Mathematiques, un depaysement soudain - Expose
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Mathematiques, un depaysement soudain - Expose

on

  • 685 views

 

Statistics

Views

Total Views
685
Views on SlideShare
641
Embed Views
44

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

3 Embeds 44

http://guillaumepierre.fr 42
http://localhost 1
http://www.guillaumepierre.fr 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Mathematiques, un depaysement soudain - Expose Mathematiques, un depaysement soudain - Expose Presentation Transcript

  • MATHÉMATIQUES, UN DÉPAYSEMENT SOUDAIN15/03/2012 Elie BELHADJAR – Guillaume PIERRE
  • SOMMAIRE Introduction Infos Pratiques Origine du titre et contexte Les Mathématiques et l’Art Visite Guidée  La Bibliothèque des Mystères  Les Quatre Mystères du Monde  Sous-Sol Avis Personnel sur l’Exposition
  • Introduction Pour bien situer les artistes nous avons décidé, plutôt que d’une longue biographie de vous présenter quelques échantillons de leur travaux respectifs. C’est selon nous un moyen plus efficace de vous marquer si l’artiste en question vous a été sensible. Nous ferons également part de nos interprétations quand nous le jugerons nécessaire. Pour rentrer dans le vif du sujet nous allons vous présenter une des œuvres les plus réussis de l’exposition, a savoir son affiche. Créer par Tadanori Yokoo. Dont quelques travaux vous sont présenté au slide suivant. Ses œuvres empruntent autant à Warhol, aux constructivistes russes, aux réclames américaines des années 1950 qu’à Utagawa ou Hokusai. A travers ces travaux nous pouvons assez difficilement isoler des trais commun avec l’affiche de l’exposition. Seul l’élément sphérique et peut-être l’utilisation du contraste Rouge-Bleu semble les associer. De même que l’utilisation du collage et des motifs répété ainsi que l’utilisation de symboles. Cependant le ton kitch et coloré de son travail reste assez éloigné de l’aspect mystérieux et sombre de l’affiche. L’affiche représente en fait l’une des œuvres créer pour l’exposition dont nous parlerons un peu plus tard.
  • Introduction
  • Infos Pratiques Date : Du 21 Octobre 2011 au 19 Mars 2012 Prix : Tarif étudiant : 6 €, une place acheté, une place offerte. 9 €le tarif standard. A propos de la fondation : - Bâtiment dessiné par l’architecte Jean Nouvel en 1994. - & a pour but de rendre l’Art contemporain ouvert et accessible. - Contient des expositions très varié (vidéo, peinture, photo, spectacle vivant etc) - Entouré d’un d’une végétation luxuriante et enfermer dans une verrière immense, l’institut est composé d’un rez-de-chaussé et d’un sous- sol. Les salle sont spacieuse et le lieu très bien entretenu.
  • Origine du titre et contexte Titre formulé par le Mathématicien ALEXANDRE GROTHENDIECK dans son livre assez polémique “Récoltes et Semailles”. Ce livre n’a jamais été publié car il y casse un peu de sucre sur le dos de ces anciens camarade, ce qu’y n’est pas du goût de tout le monde. Cependant certain irait à prétendre que c’est un Best Seller des mathématiques. Pourquoi un dépaysement ? Le dépaysement signifie changer de lieu et/ou d’habitude : Donc traduction : Cette exposition à l’ambition de nous faire voyager dans un lieu matériel ou virtuel différent de nos habitudes. Le mot paysage n’est pas non plus pris au hasard, le Paysage et les Mathématiques on depuis toujours un lien puissant que nous verrons rapidement plus loin de cette exposé. Et pourquoi soudain ? “Soudain” c’est un peu le prétexte publicitaire. ça suggère qu’il y a un avant et un après. Également pour signifier quelque chose de subit et de prompt. Cela attise notre curiosité et nous incite à limmédiateté. On peu également discerner dans ce “soudain”, prompt, un penchant pas tout à fait maîtrisé, quelque chose d’avant-gardiste et orgueilleusement novateur.
  • Ont-il dit : Dans cette brochette d’Artistes (ou personnalité public) invités, nous voyons aussi un moyen plutôt grossier dappâter un public assez large. Notamment avec des noms comme David Lynch, Patti Smith ou Kitano qui n’ont, à priori aucune pensée ou discipline s’inscrivant de près ou de loin dans le champ des mathématiques. C’est pourtant une assez belle démarche que de lié la création artistique contemporaine aux sciences des mathématiques. -" La Fondation Cartier ouvre ses portes à 8 mathématiciens accompagné par 9 Artistes ayant déjà exposé dans ce lieu. » -" Ensemble, il métamorphose la pensée abstraite des mathématiques en une expérience “sensible” offerte à tous. » - "Comment représenter l’abstraction des Mathématique ?«
  • Les Mathématiques et l’Art  Petite Définition : Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l’aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et les transformations. Les mathématiques désignent aussi le domaine de recherche visant à développer ces connaissances, ainsi que la discipline qui les enseigne. Il est fort probable que l’homme ait développé des compétences mathématiques avant l’apparition de l’écriture. Les premiers objets reconnus attestant de compétences calculatoires sont les bâtons de comptaggo datant de 20 000 ans avant notre ère. Le développement des mathématiques en tant que connaissance transmise dans les premières civilisations est lié à leurs applications concrètes dans : le commerce, la gestion des récoltes, la mesure des surfaces, la prédiction des évènements astronomiques, et parfois l’exécution de rituels religieux.Les mathématiques se distinguent des autres sciencespar un rapport particulier au réel. Elles sont de naturepurement intellectuelle, fondées su des postulatsprovisoirement admis. Bien que les résultatsmathématiques soient des vérités purement formelles,ils trouvent cependant des applications dans les autressciences et dans différents domaines de la technique.C’est ainsi qu’Eugène Wigner parle de « ladéraisonnable efficacité des mathématiques dans lessciences de la nature.Par exemple, la perspective est une inventionmathématique apprise du réel.
  • Les Mathématique et l’ArtDe nos jours, les Mathématique sont utilisés dans de nombreuxdomaines, l’architecture, l’art visuel, le commerce, ...Quelques exemples :Le Corbusier qui utilise le nombre d’or pour construire unbâtiment.1000 ans avant j.c avec des vases et autre ornement.La littérature : Raymond Queneau 100 Mille Milliards de poème“littérature idéale”La musique : Harmonnie, etc … 1968 : la musique, la disciplinescientifique, Pierre Bardaud, Iannis Kenakis Aujourd’hui grâce à l’outil informatique, certaines équations mathématiques sont utilisés pour crée des œuvres qui ne sont réalisable qu’a travers cet outil. Un bon exemple de cette utilisation sont les fractales, Algorithme permettant de créer des formes répétitives à l’infini.
  • Visite guidée Présentation de l’exposition http://www.dailymotion.com/video/xmou4b_mathematiques-un-depaysement-soudain-visite-de-l- exposition_creation?code=AQAGOBAwurSDNPNGXxmz-x8xYykLpsFIgG- OaQAAXgAaRPE3crdUarRoOqHAuUBHc9_0Jxm2slWToTunQiJCLkhGmXdhag1_S6djCgnLHDca8N-BNkphmon8LoUKl- CEtMi0be3vuz0MLst4VYx4SEy_soBRXH1ETGSizxQKJgHZUdDU0VEwQ96_Bv8XR0lQ3nI#_=_
  • Visite Guidée Structure : Structure assez imposante, en placo. L’ensemble fait pensé à un temple Grec, pour symboliser un lieu patrimonial, conservateur du savoir. La structure antique est immaculé, complètement blanche. Dispositif : Il y a 3 projections différente, une au plafond et 2 en face à face. Elles tournent en boucle. Des places assises sont disposé en face de l’écran principal. 3 types de places, un fauteuil royal rouge, des petits tabourets en toile et de simples coussins au sol.
  • La bibliothèque des mystèresDans la vidéo Library of mysteries qui dure1h21, une succession de livres nous sontprésenté chronologiquement. Des extraisaccompagnent le nom de l’auteur, la date et letitre du livre. Rompant avec la monotonie decette présentation, des animationsapparaissent parfois entre 2 livres.
  • La bibliothèque des mystèresDans cette même salle une vidéo est projeté sur le plafonddu dôme. Ceci constitue l’installation “Universe ComingFrom Zero” ( L’Univers à partir de zéro ).C’est une animation de 7min43 qui tourne en boucle.Cette vidéo est une représentation des objets de l’univers,classés par ordre de taille, de l’infiniment petit : La perle dePlanck qui est le plus petit objet que l’on puisse concevoir etqui mesure 10^-33 cm de rayon, jusquà l’infiniment grand :l’univers en lui-même, une sphère de 10^28cm. Entre cesdeux unités s’étale tout les êtres et objets connus, del’atome aux planètes en passant par l’homme.Cette oeuvre est l’une de mes préféré de l’exposition,l’animation est visuellement envoûtante. Sous un fond demusique composé de différents bruits plutot étranges etgraves, résonant dans notre tête grâce à lécho provenantde la forme en zéro de l’installation, se construit l’univers, enpartant du centre du dôme, les éléments de l’universapparaissent un par suivant suivant un ordre croissant lié àleur grandeur. Les objets sont représenté de manièreminimaliste, mais la composition finale a un certain cachet.La disposition répété et circulaire crée une certaineharmonie. Et le ton sombre et monochrome de l’oeuvre ainsique l’apparition lente des différents objet offre une sensationd’apaisement et de calme.
  • La bibliothèque des mystèresL’ambiance sonore est plutôt mécanique, composé de bruit blanc,de distorsion, d’echo et de bruit sourd. Patti Smith intervient à unmoment en chanson dans une sorte de litanie ou de murmurepsalmodique, Elle récite en fait un formule mathématique deGomakozof.L’ensemble des 3 projections forme quelque chose d’assezpoétique.
  • La Bibliothèque des mystères Mais malgré la force que ce lieux voudrait nous imposer, c’est au contraire une certaine fragilité que nous avons éprouvé. L’ensemble relève en effet d’avantage du décors et manque de crédibilité. Cette espace fictif contraste avec le sérieux, le sensible et le poétique des projections. On peu cependant supposer que c’est volontaire et que Lynch, par le biait de cette espace intemporel, figé, neutre et glacé veux donner le sentiment d’une conservation, voir d’une restauration. On a pourtant le vif sentiment que ce lieux ne nous appartiens pas mais appartient aux livres présenté. Nous avions donc l’étrange et désagréable impression d’être des intrus dans ce espace faussement indifférent, plein de prétention et qui n’avait de mystérieux, que le titre. David Lynch produit donc à l’instar du mystère, un mysticisme et n’invite pas vraiment au partage de connaissance. La bibliothèque, virtuel et inaccessible, semble nous narguer et nous imposer indéfiniment un savoir sans qu’il soit possible d’en discuter. Cette bibliothèque est donc finalement aussi mystique quinaccessible.
  • Visite GuidéeLes Quatre Mystères du Monde
  • Microcosme, macrocosme et la source du tempsProjet conçu et réalisé avec la collaboration de Bruno Mansoulié ( directeur de recherche au CEA,chercheur au sein de la collaboration ATLAS/CERN ) et Francois Bouchet ( astrophysicien à l’IAP, responsable de l’exploitation scientifique de l’instrument Plan-HFI )
  • Microcosme, macrocosme et la source du temps Cette œuvre ou plutôt expérience scientifique est dissocié en 2 temps : Tout d’abord, elle a pour but de mettre en avant le lien entre physique et mathématiques. Du 21 octobre au 4 décembre : Laccélérateur de particules LHC émet des champs électriques et magnétique pour accélérer et guider des particules à une vitesse proche de lumière afin de reconstituer avec précision les évènements fondateurs de l’univers. Pour ensuite en étudier les conséquences et grâce à des modèles mathématiques très poussé, réussir à séparer l’inconnu du connu. Du 6 décembre au 18 mars: Durant cette période, ce fut au tour du satellite Planck de faire ses preuves, il fut utiliser afin de capter le rayonnement cosmologique fossile ( la première lumière émise par l’univers ). Il cartographie ainsi l’univers primordial afin de reconstituer avec précision les évènements fondateurs de l’univers. Tout les résultats de ces analyses sont ainsi diffuser sur l’écran de l’exposition, nous avons donc une visibilité sur différents courbes de données en temps réel. Cette œuvre tente de nous approcher de ce qui nous a fonder, mais aussi mettre en avant nos avancés scientifiques et montrer à quel point l‘homme arrive à étudier et comprendre l’univers dans lequel il vit.
  • Paysage mathématiquePaysage mathématique est un collage étrange crées par Beatriz Milhazes mêlant lanature et les mathématiques.Beatriz Milhazes est une artiste peintre brésilienne qui utilise un vocabulaire propreà sa culture avec des compositions très colorer et floral avec souvent desoppositions entre des patterns de forme sphérique et linéaire.Pour l’exposition elle a fusionné des formes géométriques en rapport avec desphénomènes naturels.Les formes géométrique utilisé son inspiré des Sangaku japonais. LittéralementTablette mathématique, ce sont en fait des énigmes géométrique.
  • Paysage mathématique  Cédric Vilani a rajouter à ce paysage un ensemble de fonction mathématiques afin d’illustrer ces phénomènes naturels.  ( La discontinuité de la lumière ( les rayons du soleil ), le principe de bernouilli ( Le vol de l’oiseau ), L’irisation ( la queue du paon ), l’électromagnétisme ( les éclairs ), les ondes ( les vagues ) , la diffusion de la chaleur ( le feu ), la morphogenèse ( le pelage de jaguar ). Cette œuvre sert de point de départ pour un film projeté dans le globe. Des fameux Sangaku animé, assez bien fichu dont Guillaume vous parlera dans la suite de la visite.
  • Ergo-robots : Curiosité artificielle et langageINRIA Bordeaux Sud-Ouest, université de Bordeaux. « Dans un grand œuf à peine ouvert, une tribu de jeunes créatures robotiques se développe et explore son environnement » Voila ce qui nous est dit à propos de cette installation interactive mettant en avant une forme nouvelle de communication entre robots et humains. L’installation en elle même est plutôt jolie et attire la curiosité, lorsque l’on arrive dans la zone, l’on voit posé par terre une sphère géante, d’une texture granuleuse que l’on a envie de toucher, en faisant le tour de cette structure, l’on croise quelques trous dans celle-ci nous permettant d’apercevoir ce qu’elle contient puis l’on arrive devant une grande ouverture incitant à prendre place. Lorsque l’on se retrouve devant l’ouverture de cet œuf, symbolisant sûrement l’oeuf par lequel le poussin sort et prend vie. Les robots commencent à émettre des sons, bougé dans tout les sens, etc. Et c’est l’un des bémol de cette installation. Le manque d’accompagnement du spectateur. L’on se retrouve planté devant cet environnement en essayant de comprendre comment interagir avec ces êtres. Tenter de trouver une logique entre les mouvements que l’on effectue et ceux des robots. Mais l’on se sent vite perdu. Les auteurs ont voulu doté les robots d’une Curiosité. En fonction de nos mouvements, les robots réagissaient chacun différemment et chaque interaction était ajouté dans une sorte de chaînon dADN qui est ( nous le supposons ) la personnalité que développe les robots et qui influeront ensuite sur leurs réaction à d’autres interactions. Cette installation est plutôt amusante, mais l’on en ressors légèrement déçu à cause d’une certaine incompréhension, un d’un sentiment de manque de cohérence.
  • Pavages de penrose Beatriz MilhazesC’est en fait un hommage à la découverte du mathématicien SirRoger Penrose qui a découvert pendant les année 70 plusieurssortes de pavages non périodiques appelés pavages dePenrose et qui possèdent des propriétés mathématiques trèsprofondes.Description :Un pavage est un assortiment de pièces, disposées de manièreà remplir un plan, sans qu’elle ne se chevauche ou ne laissed’espace entre elles.Par exemple un mur de brique ou un nid d’abeille.Il existe cependant 2 types de pavage. Des pavages ditspériodiques et des pavage non périodiques. J’ai trouvé plusieursexplication mais aucune n’a fait mouche. Je ne connais doncpas la différence entre les deux.Penrose est un physicien et mathématicien britanique.Sur l’un des murs de l’exposition il était donc possible dedisposer deux types de pièces magnétiques : ‘des cerfs-volants’et des ‘chevrons’.
  • Spirale d’Ulam & Sangaku & Sangi Cette installation est une initiationBeatriz Milhazes à différents grands problèmes mathématiques mondiaux. Elle est composé d’un écran globe dans lequel était présenté des résolutions graphiques à 3 types de problèmes mathématiques : la Spirale d’ulam, sangaku et sangi. Les énoncés sur la spirale d’ulam sont un hommage au mathématicien Stanislaw M. Ulam qui a découvert par hasard ( en s’ennuyant lors d’une conférence ) une propriété mathématique qui se retrouve au coeur des futurs recherches de grands mathématiciens en théorie des nombres.
  • Spirale d’Ulam & Sangaku & SangiLa seconde partie de l’installationest lié à une tradition japonaise.Les japonais disposaient àl’entrée de temples ou sanctuairesdes panneaux peint sur bois quiexposait des problèmesmathématiques à partir de formessimples telles que des cercles,des carré, etc... avec ou sans leursolution. De la même façon,l’écran géant proposait enquelques secondes une animationmontrant la résolution graphiquede quelques-uns de cesproblèmes.
  • SangakuLa dernière partie de cette installation fait référence à une méthode de calcul ancestral des chinois à base de bâtonnets ( le sangi). Cette méthode à permis au chinois de développer des techniques mathématiques 1000 ans avant l’occident. l’application étaitici de proposer un problème, lequel se résout seul, l’on voit les nombres surplomber par les bâtonnets, qui se décomposent, seremplace et s’efface progressivement poura seffacer devant la réponse.Notre avis :Cette installation est à la fois intéressante, mais aussi décevante, en effet, l’on se retrouve confronté à de petits problèmes quel’on pourrait avoir le plaisir de résoudre, mais tout senchaîne trop rapidement, ne laissant pas le temps à la réflexion, l’on seretrouve ainsi face à la réponse, sans en comprendre le sens. A part ça, la résolution reste tout de même compréhensible et l’onapprécie la mise en place d’animation des formes et objets qui amène au résultat.
  • La réponse est 2011 Kitano est un célèbre cinéaste japonais. Il est également créateur de différentes émissions japonaises consacrées auxTakeshi Kitano, Frédéric Kaplan mathématiques, à proposer aux visiteurs de l’exposition d’inventer des équations mathématiques à travers une interface tactile. L’oeuvre présenté à la fondation est une installation interactive ou il est question de résoudre un problème mathématiques. Lénoncer du problème est écrit sur le mur, il suffit ensuite d’y répondre correctement pour faire partie des nombreux visiteurs ayant laissé leur équation. Le but étant de faire la plus courte. Avis perso : C’est sans doute ce modeste jeu qui rapproche le mieux le spectateur du plaisir des mathématiques qu’était censé transmettre l’exposition entière.
  • Visite Guidée
  • Au bonheur des maths Raymon Depardon & Claudine NougaretCette œuvre est une interview de tout les mathématiciensayant participé à cette exposition.Dans une salle proche d’un cinéma, l’on se retrouve face auxconfessions de 9 grands mathématiciens, chacun expliquantavec des mots simple d’ou leurs vient cette passion desmathématiques.La vidéo dure 35 minutes et est en noir & blanc.Selon eux, l’aspect mystérieux des maths et en particulier celuides probabilités permet de rendre compte que tout évènementsest un fait calculable, prévisible.Pour la majorité d’entre eux, la satisfaction des maths vient de - Impression personnelle :son harmonie, du fait que ce qui est fait à une certaine Nous avons été intéressé par la façon dont ils transmettaient leurperfection, c’est un aspect de précision mais ressente aussi passion. On ressent que ce domaine leur tiens à cœur, La façonune satisfaction en résolvant des problèmes. dont le court métrage est tourné ( avec des gros plans fixes )· Alain Connes, lui, voit les maths comme un langage pour donne limpression d’être face à ces gens qui tentent de nouscomprendre la physique transmettre leur passion. En ressortant de cette salle, l’on se sent· Jean-pierre Bourgignon à quand à lui une perception des intriguer par les maths. Je pense que cette œuvre est peut-êtremathématiques très intéressante, il voit les maths comme un l’une des plus efficace dans cette exposition, elle permet de seespace de liberté. De plus, pour lui, la partie créative des donner une autre vision des mathématiques ( un dépaysement )maths passe par la pensée. Ce serait un moyen de et la conviction qu’on ces mathématiciens nous donne vraimentcommunication plus rapide, plus efficace que l’écrit ou l’oral. envie de sintéresser à ce domaine.Les mathématiques sont un domaine ouvert, créatif et non passeulement lié à la logique.
  • Un ciel mathématique – Henry poincarré (1854 – 1912 )Jean-Michel Alberola en collaboration avec Giancarlo Lucchini C’est une fresque murale réalisé par Jean-Michel Alberola en collaboration avec Giancarlo Lucchini C’est une sorte de témoignage des avancés mathématiques. Et un hommage à l’un des derniers grand savant universel. Henri Poincaré. Ce nom m’a semblé revenir souvent tout au long de l’exposition. Henri poincaré est un physicien, mathématicien et philosophe français. Il a réalisé des travaux dimportance majeure en optique et en calcul infinitésimal. Donc L’artiste à choisi de montrer sous forme de constellation, les liens entre plusieurs disciplines mathématiques. Il différencie les domaines par des couleurs. On prends conscience que certaines découvertes n’auraient pas pu être faite sans les études fait dans les autres domaines. Les Carrés blancs sont les grandes questions mathématiques. Il en reste 6. Celui ou celle qui réussirai à résoudre ces questions empoche la somme d’1 millions de dollars. Avis personnel : Selon moi aucune valeur artistique. Mais c’est assez amusant de garder en tête que les mathématiques occupe un champs de discipline assez vaste.
  • La main de Cédric Vilani ( La conjecture de Cercignani ) Jean-Michel AlberolaCette œuvre est quelque peu passé inaperçuelorsque nous étions au sous-sol, en effet, elle estdiffusé en boucle sur un tout petit écran. La vidéoqui nous est montré mets en scène Cédric Villani( Le lady Gaga des maths comme on lesurnomme de part son style particulier ). Atravers sa main, l’on suit toute la résolution d’unthéorème ( la conjecture de Cercignani ) à traversses gestes.L’intérêt de cette œuvre est de mettre en avant lamusicalité de la résolution d’un théorème maisaussi de la beauté du geste est des formes issusdes mathématiques. Tout senchaîne trèsrapidement, nous n’avons pas le temps decomprendre ce que fait le mathématicien, de plusla caméra suit à chaque instant les mouvementsde la main du mathématicien, ce qui nousempêche d’avoir une vision d’ensemble du travaille but n’étant non pas de se focaliser sur ce qu’ilrésout, mais sur les mouvements et formes quien découlent.
  • Surface de révolution à courbure négative constante Hiroshi SugimotoEst une sculpture en aluminium de 3 mètres deHiroshi Sugimoto accompagné d’une formule. Lesommet de la sculpture a un diamètre de 2millimètres. Hiroshi Sugimoto est un photographe. Il est connu pour opérer dans la photographie de manière sériel. Sa série sur les théâtre est probablement son travail le plus connu. Il utilise un noir et blanc très contrasté.
  • Surface de révolution à courbure négative constante Cette sculpture est la représentation d’une surface que les mathématiciens appellent une pseudo-sphère. La pseudo-sphère est une surface obtenue par la rotation d’une courbe, composée de deux lignes disjointes qui montent en se rapprochant sans cesse, sans jamais se rencontrer. La sculpture représente donc une fonction mathématique qui tends vers l’infini. C’est probablement le travail le plus plastique de l’exposition. Mais l’espace ne la mets pas du tout en valeur.
  • Impression et interprétation Personnelle- Plusieurs éléments semblent disposés de manière un peu gratuite.- J’ai eu le sentiment étrange qu’un spécialiste du domaine verra d’avantage les noms et lesobjets qu’il y manque plutôt que ceux qui y sont présents.- Exposition qui a le cul entre 2 chaises : ne s’adresse ni vraiment pour les scientifiques, nivraiment pour les artistes, ni vraiment pour la masse qui n’y comprends pas grand chose. Aessayer de plaire à un public trop vaste, l’essence de l’exposition s’en trouve appauvri.- Tentative de médiation entre maths et public avec les artistes dans le rôle (plus ou moins réussi)de médiateurs. J’aurai aimé que l’art s’en trouve enrichi.- Finalement cette exposition n’a pas grand chose d’artistique. C’est d’avantage une expositiond’objet, concept, idée issu des mathématiques.- Si l’Art peut paraître chiant au public, cette exposition nous à démontrer que les mathématiqueson ça en commun.
  • Impression et interprétation Personnelle-L’exposition à été pour moi très intéressante, malheureusement, elle reste tout de même décevante parrapportà l’attente qu’elle suscite. En effet, à travers le titre, je pensais qu’elle serait composé d’oeuvres issu desmathématique, que cela aurait été un moyen d’utiliser la puissance des mathématiques pour élaborer desoeuvres complexes et précises tel les fractales. Malheureusement ici, le mélange entre les deux domainesne se ressent pas vraiment. Certaines oeuvres semblent même être tombé ici par hasard, je pense enparticulier à l’installation avec les robots. Peut être que certaines oeuvres ont derrière elles un sensprofond lié aux mathématiques, mais le manque d’accompagnement du spectateur le laisse patauger danstoutes ces installations sans lui transmettre quelque chose. je pense qu’en essayant de vouloir resteraccessible aux deux univers, le résultat à perdu en personnalité, L’exposition est certes plaisante, maiselle manque malheureusement de profondeur, nous laissant un peu sur notre faim.
  • Sources Annexes Les Frères Karamazov de Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski : - Je pense que chacun en ce monde devrait apprendre, avant tout, à aimer la vie. - Aimer la vie plutôt que chercher à la comprendre ? - C’est cela, aimer la vie sans souci de la logique, comme tu l’as dit. C’est ainsi seulement qu’on finit par en découvrir le sens.