L’ENSEIGNEMENT /APPRENTISSAGEDES LANGUESÉTRANGERES AL’HEURE DU WEB 2.0ET DES RÉSEAUXSOCIAUXSébastien JEHLENMCI Part-Time 2...
e komo maiTervetuloa                                                                Wilkommen            Benvingut        ...
SOMMAIRE                                                      tique                     ational de le-formation linguisPar...
LA FRACT URE LINGUISTIQUE                      FAIL!!!“                                                ”    Win the yes ne...
S    6 703 LANGUES, 6 703 CULTURE                                        s salariés           En pleine m ondialisation, l...
LAPPRENTISSAGE, EN THÉORIE ÇA DONNE QUOI ?        BEHAVIORISME                          COGNITIVISME                 (SOCI...
TAGGING DU SUJET                    Synchrone/Asynchrone Wikis         Interaction   Approche communicative Social Learnin...
PARTIE 1                                    E               CONTEXTE NATIONAL D                                      UE   ...
TOUT EST UNE QUESTION DE TECHNOLOGIELe développement de la formation ouverte et à distance a été rythmé par lévolution tec...
DES TECHNOLOGIES QUI ENCOURAGENT L’AUTONOMIE                                                                       Cours c...
3 UNIVERS : LÉCOLE, LENTREPRISE, EN AUTONOMIE                                   E-FORMATION         Utilisation des nouvel...
A lécole             Une distorsion notable entre les moyens et les usages                                                ...
A lécole   Les T.I.C.E. s’imposent dans l’enseignement des langues                                                        ...
En entreprise                 Le-learning amorce enfin sa phase de croissance Le Marché144M.€1% F.P.C.+25%93% C.A. viaentr...
En entreprise                                        Le-formation langues, du chinois pour les D.R.H. ?  Pour vous l’e-lea...
En autonomie                 Une appétence de plus en plus notable pour le-learning>La volumétrie des recherches repart à ...
UNE NÉBULEUSE DACTEURS SUR UN MARCHÉ ATOMISÉ…LES LEADERS HISTORIQUES SIMPOSENT SUR TOUS LES SEGMENTSTELELANGUE, 1981, 27M....
… OÙ LES BUSINESS MODELS DIVERGENT                         À RETENIR                         Difficile de délimiter le mar...
PARTIE 2        LE WEB 2.0             ET                      ING G    LE SOCIANGEARN LEARNINLE SOCIAL L A L L UAGE      ...
DU PRÉSENTIEL AU DISTANCIEL, DU SYNCHRONE À L’ASYNCHRONE Le blended learning, le fil d’ariane entre le face-à-face et la d...
LES OUTILS, SÉSAMES DUNE E-FORMATION LINGUISTIQUE ADAPTÉE          EXPRESSION ORALE                          EXPRESSION ÉC...
LES OUTILS, SÉSAMES DUNE E-FORMATION LINGUISTIQUE ADAPTÉE       WEB 1.0                                        WEB 2.0Révo...
PARMI CES OUTILS DIVERS ET ÉPARS, L’OVNI ENGLISH ATTACK                                                           L’anglai...
LE SOCIAL LANGUAGE LEARNING : LE-LEARNING LANGUES 2.0Développement des savoirs, aptitudes et attitudes via les médiasélect...
LES SOCIAL LANGUAGE LEADERS ET DÉFRICHEURS
LES SOCIAL LANGUAGE LEADERS ET DÉFRICHEURS (2)
PARTIE 3                 PROBLÉMATIQUE                                                              rendre à nager        ...
UNE PROBLÉMATIQUE À SIX VISAGES  Place du formateur                     1        Encadrement + Correction + Restitution  I...
PARTIE 4                    S  MES RECOMMANDATION                                               pied qui trébuche         ...
NOS 10 RECOMMANDATIONS POUR UNE EFFICIENCE OPTIMUM   MES    1                                            6              Dé...
PARTIE 5CRITIQUE ETPROSPECTIVE                           mucho trechoDel dicho al hecho, hay                             n...
LE WEB 2.0 ET LE SOCIAL LANGUAGE LEARNING : LA PANACÉE ?                    +Lien entre le contexte socio-culturel et lema...
UNE DOSE DE FUTUROLOGIE                                                 Traduction instantanée via la capture             ...
MERCI GRAZIE THANKS ARIGATÔ XIE XIE GRACIAS OBRIGADO DANKE     Giedo CUSTERS, Professeur Agrégé de Français Langue Étrangè...
LE QUIZ            1       FACILE Quelle théorie fait la part belle aux technologies de l’information et de la communicati...
e komo maiQuestions                                                                 Demandes                Pergunt       ...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

L'enseignement/apprentissage des langues etrangères à l'heure du web 2 et des réseaux sociaux - oral de thèse s. jehlen

9,949 views
10,098 views

Published on

Published in: Education
3 Comments
3 Likes
Statistics
Notes
No Downloads
Views
Total views
9,949
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
7,283
Actions
Shares
0
Downloads
44
Comments
3
Likes
3
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

L'enseignement/apprentissage des langues etrangères à l'heure du web 2 et des réseaux sociaux - oral de thèse s. jehlen

  1. 1. L’ENSEIGNEMENT /APPRENTISSAGEDES LANGUESÉTRANGERES AL’HEURE DU WEB 2.0ET DES RÉSEAUXSOCIAUXSébastien JEHLENMCI Part-Time 2011SOUTENANCE DETHÈSEPROFESSIONNELLE28 MARS 2012
  2. 2. e komo maiTervetuloa Wilkommen Benvingut Benvenuti Bienvenidos ‫أهل وسهل‬üdvözlet Тавтай морилогтун Nal-varravu merħba dobrodošli Welcome Tonga soa HosgeldinizBienvenue Manava ยินดีตอนรับ ้ vítejte NamasteΚαλός ήλθατε Шчыра запрашаем
  3. 3. SOMMAIRE tique ational de le-formation linguisPartie 1 – Contexte n ) learning et le social (languagePartie 2 – Le Web 2.0 quePartie 3 – Problémati tionsPartie 4 – Mes recommanda ctive Partie 5 – Critique et prospe ion Partie 6 – En conclus Remerciements Le quiz nses Vos questions / Mes répo
  4. 4. LA FRACT URE LINGUISTIQUE FAIL!!!“ ” Win the yes needs the no to win against the no
  5. 5. S 6 703 LANGUES, 6 703 CULTURE s salariés En pleine m ondialisation, le ne 712 Français obtie nnent en moyen le niveau points au TOEIC quand t de recommandé esChinois Hindi 750 points Et Jean-Pierre ? r les salariés pou ention passable urnal du Net, "MAnglais Russe Français en Anglais", 28/09/09 JoEspagnol PortugaisArabe Français
  6. 6. LAPPRENTISSAGE, EN THÉORIE ÇA DONNE QUOI ? BEHAVIORISME COGNITIVISME (SOCIO)CONSTRUCTIVISME Apprentissage basé sur la Apprentissage basé sur le Apprentissage basé sur lesrépétition et les stimuli exogènes traitement de linformation par ajustements mentaux provoqués sans faire appel aux le cerveau via, notamment, le par les interactions avec mécanismes neurologiques stockage et la mémoire lenvironnement CONNECTIVISME Apprentissage basé sur le mix des trois théories classiques via lusage des nouvelles technologies pourlexploitation des connexions entre les données, les informations spécialisées dans un contexte dautonomie DE NOMBREUX PARAMÈTRES SOCIO-AFFECTIFS POUR APPRENDRE UNE LANGUE AFFECTIVITÉ ÂGE AUDITIF & VISUEL COMPRÉHENSION APPÉTENCE EMPLOYABILITÉ MÉMOIRE OUTILS COMPÉTENCES RÉFLEXES SENS PASSION
  7. 7. TAGGING DU SUJET Synchrone/Asynchrone Wikis Interaction Approche communicative Social LearningEvaluation 2.0 Reconstruction Mémoire Blended Learning Learner2Learner O.P.C.A. Behaviorisme T.I.C.E. T.B.I. Multimédia Interlangue Encodage Cloud Computing R.S.S. Serious Gaming E.A.O.D.I.F. Classes Virtuelles E.N.T. C.A.L.L.Partage des données (Socio)Constructivisme Filet Sémantique Agrégation Mémoire Web 2.0 Motivation Cognitivisme Moodle Bookmarking SaaS Flow F.P.C. Présentiel/Distanciel Grammaire générative Forums e-learning M.A.L.L. Tâches Code Cognitif Outils Syndication Bookmarking Widget E.N.T. Mobile Learning e-formation Apprenant Connectivisme
  8. 8. PARTIE 1 E CONTEXTE NATIONAL D UE LE-FORM ATION LINGUISTIQ s t apprendre de vou ne fo rce qui entend tou Internet se terre uAu cœur de la culture - Andrew GROVE -
  9. 9. TOUT EST UNE QUESTION DE TECHNOLOGIELe développement de la formation ouverte et à distance a été rythmé par lévolution technologique De Radio Luxembourg à France 5RADIO / TV SCOLAIRES DÈS 1920 La culture est dans le poste Discipline ou support ? INFORMATIQUE DÈS 1970 L’E.A.O., une nouvelle didactique Le son et l’image sur bande magnétiqueAUDIO / V.H.S. / D.V.D. DÈS 1982 Une assise pédagogique universelle Les médias se conjuguent MULTIMÉDIA DÈS 1988 La pédagogie logicielle s’impose Une révolution technologique mondiale et locale WEB 1.0 DÈS 1996 Des millions de portes ouvertes sur le savoir Une mutation à l’infini WEB 2.0 DÈS 2003 L’interaction capillaire, tous connectés !
  10. 10. DES TECHNOLOGIES QUI ENCOURAGENT L’AUTONOMIE Cours classiques en face-à-face Classic learning PRÉSENTIEL Le face-à-face se conjugue à l’e-learning Blended learning Learning games Le jeu vidéo sublime le cognitif Mobile learning Le Mobile Assisted Language Learning Social learning L’apprentissage indépendant DISTANTIEL AUTONOMIESource : Rapport « L’e-transformation de la formation », Institut Léonard de Vinci, Juin 2011
  11. 11. 3 UNIVERS : LÉCOLE, LENTREPRISE, EN AUTONOMIE E-FORMATION Utilisation des nouvelles technologies du multimédia et de lInternet afin daméliorer la qualité de léducation et de la formation à travers laccès à distance à des ressources et des services, ainsi quà des collaborations et des échanges (Eduscol) ÉDUCATION EN ENTREPRISE EN AUTONOMIE NATIONALE FORMATION INITIALE FORMATION CONTINUE CYCLES DÉTUDES DURANT LA VIE PROFESSIONNELLE Cycle primaire 2 à 10 ans FormationCycle secondaire 11 à 18 ans Reprise d’études Professionnelle Continue (F.P.C.)Cycle supérieur Dès 18 ans Soutien scolaire Désir personnel de se former/perfectionner
  12. 12. A lécole Une distorsion notable entre les moyens et les usages Plans successifs d’optimisationFreins / Usages prudents des nouvelles technologies des capacités multimédiaSur les 27 pays de l’U.E., la France pointe au 24ème Matériel souvent fourni par rang dans l’usage des technologies en classe l’enseignant Les enseignants s’estiment peu et Priorité aux devices classiques mal formés aux T.I.C.E. L’aspect organisationnel des T.I.C.E. est parfois Développement d’un écosystèmeprivilégié aux dépens des potentialités pédagogiques « pédo-numérique » français Source : IPSOS, Étude sur les TICE et les enseignants, 2010
  13. 13. A lécole Les T.I.C.E. s’imposent dans l’enseignement des langues 11 items sur 16 sont d’ordre comportemental Une approche plus "philosophique" qu’utilitaire Les langues, discipline N°1 Source : IPSOS, Étude sur les TICE et les enseignants, 2010
  14. 14. En entreprise Le-learning amorce enfin sa phase de croissance Le Marché144M.€1% F.P.C.+25%93% C.A. viaentreprises1 000 salariéset plus s ille 44% CONTENUS SUR MESURE 4% OUTILS & SERVICES D’AUTEURS F am 6 26% CONTENUS SUR ÉTAGÈRE 3% SERIOUS GAMING 21% LEARNING MANAGEMENT SYST. 2% AUTRES MODULES Source : Rapport « L’e-transformation de la formation », Institut Léonard de Vinci, Juin 2011
  15. 15. En entreprise Le-formation langues, du chinois pour les D.R.H. ? Pour vous l’e-learning en formation langues est un outil Un bon complément au présentiel Mais le rôle du formateur demeure crucial Faible assiduité/usage des débutants Les salariés ayant un bon niveau sontSource : LINGUAID, Étude La formation à distance, 2009 assidus Quelles tendances vont se renforcer dans les 5 ans qui viennent ?La F.O.A.D représentera à Autres 4.4terme plus d’1/3 du marché Le développement des formations à distanceLes salariés sont de + en + 35demandeurs de sur-mesure Lexternalisation de la gestion de la formation 17.3Le part du face-à-face va La centralisation de la gestion de la formationconsidérablement diminuer 3.9 Lindividualisation 29.7Encourage-t-on le sociallearning en interne ? Lindustrialisation de la formation 8.7 Formation Professionnelle en Part encore limitée de 66% des salariés satisfaits Langues (F.P.L.) = 15M.€ l’e-learning : 11% F.P.L. par l’e-learning
  16. 16. En autonomie Une appétence de plus en plus notable pour le-learning>La volumétrie des recherches repart à la hausse "Soutien scolaire anglais">Des recherches plus ciblées des internautes>Scolaires et parents sont largement sollicités"e-learning anglais">Les salariés s’émancipent des plans de formation >>Le succès du D.I.F. aiguise les appétits des >offreurs >>Les formations en langues sont plébiscitées>6 Français sur 10 s’estiment mauvais en anglais>Ils sont 66% à reconnaître qu’elle reste la langue de l’avenir Démos Consulting, 2009
  17. 17. UNE NÉBULEUSE DACTEURS SUR UN MARCHÉ ATOMISÉ…LES LEADERS HISTORIQUES SIMPOSENT SUR TOUS LES SEGMENTSTELELANGUE, 1981, 27M.€, 1 370€ les 20h téléphone + 20h e-learningWALL STREET INSTITUTE, 1972, 70M.$, 1 790€ les 12h e-learning + 18h téléphoneBERLITZ, 1877, 17M.€, 1 669€ les 21h téléphone + 21h e-learningAURALOG (TELL ME MORE), 1987, 20M.€, 79€/mois pour un engagement d’un an soit 948€DIGITAL PUBLISHING, 1994, C.A. non publié, sur devisENGLISHTOWN (E.F.), 1996, 15M.€, 99€/moisGLOBAL ENGLISH, 1997, 25M.€, sur devis7SPEAKING, 2001, 892K€, 89€ les 6 moisCOMMEST MULTIMEDIA, 1993, 511K€, sur devisLES PURE PLAYERS ÉTOFFENT LEUR SOLUTIONS CROSS CANALESGOFLUENT, 2000, 7M.€, propose désormais du présentiel, des cours par téléphone et du blendedlearning, 1 450€ les 20h téléphone + e-learning illimitéENGLISH ATTACK, 2011, 1 mois 10€, 6 mois 8€/mois, 1 an 6€/mois Panorama non exhaustif des offreurs
  18. 18. … OÙ LES BUSINESS MODELS DIVERGENT À RETENIR Difficile de délimiter le marché et la nature des offreurs qui font parfois le grand écart entre les pros, les scolaires et les particuliers Opposition radicale offreurs clic&mortar / réseaux sociaux Marché toujours trusté par les spécialistes ayant acquis une légitimité sur le offline Certains offreurs balayent tous les territoires, d’autres ne ciblent que les salariés
  19. 19. PARTIE 2 LE WEB 2.0 ET ING G LE SOCIANGEARN LEARNINLE SOCIAL L A L L UAGE savoir vaut Apprendre coûte et is - - Proverbe França
  20. 20. DU PRÉSENTIEL AU DISTANCIEL, DU SYNCHRONE À L’ASYNCHRONE Le blended learning, le fil d’ariane entre le face-à-face et la distance Présentiel + e-learning = Blended learning Evaluer et faire monter en compétences les apprenants en amont du présentiel, Sessions à distance ce qui rend ce dernier plus efficace, puis de mettre à disposition a posteriori des Sessions autoformation bases de connaissances via des contenus numériques adaptés Session face-à-face Acteur de sa formation Contrôle des acquis Parcours personnalisé BLENDED SOCIAL Souplesse pédagogique PRÉSENTIEL E-LEARNING LEARNING LEARNING Réduction des coûts SUCCÈS ? Salle Salle + Web Web 1.0 / 2.0 Web 2.0 AUTONOMIE Une très forte demande des entreprises est constatée PROFIT ?
  21. 21. LES OUTILS, SÉSAMES DUNE E-FORMATION LINGUISTIQUE ADAPTÉE EXPRESSION ORALE EXPRESSION ÉCRITE Podcasts Blogs La vidéo/visioconférence Forums Wikis Chats et messageries instantanées Chats ES R DAUT et messageries instantanées INS ET PLE IBILITÉS… PO SS La syndication et les agrégateurs Le stockage en ligne Les tags, le bookmarking Les widgets Les widgets Les Moodles Les Moodles Les réseaux sociaux Les réseaux sociaux
  22. 22. LES OUTILS, SÉSAMES DUNE E-FORMATION LINGUISTIQUE ADAPTÉE WEB 1.0 WEB 2.0Révolution technologique Multicanalité Multiréférentialité InteractivitéRéservé à un petit nombre Interaction Connectivité ParticipationAccès fixe Partage & Ouverture Mobilité PersonnalisationDébit faiblePersonnes accréditéesMaîtrise à acquérirPartage verticalPages figéesPublications de travaux finisFaible interactivitéSearch essentiellementClassification du savoirStockage local
  23. 23. PARMI CES OUTILS DIVERS ET ÉPARS, L’OVNI ENGLISH ATTACK L’anglais devient fun Via la vidéo, le jeu, la photo À un tarif dérisoire Grâce à une monnaie virtuelle Et aux offres partenaires nt 100% innova çais Testé par >100 000 utilisateurs 100 % Fran ful cess 10 0% suc gie 2.0 agoExtraits de séries, J.T., docus, .. 10 0% pédExercices post-visionnageDicos-photos, mémorisation Jeux vidéo, l’addiction 2.0Lancé en 06/11, déjà12bureauxPartenaire Ministère de l’E.N.
  24. 24. LE SOCIAL LANGUAGE LEARNING : LE-LEARNING LANGUES 2.0Développement des savoirs, aptitudes et attitudes via les médiasélectronique synchrones ou asynchrones. F. DOMON, SociaLearning Solidarité>Synthèse du présentiel et de le-learning>Approche collaborative et horizontale des savoirs>Agrégation, structuration et diffusion des connaissances Partage>Rapide, efficace, peu coûteux, informel>Apprentissage par affinité(s) Engagement>Échanges culturels prégnants LE SOCIAL LANGUAGE LEARNING Je pense donc je suis >Échanges et contacts interculturels Nous participons donc nous sommes >Partage d’idées, informations, expériences >Questions, storytelling, blagues, exemples, … >Empathie et ouverture développéesObservational learning | observer, mimer >Élargissement de l’horizon de l’apprenantProcessus cognitifs et comportementauxSélection des interlocuteurs selon les affinités >Progrès main dans la main, motivation accrue
  25. 25. LES SOCIAL LANGUAGE LEADERS ET DÉFRICHEURS
  26. 26. LES SOCIAL LANGUAGE LEADERS ET DÉFRICHEURS (2)
  27. 27. PARTIE 3 PROBLÉMATIQUE rendre à nager est trop tard pour app s notre bouche, ilQuand leau entre dan - Proverbe Danois -
  28. 28. UNE PROBLÉMATIQUE À SIX VISAGES Place du formateur 1 Encadrement + Correction + Restitution Implication et constance 2 Motivation + Stimulation + Concentrationestion des échanges différés 3 Autonomie + Choix des Outils + Rythme Sélection des outils 4 Interaction + Approche Ludo-Éducative Offre pléthorique 5 Cahier des Charges + Discernement Gestion optimisée du social learning 6 Échanges + Entraide + Accompagnement Le Web 2.0 et le social learning sont-ils efficaces dans l’enseignement/apprentissage des langues étrangères ?
  29. 29. PARTIE 4 S MES RECOMMANDATION pied qui trébuche he fait plus de mal que leLa langue qui fourc - - Proverbe Africain
  30. 30. NOS 10 RECOMMANDATIONS POUR UNE EFFICIENCE OPTIMUM MES 1 6 Désigner un référent Multiplier les échanges 2 7 Apprentissage ludique Apprendre par affinité(s) 3 8 Diversifier les contextes Social language learning 4 9 Corriger et évaluer M-learning 5 10 Équilibrer oral et écrit Continuum Dans l’idéal…L’apprenant en langues est guidé, encouragé, évalué dans son parcours à la foisformel et ludique, en modes synchrone et asynchrone, alternant l’oral et l’écrit surdivers supports avec plusieurs outils en diversifiant les échanges avec desinterlocuteurs qui partagent ses centres d’intérêt
  31. 31. PARTIE 5CRITIQUE ETPROSPECTIVE mucho trechoDel dicho al hecho, hay n grand pas -- Du dire au faire, il y a u
  32. 32. LE WEB 2.0 ET LE SOCIAL LANGUAGE LEARNING : LA PANACÉE ? +Lien entre le contexte socio-culturel et lemaintien des acquis à long terme Aux antipodes de l’acquisition formelle des connaissances (top – bottom)Les médias sociaux sont à la confluence Apprentissage chaotique aux résultatsdu crowdsourcing et du social learning difficilement quantifiables (R.O.I. ?) ESi l’interdépendance est bien établie, et EMBL Les relations virtuelles demeurent bien ENS Tdes IUTgérée, la collaboration mène au succès souvent superficiellesMultiplication des sources, des outils, O NTL’apprentissage souffre du syndrome D EVEprofils pour une optimisation des moyens IBLE wikipédiesque et du bruit informatifet des résultats PO SS Sans encadrement, la déception guette, laContinuum de l’apprentissage perte de motivation est inévitableBien utilisé, c’est le succès assuréPlace au social rich language learning (vidéo) et au we-learning (valuable knowledge)
  33. 33. UNE DOSE DE FUTUROLOGIE Traduction instantanée via la capture d’images Fonctionnement en mode offline Téléchargement gratuit puis 7.99€ par dictionnaireQuand le virtuel et le tangible se rencontrentL’interactivité et l’interaction seront desexpériencesPerceptions visuelles, auditives et tactilesaccrues
  34. 34. MERCI GRAZIE THANKS ARIGATÔ XIE XIE GRACIAS OBRIGADO DANKE Giedo CUSTERS, Professeur Agrégé de Français Langue Étrangère et Chef de Projet à lUniversité Catholique de Louvain Christophe JAEGLIN, Professeur Agrégé dAllemand et Formateur T.I.C.E. Carmen VERA PEREZ, Docteur en Philologie Française et Professeur Agrégé de Français Langue Étrangère Arnaud PORTANELLI, Co-fondateur et Directeur Marketing de Lingueo et PolyglotParty Guillaume de MENTHON, Directeur Général de goFluent France Stéphanie DUPUIS, Professeur dAnglais au Collège Matisse dIssy-les-Moulineaux Marie HOCHET, Commerciale chez Learnship Et à vous tous pour votre oreille attentive
  35. 35. LE QUIZ 1 FACILE Quelle théorie fait la part belle aux technologies de l’information et de la communication ?  Constructivisme  Cognitivisme  Connectivisme 2 FACILE Quel acteur récent sur le marché révolutionne l’enseignement/apprentissage des langues ?  English Attack  Posterous  Digital Publishing 3INTERMÉDIAIRE Quel acteur a pris fortement position sur le mobile ?  Livemocha  Busuu  PolyglotParty 4INTERMÉDIAIRE Quelle part représente la F.P.L. dans le C.A. par l’e-learning ?  11%  16%  22% 5 DIFFICILE Qu’est ce que le M.A.L.L. ?
  36. 36. e komo maiQuestions Demandes Pergunt Preguntas Bienvenidos ‫سؤال‬Questions Demandes Тавтай морилогтун Nal-varravu Perguntas Questioni Fragen AanvraagDomande Requests ยินดีตอนรับ ้ Peticiones PetiçoesΚαλός ήλθατε Шчыра запрашаем

×