• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Enquete teletravail raudin_2011-vers_finale_2_
 

Enquete teletravail raudin_2011-vers_finale_2_

on

  • 1,082 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,082
Views on SlideShare
1,082
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
23
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Enquete teletravail raudin_2011-vers_finale_2_ Enquete teletravail raudin_2011-vers_finale_2_ Document Transcript

    • Le télétravail dans les entreprises Aquitaines : Etat des lieux en juin 2011. Table des matières : I/ Le télétravail en France, entre définition officielle et réalité .................................. p6I.1/ Les grands principes du télétravail ................................................................................. p6I.1.1/ Une pratique durable ...................................................................................................... p7I.1.2/ Une reconnaissance légale depuis 6 ans en France. ...................................................... p9I.1.2.1/ Définition du télétravail reconnue en France. ........................................................... p9I.1.2.2/ Un projet de loi sur le télétravail, moins protecteur, en suspend depuis 2009 ..... p10I.2/ Etat des lieux de la pratique: des estimations variables ............................................... p11I.2.1/ Etat des lieux en France ............................................................................................... p11I.2.2/ Etat des lieux en Aquitaine........................................................................................... p13I.3/ Une pratique de télétravail répandue qui ne dit pas son nom... .................................. p14I.3.1/ Le télétravail informel est partiellement généralisé... ............................................... p14I.3.2/ … mais aussi risqué, à la fois pour les employeurs et pour les salarié(e)s. ............. p14I.3.3/ Travail à distance et temporalités, la question de l’élasticité de la journée de travail. ................................................................................................................................................... p14I.3.3.1/ Où commence le travail ? ......................................................................................... p15I.3.3.2/ Une nécessité professionnelle de réactivité. ............................................................. p15I.3.3.3/ Interpénétration des vies privées-professionnelles : trouver la limite ................... p15I.3.3.4/ Quelques dérapages existent, entre zèle et conscience professionnelle ................. p15I.4/ Un contexte technologique et économique de plus en plus favorable.......................... p15I.4.1/ Le télétravail repose sur les infrastructures et les services du haut et du très haut débit................................................................................................................................................ p16I.4.2/ Un équipement nécessaire de moins en moins coûteux déjà présent dans les entreprises................................................................................................................................................ p16I.4.3/ La volatilité des courts des hydrocarbures : un risque autant pour les entreprises que lesactifs ....................................................................................................................................... p17 II / L’enquête 2011…………………………………………..… p19II.1/ Les PME et les grandes entreprises tertiaires de l’échantillon, en Aquitaine ........... p19II.1.1/ Les établissements enquêtés sur les territoires aquitains ......................................... p19II.1.2/ Localisation et typologie des établissements ayant répondu ................................... p25II.2/ Les résultats de l’enquête.............................................................................................. p29II.2.1/ Le télétravail : une pratique identifiée ...................................................................... p30II.2.2/ Relier qualité de vie et efficacité professionnelle...................................................... p35II.2.2.1/ Une demande salariée croissante en France .......................................................... p37II.2.2.2/ Augmenter le pouvoir d’achat des salarié(e)s sans augmenter le salaire ............ p37II.2.2.3/ Une flexibilité horaire et fréquentielle totale : concilier vies privée et professionnelle................................................................................................................................................ p37II.2.2.4/ Le risque du télétravail à temps complet : le sentiment d’isolement ................... p38II.2.2.5/ Une mauvaise réputation répandue, liée à des abus et des mauvaises pratiques p38II.3/ Télétravailler confère aussi des avantages quant aux conditions de travail ............. p39II.3.1/ Pouvoir se concentrer au calme ................................................................................. p40II.3.2/ Une mission, des objectifs, un délai ........................................................................... p40II.3.3/ Le télétravail aide à l’insertion des travailleurs handicapés ................................... p41 2
    • II.4/ Près d’un établissement sur deux pourrait télétravailler d’ici 2016 .......................... p41II.4.1/ Un établissement sur quatre ayant répondu pratique le télétravail ....................... p41II.4.2/ Un établissement sur cinq ayant répondu envisage le télétravail d’ici 5 ans au plus tard................................................................................................................................................ p53II.4.3/ Plus de la moitié des établissements n’est pas intéressée par le télétravail ............ p59 III/ Dépasser le télétravail : le travail collaboratif en réseau……………….... p64III.1/ Où télétravailler : télécentre, tiers lieu ou à domicile ?............................................. p64III.1.1/ Le travail collaboratif : vers un réseau économique et social territorial .............. p65III.1.2/ Un réseau de tiers-lieux qui se structure lentement en France .............................. p68III.1.2.1/ L’Aquitaine n’est pas en reste............................................................................... p69III.1.2.2/ Une solution alternative sous employée: les Points d’Accès Publics à Internet . p70III.2/ Ne répondre qu’aux besoins, là où ils sont ................................................................. p74III.2.1/ Trop grand, trop cher, mal identifié, peu d’usagers : le piège de l’effet structurant .................................................................................................................................................. p74III.2.2/ Le tiers-lieu : un outil qui s’inscrit dans une politique territoriale transversale.. p74 Conclusion ……………………………..………………... p76 Annexes ………………...……….…………………….. p79Méthodologie de l’enquête ..................................................................................................... p79Entretiens qualitatifs ............................................................................................................. p85France Télécom - Orange Monsieur Gérard Krebs, Directeur Régional Aquitaine ................. p85Systonic, Monsieur Hervé Berthou, PDG................................................................................ p87Groupe APR, Monsieur Cazes Carrère Philippe Jean Pierre, PSD .......................................... p89Ocuco, Monsieur Eric Huet, Directeur Général France ........................................................... p90Les Graphistes du Libournais, Madame Lucile Aigron entrepreneuse indépendante .............. p93Logica, Monsieur Dominique Achard, Chef de projet informatique ....................................... p95Témésis, Monsieur Elie Sloïm, Directeur ................................................................................ p98 Bibliographie complémentaire ……………………………………….. p101 Remerciements ……………………..………..………………… p103 3
    • Table des documents :Cartes :Carte 1 : Etablissements tertiaires de plus de 20 salariés en 2011 .......................................... p19Carte 2 : Typologie spatiale des communes d’implantation de ces établissements ................ p20Carte 3 : Implantation des établissements tertiaires aquitains de 20 salariés et plus dans les principalesaires urbaines........................................................................................................................... p21Carte 4 : Infrastructures haut débit et implantation des établissements enquêtés ................... p24Carte 5 : Implantations des répondants à l’enquête ................................................................ p26Carte 6 : Flux intercommunaux d’actifs aquitains (2007) ...................................................... p31Carte 7 : Des PAPI comme tiers-lieux pour capter les flux d’actifs ? .................................... p73Figures :Figure 1 : Les TIC sont au centre du télétravail ....................................................................... p7Figure 2 : Les principes du développement durable ................................................................. p8Figure 3 : Part de la population active salariée pratiquant le télétravail plus de 8 heures par mois(2000-2010)............................................................................................................................. p12Figure 4 : Evolution des prix du baril de pétrole Brent, mai 1987 – janvier 2011 .................. p17Figure 5 : Effectifs des établissements enquêtés en 2011 ....................................................... p25Figure 6 : Effectifs des établissements ayant répondu ............................................................ p27Figure 7 : Type de commune dimplantation des établissements ayant répondu ..................... p27Figure 8 : Vous êtes vous fait une idée sur le télétravail ? ...................................................... p30Figure 9 : Prise en charge des déplacements des salariés (domicile - travail) ......................... p32Figure 10 : Croisement de données : aide aux déplacements des salariés et type de communed’implantation ......................................................................................................................... p33Figure 11 : Durée du trajet domicile-lieu de travail ................................................................ p33Figure 12 : Le télétravail participe-t-il à la fluidification de la circulation routière ? ............. p34Figure 13 : Impact du télétravail sur à la fluidification de la circulation routière ................... p35Figure 14 : Le télétravail améliore-t-il la qualité de vie de vos salariés ? ............................... p36Figure 15 : Croisement de données : le télétravail améliore-t-il la qualité de vie de vos salariés ettypologie spatiale de la commune d’implantation de l’établissement ...................................... p36Figure 16 : Le télétravail améliore-t-il votre image et le contact avec vos clients / partenaires ? .. ................................................................................................................................................ p39Figure 17 : Le télétravail améliore-t-il les objectifs de productivité ? .................................... p40Figure 18 : Le télétravail aide-il à l’emploi de personnes handicapées et à l’insertion professionnelleen général ? ............................................................................................................................. p41Figure 19 : Nombre d’établissements pratiquant le télétravail par département ..................... p42Figure 20 : Effectifs des établissements qui pratiquent le télétravail ...................................... p43Figure 21 : Ancienneté de la pratique du télétravail dans ces établissements ......................... p43Figure 22 : Type de communes et ancienneté du télétravail ................................................... p44Figure 23 : Postes télétravaillés dans les établissements ........................................................ p45Figure 24 : Métiers télétravaillés selon les types d’activités ................................................... p46Figure 25 : Avantages constatés avec le télétravail ................................................................ p47Figure 26 : Nombre de salarié(e)s qui télétravaillent par établissement ................................. p48Figure 27 : Temps télétravaillé ............................................................................................... p48Figure 28 : Croisement de données : type de commune d’implantation et fréquence du télétravail ................................................................................................................................................ p49Figure 29 : Secteurs d’activité et fréquence du télétravail ...................................................... p50Figure 30 : Obstacles rencontrés par activité lors de l’instauration du télétravail ................... p51Figure 31 : Obstacles rencontrés par activité lors de l’instauration du télétravail par secteurs d’activité ................................................................................................................................................ p52Figure 32 : Aide des pouvoirs publics souhaitée .................................................................... p53Figure 33 : Envisagez-vous de pratiquer le télétravail? .......................................................... p54Figure 34 : Effectif des établissements envisageant le télétravail sous 5 ans ou plus tôt ........ p55Figure 35 : Combien de salarié(e)s seraient concerné(e)s ? .................................................... p56Figure 36 : Qu’attendez-vous du télétravail ? ......................................................................... p57Figure 37 : Quels freins pensez-vous rencontrer à la mise en place du télétravail ? ............... p58Figure 38 : Aide escomptée des pouvoirs publics pour soutenir l’adoption du télétravail ....... p59Figure 39 : Salarié(e)s qui pourraient télétravailler dans les établissement ne le voulant pas . p60Figure 40 : Lesquels de vos métiers pourraient-être concernés ?............................................ p60 4
    • Figure 41 : Quels freins pensez-vous rencontrer à l’adoption du télétravail ? ........................ p62Figure 42 : Aides des pouvoirs publics qui vous feraient considérer le télétravail ................. p63Figure 43 : Modifications organisationnelles découlant du coworking .................................. p67Figure 44 : Plan du télécentre de Sévignacq Meyracq ............................................................ p71Tableaux :Tableau 1 : Part des entreprises qui pratiquent le télétravail en France, janvier 2007 - janvier 2008 (en%) ............................................................................................................................................ p13Tableau 2 : Nombre d’établissements par commune d’implantation ...................................... p22Tableau 3 : Les 28 villes concentrant le plus d’établissements tertiaires (20 salariés et plus) p22Tableau 4 : Importance des 22 premières villes d’accueil de ces établissements dans leur implantationsur la Région ........................................................................................................................... p23Tableau 5 : Implantation des établissements tertiaires de 20 salariés et plus en Aquitaine..... p23Tableau 6 : Concentration spatiale des établissements tertiaires de 20 salariés et plus........... p23Tableau 7 : Nombre d’enquêtés et nombre de réponses dans la Région ................................. p28Tableau 8 : Typologie des répondants (NAF 2008) ............................................................... p28Tableau 9 : Fonction occupée par la personne répondant ....................................................... p29Tableau 10 : Secteurs d’activité pratiquant le télétravail ........................................................ p42Tableau 11 : Typologie des communes où sont implantés ces établissements ....................... p54Tableau 12 : Secteurs d’activités envisageant le télétravail d’ici 5 ans .................................. p55Tableau 13 : Les raisons d’incompatibilités au télétravail exprimées .................................... p61Tableau 14 : Caractéristiques des tiers-lieux ........................................................................... p64Tableau 15 : Tiers-lieux et développement durable................................................................. p66 5
    • Le télétravail dans les entreprises Aquitaines : Etat des lieux en juin 2011.« Pour la première fois de l’histoire, le travail à accomplir n’est plus lié à un endroit précis. Letravail est devenu quelque chose que l’on accomplit, non un endroit où l’on se rend… ». Gil Gordon1, Québec, 2001. Le télétravail est une organisation du travail issue des Technologies de l’Information et de laCommunication. Il offre une flexibilité du lieu de travail et des horaires pour s’adapter à la vie dusalarié. Loin du phantasme du « travail devant la télé », le télétravail consiste en réalité à faire àdistance la même activité, ponctuellement ou non, à charge de travail égale. Le télétravail est une redéfinition du rapport au travail en se recentrant sur sa source : l’actif. Cette enquête menée par RAUDIN pour la Délégation TIC de la Région Aquitaine cherche àconnaître l’étendue de la pratique du télétravail dans les entreprises aquitaines, et en particulier dansles établissements de PME et de grandes entreprises de 20 salariés et plus. Est-il connu ? Pratiqué ?Quelles formes de télétravail sont mises en place ? Pour quelles personnes et avec quels moyens ? Cet état des lieux de la pratique intervient au moment où la Région met l’accent sur ledéveloppement du numérique, la fin du déploiement du haut débit sur les cinq départements etsupervise la mise en place du très haut débit. I/ Le télétravail en France, entre définition officielle et réalité :I .1/ Les grands principes du télétravail : Ce rapport traite principalement du télétravail salarié. Au-delà des salariés, indépendants,auto entrepreneurs, actifs salariés ou non et inactifs effectuant un travail peuvent intégrer cette pratiquede travail à la condition que ce travail se réalise via un terminal numérique (ordinateur, smartphone,tablette) avec la réception, le traitement et/ou l’envoi du travail réalisé (à des partenaires, fournisseurs,clients, collègues ou supérieurs hiérarchiques). Cette pratique n’est pas liée à un statut spécifique ouun métier mais à sa compatibilité avec les tâches à réaliser. Le télétravail est défini par la réalisation d’un travail à distance des locaux de son employeurou de sa propre société au travers d’un ordinateur et d’outils issus des Technologies de l’Informationet de la Communication (TIC). Pour l’INSEE, « une entreprise pratique le télétravail si elle a despersonnes qui travaillent au moins une demi-journée par semaine en dehors de ses locaux, en ayantaccès au système informatique de l’entreprise par des réseaux électroniques. ». Cette pratique de travail est un accord mutuel réversible entre le salarié et son employeur,basé sur une confiance mutuelle, et où l’actif est volontaire pour cette pratique. Le télétravail est considéré comme le transfert physique de toute ou partie de l’activité d’unactif sur ce dernier, hors des locaux de l’établissement employeur, pour une fréquence temporelled’activité donnée (nombre de jours ou demi-journées dans la semaine ou le mois2). L’un des principaux intérêts du télétravail repose sur la limitation de déplacements domicile-lieu de travail des actifs pour réaliser les mêmes tâches qu’à leur actuel bureau officiel. Il ne semblepas possible de supprimer les déplacements domicile-travail à terme : d’une part le contact humainreste central dans le fonctionnement des relations sociale avec fournisseurs, partenaires et clients ; etd’autre part il y a une vie sociale dans l’entreprise à côté du travail dont dépend la cohésion del’entreprise (sauf cas exceptionnels de relations avec des indépendants à travers le monde). Les TIC (au travers des infrastructures et des fournisseurs de services) émulent ledéplacement physique domicile – lieu de travail une mise en réseau spatiale tendant vers l’ubiquité despersonnes connectées, et une quasi-instantanéité des échanges (oraux ou écrits) grâce au réseau1 Expert et promoteur new-yorkais du télétravail. Citation issue du colloque Du télétravail aux nouvelles formes de travaildans la société de linformation des 15 et 16 mai 2001 à Québec.2 L’enquête considère la pratique au moins une fois par quinzaine de jours. 6
    • informatique et ses outils/applications. Le lieu de travail devient tout lieu ou l’actif est connecté auréseau, les terminaux numériques comme un ordinateur faisant office de bureau. Un nombre indéfini de collaborateurs peut être instantanément mis en relation parvisioconférence, avec une image webcam haute définition et la qualité sonore d’une communicationtéléphonique, tout en travaillant ensemble sur un même document partagé grâce à des applicationsmétier collaboratives.Figure 1 : Les TIC sont au centre du télétravail C’est en cela que le télétravail est révolutionnaire par rapport à l’idée que l’on se fait dutravail ‘classique’: le travail est une activité de conception et de réalisation, non un lieu où l’on doit serendre.I.1.1/ Une pratique durable. Le télétravail repose sur un projet global qui repose sur les trois piliers du développementdurable: relier le progrès social, économique et le respect de l’environnement. 7
    • Figure 2 : Les principes du développement durable :Social :  Avec un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle l’actif peut adapter ses horaires à ses besoins et ses obligations privés en interrompant puis en reprenant le travail.  L’actif est moins stressé et fatigué qu’avec un trajet pendulaire. Cela limite le ‘burn out’ et réduit le ‘turn over’.  L’ubiquité permise par les TIC supprime quasiment l’inégalité de mobilité pour des personnes à mobilité réduite. L’entreprise intègre pleinement un actif avec ses compétences malgré la distance.  Le gain de temps de transport devient disponible pour autre chose. L’autonomie du salarié augmente : il gère lui-même sont temps hors de l’établissement.  En cas de pandémie le télétravail est reconnu comme une solution par l’Etat français : « Au plus fort de l’épidémie, pour certains organismes, le travail à distance, dont le télétravail, pourra être une solution intéressante, dans la mesure où il limite les déplacements et les contacts. Il contribue à la poursuite du fonctionnement de l’entreprise, en protégeant des salariés. Il peut aussi constituer une solution intéressante pour des salariés qui, sans être malades, ne pourront pas se rendre à leur travail. »3Economique :  Augmenter la productivité : un actif heureux et au calme est un actif plus productif (des études indiquent parfois 10 à 20 % observés le plus souvent, et jusqu’à plus 50 %4 dans certaines sociétés selon les individus).  Le lien avec l’entreprise peut être maintenu malgré un arrêt (formation, déplacement, congés parental, etc.).  L’augmentation du pouvoir d’achat à salaire égal : consommer moins de carburant grâce à une diminution des trajets professionnels obligatoires, moins de frais de déplacements voire l’inutilité d’un véhicule particulier.  En fonction de la taille des entreprises, une économie d’échelle dans le coût immobilier (mise en place de bureau partagés ou externalisation5 partielle avec une relocalisation plus proche du bureau au domicile des actifs, pour limiter la taille des locaux si augmentation des effectifs ou changer l’affectation de volumes de l’entreprise). Dans le cas d’une grande entreprise on peut envisager la rotation de jours télétravaillés selon les équipes : avec un 2/5 des effectifs éligibles en télétravail du lundi au vendredi, il est possible d’avoir des bureaux pour 3/5 de sa masse salariale. Pascal Rassat 6 estime que par actif il faut compter moins de 1000 € de matériel pour l’équipement de départ (dont un ordinateur portable ; peut-être est-il déjà mis à la disposition3 http://www.grippeaviaire.gouv.fr4 Jusqu’à 20% pour British Télécoms et 50 % pour IBM. Source : Kate Lister, 2010.5 Par « externalisation » on entend la réalisation d’un travail ailleurs que dans les locaux de l’entreprise.6 Pascal Rassat, Méthodologie dintroduction du télétravail pour les organisations publiques, Dossiers d’Experts, TerritorialEditions, 2011. 8
    • de l’actif). Donc un investissement de départ, vite rentabilisé puisque dès la seconde année les frais de fonctionnement tomberaient à 180 €. En optimisant les choix pour 10 salariés, il estime pouvoir atteindre dès la première année un coût de mise en place de la pratique inférieur à 10 000 € de dépenses pour plus de 19 500 € d’économies dans le budget de fonctionnement d’un établissement public. Seconde année et suivantes : 180 € pour chacun des dix salariés et toujours autant d’économie ; la croissance de l’établissement en effectif ne correspondrait plus avec une croissance égale du nombre de bureaux.Environnement :  Moins de trajets domicile-travail diminuent la pollution et la consommation en carburant pour les sociétés et les salariés. C’est un bon outil pour les Plans de Déplacement d’Entreprises. La diminution de quelques pourcents du nombre de personnes en déplacement peut suffire à fluidifier le trafic routier.  La pratique est compatible avec des logiques de covoiturage au sein de l’entreprise.  Une possible limitation de la consommation en énergie est possible selon la solution adoptée.  De nouveaux lieux de travail en matériaux plus écologiques (antenne de l’entreprise après croissance) ou tiers lieux équipés peuvent être construits à proximité de la demande, et non systématiquement implantés en centre ville d’un pôle urbain ou le long des grands axes routiers. Les nouveaux bâtiments sont aussi plus économiques en énergie. Il n’y a pas de profil type de télétravailleur. Toute personne désireuse de mieux conjuguertemps privés et professionnels est concernée, pourvu que les tâches de son activité soient compatibles.Sont concernées :  Les personnes avec plus d’une heure en déplacement quotidien vers leur lieu de travail.  Les personnes à faible revenus (dont les familles monoparentales).  Les personnes ayant peu de moyens de mobilité (raison économique ou handicap).La hiérarchie doit aussi reconnaître socialement la pratique dans l’établissement. Cette méthode detravail est reconnue officiellement la loi depuis moins de 10 ans en France.I.1.2/ Une reconnaissance légale depuis 6 ans en France. En France le télétravail est définit actuellement par un accord national interprofessionnel de2005.I.1.2.1/ Définition du télétravail reconnue en France : Accord National Interprofessionnel du 19 juillet 2005 sur le télétravail (extraits)Article 1 - Définition« Le télétravail est une forme d’organisation et/ou de réalisation du travail, utilisant les technologiesde l’information dans le cadre d’un contrat de travail et dans laquelle un travail, qui aurait égalementpu être réalisé dans les locaux de l’employeur, est effectué hors de ces locaux de façon régulière.Cette définition du télétravail permet d’englober différentes formes de télétravail régulier répondant àun large éventail de situations et de pratiques sujettes à des évolutions rapides.Elle inclut les salariés « nomades » mais le fait de travailler à l’extérieur des locaux de l’entreprise nesuffit pas à conférer à un salarié la qualité de télétravailleur.Le caractère régulier exigé par la définition n’implique pas que le travail doit être réalisé en totalitéhors de l’entreprise, et n’exclut donc pas les formes alternant travail dans l’entreprise et travail horsde l’entreprise.On entend par télétravailleur, au sens du présent accord, toute personne salariée de lentreprise quieffectue, soit dès lembauche, soit ultérieurement, du télétravail tel que défini ci-dessus ou dans desconditions adaptées par un accord de branche ou dentreprise en fonction de la réalité de leur champet précisant les catégories de salariés concernés. » A cette définition l’accord inclut plusieurs principes essentiels : 9
    •  L’externalisation de l’activité en télétravail est volontairement choisie en commun accord par l’employeur et la personne salariée, elle ne peut être subite. Cette externalisation est réversible à tout moment par demande de l’une des deux parties. Cela permet une expérimentation au sein de l’établissement avec peu de risques. Et d’éviter des dérives de ‘placardisant’ des salariés.  Le statut et les droits des salariés en télétravail sont les mêmes que pour les non télétravailleurs dans l’entreprise, y comprit l’avancement, la formation, etc. Des avantages supplémentaires liés à cette pratique peuvent exister.  Un avenant au contrat de travail encadre les nouvelles pratiques de travail des télétravailleurs :  Les horaires de travail sont convenus entre les deux parties.  La charge de travail reste identique.  Le matériel est fournit soit par l’employeur soit par le télétravailleur (personnel). Dans les deux cas il est adapté et entretenu par l’employeur. L’employeur a un droit de regard sur ce qui est fait avec son outil de travail.  Les données de l’employeur sont protégées par une ligne sécurisée entre les locaux de l’employeur et le nouveau lieu de travail. Un texte de loi devait être voté en 2009 pour légiférer sur la pratique, proposé par NathalieKosciusko-Morizet7, à la suite du Grenelle de l’Environnement.I.1.2.2/ Un projet de loi sur le télétravail, moins protecteur, en suspend depuis 2009. A titre informatif voici un extrait d’une proposition de loi adoptée en première lecture le 09juin 2009 par l’Assemblée Nationale. Elle reprend largement cet accord interprofessionnel. Ce projetde loi attend toujours son examen par le Sénat ; extraits :« Art. L. 1222-9. - Sans préjudice de lapplication, sil y a lieu, des dispositions du présent codeprotégeant les travailleurs à domicile, le télétravail désigne toute forme dorganisation du travail danslaquelle un travail, qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de lemployeur, est effectuépar un salarié hors de ces locaux de façon régulière et volontaire en utilisant les technologies delinformation dans le cadre dun contrat de travail ou dun avenant à celui-ci.Le télétravailleur désigne toute personne salariée de lentreprise qui effectue, soit dès lembauche, soitultérieurement, du télétravail tel que défini au précédent alinéa.Le refus daccepter un poste de télétravailleur nest pas un motif de rupture du contrat de travail.Le contrat de travail ou son avenant précise les conditions de passage en télétravail et les conditionsde retour à une exécution du contrat de travail sans télétravail.À défaut daccord collectif applicable, le contrat de travail ou son avenant précise les modalités decontrôle du temps de travail. » Cette proposition de loi, en l’état, consiste en un encadrement moins complet de la pratiquepar rapport à l’accord interprofessionnel de 2005. On note, par exemple, que l’on a ‘oublié’ dans laproposition de loi les actifs « nomades » (cadres, commerciaux, relations publiques, etc.) et qu’il n’estnullement indiqué l’application concrète de la pratique en opérationnel : les missions données vont-elles évoluer ; quelle sera la nouvelle charge de travail (objectifs et temps pour les remplir), etc. ? Il n’est plus question des actifs ‘nomades’ du tertiaire, principalement cadres (dont cadressupérieurs) et commerciaux. Les cadres sont plus dans des mobilités ponctuelles, rattachés le plussouvent à un établissement fixe, contrairement aux commerciaux dont l’externalisation est la règle(sauf stratégie spécifique de télémarketing). C’est la partie ‘administrative du commercial’ qui prendsens en télétravail pour ces derniers, tenant plus de la modernisation des outils de travail que de larévolution des pratiques (bilan hebdomadaire / transfert des commandes papier ou numériquestransférés par Internet au à l’employeur). Est-ce la raison pour laquelle le texte de loi n’intègre plus lapratique pour ces actifs ? Quand à la charge de travail, elle reste à la discrétion de l’employeur (ce n’est plus « àcharge de travail égale »), avec la difficulté managériale d’évaluer charge de travail et quantité detemps nécessaire à la réalisation, compte en particulier s’il est principalement qualitatif. Si le temps de7 Secrétaire dÉtat chargée de la Prospective et du Développement de lEconomie Numérique. 10
    • travail ne se modifie pas, le management par objectif peut augmenter la charge, car non spécifiée dansl’avenant et rendre le temps de travail plus élastique. L’ordre de mission n’est pas obligatoire dans la loi, mais il représente un cadre de sécuritésupplémentaire pour l’employeur et l’employé. A ce jour l’accord national interprofessionnel de 2005 est plus protecteur que ce projet de loipour les salariés comme pour l’employeur. L’adoption du télétravail correspond principalement à des initiatives individuelles directesentre l’actif et son supérieur, sans références à un cadre obligatoire généralisé à l’établissement ou augroupe, s’il n’existe pas d’accord d’entreprise. Il n’est pas conçu en lui même pour être la base d’uneconvention collective de travail, mais du cas par cas. C’est actuellement aux entreprises d’apporter lecadre de sécurité à la pratique. Cette population d’actifs reste statistiquement invisible, connue comme déclarée au seul seinde l’établissement employeur et sans statut propre. Ce qui est regrettable puisque cela empêched’identifier les usagers et de coordonner des politiques publiques et des besoins entrepreneuriauxenvers des actifs aux besoins particuliers, comme une desserte prioritaire en haut ou très haut débit surles territoires ou encore une mutualisation de moyens professionnels (équipements, etc.) comme dansun télécentre (comme c’est le cas dans la commune de Murat dans le Cantal).I.2/ Etat des lieux de la pratique: des estimations variables.L’estimation varie énormément selon les études, et les définitions.I.2.1/ Etat des lieux en France. Le télétravail semble se développer plus lentement en France (seconde courbe en partant dubas sur le graphique) que dans d’autres pays européens. L’estimation est difficile compte tenu del’invisibilité statistique des pratiquants. Les études divergent sur leur nombre : selon le cabinet d’étudeGartner, 8.9% d’actifs pratiqueraient le télétravail en 2010 en France place la France en net retard dedéveloppement par rapport à ses voisins européens sur la base d’un télétravail de plus de 8 heures parmois (par exemple 19.5 % en Allemagne et 22.8% au Royaume-Uni). Cette étude est employée parCentre d’Analyse Stratégique dans son analyse de 2009 8 pour montrer les divergences de résultatsentre les études.8 Centre d’Analyse Stratégique, Le développement du télétravail dans la société numérique de demain, 2009. 11
    • Figure 3 : Part de la population active salariée pratiquant le télétravail plus de 8 heures par mois (2000-2010) Source : Centre d’Analyse Stratégique, 2009, Le développement du télétravail dans la société numérique de demain. La France est elle si en retard que cela dans l’innovation organisationnelle ? L’INSEErépond que non avec des données de 2007 et 2008 et une définition aussi restrictive que Gartner sur letemps pratiqué: « une entreprise pratique le télétravail si elle a des personnes qui travaillent au moinsune demi-journée par semaine en dehors de ses locaux, en ayant accès au système informatique del’entreprise par des réseaux électroniques. ». L’INSEE considère ainsi dans son enquête un temps depratique estimable entre 8 et 16 heures de télétravail par mois (4 demi-journées par mois). En revanche ce chiffre global ne distingue pas les catégories de salariés et les différencesliées aux métiers ou missions (par comparaison, un assistant de Ressources Humaines, un DirecteurGénéral et un technicien d’exécution technique comme un informaticien). Il faudrait aussi considérer les différences générationnelles d’usages et d’appropriation dunumérique. La génération qui entre sur le marché du travail a grandi avec les réseaux sociaux etl’Internet ; elle risque d’influer fortement sur le nombre d’actifs télétravaillant ou ayant une pratiquede travail proche. 12
    • Tableau 1 : Part des entreprises qui pratiquent le télétravail en France, janvier 2007 - janvier 2008 (en %) Ensemble Entreprises de Entreprises de Entreprises de 10 à 19 20 à 249 250 salariés ou salariés salariés plus 2007 2008 2007 2008 2007 2008 2007 2008 Commerce, 19 25 13 20 24 29 54 64 dont : commerce 10 16 5 12 14 17 49 62 de détail Industrie (y 17 23 5 11 23 29 66 67 compris IAA et énergie) Services, 12 17 5 12 15 20 55 54 dont : services TIC 45 55 37 48 50 58 79 85 services 44 49 n. s. n. s. 39 44 63 64 financiers autres 18 27 11 21 23 31 58 66 services aux entreprises services 12 22 n. s. n. s. 18 22 n. s. n. s. immobiliers transports 12 17 4 10 15 20 48 52 hôtels et 7 14 4 12 11 16 n. s. n. s. restaurants Construction 6 9 3 6 9 13 53 72 Ensemble 16 22 9 15 21 27 60 65 Source : Insee, Enquêtes TIC 2007 et 2008, statistique publique. En moyenne 22 % des entreprises utilisaient le télétravail en France en 2008 selon l’INSEE.Déjà 16 % en 2007. La pratique serait donc bien plus répandue… Avec de grandes disparités selon lesactivités et la taille des entreprises : 55 % en moyenne dans les services TIC (cœur de métier) et 49 %les services financiers (bureautique), contre 22 % pour les services immobiliers en 2008. L’importance de la pratique varie aussi grandement selon la taille de l’entreprise : près de 15% pour celles de 10 à 19 salariés, 27 % de 20 à 249 salariés er 65% pour les plus de 250 salariés. Laquestion de la taille de l’entreprise entre en ligne de compte lorsqu’il s’agit de dégager les moyens dela pratique (ordinateurs, mise en place de la ligne, etc.) et une grande entreprise peut plus facilementoptimiser ses coûts de fonctionnement qu’une PME (avec parfois de nombreux et grand locaux). Ce qui ne veut pas dire que beaucoup de salariés télétravaillent au sein des établissements.IDC a également rendu une enquête pour Bouygues Télécom en 2011 : 24 % des entreprisesinterrogées9 pratiquent le télétravail ; « pour 81% des entreprises concernées, cette pratique concernemoins de 10% de leurs effectifs ». La proportion d’une moyenne d’un cinquième à un quart desentreprises pratiquant le télétravail semble se confirmer.I.2.2/ Etat des lieux en Aquitaine : La Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques (DARES) 10estimait en 2004 qu’il y avait près de 81 000 télétravailleurs aquitains répartis ainsi :  Salariés : environ 18 000 télétravailleurs à domicile et 50 000 télétravailleurs nomades.  Non salariés : environ 5 000 télétravailleurs à domicile et 8 000 télétravailleurs nomades.9 Entreprises françaises de 50 salariés et plus.10 Source : http://tic.aquitaine.fr 13
    • En considérant une même population de télétravailleurs en 200711, elle représenterait 6,41 %de la population active (1 276 976 actifs), dont 6,24 % des salarié(e)s (1 090 045 au total) et 6,95 %(186 931 au total) des non salarié(e)s. Il n’y a pas de chiffres plus récents.I.3/ Une pratique de télétravail répandue qui ne dit pas son nom... Selon la catégorie socio professionnelle, le télétravail peut être plus ou moins répandu. Pourles cadres et en particulier les cadres supérieurs, la pratique est quasi quotidienne.I.3.1/ Le télétravail informel est partiellement généralisé... Au-delà du nombre des télétravailleurs correspondant à la définition, il faut ajouter letélétravail dit « gris » ou informel qui se pratique dans une logique de flexibilité du travail à unmoment (ou une période) donné, de façon non encadrée, pour répondre à un besoin ponctuel :maintenir une activité lors d’un déplacement professionnel ou encore d’un imprévu familialempêchant l’actif d’être sur son lieu officiel d’activité. Parfois il s’agit simplement de terminer untravail chez soi puis de l’envoyer pour qu’il soit dans l’entreprise à la première heure le lendemain oule lundi. Pour des familles monoparentales, des femmes enceintes ou avec des enfants en bas âge, laflexibilité de la pratique de travail est une demande à la fois pour leur équilibre familial avec un gainde temps et des dépenses en moins. « Le télétravail n’est pas un réflexe pour les chef d’entreprise etles manageurs 12 […] en partie par les stéréotypes dont il fait l’objet et une perception françaisedifférente des pratiques anglo-saxonne, misant sur la flexibilité. ».I.3.2/ … mais aussi risqué, à la fois pour les employeurs et pour les salarié(e)s. Pour Jean-Claude Barbier, Directeur du travail de l’Unité Territoriale-Direction Régionaledes Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de lEmploi, « Il ny a detélétravail quau sens de laccord national interprofessionnel de 2005. Le contrat ne peut, à mon sens,être modifié par un simple échange avec le supérieur hiérarchique (règle de droit), notammentconcernant le lieu dexercice (élément substantiel dans ce type de travail). Lacceptation ou non dunetelle modification, même temporaire est de la responsabilité de lemployeur et devrait êtreformalisée ». Il est donc pénalement déconseillé de pratiquer une modification de la pratique et du lieu detravail sans avenant au contrat de travail même exceptionnellement (un accord par courriel ou verbalne vaut rien) : il faut formaliser dans un avenant au moins la possibilité de travailler depuis un autrelieu, en le spécifiant. Autrement l’actif n’est pas couvert en cas d’accident et c’est la responsabilité del’employeur qui est engagée.I.3.3/ Travail à distance et temporalités, la question de l’élasticité de la journée detravail : Un autre problème repose sur l’élasticité de la journée de travail. L’accessibilité multimodalecroissante aux applications professionnelles via les TIC (applications métiers, messagerie, redirectiondes appels, etc., disponibles sur plusieurs types d’appareil numériques) permet la continuité del’activité au-delà du lieu physique du bureau. Il est possible de répondre à une demande et limiter letemps de latence entre deux échanges qui seraient strictement effectués pendant les horairesd’ouvertures. En télétravail le problème ne se pose pas, puisque le salarié se connecte et se déconnecteselon ses besoins, tout en continuant le travail parfois en horaires décalés qui lui conviennent mieux.I.3.3.1/ Où commence le travail ? Il existe un problème de définition central entre télétravail et travail « augmenté »/complémentaire. En effet où et quand commence l’activité « travail » (et donc les pratiques, dont letélétravail)? Ainsi le simple fait de consulter et de répondre à ses courriels professionnels ailleurs qu’àson bureau de travail est techniquement une pratique de télétravail ; pourtant cela est souvent11 Source : INSEE, 200712 Marc Ohana, Enseignant Chercheur - Comportement Organisationnel, BEM Bordeaux Ecole de Management. 14
    • considéré comme une extension de l’activité professionnelle car différent du cœur du métier de l’actif.En ce sens, cette souplesse organisationnelle assimilable à du télétravail partiel est généralisée, bienqu’informelle. Les tâches annexes comme la messagerie, aussi importantes soit-elles, peuvent se pratiquerou poursuivre à côté des horaires de travail. Cela fausse l’identification de la pratique, extrêmementmodulable selon les personnes, les entreprises et les missions.I.3.3.2/ Une nécessité professionnelle de réactivité. Dans une activité économique soumise à la concurrence, répondre de façon pertinente à sesclients avec un minimum de délai devient une obligation. Le téléphone portable de type ‘Smartphone’permet de confondre l’environnement professionnel du bureau avec un autre, proposant notamment lesfonctionnalités de navigation Internet, la lecture et l’émission des courriels par rapport à un téléphoneportable basique. Il s’agit pratiquement d’un mini ordinateur de bureau portable. Répondre à un mailprofessionnel hors de son lieu de travail quasiment en temps réel devient une part nécessaire del’activité. Cette élasticité déborde sur le temps non travaillé.I.3.3.3/ Interpénétration des vies privées-professionnelles : trouver la juste limite. Il en découle une interpénétration de ces deux temps de la vie de l’actif. Selon une enquêtedes Editions Tissot / OpinionWay 13 début 2011, 73 % des cadres français travaillent hors de leurbureau et la moitié dentre eux se connectent pendant leur week-end, 38 % pendant leur RTT, 24 %durant leurs trajets et 26 % pendant leur arrêt maladie. La déconnexion avec le travail n’existe pastoujours. Finir un dossier en l’emportant après le travail pour tenir les délais ou limiter la charge detravail en attente reste une pratique commune. Néanmoins ces débordements sur la sphère privéepeuvent donner le sentiment que la semaine de travail ne se termine jamais, puisque la charge detravail ne cesse de s’accumuler.I.3.3.4/ Quelques dérapages existent, entre zèle et conscience professionnelle. Cette superposition pose déjà des problèmes juridiques dans certains cas, puisque qu’en 2004une cadre salariée a porté plainte contre son employeur pour demander le paiement d’heuressupplémentaires14, car elle a répondu à ses mails professionnels à des heures indues (dans son cas lecourriel de son supérieur est reçu le samedi à 22h30 et elle y répond le dimanche matin à 0h10). La Cour d’Appel de Paris a débouté la salariée qui « a agi de sa propre initiative enchoisissant le jour et lheure des envois de courriel ». Toujours selon les Editions Tissot, ce mêmeproblème se multiplierait aux Etats Unis. La Cour rappelle que répondre aux mails se fait durant lapériode de travail comme le reste de l’activité professionnelle, et que ce temps supplémentaire de‘secrétariat’ ne peut être fait en dehors sauf sur ordre de l’employeur (alors il y a droit à des heuressupplémentaires). Légalement l’élasticité de la journée n’existe pas : le travail commence et se termineà l’heure dite du contrat de travail. Il faut savoir se déconnecter pour ne pas empiéter sur la vie privée. Dans le télétravail, les horaires peuvent fluctuer voire être à la discrétion du salarié, mais ilsdoivent toujours égaux au temps total contractuel mais décalés selon les besoins du salarié et/ou del’employeur. Il faut aussi savoir se ‘déconnecter’ de son métier. Mais avec une charge de travailnormale et un bon management d’accompagnement, ce cas n’est jamais sensé se produire. Cette élasticité du travail est de plus en plus facilitée par les outils professionnels detélécommunication et leur prix constamment à la baisse.13 www.editions-tissot.fr. « Sondage des Editions Tissot réalisé par OpinionWay auprès dun échantillon représentatif de 1154 personnes, salariés du privé ou du public, âgés de 18 ans et plus, du 5 au 13 janvier 2011 ».14 Décision de la Cour d’Appel de Paris le 2 septembre 2010, Laurence Neuer, dans l’article Peu de jurisprudence en France,publié dans Les Echos n° 20796 du 02 Novembre 2010, page 15. 15
    • I.4/ Un contexte technologique et économique de plus en plus favorable : La question du télétravail, récurrente pour l’aménagement en France, se repose à chaquegrande innovation dans les TIC : la télématique, l’internet pour tous (début des années 90), le hautdébit pour tous (2002 et depuis), et désormais le très haut débit avec la fibre optique jusque dans lesdomiciles (FTTH - Fiber to The Home). Pourtant, la possibilité d’effectuer le même travail en limitantles trajets pour rejoindre le lieu de travail est sous utilisée, avec un vrai potentiel de politique dedéveloppement écologique, économique et social. Le télétravail s’inscrit dans une logique où le travail est considéré en soi partout où il peutêtre réalisé, et non un lieu qu’il faut rejoindre pour faire exister l’activité. L’usage des technologies decommunication permet de s’affranchir de la distance physique, sous forme d’ubiquité, pour échanger,des idées ou des documents. Dossiers et discussions peuvent se réaliser depuis n’importe quelordinateur actuel avec une connexion haut débit de qualité.I.4.1/ Le télétravail repose sur les infrastructures et les services du haut et du très hautdébit. Le télétravail dépend de débits de connexion élevés. En France, est considérée comme « hautdébit » une connexion dont le débit atteint au moins 512 Kbps (Kilobits par seconde). Dans la pratiqueon considère plutôt 2 Mbps (Mégabits par seconde) pour un confort de d’utilisation des services. Les besoins liés à l’activité varient grandement en fonction des outils choisis pour lacommunication : téléphonie, webcam, visioconférence, etc. Ainsi une activité de secrétariat ou detraduction nécessite un débit faible car basé sur la téléphonie et quelques échanges de données defaible taille (quelques Mégaoctets) en mail et pièces jointes, alors qu’une activité basée sur ladématérialisation totale et une visioconférence peut nécessiter un haut débit de 8 minimum à 20 Mbpssymétrique sur des systèmes lourds15 pour un bon confort de travail sans avoir recours au très hautdébit. En Aquitaine, 95 %16 des communes ont accès à du haut débit et la fibre optique se déploiesur tout le territoire comme le veulent les Fournisseurs d’Accès et de Service Internet ainsi que laRégion. Dans un même temps les prix des terminaux diminuent.I.4.2/ Un équipement nécessaire de moins en moins coûteux déjà présent dans lesentreprises. Les entreprises aquitaines sont très bien équipées. En 201017, 98 % des PME et 80 % desTPE étaient équipées d’ordinateurs et 95 % des PME avaient accès au haut débit (63% pour les TPE) ;et la part des entreprises ayant fait l’acquisition de d’équipement ou service informatique a été de 38 %pour la tranche 20-49 salariés, de 33% pour celles de 50 à 99 salariés et de 53 % pour celles de 100salariés et plus. En parallèle les coûts liés aux équipements numériques diminuent chaque année à la foisenraison d’une part de l’obsolescence rapide des produits par une recherche et une innovation constanteréduisant les coûts, et d’autre part en raison de la concurrence effrénée entre les géants du secteur desterminaux (DELL, Apple, Microsoft, Nokia, HP, Samsung, etc.). Le coût de l’abonnement des Smartphones, mini ordinateurs-téléphones, reste plus importantque pour un téléphone portable ‘classique’ en 2010 malgré une baisse de -20% par rapport à 2009, estsupporté par l’employeur comme outil professionnel (162 € en moyenne à l’achat 18 contre 26.7 € pourun portable basique19 ; compter autour d’une centaine d’euros pour les forfaits professionnels). Le prix moyen des ordinateurs portables a baissé « de 860 euros en 2007 à 650 en 200820 ». La gamme de services informatiques pour les entreprises incluent principalement lamessagerie des appels téléphoniques et des courriels ; le réseau virtuel privé (VPN) et son espaced’échange de document comme un bureau virtuel ; les logiciels collaboratifs pour travailler à plusieurssur un document ; les agendas numériques accessibles par plusieurs salariés pour se coordonner ; et15 Pour un usage de bureautique / téléphone, une connexion 2 Mégas suffit.16 Source : AEC, Diagnostique de l’Aquitaine Numérique 2010, aecom.org.17 Source : AEC, Diagnostique de l’Aquitaine Numérique 2010, aecom.org.18 Prix moyen 2010 selon l’ARCEP, article Le smartphone détrône le mobile, site LeParisien.fr, publié le 07 février 2011.N.B : ARCEP : Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes.19 Prix moyen 2010 selon l’ARCEP, article Portable.un forfait moyen de 26,7 EUR par mois, site letelegramme.com, publiéle 07 février 2011.20 Marc Cherki, Boom des ventes de portables en France, lefigaro.fr, publié le 04 août 2008. 16
    • enfin les services de communication audio et vidéo comme la téléphonie (et les applications pourSmartphones) et la visioconférence. Ne reste que la mise en service de la ligne sécurisée entre l’établissement et le nouveau lieude travail, ainsi que des services au sein de l’entreprise. A cela il faut ajouter une économie potentiellesur les coûts des transports.I.4.3/ La volatilité des courts des hydrocarbures : un risque autant pour les entreprisesque les actifs. Le travail à distance, réduisant les coûts de transport, est suggéré comme une solutiond’avenir en France dès 1978 via la télématique par le rapport d’Alain Minc et Simon Nora 21 quis’inscrit dans une projection des modes de travail dans un avenir postérieur au choc pétrolier de 1973.A nouveau, en 2008, la hausse brutale des hydrocarbures 22 (le baril de pétrole brut dépasse en 2009 les140 $) et la possibilité d’un prix à la pompe de 2 € le litre 23 dans les prochaines années changent ladonne. L’idée du télétravail revient en 2007-2008 comme alternative possible par rapport à uncontexte de crise pétrolière.Figure 4 : Evolution des prix du baril de pétrole Brent, mai 1987 – janvier 2011 Le télétravail réhabilité ainsi la possibilité de limiter les déplacements pendulaires quotidiensdomicile-lieu de travail. D’autant plus que cette pratique du travail conjugue trois projets dedéveloppement économique et social du Développement Durable en France: développement dunumérique, limitation des émissions de gaz à effet de serre (Plan de Déplacement des Entreprises etAdministrations - PDE et PDA) ainsi que l’amélioration de la relation entre vie privée et vieprofessionnelle. Diminuer les déplacements domicile – lieu de travail revient à la fois à une économie pourl’actif et pour l’employeur (voiture de service, voiture personnelle et/ou transports en commun 24 )lorsqu’il participe. Un plein économisé (60 litres) revient à 84 € pour une voiture diesel et 94,8 € 25pour une essence à la fin du mois pour l’actif. Il ne faudrait cependant pas considérer une automaticité des gains et se méfier d’une logiqued’effet structurant. Il n’est pas impossible que sur le temps libéré par le télétravail, l’usager nechoisisse pas de faire des trajets supplémentaires à titre personnel (amener et chercher directement sesenfants à l’école, loisirs, etc.).21 Nora Simon, Minc Alain, 1978 Linformatisation de la société, La Documentation française, Paris22 www.eia.doe.gov23 Christophe de Margerie, PDG de TOTAL, entretien publié dans Le Parisien du 12 avril 2011.24 Source : vosdroits.service-public.fr ; véhicules personnels pour les salariés « dont la résidence habituelle ou le lieu detravail est situé en dehors de la région dIle-de-France et dun périmètre de transports urbains » ; 50% de prise en charge pourles transports en commun..25 Prix moyens observés dans des stations services en juin 2011 dans la CUB : 1.4 €/l de diesel et 1.58 €/l pour de l’essence95 –E10. 17
    • Le télétravail représente donc une pratique du travail avantageuse si elle est correctementmise en place dans les entreprises aquitaines. Le télétravail est un outil organisationnel basé sur la flexibilité du lieu de travail, lafréquence et les modalités d’usage sont à la discrétion de l’employeur. Après ces éléments de contexte national, quelle est la réalité de la pratique dans lesentreprises aquitaines ? 18
    • II / L’enquête Note méthodologique : Avec seulement 55 réponses (10 %) des établissements enquêtés, les réponses dessinent unetendance ; les entretiens qualitatifs, en plus d’avoir directement l’avis des entreprises, complètent etnuancent les enquêtes quantitatives. Parmi les établissements ayant répondu, aucune entreprise n’est représentée au travers deplusieurs établissements.II.1/ Les PME et les grandes entreprises tertiaires de l’échantillon, en Aquitaine. La répartition des entreprises tertiaires de 20 salariés et plus dans les cinq départementsaquitains présente de grandes disparités.II.1.1/ Les établissements enquêtés sur les territoires aquitains.Carte 1 : Etablissements tertiaires de plus de 20 salariés en 2011 Deux départements se détachent dans la Région Aquitaine pour l’accueil d’établissementstertiaires d’au moins 20 salariés: la Gironde et les Pyrénées Atlantiques. Dans tous les départements 19
    • ces établissements sont majoritairement dans les grandes villes, pôles urbains26 territoriaux (à fortedensité urbaine), et leurs couronnes périurbaines (pôle urbain - banlieue27), mais aussi les communesrurales (pôles d’emploi ou non) en moindre nombre.Carte 2 : Typologie spatiale des communes d’implantation de ces établissements. Cette concentration s’observe dans les principales aires urbaines 28 de ces métropolesdépartementales et plus particulièrement dans ces métropoles (la ville ‘centre’) et leur communautéd’agglomération / de communes.26 Terminologie de l’INSEE basée sur la densité urbaine, humaine et l’emploi notamment.27 Le terme ‘banlieue’ correspond dans ce rapport à la terminologie spatiale des communes du RGP 2007 del’INSEE.28 Les aires urbaines et CdC retenues sont les deux plus importantes en population par département et/ou>25 000 habitants pour leur commune principale. 20
    • Carte 3 : Implantation des établissements tertiaires aquitains de 20 salariés et plus dans les principales aires urbaines.Note : les Communautés de Communes présentées sur cette carte sont celles des deux plus importantes pour leur populationdans le département ou supérieure ou égale à 25 000 habitants pour la commune centrale. La présence d’un plus grand bassin de vie (donc de clients potentiels) et d’emploi peut êtreun facteur explicatif pour des entreprises de services à l’activité locale, régionale mais aussi parfoisnationale et internationale. Une des explications auxquelles il faut ajouter les stratégies depositionnement spatial avec la concentration en équipements de dernière génération (comme la fibreoptique sur la CUB et l’agglomération paloise). La mise en place de services à distances (e-commerce, télétravail, etc.) peut néanmoinsrelativiser ces conclusions, pour les entreprises dont le métier est la conception-réalisation de servicesnumériques en particulier, le travail pouvant être délocalisé physiquement vers des actifs ou unétablissement métriquement plus éloignés, mais ubiquistes par leur présence sur l’internet. Ces établissements sont géographiquement concentrés. 21
    • Tableau 2 : Nombre d’établissements par commune d’implantation. Nombre détablissements Nombre de communes Rang régional Plus de 100 1 1 Plus de 50 0 - Plus de 40 1 2 Plus de 30 0 - Plus de 20 2 3 Plus de 10 6 4 De 5 à 10 17 5 De 2 à 4 38 6 Un seul 98 7 Source : Fichier DIANE, DTIC 2011Tableau 3 : Les 28 villes concentrant le plus d’établissements tertiaires (20 salariés et plus)*: Ville Département Nombre Rang régional Bordeaux Gironde 102 1 Mérignac Gironde 44 2 Pessac Gironde 25 3 Pau Pyrénées Atlantiques 23 3 Bruges Gironde 14 4 Bayonne Pyrénées Atlantiques 13 4 Floirac Pyrénées Atlantiques 11 4 Mont-de-Marsan Landes 11 4 Anglet Gironde 11 4 Cenon Pyrénées Atlantiques 10 4 Biarritz Gironde 9 5 Artigues-Près-de-Bordeaux Gironde 8 5 Bègles Gironde 8 5 Périgueux Gironde 7 5 Gradignan Dordogne 7 5 Le Bouscat Gironde 7 5 Serres-Castet Pyrénées Atlantiques 6 5 Lons Pyrénées Atlantiques 6 5 Villeneuve-sur-Lot Lot-et-Garonne 6 5 Dax Landes 6 5 Libourne Gironde 6 5 Eysines Gironde 6 5 Saint-Jean-de-Luz Pyrénées Atlantiques 5 5 Bidart Pyrénées Atlantiques 5 5 Saint-Jean-dIllac Gironde 5 5 Canéjan Gironde 5 5 Bergerac Dordogne 5 5 *liste exhaustive des villes avec au moins 5 établissements de 20 salariés et plus selon le fichier DIANE. Source : Fichier DIANE, DTIC 2011 22
    • Parmi les 28 villes accueillant le plus de ces établissements tertiaires, quatre dominent :Bordeaux, Mérignac, Pau et Pessac, avec plus de 20 établissements chacune. Ces établissements sont concentrés en Gironde, notamment la Communauté UrbaineBordelaise (CUB) et dans les Pyrénées Atlantiques (P-A) (à Pau et dans la Communauté deCommunes du BAB, Bayonne-Anglet-Biarritz). Le reste des communes comporte au maximum 7établissements.Tableau 4 :Importance des 22 premières villes d’accueil de ces établissements dans leur implantation sur la Région. Nombre détablissements Total des 5 premiers rangs régionaux Total départemental tertiaires (20 salariés et plus) Nombre % Nombre % Départements Dordogne 12 3,39% 33 5,97% Gironde 261 73,73% 343 62,03% Landes 17 4,80% 43 7,78% Lot-et-Garonne 6 1,69% 34 6,15% Pyrénées Atlantiques 78 22,03% 120 21,70% Aquitaine 374 100,00% 573 100,00% Source : Fichier DIANE, DTIC 2011Tableau 5 : Implantation des établissements tertiaires de 20 salariés et plus en Aquitaine. Nombre détablissements Total par département (Dep) Dont principales Dont principales tertiaires (20 salariés et plus) aires urbaines (AU) CdC Départements Dordogne 33 22 20 Gironde 343 321 299 Landes 43 25 24 Lot-et-Garonne 34 23 23 Pyrénées Atlantiques 120 97 96 Aquitaine 573 488 462 Source : Fichier DIANE, DTIC 2011 Les établissements tertiaires de 20 salariés et plus sont implantés dans les plus grandescommunautés de communes des départements ; plus principalement en Gironde (343) et dans les P-A(120). Les trois autres départements sont loin derrière avec entre 33 et 43 établissements tertiaires deplus de 20 salariés.Tableau 6 : Concentration spatiale des établissements tertiaires de 20 salariés et plus. Concentration spatiale Rapport AU / Dep Rapport CdC / Dep Rapport CdC / AU Départements Dordogne 66,67% 60,61% 90,91% Gironde 93,59% 87,17% 93,15% Landes 58,14% 55,81% 96,00% Lot-et-Garonne 67,65% 67,65% 100,00% Pyrénées Atlantiques 80,83% 80,00% 98,97% Aquitaine 85,17% 80,63% 94,67% Source : Fichier DIANE, DTIC 2011 Ces établissements sont concentrés dans les deux plus importantes aires urbaines et plusprécisément dans les périmètres restreins des Communautés de Communes : à 85,17% dans les airesurbaines et 80 % dans la communauté de commune de la ville la plus importante de l’aire urbaine 29.29 Pour le BAB on considère les trois communes ensembles. 23
    • Pour les départements, les Landes (présentant le moins de concentration) ces établissementsrestent néanmoins localisés à plus de 58% dans les deux plus importantes aires urbaines ; et plus de60% sont implantés dans les deux plus importantes CdC des Landes. La CUB, macrocéphale,concentre à elle seule plus de 87 % des établissements girondins de 20 salariés et plus). Dans les départements plus ruraux (Dordogne, Landes, Lot-et-Garonne) la concentration encommunautés de communes ne dépasse pas les 67%. Moins nombreuses, elles sont aussi mieuxréparties sur les territoires. De plus tous ces établissements sont implantés dans une commune où le haut débit estprésent (offre DSL 2Mbits/s symétriques). Seulement 10% des établissements sont implantés dans descommunes sans tripleplay; 5% dans des communes sans 3G.Carte 4 : Infrastructures haut débit et implantation des établissements enquêtés. 24
    • Seulement 23 établissements sur 578 sont implantés dans des communes sans couverture 3G.Les infrastructures et les services accessibles dans les grandes villes et leurs communautés decommunes sont un des facteurs d’implantation. Dans le cadre du télétravail, c’est la qualité de ceséquipements détermine la faisabilité de la pratique (la création d’une connexion de qualité entrel’établissement et le nouveau lieu de travail). L’extrême concentration territoriale à plus de 90% de ces établissements dans les villescentrales des Communautés de Communes des pôles urbains est significative de la polarisation desactivités au détriment du reste du département, et indique des stratégies de positionnement dans lesplus importants bassins économiques. On peut parler de fracture territoriale pour ces PME et cesgrandes entreprises dans leur implantation entre les métropoles départementales et le reste duterritoire. Les établissements enquêtés sont principalement des PME de moins de 100 salariés, 394 sontdes entités de 20 à 49 salariés et une centaine d’autres de 50 à 99 salariés. 20 établissements ont plusde 200 salariés et un peu moins en ont plus de 1000. Pour certains il n’a pas été possible de connaîtrece nombre.Figure 5 : Effectifs des établissements enquêtés en 2011 400 380 360 340 320 300 Nombre détablissements 280 260 240 220 200 180 160 140 120 100 80 60 40 20 0 1à9 10 à 19 20 à 49 50 à 99 100 à 199200 à 499 Plus de Inconnu 1000 Effectifs des établissements enquêtésII.1.2 Localisation et typologie des établissements ayant répondu : 55 établissements ont répondus à l’enquête, 50 appartenaient à l’échantillon initial des 573établissements, et 5 établissements se sont rajoutés pour 55 réponses sur 578 établissements : 25
    • Carte 5 : Implantations des répondants à l’enquête. Elles sont principalement implantées dans des communes de banlieue des grands pôlesurbains (première couronne avec 26 établissements) et dans les villes centres pôles urbains (19). Deuxétablissements sont implantés dans les territoires périurbains. En zone rurale, trois sont implantés dansdes communes rurales - pôles d’emplois, et cinq se trouvent dans des communes rurales ‘autres’. Ces établissements sont surtout des PME de 20 à 49 salariés (34/55) mais presque toutes lestailles d’établissements sont représentées. 26
    • Figure 6 : Effectifs des établissements ayant répondu. 40 35 Nombre détablisseements 30 25 20 15 10 5 0 1à9 10 à 19 20 à 49 50 à 99 100 à 199 200 à 499 Plus de Inconnu 1000 Effectifs des établissements enquêtés Source : Enquête RAUDIN –DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 L’implantation de ces établissements est très majoritairement urbaine mais une dizaine aumoins est localisée dans des communes rurales.Figure 7 : Type de commune dimplantation des établissements ayant répondu 30 Nombre détablisseements 25 20 15 10 5 0 Typologie spatiale de la commune dimplantation Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE NAF 2008 27
    • Tableau 7 : Nombre d’enquêtés et nombre de réponses dans la Région. Source : Enquête RAUDIN –DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Peu d’établissements se sentent concernées par la question. Les réponses se situent autour de10 % de l’échantillon enquêté. Quantitavement, l’échantillon est moins élevé que souhaité maisqualitativement, les secteurs représentés sont variés : administration / gestion, bureaux d’étude,commerce, comptabilité / finance, création artistique, informatique, services aux entreprises, servicesaux particuliers, recherche.Tableau 8 : Typologie des répondants (NAF 2008).NAF 2008 - labellisation niveau 2 Nombre10-Agro-industrie 136-Captage, traitement et distribution deau 141-Promotion immobilière de logements 142-Construction (routes et autoroutes) 146-Commerce de gros (commerce interentreprises) de boissons/ Agro industrie 258-Édition de livres et périodiques et autres activités dédition 461-Télécommunications 162-Programmation, conseil et autres activités informatiques 763-Traitement de données, hébergement et activités connexes, portails de site 164-Intermédiation monétaire 368-Location et exploitation de biens immobiliers propres ou loués 269-Activités juridiques et comptables 470-Activités des sièges sociaux et conseil de gestion 171-Activités darchitecture et dingénierie ou de contrôle et analyses 1072-Recherche-développement en sciences 174-Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques n.c.a. 278-Activités des agences de travail temporaire et ressources humaines 180-Activités de sécurité 281-Nettoyage courant des bâtiments, désinfection, dératisation, etc. 482-Activités administratives, centres dappels et Activités de soutiens n.c.a. 385-Enseignement 290-Autre création artistique 1Total 55 Les établissements les plus représentés sont ceux des secteurs darchitecture – ingénierie, decontrôle -analyses et de programmation. 28
    • Pour les établissements qui ont souhaité communiquer sur la question les réponses sontmajoritairement celles des dirigeants de ces établissements (Présidents, Directeurs, Chefsd’entreprises/Gérant(e)s). Cela démontre une préoccupation pour la question de la part des entrepriseslorsqu’il y a réponse.Tableau 9 : Fonction occupée par la personne répondant. Fonction occupée par la personne répondant Nombre Assistante administrative. 1 Assistante de direction 1 Associé-gérant 1 Attachée de direction 1 Auto-entrepreneur 1 Chargée de RH 1 Chef dentreprise / Gérant(e) 14 Contrôle de Gestion 1 D.A.F 2 Directeur 2 Directeur Général 3 Directeur Général - Président du Directoire 1 Directeur Régional 1 Direction 1 DRH 3 PDG 5 Président 4 Président du CA 1 RAF 1 Responsable administrative et financière 2 Responsable des relations extérieures, chef de projet PDE 1 Responsable financier 5 Responsable Pôle Ressource et Communication 1 Secrétariat Général 1 Source : Enquête RAUDIN –DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011II.2 Les résultats de l’enquête: Pour près de un employeur sur cinq (21/55), la formule qui définit le mieux le télétravail estun « contrat de confiance partagée ». 29
    • II.2.1/ Le télétravail : une pratique identifiée. Le télétravail est connu de plus de 8 établissements sur 10, 3 établissements sur 10 en ontune idée précise mais reste assez approximative pour 1 sur 2.Figure 8 : Vous êtes vous fait une idée sur le télétravail? 30 25 Nombre de réponses 20 15 10 5 0 Oui, précise. Oui, approximative. Non ou très peu. Ne sais pas Réponses Source : Enquête RAUDIN –DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 L’existence de la pratique est donc connue dans l’ensemble, bien qu’un établissement sur six(9/55) déclare ne pas avoir une bonne connaissance de la pratique. Ces derniers sont des établissements d’intermédiation monétaire et d’activités darchitectureet dingénierie (deux dans chacun des cas), puis 1 établissement pour les secteurs de comptabilité, depromotion immobilière de logements, de sécurité, d’enseignement (sportif) et un laboratoired’analyses techniques. Ils sont principalement dans les grands pôles urbains (4/9) et les communes dePôle urbain - banlieues (3/9) de ces pôles (départements de Gironde et des P-A). Ces établissementssont surtout petits et comprennent un établissement de 73 salariés, deux d’une cinquantaine, et six demoins de 35 salariés.La question du télétravail, dont le but est de réduire les déplacements quotidiens, se pose dansl’entreprise pour une éventuelle participation aux frais de déplacements et au-delà, par rapport à lasaturation des grands pôles urbains par les flux pendulaires d’actifs.En 2007 30 , 1 236 611 actifs se sont déplacés vers et/ou dans la seule Communauté UrbaineBordelaise pour travailler dans une autre commune que celle où ils résident. Parmi ceux-là:  257 680 actifs habitaient la CUB  978 931 actifs venaient d’en dehors de la CUB, saturant le réseau routier sur les plages horaires de flux pendulaires.Les embouteillages se forment désormais en amont des pôles urbains dès l’entrée sur les axes qui lespénètrent. Le télétravail propose de réduire les flux en les captant dès leurs origines, plutôt qued’agrandir les infrastructures pour accueillir toujours plus de flux. Sachant que les transports enAquitaine représentent 30 % de la consommation d’énergie finale (source : Région).30 Source : INSEE 2007 Table de mobilités (RGP). 30
    • Carte 6 : Flux intercommunaux d’actifs aquitains (2007). Note : les flux de moindre importance ne sont pas représentés par soucis de lisibilité. Les pics pendulaires de trafic, sources de ralentissements, correspondent, à l’arrivée vers lelieu de travail et son départ le soir ; la saturation commence dès l’arrivée sur les axes qui pénètrentdans les pôles urbains. 73% des actifs français quittent leur commune de résidence pour travailler(INSEE 2004). Ces déplacements posent problème sur la CUB, avec une rocade saturée le matin dès7h30 et le soir à partir de 17h30 pendant deux heures consécutives. Même chose pour les transports encommun : par exemple la ligne B du Tram de la CUB est saturée aux mêmes horaires. La volonté depasser le cap du million d’habitants risque de faire empirer la situation si des solutions ne sont pastrouvées d’ici 203031.31 Bernard Broustet, Cub : un million dha, journal sudouest.fr, publié le 29 novembre 2010. 31
    • Cet exemple se retrouve en semaine dans les autres grandes villes aquitaines (Pau, au BAB,Agen, Dax, etc.) avec une mobilité intercommunale dans les pôles urbains de banlieue à banlieue etdes flux d’entrée sur le pôle urbains depuis les territoires périphériques, périurbains et ruraux. Les coûts en transports publics que les communes doivent supporter sont aussi basés sur cespics. ‘Lisser’ ces pics de déplacements pendulaires avec un système de rotation et de d’horairesd’arrivée au travail décalés pourrait aider à les absorber ; tout en optimisant les réseaux de transport encommun, avec une diminution des rames de bus ou tram non nécessaires, transport alternatif, oudessertes supplémentaires à budget égal. Et plus de deux établissements sur cinq participent aux trajets domicile-lieu de travail dansles pôles urbains.Figure 9 : Prise en charge des déplacements des salariés (domicile - travail) 30 Nombre de réponses 25 20 15 10 5 0 Oui Non Ne sais pas Réponses Source : Enquête RAUDIN –DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 32
    • Figure 10 :Croisement de données : aide aux déplacements des salariés et type de commune d’implantation 18 Nombre de réponses 16 14 12 10 8 6 4 2 0 Oui C - Périurbain - E - Espace rural - Pôle B - Pôle urbain - Autres communes A - Pôle urbain - Ville Monopolarisé G - Espace rural - Non Banlieue demploi centre Typologie spatiale de la commune dimplantation Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE RGP 2007Figure 11 : Durée du trajet domicile-lieu de travail 14 Nombre de réponses 12 10 8 6 4 2 Moins de 30 minutes. 0 De 30 minutes à 1 heure. B - Pôle urbain - Autres communes C - Périurbain - E - Espace rural - Pôle A - Pôle urbain - Ville Monopolarisé G - Espace rural - Banlieue Variable demploi centre Je nai pas didée. Typologie spatiale de la commune dimplantation Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE RGP 2007 L’atout du télétravail - limiter les déplacements pendulaires - présente un intérêt pour lesétablissements tertiaires de plus de 20 salariés puisque plus des 2/5 participent aux déplacementsprofessionnels de leurs salariés (24/55) : 3/5 de ces établissements en centre de pôle urbain le font,comme 2/5 des établissements des communes de banlieue des pôles urbains. Les durées de déplacement semblent plus courtes pour les zones rurales. Cela peuts’expliquer en partie par l’absence des embouteillages du pôle urbain dans les trajets commune ruraleà commune rurale aux horaires des pics de circulation. Dans l’ensemble la durée des trajets aquitainsest dans la moyenne nationale (26 à 32 minutes; 36 à 43 minutes sans transports publics). 33
    • En considérant le temps quotidien perdu dans les transports, le stress inhérent aux risquesd’embouteillages et de retard, et le coût d’un véhicule particulier ou professionnel (achat, entretien,réparations éventuelles, carburant, stationnement et assurance) le télétravail apparait intéressant. Le télétravail est perçu comme efficace par près de 4 établissements sur 10 (plus de 4 sur 10potentiellement32) pour contribuer au désengorgement de la circulation dans les villes et les grandsitinéraires (dans le cadre des politiques de développement durable, en limitant les déplacementsprofessionnels).Figure 12 : Le télétravail participe-t-il à la fluidification de la circulation routière ? 30 25 Nombre de réponses 20 15 10 5 0 Oui Non Peut-être Ne sais pas Réponses Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 201132 En ajoutant les réponses « oui » et « peut-être ». 34
    • Figure 13 : Impact du télétravail sur à la fluidification de la circulation routière 18 Nombre de réponses 16 14 12 10 8 6 4 Oui 2 Peut-être 0 Non Sans réponse Typologie spatiale de la commune dimplantation Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE RGP 2007 La moitié des établissements répond que le télétravail n’aurait pas d’impact sur la circulationroutière (27/55). Cette perception vient des établissements implantés dans les pôles urbains, et ne seretrouve pas en dehors (hormis un cas en espace rural pôle d’emploi, à Nontron). Travailler à distance permet également de pouvoir travailler moins loin de chez soi ou d’untiers lieu professionnel (télécentre, espace de coworking) ou non (gare, aéroport, hôtel, etc.) pours’adapter aux besoins et à la situation de l’actif. Les économies à considérer avec la diminution du budget « mobilité » sont pour l’actif et del’employeur (si participation):  La consommation en carburant (normale et augmentée en embouteillage).  Une moindre usure du véhicule.  La possible renégociation à la baisse du coût de l’assurance (formule ‘au kilomètre roulé’).  Un moindre risque d’accident de la route. On peut même envisager de s’affranchir d’un véhicule personnel (transport en commun,covoiturage, ou location ponctuelle pour une importante fréquence de télétravail). Si la pratique du télétravail peut avoir une application concrète en dehors de l’améliorationde la qualité de vie des salariés, c’est probablement de relocaliser de l’activité à proximité du domicilede l’actif et donc de participer au désengorgement des réseaux routiers des pôles urbains. Une faiblebaisse de la circulation pourrait faire la différence avec un retour de la fluidité dans le trafic.II.2.2/ Relier qualité de vie et efficacité professionnelle. Le télétravail est également perçu, pour les deux tiers (35/55), comme une solutiond’amélioration de la qualité de vie des salariés : 35
    • Figure 14 : Le télétravail améliore-t-il la qualité de vie de vos salariés ? 40 35 Nombre de réponses 30 25 20 15 10 5 0 Oui Non Peut-être Ne sais pas Réponses Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011Figure 15 : Croisement de données : le télétravail améliore-t-il la qualité de vie de vos salariés et typologie spatiale de la commune d’implantation de l’établissement. 20 18 16 Nombre de réponses 14 12 10 8 6 Oui 4 2 Peut-être 0 Non Sans réponse Typologie spatiale de la commune dimplantation Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE RGP 2007 A nouveau le « oui » en pôle urbain est majoritaire, mais cette réponse est égalementprésente en zone rurale, bien qu’il y ait trop peu de données pour tirer des conclusions. Pour Logica(entretiens), il s’agit même d’un avantage stratégique sur la concurrence pour sa gestion des ressourceshumaines. 36
    • II.2.2.1/ Une demande salariée croissante en France. Le télétravail permet une meilleure gestion des temps professionnels et de vie de famille. Lapossibilité d’horaires plus souples permet de maximiser les meilleurs moments de concentration desactifs avec aussi la possibilité de s’interrompre pour un impératif et reprendre plus tard dans la journée(comme porter ou aller chercher ses enfants à l’école). La cohabitation entre sphère privée et sphèreprofessionnelle devient plus souple à gérer. Notamment pour les cellules familiales monoparentales. L’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF) a fait un sondage33 en 2011 pourson Observatoire de la parentalité en entreprise qui révèle que « 16 % des salariés-parents » ont accèsau télétravail, et que 70 % des salariés déclarent toujours que leur entreprise ne fait pas beaucoup dechoses pour les aider, dont 74 % des salariés en situation monoparentale au sein de leur foyer ». 31 %34 des enquêtés (contre 25 % en 2009 et 29 % en 2010) considère le télétravail commechoix prioritaire pour améliorer l’organisation de leur travail pour mieux concilier vies privée etprofessionnelle ; 24 % considèrent retenir le télétravail comme l’un des 3 meilleures propositions pourles parents - salariés parmi l’ensemble de celles que le questionnaire propose (contre 19 % en 2009 et23 % en 2010). Toujours dans le même sondage, 10 % des sondés déclaraient en 2009 une pratique dutélétravail dans leur entreprise, ils sont 16 % en 2011 (26% pour les parisiens). La demande, très forte pour les cellules familiales monoparentales, s’explique dans l’enquêteen partie par la difficulté de mener une vie professionnelle avec une vie privée durant laquelle il fauts’occuper d’enfants avec les ressources d’un seul actif.II.2.2.2/ Augmenter le pouvoir d’achat des salarié(e)s sans augmenter le salaire. Diminuer les dépenses professionnelles des salarié(e)s constitue une solution alternatived’augmentation du pouvoir d’achat en réduisant un budget transport en véhicule particulier d’autant decarburant non consommé. Il en va de même pour les entreprises ayant un parc de véhiculesprofessionnels ou prenant en charge une partie des déplacements de leurs salariés (pendulaires ouautres). Pour les femmes pouvant subir une inégalité salariale avec des salaires plus bas à compétenceset postes égaux (en particulier celles en situation de famille monoparentale), cette possibilité dedégager des ressources mensuelles supplémentaires peut se révéler avantageuse pour améliorer leurqualité de vie. Néanmoins cela n’aura qu’un faible impact et ne compensera pas les inégalitéssalariales homme – femme qui peuvent exister. Pour une entreprise dégageant peu de bénéfices, ayant investi ou bloqué des ressources àd’autres fins, ou encore étant en difficulté, cette possibilité est à considérer. Autre flexibilité permise :la fréquente et les horaires.II.2.2.3/ Une flexibilité horaire et fréquentielle totale : concilier vies privée etprofessionnelle. Le télétravail est un mode d’organisation du travail à distance : le travail s’adapte à l’actif etnon l’inverse. A ce titre sa fréquence est à la discrétion de l’accord mutuel employeur – employé(e) :un ou plusieurs jours par semaine, par quinzaine, ou même à temps complet. Sur une base d’heures de présence au travail de 9h 00 à 17h 30 35, si l’on ajoute le temps misà porter puis rechercher ses enfants à l’école et 30 minutes de transport pour rejoindre le lieu detravail, l’actif passe près de 2 heures quotidiennes à se déplacer. Le télétravail peut annuler ledéplacement vers et depuis le lieu de travail certains jours.33 Le sondage a été réalisé en ligne du 30 mars au 13 avril auprès dun échantillon représentatif de 1 007 salariés ayant desenfants de moins de 25 ans au foyer. Il s’agit d’un baromètre annuel depuis au moins 2009.34 Base : ensemble de l’échantillon [Questions ‘splitées’. Items posés aléatoirement à une personne sur deux].35 A plus ou moins 1 heure pour les salariés selon l’employeur, beaucoup plus pour un indépendant ou une micro entreprised’une à deux personnes. 37
    • Le télétravailleur peut choisir convenir d’horaires plus avantageux et s’interrompre pour desobligations personnelles ou imprévues. Il s’agit d’un vrai plus pour la vie privée.II.2.2.4/ Le risque du télétravail à temps complet : le sentiment d’isolement. Le télétravail n’a pas forcément vocation à supprimer totalement la présence dans lesbureaux de l’entreprise. Un voire deux jours télétravaillés sont concevables et des expérimentationsmontrent qu’il s’agit d’une bonne moyenne avec une dizaine de jours par mois 36. Télétravailler pluscommence à favorise l’isolement. Logica, un des établissements enquêtés ayant mis en place lapratique, a capé le temps maximal télétravaillable au motif qu’il faut garder un équilibre de travaildans et hors de l’établissement. Autrement le sentiment d’appartenance de plein pied dans l’équipe /l’entreprise peut se réduire (pour l’actif autant que les collaborateurs), et une perte de motivation. Al’inverse Témésys, entreprise géographique éclatée, a mis en place un système de visio conférencepermanente accessible par chacun des salariés pour compenser la difficulté de rassembler l’équipe enun même lieu. Une base de 1 jour télétravaillé par semaine minimum permet de voir les résultats dans lecadre d’une expérimentation ou de l’adoption de la pratique. 2 jours sont une bonne moyenneoptimisés. A noter qu’une moyenne de 10 à 13 jours par mois a été choisie comme optimale par leConseil Général du Finistère après deux phases d’expérimentation, avec montée en puissance dudispositif. Cette conclusion est la même que recommandée dans le rapport du CAS de 2009 en prenantune étude37 du l’Institut Danois des Technologies (Danish Technological Institute) où le maximum deproductivité est obtenu entre 10 et 16 jours mensuels télétravaillés (près de 110 %). La productivitéaugmente de 98 % (1 jour télétravaillés), puis diminue au-delà de 16 jours pour tomber à 85 % à tempsplein). Il faut donc faire attention à bien gérer la fréquence de télétravail. Un appel téléphonique oumieux, une visioconférence pourraient diminuer l’isolement tout en échangeant sur la progression dutravail. De plus les discussions à teneur non professionnelle permettent de conserver un lien avecl’entreprise. Les tiers-lieu permettant le télétravail (espaces de coworking et télécentres) sont une autresolution pour contrer un sentiment d’isolement hors du lieu de travail dans la mesure où ils favorisentla rencontre entre salariés.II.2.2.5/ Une mauvaise réputation répandue, liée à des abus et des mauvaises pratiques. Le télétravail est souvent présenté humoristiquement sous la forme d’un travail où le‘laissez-aller‘ l’emporte sur le sérieux. C’est dû en partie aux stéréotypes et aux carcans sociaux dumodèle de travail (partir tôt le matin et retour sans la soirée) et des carcans managériaux (le salarién’est pas sous contrôle visuel ou dans les locaux, donc il n’est pas possible de constater son travail devisu et en temps réel). De nombreuses caricatures reprennent ces préjugés sur Internet: un salarié en robe dechambre qui a quelques minutes de retard ; une jeune femme couchée devant une télévision « je bosseà fond », etc. Si le dessin est savoureux il ne montre que les dérapages de la pratique, liés à une fautemanagériale (comme un non suivit du travail, ou un salarié abandonné à lui-même) voire une absencecomplète de professionnalisme des salarié(e)s. Le télétravail n’est pas non plus « une aliénation de lindividu et un encouragement au replisur soi » à la condition qu’il ne soit pas à temps complet et correctement mis en place en mettantl’humain au centre et non l’aspect économique. Les entreprises le mettant intelligemment en placeévitent ces écueils : le management encadre et accompagne le travail. Les établissements ayantrépondu le perçoivent avant tout comme un dispositif d’amélioration de la qualité de vie de leurssalariés, un autre mode de travail pour vivre avec l’entreprise. Le trinôme manageur – salarié - collègues est la clé de voute de la réussite, ou de l’échec dela pratique. Ne sont choisis que les salariés bien intégrés dans l’établissement et connus par leurs36 Le Conseil Général du Finistère estime l’équilibre pour ses services à 13 jours par mois.37 Analyse de Roland Berger pour le CAS. 38
    • manageurs pour leur sérieux ; s’il existe un problème, la réversibilité permet de stopper l’expérience.Le télétravail peut également représenter une récompensant pour un(e) salarié(e) avec des conditionsde travail plus avantageuses. En termes de proximité de contact auprès de clients/partenaires ou d’image de l’entreprise,3/4 des établissements ayant répondu pensent que le télétravail n’a pas d’influence.Figure 16 : Le télétravail améliore-t-il votre image et le contact avec vos clients / partenaires ? 45 40 35 Nombre de réponses 30 25 20 15 10 5 0 Oui Non Peut-être Ne sais pas Réponses Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 En revanche, trois logiques de visibilité ont été développées par des établissements via letélétravail en Aquitaine:  Mettre en avant une démarche d’implication des établissements dans le bien-être de leurs salariés/collaborateurs  Être éco-responsable, en s’engageant sur des pratiques de développement durable.  Etre visible sur le terrain en ayant un seul lieu de rencontre professionnalisé pour des indépendants afin de travailler, d’accueillir des clients et pouvoir leur montrer les réalisations (indépendants).II.3/ Télétravailler confère aussi des avantages quant aux conditions de travail. 4 établissements sur 10, presque la moitié avec les réponses peut-être, considèrent qu’ilapporte une amélioration de la productivité. Cela est principalement dû à la capacité de travailler aucalme (entretiens). 39
    • Figure 17 : Le télétravail améliore-t-il les objectifs de productivité ? 30 25 Nombre de réponses 20 15 10 5 0 Oui Non Peut-être Ne sais pas Réponses Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011II.3.1/ Pouvoir se concentrer au calme. Le travail dans les locaux de l’employeur est souvent fragmenté par d’innombrablesinterruptions : appel téléphonique, demande d’un collègue, pause, difficulté à se (re)concentrer enraison du passage et des discussions, portes qui claquent… L’externalisation de l’activité permet de choisir un environnement de travail au calme, sansgènes sonores ou interruptions, pour travailler avec une pleine concentration. C’est d’autant plusimportant lorsqu’il s’agit d’un travail de conception. Le télétravailleur peut se consacrer à un travailparticulier plus exigeant sur ces heures, ou avancer plus vite qu’au bureau dans le traitement dedossiers. Le travail à distance se matérialise aussi par moins d’oral et plus d’écrits donc des tracesarchivables, facilement retrouvables par mots clés. Cela permet de mieux suivre l’évolution du travailet d’en vérifier l’avancement, ou encore retrouver un dossier traité.II.3.2/ Une mission, des objectifs, un délai. Le télétravail est principalement lié à un management par objectifs: une mission (dédiée autélétravail ou poursuivie avec cette pratique), et un délai. D’éventuelles étapes intermédiaires – paliersd’avancement - peuvent être décidées pour mieux gérer l’avancement. Si un manageur a peur que sonsalarié ne succombe à un laisser-aller, ces paliers constituent une sécurité prouvant le sérieux dutélétravailleur et l’avancée de la réalisation. D’autant plus que le manageur connaît déjà le salarié avecqui il existe déjà une confiance mutuelle. Reste la difficulté d’évaluer précisément la durée nécessaire à un travail purement qualitatifcontrairement à une activité essentiellement quantitative, mesurable. La réponse « non » pour l’amélioration de la productivité dépend en partie de l’impossibilitéd’évaluer sans expérimentation, de la mauvaise perception des avantages et des inconvénients de lapratique car ce n’est pas le mode de fonctionnement actuel de l’établissement. 40
    • II.3.3/ Le télétravail aide à l’insertion des travailleurs handicapés. Un dernier atout du télétravail est l’insertion professionnelle, toujours dans la logique deremettre l’humain au centre : l’abolition de la distance par les TIC est reconnue comme une chance enparticulier pour les personnes à mobilité réduite. 4,5/10 des établissements approuvent son utilité et,au total 5,8/10 considèrent la pratique utile à l’insertion professionnelle.Figure 18 : Le télétravail aide-il à l’emploi de personnes handicapées et à l’insertion professionnelle en général ? 30 25 Nombre de réponses 20 15 10 5 0 Oui Non Peut-être Ne sais pas Réponses Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 La mobilité est devenue une quasi-obligation sociale et professionnelle et ne pas pouvoir sedéplacer est devenue un handicap. L’entreprise va chercher les compétences de personnes là où ellessont, chez des personnes qui peuvent parfois avoir des difficultés à se rendre quotidiennement parleurs problèmes moyens dans les locaux de leur employeur, ou dont les locaux peuvent ne pas êtreadaptés ou encore desservis par les transports en commun.II.4/ Près d’un établissement sur deux pourrait télétravailler d’ici 2016. Cette proportion rejoindrait l’anticipation du CAS en 2009…II.4.1/ Un établissement sur quatre ayant répondu pratique le télétravail. Ce résultat tend vers l’évaluation de l’INSEE de 2008 pour l’ensemble des établissements(22%). Le télétravail est une réalité dans 14 établissements sur 55 ayant répondu, la fréquence de lapratique variant dans chacun. Il est impossible de faire une analyse par département ou secteurd’activité en raison du faible nombre de réponses (12 établissements sont en Gironde, les deux autresen Dordogne). 41
    • Figure 19 : Nombre d’établissements pratiquant le télétravail par département. 14 Nombre détablissements 12 10 8 6 4 2 0 Département Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Ces secteurs d’activité sont variés. Seulement le tiers (4/12) des établissements travaille dansl’informatique (édition de logiciels et programmation) et a pour cœur d’activité les TIC. Ainsi ce n’estpas tant les moyens ou l’activité de l’établissement mais son libre choix d’intégrer ou non cettepratique de travail en fonction de son organisation.Tableau 10 : Secteurs d’activité pratiquant le télétravail. Secteurs dactivité où se pratique du télétravail Nombre détablissements 46- Commerce de gros (boissons) 1 58.2- Edition de logiciels 1 62.0- Programmation, conseil et autres activités informatiques 3 64.2- Activités des sociétés holding 1 69.2- Activités comptables 1 70.2- Conseil de gestion 1 71.1- Activités darchitecture et dingénierie 2 74- Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques n.c.a. 1 82.9- Activités de soutien aux entreprises n.c.a. 1 85.5- Autres activités denseignement 1 90.0- Autre création artistique 1 Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 INSEE NAF 2008 L’échantillon montre que le télétravail ne s’adresse pas qu’aux informaticiens. Des activitésd’administration, de commerce, de recherche ou de création artistique sont compatibles avec letélétravail. Les bureaux d’études disposent de nombreux cadres dont le travail dépasse les 35 heures etcontinue souvent en mobilité ou à domicile, les artistes graphiques, les comptables et les gestionnairesou encore les commerciaux se servent de terminaux informatiques dans leur travail et le transmettentune fois terminé. Le télétravail concerne donc un grand nombre de secteurs du tertiaire. Concernant la taille de l’établissement, le télétravail n’est pas réservé aux grandes entrepriseset est parfaitement applicable aux PME (8 établissements de 20 à 49 salariés le pratique) et au TPE(deux auto entrepreneurs et une entreprise de 7 salariés) qui ont parfois besoin de flexibilité dans leur 42
    • organisation. La pratique est également déclinable dans les très petits établissements et pour les auto-entrepreneurs.Figure 20 : Effectifs des établissements qui pratiquent le télétravail 9 8 Nombre détablissements 7 6 5 4 3 2 1 0 1à9 20 à 49 50 à 99 100 à 199 Inconnu Effectifs de ces établissements Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 La pratique s’est surtout développée depuis moins de 10 ans (1 seul cas au-delà de 10ans) etplus particulièrement depuis moins de 5 ans et moins (9/14)38, dont 4 dans les deux dernières années :cela correspond au déploiement du haut débit en Aquitaine chez les particuliers.Figure 21 : Ancienneté de la pratique du télétravail dans ces établissements 6 Nombre de réponses 5 4 3 2 1 0 2 ans et moins 3 à 5 ans 6 à 10 ans Plus de 10 ans Ancienneté de la pratique Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Ces établissements pratiquant le télétravail sont principalement implantées dans lescommunautés de communes des plus grandes villes, en plus de leurs villes polarisante (Bordeaux, Pau,BAB, Périgueux, etc.), plus précisément dans les banlieues des grands pôles urbains (Mérignac,Pessac, Boulazac, Anglet ou encore Lons).38 Occurrence du passage au télétravail ; son développement avec 2 phases de passage au télétravail dans la même entreprisecomptent pour 2. 43
    • Il est intéressant de constater le déplacement de la pratique avec un gradient temporel etspatial : les plus anciennes se retrouvent dans tous les types de commune.Figure 22 : Type de communes et ancienneté du télétravail 5 Nombre de réponses 4 3 2 2 ans et moins 1 3 à 5 ans 0 6 à 10 ans Plus de 10 ans Typologie spatiale de la commune dimplantation Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE RGP 2007 Par contre depuis 2007 (année du Grenelle de l’Environnement), c’est dire entre 3 à 5 ans, lapratique a été principalement développée dans les établissements en communes de type pôle urbain-banlieue et les communes rurales-pôle d’emploi. Les pratiques de moins de 3 ans sont localisées dansles pôles urbains et leurs communes périphériques. Les plus anciennes pratiques sont liées àl’informatique, à l’intermédiation monétaire, et aux activités juridiques et comptables. Ces établissements de services usent d’ordinateurs au quotidien dans leur activité. Ils se sonttournés vers cette pratique lorsque le télétravail a été remis à l’ordre du jour avec des pratiquescompatibles avec le nouveau paradigme d’aménagement du développement durable : meilleure qualitéde vie, sources d’économie pour l’entreprise, activités et développement écologiquement responsables.Les emplois concernés sont dan la moitié des cas l’administration/comptabilité (8 cas sur14), lescommerciaux (6 cas sur 14) et le management (5 cas sur 14). Les relations publiques et lacommunication ne concernent que 4 cas sur 14. Seulement deux cas pour les postes techniques deconception ou d’exécution. 44
    • Figure 23 : Postes télétravaillés dans les établissements 9 Nombre détablissements 8 7 6 5 4 3 2 1 0 Management Administratifs / Commerciaux Postes techniques Postes techniques de Communication Relations publiques comptables conception et de développement dexécution et clientèle Postes Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Le télétravail concerne pour la quasi-totalité des métiers dans le secteur informatique(programmation, conseil et autres activités) ; plusieurs postes dans les activités de sièges sociaux et deconseil de gestion ainsi que les activités darchitecture et dingénierie ou de contrôle et analysestechniques : administration, management, relations publiques et clientèle, communication. 45
    • Figure 24 : Métiers télétravaillés selon les types d’activités. 3 Nombre doccurences par type de métier 2 1 Administratifs Postes dexécution 0 Postes de conception Commerciaux Management Communication Relations publiques Secteurs dactivité NAF 2008 Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE NAF 2008 Les emplois d’administration intègrent du télétravail dans de nombreux secteurs. Les postesde conception concernent seulement l’édition et l’informatique alors que les postes d’exécution sontlocalisés sur cette dernière activité. Les métiers de commerciaux télétravaillant sont basés dans lesentreprises d’informatique et les activités d’architectes et dingénierie ou de contrôle et analysestechniques ; tout comme le management avec en plus l’intermédiation monétaire, de activitésadministratives, centres dappels et activités de soutien aux entreprises et enfin l’enseignement. Toutes les activités d’administration / gestion des comptes (activités codes NAF 62, 64,70 et82) de l’échantillon pratiquant le télétravail ont placé 1 à 2 salariés depuis au moins 6 ans (3 cas sur 4)en télétravail au moins 50 % du temps de travail (2 cas sur 4) et pour un 1 à plein temps (le dernier casest un jour télétravaillé par quinzaine). La partie administration des établissements semble donc tout àfait propice à intégrer la pratique. Le faible nombre de postes techniques laisse toutefois penser que les métiers télétravaillés(hors postes d’administration / gestion) sont ceux qui dans l’établissement sont périphériques ouindirectement liés à l’activité propre de l’établissement. Le cas des commerciaux est particulier car il s’agit d’une modernisation des commandes télétransmises et de la gestion du fichier client, propre au métier, permettant de implanter plus facilementun commercial sur un ou plusieurs territoires sans forcément qu’il revienne physiquement toutes lessemaines dans l’établissement. C’est donc plus une évolution qu’une révolution des pratiques de cemétier. Les entretiens qualitatifs ont permis de savoir que c’est moins le métier que certaines tâchesliées au métier qui importent dans le choix de la pratique ; même un métier avec peu d’usage des TICpeut être éligible en concentrant cette activité sur une ou plusieurs demi-journées dans la semaine ou laquinzaine. Théoriquement presque tous les métiers d’une entreprise de service peuvent être 46
    • télétravaillés. Même le secrétariat-accueil (à condition de rediriger les appels et que l’établissementsoit suffisamment important pour avoir plusieurs salarié(e)s sur ce poste pour une présence continue). Nous avons demandé à ces établissements quels intérêts ils voyaient à l’utilisation dutélétravail parmi les objectifs suivants : amélioration de votre productivité ; amélioration de la qualitéde vie de vos salariés ; image et contact auprès de vos clients et collaborateurs ; désengorgement dutrafic routier et enfin insertion professionnelle et emploi des personnes handicapées. Parmi les possibilités offertes par le télétravail, un peu moins de la moitié (6/14) a constatéune augmentation de la productivité. En revanche 12/14 établissements notent une amélioration laqualité de vie en gérant mieux les temps des vies privée et professionnelle.Figure 25 : Avantages constatés avec le télétravail. 12 Nombre de réponses 10 8 6 4 2 0 Oui Améliore la qualité de vie contact avec vos clients / travailleurs handicapés et désengorgement de la Améliore la productivité plus largement linsertion Améliorer limage et le Non Favorise lemploi des Contribuer au professionnelle de vos salariés Peut-être circulation partenaires Avantages Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Seulement 3 établissements pensent améliorer leur image grâce au télétravail auprès de leurspartenaires et clients, mais 8/14 établissements sont convaincus que le télétravail participe àdésengorger les routes (plus de la moitié). Intérêt d’autant pour plus grand la mobilité que près de lamoitié des établissements pratiquant le télétravail participent aux déplacements professionnels de leurssalarié(e)s (6/14) pour les trajets domicile-lieu de travail (distance temps domicile-lieu de travail égaleentre moins de 30 minutes et de 30 minutes à 1 heure, 7/14 chacun). Le télétravail semble donc plus perçu comme un engagement concret pour l’amélioration dela vie de l’entreprise que comme un avantage markéting supplémentaire. Un peu plus de la moitié (8/14) estime le télétravail fiable comme moyen d’insertionprofessionnelle pour des jeunes, des séniors ou des personnes à mobilité réduite. Le nombre réel de télétravailleurs concerne aujourd’hui peu de salariés : principalementmoins de 5 salariés, 1 à 2 salarié(e)s pour un cas sur deux et 3 à 5 salarié(e)s pour 4 établissements. 47
    • Figure 26 : Nombre de salarié(e)s qui télétravaillent par établissement 8 Nombre détablissements 7 6 5 4 3 2 1 0 1à2 3à5 6 à 10 20 et plus Ne sais pas Effectifs concernés Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Le télétravail semble principalement une solution d’appoint dans la réalisation des activitésavec un jour par semaine ou quinzaine (8/14) dans les pôles urbains ; et moins une pratique principalede travail (3/14) à 50% ou plus de l’activité ou à plein temps, que l’on retrouve dans les établissementsdes communes Pôle urbain- banlieue.Figure 27 : Temps télétravaillé 5 Nombre détablissements 4 3 2 1 0 A plein temps. 50% et plus de Au moins un jour Au moins un jour son temps de par semaine par quinzaine travail Fréquence de télétravail Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Le télétravail sert surtout à la flexibilité organisationnelle, pour répondre à un besoinponctuel. La répartition spatiale des pratiques montre que les différentes fréquences de télétravail sontprésentes sur tous les types de communes. 48
    • Figure 28 : Croisement de données : type de commune d’implantation et fréquence du télétravail 4 Nombre détablissements 3 2 Au moins un jour par 1 quinzaine Au moins un jour par 0 semaine 50% et plus de son temps de travail A plein temps. Typologie spatiale de la commune dimplantation Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE RGP 2007 Les activités à 50 % et plus du temps travaillé concernent la création artistique,l’intermédiation monétaire, l’informatique et les activités administratives. 49
    • Figure 29 : Secteurs d’activité et fréquence du télétravail 3Nombre détablissements 2 1 Au moins un jour par semaine 0 Au moins un jour par quinzaine 50% et plus de son temps de travail A plein temps. Secteur dactivité NAF 2008 Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE NAF 2008 Quatre freins structurels apparaissent dans l’enquête lors de la mise en place du télétravail:  Trois liés à l’entreprise: charges technologiques, adaptation du management et nécessité d’évaluation de la pratique.  Un lié aux Fournisseur d’Accès à Internet (FAI) et aux acteurs publics impliqués dans la résorption des zones blanches: mauvaise qualité de la connexion hors de l’établissement à ce jour. Les principaux obstacles rencontrés dans la mise en place du télétravail sont avant tout lescharges technologiques pour presque tous (8 occurrences) ; puis l’adaptation du management, le débitde connexion disponible hors les murs de l’établissement et la mise en place d’une évaluation de lanouvelle pratique (6). Enfin adaptation des salariés (4), adaptation du contrat (3) et identification desservices et salarié(e)s concernés (2) arrivent en fin des problèmes. 50
    • Figure 30 : Obstacles rencontrés par activité lors de l’instauration du télétravail 9 Nombre détablissements 8 7 6 5 4 3 2 1 0 Obstacles Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Les secteurs avec le plus d’occurrence sont l’informatique (9 occurrences), l’intermédiationmonétaire et l’enseignement (5), les activités juridiques et comptables et les activités darchitecture etdingénierie ou de contrôle et analyses techniques (4). 51
    • Figure 31 : Obstacles rencontrés par activité lors de l’instauration du télétravail par secteurs d’activité 3 Nombre détablissements 2 Adaptation des salariés 1 Adaptation du management Charges technologiques 0 Débit de connexion internet Identification des services et des personnes Adapter le contrat de travail Processus dévaluation Secteurs dactivité NAF 2008 Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE NAF 2008 Dans le détail, le problème de la prise en charge des charges technologiques de mise en placedes connexions avec le nouveau lieu de travail est généralisé, tout comme l’adaptation dumanagement. Les problèmes d’adaptation du contrat de travail ne concernent que les établissements dusecteur informatique. La difficulté est ici de cadrer la pratique, qui répond à besoin ponctuel. L’identification des services et des tâches touche les secteurs de l’enseignement et del’intermédiation monétaire. L’adaptation des salariés se retrouve ces deux secteurs mais aussi dansl’informatique et les activités des sièges sociaux et conseil de gestion ; liée aux pratiques souventorales et moins formalisées à l’écrit. L’inconvénient du débit de connexion insuffisant, hors de l’établissement, est en train d’êtrerésolu par les plans de déploiement du haut débit dans les dernières zones non couvertes desopérateurs et de la Région. Indépendamment de ces problèmes, il faut noter un grief par rapport au découpage territorialque pratique la médecine du travail qui obligerait à repayer tous les frais lorsque le salarié déménagesur le territoire national ou se situe hors de la zone couverte de l’agence dont dépend l’établissement. 52
    • Les attentes des pouvoirs publics par ces établissements pratiquant le télétravail sont avanttout un soutien financier (de nature indéfinie) reconnaissant une pratique d’innovationorganisationnelle (8 cas sur 14) mais aussi une meilleure information sur la pratique et la possibilité dedisposer d’antennes locales de télétravail pour la moitié d’entre eux (7/14). Peu d’établissements(5/14) demandent une amélioration de la législation.Figure 32 : Aide des pouvoirs publics souhaitée 9 Nombre détablissement 8 7 Meilleure information sur la 6 pratique 5 4 3 Evolution de la réglementation actuelle pour faciliter les accords 2 dentreprises 1 0 Offre despaces de télétravail Soutien financier à linnovation organisationnelle Attentes Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Deux établissements sur quatorze comptent aussi développer le télétravail au-delà de lapratique actuelle dans leur établissement, d’ici 5 ans maximum. Pour les pratiquants actuels, aucun ne veut revenir en arrière. Et presque autantd’établissements ne télétravaillant pas aujourd’hui envisagent d’adopter la pratique à court ou moyenterme. II.4.2/ Un établissement sur cinq envisage le télétravail d’ici 5 ans au plus tard. Parmi les 41 établissements ne télétravaillant pas, 1/4 envisagent de mettre en place dutélétravail (12/41, dont 5 établissements d’ici 2 ans, autant d’ici 5 ans ; un ne sait pas encore quand etune expérimentation est en cours). 27 ne souhaitent pas l’organiser. Un l’a abandonné (raisons personnelles de la personnesalariée) et un ne sait pas. Pour les grandes établissements enquêtés, France Télécom – Orange expérimente mais n’apas encore rassemblé ses résultats; alors que d’autres sont en phase de généralisation comme Logica39.39 Exception dans cette enquête : en fin de phase d’expérimentation et non identifiée par le fichier DIANE lors de l’enquêtequantitative, Logica n’est pas intégré dans l’enquête quantitative mais est présent dans l’enquête qualitative. Logica pratiquecompte généraliser la pratique à un grand nombre de ses salarié(e)s. 53
    • Figure 33 : Envisagez-vous de pratiquer le télétravail? 30 Nombre détablissements 25 20 15 10 5 0 Nous ne Ne sais pas Expériment Nous Oui Oui dici 2 Oui dici 5 souhaitons encore ation en lavons Ne sais pas (ensemble) ans ans pas quand cours abandonné lorganiser Série1 12 5 5 1 1 27 1 1 Réponses et nombre détablissements pour chacunes delles Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Les établissements l’envisageant sous 5 ans maximum sont implantés pour la quasi-totalitéen pôle urbain (10/12), pour moitié en ville centre et pour moitié dans les communes de type pôlesurbains - banlieues.Tableau 11 : Typologie des communes où sont implantés ces établissements. Type de commune dimplantation Nombre A - Pôle urbain - Ville centre 5 B - Pôle urbain -Banlieue 5 C - Périurbain - Monopolarisé 1 G - Espace rural - Autres communes 1 L’effectif de ces établissements est très varié : un de 16 salariés, sept avec entre 20 et 49salariés, une autre de 400, deux autres ont plus de 1000 salarié(e)s. 54
    • Figure 34 : Effectif des établissements envisageant le télétravail sous 5 ans ou plus tôt. 8 7 Nombredétablissement 6 5 4 3 2 1 0 10 à 19 20 à 49 200 à 499 Plus de 1000 Inconnu Effectif de létablissement Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 La taille de l’établissement n’est donc pas non plus un frein pour les établissements quienvisagent le télétravail. Les secteurs d’activité de ces établissements sont aussi très variés : du nettoyage courant desbâtiments aux télécommunications en passant les activités comptables ou le captage, le traitement et ladistribution d’eau.Tableau 12 : Secteurs d’activités envisageant le télétravail d’ici 5 ansEtablissements envisageant le télétravail Dici Dici Ne sais Expérimentation Total(code NAF 2008) 2 ans 5 ans pas en cours36-Captage, traitement et distribution - 1 - - 1deau61-Télécommunications - - - 1 162.0-Programmation, conseil et autres 1 1 - - 2activités informatiques64.1-Intermédiation monétaire - 1 - - 169.2-Activités comptables 1 - 1 - 271.2-Activités de contrôle et analyses - 1 - - 1techniques74.9-Autres activités spécialisées, 1 - - - 1scientifiques et techniques n.c.a.80.1-Activités de sécurité privée 1 1 - - 281.2-Nettoyage courant des bâtiments, 1 - - - 1désinfection, dératisation, etc.Total 5 5 1 1 12 Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011, INSEE NAF 2008 Si les établissements dans les secteurs d’activité des TIC sont restent plus familiarisés avecla pratique du travail à distance (Télécommunications / programmation, conseil et autres activitésinformatiques), d’autres secteurs comptent intégrer la pratique (captage et distribution d’eau, nettoyage 55
    • courant des bâtiments, etc.). Mais il faut relativiser puisque tous les postes ne seront pas éligibles, d’oùla question de l’inégalité des conditions de travail dans l’entreprise. Ce qui pose la question del’inégalité de l’accès à la pratique au sein de l’entreprise. Moins de 5 salariés seraient concernés par le télétravail (9 réponses sur 12), dans un cas de31 à 50. Dans le cadre de l’expérimentation (Orange) le nombre de salariés concernés à terme ne seraconnu qu’à la fin de celle-ci.Figure 35 : Combien de salarié(e)s seraient concerné(e)s ? 10 9 Nombrte détablissements 8 7 6 5 4 3 2 1 0 1à5 De 31 à 50 Ne sais pas Nombre de salarié(e)s Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Pour ces établissements, les atouts de la pratique sont avant tout l’amélioration de la qualitéde vie des salariés pour presque tous (10/12), puis l’amélioration de la productivité pour près de lamoitié (6 /12). 56
    • Figure 36 : Qu’attendez-vous du télétravail ? 12 Nombre détablissements 10 8 6 4 2 Oui 0 Améliorer la qualité de vie Peut-être désengorgement de la Améliorer limage et le Améliorer les objectifs de Favoriser linsertion professionnelle Non Contribuer au circulation productivité contact Ne sais pas Attentes Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Un tiers pense que le télétravail est utile pour l’insertion professionnelle (avec 4 « oui », etplus de la moitié comme possible avec les réponses « peut-être »). La moitié des établissementspensent le télétravail pourrait agir sur le désengorgement des routes (5 « oui » et 1« peut-être »). Pourl’amélioration de l’image la réponse est nettement négative (6 « non »). Les principaux problèmes escomptés sont l’adaptation du management (6 occurrences sur12) et les charges technologiques pour la moitié des établissements (5/12). Vient ensuite l’adaptationdes salarié(e)s mais aussi adapter le contrat de travail et le processus d’évaluation (un tiers des cas,4/12). Le débit de connexion est insuffisant à l’extérieur de l’établissement pour seulement 3établissements. Un seul établissement a eu un problème d’identification des services et personnesconcernés. 57
    • Figure 37 : Quels freins pensez-vous rencontrer à la mise en place du télétravail ? 7 6 Nombre détablissements 5 4 3 2 1 Oui 0 Problèmes (nombre de réponses cochées) Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Les aides publiques attendues pour la mise en place du télétravail sont avant tout unemeilleure information pour plus de la moitié (7/12) et un soutien à l’innovation organisationnelle, puisune évolution de la réglementation pour faciliter les accords d’entreprise (6/12). Ces freins sont donc la mise en place technique et légale, l’évaluation de la nouvellepratique. L’adaptation du management pourrait poser problème dans la moitié des établissements. 58
    • Figure 38 : Aide escomptée des pouvoirs publics pour soutenir l’adoption du télétravail 8 Nombre détablissements 7 6 Meilleure information 5 4 Evolution de la 3 réglementation 2 1 Offre despaces de 0 télétravail Soutien financier à linnovation organisationnelle Importance Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Seulement un tiers des établissements intéressés par le télétravail (4/12) considèrentimportante ou très importante la mise en place d’antennes locales de télétravail.Néanmoins plus de la moitié des établissements ayant répondu ne souhaitent pas adopter le télétravail.II.4.3/ Plus de la moitié des établissements n’est pas intéressée par le télétravail : 28 établissements ne souhaitent pas intégrer la pratique du télétravail (la moitié del’échantillon total). La moitié de ces établissements (13/28) reconnait cependant que la pratique seraitpossible pour eux: 1 à 5 salariés pourraient théoriquement télétravailler dans 11 établissements et dans2 autres cas, 6 à 10 salarié(e)s seraient concernés. 59
    • Figure 39 : Salarié(e)s qui pourraient télétravailler dans les établissement ne le voulant pas. 12 Nombre détablissements 10 8 6 4 2 0 1à5 6 à 10 Effectifs de salarié(e)s Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Les métiers concernés seraient avant tout la gestion administrative / comptabilité del’établissement (10 réponses sur 28), puis loin derrière l’activité de commercial (5), le management etla communication (4 chacun).Figure 40 : Lesquels de vos métiers pourraient-être concernés ? 12 Nombre détablissements 10 8 6 4 2 0 Type de métiers Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011Les types de métiers désignés compatibles avec le télétravail sont ceux, hormis le management, quisont périphériques au secteur d’activité de l’établissement (comme la comptabilité). Certainsétablissements expliquent cependant que le télétravail n’est pas compatible avec leur entreprise ou leuractivité. 60
    • Tableau 13 : Les raisons d’incompatibilités au télétravail exprimées: Motifs de d’inadaptation du télétravail (nombre d’occurrences): Pas adapté au métier / à la taille de la société. 6 Travail déquipe et émulation entre salariés sur place dans l’entreprise. 5 Accueil des clients / relation clients dans l’établissement. 5 Manipulations physiques obligatoire chez le client. 4 Autres priorités pour l’entreprise. 4 Peur de destruction du lien social dans l’entreprise. 2 L’organisation interne actuelle suffit et fonctionne bien. 2 Déplacements obligatoires et fréquents / interventions. 2 Peur de laissé aller du salarié. 1 Dématérialisation insuffisante des documents papiers internes. 1 Outils de travail non délocalisables (laboratoire). 1 Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Si l’inadaptation du métier est objective dans certains secteurs d’activité (analyses avec dumatériel scientifique dans conditions de laboratoire, ou encore l’accueil des clients), l’argument de lataille de l’établissement est contredit dans d’autre établissements pratiquant déjà le télétravail oul’envisageant : auto entrepreneurs, TPE, PME et grandes entreprises. L’argument des équipes travaillant à la même table pour créer est justifié, tout commel’accueil ou les manipulations/interventions chez les clients avec des outils spécialisés. La pratique ounon dépend alors de l’organisation et des impératifs internes à l’établissement. 1/4 des établissements craint qu’une modification de leur l‘organisation actuelle, jugéesatisfaisante, entraîne la destruction du travail d’équipe. Le changement organisationnel lié autélétravail est perçu comme un risque et non une opportunité. Les problèmes anticipés dans le cadre d’une mise en place du télétravail seraient surtout dansl’adaptation du management et les charges technologiques (11 réponses sur 28) et la connexion horsétablissement (12 / 28, près de la moitié). 61
    • Figure 41 : Quels freins pensez-vous rencontrer à l’adoption du télétravail ? 14 12 Nombre détablissements 10 8 6 4 2 Oui 0 Obstacles Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 Le processus d’évaluation pose problème pour le tiers (10/28), l’identification des services etpersonnes (8/28). Seulement 1/4 rencontrerait un problème d’adaptation pour les salariés et 1/6 desétablissements (5/28) pour l’adaptation du contrat de travail. Les problèmes sont autant liés àl’organisation de l’établissement et à son fonctionnement qu’à la dépense de mise en place. Avec 12 réponses tout de même sur le problème du débit, près de la moitié exprime unecrainte sur la qualité des débits disponibles en dehors de l’établissement. Mais ce problème estextérieur à l’entreprise. En parallèle la plupart ne sait pas quelles aides attendre pour aider à mettre en place letélétravail. C’est avant tout une meilleure connaissance des pratiques et de la règlementation qui estdemandée (les seules réponses notées à la fois « très important » et « important ») : près de la moitiéattendraient de la part des pouvoirs publics une meilleure information sur la pratique (11/28). 1/3souhaiterait une amélioration de la législation sur le télétravail pour faciliter les accords dansl’entreprise (9/28). Près de la moitié aimerait une aide à l’innovation organisationnelle (12/28). 62
    • Figure 42 : Aides des pouvoirs publics qui vous feraient considérer le télétravail. 25 Nombre de détablissements 20 15 Meilleure information 10 Evolution de la réglementation 5 Offre despaces de télétravail 0 Soutien financier à linnovation organisationnelle Importance Source : Enquête RAUDIN – DTIC 2011 Fichier DIANE, DTIC 2011 La possibilité d’antennes locales de télétravail reste une interrogation en arrivant en dernieravec 1/5 des réponses (6/28) dont 20 réponses « ne sais pas ». 63
    • III/ Dépasser le télétravail : le travail collaboratif en réseau. Le télétravail n’est pas conçu comme une coupure ou une mise entre parenthèse des liensavec l’établissement contrairement à ce qui est parfois imaginé. L’image qui rend le mieux la pratique est un salarié normalement en plateau qui ferme laporte d’un bureau libre pour avancer au calme dans son travail et éviter les bruits de couloir. Il n’estpas isolé : il peut appeler ou être appelé. Seul le lieu de travail est modifié. Les échanges demeurentavec son manageur, ses collègues, ses partenaires et ses clients.III.1/ Où télétravailler : télécentre, tiers lieu ou à domicile ? Il est impossible de donner une réponse pour ce choix. Chacun présente avantages etinconvénients. Dans tous les cas il ne faut pas que les salariés se retrouvent coupés de leur entrepriseou de la vie sociale. Le temps complet télétravaillé semble à proscrire si le management ne s’adaptepas pour suivre en quasi continu le salarié (Témésys fait un suivi constant, voir la section entretiens).Dans ce cas précis il doit exister une animation de l’entreprise efficace, et avec un accompagnementtravail. Le télétravail n’est pas du bricolage : il s’organise et s’entretien. Le même état d’espritd’entreprise doit être maintenu par la communication pendant la période télétravaillée. En fait le lieu dépendra probablement des missions à accomplir, de la confidentialité desdonnées, de l’espace allouable en bureau dont disposent les télétravailleurs à leur domicile, du budgetde l’employeur ou de l’actif, et de la préférence ou non de ce(tte) dernier(ère) pour un environnementprofessionnel non isolé. Tableau 14 : Caractéristiques des tiers-lieux 64
    • Au travers des entretiens, chefs d’entreprises et manageurs ont montré une nette préférencepour le choix du domicile de leurs salarié(e)s: un environnement de travail à moindres frais pourl’entreprise et à sécurité équivalente aux locaux de l’établissement pour la confidentialité des données(avec ligne et ordinateur sécurisés). Seuls le matériel et la connexion entrent dans les frais,contrairement aux deux autres versions de tiers lieux (télécentres et espaces de coworking) où des fraisde location d’espace interviennent. Le télétravail à domicile en alternance semble à priori l’option la plus probable, commechoix majoritaire pour les salariés et les employeurs, puisqu’il permet de s’isoler au calme dans unenvironnement totalement maîtrisé (peu de bruit et flexibilité des horaires). A noter que pour les établissements dont le métier est l’informatique, le choix estsystématiquement le domicile, en ouvrant eux même une ligne sécurisée vers le domicile de leursalarié pour du télétravail. Mais toutes les entreprises n’ont pas forcément les moyens, ou lescompétences requises. Un second choix serait les tiers-lieux, sans préférence initiale. Ce choix tiendrait compte dela personnalité de la personne salariée, de l’objectif et de la confidentialité du travail à réaliser. Un grand télécentre qui comporterait un grand open space de dizaines de bureauxindividuels, semble à éviter s’il mélange les entreprises : d’une part car on risque une froideur etl’impersonnalité du lieu et mais surtout d’éventuels problèmes de sécurité des données entreentreprises concurrentes présentes. Il faudrait le scinder en sections avec une entreprise dans chacuneou une multitude de bureaux privatifs à l’accès réservé au seul usager. En revanche les espaces de coworking mettent plus en avant l’émulation et le partage deconnaissances/savoir-faire. Les indépendants semblent ceux qui auraient le plus d’avantages à attendredes espaces de co-working ses infrastructures (voir l’entretien de Madame Lucile Aigron pour l’ArrêtMinute de Pomerol). Pour les indépendants, le télétravail est moins lié au lieu d’exercice de l’activité (domicile oulocal) qu’à gommer les inconvénients d’être isolé: la relocalisation de l’activité permet d’avoir unaccès plus aisé à des personnes, outils, et ou des compétences auxquels ils n’ont que peu ou pas accèsactuellement. Quitte après à considérer le développement en réseau avec des fournisseurs et desclients, et des pratiques de travail à distance partielles. Les passages et les bruits dans les tiers-lieux sans bureaux privatifs peuvent perturber lecalme et la concentration recherchée. Fuir les conditions du bureau pour le retrouver ailleurs n’est passouhaité pour les établissements rencontrés, qui consacrent leur temps de télétravail aux tâchesexigeant le plus de concentration (reporting, conception en particulier). Il faudrait alors des bureauxprivatifs équipés et isolés du bruit, ce qui a un coût. Un petit tiers-lieu semblerait la version la plusadaptées (8-10 places comme ceux construits en Région Midi-Pyrénées) permettant de créer unmodèle économique (financement du site par les usagers). Il faut rejoindre les tiers-lieux autre que le domicile : le bilan carbone ne sera pas neutre. Descentres d’affaire existent déjà et louent des bureaux privatifs tous équipés, mais ils ne sont présentsque sur les grands pôles urbains à l’entrée des grandes agglomérations (Bordeaux Lac, etc.) ce quiforce à rejoindre l’agglomération. Par conséquent ils n’ont que peu d’intérêts sur les longs trajetspendulaires routiers ou ferrés si l’établissement employeur est implanté dans ce pôle urbain. Par contres’il n’y a pas d’établissement existant localement pour un groupe, l’option est à considérer. 65
    • Tableau 15 : Tiers-lieux et développement durable Le travail à domicile est la solution la plus simple et la plus économique pour une entreprisede plusieurs salariés (pourvu que la sécurité, une vraie connexion haut ou très haut débit - à partir de 8Mégas- et un espace adaptable à cette activité soient possibles). Pour les indépendants les espaces deco-working à temps complet ou en alternance au domicile semble la solution la plus appropriée parrapport à la demande.III.1.1/ Le travail collaboratif : vers un réseau économique et social territorial. L’économie met en concurrence les acteurs économiques, toutefois une pratique peu connuemérite d’être présentée, ayant fait ses preuves pour consolider le tissu économique et les emplois auplan local. Il s’agit d’une coopération-concurrence entre établissements ou entre indépendants/autoentrepreneurs en particulier - TPE. Le principe est une mutualisation dans un même lieu des savoir-faire et des outils de travail. Le travail collaboratif (ou coworking) consiste à faire travailler des indépendants ousalarié(e)s en réseau :  Appliqué à une équipe existante d’une PME/grande entreprise: en se réunissant physiquement pour travailler en dehors des locaux de l’établissement (tiers-lieux) ou a distance par des outils de travail collaboratif (visioconférence, documents/applications partagés) : économies d’échelles et de fonctionnement.  Appliqué à des petits établissements (TPE) / indépendants: les compétences sont mutualisées, les moyens et les risques partagés, pour plus de créativité et productivité. C’est un peu le web 2.0 appliqué au tissu entrepreneurial : travail et enrichissement collaboratif par échanges, innovations et émulations. On tisse un réseau économique complémentaire entre mêlé et adaptable sur n’importe quel(s) territoire(s) connecté(s) au haut débit, capable de chercher des contrats plus importants tout en 66
    • réalisant des économies d’échelles et de fonctionnement. Probablement une des solutions d’avenir pour la relance économique sur les territoires.Figure 43 : Modifications organisationnelles découlant du coworking Note : les liens représentés en co-working tiennent lieu d’exemple ; le domicile, non représenté, n’est pas exclu de ces liens. Des passerelles sont également ouvrables entre plusieurs lieux de travail tiers-lieux/entreprises. Le travail collaboratif développe le réseau mutualisant compétences et moyens pourobtenir et traiter des contrats (plus importants ou plus nombreux, le principe de la toile d’araignée). Letélétravail ancrant l’activité à proximité du domicile (y compris en zone rurale), les territoirespériurbains et ruraux peuvent par cette pratique maintenir des emplois ou attirer de nouveaux actifs. Le co-working a fait ses preuves dans d’autres secteurs que le numérique : dans le nord del’Italie 40 (comme en Emilie-Romagne) où le tissu de PME a concentré horizontalement etverticalement l’activité industrielle (chaussures, meubles, textile, mécanique, etc.) dans des pôlesindustriels.40 D’après R.Ferras, lEurope et ses Etats : une géographie, La Documentation française, 2000. 67
    • La concentration, pour ces activités, d’établissements à la fois concurrentes etcomplémentaires permet de réaliser des économies d’échelles dans la production, et de l’émulationdans la conception et l’innovation tout en maintenant les emplois localement. Aujourd’hui le nord del’Italie est l’ensemble territorial le plus riche du pays et exporte ses produits à l’international. Cette pratique du co-working peut être mise en place dans les télécentres ou à domicile viales TIC, en plus des espaces de travail collaboratif (coworking).III.1.2/ Un réseau de tiers-lieux qui se structure lentement en France. Plusieurs départements ruraux ont misé sur le télétravail et lui ajoutent une dimensioncollaborative: le Cantal, l’Orne ou encore le Gers, avec souvent le concours de DATAR / DIACT (de2005 à 2007), pour revitaliser les territoires ruraux au travers de télécentres. Un télécentre est un lieu professionnel destiné aux télétravailleurs où l’on trouve « auminimum un bureau privatif, (+ communs, salle de réunion…) à louer à la journée, à la semaine ou aumois ; des équipements partagés (accès à haut débit, télécopie, imprimante, ordinateur,vidéoprojecteur, visiophone etc…) et des services permanents ou occasionnels (animateur, secrétariat,…). »41 En France, le Cantal est en pointe sur le télétravail avec son télécentre du Murat 42 . Lacommune du Murat est rurale, et pour capter de nouveaux habitants, elle compte allier opportunitésprofessionnelles et cadre de vie privilégié. Elle a lancé avec la DATAR / DIACT un projet de développement de l’économie liée àl’informatique via son télécentre, qui répond à ces besoins : 1) Former au télétravail (2 sessions /an au début, 5 sessions /an aujourd’hui). 2) La construction du télécentre. 3) L’accueil d’actifs sur son territoire avec une vraie politique d’attractivité comme desrésidences collectives d’entrepreneurs au loyer gratuit pendant 6 mois, des aides à l’implantation, etc. Cette politique innovante les mène aujourd’hui à la création d’un second télécentre plusgrand et plus équipé pour palier à la saturation de l’actuel (trop de demandes). Leurs sessions deformation au télétravail rayonnent bien au-delà de l’Auvergne sur toute la France, mais aussi la Suisseou l’Italie, au point qu’ils refusent du monde et ne prennent que peu de personnes. A cette structure sont adossées les « résidences d’entrepreneurs ». Le principe est de soutenirun projet avec les acteurs locaux, et des agents des collectivités territoriales, aux frais des pouvoirspublics (Région et FEDER), dont le déplacement vers l’Auvergne de l’entrepreneur ainsi que sonhébergement et sa restauration. Ce dispositif se décline en deux versions : une version courte(quelques jours) pour de petits projets ou une version longue (2 à 6 mois) pour les projets plusimportants. Le projet du Murat ne se réduit pas à l’infrastructure télécentre. C’est la constitution d’untissu économique avec un réseau d’actifs, des pratiques numériques mises en avant, une politiquepublique territoriale d’attractivité d’actifs et de leurs familles tout en répondant aux demandesd’entreprises existantes, en incubateur ou en simple projet. C’est cette rencontre qui donne unefertilisation croisée génératrice d’innovations et d’un élan économique en territoire rural. Le département de l’Orne43 a également mis en place une politique de développement etd’attractivité territoriale avec une visibilité du télétravail en s’appuyant d’une part sur le sitecommunautaire de télétravail zevillage.net, et d’autre part via deux télécentres et un annuaire de41 Appel à projet télécentres et téléactivités, DIACT, 2005 ; source : img.cantal.fr42 Bernard Delcros, Président de la Communauté de communes du Pays de Murat, vice-président du Conseil Général duCantal. Intervention au Forum 2011 Télétravail en Finistère le 13 avril 2011.43 www.orne-developpement.com, dernière mise à jour de l’annuaire : avril 2011. 68
    • référencement de télétravailleurs par secteur d’activité, indiquant l’ensemble des coordonnéesprofessionnelles des indépendants (identité, adresses physique – courriel – téléphonique, etc.) :« Faites appel à eux, cest léconomie ornaise qui sera stimulée ! ». La logique du circuit économiquecourt mise en avant… production de biens et services et consommation locales. La sédentarité du télétravailleur par rapport à son nouveau lieu de travail fait qu’il vit plusprès de son domicile : il participe à la dynamisation des territoires ruraux en ne les quittant pas. Là estpeut-être aussi le point le plus souvent négligé dans les aspects sociaux et économiques : (re)créer dulien social et économique là où les actifs vivent. L’outil annuaire mis en place dans l’Orne est une excellente idée de visibilité pour lestélétravailleurs indépendants ; mais il faut aussi le réflexe de sa consultation de la part des clients avecla même visibilité qu’un référencement dans un annuaire aussi connu que les « Pages Jaunes » (cen’est pas le cas pour tous les télétravailleurs indépendants actuellement qui y sont référencés commen’importe qu’elle entreprise). Deux télécentres sont déjà opérationnels pour des télétravailleurs, un dans le Pays Bellêmoiset un autre dans le Pays de Camembert (accessibilité pour les nomades 24 h/ 24h pour ce dernier). Leprojet prévoit un développement économique par un lien infrastructure-structure-réseau dans un plande cohérence territoriale de très haut débit (30 mégas symétriques, soit 30 Mbps en réception etémission). La fréquentation actuelle est estimée ainsi : 90% d’indépendants, 10 % de salariés et desrésidents secondaires qui se fixent sur la commune. A termes, 10 télécentres44 multiservices TIC seraient montés en 2-3 ans en très haut débit (làon est sur de l’effet structurant) avec une logique de co-working et de convivialité : télécentre avecdeux bureaux privatifs, un open space et avec espace détente intégré (type bar). Le télécentre deBoitron a coûté relativement peu, hormis le raccordement de la fibre, car implanté dans un bâtiment àréhabiliter :  « 15 000 € financés par la commune de Boitron (réfection du bâtiment, câblage, achat de mobilier, 5 ordinateurs pour la formation, solution de webconférence, vidéoprojecteur…)  5 500 € financés par le Conseil Général de l’Orne (réfection du bâtiment)  57 000 € financés par le Conseil Régional de Basse-Normandie (raccordement Internet en très haut débit ; c’est la partie la plus coûteuse). » Il n’y a pas d’animateur prévu dans le budget car c’est une petite structure autogérée. Le coûtde fonctionnement est limité aux impôts locaux et à la connexion (20Mbps symétriques).Les collectivités territoriales choisissent aussi le télétravail : le département du Finistère est égalementtrès intéressé : son Conseil Général a adopté la pratique (à domicile pour des questions deconfidentialité), la phase de déploiement a commencé après deux phases d’expérimentation. Les CGdu Puy de Dôme, de l’Orne, du Lot et de l’Hérault (en expérimentation) font de même.III.1.2.1/ L’Aquitaine n’est pas en reste. En Aquitaine, plusieurs outils complémentaires se mettent en place. Aquitaine-Europe-Communication 45 a monté une structure d’aide à la création de projetsnumériques appelée « Auberge Numérique » (un pré-incubateur d’e-entreprises fonctionnant en co-working), et fournit des conseils généraux aux entrepreneurs dans les domaines suivant : juridique,veille technologique, recherche de financements, ressources documentaires, mise en relation avec leréseau de partenaires d’AEC. L’inauguration date d’octobre 2011. Ces entrepreneurs se côtoient dans l’Auberge et échangent sur leurs projets. Un système declé leur permet un accès libre à toute heure du jour et de la nuit, à charge à eux de s’épauler etd’échanger leurs compétences, pour faire vivre leurs projets.44 Xavier de Mazenot, intervention au Forum 2011 Télétravail en Finistère le 13 avril 201145 aecom.org 69
    • Une association d’entrepreneurs du web et des TIC présente sur plusieurs pays, Alambik 46,s’associe au projet. Au moins deux espaces de coworking existeront en Gironde en 2012 : Un espace déjà ouvert en milieu rural, l’Arrêt Minute : à quelques kilomètres au nord est deLibourne en Gironde dans la commune de Pomerol. La structure est très jeune (octobre 2010) et estportée exclusivement par des indépendants des métiers de la création artistique, pour créer un lieu demise en réseau des compétences humaines et techniques tout en luttant contre l’isolement quepourraient ressentir des actifs. Les risques sont réduits pour ces indépendants avec une structure porteuse professionnelle,unique et identifiée, où il est possible d’accueillir des clients et de présenter les réalisations, tout enétant dans une commune plutôt rurale aux portes d’une ville importante comme Libourne. La structureva mettre l’année 2011 à profit pour tisser un réseau afin de s’implanter durablement et de sedévelopper. Dans une perspective plus institutionnelle, la Mairie de Bordeaux est à l’initiative d’unespace de coworking dans le quartier Saint-Pierre en centre-ville dans le cadre de son projet BordeauxCité Digitale. Ce second espace est en construction (la réhabilitation des 230 m2 du bâtiment) pourdébut 2012 en plein Bordeaux (le nom initial « Node47 » pourrait changer). L’appel à projet pourexploitation a été présenté le 24 juin 2011. Le projet sera un lieu de travail animé pour mettre en avantet développer innovation et création numérique. Le modèle économique, non spécifié à l’origine,dépendra du choix retenu dans l’appel à projet. Enfin, un télécentre (à priori le premier dans la région) a ouvert fin janvier 2011 à SévignacqMeyracq dans les Pyrénées Atlantiques, porté par ADN 6448 pour la Communauté de Communauté deCommunes de la Vallée d’Ossau. La connexion est en haut débit ADSL. Il tente d’identifier puis de lister dans un annuaire les télétravailleurs à proximité dutélécentre. Le télécentre dispose déjà des équipements suivants :  « 3 bureaux équipés dordinateurs fixes Windows 7 avec webcam et haut-parleurs, raccordés à Internet par une liaison SDSL à 2 Mo.  Lun de ces bureaux est une salle de réunion, 6 places, avec vidéoprojecteur au plafond.  Les bureaux sont disponibles à la 1/2 journée, raccordement Internet fixe et Wifi compris sans limitation. »46 http://alambik.eu/blog/47 Nœud en anglais (nœud de réseau).48 Agence Départementale Numérique 64. 70
    • Figure 44 : Plan du télécentre de Sévignacq Meyracq: Source : http://telecentre.cc-valleedossau.com/ - données du télécentre et plan (échelle 1 mètre). D’autres projets existent comme les E-Airial dans les Landes. A terme un label unique de tiers-lieux certifié et centralisé par la Région pourrait exister.Cette proposition actuellement en négociation semble déterminante pour l’essor de la pratiquegarantissant une gamme de services sur tous les départements aquitains.III.1.2.2/ Une solution alternative sous employée: les Points d’Accès Publics à Internet. Le principe de cette solution se rapprocherait, s’il était choisi, des « Smartcenters »combinant environnement de télécentre et d’espace de coworking. Ces PAPI maillent déjà très bien le territoire aquitain, constitués de près plus de 6 labelsdifférents : Ateliers Multiservices Informatiques (propres aux Landes), Espaces publics Numériques,Points d’@ccès à la Téléformation, Point Cyb, Cyberbases, sans compter les sans labels. 705 pointsidentifiés, dont des versions itinérantes de Cyberbases (dans les Pyrénées Atlantiques notamment). Ceslabels fonctionnent indépendamment (sauf les AMI). Aujourd’hui ces structures sont sous-employées par rapport à leurs équivalents étrangers49.En Aquitaines elles fournissent principalement deux services :  L’accès à Internet gratuitement ou contre une petite participation économique (forfait annuel de 15€ pour les cyberbases par exemple).  La formation aux outils numériques (bureautique principalement).Quelques formations supplémentaires existent, spécifiques à certains PAPI: informatique,multimédia ou des formations en partenariat avec des organismes privés certifiés (langues, etc.),professionnalisantes ou non.49 Réseau Telecentre.org, http://www.telecentre.org. Initialement géré par l’Etat Canadien parle International DevelopmentResearch Centre (IDRC), l’organisme se déclare désormais enregistrée à Manille (Philippines) comme fondationindépendante sans but lucratif. 71
    • A l’étranger et principalement hors d’Europe, certains points sont devenus des structureshybrides entre PAPI, incubateur et télécentre/espace de co-working. Ils ont des fonctionssupplémentaires bien plus étendus par rapport aux PAPIs, et surtout, ils fonctionnent en réseau :  Espaces de co-working ouvert, lieu de vie sociale et d’échange, autant pour les professionnels que les particuliers.  Incubateur/pépinière d’entreprise (TPE et indépendants).  Structure d’accompagnement et de maturation d’entreprise : le chaînon manquant en France, au-delà de l’incubateur et de sa durée de 3 ans d’accompagnement. Parfois il manque un petit coup de pouce supplémentaire déterminant pour amener l’embryon développé d’entreprise à maturation : l’entreprise devient alors réellement viable sur le marché.  Veille technique et technologique collaborative par le réseau: une solution facilitant la vie des indépendants et des petites entreprises qui ont peu de temps ou de moyens à consacrer à la veille. Le département de la Loire a lancé la mutation de plusieurs EPN vers cette formule élargie,mêlant associatif et institutionnel dans un large projet territorial transversal : Projet Cyberloire 2.050. En Aquitaine, en se basant sur les flux d’actifs intercommunaux et en considérant lescommunes d’implantation des PAPI, il est possible de développer localement des antennes locales detélétravail s’appuyant sur ce dispositif existant. Sur quels PAPIs existants serait-il intéressant de permettre l’accueil de télétravailleurs ? Leprincipe étant de capter une partie des flux au plus proche de leurs origines. On considère lescommunes aquitaines pour les flux d’actifs importants (50 salariés et plus), selon la typologie suivante.  Orange: commune où convergent un ou plusieurs flux de façon stricte. La commune n’émet pas d’importants flux d’actifs vers d’autres communes.  Vert: commune échangeant ces flux (commune de passage ou non).  Violet: commune de passage: traversée par un autre flux (sauf flux vers Bordeaux de ces pôles urbains - villes centre départementales: Bayonne, Pau et Périgueux. Ces trois flux directs de 50 à 300 salarié(e)s sont physiquement canalisés par le chemin de fer ou l’autoroute et ne passent pas directement par les communes que le flux traverse sur la carte. Cette déformation spatiale n’est pas prise en compte puisqu’elle considère des flux plus locaux.50 http://www.slideshare.net/zooma/epn-et-teletravail-tiers-lieux-8278978 72
    • Carte 7 : Des PAPI comme tiers-lieux pour capter les flux d’actifs ? Note : il s’agit ici de flux strictement internes à l’Aquitaine, les échanges avec les autres départements ne sont pas pris en compte. Les implantations à retenir pour ces PAPIs aux fonctions étendues seraient principalementdans les communes d’échange de flux, en périphérie des pôles urbains ou des communes deconvergence des flux d’actifs, afin de les capter avant l’entrée sur la commune. Ces antennes pourraient servir autant à l’accueil qu’à d’éventuels incubateurs pour capter,émuler et faire vivre l’innovation numérique en Aquitaine. Il suffirait de développer, ponctuellementet selon les besoins, une gamme de services garantis par un label autour d’une structure unifiantl’ensemble des labels et types de PAPI comme n’importe quel tiers-lieu de télétravail, à l’échelle descinq départements. La Région semble l’entité publique coordinatrice la plus pertinente. Indépendamment des types de tiers-lieu choisis, les communes identifiées restent valablespour tout choix d’implantation. 73
    • III.2/ Ne répondre qu’aux besoins, là où ils sont. Il faudrait éviter les erreurs de l’appel à projet des télécentre de 2005 par la DATAR. Dansune logique de planification de l’aménagement, la Délégation interministérielle à lAménagement duTerritoire et à lAttractivité Régionale (DATAR) a lancé en 2005 un appel à projet pour construire destélécentres ruraux, encadré par l’association Réseau National des Télécentres. Objectif : centtélécentres en France, avec 1000 emplois à la clé. Le bilan dressé en 2011 est peu élogieux : « près de la moitié des télécentres sont vides laplupart du temps, plus dun quart sont des fiascos complets » 51.III.2.1/ Trop grand, trop cher, mal identifié, peu d’usagers : le piège de l’effetstructurant. Considérer qu’un tiers-lieu de télétravail va accueillir autant d’usagers que prévu dans dessimulations/enquêtes préalables est un leurre. Quand il s’agit de choix libres fait par des individus, ladécision vient à la fois des contraintes structurelles et du libre arbitre de chaque individu, dans unelogique intérêts-risques/inconvénients. La fréquentation réelle peut difficilement être anticipée. Unedemande pour cette structure est un préalable ; encore faut-il parvenir à identifier la demande puisqueles télétravailleurs sont invisibles... Développer des infrastructures sans avoir identifié les besoins des actifs et leur engouementpour le projet est une prise de risque. L’expérimentation de la DATAR montre que les sommes àengager peuvent être faibles ou moyennes selon le principe de fonctionnement et la mise en service dutélécentre. Selon si l’infrastructure TIC haut/très haut débit existe ou est à construire, le tiers-lieuentraîne un dépense initiale peu élevé (10 000 € au moins selon la DATAR, 15 000 € pour untélécentre réalisé dans l’Orne hors raccordement à la fibre) et des frais de fonctionnement (connexion,bureaux, etc.) à intégrer dans un modèle économique (probablement soit une association loi 1901, soitun partenariat usagers-pouvoirs publics). En revanche si le raccordement est à faire, le budget seraplus conséquent. Le tiers-lieu devrait de plus être visible et identifié sur les territoires et offrir des garanties desécurité informatiques et un environnement de travail à un prix abordable, dégressif si possible dans lecas d’un usage fréquent (mensuel par exemple). Le télétravail n’a de sens pour les entreprises qu’àconditions de sécurité égales pour leurs données et le salarié (pas d’accès par d’autres personnes ouactifs pour éviter tout risque vol de données, au-delà de la connexion sécurisée) sans payer un surcoûtimportant. Il faudrait identifier en amont les besoins exprimés des usagés (actifs, indépendants,employeurs et salariés), qui varient aussi selon les individus :  Un lieu d’échange social hors le travail (mini cuisine).  Un lieu d’accueillir des clients.  Une base de données des savoir-faire (une sorte de wiki-métiers accessible entre les tiers-lieux).  Une ligne cryptée pour les échanges de données à protégées.III.2.2/ Le tiers-lieu : un outil qui s’inscrit dans une vraie politique territorialetransversale. Cette faible fréquentation des télécentres est-elle un échec? On peut plutôt y voir uneexpérimentation grandeur nature avec des leçons à tirer. Le télécentre, ou toute autre structure derelocalisation du travail sur les territoires, est un outil de développement en aval qui s’inscrit dans unepolitique plus vaste d’attraction et de développement écologique, économique et social des territoires.Le tiers-lieu s’inscrit comme un maillon de cette politique territoriale. Or la politique de promotion detiers-lieux spécialisés dans le numérique semble faire défaut car méconnue et mal identifiée du public.51 Bruno Moriset, Les télécentres dans les territoires ruraux français, Essai dévaluation, Université Jean-Moulin – Lyon 3,CNRS – UMR 5600 EVS, Agence Nationale de la Recherche, 24 mars 2011. 74
    • Il faudrait créer des ponts entre innovation, entreprises, non pratiquants et pratiquants dutélétravail sur le long terme. Egalement inclure pouvoirs publics, syndicats, associations et les écolesde management. Cette chaîne de création et de formation sur les territoires doit montrer la réalité de lapratique et non l’image désastreuse issue de mauvaises utilisations du télétravail. Le télétravail doitdevenir un outil d’organisation de l’entreprise comme les autres pour être développé, un réflexe pourles chefs d’entreprises et les manageurs. Un lien étroit devrait être établit entre d’éventuelles tiers-lieux de télétravail et desincubateurs d’entreprise pour soutenir et développer l’innovation localement, autant en milieu ruralqu’urbain afin de maintenir l’innovation sur tous les territoires et non sur quelques pôles urbainsdrainant l’activité des territoires (pays ou CdC) qui les entourent. Les structures de soutien à lacréation accompagnent les entreprises pendant 3 ans ; au-delà il n’y a rien de prévu. Ces partenariatspourraient permettre d’amener à maturation plus de TPE et PME qui constituent la base économiquedes territoires. Il s’agit là d’une question d’équité territoriale pour de développement. Les télécentres etespaces de co-working sont des outils de développement économique. En 2014, s’il aboutit, le projetde la Mairie de Bordeaux « Bordeaux Cité Digitale » pourrait inclure un complexe proposant unaccompagnement complet de l’idée de départ à la création puis à la maturation du projet d’entreprise.Appuyé sur un réseau unique identifié maillant le territoire, il pourrait être déterminant pour lapromotion de la pratique dans la région, en plus de mettre en place des passerelles entre pépinières,espace de coworking, et entreprises (individuelles/TPE/PME et grandes entreprises). Les possibilitésde d’échanges professionnels et interdisciplinaires pourraient être significatives sur le long terme pourl’économie et l’attractivité de l’Aquitaine. C’est une option prometteuse avec un principe de ‘fertilisation croisée’, bénéfique à toutparticipant pour conserver et entretenir l’innovation en Aquitaine. 75
    • Conclusion :Le télétravail est une pratique de travail liée aux Technologies de l’Information et de laCommunication (TIC), en particulier l’Internet. La question de son utilité est reposée à chaquediffusion d’une innovation de connexion à l’Internet (débit et/ou nouveau service de communication).Aujourd’hui les outils et services numériques nécessaires à son développement existent.L’enquête RAUDIN – DTIC de la Région Aquitaine (février – octobre 2011) vise à connaître etanalyser l’étendue de la pratique du télétravail dans les entreprises de la région.Le télétravail repose sur un projet global, basé sur les trois piliers du développement durable: leprogrès social, économique et le respect de l’environnement.Le télétravail contribue au travers de deux dynamiques à l’aménagement du territoire:D’une part il permet de repenser l’ancrage spatial de l’activité dans ou à proximité du domicile del’actif et potentiellement de ramener de la richesse produite dans le tissu économique local.D’autre part, il peut contribuer à soutenir le développement des territoires périurbains en réduisant lestrajets pendulaires venant des espaces périurbains vers les pôles urbains, et les embouteillages sur et àproximité des grands axes routiers. Cela à condition de ne pas multiplier les déplacements nonprofessionnels pendant le temps ‘gagné’ sur une pratique classique du travail avec des trajetspendulaires.Les résultats de cette étude sont toutefois à relativiser en raison d’un faible de taux de réponse (10%,55 réponses sur 578 enquêtés) ; néanmoins ils montrent les tendances suivantes :  La pratique est connue (8/10) et est employée à des fins de flexibilité du travail pour des besoins ponctuels.  Près des 2/3 (6,4/10) des entreprises enquêtées voient dans le télétravail avant tout l’amélioration de la qualité de vie de leurs salariés avec une meilleure conciliation de leur vie privée et de leur vie professionnelle). 2/5 des établissements enquêtés considèrent que le télétravail améliore les objectifs de productivité.  1/4 des établissements enquêtés pratique déjà le télétravail (22% en France en 2008, INSEE enquête TIC 2008), quelle que soit leur taille (de l’auto entrepreneur à l’entreprise de plusieurs milliers de salariés en passant par les TPE et les PME). Pour eux, le télétravail est une évidence avec une amélioration de la qualité de vie des salariées (8,5/10) : plus de liberté la sphère privée, le travail semble moins subi tout en restant réalisé en équipe comme dans une pratique classique. Témésys, Logica, deux auto-entrepreneurs et d’autres établissements (4,2/10) ont d’ailleurs constaté une amélioration de la productivité en télétravail. Leurs témoignages évoquent un mode de vie au delà de la simple équipe de travail avec parfois l’instauration d’une sorte de seconde famille, professionnelle et parallèle à la sphère privée, au-delà des liens hiérarchiques ou contractuels. Cela à la condition que le télétravail soit intelligemment mis en place avec pour centre l’humain et non la rentabilité que permet la pratique.  1/5 des établissements considère adopter la pratique du télétravail d’ici 5 ans, essentiellement pour améliorer la qualité de la vie de leurs salariés (8,3/10) et la productivité de l’établissement (1/2).  Mais pour un peu plus de la moitié des enquêtés (5,3/10) le télétravail ne les intéresse pas : non adapté à leurs métiers, peu d’intérêt ou méconnu.Pour autant le nombre de salarié(e)s concerné(e)s par le télétravail reste faible dans les PME (1 à 5salarié(e)s). La mise en place d’une politique interne de télétravail dans de grandes entreprises peutconcerner plus de salarié(e)s à terme (au moins 31 à 50) pour Orange ou Suez Environnement -Lyonnaise des Eaux. 76
    • Les secteurs d’activité employant le plus la pratique du télétravail sont liés à la gestion - conseil et àl’informatique (2,8/10 chacun). Néanmoins le télétravail est pratiqué dans d’autre secteurs d’activitécomme le commerce, le graphisme, l’édition de livres, l’ingénierie et l’architecture ou encorel’enseignement.Les salariés en télétravail ou amenés à le pratiquer se servent quotidiennement d’ordinateurs etexercent des métiers dans l’administratif, la comptabilité, le management ou sont commerciaux (dansce cas il s’agit plus d’une évolution de leur métier). Le télétravail est moins fréquemment utilisé pourles postes techniques d’exécution ou de conception / développement, communication ou relationspubliques sont également concernés.C’est avant tout la compatibilité d’un travail ponctuel ou fréquent réalisable hors des locaux del’entreprise qui détermine le choix ou non de la pratique, plutôt que l’activité de l’entreprise ou lemétier des salariés eux même.L’un des principaux freins reste la conception du management à la française tourné vers la surveillanceplutôt que vers l’encadrement du travail (4,3/10) : l’équipe de salariés est physiquement rassembléeautour de son manageur dans les locaux de l’établissement. C’est le cas pour 1/4 des chefs d’entreprisene souhaitant pas le télétravail : ils craignent de mettre à mal le fonctionnement actuel de leurs équipesen intégrant cette pratique.La plupart des reproches faits au télétravail découle de mauvaises pratiques (un passage de travailclassique à du télétravail à temps complet mal préparé, aucun ou très peu de contact avec les collègues,mauvais management avec des missions mal définies ou une surcharge de travail, etc.). Logica etThémésys, par exemple, ont adapté leur organisation du travail pour répondre à ces problèmes ou misen place mis en place une application créatrice de lien social (visioconférence, téléphonie, messagerie,etc.).Les responsables des établissements ne télétravaillant pas s’interrogent d’une part sur la qualité desdébits disponibles dans ces nouveaux environnements de travail (4/10) et, d’autre part sur les coûts demise en place de lignes sécurisées et la compatibilité des outils de travail à distance avec leurssystèmes actuels (3,8/10).Les autres réticences à la pratique du télétravail portent sur un manque d’information (4,5/10), sur unerèglementation peu protectrice pour l’employeur et l’employé(e) (en cas accident du travail parexemple) et sur la difficulté de mettre en place un système d’évaluation efficace pour mesureravantages et inconvénients de la nouvelle pratique expérimentée (3,5/10). Le télétravail apparaît pluscomme un révélateur des problèmes existants lors de son adoption que générateur de nouveauxproblèmes.Le télétravail agit comme une sorte de révélateur des disfonctionnements existant dansl’établissement : défaut d’organisation et/ou de communication.1/4 des établissements ne pratiquant le télétravail considèrent que les pouvoirs publics devraientsoutenir la création de tiers-lieux pour télétravailler. Les entretiens font apparaître plusieurs tendancesdans le choix du nouveau lieu de travail:Pour les salarié(e)s :  À domicile de préférence pour des raisons économiques, l’employeur ne voyant pas forcément l’intérêt de payer un second bureau dans un tiers-lieu.  Néanmoins l’employeur peut considérer un tiers-lieu si leur salarié(e) préfère un lieu de travail non isolé avec un cadre de travail plus professionnalisé (espace de co-working/ télécentre) ; à la stricte condition que l’environnement de travail soit sécurisé comme pour leurs locaux.Pour les indépendants, le télétravail dans les tiers-lieux permet :  De compenser un sentiment d’isolement dans la pratique de leur métier.  De mutualiser compétences complémentaires, moyens, et outils de travail.  D’accueillir convenablement des clients dans un local professionnalisé unique.  De pratiquer une ‘fertilisation croisée’ des connaissances et des compétences afin de s’associer et de décrocher plus de contrats (en nombre ou en importance). 77
    • La pratique du télétravail et la création de tiers lieux doivent s’inscrire dans une logique plus large de politique de développement, à la fois dans l’entreprise et sur les territoires. Redynamiser l’économie en conservant l’innovation et les emplois là où ils sont sur les territoires périurbains et ruraux, au lieu de l’actuelle concentration des activités tertiaires sur les principaux pôles urbains départementaux. Au-delà de l’Aquitaine, le département de la Loire a déjà mis en place cette politique de modernisation économique et entrepreneuriale, tout comme ceux du Cantal, du Gers et de l’Orne (relocalisation de l’activité en zone rurale) ou la Région Midi-Pyrénées, avec notamment un réseau de télécentres. La pratique du télétravail est employée par les collectivités territoriales à la fois pour désenclaver économiquement leurs territoires en réimplantant de l’activité dans le tissu local, et pour réduire l’impact écologique des activités humaines (plans climat-énergie). A ce jour aucun des établissements enquêtés pratiquant le télétravail ne regrettent ce choix. Toutefois plusieurs questions restent sans réponses : Les contradictions de l’accessibilité au télétravail dans l’établissement:  Quelle ancienneté et quelle insertion dans l’établissement pour débuter la pratique?  Quelles fonctions peuvent être objectivement télétravaillées et à quelle fréquence?  Le sexe de l’actif a-t-il une influence sur l’accessibilité à la pratique dans l’entreprise?  La stratégie de fragmentation des services des grandes entreprises avec des spécialisations territoriales (service client, centre d’appel, etc.) : avec la dématérialisation des données, seules des lignes sécurisées vers un tiers-lieu de télétravail manquent pour relocaliser l’actif. Le télétravail existe en entre les services mais pas dans l’organigramme des services. Les codes sociaux informels internes à l’entreprise en contradiction avec le télétravail :  Le présentiel fait loi: être physiquement présent sur le plateau pour exister.  L’adaptabilité constamment demandée aux salarié(e)s dans leur emploi du temps et dans leur mobilité avec peu d’engouement pour le télétravail. Quelle socialisation par l’échange à distance dans l’entreprise?  Les outils numériques (visioconférence, etc.) peuvent–ils se substituer au présentiel? Où mettre le curseur ?  Quelle est la distance entre la réalité et le média dans l’échange? Est-ce une question générationnelle avec les réseaux sociaux actuels?  Quels rapports sociaux et quelle place pour ceux-ci dans l’échange à distance (strictement professionnel, vie de l’entreprise, etc.)? Les usages de communication iront-ils au-delà du professionnel ? Quel impact écologique réel?  Ne pas devoir se déplacer réduit réellement les déplacements ? Cela questionne le comportement de chacun. Et la dernière, peut être l’une des plus importantes, qui relève directement des politiques et des chefs d’entreprises : La logique et la mise en place du télétravail servira-t-elle bien à relocaliser et à créer de l’activité sur les territoires des collectivités territoriales françaises ? 78
    • Annexes :Méthodologie de l’enquête :L’enquête se divise en deux phases successives : une première enquête quantitative via unquestionnaire (du 7 mars au 25 avril 2011). Une seconde phase de mai à juin d’entretiens semi-directifs avec les enquêtés.  Choix de l’échantillon :  Enquête exhaustive sur un échantillon de 553 établissements tertiaires actifs recensés au 31/03/2007 (et depuis) en Aquitaine, de 20 salariés et plus, selon la NAF 2008, inscrits dans la base de données d’entreprises DIANE 52 . Le nombre d’établissements est porté à 573 par rectificatif. Le nombre de salariés est indicatif en Aquitaine. L’enquête est envoyée au(x) dirigeant(s) de l’établissement/entreprise responsable en Aquitaine.  Sont retenus les codes NAF 2008 niveau 2 suivants (hormis les 20 grands groupes):52 Cette liste n’est pas exhaustive pour les entreprises de 20 salariés et plus en Aquitaine. 20 établissements des plus grandsgroupes présents en Aquitaine (Orange, Bouygues, PSA, Crédit Agricole, Eiffage, etc.) ont été ajoutés à hauteur de 1 pourchaque groupe, en plus de la liste de DIANE. 79
    •  58 Édition  72 Recherche-développement  59Production de films scientifique cinématographiques, de vidéo et de  73 Publicité et études de marché programmes de télévision ;  74 Autres activités spécialisées, enregistrement sonore et édition scientifiques et techniques musicale  77 Activités de location et location-  60 Programmation et diffusion bail  61 Télécommunications  78 Activités liées à lemploi  62 Programmation, conseil et autres  79Activités des agences de voyage, activités informatiques voyagistes, services de réservation et  63 Services dinformation activités connexes  64Activités des services financiers,  80 Enquêtes et sécurité hors assurance et caisses de retraite  81 Services relatifs aux bâtiments  65 Assurance et aménagement paysager  66 Activités auxiliaires de services  82Activités administratives et financiers et dassurance autres activités de soutien aux  68 Activités immobilières entreprises  69 Activités juridiques et  84 Administration publique et comptables défense ; sécurité sociale obligatoire  70 Activités des sièges sociaux ;  85 Enseignement conseil de gestion  90 Activités créatives, artistiques et  71 Activités darchitecture et de spectacle dingénierie ; activités de contrôle et analyses techniques  Sont retenus ces établissements, qu’ils pratiquent, envisagent d’ici quelques années, ou ne souhaitent pas pratiquer le télétravail.  L’activité ne doit pas obliger à une intervention manuelle permanente (médecine, restauration, etc.).  L’enquête est ouverte en version numérique à tout établissement se rendant sur le site de la Région.  Le Questionnaire :  Il contient des questions fermées, à choix multiple et libres. Il est envoyé en version papier par courrier postal avec le lien Internet pour une réponse en ligne et l’adresse de la Délégation TIC de la Région Aquitaine pour un renvoi par courrier postal.Seulement 10 % de retours, pour 578 établissements.La collecte d’informations fut difficile. Sur les 573 établissements enquêtes du 7 mars au 25 avril2011, seulement 50 réponses sont revenues malgré les relances:  14 réponses proviennent de l’enquête en ligne.  36 réponses proviennent des retours postaux.5 réponses d’établissements supplémentaires viennent de la mise en ligne de l’enquête sur le site de laDélégation TIC de la Région et de la communication faite autour.1 réponse, d’une collectivité territoriale, a été écartée de cette enquête auprès des établissements privésaquitains. 80
    • Multiples relances : 73 établissements ont été relancés dès le 4 avril par courriels et contactstéléphoniques. Les relances ont permis de savoir que :  Près d’un établissement sur deux relancés déclare ne pas avoir rempli l’enquête parce qu’il ne se sentait pas concerné.  Un tiers déclare ne pas avoir reçu l’enquête envoyée par courrier postal.  Un dixième des établissements relancés déclare ne pas répondre par principe aux enquêtes. Codage en cas de problème : les établissements n’ont pas toujours répondu aux questions, la réponseest alors codée « ne sais pas ».Dans quelques autres cas, les réponses sont contradictoires (« Mon entreprise pratique le télétravaildepuis X années» suivit du remplissage des questions « je n’organise pas encore le télétravail mais jel’envisage d’ici X années»). Dans ce cas on considère qu’il y a télétravail et que la société envisage dedévelopper la pratique.L’obtention d’entretiens fut tout aussi difficile, les entreprises ayant des emplois du temps chargésdurant la période des entretiens (mai-juillet).  Questionnaire quantitatif : 1- Identification de l’entreprise et de la personne répondant au questionnaire pour tous1.1- Nom de l’entreprise : ……………………………………………1.2- Code APE : ……………………………………………1.3- Nom de la commune d’implantation (avec le code postal) :…………………………………………………………………………………………1.4- S’agit-il du siège de l’entreprise ? Oui Non1.5- Si non, adresse du siège (nom de la commune et code postal) : …………………………………………………………………………………………1.6- Fonction occupée dans l’entreprise par la personne répondant :………………………………………………………………………………………… 81
    • 2- Situation actuelle : votre entreprise et le télétravail pour tous2.1- En tant que responsable d’entreprise, vous êtes-vous fait une idée sur le télétravail ? Oui, précise. Oui, approximative. Non ou très peu.2.2- Selon vous, combien de temps met en moyenne la majorité de vos salariés pour rejoindreson lieu de travail : Moins de 30 minutes. De 30 minutes à 1 heure. Plus d’une heure. Je n’ai pas d’idée.2.3- Le cas échéant, vos salariés bénéficient-ils d’une aide de votre part pour leurs déplacementsdomicile-travail ? Oui Non Dans cette hypothèse et si possible, quelle proportion de vos salariés cela concerne-t-il ? …….. % Autre, précisez : ……………………………………………2.4 - Parmi les cas exposés ci-dessous, lesquels ont participé (ou pourraient participer) à la miseen place du télétravail dans votre établissement (plusieurs choix possibles) ? a- Objectifs de productivité (réduction des coûts) et de modernisation dans lorganisation du travail (management par objectifs, absentéisme). Oui Non b- Améliorer la qualité de vie de vos salariés. Oui Non (exemple : meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie privée, demande sociale des salariés, stress, enfants en bas âge, absence de services de proximité). c- Améliorer l’image et le contact avec vos clients / partenaires. Oui Non d- Contribuer au désengorgement de la circulation dans les villes et les grands itinéraires. Oui Non (dans le cadre des politiques de développement durable, en limitant les déplacements professionnels). e- Favoriser l’emploi des travailleurs handicapés et plus largement l’insertion professionnelle. Oui Non f- Autres, lesquels :2.5- De manière concrète, le télétravail est-il une réalité dans votre entreprise ? Oui (puis allez au volet 3) Non (puis allez au volet 4) 3-La réalité du télétravail dans votre entreprise Si oui à la 2.53.1- Depuis combien d’années le télétravail est-il pratiqué dans votre entreprise ?3.2 Combien de salariés sont concernés ? 82
    • 3.3 - Quels types de postes pratiquent aujourd’hui le télétravail (plusieurs choix possibles) ? Administratifs / comptables. Postes techniques d’exécution. Postes techniques de conception et de développement. Commerciaux. Management. Communication. Relations publiques et clientèle. Autres, précisez : ……………………………………………3.4- Un télétravailleur-type dans votre établissement, travaille à distance : A plein temps. 50% et plus de son temps de travail. Au moins un jour par semaine. Au moins un jour par quinzaine. Autre : ……………………………………………3.5- Quels obstacles avez-vous rencontrés à la mise en place du télétravail dans votreétablissement (plusieurs choix possibles) ? Adaptation des salariés à leurs nouvelles pratiques de travail. Adaptation du management. Prise en compte des charges technologiques de mise en œuvre (location d’espaces, équipement à domicile, coût télécoms, mise en réseau d’applications métiers, sécurisation …). Débit de connexion insuffisant au domicile des salariés. Identification des services et des personnes concernées par le télétravail. Nécessite d’adapter le contrat de travail (avenant, fiche télétravail…). Nécessité de mettre en place un processus d’évaluation fiable et qui permette une évolution du système. Autre, précisez : …………………………………………… 4-Le potentiel de télétravail dans votre entreprise Si non à la 2.54.1- Je n’organise pas le télétravail dans mon entreprise et…. (espace de réponse libre prévu) J’envisage d’organiser le télétravail d’ici 2 ans (printemps 2013). J’envisage d’organiser le télétravail d’ici 5 ans (printemps 2016). Je ne souhaite pas organiser le télétravail. Pourquoi ? Nous avions des salariés en télétravail et nous avons abandonné ce mode de fonctionnement. Pourquoi ?4.2- Quels obstacles pourriez-vous rencontrer à la mise en place du télétravail dans votreétablissement (plusieurs choix possibles) ? Adaptation des salariés à leurs nouvelles pratiques de travail. Adaptation du management. Prise en compte des charges technologiques de mise en œuvre (location d’espaces, équipement à domicile, coût télécoms, mise en réseau d’applications métiers, sécurisation …). Débit de connexion insuffisant au domicile des salariés. Identification des services et des personnes concernées par le télétravail. Nécessite d’adapter le contrat de travail (avenant, fiche télétravail…). Nécessité de mettre en place un processus d’évaluation fiable et qui permette une évolution du système. Autre, précisez : …………………………………………… 83
    • 4.3 - Quels types de postes pourraient-être concernés par le télétravail (plusieurs choix possibles) ? Administratifs / comptables. Postes techniques d’exécution. Postes techniques de conception et de développement. Commerciaux. Management. Communication. Relations publiques et clientèle. Autres, précisez : ……………………………………………4.4- Combien de personnes estimez-vous en situation possible de passage au télétravail ? 1à5 6 à 10 11 à 15 16 à 30 31 à 50 Plus de 50 Aucun, pourquoi : …………………………………………… 5- Accompagnement du télétravail par l’action publique pour tous5.1- Quelles sont vos attentes d’accompagnement du télétravail par l’action publique(notez de 1 à 4 : 1 pour prioritaire 2 pour important, 3 pour peu important, 4 pour inutile) Meilleure information (cadres réglementaires, solutions technologiques de communication, …). Evolution de la réglementation actuelle pour faciliter les accords d’entreprises Offre d’espaces de télétravail permettant l’accueil de télétravailleurs en offrant éventuellement des services connexes (ex : cantine, crèche, services de vie quotidienne, etc.….) Soutien financier à l’innovation organisationnelle Autres : ……………………………………………5.2- Quelle formulation vous semble illustrer le mieux la pratique du télétravail. « le travail, c’est quelque chose que l’on accomplit, non un endroit où l’on se rend » « votre qualité de vie, c’est notre qualité de travail » « le travail en réseau plutôt que des routes saturées » « le télétravail, c’est un contrat de confiance partagée » Autres : …………………………………………… 6- Expression libre (partie en réponse libre d’une 1/2 page)6.1- D’une manière générale, que pensez-vous du télétravail ?6.2. Une appréciation générale ou particulière, un souhait ou un ressenti ? 84
    • Entretiens qualitatifs :  Protocole des entretiens :Entretiens semi-directifs s’appuyant sur les résultats de l’enquête quantitative, en face à face ou partéléphone. France Télécom - Orange53, Bordeaux (33), Monsieur Gérard Krebs, Directeur Régional Aquitaine C’est une bonne chose qu’une instance publique pose la réflexion de développer letélétravail. Nous sommes très intéressés par le télétravail. Ses débouchés écologiques sont importants,en plus de mettre en place des Plans de Déplacement Entreprise efficaces et plus respectueux del’environnement. Ce projet de travail à distance est gagnant-gagnant à la fois pour les salariés et pourl’entreprise. Il y a une double organisation dans notre entreprise avec des métiers très différents dont lespratiques ne sont pas évaluables de la même façon : les salariés dont le métier se pratique directementdans les locaux (des employés par exemple) et ceux comme les cadres exécutifs dont l’activité n’estpas évaluable de la même façon en présentiel, à l’heure. Nous permettons à ces derniers de pouvoirtravailler dans des conditions qui parfois les arrangent plus. L’idée du télétravail est dans l’air du temps, et Orange décline les accords syndicaux (signésen juin 2009) ; nous l’avons mis en place dans certains cas et nous l’expérimentons à Marmande entélécentre. La dimension écologique est importante par rapport aux déplacements des salariés et auxembouteillages qu’ils causent dans les grandes agglomérations ; en Aquitaine les problèmes seconcentrent sur l’entrée dans Bordeaux avec le blocage de la Rocade. Nous sommes très favorables aux télécentres, implantés avant la Rocade, pour accueillir lesactifs avant qu’ils n’entrent sur la rocade et ne créent les embouteillages. Il serait bon de savoir d’oùviennent et où vont les salariés pour répondre à leurs besoins en périphérie des agglomérations sansqu’ils doivent forcément y entrer. Ces télécentres pourraient accueillir les salariés d’une ou plusieurs entreprises ou encore descollectivités publiques (une quinzaine de personnes par entreprise ou employeur par exemple). La villede Créon, en particulier, est très intéressée. Une implantation de télécentres serait également utile dansl’Entre Deux Mers, sur le Bassin d’Arcachon (sud-est pour relier le Bassin et des communes commeBiscarosse) et au nord ouest de la CUB pour capter les flux en provenance du Médoc. La question du télétravail est d’autant plus importante que la rocade est déjà saturée, sanscompter la volonté politique de la CUB de passer le cap du million d’habitants dans les prochainesannées. Ce surplus de population va s’ajouter à celle l’empruntant déjà tous les jours. Il serait bon dedéplacer un certain nombre d’activités en périphérie de la Rocade et cesser de construire à l’intérieurde la boucle. J’ai parfois du mal à comprendre la logiques des nouvelles constructions et de concentrationdans Bordeaux (dans l’enceinte de la rocade) qui ne vont en rien régler les problèmes de circulationalors qu’il serait plus simple d’identifier les salariés devant se déplacer vers le centre desagglomérations. Il suffirait de construire les entreprises ou des télécentres pour capter les flux dessalariés avant qu’ils n’entrent dans les grandes agglomérations.53 Entreprise de télécommunications. 4500 salariés. 85
    • Nos salariés de France Télécom - Orange en télétravail sont basés dans les nombreux locauxde l’entreprise présents sur l’Aquitaine ; avec un télécentre à Marmande où nous expérimentons dutélé management. Leur équipement comprend une solution complète avec des ordinateurs portables (avecdisque dur, pas de client léger) sécurisés par l’entreprise et des smartphones. Ils utilisent le réseau 3Gd’Orange, la connexion filaire, la fibre. Nous couvrons 99 % du territoire en 512 Kbps et 85 % en 2Mbps en filaire, nos offres pour le satellite atteignent 4 Mbps (bientôt 10 Mbps sur les nouveaux) et leréseau 3G vient par dessus. Le travail peut être déplacé dans n’importe lequel de nos locaux aquitains. La visioconférence est parfois utilisée pour les réunions et le haut débit permet un réalismeimpressionnant frôlant la réalité sur les modèles les plus récents en HD. Nos salariés ont accès à l’entreprise par une connexion sécurisée à l’intranet depuisl’extérieur, et travaillent comme s’ils étaient ici, dans nos locaux. C’est le cas pour les renseignements(118 712). En termes de vérification du travail, ils sont ‘loggés’ (horaire de connexion et dedéconnexion sur le réseau) donc on sait qu’ils sont là et qu’ils travaillent ; et on leur fait confiance. Il s’agit d’innovation interne, Orange a la taille et l’autonomie nécessaire de part son cœur demétier pour mettre en place et répondre aux besoins de ses salariés. Si l’expérience de Marmande etconcluante, le télétravail serait développé. Actuellement, nous n’avons pas de besoins à développer des liens supplémentaires avec desindépendants ou d’autres entreprises que nos fournisseurs et partenaires, mais l’entreprise estintéressée par l’innovation numérique et a pris part notamment à la création de « La Cantine » à Paris,et sa logique de co-working. L’un des problèmes centraux dans la mise en place du télétravail reste pour nous la questiondu flou juridique, tant pour les horaires et les conditions de travail que les questions derisques (couverture de l’assurance notamment de nos salariés) :  Le salarié travaillait-il au moment de l’accident ?  Pourquoi était-il ailleurs que dans les locaux de son employeur à ce moment là?  Que faisait-il dans cette rue ? C’est pour cela que dans nos conditions de télétravail, à la maison ou ailleurs il doit y avoirun local spécifique pour que l’assurance reconnaisse un nouveau lieu d’exercice d’activité. Sinonl’entreprise et nos salariés seraient fautifs et rencontreraient des problèmes pour faire reconnaître leursdroits auprès de l’assurance. 86
    • Systonic54, Pessac (33), Monsieur Hervé Berthou, PDG L’initiative de la Région est positive pour résoudre les problèmes d’encombrement de laRocade le matin et le soir pour se rendre au travail. Je sors moi-même à l’instant des embouteillages. Dans notre métier la question du télétravail s’est posée naturellement à la fois pour répondreaux demandes ponctuelles de nos salariés, comme rester à la maison pour une question familiale, etaugmenter l’efficacité de notre entreprise en sédentarisant l’activité pour nos commerciaux. Commec’est en partie notre métier, nous mettons en place et contrôlons toute l’installation et la sécurisationde la ligne, avec l’accès à nos applications métier. L’aide aux déplacements est liée aux aides publiques (autour de 50%) et n’intervient pasdans notre choix du télétravail. C’est surtout l’assouplissement de nos pratiques de travail quiconditionne ce choix. Nous travaillons principalement en Aquitaine, avec une pratique non régulière du télétravail.Le télétravail se fait surtout par extension des horaires de notre activité pour répondre le plus tôtpossible à nos clients. Nos salariés ont des smartphones pour être joignables et réactifs. Le routage desappels vers nos salariés est ainsi assuré vers leurs téléphones mobiles pour assurer une continuité dutravail en toutes circonstances, et c’est invisible pour le client. Je n’ai moi-même plus d’ordinateur portable. J’ai une station de travail, lourde, et unsmartphone avec lequel je peux répondre aux mails de mes clients ; c’est une révolution des pratiquesde travail. Mais avec cela se pose la question de l’élasticité de la journée de travail avec un moindrerespect des horaires d’ouverture. Mais répondre dans la demi-heure à un client qui nous questionne à19h15, ça n’a pas de valeur. La première clé du télétravail, pour moi, repose sur le webmail pour assurer lacommunication dans l’entreprise, ensuite il y a le partage du répertoire d’adresses et, enfin l’accès à lagestion commercialisée avec une dématérialisation des documents au maximum (tous nos fax entrantssont transformés en mails redistribués immédiatement à tous les collaborateurs). Les données sontenregistrées sur un serveur protégé accessible de partout hors des locaux de l’entreprise pour nossalariés. Dans une entreprise comme la notre, c’est très important pour la sécurité et éviter desproblèmes de perte de données, mais aussi pouvoir y accéder à tout heure, en tout lieu. Les échanges professionnels se font principalement par téléphone via internet avec le client,avec la démonstration du travail sur l’écran du client. On joint une discussion en qualité téléphoniqueà l’image dans notre travail. L’évaluation du travail se fait différemment selon les métiers mais les résultats sontévaluables pour le chiffre d’affaire généré où que soit le salarié (une sorte de management par objectif)tout comme la qualité du travail et le temps passé dessus. L’usage du téléphone l’emporte sur la visioconférence car on est parfois peu habitué à êtreobservé en permanence par la webcam et le téléphone permet d’être aussi à l’aise dans lescommunications. Notre pratique commerciale est devenue sédentaire, dans nos locaux ou à domicile en cas debesoin, pour optimiser l’activité de ce métier : grâce aux TIC nous pouvons faire 10-15 rendez-voustéléphoniques par jour, là où un déplacement physique n’en permet que deux ou trois dans le mêmetemps. De plus notre budget déplacement est considérablement réduit. Cela limite aussi les questions d’implantation d’entreprise dans les nouvelles constructionsde bureaux où les places de parking sont souvent en trop petit nombre par rapport à l’accueil réeld’actifs ou clients dans ces bureaux et empêchent au final l’implantation. Cela ne remplace pas non plus le contact humain, que nous maintenons ponctuellement, maisle travail à distance nous confère une plus grande réactivité, et dans notre métier ce contact peu être54 Entreprise de programmation informatique. 25 salariés. 87
    • amoindri pour des relations purement commerciales. Je travaille avec des clients depuis deux ans queje n’ai jamais rencontrés. C’est une stratégie assumée. 88
    • Groupe APR55, Lons (64), Monsieur Cazes Carrère Philippe Jean Pierre, Président du Groupe Le télétravail est une bonne idée. C’est une idée personnelle que je n’ai pas encore soumise àmes salarié(e)s ou aux ressources humaines. Je compte la présenter aux négociations dans l’entreprisede fin d’année. Cela me permettra d’offrir une meilleure qualité de travail à des nombreuses femmes quitravaillent dans l’entreprise et qui habitent parfois loin avec des enfants, plutôt que d’augmenter lesalaire. Comme cela, elles resteraient avec leur famille un jour par semaine en télétravail à la maison.Je compte le proposer pour les personnes habitant loin avant tout et celles qui ont des familles avec desenfants. J’ai découvert l’existence du télétravail par les médias (journaux principalement) et j’aitrouvé l’idée bonne à appliquer : je n’y ai pas trop réfléchi dans l’application mais pour moi il n’y quedes avantages pour l’entreprise et les salariés. C’est bon pour l’environnement et les Plans deDéplacement Entreprise. La mise en place d’un webmail est facile et ne pose pas de problème, pareil pour laconnexion. Après je pense que l’on fournira le matériel plutôt que d’utiliser ceux des salariés mêmes’ils sont souvent équipés, car avec les enfants, s’ils sont sur Facebook ou qu’ils jouent dessus, il peuty avoir des problèmes. De toute façon un ordinateur ne coûte pas très cher aujourd’hui. Mais c’est encore un projet. J’ai encore une certaine méconnaissance sur la question car c’estcomplexe et que rien n’est encore décidé dans l’entreprise.55 Entreprise de nettoyage courant des bâtiments. 400 salariés. 89
    • Groupe OCUCO56, Gradignan (33), Monsieur Eric Huet, Directeur Général France. Le fait que la Région Aquitaine s’implique dans la vie économique pour soutenir etaccompagner les entreprises est une excellente chose, c’est signe que l’interaction entre la Région etles entreprises est bonne. C’est positif pour l’organisation des entreprises et leur efficacité. Il y a unvrai un intérêt pour le monde du travail et de l’entreprise. Le télétravail est assez ancien. Je pense que la question s’est posée pour mon expérience il ya une dizaine d’années dans d’autres sociétés que j’ai pu fréquenter, plus pour répondre à uneproblématique ponctuelle, comme un collaborateur distant, absent ou pour délocaliser les ressources,qu’à une vraie réflexion sur l’organisation du temps de travail et de l’entreprise. Dans le cadre decollaborateurs en mission commerciale avec des forces de vente, sur des départements assez éloignésdu siège, le temps administratif (rapport hebdomadaires de fin de semaine) était fait en télétravail àdistance (envoi de fichiers). C’était fait dans une logique de simplification des coûts et pour permettreaux collaborateurs de faire leurs rapports administratifs en dehors de leur période commerciale depuischez eux. J’aimerai bien le faire. J’ai la chance de travailler dans une entreprise où l’on a du service,donc les moyens de production sont les personnes et les ordinateurs. On peut travailler à distance avecInternet. J’ai la chance de pouvoir le faire, il suffit d’un ordinateur et d’une ligne. Ca ne coûte pas cheraujourd’hui. J’aimerai pouvoir l’intégrer de façon beaucoup plus développée. Aujourd’hui il se fait àl’initiative et à la demande du collaborateur ou quand l’entreprise perçoit qu’il y a une problématiqueparticulière ; mais nous n’avons pas franchi le cap de la solution de travail au choix à domicile, aubureau ou en alternance. Je souhaiterais l’introduire progressivement avec une journée par semaine detélétravail pour voir si c’est justifié et s’il y a un intérêt selon les missions et les métiers avantd’éventuellement généraliser. Nous avons déjà une logique de souplesse de travail. Notre métier est l’édition de logicielspour de grands groupes, avec beaucoup de déplacements commerciaux (métropole française, DOM-TOM, étranger) pour la diffusion nationale de nos produits, installation des logiciels, support etmaintenance ; 30 à 40 % des effectifs sont tout le temps sur le terrain. Pour la formation des clients, lapromotion et la maintenance nous nous déplaçons, même si aujourd’hui on peut faire de latélémaintenance. On utilise cette souplesse sur deux niveaux :  En amont, dans les phases de conception – réalisation (Recherche et Développement) : mon directeur technique m’a demandé il y a quinze jours de pouvoir travailler deux jours à la maison parce qu’il n’est pas sollicité au travail. Il a son ordinateur portable et est dans un environnement isolé plus propice à certains travaux. Il avait besoin de faire du développement sans avoir le téléphone qui sonne toutes les deux secondes. Il a fait du travail à distance, c’est une forme de télétravail.  En aval, dans notre chaîne de traitement des opérations, dans la maintenance et le support client avec une astreinte le samedi (renvoi des appels chez le collaborateur par transfert d’appel sur son téléphone portable professionnel). On lui a fourni du matériel professionnel (smartphone, outils de prise de main à distance) pour qu’il recrée sont environnement professionnel. Ca lui permet de rester chez lui pour effectuer cette mission là. Malgré l’élasticité du temps de travail envoyer un mail au bon moment permet de faire gagner énormément de temps. La clé du déclenchement du télétravail, c’est d’abord la typologie de la mission. Ensuite lecontexte collaborateur, sa motivation, et sa pratique de travail du collaborateur : certains collaborateurs56 Entreprise d’édition de logiciels. 20 salariés. 90
    • préfèrent rester à plein temps dans un environnement et un lieu de vie professionnel même s’ils fontparfois du travail complémentaire à distance pour une question urgente. Et enfin l’organisation del’entreprise. La vraie contrainte après, c’est le curseur à trouver : quand on s’éloigne de son lieu de travailon est aussi coupé de ses collaborateurs, du monde de la vie de l’entreprise, donc il faut faire attentionà ça et ne pas tomber dans l’effet inverse. On peut être amené à galérer dans une tâche et à solliciterles ressources différemment alors que dans l’entreprise il suffit de pousser la porte d’un bureau. Mais les barrières tombent aujourd’hui : on est sur Skype avec notre filiale en Angleterre,aux Etats-Unis, en Australie et on discute. Il n’y a pas la barrière de la distance avec lavisioconférence: c’est gratuit et ça se fait très bien, tous les 2 jours je suis en conférence ainsi. C’estintuitif, j’ai tous mes collaborateurs en lignes d’un clic. Nous utilisons énormément les outils collaboratifs comme la visioconférence, un bureauvirtuel, des webcams, un intranet, le ‘chat’ et nous avons même un wiki qui référence tous nos savoir-faire et bonnes pratiques, pour capitaliser savoirs et savoirs faires et les partager dans tous le groupe.Avec la visio et la messagerie, on fait 80 % de l’essentiel. Nous avons dématérialisé nos documents même si nous continuons la facturation papier.Mais on pourrait l’envisager en dématérialisée. Et l’archivage informatique est plus efficace que dansdes classeurs. Nous utilisons beaucoup la messagerie dans ce cadre avec recherche de mot clé. L’arrivée de la fibre optique57 est fondamentale pour nos métiers car elle permet d’accroîtreles capacités des canaux d’entrée et de sortie pour stocker sur les serveurs, et accéder à desapplications ou aux données est très important. Les rapports sociaux à distances sont transposables pour certains types de communications etjusqu’à un certain point comme une micro discussion ; dès que l’on est sur une problématiqueimportante et/ou multi personnes il faut de la communication en présence. On ne peut pas toutvirtualiser. Je considère que le contact est un élément clé dans un monde de plus en plus virtuel et qu’ilfaut absolument garder l’humain, avec nos partenaires comme nos collaborateurs pour développer etentretenir l’esprit d’appartenance à l’entreprise. Il y a des choses qui ne passeront jamais dans lavisioconférence comme les rapports humains dans l’entreprise (ce qu’on à fait ce week end, etc.). Cesont des êtres humains qui ont besoin d’échanger au-delà de leur travail pour être efficace et il fautqu’il y ait cet ‘autre chose’ à côté de la relation professionnelle. Dans notre entreprise nous réunissons tous les collaborateurs de toutes nos filiales deux foispar an pour échanger et maintenir cet esprit d’entreprise avec des valeurs et une vision au-delà desdistances physiques. La stratégie et l’humain ne sont pas dématérialisables. Donc dans le télétravail, c’est la question de l’efficacité dans la mission du collaborateur quitravaille en équipe. Et après, et c’est mon rôle de chef d’entreprise, de gérer les questions demanagement et de suivi comme les tâches qualitatives qui ne sont pas forcément quantifiables,contrairement à une chaîne de production ou l’on quantifie numériquement la production. Dématérialiser complètement ou non, c’est un choix d’entreprise et de mission del’entreprise par rapport à son activité : une entreprise d’’out-sourcing’ qui collecterait des demandesde traduction de documents, avec des experts traducteurs à distance, peut être éclatée. Mais à monsens, il faut quand même garder du liant humain et physique. Notre groupe est international (siège à Dublin), d’une centaine de collaborateurs dans septfiliales dans le monde. Dans le monde anglo-saxon la pratique du télétravail est beaucoup plusdéveloppée : à Dublin et à Londres, nous avons des développeurs qui sont à 100 % en télétravail àdomicile car éloignés du bureau de plus de 100 km ; ils ont une visite mensuelle ou bi mensuelle dansl’entreprise pour faire un point. Le travail y est plus formalisé par l’écrit et plus flexible avec moins de57 Portée par les Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) et la Région Aquitaine. 91
    • règles ; moins en France où le télétravail n’est pas vraiment entré dans les mœurs avec beaucoup decarcans et de stéréotypes qui perdurent, et avec toujours le risque pour l’employeur qui chercherait àen sortir, ce qui limite l’innovation. Les zones de flou dans la législation posent problème : rapport à la hiérarchie, le suivi lecompte rendu ; dans des cas extrêmes certains patrons pourraient s’en servir pour se séparer d’uncollaborateur ou un collaborateur pour une double activité. Il faut une meilleure réglementation pourcadrer mieux les choses. Je me pose la question car j’ai un collaborateur, qui fait du support technique et de la hotline,qui habite à 100 km dans les Landes ; il fait 200 km chaque jour pour venir travailler. Je me pose laquestion de lui soumettre la proposition de télétravailler un à plusieurs jours dans le mois. C’est plussimple pour lui et cela lui ferait faire beaucoup d’économies. Nous sommes domiciliés à 90 % sur la CUB sur la vingtaine de collaborateurs de la filiale, àpart celui qui habite dans les Landes et un autre qui habite à Hostens 58 . Hormis deux ou troiscollaborateurs qui habitent loin et pour qui la question se pose, nous avons la chance d’être dans unpays où les routes et les transports en commun sont très bons, comme le tramway de la CUB et donc laquestion du travail à distance se pose moins. Après c’est vrai qu’il y a une culture pour un chef d’entreprise ou pour un manageur d’avoirses équipes à côté, c’est important car au-delà de la performance individuelle la performance collectiveest un point clé, et le télétravail coupe un peu cet aspect là. Cela doit être adapté au cas par cas : c’estvalable pour certaines missions, beaucoup moins sur d’autres comme les projets. De toute façon tout le monde est gagnant : l’entreprise et le collaborateur. Dans la gestiondes collaborateurs et du turn-over, ça ne peut être que positif. On peut également se servir du télétravail comme une solution professionnelle pour intégrerdans l’entreprise des personnes handicapées extrêmement brillantes et compétentes qui ne peuvent pass’y déplacer. Et en terme d’innovation organisationnelle, on peut bonifier ces pratiques avec des mesuresincitatives comme réduire les charges pour développer l’emploi en chargeant moins un salaire parceque le collaborateur va travailler à distance et consommer moins de carburant, ça peut avoir du sens.Tout le monde peut s’y retrouver : l’Etat, les entreprises et les collaborateurs. La notion de‘télétravail’ n’est pas accompagnée financièrement, donc ce n’est pas un réflexe pour l’employeur quin’a pas de gain immédiat. Aujourd’hui il y a un vrai malaise dans le monde du travail avec des problèmes extrêmementgraves où des personnes sont laissées sur le bord de la route qui parfois se suicident. On est dans unespirale de course à la productivité et au profit. En tant que chef d’entreprise on doit lutter contre cela.L’entreprise au-delà de l’activité est un lieu de vie où le collaborateur doit être au centre, si l’on peutaméliorer la qualité de vie et de travail des collaborateurs c’est une bonne chose. Le tout est d’adapter les moyens aux besoins pour le télétravail, choisir la solution la moinschère et la plus efficace. Le ‘coût’ de mise en place sera surtout une économie pour l’entreprise et noscollaborateurs. C’est un moyen d’économiser pour eux 100 à 300 € par mois. La Région Aquitaine nous aide sur un projet de logiciel. L’entreprise crée de l’emploi et del’innovation. Générer de l’emploi pour sa Région, lorsque l’on a une activité locale et régionale estextrêmement fort. Avoir des partenariats techniques et technologiques inter entreprises et être soutenuest très important, la Région Aquitaine est dynamique là-dedans. La Région pourrait accompagner les entreprises avec des formations, de l’accompagnement,de l’échange d’expérience de chefs d’entreprise qui ont réussi : dans quelles problématiques ils ontréussi à basculer ‘x’ pourcents des effectifs, quels gains, quels problèmes, quelles contraintes, etc.58 au sud de la Gironde. 92
    • Les Graphistes du Libournais59, Pomerol (33), Madame Lucile Aigron, graphiste télétravailleuse indépendante en co-working et membre fondatrice de l’ « Arrêt Minute » à Pomerol. Cette initiative de la Région est accueillie positivement, puisque cela nous a permis de mettreen place un lien avec les acteurs publics, d’être connu, écouté et compris. Travailler à domicile n’estpas facile pour tout le monde, et l’ « Arrêt Minute » permet de créer un espace de travail où l’onpartage de la bonne humeur et des compétences professionnelles. Je pratique le travail en coworking depuis 2 ans et demi. J’ai commencé cette pratique enPépinière d’Entreprise avec une amie (Sophie Guéant, AZimut Évènements, également membre del’Arrêt Minute) ; nous partagions le loyer. A mi-parcours nous avons arrêté car nous n’avions plus lesressources nécessaires et nous avons pensé à une solution de sortie. Avant la Pépinière, j’ai travaillé 1 an à la maison. Au début cela allait mais ensuite j’ai eudes problèmes avec les contraintes du domicile : j’étais peu outillée, débordée et isolée. Je n’avais pasd’heures de travail fixes et ma journée s’étalait. J’ai souhaité casser l’isolement. Travailler encoworking et bien plus agréable. Nous avons appris l’existence de La Cantine 60, cela nous a inspiré. J’ai décidé de me mettre à mon compte après la naissance de mon enfant. J’en avais assez dene pouvoir lui consacrer que quelques heures par jour, partant le matin à 8 h et rentrant le soir à19h30. Aujourd’hui je gagne mieux ma vie et j’ai plus de temps à lui consacrer ; tout va bien, je suisheureuse. Avoir un bureau auquel je me rends me permet de me concentrer sur des tranches horairesprécises et d’arrêter de travailler pour aller chercher mon enfant. Cela m’évite aussi les dépensessystématiques de garderies car les horaires en entreprise n’étaient pas compatibles. Nous fonctionnons en autogestion car la structure est petite et récente (octobre 2010). Al’origine nous sommes six membres fondateurs (un journaliste de Canal+, un webdesigner, unechargée de communication, une organisatrice d’évènements professionnels et institutionnels et deuxgraphistes). Le projet initial devait être implanté à Libourne : une sorte de grand centre culturel, avecexpositions d’œuvre d’art, promotion de la culture, accueil des visiteurs, location de salles de réunions,etc. Les élus étaient frileux et nous n’avons pas eu d’aide. L’un d’entre eux était néanmoins intéresséet m’a quand même aidé en m’incitant à mettre le projet sur papier et à bien le définir. Mais nousn’avions pas de local. Fin 2010 le projet allait être abandonné, et par hasard, nous avons trouvé un local à Pomerol,très bien implanté, à 3 km du centre de Libourne. Nous avons sollicité les élus, également frileux parrapport à un investissement dans de nouvelles pratiques de travail dans une petite commune. Nousavons monté la structure avec peu de moyens (250 € pour chacun des membres fondateurs). Deuxmembres vont nous quitter cette année en évoluant professionnellement et nous sommes aujourd’hui àla recherche de moyens pour pérenniser la structure. Ne pas avoir quelqu’un de spécialiste pourmonter un dossier est un problème. Idéalement pour nous aider, je pense que la commune est la mieux placée. Maintenant noussommes entrés en contact avec la Région, et Monsieur Eimer 61 nous a humainement beaucoupsoutenus. Il croit en notre projet. La Région a été très réactive et elle prend la main sur le montage duréseau numérique ; il est bon aussi d’avoir un acteur comme la Région pour coordonner les politiquessur le terrain. Je ne connaissais pas le principe du télétravail et ne pensais pas qu’il y avait un lien avecnotre pratique du coworking.59 Entreprise de Graphisme60 Lieu de coworking à Paris61 (Délégué Régional pour les Techniques dInformation et de Communication) 93
    • Avec l’Arrêt Minute, nous avons monté un lieu professionnel à nous, où nous pouvonsaccueillir nos clients et d’autres personnes voulant travailler avec nous, ce qui est mieux que nosdomiciles respectifs. Nos clients sont satisfaits et l’Arrêt Minute nous permet de les fidéliser, en étantvisibles. Ce n’était pas possible en Pépinière, cet environnement étant provisoire. Aujourd’hui notrepetite structure fonctionne et nous sommes ouverts à toute personne qui veut venir travailler avecnous, s’investir et partager, au travers de ce projet. Nous nous développons lentement avec cette année un nouveau membre, deux stagiaires, et8 personnes formées. Nous avons un bon débit pour nos activités et nous proposons des tarifs adaptésselon les besoins pour de nouveaux usagers: location d’espace permanent, à la journée, demi journée,etc. Nous sommes une association et ce n’est pas évident d’un point de vue juridique, les statuts nouslimitent. Nous travaillons ensembles sur des projets culturels avec nos compétences complémentaires,mais nous ne pouvons unir deux prestataires au nom de l’Arrêt Minute ; nous ne pouvons pasfonctionner comme une coopérative. Notre prochain objectif est de nous rapprocher de la communauté française de coworking. Leréseau, au-delà de notre structure, est très important pour notre développement et pour avoir plus demoyens. Actuellement nous sommes limités. Je m’implique aussi dans un collectif engagéd’entrepreneuses, « Drôle d’entrepreneures ». 94
    • Logica62, Le Haillan (33), Monsieur Dominique Achard, Chef de projet informatique. Notes : Logica a opté pour le télétravail partiel à domicile. Accord d’entreprise signé le 14septembre 2010 par tous les syndicats. L’expérimentation est terminée sur le site du Haillan avec deuxmois de recul, la généralisation de la pratique commence. L’élaboration et la mise en place dudispositif de télétravail ne seront pas expliquées ici, Logica considérant que sa méthode est un desatouts de l’entreprise pour sa compétitivité. C’est la forme de pratique du télétravail la plus pensée etla plus poussée en amont rencontrée lors de l’enquête. « La mise en place du télétravail chez Logica est une démarche managériale dans lacontinuité des pratiques de responsabilité sociale de l’entreprise (encouragement au covoiturage,économies d’énergie dans les équipements et les nouveaux bâtiment, etc.). L’accord a été signé l’andernier (14 septembre 2010), il a été remarqué par le Ministère du travail parce que nous étions l’unedes premières sociétés informatiques à le déployer en France. 500 personnes travaillent sur ce site, nous avons aujourd’hui plus de 30 demandes ; et prèsd’une centaine de personne est déjà intéressée en plus. 14 personnes télétravaillent déjà. Nous avonslancé l’expérimentation il y a 2 mois. Elle s’est conclue de façon très positive. La mise en place estbasée sur le volontariat et est réversible à tout moment de la part du salarié ou du manager, qui peutdire « maintenant j’arrête ». Il y a juste un préavis de un mois pour cette demande d’arrêt. Notre démarche repose sur trois piliers : l’humain, l’économie et l’éco responsabilité. Comme vous l’avez vu dans la vidéo, le côté humain vise à mieux allier vie privée et vieprofessionnelle. Par conséquent avoir un taux important de satisfaction des salariés et une fidélisationdes savoirs. Ils apprécient de ne pas faire 3/4 d’heure de voiture le matin et autant le soir, de ne pas sepresser pour aller chercher leurs enfants le soir, d’être chez eux pour travailler confortablement et pasforcément en costume. Nos salariés sont extrêmement heureux et ils sont installés dans le confort, quileur permet de bien se concentrer et de bien travailler. Deuxième enjeu : l’enjeu économique. Il ne faut pas se voiler la face. D’une part un salariéheureux est un salarié plus productif. D’autre part l’optimisation des coûts immobiliers. Comme nousn’avons pas beaucoup de télétravailleurs nous ne gagnons pas encore beaucoup. Le gain économiqueest aussi une diminution des coûts de fonctionnement. D’ici quelques années cet investissement vaporter ses fruits. L’économie, parce que c’est ça en fait, on va le voir lorsque plus de personnes serontdéployées, c’est déjà le cas à Paris dans la Tour Reflet pour Logica. Nous avons une politique interne qui a pensé la mise en place de cette pratique. Et le dernier enjeu, qui n’est pas des moindres, la responsabilité économique et sociale del’entreprise. Nous avons une démarche d’insertion des personnes handicapées et des femmes enceintesque les trajets pour aller au travail fatiguent grandement, donc ils peuvent continuer à travailler.Logica se plie aussi à leurs besoins. Pour l’éco responsabilité, nous avons observé que 15 % de notre empreinte carbone est dueau déplacement de notre personnel. J’ai fait un premier bilan pour les 14 personnes qui télétravaillentdéjà : elles font en moyennes deux heures de trajet par jour tout compris (parfois aussi allers-retours àmidi), 20-25 minutes pour certains, 1h à 1h30 aller pour d’autres. La consommation économisée encarburant est de 50 litres par mois, donc un plein par mois. En terme d’économie, pour le salarié c’estun plein, et pour la circulation déployer plus de télétravailleurs participe à réduire le trafic avec unPlan de Déplacement de l’Entreprise efficace.62 Siège de Logica en Aquitaine (enregistré comme activité de siège social), entreprise de service en business et technologiepour les secteurs suivants : banque, assurance, services financiers ; distribution ; énergie et utilities ; pharmacie ; secteurpublic et télécommunications. 500 salariés sur ce site. 95
    • Ce projet innovant nous permet de nous démarquer, en affichant un engagement de Logicaenvers la société sur la question de l’environnement et de l’amélioration de la qualité de vie dansl’entreprise. Nous vérifions tout d’abord la compatibilité du travail à réaliser à l’extérieur avec dutélétravail et la rigueur du salarié: sur des environnements spécifiques ou des projets sensibles nousrefusons le télétravail. Nous voyons avec le manageur qui connait le projet, les contraintes du projet etle demandeur : son travail peut-il se faire en partie hors de nos locaux ? Est-ce qu’il communique surl’avancement de son travail ? Faut-il le relancer souvent ? Doit-il être supervisé continuellement ? Ensuite nous vérifions la faisabilité au domicile du demandeur. Pour mettre en place letélétravail au domicile, Logica fait faire un diagnostic du domicile du salarié par une entreprisespécialisée pour vérifier que le domicile et son réseau électrique sont aux normes de sécurité, avecaussi une pièce spécifique pour travailler dans de bonnes conditions. Cela nous garantie la faisabilité etl’absence de risque pour nos salariés. Notre but est de garantir à nos salariés les mêmes conditions desécurité que dans nos locaux. Si le diagnostic est bon nous pouvons validant l’avenant de télétravail ;sinon nous refusons en le justifiant au salarié. 6 salariés se sont vus refuser le télétravail aujourd’huipour un réseau électrique trop vétuste. Enfin nous établissons l’ordre de mission du salarié qui certifie que le télétravail est possibleavec toutes les garanties et qui encadre sa pratique hors de nos locaux. Nous avons une doublecertification pour bien poser les choses. 10 demandes sont actuellement en cours de vérification pourle diagnostic. Nous n’avons aucun refus managérial pour l’instant. Personnellement, je télétravaille. J’habite à 9 kilomètres d’ici, je ne suis pas loin. Maisj’apprécie le télétravail pour le calme. Quand j’ai du ‘reporting’ à faire à la fin du mois, je peux meconcentrer et avancer plus vite que si j’étais dérangé par une question ou par le bruit de passage dansle couloir, une porte, etc. Tous les retours de télétravailleurs sont positifs, et ils apprécient de pouvoir aussi travaillerhors des locaux. Au-delà de la proposition managériale nous avons une importante demande salariée.On s’attend à recevoir une ou deux centaines de demandes d’ici la fin de l’année sur le site du Haillan.L’intérêt pour le télétravail au jour d’aujourd’hui est de 30 % du personnel qui le demande, et on vientjuste de sortir de l’expérimentation… Sur 300 personnes, j’ai 104 personnes très intéressées. C’est vrai aussi que l’on peut dire à un salarié qui n’est pas aussi rigoureux que la pratiquel’exige « maintenant si tu veux télétravailler et bénéficier de ces avantages, tu dois te montrer plusrigoureux à l’avenir, et lorsque tu auras atteint telle régularité ou objectif, on t’autorise le télétravail ».Cela permet aussi de motiver les gens. La possibilité de télétravailler concerne l’ensemble des personnes qui travaillent ici sauf lespersonnes sur des environnements de travail particuliers, les salariés en période d’essai, les apprentiset les stagiaires. La seule condition en fait c’est d’être salarié avec un lieu de travail compatible avecbonne sécurité, et le télétravail est possible dès le premier mois. Notre programme prévoit aussi d’autres petites aides économiques. Mais au final tout lemonde s’y retrouve : les salariés, l’entreprise et nos clients. Il ne faut pas tomber dans les clichés du télétravail qui se fait devant la télé ou avec dulaissez aller. Nous avons observé une importante hausse de production pour certaines personnes enplus de leur satisfaction. Nos salariés en télétravail travaillent, il n’y a aucun doute là-dessus : ils sontplus heureux et plus efficaces. En France on commence un peu, sur le site du Haillan tous lesmanageurs sont convaincus de l’utilité du télétravail. A l’international, la pratique est beaucoup plusdéveloppée en Angleterre et cela marche. Le télétravail n’est pas non plus un isolement par rapport à l’entreprise puisque le travail enéquipe continue au travers de la gamme des outils dont les salariés de Logica sont équipés. La 96
    • personne en télétravail travaille de la même façon que si elle était sur le plateau par l’oral et l’écrit,normalement. La seule différence c’est que la personne est physiquement chez elle. Nous avons d’autres résultats: Pour les analystes et les développeurs, donc, le gain de temps pour les trajets qui leur permetde démarrer plus vite, le confort et le calme opérationnel ; ces avantages se retrouvent chez tous lesmétiers le pratiquant. J’ai un exemple d’un ingénieur qui arrive la plupart du temps à 9h30. Il partassez tôt de chez lui, il habite loin mais il n’arrive qu’à 9h30. Un matin il s’était connecté surCommunicator à 8h45 et il a envoyé un Communicator (messagerie) à son chef de projet, simplement« salut, ça va ? », et son chef de projet a été étonné « quoi, déjà là ? ». Réponse « Hé bien oui je n’aipas 3/4 d’heure de route à faire. Je commence un peu plus tard mais l’un dans l’autre je travaille plustôt ». Il part normalement à 8h15 et n’arrive qu’à 9h30 ; et bien là il s’est réveillé plus tard, il a prit sonpetit déjeuner et il est opérationnel plus tôt, et ça ne change rien. Plusieurs de nos télétravailleurs pilotes habitent hors de la CUB. On en a trois à 30 km deBordeaux, deux au sud de la Gironde, une au nord-est. Sur les télétravailleurs déployés, facilement lamoitié vit hors de la CUB. Nous avons aussi une demande hors département d’une personne vivant enCharente qui attend son diagnostic. Par contre nous nous sommes aperçus que nos ingénieurs travaillent plus : ils passent dutravail horaire mais à celui de la tâche. C’est à dire que lorsqu’ils commencent quelque chose, ils leterminent. On se lance moins dans quelque chose parce qu’il reste une demi-heure et qu’il est bientôtl’heure de partir : on le remet au lendemain. On prépare en amont le nécessaire à ce travail pour biendémarrer le lendemain et le faire sans le segmenter en deux jours. L’objectif est de planifier les jours télétravaillés selon les tâches. Nous avons borné lapratique et les horaires pour maintenir la cohésion des équipes, concilier vie privée et professionnelle,et éviter des problèmes de burn-out. Nous avons aussi remarqué une séparation entre les aspects prioritaires et non prioritaires desinterruptions dans le travail : les questions sont hiérarchisées. Pour une directrice de projet, son téléphone fixe n’arrêtait pas de sonner ; maintenant qu’elletélétravaille on ne l’appelle plus que pour les questions importantes. Grande amélioration aussi dans le reporting, clairement : on est plus au calme avec unmeilleur recul. » 97
    • Témésis63, Cenon (33), Monsieur Elie Sloïm, Directeur de TémésisNote : Témésis est une entreprise crée il y a 8 ans. Tous télétravaillent, pour onze à temps plein et un àmi-temps. L’intérêt de la Région Aquitaine pour le télétravail est une excellente initiative. Je suisextrêmement favorable à l’instauration du télétravail à chaque fois que cela est possible. A chaquefois que cela est possible cela peut-être très intéressant, et à pas mal de niveau. Que la Régions’intéresse à cela est plutôt une bonne nouvelle. Le télétravail est lié à la nature du travail, qui est fondamentale, et à la nature dumanagement qui est mis en place. Un plombier en télétravail, cela ne marche pas. Tout le monde n’estpas capable de travailler en télétravail et tout le monde ne le souhaite pas. Dans mon cas dès que l’on était deux, on a mis en place du télétravail. Il n’y a pas de limiteminimum d’effectif pour la pratique, ni de limite maximum. Le point essentiel dans le management est la confiance qui peut s’instaurer entre unmanagement qui fait plus du ‘coaching’, de la gestion et du pilotage de tâches et d’actions à réaliser,plutôt que de faire du contrôle ou de faire le contremaître. On n’est pas là en surveillance, mais enaccompagnement et en animation. Le management est amené à faciliter le travail et pas à l’obliger. Toute la notion d’obligation est très relative. Dès que l’on passe en télétravail, il y a tout ceque l’on accepte de faire soi-même, à la fois de la part du salarié et du manager, et ce que l’on attenddes autres ; et tout cela crée un mélange qui nécessite des modes de management un peu particulier. J’ai commencé à télétravailler à cause d’un projet avec lequel il n’y avait pas d’autresolution. La personne qui avait la compétence, Fabrice Bonny, était à Clermont Ferrand. Il était horsde question que j’aille à Clermont Ferrand et que lui vienne à Bordeaux. Donc on a commencé à sefaire des points réguliers sur un projet qui s’appelle OPQUAST 64 (Open Quality Standards) en 2003-2004 et nous sommes même devenus associés sans se connaître physiquement. On s’est rencontré lejour de la signature du document quand il a prit des parts de la société. Pour nous le télétravail n’est pas un choix mais plutôt une obligation. Nous avons choisil’option du télétravail car c’était la manière de travailler qui nous correspondait le plus. Je travailleavec des experts très costauds. Je ne peux pas les faire venir à Bordeaux. Je leur aurais demandé delâcher leur famille et pourtant j’arrive à rassembler une équipe très compétente, difficile à réunir sur unplateau local. Je peux les payer plus, enfin à salaire égal ils ont moins de frais : par exemple sur Paris ilsn’ont pas de transport, on en a un sur l’Ile de la Réunion et un autre sur l’Ile de Wight 65 . Il estimpossible de réunir le plateau des 12 dans la même ville, ou alors dans des endroits qui coûtent trèscher. Pour notre organisation il n’y a pas d’autre solution. Et cela marche, tout le monde travaille. Il ya des choses à faire et ils les font. Nous nous sommes outillés pour travailler en réseau. L’outillage est très important. Onutilise nos propres outils que l’on met à disposition de nos clients pour gérer notamment des listes detâches ou de projets. Ce serait beaucoup plus difficile sans cela. On utilise aussi beaucoup lescommunications, notamment Skype. Nous avons un outil pour gérer la communication, un outil pourles tâches et un autre pour la documentation (un wiki propre à l’entreprise). Nous utilisons aussi63 Entreprise de conseil en systèmes et logiciels informatiques. 12 salariés.64 http://www.opquast.com/65 Ile au sud de l’Angleterre, au Nord de Cherbourg 98
    • actuellement beaucoup d’outils collaboratifs en ligne, type tableur en ligne comme Google Docs. Nousutilisons et vendons aussi du ‘cloud’ ; c’est aussi dans la même logique. Nous essayons d’archiver un maximum d’éléments présents dans les outils et d’avoir latraçabilité. A côté je pousse beaucoup pour l’écrit, mais après, beaucoup de chose se passent aussi àl’oral. Pour un manager, je ne sais pas ce qui se passe dans la boîte derrière les canaux decommunication regroupés ; et c’est très bien comme cela. En fait nous passons beaucoup de temps àdiscuter en visioconférence mais ce n’est pas du temps perdu. Nous avons crée une ‘machine à café’virtuelle qui est un salon de discussion pour garder le lien et discuter du travail et d’autres choses. Onse voit et on se parle tout le temps. La solution au risque de sentiment d’isolement c’est lemanagement : il faut un vrai management, le télétravail ne s’improvise pas. Notre pratique de travail nous permet beaucoup plus de libertés. Parfois certains seconnectent en décalé des heures de bureau parce que nous avons quelqu’un sur un autre fuseau horaire(la Réunion). Parfois au cours de la conversation en entend des choses qui n’ont pas à voir avec letravail. On peut aussi s’absenter pour faire ses courses. Ou pour quelqu’un qui a une famille : parexemple, je m’absente régulièrement pour aller chercher mes enfants. Le télétravail est quelque chosequi peut énormément faciliter la gestion familiale. Alors on décale les horaires. Mais il ya une heureoù il faut aller chercher les petits, et on finira le travail plus tard. Dire que c’est moins sérieux que le travail ‘normal’ est de la méconnaissance. C’est commepour le travail normal, ni plus ni moins. Si quelqu’un ne veut pas travailler au bureau il y arrivera, siquelqu’un ne veut travailler en télétravail il y arrivera aussi. Mais en télétravail cela ne tiendra paslongtemps, ce sera très compliqué. Cela ne m’est jamais arrivé vraiment ; un salarié une seule fois quin’a pas donnée signe de vie pendant une semaine, cela s’est géré ; c’est quelqu’un d’extrêmementvalable qui rattrapé le coup après. A un moment il faut que le travail fait arrive. C’est ce qui est sûr. Dans notre pratique professionnelle, j’arrive aussi de plus en plus à déclencher du télétravailavec des clients. Il est de bon ton de dire « ah mais il faut rencontrer les clients ». Et puis on se rendcompte que par rapport aux clients, pour nous qui sommes dans la région bordelaise, prendre unrendez-vous à Paris, bloquer un train… Si le client a un problème parce qu’une réunion s’estdéclenchée, il se sent coupable en devant décommander ou arriver en retard ou en avance.... Cela nousest arrivé récemment avec un empêchement. Par contre si l’on prend rendez-vous en télécommunication à telle heure à telle date, et qu’ily a un problème, on reporte simplement. Personne n’a perdu de temps de travail. C’est sûr que larencontre physique à un intérêt mais on doit aussi changer les mentalités ; ce n’est pas parce que jevois quelqu’un à distance que je suis moins là. Même seulement en audio. Pour l’instant tous les collaborateurs travaillent depuis chez eux. Ils pourraient me demanderde travailler ailleurs, ou en coworking (ce n’est pas encore prévu à ce jour) par rapport auquel je suistrès favorable. L’espace de coworking, comme celui qui va se créer à Bordeaux, peut être trèssalutaire. Personnellement, je n’y vois pas d’intérêt direct mais si les salariés le souhaitent, je le ferai.Mais ce n’est pas à moi de décider s’ils en ont besoin. Par rapport aux télécentres je ne suis ni pour ni contre, cela me semble bien puisque cela faitpartie de l’arsenal des outils. Si c’est suffisamment souple, cela peut être sympa. Si j’avais un salariéqui se retrouve dans une situation difficile ou avec un problème, pourquoi pas ? Pour moi tout ce qui peut développer le télétravail aide à la modernisation du travail et mêmeà la vie sociale, parce que cela modifie profondément les rapports entre salariés et manageurs. Celachange le rapport au travail et oblige les manageurs, s’ils n’en sont pas convaincus, à travailler sur laconfiance et les salariés sur leur travail et la responsabilisation. Il y aussi beaucoup de défiance de la part du management, la pratique du télétravail estconnue et demandée par beaucoup de salariés mais refusée par le management. Les manageurs veulent 99
    • surveiller. Je rencontre des gens comme cela tous les jours. Ce n’est pas tant un problème deconnaissance que de formation au management et de mise en place de dispositifs d’accompagnement. A propos des avantages liés au télétravail, je ne sais pas trop entre l’avant et l’après car j’aitoujours travaillé en télétravail. Pour une éventuelle amélioration de la productivité, je ne peux pasvous dire. Mais à priori oui. Quand pour onze personnes on multiplie le temps de transport, lapollution liée au transport, le coût, les difficultés liées pour se garer, pour récupérer les enfants, etc.Quand on fait la somme de tout cela, plus la liberté de s’organiser comme on le veut, le télétravail estformidable et j’adore cela. C’est un des atouts majeurs de notre entreprise. Venir tous les matins aubureau c’est sympa mais bon… Télétravailler me permet de travailler avec des gens avec qui autrement je n’aurais jamais putravailler. Dans cette entreprise je travaille avec des gens choisis. Et pour les personnes avec unemobilité réduite c’est extraordinaire. Vous trouverez peu d’inconvénients, et tous sont traitables : soit par le management, soit parles conditions de travail, l’organisation ou les outils. Dans la mise en place nous avons dû équiper un des salariés qui n’avait pas la connexionavec le satellite, et il continue de le payer parce qu’il est dans une zone rurale. C’est notre seuledifficulté. L’entreprise fournit tout le matériel et les outils de travail à distance (ordinateurs, etc.). Ilnous est arrivé d’avoir de grosses difficultés de réseau pour un salarié qui déménage et qui a eu desgalères. Par contre le gros problème c’est d’une part les contrats de travail, et d’autre part lamédecine du travail. Tous les contrats sont des CDI, ou CDD pour les derniers arrivés, mais le strictrespect du code du travail ferait que l’on devrait afficher les horaires dans les locaux, un panneausyndical, quelque chose comme cela. Ce qui n’est pas adapté avec la réalité de notre travail. Et puis la médecine du travail, notre gros problème : il est impossible d’adhérer à unemédecine du travail par entreprise, et donc pour nous c’est une médecine du travail par salarié. Ycompris à chaque déménagement, qui est un des luxes du télétravail. Il faut tout refaire à chaque fois :papiers, adhésions et tout le reste ; et cela coûte une fortune avec autant de salariés que de médecinesdu travail. Le système actuel est totalement inadapté au télétravail. Avant c’était plus simple car lesystème de médecine du travail était centralisé, qui renvoyait des requêtes aux autres centres qui euxfaisaient les convocations. Malheureusement aujourd’hui ce n’est plus le cas. Ce qu’il faudrait c’est une amélioration de la réglementation pour protéger les salariés et lespatrons. Mais c’est comme Internet, cela va impacter le travail ‘normal’. Il faudrait plus de prise encompte des besoins des uns et des autres. Je pense à la médecine du travail, par exemple on est entélétravail et on doit faire des déclarations sur la manipulation de produits toxiques ; c’est curieux… etinadapté. Financièrement, je ne sais pas si une aide sous une forme à définir serait utile par rapport à lapratique du télétravail. Il faut voir. Je suis militant et je veux qu’on pousse au télétravail : je vois trop de gens malheureux autravail. Le télétravail va modifier en profondeur, en mieux, le monde du travail et les relationssociales, donc il faut au moins essayer. 100
    • Bibliographie complémentaire :Bibliographie :Bibliographie de RAUDINPascal Rassat, Méthodologie dintroduction du télétravail pour les organisations publiques, Dossiersd’Experts, Territorial Editions, 2011.Documents en ligne :  UNAF, 2011, Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "Salariés". o http://www.observatoire-parentalite.com/barometre-2011.html  Kate Lister, 2010, Workshifting Benefits The Bottom Line. o http://www.teleworkresearchnetwork.com/  Kate Lister, Tom Harnish, 2010, Results-Based Management The Key to Unlocking Talent, Increasing Productivity A Prerequisite for Workshifting Initiatives  http://www.teleworkresearchnetwork.com/  Kate Lister, Tom Harnish, 2011, Workshift Canada: The Bottom Line on Telework  http://www.teleworkresearchnetwork.com/  Kate Lister, Tom Harnish, 2011, The Shifting Nature of Work in the UK - Bottom Line Benefits of Telework, Telework Sponsored by Citrix Online Research Network o http://www.flexibility.co.uk/flexwork/location/workshifting-uk-2011.htm  Bruno Moriset, Les télécentres dans les territoires ruraux français, Essai dévaluation, Université Jean-Moulin – Lyon 3, CNRS – UMR 5600 EVS, Agence Nationale de la Recherche, 24 mars 2011.  Centre d’Analyse Stratégique, 2009 Le développement du télétravail dans la société numérique de demain  AEC, 2010, Diagnostique de l’Aquitaine Numérique 2010, aecom.org  Nora Simon, Minc Alain, 1978 Linformatisation de la société, La Documentation française, ParisArticles de journaux :  Laurence Neuer, Peu de jurisprudence en France, publié dans Les Echos n° 20796 du 02 Novembre 2010, page 15  Le smartphone détrône le mobile, site LeParisien.fr, publié le 07 février 2011.  Portable.un forfait moyen de 26,7 EUR par mois, site letelegramme.com, publié le 07 février 2011.  Marc Cherki, Boom des ventes de portables en France, lefigaro.fr, publié le 04 août 2008.  Bernard Broustet, Cub : un million dha, journal sudouest.fr, publié le 29 novembre 2010. 101
    • Sites Internet:  Délégation TIC de la Région Aquitaine : o http://tic.aquitaine.fr  Télécentre de la Vallée d’Ossau : o http://telecentre.cc-valleedossau.com  Workshifting : o www.workshifting.com  Fondation Telecentre.org o http://www.telecentre.org  Législation Française : o www.legifrance.gouv.fr/  Site du gouvernement français sur la grippe aviaire : o www.grippeaviaire.gouv.fr  Information sur les services publics : o www.vosdroits.service-public.fr  Agence Aquitaine Europe Communication : o www.aecom.org  Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques : o www.insee.fr  Journal Le Figaro o www.lefigaro.fr  Editions Tissot : o www.editions-tissot.fr  Journal Le Parisien o www.LeParisien.fr 102
    • Remerciements : Un grand merci aux entreprises et aux actifs qui ont participé à cette enquête. Un grand merci aussi aux personnes qui ont accepté l’entretien au-delà de l’enquête. L’Université Bordeaux III Michel de Montaigne et le Programme de recherche RAUDIN. La Région Aquitaine et sa Délégation TIC. Le Fond Européen de Développement Economique et Régional (FEDER). L’Etat Français et en particulier l’Unité Territoriale-Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de lEmploi. Agence Départemental Numérique 64. Communauté de Commune de la Vallée d’Ossau. La Faculté de Lettres et Sciences Humaines Victor Ségalen de Brest et en particulier les étudiants etresponsables du DEUST-TMIC UBO pour le Forum 2011 Télétravail en Finistère qu’ils ont organisé et les intervenants présents (CG, télétravailleurs, etc.). Le laboratoire PACTE de Grenoble et ses intervenants pour le colloque « Mobilités spatiales et ressources métropolitaines : l’accessibilité en questions ». Zevillage.net, son créateur Xavier de Mazenot, et sa communauté. Bordeaux Ecole de Management (BEM). 103
    • Grégory Moullec, 2011, Programme RAUDIN (Recherches Aquitaines sur les Usages pour le Développement des dIspositifs Numériques).Le projet RAUDIN est cofinancé par lUnion Européenne. LEurope sengage en Aquitaine avec le Fond Européen de Développement Régional (FEDER). Publication du rapport avec la licence « Création Commune » 104