Livreblanc virtuel 3 d
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Livreblanc virtuel 3 d

on

  • 2,810 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,810
Views on SlideShare
2,810
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
14
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Livreblanc virtuel 3 d Document Transcript

  • 1. Activités à distance et développement durable Livre blanc Activités à distance et développement durable Un livre blanc qui compare différentes pratiques dactivités à distance au niveau de leur compatibilité avec le développement durable. Dans la vie, il y a deux catégories dindividus : ceux qui regardent le monde tel quil est et se demandent pourquoi; et ceux qui imaginent le monde tel quil devrait être et se disent : pourquoi pas ? George-Bernard SHAWMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 1Rev.19 – version 1.1
  • 2. Activités à distance et développement durable Livre blancSommaireRésumé..................................................................................................................................3Aux origines, lunivers des activités était local.......................................................................4Equilibre et développement durable .....................................................................................5 Objectifs à atteindre...........................................................................................................7 Documents sur le développement durable........................................................................8Technologies de communication et de collaboration.............................................................9 Comparaison sur les critères du développement durable.................................................9 Premières conclusions.......................................................................................................9 Quelques recommandations............................................................................................11 Lieux dactivités et développement durable.....................................................................11 Télétravail et activités à distance.....................................................................................13 Utilisation des espaces virtuels 3D en entreprise............................................................14 Pourquoi un certain attentisme dans ladoption ?...........................................................15Une plateforme logicielle 3D innovante...............................................................................16 Alignement sur le développement durable......................................................................16 Calcul « ROI » (Retour Sur Investissement)...................................................................17Annexe 1 : Introduction aux espaces virtuels 3D................................................................18 Espaces Virtuels 3D ?.....................................................................................................18 Comment fonctionnent-ils ?.............................................................................................18 Comment y accède-t-on ?...............................................................................................20Annexe 2 : Exemple de calcul ROI (Retour Sur Investissement).......................................21 Contexte et hypothèses...................................................................................................21 Résultats..........................................................................................................................21 Extrapolations..............................................................................................................22 Au delà de léconomique.................................................................................................22 En comparant avec les autres types de technologies.....................................................22Michel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 2Rev.19 – version 1.1
  • 3. Activités à distance et développement durable Livre blancRésuméCe début de 21ème siècle se caractérise par un éloignement croissant entre les lieux devie des personnes et leurs espaces de travail (entreprises, collectivités, établissementsdenseignement). Les structures (et leurs gens) sont également de plus en plus« éclatées » géographiquement.Pour être viables et vivables, les activités humaines requièrent un nombre croissant decommunications régulières entre les personnes, incluant notamment des activités decollaboration “à distance” qui devraient se révéler efficaces suivant les dimensionsdu “développement durable” : le social, léconomique et lécologique.Le présent livre blanc aborde cette problématique très actuelle, et qui sintensifie; ilprésente et compare entre elles des directions apportant des « briques de solutions »,pour ce que de plus en plus dentre nous considèrent comme une (triple) crise majeure. Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et il dépendra de nous. Il est moins à découvrir quà inventer. Gaston BergerMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 3Rev.19 – version 1.1
  • 4. Activités à distance et développement durable Livre blancAux origines, lunivers des activités était local Aux origines, les commerçants établissaient leur magasin dans leur propre ville ou village; ils engageaient des travailleurs locaux et vendaient des produits et services, tous conçus localement, ... ils vendaient aux passants. Tout le monde se connaissait. Très sociaux, les gens conversaient beaucoup et fréquemment. Chacun pouvait anticiper les besoins de chacune des autres personnes. Durant les 19ème et 20ème siècles, le local est devenu régional, puis national, et enfin global. Les espaces de travail, les réseaux des vendeurs, les clients, les familles elles-mêmes se sont étendus et ont éclaté de la même façon. Les relations entre personnes sont devenues moins familières, plus distantes, plus impersonnelles, moins fréquentes et plus automatisées. Nous avons commencé à utiliser les technologies pour essayer de résoudre ce problème de distance. Mais les difficultés ont persisté : le téléphone est un appareil assez impersonnel, le voyage aérien nest pas "naturel", il est également onéreux et polluant, le-mail nest pas un moyen de communication "instantané”, le commerce sur internet est anonyme ... la familiarité de lancienne Grand-Rue manque cruellement : aucune technologie na pu bien recréer les sensations des activités locales comme aux origines ! Les technologies actuelles se sont révélées faibles et ce manque se fait sentir .. surtout en cette époque dominée par une triple crise : économique, sociale et écologique .. les trois piliers du développement durable. Nous essayerons de répondre à la question suivante : comment pourrait-on recréer cette interaction inter-personnelle en dépit de la distance en privilégiant ces piliers du développement durable ?Michel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 4Rev.19 – version 1.1
  • 5. Activités à distance et développement durable Livre blancEquilibre et développement durable (Définition) Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Rapport Brundtland, 1987 Piliers du développement durable La clé du développement durable réside dans léquilibre, en fonction des situations, entre trois facteurs dimportances égales : le social, léconomique et lécologique. Nous pouvons évoquer lanalogie dun tabouret à trois pieds : ce dernier a besoin en même temps de tous ses pieds et ils doivent être de même longueur, sinon le tabouret va immédiatement seffondrer. Lanalogie du tabouret à trois pieds implique ici (voir aussi le schéma en page suivante) : • quune société écologique et sociale ne sera ni viable ni équitable sans la composante économique • quune société économique et sociale ne sera ni vivable ni viable sans la composante écologique • quune société économique et écologique ne sera ni vivable ni équitable sans la dimension socialeMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 5Rev.19 – version 1.1
  • 6. Activités à distance et développement durable Livre blanc Ces aspects de “viable”, “vivable” et “équitable” constituent les ingrédients fondamentaux dune civilisation dite “durable”. Ils sont représentés sur le Schéma du Développement Durable ci-dessous. Illustration 1: Schéma du développement durable (source: Wikipédia)Michel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 6Rev.19 – version 1.1
  • 7. Activités à distance et développement durable Livre blancObjectifs à atteindre Etudions maintenant ce schéma du développement durable en le replaçant dans le contexte de nos activités professionnelles, en entreprise ou à distance, avec ses déplacements (pendulaires quotidiens et voyages professionnels). Malgré de nombreuses divergences dopinion, les acteurs des territoires et des entreprises, ainsi que les personnes saccordent sur les objectifs suivants : 1. réduire les coûts de déplacement et de construction, location, occupation et entretien immobiliers (économie) 2. diminuer la production de CO2, les pollutions, la consommation de produits fossiles et naturels ainsi que lurbanisation galopante (écologie) 3. offrir une plus grande flexibilité dans le choix du lieu de travail tout en évitant le temps perdu, le stress, la fatigue ... dûs aux déplacements pendulaires ou professionnels (social) 4. disposer de « lieux » dactivités conviviaux et sociaux (social) qui offrent aussi plus de productivité et de flexibilité grâce à une gamme doutils de travail efficaces (pour assurer communication, information, formation et collaboration) (économie) « Versions » du développement durableMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 7Rev.19 – version 1.1
  • 8. Activités à distance et développement durable Livre blanc Documents sur le développement durable La lecture des articles et rapports suivants est très recommandée pour se familiariser avec la problématique globale et complète du développement durable ou la revoir : • Un bon résumé des principes du développement durable : http://www.isere-agenda21.fr/10254-le-developpement-durable-definition.htm • Développement durable en Europe pour un monde meilleur (Communication de la Commission des Communautés Européennes) : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do? uri=COM:2001:0264:FIN:FR:PDF • Lagenda 21 de la France : http://www.agenda21france.org/ • Les activités de lassociation ACIDD : http://www.acidd.com/ • Agora21 et les « 27 principes de la Déclaration de Rio » : http://wwwv1.agora21.org/rio92/A21_html/Delario/ • La « décroissance soutenable » comme alternative (?) : http://ecolieuxdefrance.free.fr/CONCEPTS/decroissance_soutenable.htmMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 8Rev.19 – version 1.1
  • 9. Activités à distance et développement durable Livre blancTechnologies de communication et de collaboration Ces dernières décennies ont vu fleurir un grand nombre de technologies facilitant la communication et la collaboration à distance (ou en dépit de la distance), et notamment les suivantes : 1. Les transports rapides (plateformes technologiques permettant les situations dites de « face-à-face ») 2. Le téléphone et la conférence téléphonique à plusieurs (audio) 3. La conférence web utilisant un navigateur internet 4. La visioconférence (ou vidéoconférence) 5. La téléprésence 6. Les espaces virtuels 3D immersifs (une introduction se trouve en annexe) Comparaison sur les critères du développement durable Chacune de ces technologies présente ses propres avantages et ses inconvénients. Sur base dun grand nombre darticles et de rapports, ainsi que de rencontres, nous avons comparé certaines dentre-elles en utilisant un ensemble de critères de qualité relatifs aux domaines social, économique et écologique. Les cinq types de technologies comparées sont les suivantes : – FACE A FACE (avec déplacements obligatoires) – VIRTUEL 3D (immersif) – VISIO CONF. (visioconférences et téléprésence) – WEB CONF. (WebEx, Skype, …) – ASYNCHRONE (e-mails et autres médias peu interactifs) A noter que de nombreuses plateformes et produits existent pour les divers types ci- dessus. Comme il est impensable détudier de façon exhaustive chacune des plateformes de ces types, une « moyenne » a été estimée pour chaque type. Premières conclusions 1. Le Face-à-Face reste idéal pour linteractivité, par contre il est devenu très onéreux et dautre part, lorsquil implique des déplacements notoires, il possède des effets négatifs pour lenvironnement 2. Le Virtuel 3D semble représenter un excellent compromis sur lensemble des critères, en remarquant quil peut être relativement peu onéreux, quil est très convivial et quil aide à préserver lenvironnement 3. Les usages asynchrones apparaissent toujours très adaptés à certains usages quotidiens bien particuliersMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 9Rev.19 – version 1.1
  • 10. Activités à distance et développement durable Livre blanc FACE A VISIO ASYN- CRITERES FACE VIRTUEL 3D CONF. WEB CONF. CHRONE Préservation de lenvironnement Limitation des coûts directs et induits Réductions: stress, temps, fatigue,... Ubiquité des échanges Flexibilité de lusage Richesse des outils disponibles Multi-usages simultanés Multi-documents simultanés Efficacité et productivité Interactivité entre participants Engagement et attention des gens Simplicité des réglages Persistance des choses Convivialité et émotions Présence et sensations similaires « Supervisabilité » des personnes Accessibilité et auto- apprentissage Adaptation psychologique et culturelle Source: Internet 3 Solutions SAS Excellent Bon Moyen Faible Très faible Outils et critères de développement durableMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 10Rev.19 – version 1.1
  • 11. Activités à distance et développement durable Livre blanc Voici un tableau comparatif simplifié résumant les résultats de la comparaison : Quelques recommandations 1. Pour préserver lenvironnement, il semble important de limiter le nombre de face-à-face requérant des déplacements 2. En fonction des situations (voir lieux dactivités ci-après) et des contraintes, il semble raisonnable de suggérer une combinaison de plusieurs types de technologies 3. Le Virtuel 3D semble adapté à une véritable approche de développement durable; il parait souhaitable que chaque structure (entreprise, collectivité, établissement denseignement) commence à investiguer un usage ou une expérimentation dans le domaine du Virtuel 3D Lieux dactivités et développement durable Etant donné les premiers résultats de la comparaison, nous avons voulu considérer les deux types de lieux utilisés les plus fréquemment pour le télétravail: le domicile et le télécentre. Une comparaison similaire à la précédente a ainsi été réalisée et apparaît dans un autre tableau en page suivante. Il compare le face-à-face (travail en entreprise) avec le télétravail au domicile et celui en télécentre, chaque fois avec une variante « complément Virtuel 3D » – entendons par là, par exemple, quun télécentre peut, en plus de ses connexions vidéo, donner aussi accès via internet à un espace virtuel immersif 3D; de même cet accès est possible en temps que variante à partie du domicile via une connexion internet type ADSL. Résultat : le télécentre équipé en Virtuel 3D présente les meilleurs résultats au vu de lensemble des critères du développement durable. Pour plus dinformations sur les télécentres et leurs innovations en mode réseau : http://www.actipole21.fr/Michel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 11Rev.19 – version 1.1
  • 12. Activités à distance et développement durable Livre blanc TELECENTRE DOMICILE FACE A TELECENTRE avec outils DOMICILE avec outils CRITERES FACE standard Virtuels 3D standard Virtuels 3D Préservation de lenvironnement Limitation des coûts directs et induits Réductions: stress, temps, fatigue,... Ubiquité des échanges Flexibilité de lusage Richesse des outils disponibles Multi-usages simultanés Multi-documents simultanés Efficacité et productivité Interactivité entre participants Engagement et attention des gens Simplicité des réglages Persistance des choses Convivialité et émotions Présence et sensations similaires « Supervisabilité » des personnes Accessibilité et auto- apprentissage Adaptation psychologique et culturelle Source: Internet 3 Solutions SAS Excellent Bon Moyen Faible Très faible Lieux de travail et développement durableMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 12Rev.19 – version 1.1
  • 13. Activités à distance et développement durable Livre blanc Télétravail et activités à distance En fonction des études, le télétravail en France concernerait entre 6% et 10% des salariés, chiffre faible par rapport à dautres pays (notamment anglo-saxons et scandinaves) mais en constante augmentation. Voici une liste de liens très intéressants à propos du télétravail : • Le site d’information et de référencement d’espaces pour travailleur nomade, par LBMG Worklabs (http://www.lbmg-worklabs.com/), expert du travail à distance et des tiers-lieux, avec des outils innovants pour vous accompagner vers le travail de demain : http://www.neo-nomade.com/ • Pour des informations détaillées sur le Télétravail, nous vous suggérons de parcourir lexcellent Guide du Télétravail : http://www.zevillage.net/pdf/Guide-teletravail-CCI-Gers-Zevillage-2011.pdf • La plateforme de ressources pour le télétravail et sur les TIC : http://www.tntic.com/ • Voici aussi un bon billet de blog concernant le travail : http://www.et-demain.com/2011/04/a-quand-le-teletravail/ • Connaissez-vous les éco-centres 2.0 ? http://www.latribune.fr/green-business/l-actualite/20110429trib000618667/les-eco- centres-2.0-nouvelle-approche-green-du-travail-.html • A propos dun projet de 100 centres de télétravail dans lOise : http://www.leparisien.fr/oise-60/un-projet-de-100-centres-de-teletravail-05-05-2011- 1435438.php • Un excellent rapport denquête sur les activités à distance dans le Sud-Est de la France : http://discotec.univ-lyon3.fr/pdf/DISCOTEC_Premiers_Resultats_01-05-2011.pdf • Le livre vert du SYNTEC mérite dêtre parcouru : http://www.zevillage.net/pdf/100120-SYNTEC-Livre-Vert-Te%CC%81le%CC %81travail-DD-FINAL.pdf • Alors .. où travailler ? Vous trouverez peut-être une réponse en lisant : http://lecercle.lesechos.fr/node/34754Michel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 13Rev.19 – version 1.1
  • 14. Activités à distance et développement durable Livre blanc Utilisation des espaces virtuels 3D en entreprise Les technologies de mondes virtuels connaissent des cycles périodiques de « buzz » (par exemple en 2009) et d « adoption de fond » (comme en 2011). Durant ces dernières années, de nombreuses structures ont commencé à expérimenter le Virtuel 3D et même à mener une partie de leurs activités régulières au sein despaces immersifs en 3D. Parmis les plus connues, citons : • IBM http://www.generation-nt.com/ibm-second-life-mondes-virtuels-persistants-investissement-actualite- 18846.html • Air France-KLM http://www.airfranceklm-sl.com/ • Crédit Agricole http://www.paperblog.fr/631039/conseil-d-administration-credit-agricole-second-life-et-travail- collaboratif/ • Michelin http://www.forrester.com/rb/Research/case_study_michelin_uses_second_life_for/q/id/46085/t/2 • Cap Gemini, L’Oréal, Areva, Unilog et Alstom http://www.jeuxactu.com/article-23052-l-oreal-recrute-sur-second-life-.html • Accenture http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-accenture-recrute-sur-second-life-22929.html • quelques autres aussi connues : Nokia, Toyota, BP, Wells Fargo, Cisco, Sony, Disney, Groupe Generali, Adidaski, US NASAMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 14Rev.19 – version 1.1
  • 15. Activités à distance et développement durable Livre blanc Pourquoi un certain attentisme dans ladoption ? Au niveau des structures, plusieurs raisons expliquent la lenteur dans ladoption du Virtuel 3D en complément des autres technologies et du face-à-face : 1. Laccessibilité : les plateformes Virtuel 3D réellement immersives ne sont pas encore accessibles sur les ordinateurs « bas de gamme » ou un peu anciens. Néanmoins, aujourdhui la situation a bien évolué avec: • la puissance des ordinateurs à prix modéré qui a fortement augmenté et supporte le Virtuel 3D (exemple : portables à 500 € avec carte graphique ATI 1 Go dédié) • les nouvelles cartes graphiques performantes dIntel, compatibles Virtuel 3D • le déploiement de lADSL à travers les territoires (700 Kbits/sec sont suffisants pour le Virtuel 3D) • les plateformes technologiques Virtuel 3D qui sont mieux optimisées Reste quune formation est vivement recommandée avant daccéder à ces espaces dun nouveau type, ce qui permet aussi de configurer et régler les ordinateurs. 2. Labsence détudes ROI (retour sur investissement) pour la justification des projets en espaces virtuels 3D. Dans ce livre blanc, vous trouverez en annexe une courte étude de ce type. 3. Le peu doffres adéquates alignées sur les trois piliers du développement durable. Ce livre blanc voudrait démontrer que certaines offres intéressantes existent maintenant (open source, performantes et fonctionnelles). 4. Les multiples essais dusage des autres types de plateformes collaboratives (conférences visio, vidéo et web) ont consommé beaucoup de temps. Ils se sont souvent révélés plutôt décevants : systèmes peu efficaces, peu interactifs, peu flexibles et … plus onéreux que prévu. 5. La prise de conscience de lampleur de la triple crise du développement durable est récente : chaque jour, des articles indiquent que cette crise samplifie et tout semble indiquer que la tendance risque de perdurer un certain temps. 6. Le sentiment de culpabilité : un sentiment psychologique et culturel de culpabilité existe chez beaucoup dentre nous car le Virtuel 3D présente en surface un caractère ludique (« jouer » par rapport à « travailler »). Le temps passant, ce sentiment a tendance à satténuer avec larrivée des nouvelles générations dans le monde du travail. UNE QUESTION: Faut-il continuer à attendre ?Michel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 15Rev.19 – version 1.1
  • 16. Activités à distance et développement durable Livre blancUne plateforme logicielle 3D innovante Ce chapitre introduit une plateforme logicielle innovante dont une version gratuite est disponible à des fins dévaluation et dexpérimentation. Espace virtuel 3D exemplaire pour les réunions à distance Alignement sur le développement durable Sur base dune plateforme open source en Java créée par Sun Microsystems, Internet 3 Solutions a construit et configuré des espaces multi-usages qui rencontrent les critères du développement durable indiqués dans ce livre blanc. Ces espaces se différencient notablement de ceux appartenant à dautres plateformes par les éléments suivants : • Un réalisme chaleureux (les rendus sont semblables au monde réel, des avatars de qualité peuvent être créés,…) avec contextes culturels • Une richesse fonctionnelle : par exemple, toute application tournant sous Linux y est « partageable » interactivement entre les personnes • Une forte sensation de « présence » (immersion) et de multiples conversations permises pour les interactions informelles • Des coûts acceptables : les espaces utilisent une plateforme open source donc gratuite – seuls les services (le travail/temps passé) sont payants • Une excellente évolutivité, dûe à la modularité de lensemble • Une facilité dusage : par exemple, les documents, images et vidéos peuventMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 16Rev.19 – version 1.1
  • 17. Activités à distance et développement durable Livre blanc être « glissés » directement par les utilisateurs; dautre part aucun téléchargement préalable de logiciel nest requis pour les utilisateurs • Une gouvernance flexible : le système tourne aussi bien sur internet, en intranet et en mode « SaaS » (abonnement au logiciel, plutôt que licence) • Une forte similitude avec le monde réel : en particulier, l« immersion » est renforcée par un son « spatial 3D » de qualité CD entièrement intégré au moteur (et aux applications) de la plateforme i3spaces(tm) : – vers la 3ème génération de linternet, – des espaces conviviaux en 3 dimensions, – alignés sur les 3 piliers du développement durable Calcul « ROI » (Retour Sur Investissement) Les évolutions technologiques rendent aujourdhui possible la création, les opérations et ladministration de tels espaces à un coût bien inférieur à celui des réunions physiques (tenant compte des déplacements correspondants requis) : un retour sur investissement typique pour des espaces de réunions virtuelles est de 2 à 6 mois (voir détails en Annexe). A noter en passant cette étude récente qui rappelle que le coût réel des déplacements professionnels est le plus souvent sous-estimé par les structures : http://entrepreneur.lesechos.fr/entreprise/social/actualites/les-voyages-d-affaires-des-depenses-trop- couteuses-112761.php A VOUS ET A NOUS DE CREER LE FUTUR … CONTACTEZ-NOUS pour des informations, des conseils ou une version gratuite du logiciel i3spaces(tm) contact@internet3solutions.comMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 17Rev.19 – version 1.1
  • 18. Activités à distance et développement durable Livre blancAnnexe 1 : Introduction aux espaces virtuels 3D Espaces Virtuels 3D ? Les espaces Virtuels 3D sont des lieux virtuels de téléactivités : réunions, formations, coordination de projet, télétravail et collaboration à distance. Ils peuvent aussi accueillir dautres activités telles que des expositions, une promotion de lieux et dentreprises, ou la vente de produits et de services. De même, ils permettent aussi laccueil (en virtuel) de visiteurs, par exemple des partenaires et des clients dune entreprise. Comment fonctionnent-ils ? Exemple décran sur espace virtuel de réunion Leur environnement est très convivial, social et semblable aux espaces que chacun aimerait utiliser dans le monde du travail daujourdhui (voir limage ci-dessus). Basé sur des technologies « mondes virtuels » innovantes, ils sont très immersifs de sorte quune réelle émulation peut se mettre en place entre les utilisateurs. Les personnes utilisent un ordinateur avec accès internet (direct, via WiFi ou autre) qui les font « pénétrer » dans le monde virtuel par lintermédiaire de leur « avatar » respectif (la représentation de leur personne au sein du monde virtuel). Les utilisateurs peuvent être physiquement situés ... nimporte où. Bien que certains des utilisateurs soient physiquement dispersés, leurs avatars, eux, sont réunis dans lespace Virtuel 3D et peuvent se comporter à limage desMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 18Rev.19 – version 1.1
  • 19. Activités à distance et développement durable Livre blanc personnes réelles dans un environnement tout aussi réel (par exemple des espaces de bureaux de lentreprise). Les personnes peuvent se réunir, se parler, sécrire et éditer ensemble des documents, … même éventuellement en présence de leur superviseur (présent lui aussi par lintermédiaire de son « avatar »). Dun point de vue technique, un espace Virtuel 3D est géré par une application informatique tournant sur un serveur sécurisé. Le serveur est connecté au réseau public internet ou à lintranet de la structure. Il permet aux utilisateurs daccéder au serveur du monde virtuel via une connexion directe ou ADSL, éventuellement dans un VPN (réseau privé virtuel). Le schéma ci-dessous permet de comprendre cette topologie générique : Topologie générique du virtuel 3DMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 19Rev.19 – version 1.1
  • 20. Activités à distance et développement durable Livre blanc Comment y accède-t-on ? Ces espaces Virtuels 3D sont accessibles à partir dun poste de travail (sous Windows, Linux ou Mac OSx) connecté à Internet avec une liaison de type ADSL (1 Mbits/sec recommandé), depuis la France ou de létranger. Voici quelques exemples de types de points daccès: • le domicile dun particulier • le siège dune TPE/PME • un télécentre • un Espace Public Numérique (EPN) ou une Cyberbase • la filiale distante dune entreprise • une mairie ou le siège dune Communauté de Communes • un « tiers-lieu » avec accès WiFi Interconnexions à un espace virtuel 3DMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 20Rev.19 – version 1.1
  • 21. Activités à distance et développement durable Livre blancAnnexe 2 : Exemple de calcul ROI (Retour SurInvestissement) Contexte et hypothèses Le calcul dun ROI doit tenir compte des trois piliers du développement durable, soit léconomie (usuel dans ce genre détude) mais aussi le social et lécologie. Le référentiel de calcul est donc très important. Dans un premier temps considérons tout dabord les aspects économiques, soit une structure possédant 10 salariés qui participent tous les trimestres à une réunion ou à une formation. Hypothèses de base pour les réunions « en face-à-face » : • la réunion ou la formation dure 2 jours, soit un coût moyen de 200 € pour lhôtel et les 3 repas, par participant • les frais de transport (train-avion-péages-taxi) sont en moyenne de 100 € par participant • pour chaque voyage (de chaque participant), il y a léquivalent dune journée dite « perdue » pour cause de : temps de déplacement, de fatigue et de stress, de préparation, dadministration, et éventuellement de temps de repos nécessaire pour compenser • le coût moyen total pour lentreprise dune personne qui voyage est de lordre de 4.500 € par mois, soit 225 € par jour. Cette estimation tient compte du salaire et des charges sociales patronales • un espace de réunion/formations revient au minimum à 500 € par mois, en tenant compte de la location (ou coût damortissement de lachat), du matériel audiovisuel, du mobilier, de lentretien, du support aux opérations et des taxes éventuelles Hypothèses de base pour les réunions « en virtuel 3D » : • lamortissement comptable dun serveur informatique pour espaces virtuels 3D est denviron 1.000 € par an • le coût moyen de personnalisation dun espace virtuel 3D de réunion pour entreprise ou collectivité est de 2.500 € • les divers services de formations, installation, supports, gestion, mises à niveau, aides à la « sensibilisation » et autre services sont en moyenne de : 10.000 € Résultats GAINS EN REDUCTION DES COUTS (sur une année) : 27.000 € COUTS ESPACES VIRTUELS 3D (sur la 1ère année) : 13.500 € Soit un ROI (retour sur investissement) de SIX MOIS, ou moinsMichel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 21Rev.19 – version 1.1
  • 22. Activités à distance et développement durable Livre blanc Extrapolations Dans la réalité, après une période de découverte, dexpérimentation ou de projet pilote, les espaces virtuels du même serveur peuvent être simultanément utilisés pour dautres usages. Ces derniers incluent : espaces « vitrines » pour lentreprise, « intranet 3D », cockpit ou cellule de crise virtuelle pour la direction, zones virtuelles de télétravail, .. Toutes ces utilisations apportent des bénéfices financiers et sociaux supplémentaires en termes incrémentaux de productivité, de réactivité, de coûts, dimage de lentreprise et de flexibilité en général. Les résultats sont aussi extrapolables en fonction : • du nombre de salariés participant aux réunions et formations (nous avons précédemment choisi le nombre 10, qui correspond à une petite structure) • de la durée et des coûts moyens des évènements (par exemple, les salariés ont tous des budgets formations dans le cadre légal du DIF) • des coûts moyens des personnes pour lentreprise ou la collectivité (par exemple des responsables régionaux ou commerciaux coûtent à lentreprise bien plus de 4.500 € par mois) Pour des entités de plus de 100 personnes (PME de tailles moyennes, entreprises de taille intermédiaire et grandes entreprises) le ROI peut se situer à … 1 ou 2 mois seulement ! Au delà de léconomique Comme nous lavons vu, les avantages des plateformes dactivités à distance se découvrent aussi au delà de la dimension économique : les aspects sociaux et écologiques ont autant dimportance (souvenons-nous des piliers du développement durable et de léquilibre tant souhaité que nécessaire). Ainsi que détaillés dans ce document, les avantages du Virtuel 3D à ces niveaux renforcent dautant plus les résultats de ROI, cette fois en tenant compte des trois dimensions du développement durable. La quantification des impacts sociaux et écologiques étant plus compliquée que pour léconomique, nous suggérons dapprécier ceux-ci dun point de vue qualitatif, humain et ... durable. En comparant avec les autres types de technologies Les espaces virtuels 3D ne constituent pas la seule alternative pour les activités à distance. Néanmoins les tableaux comparatifs de ce livre blanc démontrent quils se positionnent relativement mieux que les autres alternatives (visio, web, …). Cela explique que la comparaison pour le calcul du ROI a été effectuée par rapport au « face-à-face ». En particulier, les espaces virtuels 3D offrent une convivialité, des partages interactifs et une « productivité » inégalables par rapport aux technologies de conférences en ligne (visio, audio, web, téléprésence).Michel DENIS – michel.m.denis@gmail.com Page 22Rev.19 – version 1.1