Revue de presse_de_la_cgem_du_5_au_17_avril_2010

1,199 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,257
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
12
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Revue de presse_de_la_cgem_du_5_au_17_avril_2010

  1. 1. Du 05 au 17 Avril 2010
  2. 2. CGEM • Fédérations • Commissions VISA : Les membres de la CGEM «favorisés» ........................................... 3 Le 2-ème forum maghrébin des hommes d'Affaires, les 10 et 11 mai à Tunis ............. 3 «La tension sur les salaires gêne l’attractivité du pays», Entretien avec Mohamed Horani, président de la CGEM ......................................................... 4 ٍُ‫5 .......................... انسُذ حىراٍَ :انًُثاق انىطٍُ نإلقالع انصُاعٍ أعطً دفعت غُر يسبىقت نالقتصاد انىط‬ Le PNEI a donné une impulsion sans précédent au secteur de l'industrie, Président de la CGEM .............................................................................. 6 ‫7 ................................................. انشايٍ َقذو انُىو حصُهت انسُاست انصُاعُت‬ ‫7 ......................................................... حىراٍَ َُشئ يذ وَته انخاصت‬ Le président de la CGEM lance son blog ............................................... 8 La CGEM facilite l’accès à l’UE ...................................................... 8 Des Polonais à Tanger ................................................................ 9 «Plus de contrôle pour de meilleurs résultats», Youssef Benamansour président de la FNPI ................................................................................. 9 Assises de l’industrie : Ce que veulent les opérateurs .............................. 10 ‫11 ........................................ انحكىيت تخىض تحذٌ اإلقالع انصُاعٍ رغى صعىبت انظرفُت‬ ‫21 ..................................... أوسًت يهكُت نًكافأة تحفُز االَخراط فٍ انًُثاق انىطٍُ نهصُاعت‬ ‫31 .................................................. رئُس انباطروَا َؤكذ انذفعت انقىَت نهًُثاق‬ ‫31 ................................................ انشايٍ َذعى إنً تحسٍُ يُاخ األعًال بانًغرب‬ ‫41 ........................... يقاوالث األوفشىرَُغ استفادث يٍ 03 يهُىٌ درهى فٍ شكم تعىَضاث ضرَبُت‬ Immobilier : Les marges de la discorde .............................................. 15
  3. 3. CGEM • Fédérations • Commissions Meknès. Action en faveur de la compétitivité des PME ................................ 16 180 entreprises catégorisées en douane et 400 autres sur la liste d'attente ......... 16 L’automobile tourne une page difficile : Entretien avec Larbi Belarbi, président de la Fédération de l’automobile .......................................................... 16 Six ans après la première normalisation, une nouvelle loi pour régir les copropriétés 18 PME : Toujours la plaie des impayés ................................................. 19 La commission PME en tournée régionale .............................................. 19 Délais de paiement : Nouvelle sortie du patronat .................................... 20 Le Millenium Challenge Compact présenté au patronat ................................. 20 Agroalimentaire : Ce que pèse la filière ............................................ 20 Entretien avec Mohamed Horani : «Il est temps de réglementer les délais de paiement». 21 Des consultants belges en prospection ............................................... 23 PME : La CGEM plaide pour plus de sensibilisation ................................... 23 Signature du contrat-programme logistique? ......................................... 23 Tourisme durable : Les fédérations se mobilisent .................................... 24 Patronat la CGEM pousse les entreprises vers le marché vert ......................... 24 La CGEM célèbre la Journée de la Terre ............................................. 25 Le président de la chambre des conseillers reçoit M. HORANI ........................ 26 Commission Economie. Conférence-débat sur l’intelligence économique ................. 26 Trois questions à M.Chakib BELKHADIR, président de la fédération du commerce et services ............................................................................ 27
  4. 4. CGEM •Fédérations •Commissions 05/04/2010 VISA : Les membres de la CGEM «favorisés» L’information a été relayée par la CGEM Infos. La confédération patronale a signé une convention avec le consulat de France à Casablanca pour faciliter l’accès à ses membres et leurs employés pour l’obtention du visa Schengen. Ledit consulat a ainsi dédié des guichets et des tranches horaires pour un accueil privilégié. Les réponses aux dossiers présentés devront être données sous 48 heures. Challenge Hebdo 06/04/2010 Le 2-ème forum maghrébin des hommes d'Affaires, les 10 et 11 mai à Tunis Le 2-ème forum maghrébin des hommes d'Affaires aura lieu, les 10 et 11 mai à Tunis, avec la participation de plusieurs acteurs économiques, hommes d'affaires, chercheurs et responsables gouvernementaux appartenant aux cinq pays du Maghreb. Lors d'un point de presse, le président de l'Union tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (UTICA), M. Hédi Djilani a indiqué que ce forum qui sera organisé sous le signe "Pour une entreprise maghrébine", sera marqué par la participation d'environ 1000 hommes d'affaires venus de l'Union du Maghreb Arabe. Y participeront également 200 hommes d'affaires représentant la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), outre des ministres et responsables des départements du commerce, d'industrie, des douanes et des transports. Challenge Hebdo Ce forum, qui sera organisé à l'initiative de l'Union maghrébine des employeurs "UME", en collaboration avec l'UTICA et le groupe libanais Al Iktissad Wal Aamal, vise à renforcer la complémentarité économique entre les pays de la région. Cette rencontre sera également l'occasion de rechercher les opportunités de mise en oeuvre de partenariats entre les hommes d'affaires des pays maghrébins, de débattre du rôle des établissements bancaires dans le financement de projets communs. Il s'agit également d'échanger les points de vue entre les acteurs économiques et les hommes d'affaires sur les moyens susceptibles de développer l'entreprise économique dans la région maghrébine et la promouvoir pour qu'elle soit en mesure de faire face à la compétition étrangère, et de transcender les obstacles qui entravent la réalisation d'une complémentarité réelle à l'échelle maghrébine. Au programme de ce forum figurent, en outre, des réunions de travail consacrées à l'examen des effets de la crise économique internationale sur les économies de la région et aux moyens de développer les échanges commerciaux entre les pays maghrébins. Les participants pourront également assister aux exposés qui seront présentés par des experts européens et arabes sur les expériences de l'Union européenne (UE) en matière d'intégration économique et du Conseil de Coopération du Golfe (CCG). MAP 3
  5. 5. CGEM •Fédérations •Commissions «La tension sur les salaires gêne l’attractivité du pays», Entretien avec Mohamed Horani, président de la CGEM · Impliquer davantage le privé dans les stratégies de développement · Avantages accordés à l’offshoring, pas à l’industrie IT local - L’Economiste: Quel bilan le patronat fait-t-il du pacte Emergence? - Mohamed Horani: Le bilan est globalement positif. Ce qui est intéressant dans ce pacte c’est la stratégie d’implémentation industrielle sectorielle à travers le partenariat public privé, qu’il faudra renforcer davantage. Une stratégie sectorielle est conçue et pensée pour les opérateurs. Ces derniers doivent donc impérativement participer à son élaboration et être impliqués dans son implémentation. - Est-ce que c’est le cas pour ce pacte? - Absolument. D’un autre côté, dans toute stratégie moyen et long termes, on peut imaginer des choses au moment de l’élaboration de la stratégie et lorsqu’on commence à implémenter l’on se rend compte qu’il y a une évolution, des changements sur le terrain. Le fait d’impliquer le privé permet d’adapter cette stratégie aux mutations et évolutions des secteurs concernés. Ce plan concerne six secteurs dont 4 nouveaux métiers et 2 secteurs «traditionnels» qu’il va falloir moderniser. Ceci dit, par rapport à ce choix, on est interpelé. Qu’en est-il pour les autres industries. Au risque de ne pas être exhaustif, je citerai l’industrie pharmaceutique qui, au lieu de l’encourager, on est en train de la condamner. Ce qui est dommage. L’autre exemple, c’est le secteur des industries métallurgiques (IMME) qui réalise un chiffre d’affaires de près de 7 milliards de DH. Je ne suis pas en train de critiquer le gouvernement mais également le privé. Je demande aux fédérations concernées de bouger et de monter avec leurs ministères de tutelle des contrats-programmes avec l’appui de la CGEM. Il faut également des mesures pour les industries qui ne sont pas dans le pacte, au-delà des chantiers transversaux. - Quid des compétences? - Cette question mérite à elle seule tout un débat. De l’avis général, par rapport au secteur des TI, il y a problème du fait de la contradiction manifeste. Il y a une industrie locale, qui a été prise en compte par le plan Maroc Numeric 2013, mais qui ne bénéficie pas des mêmes mesures et incitations accordées à l’offshoring notamment à l’ITO alors que c’est le même métier. Il va falloir corriger cette anomalie. Par ailleurs, il y a suffisamment de candidats sur le marché, beaucoup de nouveaux et peu de personnes expérimentées. Ce qui est tout à fait normal. Lorsqu’on a lancé l’offshoring on s’est retrouvé avec une offre d’emplois importante pour des profils expérimentés. Il fallait puiser chez la concurrence. Ce qui a crée une inflation des salaires alors que l’un des arguments d’attractivité du Maroc porte sur les coûts. L’Economiste 4
  6. 6. ‫‪CGEM •Fédérations •Commissions‬‬ ‫0102/40/70‬ ‫اُغ٤ذ ؽٞساٗ٢ :أُ٤ضبم اُٞع٘٢ ُإلهالع اُظ٘بػ٢ أػغ٠ دكؼخ ؿ٤ش ٓغجٞهخ ُالهزظبد اُٞع٘٢‬ ‫أًذ سئ٤ظ االرؾبد اُؼبّ ُٔوبٝالد أُـشة اُغ٤ذ ٓؾٔذ ؽٞساٗ٢ ، اُ٤ّٞ األسثؼبء ك٢ اُذاس اُج٤ضبء ، إٔ أُ٤ضبم اُٞع٘٢ ُإلهالع اُظ٘بػ٢ أػغ٠ دكؼخ ؿ٤ش ّ عجٞهخ‬ ‫كش ك٤ٜب أُـشة ػِ٠‬ ‫ُالهزظبد اُٞع٘٢ ، ًٔب أثبٕ ػٖ ٗغبػخ ًج٤شح ٖٓ خالٍ اػزٔبد ثشاؿٔبر٤خ اهزظبد٣خ روّٞ ػِ٠ ضشٝسح رشً٤ض اُغٜٞد ػِ٠ أُ٤بد٣ٖ اُز٢ ٣زٞ‬ ‫ٓٔ٤ضاد ر٘بكغ٤خ ٝاضؾخ ٝهبثِخ ُالعزـالٍ.‬ ‫ٝهبٍ اُغ٤ذ ؽٞساٗ٢ ، ك٢ ػشع أٓبّ طبؽت اُغالُخ أُِي ٓؾٔذ اُغبدط ثٔ٘بعجخ رشؤط عالُزٚ اكززبػ أُ٘بظشح االُٝ٠ ُِظ٘بػخ ، إٔ ٛزا آٍ٤ضبم "ٗغؼ ٖٓ خالٍ‬ ‫أُجبدسح اُخبطخ ٝاُذٝس أُؾشى ُِذُٝخ ، ك٢ ئػغبء دكؼخ ؽ٣ش ٓغجٞهخ ُالهزظبد اُٞع٘٢، ٓٔب ٣إًذ ؽبعخ اُ٘شبط االهزظبد١ ئُ٠ سؤ٣خ اعزشار٤غ٤خ ٝٓخغغبد ػَٔ‬ ‫ٝآُ٤بد ُِزٞع٤ٚ."‬ ‫ح‬ ‫ٝػجش سئ٤ظ االرؾبد اُؼبّ ُٔوبٝالد أُـشة ػٖ اسر٤بػ أُٜ٘٤٤ٖ ئصاء اُ٘زبئظ االُٝ٠ اُز٢ رْ رؾو٤وٜب ك٢ ًَ هغبع ػِ٠ ؽذح ثبُٜٖٔ اُغذ اُذُٝ٤خ ُِٔـشة ٝأُزٔضَ‬ ‫ك٢ رشؽ٤َ اُخذٓبد (االكشٞس٣٘ؾ) ٝط٘بػخ اُغ٤بساد ٝط٘بػخ أعضاء اُغبئشاد ٝاالٌُزشٝٗ٤ي ٝاُ٘غ٤ظ ٝاُغِذ ٝاُظ٘بػخ اُـزائ٤خ.‬ ‫ٝأٝضؼ ، ك٢ ٛزا اُغ٤بم ، إٔ هغبع االٝكشٞس٣٘ؾ أضؾ٠ ٣شـَ اُ٤ّٞ 03 اُق شخض ٝؽون ع٘خ 9002 سهْ ٓؼبٓالد خبطخ ثبُزظذ٣ش ٣لٞم أسثؼخ ٓال٣٤ش ٝ 005‬ ‫ِٓ٤ٕٞ دسْٛ.‬ ‫ْٛ ُزشً٤ت 004‬ ‫ٝثبُ٘غجخ ُوغبع اُغ٤بساد ،أشبس اُغ٤ذ ؽٞساٗ٢ ئُ٠ إٔ أُـشة ُٝظ ػبُْ ٓ٘زغ٢ اُغ٤بساد ٖٓ ثبثٚ اُٞاعغ ٖٓ خالٍ اُششٝع ك٢ ئؽذس ٓظ٘غ ّ‬ ‫أُق ع٤بسح ع٘ٞ٣ب.‬ ‫أٓب ثخظٞص هغبع ط٘بػخ أعٜضح اُغبئشاد هبٍ اُغ٤ذ ؽٞساٗ٢ ئٗٚ أضؾ٠ ٣ضْ أص٣ذ ٖٓ 06ٓوبُٝخ ثشهْ ٓؼبّ الد ٣لٞم 6 ٓال٣٤ش دسْٛ ٝ 7 آالف ٓ٘ظت شـَ‬ ‫ك٢ ٜٖٓ راد ه٤ٔخ ٓضبكخ ٓشرلؼخ .‬ ‫ًٔب رٞهغ إٔ ٣ظَ ٗٔٞ هغبع االُ٤ٌزشٝٗ٤ي ثبُ٘غجخ ُِٔـشة ئُ٠ ؽٞاُ٢ ِٓ٤بس٣ٖ ٝ 005 ِٓ٤ٕٞ دسْٛ ٖٓ اُ٘برظ اُذاخِ٢ اُخبّ االضبك٢ ٓٔب ع٤غبْٛ ك٢ ئؽذاس ؽٞاُ٢‬ ‫9 آ٥ف ٓ٘ظت شـَ ٓجبشش ك٢ أكن 5102 ، ٓش٤ش ا ، ك٢ اُغ٤بم رارٚ ، ئُ٠ إٔ اإلعشاءد اُز٢ رْ اُششٝع ك٤ٜب ػِ٠ ٓغزٟٞ هغبع اُ٘غ٤ظ ٝاُغِذ عزٌٖٔ ٖٓ‬ ‫اعزٔشاس ٝاعزوشاس اُ٘غ٤ظ أُوبٝالر٢ اُؾبُ٢ ٖٓ خالٍ 002 أُق ٓ٘ظت شـَ ٝرؾو٤ن سهْ ٓؼبٓالد ٣ظَ ئُ٠ رغؼخ ٓال٣٤ش ٝ 006 ِٓ٤ٕٞ دسْٛ ٖٓ اُ٘برظ اُذاخِ٢‬ ‫اُخبّ.‬ ‫ٝك٢ ٓب ٣زؼِن اُظ٘بػخ اُـزائ٤خ أثشص اُغ٤ذ ؽٞساٗ٢ إٔ ٛزا اُوغبع ٣شٌَ ٓغبال ط٘بػ٤ب ٜٓٔب ثزؾو٤وٚ ؽٞاُ٢ 53 ك٢ أُبئخ ٖٓ اُ٘برظ اُذاخِ٢ اُخبّ اُظ٘بػ٢ ٓؼزجشا‬ ‫ة‬ ‫إٔ ٖٓ شإٔ االعشاءاد اُز٢ رْ ارخبرٛب رٞك٤ش 01 ٓال٣٤ش دسْٛ ٖٓ اُ٘برظ اُذاخِ٢ اُخبّ االضبك٢ ٝئؽذاس 42 أُق ٓ٘ظت شـَ ٓجبشش عذ٣ذ ك٢ أكن 5102.‬ ‫أُـشة اُؼشث٢ ُألٗجبء‬ ‫5‬
  7. 7. CGEM •Fédérations •Commissions Le PNEI a donné une impulsion sans précédent au secteur de l'industrie, Président de la CGEM Le Pacte national pour l'émergence industrielle (PNEI) a donné une impulsion sans précédent au secteur de l'industrie et démontré toute sa pertinence par un pragmatisme économique focalisant les efforts sur les filières pour lesquelles le Maroc possède des avantages compétitifs clairs et exploitables, a affirmé le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), M. Mohamed Horani. "En associant l'initiative privée au rôle moteur de l'Etat, le Pacte a réussi à donner une impulsion sans précédent au secteur de l'industrie, démontrant que l'activité économique a besoin d'une vision stratégique, de plans d'actions et d'outils de pilotage", a souligné M. Horani dans un exposé devant SM le Roi Mohammed VI à l'ouverture, mercredi à Casablanca, des premières assises de l'Industrie. Il a exprimé, à cet égard, la satisfaction des professionnels quant aux premiers résultats obtenus pour chacun des six métiers mondiaux du Maroc (offshoring, industrie automobile, aéronautique, électronique, textile et cuir, agroalimentaire). Les métiers d'offshoring représentent désormais près de 30.000 emplois et un chiffre d'affaires à l'export dépassant les 4,5 milliards de dirhams en 2009, a précisé le président de la CGEM. Dans le secteur automobile, le Maroc a intégré le club fermé des producteurs de voiture à travers l'implantation d'un nouveau site d'assemblage majeur de 400.000 véhicules, a rappelé M. Horani. De même, a-t-il ajouté, l'industrie aéronautique et spatial compte plus de 60 entreprises avec un chiffre d'affaires de plus de 6 milliards de dirhams et un effectif de 7.000 emplois dans des métiers intégrant de plus en plus de valeur ajoutée. Selon M. Horani, le potentiel de croissance du secteur électronique est estimé à près de 2,5 milliards de dirhams de PIB additionnels, avec 9.000 nouveaux emplois directs à générer à l'horizon 2015. Les actions entamées au niveau du secteur textile et cuir devraient permettre de pérenniser et de stabiliser le tissu actuel estimé à 200.000 emplois et une contribution de 9,6 milliards de dirhams au PIB, a-t-il poursuivi. Mettant en exergue l'importance de la filière agroalimentaire qui représente environ 35 pc du PIB industriel, le président de la CGEM a indiqué que le travail effectué permettra de générer 10 milliards dirhams de PIB additionnels et 24.000 nouveaux emplois directs à l'horizon 2015. Il a indiqué, d'autre part, que dans le cadre de l'amélioration du climat des affaires, il a été procédé à la mise sur pied de la commission nationale de l'environnement des affaires, un excellent forum d'échange entre les partenaires publics et privés sur les réformes en cours. Etabli sous forme d'un contrat-programme public-privé, le PNEI (2009-2015) porte notamment sur le développement des quatre métiers mondiaux du Maroc orientés investissements directs (Offshoring, automobile, électronique, aéronautique et spatial). Il vise également le développement des deux secteurs traditionnels du Maroc, à savoir le textile et cuir et l'agroalimentaire et le développement de plateformes industrielles intégrées. MAP 6
  8. 8. CGEM •Fédérations •Commissions ‫انًساء‬ ‫انًساء‬ 7
  9. 9. CGEM •Fédérations •Commissions Le président de la CGEM lance son blog Véritable expérience communicationnelle, cette nouvelle aventure numérique est le prolongement de l’engagement du président de la CGEM lors de sa campagne pour la présidence de la Confédération. Afin d’assurer une continuité à cet esprit d’engagement, M. Horani a décidé de convertir le blog de sa campagne en une plateforme d’échanges et de débats. Le lancement de ce nouveau canal cible non seulement les instances et les membres de la CGEM, mais aussi les entrepreneurs et l’opinion publique. S’ajoutant aux autres outils de communication de la Confédération générale des entreprises du Maroc, ce nouvel espace se veut un champ d’écoute destiné à interagir avec toute personne ou organisme intéressé par l’action de la CGEM. Il s’agit, en effet, de recueillir les idées et les propositions en mesure de renforcer l’action de la CGEM ainsi que ses différentes instances : une sorte d’appel à l’intelligence collective pour œuvrer massivement à l’émergence d’une vision innovante et courageuse mobilisée ardemment pour la construction du Maroc de demain. Par ailleurs, le blog www.oser-innover.com est aussi une source d’information et d’actualité sur l’action du président et ses positions face aux faits marquants de la scène nationale et internationale. Ce blog se veut d'une grande proximité avec vous, vos attentes, vos aspirations. La langue de bois ne sera pas la bienvenue ! Franchise, honnêteté et transparence seront la base de nos échanges à venir. Libération La CGEM facilite l’accès à l’UE Les Echos 8
  10. 10. CGEM •Fédérations •Commissions Des Polonais à Tanger Les Echos Les Echos Les Echos 9
  11. 11. CGEM •Fédérations •Commissions 09/04/2010 Assises de l’industrie : Ce que veulent les opérateurs L’évaluation d’étape du Pacte pour l’Emergence industrielle a le mérite de donner de la visibilité aux opérateurs économiques sur les différents métiers ciblés par le Maroc. Elle leur a aussi permis de livrer leurs craintes ou encore les dysfonctionnements à corriger. Les ateliers qui ont suivi la séance plénière des premières assises nationales de l’industrie - organisées à Casablanca mercredi 7 avril- ont été l’occasion pour un échange public/privé. Ce qui a permis de revenir sur des dossiers comme le score dans Doing business, un classement sur lequel se basent les investisseurs dans leur décision et dont l’amélioration devient une urgence. Hicham Naciri, président de la commission Droit à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) n’a pas manqué de «taquiner», Nizar Baraka, ministre des Affaires économiques et en charge de la Commission de l’amélioration du climat des affaires sur ce dossier. Pour lui, il n’y a plus «de tabous à entretenir. Le droit des affaires devrait coller à la réalité économique». En clair, Naciri milite pour «des actions concrètes pour l’amélioration du score dans Doing business». Jusque-là la commission chargée de l’amélioration du climat des affaires, activée depuis quatre mois, a mis en place une stratégie et fixé les priorités. Pour cette année par exemple, elle planche sur la révision de la loi sur la SARL avec comme objectif de prolonger le processus de réduction du capital minimum légal en permettant aux investisseurs de fixer librement le montant du capital social qu’ils souhaitent apporter à leur société. La commission compte également mettre à jour la Charte de l’investissement. Ce qui permettra d’harmoniser la législation et les incitations applicables à l’investissement. Le texte proposé devra s’articuler de manière cohérente avec les politiques sectorielles et la réglementation fiscale. Les opérateurs ont également pointés certains dysfonctionnements. C’est le cas pour les incitations dans l’offshoring. Mohamed Horani, président de la CGEM, est monté au créneau pour critiquer le traitement différencié des entreprises opérant dans les technologies de l’information selon qu’elles sont installées dans les sites dédiés ou pas. Une requête «notée» par Ahmed Reda Chami, ministre de l’Industrie. Dans ce secteur, qui constitue la locomotive du plan Emergence, le gouvernement a mis en place une offre attractive. Il s’agit notamment de l’allégement de la pression fiscale liée à l’impôt sur le revenu (IR) qui peut atteindre jusqu’à 20%. Cette mesure s’applique sur le revenu brut imposable par individu au lieu de la masse salariale comme ce fut le cas au départ. Selon le ministère de l’Industrie, ce mécanisme a également profité à des entreprises qui ne sont pas installées dans les P2I et ce, moyennant des certificats d’éligibilité. Au total, 25 certificats ont été délivrés en 2008 et 38 en 2009. Autre avantage accordé dans l’offshoring, l’exonération de l’IR, de la taxe de formation professionnelle et des cotisations patronales pour une durée allant de 24 à 36 mois. Au total, 22 entreprises ont été remboursées en 2009 pour un montant global de 30 millions de DH. Dans ce secteur, un pas important est franchi avec la quarantaine d’entreprises installées à Casanearshore et Rabat Technopolis. D’ailleurs, dix-sept entreprises françaises spécialisées dans les systèmes informatiques ont choisi le Maroc. Elles représentent 47% du chiffre d’affaires des 50 entreprises françaises les plus importantes. L’offshoring est également à l’origine de 6.000 emplois en 2009 enregistrant ainsi une augmentation de 17% par rapport à 2008. Mais l’afflux d’entreprises dans ce secteur a créé des tensions sur les salaires. Horani a d’ailleurs relevé «les risques 10
  12. 12. ‫‪CGEM •Fédérations •Commissions‬‬ ‫‪d’une inflation des salaires sur la compétitivité du Maroc». Un constat auquel le ministre de l’Emploi, Jamal Rhmani, a‬‬ ‫‪apporté des éclaircissements en particulier par rapport à l’effort de formation en place. C’est le cas par exemple de forshore‬‬ ‫‪3.000, un programme qui vise à requalifier 3.000 personnes sur une période de six à neuf mois dans les métiers de l’ITO. Ce‬‬ ‫.‪qui permet de répondre aux besoins en profils qualifiés du secteur de l’offshoring‬‬ ‫‪L’Economiste‬‬ ‫انحكىيت تخىض تحذٌ اإلقالع انصُاعٍ رغى صعىبت انظرفُت‬ ‫ألصٓخ أُبُ٤خ‬ ‫ُْ ٗزشدد ك٢ أُض٢ ك٢ ئٗغبص ث٘ٞد أُ٤ضبم اُٞع٘٢ ُإلهالع اُظ٘بػ٢، ٝهشسٗب خٞع اُزؾذ١ سؿْ خغٞسح اُظشك٤خ اُز٢ رخ٤ْ ػِ٤ٜب رذاػ٤بد ا‬ ‫اُؼبُٔ٤خ، ٝرُي ثلضَ أُغٜٞداد اُز٢ هبٓذ ثٜب اُذُٝخ ك٢ رٞع٤ذ رٞاصٗبرٜب أُبًشٝ اهزظبد٣خ ًٝزُي ٓزبٗخ ٗظبٓ٘ب أُبُ٠، ٣وٍٞ أؽٔذ سضب اُشبٓ٢ ٝص٣ش اُزغبسح‬ ‫ٝاُظ٘بػخ ٝاُزٌُ٘ٞٞع٤بد اُؾذ٣ضخ ك٢ روذ٣ٔٚ ُؾظ٤ِخ أُ٤ضبم اُٞع٘٢ ُإلهالع اُظ٘بػ٢ ث٤ٖ ٣ذ١ عالُخ أُِي خالٍ ئششاكٚ أٍٝ أٓظ األسثغ اء، ػِ٠ اكززبػ اُْ ٗبظشح‬ ‫األُٝ٠ ُِظ٘بػخ.‬ ‫ٓو٤بط ٝضؼ٤خ أػٔبٍ أُوبُٝخ اُظـشٟ ٝأُزٞعغخ ٖٓ خالٍ أُؼب٣٤ش اُز٢ ٗض ػِ٤ٜب أُ٤ضبم ُْ ٣ؾشص أ١ روذّ، ٣وش اُشبٓ٢ سؿْ اػزٔبد ػذح ئعشاءاد رْ ئٗغبصٛب‬ ‫ؽ٤ش ٣أر٢ ك٢ ٓوذٓزٜب، ثشٗبٓغب «ٓغبٗذح »ٝ«آز٤بص». األٍٝ ٣زؼِن ثزٔٞ٣َ، ٣ظَ ئُ٠ 6 ك٢ أُبئخ ًذػْ ػٔٞٓ٢ ُؼظشٗخ أُوبٝالد ك٢ ٓغبالد رٌُ٘ٞٞع٤ب‬ ‫أُؼِٞٓبد ٝاُغٞدح ًٝزُي أُٞاسد اُجشش٣خ .أٓب اُجشٗبٓظ اُضبٗ٢، ك٤شّٝ دػْ اعزضٔبساد أُوبٝالد اُظـشٟ ٝأُزٞعغخ اُز٢ رزوذّ ثٔشبس٣غ ٓزٌبِٓخ ٝٝاػذح، ٝرُي‬ ‫ك٢ ٣ُٞ٤ٞص اُوبدّ خِن‬ ‫ٖٓ خالٍ دػْ ُِذُٝخ ٣ظَ ئُ٠ 02 ك٢ أُبئخ ُٜزٙ أُوبٝالد، ٝر ُي ثاششاى أُإعغبد اُجٌ٘٤خ ك٢ اُزٔٞ٣َ، ٛزا ك٢ اُٞهذ اُز١ ع٤زْ‬ ‫ط٘ذٝه٤ٖ ثٔغبٛٔخ ػٔٞٓ٤خ ٝخبطخ ُزٔٞ٣َ ٛزٙ أُوبٝالد ٝرغٜ٤َ ؽظُٜٞب ػِ٠ اُوشٝع . ٝؽغت اُؾظ٤ِخ، كإ هغبع رشؽ٤َ اُخذٓبد أٝ ٓب ٣ظغِؼ ػِ٤ٚ‬ ‫ثـ«األٝكشٞس٣ؾ»، عبء ك٢ ٓوذٓخ اُوغبػبد اُضٗبػ٤خ، ئر ؽون سهْ ٓؼبٓالد كبهذ ه٤ٔزٚ 4 ٓال٣٤ش ٝ 005 ِٓ٤ٕٞ دسْٛ ك٢ ع٘خ 9002، ٛزا ك٢ اُٞهذ اُز١ ٣شـَ‬ ‫ؽبُ٤ب ؽٞاُ٢ 03 أُق شخض.‬ ‫22 ٓوبُٝخ ٖٓ االٓز٤بصاد اُغجبئ٤خ ٝطَ ٓغٔٞػٜب ئُ٠ 03ِٓ٤ٕٞ دسْٛ .ك٤ٔب ٣خض هغبع‬ ‫ئٗغبصاد رؾووذ ثلضَ اُذػْ اُز١ ؽظ٢ ثٚ اُوغبع، ؽ٤ش اعزلبدد‬ ‫اُغ٤بساد، كشؿْ األصٓخ االهزظبد٣خ اُؼبُٔ٤خ، كإ 01 ٓوبٝالد رْ اعزوغبثٜب، ؽظِذ ػِ٠ دػْ ط٘ذٝم اُؾغٖ اُضبٗ٢ إلهبٓخ ٓشبس٣ؼٜب ثبُٔـشة، ٝرُي ٖٓ خالٍ‬ ‫عبص ثٜزا اُخظٞص ٛٞ‬ ‫ؿالف ٝطَ ُـ 46 أُق دسْٛ . اُوغبع اعزلبد ٖٓ أٝػ٤خ ػوبس٣خ ًٝزُي ٖٓ رٌٞ٣ٖ ًٞادس ثشش٣خ رغزغ٤ت ُِؾبع٤بد، ؽ٤ش ٣جو٠ أْٛ ئٕ‬ ‫اعزوغبة ششًخ «سٝٗٞ» اُلشٗغ٤خ اُز٢ ر٘زظ ٖٓ خالٍ ٓظ٘ؼٜب ثغ٘غخ ؽٞاُ٢ 004 أُق ع٤بسح ع٘ٞ٣ب . أٓب هغبع اإلٌُزشٝٗ٤ي كأْٛ ٓب ٓ٤ضٙ خالٍ ع٘خ 9002 ٛٞ‬ ‫اعزلزبء ٓإعغبد اُزؼِ٤ْ ٝاٍرٌٞ٣ٖ ٖٓ أعَ ٓؼشكخ عبهخ اعز٤ؼبثٜب ٖٓ أعَ‬ ‫ئٗغبص رشخ٤ض ده٤ن ُوذساد اُزٌٞ٣ٖ ك٢ ٜٖٓ ٛزا اُوغبع ؽغت اُغٜبد، ًٝزُي ػجش‬ ‫ئششاًٜب ك٢ رٌٞ٣ٖ ًٞادس ثشش٣خ. اُوغبع ٣٘زظش ٓ٘ٚ إٔ ٣ض٤ق ئُ٠ اُ٘برظ اُذاخِ٢ اُخبّ أًضش ٖٓ ِٓ٤بس٣ٖ ٝ005 ِٓ٤ٕٞ دسْٛ ٝ ئؽذاس ؽٞاُ٢ 9 آالف ٓ٘ظت شـَ‬ ‫ٓجبشش ك٢ أكن 5102‬ ‫أٓب هغبع ط٘بػخ أعٜضح اُغبئشاد اُز١ أضؾ٠ اُ٤ّٞ ٣ضْ س ٖٓ 06 ٓوبُٝخ، كاٗٚ ٣غغَ سهْ ٓؼبٓالد ثؾٞاُ٢ 6 ٓال٣٤ش دسْٛ ٛزا ك٢ اُٞهذ اُز١ ٣شـَ 7‬ ‫أًش‬ ‫«ٓ٤ذص» ًٝزُي أُظبدهخ ػِ٠ ٓششٝع ٓشعّٞ أُ٘غوخ اُؾشح . ثبُ٘غجخ‬ ‫آالف شخض . ٌُٖ اإلٗغبصاد أُؾووخ ُْ رزؼذ ئعشاء دساعبد رو٘٤خ ٝٓؼٔبس٣خ رٌلِذ ثٜب‬ ‫ُوغبع اُ٘غ٤ظ ٝاُغِذ أؽذ أُٜٖ اٍروِ٤ذ٣خ ُِٔـشة كوذ دػب اُشبٓ٢ ئُ٠ اٌُق ػٖ اػزٔبد اٗخلبع ًِلخ اإلٗزبط ًٔؼ٤بس ُِز٘بكغ٤خ ألٕ أُوبٝالد أُـشث٤خ ُٖ رغبس١‬ ‫ك٢ ٛزا اإلعبس ٗظ٤شرٜب ا٥ع٤ٞ٣خ، ٌُٖٝ ثجش سٝػ اُخِن ٝاالثزٌبس العزوغبة األعٞام اُخبسع٤خ.‬ ‫‪Al Ahdath Al Maghribya‬‬ ‫ٌُٖ ػذّ اػزٔبد ٓشاعؼخ ُِشعّٞ‬ ‫ٛٞ أُؾغخ أُ٘ذٓغخ ةكبط سأط أُبء ؽ٤ش ٣زٞهغ اٗغالم األشـبٍ ك٢ أٝاخش ٛزٙ اُغ٘خ،‬ ‫ٝ٣جو٢ أْٛ ٓب ؽون ٛزا اُوغبع‬ ‫اُغٔشً٤خ ثبُ٘غجخ ُٞاسداد أُٜ٘٤٤ٖ ثبُوغبع ٣ٔضَ أْٛ أُؼٞهبد اُز٢ روق ك٢ ٝعٜٚ .ٝك٢ أكن رٌٞ٣ٖ 42 أُق ٓإَٛ ك٢ هغبع اُظ٘بػخ اُـزائ٤خ اُز٢ رؼزجش ٖٓ أُٜٖ‬ ‫٣شٌٞ ٖٓ ؿ٤بة ٓخغظ ٝاضؼ ك٤ٔب ٣زؼِن ثٔغبػذرٚ ػِ٠‬ ‫اُزوِ٤ذ٣خ ُِٔـشة ع سكذ اُغ٘خ األُٝ٠ ُِٔ٤ضبم اػزٔبد رشخ٤ض ُوذساد اُزٌٞ٣ٖ ك٢ اُوغبع، اُز١ الصاٍ‬ ‫ر٘ٔ٤خ طبدسارٚ ٝئ٣غبد أعٞام خبسع٤خ ُٔ٘زغبرٚ. ٝص٣شاُزغبسح ٝاُظ٘بػخ ٝاُزٌُ٘ٞٞع٤بد اُؾذ٣ضخ اػزجش اُؾظ٤ِخ ئ٣غبث٤خ ك٢ ٓغِٜٔب.‬ ‫رأخشا ك٢ ئٗغبص اُؼذ٣ذ ٖٓ أُؾغبد اُظ٘بػ٤خ اُ٘ٔٞرع٤خ اُز٢ رضٜٔ٘ب أُ٤ضبم اُٞع٘٢ ُإلهالع‬ ‫ٌُٖ ٓغٞدح، أ ػذٛب االرؾبد اُؼبّ ُِٔوبٝالد ثبُٔـشة عغِذ‬ ‫االهزظبد ٝرُي ثبُ٘غجخ ُِٔؾغخ أُ٘ذٓغخ ثبُ٘ٞاطش اُخبطخ ثظ٘بػخ أعٜض اُغبئشاد ًٝزُي ُِٔؾغخ اُظ٘بػ٤خ أُزؼذدح ُِذاساُج٤ضبء، األٓش ٗلغٚ ثبُ٘غجخ ُٔششٝع‬ ‫«رغٞإ شٞس .» أعذٍ اُغزبس ػٖ أُ٘بظشح ٝالصاٍ ٛ٘بى ػَٔ ًض٤ش ٣٘زظش أُـشة ك٢ أُغبٍ اُظ٘بػ٢، ٌُٖ ٓب ٣غغَ ُظبُؾٜب ٝ ألؽٔذ سضب اُشبٓ٢، ٛٞ‬ ‫األحذاث انًغربُت‬ ‫اػزٔبدٙ ُٜزٙ أُوبسثخ اُغذ٣ذح،أُزٔضِخ ك٢ روذ٣ْ ًشق ؽغبة ػٔب أٗغض ٝٓب ُْ ٣٘غض.‬ ‫11 ‪Eco‬‬ ‫‪Plus‬‬
  13. 13. CGEM •Fédérations •Commissions 12
  14. 14. CGEM •Fédérations •Commissions ‫انُهار انًغربُت‬ Eco Plus ‫انًساء‬ 13
  15. 15. ‫‪CGEM •Fédérations •Commissions‬‬ ‫انشايٍ َعهٍ عٍ إحذاث صُذوقٍُ نهًساهًت فٍ رأسًال انًقاوالث انصغري وانًتىسطت‬ ‫يقاوالث األوفشىرَُغ استفادث يٍ 03 يهُىٌ درهى فٍ شكم تعىَضاث ضرَبُت‬ ‫أػِٖ أؽٔذ سضب اُشبٓ٢ ٝص٣ش اُظ٘بػخ ٝاُزغبسح ٝاُزٌُ٘ٞٞع٤بد اُؾذ٣ضخ، خالٍ أُ٘بظشح األُٝ٠ ُِظ٘بػخ أُ٘ظٔخ أٍٝ أٓظ ثبُذاساُج٤ضبء، ػٖ ئؽذاس ط٘ذٝه٤ٖ‬ ‫٣ذ‬ ‫ربثؼ٤ٖ ُِوغبػ٤ٖ اُؼبّ ٝاُخبص ، ك٢ ٣ُٞ٤ٞص أُوجَ ، ع٤غبٛٔبٕ ك٢ سأعٔبٍ أُوبٝالد اُظـشٟ ٝأُزٞعغخ ٓش٤شا ك٢ ٛزا اُغ٤بم ئُ٠ إٔ ٛزٙ ا٥ُ٤خ اُز٢ ُن‬ ‫.‬ ‫رشؽ٤جب ًج٤شا ٖٓ ُذٕ اُلبػِ٤ٖ أُبُ٤٤ٖ عزٌٖٔ ٖٓ رؼض٣ض االػزٔبداد اُخبطخ ُِٔوبٝالد اُظـشٟ ٝأُزٞعغخ ٝرغٜ٤َ ُٝٞعٜب ئُ٠ اُوشٝع‬ ‫ٝهبٍ اُشبٓ٢، ك٢ ػشضٚ ُؾظ٤ِخ ع٘خ ٖٓ رلؼ٤َ ث٘ٞد أُ٤ضبم أٓبّ عالُخ أُِي، ئٗٚ ثبُشؿْ ٖٓ اُظشك٤خ اُظؼجخ اُز٢ ػشكٜب االهزظبد اُؼبُٔ٢ ة كؼَ األصٓخ، كإ‬ ‫أُـشة اعزغبع ثلضَ رؼجئخ عٜٞد اُذُٝخ ٝ اُظؾخ اُغ٤ذح ُِ٘ظبّ اُجٌ٘٢، إٔ ٣ِزضّ ثز٘ل٤ز ئعشاءاد أُ٤ضبم اُٞع٘٢ ُالهالع اُظ٘بػ٢. ٝاػزجش اُشبٓ٢ إٔ اٌُض٤ش ٖٓ‬ ‫.‬ ‫. داػ٤ب ئُ٠ ضشٝسح رؼجئخ ًبكخ األعشاف أُشبسًخ ك٢ أُ٤ضبم ئُ٠ ٓٞاطِخ ر٘ل٤ز اُزضآبرٜب‬ ‫ٛزٙ االعشاءاد هذ رْ رلؼ٤ِٜب، أٝ ٛ٢ ه٤ذ اُزلؼ٤َ‬ ‫اُظـشٟ ٝأُزٞعغخ ٖٓ دػْ ٣ظَ ئُ٠ ؽذٝد 06 ك٢ أُبئخ ٖٓ‬ ‫ٝأثشص اُشبٓ٢ ك٢ ٛزا اُغ٤بم أٗٚ رْ اُ٘غبػ ك٢ ٝضغ ثشٗبٓظ ٓغبٗذح اُز١ ٣ز٤ؼ رٌٔ٤ٖ أُوبٝالد‬ ‫ُزذث٤ش أُٞاسد‬ ‫ٓخغغبد اُزؾذ٣ش ٓٞضؾب إٔ ٛزا اُجشٗبٓظ ٣ز٤ؼ ُِٔوبٝالد االعزلبدح ٖٓ دػْ اُذُٝخ ٝخبطخك٢ ٓغبٍ ٝضغ ٗظبّ ٓؼِٞٓبر٢ ٝٗظبّ ُِغٞدح ٝآخش‬ ‫اُجشش٣خ.‬ ‫ٝرٞهق اُشبٓ٢ ػ٘ذ ثشٗبٓظ « ئٓز٤بص» اُز١ رْ رلؼ٤ِٚ ٝاُز ١ ٣ٌٖٔ ثذٝسٙ ٖٓ روذ٣ْ دػْ ٓششٝػبد االعزضٔبس ُِٔوبٝالد اُظـشٟ ٝأُزٞعغخ ٝرُي ك٢ ؽذٝد 02 ك٢‬ ‫أُبئخ.‬ ‫ٝثخظٞص أُٜٖ اُذُٝ٤خ ُِٔـشة أشبس اُشبٓ٢ ئُ٠ إٔ اُٜذف ٜٓ٘ب ٛٞ اُشه٢ ثٞعٜخ أُـشة ُذٟ أُغزضٔش٣ٖ ثـ٤خ اعزوغبثْٜ , ٓإًذا, ك٢ ٛزا اُظذد , أًذ إٔ22‬ ‫03‬ ‫ٓوبُٝخ ػبِٓخ ك٢ ٓغبٍ رشؽ٤َ اُخذٓبد «االكشٞس٣٘ؾ» اعزلبدد ٖٓ ٛزا اُؼشع ٖٓ خالٍ اعزلبدرٜب ٖٓ رؼٞ٣ضبد خبطخ ثبُضش٣جخ ػِ٠ اُذخَ ثو٤ٔخ رجِؾ‬ ‫ِٓ٤ٕٞ دسْٛ ع٘خ 9002.ٝأضبف أٗٚ ثبُشؿْ ٖٓ األصٓخ أُبُ٤خ ٝاالهزظبد٣خ اُؼبُٔ٤خ ٝرذاػ٤برٜب , كوذ اعزلبدد ػششح ٓشبس٣غ ك٢ هغبع اُغ٤بساد ٖٓ دػْ ص ٗذٝم‬ ‫اُؾغٖ اُضبٗ٢ ُِز٘ٔ٤خ االهزظبد٣خ ٝاالعزٔبػ٤خ ثو٤ٔخ اعٔبُ٤خ رجِؾ46 ِٓ٤ٕٞ دسْٛ.‬ ‫ٝك٢ ٓب ٣زؼِن ثوغبع اُ٘غ٤ظ ٝاُغِذ أًذ اُشبٓ٢ ,أٗٚ ع٤زْ ك٢ ؿضٕٞ اُشٜٞس أُوجِخ ثزٍ عٜٞد اضبك٤خ ٖٓ أعَ اعزوغبة كبػِ٤ٖ عذد هبدس٣ٖ ػِ٠ ضٔبٕ رضٝ٣ذ‬ ‫أكضِجبُٔٞاد االُٝ٤خ ٝاُخذٓبد ٓٔب ٣ٌٖٔ ٖٓ رؼض٣ض هذسح أُوبٝالد ػِ٠ االثزٌبس.‬ ‫ط‬ ‫أٓب ك٢ ٓب ٣خض هغبع اُظ٘بػبد اُـزائ٤خ كأٝضؼ اُٞص٣ش إٔ اُٜذف ٣زٔضَ ك٢ خِن اُظشٝف ثبُ٘غجخ ُِلبػِ٤ٖ االًضش اثزٌبسا ٝٓجبدسح , ٖٓ أعَ االٗخشاط أًضش كأًضش‬ ‫, ٓجشصا ٗٔٞ دػبٓز٤ٖ ٜٓٔز٤ٖ ثبُ٘ظ ثخ ُزوذّ ٛزااُوغبع ثٔٞاصاح ٓغ ٓخغظ أُـشة االخضش ٝ٣زؼِن االٓش ثز٘ٔ٤خ‬ ‫ك٢ اُغٞم اُٞع٘٤خ ٝك٢ ٓغبٍ اُزظذ٣ش‬ ‫اُلشٝػبُٔ٘ذٓغخ ٖٓ هج٤َ ص٣ذ اُض٣زٕٞ ٝئػبدحر٘ظ٤ْ ٓغبالد أُٞاد األعبع٤خ.‬ ‫اع٤بد ٓجشصا أٗٚ رْ ٓغ ٜٗب٣خ‬ ‫ٝ اػزجش اُشبٓ٢ إٔ رٌٞ٣ٖ أُٞاسد اُجشش٣خ ٣شٌَ أؽذ دػبٓبد ٗغبػ ٛزا اُٞسػ اُضخْ ٝأٗٚ رْ ٝضغ آُ٤خ ُٔالءٓخ اُزٌٞ٣ٖ ٓغ اُؼ‬ ‫ك٢ ًَ هغبع .‬ ‫اُغ٘خ االُٝ٠ ٖٓ رلؼ٤َ ٓ٤ضبم اإلهالع اُظ٘بػ٢ اُزؾذ٣ذ اُذه٤ن ُِلشٝع اُز٢ ٣زؼ٤ٖ اؽذاصٜب ٝرؼض٣ضٛب أٝ اُز٢ رؾزبط ئُ٠ ئػبدح اُزٞع٤ٚ‬ ‫ٕ االٝساػ ك٢ ٛزا أُغبٍ، ٓزًشا ثبٗغالم أشـبٍ‬ ‫ٝ اعزؼشع اُٞص٣ش ٓب رْ اٗغبصٙ ػِ٠ ٓغزٟٞ رغٞ٣ش أُؾغبد اُظ٘بػ٤خ أُ٘ذٓغخ ، ؽ٤ش رْ كزؼ ػذد ّ‬ ‫أُؾغبد اُظ٘بػ٤بد أُ٘ذٓغخ ثٌَ ٖٓ كبط ٝٝعذح ع٘خ 9002 ك٤ٔب ٣زٞهغ اٗغالم ٓؾغبد اُو٘٤غشح ٝ أُ٘غوخ اُؾشح األعِغ٤خ ك٢ ؿضٕٞ األعبث٤غ اُوِ٤ِخ أُوجِخ ,‬ ‫ُٝ٤ظ ثبُشثبط، ٝاُِز٤ٖ ُو٤زب اهجبال ٝاعؼب ٖٓ هجَ أُإعغبد اُذُٝ٤خ اُشاؿجخ ك٢ رشؽ٤َ‬ ‫ثؾ٤ش عز٘ضبف ٛزٙ أُؾغبد ئُ٠ ًَ ٖٓ ًبصاٗ٤ش شٞس ثبُذاساُج٤ضبء ٝرٌ٘ٞة‬ ‫خذٓبرٜب.‬ ‫ٖٓ عٜزٚ أًذ ٓؾٔذ ؽٞساٗ٢ سئ٤ظ االرؾبد اُؼبّ ُٔوبٝالد أُـشة إٔ أُ٤ضبم اُٞع٘٢ ُإلهالع اُظ٘بػ٢ أػغ٠ دكؼخ ؿ٤ش ٓغجٞهخ ُالهزظبد اٍ ٝع٘٢ ًٔب أثبٕ ػٖ‬ ‫ٗغبػخ ًج٤شح ٖٓ خالٍ اػذٓبد ثشاؿٔبر٤خ اهزظبد٣خ روّٞ ػِ٠ ضشٝسح رشً٤ض اُغٜٞد ػِ٠ أُ٤بد٣ٖ اُز٢ ٣زٞكش ك٤ٜب أُـشة ػِ٠ ٓٔ٤ضاد ر٘بكغ٤خ ٝاضؾخ ٝهبثِخ‬ ‫ُالعزـالٍ.‬ ‫ٝثبألسهبّ هبٍ ؽٞساٗ٢ ئٕ هغبع االٝكشٞس٣٘ؾ أضؾ٠ ٣شـَ اُ٤ّٞ 03 اُق شخض ٝؽون ع٘خ 9002 سهْ ٓؼبٓالد خبطخ ثبُزظذ٣ش ٣لٞم أسثؼخ ٓال٣٤ش ٝ005‬ ‫ِٓ٤ٕٞ دسْٛ . ٝثبُ٘غجخ ُوغبع اُغ٤بساد أشبس ؽٞساٗ٢ ئُ٠ إٔ أُـشة ُٝظ ػبُْ ٓ٘زغ٢ اُغ٤بساد ٖٓ ثبثٚ اُٞاعغ ٖٓ خالٍ اُششٝع ك٢ ئؽذس ٓظ٘غ ْٜٓ ُزشى ٣ت‬ ‫004 أُق ع٤بسح ع٘ٞ٣ب . أٓب هغبع ط٘بػخ أعٜضح اُغبئشاد ك٤ضْ اُ٤ّٞ أص٣ذ ٖٓ 06 ٓوبُٝخ ثشهْ ٓؼبٓالد ٣لٞم 6 ٓال٣٤ش دسْٛ ٝ7 آالف ٓ٘ظت شـَ، ٝرٞهغ‬ ‫ؽٞساٗ٢ إٔ ٣ظَ ٗٔٞ هغبع االُ٤ٌزشٝٗ٤ي ثبُ٘غجخ ُِٔـشة ئُ٠ ؽٞاُ٢ ِٓ٤بس٣ٖ ٝ 005 ِٓ٤ٕٞ دسْٛ ٖٓ اُ٘برظ اُذاخِ٢ اُخبّ االضبك٢ ٓٔب ع٤غبْٛ ك٢ ئؽذاس ؽٞاُ٢ 9‬ ‫آ٥ف ٓ٘ظت شـَ ٓجبشش ك٢ أكن5102.‬ ‫اإلتحاد اإلشتراكٍ‬ ‫41‬
  16. 16. CGEM •Fédérations •Commissions Immobilier : Les marges de la discorde · La FNPI doute de l’objectivité de l’étude de McKinsey · Deux rapports pour un secteur · Labellisation et catégorisation pour harmoniser les standings La critique est à peine voilée. La Fédération des promoteurs immobiliers (FNPI) dit toujours ne pas comprendre l’intérêt et la démarche du département des Finances concernant l’étude sur les marges. Le timing choisi (la veille de l’adoption de la loi de Finances), l’objet de l’étude (marges dans les transactions immobilières pour des raisons occultes), la méthodologie (sans associer les opérateurs)… sont autant de griefs retenus par la FNPI. A en croire les opérateurs, valeur aujourd’hui, ils n’ont toujours pas reçu l’étude en question. Ce n’est pas faute de l’avoir demandée, répètent-ils. Leur étonnement est encore plus grand face à la sortie de «deux études en même temps pour le même secteur mais avec des objectifs différents». La première, prospective, est commanditée par l’Habitat à Ernst &Young. Quant à la seconde, qui porte sur le diagnostic du secteur, elle a été commanditée par le département des Finances à McKinsey. Si les promoteurs admettent que l’avantage des études est d’enrichir le débat dans un secteur connu pour son opacité, ils n’en demeurent pas moins étonnés quant à la pertinence des deux en même temps. En clair, la FNPI conteste l’étude des Finances, et sur sa forme et sur sa méthodologie dans la mesure où, «l’on y parle de promoteurs, mais sans les consulter sur la question des marges». La FNPI regroupe 300 entreprises. Sur le fond, précisent les promoteurs, la question des marges peut être bien posée sachant qu’elle est relative en fonction de chaque secteur voire chaque entreprise d’un même secteur. Mais, «à partir du moment où cette question a été posée, sur le plan méthodologique les opérateurs devaient être associés à cette étude». Le timing choisi pour rendre publics les résultats de cette étude pose aussi problème aux opérateurs qui étaient à ce moment-là en négociations pour des dispositions de la loi de Finances pour la relance du logement social. Comme pour couper court à cette polémique, la FNPI va amorcer une grosse révolution, en annonçant l’affichage des prix sur les chantiers dès juin prochain. Une manière, entre autres, de lutter contre le phénomène du «noir» dans l’immobilier que Ibn Mansour qualifie de «problème d’ordre culturel et de moralité». A ce titre, l’indice des prix de l’immobilier de Bank Al Maghrib arrive à point nommé. Ceci d’autant plus que la FNPI finalise un processus de labellisation et de catégorisation qui permettra de déterminer les différents standings, les niveaux de finition. Des bureaux d’études ont été sollicités pour préparer des labels standardisés pour le secteur. «La qualité est un chantier lourd et difficile, mais la trame a déjà été définie avec une grille d’une quarantaine de pages», précise-t-on auprès de la FNPI. Une chose est sûre: l’enjeu n’est pas tant le contenu du label, mais la démarche pour le rendre public. L’Economiste 15
  17. 17. CGEM •Fédérations •Commissions Meknès. Action en faveur de la compétitivité des PME Trente-deux entreprises de la région de Meknès-Tafilalet ont bénéficié de 45 actions de soutien Dans le cadre des Journées régionales de l'industrie organisées par le ministère de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et l'Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise, sous le thème "compétitivité des PME", Ahmed Réda Chami, ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, accompagné de Mohamed Faouzi, wali de la région de Meknès-Tafilalet et gouverneur de la préfecture de Meknès, a récemment présenté les programmes d'appui aux entreprises et les chantiers lancés depuis la signature, sous la présidence de S.M. le Roi, du pacte national pour l'émergence industrielle 2009-2015, qui scelle l'engagement du gouvernement et du privé pour le développement de l'industrie marocaine. Au cours de cette journée tenue dans un établissement hôtelier de la ville et à laquelle ont participé les chefs d'entreprises et les opérateurs économiques de la région, le ministre a rappelé que le pacte national pour l'émergence industrielle s'inscrit dans le cadre de la nouvelle stratégie dédiée à la modernisation de l'économie marocaine et s'affirme comme une mesure phare pour l'ensemble des investisseurs et acteurs économiques, en apportant la visibilité nécessaire sur ce que sera l'industrie marocaine de demain. Ce pacte, a-t-il dit, scellé entre le gouvernement, le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) et la CGEM consolide dans un document unique les engagements mutuels de l'Etat et du secteur privé, formalisant ainsi le contrat programme couvrant la période 2009-2015. Ce pacte englobe 111 mesures autour de 3 axes majeurs à savoir "les métiers mondiaux du Maroc", la compétitivité des entreprises" et "la gouvernance et exécution". Le Matin 180 entreprises catégorisées en douane et 400 autres sur la liste d'attente La catégorisation des entreprises en douane attire de plus en plus d’entreprises. Selon l’Administration des douanes, 180 entreprises bénéficient aujourd’hui des avantages liés à ce statut, notamment en termes de facilitation du passage en douane et de fluidité des procédures. Plus de 400 autres sont inscrites sur la liste d’attente. En janvier 2009, les entreprises catégorisées étaient au nombre de 140. Le dispositif a été mis en place en 2007 en partenariat entre la Douane et la CGEM. La Vie Eco 12/04/2010 L’automobile tourne une page difficile : Entretien avec Larbi Belarbi, président de la Fédération de l’automobile Un vent d’optimisme souffle sur le secteur automobile. En effet, la reprise se confirme après une année difficile. Seuls les équipementiers ont pu tirer leur épingle du jeu. Par ailleurs, selon le président de la Fédération de l’automobile, Larbi Belarbi, les mesures prises dans le cadre du Pacte industriel devraient renforcer la compétitivité du secteur à l’échelle régionale et internationale. 16
  18. 18. CGEM •Fédérations •Commissions - L’Economiste : La crise qui a frappé le secteur automobile est-elle derrière nous? - Larbi Belarbi : Le marché de l’automobile au Maroc, à cause de la crise, a enregistré dans son ensemble une baisse de 10% environ à fin 2009. Malheureusement, ce trend baissier s’est poursuivi au terme de ce premier trimestre. Mais au sein de la profession, nous avons une approche plus optimiste pour le second semestre. C’est pour dire qu’on doit normalement finir l’année sans perte de marché. Sachant qu’il y a le salon de l’automobile qui est prévu en mai prochain, des projets industriels assez importants qui démarrent et des intempéries qui se terminent. De plus, la croissance économique prévue pour cette année est de 3,5 à 4%… Tous ces éléments combinés devraient permettre au marché de reprendre au deuxième semestre. - La filière équipement s’en est bien sortie… - Les performances ont été en effet meilleures que prévu en 2009. C’est dû à l’amélioration, au milieu de l’année, des commandes européennes, boostées par les primes à la casse. Plusieurs entreprises internationales ont également fait appel à nos équipementiers, étant donné que la plateforme industrielle automobile marocaine se place maintenant, parlant de compétitivité, à un niveau plus intéressant que plusieurs pays de l’Est, traditionnelles destinations de ces commandes. - Est-ce qu’on peut chiffrer la participation du Maroc dans ce marché mondial, en termes d’équipements automobiles? - Vous savez, le secteur est encore tout jeune. Rappelez-vous, les premiers investisseurs se sont installés dans la zone franche de Tanger (TFZ). C’est là, en effet, où, pour la première fois, il y a eu plus de 5.000 salariés travaillant plus particulièrement pour l’automobile dont 100% de la production est destinée à l’export. Et c’est en 2007que le Maroc a commencé à exporter des véhicules automobiles. Exportation adressée, dans un premier temps, au marché européen, Espagne, France et Allemagne notamment. Dernièrement, en 2009, nous avons commencé à exporter en Egypte et en Tunisie. C’est pour vous dire que la croissance est donc récente. On peut dire que les cinq dernières années, si on exclut 2009 qui est une année très spéciale, le marché de l’équipement connaît une croissance en moyenne supérieure à 20%. Maintenant avec les perspectives qu’ouvre l’usine de Renault de Tanger, qui doit démarrer sa production début 2012, l’on s’attend à un véritable décollage du secteur. De plus, l’ensemble des équipementiers de premier rang, qui commencent à s’installer à Tanger, Casablanca et dans la région de Kénitra pour fournir l’usine de Tanger, mais également pour exporter, vont contribuer au rayonnement international de la plateforme industrielle automobile du Maroc. Ainsi, nous tablons sur une croissance moyenne de plus de 27% par an dans les trois prochaines années. - Quelle est la contribution du pacte Emergence industrielle au secteur de l’automobile? - Le pacte Emergence est avant tout une orientation sur 2015. Ce deadline est basé sur des objectifs chiffrés et des stratégies budgétées. A terme, les prévisions portent sur une production de 400.000 véhicules par an, un développement nouveau des équipementiers de 1er et 2e rang, une progression de 25 à 30% annuelle des investissements, destinés à des produits pour l’export. Sur le plan emploi, ce sont près de 70.000 nouveaux postes qui sont ciblés. L’Economiste 17
  19. 19. CGEM •Fédérations •Commissions Six ans après la première normalisation, une nouvelle loi pour régir les copropriétés Le projet de loi fait la distinction entre les petites copropriétés, concernant des immeubles ne dépassant pas 20 appartements, et les grands ensembles immobiliers. Le nouveau texte traite aussi des copropriétés en difficulté qui pourront réclamer l'intervention d'un administrateur. La fameuse loi 18-00 qui réglementait pour la première fois la copropriété au Maroc a-t-elle fait son temps ? Après moins de 6 ans d’existence (le texte est entré en vigueur en 2004), cette loi vit ses derniers jours puisqu’un autre texte a été déposé au Secrétariat général du gouvernement (SGG) et devrait en sortir bientôt pour suivre le circuit officiel d’adoption. Quelles sont les raisons qui expliquent ce changement ? Pour Mohamed Koutbi, directeur délégué de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI), «l’actuel texte est plein d’insuffisances et sa réforme était plus que nécessaire». M.Koutbi qui a participé à l’élaboration du nouveau projet explique qu’il a fallu rédiger un nouveau texte pour pallier les insuffisances de l’actuelle loi, ce qui explique d’ailleurs que le projet, plus volumineux, comporte 111 articles contre 61 pour la loi 18-00. Premier changement, con-trairement à la réglementation actuelle, le nouveau texte fait la distinction entre les petites copropriétés, concernant des immeubles ne dépassant pas 20 appartements, et les grands complexes immobiliers. Les premières sont administrées par un syndic et un syndic adjoint et les secondes par un organe de contrôle qui est le conseil syndical dont les attributions ont été complètement remaniées. Selon M.Koutbi, le second paragraphe qui n’existe pas dans la loi 18-00 fait la distinction entre les copropriétés verticales (généralement des immeubles de 20 appartements) ou la copropriété qui se limite aux parties indivises de l’immeuble tels que les escaliers, les ascenseurs, la terrasse ou encore le garage et les copropriétés horizontales comprenant aussi bien des appartements que des villas, des hôtels et d’autres équipements. La Vie Eco 18
  20. 20. CGEM •Fédérations •Commissions PME : Toujours la plaie des impayés · Les opérateurs réclament une législation dans ce sens · L’informel aussi pointé «La PME, champion national», c’est le thème retenu par le Centre des jeunes dirigeants (CJD) lors de sa plénière du 8 avril dernier. Au menu des débats figuraient l’état des lieux de la PME au Maroc, les dispositifs d’appui et l’ouverture à l’export. Les délais de paiement et la concurrence déloyale figurent en tête des préoccupations des PME. «Il est temps que notre pays dispose d’une loi régissant les délais de paiement, à l’instar d’autres pays comme la Tunisie», affirme Mohamed Horani, président de la CGEM. Les problèmes de financement, de carence managériale et d’ouverture à l’export sont aussi pointés du doigt. Pour y remédier, l’Etat a prévu un panel de dispositifs et de mesures au profit des PME qui représentent 95% du tissu économique du pays. «Nous avons mis en place des fonds d’amorçage, qui consistent à prendre des participations dans les entreprises en création, avec notamment des options de sortie», souligne Ahmed Reda Chami, ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies. Pour les technologies de l’information, le lancement d’un fonds de 100 millions de DH se fera bientôt. Ce fonds, dont l’accord a été signé durant les Assises de l’industrie (www.leconomiste.com), est le fruit d’une contribution à parts égales de l’Etat, de la CDG et de 3 banques: la BMCE, Attijariwafa bank et la BCP. «Pour les autres secteurs, nous avons lancé un appel d’offres pour solliciter des gestionnaires pour gérer des fonds public-privé. En première phase, l’Etat mobilisera 350 millions de DH», poursuit Chami. L’Etat apporte ainsi, via les programmes Moussanada et Imtiaz, l’expertise et le soutien financier. Mais comment différencier les entreprises qui pourraient bénéficier de l’un de ces programmes? «C’est à travers une plateforme de rating et en fonction du score que nous pourrons classer les entreprises», explique Chami. Dans ce sens, une des conventions signées lors des Assises de l’industrie porte sur le financement des entreprises, dont notamment le système de scoring. Objectif: mesurer de manière objective les risques que présente une entreprise. «Les PME ont donc intérêt à optimiser leur score en améliorant leurs performances économique et financière», affirme Horani. L’ouverture à l’export est un autre motif d’inquiétude pour les PME. En effet, les chiffres montrent que seules 7.500 entreprises sont exportatrices, alors que 22.000 importent. L’Etat contribue massivement à encourager les exportateurs, en mettant à leur disposition des «contrats de croissance à l’export». «Ils consistent à prendre en charge jusqu’à 80% des charges marketing et commerciales à l’export», souligne Abdellatif Maâzouz, ministre du Commerce extérieur. Toutefois, le vrai problème réside dans l’offre à l’export et au niveau de la compétitivité de l’entreprise. L’Economiste 14/04/2010 La commission PME en tournée régionale La CGEM renforce son ancrage régional. En effet, la commission PME organise des journées régionales de la PME à Safi et Essaouira (fin avril), Nador (juillet) et Kénitra (octobre). Les thèmes, qui seront développés de concert avec les unions régionales, auront pour objectif de valoriser les PME locales via les activités de transformation et ce, selon les spécificités de chaque région. L’Economiste 19
  21. 21. CGEM •Fédérations •Commissions Délais de paiement : Nouvelle sortie du patronat Les délais de paiement constituent un vrai cheval de bataille pour la commission PME. Un important colloque sera tenu à Casablanca sur cette thématique en septembre. Le patronat dévoilera sa vision de cette problématique, chiffres à l’appui, dans le but de permettre au gouvernement de faire le meilleur choix. Pour ce faire, les ministres du Commerce et de l’Industrie, des Affaires générales et économiques, du Commerce extérieur, de la Justice et des Finances seront invités à prendre part aux travaux de cette grande rencontre. L’Economiste Le Millenium Challenge Compact présenté au patronat Grand oral du top management de l’Agence du partenariat pour le progrès (APP) le 15 avril, au siège de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Au menu, la présentation des projets qui rentrent dans le cadre des programmes Millenium Challenge Compact au Maroc. L’Economiste Agroalimentaire : Ce que pèse la filière · Une production de l’ordre de plus de 68 milliards de DH · Plus de 2.000 unités industrielles et 90.000 emplois L’industrie agroalimentaire représente près du tiers de la valeur ajoutée industrielle. Elle contribue également à hauteur du tiers du PIB industriel. Le secteur compte plus de 2.000 unités industrielles, soit plus du quart de l’ensemble des unités industrielles. Ce sont les dernières données de l’étude commanditée par la Fédération nationale de l’agroalimentaire auprès de Meda Consulting dans le cadre du Programme d’appui aux associations professionnelles (PAAP). L’analyse sectorielle a pour objectif l’élaboration d’une démarche participative pour l’émergence du secteur agroalimentaire. Selon les constats préliminaires de l’étude, le secteur emploie près de 90.000 personnes, soit 17,6% de l’effectif industriel global et génère une production évaluée à près de 68 milliards de DH (chiffres de 2007), ce qui représente environ 28,2% de la production industrielle globale. L’agroalimentaire constitue donc le premier secteur d’activité de l’industrie de transformation, mais cette position est menacée, vu que moins de 20% des investissements industriels lui sont destinés. Un risque confirmé par le poids du secteur dans les exportations, qui reste très faible. D’ailleurs, les produits exportés sont de faible valeur ajoutée et l’investissement étranger dans la filière ne dépasse guère 15% par rapport à celui de l’industrie. D’où la faible ouverture du secteur sur les technologies modernes. Si l’agriculture participe à hauteur de 13 à 18% du PIB, la participation de l’agroalimentaire n’est que de 4%. Une fois arrimé au pacte Emergence et au Plan Maroc vert, le secteur pourrait augmenter sa part de manière significative, à l’instar des pays industrialisés, où la participation de l’agroalimentaire au PIB est au moins égale à celle de l’agriculture. L’Economiste 20
  22. 22. CGEM •Fédérations •Commissions 15/04/2010 24 21
  23. 23. CGEM •Fédérations •Commissions Le Reporter 22
  24. 24. CGEM •Fédérations •Commissions Des consultants belges en prospection La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) organise le 27 avril une réunion de présentation entre les cabinets de consultants marocains et belges. L’événement qui se tient en collaboration avec l’Union wallonne des entreprises et l’Association des bureaux conseil et de formation. Cette rencontre a pour objectif d’examiner les possibilités de partenariats entre les cabinets marocains et belges afin de pouvoir prospecter ensemble de nouveaux marchés. L’Economiste PME : La CGEM plaide pour plus de sensibilisation La CGEM a un rôle important dans l'amélioration des scores des PME, à travers le volet de la sensibilisation. La problématique du financement n’est plus posée avec la même acuité. S’exprimant lors de la rencontre organisée par l’OJD, Mohamed Horani a souligné «qu’on a toujours le même problème de définition de la PME. Il faut savoir que les PME sont pour près de 30% dans les exportations, qu'elles représentent 50% des investissements privés et emploient 60% des salariés. C'est donc la base de notre économie qui est composée à 95% de PME dont 30% travaillent dans le commerce et près de 40% dans les services». Le patron des patrons pense surtout que “le pacte Emergence veut toujours mettre fin aux importants problèmes comme la sous-capitalisation, la carence des structures managériales et la faible internationalisation». Les derniers indicateurs du baromètre de conjoncture mis en place par la CGEM montrent que 50% des opérateurs pensent que la reprise est pour le 2ème semestre 2010, tandis que les autres 50% estiment qu'elle le sera pour 2011. «Nous avons posé une autre question sur le degré d'inquiétude des dirigeants d'entreprise et paradoxalement,Challenge qui sont ce sont 60% hebdo inquiets. Mais je pense que cette inquiétude exprime plutôt une vigilance de la part des opérateurs. 39% disent qu'ils sont inquiétés par la concurrence déloyale. La problématique du financement vient pour sa part au 6ème rang. ajoute M. Horani. La question du type d'entreprise familiale, toujours prédominante, n'est pas en quelque sorte la cause principale de la non adaptation des PME à leur environnement. Selon le président de la CGEM, «le problème ne se pose pas à ce niveau. Je vous donne l'exemple de la Turquie où les entreprises familiales sont les plus performantes. Par contre, je dirais que nous avons des entreprises qui sont plus individuelles. S'il y a un pas à faire, c'est de savoir plus partager» conclut-il. Finances News Hebdo 16/04/2010 Signature du contrat-programme logistique? Selon des professionnels du transport et de la logistique, le contrat-programme relatif à la stratégie nationale de la logistique devrait être signé la semaine prochaine entre le gouvernement et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Le contrat d’application concernant les zones multiflux de Casablanca serait également paraphé. L’Economiste 23
  25. 25. CGEM •Fédérations •Commissions Tourisme durable : Les fédérations se mobilisent · Un forum pour promouvoir ‘’l’investissement vert’’ · Des recommandations pour une large implication Comment faire du tourisme un pilier du développement durable? Et comment convaincre les opérateurs de s’orienter davantage vers les investissements “verts’’. Les invités du 1er Forum National sur l’investissement touristique durable, organisé jeudi dernier à Rabat à l’occasion de la journée de la terre, ont tenté d’apporter des réponses à ces questions. Ayant pour thème “Le Tourisme à l’ère du développement durable’’, cet évènement (1) vise à ‘’trouver des pistes de réflexion, afin de proposer des recommandations et une feuille de route pour notre secteur’’ a expliqué Othmane Chérif Alami, président de la Fédération nationale du tourisme. Il s’agit de sensibiliser et de convaincre les différents acteurs de faire du Tourisme durable et responsable un véritable levier de développement du secteur. En effet, une telle démarche, n’est pas seulement un moyen de réduire les coûts et les charges d’exploitation, mais aussi “une question d’image auprès des différents partenaires (clients et fournisseurs), qui sont de plus en plus exigeants en matière de respect de l’environnement. «C’est également un outil de compétitivité pour nos entreprises» selon Andreas Museler, président de Tour Operators Initiatives. «Faire ancrer ce principe de développement durable est certes difficile, mais pas impossible» a affirmé Ali Ghannam, président de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH). C’est un grand défi, qui consiste à changer les mentalités et les habitudes et faire comprendre qu’une démarche responsable respectant l’environnement est avant tout un investissement. ‘’L’industrie hôtelière implique plusieurs acteurs, il est donc impératif de convaincre toute la chaîne de la nécessité d’adhérer à une démarche écologique et responsable. Aussi, le retour sur investissement de ce genre de projets se fait sur le long terme, ce qui constitue une des principales contraintes’’ a affirmé Alami. L’Economiste 17/04/2010 Challenge hebdo 24
  26. 26. CGEM •Fédérations •Commissions La CGEM célèbre la Journée de la Terre En effet, la commission développement durable organise, une conférence débat sur « l’économie verte au Maroc » le 20 avril 2010 à Rabat. Cette conférence verra la participation de plusieurs Ministres : Mme Amina Benkhadra, Ministre de l’Energie et des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, M. Salaheddine Mezouar, Ministre de l’Economie et des Finances, M. Ahmed Réda Chami, Ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, M. Abdelkbir Zahoud, Secrétaire d’Etat chargé de l’Eau et de l’Environnement aux côtés de personnalités de renommée nationale et internationale oeuvrant dans le développement Durable. L’objectif de cette conférence est : • d’informer les entreprises marocaines sur les différentes opportunités d’affaires offertes par le marché vert ; • de créer un cadre propice au développement de ce segment ; • de faciliter notamment l’accès de l’entreprise marocaine aux grands projets structurants du Royaume à savoir les programmes d’assainissement ou le plan solaire. La CGEM est membre fondateur de l’Association Espace Mohamed Abdou à Casablanca (AEMA) avec laquelle. Elles mèneront conjointement une manifestation le samedi 17 avril destinée aux enfants du quartier accompagnés de leurs parents. Au programme de cette journée: • Une exposition de panneaux d’information sur le Parc et son histoire, sur les principales espèces végétales qui s’y trouvent, sur l’AEMA et sur Mohamed Abdou ; • Une animation par un architecte-paysagiste : remise en état de la pelouse, présentation des différentes machines et outils aux enfants ; • La plantation d’arbustes offerts par la Division des Espaces verts de la ville ; • Un lâcher de ballons pour clore l’événement. Les enfants, habillés d’un tee-shirt à l’effigie de la Journée de la Terre et de l’AEMA participeront, dans la mesure du possible, à ces différentes actions. Un diplôme de « Jeune Citoyen Vert » leur sera remis par les officiels qui seront présents, afin de marquer leur engagement pour la planète. A travers cette action, l’AEMA souhaite sensibiliser les enfants, ces « citoyens en herbe », aux problèmes environne- mentaux, et participer ainsi à la défense des principes de la « Green Génération », thématique phare d’Earth Day pour 2010 ! CGEMINFOS 25
  27. 27. CGEM •Fédérations •Commissions Trois questions à M.Chakib BELKHADIR, président de la fédération du commerce et services Dans cet entretien M. Belkhadir nous livre les principaux axes de la nouvelle Stratégie 2012 que compte lancer la Fédération du Commerce et Services. La Fédération du Commerce et Services se prépare à lancer une nouvelle Stratégie, à horizon 2012, quelles en sont les grandes orientations ? . Parmi les axes stratégiques retenus par le nouveau Bureau de la FCS, figurent en premier plan : l’accompagnement du Plan Rawaj au niveau régional et le développement de partenariats internationaux visant à dynamiser les secteurs du Commerce et des Services marocains. La Stratégie, en cours d’élaboration, s’inscrit dans une démarche dynamique d’Innovation et de Proximité. Quelle est la vocation de la FCS ? . La Fédération du Commerce et Services a pour vocation de fédérer les entreprises de ses secteurs autour d’intérêts écono- miques, sociaux et environnements communs : - Représenter et défendre les intérêts de nos membres auprès des pouvoirs publics et des acteurs institutionnels nationaux et internationaux - Promouvoir et accompagner le développement du Commerce et des Services au Maroc - Impulser des actions innovantes visant la modernisation de ses secteurs (technologique, modes de Gouvernance, Dé- veloppement des Compétences…) Quelle est la finalité de l’enquête initiée par la Fédération ? . A ce titre, il nous a semblé primordial d’être à l’écoute des entreprises adhérentes, quant à leurs attentes vis-à-vis de la FCS et à leurs suggestions sur les axes de développement futurs des Secteurs du Commerce et des Services. Nous souhaitons que le traitement des problématiques et enjeux prioritaires de nos secteurs soit fait avec l’implication de nos membres. Ainsi, la Fédération pourra leur apporter une Valeur Ajoutée concrète. L’enquête a été initiée depuis le 12 avril 2010, auprès de l’ensemble des membres de la FCS contactés par un Cabinet dédié à cette étude. CGEMINFOS
  28. 28. CGEM •Fédérations •Commissions Le président de la chambre des conseillers reçoit M. HORANI Le Président de la Chambre des Conseillers, M. Mohamed Cheikh Biadillah a reçu, le mercerdi 14 avril 2010, le Président de la CGEM, M. Mohamed Horani. Lors d’un entretien entre les deux parties, M. Biadillah a affirmé que la dynamisation du rôle de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc est de nature à assurer le soutien des réformes stratégiques structurantes et les grands chantiers initiés par S.M. le Roi Mohammed VI pour la mise à niveau de l’économie nationale. Cela permettra de garantir un climat sain et propice aux investissements renforçant ainsi la confiance dont jouit le Maroc auprès des milieux économiques et financiers. La rencontre entre MM. Biadillah et Horani a été l’occasion d’évoquer également des questions se rapportant à la mondialisation et ses répercussions sur le tissu économique national, la Loi sur la compétitivité, la levée des barrières douanières en 2012, outre l’examen des moyens d’élargir l’affiliation à la CGEM et le projet. CGEMINFOS Commission Economie. Conférence-débat sur l’intelligence économique La Commission Economie organise sous la présidence de M. Driss Alaoui Mdaghri, le 23 avril 2010 de 9h30 à 12h30 au siège de la CGEM, une conférence-débat sous le thème «L’Intelligence Economique : Quel intérêt pour les entreprises marocaines ?». Cette conférence aura pour objectif de sensibiliser les entreprises marocaines à l’importance stratégique de l’Information et au rôle de l’Intelligence Economique, qui met ainsi à la disposition des entreprises, des méthodes et outils permettant de comprendre son environnement et de saisir les opportunités, détecter les tendances du marché et faire face à la concurrence. Cette conférence-débat sera animée par M. Franck Tognini, Conseiller auprès des entreprises en matière de gestion, d’analyse et de protection de l’information et co-auteur de l’ouvrage «Petit Manuel d’intelligence économique au quotidien». Le Professeur Ahmed Azirar, membre de la Commission Economie et Président de l’Association Marocaine Des Economistes d’Entreprise apportera à cette intervention la perspective marocaine. Contact : Mme Asmaâ Zniber, zniber@cgem.ma. CGEMINFOS Challenge hebdo Challenge hebdo

×