Enquete teletravail raudin_2011-vers_finale_2_

7,550
-1

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
7,550
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
25
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Enquete teletravail raudin_2011-vers_finale_2_

  1. 1. Le télétravail dans les entreprises Aquitaines : Etat des lieux en juin 2011. Table des matières : I/ Le télétravail en France, entre définition officielle et réalité .................................. p6I.1/ Les grands principes du télétravail ................................................................................. p6I.1.1/ Une pratique durable ...................................................................................................... p7I.1.2/ Une reconnaissance légale depuis 6 ans en France. ...................................................... p9I.1.2.1/ Définition du télétravail reconnue en France. ........................................................... p9I.1.2.2/ Un projet de loi sur le télétravail, moins protecteur, en suspend depuis 2009 ..... p10I.2/ Etat des lieux de la pratique: des estimations variables ............................................... p11I.2.1/ Etat des lieux en France ............................................................................................... p11I.2.2/ Etat des lieux en Aquitaine........................................................................................... p13I.3/ Une pratique de télétravail répandue qui ne dit pas son nom... .................................. p14I.3.1/ Le télétravail informel est partiellement généralisé... ............................................... p14I.3.2/ … mais aussi risqué, à la fois pour les employeurs et pour les salarié(e)s. ............. p14I.3.3/ Travail à distance et temporalités, la question de l’élasticité de la journée de travail. ................................................................................................................................................... p14I.3.3.1/ Où commence le travail ? ......................................................................................... p15I.3.3.2/ Une nécessité professionnelle de réactivité. ............................................................. p15I.3.3.3/ Interpénétration des vies privées-professionnelles : trouver la limite ................... p15I.3.3.4/ Quelques dérapages existent, entre zèle et conscience professionnelle ................. p15I.4/ Un contexte technologique et économique de plus en plus favorable.......................... p15I.4.1/ Le télétravail repose sur les infrastructures et les services du haut et du très haut débit................................................................................................................................................ p16I.4.2/ Un équipement nécessaire de moins en moins coûteux déjà présent dans les entreprises................................................................................................................................................ p16I.4.3/ La volatilité des courts des hydrocarbures : un risque autant pour les entreprises que lesactifs ....................................................................................................................................... p17 II / L’enquête 2011…………………………………………..… p19II.1/ Les PME et les grandes entreprises tertiaires de l’échantillon, en Aquitaine ........... p19II.1.1/ Les établissements enquêtés sur les territoires aquitains ......................................... p19II.1.2/ Localisation et typologie des établissements ayant répondu ................................... p25II.2/ Les résultats de l’enquête.............................................................................................. p29II.2.1/ Le télétravail : une pratique identifiée ...................................................................... p30II.2.2/ Relier qualité de vie et efficacité professionnelle...................................................... p35II.2.2.1/ Une demande salariée croissante en France .......................................................... p37II.2.2.2/ Augmenter le pouvoir d’achat des salarié(e)s sans augmenter le salaire ............ p37II.2.2.3/ Une flexibilité horaire et fréquentielle totale : concilier vies privée et professionnelle................................................................................................................................................ p37II.2.2.4/ Le risque du télétravail à temps complet : le sentiment d’isolement ................... p38II.2.2.5/ Une mauvaise réputation répandue, liée à des abus et des mauvaises pratiques p38II.3/ Télétravailler confère aussi des avantages quant aux conditions de travail ............. p39II.3.1/ Pouvoir se concentrer au calme ................................................................................. p40II.3.2/ Une mission, des objectifs, un délai ........................................................................... p40II.3.3/ Le télétravail aide à l’insertion des travailleurs handicapés ................................... p41 2
  2. 2. II.4/ Près d’un établissement sur deux pourrait télétravailler d’ici 2016 .......................... p41II.4.1/ Un établissement sur quatre ayant répondu pratique le télétravail ....................... p41II.4.2/ Un établissement sur cinq ayant répondu envisage le télétravail d’ici 5 ans au plus tard................................................................................................................................................ p53II.4.3/ Plus de la moitié des établissements n’est pas intéressée par le télétravail ............ p59 III/ Dépasser le télétravail : le travail collaboratif en réseau……………….... p64III.1/ Où télétravailler : télécentre, tiers lieu ou à domicile ?............................................. p64III.1.1/ Le travail collaboratif : vers un réseau économique et social territorial .............. p65III.1.2/ Un réseau de tiers-lieux qui se structure lentement en France .............................. p68III.1.2.1/ L’Aquitaine n’est pas en reste............................................................................... p69III.1.2.2/ Une solution alternative sous employée: les Points d’Accès Publics à Internet . p70III.2/ Ne répondre qu’aux besoins, là où ils sont ................................................................. p74III.2.1/ Trop grand, trop cher, mal identifié, peu d’usagers : le piège de l’effet structurant .................................................................................................................................................. p74III.2.2/ Le tiers-lieu : un outil qui s’inscrit dans une politique territoriale transversale.. p74 Conclusion ……………………………..………………... p76 Annexes ………………...……….…………………….. p79Méthodologie de l’enquête ..................................................................................................... p79Entretiens qualitatifs ............................................................................................................. p85France Télécom - Orange Monsieur Gérard Krebs, Directeur Régional Aquitaine ................. p85Systonic, Monsieur Hervé Berthou, PDG................................................................................ p87Groupe APR, Monsieur Cazes Carrère Philippe Jean Pierre, PSD .......................................... p89Ocuco, Monsieur Eric Huet, Directeur Général France ........................................................... p90Les Graphistes du Libournais, Madame Lucile Aigron entrepreneuse indépendante .............. p93Logica, Monsieur Dominique Achard, Chef de projet informatique ....................................... p95Témésis, Monsieur Elie Sloïm, Directeur ................................................................................ p98 Bibliographie complémentaire ……………………………………….. p101 Remerciements ……………………..………..………………… p103 3
  3. 3. Table des documents :Cartes :Carte 1 : Etablissements tertiaires de plus de 20 salariés en 2011 .......................................... p19Carte 2 : Typologie spatiale des communes d’implantation de ces établissements ................ p20Carte 3 : Implantation des établissements tertiaires aquitains de 20 salariés et plus dans les principalesaires urbaines........................................................................................................................... p21Carte 4 : Infrastructures haut débit et implantation des établissements enquêtés ................... p24Carte 5 : Implantations des répondants à l’enquête ................................................................ p26Carte 6 : Flux intercommunaux d’actifs aquitains (2007) ...................................................... p31Carte 7 : Des PAPI comme tiers-lieux pour capter les flux d’actifs ? .................................... p73Figures :Figure 1 : Les TIC sont au centre du télétravail ....................................................................... p7Figure 2 : Les principes du développement durable ................................................................. p8Figure 3 : Part de la population active salariée pratiquant le télétravail plus de 8 heures par mois(2000-2010)............................................................................................................................. p12Figure 4 : Evolution des prix du baril de pétrole Brent, mai 1987 – janvier 2011 .................. p17Figure 5 : Effectifs des établissements enquêtés en 2011 ....................................................... p25Figure 6 : Effectifs des établissements ayant répondu ............................................................ p27Figure 7 : Type de commune dimplantation des établissements ayant répondu ..................... p27Figure 8 : Vous êtes vous fait une idée sur le télétravail ? ...................................................... p30Figure 9 : Prise en charge des déplacements des salariés (domicile - travail) ......................... p32Figure 10 : Croisement de données : aide aux déplacements des salariés et type de communed’implantation ......................................................................................................................... p33Figure 11 : Durée du trajet domicile-lieu de travail ................................................................ p33Figure 12 : Le télétravail participe-t-il à la fluidification de la circulation routière ? ............. p34Figure 13 : Impact du télétravail sur à la fluidification de la circulation routière ................... p35Figure 14 : Le télétravail améliore-t-il la qualité de vie de vos salariés ? ............................... p36Figure 15 : Croisement de données : le télétravail améliore-t-il la qualité de vie de vos salariés ettypologie spatiale de la commune d’implantation de l’établissement ...................................... p36Figure 16 : Le télétravail améliore-t-il votre image et le contact avec vos clients / partenaires ? .. ................................................................................................................................................ p39Figure 17 : Le télétravail améliore-t-il les objectifs de productivité ? .................................... p40Figure 18 : Le télétravail aide-il à l’emploi de personnes handicapées et à l’insertion professionnelleen général ? ............................................................................................................................. p41Figure 19 : Nombre d’établissements pratiquant le télétravail par département ..................... p42Figure 20 : Effectifs des établissements qui pratiquent le télétravail ...................................... p43Figure 21 : Ancienneté de la pratique du télétravail dans ces établissements ......................... p43Figure 22 : Type de communes et ancienneté du télétravail ................................................... p44Figure 23 : Postes télétravaillés dans les établissements ........................................................ p45Figure 24 : Métiers télétravaillés selon les types d’activités ................................................... p46Figure 25 : Avantages constatés avec le télétravail ................................................................ p47Figure 26 : Nombre de salarié(e)s qui télétravaillent par établissement ................................. p48Figure 27 : Temps télétravaillé ............................................................................................... p48Figure 28 : Croisement de données : type de commune d’implantation et fréquence du télétravail ................................................................................................................................................ p49Figure 29 : Secteurs d’activité et fréquence du télétravail ...................................................... p50Figure 30 : Obstacles rencontrés par activité lors de l’instauration du télétravail ................... p51Figure 31 : Obstacles rencontrés par activité lors de l’instauration du télétravail par secteurs d’activité ................................................................................................................................................ p52Figure 32 : Aide des pouvoirs publics souhaitée .................................................................... p53Figure 33 : Envisagez-vous de pratiquer le télétravail? .......................................................... p54Figure 34 : Effectif des établissements envisageant le télétravail sous 5 ans ou plus tôt ........ p55Figure 35 : Combien de salarié(e)s seraient concerné(e)s ? .................................................... p56Figure 36 : Qu’attendez-vous du télétravail ? ......................................................................... p57Figure 37 : Quels freins pensez-vous rencontrer à la mise en place du télétravail ? ............... p58Figure 38 : Aide escomptée des pouvoirs publics pour soutenir l’adoption du télétravail ....... p59Figure 39 : Salarié(e)s qui pourraient télétravailler dans les établissement ne le voulant pas . p60Figure 40 : Lesquels de vos métiers pourraient-être concernés ?............................................ p60 4
  4. 4. Figure 41 : Quels freins pensez-vous rencontrer à l’adoption du télétravail ? ........................ p62Figure 42 : Aides des pouvoirs publics qui vous feraient considérer le télétravail ................. p63Figure 43 : Modifications organisationnelles découlant du coworking .................................. p67Figure 44 : Plan du télécentre de Sévignacq Meyracq ............................................................ p71Tableaux :Tableau 1 : Part des entreprises qui pratiquent le télétravail en France, janvier 2007 - janvier 2008 (en%) ............................................................................................................................................ p13Tableau 2 : Nombre d’établissements par commune d’implantation ...................................... p22Tableau 3 : Les 28 villes concentrant le plus d’établissements tertiaires (20 salariés et plus) p22Tableau 4 : Importance des 22 premières villes d’accueil de ces établissements dans leur implantationsur la Région ........................................................................................................................... p23Tableau 5 : Implantation des établissements tertiaires de 20 salariés et plus en Aquitaine..... p23Tableau 6 : Concentration spatiale des établissements tertiaires de 20 salariés et plus........... p23Tableau 7 : Nombre d’enquêtés et nombre de réponses dans la Région ................................. p28Tableau 8 : Typologie des répondants (NAF 2008) ............................................................... p28Tableau 9 : Fonction occupée par la personne répondant ....................................................... p29Tableau 10 : Secteurs d’activité pratiquant le télétravail ........................................................ p42Tableau 11 : Typologie des communes où sont implantés ces établissements ....................... p54Tableau 12 : Secteurs d’activités envisageant le télétravail d’ici 5 ans .................................. p55Tableau 13 : Les raisons d’incompatibilités au télétravail exprimées .................................... p61Tableau 14 : Caractéristiques des tiers-lieux ........................................................................... p64Tableau 15 : Tiers-lieux et développement durable................................................................. p66 5
  5. 5. Le télétravail dans les entreprises Aquitaines : Etat des lieux en juin 2011.« Pour la première fois de l’histoire, le travail à accomplir n’est plus lié à un endroit précis. Letravail est devenu quelque chose que l’on accomplit, non un endroit où l’on se rend… ». Gil Gordon1, Québec, 2001. Le télétravail est une organisation du travail issue des Technologies de l’Information et de laCommunication. Il offre une flexibilité du lieu de travail et des horaires pour s’adapter à la vie dusalarié. Loin du phantasme du « travail devant la télé », le télétravail consiste en réalité à faire àdistance la même activité, ponctuellement ou non, à charge de travail égale. Le télétravail est une redéfinition du rapport au travail en se recentrant sur sa source : l’actif. Cette enquête menée par RAUDIN pour la Délégation TIC de la Région Aquitaine cherche àconnaître l’étendue de la pratique du télétravail dans les entreprises aquitaines, et en particulier dansles établissements de PME et de grandes entreprises de 20 salariés et plus. Est-il connu ? Pratiqué ?Quelles formes de télétravail sont mises en place ? Pour quelles personnes et avec quels moyens ? Cet état des lieux de la pratique intervient au moment où la Région met l’accent sur ledéveloppement du numérique, la fin du déploiement du haut débit sur les cinq départements etsupervise la mise en place du très haut débit. I/ Le télétravail en France, entre définition officielle et réalité :I .1/ Les grands principes du télétravail : Ce rapport traite principalement du télétravail salarié. Au-delà des salariés, indépendants,auto entrepreneurs, actifs salariés ou non et inactifs effectuant un travail peuvent intégrer cette pratiquede travail à la condition que ce travail se réalise via un terminal numérique (ordinateur, smartphone,tablette) avec la réception, le traitement et/ou l’envoi du travail réalisé (à des partenaires, fournisseurs,clients, collègues ou supérieurs hiérarchiques). Cette pratique n’est pas liée à un statut spécifique ouun métier mais à sa compatibilité avec les tâches à réaliser. Le télétravail est défini par la réalisation d’un travail à distance des locaux de son employeurou de sa propre société au travers d’un ordinateur et d’outils issus des Technologies de l’Informationet de la Communication (TIC). Pour l’INSEE, « une entreprise pratique le télétravail si elle a despersonnes qui travaillent au moins une demi-journée par semaine en dehors de ses locaux, en ayantaccès au système informatique de l’entreprise par des réseaux électroniques. ». Cette pratique de travail est un accord mutuel réversible entre le salarié et son employeur,basé sur une confiance mutuelle, et où l’actif est volontaire pour cette pratique. Le télétravail est considéré comme le transfert physique de toute ou partie de l’activité d’unactif sur ce dernier, hors des locaux de l’établissement employeur, pour une fréquence temporelled’activité donnée (nombre de jours ou demi-journées dans la semaine ou le mois2). L’un des principaux intérêts du télétravail repose sur la limitation de déplacements domicile-lieu de travail des actifs pour réaliser les mêmes tâches qu’à leur actuel bureau officiel. Il ne semblepas possible de supprimer les déplacements domicile-travail à terme : d’une part le contact humainreste central dans le fonctionnement des relations sociale avec fournisseurs, partenaires et clients ; etd’autre part il y a une vie sociale dans l’entreprise à côté du travail dont dépend la cohésion del’entreprise (sauf cas exceptionnels de relations avec des indépendants à travers le monde). Les TIC (au travers des infrastructures et des fournisseurs de services) émulent ledéplacement physique domicile – lieu de travail une mise en réseau spatiale tendant vers l’ubiquité despersonnes connectées, et une quasi-instantanéité des échanges (oraux ou écrits) grâce au réseau1 Expert et promoteur new-yorkais du télétravail. Citation issue du colloque Du télétravail aux nouvelles formes de travaildans la société de linformation des 15 et 16 mai 2001 à Québec.2 L’enquête considère la pratique au moins une fois par quinzaine de jours. 6
  6. 6. informatique et ses outils/applications. Le lieu de travail devient tout lieu ou l’actif est connecté auréseau, les terminaux numériques comme un ordinateur faisant office de bureau. Un nombre indéfini de collaborateurs peut être instantanément mis en relation parvisioconférence, avec une image webcam haute définition et la qualité sonore d’une communicationtéléphonique, tout en travaillant ensemble sur un même document partagé grâce à des applicationsmétier collaboratives.Figure 1 : Les TIC sont au centre du télétravail C’est en cela que le télétravail est révolutionnaire par rapport à l’idée que l’on se fait dutravail ‘classique’: le travail est une activité de conception et de réalisation, non un lieu où l’on doit serendre.I.1.1/ Une pratique durable. Le télétravail repose sur un projet global qui repose sur les trois piliers du développementdurable: relier le progrès social, économique et le respect de l’environnement. 7
  7. 7. Figure 2 : Les principes du développement durable :Social :  Avec un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle l’actif peut adapter ses horaires à ses besoins et ses obligations privés en interrompant puis en reprenant le travail.  L’actif est moins stressé et fatigué qu’avec un trajet pendulaire. Cela limite le ‘burn out’ et réduit le ‘turn over’.  L’ubiquité permise par les TIC supprime quasiment l’inégalité de mobilité pour des personnes à mobilité réduite. L’entreprise intègre pleinement un actif avec ses compétences malgré la distance.  Le gain de temps de transport devient disponible pour autre chose. L’autonomie du salarié augmente : il gère lui-même sont temps hors de l’établissement.  En cas de pandémie le télétravail est reconnu comme une solution par l’Etat français : « Au plus fort de l’épidémie, pour certains organismes, le travail à distance, dont le télétravail, pourra être une solution intéressante, dans la mesure où il limite les déplacements et les contacts. Il contribue à la poursuite du fonctionnement de l’entreprise, en protégeant des salariés. Il peut aussi constituer une solution intéressante pour des salariés qui, sans être malades, ne pourront pas se rendre à leur travail. »3Economique :  Augmenter la productivité : un actif heureux et au calme est un actif plus productif (des études indiquent parfois 10 à 20 % observés le plus souvent, et jusqu’à plus 50 %4 dans certaines sociétés selon les individus).  Le lien avec l’entreprise peut être maintenu malgré un arrêt (formation, déplacement, congés parental, etc.).  L’augmentation du pouvoir d’achat à salaire égal : consommer moins de carburant grâce à une diminution des trajets professionnels obligatoires, moins de frais de déplacements voire l’inutilité d’un véhicule particulier.  En fonction de la taille des entreprises, une économie d’échelle dans le coût immobilier (mise en place de bureau partagés ou externalisation5 partielle avec une relocalisation plus proche du bureau au domicile des actifs, pour limiter la taille des locaux si augmentation des effectifs ou changer l’affectation de volumes de l’entreprise). Dans le cas d’une grande entreprise on peut envisager la rotation de jours télétravaillés selon les équipes : avec un 2/5 des effectifs éligibles en télétravail du lundi au vendredi, il est possible d’avoir des bureaux pour 3/5 de sa masse salariale. Pascal Rassat 6 estime que par actif il faut compter moins de 1000 € de matériel pour l’équipement de départ (dont un ordinateur portable ; peut-être est-il déjà mis à la disposition3 http://www.grippeaviaire.gouv.fr4 Jusqu’à 20% pour British Télécoms et 50 % pour IBM. Source : Kate Lister, 2010.5 Par « externalisation » on entend la réalisation d’un travail ailleurs que dans les locaux de l’entreprise.6 Pascal Rassat, Méthodologie dintroduction du télétravail pour les organisations publiques, Dossiers d’Experts, TerritorialEditions, 2011. 8
  8. 8. de l’actif). Donc un investissement de départ, vite rentabilisé puisque dès la seconde année les frais de fonctionnement tomberaient à 180 €. En optimisant les choix pour 10 salariés, il estime pouvoir atteindre dès la première année un coût de mise en place de la pratique inférieur à 10 000 € de dépenses pour plus de 19 500 € d’économies dans le budget de fonctionnement d’un établissement public. Seconde année et suivantes : 180 € pour chacun des dix salariés et toujours autant d’économie ; la croissance de l’établissement en effectif ne correspondrait plus avec une croissance égale du nombre de bureaux.Environnement :  Moins de trajets domicile-travail diminuent la pollution et la consommation en carburant pour les sociétés et les salariés. C’est un bon outil pour les Plans de Déplacement d’Entreprises. La diminution de quelques pourcents du nombre de personnes en déplacement peut suffire à fluidifier le trafic routier.  La pratique est compatible avec des logiques de covoiturage au sein de l’entreprise.  Une possible limitation de la consommation en énergie est possible selon la solution adoptée.  De nouveaux lieux de travail en matériaux plus écologiques (antenne de l’entreprise après croissance) ou tiers lieux équipés peuvent être construits à proximité de la demande, et non systématiquement implantés en centre ville d’un pôle urbain ou le long des grands axes routiers. Les nouveaux bâtiments sont aussi plus économiques en énergie. Il n’y a pas de profil type de télétravailleur. Toute personne désireuse de mieux conjuguertemps privés et professionnels est concernée, pourvu que les tâches de son activité soient compatibles.Sont concernées :  Les personnes avec plus d’une heure en déplacement quotidien vers leur lieu de travail.  Les personnes à faible revenus (dont les familles monoparentales).  Les personnes ayant peu de moyens de mobilité (raison économique ou handicap).La hiérarchie doit aussi reconnaître socialement la pratique dans l’établissement. Cette méthode detravail est reconnue officiellement la loi depuis moins de 10 ans en France.I.1.2/ Une reconnaissance légale depuis 6 ans en France. En France le télétravail est définit actuellement par un accord national interprofessionnel de2005.I.1.2.1/ Définition du télétravail reconnue en France : Accord National Interprofessionnel du 19 juillet 2005 sur le télétravail (extraits)Article 1 - Définition« Le télétravail est une forme d’organisation et/ou de réalisation du travail, utilisant les technologiesde l’information dans le cadre d’un contrat de travail et dans laquelle un travail, qui aurait égalementpu être réalisé dans les locaux de l’employeur, est effectué hors de ces locaux de façon régulière.Cette définition du télétravail permet d’englober différentes formes de télétravail régulier répondant àun large éventail de situations et de pratiques sujettes à des évolutions rapides.Elle inclut les salariés « nomades » mais le fait de travailler à l’extérieur des locaux de l’entreprise nesuffit pas à conférer à un salarié la qualité de télétravailleur.Le caractère régulier exigé par la définition n’implique pas que le travail doit être réalisé en totalitéhors de l’entreprise, et n’exclut donc pas les formes alternant travail dans l’entreprise et travail horsde l’entreprise.On entend par télétravailleur, au sens du présent accord, toute personne salariée de lentreprise quieffectue, soit dès lembauche, soit ultérieurement, du télétravail tel que défini ci-dessus ou dans desconditions adaptées par un accord de branche ou dentreprise en fonction de la réalité de leur champet précisant les catégories de salariés concernés. » A cette définition l’accord inclut plusieurs principes essentiels : 9
  9. 9.  L’externalisation de l’activité en télétravail est volontairement choisie en commun accord par l’employeur et la personne salariée, elle ne peut être subite. Cette externalisation est réversible à tout moment par demande de l’une des deux parties. Cela permet une expérimentation au sein de l’établissement avec peu de risques. Et d’éviter des dérives de ‘placardisant’ des salariés.  Le statut et les droits des salariés en télétravail sont les mêmes que pour les non télétravailleurs dans l’entreprise, y comprit l’avancement, la formation, etc. Des avantages supplémentaires liés à cette pratique peuvent exister.  Un avenant au contrat de travail encadre les nouvelles pratiques de travail des télétravailleurs :  Les horaires de travail sont convenus entre les deux parties.  La charge de travail reste identique.  Le matériel est fournit soit par l’employeur soit par le télétravailleur (personnel). Dans les deux cas il est adapté et entretenu par l’employeur. L’employeur a un droit de regard sur ce qui est fait avec son outil de travail.  Les données de l’employeur sont protégées par une ligne sécurisée entre les locaux de l’employeur et le nouveau lieu de travail. Un texte de loi devait être voté en 2009 pour légiférer sur la pratique, proposé par NathalieKosciusko-Morizet7, à la suite du Grenelle de l’Environnement.I.1.2.2/ Un projet de loi sur le télétravail, moins protecteur, en suspend depuis 2009. A titre informatif voici un extrait d’une proposition de loi adoptée en première lecture le 09juin 2009 par l’Assemblée Nationale. Elle reprend largement cet accord interprofessionnel. Ce projetde loi attend toujours son examen par le Sénat ; extraits :« Art. L. 1222-9. - Sans préjudice de lapplication, sil y a lieu, des dispositions du présent codeprotégeant les travailleurs à domicile, le télétravail désigne toute forme dorganisation du travail danslaquelle un travail, qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de lemployeur, est effectuépar un salarié hors de ces locaux de façon régulière et volontaire en utilisant les technologies delinformation dans le cadre dun contrat de travail ou dun avenant à celui-ci.Le télétravailleur désigne toute personne salariée de lentreprise qui effectue, soit dès lembauche, soitultérieurement, du télétravail tel que défini au précédent alinéa.Le refus daccepter un poste de télétravailleur nest pas un motif de rupture du contrat de travail.Le contrat de travail ou son avenant précise les conditions de passage en télétravail et les conditionsde retour à une exécution du contrat de travail sans télétravail.À défaut daccord collectif applicable, le contrat de travail ou son avenant précise les modalités decontrôle du temps de travail. » Cette proposition de loi, en l’état, consiste en un encadrement moins complet de la pratiquepar rapport à l’accord interprofessionnel de 2005. On note, par exemple, que l’on a ‘oublié’ dans laproposition de loi les actifs « nomades » (cadres, commerciaux, relations publiques, etc.) et qu’il n’estnullement indiqué l’application concrète de la pratique en opérationnel : les missions données vont-elles évoluer ; quelle sera la nouvelle charge de travail (objectifs et temps pour les remplir), etc. ? Il n’est plus question des actifs ‘nomades’ du tertiaire, principalement cadres (dont cadressupérieurs) et commerciaux. Les cadres sont plus dans des mobilités ponctuelles, rattachés le plussouvent à un établissement fixe, contrairement aux commerciaux dont l’externalisation est la règle(sauf stratégie spécifique de télémarketing). C’est la partie ‘administrative du commercial’ qui prendsens en télétravail pour ces derniers, tenant plus de la modernisation des outils de travail que de larévolution des pratiques (bilan hebdomadaire / transfert des commandes papier ou numériquestransférés par Internet au à l’employeur). Est-ce la raison pour laquelle le texte de loi n’intègre plus lapratique pour ces actifs ? Quand à la charge de travail, elle reste à la discrétion de l’employeur (ce n’est plus « àcharge de travail égale »), avec la difficulté managériale d’évaluer charge de travail et quantité detemps nécessaire à la réalisation, compte en particulier s’il est principalement qualitatif. Si le temps de7 Secrétaire dÉtat chargée de la Prospective et du Développement de lEconomie Numérique. 10
  10. 10. travail ne se modifie pas, le management par objectif peut augmenter la charge, car non spécifiée dansl’avenant et rendre le temps de travail plus élastique. L’ordre de mission n’est pas obligatoire dans la loi, mais il représente un cadre de sécuritésupplémentaire pour l’employeur et l’employé. A ce jour l’accord national interprofessionnel de 2005 est plus protecteur que ce projet de loipour les salariés comme pour l’employeur. L’adoption du télétravail correspond principalement à des initiatives individuelles directesentre l’actif et son supérieur, sans références à un cadre obligatoire généralisé à l’établissement ou augroupe, s’il n’existe pas d’accord d’entreprise. Il n’est pas conçu en lui même pour être la base d’uneconvention collective de travail, mais du cas par cas. C’est actuellement aux entreprises d’apporter lecadre de sécurité à la pratique. Cette population d’actifs reste statistiquement invisible, connue comme déclarée au seul seinde l’établissement employeur et sans statut propre. Ce qui est regrettable puisque cela empêched’identifier les usagers et de coordonner des politiques publiques et des besoins entrepreneuriauxenvers des actifs aux besoins particuliers, comme une desserte prioritaire en haut ou très haut débit surles territoires ou encore une mutualisation de moyens professionnels (équipements, etc.) comme dansun télécentre (comme c’est le cas dans la commune de Murat dans le Cantal).I.2/ Etat des lieux de la pratique: des estimations variables.L’estimation varie énormément selon les études, et les définitions.I.2.1/ Etat des lieux en France. Le télétravail semble se développer plus lentement en France (seconde courbe en partant dubas sur le graphique) que dans d’autres pays européens. L’estimation est difficile compte tenu del’invisibilité statistique des pratiquants. Les études divergent sur leur nombre : selon le cabinet d’étudeGartner, 8.9% d’actifs pratiqueraient le télétravail en 2010 en France place la France en net retard dedéveloppement par rapport à ses voisins européens sur la base d’un télétravail de plus de 8 heures parmois (par exemple 19.5 % en Allemagne et 22.8% au Royaume-Uni). Cette étude est employée parCentre d’Analyse Stratégique dans son analyse de 2009 8 pour montrer les divergences de résultatsentre les études.8 Centre d’Analyse Stratégique, Le développement du télétravail dans la société numérique de demain, 2009. 11
  11. 11. Figure 3 : Part de la population active salariée pratiquant le télétravail plus de 8 heures par mois (2000-2010) Source : Centre d’Analyse Stratégique, 2009, Le développement du télétravail dans la société numérique de demain. La France est elle si en retard que cela dans l’innovation organisationnelle ? L’INSEErépond que non avec des données de 2007 et 2008 et une définition aussi restrictive que Gartner sur letemps pratiqué: « une entreprise pratique le télétravail si elle a des personnes qui travaillent au moinsune demi-journée par semaine en dehors de ses locaux, en ayant accès au système informatique del’entreprise par des réseaux électroniques. ». L’INSEE considère ainsi dans son enquête un temps depratique estimable entre 8 et 16 heures de télétravail par mois (4 demi-journées par mois). En revanche ce chiffre global ne distingue pas les catégories de salariés et les différencesliées aux métiers ou missions (par comparaison, un assistant de Ressources Humaines, un DirecteurGénéral et un technicien d’exécution technique comme un informaticien). Il faudrait aussi considérer les différences générationnelles d’usages et d’appropriation dunumérique. La génération qui entre sur le marché du travail a grandi avec les réseaux sociaux etl’Internet ; elle risque d’influer fortement sur le nombre d’actifs télétravaillant ou ayant une pratiquede travail proche. 12
  12. 12. Tableau 1 : Part des entreprises qui pratiquent le télétravail en France, janvier 2007 - janvier 2008 (en %) Ensemble Entreprises de Entreprises de Entreprises de 10 à 19 20 à 249 250 salariés ou salariés salariés plus 2007 2008 2007 2008 2007 2008 2007 2008 Commerce, 19 25 13 20 24 29 54 64 dont : commerce 10 16 5 12 14 17 49 62 de détail Industrie (y 17 23 5 11 23 29 66 67 compris IAA et énergie) Services, 12 17 5 12 15 20 55 54 dont : services TIC 45 55 37 48 50 58 79 85 services 44 49 n. s. n. s. 39 44 63 64 financiers autres 18 27 11 21 23 31 58 66 services aux entreprises services 12 22 n. s. n. s. 18 22 n. s. n. s. immobiliers transports 12 17 4 10 15 20 48 52 hôtels et 7 14 4 12 11 16 n. s. n. s. restaurants Construction 6 9 3 6 9 13 53 72 Ensemble 16 22 9 15 21 27 60 65 Source : Insee, Enquêtes TIC 2007 et 2008, statistique publique. En moyenne 22 % des entreprises utilisaient le télétravail en France en 2008 selon l’INSEE.Déjà 16 % en 2007. La pratique serait donc bien plus répandue… Avec de grandes disparités selon lesactivités et la taille des entreprises : 55 % en moyenne dans les services TIC (cœur de métier) et 49 %les services financiers (bureautique), contre 22 % pour les services immobiliers en 2008. L’importance de la pratique varie aussi grandement selon la taille de l’entreprise : près de 15% pour celles de 10 à 19 salariés, 27 % de 20 à 249 salariés er 65% pour les plus de 250 salariés. Laquestion de la taille de l’entreprise entre en ligne de compte lorsqu’il s’agit de dégager les moyens dela pratique (ordinateurs, mise en place de la ligne, etc.) et une grande entreprise peut plus facilementoptimiser ses coûts de fonctionnement qu’une PME (avec parfois de nombreux et grand locaux). Ce qui ne veut pas dire que beaucoup de salariés télétravaillent au sein des établissements.IDC a également rendu une enquête pour Bouygues Télécom en 2011 : 24 % des entreprisesinterrogées9 pratiquent le télétravail ; « pour 81% des entreprises concernées, cette pratique concernemoins de 10% de leurs effectifs ». La proportion d’une moyenne d’un cinquième à un quart desentreprises pratiquant le télétravail semble se confirmer.I.2.2/ Etat des lieux en Aquitaine : La Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques (DARES) 10estimait en 2004 qu’il y avait près de 81 000 télétravailleurs aquitains répartis ainsi :  Salariés : environ 18 000 télétravailleurs à domicile et 50 000 télétravailleurs nomades.  Non salariés : environ 5 000 télétravailleurs à domicile et 8 000 télétravailleurs nomades.9 Entreprises françaises de 50 salariés et plus.10 Source : http://tic.aquitaine.fr 13
  13. 13. En considérant une même population de télétravailleurs en 200711, elle représenterait 6,41 %de la population active (1 276 976 actifs), dont 6,24 % des salarié(e)s (1 090 045 au total) et 6,95 %(186 931 au total) des non salarié(e)s. Il n’y a pas de chiffres plus récents.I.3/ Une pratique de télétravail répandue qui ne dit pas son nom... Selon la catégorie socio professionnelle, le télétravail peut être plus ou moins répandu. Pourles cadres et en particulier les cadres supérieurs, la pratique est quasi quotidienne.I.3.1/ Le télétravail informel est partiellement généralisé... Au-delà du nombre des télétravailleurs correspondant à la définition, il faut ajouter letélétravail dit « gris » ou informel qui se pratique dans une logique de flexibilité du travail à unmoment (ou une période) donné, de façon non encadrée, pour répondre à un besoin ponctuel :maintenir une activité lors d’un déplacement professionnel ou encore d’un imprévu familialempêchant l’actif d’être sur son lieu officiel d’activité. Parfois il s’agit simplement de terminer untravail chez soi puis de l’envoyer pour qu’il soit dans l’entreprise à la première heure le lendemain oule lundi. Pour des familles monoparentales, des femmes enceintes ou avec des enfants en bas âge, laflexibilité de la pratique de travail est une demande à la fois pour leur équilibre familial avec un gainde temps et des dépenses en moins. « Le télétravail n’est pas un réflexe pour les chef d’entreprise etles manageurs 12 […] en partie par les stéréotypes dont il fait l’objet et une perception françaisedifférente des pratiques anglo-saxonne, misant sur la flexibilité. ».I.3.2/ … mais aussi risqué, à la fois pour les employeurs et pour les salarié(e)s. Pour Jean-Claude Barbier, Directeur du travail de l’Unité Territoriale-Direction Régionaledes Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de lEmploi, « Il ny a detélétravail quau sens de laccord national interprofessionnel de 2005. Le contrat ne peut, à mon sens,être modifié par un simple échange avec le supérieur hiérarchique (règle de droit), notammentconcernant le lieu dexercice (élément substantiel dans ce type de travail). Lacceptation ou non dunetelle modification, même temporaire est de la responsabilité de lemployeur et devrait êtreformalisée ». Il est donc pénalement déconseillé de pratiquer une modification de la pratique et du lieu detravail sans avenant au contrat de travail même exceptionnellement (un accord par courriel ou verbalne vaut rien) : il faut formaliser dans un avenant au moins la possibilité de travailler depuis un autrelieu, en le spécifiant. Autrement l’actif n’est pas couvert en cas d’accident et c’est la responsabilité del’employeur qui est engagée.I.3.3/ Travail à distance et temporalités, la question de l’élasticité de la journée detravail : Un autre problème repose sur l’élasticité de la journée de travail. L’accessibilité multimodalecroissante aux applications professionnelles via les TIC (applications métiers, messagerie, redirectiondes appels, etc., disponibles sur plusieurs types d’appareil numériques) permet la continuité del’activité au-delà du lieu physique du bureau. Il est possible de répondre à une demande et limiter letemps de latence entre deux échanges qui seraient strictement effectués pendant les horairesd’ouvertures. En télétravail le problème ne se pose pas, puisque le salarié se connecte et se déconnecteselon ses besoins, tout en continuant le travail parfois en horaires décalés qui lui conviennent mieux.I.3.3.1/ Où commence le travail ? Il existe un problème de définition central entre télétravail et travail « augmenté »/complémentaire. En effet où et quand commence l’activité « travail » (et donc les pratiques, dont letélétravail)? Ainsi le simple fait de consulter et de répondre à ses courriels professionnels ailleurs qu’àson bureau de travail est techniquement une pratique de télétravail ; pourtant cela est souvent11 Source : INSEE, 200712 Marc Ohana, Enseignant Chercheur - Comportement Organisationnel, BEM Bordeaux Ecole de Management. 14
  14. 14. considéré comme une extension de l’activité professionnelle car différent du cœur du métier de l’actif.En ce sens, cette souplesse organisationnelle assimilable à du télétravail partiel est généralisée, bienqu’informelle. Les tâches annexes comme la messagerie, aussi importantes soit-elles, peuvent se pratiquerou poursuivre à côté des horaires de travail. Cela fausse l’identification de la pratique, extrêmementmodulable selon les personnes, les entreprises et les missions.I.3.3.2/ Une nécessité professionnelle de réactivité. Dans une activité économique soumise à la concurrence, répondre de façon pertinente à sesclients avec un minimum de délai devient une obligation. Le téléphone portable de type ‘Smartphone’permet de confondre l’environnement professionnel du bureau avec un autre, proposant notamment lesfonctionnalités de navigation Internet, la lecture et l’émission des courriels par rapport à un téléphoneportable basique. Il s’agit pratiquement d’un mini ordinateur de bureau portable. Répondre à un mailprofessionnel hors de son lieu de travail quasiment en temps réel devient une part nécessaire del’activité. Cette élasticité déborde sur le temps non travaillé.I.3.3.3/ Interpénétration des vies privées-professionnelles : trouver la juste limite. Il en découle une interpénétration de ces deux temps de la vie de l’actif. Selon une enquêtedes Editions Tissot / OpinionWay 13 début 2011, 73 % des cadres français travaillent hors de leurbureau et la moitié dentre eux se connectent pendant leur week-end, 38 % pendant leur RTT, 24 %durant leurs trajets et 26 % pendant leur arrêt maladie. La déconnexion avec le travail n’existe pastoujours. Finir un dossier en l’emportant après le travail pour tenir les délais ou limiter la charge detravail en attente reste une pratique commune. Néanmoins ces débordements sur la sphère privéepeuvent donner le sentiment que la semaine de travail ne se termine jamais, puisque la charge detravail ne cesse de s’accumuler.I.3.3.4/ Quelques dérapages existent, entre zèle et conscience professionnelle. Cette superposition pose déjà des problèmes juridiques dans certains cas, puisque qu’en 2004une cadre salariée a porté plainte contre son employeur pour demander le paiement d’heuressupplémentaires14, car elle a répondu à ses mails professionnels à des heures indues (dans son cas lecourriel de son supérieur est reçu le samedi à 22h30 et elle y répond le dimanche matin à 0h10). La Cour d’Appel de Paris a débouté la salariée qui « a agi de sa propre initiative enchoisissant le jour et lheure des envois de courriel ». Toujours selon les Editions Tissot, ce mêmeproblème se multiplierait aux Etats Unis. La Cour rappelle que répondre aux mails se fait durant lapériode de travail comme le reste de l’activité professionnelle, et que ce temps supplémentaire de‘secrétariat’ ne peut être fait en dehors sauf sur ordre de l’employeur (alors il y a droit à des heuressupplémentaires). Légalement l’élasticité de la journée n’existe pas : le travail commence et se termineà l’heure dite du contrat de travail. Il faut savoir se déconnecter pour ne pas empiéter sur la vie privée. Dans le télétravail, les horaires peuvent fluctuer voire être à la discrétion du salarié, mais ilsdoivent toujours égaux au temps total contractuel mais décalés selon les besoins du salarié et/ou del’employeur. Il faut aussi savoir se ‘déconnecter’ de son métier. Mais avec une charge de travailnormale et un bon management d’accompagnement, ce cas n’est jamais sensé se produire. Cette élasticité du travail est de plus en plus facilitée par les outils professionnels detélécommunication et leur prix constamment à la baisse.13 www.editions-tissot.fr. « Sondage des Editions Tissot réalisé par OpinionWay auprès dun échantillon représentatif de 1154 personnes, salariés du privé ou du public, âgés de 18 ans et plus, du 5 au 13 janvier 2011 ».14 Décision de la Cour d’Appel de Paris le 2 septembre 2010, Laurence Neuer, dans l’article Peu de jurisprudence en France,publié dans Les Echos n° 20796 du 02 Novembre 2010, page 15. 15
  15. 15. I.4/ Un contexte technologique et économique de plus en plus favorable : La question du télétravail, récurrente pour l’aménagement en France, se repose à chaquegrande innovation dans les TIC : la télématique, l’internet pour tous (début des années 90), le hautdébit pour tous (2002 et depuis), et désormais le très haut débit avec la fibre optique jusque dans lesdomiciles (FTTH - Fiber to The Home). Pourtant, la possibilité d’effectuer le même travail en limitantles trajets pour rejoindre le lieu de travail est sous utilisée, avec un vrai potentiel de politique dedéveloppement écologique, économique et social. Le télétravail s’inscrit dans une logique où le travail est considéré en soi partout où il peutêtre réalisé, et non un lieu qu’il faut rejoindre pour faire exister l’activité. L’usage des technologies decommunication permet de s’affranchir de la distance physique, sous forme d’ubiquité, pour échanger,des idées ou des documents. Dossiers et discussions peuvent se réaliser depuis n’importe quelordinateur actuel avec une connexion haut débit de qualité.I.4.1/ Le télétravail repose sur les infrastructures et les services du haut et du très hautdébit. Le télétravail dépend de débits de connexion élevés. En France, est considérée comme « hautdébit » une connexion dont le débit atteint au moins 512 Kbps (Kilobits par seconde). Dans la pratiqueon considère plutôt 2 Mbps (Mégabits par seconde) pour un confort de d’utilisation des services. Les besoins liés à l’activité varient grandement en fonction des outils choisis pour lacommunication : téléphonie, webcam, visioconférence, etc. Ainsi une activité de secrétariat ou detraduction nécessite un débit faible car basé sur la téléphonie et quelques échanges de données defaible taille (quelques Mégaoctets) en mail et pièces jointes, alors qu’une activité basée sur ladématérialisation totale et une visioconférence peut nécessiter un haut débit de 8 minimum à 20 Mbpssymétrique sur des systèmes lourds15 pour un bon confort de travail sans avoir recours au très hautdébit. En Aquitaine, 95 %16 des communes ont accès à du haut débit et la fibre optique se déploiesur tout le territoire comme le veulent les Fournisseurs d’Accès et de Service Internet ainsi que laRégion. Dans un même temps les prix des terminaux diminuent.I.4.2/ Un équipement nécessaire de moins en moins coûteux déjà présent dans lesentreprises. Les entreprises aquitaines sont très bien équipées. En 201017, 98 % des PME et 80 % desTPE étaient équipées d’ordinateurs et 95 % des PME avaient accès au haut débit (63% pour les TPE) ;et la part des entreprises ayant fait l’acquisition de d’équipement ou service informatique a été de 38 %pour la tranche 20-49 salariés, de 33% pour celles de 50 à 99 salariés et de 53 % pour celles de 100salariés et plus. En parallèle les coûts liés aux équipements numériques diminuent chaque année à la foisenraison d’une part de l’obsolescence rapide des produits par une recherche et une innovation constanteréduisant les coûts, et d’autre part en raison de la concurrence effrénée entre les géants du secteur desterminaux (DELL, Apple, Microsoft, Nokia, HP, Samsung, etc.). Le coût de l’abonnement des Smartphones, mini ordinateurs-téléphones, reste plus importantque pour un téléphone portable ‘classique’ en 2010 malgré une baisse de -20% par rapport à 2009, estsupporté par l’employeur comme outil professionnel (162 € en moyenne à l’achat 18 contre 26.7 € pourun portable basique19 ; compter autour d’une centaine d’euros pour les forfaits professionnels). Le prix moyen des ordinateurs portables a baissé « de 860 euros en 2007 à 650 en 200820 ». La gamme de services informatiques pour les entreprises incluent principalement lamessagerie des appels téléphoniques et des courriels ; le réseau virtuel privé (VPN) et son espaced’échange de document comme un bureau virtuel ; les logiciels collaboratifs pour travailler à plusieurssur un document ; les agendas numériques accessibles par plusieurs salariés pour se coordonner ; et15 Pour un usage de bureautique / téléphone, une connexion 2 Mégas suffit.16 Source : AEC, Diagnostique de l’Aquitaine Numérique 2010, aecom.org.17 Source : AEC, Diagnostique de l’Aquitaine Numérique 2010, aecom.org.18 Prix moyen 2010 selon l’ARCEP, article Le smartphone détrône le mobile, site LeParisien.fr, publié le 07 février 2011.N.B : ARCEP : Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes.19 Prix moyen 2010 selon l’ARCEP, article Portable.un forfait moyen de 26,7 EUR par mois, site letelegramme.com, publiéle 07 février 2011.20 Marc Cherki, Boom des ventes de portables en France, lefigaro.fr, publié le 04 août 2008. 16
  16. 16. enfin les services de communication audio et vidéo comme la téléphonie (et les applications pourSmartphones) et la visioconférence. Ne reste que la mise en service de la ligne sécurisée entre l’établissement et le nouveau lieude travail, ainsi que des services au sein de l’entreprise. A cela il faut ajouter une économie potentiellesur les coûts des transports.I.4.3/ La volatilité des courts des hydrocarbures : un risque autant pour les entreprisesque les actifs. Le travail à distance, réduisant les coûts de transport, est suggéré comme une solutiond’avenir en France dès 1978 via la télématique par le rapport d’Alain Minc et Simon Nora 21 quis’inscrit dans une projection des modes de travail dans un avenir postérieur au choc pétrolier de 1973.A nouveau, en 2008, la hausse brutale des hydrocarbures 22 (le baril de pétrole brut dépasse en 2009 les140 $) et la possibilité d’un prix à la pompe de 2 € le litre 23 dans les prochaines années changent ladonne. L’idée du télétravail revient en 2007-2008 comme alternative possible par rapport à uncontexte de crise pétrolière.Figure 4 : Evolution des prix du baril de pétrole Brent, mai 1987 – janvier 2011 Le télétravail réhabilité ainsi la possibilité de limiter les déplacements pendulaires quotidiensdomicile-lieu de travail. D’autant plus que cette pratique du travail conjugue trois projets dedéveloppement économique et social du Développement Durable en France: développement dunumérique, limitation des émissions de gaz à effet de serre (Plan de Déplacement des Entreprises etAdministrations - PDE et PDA) ainsi que l’amélioration de la relation entre vie privée et vieprofessionnelle. Diminuer les déplacements domicile – lieu de travail revient à la fois à une économie pourl’actif et pour l’employeur (voiture de service, voiture personnelle et/ou transports en commun 24 )lorsqu’il participe. Un plein économisé (60 litres) revient à 84 € pour une voiture diesel et 94,8 € 25pour une essence à la fin du mois pour l’actif. Il ne faudrait cependant pas considérer une automaticité des gains et se méfier d’une logiqued’effet structurant. Il n’est pas impossible que sur le temps libéré par le télétravail, l’usager nechoisisse pas de faire des trajets supplémentaires à titre personnel (amener et chercher directement sesenfants à l’école, loisirs, etc.).21 Nora Simon, Minc Alain, 1978 Linformatisation de la société, La Documentation française, Paris22 www.eia.doe.gov23 Christophe de Margerie, PDG de TOTAL, entretien publié dans Le Parisien du 12 avril 2011.24 Source : vosdroits.service-public.fr ; véhicules personnels pour les salariés « dont la résidence habituelle ou le lieu detravail est situé en dehors de la région dIle-de-France et dun périmètre de transports urbains » ; 50% de prise en charge pourles transports en commun..25 Prix moyens observés dans des stations services en juin 2011 dans la CUB : 1.4 €/l de diesel et 1.58 €/l pour de l’essence95 –E10. 17
  17. 17. Le télétravail représente donc une pratique du travail avantageuse si elle est correctementmise en place dans les entreprises aquitaines. Le télétravail est un outil organisationnel basé sur la flexibilité du lieu de travail, lafréquence et les modalités d’usage sont à la discrétion de l’employeur. Après ces éléments de contexte national, quelle est la réalité de la pratique dans lesentreprises aquitaines ? 18
  18. 18. II / L’enquête Note méthodologique : Avec seulement 55 réponses (10 %) des établissements enquêtés, les réponses dessinent unetendance ; les entretiens qualitatifs, en plus d’avoir directement l’avis des entreprises, complètent etnuancent les enquêtes quantitatives. Parmi les établissements ayant répondu, aucune entreprise n’est représentée au travers deplusieurs établissements.II.1/ Les PME et les grandes entreprises tertiaires de l’échantillon, en Aquitaine. La répartition des entreprises tertiaires de 20 salariés et plus dans les cinq départementsaquitains présente de grandes disparités.II.1.1/ Les établissements enquêtés sur les territoires aquitains.Carte 1 : Etablissements tertiaires de plus de 20 salariés en 2011 Deux départements se détachent dans la Région Aquitaine pour l’accueil d’établissementstertiaires d’au moins 20 salariés: la Gironde et les Pyrénées Atlantiques. Dans tous les départements 19
  19. 19. ces établissements sont majoritairement dans les grandes villes, pôles urbains26 territoriaux (à fortedensité urbaine), et leurs couronnes périurbaines (pôle urbain - banlieue27), mais aussi les communesrurales (pôles d’emploi ou non) en moindre nombre.Carte 2 : Typologie spatiale des communes d’implantation de ces établissements. Cette concentration s’observe dans les principales aires urbaines 28 de ces métropolesdépartementales et plus particulièrement dans ces métropoles (la ville ‘centre’) et leur communautéd’agglomération / de communes.26 Terminologie de l’INSEE basée sur la densité urbaine, humaine et l’emploi notamment.27 Le terme ‘banlieue’ correspond dans ce rapport à la terminologie spatiale des communes du RGP 2007 del’INSEE.28 Les aires urbaines et CdC retenues sont les deux plus importantes en population par département et/ou>25 000 habitants pour leur commune principale. 20
  20. 20. Carte 3 : Implantation des établissements tertiaires aquitains de 20 salariés et plus dans les principales aires urbaines.Note : les Communautés de Communes présentées sur cette carte sont celles des deux plus importantes pour leur populationdans le département ou supérieure ou égale à 25 000 habitants pour la commune centrale. La présence d’un plus grand bassin de vie (donc de clients potentiels) et d’emploi peut êtreun facteur explicatif pour des entreprises de services à l’activité locale, régionale mais aussi parfoisnationale et internationale. Une des explications auxquelles il faut ajouter les stratégies depositionnement spatial avec la concentration en équipements de dernière génération (comme la fibreoptique sur la CUB et l’agglomération paloise). La mise en place de services à distances (e-commerce, télétravail, etc.) peut néanmoinsrelativiser ces conclusions, pour les entreprises dont le métier est la conception-réalisation de servicesnumériques en particulier, le travail pouvant être délocalisé physiquement vers des actifs ou unétablissement métriquement plus éloignés, mais ubiquistes par leur présence sur l’internet. Ces établissements sont géographiquement concentrés. 21
  21. 21. Tableau 2 : Nombre d’établissements par commune d’implantation. Nombre détablissements Nombre de communes Rang régional Plus de 100 1 1 Plus de 50 0 - Plus de 40 1 2 Plus de 30 0 - Plus de 20 2 3 Plus de 10 6 4 De 5 à 10 17 5 De 2 à 4 38 6 Un seul 98 7 Source : Fichier DIANE, DTIC 2011Tableau 3 : Les 28 villes concentrant le plus d’établissements tertiaires (20 salariés et plus)*: Ville Département Nombre Rang régional Bordeaux Gironde 102 1 Mérignac Gironde 44 2 Pessac Gironde 25 3 Pau Pyrénées Atlantiques 23 3 Bruges Gironde 14 4 Bayonne Pyrénées Atlantiques 13 4 Floirac Pyrénées Atlantiques 11 4 Mont-de-Marsan Landes 11 4 Anglet Gironde 11 4 Cenon Pyrénées Atlantiques 10 4 Biarritz Gironde 9 5 Artigues-Près-de-Bordeaux Gironde 8 5 Bègles Gironde 8 5 Périgueux Gironde 7 5 Gradignan Dordogne 7 5 Le Bouscat Gironde 7 5 Serres-Castet Pyrénées Atlantiques 6 5 Lons Pyrénées Atlantiques 6 5 Villeneuve-sur-Lot Lot-et-Garonne 6 5 Dax Landes 6 5 Libourne Gironde 6 5 Eysines Gironde 6 5 Saint-Jean-de-Luz Pyrénées Atlantiques 5 5 Bidart Pyrénées Atlantiques 5 5 Saint-Jean-dIllac Gironde 5 5 Canéjan Gironde 5 5 Bergerac Dordogne 5 5 *liste exhaustive des villes avec au moins 5 établissements de 20 salariés et plus selon le fichier DIANE. Source : Fichier DIANE, DTIC 2011 22
  22. 22. Parmi les 28 villes accueillant le plus de ces établissements tertiaires, quatre dominent :Bordeaux, Mérignac, Pau et Pessac, avec plus de 20 établissements chacune. Ces établissements sont concentrés en Gironde, notamment la Communauté UrbaineBordelaise (CUB) et dans les Pyrénées Atlantiques (P-A) (à Pau et dans la Communauté deCommunes du BAB, Bayonne-Anglet-Biarritz). Le reste des communes comporte au maximum 7établissements.Tableau 4 :Importance des 22 premières villes d’accueil de ces établissements dans leur implantation sur la Région. Nombre détablissements Total des 5 premiers rangs régionaux Total départemental tertiaires (20 salariés et plus) Nombre % Nombre % Départements Dordogne 12 3,39% 33 5,97% Gironde 261 73,73% 343 62,03% Landes 17 4,80% 43 7,78% Lot-et-Garonne 6 1,69% 34 6,15% Pyrénées Atlantiques 78 22,03% 120 21,70% Aquitaine 374 100,00% 573 100,00% Source : Fichier DIANE, DTIC 2011Tableau 5 : Implantation des établissements tertiaires de 20 salariés et plus en Aquitaine. Nombre détablissements Total par département (Dep) Dont principales Dont principales tertiaires (20 salariés et plus) aires urbaines (AU) CdC Départements Dordogne 33 22 20 Gironde 343 321 299 Landes 43 25 24 Lot-et-Garonne 34 23 23 Pyrénées Atlantiques 120 97 96 Aquitaine 573 488 462 Source : Fichier DIANE, DTIC 2011 Les établissements tertiaires de 20 salariés et plus sont implantés dans les plus grandescommunautés de communes des départements ; plus principalement en Gironde (343) et dans les P-A(120). Les trois autres départements sont loin derrière avec entre 33 et 43 établissements tertiaires deplus de 20 salariés.Tableau 6 : Concentration spatiale des établissements tertiaires de 20 salariés et plus. Concentration spatiale Rapport AU / Dep Rapport CdC / Dep Rapport CdC / AU Départements Dordogne 66,67% 60,61% 90,91% Gironde 93,59% 87,17% 93,15% Landes 58,14% 55,81% 96,00% Lot-et-Garonne 67,65% 67,65% 100,00% Pyrénées Atlantiques 80,83% 80,00% 98,97% Aquitaine 85,17% 80,63% 94,67% Source : Fichier DIANE, DTIC 2011 Ces établissements sont concentrés dans les deux plus importantes aires urbaines et plusprécisément dans les périmètres restreins des Communautés de Communes : à 85,17% dans les airesurbaines et 80 % dans la communauté de commune de la ville la plus importante de l’aire urbaine 29.29 Pour le BAB on considère les trois communes ensembles. 23
  23. 23. Pour les départements, les Landes (présentant le moins de concentration) ces établissementsrestent néanmoins localisés à plus de 58% dans les deux plus importantes aires urbaines ; et plus de60% sont implantés dans les deux plus importantes CdC des Landes. La CUB, macrocéphale,concentre à elle seule plus de 87 % des établissements girondins de 20 salariés et plus). Dans les départements plus ruraux (Dordogne, Landes, Lot-et-Garonne) la concentration encommunautés de communes ne dépasse pas les 67%. Moins nombreuses, elles sont aussi mieuxréparties sur les territoires. De plus tous ces établissements sont implantés dans une commune où le haut débit estprésent (offre DSL 2Mbits/s symétriques). Seulement 10% des établissements sont implantés dans descommunes sans tripleplay; 5% dans des communes sans 3G.Carte 4 : Infrastructures haut débit et implantation des établissements enquêtés. 24
  24. 24. Seulement 23 établissements sur 578 sont implantés dans des communes sans couverture 3G.Les infrastructures et les services accessibles dans les grandes villes et leurs communautés decommunes sont un des facteurs d’implantation. Dans le cadre du télétravail, c’est la qualité de ceséquipements détermine la faisabilité de la pratique (la création d’une connexion de qualité entrel’établissement et le nouveau lieu de travail). L’extrême concentration territoriale à plus de 90% de ces établissements dans les villescentrales des Communautés de Communes des pôles urbains est significative de la polarisation desactivités au détriment du reste du département, et indique des stratégies de positionnement dans lesplus importants bassins économiques. On peut parler de fracture territoriale pour ces PME et cesgrandes entreprises dans leur implantation entre les métropoles départementales et le reste duterritoire. Les établissements enquêtés sont principalement des PME de moins de 100 salariés, 394 sontdes entités de 20 à 49 salariés et une centaine d’autres de 50 à 99 salariés. 20 établissements ont plusde 200 salariés et un peu moins en ont plus de 1000. Pour certains il n’a pas été possible de connaîtrece nombre.Figure 5 : Effectifs des établissements enquêtés en 2011 400 380 360 340 320 300 Nombre détablissements 280 260 240 220 200 180 160 140 120 100 80 60 40 20 0 1à9 10 à 19 20 à 49 50 à 99 100 à 199200 à 499 Plus de Inconnu 1000 Effectifs des établissements enquêtésII.1.2 Localisation et typologie des établissements ayant répondu : 55 établissements ont répondus à l’enquête, 50 appartenaient à l’échantillon initial des 573établissements, et 5 établissements se sont rajoutés pour 55 réponses sur 578 établissements : 25
  25. 25. Carte 5 : Implantations des répondants à l’enquête. Elles sont principalement implantées dans des communes de banlieue des grands pôlesurbains (première couronne avec 26 établissements) et dans les villes centres pôles urbains (19). Deuxétablissements sont implantés dans les territoires périurbains. En zone rurale, trois sont implantés dansdes communes rurales - pôles d’emplois, et cinq se trouvent dans des communes rurales ‘autres’. Ces établissements sont surtout des PME de 20 à 49 salariés (34/55) mais presque toutes lestailles d’établissements sont représentées. 26
  26. 26. Figure 6 : Effectifs des établissements ayant répondu. 40 35 Nombre détablisseements 30 25 20 15 10 5 0 1à9 10 à 19 20 à 49 50 à 99 100 à 199 200 à 499 Plus de Inconnu 1000 Effectifs des établissements enquêtés Source : Enquête RAUDIN –DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 L’implantation de ces établissements est très majoritairement urbaine mais une dizaine aumoins est localisée dans des communes rurales.Figure 7 : Type de commune dimplantation des établissements ayant répondu 30 Nombre détablisseements 25 20 15 10 5 0 Typologie spatiale de la commune dimplantation Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE NAF 2008 27
  27. 27. Tableau 7 : Nombre d’enquêtés et nombre de réponses dans la Région. Source : Enquête RAUDIN –DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Peu d’établissements se sentent concernées par la question. Les réponses se situent autour de10 % de l’échantillon enquêté. Quantitavement, l’échantillon est moins élevé que souhaité maisqualitativement, les secteurs représentés sont variés : administration / gestion, bureaux d’étude,commerce, comptabilité / finance, création artistique, informatique, services aux entreprises, servicesaux particuliers, recherche.Tableau 8 : Typologie des répondants (NAF 2008).NAF 2008 - labellisation niveau 2 Nombre10-Agro-industrie 136-Captage, traitement et distribution deau 141-Promotion immobilière de logements 142-Construction (routes et autoroutes) 146-Commerce de gros (commerce interentreprises) de boissons/ Agro industrie 258-Édition de livres et périodiques et autres activités dédition 461-Télécommunications 162-Programmation, conseil et autres activités informatiques 763-Traitement de données, hébergement et activités connexes, portails de site 164-Intermédiation monétaire 368-Location et exploitation de biens immobiliers propres ou loués 269-Activités juridiques et comptables 470-Activités des sièges sociaux et conseil de gestion 171-Activités darchitecture et dingénierie ou de contrôle et analyses 1072-Recherche-développement en sciences 174-Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques n.c.a. 278-Activités des agences de travail temporaire et ressources humaines 180-Activités de sécurité 281-Nettoyage courant des bâtiments, désinfection, dératisation, etc. 482-Activités administratives, centres dappels et Activités de soutiens n.c.a. 385-Enseignement 290-Autre création artistique 1Total 55 Les établissements les plus représentés sont ceux des secteurs darchitecture – ingénierie, decontrôle -analyses et de programmation. 28
  28. 28. Pour les établissements qui ont souhaité communiquer sur la question les réponses sontmajoritairement celles des dirigeants de ces établissements (Présidents, Directeurs, Chefsd’entreprises/Gérant(e)s). Cela démontre une préoccupation pour la question de la part des entrepriseslorsqu’il y a réponse.Tableau 9 : Fonction occupée par la personne répondant. Fonction occupée par la personne répondant Nombre Assistante administrative. 1 Assistante de direction 1 Associé-gérant 1 Attachée de direction 1 Auto-entrepreneur 1 Chargée de RH 1 Chef dentreprise / Gérant(e) 14 Contrôle de Gestion 1 D.A.F 2 Directeur 2 Directeur Général 3 Directeur Général - Président du Directoire 1 Directeur Régional 1 Direction 1 DRH 3 PDG 5 Président 4 Président du CA 1 RAF 1 Responsable administrative et financière 2 Responsable des relations extérieures, chef de projet PDE 1 Responsable financier 5 Responsable Pôle Ressource et Communication 1 Secrétariat Général 1 Source : Enquête RAUDIN –DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011II.2 Les résultats de l’enquête: Pour près de un employeur sur cinq (21/55), la formule qui définit le mieux le télétravail estun « contrat de confiance partagée ». 29
  29. 29. II.2.1/ Le télétravail : une pratique identifiée. Le télétravail est connu de plus de 8 établissements sur 10, 3 établissements sur 10 en ontune idée précise mais reste assez approximative pour 1 sur 2.Figure 8 : Vous êtes vous fait une idée sur le télétravail? 30 25 Nombre de réponses 20 15 10 5 0 Oui, précise. Oui, approximative. Non ou très peu. Ne sais pas Réponses Source : Enquête RAUDIN –DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 L’existence de la pratique est donc connue dans l’ensemble, bien qu’un établissement sur six(9/55) déclare ne pas avoir une bonne connaissance de la pratique. Ces derniers sont des établissements d’intermédiation monétaire et d’activités darchitectureet dingénierie (deux dans chacun des cas), puis 1 établissement pour les secteurs de comptabilité, depromotion immobilière de logements, de sécurité, d’enseignement (sportif) et un laboratoired’analyses techniques. Ils sont principalement dans les grands pôles urbains (4/9) et les communes dePôle urbain - banlieues (3/9) de ces pôles (départements de Gironde et des P-A). Ces établissementssont surtout petits et comprennent un établissement de 73 salariés, deux d’une cinquantaine, et six demoins de 35 salariés.La question du télétravail, dont le but est de réduire les déplacements quotidiens, se pose dansl’entreprise pour une éventuelle participation aux frais de déplacements et au-delà, par rapport à lasaturation des grands pôles urbains par les flux pendulaires d’actifs.En 2007 30 , 1 236 611 actifs se sont déplacés vers et/ou dans la seule Communauté UrbaineBordelaise pour travailler dans une autre commune que celle où ils résident. Parmi ceux-là:  257 680 actifs habitaient la CUB  978 931 actifs venaient d’en dehors de la CUB, saturant le réseau routier sur les plages horaires de flux pendulaires.Les embouteillages se forment désormais en amont des pôles urbains dès l’entrée sur les axes qui lespénètrent. Le télétravail propose de réduire les flux en les captant dès leurs origines, plutôt qued’agrandir les infrastructures pour accueillir toujours plus de flux. Sachant que les transports enAquitaine représentent 30 % de la consommation d’énergie finale (source : Région).30 Source : INSEE 2007 Table de mobilités (RGP). 30
  30. 30. Carte 6 : Flux intercommunaux d’actifs aquitains (2007). Note : les flux de moindre importance ne sont pas représentés par soucis de lisibilité. Les pics pendulaires de trafic, sources de ralentissements, correspondent, à l’arrivée vers lelieu de travail et son départ le soir ; la saturation commence dès l’arrivée sur les axes qui pénètrentdans les pôles urbains. 73% des actifs français quittent leur commune de résidence pour travailler(INSEE 2004). Ces déplacements posent problème sur la CUB, avec une rocade saturée le matin dès7h30 et le soir à partir de 17h30 pendant deux heures consécutives. Même chose pour les transports encommun : par exemple la ligne B du Tram de la CUB est saturée aux mêmes horaires. La volonté depasser le cap du million d’habitants risque de faire empirer la situation si des solutions ne sont pastrouvées d’ici 203031.31 Bernard Broustet, Cub : un million dha, journal sudouest.fr, publié le 29 novembre 2010. 31
  31. 31. Cet exemple se retrouve en semaine dans les autres grandes villes aquitaines (Pau, au BAB,Agen, Dax, etc.) avec une mobilité intercommunale dans les pôles urbains de banlieue à banlieue etdes flux d’entrée sur le pôle urbains depuis les territoires périphériques, périurbains et ruraux. Les coûts en transports publics que les communes doivent supporter sont aussi basés sur cespics. ‘Lisser’ ces pics de déplacements pendulaires avec un système de rotation et de d’horairesd’arrivée au travail décalés pourrait aider à les absorber ; tout en optimisant les réseaux de transport encommun, avec une diminution des rames de bus ou tram non nécessaires, transport alternatif, oudessertes supplémentaires à budget égal. Et plus de deux établissements sur cinq participent aux trajets domicile-lieu de travail dansles pôles urbains.Figure 9 : Prise en charge des déplacements des salariés (domicile - travail) 30 Nombre de réponses 25 20 15 10 5 0 Oui Non Ne sais pas Réponses Source : Enquête RAUDIN –DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 32

×