Rencontres HAS 2011 - Accompagner les nouvelles modalités d'exercice

  • 424 views
Uploaded on

Chacun peut constater que la manière d'exercer des professionnels de santé exercent se modifie et semble promise encore à des évolutions plus importantes. …

Chacun peut constater que la manière d'exercer des professionnels de santé exercent se modifie et semble promise encore à des évolutions plus importantes.
Différentes raisons motivent ces changements : l’évolution générationnelle des aspirations professionnelles, la démographie professionnelle et les tensions qu’elle génère, le développement des nouvelles technologies, l’évolution épidémiologique, le vieillissement de la population et la prépondérance des maladies chroniques, souvent dans un contexte poly-pathologique, qui en résulte.
Enfin, les évolutions sociales importantes motivent les patients et leur entourage à souhaiter une prise en charge globale, impliquant une coordination forte des soignants. Elles engagent également les professionnels à être sans doute moins attachés à leur autonomie et plus sensibles à de nouveaux modes d’exercice caractérisés par exemple, par la coopération renforcée ou par la diversification des formes de rémunération.
De son côté, la HAS est évidemment attentive à ce que ces modifications des modalités d’exercice soient porteuses de progression en matière de qualité et de sécurité. C’est la raison pour laquelle la HAS y est largement investie.

En savoir plus : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1072170/rencontres-has-2011-accompagner-les-nouvelles-modalites-d-exercice

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
424
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
2
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. ST3Accompagner les nouvelles modalités d’exercice Modérateurs Jean-Michel CHABOT – Conseiller médical du Directeur, Haute Autorité de Santé Élisabeth HUBERT – Présidente, Fédération Nationale des Établissements d’Hospitalisation À Domicile (FNEHAD) Ensemble, améliorons la qualité en santé 3
  • 2. Jean-François THÉBAUT Membre du Collège, Haute Autorité de Santé, coordinateur de la session thématique 3 Ensemble, améliorons la qualité en santé 2
  • 3. Les intervenantsOlivier BELEY – Médecin généraliste Coordinateur APPSPPAGroupe médical les AllymesLuc DUQUESNEL – Médecin généraliste URPS-Médecins libérauxdes pays de la LoireClaude COLAS – Diabétologue, endocrinologueHubert LE HETET – Polyclinique SévignéÉlisabeth HUBERT – Présidente, Fédération Nationaledes Établissements d’Hospitalisation À Domicile (FNEHAD) ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 4
  • 4. Olivier BELEY Médecin généraliste Coordinateur APPSPPA Groupe médical les AllymesEnsemble, améliorons la qualité en santé 5
  • 5. Session Thématique 3 « Accompagnerles nouvelles modalités d’exercice » « Retours d’expérience » ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 6
  • 6. APPSPPA : Association Pluridisciplinaire desProfessionnels de Soins Primaires de la Plaine de l’Ain 7 Médecins généralistes 6 Pharmaciens d’officine 12 Masseurs Kinésithérapeutes 15 Infirmier(e)s 1 diététicienne APPSPPA ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 7
  • 7. 1er AXE Développement d’une coopération entre MG en amont l’expérimentation NMR • Dossier médical informatisé commun • Homogénéisation des pratiques • Elaboration de courriers et d’ordonnances types communs • Elaboration de protocoles de prises en charge • Groupe d’échanges des pratiques ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 8
  • 8. 2nd Axe Coopération entre professionnels de santé• Collaboration MG / IDE• Collaboration MG / MKDE• Collaboration MG / PO• Protocoles interprofessionnels ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 9
  • 9. 3e Axe Education thérapeutique aux patients (ETP)• Des professionnels de soins primaires volontaires: • 4 médecins généralistes • 2 Infirmières libérales • 1 diététicienne • 1 kinésithérapeute • 1 pharmacienne dofficine Nécessité et organisation dune formation interprofessionnelle préalable à lETP en groupe: Rôle de lUDeSP et de la FRAES ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 10
  • 10. Des moyens et des questions Une logistique coûteuse • Disponibilité d’une salle de réunion dans les locaux du groupe. • Développement de l’équipe de secrétariat vers des tâches spécifiques liées à la coopération interprofessionnelle • Migration des divers systèmes d ’information vers un logiciel unique de gestion des données biomédicales totalement interprofessionnel. Une expérience reproductible ? • Historique ancien de travail interprofessionnel sur notre secteur • Volontarisme des professionnels engagés dans lexpérience • Dynamisme des leaders en charge du projet APPSPPA ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 11
  • 11. MERCI DE VOTRE ATTENTION ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 12
  • 12. Luc DUQUESNEL Médecin généraliste URPS Médecins Libéraux des Pays de la LoireEnsemble, améliorons la qualité en santé 13
  • 13. Une nouvelle organisationterritoriale des professionnels de santé libéraux Ensemble, améliorons la qualité en santé 14
  • 14. La notion de territoire est essentiellepour une réorganisation de l’offre de soins libérale afin de garantir à la population un accès aux soins et à la santé ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 15
  • 15. Le projet de santé territorial estau cœur de ces regroupements ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 16
  • 16. Les Pôles de Santé Libérauxsont de nature à maintenir un maillage du territoire, indispensable dans les zones rurales ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 17
  • 17. Ces regroupements nécessitent de nouveaux modes de rémunérationpour financer tant la coordination que la prise en charge pluridisciplinaire des pathologies chroniques ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 18
  • 18. L’anachronisme, demain, ne sera pas l’exercice en zone ruralelorsqu’il se fait au sein d’un Pôle de Santé Libéral ou d’une Maison de Santé Pluridisciplinaire, L’anachronismesera l’exercice isolé au milieu d’une grande ville ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 19
  • 19. Débat avec la salle Modérateur Jean-Michel CHABOT – Conseiller médical du Directeur, Haute Autorité de Santé ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 20
  • 20. Claude COLAS Secrétaire générale de l’U-ME-SPE Vice présidente du syndicat des endocrinologues libérauxEnsemble, améliorons la qualité en santé 21
  • 21. Les maisons de spécialistes ou plateaux cliniques ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 22
  • 22. Les maisons de spécialistes ouplateaux cliniques C’est un projet important, novateur et nécessaire qui doit permettre aux jeunes générations d’intégrer un exercice libéral regroupé auquel elles aspirent et de répondre aux besoins médicalisés d’un bassin de population. Qu’ils soient physiques ou virtuels, les plateaux cliniques vont, une fois promus par les URPS et soutenus par les ARS, permettre à des spécialités cliniques : • de leur donner plus de lisibilité, de s’organiser pour être disponibles rapidement • d’être plus proches de la population et des médecins traitants, en privilégiant la communication et l’accueil • de mutualiser leurs connaissances et leur fonctionnement • d’éviter des recours inutiles aux services d’urgences ou aux hospitalisations. ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 23
  • 23. ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 24
  • 24. Choix des internes en endocrinologie (extrait du livre blanc de la spécialité, sous presse) 92 % de femmes Âge moyen : 28 ans S’ils devaient s’installer en ville : • Seul : 0 % • En clinique (23%) • En groupe monodisciplinaire (15%) • En groupe pluridisciplinaire (54%) • En maison de santé (mg et paramédicaux) (40 %) ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 25
  • 25. Le projet de santé de la MDS dans la Nièvre(Dr P. BOUILLOT) Améliorer lesUn projet conditions de travail des MSCmédical au -en mutualisant lesservice de la chargespopulation du -en sauvegardant du tempsterritoire de médicalsanté de laNièvre, assis sur Etendre et3 axes dynamiser l’offre Augmenter de soins l’attractivitéstratégiques -pour améliorer d’un territoire l’information, sous-dôté l’orientation en attirant de jeunes -pour améliorer la médecins spécialistes prise en charge des patients ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 26
  • 26. De quoi parle-t-on ?Le contexte du côté de la demande de soins : des indicateurs préoccupants… Une structure •La part des « 75 ans et plus » représente 12 % de la population en 2006, elle augmente de populationnelle manière continue -Source :INSEE De quoi parle-t-on ? caractérisée par le •La conséquence probable : une vieillissement de sa augmentation de la demande de soins enLa genèse du projet population … général pour une population plus dépendante et/ou moins mobileLe projet de santé de la …un département en MDS décroissance •Le département de la Nièvre est le démographique département le moins peuplé et le moinsLe réseau des dense de Bourgogne (32.6 contre 51.6 en continue… Bourgogne) -Source :CG 58 partenaires de la MDS … un profil •Des indicateurs péjoratifs en termes deLes déclinaisons de la sociodémographique précarité et pauvreté (conditions de vie, MDS départemental précarité financière, niveau d’étude …) - correspondant à un Source : ORS territoire plutôt •Conséquence : sur l’état de santé général, défavorisé… sur les besoins de soins de la population •Une mortalité prématurée plus élevée que …des besoins de prise sur les autres départements bourguignons – Source :INSEE, ORS en charge importants, •Pour plus de la moitié des ALD, le dans le champ département de la Nièvre se classe parmi le d’exercice des MSC 1er tiers des taux de prévalence d’ALD en France –Source :RG 2008 27
  • 27. De quoi parle-t-on ?Le contexte du côté de la demande de soins : des indicateurs préoccupants… •En 2010, la moyenne d’âge des MSC est de De quoi parle-t-on ? Une population 54.3 ans (plus élevée que la moyenne médicale plus âgée régionale et nationale)La genèse du projet que la moyenne … •En 2010, la part des MSC âgés de 55 ans et plus est de 59 % (40 % et 41 % aux niveauxLe projet de santé de la régional et national) MDS … un état critique •Ces spécialités connaissent une densitéLe réseau des partenaires de la MDS pour l’ensemble des inférieure à la densité moyenne régionale spécialités, hormis la et/ou comptent une proportion de MSC cardiologie et la ayant plus de 55 ans au moins égale à 50 %Les déclinaisons de la MDS radiologie … •Sur la base d’une cessation d’activité à 65 … des prospectives de ans, d’ici 2021: démographie •l’effectif de MSC aura diminué de 50 % médicale très •certaines spécialités ne seront plus préoccupantes d’ici représentées : gastro-entérologie, 2021 rééducation réadaptation, stomatologie •les MSC encore en exercice auront 60 ans en moyenne, 80 % auront plus de 55 ans 28
  • 28. La genèse du projet de création d’une MDS •Les MSC libéraux de la Nièvre partagent leurs difficultés d’exercice actuelles, leur vision du futur de la MSC sur la Nièvre De quoi parle-t-on ? 2009 •1ère évocation d’une MDSLa genèse du projetLe projet de santé de la MDS •L’ARS finance une étude d’opportunité, de faisabilité et de durabilitéLe réseau des partenaires de la MDS 2010 •Les conclusions du projet sont positives Les déclinaisons de la MDS •L’ARS finance l’accompagnement à la mise en place de la MDS •L’Association pour la Promotion de la Médecine de Spécialité Clinique de Proximité de la Nièvre est créée 2011 •La phase d’accompagnement devrait s’achever fin 2011 Le projet de création de MDS est un projet voulu 29 et conduit par les MSC
  • 29. Regroupement virtuel1. Les offres de services prévues dans le cadre d’un regroupement virtuel de médecins o Réaliser 5% de consultations prioritaires par semaine pour les spécialistes et assurer la continuité des soins pour la médecine générale o Suivi de coordination des maladies chroniques : Pratique - répondre aux critères des référentiels coopérative de - inciter les patients à s’inscrire dans les dispositifs nationaux de prévention proximité o Utiliser un outil de partage des données patients o Mettre en œuvre au moins 1 programme d’éducation thérapeutique du patient ou de santé ou de dépistage ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 30
  • 30. Regroupement physique2. Les offres de services prévues dans le cadre d’un regroupement physique de médecins o Réaliser 5% de consultations prioritaires par semaine pour les spécialistes et assurer la continuité des soins pour la médecine générale o Suivi de coordination des maladies chroniques : - répondre aux critères des référentiels - inciter les patients à s’inscrire dans les dispositifs nationaux de prévention o Utiliser un outil de partage des données patients Mettre en œuvre au moins 1 programme d’éducation thérapeutique du patient ou de Maison de o santé spécialistes o Participer de manière active aux campagnes de dépistage nationales (médecine générale et o Traiter un certain nombre d’actes techniques sur un plateau clinico-technique léger spécialités mutualisé (ex : points de suture, désensibilisation, naso - laryngoscopie, audiométrie…) cliniques) o Accueillir des cabinets secondaires dans des zones démographiques faibles pour élargir l’offre de soins o Assurer une mutualisation de moyens (notamment secrétariat) o Assurer une liaison avec les services hospitaliers pour les spécialités qui le nécessitent o Organiser des staffs médicaux (sur la même logique que les réunions de concertation pluridisciplinaires) en impliquant le secteur hospitalier et le secteur médico-social ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 31
  • 31. Proposition de financement d’unregroupement de médecins en ville Pour une taille critique de 4 médecins par regroupement, le forfait annuel par médecin s’élèverait donc à : 17 883 € pour un médecin membre d’un regroupement physique 7 920 € pour un médecin membre d’un regroupement virtuel ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 32
  • 32. Quels accompagnementset quels financements ? URPS, ARS, Création d’une SISA (société interprofessionnelle de soins ambulatoires) JO du 11 août 2011 P4P pour l’organisation du cabinet Les forfaits pour l’ETP… Ce que propose la convention : Aide à l’investissement • 5 000 € / an pour un médecin en groupe • et 2 500 € / an pour un médecin en pôle Aide à l’activité • 10% (C+V) avec plafond à 20 000 € pour un médecin en groupe • et 5% (C+V) avec plafond à 10 000 € pour un médecin en pôle ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 33
  • 33. Quels bénéfices… pour la société…? Exemple de l’endocrinologie • Coût des hospitalisations en diabétologie : 5 milliards d’euros • Mise à l’insuline en ville, coût 20 fois moindre qu’à l’hôpital, avec consultation dans les 48 heures. • Organisation de l’ETP en ville, meilleure prise en charge • des patients diabétiques de type 2 en lien avec les médecins traitants, réduction des urgences métaboliques(-89%), réduction des amputations (-79%), réduction des arrêts maladie (-70%), moins d’antibiotiques prescrits (-57%) ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 34
  • 34. ConclusionPour un tel projet … Commencer par le virtuel et associer les bonnes volontés pour penser et concrétiser le regroupement physique S’entourer de professionnels : juristes, financeurs… ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 35
  • 35. Hubert LE HETET Polyclinique Sévigné ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 36
  • 36. Une efficienceen chirurgie ambulatoire au service du patient ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 37
  • 37. Définition de l’efficience•Présence et mise en œuvre optimales des ressources pour latteinte des résultats escomptés en adaptation, en réadaptation et en intégration sociale. •www.med.univ-rennes1.fr •Dictionnaire de la réadaptation tome 2 •Bouin Maurice Bergeron Caroline •Les publications du Québec 1997 ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 38
  • 38. RespecterLe patient EBM Souhait du Environnement médico- patient social : MG-IDE-Parents Adaptation Intégration MEILLEUR sociale Service Médical Rendu Analyse Recommandations Pratiques SFAR Douleur- Réadaptation Ambulatoire-Traitements ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 39
  • 39. Réseau de coordination PROCESS D OUTILS : URGENCES Dossier de liaison RESEAU MED GEN INDICATEURS P C CONSULTATION J1 PROTOCOLES Retour par fax àCHARTE FORMATION l’établissement A CELLULE QUALITE Réunions semestrielles depuis fin 2005 ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 40
  • 40. Inclusion (toute spécialité confondue)Taux de retour Questionnaire MG Questionnaire Patient 100% 77% 75% 77% 73% 72% 73% 73% 69% 0% 2006 à 2010 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2798 604 595 529 patients patients patients patients inclus inclus inclus inclus ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 41
  • 41. Gestion des risquesPersonnes ressources (de 2006 à 2011 : n = 257) Service ambu Autre Taux de résolution 4% 5% problème : 98% Urgentiste Sévigné 11% Chirurgien 11% Médecin généraliste 68% Autre : spécialiste, médecin de garde, SOS médecin, pharmacien, IDE à domicile, entourage du patient ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 42
  • 42. Avis du médecin traitantConsultation nécessaire ?100% 86% 82% 78% Oui Non Ne sait pas 13% 12% 11% 12% 5% 2% 0% 2008-2009 (n=604) 2009-2010 (n=595) 2010-2011 (n=529) ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 43
  • 43. Satisfaction patientSatisfaction prise en charge sortie 1% 1% 1% 1% 100% 3% 3% 2% 36% 50% 48% 50% PS MS S 62% 47% 48% 47% TS 0% 2006 à 2010 (n=2798) 2008-2009 (n=604) 2009-2010 (n=595) 2010-2011 (n=529) ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 44
  • 44. Septembre 2011 : 82% d’ambulatoiresur les 17 gestes marqueurs ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 45
  • 45. Un acte la hernie inguinaledu 15 juin 2006 au 1er septembre 2011180 Nb 170 Hospitalisation160 156 140 Ambulatoire140 136 137 129 117120 115 Réseau 99 101 ambulatoire100 91 8480 70 57 5660 4740 3520 10 0 2006 2007 2008 2009 2010 9/1/2011 ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 46
  • 46. Taux recours ambulatoire du 1er janvierau 30 septembre 2011 Nombre d’entrées : 8 174 ambu (hors SE) 5 254 hospit Taux de recours ambulatoire : 60,87 % ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 47
  • 47. Valeurs d’intelligenceQu’est-ce que signifie« apprivoiser » ?…Cela signifie« créer des liens »…Le Petit Prince ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 48
  • 48. Élisabeth HUBERT Présidente, Fédération Nationale des Établissements d’Hospitalisation À Domicile (FNEHAD) Ensemble, améliorons la qualité en santé 49
  • 49. Débat avec la salle Modérateur Jean-Michel CHABOT – Conseiller médical du Directeur, Haute Autorité de Santé ST3 - Accompagner les nouvelles modalités d’exercice 50
  • 50. Chacun des intervenants a déclaré ses liens d’intérêtavec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation (loi du 4 mars 2002) Retrouvez ces déclarations sur le site Internet de la HAS, espace Rencontres 2011 www.has-sante.fr Ensemble, améliorons la qualité en santé 51
  • 51. La Haute Autorité de Santé vous remercie d’avoir participé à cette séance www.has-sante.fr Ensemble, améliorons la qualité en santé 52