Cartographie 2.0 : quand les amateurs se transforment en capteurs

738
-1

Published on

La convergence des SIG avec les TIC (Internet, téléphonie mobile) et les systèmes de géolocalisation (GPS) a modifié à la fois l’accessibilité comme les usages des SIG en offrant la possibilité au grand public d’interagir de manière croissante avec les cartes et les données (cartes interactives, globes virtuels, GPS, services mobiles géolocalisés, etc.). Parallèlement, le Web 2.0 a donné naissance à une culture de la contribution qui se caractérise par la montée en puissance des amateurs. Aujourd’hui le grand public lit et écrit les cartes de manière croissantes à l’image d’applications comme Google Maps ou OpenStreetMap. Au-delà d’un artefact marketing, la cartographie 2.0 est en passe de transformer assez radicalement les approches de la cartographie et plus spécifiquement celles de cartographie participative. Si les méthodes sur lesquelles s’appuie cette nouvelle forme de cartographie sont moins rigoureuses que celles des professionnels (métadonnées, mécanisme de validation, sémiologie graphique…), elles correspondent néanmoins à de nouveaux usages auxquels il convient de s’intéresser. En effet, sur le Web 2.0, les initiatives de cartographie participatives (publiques comme privés) se multiplient dans divers domaines (services aux citoyens, environnement, transports, loisirs, sciences,…). Cette communication explore le concept de science citoyenne, terme utilisé pour décrire l’engagement des citoyens dans le processus de collecte de données scientifiques. Plus spécifiquement, elle s’attache à décrire le développement d’une science de l’information géographique citoyenne, basée sur les contributions localisées des individus. Afin de démontrer les potentialités de la cartographie 2.0 pour ce type d’initiatives, nous présenterons une série de d’initiatives récentes s’appuyant sur le concept de « citoyens capteurs » pour alimenter la connaissance collective (observations de la faune et de la flore, relevés de pollutions atmosphérique et sonore, aménagement participatif, gestion de crise, etc.). Puis nous discuterons des enjeux, des perspectives et de l’implication des amateurs dans des contextes professionnels (commerciaux ou scientifiques).

Published in: Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
738
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
36
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • .0 D’un côté les technologies et les pratiques spatiales convergent et se combinent dans une perspective de complémentarité, de l’autre, les usages du Web évoluent vers des formes plus matures de socialisation et de participation - Donne lieu à une grande diversité de pratiques tant au niveau de la consultation (calcul d’itinéraires, globes virtuels, services mobiles géolocalisés, etc.) que de la production de données géospatiales (cartographie personnelle, vectorisation des plans, géotagging, relevés GPS, etc.). - Le Web 2.0 se caractérise par des évolutions technologiques et une (r)évolution des usages L’utilisateur devient acteur du système, recentrage sur lui Création et agrégation de contenu, développement d’applications Environnements personnels et personnalisables - (carte malléables, agrégatives, participatives, sociales, tridimensionnelles, ludiques,…) - De la représentation de l’I.G. à la représentation géographique de l’information
  • - le géoweb est une plate forme où l'usager est appelé à créer des contenus, à les échanger et à les mélanger. - Thématiques diverses, diversification des contenus et volumes exponentiels Affichage dynamique, iconographie multiple, superposition,… -Nouvelles pratiques spatiales avec les GPS (géocaching, POI et de traces) - des communautés de pratiques organisées, enrichissement des GPS -Enrichissement de l’information localisée (objective et subjective) / Création de nouveaux contenus par le biais d’applications cartographiques et - Géoréférencement des contenus disponibles (photos, vidéos, articles,…)
  • - le géoweb est une plate forme où l'usager est appelé à créer des contenus, à les échanger et à les mélanger. - Thématiques diverses, diversification des contenus et volumes exponentiels Affichage dynamique, iconographie multiple, superposition,… -Nouvelles pratiques spatiales avec les GPS (géocaching, POI et de traces) - des communautés de pratiques organisées, enrichissement des GPS -Enrichissement de l’information localisée (objective et subjective) / Création de nouveaux contenus par le biais d’applications cartographiques et - Géoréférencement des contenus disponibles (photos, vidéos, articles,…)
  • - le géoweb est une plate forme où l'usager est appelé à créer des contenus, à les échanger et à les mélanger. - Thématiques diverses, diversification des contenus et volumes exponentiels Affichage dynamique, iconographie multiple, superposition,… -Nouvelles pratiques spatiales avec les GPS (géocaching, POI et de traces) - des communautés de pratiques organisées, enrichissement des GPS -Enrichissement de l’information localisée (objective et subjective) / Création de nouveaux contenus par le biais d’applications cartographiques et - Géoréférencement des contenus disponibles (photos, vidéos, articles,…)
  • - le géoweb est une plate forme où l'usager est appelé à créer des contenus, à les échanger et à les mélanger. - Thématiques diverses, diversification des contenus et volumes exponentiels Affichage dynamique, iconographie multiple, superposition,… -Nouvelles pratiques spatiales avec les GPS (géocaching, POI et de traces) - des communautés de pratiques organisées, enrichissement des GPS -Enrichissement de l’information localisée (objective et subjective) / Création de nouveaux contenus par le biais d’applications cartographiques et - Géoréférencement des contenus disponibles (photos, vidéos, articles,…)
  • - le géoweb est une plate forme où l'usager est appelé à créer des contenus, à les échanger et à les mélanger. - Thématiques diverses, diversification des contenus et volumes exponentiels Affichage dynamique, iconographie multiple, superposition,… -Nouvelles pratiques spatiales avec les GPS (géocaching, POI et de traces) - des communautés de pratiques organisées, enrichissement des GPS -Enrichissement de l’information localisée (objective et subjective) / Création de nouveaux contenus par le biais d’applications cartographiques et - Géoréférencement des contenus disponibles (photos, vidéos, articles,…)
  • - le géoweb est une plate forme où l'usager est appelé à créer des contenus, à les échanger et à les mélanger. - Thématiques diverses, diversification des contenus et volumes exponentiels Affichage dynamique, iconographie multiple, superposition,… -Nouvelles pratiques spatiales avec les GPS (géocaching, POI et de traces) - des communautés de pratiques organisées, enrichissement des GPS -Enrichissement de l’information localisée (objective et subjective) / Création de nouveaux contenus par le biais d’applications cartographiques et - Géoréférencement des contenus disponibles (photos, vidéos, articles,…)
  • - le géoweb est une plate forme où l'usager est appelé à créer des contenus, à les échanger et à les mélanger. - Thématiques diverses, diversification des contenus et volumes exponentiels Affichage dynamique, iconographie multiple, superposition,… -Nouvelles pratiques spatiales avec les GPS (géocaching, POI et de traces) - des communautés de pratiques organisées, enrichissement des GPS -Enrichissement de l’information localisée (objective et subjective) / Création de nouveaux contenus par le biais d’applications cartographiques et - Géoréférencement des contenus disponibles (photos, vidéos, articles,…)
  • .0 D’un côté les technologies et les pratiques spatiales convergent et se combinent dans une perspective de complémentarité, de l’autre, les usages du Web évoluent vers des formes plus matures de socialisation et de participation - Donne lieu à une grande diversité de pratiques tant au niveau de la consultation (calcul d’itinéraires, globes virtuels, services mobiles géolocalisés, etc.) que de la production de données géospatiales (cartographie personnelle, vectorisation des plans, géotagging, relevés GPS, etc.). - Le Web 2.0 se caractérise par des évolutions technologiques et une (r)évolution des usages L’utilisateur devient acteur du système, recentrage sur lui Création et agrégation de contenu, développement d’applications Environnements personnels et personnalisables - (carte malléables, agrégatives, participatives, sociales, tridimensionnelles, ludiques,…) - De la représentation de l’I.G. à la représentation géographique de l’information
  • .0 D’un côté les technologies et les pratiques spatiales convergent et se combinent dans une perspective de complémentarité, de l’autre, les usages du Web évoluent vers des formes plus matures de socialisation et de participation - Donne lieu à une grande diversité de pratiques tant au niveau de la consultation (calcul d’itinéraires, globes virtuels, services mobiles géolocalisés, etc.) que de la production de données géospatiales (cartographie personnelle, vectorisation des plans, géotagging, relevés GPS, etc.). - Le Web 2.0 se caractérise par des évolutions technologiques et une (r)évolution des usages L’utilisateur devient acteur du système, recentrage sur lui Création et agrégation de contenu, développement d’applications Environnements personnels et personnalisables - (carte malléables, agrégatives, participatives, sociales, tridimensionnelles, ludiques,…) - De la représentation de l’I.G. à la représentation géographique de l’information
  • .0 D’un côté les technologies et les pratiques spatiales convergent et se combinent dans une perspective de complémentarité, de l’autre, les usages du Web évoluent vers des formes plus matures de socialisation et de participation - Donne lieu à une grande diversité de pratiques tant au niveau de la consultation (calcul d’itinéraires, globes virtuels, services mobiles géolocalisés, etc.) que de la production de données géospatiales (cartographie personnelle, vectorisation des plans, géotagging, relevés GPS, etc.). - Le Web 2.0 se caractérise par des évolutions technologiques et une (r)évolution des usages L’utilisateur devient acteur du système, recentrage sur lui Création et agrégation de contenu, développement d’applications Environnements personnels et personnalisables - (carte malléables, agrégatives, participatives, sociales, tridimensionnelles, ludiques,…) - De la représentation de l’I.G. à la représentation géographique de l’information
  • .0 D’un côté les technologies et les pratiques spatiales convergent et se combinent dans une perspective de complémentarité, de l’autre, les usages du Web évoluent vers des formes plus matures de socialisation et de participation - Donne lieu à une grande diversité de pratiques tant au niveau de la consultation (calcul d’itinéraires, globes virtuels, services mobiles géolocalisés, etc.) que de la production de données géospatiales (cartographie personnelle, vectorisation des plans, géotagging, relevés GPS, etc.). - Le Web 2.0 se caractérise par des évolutions technologiques et une (r)évolution des usages L’utilisateur devient acteur du système, recentrage sur lui Création et agrégation de contenu, développement d’applications Environnements personnels et personnalisables - (carte malléables, agrégatives, participatives, sociales, tridimensionnelles, ludiques,…) - De la représentation de l’I.G. à la représentation géographique de l’information
  • Cartographie 2.0 : quand les amateurs se transforment en capteurs

    1. 1. Cartographie 2.0 Quand les amateurs se transforment en capteurs Boris Mericskay , doctorant, Département de géographie Stéphane Roche , professeur, Département des sciences géomatiques
    2. 2. Les 20 prochaines minutes… <ul><li>La géomatique change de visage, traditionnellement réservée aux professionnels, elle se démocratise aujourd’hui auprès du grand public sous des formes variées </li></ul><ul><li>Faire le point sur les pratiques des amateurs pour produire de l’information spatiale dans des contextes professionnels (contexte, exemples, tendances, enjeux,…) </li></ul>
    3. 3. <ul><li>Convergence des SIG et du Web 2.0 </li></ul><ul><ul><li>Les SIG ont profondément évoluée depuis 10 ans </li></ul></ul><ul><ul><li>Emergence du Web géographique ( géoweb ) - composante du Web </li></ul></ul><ul><ul><li>Convergence et complémentarité des techniques et des pratiques </li></ul></ul><ul><ul><li>Evolution des usages du Web (2.0) vers des formes participatives </li></ul></ul><ul><ul><li>De la consultation à l’interaction avec les contenus </li></ul></ul><ul><ul><li>Développement d’une culture de la contribution </li></ul></ul><ul><ul><li>Transformation du rôle de l’amateur </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Outils similaires, mise en réseaux, nouveaux apprentissages </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Rupture quantitative et qualitative des pratiques </li></ul></ul>Le géoweb
    4. 4. <ul><li>Démocratisation de l’usage des SIG </li></ul><ul><ul><li>Ensemble d’outils pour lire ET écrire les cartes (affichage, navigation, outils d’édition, catalogage, publication,…) </li></ul></ul><ul><ul><li>Pratiques de consultation et de production de données spatiales </li></ul></ul><ul><ul><li>Convergence avec la géolocalisation (GPS, smartphones) </li></ul></ul><ul><ul><li>L’émergence de l’information géographique volontaire </li></ul></ul><ul><ul><li>Nouvelles modalités de production des données spatiales et diversification des producteurs </li></ul></ul>La culture de la contribution
    5. 5. Initiatives commerciales <ul><li>Usages des professionnels (MAJ des bases de données) </li></ul><ul><ul><li>Le crowdsourcing comme nouveau modèle économique </li></ul></ul><ul><ul><li>Externalisation, «  capter les données pour les valoriser » </li></ul></ul><ul><ul><li>Généralisation auprès des producteurs de données privés et publics </li></ul></ul><ul><ul><li>Tele-atlas, Navteq, Tom-Tom Map Share (10 millions de corrections et 45 millions d’usagers) </li></ul></ul><ul><ul><li>Google Maps Maker (unique source de MAJ au E.U.) </li></ul></ul><ul><ul><li>Incorporation d’OSM dans Bing Maps, usages dans des collectivités </li></ul></ul>
    6. 6. Sciences citoyennes ? <ul><li>Programmes de recherche associant des scientifiques et une participation d'amateurs volontaires </li></ul><ul><ul><li>Les volontaires sont invités faire (selon des protocoles) des observations, des mesures, des échantillonnages ou des comptages </li></ul></ul><ul><ul><li>Données transmises aux scientifiques pour êtres analysées/utilisées </li></ul></ul><ul><ul><li>Encore rare et mal connue, elle est reconnue dans certains domaines (biologie, ornithologie, astronomie,…) </li></ul></ul><ul><li>Avantages et bénéfices </li></ul><ul><ul><li>Obtenir de nombreuses données </li></ul></ul><ul><ul><li>Vastes espaces et longues périodes </li></ul></ul><ul><ul><li>Faibles investissements financiers </li></ul></ul><ul><ul><li>Un moyen pour démocratiser la science </li></ul></ul>
    7. 7. Des citoyens « capteurs » <ul><li>Citizen as sensor (Goodchild, 2007) </li></ul><ul><ul><li>Remise en cause de la compétence unique des professionnels </li></ul></ul><ul><ul><li>Approche hybride basée sur le recours aux dispositifs de géolocalisation, pour impliquer les citoyens </li></ul></ul><ul><ul><li>Chaque être humain capable d'agir comme un capteur intelligent, faire des observations, des relevés,… </li></ul></ul><ul><ul><li>Accessibilité accrue aux dispositifs mobiles (GPS) </li></ul></ul><ul><li>Du statut de contributeur à celui de capteur </li></ul><ul><ul><li>Pratique du reporting (compte-rendu) </li></ul></ul><ul><ul><li>Captation automatique et tracking </li></ul></ul><ul><ul><li>Une série d’initiatives… </li></ul></ul>
    8. 8. Quelques initiatives <ul><li>Relevé de pollutions urbaines (mesurer, relever) </li></ul>
    9. 9. Quelques initiatives <ul><li>Relevé de pollutions urbaines (mesurer, relever) </li></ul>
    10. 10. Quelques initiatives <ul><li>Observations de la flore (identifier et rapporter) </li></ul>
    11. 11. Quelques initiatives <ul><li>Observations de la faune (identifier, suivre et rapporter) </li></ul>
    12. 12. Quelques initiatives <ul><li>Observations de la faune (identifier, suivre et rapporter) </li></ul>
    13. 13. Quelques initiatives <ul><li>En temps de crises (cartographier, témoigner et rapporter) </li></ul>
    14. 14. Quelques initiatives <ul><li>Alerter les services techniques (signaler des problèmes) </li></ul>
    15. 15. <ul><li>Ces données soulèvent de nombreux questionnements </li></ul><ul><ul><li>L’expertise (géographique) des contributeurs </li></ul></ul><ul><ul><li>Distinction professionnels vs. amateur liée à la complexité du sujet </li></ul></ul><ul><ul><li>L’objet géographique (carte) est familier à tout un chacun, tout individu a l’impression de le pratiquer quotidiennement </li></ul></ul><ul><ul><li>L’information géographique repose sur un ensemble de critères spécifiques (précision, documentation, licences,…) </li></ul></ul><ul><li>Données officielles vs données amateurs </li></ul><ul><ul><li>La question de l’utilisabilité des données </li></ul></ul><ul><ul><li>Des problèmes de natures culturels se posent </li></ul></ul><ul><ul><li>Requestionner certaines doctrines profondément </li></ul></ul><ul><ul><li>ancrées dans les sciences </li></ul></ul>Enjeux de l’I.G. Volontaire
    16. 16. <ul><li>Qualité et confiance accordée aux données amateurs </li></ul><ul><ul><li>Absence de spécifications formelles relatives à la qualité des données (métadonnées) = frein </li></ul></ul><ul><ul><li>Nécessité d’une documentation pour une meilleure utilisation (légitimité) </li></ul></ul><ul><ul><li>La question juridique (licences, responsabilité) </li></ul></ul><ul><li>Tout dépend de l’usage des données </li></ul><ul><ul><li>Qualité interne (donnée et réalité) précision, MAJ, exhaustivité,… </li></ul></ul><ul><ul><li>Qualité externe (données et besoins des usagers) spécifications, topologie, fraicheur,… </li></ul></ul><ul><ul><li>Des exigences différentes selon l’utilisateur final </li></ul></ul>Enjeux de l’I.G. Volontaire
    17. 17. <ul><li>La question de l’hétérogénéité et de l’incertitude </li></ul><ul><ul><li>L’hétérogénéité est inhérente au géoweb (couverture et exhaustivité) </li></ul></ul><ul><ul><li>L’incertitude n’est pas un critère que l’on pourrait éliminer par un resserrement des protocoles de collecte </li></ul></ul><ul><ul><li>Davantage comme une partie intégrante de toute collecte de données </li></ul></ul><ul><ul><li>Systèmes cartographiques collaboratifs prenant en compte l’incertitude géographique des contributions </li></ul></ul>Enjeux de l’I.G. Volontaire
    18. 18. <ul><li>Mécanismes de validation des données </li></ul><ul><ul><li>Systèmes de gestion des contenus cartographiques permettent d’assurer davantage la qualité des données (GeoCMS, clavargade, wiki) </li></ul></ul><ul><ul><li>Profil du contributeur, corrélation avec des observations similaires, système de validation collective, traçabilité des actions,… </li></ul></ul><ul><ul><li>Cartes argumentaires -argumaps- (Rinner et al, 2008) </li></ul></ul><ul><ul><li>WikiSIG , produire de manière itérative (Roche et al., 2011). </li></ul></ul>Enjeux de l’I.G. Volontaire
    19. 19. <ul><li>Des outils pour lire et écrire les cartes </li></ul><ul><ul><li>Démocratisation de la géomatique (outils simples et accessibles) </li></ul></ul><ul><ul><li>Engouement du grand public pour la géolocalisation </li></ul></ul><ul><ul><li>Nouvelles manières de produire de l’information géographique (réseaux) </li></ul></ul><ul><ul><li>Convergence avec la géolocalisation (GPS, applications smartphones,…) </li></ul></ul><ul><ul><li>Prolifération de données provenant des amateurs </li></ul></ul><ul><ul><li>Nombreuses initiatives illustrent bien les potentialités </li></ul></ul><ul><li>Des défis a relever pour les professionnels </li></ul><ul><ul><li>Organisations territoriales (gestion et aménagement du territoire) </li></ul></ul><ul><ul><li>Entreprises (MAJ et enrichissement des bases de données) </li></ul></ul><ul><ul><li>Scientifiques (collecte de données, sensibilisation de la société civile) </li></ul></ul>Conclusion
    20. 20. <ul><li>Différents rôles pour les amateurs </li></ul><ul><ul><li>Les amateurs comme sources d’informations exploitables et utiles </li></ul></ul><ul><ul><li>Production des fonds de cartes (référentiels routiers) </li></ul></ul><ul><ul><li>Corrections et mises à jours des données </li></ul></ul><ul><ul><li>Signalements et observation de problèmes, de phénomènes,… </li></ul></ul><ul><li>Importance d’encadrer ce type d’initiatives </li></ul><ul><ul><li>Assurer la formation des contributeurs et surtout le suivi des contributions </li></ul></ul><ul><ul><li>Développer un sentiment d’utilité voire d’appartenance </li></ul></ul><ul><ul><li>La communauté doit se structurer autour de l’outil (OSM) </li></ul></ul>Enjeux de l’IGV <ul><ul><li>La maîtrise du cycle de vie de ces données hybrides, de leur acquisition à leur valorisation est un élément central des projets </li></ul></ul>
    21. 21. Merci de votre attention [email_address] [email_address]

    ×