Per«for»mance) visant une économie de 75 millions de francs d’ici 2015 par l’optimisation des processus. Il comprend 40 mesures mises en œuvre depuis janvier 2013 (p. 18). Un Conseil d’administration renouvelé En septembre : renouvellement du Conseil d’administration des HUG, qui prend ef- fet à partir du 1er octobre 2012 et pour une période s’étendant jusqu’au 31 mai 2014. Il est présidé par M. Michel Halpé- rin, avocat au Barreau de Genève, dési- gné à cette fonction en septembre 2012 par le Conseil d’Etat genevois (p. 52). Un nouveau directeur pour les HUG En novembre : nomination de M. Bertrand Levrat à la direction générale des HUG. Succédant à M. Bernard Gruson, il entre en fonction en juin 2013, après avoir di- rigé l’Hospice général (p. 50). Réorganisation des urgences à la Maternité Inauguration des nouvelles Urgences gynéco-obstétricales le 27 novembre. Une étape importante dans l’immense chantier de reconstruction de la Materni- té, avant l’ouverture au printemps 2013 des nouveaux blocs opératoires et des nouvelles salles d’accouchement (p. 22).
  • 10. Valeurs : les actes derrière les mots Qualité, innovation, service, responsabilité. Ces quatre valeurs orientent l’ensemble des activités des HUG. Derrière les mots, des actions concrètes, transversales et souvent pionnières.
  • 11. Qualité : quelques dates 1997 : Début du pro- gramme de recueil et d’analyse d’incidents et déclaration obligatoire des EIG* 1999 : Première Journée Qualité 2001 : Première enquête de satisfaction des patients** 2002 : Création du service qualité des soins 2004 : Fin du déploie- ment du programme de recueil et d’analyse d’incidents à l’ensemble des HUG 2007 : Début du projet « Itinéraires cliniques » 2008 : Lancement des tableaux de bords institutionnels – TBI – (outil de reporting et pilotage basé sur des indicateurs mis à jour mensuellement) 2010 : Nouvelle gouvernance qualité (soins et administration) 2012 : Charte qualité institutionnelle ; entrée en fonction des Quality officers ; premières visites QuaP (Qualité orientée patients) *EIG : événements indési- rables graves **Enquête menée 1 fois/an auprès des patients adultes résidant en Suisse Qualité: mesurer en continu, s’améliorer en continu Des soins sûrs et efficaces, une recherche de pointe, des pro- cessus logistico-administratifs performants: c’est tout cela, la qualité. Outre les individus, elle dépend de la capacité du système à identifier et corriger ses dysfonctionnements et à mesurer ses résultats. Nos outils qualité permettent aujourd'hui un pilotage continu de nos performances. La qualité, concrètement Qualité des soins Les projets qualité des soins visent l’amé- lioration mesurable de problématiques transversales. Quelques exemples : • Prévention des infections nosoco- miales : basé sur la désinfection hy- dro-alcoolique des mains, le modèle développé aux HUG (Geneva model) permet de réduire le taux d’infec- tion de 50%. Choisi par l’Organisa- tion Mondiale de la Santé (OMS) en 2005 comme référence mondiale, il est aujourd’hui implémenté dans 169 pays et plus de 15 000 hôpitaux. • Prévention des escarres : en 10 ans, le projet permet une réduction de 1/3 des plaies de pression aux HUG. • Prévention des chutes : créé en 2000, le programme conjugue sensi- bilisation et formation des soignants. • Prise en charge de la douleur : pion- nier en Suisse, notre Réseau dou- leur fête ses 10 ans. Il est composé d’experts/référents intervenant au lit du patient pour une antalgie per- sonnalisée ou auprès des équipes pour optimiser la prise en charge de la douleur, par exemple dans le cas de patients incapables de s’ex- primer (nouveau-nés, patients dé- ments, etc.). En 2012, il a été étendu aux soins à domicile (IMAD). Qualité des processus Simplifier les démarches administra- tives, dans un esprit client, gagner en efficience, c’est le but de ces projets. Quelques exemples : • Opti-process : entre 2009 et 2010, une cinquantaine de processus ad- ministratifs sont modélisés, analysés et simplifiés pour gagner en agilité. • E-process : lancé en 2011, le projet vise à informatiser les processus «papier» encore existants. Outre une meilleure efficience, il facilite les dé- marches administratives en mettant en réseau les différentes applications informatiques, dans un esprit client. Vers des indicateurs qualité nationaux En 2012, les HUG ont participé active- ment aux travaux de l’ANQ (Association Nationale pour la Qualité). En 2013, des indicateurs qualité nationaux pour les soins aigus, la psychiatrie et la réadap- tation seront finalisés. Cinq indicateurs en soins aigus sont déjà utilisés. 12
  • 12. Temps forts 2012 • Avril : lancement des visites d’uni- tés QuaP (Qualité orientée patients). Impliquant tout le personnel dans l’amélioration continue des soins, conduites par des cadres médicaux, infirmiers et administratifs, elles sont l’occasion d’échanger et de mettre en évidence points forts et domaines d’amélioration. En 2012, 90 cadres ont été formés et 30 unités par mois ont été visitées. • Mai : mobilisés pour la sécurité des patients, les HUG pilotent la 4e jour- née mondiale de promotion de l’hy- giène des mains. • Juin : les 17 Quality officers (l’équi- valent d’un emploi temps plein par département) sont en fonction. D’ori- gines diverses (médecin, soignant, biologiste, etc.), spécialement formés, ils évaluent la qualité des prestations, veillent à l’amélioration continue et à l’application des procédures et as- surent un soutien méthodologique. • Octobre : co-organisé par les HUG, le congrès international ISQUA (Interna- tional society for quality in healthcare) réunit près de 1000 experts au CICG. • Novembre : 20% d’infections noso- comiales en moins aux soins inten- sifs, grâce à une nutrition adaptée ; ces résultats d’une étude clinique HUG sont publiés dans The Lancet (p. 33). • Décembre : 14e Journée Qualité. Elle est marquée par un record : 63 pro- jets présentés. C’est l’initiative de formation du personnel du service accueil qui est plébiscitée. Info + Itinéraires cliniques Ils visent à optimiser la qualité et l’efficience des soins en diminuant la variabilité des pratiques pour les patients d’une même catégorie diagnos- tique. Une vingtaine sont en cours d’implémentation aux HUG. 13 indicateurs Satisfaction patients 95% Taux de réadmissions potentiellement évitables 4,97% Taux de chutes (en journées patient) 5,7‰ Taux d'escarres 9% Taux de ré-opérations potentiellement évitables 3,9% Durée moyenne d'une prise en charge aux urgences adultes 5h23 Taux d’infections nosocomiales (base) 10,6% Taux d’infections nosocomiales pondéré* 5% Délai moyen d'attente pour une prothèse totale de hanche 4 semaines Délai moyen d'attente pour une opération du cancer du sein 3,5 semaines * Taux ajusté en fonction de la typologie de patients pour permettre le benchmark international
  • 13. Innovation : quelques dates 2002 : convention avec l’Université de Genève pour le transfert de technologies. Baptisée UNITEC, la structure accompagne les chercheurs dans les différentes étapes du processus de valori- sation de l’innovation, de l’évaluation du potentiel commercial à la recherche de parte- naires industriels 2003 : lancement des Projets de recherche et développement (PRD) financés par un prélève- ment sur les honoraires privés des médecins hospitaliers 2006 : création du bureau et de la Journée de l’Innovation 2007 : création du Centre et de la Journée de la recherche clinique 2012 : création de la Commission d’évalua- tion des nouvelles tech- nologies et techniques médicales (CENT) ; 1re pierre de BATLab ; outre les laboratoires des HUG, réunis à des fins d’efficience, le bâtiment abritera trois étages dédiés à la recherche, en partenariat avec des entreprises privées L’innovation, concrètement Centre et Journée de la recherche clinique Le Centre de recherche clinique (CRC) promeut la recherche appliquée aux pa- tients et soutient les jeunes chercheurs cliniciens. Depuis sa création, il a sou- tenu 23 projets de recherche pour un montant total de 5 millions de francs. Outre la prise en charge des études cli- niques sélectionnées, il assure la for- mation du personnel impliqué et les moyens logistiques nécessaires (accès au plateau technique des HUG, 6 lits dédiés, laboratoire de prélèvements, stockage sécurisé des échantillons biolo- giques). Il est doté d’un budget annuel de 1 million de francs. En 2012, le CRC a aussi distribué 3 bourses « Fondation Louis-Jeantet » de 200 000 francs et soutenu 2 projets en médecine interne et de premier recours grâce à la Fondation Edmond Safra. CENT : un accélérateur d’excellence Créée en 2012, présidée par le Pr Lau- rent Kaiser, la Commission d’évaluation des nouvelles technologies et tech- niques médicales (CENT) examine le potentiel des traitements d’avant-garde sous l’angle du bénéfice-patient, de la maturité (tests/études laboratoire et clinique), de l’éthique, du coût et du potentiel d’acceptation tarifaire. Afin que ces nouveautés bénéficient rapide- ment aux patients, un fonds spécial de 3 millions de francs permet de couvrir leur coût en attendant qu’elles soient remboursées. En 2012, 12 dossiers ont été examinés, et 4 approuvés. Les 3 techniques ci-dessous sont déjà im- plémentées : • Traitement vasculaire des AVC : un stent est utilisé pour « aspirer » les caillots de sang bouchant l’artère cérébrale. • Régulation de l’hypertension ar- térielle par dénervation rénale : destinée aux patients ne réagissant pas aux traitements médicamenteux, cette technique ouvre l’artère rénale au moyen d’ultrasons, ce qui permet une baisse de la tension artérielle. • Stent flow diverter : au lieu d’une chirurgie lourde à crâne ouvert, un stent est introduit dans l’artère cé- rébrale pour pallier la dysfonction du vaisseau (anévrisme). Innovation: de la découverte scientifique au progrès médical L’innovation traverse toute l’activité d’un hôpital universitaire. Clinique ou appliquée, la recherche qui s’y pratique transforme les découvertes scientifiques en progrès médicaux. Reconnue au plan national et international, l’expertise des HUG se manifeste notamment dans sept domaines de pointe prioritaires. 14
  • 14. Journée de l’Innovation : un incubateur d’idées Présidée par le Pr Didier Pittet, la Jour- née de l’Innovation des HUG vise à re- pérer les projets innovants et donner à leurs auteurs les moyens pratiques de leur développement. Une fois par an, elle rassemble tous les acteurs institu- tionnels et industriels de l’innovation ge- nevoise (Eclosion, FONGIT, BIOALPS, UNITEC, promotion économique, fédé- ration d’aide aux entreprises, etc.). Depuis sa création en 2008, plus d’une centaine de projets ont été sélectionnés (25 en 2012). Ceux-ci ont débouché sur 11 dépôts de brevets (8 en 2012) et la création de 5 startups. Autre nouveauté, les Cafés de l’innovation qui réunissent une fois par mois experts et porteurs de projets. La prochaine Journée de l’Innovation aura lieu le 17 octobre 2013. Temps forts 2012 • Mars : le Fonds National Suisse (FNS) renouvelle son soutien financier de 3,6 millions de francs au projet suisse de recherche contre l’infarctus du myocarde, auquel participe active- ment le service de cardiologie des HUG (p. 25). • Mai : la 5e Journée de la recherche clinique rassemble 65 projets et distingue une étude du service de neurologie portant sur 152 patients épileptiques. • Juin : la Fondation pour les Nou- velles Technologies Chirurgicales prend son essor dans de nouveaux locaux. Le point culminant d’un par- tenariat unissant les HUG à l’entre- prise Storz, leader international du secteur des instruments chirurgi- caux. • Octobre : 6e Journée de l’Innovation. Le projet C-Eye-Tip (traitement révo- lutionnaire pour les infections de la cornée) remporte le Prix de l’Inno- vation 2012 (p. 30). 15 chiffres Groupes de recherche 262 Publications dans les revues à politique éditoriale 1325 Nouveaux brevets déposés 8 Nouvelles technologies / techniques approuvées 4
  • 15. Service : quelques dates 1994 : 1re maison Ronald McDonald ; la 2e ouvre ses portes en 2011 1996 : lancement du programme culturel l’Art à l’hôpital 1998 : début du pro- gramme d’interprétariat 2005 : partenariat avec le DIP pour « L’école à l’hôpital » 2006 : ouverture d’une halte-garderie accueil- lant les enfants pendant les soins/visites des parents 2007 : ouverture de l’Espace médiation et de l’antenne HUG de l’OSP (Organisation suisse des Patients) ; création de la fonda- tion Artères pour la recherche et le confort des patients 2009 : ouverture de 2 chambres hôtelières à la Maternité et d’un studio pour les proches à l’Hôpital de Bellerive (ex-CESCO) ; mise en place du système de visioconférence maternité-néonatologie 2010 : création d’une chambre hôtelière pour les parents aux soins intensifs de pédiatrie 2011 : 1re pierre du nouvel hôpital 2012 : fin du déploie- ment du projet « menus à choix » Le service, pour nous, c’est d’abord l’accueil, l’écoute et l’infor- mation. C’est aussi favoriser la présence des proches auprès des patients. C’est encore accueillir chacun en tenant compte de sa culture et de sa langue. C’est enfin tout faire pour rendre l’hospi- talisation la plus confortable possible. Service: accueillir, informer, faciliter L’esprit de service, concrètement Accueillir et écouter Depuis 2007, l’Espace médiation accueille patients et proches pour tout problème lié à une prise en charge. Une initiative pionnière, reprise depuis par plusieurs hôpitaux suisses, dont le CHUV et le Réseau Santé Valais en 2012. Garder le lien En partenariat avec le Département de l’instruction publique (DIP), des ensei- gnants assurent le suivi scolaire des enfants hospitalisés. Le programme in- clut des visioconférences hôpital/école. Les jeunes patients peuvent également « chatter » et se divertir en présence d’un animateur à l’espace multimédias Cybermenthalo. A l’Hôpital de Loëx, l’outil informatique Magui, adapté aux seniors, permet aux patients de converser avec leurs proches et de recevoir photos et mails. Un système de visioconférence relie aussi les blocs de la Maternité et la néo- natologie, permettant aux mamans de voir leur bébé prématuré. Favoriser la présence des proches Partout où cela est possible, seuls ou en partenariat, nous développons des solu- tions d’accueil et d’hébergement pour les proches comme en pédiatrie, à l’Hô- pital de Bellerive et à la Maternité. Cette dernière comprend également une halte- garderie. En 2014, un bâtiment abritant 19 studios ouvrira ses portes Boulevard de la Cluse, près du bâtiment principal et du futur bâtiment des lits. Il dispose- ra aussi d’un espace d’attente et d’in- formation pour les familles. Personnaliser la prise en charge Au service d’une population cosmopolite, nous proposons, en partenariat avec la Croix-Rouge, un service d’interprétariat gratuit, ainsi que des soignants spéciale- ment formés aux spécificités culturelles (p. 26). Des initiatives qui ont valu aux HUG en 2012 le renouvellement du label Migrant Friendly Hospital. Des traduc- tions en langue des signes sont égale- ment disponibles. 16
  • 16. Informer de manière claire et complète Un consentement éclairé suppose une bonne information. Formé de méde- cins, soignants et journalistes, le GIPP (Groupe Information Patients et Proches) développe une information médicale conforme aux guidelines internationaux, sous forme de brochures, films et sup- ports multimédias. En 2012, les Web TV des HUG sur You Tube et Dailymotion ont été consultées en moyenne 3200 fois par jour, par des internautes de plus de 100 pays. Optimiser le confort Grâce aux menus à choix, les patients composent leurs repas selon leur état de santé et leurs goûts, avec les conseils d’une diététicienne. Le programme l’Art à l’hôpital propose aussi concerts, expo- sitions et conférences, financés grâce au produit des distributeurs à boissons. Cette offre est complétée par des pro- grammes d’animations adaptés sur les sites de long séjour. Un réseau wifi-pa- tients gratuit est disponible dans l’en- semble des HUG. En 2012, 39 lits ont été équipés à titre pilote de terminaux multimédias tactiles permettant l’accès à des contenus d’information santé ou de divertissement (TV, information mé- dicale, internet, jeux, etc.). Info + Un nouvel hôpital en 2016 Avec son socle de verre, ses onze étages, ses immenses loggias et surtout ses chambres au confort de niveau privé ou semi-privé accessibles à tous et pourvues d’installations sanitaires spacieuses, le nouveau bâtiment d’hospitalisation des HUG accueillera les patients dès 2016. Sécurité adaptée aux risques épidémiologiques, équipements technolo- giques et médicaux de pointe, concept éner­ gétique écologique, le futur hôpital, budgété à 253 millions de francs, répond aux normes les plus exigeantes. En 2012, les travaux de terras- sement et de fondation ont été achevés, rez-de- chaussée et premier étage sont sortis de terre (voir image de synthèse page 9). 17 chiffres Heures d'interprétariat 22 100 Consultations transculturelles 250 Enfants accueillis à la halte-garderie 2300 Patients reçus à l'Espace Médiation 400 Nuits au studio pour proches de l'Hôpital de Bellerive 94 Nuits aux deux chambres hôtelières à la maternité 355 Familles hébergées dans les maisons Ronald McDonald 211 Manifestations (expositions, concerts, etc.) organisées par l'Art à l'hôpital 56
  • 17. La responsabilité, concrètement L’accès aux soins, ici et ailleurs Garantir à tous l’accès à des soins de qualité, c’est le cœur de notre mission de service public. Financées par l’Etat à hauteur de 128 millions de francs par an, les missions d’intérêt général (MIG) ont permis, en 2012, aux HUG de réaliser pas moins de 33 148 consultations de personnes sans assurance, précaires, sans papiers et sans statut légal les- quelles, sans cela, n’auraient pas accès à la médecine. Prédisposés à l’ouverture sur le monde de par le statut international de Genève, les HUG ont organisé en 2012 la 4e édi- tion du Geneva Health Forum (p. 8). Ils comptent à ce jour plus de 57 projets de coopération humanitaire dans plus de 31 pays. L’efficience et l’économicité  Lancé en février 2012, le projet Per4mance (prononcez Per« for »mance) vise une économie de 75 millions de francs d’ici 2015 par l’optimisation des processus. Objectifs ? Maintenir la qualité des pres- tations, garantir un équilibre financier pé- renne et dégager des moyens à réinvestir dans les secteurs médicaux stratégiques. Lié au plan d’économie de l’Etat de Ge- nève (la subvention HUG diminuera de 75 millions de francs d’ici 2015), ce pro- jet est un acte de responsabilité face au resserrement du financement hospita- lier, à la hausse des coûts de la santé et à la pression sur les tarifs exercée par l’ouverture du marché de la santé le 1er janvier 2012. Il comprend 40 mesures mises en œuvre depuis janvier 2013. La formation de la relève Selon l’OFSP, les besoins en personnel de santé hospitalier augmenteront de 13% en Suisse d’ici à 2020. Avec leurs partenaires (université, hautes écoles, etc.), les HUG travaillent activement à la formation des soignants de demain, notamment dans les domaines en pé- nurie (p. 34). La promotion du don de sang et d’organes Rattaché aux HUG, le Centre de trans- fusion sanguine (CTS) effectue quelque 100 prélèvements par jour. Il en faudrait 1/3 de plus pour couvrir les besoins à Genève. Les HUG organisent donc de nombreuses collectes chaque année, par exemple auprès des entreprises et des communes. Centre de référence pour la transplanta- tion du foie notamment, les HUG déve- loppent des solutions innovantes pour pallier le manque chronique d’organes en Suisse (dons croisés, split organs). Ils promeuvent cette cause au travers d’événements tels que le MaraDon. Le développement durable L’impact environnemental des HUG cor- respond à celui d’une ville de 10 000 habitants. Inscrit dans le plan straté- gique 2010-15, le management envi- ronnemental intègre les principes du développement durable dans tous les aspects de notre activité. Lancé en 2009 à la suite du premier écobilan hospita- lier jamais réalisé en Europe, le projet se donne 4 objectifs : Responsabilité : quelques dates 2001 : création de la Fondation Pro-transplant, pour la promotion du don d’organes 2006 : création du Geneva Health Forum, pour un accès global à la santé 2007 : création du Trophée de la géné- rosité récompensant l’entreprise genevoise dont les collaborateurs ont effectué le plus de dons de sang 2006-9 : projet Victoria > économie annuelle de 100 millions de francs 2009-10 : 1er écobilan hospitalier d’Europe 2010 : plan stratégique 2010-15 > qualité globale ; économicité ; développement durable 2011 : les HUG nommés meilleure entreprise formatrice du canton 2012 : projet Per4mance > optimisation des processus visant une économie de 75 millions de francs d’ici 2015 La responsabilité, c’est intégrer les préoccupations sociétales, économiques et environnementales de la communauté que nous servons à notre réflexion stratégique et nos actions. Autant d’enjeux locaux et globaux qui imprègnent notre activité. Responsabilité: intégrer les enjeux de société à nos activités 18
  • 18. chiffres accès aux soins Consultations pour des patients sans moyens de payer leurs soins 33 148 Projets de coopération (dans 31 pays) 57 Dons d'organes Donneurs en Suisse (dont 14 à Genève) 96 Management environnemental KWh / an économisés 500 000 KWh / an produits (panneaux solaires) 64 000 Piles consommées en moins 4000 Abonnements Unireso 2764 Utilisateurs des navettes HUG 39 428 Formation de la relève médicale Médecins internes 688 Chefs de clinique en formation FMH 129 • diminuer la consommation énergétique et promouvoir des énergies renouvelables • limiter la pollution et augmenter le recyclage • promouvoir les déplacements éco-mobiles • favoriser les achats responsables. Temps forts 2012 • Avril : 4e édition du Geneva Health Forum au CICG. • Juin : les HUG mobilisés pour le don du sang lors de la Journée mondiale du 14 juin ; 900 m2 de panneaux photovoltaïques posés sur les toits des hôpitaux de Bellerive et des Trois-Chêne ; le 21 juin, le 1er MaraDon réunit 500 coureurs, dont 200 transplan- tés, pour la promotion du don d’organes. • Septembre : campagne d’informa- tion sur le don d’organes sur la Rotonde des HUG. • Novembre : promotion des profes- sions de la santé dans le cadre de la Cité des Métiers. 19
  • 19. De la naissance à la fin de la vie, de l'accès aux soins au bien-être psychologique des jeunes, de la lutte contre les infections aux révolutions technologiques en ophtalmologie : une année aux Hôpitaux universitaires de Genève.
  • 20. Un suivi exemplaire pour les futures mères En passant à nouveau en 2012 le cap des 4000 naissances, les HUG confir- ment leur position de plus grande maternité de Suisse. Avant l’arrivée au monde d’un nouveau-né, la prise en charge d’une naissance implique un suivi et des soins déjà bien en amont. Avec un personnel haute- ment qualifié et des infrastructures en constant développement, la Ma- ternité des HUG offre à chaque future mère un accompagnement optimal à chaque étape. Accueillir le patient dans sa globalité, avec compétence et huma- nité : c’est le défi de la médecine moderne. Une telle approche passe par la multidisciplinarité. En 2012, celle-ci s’est en particu- lier illustrée en obstétrique, liée à la gynécologie et à la génétique, ainsi que dans le domaine des maladies chroniques. La multidisciplinarité pour mieux comprendre et mieux soigner « L’inauguration des nouvelles urgences gynéco-obstétricales marque une étape importante dans l’immense chantier de reconstruction de la Maternité. » Pr Olivier Irion, médecin-chef du service d’obstétrique Retrouvez le dossier Médecine de la femme dans Pulsations Magazine 22
  • 21. En 2012, le service d’obstétrique des HUG a connu des avancées importantes dans la qualité des soins : • inauguration des nouvelles urgences communes à l’obstétrique et à la gynécologie • mise en place d’un suivi personna- lisé pour les futures mères • lancement d’un nouveau test de dépistage de la trisomie 21 qui permet d’éviter les risques liés à une amniocentèse. Nouvelles urgences : moins d’attente, davantage de confort Les nouvelles urgences gynéco-obstétri- cales comptent huit salles – soit quatre de plus que précédemment – parfaitement équipées, confortables et spacieuses. Leur inauguration le 27 novembre 2012 marque une étape importante dans l’im- mense chantier de reconstruction de la Maternité entrepris voici près de vingt ans. La réunification en un lieu commun facilement accessible des deux ser- vices d’urgence – qui accueillent plus de 9000 patientes par an, dont 3000 urgences obstétriques – permet une prise en charge optimale, rapide et po- lyvalente grâce à un personnel spécia- lement formé. Tant les infirmières que les sages-femmes ont acquis des com- pétences interdisciplinaires, ce qui ga- rantit aux patientes une prise en charge plus cohérente et plus performante. De plus, le nombre d’internes affectés aux urgences a augmenté avec, selon l’ho- raire, trois à six médecins en service. L’ouverture au printemps 2013 des nou- veaux blocs opératoires, puis la mise en service de huit nouvelles salles d’accou- chement – plus vastes que les locaux actuels et toutes équipées d’une salle de bains – amélioreront encore de façon sensible la prise en charge des patientes. Un suivi personnalisé tout au long de la grossesse… et au-delà Pour de nombreuses femmes, la gros- sesse s’annonce comme une période sans risque médical particulier. Ce constat a conduit le Pr Olivier Irion, médecin- chef du service d’obstétrique, à facili- ter la concrétisation d’un projet de suivi personnalisé assuré par un groupe de huit sages-femmes. Ainsi, les femmes qui le souhaitent peuvent être accom- pagnées tout au long de leur « projet de naissance » par une sage-femme de ré- férence autour de laquelle gravite une équipe responsable tant des consulta- tions de contrôle que des séances de préparation à la naissance. Une telle prise en charge représente un réel atout en matière de continuité des soins et de confiance. Déployée en 2012, cette offre de suivi personnalisé a déjà permis à quelque 300 femmes d’être accompagnées de manière individualisée dans tous les as- pects de leur grossesse. Un tel service illustre parfaitement le souci des HUG d’offrir un environnement sécurisé tout en favorisant une humanisation des soins considérée comme très importante, au même titre que l’expertise médicale. Info + Plus de 4600 consultations au Centre du sein Inauguré en 2011, le Centre du sein a effectué en 2012 plus de 4600 consultations d’oncologie, auxquelles s’ajoutent celles de sénologie chirur- gicale et de radiologie. Des soins coordonnés ont été mis en place. Dans un canton où une femme sur huit est touchée par un cancer du sein au cours de son existence, une prise en charge regroupant dans un lieu unique le meilleur en termes d’accueil, de sou- tien, de qualité des soins et de rapidité d’interven- tion était une nécessité. Parmi les traitements proposés, la radiothérapie intra-opératoire repré- sente dans certains cas bien précis une nouvelle solution très appréciable, la patiente bénéficiant d’une thérapie directe- ment lors de l’intervention consacrée à l’ablation de la tumeur. Cette pratique novatrice permet une thérapie moins invasive et plus confortable, dont plus de 50 patientes ont déjà fait l’expérience. Les HUG proposent aussi la reconstruction simultanée du sein opéré. Durant l’année 2012, des recommandations communes aux HUG et au CHUV ont été édictées pour la prise en charge des femmes touchées par un cancer du sein. 23
  • 22. Dépistage de la trisomie 21 : un nouveau test sans risque L’aventure de mettre au monde un en- fant implique aussi de plus en plus l’inter- vention d’experts en génétique. Comme l’explique la Dre Ariane Giacobino, mé- decin généticienne, un nombre croissant de couples s’adresse spontanément à une consultation spécialisée pour s’in- former sur un éventuel risque lié à l’his- toire familiale, à l’hérédité, ou pour un problème d’infertilité. Après la conception, c’est au stade des tests de dépistage que la génétique joue un rôle fondamental. Depuis 2012, les HUG utilisent un nouveau test de dépis- tage de la trisomie 21 chez les femmes enceintes qui présentent un risque éle- vé. Mis sur le marché par une société commerciale allemande qui en détient l’exclusivité pour la Suisse, ce test per- met le séquençage de l’ADN du fœtus à partir du sang de la mère. Non inva- sif, il peut remplacer l’amniocentèse, responsable d’une fausse couche pour 200 à 300 examens. Selon le Pr Stylianos Antonarakis, méde- cin-chef du service de médecine géné- tique, ce diagnostic prénatal par le sang maternel sera dans un proche avenir de plus en plus utilisé, le temps d’en opti- miser la validité pour les autres formes de trisomie, voire pour des maladies génétiques ; le temps également d’en développer des variantes « maison », le brevet actuel étant protégé. Plus que jamais, tant pour les couples se préparant à accueillir un enfant que pour le monde médical, la naissance – ou non – s’accompagne de nouveaux questionnements et de nouveaux choix, incontournables lorsque la médecine connaît de telles évolutions. 24
  • 23. Une prise en charge optimale du diabète dans tous ses aspects A Genève, plus de 6% de la popula- tion adulte est atteinte d’un diabète. Ce problème majeur de santé publique né- cessite une prise en charge globale et coordonnée des patients. Au sein des HUG, les patients diabétiques sont au cœur d’un projet multidisciplinaire impli- quant de nombreux spécialistes. Des consultations mixtes En 2012, un projet pilote de trajectoire du patient diabétique a été testé avec suc- cès, permettant actuellement sa mise en place systématique. « Dans le cadre du service de médecine de premier re- cours, cet itinéraire clinique standardisé fait intervenir notre service ainsi que le service pour l’éducation thérapeutique du patient », décrit le Pr Jacques Phi- lippe, médecin-chef du service d’endo- crinologie, diabétologie, hypertension et nutrition. Dans une deuxième étape, la trajectoire du patient diabétique va s’étendre à l’en- semble de l’hôpital, sous une forme plus individualisée. Des spécialités médicales aussi variées que l’orthopédie, l’ophtal- mologie, les maladies infectieuses, la chirurgie et la transplantation (pancréas et îlots de Langerhans), la néphrologie, la radiologie ou encore l’angiologie sont directement concernées et des consul- tations mixtes sont progressivement mises en place. Il s’agit aussi d’améliorer la communi- cation et la collaboration entre les HUG et les médecins de ville et autres par- tenaires, dont les soins à domicile. Ce développement en réseau fait l’objet du projet PRISM dont la concrétisation en 2013 doit garantir un meilleur suivi des patients à la sortie de l’hôpital et en ambulatoire. Un programme unique en Suisse Le suivi des patients diabétiques a aus- si pour mot-clé, au sein des HUG, l’au- tonomie des personnes. Le service d’enseignement thérapeutique pour ma- ladies chroniques, mené par le Pr Alain Golay, représente un maillon essentiel de l’accompagnement des patients. Ce programme unique en Suisse a pour ré- sultat non seulement un mieux-être des patients mais une diminution spectacu- laire des complications liées au diabète. Le saviez-vous ? Infarctus du myocarde : les HUG impliqués dans un projet d’envergure internationale Depuis 2009, le service de cardiologie des HUG est partenaire du projet suisse de recherche contre l’infarctus du myocarde. Cette collaboration fruc- tueuse avec les services spécialisés de Zurich, Berne et Lausanne a été récompensée par le Fonds National Suisse qui a décidé en février 2012 de soutenir financièrement ce projet durant trois années supplémentaires à hauteur de 3,6 millions de francs. Plus de 4000 patients ont déjà été inclus dans la première phase du projet. Grâce à ce programme, la Suisse se maintient en position très concurren- tielle au plan international dans le domaine de la recherche cardio­­ vasculaire. L’infarctus demeure la cause principale de mortalité chez les adultes dans les pays occidentaux. Le projet du FNS comprend cinq points principaux, dont le dépistage précoce des patients à risque élevé et la prévention des récidives. 25
  • 24. 26 Santé pour tous : une mission des HUG Avec un taux de population d’origine étrangère de 40%, soit le double du reste de la Suisse, Genève a dû se pré- occuper, avant les autres, de l’accès aux soins pour tous. Créé il y a vingt ans, rattaché aux HUG depuis 1999, le Programme Santé Migrants (PSM) il- lustre parfaitement la mission d’intérêt général qui incombe à l’institution. Ac- cueillir chaque patient, sans distinction de nationalité, de langue, de culture ou de moyens s’inscrit au nombre des res- ponsabilités essentielles du seul hôpital Le droit à des soins de qualité n’exclut personne. Dans le respect de cette mission d’intérêt général essentielle envers la popula- tion de toutes origines, le Réseau Santé pour tous s’est largement développé en 2012. Dans un esprit similaire d’engagement auprès de la communauté, l’offre des HUG en soins palliatifs s’est étendue hors de l’institution. Travail en réseau et sens des responsabilités « Un hôpital Migrant Friendly est aussi, et même avant tout, un hôpital Patient Friendly. » Dre Sophie Durieux, responsable du Programme Santé Migrants
  • 25. 27 public du canton. Aux HUG, un patient sur deux, mais aussi un collaborateur sur deux est d’origine étrangère et un quart des patients ne parle pas français. D’autres consultations œuvrant dans le même esprit complètent l’activité du Programme Santé Migrants placé sous la responsabilité de la Dre Sophie Durieux : la consultation ambulatoire mo- bile de soins communautaires (CAMSCO) qui reçoit les sans-papiers et les per- sonnes en grande précarité ; le service d’interprétariat ; la consultation transcul- turelle ; les consultations santé migrants et d’ethnopsychanalyse du Département de l’enfant et de l’adolescent. Au CAMS- CO en particulier, le nombre de prises en charge a explosé en 2012, avec l’arri- vée à Genève, dans un contexte de crise économique européenne, de nouvelles populations migrantes. Afin que ces ressources déploient tout leur effet, il restait à les faire fonction- ner davantage en réseau, en relation avec des partenaires extérieurs, mais en premier lieu au sein même des HUG. « Nous avons constaté que la moitié des médecins et soignants connaissent mal ou pas du tout notre activité alors qu’ils rencontrent souvent des difficul- tés dans leurs contacts avec des patients d’origine et de langue étrangères, sou- vent aussi de culture différente », relève la Dre Sophie Durieux. Partenaire privilégié d’un programme fédéral En devenant partenaires de la straté- gie fédérale « Migration et santé 2008 à 2013 », à l’instar de quatre autres centres hospitaliers dont le CHUV pour la Suisse romande, les HUG ont béné- ficié d’un soutien financier de 300 000 francs, qu’ils ont consacré au dévelop- pement, depuis juillet 2011 et tout au long de l’année 2012, du Réseau San- té pour tous. Reliant toutes les structures dédiées à la population migrante et précaire au sein des HUG, ce réseau a donc pour objectif une interaction plus systématique avec l’ensemble des départements médicaux et des services de soins. Il s’agit d’iden- tifier le plus précocement possible les patients migrants et précaires, afin que l’égalité des soins puisse s’appliquer. Premier enjeu : pouvoir comprendre les besoins du patient et communiquer avec lui, en déterminant d’emblée la langue parlée. Il faut aussi connaître la situa- tion du patient, son statut de séjour. « Un sans-papier peut aussi être sans domicile fixe. Dans ce cas, le « retour à domicile » après l’hospitalisation si- gnifie un retour à la rue et le bénéfice des soins peut être rapidement réduit à néant s’il n’y a pas coordination avec le réseau extérieur », constate la Dre Sophie Durieux. Renforcer l’interven- tion du service d’interprétariat, au mini- mum dans les phases les plus cruciales d’une prise en charge, constitue une autre priorité du Réseau Santé pour tous. Info + Renoncement aux soins : une étude unique en Suisse Ce sont les seules don- nées en Suisse sur le délicat sujet du renon- cement aux soins pour raisons économiques. Elles émanent de l’étude « Bus Santé », menée par l’Unité d’épidémiologie populationnelle (UEP) des HUG, qui a posé à plus de 1500 habitants âgés de 35 à 74 ans la question suivante : « Dans les douze derniers mois, avez-vous renoncé à une dépense de santé pour des raisons écono- miques ? » Les résultats diffusés en 2012 révèlent que 15% des Genevois ont répondu positivement. « La proportion des personnes touchées varie selon le revenu du ménage, constate le Dr Idris Guessous, méde- cin adjoint responsable de l’UEP. Au-dessous de 3000 francs par mois, elles sont près d’un tiers à renoncer à des soins. » Les soins les moins bien remboursés – traitements dentaires en particulier – sont les plus négligés. Médicaments, consulta- tions médicales, lunettes et appareils auditifs sont aussi concernés. L’impact du renoncement aux soins sur la santé va faire l’objet d’une seconde étude dont le financement a été obtenu début 2013.
  • 26. Pour qu’un réseau fonctionne au mieux de ses ressources, il a besoin également d’une personne faisant en quelque sorte office de « GPS ». C’est le rôle de l’infir- mière spécialiste clinique, rattachée à la direction des soins et qui peut intervenir dans tous les services, à leur demande mais également de façon proactive. Comprendre l’autre, quel qu’il soit Enfin, la mise en place de formations doit renforcer les compétences trans- culturelles des soignants, et plus lar- gement de tous les collaborateurs des HUG en contact avec les patients. Dans le même esprit, les soignants sont invi- tés à faire plus systématiquement appel à la consultation transculturelle, dont la mission est de les aider à comprendre les enjeux et l’importance de la culture, au sens large du terme, dans la rela- tion soignant-soigné. « Avec leurs expé- riences de vie et des échelles de valeurs différentes des nôtres, les patients mi- grants et précaires bousculent nos ha- bitudes et nos certitudes », témoigne la Dre Sophie Durieux qui relève aussi qu’« un soignant qui maîtrise les parti- cularités de la prise en charge d’un mi- grant ou d’une personne précaire saura être adéquat avec tout autre patient ». En d’autres termes, un hôpital « Migrant Friendly » – label renouvelé en 2012 par l’Office fédéral de la santé publique – est aussi, et même avant tout, dans la vision des HUG, un hôpital « Patient Friendly ». Visionnez l’émission Pulsations TV sur le Réseau Santé pour tous 28
  • 27. Soins palliatifs à domicile : respecter la volonté du patient Déjà bien établis en milieu hospitalier, les soins palliatifs sont désormais éga- lement à la disposition des patients qui souhaitent rester à la maison aussi long- temps que possible plutôt qu’être hospi- talisés. Inaugurée début 2012, l’unité de soins palliatifs communautaire (USPC) intervient essentiellement à domicile, mais aussi en EMS et dans d’autres ins- titutions de soins. Cette unité mixte réunit les HUG et l’IMAD (Institution genevoise de main- tien à domicile – ex-FSASD). Elle com- prend deux médecins des HUG et une infirmière de l’IMAD. « Nous fonction- nons comme une équipe consultante qui répond, après accord du médecin traitant, aux demandes des soignants et parfois directement à celles des pa- tients et de leurs proches », explique la Dre Sophie Pautex, médecin respon- sable de l’unité. Prise en charge de la douleur Durant sa première année d’activité, l’USPC a pris en charge 162 nouvelles demandes. Près d’un tiers émanaient des médecins traitants, une vingtaine de médecins des HUG, 34 des infirmières de première ligne, 25 du service de mé- decine palliative et du réseau spécialisé, une quinzaine d’EMS et 17 directement de patients et de leurs proches. Ces interventions représentent au to- tal 363 consultations (deux visites en moyenne par patient). Des douleurs difficiles à contrôler constituent la ma- jorité des motifs de consultation, parmi d’autres symptômes ; les équipes, pour la plupart, médico-infirmières, ont aussi pour mission d’informer quant à la suite des soins, de soutenir et d’accompa- gner les familles. Cette nouvelle unité a été lancée dans le cadre d’un programme cantonal de développement des soins palliatifs. Au sein de ce programme, les HUG sont également impliqués dans la forma- tion du personnel soignant, l’objectif de l’USPC n’étant pas de se substituer aux équipes en place, mais de les for- mer et de les soutenir en leur transmet- tant son expertise. Le saviez-vous ? Soins palliatifs labellisés Après moins d’une année d’activité, l’unité de soins palliatifs communautaire a été récompensée en novembre 2012 par l’obtention du label « Qualité dans les Soins Palliatifs ». Certifiant que l’unité répond aux critères de qualité de la Société suisse de médecine et de soins palliatifs (pallia- tive ch), ce label met en lumière tout l’engagement des HUG dans ce domaine particulièrement sensible des soins et de l’accompa- gnement. Il est également attribué à l’équipe mobile douleur et soins palliatifs (EMSP) et au département de réadaptation et de médecine palliative de l’Hôpital de Bellerive. 29
  • 28. Une technologie révolutionnaire pour soigner la cornée Impliqué dans tous les aspects de la santé de l’œil et de la vision, le service d’ophtalmologie des HUG se distingue dans plusieurs secteurs de pointe. Il est en Suisse le principal centre de traitement du kératocône. Même rare, cette maladie est particulièrement re- doutable, puisqu’elle touche en priorité les personnes jeunes. Elle représente dans cette population le risque majeur de perte totale de la vue. « Elle atteint la cornée, qui commence par se défor- mer vers l’avant, s’amincissant parfois L’innovation est une mission phare d’une institution universitaire. En ophtalmologie, le passage d’une technologie révolutionnaire à son utilisation pour soigner des infections de la cornée en consti- tue une illustration exemplaire. Autre domaine d’application de techniques novatrices : la lutte contre les infections nosocomiales. « Partir d’une idée et parvenir à concrétiser un nouveau dispositif d’intervention, c’est un processus qui me fascine. » Pr Farhad Hafezi, médecin-chef du service d’ophtalmologie L’innovation au service du patient Visionnez l’émission Pulsations TV sur l’ophtalmologie 30
  • 29. jusqu’à se rompre», décrit le Pr Farhad Hafezi, médecin-chef du service d’oph- talmologie des HUG. Jusqu’au début des années 2000, le seul traitement possible était la trans- plantation de cornée, dont la durée est estimée à une trentaine d’années. Prati- quée chez une personne jeune, elle im- pliquait donc une deuxième greffe vers la quarantaine, de survie plus limitée… une troisième par la suite étant impos- sible, ce qui condamnait à terme le pa- tient à la cécité. Une des plus grandes avancées en ophtalmologie Depuis une dizaine d’années, une tech- nique novatrice a donné un nouvel es- poir à ces patients. Par la technique du cross-linking (CXL) – consistant à ren- forcer le tissu conjonctif de la cornée au moyen de rayons ultra-violets et de vita- mine B2 – il est possible de traiter une cornée avec une grande efficacité. Au- jourd’hui, cette technique est pratiquée dans plus de cent pays et son dévelop- pement est une excellente illustration de ce que l’on appelle la médecine trans- lationnelle, permettant la concrétisation d’une innovation de son idée à la réalisa- tion du dispositif qui permettra sa mise en pratique. Il s’agit de la plus importante évolution de ces vingt dernières années en ophtalmologie pour ce que les spé- cialistes nomment le segment antérieur de l’œil. Pionnier dans cette technolo- gie, le Pr Hafezi a fait partie de l’équipe des inventeurs du CXL. Il a ensuite déve- loppé cette technique au sein des HUG dès son arrivée en 2010, apportant avec lui toute l’expérience acquise dans son précédent poste à Zurich. Aux HUG, la technique du cross-linking a pris un nouvel essor, révélant une remar- quable efficacité dans le traitement des infections de la cornée, qui sont la troi- sième cause de cécité au niveau mon- dial. Les HUG reçoivent chaque année environ 150 patients atteints d’une infec- tion cornéenne, dont une vingtaine de cas particulièrement sévères. Les théra- pies actuellement à disposition ont leurs limites. Pour qu’elles soient efficaces, il est essentiel de connaître l’origine précise – virus, bactérie, champignon, parasite – mais souvent difficile à déter- miner de l’infection. Le cross-linking re- présente un progrès très considérable puisqu’il est possible d’y recourir avec succès pour traiter une cornée dans les meilleurs délais, quelle que soit la nature du germe responsable de l’infection. Une innovation au développement exemplaire Représentant un enjeu immense pour de nombreux patients dont la vision est menacée, cette nouvelle application du cross-linking fait l’objet de tous les ef- forts pour son développement rapide, l’objectif étant de mettre à disposition de tous les ophtalmologues un dispositif d’intervention garantissant une parfaite efficacité et sécurité. Il s’agit du projet Info + La banque de cornées la plus moderne de Suisse En matière d’innovation, l’ophtalmologie vit des avancées remarquables. En 2012, le service spécia- lisé des HUG s’est doté de deux équipements laser très performants (de type Femto et Excimer). Ces lasers ont la particula- rité d’être applicables à diverses formes d’inter- ventions, de la chirurgie réfractive – visant à cor- riger des défauts visuels tels que la myopie – à la transplantation de cornée. La greffe de cornée est plus que jamais parmi les priorités du service. Non seulement ces nouveaux lasers rendent l’inter- vention réalisable aux HUG dans les meilleures conditions, mais la mise en place d’une banque de cornées – la plus moderne de Suisse – dès le printemps 2013 va permettre de prendre en charge de nombreux patients en attente d’une telle transplanta- tion. Une centaine de patients sont en liste d’attente dans le canton de Genève. 31
  • 30. C-Eye-Tip© développé par le Pr Hafezi et le Dr Olivier Richoz, qui a remporté le Prix de l’Innovation 2012 des HUG, doté de 10 000 francs. Ce soutien finan- cier vient s’ajouter à deux autres distinc- tions : le prix Inno Gap de l’Université de Genève (30 000 francs) et le Prix Ven- ture Kick (10 000 francs). Le C-Eye-Tip© est une miniaturisation de la technologie du cross-linking et peut être utilisé sur la lampe à fente qui est l’outil de base de tout ophtalmologue, sans passer par un coûteux bloc opératoire. Une spin-off a été créée pour l’avance- ment du projet. Toutes les conditions sont réunies pour une concrétisation dans un délai record, probablement deux ans. Le développement de cette nouvelle technologie apparaît exem- plaire à double titre, comme l’explique le Pr Hafezi : « Dans un premier temps, nous avons repris une technologie initialement limitée au traitement d’une maladie rare pour l’appliquer à un problème infectieux extrêmement fréquent ; dans un deuxième temps nous allons mettre à disposition de tous les ophtalmologues une techno- logie innovante jusque-là réservée à des chirurgiens hautement spécialisés. » Les patients y gagneront en confort et rapidité d’intervention, une infection cornéenne pouvant être aussi douloureuse que ful- gurante dans son aggravation. 32
  • 31. De nouvelles pratiques efficaces pour diminuer les infections nosocomiales aux soins intensifs La lutte contre les infections nosoco- miales – que les patients contractent durant leur séjour à l’hôpital – constitue une priorité. Dans un secteur aussi sen- sible que les soins intensifs, les efforts ont été redoublés pour en diminuer la fréquence, avec des résultats très en- courageants dans deux domaines : la nutrition des patients et les risques liés à la pose de cathéters. Plus de 2500 patients sont hospitalisés chaque année au service des soins in- tensifs des HUG. Tous sont atteints de pathologies médicales ou chirurgicales sévères qui affaiblissent leur système immunitaire et les rendent particuliè- rement vulnérables aux infections no- socomiales. Garantir une meilleure nutrition Réalisée par plusieurs équipes des HUG et publiée fin 2012 dans la prestigieuse revue médicale The Lancet, une re- cherche clinique prometteuse a per- mis une diminution de 20% du risque d’infections nosocomiales aux soins intensifs, en améliorant la nutrition des patients les plus vulnérables. La plupart de ces patients étant dans l’incapacité de s’alimenter, les soignants recourent à la nutrition artificielle au moyen d’une sonde dans l’estomac, qui se révèle in- suffisante à elle seule pour couvrir des besoins énergétiques élevés, ce qui en- traîne une sous-nutrition pouvant ag- graver l’état des patients et le risque d’infection. En revanche, la combinai- son de cette technique avec une nu- trition artificielle par voie intraveineuse permettant une alimentation individua- lisée optimale a montré son efficacité et va modifier les pratiques médicales aux soins intensifs. Limiter les risques liés aux cathéters Les pratiques de soins ont été optimisées dans un autre domaine particulièrement sensible aux attaques nosocomiales. Un tiers de ces affections bactériologiques étant dû aux cathéters veineux centraux, les HUG ont mis en place en 2008 le programme REDCO-CVC (Réduction des complications liées aux cathéters veineux centraux) impliquant tous les services de soins et ciblé sur une for- mation pointue des soignants et une vigilance augmentée lors de ces mani- pulations particulièrement à risque. Un bilan des trois premières années d’ap- plication du dispositif montre de bons résultats avec une réduction du taux de ces infections de 3‰ en 2008 à 0,8‰ en 2012. Le projet REDCO intéresse de nombreux autres établissements : il est en cours d’implémentation dans une quinzaine d’hôpitaux de toute l’Europe et les HUG ont formé des médecins de 37 hôpitaux suisses à ce dispositif. Le saviez-vous ? Les HUG s’engagent contre la grippe La grippe nosocomiale – c’est-à-dire contractée au cours d’une hospitalisation – représente une préoccu- pation majeure, avec une centaine de cas aux HUG durant l’hiver 2012-2013. Les HUG s’engagent avec détermination pour que les patients hospitalisés ne souffrent pas des complications souvent graves dont elle peut être la cause. Cet objectif de qualité des soins nécessite auprès des collaborateurs des mesures pas toujours populaires, mais indispensables à la protection des patients. Dans un pays où il n’existe aucune obligation légale en matière de vaccination, il en va de la responsabilité des établissements de soins d’obtenir de leurs collaborateurs la meilleure adhésion possible à ces mesures de protection. Cet hiver, 43,7% du person- nel soignant des HUG s’est fait vacciner. C’est mieux qu’en 2011 (33,8%), mais c’est encore insuffisant. Le personnel non vacciné est contraint au port du masque pour toute la durée de l’épidémie, et tous les collaborateurs à celui de porter un badge indiquant s'ils sont vaccinés ou non. A titre de comparaison, la vaccination obligatoire dans certains hôpitaux aux Etats-Unis permet une couverture de plus de 98%. 33
  • 32. Des médecins pour demain : un immense défi à relever Les chiffres sont inquiétants. Plusieurs dizaines de médecins ont quitté les HUG en 2012. Une hémorragie due en grande partie à la levée du mora- toire sur l’ouverture de nouveaux ca- binets, qui a permis aux généralistes de s’installer à nouveau librement de- puis 2010, les spécialistes ayant dû patienter jusqu’en janvier 2012. Les secteurs les plus touchés sont la psy- chiatrie et l’anesthésie qui ont perdu respectivement 39 et 25 chefs de ser- vice en 2012. Assurer la relève médicale constitue un défi permanent, alors que la pénurie de médecins devient toujours plus inquiétante. Rendre les conditions cadres attractives, attirer les meilleurs talents, faire connaître aux jeunes les filières santé et l’ensemble des métiers exercés aux HUG : quelques pistes pour le futur. Nos collaborateurs : notre richesse « La commission de la relève se préoccupe des cadres médicaux qui feront fonctionner les HUG dans le futur. » Pr Pierre Dayer, directeur médical des HUG et président de la commission de la relève et des stages à l’étranger. 34
  • 33. Le saviez-vous ? Un employeur soucieux de la santé au travail Labellisés Hôpital Promo- teur de Santé (HPS), les HUG appliquent comme toutes les entreprises suisses la directive fédérale relative à l’appel à des médecins du travail et autres spécialistes de la sécurité au travail (MSST). Objectif : que chaque collaborateur se sente bien dans son environnement de travail. Depuis 2012, une équipe pluridisciplinaire compre- nant médecins, infirmières, psychologue, ergonome, hygiéniste du travail et ingénieur en sécurité se porte garante de la bonne application de ces mesures, en réper- toriant les risques aux postes de travail et en prévenant toute atteinte à la santé des collabora- teurs. Le bien-être des employés des HUG a aussi fait l’objet d’une enquête de satisfac- tion – comprise dans le plan stratégique 2010- 2015 – et des solutions innovantes doivent aboutir courant 2013, notamment en matière de flexibilité du temps de travail. Une commission analyse l’état de la relève Directeur médical des HUG, le Pr Pierre Dayer ne le cache pas : « La relève médi- cale est au cœur de nos préoccupations. Dans un hôpital universitaire comme le nôtre, attirer et retenir les meilleurs ta- lents fait partie de notre mission. » La pénurie de blouses blanches inquiète les établissements de soins et l’ensemble de la société depuis plusieurs années déjà et elle ne fait que s’amplifier. Les HUG l’ont inscrite dans leur plan straté- gique 2010-15. Les HUG ont aussi mis sur pied une commission chargée d’évaluer la si- tuation et de proposer des solutions. Il s’agit de la commission qui s’occupait habituellement des stages à l’étranger. « Depuis quatre ans, elle est devenue la commission de la relève et des stages à l’étranger », explique le Pr Dayer qui la préside en tandem avec le Pr Henri Bounameaux, doyen de la Faculté de médecine. Elle est composée de tous les chefs de département et du direc- teur des ressources humaines. Chaque département se présente de- vant cette commission avec ses chefs de service. « Nous analysons service par service la relève actuellement en forma- tion aux HUG ou à l’étranger. Nous nous centrons essentiellement sur la politique qui vise à garder les médecins cadres, c’est-à-dire nos médecins adjoints. Si besoin, nous évaluons s’il y a des can- didats pour ce poste, quelle est leur formation, leur spécialisation. Nous dé- pistons aussi les domaines dans lesquels il s’agit de créer une relève. » A ces ini- tiatives internes aux HUG vient s’ajou- ter un groupe de travail de haut niveau mis en place par le Conseil d’Etat gene- vois, chargé de lutter contre la pénurie du personnel de santé et pour la relève tant au niveau hospitalier que privé. Ce groupe se penche en particulier sur le parcours de formation des médecins. Répondant à des besoins plus ou moins spécifiques, ces différentes instances ont un but commun. « Nous nous ef- forçons d’orienter les jeunes médecins vers les domaines prioritaires pour la société de demain. Il s’agit avant tout de la médecine de premier recours. Nous avons besoin de médecins généralistes, de pédiatres, de psychiatres. Pour cela, il faut rendre ces domaines plus attrac- tifs face aux spécialités médicales les plus courues. » Il faut trouver 200 médecins En décidant de lever ou reconduire la clause du besoin pour l’ouverture de nouveaux cabinets, la politique fédérale impacte les HUG au même titre que d’autres hôpitaux en Suisse. Après un premier moratoire de dix ans, un autre blocage de même nature est sur le point d’être voté ce printemps. Quelle que soit l’issue des débats, cette perspective a déjà poussé hors du milieu hospitalier des médecins qui, 35
  • 34. sans cette nouvelle menace, auraient attendu encore quelques années pour s’installer. Au niveau d’un établissement de la taille des HUG, des solutions sont en cours d’élaboration et d’application, mais leurs effets ne peuvent se déployer en l’espace de quelques mois ou un an. Les meilleures cartes à jouer sont les suivantes : des conditions de tra- vail attractives ; une approche de soins multidisciplinaire ; les outils les plus mo- dernes et les plus performants, en ima- gerie et en chirurgie notamment ; des techniques à la pointe de l’innovation. Ces atouts sont déterminants pour at- tirer les quelque 200 médecins que les HUG recherchent aujourd’hui. On sait d’ores et déjà qu’un sur deux vien- dra de l’étranger ou d’autres universi- tés suisses, la Faculté de médecine de Genève ne formant que la moitié des médecins des HUG. « Nous engageons des professionnels venant de plus ou moins loin. En 2012, un nombre record de médecins grecs, fuyant la crise dans leur pays, sont arrivés chez nous. Je m’en réjouis, mais j’attends aussi de notre Faculté de médecine qu’elle se donne les moyens de mieux répondre à nos besoins. » Welcome Center au service des nouveaux cadres Pour faciliter l’arrivée et l’intégration à Genève de ces nouveaux cadres ve- nus de l’étranger, les HUG ont mis en place le Welcome Center, en partenariat avec l’Université de Genève. « En 2012, ce nouveau service a facilité certaines nominations. Auparavant, nous avions perdu des collaborateurs peu après leur arrivée, découragés par l’ampleur des difficultés pour s’établir à Genève », re- late le Pr Pierre Dayer, directeur médi- cal des HUG. Au Welcome Center, un professionnel at- tiré par une opportunité de carrière dans l’une des deux institutions peut s’infor- mer sur les procédures de candidature, sur la vie à Genève, sur les différentes démarches et formalités. Un collabo- rateur nouvellement engagé y trouve un soutien pour la recherche d’un loge- ment, pour son déménagement, pour les questions de vie quotidienne (as- surances, soins médicaux, transports, écoles, loisirs, etc.). 36
  • 35. Les HUG rencontrent les professionnels de demain à la Cité des Métiers Avec plus de 10 000 collaborateurs exer- çant 180 métiers différents, les HUG sont l’un des plus gros employeurs du can- ton de Genève. Ils ont donc un rôle pri- mordial à jouer auprès des jeunes dans cette étape décisive que constitue le choix d’une profession ou d’un appren- tissage. En 2012, les HUG ont participé pour la troisième fois à la Cité des Mé- tiers, qui se tient tous les quatre ans à Palexpo et permet aux étudiants et aux jeunes adultes de se familiariser avec une multitude de formations, de mé- tiers et de spécialisations. Les visiteurs ont pu découvrir l’univers des soins par la porte des urgences, dont les différents espaces avaient été reconstitués sur un stand aussi interactif qu’informatif. Les spécialistes des soins présents sur le stand avaient imaginé di- vers scénarios plus vrais que nature pour permettre aux visiteurs de se mettre dans la peau d’un soignant. Le programme SimulHUG, destiné à la formation des professionnels, avait dépêché plusieurs de ses mannequins remplis d’informa- tique et d’électronique pour simuler de vraies « fausses » interventions et ac- complir les gestes qui sauvent. Dans le cadre de cette manifestation, les HUG ont aussi mis sur pied, par le biais des réseaux sociaux un concours intitulé « HUG Video Awards », invitant de jeunes cinéastes en herbe à réali- ser de petits films pour illustrer de fa- çon créative un métier de la santé. Les 23 films mis en ligne ont été évalués par un jury de professionnels et par le public. Un Prix pour la qualité de la formation En mettant l’accent sur les urgences, les HUG ont choisi de valoriser des profes- sions aussi essentielles qu’ambulancier, médecin urgentiste, radiologue ou anes- thésiste, voire transporteur ou technicien en analyses biomédicales. Ce ne sont là que quelques-uns des 180 métiers, ex- trêmement variés, exercés au sein des HUG qui proposent aussi des apprentis- sages dans une dizaine d’orientations. Rappelons qu’en 2011, les HUG ont été reconnus pour la qualité de leur encadre- ment et de leur engagement en obtenant le prix de la meilleure entreprise forma- trice du secteur grandes entreprises. Découvrez les métiers des HUG 37
  • 36. Un travail de prévention essentiel auprès des jeunes L’importance des soins spécialisés La transition de l’enfance vers l’âge adulte constitue une étape particulière- ment délicate. Adolescence et puberté réveillent chez beaucoup de jeunes gar- çons et filles un profond mal-être, ac- compagné souvent d’un sentiment de solitude et d’incompréhension. « Lorsque la souffrance devient insupportable, le suicide apparaît comme la seule issue », relève la Dre Anne Edan – nommée en 2012 médecin adjointe de l’unité de crise du service de psychiatrie de l’enfant et Les activités de soins et la recherche bénéficient de partenariats privé-public nécessaires à leur développement. Le fidèle soutien financier de la Fondation Children Action dans le cadre de la prévention contre le suicide des jeunes en est un bel exemple, ainsi que le partenariat qui a rendu possible la mise au point d’un vaccin contre le gliome. Le partenariat privé-public : une stratégie gagnante « L’immense travail d’évaluation et de prévention du suicide que nous menons auprès des jeunes serait impossible sans le soutien financier de la Fondation Children Action. » Dre Anne Edan, médecin adjointe responsable de l’unité de crise du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent Visionnez l’émission Pulsations TV sur le mal-être à l’adolescence 38
  • 37. de l’adolescent – tout en précisant que « si aucune tentative ne doit être banali- sée, il ne s’agit pas non plus de stigmati- ser le risque suicidaire lié à l’adolescence, celui-ci n’étant pas un prédicteur de dif- ficultés psychiques sur le long terme ». En 2012, ce sont 278 situations de crise tournant autour du suicide – dont un cin- quième concernait un passage à l’acte – qui ont fait l’objet d’une prise en charge par les services spécialisés des HUG : 86 jeunes ont été hospitalisés en lits de crise pour une durée de séjour moyenne de 18 jours ; 192 jeunes ont été accueil- lis par le Centre de traitement ambula- toire intensif (CTAI). En termes de soins, cela représente plus de 2000 interven- tions au contact direct de l’adolescent et/ou de sa famille. De l’écoute à la prise en charge Cependant, soigner ne saurait suffire. Il faut en amont développer la prévention. Les HUG s’y sont fortement impliqués avec la création du Centre d’étude et de prévention du suicide (CEPS). Grâce à sa HelpAdoLine, une ligne téléphonique permanente qui a reçu plus de 400 ap- pels en 2012, et deux sites Internet (pre- ventionsuicide.ch et ciao.ch), le CEPS – dont est responsable depuis 2012 Nathalie Schmid Nichols, psychologue – est un interlocuteur privilégié pour tout jeune en difficulté, ou plus simplement en questionnement. Cette activité de prévention et d’écoute devient même prédominante, avec notamment une centaine d’appels de plus qu’en 2011 pour la ligne ouverte 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. « L’objectif prin- cipal du CEPS est d’évaluer la situation et de conduire le jeune à risque suici- daire vers la rencontre d’un profession- nel, afin de lui permettre d’élaborer la crise existentielle qu’il traverse », décrit Nathalie Schmid Nichols. Dans la majorité des cas, les jeunes en détresse ne se confient pas direc- tement à un soignant pour trouver de l’aide. C’est la raison pour laquelle le travail en réseau est essentiel. Educa- teurs, psychologues scolaires, assistants sociaux, famille et pairs : c’est souvent l’entourage proche des jeunes en dif- ficulté qui est en mesure de dépister un malaise persistant et d’encourager à consulter. Ce réseau agit comme un filet de sécurité en étant à l’écoute des jeunes dans leur milieu social, scolaire ou familial. « L’une de nos priorités est de travailler de plus en plus étroite- ment avec ce réseau non seulement pour identifier une situation grave mais aussi pour assurer le suivi et l’enca- drement social adéquat d’un jeune en post-crise », précise la Dre Anne Edan. Dans le même esprit, l’unité de crise pré- pare la mise en place courant 2013 d’un processus permettant de prendre plus systématiquement des nouvelles après six mois, une année voire davantage, des jeunes qu’elle a pris en soins. « Des études montrent en effet que le maintien d’un contact a des résultats favorables 39
  • 38. sur l’évolution de ces jeunes, en termes de bien-être et d’insertion», se réjouit la Dre Anne Edan. Le rôle essentiel de Children Action Au sein des HUG, une telle prise en charge – à la fois préventive et théra- peutique – n’aurait pas été envisageable sans le soutien précieux et fidèlement renouvelé chaque année de la Fonda- tion Children Action. « Ce programme de prévention initié en 1996 était le tout premier partenariat privé-public pour les HUG » rappelle Stéphanie Kolly, di- rectrice de Children Action. « Pour notre fondation établie à Genève, il était na- turel de nous engager dans un projet local, surtout dans le cadre d’une pro- blématique si importante. Au total, nous avons investi 11,7 millions de francs, en prenant notamment en charge la totalité du volet prévention. Depuis deux ans, nous délivrons annuellement une enve- loppe globale de 1,28 million de francs que l’unité de crise peut destiner libre- ment à ses différentes actions. » En accordant à la prévention autant d’attention qu’aux soins, les HUG font œuvre de pionniers. Avant eux, seul un centre spécialisé au CHU de Bordeaux avait accompli une telle démarche dans le champ du suicide. Grâce au réseau, à la prévention et à la qualité des soins, le taux de suicide chez les jeunes à Genève baisse régulièrement depuis dix ans : en 2010, il était inférieur à deux cas pour 100 000 jeunes. Unité JADE : du dépistage à la réinsertion En psychiatrie de façon plus générale, les jeunes font l’objet de tous les soins, tant il est déterminant de pouvoir préve- nir et dépister au plus tôt des troubles dont les conséquences sur la quali- té de vie peuvent être considérables. Ainsi, le programme JADE, créé en 2011, est aujourd’hui une unité de soins des- tinée aux jeunes adultes avec troubles psychiques débutants, comprenant un programme ambulatoire et deux pro- grammes hospitaliers. Le Dr Logo Curtis en est le médecin responsable depuis septembre 2012. Une équipe pluridisci- plinaire y propose un accueil, des consul- tations et des activités thérapeutiques. En 2012, 209 jeunes adultes ont été reçus en ambulatoire. Une augmentation de 65% par rapport à 2011, de 130% par rapport à 2010. Par ailleurs, des études ont démontré l‘efficacité thérapeutique d’actions de réinsertion, tant sociale que profession- nelle. Le partenariat privé-public avec l’Association Aripsy a été très utile pour financer deux postes de coach et des bourses. Plus de la moitié des jeunes suivis au programme JADE qui ont fait appel à l’emploi soutenu ont pu retrou- ver une activité. Info + KidsETransplant, pour aborder la maladie de façon ludique Un projet rattaché au Centre de référence suisse des maladies du foie de l’enfant a pu être développé en 2012 grâce au financement de la Fondation Lynx for Hope et de la Fondation Artères. KidsETransplant met à disposition des enfants et adolescents transplantés du foie une plate-forme informa- tique et interactive dont l’objectif global est de les aider à mieux comprendre leur situation de santé et leur traitement. Elle est prévue pour accueillir des informations sur le dossier médical, mais aussi pour faciliter les échanges et l’autono- mie dans la prise en charge de leur santé. Depuis plus de vingt ans, les HUG sont l’unique centre en Suisse pour les trans- plantations de foie chez les enfants, dont ils ont fait un de leurs axes d’excellence. Plus d’une centaine d’enfants ont été transplantés depuis 1989, et leur taux de survie, de plus de 90%, est l’un des plus élevés d’Europe. 40
  • 39. Cancer : un vaccin contre le gliome en test Aux HUG, la recherche dédiée au cancer porte en particulier sur les nouveaux mé- dicaments et sur les thérapies de demain. Médecin-chef du service et du centre d’oncologie, le Pr Pierre-Yves Dietrich s’est investi depuis une vingtaine d’an- nées dans un secteur bien spécifique : l’immunothérapie dans le traitement des gliomes, ces tumeurs cérébrales aussi redoutables qu’incurables. Le groupe de chercheurs engagés dans ce domaine très innovant comprend des experts des HUG et de la Faculté de médecine de l’Université de Genève. Ils sont parvenus à identifier des cibles sur des cellules cancéreuses, cibles contre lesquelles il est possible de diri- ger le système immunitaire des patients. Publiée en ligne par la revue scientifique « Brain » au printemps 2012, cette dé- couverte représente l’espoir d’un vaccin qui permettrait de détruire les cellules cancéreuses tout en épargnant les cel- lules saines du cerveau. Les premiers essais de cette nouvelle forme de thérapie sur des patients sont prévus courant 2013. « Nous avons main- tenant acquis les connaissances biolo- giques de ce processus et nous pouvons passer à l’application clinique de ce vac- cin, se réjouit le Pr P.-Y. Dietrich tout en insistant sur la prudence requise : il reste difficile à ce stade de garantir l’ef- ficacité du traitement sur un patient. Il faudra sans doute encore plusieurs an- nées pour parvenir à un résultat théra- peutique satisfaisant. » Vers un traitement personnalisé Malgré ces réserves, il s’agit là d’une avancée très considérable, au vu des ravages que provoque un gliome. Cette tumeur très spécifique, qui s’attaque aux tissus entourant les neurones, se déve- loppe dans des zones du cerveau fonda- mentales dans le contrôle des émotions, des sens mais aussi dans notre capacité à marcher, parler ou écrire. L’espoir est qu’à terme, non seulement le gliome pourra être combattu par une théra- pie basée sur les capacités naturelles de protection de l’organisme, mais ce traitement pourra être personnalisé à chaque patient. L’étape cruciale qui consiste à expérimen- ter maintenant ce vaccin sur des patients n’aurait évidemment pas été possible si des moyens financiers n’avaient pas été mis à disposition des chercheurs. C’est grâce au partenariat public-privé que ce projet a pu aller de l’avant. Il a reçu le soutien de la Ligue genevoise contre le cancer, de la Fondation Artères et de la Gateway Foundation. Tout savoir sur le centre d’oncologie 41
  • 40. Avec un budget de 1,7 milliard de francs, la Maternité la plus grande de Suisse, 85 000 urgences, 80 transplantations d’organes, etc. : les HUG restent en 2012 le premier hôpital universitaire de Suisse en volume d’activité.
  • 41. 44 La durée médiane de séjour varie selon le type de soins entre 3,6 jours pour les soins aigus et 44,6 jours pour la réadaptation. • 25 258 interventions chirurgicales • 1424 interventions chirurgicales en pédiatrie • 80 greffes, dont 38 greffes de foies, 30 greffes de reins et 9 îlots de Langerhans • 4019 naissances (1re Maternité de Suisse) • 6,4 jours (durée moyenne de séjour en soins aigus) Hospitalisation En 2012, 44% des 672 728 journées hospitalières ont concerné des soins aigus. Répartition des journées hospitalières nombre de cas hospitalisés Activité médicale 43,6% Soins aigus 16,3% Soins de psychiatrie 24% Soins subaigus 1,4% Soins palliatifs 14,6% Soins de réadaptation 672  728 Journées hospitalières Info + Le taux d’occupation des lits sur l’année 2012 est de 87,9%. Taux de patients privés : 10,3%, en baisse par rapport à 2011. Le saviez-vous ? • Entre 2011 et 2012, le délai d’attente pour une prothèse totale de hanche (PTH) entre la pre- mière consultation et l’intervention chirurgicale est passé de 13 à 4 semaines. • Au Centre du sein, le délai d’attente entre la première consultation et l’intervention chirur- gicale est de 3,5 semaines. En 2011, il était de 4,4 semaines. TYPE DE SOINS NOMBRE DE CAS Soins aigus 46 348 Soins de psychiatrie 5 620 Soins subaigus 6 200 Soins palliatifs 422 Soins de réadaptation 1 349
  • 42. 45 Le saviez-vous ? En 2012, les HUG ont réalisé : • 30 645 examens CT • 12 819 examens IRM • 1426 examens PET-CT • 6 635 193 analyses de laboratoire (+ 3% par rapport à 2011). Ambulatoire Les HUG favorisent le développement d’alternatives à l’hospitalisation, par exemple, la chirurgie en un seul jour. En 2012, l’activité ambulatoire a augmenté de 5%, soit la même progression qu’entre 2010 et 2011. Le total des prises en charge ambulatoires est de 906 493, dont 839 850 consulta- tions et 66 643 prises en charge semi-hospitalières (y compris en hôpital de jour). Parmi ces dernières, on compte 6579 interventions chirurgicales réalisées en am- bulatoire (one day surgery). 88% Adultes 12% Enfants Urgences 85 328 urgences prises en charge, soit une urgence toutes les 6 minutes, dont 60 897 adultes et 24 431 enfants. 906  493 prises en charge ambulatoires Info + Urgences : les délais de prise en charge varient selon la gravité Pour les urgences vitales classées en degré 1, la prise en charge est toujours immédiate. En revanche, le délai peut être important dans des situations peu ou non urgentes classées en degrés 3 ou 4, relevant plus d’une consultation en ville. Depuis 2011, le service des urgences des HUG a adopté plusieurs mesures phares et travaille à la mise en place de projets pour permettre aux patients d’attendre moins, de trouver plus vite un lit d’hospitalisation ou de rentrer chez eux. En 2012 : • 71% des urgences 2 ont été prises en charge en moins de 20 minutes • 67% des urgences 3 sont soignées dans les 2 heures. 71% Adultes 29% Enfants 85  328 prises en charge urgences
  • 43. 46 Info + Centre national de coordination pour les greffes croisées de reins Depuis 2012 et à l’initiative des HUG, une plate-forme a été mise en place pour coordon- ner les dons croisés au plan national. Le don croisé se pratique entre deux « couples donneur- receveur ». Il permet à chaque donneur de venir en aide, indirectement, à la personne qui lui est proche et qui se trouve en attente d’une greffe, en faisant don de l’un de ses reins au receveur de l’autre « binôme donneur-receveur ». Le développement des greffes croisées de rein doit permettre d’augmenter de 30% le nombre de donneurs de rein vivants. Cette pratique autorisée par la Loi suisse sur la transplantation repré- sente donc un véritable espoir pour les malades en attente d’une greffe. Transplantation En 2012, à Genève, 80 organes ont été transplantés chez 73 patients : • 38 foies entiers • 1 intestin • 30 reins • 2 pancréas • 9 îlots de Langerhans îLOTS DE LANGERHANS, PANCRéAS et INTESTIN GRÊLE  • 6 îlots de Langerhans • 2 combiné rein-îlots • 1 pancréas • 1 combiné rein-pancréas • 1 combiné estomac-intestin grêle-pancréas Pour les greffes de pancréas, d’îlots de Langerhans et d’intestin grêle, le taux de survie est de 100%, tant pour les patients que pour les greffons. FOIES  • 34 adultes : 32 foies entiers, 1 foie de donneur vivant et 1 transplantation combinée foie /rein/îlots de Langerhans • 4 enfants : 3 foies entiers et 1 foie gauche Le taux de survie des greffons pour la transplantation de foie s’élève à 94,7%, identique au taux de survie des patients. REINS  • 25 greffes rénales isolées et une greffe combinée foie/rein/îlots de Langerhans • 11 greffes en provenance de donneurs décédés • 15 greffes en provenance de donneurs vivants Le taux de survie pour la transplantation rénale est de 100%, tant pour les patients que pour les greffons.
  • 44. 47 Recherche En 2012, le budget global de la Faculté de médecine de l’Université de Genève s’éle- vait à 175 millions de francs dont 26 millions de francs provenaient du Fonds Natio- nal de la Recherche Scientifique (FNRS) et 50 millions de francs de fonds privés. • 262 groupes de recherche • 1325 articles publiés dans des revues à politique éditoriale Innovation • 8 nouveaux brevets déposés  • 1 famille de brevets commercialisée • 1 commercialisation d’un développement non breveté Enseignement En 2012 : • 1045 étudiants suivaient des études de médecine, parmi lesquels 399 se trouvaient en Master, c’est-à-dire en 4e et 5e année. • 129 étudiants ont obtenu leur diplôme de médecin en 2012. • 61 174 heures d’enseignement ont été données en Faculté de médecine dont 47 633 en pré-grade et 13 541 en post-grade. 19 nominations professorales • 11 nominations de professeur ordinaire • 8 nominations de professeur associé Formation de la relève • 688 médecins internes • 129 chefs de cliniques en formation FMH • 1550 stagiaires professionnels de la santé • 120 apprentis • 677 stagiaires médicaux • 300 autres stages
  • 45. 48 Info + Indemnités versées par l’Etat Liant les HUG à l’Etat de Genève, le contrat de prestations fixe les indemnités monétaire et non monétaire de fonctionnement. En 2012, l’indemnité monétaire s’est répartie de la manière suivante : • 505 millions de francs pour le fonctionnement • 189 millions de francs pour la recherche et l’enseignement • 128 millions de francs pour les missions d’intérêt général Sur une période de 5 ans (2008-2012), l’indemnité monétaire versée par l’Etat de Genève a progressé de 7,6%. * Comptes retraités selon nou- veau plan comptable REKOLE en vigueur dès le 1.1.2012 ** Selon nouveau plan comp- table REKOLE en vigueur dès le 1.1.2012 *** Résultat 2011 acquis aux HUG vu l’échéance du contrat de prestations 2008-2011 ACTIF 2011 2012 Actifs circulants 255 008 870 267 217 120 Actifs immobilisés 605 806 789 644 015 904 Total des actifs 860 815 659 911 233 024 PASSIF 2011 2012 Capital étranger 480 368 022 533 601 237 Capital propre 380 447 637 377 631 787 Total des passifs 860 815 659 911 233 024 Produits 2011* 2012** Prestations médicales, infirmières et thérapeutiques aux patients 455 777 888 452 947 934 Prestations unitaires médicales 78 558 658 79 781 500 Autres prestations unitaires hospitalières 178 594 828 188 665 320 Autres produits 44 971 135 53 208 484 Indemnité monétaire de fonctionnement 824 000 279 821 649 600 Indemnité non monétaire de fonctionnement 91 065 231 88 251 444 Produits différés de subventions d’investissement 28 697 471 28 111 116 Contribution sur réserve en cours 0 12 101 128 Total des produits 1 701 665 490 1 724 716 526 CHARGES 2011 2012 Frais de personnel 1 240 823 461 1 265 821 551 Matériel médical d’exploitation 165 765 476 164 059 697 Alimentation et charges ménagères 32 794 718 36 422 292 Charges d’investissement et d'énergie 45 901 694 46 186 259 Frais d’administration et autres charges 78 916 423 95 864 167 Charges non monétaires de fonctionnement 91 065 231 88 251 444 Charges liées aux projets de lois activés 28 697 471 28 111 116 Total des charges 1 683 964 474 1 724 716 526 Bilan au 31 décembre Compte de fonctionnement Finances Les HUG terminent leur exercice 2012 avec un résultat net à l’équilibre. Résultat de fonctionnement *** 17 701 016 0
  • 46. 49 évolution des recettes En 2012, les recettes liées aux prestations hospitalières et ambulatoires ont connu une augmentation de 1,2%. Cette progression s’explique aussi bien par les évolutions tarifaires que par la composition des activités facturables. A noter que la part des recettes ambulatoires par rapport au total des recettes médicales s’inscrit à la hausse. éVOLUTION DES DéPENSES En 2012, les frais de personnel ont à nouveau été maîtrisés. La hausse est de 2% par rapport à 2011, notamment expliquée par une augmentation des charges sociales (allocations familiales et caisse de pension). En ce qui concerne les charges médicales d’exploitation, elles sont sous contrôle, affichant une baisse de 1%. Sur une période de 5 ans (2008-2012), les produits des HUG ont progressé de 10,4%. Sur une période de 5 ans (2008-2012), les charges des HUG ont augmenté de 11,4%. 27% Recettes hospitalières 15% Recettes ambulatoires 3% Autres produits 48% Indemnité monétaire defonctionnement 6% Indemnité non monétaire de fonctionnement (y c. produits différés) 1% Contribution sur réserve en cours PRODUITS 73% Frais de personnel 10% Matériel médical d’exploitation 10% Autres charges monétaires 7% Charges non monétaires de fonctionnement (y c. charges liées aux projets de lois activés) CHARGES
  • 47. 50 Le saviez-vous ? Nouveau directeur général La nomination de Bertrand Levrat en tant que directeur général des HUG a été ratifiée par le Conseil d’Etat lors de sa séance du 21 novembre 2012. Il prend ses fonctions le 1er juin 2013. La ratifi- cation du Conseil d’Etat a fait suite à la décision du conseil d’administration des HUG prise le 19 novembre après les auditions des deux derniers candidats et à l’issue d’une longue procédure de recrute- ment. Bertrand Levrat occupait jusqu’alors le poste de directeur général de l’Hospice général. Conseil d’administration Autorité supérieure des HUG, le conseil d’administration est investi des pou- voirs les plus étendus pour la gestion et la définition de la politique des soins, sous réserve des compétences du lé- gislatif (Grand Conseil) et de l’exécutif (Conseil d’Etat) de la République et can- ton de Genève. Le conseil d’administration, qui a été renouvelé à partir du 1er octobre 2012, a siégé 10 fois et traité 133 dossiers. Dans le cadre de ses travaux, le conseil a notamment : • validé la candidature du nouveau directeur général dès le 1er juin 2013, ratifiée par le Conseil d’Etat • décidé de la composition du bureau du conseil d’administration et de la représentativité de ses membres dans les différents comités de gestion et fonds à destination spéciale • validé la composition du comité de direction • désigné les chefs des départements médicaux • adopté les comptes 2011 (y compris le rapport fiduciaire) et le projet de budget 2013 • approuvé le plan annuel des équipements 2013 • adopté l’organigramme institutionnel au 1er juillet 2012 et au 1er janvier 2013. Bureau du conseil d’administration Le bureau du conseil d’administration traite les affaires courantes et prépare les séances du conseil. Par délégation du conseil d’administration, il exerce cer- taines compétences, notamment dans le domaine de la gestion du personnel. En 2012, le bureau du conseil a siégé 17 fois et examiné 187 dossiers. Il a ap- prouvé 26 conventions et pris connais- sance, à intervalles réguliers, des tableaux de bord institutionnels (patient, organi- sation processus, ressources humaines, budget-finances, résultats financiers). Comité de direction Dans le cadre des politiques, objectifs et budget adoptés par le conseil d’ad- ministration, les décisions opération- nelles sont déléguées au président du comité de direction. En 2012, le comi- té de direction des HUG se composait de 9 membres. En 2012, le comité de direction a traité 466 dossiers et s’est réuni à 21 reprises. L’année 2012 a été animée par de grands débats sur la problématique de l’emploi et du recrutement, de la médecine hau- tement spécialisée, de la levée du mora- toire sur l’installation des spécialistes en cabinet privé (clause du besoin) et sur les difficiles négociations tarifaires qui ont engendré des retards de facturation et par conséquent un manque dans les recettes. S’est ajoutée à cela, l’élabora- tion du plan Per4mance dont le but est de parvenir à dégager quelque 75 mil- lions de francs d’économies d’ici à 2015. Cette démarche est centrée sur la qua- lité et l’amélioration de la performance et de l’économicité (p. 18). Comités de gestion Conformément à la décentralisation, chaque département est dirigé par un comité de gestion. Dès le 1er octobre 2012, les membres élus représentants du personnel ont été renouvelés par élection dans 5 dépar- tements et par élection tacite dans 8 départements. Les chefs des départements médicaux ont été renouvelés jusqu’au 31 mai 2014, à l’exception d’une nouvelle nomination à la tête du département d’imagerie et des sciences de l’information médicale. Instances
  • 48. 51 En 2012, les différents comités de ges- tion se sont réunis entre 8 et 12 fois ; ils ont été présidés par : • Pr Dominique Belli, chef du département de l’enfant et de l’adolescent (12 séances) • Pr François Clergue, chef du département d’anesthésiologie, de pharmacologie et des soins intensifs (10 séances) • Christian Decurnex, directeur du département d’exploitation (9 séances) • Pr Olivier Irion, chef du département de gynécologie et d’obstétrique (10 séances) • Pr Jean-Michel Gaspoz, chef du département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences (8 séances) • Pr Pandelis Giannakopoulos, chef du département de santé mentale et de psychiatrie (8 séances) • Pr Denis Hochstrasser, chef du département de médecine génétique et de laboratoire (9 séances) • Pr Pierre Hoffmeyer, chef du département de chirurgie (9 séances) • Pr Daniel Lew, chef du département des spécialités de médecine (10 séances) • Pr Arnaud Perrier, chef du département de médecine interne, de réhabilitation et de gériatrie (10 séances) • Pr Osman Ratib, chef du département d’imagerie et des sciences de l’information médicale Puis Pr Christoph Becker dès le 1er octobre 2012 (10 séances) • Pr Armin Schnider, chef du département des neurosciences cliniques (9 séances) • Dr Gilbert Zulian, chef du département de réadaptation et de médecine palliative (10 séances) Une nouvelle gouvernance Définissant les responsabilités et les règles générales de gestion, la gou- vernance des HUG s’appuie sur trois principes : • la responsabilité • l’autonomie • la solidarité. Elle comprend trois types d’entités : • les instances de décision aux niveaux stratégique, management et opérationnel • les instances de régulation (conseils, commissions, comités) • une instance de contrôle, le service d’audit et de contrôle interne. Pour accompagner le plan stratégique 2010-2015, une nouvelle gouvernance de la qualité a été introduite en 2011 avec la mise en place de Quality officers dans les départements et de deux délé- gations du comité de direction. A noter aussi la création d’un conseil médical d’établissement, organe consul- tatif de la direction médicale et qualité, qui donne un préavis sur les pratiques, la politique et les changements de struc- tures médicales. Retrouvez l’information institutionnelle sur le site Internet
  • 49. 52 Nouveau conseil d’administration En 2012, le conseil d’administration des HUG a été renouvelé à partir du 1er oc- tobre pour la période s’étendant jusqu’au 31 mai 2014. L’élection des membres représentants du personnel au conseil d’administration a eu lieu en septembre 2012. Les autres membres ont été élus par le Grand Conseil et/ou désignés par le Conseil d’Etat. Les 21 membres nommés au conseil d’administration sont : • Michel Amaudruz, représentant du Grand Conseil (UDC) • David Andenmatten, représentant élu du personnel (SSP) • Geneviève Arnold, représentante du Conseil d’Etat • Frédéric Baldini, représentant du Grand Conseil (S) • Ariane Blum Brunier, représentante du Conseil d’Etat • Solange Caillon (SSP), représentante élue du personnel • Fabienne Clément, représentante de santésuisse • Michel Halperin, président du conseil d’administration, représentant du Conseil d’Etat • Marisa Jaconi, représentante du Grand Conseil (R) • Pierre-François Leyvraz, représentant du canton de Vaud • Gabrielle Maulini-Dreyfus, représentante du Grand Conseil (Ve) • Alain-Dominique Mauris, représentant du Grand Conseil (L) • Roger Mayou, représentant du Conseil d’Etat • Daniela Neves, représentante élue du personnel (SIT) • Odette Saez, représentante du Grand Conseil (DC) • Olivier Sandoz, représentant du Conseil d’Etat • Pierre-Alain Schneider, représentant de l’Association des médecins du canton de Genève • Eric Stauffer, représentant du Grand Conseil (MCG) • Carmelo Stendardo, représentant du Conseil d’Etat • Pierre-François Unger, Conseiller d’Etat en charge du département des affaires régionales, de l’économie et de la santé • Antoine Veillard, représentant des départements français limitrophes
  • 50. 53 Ressources humaines Acteur économique de premier plan, les HUG emploient 10 277 personnes, ce qui équivaut à 8861,6 emplois temps plein. Quatre collaborateurs sur dix travaillent à temps partiel. En 2012, les HUG ont engagé 568 collaborateurs. Remarque : pourcentages arrondis, le total ne fait pas toujours 100%. Groupe professionnel TOTAL PART DE FEMMES En nombre en % En nombre en % Médecins 1 519 15 722 51 Personnel des soins infirmiers 4 648 45 3 786 81 Personnel médico-technique 699 7 472 68 Personnel médico-thérapeutique 387 4 307 79 Personnel de services sociaux 157 2 135 86 Personnel de l'économie domestique et de la restauration 797 8 358 45 Personnel des services techniques 282 3 19 7 Personnel des services logistiques 230 2 36 16 Personnel administratif 1 569 15 1 192 76 HUG 10 277 100 7 070 69 COLLABORATEURS 2012 PAR CATéGORIE PROFESSIONNELLE PROVENANCE DES COLLABORATEURS En 2012, les HUG recensaient 95 nationalités. 48% Suisse 35% Français 13% Autres pays de l’AELE* +UE** (hors F) 4% Autres pays du monde PROVENANCE DES COLLABORATEURS Info + Nationalités des méde- cins et des professions des soins infirmiers* Médecins • 61% Suisses • 11% Français • 21% UE + AELE (hors F) • 6% Autres pays Soins infirmiers • 33% Suisses • 56% Français • 8% UE + AELE (hors F) • 3% Autres pays * comprend les infirmiers, les infirmiers assistants, les aides-soignants, les aides-hospitaliers, les assistants en soins et santé communautaire, les nurses, les sages-femmes, les cadres soignants. âge des collaborateurs -30 ans 6% 27% 31% 29% 7% 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60 ans et + 44 ans d’âge moyen * Ressortissants des pays de l’Association européenne de libre échange ** Ressortissants des pays de l’Union européenne
  • 51. 54 Exploitation En 2012, les HUG ont maîtrisé leurs coûts d’intendance, de logistique et de main- tenance des biens et équipements, absorbant les fluctuations liées à l’activité hos- pitalière ainsi que l’augmentation des prestations et des équipements, tout en poursuivant les efforts de gestion et optimisation de la consommation d’énergie. RECYCLAGE Consommation de combustibles Restauration Transports héliportés 3 364 700 repas 334 485 de plus qu’en 2011. 60% des repas fabriqués sont servis aux patients, 21% aux collaborateurs et 19% sont livrés à l’extérieur 422 missions effectuées 42% de déchets recyclés Traitement du linge 53 300 pièces de linge lavées, contrôlées et pliées par semaine ce qui représente 77 tonnes par semaine 420 000 mètres carrés nettoyés nettoyage et entretien 77 814 MWh Info + Volume de déchets En 2012, 4 863 tonnes de déchets ont été traitées aux HUG. Le volume des déchets courants liés aux activi- tés hospitalières a diminué de 3,8%. Energie L’instauration d’une nouvelle procédure de lavage des pièces de linge à basse tem- pérature (40°) a permis une économie d’énergie de 40%. Transport et distribution Quelque 392 298 livrai- sons de marchandises comprenant les médica- ments, la stérilisation, les repas, le linge et le magasin ont été effectuées en 2012. Le saviez-vous ? Depuis le 1er janvier 2012, l’intégralité des repas livrés aux clients de l’IMAD, Institution genevoise de maintien à domicile (anciennement FSASD) est préparée par les cuisines des HUG, ce qui a entraîné une hausse d’activité de plus de 10%.
  • 52. Retrouvez-nous sur www.hug-ge.ch Bernex Vernier Lancy Collonge-Bellerive Petit-Saconnex Onex Corsier Thônex Plainpalais Vandœuvres Grand-Saconnex Carouge Chêne-Bougeries Eaux-Vives Chêne-Bourg Hôpital, bâtiment principal (bât. D) Hôpital des enfants Maternité Hôpital de Beau-Séjour Hôpital de psychiatrie Hôpital de Loëx Hôpital des Trois-Chêne (gériatrie) Hôpital de Bellerive Autres lieux de soins Hôpital (bâtiment principal) Rue Gabrielle- Perret-Gentil 4 1205 Genève   022 372 33 11 Hôpital des enfants Rue Willy-Donzé 6 1205 Genève   022 372 40 00 Maternité Bd de la Cluse 30 1205 Genève   022 382 68 16 Hôpital de Beau-Séjour Av. de Beau-Séjour 26 1206 Genève   022 372 33 11 Hôpital des Trois-Chêne Ch. du Pont-Bochet 3 Rte de Mon-Idée 1226 Thônex   022 305 61 11 Hôpital de Loëx Rte de Loëx 151 1233 Bernex   022 727 27 27 Hôpital de Bellerive Ch. de la Savonnière 11 1245 Collonge-Bellerive   022 305 71 11 Hôpital de psychiatrie Ch. du Petit-Bel-Air 2 1225 Chêne-Bourg   022 305 41 11

×