Your SlideShare is downloading. ×
  • Like
  • Save
Colloque #AIM 20052014 Semaine du Management #FNEGE
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Now you can save presentations on your phone or tablet

Available for both IPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Colloque #AIM 20052014 Semaine du Management #FNEGE

  • 168 views
Published

 

Published in Technology
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
168
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Un essai de lisation de la continuite d’usage en cas d’appropriation de l’internet mobile Kaouther Jélassi Escp Stéphanie Hérault Université de Paris 1 Laboratoire Prism Sorbonne Mardi 20 & mercredi 21 mai 2014 Aix-en-Provence
  • 2. Contexte • Investissements des annonceurs dans le développement de sites ou applications mobiles : 300 millions d’euros (source : AFMM 2011) • En dépit des avantages de l’internet mobile, des utilisateurs qui ne vont pas au-delà d’une première utilisation • D’où nécessité d’étudier les leviers de la continuité d’usage au-delà de l’adoption en intégrant l’appropriation, par l’utilisateur, de la technologie.
  • 3. Objectifs de la recherche • Présenter une synthèse de la littérature sur les modèles et/ou concepts d’adoption, de continuité d’usage et d’appropriation • Valider empiriquement un modèle d’intention de continuer l’usage via un échantillon d’individus s’étant approprié la technologie (n=270) • Etudier les voies de formation de la continuité d’usage (attitudinale vs comportementale) via une matrice usage x satisfaction
  • 4. De l’adoption initiale à l’appropriation (1/3) • Une adoption des technologies de l’information définie de manière binaire (adoption versus rejet) • Différentes catégories d’antécédents de l’adoption : – Utilité et facilité d’utilisation perçue (TAM, Davis, 1989) – Confiance et risque perçu (Pavlou, 2003 ; Lui et Jamieson, 2003) – Déterminants affectifs et/ou expérientiels (Childers, 2001) – Variables de nature sociale (Venkatesh et Davis, 2000 ; Venkatesh et Bala, 2008).
  • 5. De l’adoption initiale à l’appropriation (2/3) • Des modèles de continuité d’usage (intention de continuer l’usage d’une technologie) notamment développés par Bhattacherjee et al. (2008) et basés sur la théorie « espérance-confirmation » (EDT) (Oliver, 1980). • Une théorie EDT (Expectancy Disconfirmation Theory) à l’origine de nombreux travaux en comportement du consommateur (ré- achat d’un produit ou intention de continuer l’usage d’un service (Parasuraman et al., 1985, 1988)). • Une mise en évidence de l’importance de la satisfaction pour expliquer la continuité d’usage.
  • 6. De l’adoption initiale à l’appropriation (3/3) • Des travaux qui soulignent les limites d’une conception binaire de l’adoption d’une technologie : l’adoption va au-delà d’une adoption « initiale » (Isaac et al., 2006) et nécessite de prendre en compte l’appropriation (DeSanctis et Poole, 1994 ; Orlikowski, 1992) • Un concept lié à la théorie SST (Social Shaping of Technology) qui considère le design et l’usage d’une technologie comme fonctions de phénomènes culturels et sociaux (Williams et Edge, 1996). • Une redéfinition, un changement, une déclinaison, par l’utilisateur, des usages de la technologie le long d’un continuum (MacKay et Gillespie, 1992 ; Isaac et al., 2006). • Une appropriation possible à condition que l’individu ait « apprivoisé » la technologie et la maîtrise suffisamment pour l’utiliser de la manière souhaitée (Dix, 2007) (d’où l’importance de l’intensité et de l’ancienneté d’usage).
  • 7. Cadre conceptuel et hypothèses de recherche • n = 270 • Ancienneté d’usage > 6 mois • Connexion quotidienne PU PEOU AMU SAT INT
  • 8. Résultats (1/3) Hypothèse [R2] / Path Coefficient Valeur de t Effets sur l'utilité [0,3557] H1 : Facilité  Utilité + 0,5964 13,399* Effets sur l'amusement [0,3142] H2 : Facilité  Amusement + 0,2985 4,3652* H3 : Utilité  Amusement + 0,3287 4,8647* Effets sur la satisfaction [0,3382] H4 : Amusement  Satisfaction + 0,2918 5,3169* H5 : Facilité  Satisfaction + 0,2541 5,2573* H6 : Utilité  Satisfaction + 0,1531 3,1343* Effets sur l'intention [0,3997] H7 : Amusement  Intention + 0,1379 2,2509** H8 : Facilité  Intention + 0,0637 0,7681 H9 : Satisfaction  Intention + 0,1327 2,3628* H10 : Utilité  Intention + 0,4256 5,1749* Test via SmartPLS 2.0
  • 9. Résultats (2/3) PU (0,3557) PEOU AMU (0,3142) SAT (0,3382) INT (0,3997) 0,1 0,4 0,3 0,5 0,2 0,2 0,2 0,1 n.s 0,1
  • 10. Résultats (3/3) Satisfaction faible Satisfaction forte Usage faible 1er cas : n=22 3ème cas : n=60 Usage intensif 4ème cas : n=7 2ème cas : n = 89 4,4x 74,4x 7,0 42,0 95,3x 72,0 47,4x 5,0
  • 11. Discussion (1/2) • Conformément aux travaux antérieurs : – Une validation des hypothèses centrales des modélisations de type TAM – Une validation des déterminants de la satisfaction – Une validation des déterminants de l’intention d’usage • Une influence indirecte de la facilité d’usage sur l’intention par son effet sur l’utilité, l’amusement perçu et la satisfaction.
  • 12. Discussion (2/2) • Une validation de l’influence de deux construits cognitifs (utilité et facilité) sur un construit affectif (voire expérientiel i.e., l’amusement perçu) • En cas de satisfaction élevée, quelle que soit l’intensité de l’usage, une contribution plus importante de la satisfaction (que celle de l’usage) à la formation de l’intention de continuer l’usage • i.e : mise en évidence de la primauté de la satisfaction (variable attitudinale) sur l’usage (variable comportementale) pour expliquer la valence de la continuité d’usage.
  • 13. Limites et voies de recherche (1/2) • Mode de recueil des données (déclaratif versus observation) • Des recherches complémentaires indispensables (notamment qualitatives) pour une meilleure opérationalisation du concept d’appropriation (vers le développement d’une échelle de mesure?) • Une intégration souhaitable de construits additionnels comme antécédents de l’intention de continuer l’usage (intrusion dans vie privée, environnement social de l’utilisateur, etc.)
  • 14. Limites et voies de recherche (2/2) • Un nouveau test du modèle intégrant l’usage (construit formatif) et utilisant une régression logistique (modèle de type logit) pour en hiérarchiser les déterminants (cf Hérault et Belvaux, 2014). • Une validité externe perfectible en validant le modèle sur plusieurs catégories de services internet mobiles.
  • 15. Conclusion Une poursuite de travaux nécessaire pour mieux identifier les conditions qui permettront une diffusion pérenne des services reposant sur l’internet mobile ou plus généralement des technologies de l’information et de la communication au sein de la population française.
  • 16. Merci de votre attention.