L'économie du documentaire interactif, perpétuer l'heritage ou inventer le futur?
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

L'économie du documentaire interactif, perpétuer l'heritage ou inventer le futur?

on

  • 1,588 views

Cette présentation montre que la création, la distribution et la monétisation de créations se calque en tous points sur l'industrialisation progressive de nos sociétés. Maintenant qu'une ère ...

Cette présentation montre que la création, la distribution et la monétisation de créations se calque en tous points sur l'industrialisation progressive de nos sociétés. Maintenant qu'une ère post industrielle s'ouvre à nous, il est temps de réinventer ces modèles.

Statistics

Views

Total Views
1,588
Views on SlideShare
1,258
Embed Views
330

Actions

Likes
4
Downloads
14
Comments
0

4 Embeds 330

http://benhoguet.com 219
http://www.scoop.it 62
http://storify.com 41
https://twitter.com 8

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel

L'économie du documentaire interactif, perpétuer l'heritage ou inventer le futur? L'économie du documentaire interactif, perpétuer l'heritage ou inventer le futur? Presentation Transcript

  • IDOC ECONOMIE Perpétuer l’héritage ou inventer le Futur? Gerald HOLUBOWICZ @gholubowicz
  • Fondateur de Chewbahat Storytelling Lab Co-fondateur de Storycode Paris Photojournaliste (France, U.S.A) (Abaca, Polaris, Gamma, Corbis) Auteur de The Moneyocracy Project BIO 2  
  • An 1450… ! Allemagne" “Genug ist Genug !"
  • La Bible de Guttemberg!"
  • 80 ans de Désert
  • 400 ans plus tard… + = Une industrie est née !
  • 1878, Lothar Meggendorfer “Genug ist Genug !"
  • De l’opéra
  • Au Vaudeville
  • Au Cinéma
  • L’héritage créatif de Lothar
  • Dans ce monde industriel •  Les  ou(ls  de  produc(on  sont  aux  mains  de  quelques-­‐uns   •  Les  canaux  de  diffusions  sont  rares   •  Les  moyens  de  réalisa(on  sont  chers   •  L’éduca(on  et  l’informa(on  difficile  d’accès   •  Le  public  de  plus  en  plus  demandeur  de  créa(ons  et  d’informa(on.    
  • Vivre (mal) la transition •  Les  modèles  hérités  du  siècle  dernier  s’écroulent.   •  Problèmes  d’an(cipa(on  de  la  part  des  industries.   •  Résistance  naturelle  des  structures.   •  Renforcement  des  mesures  protec(onistes.   •  Recherche  à  tous  crins  d’un  retour  à  l’industrialisa(on     (seule  source  viable  de  revenus).    
  • Dans ce nouveau monde •  Les  ou(ls  de  produc(on  sont  aux  mains  de  tous.   •  Les  canaux  de  diffusions  sont  pléthore   •  Les  moyens  de  réalisa(on  sont  abordables   •  L’éduca(on  et  l’informa(on  difficile  abondantes.   •  Le  public  est  en  surcharge  d’informa(on  et  ne  sais  plus  ou  donner   de  la  tête.    
  • Le NOUVEAU monde la production Les  poli(ques  de  sou(ent  à  la   créa(on  en  France,  en   Belgique,  au  Canada  vouées  à   reculer.     Au  Canada,  le  NFB  à  vu  ses   crédits  revus  à  la  baisse  pour   cause  de  réduc(on  de  la   deNe.       Opposi3on  de  2  modèles  ou   recherche  pragma(que  de   faisabilité?    
  • «  En  Europe,  plus  de  50  %  des  internautes  naviguent   sur  Internet  avec  leur  téléphone  mobile  et  non  plus   leur  ordinateur.  C'est  un  changement  radical...   Comment  pouvons-­‐nous  livrer  des  documentaires  sur   les  téléphones  mobiles  ?   Comment  intégrer  l'aspect     de  la  mobilité  dans  notre     réflexion  documentaire  ?  »   Katerina  Cizek   Le NOUVEAU monde la production
  • Claire  Buffet,  productrice  chez  Turbulent,   «  Le  monde  du  Web,  comme  le  monde  du  documentaire,  a  ses   propres  étapes  de  produc(on  et  de  déploiement.  Le  cycle   de  produc(on  est  différent,  avec  beaucoup  d’interdépendance,   d’itéra(ons  et  d’interrela(ons.       Dans  le  Web,  les  étapes  ne  sont  plus  les  unes  après  les  autres,   mais  les  unes  avec  les  autres.       Les  nouveaux  médias  sont  une  industrie  condi(onnée  par  la   rareté  et  la  cherté  de  la  main  d’oeuvre.  C'est  principalement   une  industrie  de  salariés.  »   Le NOUVEAU monde la production
  • •  Les  auteurs  et  scénaristes  sont  plus  que  jamais  au  centre  du  projet   et  doivent  se  faire  aider  par  des  spécialistes  des  technologies   •  Il  faut  un  lead  créa(f  très  fort  tant  pour  la  créa(on  que  pour  la   produc(on.     •  En  ma(ère  de  financement  on  ne  peut  plus  se  contenter  de  caler   avec  la  ligne  éditoriale  d’un  seul  partenaire   Le NOUVEAU monde la production
  • Ce   ne   sont   pas   seulement   les   équipes  qui  changent,  mais  c’est   également   la   durée   de   vie   des   projets   qui   est   différente,   o b l i g e a n t   à   r e p e n s e r   l’organisaAon  de  la  producAon.   Le NOUVEAU monde la production
  • Peter  Broderick  défend  l’idée  que,  grâce  au   développement  du  numérique,  le  producteur   indépendant  peut  être  totalement  indépendant   tant  au  niveau  de  la  produc(on  que  de  la   distribu(on.  Et  suivant  sa  théorie,  le  producteur   ou  le  réalisateur  indépendants  ont  tout  intérêt  à   prendre  en  charge  eux-­‐mêmes   la  distribu(on  de  leurs  films.   Le NOUVEAU monde la production
  • La distribution DIY •  L’experience  non-­‐linéaire  difficile  à  diffuser   •  L’expérience  linéaire  facile  à  diffuser  et  bénéficie  des  canaux  sur  le  web   •  Le  diffuseur  TV  n’est  pas  le  seul  diffuseur  possible   •  En  fait,  il  est  même  contre-­‐nature  d’envisager  une  distribu(on  web  via  un   diffuseur  TV   •  Nombreuses  plateformes  existent  en  premier  ou  second  circuit.  
  • Les plateformes
  • Snagfilms   La distribution DIY
  • Vodeo   La distribution DIY
  • Vodo   La distribution DIY
  • A  Rajouter  à  ce;e  Liste:     •  Submarine  Channel  –  Hollande   •  Cinelan  –  U.S.A  (format  trés  courts)   •  Babelgum  –  U.S.A   •  Dailymo(on   •  Youtube   •  Vimeo   •  Blip.tv   La distribution DIY
  • LES  LIMITES:     •  Le  seuil  de  rentabilité  lié  à  la  taille  du  marché   •  Le  télédiffuseur  doit  rester  au  coeur  du  disposi(f   •  La  ques(on  des  droits  et  la  mul(plica(on  des  contrats   d’exploita(on   •  De  nouvelles  compétences  et  une  charge  de  travail   supplémentaire  pour  les  réalisateurs  et  les  producteurs   •  Le  rôle  primordial  des  moteurs  de  recherche  :  se  faire  voir   •  L’effet  de  la  longue  traîne  remis  en  ques(on   La distribution DIY
  • Business Model
  • Business Model   •  Un  projet  =  un  business  model   MAIS   •  Les  financements  mixtes  doivent  prévaloir   •  La  recherche  innovante  de  revenus   •  La  tendance  est  au  financement  privé  en   amont,  l’achat  et  le  licensing  en  aval.   •  Mul(plica(on  des  sources  de  revenus.  
  • Business Model   A  considerer  en  termes  de  débouchés:   •  Merchandising  périphérique   •  Ventes  directes  DVD  sur  site   •  Sites  de  streaming   •  Plateformes  de  distribu(on  indépendantes   •  Amazon.com   •  Itunes   •  Licensing  dans  l’éduca(on  
  • Le crowdfunding Le  Web  ne  déclenche  pas  une  levée  de   fonds  spontanée  :  le  travail  de  mobilisa3on   de  la  communauté  puis  de  fidélisa3on  des   donateurs  est  toujours  à  faire  
  • Le crowdfunding   •  Un  système   d’intéressement   aux  bénéfices.   •  Des  plateformes   d’intermédia(on   entre  le  public  et   l’auteur  
  • Le crowdfunding   1.  Les  internautes  misent  sur  un  film  pour  un   montant  égal  ou  supérieur  à  la  valeur  d'une   contrepar(e  choisie.     2.  Les  collectes  durent  un  temps  limité  pendant   lequel  les  par(cipa(ons  se  cumulent  dans  le  but   d'aNeindre  ou  de  dépasser  l'objec(f  minimal   déterminé  par  l’auteur  ou  le  producteur  du  projet.     3.  Tant  que  l'objec(f  n'est  pas  aNeint  les   contribu(ons  des  par(cipants  sont  enregistrées  et   mises  en  aNente,  sans  débit  bancaire  réel.     4.  Le  porteur  de  projet  et  ses  par(cipants  ne   récupèrent,  pour  l'un,  le  montant  collecté,  pour  les   autres,  leurs  contrepar(es,  qu'à  la  condi(on   expresse  que  la  collecte  soit  réussie.  
  • Le crowdfunding   5.  Les  «  collecteurs  »,  pour  être  certains   d’aNeindre  leur  mise,  fixent  des  objec(fs  de   collecte  d’un  montant  qui  tourne  le  plus   souvent  autour  de  10  000  $.     6.  En  soutenant  financièrement  le  film,   l’internaute  acquiert  d’emblée  le  statut  de   spectateur  privilégié  et  il  lui  est  demandé  de   relayer  la  promo(on  du  film  auprès  de  ses   réseaux.     7.  Pour  aorer  l’internaute,  les  plateformes   misent  sur  l’aNrait  de  cadeaux  qui  seront   offerts  aux  contributeurs  :  invita(on  à  la   première,  DVD,  nom  au  générique,  etc.  
  • Le crowdfunding, les plateformes
  • Kickstarter Créé  en  2009     Accès:  U.S.A  &  U.K       En  2012   2,241,475  “backers”   $319,786,629   18,109  projets  financés     10%  de  films  à  Sundance   sont  financés  par   Kickstarter     5%  charges  +  3-­‐5%   Amazon   h;p://www.kickstarter.com/year/2012  
  • Kickstarter Double  fine,  éditeur  de   jeux  vidéos,  a  réuni   $3,335,265    soit  8  fois  de   plus  que  le  montant   demandé  de  $400,000.       Le  dernier  projet  de   Double  fine  a  réuni   $785,000  en  une   semaine.   h;p://www.kickstarter.com/year/2012  
  • 1er film Kickstarter a gagner un
  • Indiegogo Créé  en  2008     Acces:  InternaAonal     Possibilité  de  reArer  les   fonds  même  en  cas   d’echec.     4%  charges  +  3%  de   process  carte  de  crédit  +   25$  pour  les  campagnes   non-­‐U.S    
  • KissKissBankBank
  • Ulule
  • KickSaver (un outil) Kicksaver  permet  de   sauver  les  projets   Kickstater  sur  le   point  de  terminer   www.kicksaver.net  
  • The  Age  of  Stupid  |  Spanner  Films   •  £450.000  recueillis   •  Objec(f:  toucher  58   millions  de  spectateurs   avant  le  sommet  de   Copenhague.   •  Sor(e:  22  septembre  2009   •  700  salles  +  free  online  en   streaming  pendant  1  mois.  
  • IronSky  |  Blind  Spot  Pictures   •  $300.000  en   Crowdfunding   •  $900.000  en   Crowdinvestment   •  $6.000.000  financement   classique.     •  Crowdsourcing  via   “wreckamovie.com”  
  • En  France   •  Paroles  de  Roumains  |  Marianne  Rigaux   •  Arevah  |  Micha  Patault   •  L’autre  élec(on  |  Igal  Kohen   •  Et  bien  d’autres…  
  • Autres Solutions de Monétisation
  • Players VOD – VHX
  • Players VOD – VHX (films)
  • Players VOD – BitTorrent Bundle Beta  mode  
  • Players VOD - Dynamo
  • Players VOD – Film DIY
  • Players VOD – IndiePIX Film
  • Merci …