• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Article cahiers arcep-lc-nov-déc2010
 

Article cahiers arcep-lc-nov-déc2010

on

  • 290 views

 

Statistics

Views

Total Views
290
Views on SlideShare
290
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Article cahiers arcep-lc-nov-déc2010 Article cahiers arcep-lc-nov-déc2010 Document Transcript

    • Dossier Quand la ville devient durable grâce à Par Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation internet nouvelle génération (Fing) Quand les citoyens deviennent des capteurs environnementaux es réponses technologiques aux défis du dévelop- Seconde orientation, détacher la plate-forme Citypulse de lobjet L pement durable ont souvent quelque chose de froid, voire dinquiétant : automatisation à grande échelle, surveillance, contrôle social… Sous leur forme actuelle, elles créent des tensions entre différentes valeurs – la protection de lenvironnement, linclusion sociale, les libertés – et risquent en définitive "Montre Verte". Beaucoup dautres capteurs environnementaux vont équiper les véhicules, les balcons, les grands réseaux urbains. Citypulse leur propose de partager leurs données pour créer une source sans précédent de connaissances environnementales, exploitable par toutes sortes dacteurs. de susciter un rejet. Peut-on sy prendre autrement, et faire de lenvironne- Enfin, il sagit de mesurer limpact dun tel dispositif, tant sur les ment une occasion dassocier les citoyens à linvention dalternatives à la citoyens et leurs pratiques que sur les acteurs publics et les entreprises. fois durables et désirables ? Cest lobjectif dun projet européen en cours de négociation, Green Eyes, Le projet "Montre Verte" commence par le commencement : la mesure qui associe les villes dAmsterdam, Manchester et Paris. de lenvironnement urbain. Aujourdhui, quelques capteurs "lourds" (une www.fing.org douzaine sur Paris, par exemple) produisent une mesure très précise, mais dont les critères échappent à la population. En portant au poignet une montre qui mesure le bruit et la qualité de lair, le citoyen contribue à multi- plier par 100, ou 1000, le nombre de capteurs environnementaux de sa ville. Sa montre linforme sur ce à quoi il est personnellement exposé ; mais surtout, les données remontent vers une plate-forme dénommée Citypulse. Sur Citypulse, les données (anonymisées) sont mises à disposition dentre- prises, dacteurs publics, dassociations et de chercheurs, qui les traitent à des fins de connaissance, de débat public ou de création de services. •• La Montre verte est un dispositif Véritable adhésion personnel communicant équipé de deux Lors de son expérimentation en juin 2009, dans le cadre de la manifes- capteurs environnementaux (ozone, bruit), d’une puce GPS et d’une tation Futur en Seine, la Montre Verte a suscité une véritable adhésion. Doù puce Bluetooth. L’appareil a la forme d’une montre que son porteur emmène avec lui dans la ville, capturant et stockant ainsi des mesures la décision dapprofondir ce projet qui nétait jusqualors quune exploration. qui sont ensuite publiées sur le réseau. Le dispositif se complète d’un Première direction, améliorer lobjet lui-même : produire des mesures téléphone mobile sur lequel une application embarquée permet de dune meilleure qualité et surtout, compatibles avec les mesures "offi- visualiser les niveaux de pollution mesurés par la Montre et de cielles"; et retravailler le design pour proposer dautres formes (une transmettre à intervalles réguliers ces mêmes données à une plate- broche, un collier ?), pour en réduire le poids et la consommation élec- forme ouverte qui reçoit, stocke et rend disponibles les relevés de trique. mesure. Par Laurent Coussedière, directeur du Cluster Green & Connected Cities Territoires urbains 2.0 : connectés et durables e Cluster* Green and Connected Cities regroupe des acteurs mobi- sur l’innovation dans trois domaines prioritaires de l’économie verte et numé- L lisés autour des usages des technologies de l’information et de la communication pour le développement urbain durable. Il rassemble des villes et communautés urbaines d’Europe et de Méditerranée, des entreprises, des réseaux d’experts, des chercheurs, des associations et des institutions pour créer et expérimenter des initiatives innovantes et opération- rique: la mobilité durable, les nouveaux espaces d’activités et de vie, l’économie relocalisée et sobre en carbone. Les travaux du Cluster se sont en priorité orientés sur les nouvelles formes de lieux de travail et d’activités. Des acteurs divers – entreprises, associations, réseaux d’entrepreneurs et collectivités locales – imaginent de nouvelles façons de travailler et innovent en créant des nelles pour faire exister la ville durable et interconnectée du 21e siècle. lieux répondant à des besoins, des publics et des logiques différentes mais s’ins- Les technologies numériques sont mobilisées pour contribuer aux enjeux du crivant tous dans une même démarche qui est celle d’utiliser internet et les développement durable dans les territoires urbains, ce qui conduit les réflexions nouvelles technologies comme levier de transformation de la société.36x LES CAHIERS DE L’ARCEP ● NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2010
    • TIC et développement durable Le numérique, levier de léconomie vertelinnovation sociale Par Michel Briand, vice président de Brest métropole océane, en charge de laménagement numérique du territoire, conseiller municipal de Brest en charge dinternet et de lexpression multimédia Le temps long des transformations sociales es innovations technologiques qui arrivent les unes après pective de l’évolution de nos déplacements, le développement du travail à L les autres modifient nos façons de travailler, déchanger, daccéder aux loisirs. Mais lorganisation sociale, dans la ville, au travail, évolue lentement car le changement humain est bien plus long. Nous sommes informés du pétrole cher mais nous avons peu changé nos façons de nous déplacer. Le web 2.0 permet de distance représentant une réponse à la relocalisation des activités et au raccour- cissement des distances parcourues. Nous renforçons ainsi la dynamique de travail en réseau reliant équipements de quartiers, associations, service de létat et de la collectivité. travailler en réseau mais lorganisation de nos collectivités reste cloisonnée. Vers une société économe et solidaire Développement durable et TIC bouleversent la société mais ont en commun ce Avec laccès à internet à 1€ par mois dans lhabitat social, la mise à dispo- temps long des transformations sociales. sition à faible coût dordinateurs recyclés, laccompagnement des personnes éloignées de lécran informatique, la résorption de la fracture numérique est une Accompagner la transition préoccupation majeure de notre politique. Cest la condition dun accès de Ce qui se joue nest pas lusage doutils mais une transition quil convient dac- chacun aux services publics dématérialisés. Demain, la connexion de chaque compagner. A côté de son rôle structurant dans la gestion des déchets, de leau, logement permettra un suivi individuel des consommations deau, délectricité et des déplacements, de lurbanisme, la collectivité a un rôle privilégié danimation, de chauffage qui nécessitera aussi de savoir interagir avec linformation numé- de coordination et de soutien à linnovation. rique. A côté du réseau métropolitain, du déploiement du très haut débit et de la En mettant à la libre disposition de chacun (entreprise, association, personne) montée en débit dans les zones blanches de lADSL, le numérique social est un les données de son système dinformation géographique, Brest métropole axe à part entière de la politique daménagement numérique du territoire. océane passe dune ère de linformation ressource rare à celle des contenus En favorisant lusage des logiciels libres, nous élargissons les biens numériques réutilisables, source de la création de services. Cest le sens du communs numériques et apprenons à mutualiser. En multipliant les ateliers projet « Cartes ouvertes au pays de Brest » : il ne sagit plus de vendre des autour des outils du web 2.0, en animant huit sites participatifs de laggloméra- cartes mais dencourager les usages innovants. Linternet en mobilité ouvre la tion et de la ville, par les appels à projets, nous favorisons lémergence dune voie à des systèmes de co-voiturage où la géolocalisation rapproche loffre et la culture de linnovation qui valorise les initiatives et développe le travail coopératif demande, à une utilisation efficace des transports en commun et de lintermo- que nous navons pas appris à lécole. dalité. Et cest de cette culture de limplication, de linnovation sociale, du bien En préparant un déploiement de salles de visio conférences à léchelle des commun partagé dont nous avons besoin pour réussir une transition vers une quartiers et des communes, nous renforçons le dispositif d’accès public et de société solidaire, économe de ses consommations, attentive aux circuits courts proximité aux outils multimédia. Il existe déjà à Brest plus de 100 Points d’Accès et à un développement local durable. Publics à Internet. L’appropriation du multimédia s’inscrit dans une vision pros- www.brest.fre-activités de nouvelle génération impulser une dynamique de développement économique territorial sur A partir de thématiques de travail, les acteurs du Cluster ont élaboré un chacun de ces lieux reliés en réseau, en y trouvant une identité propre.guide méthodologique « Construire ensemble les Ecocentres 2.0 - pour une Les enseignements tirés de ces différents travaux révèlent le triplenouvelle génération d’e-activité dans une économie durable de la créativité » impératif d’une excellence en matière de technologies numériques, mise àdestiné aux porteurs de projets publics-privés. Ce guide présente un cadre disposition de tous, et dans une mixité d’usages et d’applications interopé-de référence posant les valeurs des Ecocentres, un ensemble de fiches- rables :outils pour faciliter le montage, la gouvernance, la mise en œuvre, le suivi - la nécessité de trouver les modèles économiques innovants qui placerontet l’évaluation des Ecocentres ; ainsi que des approfondissements ou focus les usages dans une logique imposée de mutualisation de services, et d’in-spécifiques sur des expériences réussies. Aujourd’hui, le Cluster concrétise tégration aux offres déjà existantes ;son ambition d’inscrire son action dans l’opérationnel en travaillant le - le principe fondamental de l’appropriation des lieux avec des équipesdéploiement à grande échelle d’expérimentations de télécentres. d’animation, de gestion, de management, de support, de formation, et Par ailleurs, l’objectif du Cluster est de porter la création de grappes autant de compétences et de nouveaux métiers à construire ;d’entreprises qui couvriront l’ensemble des activités présentes sur les - la mise en lien des lieux de même nature entre eux, le maillage du terri-Ecocentres, ou seront utilisatrices des usages des TIC pour un développe- toire avec ce que nous appelons les « lieux modaux », « lieux familiers »ment plus durable des territoires (économie verte et numérique, innova- (comme les gares, les bureaux de poste, maisons de quartier) en courstions par les services, technologies et outils collaboratifs de la de transformation et de nouveaux lieux.connaissance, formations, services). Ces grappes d’entreprises pourront www.greenandconnectedcities.eu/ LES CAHIERS DE L’ARCEP ● NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2010 x37