• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Les projets d'automatisation 2005
 

Les projets d'automatisation 2005

on

  • 251 views

 

Statistics

Views

Total Views
251
Views on SlideShare
251
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Les projets d'automatisation 2005 Les projets d'automatisation 2005 Document Transcript

    • Recommandationsaux acteurs et intervenantsq Des règles de l’artq Des bonnes pratiquesq De la réduction des risquesq De la conformité aux objectifs,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,GROUPEMENT DES INDUSTRIES DELEQUIPEMENT ELECTRIQUE, DU CONTROLE-COMMANDE ET DES SERVICES ASSOCIESGROUPE SYSTEMESD’AUTOMATISMES INDUSTRIELSASSOCIATION DES EXPLOITANTSDEQUIPEMENTS DE MESURE,DE REGULATION ET DAUTOMATISMECOMMISSION TECHNIQUE SYSTEMESAUTOMATISES DE PRODUCTIONInternational Instrument users associationsLes projetsdautomatisation
    • GIMELEC- EXERA 2L’automatisation industrielle a connu, aucours des dernières décennies, uneévolution importante consécutive à la miseen œuvre de la micro-électronique et destechniques de l’informatique pour lecontrôle-commande des processusindustriels, de la production et de ladistribution d’énergie, des équipements dusecteur tertiaire,…Pour les ensembliers-automaticiensréalisant ces applications, la valeurajoutée s’étend de l’équipement au logicielet à l’intégration des systèmes. Les risquesde non-qualité, coûts et délais progressenten fonction de cette évolution.Pour les utilisateurs et exploitants de cesapplications, les risques résident de plus enplus dans l’éventuelle inadéquation entrela formulation des besoins exprimés ouimplicites et la réalisation effective.De nombreux outils ont été développéspour accompagner cette mutation.Les étapes de développement d’un systèmeautomatisé sont modulaires et structurées ;cependant, comme dans toute activité, laréussite d’un projet d’automatisationdépend essentiellement des hommes quivont le concevoir, le réaliser et l’exploiter.A cet égard, ce Guide résulte de la mise encommun des expériences des industriels,d’une part constructeurs et intégrateurs,représentés au sein du GIMELEC, etd’autre part, prescripteurs et utilisateursfinaux, représentés au sein de l’EXERA.Ce Guide formule des recommandationsconcernant les règles de l’art, les bonnespratiques, la réduction des risques, laconformité aux objectifs.Ce Guide va rendre plus fructueux letravail d’équipe qui doit réunirfournisseur et utilisateur du systèmed’automatisation en leur offrant unemaîtrise du projet dès la phase initialedans les meilleurs conditions decompréhension et une meilleuretransparence tout au long de sondéroulement.Les règles simples de bon sens qui sontprécisées dans ce Guide permettent d’éviterdes pièges qui conduisent aux erreursd’interprétation et par là même à desrelations conflictuelles préjudiciables auxparties contractantes.Ce travail s’inscrit dans le cadre d’unedémarche qualité dépassant le cadreinterne des entreprises parties prenantesdans un projet ; en recherchant un cadrede travail harmonisé, nous espéronsaméliorer la qualité des prestations dechacun pour la réussite des projets.Pour parvenir à une meilleureformulation des besoins et une meilleurecompréhension entre clients finaux etfournisseurs, le GIMELEC et lEXERA ontentrepris de rédiger, sur la base detravaux engagés par la CommissionTechnique SAP (Systèmes Automatisés deProduction), un "Guide pratique despécifications de la conduite des systèmesde production".Ont participé à la réalisation de ceDocument, les Sociétés :ALSTOM, CROUZET AUTOMATISMES,GROUPE GTIE, SCHNEIDER ELECTRIC,SIEMENS, SPIE-TRINDEL.COMMISSION TECHNIQUE "SYSTEMESAUTOMATISES DE PRODUCTION" DELEXERA (GENERALE DES EAUX, EDF,ELF, SGN)Coordination GIMELEC / EXERA
    • Chapitre 1PRESENTATION DU DOCUMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5Chapitre 2LE CAHIER DES CHARGES FONCTIONNELET LES SPECIFICATIONS FONCTIONNELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8Pourquoi un cahier des charges fonctionnel ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8Pourquoi un dossier de spécifications fonctionnelles ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8La démarche danalyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9La rédaction des spécifications fonctionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10Les modalités dapprobation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10Dans la rédaction du contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10Chapitre 3LES MODIFICATIONS ET COMPLEMENTSDE SPECIFICATIONS FONCTIONNELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11Pourquoi des modifications après les spécifications fonctionnelles ? . . . . . . . . . . 11Il faut évaluer toutes les conséquences dune modification . . . . . . . . . . . . . . . . . 11Comment mener les modifications ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12Dans la rédaction du contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13Chapitre 4LES RECETTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14Pourquoi des recettes ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14La préparation du contenu des recettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15Lexécution des recettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16Lappréciation des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16Les modalités financières dexécution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16Le transfert de propriété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16Dans la rédaction du contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17Chapitre 5LES PRESTATIONS SUR SITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18Quelles sont les prestations sur site ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18La mise en service sur site . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18La supervision de la mise en service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18La mise en exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19Les autres prestations sur site . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19Les difficultés du travail sur site . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19La mise en service par le fournisseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19Le travail dorganisation et la prise de responsabilité du maître dœuvre . . . 19La présence de divers participants à lavancement de la mise en service . . 19La réalisation et le déroulement des prestations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19La réalisation des tests de recette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20Le transfert de linstallation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20La supervision de la mise en service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20Les prestations à lattachement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20Dans la rédaction du contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21La mise en service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21La supervision de la mise en service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21Les prestations à lattachement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21GIMELEC- EXERA 3SOMMAIRE
    • GIMELEC- EXERA 4Chapitre 6LA GARANTIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22Une garantie sur quoi, pendant combien de temps ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22Les prestations sous garantie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23Le déclenchement dune prestation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23Lintervention du fournisseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23Les modalités financières dexécution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24Dans la rédaction du contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24Chapitre 7LE CONTRAT DE MAINTENANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25Pourquoi un contrat de maintenance ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25Les différentes prestations de maintenance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25La maintenance préventive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25La maintenance corrective des matériels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25La mise à niveau technique des matériels et logiciels . . . . . . . . . . . . . . . . 26Lassistance technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26Les prestations hors "horaires normaux" . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26La maintenance des logiciels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26Objet et durée de la maintenance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27Dans la rédaction du contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27Chapitre 8LASSISTANCE A LEXPLOITATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28Pourquoi un contrat dassistance à lexploitation ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28Les prestations dassistance à lexploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28Lassistance au personnel de "production ou dexploitation" . . . . . . . . . . . 28Lassistance au personnel des "études et travaux neufs" . . . . . . . . . . . . . . . 28Dans la rédaction du contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29Chapitre 9LA FORMATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30Pourquoi une formation de lutilisateur du système dautomatisation ? . . . . . . . . . 30Les différentes formations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30Formation à lutilisation par les opérateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30Formation à la connaissance de lapplication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30Formation de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31Fourniture des prestations de formation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31Dans la rédaction du contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31Chapitre 10LASPECT JURIDIQUE DU CONTRAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32Une complexité juridique : la fourniture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32Les obligations souscrites par le fournisseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32Le transfert de propriété et des risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33Dans la rédaction du contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35SOMMAIRE
    • GIMELEC- EXERA 5Les systèmes dautomatisation sont omni-présents dans les systèmes de production,aussi bien dans les matériels pour les procé-dés industriels, que pour ceux assurant la dis-tribution de fluides ou dénergie et lexploita-tion des sites industriels ou tertiaires…Mais que recouvre le terme "Système dauto-matisation" ?La définition dun tel système peut se faire enprécisant le but de son emploi. Il sagit de faireréaliser dune manière automatique, des fonc-tions particulières répondant à desbesoins spécifiques. Le système se greffesur du matériel pour lui faire exécuter sesfonctions, dans un environnement précis.La définition peut se faire également en décri-vant la fourniture qui permet de réaliser detels objectifs. Il sagit de matériels (équipe-ments électrotechniques, électroniques, pneu-matiques, machines informatiques), de logicielsde base incorporés dans les machines, de pro-giciels (programmes dapplication généraledestinés à une clientèle ayant des besoinssimilaires) enfin de logiciels dapplication spéci-fique (programmes de traitement de donnéesdéveloppés pour répondre aux besoins parti-culiers dun client en permettant laccomplis-sement de fonctions définies).Il nen reste pas moins que laccord à conclureentre un fournisseur et un client dans uncontrat de fourniture dun système dautoma-tisation correspond à lengagement pris parlensemblier-automaticien de fournir quelquechose qui nexiste pas, avec un prix forfaitaire,pour une opération clé en main, dans desdélais fixés !Le fournisseur et le client se trouvent dans unnouvel environnement industriel et commer-cial. Il faut réaliser une adéquation pleinementsatisfaisante aux besoins dun client en inven-tant un nouveau produit. Ce produit est dehaute valeur technique et comme dans toutcontrat, il faut respecter des délais et descoûts.De plus, les systèmes dautomatisation sontsouvent très complexes aussi bien à cause destechniques dapplication quils gèrent, que desvolumes dinformation quils ont à traiter.Aussi, pour maîtriser leur réalisation, les four-nisseurs de tels systèmes utilisent-ils desméthodes de développement qui permet-tent de répondre au mieux aux attentes duclient.La réalisation du projet est décomposée enphases successives qui distinguent clairementles périodes danalyse de celles de concep-tion, puis de réalisation. Il faut bien recon-naître quau départ la fourniture demandéedans le cahier des charges nest pas définie entermes de fonctions ou de réalisations tech-niques.Ces phases davancement distinguent égale-ment clairement les étapes où le travail se faiten collaboration active avec le client, decelles qui relèvent uniquement des compé-tences professionnelles du fournisseur.Enfin, ce découpage en phases permet dassu-rer fiabilité et adéquation optimale de la four-niture puisque, fortes dune préparation élabo-rée lors des premières étapes de conceptionet de réalisation, leur succèdent les phases decontrôle et de validation aboutissant à lamise en exploitation.Lavancement du projet peut ainsi être repré-senté par un diagramme en V (voir page 7) quiexprime la progression et lenchaînement desdifférentes étapes, aussi bien pour le matérielque pour les logiciels –tout ceci parallèlementà la réalisation de linstallation à automatiser-jusquà une intégration complète de cesdivers éléments en un système assurantlexploitation de linstallation.Sur le diagramme en V, les phases relevantdune collaboration active des partenaires sontmises en évidence. Le fournisseur, au cours dela vie du projet, est donc tenu à un échangecontinuel avec les autres parties.Il est tout dabord amené à dialoguer avec leclient qui signe le contrat.C h a p i t r e 1PRÉSENTATION DU DOCUMENT
    • GIMELEC- EXERA 6Celui-ci peut être différent de lutilisateurquil rencontrera lors de la mise en route dusystème sur le site. Et, chez ce dernier, setrouveront concernés le service des travauxneufs, celui de lexploitation de linstallation etde son système dautomatisation, enfin celuide la maintenance.Mais surtout, le fournisseur sadresse au don-neur dordre représentant le client, pource contrat. Il doit créer et maintenir avec cetinterlocuteur un dialogue actif.En effet, lintervention de ce dernier estnécessaire pour la définition fine des fonctionsque le système dautomatisation doit réaliser,pour le suivi de la progression du projet, pourla gestion déventuelles modifications en coursde réalisation, pour lexécution des tests et lesdéclarations de réception de système, jusquàla mise en route et le transfert des risques etde la propriété.La bonne conduite du projet suppose donc uncadre de travail qui conduise à des relationsde partenariat.Les responsabilités des différents partenairesdoivent être bien définies : obligations deconseil du fournisseur ; responsabilité dumaître dœuvre-client pour assurer la coordi-nation entre les sociétés intervenant dans leprojet et lavancement des interventions ; sta-bilité des responsables du projet pour lesdeux parties ; compétence suffisante, implica-tion des personnels concernés, mise à disposi-tion des ressources nécessaires,…Les modalités dintervention au cours des dif-férentes étapes doivent être prévues en détail.Le respect des délais dexécution est primor-dial et implique une gestion rigoureuse duplanning dexécution face à certaines inerties.Et, pour ce nouveau métier, cest un nouveaucontrat qui va permettre de gérer la réalisa-tion du projet, de définir les relations entre lesparties, chacune delles connaissant alors sansambiguïté ses obligations et ses droits, pourles étapes où elle aura à intervenir.Le contrat va suivre pas à pas lélaboration dusystème, insistant sur les phases du projetdemandant une collaboration entre lefournisseur et le maître dœuvre ou lutili-sateur, et le jalonnant détapes à caractèrecontractuel, confortées souvent par destermes de paiement significatifs.Dans le document ici présenté, lon trouveradonc avec la description du déroulement dechacune de ces étapes particulières du projet,des éléments-guides pour rédiger le contrat etétablir les relations optimales entre les partiescontractantes.La phase de spécifications fonctionnelles(Chapitre 2) sattache à lexpression techniquedes besoins énoncés dans le cahier descharges, la description des fonctions levanttoutes les lacunes et ambiguïtés.Le document issu de cette analyse, une foisapprouvé par les deux parties, est reconnucomme nouveau dossier contractuel. Il va enparticulier servir de base à la mesure desécarts entre les fonctions qui vont être réali-sées et les besoins exprimés initialement et àtoute négociation sur les coûts.Des modifications après les spécifica-tions fonctionnelles (Chapitre 3) peuventsimposer. La conduite à terme du projet dansles délais prévus nécessite que leur gestionsoit prévue et précisément encadrée et queleur incidence sur larchitecture du systèmesoit maîtrisée.Les différentes phases dessais (Chapitre 4)et notamment lors des prestations sur site(chapitre 5) valident la bonne réalisation dusystème dautomatisation et déterminent lespériodes probatoire et de garantie.Lutilisateur doit être pleinement compétentpour tirer le meilleur de linstallation et deson système dautomatisation, après le trans-fert de risques et de propriété.La garantie appliquée à un tel système(Chapitre 6) de par la diversité des fourni-tures, demande à être bien comprise. Ce sontles mêmes raisons qui donnent au contrat unaspect juridique particulier, largement évo-qué dans le Chapitre 10.Des prestations de maintenance(Chapitre 7), daide à lexploitation(Chapitre 8) ou de formation des utilisa-teurs (Chapitre 9) peuvent sajouter à la four-niture du système dautomatisation. Elles doi-vent donner lieu à une attention particulièrelors de la rédaction des clauses de contrat lesconcernant.Le soin apporté à la rédaction de cet ouvrageet la compétence de ses auteurs devrait enfaire, nous lespérons, un guide efficace pourles acteurs de la réalisation dun projet.Chapitre 1 (suite)PRÉSENTATION DU DOCUMENT
    • GIMELEC- EXERA 7Chapitre 1 (suite)PRÉSENTATION DU DOCUMENTDéveloppementdun systèmedautomatisationSpécification du procédéfonctionnement et exploitationCahier des chargesclientSpécification fonctionnellefournisseurConceptionpréliminaireConceptiondétailléeRéalisation, codage,fabricationRecettesAppel doffreContratTestsdintégrationTestsunitairesManuelopératoireExploitationGestionduprojetGestiondesconfigurationsExpressiondesbesoins
    • GIMELEC- EXERA 8C h a p i t r e 2LE CAHIER DES CHARGESFONCTIONNEL ET LESSPECIFICATIONS FONCTIONNELLESLa démarche amont dexpression des besoinssert de base pour lévaluation et le dimension-nement qualitatif et quantitatif de la proposi-tion des fournisseurs.La qualité du cahier des charges fonctionnelpermettra déviter les ambiguïtés et malenten-dus, source de différends pendant la réalisationdu contrat.Etabli directement par le client ou par unesociété mandatée par lui, le cahier des chargesafférent à un appel doffres exprime lesbesoins spécifiques auxquels lensemble delinstallation industrielle avec son systèmedautomatisation devra permettre de satisfaire.Dans le meilleur des cas, ce cahier des chargesserait bien structuré (suivant la méthodeEXERA - DEMIOPS - qui est décrite dans le"Guide pratique de spécifications de la condui-te des systèmes de production").Mais, bien souvent il se présente sous uneforme hétérogène, définissant plus ou moinscorrectement ou complètement les besoins.Des réunions dinformation apportent desdonnées complémentaires qui permettent aufournisseur de préciser sa proposition. Mais ilest normal que la rédaction dun devis ne soitpas une véritable étude.Pourquoiun cahierdes chargesfonctionnel ?Après la passation de la commande, la phaseprimordiale du projet doit exprimer dunefaçon technique et en termes de fonctions –les opérations à réaliser – les besoins duclient et lever toutes les lacunes ou ambiguïtésrésiduelles du cahier des charges fonctionnel.Ainsi, cette phase détude dite fonctionnelle,aboutit à la rédaction dune "liste détaillée etcomplète des fonctions assurées par linstalla-tion industrielle grâce à son système dauto-matisation, dans un environnement déterminé".Grâce à ce dossier de spécifications, quidécrit ce que fait le système, le fournis-seur pourra concevoir comment le systèmeva le faire, et réaliser matériellement la com-mande.Le contrat doit prévoir ce dossier de spécifi-cations fonctionnelles qui, une fois approuvé,va prévaloir sur tous les documents anté-rieurs.En effet, la validation par le client des spécifi-cations écarte tout risque de divergence din-terprétation sur ce que doit réaliser le systè-me. Ceci évite de concevoir le système surdes bases erronées ; dêtre amené à modifierle système en cours de réalisation, ce quientraîne toujours des conséquences impor-tantes sur les coûts, les délais de fourniture, laqualité, la fiabilité de linstallation, la sécuritélors de son utilisation ; ou bien encore de réa-liser un système ne correspondant pas auxbesoins du client, ce qui va conduire à unephase de réception difficile et conflictuelle.Le dossier de spécifications fonctionnellesrésulte dune double démarche :s analyse des fonctions que va réaliser lesystème dautomatisation,s description de ces fonctions dans lenvi-ronnement spécifique du procédé industrielconcerné.Aussi, il ne pourra être élément de dialoguecontractuel entre le fournisseur et le client etdescriptif de référence pour la phase de réali-sation que sil est le fruit dune coopérationactive entre tous les participants à la réalisa-tion du projet.Pourquoi undossier despécificationsfonctionnelles ?
    • GIMELEC- EXERA 9La démarchedanalyseLes détails de spécifications ne sont pas consi-dérés comme modifications sils sontconformes aux principes établis dans le cahierdes charges fonctionnel.Le travail danalyse est mené par le fournisseur,mais il exige la coopération de tous les inter-venants dans la réalisation de linstallation, puisdans son exploitation, sa maintenance…Aussi, un organigramme des responsabilités peut-ilêtre établi.Ainsi, le client ou son représentant mandaté, doitdans les délais impartis, fournir toutes les informa-tions nécessaires à ce travail, en apportant enparticulier des précisions au cahier des charges. Ildoit assurer lintervention, lorsquelle est nécessai-re, de telle ou telle entreprise participant au pro-jet ; enfin, faire un choix entre les options éven-tuelles qui lui sont présentées par le fournisseur.Lanalyse des informations fournies par le cahierdes charges, par les réunions techniques effec-tuées avant la commande, par les propositionstechnico-commerciales des participants au projet,sappuie sur les moyens méthodologiquespropres au fournisseur (par exemple un guideméthodologique délaboration de logiciel), en lab-sence dautres moyens propres au client définis aucontrat, tels que des méthodologies client,et sur une méthode de travail établie àlavance.s Des réunions techniques sont organiséesentre le fournisseur et le client et leursconclusions sont portées dans un compterendu approuvé de préférence en fin deréunion, au fur et à mesure de lavancementde lanalyse (il est indispensable que les parti-cipants soient toujours les mêmes).s Une procédure formelle (utilisant des docu-ments-types, des fiches numérotées) simplifieles demandes dinformation et la fourniture deréponses dans un délai convenu.s Le document danalyse est géré de façonprécise jusquà la validation par le client dudocument final de spécifications auquel ilaboutit.Bien que cette liste ne soit pas exhaustive, ilfaut dune manière générale :s recenser les besoins fonctionnelsexprimés, aussi bien dans le cahier descharges que dans les réunions préparatoiresou les réponses aux demandes dinformation,s recenser les contraintes de solutionstechniques (règles générales, solutions tech-niques standard, règles dexploitation, savoir-faire) préconisées par le client en fonction deses habitudes,s connaître précisément lenvironnementdutilisation de linstallation et de son sys-tème dautomatisation, afin de prévoir, sibesoin est, et de suggérer des solutions parfai-tement adaptées aux besoins. Ici apparaît undevoir de conseil pour le fournisseur,s examiner les descriptifs techniquesdes équipements matériels à mettre enœuvre, pour déterminer les possibilités et lescontraintes induites par ces équipements,s sassurer que linterlocuteur désigné chezle client est apte à fournir tous les renseigne-ments nécessaires et à effectuer les choixéventuels, en menant une concertation activeavec tous les acteurs du projet,s identifier les fonctions du systèmedautomatisation tout en mettant enévidence les différents fonctionnements(normal, initial, en reprise dexploitation…) etleurs transitions associées. Les véritablesattentes du client sont ainsi envisagées, alorsque très souvent le cahier des charges nedécrit que le fonctionnement nominal,s préparer les recettes, en établissant, depair avec la détermination des ensemblesfonctionnels, les cahiers de recettes, docu-ments de validation…(voir le Chapitre 4 "Les recettes").Chapitre 2 (suite)LE CAHIER DES CHARGES FONCTIONNELET LES SPECIFICATIONS FONCTIONNELLES
    • GIMELEC- EXERA 10Chapitre 2 (suite)LE CAHIER DES CHARGES FONCTIONNELET LES SPECIFICATIONS FONCTIONNELLESLe dossier de spécifications fonctionnelles doitêtre compréhensible par le client et par tousles participants au projet, adapté à la relecture.Il faut donc éviter lemploi de langage tech-nique de réalisation ou de programmationdautomatismes. Il doit de plus, être rédigésans information inutile et sans redondance.Afin que le système dautomatisation satisfasseaux besoins énoncés, ce dossier est écrit àpartir des documents contractuels de la com-mande, et détaille de manière précise lesfonctions à réaliser.Il sera ainsi utilisé dans toutes les phases pos-térieures du projet, en particulier pour la réa-lisation des recettes.Au cours de sa rédaction, il faut toujours éva-luer lécart entre les fonctions initialementprévues à partir des documents dappeldoffres, et les fonctions demandées et préci-sées au cours de lanalyse.Une attention particulière est à apporter auxfonctions nouvelles constatées comme néces-saires lors de ce travail danalyse, et portéesdans le dossier de spécifications.Chaque écart doit faire lobjet dun constatfigurant dans les comptes rendus approuvésdes réunions techniques les concernant.Lattention du client doit être attirée sur leséventuelles incidences sur les coûts et lesdélais prévus dans le contrat de base. Cesincidences sont à notifier par écrit, en sollici-tant laccord du client dans un délai convenu,compatible avec le déroulement de létude. Eneffet, lanalyse fonctionnelle doit, elle-même,respecter le planning du contrat.La rédactiondes spécificationsfonctionnellesLapprobation des spécifications fonctionnellespermet au client de sassurer de la bonneinterprétation des besoins quil a exprimés.Ainsi, lanalyse des écarts, les répercussionssur les coûts et les délais prennent toute leurimportance.Cette approbation est officielle. Deuxexemplaires sont établis pour signaturecontradictoire lors dune réunion prévue à ceteffet.A défaut, ils sont adressés au client,accompagnés dune lettre sollicitant lapproba-tion dans un délai convenu.En labsence de commentaires, les spécifica-tions fonctionnelles décrites sont considéréescomme étant en adéquation avec les besoins.Lapprobation confère un caractèrecontractuel au dossier de spécificationsfonctionnelles qui devient alors prépon-dérant par rapport au cahier descharges initial. La non-approbationamène une reprise complète du contrat.Les spécifications fonctionnelles doiventpermettre de rédiger le cahier de recet-te et spécifier les critères de réception.Les modalitésdapprobationIl est impératif daffirmer, dès la rédaction desoffres, le rôle fondamental du dossier despécifications fonctionnelles, et dindiquerdans le contrat que ce document, présentésous une forme lisible par tous les partenaires,une fois approuvé par le client, prévaut surtous les documents antérieurs dans lamesure où il en fait la synthèse.La démarche danalyse à suivre pour léta-blissement de ce dossier, les modalités dap-probation sont à décrire clairement dans lecontrat en précisant en particulier le repré-sentant mandaté du client, la méthodolo-gie du travail danalyse, les conditions selonlesquelles sont tenues les réunions techniques.Lanalyse des écarts de fonction, avec linci-dence sur les coûts et délais, et les conditionsdapprobation des accords finaux demandentune attention particulière.Dans la rédactiondu contrat
    • GIMELEC- EXERA 11C h a p i t r e 3LES MODIFICATIONS ETCOMPLÉMENTS DE SPÉCIFICATIONSFONCTIONNELLESPourquoi desmodificationsaprès lesspécificationsfonctionnelles ?La réalisation dun système dautomatisationrelève, nous lavons vu, dune démarche pro-gressive. Mais très souvent celle-ci est égale-ment interactive.Dans cette démarche progressive, les principeset modes de fonctionnement doivent être prisen compte.En effet, le dossier de spécifications fonction-nelles issu de la phase danalyse de linstalla-tion à réaliser et de son environnementconstitue dans les phases suivantes davance-ment du projet, le document contractuel entreclient et fournisseur pour la réalisation de lacommande, le descriptif de référence pourfaire progresser la conception et la réalisationdu système.Mais au cours de ces phases de travail, quicorrespondent en parallèle au développementde matériel, de logiciels et souvent du procédélui-même, il se peut que certaines modifica-tions sur les uns et les autres vont se révélernécessaires ou souhaitables, au fil de lavance-ment du projet.Si un détail dexpression des besoins du cahierdes charges fonctionnel nest pas défini dans lacommande, il doit être analysé en regard desprincipes de fonctionnement qui devront avoirété explicités dans ce cahier des charges.Les détails de fonctionnement seront considé-rés comme modifications sils traduisent unemodification de ces principes au plan qualitatifcomme au plan quantitatif (voir chapitre"Rédaction du cahier des charges et des spéci-fications fonctionnelles – p.10) :s nécessaires, car elles conditionnent lat-teinte des buts recherchés et la réalisation desfonctions décrites dans le dossier de spécifica-tions fonctionnelles,s souhaitables, lorsquelles permettent uneamélioration du système décrit dans le dossierde spécifications, rendant meilleures les per-formances, facilitant lexploitation ou la main-tenance.Ces demandes peuvent venir du fournisseur,mais aussi du client. Cest une des raisonspour lesquelles il est nécessaire que ce der-nier soit tenu au courant régulièrement delavancement du projet.Ainsi, la démarche de développement devientinteractive, les demandes de modificationsconduisant à des reprises de certaines étapesde la réalisation.Cependant, le projet doit avancer. Il sagitalors, non pas dempêcher le dépôt dedemandes de modifications ou de les rejeter apriori, mais aussi bien pour le client que pourle fournisseur, dadopter une règle de conduiteentraînant la maîtrise de ces interventions.Ces demandes doivent être déposées et étu-diées avec objectivité.Toutes les consé-quences des modifications sur le déroule-ment du projet doivent être envisagées, enparticulier les coûts et les délais. Un consen-sus entre les deux parties, client et fournis-seur, doit être préalable à toute décision demodification.Une modification peut être plus ou moinsindispensable. Un classement de priorité dunepart, de criticité dautre part, permet dexpri-mer un jugement sur la rapidité avec laquellela réalisation de la modification doit être envi-sagée, et sur les conséquences plus ou moinsimportantes de cette réalisation.Lon peut, à titre dexemple, envisager quatreniveaux de priorité pour une modification :s sa réalisation conditionne lavancement duprojet,s elle doit être effectuée avant lachèvementde la phase en cours,s elle doit être effectuée avant les essais derecettes,s elle peut être différée.Il faut évaluertoutes lesconséquencesdunemodification
    • GIMELEC- EXERA 12Chapitre 3 (suite)LES MODIFICATIONS ET COMPLÉMENTS DESPÉCIFICATIONS FONCTIONNELLESIl faut évaluertoutes lesconséquencesdunemodification(suite)Des responsables techniques sont nom-més chez le client et le fournisseur. Ils ont àtravailler ensemble pour étudier et définir lesmodifications à effectuer après examen desdemandes émanant dune partie ou de lautreau cours du déroulement du projet. Ces res-ponsables doivent être à même de juger ducontenu technique et de lintérêt de ces modi-fications.Une procédure formelle de demande et degestion des modifications (avec utilisation dedocuments-types par exemple) est définie.Ceci facilite lexamen objectif des répercus-sions de la modification sur les autres phasesdu projet, de ses caractères de priorité et decriticité, enfin des conséquences sur les coûtset les délais.Le constructeur sengage sur un délai de remi-se de cotation en fonction de limpact desmodifications, si possible en se basant sur desprix bordereaux définis préalablement, et leclient sengage, après réception de la cotation,sur un délai de décision.Des réunions, périodiques ou non, peuventêtre prévues pour examiner les demandes demodifications, ce qui sous-entend lintérêt quily a à ce que le client connaisse lavancementdu projet. Ces réunions donnent lieu à uncompte rendu commun.Une instance de décision est mise en place.Elle peut être constituée des responsables duprojet chez le client et chez le fournisseur.Cette instance décide de la prise en comptedes modifications, en fonction déventuellesadaptations contractuelles, et définit, si cela estnécessaire, la date de la modification.Le schéma joint présente un type de procé-dure permettant de gérer une demande demodification. Elle met bien en évidence lanécessité, pour le fournisseur et pour le client,dexaminer et laspect technique, et laspectcontractuel de la demande de modification.Lorsque la modification est décidée, le fournis-seur la réalise suivant sa propre procédure detravail.Ainsi se constitue un dossier de demandes demodifications –qui seront réalisées ou non-qui permet la gestion des configurations(contrôle des évolutions durant le cycle de viedu système, archivage de chacun des états suc-cessifs, vérification que chacun de ces états estcomplet et cohérent).Comment menerles modifications ?De même, on peut définir quatre niveaux decriticité :s la modification change le projet de manièresignificative et nécessite de revoir les phasesdéjà réalisées,s elle remet (partiellement) en cause lesobjectifs de la spécification,s elle ne change pas les objectifs initiaux, maisnécessite un dossier plus précis,s elle peut être dite "de confort".Une étude technique approfondie de laréalisation de la modification, de ses consé-quences sur le système à réaliser, mais aussisur les coûts et les délais, permet de caracté-riser telle ou telle demande et de décidercomment y donner suite.En particulier la date à laquelle apparaît lademande dans le cycle de vie du projet esttrès déterminante. Pendant la phase deconception, et sauf modification majeure quiremet en cause les spécifications fonction-nelles et nécessite une révision du contrat, lesconséquences sont moindres ou/voire nullesque lors des phases de fabrication, de codage,ou les phases suivantes dintégration et devalidation.En effet, lors de ces dernières phases, il sagiradinterventions sur des logiciels déjà testés etqualifiés, du matériel et dune façon concomi-tante sur la documentation et les programmesde recettes.Il ne faut jamais que le client considèrecomme "allant de soi" ou le fournisseur accep-te "pour faire plaisir" une modification qui,étudiée trop rapidement, conduira à desdépassements de délais, de coûts, ou encoreune dégradation de la qualité (les fonctions debase peuvent être mal adaptées pour suppor-ter la nouvelle fonction), et une moindrerobustesse de linstallation, donc à une remiseen cause de la rentabilité de cet investisse-ment.
    • GIMELEC- EXERA 13Chapitre 3 (suite)LES MODIFICATIONS ET COMPLÉMENTS DESPÉCIFICATIONS FONCTIONNELLESDans la rédactiondu contratIl est indispensable de définir la gestion desmodifications, en indiquant quune procédu-re sera prévue entre les responsables du pro-jet, chez le fournisseur et chez le client.Cette procédure va permettre un examenattentif des modifications qui paraissent néces-saires ou souhaitables en cours de réalisation,et une prise de décision rapide par leclient prenant en compte les conséquencesdes modifications sur les coûts et les délais.MODIFICATIONDOSSIER DE RÉALISATIONEXAMENPRIORITÉ"CRITICITÉ"COÛT / DÉLAINÉCESSAIREOUSOUHAITABLENI nécessaireNI souhaitableSOUHAITABLENÉCESSAIRENOACCORDCLIENT /FOURNISSEURELABORATION DE LA DEMANDESELON FORMAT TYPEStockageen pileClassementDossier demandede modificationSeuil de tropplein à définirResponsables techniquesdéfinissant avec précisionla modification à effectuerDossier demandede modificationTECHNIQUETECHNIQUECONTRACTUELINSTANCEDEDÉCISIONINSTANCEDEDÉCISIONPROCESSUS DEMODIFICATIONPARFOURNISSEUR
    • GIMELEC- EXERA 14C h a p i t r e 4LES RECETTESUne recette est un ensemble de vérificationsexécutées sur un système en présence duclient ou de son mandataire, afin quà ce stade,il prononce la réception, cest-à-dire laccep-tation du système.Au cours de la mise en place dun systèmedautomatisation, une telle démarche a lieu enplusieurs étapes afin de vérifier de façonrationnelle la bonne réalisation du systèmecommandé (se référer au diagramme en V ducycle de développement dun projet,Chapitre 1).Le système dautomatisation est testé chaquefois dans des conditions denvironnement dif-férentes qui tendent progressivement verslenvironnement de production ou dexploita-tion.Les normes emploient, pour les mots "recet-te" et "réception" utilisés couramment chezles professionnels, les termes de validation etapprobation.Ainsi définit-on les vérifications successivespossibles :s la recette-usine (ou atelier) vérifie len-semble du matériel (du matériel seulement)dans les locaux du constructeur ou du four-nisseur,s la recette-plate-forme vérifie la confor-mité du comportement du système aux spéci-fications fonctionnelles (il sagit alors du maté-riel et des logiciels, y compris le logiciel dap-plication), dans son environnement de déve-loppement, cest-à-dire hors de son environne-ment de destination,s la recette-système vérifie la conformitédu comportement du système aux spécifica-tions fonctionnelles dans son environnementde destination, mais hors production.s la recette provisoire se fait sur un systè-me mis en exploitation et intégré au systèmede production ; lon prend en compte lesobjectifs de fabrication ou dexploitation,s la recette définitive vérifie le comporte-ment du système.Les recettes apparaissent donc successivementdans le cycle de réalisation dun projet suivantle diagramme ci-après.Pourquoides recettes ?LivraisonmatérielRecettematérielPhasesTempsRéceptionusineSpécification, conception,réalisation, tests unitaires,tests dintégrationRecetteplate-formeRéceptionplate-formeEtapes deréceptionMiseen service(tests)Recettesur siteRéceptionsystèmeMise enproductionRéceptionprovisoirePériodeprobatoireRéceptiondéfinitivePériode de garantiePhases de réalisation Phases de vérification
    • GIMELEC- EXERA 15Chapitre 4 (suite)LES RECETTESPourquoides recettes ?(suite)Toutes ces recettes ont un caractèrecontractuel. Elles sont sanctionnées parlémission dun procès-verbal de recette, quipermet de prononcer la réception, assor-tie ou non de réserves, dont la levée suit desrègles définies au contrat.Ces réceptions successives déterminent cer-taines périodes de vie primordiales du systè-me, la période probatoire et la période degarantie.Il savère que la signification du terme pério-de probatoire peut être variable. Pour cer-tains, cest une période de montée en chargede la production sur une durée limitée. Pourdautres, cest une période dobservation aprèsla mise en production. Elle est souvent alorsbeaucoup plus longue, ce qui peut conduire àdes astreintes de présence ou daide fort diffé-rentes pour le fournisseur.De même, le départ de la période de garan-tie contractuelle, période pendant laquelle lefournisseur peut encore se trouver devoirintervenir dans le cadre du contrat(cf. Chapitre 6 "La Garantie") est à préciser,car pour certains cest la réception après larecette-système, pour dautres la réceptionaprès la recette-provisoire, ou encore laréception après la recette définitive.Indiquons aussi la difficulté matérielle qui exis-te souvent à séparer la recette-système de larecette provisoire, lorsque lutilisateur, pressépar les contraintes de production, veut exploi-ter le système dans les meilleurs délais.Le bon déroulement des recettes, étapesimportantes puisquelles conditionnent lac-ceptation du système dautomatisation parle client et le paiement échelonné dufournisseur demande une attention particu-lière. Leur contenu et leurs modalités dexécu-tion sont à déterminer le plus précisémentpossible pour éviter toute ambiguïté sur lestâches et les responsabilités du fournisseur etdu client.Cest dès la rédaction de la proposition et ducontrat que les conditions dexécution desrecettes sont envisagées. Puis lors de lanalysefonctionnelle et de la conception du système,leur contenu est précisément indiqué et décritdans les documents de spécification fonction-nelle. Elles font ainsi lobjet dune validation.Il faut définir, pour chacune des recettes, lam-pleur et les limites des vérifications de laconformité du système aux spécificationsfonctionnelles et des mesures des perfor-mances.s dans leur domaine dapplication : sagit-ilde vérifications sur lensemble du système ousur certaines parties ?s dans leur nombre : sagit-il alors des vérifi-cations sur lensemble du système ou sur cer-taines parties ?s dans leur niveau de détails : les testsconcernent-ils les fonctionnements-types ouenvisagent-ils aussi des configurations peucourantes ?s dans leur durée, qui est fort dépendantedu niveau de détails.Les tests sur plate-forme font appel à dessimulations pour créer artificiellement lesconditions denvironnement du système dau-tomatisation. Il sagit soit de simples simula-tions des valeurs dentrée des paramètres defonctionnement, soit dune modélisation véri-table, soit encore de lemploi de maquettes.Les conditions, la nature et les limites de lasimulation sont à prévoir de façon précise etcomplète, une mauvaise préparation pouvantrendre impossible la vérification du fonction-nement du système, ou de ses performances.Le contenu des tests pour chaque recette estainsi noté dans le cahier de tests, qui aprèssa rédaction doit être accepté par le clientpour servir de support à lexécution de larecette.La préparationdu contenu desrecettes
    • GIMELEC- EXERA 16Chapitre 4 (suite)LES RECETTESLexécutiondes recettesUne procédure pré-établie permet de menerà bien les recettes, car elle décrit dune façonprécise les modalités dexécution.Cette procédure fait appel aux outils ouinformations (les ressources) préparés à ceteffet :s les jeux dessais, ensemble des informationsrelatives au procédé,s le matériel de simulation pour la recette-plate-forme,s le matériel de tests ou la plate-forme detests,s les cahiers de tests ou de recette,s la définition des modalités dexécution.Dans le cas de travaux sur lunité en produc-tion, le contrat doit spécifier les conditions dedisponibilité du personnel et de ses équipe-ments, de lexploitation et des flux de pro-duits.Les obligations du client, en particulierpour les recettes sur site, sont à prévoir danscette procédure, aussi bien pour la mise à dis-position des installations que la participationdu personnel, la conduite du travail…Il ne doitrester aucune ambiguïté quant aux responsabi-lités propres du fournisseur ou du client. LeChapitre 5 "Les Prestations sur site", précisebien comment seffectue le travail chez leclient.Les résultats des tests sont portés dans lesprocès-verbaux de recettes.On réduira les aspects conflictuels si, au préa-lable, il y a eu accord entre le fournisseur et leclient sur les critères dappréciation en casdécart entre les spécifications et le résultatdes tests, sur la détection des anomalies pen-dant la période probatoire, sur les conditionsde prononciation de la réception et celles dela levée émises par le client.Lappréciationdes résultatsLa difficulté à définir de manière précise ladurée des tests, dévaluer les coûts et lesdélais est un problème important lors de larédaction de loffre.Pour facturer le travail de recettes, lon peututiliser lengagement forfaitaire ou lexé-cution en régie avec des taux horaires pré-définis au contrat.La première formule sous-entend une défini-tion précise et de manière contractuelle ducontenu, des limites et des conditions destests pour éviter des débordements.La deuxième formule, à appliquer aux recettessur site lorsque le contexte dexécution estmal maîtrisé, est plus souple mais ne garantitpas les délais dexécution. Elle peut être envi-sagée lorsque le client ne peut assurer unemise à disposition de linstallation au fournis-seur dans des conditions de durée, de conti-nuité ou de délais satisfaisantes.Les modalitésfinancièresdexécutionLe transfert de propriété peut présenter desdifficultés généralement à cause de la superpo-sition des tâches de test et de mise au pointdune part, et des tâches de production oudexploitation dautre part.En toute rigueur, le système dautomatisationne devrait être confié à lexploitant quaprèslachèvement des tests de fonctionne-ment. Or, ce nest pas la règle générale, enraison même des contraintes de production(ou exploitation) auxquelles est soumis lutili-sateur.Des difficultés peuvent apparaître égalementlorsque la mise en service du système dauto-matisation se fait de manière fractionnée : unepartie du système est opérationnelle et sou-vent entre les mains de lutilisateur, alorsquune partie est encore en phase de tests.Le transfertde propriété
    • GIMELEC- EXERA 17Chapitre 4 (suite)LES RECETTESLe transfertde propriété(suite)Par ailleurs, il faut distinguer transfert derisques et transfert de propriété, qui nesont pas toujours simultanés, et qui induisentdes contraintes différentes (cf. Chapitre 10"LAspect juridique du contrat").Enfin, notons que pendant la période probatoi-re ou la phase de garantie, il faut éviter toutconflit de responsabilité qui serait dû à desinterventions de lutilisateur ou du clientapportant des modifications au système ayantfait lobjet de la réception provisoire(cf. Chapitre 6 "La Garantie").Les éléments principaux – contenu tech-nique, limites, simulations, conditionsdexécution – concernant les recettes, sur-tout sils nont pas été indiqués dans le cahierdes charges, sont à prévoir dès la propositionet doivent figurer dans le contrat.Ainsi, il faut tout dabord, en évitant toutterme flou ou ambigu, décrire la place et lerôle des recettes.Les conditions dexécution, les outils de simu-lation et les ressources nécessaires à cetteexécution sont à définir. Lindication précisedes responsabilités respectives du fournisseuret du client quant à la préparation desrecettes est importante.Il faut également demander la validation parle client des procédures et cahiers derecettes qui vont servir à lexécution de cesdernières.La définition des modalités dappréciationdes résultats des tests évitera tout litige.Les délais et durées dexécution des recettesdoivent figurer de manière explicite dans lecontrat.Enfin, la définition précise des modalités detransfert de propriété et du point dedépart de la garantie évite toute difficulté.Il est important également dindiquer claire-ment les conditions dintervention sur le logi-ciel dapplication après réception.Le Chapitre 5 "Les Prestations sur site", quiconcerne pour une large part, la mise en ser-vice réalisée en même temps que les recettesdun système dautomatisation, propose dunefaçon très détaillée les clauses à faire figurerdans un contrat.Dans la rédactiondu contrat
    • GIMELEC- EXERA 18C h a p i t r e 5LES PRESTATIONSSUR SITELes prestations sur site, ici décrites, sont lestravaux réalisés sur un système dautomatisa-tion après son montage chez lutilisateur.Elles peuvent être liées à un contrat de fourni-ture dun système complet qui prévoit la miseen œuvre sur le site des équipements vendus.Deux possibilités se présentent alors.La mise en service du système est soit effec-tuée par le fournisseur lui-même, soit réa-lisée par un tiers, mais avec supervision parle fournisseur en relation étroite avec le client.Elles peuvent être non liées à un contrat defourniture dun système. Elles sont demandéespar un client, en général pour un système ins-tallé antérieurement par le fournisseur. Le plussouvent, la période de garantie est alors ter-minée.Les travaux ainsi désignés supposent –ce quiest lévidence dans le second cas- que lesprestations dinstallation, montage et câblagedu système dautomatisation soient terminées,vérifiées et approuvées par le certificat de finde montage.Les travaux sous garantie, quant à eux, fontlobjet du Chapitre 6 "La Garantie".Ainsi, les travaux sur site sont-ils divers.LA MISE EN SERVICE SUR SITELe fournisseur effectue la mise en service dusystème dautomatisation. En face de lui, unmaître dœuvre (utilisateur final, client outiers désigné par lun ou lautre) est respon-sable de la mise en œuvre, sur le site, de lins-tallation.La mise en service progressive et les essaisélectriques et dautomatismes concomitantsréalisés par le fournisseur du système dauto-matisation suivent la progression indiquéedans le Chapitre 4 "Les Recettes".Ce sont successivement des :- essais des différentesparties du système, électriqueset mécaniques- essais en charge,mais hors production- essais en charge, avecproduits en production- tests de performances avecrelevé des réglages- mise à jour de la docu-mentation dont la fournitureest prévue au contrat.Ces prestations sont effectuées en relationavec les autres entreprises partenaires de laréalisation de linstallation. Comme convenu leplus souvent au contrat, le maître dœuvreassure la coordination générale des essaisentre tous les partenaires, la sécurité du chan-tier (en particulier, la gestion des consigna-tions et déconsignations), le suivi de lavance-ment des travaux avec létablissement des pro-cès-verbaux de recettes, signés contradictoire-ment par le fournisseur et le maître dœuvre.Toutes ces prestations débouchent sur la misedes installations à la disposition de lutilisateurfinal, lors de la signature du procès-verbal dela recette provisoire (réception provisoire) quiest le point de départ de la période de garan-tie (comme indiqué dans le contrat).La mise en exploitation industrielle delinstallation est alors effective.Pour réaliser ces travaux, le fournisseur envoiesur le site des spécialistes, équipés desoutillages et appareils de mesure et dessais etde tous les documents nécessaires au bondéroulement des différentes phases de travail.Ces spécialistes doivent respecter le planningdéfini dans le contrat.La facturation de ces prestations est forfaitaireou en régie.LA SUPERVISIONDE LA MISE EN SERVICEDans cette autre forme de prestations, la miseen service décrite précédemment est assuréepar le maître dœuvre ou par une entreprise àlaquelle il la confiée.Alors, le fournisseurenvoie sur le site une équipe de spécialistesayant la compétence appropriée en quantitélimitée, dont le rôle nest que dapporterassistance et conseil lors de la mise en ser-vice et de la réalisation des essais.Quelles sontles prestationssur site ?recettesystèmerecetteprovisoire
    • GIMELEC- EXERA 19Chapitre 5 (suite)LES PRESTATIONS SUR SITEQuelles sontles prestationssur site ?(suite)Le maître dœuvre est totalement responsabledu déroulement de la mise en service. Il estdonc très important de bien définir dans lecontrat les obligations respectives du fournis-seur et du maître dœuvre, étant donné quecette mise en service doit prouver la bonnemarche de linstallation vendue par le fournis-seur.Ces prestations sont réalisées en régie.LA MISE EN EXPLOITATIONAprès la signature du procès verbal de recetteprovisoire (réception provisoire), linstallationest remise officiellement à lutilisateur qui enassure désormais la conduite sous sa seule etentière responsabilité.Cependant, le fournisseur a encore à interve-nir pour la levée des réserves éventuellesattachées à la réception provisoire. A ceteffet, il est contraint dintervenir, si cela estnécessaire, pendant les périodes de disponibili-té de linstallation ; contrainte dailleursmutuelle, dont il ne faut pas négliger limpor-tance.Ainsi, la totalité des réserves devra être levéependant la période de garantie, ainsi que lin-dique le contrat. En général, il sagit duneannée après la signature de la réception provi-soire.Comme le décrit le Chapitre 8 "Lassistance àlexploitation", le fournisseur peut, pour lesdébuts de lexploitation industrielle de linstal-lation, afin doptimiser la production, proposerune assistance à lexploitation.LES AUTRES PRESTATIONS SUR SITELe travail à lattachement consiste à assu-rer pour un client, dans le cadre dun contratdéterminé, une prestation supplémentaire àune fourniture principale vendue antérieure-ment.Dans ce cas, la mission du fournisseur est clai-rement définie, et la facturation des presta-tions est effectuée en régie.LA MISE EN SERVICE PAR LEFOURNISSEURLes prestations sur site, pour seffectuer dansde bonnes conditions, rendent nécessairedéviter un certain nombre décueils.Cest une bonne rédaction du contrat qui per-mettra de ne pas avoir à en affronter certains,et supprimera ainsi toute source éventuelle deconflits entre les intervenants.Les difficultés pourront être évitées à diversniveaux.LE TRAVAIL DORGANISATIONET LA PRISE DE RESPONSABILITEDU MAITRE DŒUVRELe maître dœuvre doit assurer la coordina-tion entre les divers corps de métier, ou sil ledésire, déléguer clairement sa responsabilité.Il lui faut prendre en charge lorganisation duchantier, ce qui demande létablissement desdocuments administratifs, des plans de travailconcertés, la prévision de réunions de travail,lindication des consignes aux entreprises par-tenaires.Il doit avoir conscience des activités qui luiincombent.LA PRESENCE DE DIVERSPARTICIPANTS A LAVANCEMENT DELA MISE EN SERVICELes entreprises participant à la réalisation(entreprise de génie civil, mécanicien, utilisa-teur final,…) ne doivent pas cacher leursdifficultés, ni effectuer de demandes tardivesde modifications, ou encore remettre en causela spécification fonctionnelle, les fonctionsétant alors supposées non assurées, ou encorenécessitant un changement.Si les intervenants créent des temps dat-tente, lincidence sur les coûts peut êtreimportante.LA REALISATION ET LEDEROULEMENT DES PRESTATIONSLes validations contractuelles doiventsanctionner les diverses étapes de la mise enservice.Les difficultés dutravail sur site
    • GIMELEC- EXERA 20Chapitre 5 (suite)LES PRESTATIONS SUR SITEPour mener celle-ci à terme, les moyens maté-riels doivent être mis à la disposition du four-nisseur, comme les pièces de rechange déjàsur place, les fluides, les moyens locaux.Le fournisseur sengage à fournir les moyensnécessaires prévus dans le cahier de recettepour valider sa propre fourniture.Le personnel du fournisseur na pas à dépas-ser les horaires légaux ou assurer une astrein-te (mise à disposition complète) non prévueau contrat.LA REALISATION DES TESTS DERECETTELes produits nécessaires à lexécution desrecettes doivent être disponibles. Des arrêtssur la production, lorsquils sont nécessairespour une intervention, doivent absolumentêtre possibles. Si la priorité est donnée à laproduction, il peut en effet sen suivre que lonneffectue pas assez dessais avec produitspour certaines fonctions dautomatisme.Les essais pour réception ne doivent pas êtreremis à une date indéterminée ou sinon, cesconditions aléatoires doivent être prévues aucontrat.LE TRANSFERT DE LINSTALLATIONLe client doit vérifier et préciser le niveau ini-tial de formation du personnel qui exploiterale système.Le fournisseur sengage à lui fournir un plande formation adapté.La non-participation des services de mainte-nance et dexploitation de lutilisateur final à lamise en service rend cette étape périlleuse.Il en est de même dune formation insuffisantedu personnel de conduite et dentretien.Lassistance à lexploitation, si elle nest pasprévue, peut dans certains cas, faire granddéfaut.LA SUPERVISION DE LA MISE ENSERVICELes règles de bonne conduite énumérées ci-dessus sont encore valables dans ce cas.De plus, le fournisseur et le client devronttenir compte de lindépendance contrac-tuelle de la société chargée de la mise enservice.Le fournisseur, en effet, na aucun pouvoir surla valeur technique des metteurs en route (ilpeut arriver que la formation de ces derniersnait pas été assimilée ou nait pas étédonnée) ; la disponibilité du matériel et desoutillages préconisés ; le respect par les met-teurs en route des procédures techniques, desséquences des tâches, des essais, des mises àjour de documents, des versions de logiciel,…Cependant, les spécialistes du fournisseur nedevront pas se substituer aux équipes dumaître dœuvre qui devront elles-mêmes assu-rer la mise en route.Par ailleurs, pour que le personnel chargéde la supervision puisse exercer sa respon-sabilité, il est nécessaire que les documentsde mise en service, établis par le fournisseur,soient totalement adaptés, complets et précis.Le personnel chargé de la mise en route doitdautre part fournir des comptes rendus àcelui de la supervision. Laccord de ce dernierdoit être demandé pour tout changement dela spécification fonctionnelle.Dune façon plus générale, le mot "supervi-sion" doit être compris de la même manièrepar le fournisseur et le maître dœuvre.Dans ce cas de travail en régie, il peut arriverque le budget du client en hommes-moissépuise avant la fin de la mise en service.LES PRESTATIONS ALATTACHEMENTLes difficultés de travail sont les mêmes quepour la mise en service. Cependant, si ces tra-vaux interviennent plusieurs années après lamise en exploitation de linstallation, celle-ci apu être profondément modifiée par le client,ce qui ne simplifie pas lintervention.Lors des prestations à lattachement, le four-nisseur prend moins de risques de dérapagedes coûts découlant de pertes de temps, maiscomme toujours, il faut éviter les contesta-tions sur les temps passés à accomplir cer-taines tâches.Les difficultésdu travail sur site(suite)
    • GIMELEC- EXERA 21Chapitre 5 (suite)LES PRESTATIONS SUR SITEUne bonne rédaction du contrat va permettrede réaliser les prestations sur site dans debonnes conditions.LA MISE EN SERVICEAinsi, dans le contrat, les conditions de tra-vail du personnel du fournisseur sont indi-quées en détail (horaires, conditions de dépas-sement…).Les obligations matérielles du maîtredœuvre sont précisées (mise à dispositiondu fournisseur des moyens tels que les piècesde rechange, les fluides, lénergie, les outils, …)ainsi que lassociation de certains personnelsdu client à la mise en service (service de lex-ploitation, de la maintenance…).Il est bien indiqué quavant le début du chan-tier, les modalités pratiques du suivi sontà définir : lattribution des tâches de coordina-tion entre les différentes entreprises partici-pant au chantier, la tenue de réunions pério-diques, mais également létablissement desdocuments tels que les comptes rendus deréunions, le journal du chantier, les fiches desortie de matériel.La procédure de demandes de modifica-tions lors des interventions sur site est décri-te précisément.Les étapes du chantier sont planifiées, lestests de recettes clôturant chaque étape biendéfinis.Pour les tests de recettes, les produitsnécessaires, les temps indispensables sont indi-qués. Une clause permet la reprise desrecettes lorsque les essais nont pas étéconcluants.Les moyens de mesure, les relevés à effectuerpour prouver que les performances àatteindre sont obtenues, sont décrits claire-ment.Les conditions de montée en production,les temps de mise à disposition de léquipe-ment au fournisseur pour réaliser les essaissont précisés, en particulier dans le cas dunemodernisation dinstallation.La réception provisoire sera obtenue pardéfaut par des butées dans le temps, prévuesau contrat ou liées au fait que le client exploi-te léquipement.Une clause prévoit que les anomalies non-blo-quantes ou mineures (qui ne rendent pas lins-tallation impropre à lusage) ou le refus nonjustifié de signer le procès-verbal de recettene peuvent retarder que soit prononcée laréception, qui sera automatique tant dejours après la fin de la recette.Une clause définit la montée en produc-tion. Il est nécessaire que le client mette lins-tallation industrielle à la disposition du four-nisseur pour ses mises au point, au cours decette montée. Si les impératifs de productionindustrielle en empêchait le client, la récep-tion serait prononcée suivant une clausecontractuelle bien précisée.LA SUPERVISIONDE LA MISE EN SERVICELes éléments de contrat indiqués pour la miseen service sont valables également dans cecas.De plus, le rôle de personnel de supervi-sion, les limites de ses responsabilités, sesdroits et moyens dintervention en cas denon-respect de ses consignes sont indiqués.Les responsabilités respectives du client,déventuels fournisseurs et du maîtredœuvre de la mise en service sont définies,avec en particulier celle du planning des tra-vaux (le responsable représentant le maîtredœuvre est également à préciser).Une clause définit le nombre et la qualificationdes metteurs en route nécessaires et permetde récuser ceux qui ne sont pas compétents.La formation de ces metteurs en route estprévue, avec lexigence que ce soit bien le per-sonnel formé qui exécute la mise en service.Il faut également indiquer que le maîtredœuvre met à la disposition des metteurs enroute tous les matériels nécessaires auxessais, suivant la liste établie par le fournisseur,ainsi que toute la documentation nécessaire.LES PRESTATIONS ALATTACHEMENTTous les éléments concernant le travail sursite indiqués ci-dessus doivent paraître dans lecontrat. Il faut de plus, préciser le point dedépart de la prestation, fixer les délais depréavis pour les interruptions et les fins demission, faire consigner très précisément lestemps de présence du personnel du fournis-seur et les temps darrêt dus aux clients ouautres intervenants sur le chantier.Dans la rédactiondu contrat
    • GIMELEC- EXERA 22C h a p i t r e 6LA GARANTIEToute fourniture dun système dautomatisa-tion prévoit une période dite de garantie, quicommence en général à la signature de laréception provisoire. Sa durée est fixée par lecontrat.Pendant cette période,Pour les matériels, le fournisseur sengage àréaliser toute réparation, remplacement, recti-fication ou remise en état de toutes les piècesdéfectueuses de léquipement, à lexceptiondes pièces consommables et dusure ;Pour les logiciels de base (incorporés dansune machine et qui aident au développementet au fonctionnement des logiciels dapplica-tion) et pour les progiciels, le fournisseurassure la conformité de ces derniers auxcaractéristiques techniques figurant dans ladocumentation, la mise à la disposition duclient de la liste des problèmes connus, appe-lés "bogues" ("bugs") pour les logiciels", dessolutions de contournement si elles existent,et des corrections au fur et à mesure de leurconnaissance. Il met à la disposition du clientune assistance technique prenant la forme soitdune "hot line", soit dune mission dassistanceà la clientèle, ou encore une possibilité de for-mation.Pour les logiciels dapplication spécifique,le fournisseur ne peut garantir que lutilisationdu logiciel sera ininterrompue ou exemptederreur ; la technique informatique est eneffet complexe et il nest pas réaliste de testertoutes les combinaisons possibles denchaîne-ment des séquences du logiciel.Par contre, il sengage à assurer la correctiondes erreurs éventuelles du logiciel ou desnon-conformités par rapport aux spécifica-tions fonctionnelles, qui apparaissent pendantcette période.Mais seuls les dysfonctionnements reproduc-tibles, même intempestifs, ou bloquants desfonctions du système dautomatisation peu-vent faire lobjet dune action dans le cadre degarantie.Il faut cependant indiquer les limites pré-cises de lapplication de la garantie.s La garantie ne peut, en aucun cas, couvrirune perte éventuelle de production ou dex-ploitation.s La garantie ne sapplique quaux matériels etlogiciels fournis au client dans le cadre ducontrat, dans la version ayant donné lieu àrecette.s Un dysfonctionnement nest pas couvertlorsque le système dautomatisation a été utili-sé dans des conditions anormales oucontraires aux spécifications définies dans ladocumentation du fournisseur, si ce système(matériels et logiciels) a été modifié sansaccord préalable et écrit du fournisseur, ouencore si les conditions denvironnement ontchangé.s La garantie ne sapplique pas non pluslorsque le personnel dexploitation montreune méconnaissance des caractéristiques de lamise en œuvre du système, du fait dune for-mation insuffisante ou inexistante, conformé-ment au contrat.Il faut remarquer que la mise à jour systéma-tique des logiciels de base aux nouvelles ver-sions nest pas assurée au titre de la garantie.Cette prestation pourrait faire lobjet dunContrat de maintenance applicable dès lapériode de garantie (mise à niveau technique :voir le Chapitre 7 "Le contrat de maintenan-ce").Aucune aide à lexploitation ne relève dela garantie. Si le client désire quelle soit assu-rée par le fournisseur, cette dernière devrafaire lobjet dun article spécifique dans lecontrat, ou bien sera lobjet dune commandeparticulière et le temps passé sera facturé ensus, au tarif en vigueur au moment de linter-vention (voir le chapitre 8 "Lassistance à lex-ploitation").La période de garantie, à partir de larecette provisoire, dure en général un an.Dans le Chapitre 5 "Les prestations sur site",des butées dans le temps sont indiquées pourUne garantiesur quoi,pendant combiende temps ?
    • GIMELEC- EXERA 23Chapitre 6 (suite)LA GARANTIEla déclaration de la réception provisoire.De même, une butée ou un délai maximal parrapport à une date contractuelle (qui peutêtre la date de la commande, ou de la récep-tion en usine ou encore de la mise à disposi-tion sur le site ou FOB) déclenche automati-quement la fin de la garantie.Au delà, les inter-ventions relèvent de la maintenance.Lorsque la durée de mise en service de lins-tallation complète est supérieure à la durée degarantie du système dautomatisation, unaccord dintention pour une assistance tech-nique post-garantie peut être conclu. Il permetau fournisseur dassurer au client son aidepour terminer cette mise en service.Autre caractère important lorsque la garan-tie dun système dautomatisation estglobale, le remplacement dun sous-ensemblene peut avoir pour effet de prolonger la duréede la garantie globale.Dans le cas où un découpage de linstallationen systèmes autonomes permet une réceptionpartielle dinstallation, la garantie doit elle-même pouvoir sadapter à ces parties dinstal-lation.Une garantiesur quoi,pendant combiende temps ?(suite)Les prestations sous garantie seffectuent endeux phases, tout dabord la reconnaissancedu dysfonctionnement, puis lintervention poury remédier.LE DECLENCHEMENT DUNEPRESTATIONUne procédure doit être précisée pour per-mettre au fournisseur et à lutilisateur dopé-rer dans les meilleures conditions.Lutilisateur consigne tout dysfonctionnementdu système dautomatisation sur une fichedanomalie pré-établie, en décrivant lecontexte dutilisation, et la transmet au four-nisseur.Le fournisseur se doit, lorsque le dysfonc-tionnement lui est ainsi signalé, détablirrapidement un diagnostic.Une analyse est menée, depuis les locaux dufournisseur, à laide de la fiche danomalie etdu compte rendu éventuel de télédiagnostic.Elle est souvent complétée par un contacttéléphonique avec lutilisateur.Si un défaut du système constaté par le clientest signalé au fournisseur avec retard, celui-cinest pas responsable des conséquences de ceretard. La remise en ordre du système dauto-matisation qui découle du retard nest pasprise en compte par la garantie.Si le dysfonctionnement est non-blo-quant, le fournisseur communique le délaiprévisible pour déclencher laction corrective.Si le dysfonctionnement est bloquant, ousi les investigations sur site sont indispen-sables, le fournisseur organise une interven-tion chez le client.Cependant, les délais danalyse et de suppres-sion dune anomalie ne pouvant absolumentpas être totalement prévisibles, le fournisseurpeut assurer un délai dengagement demoyens, mais non un délai de dépannage.Néanmoins, il est possible de définir uncontrat spécifique de disponibilité avec notionde bonus-malus, de façon à rendre plus incita-tive la réactivité du dépannage.LINTERVENTION DU FOURNISSEURUne fois le type de dysfonctionnement du sys-tème dautomatisation identifié, trois cas seprésentent :Si lintervention sur le site nest pasnécessaire,quand le matériel est incriminé, le client ren-voie chez le fournisseur lélément du systèmedautomatisation pour réparation ;quand le logiciel dapplication est incriminé, lefournisseur renvoie une correction ou unenouvelle version du logiciel.Lorsque le fournisseur intervientsur le site,il effectue lune ou lautre des actions correc-tives suivantes : il remplace lélément enpanne, il répare lélément défectueux, corrigela cause du dysfonctionnement ou fournit unesolution provisoire de contournement avecengagement de trouver une solution définitive.Les prestationssous garantie
    • GIMELEC- EXERA 24Chapitre 6 (suite)LA GARANTIELe client a alors pour obligation envers lefournisseur de laisser libre accès à linstallationaprès quaccord ait été conclu sur le momentet la durée de lintervention, de lui fournir lesmatériels de bureau (meubles, téléphone, fax,photocopieurs…) nécessaires, de mettre à sadisposition les pièces de rechange, les fluides(air, eau…), les énergies et le personnel deconduite et dexploitation de linstallation,nécessaires au bon déroulement de linterven-tion.Lors de lintervention du fournisseur dans lecadre de la garantie, le client reste respon-sable de linstallation.A ce titre, les manipula-tions doivent être effectuées sous son contrô-le. Le fournisseur ne peut être rendu respon-sable dune faute de manipulation et de sesconséquences sur le matériel, le procédé, lesproduits en cours délaboration et lenvironne-ment.Lorsque le fournisseur intervientà distance (télémaintenance),les dispositions du paragraphe précédent sap-pliquent mais avec la nécessaire coopérationentre le fournisseur qui intervient à distanceet les utilisateurs sur site.LES MODALITES FINANCIERESDEXECUTIONPour toute prestation relevant de la garantie,le fournisseur prend en charge les frais depièces du système dautomatisation et la maindœuvre.Le contrat doit stipuler la prise en charge desfrais de déplacement et de subsistance du per-sonnel du fournisseur.Si la garantie nentre pas en jeu, les pièces etla main dœuvre sont facturées au tarif envigueur à la date dintervention, avec frais dedéplacement en sus.Les prestationssous garantie(suite)Il est primordial de délimiter la période degarantie contractuelle en indiquant parexemple que celle-ci prend effet à partir de ladate de réception provisoire et au plus tarddix-huit mois à compter de la date de mise àdisposition du système et dure une année.Le champ dapplication de la garantie doitêtre nettement déterminé. Il sagit dinterveniraprès des dysfonctionnements reproductifs oubloquants. Les incidents après adjonction oumodification apportées au système dautomati-sation sans accord du fournisseur ou aprèstransformation de lenvironnement, les utilisa-tions non conformes aux spécifications de ladocumentation ou effectuées par un person-nel de formation insuffisante ne sont pas cou-verts par la garantie. Les conditions de paie-ment doivent, en ces cas, être définies.La procédure dintervention est bienprécisée : déclenchement de lintervention,obligations du fournisseur et du client, distinc-tion entre délai dintervention et délai dedépannage…Enfin, il faut bien rappeler quen aucun cas, lefournisseur ne peut être tenu, au titre de lagarantie, de dédommager une quelconqueperte de production ou dexploitation due àun dysfonctionnement ou après transforma-tion de lenvironnement, même sil a été infor-mé de la possibilité dun tel dommage.Dans la rédactiondu contrat
    • GIMELEC- EXERA 25C h a p i t r e 7LE CONTRAT DE MAINTENANCEPourquoi uncontrat demaintenance ?Le système dautomatisation qui accompagneune installation demande des compétencesdiverses à ceux qui ont en charge sa mainte-nance.Aussi, lutilisateur peut-il vouloir faireappel à des prestataires extérieurs travaillantsous contrat. Lentreprise fournisseur du sys-tème, elle-même dans le cadre de son métierde prestataire de services, peut proposer detelles prestations de maintenance, ceciquelques fois dès la période de garantie,lorsque le contrat de fourniture permet dedisposer de prestations supplémentaires.Ainsi, le client a la certitude de bénéficierdans des délais convenus –et généralementréduits- de lassistance et du savoir-faire dunintervenant efficace, surtout en cas de dys-fonctionnement du système dautomatisation,ce qui lui permet de réduire ou dannuler lesopérations de maintenance effectuées par sonpersonnel et de déterminer par avance sonbudget de maintenance.Le prestataire de services, quant à lui,garantit ainsi la charge de travail de son per-sonnel, valorise par ces nouveaux services sonsavoir-faire, est assuré que le système installéreste dans des conditions dexploitation opti-males pouvant lui servir de référence.Laide apportée ne dégage cependant pas luti-lisateur de sa responsabilité dans le cadre delexploitation normale du système.Dans la mesure du possible, le contrat demaintenance sera un contrat "type", cest-à-dire déjà mis au point, dont on maîtrise bienles paramètres et dont on connaît lefficacité.Ces contrats recouvrent des prestationsdiverses et sont facilement adaptables.Cependant, lutilisateur du système peutdemander un contrat "sur mesure", enfonction de ses impératifs et de sa spécificité.Quoi quil en soit, le contrat doit tenir comptedes besoins spécifiques du client, mais ne pasles dépasser, et dautre part ne pas comporterde prestations pertinemment irréalisables ; pasdinterventions inutiles, excessives pour le sys-tème dautomatisation du client ; pas decontraintes intenables pour le prestataireconcernant les délais dinterventions, la qualifi-cation du personnel, les horaires de travail, lesobligations de résultats, de performances, defiabilité, les pénalités.Parmi les contrats-types, lon trouve diversespossibilités.LA MAINTENANCE PREVENTIVEDes visites systématiques, ou réalisées lors dedépannages, permettent de vérifier létatgénéral de léquipement et les valeurs desparamètres de référence (comme des vitessesde déplacement, des tensions électriques dali-mentation…).Ces paramètres, éventuellement enregistrés,peuvent alors être corrigés, les pièces dusuredu système, principalement les pièces méca-niques, remplacées.Cependant, la fourniture de ces pièces nentrepas, en général, dans le cadre dun tel contratde maintenance.Pour ces prestations, les opérations à la char-ge du client ou à celle du fournisseur doiventêtre détaillées : dépoussiérage, nettoyage, rem-placement de filtres, réglages mécaniques ouencore approvisionnement en produitsconsommables ou en pièces dusure, selon lesindications du fournisseur.LA MAINTENANCE CORRECTIVEDES MATERIELSLe prestataire de services effectue le dépanna-ge des équipements dautomatisation sur lesite ou en ses ateliers, avec réparation ouéchange des sous-ensembles défectueux, dansdes délais dintervention garantis – tels vingt-quatre heures, ou x jours ouvrés (du lundi auvendredi)…Les différentesprestations demaintenance
    • GIMELEC- EXERA 26Le délai dintervention garanti est lapériode sécoulant entre, dune part, la décla-ration écrite dune panne et, dautre part, lar-rivée dun technicien sur le site ou le débutde lintervention dans le cas dune télémainte-nance.Par contre, le délai de dépannage, périodenécessaire pour remettre léquipement enroute ou en production, nest en général pasgaranti par le contrat sauf clauses spécifiquesprécisant les disponibilités.La maintenance corrective ne concerne pasles dysfonctionnements dus à lutilisationdes matériels dune manière impropre ou nonconforme aux spécifications de la documenta-tion du constructeur, à la mise en œuvre delogiciels non prévus ou non préconisés par lefournisseur ou à la modification par le client,sans accord du fournisseur, du matériel et deslogiciels.Dans ces circonstances, il sagit dune interven-tion à facturer indépendamment, au tempspassé et au tarif en vigueur au moment de lin-tervention.LA MISE A NIVEAU TECHNIQUEDES MATERIELS ET LOGICIELSUne telle maintenance consiste en lexécutionde toute modification qui apparaît nécessai-re pour augmenter la sécurité ou la fiabi-lité du système dautomatisation, ou bienencore toute modification décidée à lini-tiative du fournisseur (changement derévision).La plupart du temps cependant, sont excluestoutes interventions sur des logiciels applica-tifs non réalisés par le fournisseur.Il sagit bien de sécurité et de fiabilité.Touteévolution de nature à augmenter les perfor-mances du système dautomatisation ou enco-re étendre ses capacités fonctionnelles nentrepas dans ce genre de maintenance.Toutefois, un tel contrat prévoit alors le plussouvent une information du client sur les évo-lutions possibles du système, et sur le coût deleur réalisation éventuelle.LASSISTANCE TECHNIQUECelle-ci peut être :s téléphonique (hot-line) : il sagit alors defourniture de renseignements techniques, detélédépannage,s ou sur le site : un certain nombre de jour-nées de présence sont prévues pour effectuerdes prestations de maintenance préventive oucorrective, de formation spécifique du person-nel, de mise en place ou de gestion dun stockde pièces de rechange, de gestion de la docu-mentation, etc…En général, le délai dintervention ou de four-niture de pièces de rechange, est garanti.LES PRESTATIONS HORS "HORAIRESNORMAUX"Elles consistent en une astreinte (le techniciende maintenance est à la disposition complètedu client) ou une permanence (le technicienest accessible) sur le site ou au domicile dutechnicien, avec des délais précis de réactionet dintervention.De telles prestations doivent faire lobjet dunexamen attentif, et être établies en respectantpour le personnel employé, la réglementationdu travail, les accords salariaux…LA MAINTENANCE DES LOGICIELSCes prestations recouvrent :s la remise en route de système dautomatisa-tion dans le cas dune panne provenant dunlogiciel,s la mise à niveau technique de logiciels, pourune bonne disponibilité, à linitiative du four-nisseur du système,s linformation du client sur les nouvelles ver-sions des logiciels proposées à la clientèle, etleur installation éventuelle.Les contrats "sur mesure" regroupentgénéralement plusieurs de ces différentstypes de prestations.Chapitre 7 (suite)LE CONTRAT DE MAINTENANCELes différentesprestations demaintenance(suite)
    • GIMELEC- EXERA 27Chapitre 7 (suite)LE CONTRAT DE MAINTENANCEObjet et durée dela maintenanceLa liste des matériels sous contrat avecleur numéro de série, la liste des logiciels aveclindication de la version fournie précisentlobjet de la maintenance (liste en annexe aucontrat). Limplantation du matériel, le nombrede matériels identiques sont des indicationsindispensables. Dailleurs, toute modificationdimplantation, susceptible de modifier lacces-sibilité du matériel ou les conditions dexploi-tation, doit être signalée sous forme davenantau contrat.Après la livraison dun système dautomatisa-tion, il est sage déviter la mise en mainte-nance sous contrat dune partie du systè-me, surtout lorsquil est difficile de présenterun découpage technologique clair.La date idéale de conclusion dun contrat demaintenance est celle de la réception provisoi-re du système livré, ou au plus tard, la date defin de garantie. Le client devrait avoir spécifiéune solution pour assurer la maintenance deson système avant cette date.Si un système est mis sous contrat demaintenance après la date dexpiration dela garantie, un examen préalable et une remi-se en état sur devis doivent être prévus eteffectués avant lentrée en vigueur du contrat.Il est déconseillé au prestataire de servicesde prendre en charge la maintenance dunéquipement nouveau pour lui, déjà mis enservice, et exploité par un personnel de quali-fication non connue.Dans la rédactiondu contratIl est primordial détablir une liste détailléede lobjet du contrat, matériels et logiciels.Les obligations du fournisseur et du clientpour que la maintenance seffectue dans debonnes conditions sont à indiquer précisément.Pour le fournisseur, il sagit en particulier desprestations proposées, des délais dinterven-tion, de dépannage, de la période couverte(horaires normaux ou plages horaires éten-dues), de la mise à disposition de personnelcompétent ou spécialisé dans la technique dusystème dautomatisation, de la mise à disposi-tion des outillages spécifiques, appareils detests et de mesure…Le client, quant à lui, est dans lobligation deprendre toutes les dispositions concernantlinstallation pour permettre lexécution desopérations de maintenance.Il doit mettre gratuitement à la disposition desintervenants le personnel de conduite oudexploitation, les fluides (air, eau…) et éner-gie, des facilités comme le téléphone, le fax…Il se doit aussi deffectuer lui-même avant lin-tervention dun technicien, les sauvegardes deses programmes et logiciels. Cependant, cesobligations ne dispensent pas lintervenant dele rappeler au client.La date de prise deffet, la durée, lactuali-sation, la révision du contrat sont égalementà définir clairement.Le plus souvent, le contrat est conclu pour unedurée minimale dune année, puis soit recon-ductible tacitement (sauf dénonciation parlune des parties), avec des redevances actuali-sées par une formule de révision indiquée, soitrenégociable chaque année de gré à gré.La responsabilité juridique du prestatairedoit être détaillée : la responsabilité civile, engénéral illimitée, la responsabilité pécuniaire,en cas de dommage créé par lobjet ducontrat aux biens du client, le montant de lagarantie par événement étant souvent imposépar le client.Ces deux derniers points, qui relèvent duneassurance spécifique, sont à établir par les ser-vices juridiques des partenaires du contrat.La responsabilité du fournisseur du systèmedautomatisation ou du prestataire de mainte-nance, en cas de perte ou de destructiondes supports dinformation (disques, dis-quettes…) est totalement dégagée, si des sauve-gardes nont pas été faites. Il en est de même silutilisateur na pas suivi les conseils dentretienou de remise en état du système dautomati-sation, donnés avant un dysfonctionnement.Un clause de confidentialité peut être intro-duite.La facturation des prestations doit être biendéfinie. Les redevances sont en général trimes-trielles et, par principe, payables net à laréception de la facture.Une clause de bonus-malus, liée aux délaisdintervention et de mise à disposition despièces, peut exister, mais doit être équilibrée.Les pénalités, à éviter dans un contrat équili-bré, constituent un garde-fou pour obliger lefournisseur à respecter ses obligations. Ellesdoivent être libératoires, dégageant après paie-ment le fournisseur de toute obligation.
    • GIMELEC- EXERA 28C h a p i t r e 8LASSISTANCE A LEXPLOITATIONPourquoiun contratdassistance àlexploitation ?Le fournisseur dun système dautomatisationfournit à lutilisateur un système intégré dansune installation. Une fois linstallation mise enservice, ce système va permettre de démarrerlexploitation, normalement après la réceptionprovisoire et le transfert de propriété(cf Chapitres 4 "Les Recettes" et 10 "LAspectjuridique du contrat").Latteinte des objectifs dexploitationsous-entend la disponibilité de linstallation. Sicelle-ci est du ressort du fournisseur du systè-me dautomatisation et des autres entreprisesparticipant à la réalisation de linstallation, elledépend aussi en grande partie de lutilisateur.Ses opérateurs doivent être capables deconduire et contrôler linstallation, lencadre-ment, posséder le savoir-faire indispensable àson exploitation, un programme de fabricationsuffisant doit être éventuellement établi, lesproduits entrants être disponibles et de qualité.Dans la plupart des cas, le fournisseur du sys-tème dautomatisation a tendance à considé-rer que le personnel de lutilisateur est totale-ment compétent et dispose de tous lesmoyens et ressources nécessaires à lexploita-tion. Sil nen est pas ainsi, et quil apparaît desdifficultés à la mise à lexploitation, le fournis-seur sexpose à ne jamais voir reconnaître parle client que linstallation est apte à lemploi.La prononciation de la réception provisoirepeut alors être différée, la période probatoireavant réception définitive allongée. Le fournis-seur peut alors devoir rester sur le site enassistance gratuite, cependant que lutilisateurne comprend pas pourquoi linstallation nerend pas les services quil en attend.Lutilisateur peut demander une assistance àlexploitation en différents métiers (sil ne lapossède pas en interne) : expert pour le pro-cess, mécanicien pour les machines, électri-cien-automaticien pour le système dauto-matisation.Utilisateur et fournisseur du système dauto-matisation ont ainsi intérêt mutuel à ce quuneassistance à lexploitation soit proposée par lefournisseur dès loffre initiale. Les objectifs quiont conduit à décider de linvestissementpourront être atteints, lassistance à lexploita-tion étant essentielle pour les réaliser.Ainsi, par exemple, à côté dun expert en pro-cess qui va aider à acquérir le savoir-faire dumétier, dun mécanicien qui va adapter lutilisa-tion des machines aux conditions de produc-tion ou dexploitation, le fournisseur du systè-me dautomatisation va proposer son assistan-ce dans différents domaines.LASSISTANCE AU PERSONNEL DE"PRODUCTION OU DEXPLOITATION"Il sagit dapprendre aux opérateurs à utiliserrationnellement les organes de commande,pour réaliser les fonctions retenues dans ledossier de spécifications fonctionnelles. Cesprestations dassistance peuvent compléteréventuellement une formation reçue antérieu-rement.Cette assistance recouvre également lappren-tissage des responsables à la mise enœuvre du système, dans les différents modesde marche prévus pour linstallation.LASSISTANCE AU PERSONNEL DES"ETUDES ET TRAVAUX NEUFS"Elle consiste en laide à loptimisation glo-bale de linstallation, pour la part qui relè-ve de la compétence du fournisseur dautoma-tisation.Les phases transitoires de fonctionnement, quicorrespondent aux changements de rythmede production ou aux changements éventuelsde produits ou encore aux changements deconditions dexploitations, sont caractérisées,les paramètres adaptés de façon optimale.Les prestationsdassistance àlexploitation
    • GIMELEC- EXERA 29Chapitre 8 (suite)LASSISTANCE A LEXPLOITATIONLes prestationsdassistance àlexploitation(suite)Les résultats des mesures ou de lexamen desproductions obtenues sont utilisés pour effec-tuer le paramétrage fin des régulations et desmodèles mathématiques.Des modifications par rapport aux spécifica-tions initiales sont éventuellement suggérées.Lassistance à lexploitation nécessite que lamise en service de linstallation permettedéjà que des produits commercialisablessoient fabriqués ou quune exploitation auniveau minimal existe.Il faut que le personnel dexploitation ait déjàacquis une formation initiale.Lutilisateur doit également mettre à disposi-tion les matières premières, les énergies, lesproduits entrants en quantité suffisante.Toutes ces conditions doivent être clairementdéfinies dans un véritable contrat.Le contrat dassistance à lexploitation doitmentionner explicitement les conditions ini-tiales de la prestation, se référant à la dis-ponibilité de linstallation, ou à la réceptionprovisoire…Une date butée de début et de fin doit êtreindiquée même si la prestation est en régie,ainsi que les conditions de renouvellementtelles préavis, reconduction de contrat, …Le contrat détaille la liste des types de pres-tations fournies, leurs priorités ou propor-tions respectives, leurs objectifs, leurs limites.Cest dune façon explicite que sont indiquésle nombre des personnes mises à dispositionet leur compétence (technicien, ingénieur,généraliste ou spécialiste), ainsi que leshoraires de travail ou les conditions propresen cas de travail posté ou en astreinte.Les outils et moyens à mettre à disposition dupersonnel dassistance par lutilisateur commepar le fournisseur, y sont décrits afin quil puis-se réaliser sa prestation, ainsi que les procé-dures à respecter.Le contrat doit également signaler que lassis-tance, sexerçant pour ordre et compte duclient, ne peut obliger le fournisseur du systè-me dautomatisation, au titre du contrat defourniture du système, à réparer lesdésordres qui résulteraient de lintervention.Si lassistance ne sexerce quaprès le transfertde propriété, ce problème ne se pose plus.Enfin, lassistance à lexploitation est une pres-tation de service et de conseil. Aussi, elleninclut pas la fourniture de matériels complé-mentaires ou de rechange.Dans la rédactiondu contrat
    • GIMELEC- EXERA 30C h a p i t r e 9LA FORMATIONPourquoiune formationde lutilisateurdu systèmedautomatisation ?Tout au long du cycle de vie dun systèmedautomatisation, aussi bien pour la détermina-tion des spécifications fonctionnelles, que pourles recettes, la mise en service puis lexploita-tion et la maintenance, la valeur techniquedu personnel concerné est un élément pri-mordial.Consciente de cet impératif, lentreprise utili-satrice va donner une formation à son per-sonnel, qui sera soit une mise à niveau desconnaissances, en particulier lorsquil sagit dela modernisation dune installation, soit uneformation complète, si le système appartient àun nouvel ensemble avec lequel le personnelnest pas familiarisé.Dès les premiers contacts entre le fournisseuret un client, lattention doit être portée verscette nécessité.Il faut prévoir dans létude du projet, les inves-tissements que le client va consacrer à la for-mation de son personnel ainsi que la program-mation par le fournisseur des prestations deformation à réaliser, et en particulier lesniveaux de compétences à atteindre à lissuede ces prestations de formation.Celles-ci concernent plusieurs niveaux deconnaissances.FORMATION A LUTILISATION PARLES OPERATEURSLe personnel du poste de conduite duneinstallation acquiert les connaissances indis-pensables pour exploiter le système dautoma-tisation à partir des moyens de communica-tion entre lhomme et la machine : tableauxsynoptiques, écrans, consoles de visualisation àaffichage numérique.Lopérateur se familiarise avec la lecture desétats de situation et la manœuvre possible descommandes de fonctionnement du système.Il appartient en effet à lopérateur de sur-veiller, didentifier les variations (voulues ounon) des paramètres de fonctionnement et dediagnostiquer les dysfonctionnements du sys-tème.Les opérateurs reçoivent ainsi une formationindividuelle. Mais en même temps, la cohé-sion de léquipe ou des équipes de conduiteest toujours à construire.Cette formation sacquiert sur des installa-tions déjà existantes, ou bien sur plate-formelors de la réalisation du système concerné, ouencore sur linstallation et le système lui-même lorsquil est implanté sur le site.FORMATION A LA CONNAISSANCEDE LAPPLICATIONA un autre niveau, les responsables doiventêtre capables dexploiter au mieux le systèmeen réalisant son paramétrage, de ladapter oumême de le faire évoluer, enfin den assurer lamaintenance. Il sagit des services de lex-ploitation, des études et travaux neufs,de la maintenance.Cette formation peut être acquise notammentlors des essais en plate-forme. Le personnelconcerné assiste à ces essais et à lintégrationdensemble. La formation se poursuit lors dela mise en service et des autres essais derecettes.Ainsi, par ses contacts avec les responsablesde la conception et de la réalisation du four-nisseur, lutilisateur acquiert une partie dusavoir-faire qui lui sera nécessaire pouraccomplir sa tâche.Signalons que pour faire évoluer ultérieure-ment le système dautomatisation, les respon-sables doivent acquérir une connaissanceapprofondie des capacités du matériel et deslogiciels.Les différentesformations
    • GIMELEC- EXERA 31Chapitre 9 (suite)LA FORMATIONFORMATION DE BASELes formations décrites précédemment sup-posent acquises les connaissances de baseconcernant le fonctionnement des consti-tuants du système dautomatisation et de lins-tallation.Aussi, il appartient à lentreprise utilisatrice desassurer que le personnel en formation pos-sède bien le niveau de base nécessaire.Sil nen est pas ainsi, elle doit en aviser lefournisseur du système dautomatisation quipourra assurer aide ou conseil et proposer desous-traiter aux entreprises constructrices deconstituants (machines mécaniques, équipe-ments de contrôle-commande,…) les forma-tions nécessaires.Les différentesformations(suite)Le fournisseur du système dautomatisationpropose tout dabord –au titre de conseil- unplan de formation du personnel de len-treprise utilisatrice.La concertation entre le fournisseur et leclient aboutit le plus souvent à la fourniturede prestations, soit prévues dans le contratprincipal, soit en complément dans un contratde formation.Dans tous les cas, le contrat principal indiquelimportance de la formation et précise quelleest indispensable pour atteindre les objectifscherchés.Suivant le niveau que le personnel doit acqué-rir, la formation est donnée en différentslieux : chez les constructeurs qui fournissentles constituants de base du système (il peutsagir dune sous-traitance), dans un centre deformation propre à lentreprise qui fournit lesystème dautomatisation, au cours de la réali-sation et des essais du système fourni.Cette formation est dispensée par des spécia-listes des différentes techniquesconcernées : expert en process industriel,mécanicien, électricien-automaticien.Pour évaluer la réussite des sessions de for-mation, des tests peuvent être effectuésauprès du personnel et des comptes-rendusenvoyés au responsable de lentreprise cliente(cela suppose toujours un accord préalable).Fournituredes prestationsde formationIl est impératif de souligner dans le contrat defourniture dun système dautomatisation lim-portance de la formation et de préciser quel-le est indispensable pour atteindre les objec-tifs recherchés.Que la formation soit prévue dans le contratprincipal ou en complément, le contrat se doitdindiquer le nombre de personnes à former,le niveau de base quelles doivent posséder,le niveau de formation recherché.Le budget "hommes/heures" est à définir.Il précise le lien et les périodes de formationafin que le personnel concerné soit totale-ment disponible (présent par exemple, si celaest prévu, aux essais et à la mise en service dusystème).La documentation distribuée au cours de laformation est indiquée.Le contrat pourrait également remarquer- pour assurer lefficacité de ces prestations -que les postes attribués au personnel doiventêtre en accord avec la formation acquise.Dans la rédactiondu contrat
    • GIMELEC- EXERA 32C h a p i t r e 1 0LASPECT JURIDIQUEDU CONTRATUne complexitéjuridique :la fournitureLactivité du fournisseur de systèmes dauto-matisation est complexe car elle consiste en lafourniture dun ensemble dont le bon fonc-tionnement dépend du bon fonctionnementsimultané de produits matériels, de logiciels debase, de progiciels et de logiciels dapplicationspécifique.Cette complexité se retrouve dans les aspectsjuridiques du contrat.Il existe en effet, au sein dun mêmecontrat, des éléments de qualification rele-vant pour les uns, dun contrat de vente, pourles autres, dun contrat dentreprise. Cettecoexistence entraîne dans la clause de garan-tie des incidences différentes sur la responsa-bilité du fournisseur.Un traitement différencié doit être appliquéaux problèmes, au sein dune même clause :le transfert de propriété du systèmeimplique le transfert à lacquéreur des droitsde propriété du vendeur sur la chose, pource qui concerne les produits matériels (les uti-liser, en percevoir les fruits, les aliéner), etdautre part le transfert partiel à lacquéreurdes droits du créateur de lœuvre de les-prit pour ce qui concerne les logiciels (les uti-liser selon certaines modalités).Les intérêts des différents protagonistesqui sont parties au contrat ou tiers sontimbriqués dune façon incontournable dansle contrat. Par exemple, le fournisseur dematériel, le créateur de logiciels de base ou deprogiciels sont tiers par rapport au contrat.Cependant, celui-ci met directement en jeuleurs intérêts puisque le vendeur du systèmedautomatisation revend le matériel, ou encoreles logiciels sous licence de leur fournisseur.Le vendeur du système dautomatisation enfinest lui-même créateur du logiciel dapplication.Différents régimes de protection coexis-tent pour la fourniture afférente à un seulcontrat.En effet, les produits matériels font lobjetde brevets et de marques déposées. Les dépo-sants, souvent les inventeurs, sont titulaires dedroits de propriété industrielle auxquelsle contrat peut porter atteinte.Et les logiciels de base, progiciels et logi-ciels dapplication spécifique font lobjetde marques déposées mais ne sont pas, engénéral, brevetables. Leurs créateurs sont pro-tégés par le régime du droit dauteur.Notons quen ce qui concerne les logiciels, lanotion de vice caché nexiste pas.Sans contestation possible, le fournisseur esttenu à un résultat, au titre de son obligationde livrer des matériels et progiciels en bonétat de fonctionnement. Il met en jeu sa res-ponsabilité dès lors que lon constate que lerésultat na pas été atteint, sans quil y ait àprouver sa faute.Cependant, tenir ce même fournisseur à unrésultat, au titre de son obligation de livrerun système dautomatisation répondantaux fonctionnalités de lanalyse fonctionnel-le, est souvent contestable dans la mesure oùle résultat attendu dépend bien souvent de labonne exécution par lacquéreur de sespropres obligations, en particulier la définitionde ses besoins.En tout état de cause, ce nest pas la qualifica-tion du contrat (contrat de vente, contratdentreprise) qui caractérise ipso facto lobliga-tion du fournisseur et le régime de responsa-bilité qui en découle. Car, en qualité de profes-sionnel, le fournisseur a envers le client uneobligation de conseil.Aussi, la pratique tend généralement à mettreà la charge du fournisseur une obligation demoyens, ce qui a pour conséquence de sou-mettre la mise en jeu de sa responsabilité à lapreuve de sa faute, à savoir quil na pas utilisétous les moyens promis pour répondre auxbesoins du client.Les obligationssouscrites parle fournisseur
    • GIMELEC- EXERA 33Chapitre 10 (suite)LASPECT JURIDIQUE DU CONTRATAinsi, tout au long de lavancement du projet :s le donneur dordre a le devoir de collabora-tion et dinformation vis-à-vis du fournisseur,s le fournisseur a linitiative de la question etde la méthodologie. Le client se doit dyrépondre avec diligence et sans retour enarrière.s le fournisseur a le devoir de mise en gardevis-à-vis de son client, notamment vis-à-vis dela faisabilité, des performances et des délais.Il doit exercer son professionnalisme devant lepouvoir dautorité de son client.Ce devoir va jusquau refus dobtempérer si lasécurité des personnes est en cause.Une bonne rédaction du contrat, définissantde façon précise le travail de chacun - etquand, comment, pourquoi il doit leffectuer -permet de déterminer les responsabilités.Les obligationssouscrites parle fournisseur(suite)La date du transfert de propriété et desrisques dépend de lobjet et de létendue ducontrat.s Si les obligations du fournisseur sarrêtent àla recette-plate-forme ou à la livraison dusystème chez le client, le transfert a lieu àlune ou lautre de ces deux dates,s Si les obligations du fournisseur compren-nent la mise en service du système sur lesite du client, le transfert a lieu à la date de laréception sur site, avec procès-verbal derecette provisoire,s Si les obligations du fournisseur compren-nent la supervision de la mise en service,il est conseillé que le transfert ait lieu à lalivraison.En effet, un transfert anticipé de la propriétéet des risques inverse la charge de la preuveen cas de problème survenant lors de linstal-lation ou mise en service du système. Le clientdoit prouver la faute du fournisseur danslexécution de ses prestations dassistancepour engager la responsabilité de ce dernier.Ceci est plus sécurisant pour le fournisseur, etle client lacceptera dautant plus facilementque le fournisseur reste tenu à son égarddune obligation dassistance, la période degarantie ne courant dans ce cas quà compterde la date de la réception provisoire.Dans les contrats internationaux, lesrisques et la propriété peuvent ne pasêtre transférés simultanément.LIncoterm (International Commercial Term),auquel il est fait référence dans le contrat,induit le moment du transfert des risques. Lestermes et modalités de paiement ou la fiscalitélocale ont des conséquences sur la date àlaquelle on transfère la propriété.Que transfère le fournisseur à lacqué-reur, sans porter atteinte aux droits de pro-priété attachés aux produits et logiciels ?Lauteur du logiciel cède ou concède tout oupartie de ses droits patrimoniaux au moyendu contrat, tout en conservant lintégralité deses droits moraux.s Sil cède à lacquéreur ses droits patrimo-niaux, ce dernier bénéficie de lexclusivitédu droit dutilisation du logiciel,s Sil confère à lacquéreur le droit dutiliserle logiciel, il convient à ce titre de bien défi-nir les limites de cette utilisation.En ne donnant pas lexclusivité du droit dutili-sation, le fournisseur garde la possibilité defournir un système identique ou semblable àdes tiers.Limiter lutilisation à un ou plusieurs sites chezle client, interdit implicitement toute copie delogiciel. Le fournisseur se réserve ainsi la pos-sibilité de développer dautres logiciels pource même client.Lutilisation est également limitée à la conduitede certaines opérations, comme lexécutiondes travaux objets du contrat, la maintenanceou la réparation du système hors garantiecontractuelle.De plus, dans ce cas, il convient dinterdireexpressément au client de transmettre toutou partie des droits qui lui sont concédés àdes tiers, sans laccord préalable du fournis-seur, ou encore de divulguer lexistence et lecontenu des programmes en dehors des casqui peuvent être prévus au contrat.Le transfert depropriété et desrisques
    • GIMELEC- EXERA 34Chapitre 10 (suite)LASPECT JURIDIQUE DU CONTRATDans un but de clarté et compte tenu de lacomplexité de la matière, il est conseillé dedécouper la clause concernant la proprié-té intellectuelle et létendue des droitsconcédés, par thèmes.Il faut distinguer ce qui relève du "dossierconstructeur", qui est en général acquis parle fournisseur soit directement, soit par lin-termédiaire de tiers, et du "dossier dappli-cation", cest-à-dire ce qui est spécialementconçu par le fournisseur pour la réalisation ducontrat.Il faut ensuite préciser qui est propriétaire desdroits sur le contenu de ces dossiers, le four-nisseur en loccurrence, et définir létenduedes droits concédés (en reprenant toutesou certaines des limites indiquées plus haut).Il ne faut pas omettre de mettre à la chargedu client une obligation de confidentialité.Dans la rédactiondu contrat
    • GIMELEC- EXERA 35GLOSSAIREAnalyse fonctionnelleDémarche détude permettant détablir lecahier des charges fonctionnel et les spécifica-tions fonctionnelles.AnomalieDéviation par rapport à ce qui est attendu.Une anomalie justifie une investigation quipeut déboucher sur la constatation dune non-conformité ou dun défaut. (NF X 50-120).Non bloquante ou bloquante : les fonctionsprincipales du système dautomatisation sontou ne sont pas remplies.ApprobationAction daccepter, avec ou sans réserves, lerésultat dune phase de tests (identique àréception).AstreinteTravail en astreinte : le technicien est à la dis-position complète du client.Cahier des charges fonctionnelDocument établi par le demandeur définissantles clauses techniques, les clauses de qualité etles clauses administratives applicables à lafourniture recherchée ; il sert de base à laproposition du fournisseur et pourra fairelobjet dun contrat. (Z 61-102) .Norme 50151Cahier de recettes ou de testsDocument décrivant le contenu des tests derecettes (voir Test).CodageActivité permettant de traduire le résultat dela conception détaillée dun projet ou dunprogramme à laide dun langage de program-mation donné. Cest une des phases du cyclede vie dun logiciel.ComposantElément ou ensemble destiné à remplir unefonction particulière dans un système ou sous-système.(NF X 60-012).ConceptionActivité créatrice qui, partant des besoinsexprimés et des connaissances existantes,aboutit à la définition dun produit satisfaisantces besoins et industriellement réalisable.Configuration logicielleElément de configuration : constituant du logi-ciel dont il est nécessaire de maîtriser la défi-nition et les évolutions, soit en raison de safonction propre dans le logiciel, soit en raisonde ses interfaces avec dautres constituants(documentation, logiciel, fichier de données,fiche de modification…).(Z 61-102).Gestion de configuration : ensemble des activi-tés permettant didentifier et définir les élé-ments de configuration et toutes leurs rela-tions. Elle permet de contrôler les évolutionsdurant le cycle de vie du logiciel, darchiverchacun des états successifs et de vérifier quechacun de ces états est complet et cohérent.(Z 61-102).Conformité – Non-conformitéNon conformité : non-satisfaction aux exi-gences spécifiées. La définition sapplique àlécart ou linexistence dune ou plusieurscaractéristiques par rapport aux exigencesspécifiées.La différence entre non-conformité et défautréside dans le fait que les exigences spécifiéespeuvent être différentes des exigences de luti-lisation prévue. (NF X 50-120).ContournementSolution de contournement : biais permettantdéviter le phénomène défectueux constaté.ContratEnsemble des éléments liant un demandeur etun fournisseur et définissant dune manièreprécise, complète et cohérente leurs obliga-tions respectives. (Z 61-102).ContrôleVérification de la conformité à des donnéespré-établies, suivie dun jugement.Le contrôle peut comporter une activité din-formation, inclure une décision (acceptation,rejet, ajournement) déboucher sur des actionscorrectives. (Z 61-102).
    • GIMELEC- EXERA 36GLOSSAIRE(suite)Cycle de développement dun logicielEnsemble dactivités mises en œuvre dans unordre donné pour réaliser un logiciel. Le cyclede développement commence à lissue de laphase de spécification et se compose desphases de conception préliminaire, conceptiondétaillée, codage, tests unitaires, intégration etvalidation (Z 61-102).Cycle de vie dun logicielEnsemble des phases du cycle de développe-ment précédé par la phase de spécification etsuivi par la phase dexploitation (Z 61-102).DéfautNon satisfaction aux exigences de lutilisationprévue. (NF X 50-120).DéfaillanceAltération ou cessation de laptitude dun bien àaccomplir une fonction requise. (NF X 60 010).DélaiTemps accordé pour réaliser une activité.DocumentationEnsemble de documents sur un sujet détermi-né.A chaque phase du cycle de vie dun logi-ciel est attachée une documentation. Celle-cidoit être complète, précise, compréhensible,accessible et cohérente.(Z 61-102).Donneur dordreEntité qui recherche un produit, émet lecahier des charges en vue de son acquisitionet de son utilisation par elle-même ou pardautres. (NF X 50-150).DysfonctionnementFonctionnement irrégulier, anormal du systè-me, pouvant aller jusquà son blocage.EssaisJeu dessais : ensemble des informations surle process utilisées pour lexécution dunerecette.FiabilitéAptitude dun dispositif à accomplir une fonc-tion requise dans des conditions données,pendant une durée donnée. (NF X 50-120).FonctionOpération réalisée par un système(fungi, functum = sacquitter).FormationAcquisition de connaissances particulières.GarantieEngagement par lequel on répond de la qualitédune fourniture.Hot-lineAssistance téléphonique permanente par untechnicien compétent.IntégrationActivité consistant à assembler progressive-ment les composants dun logiciel ou dun sys-tème, identifiés lors de la conception prélimi-naire et contrôlés lors des tests unitaires.On simule éventuellement les composantsmanquants. (Z 61-102).InterchangeabilitéSe dit de produits qui réalisent des fonctionsidentiques, pour une même qualité de service.Jeu dessaisVoir EssaisLogicielEnsemble des programmes, des procédés etrègles et de la documentation relatifs au fonc-tionnement dun ensemble de traitement delinformation. (Z 61-102).MaintenanceEnsemble dactions tendant à prévenir ou cor-riger les dégradations dun système afin demaintenir ou rétablir sa conformité aux spéci-fications garanties.Maître dOeuvreResponsable pour la partie cliente de la miseen œuvre sur le site de linstallation et de sonsystème dautomatisation.Obligations dinformation et de conseilLe vendeur professionnel doit donner tous lesrenseignements sur lutilisation et conseillerutilement le client par rapport à ses besoins.
    • GIMELEC- EXERA 37GLOSSAIRE(suite)PériodePériode de garantie : période pendant laquellele fournisseur répond de la qualité du systè-me.Période probatoire : période séparant laréception provisoire de la réception définitive.ProcédureDispositions pré-établies pour mener à bienune activité :- de modification,- de recette,- dintervention sous garantie.ProgicielLogiciel dapplication générale destiné à uneclientèle ayant des besoins similaires.ProduitFourniture spécifiable et livrable, résultat duntravail ou dun processus industriel effectuépour répondre à un besoin (GAM-T17).RéceptionAcceptation faisant suite à une recette.- provisoire : approbation du système dansson environnement de destination.- définitive : approbation, à lissue de la pério-de probatoire, du système dans son ensemble.RecetteAction consistant à vérifier par des tests laconformité dun produit à ses spécifications,dans un certain environnement.RéférentielEnsemble de composants (en général dunlogiciel) formellement défini et accepté à unpoint clé, servant de références pour lesphases ultérieures et ne pouvant être modi-fiées que par lintermédiaire dune procédureformalisée. (NF X 60-102).RéservesObservations émises lors dune recette etimpliquant des corrections ou des restrictionsà lapprobation.La réserve est prononcée pendant la récep-tion. Cest un écart qui nest pas bloquantpour lexploitation.RessourcesMoyens matériels ou humains dont on disposepour réaliser une certaine activité.SimulationCréation artificielle des conditions denviron-nement du système.Spécifications fonctionnellesEnsemble des documents décrivant de maniè-re précise, complète et cohérente les fonc-tions que le système va réaliser. Le dossier despécifications prescrit les exigences auxquellesle produit ou le service doit se conformer.Les spécifications peuvent faire référence ouinclure des dessins, des modèles ou dautresdocuments appropriés et indiquer égalementles moyens et les critères suivant lesquels laconformité peut être vérifiée. (NF X 50-120).TestTechnique de contrôle consistant à sassurerque le comportement dun logiciel ou dunsystème est conforme à des données pré-éta-blies. (Z 61-102).TraçabilitéAptitude à retrouver lhistorique, lutilisationou la localisation dun article ou dune activité,au moyen dune identification enregistrée(NF X 50-120).ValidationAction consistant à vérifier par des tests laconformité dun produit à ses spécificationsdans un certain environnement (identique àrecette).Vice-cachéIl y a vice-caché lorsque le vice est antérieur àla vente, caché, inconnu de lacheteur(le vendeur professionnel est présumé avoireu connaissance de ce vice et être de mauvai-se foi).
    • GIMELEC- EXERA 38L’Association des Exploitants d’Equipementsde Mesure, de Régulation et d’Automatisme(EXERA) est une association sans but lucratifqui regroupe les utilisateurs, les ingénieries etintégrateurs de systèmes et d’instrumentsdans les domaines de l’automatisme de pro-duction, de l’instrumentation, de l’analyse etde la mesure pour les essais. L’activité desmembres couvre l’ensemble des secteursd’activités (énergie, gaz, pétrole, chimie, para-chimie, métallurgie, automobile, centres d’es-sais, organismes de recherche, agences…).Leur taille varie de la multinationale à laPME/PMI.Par ses activités et les travaux de ses 22 com-missions techniques, l’EXERA apporte uneaide aux adhérents dans la définition de leursbesoins, la spécification et le choix de solu-tions ou de produits.Elle est le lieu privilégié pour l’organisationdes échanges d’expériences. Elle favorise ledialogue avec le monde de l’offre pour l’ex-pression des besoins en organisant des ‘ClubsUtilisateurs’.En plus de l’aide précitée, ses membres béné-ficient d’un volume important de résultatsd’études fonctionnelles de systèmes, d’évalua-tions de produits (essais en laboratoire et sursites industriels), de guides de choix réalisés àla fois par l’EXERA et deux associations par-tenaires en Europe : EVALUATION INTER-NATIONAL (UK) et le WIB (NL).Enfin, l’EXERA assure la représentation collec-tive des membres auprès des autorités fran-çaises et des offreurs de matériels, mais égale-ment dans le cadre international, notammentpour les relations avec l’Union Européenne.Le Gimélec (Groupement des industries deléquipement électrique, du contrôle-comman-de et des services associés) regroupe 200constructeurs, systémiers et ensembliers de lafilière électricité, automatismes et contrôle-commande. Ils représentent un CA global deprès de 56 milliards de francs (8,5 dEuros) etoeuvrent sur les marchés de lénergie, de lin-dustrie et du tertiaire.Cest autour dune cinquantaine de divisionsde produits toutes orientées marché, consti-tuant le Gimélec, que sorganisent lesréflexions sur les évolutions de la profession :s les évolutions des métierss les évolutions des marchés (contexte fran-çais, européen, mondial)- développement des services- développement des NTIC …s les évolutions techniques et limpact de lanormalisations le développement des thèmes à caractèregénéral.Ainsi, la qualité de fourniture de lénergie élec-trique, la sécurité des installations, la sûreté defonctionnement des process sont autant desujets pris en compte par la profession et quivisent à accroître le niveau de performancedes clients.Afin doptimiser ces axes de développement,les entreprises de la profession ont défini unplan stratégique pour le Gimélec.Il sarticule autour de quatre pôles principaux :s La promotion des nouvelles techniques decommunication, leurs incidences sur les rela-tions avec les professions avales de la filièreélectrique, notamment dans les méthodes decommercialisation (portail, e-business).s La mise en valeur des services offerts par lesconstructeurs.s La définition de référentiels internationale-ment reconnus, relatifs aux nouvelles activités,par le biais notamment de la normalisation etde la certification.s Lélaboration dun cadre contractuel pourfixer les règles commerciales et juridiques enréponse aux nouvelles exigences des clients.,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,GROUPEMENT DES INDUSTRIES DELEQUIPEMENT ELECTRIQUE, DU CONTROLE-COMMANDE ET DES SERVICES ASSOCIESASSOCIATION DES EXPLOITANTSDEQUIPEMENTS DE MESURE,DE REGULATION ET DAUTOMATISME
    • ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,11-17 rue Hamelin75783 Paris Cedex 16 - FranceTél. : +33 (0)1 45 05 70 70Fax : +33 (0)1 47 04 68 57www.gimelec.frParc Technologique ALATA - BP 2F 60550 Verneuil-en HalatteTél. : +33 (0)3 44 24 21 00Fax : +33 (0)3 44 24 20 90www.exera.comMiseenpage:JackGrison