Ls mjuin2011
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Ls mjuin2011

on

  • 611 views

 

Statistics

Views

Total Views
611
Views on SlideShare
611
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Ls mjuin2011 Ls mjuin2011 Document Transcript

  • LE SPECULUM MENTISLa revue mensuelle du cercle national de réflexion sur la jeunesse - LSM JUIN 2011 - "Penser la jeunesse c’est aussi se penser soi, les autres et le monde" Frédéric Fappani DU: CNRJ Cercle Na tio Réflexion nal de su l a Je u n e s r Juin 2011 se Edition n°2 3€
  • LE SPECULUM MENTIS REV 2 UE ME DE RÉF CERCL NSUEL PAGE LEX E I O N N AT I O L E d u S N Juin UR LA AL ÉDI 201 JEU TIO 1 NES SE N N °2 « Penser la jeunesse CNR J.O RG cest aussi se penser soi, les autres et le monde. » EditorialCet édito est le second de laversion numérique de votre revue« LSM ».  Comme vous le verrez AmélieDerobert, Sylvie Pereira et YannLeroux ne sont pas là pour ceLSM mais vous les retrouverezprochainement dans un autrenuméro.Nous avons, ici, une petite penséepour eux. Nous avons notamment l’occasion Mais elle peut également êtreLe CNRJ s’ancre dans le paysage d’accueillir dans nos lignes le plus confrontée à des difficultés, desde la jeunesse. jeune candidat à l’élection empêchements, des contraintes qui présidentielle. vont venir contrarier sa pleineNotre revue LSM produit son effet. réalisation.Nous avons touché plus de 5000 Vous retrouverez un entretien réalisé par LSM auprès de Maxime Verner, Ainsi, la société, les institutions, leslecteurs (minimum dénombrable) àl’occasion de notre premier numéro de Président de l’association ʺ″Jeunes de élus, les proches, peuvent parfois venirmai 2011. Franceʺ″ et candidat aux élections étouffer cette énergie au potentiel Présidentielles de 2012. créatif.Le moment était effectivementopportun pour lancer une mobilisation Pour faire échos aux mobilisations constatées depuis le début de l’année C’est donc cet accueil ambivalent quenationale sur la question de la jeunesse nous réservons à notre jeunesse quedans notre pays. des jeunesses de différents pays, nous choisissons, ce mois-ci, de vous vous retrouvez dans ces pages, auAinsi, cette question devient un sujet présenter la jeunesse comme une travers de quelques exemples illustrésde réflexion, ou tout au moins de ressource. par nos différentes approches.préoccupation, pour plusieurscandidats en campagne ; nous sommes Nous réitérons le fait que la jeunesse représente l’avenir de notre pays, Que cette lecture vous soit un plaisir,sollicités par certains d’entre eux pour qu’elle vous réconcilie avec la jeunesse,enrichir leur réflexion  ; nous sommes qu’elle est en ce sens un recours indispensable à notre construction avec votre jeunesse.repérés comme personne ressource surcette question. collective, mais une ressource contrariée. Pierre-Yves ChironHommage doit être rendu à notrePrésident, Frédéric Fappani, dans Au travers de nos différents domainesl’activation de ses réseaux. d’intervention, nous constatons que les jeunes se mobilisent, s’engagent,Il vous présentera plus longuement, participent. La jeunesse est porteusedans les lignes qui suivent, les d’énergie, de potentialités,échanges et rencontres auxquelles d’innovations, de changements. Ellenous avons participé, les publications porte donc en elle une capacité àet médias auxquels nous avons apporter du renouveau, une capacité àcontribué. créer et innover. LE SPECULUM MENTIS | La revue mensuelle du Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse | www.cnrj.org
  • LE SPECULUM MENTIS! PAGE 3 Sommaire p3 > Entretien  : Maxime Verner. Candidat à l’élection Présidentielle de 2012 p4 > Chafik H Bila, Déployer l’énergie des jeunes  : La participation à travers le réseau associatif dans les quartiers populaires p5 > Eléments de cartographie « Les jeunes 2012 » p6 > Grégoire Tirot : A qui profitentles ressources publiques destinées aux 16 – 25 ans ? p8 > Pierre-Yves Chiron  : Entre cadre et représentation. La jeunesse comme ressource contrariée p9 > Frédéric Fappani : Où en-est le CNRJEntretien : Maxime Verner. Candidat CHAQUE MOIS UNE RENCONTREà l’élection Présidentielle de 2012Maxime Verner, 21 ans, Candidat à LSM - « Avez-vous desl’élection présidentielle. Auteur de « Jeunes de intellectuels, des politiques, des LSM - « On dit « gouverner cesttous les âges, unissons-nous ! 89 propositions personnages historiques en prévoir !  » ... Comment voyez-pour 2012  ». Président de lassociation « références et qui peuvent vous lavenir ? Lélection ?Jeunes de France ». L’après élection ? Vous ? Votre inspirer votre réflexion ou même plus cette philosophie mouvement ? Et la question deLSM - « 89 propositions pour la politique ? » la jeunesse ? »France … Certains y voit là uncatalogue de propositions ou un MV : Des hommes qui ont obtenu la MV  : Je vois une politique publiquemanuel technique ! Pour vous liberté à la faveur de la paix, comme de la jeunesse en 2012, qui aurait étécest certainement plus que Gandhi ou Mandela, sont des proposée à la fois par la droite, lac e l a . Po u r r i e z - vo u s, n o u s modèles à suivre, pour leur courage gauche, le centre. Mon avenir et leur énergie. Mais, personnel importe peu, et monlexpliquer ? » philosophiquement, je me rapproche mouvement, lui, perdurera après les davantage des Pères fondateurs, de élections, nous serons toujours desMV : Cest un projet de société pour lesprit du Jeu de Paume. Et mes acteurs et des vigies pour lesrestaurer lesprit républicain chez nos lectures, de philosophes français ou politiques publiques de la jeunesse àjeunes. De léquité, de la justice... et allemands notamment, minfluencent lavenir. La question de la jeunessede la créativité ! aussi. sera résolue par un changement de paradigme clair en France : de laLSM - « Quelle est votre LSM - « Pensez-vous que les jeunesse comme menace, nousphilosophie politique ? Quels devons passer à une jeunesse comme mouvements qui ont amenés leseraient pour vous les concepts ressource. Cest mon vœu pour 2012. thème de la jeunesse dans lesclefs dune Philo-politique médias ont déjà gagné lajeunesse opérante ? » Nous devons devenir, nous les partie ? Ou ne risque-t-on pas de voire cette thématique forces de lavenir, une puissanceMV  : Il y a les notions déthique et disparaître avec lavancée de la publique, un enjeu fort du scrutin.déquité qui sont primordiales, mais période électorale ? » _____________aussi et avant tout celle de courage.Pour moi, cest le courage dêtre ce MV  : Les mouvements doivent être La question de la jeunesse seraque lon est qui doit guider la vie des portés politiquement, si la jeunesse résolue par un changement decitoyens, esprits libres qui sont la na pas de porte-voix, elle ne serasouveraineté nationale, la volonté du paradigme clair en France : de la encore une fois quun thème depeuple. On doit retrouver une nation, campagne rapidement balayé. Nous jeunesse comme menace, nouset déflater lhéritage de devons devenir, nous les forces de devons passer à une jeunesselindividualisme à outrance hérité de lavenir, une puissance publique, un comme ressource.la société des années 80, et de la enjeu fort du scrutin. Je crois quon lemobilité dû aux NTIC. sera, et je me bats pour avoir les 500 parrainages délus. LE SPECULUM MENTIS | La revue mensuelle du Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse | www.cnrj.org
  • LE SPECULUM MENTIS! PAGE 4Chafik H Bila, Déployer l’énergie desjeunes : La participation à travers le réseauassociatif dans les quartiers populairesChafik Hbila est sociologue, chargé demission à RésO Villes et membre du CNRJ. L’association est née d’une volonté politique d’un petitIl existe dans les quartiers populaires groupe de jeunes de pouvoir, à undes jeunes qui s’investissent et se moment donné, lever les freins dupositionnent fortement sur le champ dialogue avec les institutions etpolitique. monter au créneau pour relayer d e s r e ve n d i c a t i o n s e t d e sIls se constituent en associations doléances auprès des institutions,bâties en réponse à un déficit de notamment la Ville.l’offre, et à une soif profonde de Au départ, l’idée consistait àreconnaissance sociale et culturelle. permettre aux jeunes du quartier de négocier des créneaux d’accèsCelles-ci n’hésitent pas à épingler la aux équipements sportifs.municipalité et à porter un jugementtrès sévère sur les acteurs publics qui Très vite, les jeunes s’y sont retrouvésœuvrent dans les quartiers. Leurs et une dynamique citoyenne a puengagements visent à bousculer les prendre forme. «  Aujourd’hui, cette re s p o n s a bl e s e t b é n é vo l e s d ecadres établis et, de ce fait, peuvent réflexion il faut aussi qu’elle parte d’en bas l’association soutiennent les jeunesvite devenir dérangeants pour les parce que le constat il vient d’en bas  », dans leurs démarches et relaient lesacteurs locaux qui n’hésitent pas, explique le président de l’association. informations.pour la plupart, à leur renvoyer«  coup pour coup  », notamment en Il apporte là la finalité de la Bousculés et critiqués dans leursles entraînant sur les terrains du participation des jeunes : Elle vise à pratiques, beaucoup d’acteursréalisme de leurs propos, de leur rendre les jeunes acteurs dans la politiques et institutionnelslégitimité et leur représentativité. construction des politiques qui leur (professionnels de jeunesse sont destinées, surtout lorsque les notamment) ont fait part de leursCes associations sont plus interventions publiques montrent inquiétudes quant à l’action tropqu’intéressantes à analyser dans leur leurs limites. revendicative de ces jeunes. Cela poserapport aux institutions car elles inéluctablement la question despointent une contradiction aussi L’objectif pour les jeunes impliqués limites de la participation des jeunes.subtile que complexe  : les acteurs dans l’aventure était d’abord de Il manque à ce jour une explicitationpublics affichent une volonté forte de pouvoir accéder à la capacité de claire des attendus de la participationvoir les jeunes participer à la vie de la décision. Etre partie prenante du par les pouvoirs publics locaux.Cité, s’exprimer et donner leurs changement. Le besoin de créer unpoints de vue, mais quand ceux-ci se outil pour faire accéder les jeunes aux Ainsi, toute la question qui se poselivrent pleinement au jeu, ne décisions cruciales les concernant pour la Ville et ses partenairescherche-t-on pas aussitôt à les s’était fortement fait ressentir. traditionnels est de savoir jusqu’oùdiscréditer ? sont-ils prêts à aller avec la « Aujourd’hui encore, les jeunes participation des jeunes ?Est-ce que les acteurs politiques et restent très revendicatifs eti n s ti tu ti o n n el s n’ a u r a i en t p a s tentent de bousculer les Une Ville ne valorise-t-elle la paroletendance à accepter la parole des lignes ». des jeunes que lorsque celle-ci estjeunes uniquement quand elle conforme à ses attentes ?s’inscrit dans le cadre du (parfois de manière brutale m’ont dit«  politiquement correct  » tacitement certains professionnels…) pour se Est-elle prête à accepter que lesfixé par tous ? frayer un passage dans la jeunes fassent «  bouger les lignes  », construction de l’offre existante. réinterrogent les règles en vigueur etUne association a été créée il y a une produisent de nouvelles normesdizaine d’années dans une ville de Les revendications sont aussi sociales ?l’Ouest dans une optique decitoyenneté par des jeunes d’un identitaires. Les jeunes membres dequartier populaire. l’association sont assoiffés de Car ce n’est qu’à ce prix que l’on reconnaissance sociale et d’une plus retissera le lien de confiance avec les forte prise en charge de la jeunes déçus par la vie de la Cité…L’initiative s’est bâtie sur un véritable thématique jeunesse des quartiersmanque. dans les politiques publiques. Les LE SPECULUM MENTIS | La revue mensuelle du Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse | www.cnrj.org
  • LE SPECULUM MENTIS! PAGE 5 Eléments de cartographie « Les jeunes 2012 »Cette cartographie est élaborée par SEANCE PUBLIQUE (Société de conseil en affaire publique) afin de vouspermettre, entre autre, de situer le CNRJ dans la sphère générale des débats publics sur « la jeunesse ».Le CNRJ est apolitique et est identifié dans la sphère des Think-Tank. En effet un cercle de réflexion est le plus souventrattaché à un parti. Nous, nous sommes rattachés à une idée « la jeunesse ».Comme vous le voyez, il y a du monde sur la question ! Cette cartographie vous permettra aussi de suivre les pages suivantes et en particuliers les propos de Frédéric Fappani sur les contacts pris par le CNRJ. LE SPECULUM MENTIS | La revue mensuelle du Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse | www.cnrj.org
  • LE SPECULUM MENTIS! PAGE 6 Grégoire Tirot : A qui profitent les ressources publiques destinées aux 16 – 25 ans ? Auteur Membre du CNRJLe livre vert de la Commission de enfants majeurs qui sont à leur charge.concertation sur la politique de la jeunesse Elles sont nombreuses : diverses prestations(2009) avait chiffré les dépenses publiques familiales (6,5 milliards d’euros), lesannuelles en faveur de la jeunesse (16-25 majorations d’allocation logement au titreans) à 56,5 milliards d’euros (données des 16-25 ans présents dans le foyer (2,42007-2008), soit un peu moins de 3% du milliards d’euros), auxquelles s’ajoutent dePIB. nombreuses dépenses fiscales dont jouissent Des aides les parents au titre de leurs enfants majeursA titre de comparaison, les dépenses (2 milliards d’euros). Au total, les parents sociales pour lapubliques relevant du champ «  vieillesse  » sont les destinataires directs de près de la jeunesse quireprésentent, selon l’INSEE, 12% du PIB moitié (11 milliards) des aides sociales en(soit 320 milliards d’euros en 2008). faveur des jeunes. bénéficientLes dépenses éducatives à destination des 3. La dernière grande catégorie correspond majoritairement16-25 ans représentent un peu moins de la aux dépenses en faveur de l’insertion des … aux parentsmoitié du total (31,5 milliards d’euros) des jeunes dans l’emploi (7 milliardsressources destinées aux jeunes. La seconde d’euros) qui, pour l’essentiel, d’une part, et auxenveloppe budgétaire en importance (23 bénéficient aux entreprises (avantages entreprises ! milliards d’euros) correspond pour fiscaux et sociaux au titre de l’alternance etl’essentiel à des dépenses sociales de l’apprentissage) et, d’autre part, résultent«  rattachables  » à la jeunesse. Mais si l’on des coûts des structures et des dispositifs deregarde dans le détail, on se rend très vite formation.compte que les aides sociales relatives à lajeunesse ne lui bénéficient directement que Cette présentation quelque peu rébarbative, Acte et parole :de manière minoritaire. j’en conviens, a néanmoins une vertu  : elle met clairement en lumière la le discours sur laLe total de 23 milliards d’euros d’aides contradiction fondamentale entre lesociales peut être divisé en trois catégories discours actuel visant à promouvoir nécessaireselon la nature du bénéficiaire direct de l’autonomie des jeunes et la réalité autonomie desl’aide : implacable des chiffres qui démontre que nous considérons encore qu’une dépense en jeunes contredit1. Il y a d’abord les aides bénéficiant faveur de la jeunesse est une dépense qui vadirectement aux jeunes, qu’il s’agisse aux parents. par le constat dedes aides aux étudiants (1,8 milliards flux financiersd’euros en 2008, essentiellement les bourses Ce paradoxe tient au fait que la Franced’enseignement supérieur), des aides au relève en partie du « modèle » socio- « familialistes »logement (2,5 milliards d’euros en 2008) ou économique latin qui sappuie sur unde la prime pour l’emploi (PPE). Au total, puissant substrat culturel catholique centréc’est 5,1 milliards d’euros seulement qui autour de la famille et qui se traduit par levont directement dans les poches des 16-25 développement de ce que la sociologueans, soit 22% du total. Cécile Van de Velde appelle le « familialisme politique ».2. Viennent ensuite les dépenses publiquesqui bénéficient aux parents au titre des suite page 7 LE SPECULUM MENTIS | La revue mensuelle du Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse | www.cnrj.org
  • LE SPECULUM MENTIS! PAGE 7« La politique de la jeunesse n’est en ce sens qu’unebranche de la politique de la famille. » ...JOB PRÉCAIRE... Dans ce cadre, c’est la famille qui reproduction sociale des élites à ce qui aurait été un cas unique au est implicitement en charge la l’identique. monde et un contre-exemple radical jeunesse, l’Etat n’intervenant pas ou en matière de gaspillage des deniers à la marge. La création du RSA « jeune » n’a publics. pas modifié la donne : vers une Cette conception a des conséquences allocation d’autonomie ? Nous ne pouvons plus nous permettre très concrètes pour les jeunes : ce genre de tergiversation. Il faut protection sociale particulièrement L’entrée en vigueur en septembre faire un choix : si celui qui est fait est limitée, qui par défaut est donc 2010 du RSA « jeune » ne modifie bien celui de l’autonomie, il y aura assurée par la famille proche... quand pas le paysage de la politique de la dans ce cas 11 milliards d’euros de elle en a les moyens ; exclusion du jeunesse tel que décrit dépenses publiques bénéficiant aux bénéfice du RSA dans les conditions précédemment. parents qui pourraient demain de droit commun, avant lâge de 25 aller directement dans les poches ans ; légalisation du travail quasi- Simplement parce qu’il est accordé des jeunes. gratuit et sans protection juridique sous des conditions très restrictives : pour les jeunes avec la généralisation quand on a moins de 25 ans, il faut Soit de quoi financer une allocation de lutilisation des stagiaires ; avoir travaillé 2 années à temps plein d’autonomie conséquente sans système de bourses universitaires peu au cours des 3 dernières années pour augmenter le déficit public, par généreux et qui ne bénéficie pas aux être éligible au dispositif. Dans ces simple modification des destinataires classes moyennes. conditions, à ce jour, très peu de des dépenses publiques. jeunes sont éligibles au RSA Mais la principale conséquence est « jeune » : 8 130 très exactement en Quoiqu’en pense certains, le débat que l’on ne donne pas à la jeunesse j a n v i e r 2 0 11 , a l o r s q u e l e mérite d’être lancé. les moyens de son autonomie, celle- gouvernement pensait à l’origine ci se voyant constamment renvoyée à atteindre un public de 160 000 la solidarité familiale pour s’en sortir. jeunes… Quand le système social vous assimile à une « charge » pour vos La solution ne passera donc pas parents, justifiant le versement par le RSA « jeune ». En d’avantages sociaux ou fiscaux à leur revanche, si l’on veut mettre en seul bénéfice, comment peut-on se cohérence le discours en faveur de sentir autonome ? Pour un jeune, le l’autonomie des jeunes avec notre sentiment d’être un poids brise système de protection sociale, il nécessairement son envol, ou du n’y a qu’une manière de le faire : moins le bride. Quand on est créer une allocation d’autonomie considéré comme une « charge pour les jeunes. Bien sûr, tous les sociale », on ne peut pas se penser gouvernements ont reculé jusqu’à autonome. ce jour devant le coût d’une telle mesure. C’est simplement parce que Enfin, il y a derrière cette conception nous voulions créer cette allocation un problème de justice sociale : en tout en maintenant les avantages effet, comment font les jeunes qui ne versés aux parents au titre de leurs peuvent pas être aidés par leurs enfants majeurs à charge. parents ? En d’autres termes, en favorisant indirectement les jeunes Bref, la France souhaitait maintenir le issus de familles aisées, ce système familialisme politique à côté du est le meilleur pour assurer une principe d’autonomie de la jeunesse, LE SPECULUM MENTIS | La revue mensuelle du Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse | www.cnrj.org
  • LE SPECULUM MENTIS! PAGE 8 Pierre-Yves Chiron : Entre cadre et représentation. La jeunesse comme ressource contrariée. Sociologue Secrétaire Général du CNRJLes dispositifs participatifs proposés aux d’expression totale, un équilibre entrejeunes représentent une réelle opportunité l’expression de la volonté de l’initiateur depour ce public à s’investir dans la vie de la la participation et celle des jeunes est-il àcité. Les collectivités locales et autres trouver. L’induction a en effet sa place dansinstitutions, nonobstant quelques arrières un tel exercice. Le cadre (les modalitéspensés utilitaristes, permettent aux jeunes d’organisation de la participation, le rappelde s’impliquer dans des actions concrètes, des objectifs, la confrontation aux moyensde s’essayer à l’action publique locale, circonscrits, l’expérience des professionnelsd’apporter une réponse aux problématiques qui s’invitent dans la participation, …), sequi les touchent. Force est de constater que rappelle aux jeunes et peut rendrelorsqu’un tel dispositif est mis en place, des l’implication de ceux-ci difficile etjeunes répondent présents. frustrante. Il y a une différence importante entre la limitation d’un cadreNéanmoins, au travers de ce type d’expression et lad’engagement, qu’il s’inscrive dans une découverte, par les acteurscollectivité locale ou bien dans une eux-mêmes, des possibles,association, au moins deux phénomènes par confrontation à leurviennent tempérer cet élan participatif. Les e nv i ro n n e m e n t . I l e s tjeunes sont confrontés au cadre qu’on leur vraisemblable que cettepropose pour exercer leur participation et limitation en amont, puisseaux représentations qu’ils peuvent avoir fermer la porte à desd’eux-mêmes et des autres jeunes avec innovations, des créationslesquels ils s’investissent. de ressources nouvelles, tant de l’ordre des idéesLa participation, lorsqu’elle s’adresse aux que des moyens.jeunes, propose assez souvent un cadrefor maté, emprunt des attentes des Les représentationsinitiateurs de cette participation. Première s’invitent également auambivalence donc entre cette main tendue cœur de la participation.aux jeunes, ouverture sur une ressource Représentations des jeunes sur eux-mêmes,indéniable, et l’imposition de règles, sur leurs coparticipants pour ne parler qued’objectifs, prédéfinis. de celles-ci. Elles peuvent évincer là encore,Quoi de plus naturel, me direz-vous, la vie consciemment ou non, la parole des jeunes.est faites de contraintes et de règles. Laconfrontation des jeunes à ce cadre posé La première de celle-ci pourrait tenir aun’est autre que le reflet l’implication et de statut de jeune lui-même, d’être en devenir.l’engagement de tout individu. «  Je suis là pour apprendre. Pour l’instant,Mais à l’intérieur de ce cadre, l’innovation j’observe ».cherche sa voie, l’expression libre et sanscontrainte des jeunes se cherche une place. Suite page 9Tout au moins, sans parler de liberté LE SPECULUM MENTIS | La revue mensuelle du Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse | www.cnrj.org
  • LE SPECULUM MENTIS! PAGE 9L’intégration, par les jeunes eux- C’est un phénomène assez fréquent, La constitution d’un collectifmêmes, de ce statut ʺ″d’être en devenir peu appréhendé par les institutions participatif prend du temps. Il faut seʺ″, les tient éloignés d’une implication lorsqu’elles mettent en place un découvrir les uns et les autres et avoirconstructive dans les dispositifs collectif de jeunes, et qui induit assez la volonté de dépasser ou de faireparticipatifs et tend à les inscrire dans rapidement la fuite de certains jeunes tomber ces images et représentationsune attitude de reproduction peu ne se retrouvant pas dans ce qu’ils ont qui accompagnent la participation.propice au développement de perçu des attentes d’une majoritél’innovation et de la créativité. d’entre eux. Le temps joue ainsi contre la participation tant, dans le cadre deLes jeunes entre eux sont également Nous pourrions également évoquer l’action, l’urgence est bien souvent auemprunts de représentations. La d’autres phénomènes liés aux rendez-vous. Cet apprentissageconstitution d’un collectif de jeunes représentations, qu’il s’agisse de celles mutuel, l’un de l’autre, n’a bienvenant d’horizons différents peut être des jeunes sur les élus, sur les souvent pas le temps de s’établir.difficile au regard des images que les p ro f e s s i o n n e l s, a i n s i q u e d e sjeunes peuvent avoir les uns des représentations de ces derniers sur lesautres, des représentations qu’ils vont, jeunes eux-mêmes, source parfois deparfois à tort, attribuer aux jeunes qui méfiances et réticences à laisser unene sont pas comme eux. expression libre s’installer.Frédéric Fappani : Où en-est le CNRJCadre éducatif - Chercheur sciences de l’éducation -Président du CNRJ « Rejoignez dans votre région A xe 1 / 2 «  I n f o r m a t i o n & Bien que reposant sur un premier Publication » cercle de 7 auteurs, le CNRJ est … L’action du CNRJ ! » ouvert et donc il donnera la parole à des personnes désireuses de publier Pour cet été, le CNRJ va continuer des écrits sur la jeunesse.Comme vous l’avez déjà ses publications. La maintenance du Ainsi nous nous ferons le relai de voscertainement lu, le CNRJ site va se poursuivre, des articles contributions de publications (Articlestravaille à «  informer sur la continuer à être écrits, et évidemment de Blogs, Articles de presse) mais « le Spéculum Mentis » continuer de aussi nous informerons de vos travauxjeunesse et à dénoncer la sortir. (Thèses, recherches, mémoires oustigmatisation dont est victime écrits personnels) en lien avec la Nous vous invitons donc à rejoindrela jeunesse dans le débat public ce mouvement en diffusant vous aussi jeunesse.(en particuliers les médias) toutes nos publications autour demais aussi dans les politiques N’hésitez pas à nous les envoyer ou à vous et à faire connaître notre action. communiquer vos liens Internet le caspubliques et/ou privées...». Via par exemple vos blogs, e-mail, échéant. Nous sommes aussi ouverts à partage sur Facebook et Twitter ! d’autres créations photos, vidéos ouC’est pourquoi nous profitons graphismes etc.de ce spéculum mentis pour Autorisez-vous à vous en servir comme références dans vos écrits si N’oubliez pas donc que vous pouvezfaire un peu le point sur ces cela vous paraît souhaitable ou à- participer à minima soit simplementdeux axes. propos. en lisant ou en participant à diffuser, écrire, et créer  ou soit à maxima enVous allez ainsi donc découvrir Evidemment donner les références et rejoignant notre action dans votre n’oubliez pas l’auteur(e) ! région !notre développement actuel. Suite page 10 LE SPECULUM MENTIS | La revue mensuelle du Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse | www.cnrj.org
  • LE SPECULUM MENTIS! PAGE 10Dans tous les cas, si la cause des France Soir avec pour le CNRJjeunes vous intéresse, nous nous Grégoire Tirot et Frédéric Fappani.engageons à informer, donner à lire, àvoir, ou à entendre ce qui apporte du - Emmanuel Vaillant du journalsens aux questions de jeunesse et qui l’Etudiant a été rencontré afin deviendraient aussi de vous ! faire connaître et éventuellement diffuser un peu ce que nous faisions.Vous pouvez retrouver l’actualité denos publications sur le site. Sur le Évidemment, nous profitons demois écoulé, nous avons ce passage sur l’information sur laparticulièrement apprécié deux jeunesse pour signaler la sortie derencontres journalistiques : l’ouvrage de Chafik Hbila, « Jeunes de quartiers Populaires et politiques - Le 06/06/2011 à 20:50. Sur de Jeunesse, Lexpérience du GrandRadio Protestante sest déroulée Ouest », Cahier de laction N°32,une émission animée par Vincent I N J E P, 2 0 1 1 , I S B N n °Chauvet et Antoine Kowalski de 9782111281905Axe 2/2 «  Lutte contre la Donc la mission d’un comité régional Croyez bien, que la manière dont onstigmatisation, Régionalisation, est simple «  relever dans la presse et en parle, et intervenir comme nous leInstitutionnalisation, & les médias locaux » les éléments « qui souhaitons face à certains discoursCapitalisation) » parlent » de la jeunesse. stigmatisant contribuera à avancer sur la cause de la jeunesse. Une sorte de revue de presse parAfin de lutter contre la stigmatisation région mais avec des propositions Les comités étant en constructionde la jeunesse nous voulons nous d’analyse et/ou d’intervention. vous pouvez devenir pour votredoter de moyens de repérage et région, le porteur, la porteuse de ced’information d’envergure nationale L’idée ici est d’avoir un outil de veille comité, ou bien intégrer celuis’appuyant sur un réseau de militants nationale et de repérage du discours existant.mais aussi sur des partenaires ayant médiatique en France. Cela seraun véritable savoir sur les questions forcément imparfait.de jeunesse. Nous faisons ici, état, de Renseignez-vous àlà où nous en sommes. Cet ensemble relevé en région est cnrjfrance@laposte.net transmis alors au siège. NousLa Régionalisation travaillons ensuite avec les comitésNous sommes en pleine locaux afin d’établir une stratégie de À la rentrée de septembre nousrégionalisation. En effet, des comités réponse à ce qui a été repéré. éditerons la carte de France durégionaux sont en construction. CNRJ. Il s’agit d’avoir un instrumentLe CNRJ est en train de s’implanter national permettant de poser un Vous êtes invités aussi à parler autourdans les 22 régions de France regard sur comment la question de la de vous de cette régionalisation et demétropolitaine ainsi que dans les jeunesse est traité dans les la construction de cet outil !DOM-TOM ce qui fait 27 régions. publications. Suite page 11Le travail d’un comité de région est Avec le temps nous aurons un outil,relativement simple, il consiste à faire plus affinée, de veille nationale et deun panorama à plusieurs des repérage du discours médiatique enpublications régionales, faire le point France quand ils sont anti-jeunes.chaque mois, établir un rapport Cela sera forcément imparfait maisglobal. nous ne laisserons ainsi plus passer les choses sans rien dire ! LE SPECULUM MENTIS | La revue mensuelle du Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse | www.cnrj.org
  • LE SPECULUM MENTIS! PAGE 11 L’institutionnalisation - Un premier contact officiel a été posé Elle est pour nous, le moyen de faire entre l’INJEP et le CNRJ. Olivier Toche entrer le CNRJ dans divers instances. (Directeur de L’INJEP) a accueilli le LE SPECULUM CNRJ. Il s’est agit là d’une présentation Nous prendrons des contacts et MENTIS établirons des partenariats dans la réciproque afin d’apprendre à se mieuxPar le « Cercle National de sphère de la jeunesse. connaitre.Réflexion sur la Jeunesse » Par exemple, suite à des échanges entre Le CNRJ se trouve dans une sphère Frédéric Fappani, Président du CNRJ et particulière pour 2012. La sphère du Nous trouver sur le Web ? Remy Pflimlin, PDG de France débat sur la jeunesse. télévision, la candidature du CNRJ au Retrouvez-nous comité sur la diversité sera présentée à Hervé Bourge. Afin de vous rendre compte de la(Mais aussi articles, vidéos, la revue, cartographie jeunesse en France, nous et les émissions …) Ainsi le CNRJ pourrait à partir de avons reçu la possibilité de vous septembre 2011, faire partie, avec présenter les travaux entrepris par d’autres associations, du comité sur la « Séance publique ». Notre site à ladresse ! diversité. Le nom du comité ne sera Vous aurez trouvé dans ces pages, une www.CNRJ.org peut-être pas celui-ci. cartographie intitulée « Les jeunes 2012 » (cf. page 6). L’institutionnalisation, c’est aussi être en lien avec des partenaires La Capitalisation Rejoignez nos soutiens ! incontournables sur la question Comme vous le constatez, vous ne payez « Le groupe de la jeunesse. rien au CNRJ et vous pouvez cependant  : lire, découvrir un site,de soutien sur Facebook» télécharger des textes, connaître un Par exemple : - Une conseillère du Ministre à la réseau des personnalités (et bientôt des jeunesse Emmanuelle Perez et un chargé comités régionaux) re partis sur de mission du Ministre Jonas Haddad l’ensemble de la France. E-mail : ont été rencontrés par Pierre Yves cnrjfrance@laposte.net Chiron (Secrétaire Général du CNRJ), Cet ensemble a néanmoins un coût et Grégoire Tirot et Frédéric Fappani afin nous nous devons de trouver des de parler des actions et visées du CNRJ. financements et des partenaires. Pour des raisons d’organisation Parmi les choses à financer nous et de capacité de gestion  : Ce Une fois plus structuré nous avons dans les 10 mois à venir : n’est qu’à partir de septembre nous ouvrirons ʺ″mieuxʺ″ aux q u e n o u s o u v r i ro n s p l u s particuliers. - Les regroupements nationaux largement les cotisations et les des 7 auteurs. adhésions. Pour le moment Néanmoins nous sommes à - Un colloque sur Paris nous prenons les adhésions des la recherche de - Notre livre Blanc pour 2012. - bruno.martin54@gmail.com membres des comités régionaux partenaires (Editeurs, - La régionalisation du CNRJ uniquement. Jo u r n a u x , I n s t i t u t i o n s publiques), en particuliers sur 4 Des demandes Autorisez-vous à nous événements à venir d’interventions sont aussi contacter à possibles au cas par cas. cnrjfrance@laposte.net Mise en page - Bruno MARTIN LE SPECULUM MENTIS | La revue mensuelle du Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse | www.cnrj.org