Conférence de presse tenue par le ministère de l'economie et des finances et qui présente les résultats préliminaires de l'économie marocaine durant l'année 2011
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Conférence de presse tenue par le ministère de l'economie et des finances et qui présente les résultats préliminaires de l'économie marocaine durant l'année 2011

on

  • 989 views

 

Statistics

Views

Total Views
989
Views on SlideShare
887
Embed Views
102

Actions

Likes
0
Downloads
34
Comments
0

1 Embed 102

http://www.bourse-maroc.org 102

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Conférence de presse tenue par le ministère de l'economie et des finances et qui présente les résultats préliminaires de l'économie marocaine durant l'année 2011 Conférence de presse tenue par le ministère de l'economie et des finances et qui présente les résultats préliminaires de l'économie marocaine durant l'année 2011 Presentation Transcript

  • CONFÉRENCE DE PRESSE Royaume du Maroc Ministère de l’Economie et des FinancesRÉSULTATS PRÉLIMINAIRES DE L’ÉCONOMIEMAROCAINE DURANT L’ANNÉE 2011MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES Lundi 13 février 2012
  • PLAN I CONTEXTE INTERNATIONAL II L’ÉCONOMIE MAROCAINE DURANT L’ANNÉE 2011III CONCLUSION ET PERSPECTIVES
  • EVOLUTION DU CONTEXTE INTERNATIONAL DURANT L’ANNÉE 2011. RALENTISSEMENT DE LA CROISSANCE MONDIALE SOUS L’EFFET : des chocs entrainés par le tremblement de terre et le tsunami survenus au Japon ; de la hausse du prix du pétrole ; du retard pris par le processus de relais des stimulus budgétaires par la demande privée ; de l’élargissement de la crise de la dette souveraine à des pays importants de la zone eurocomme la France, l’Italie, l’Espagne et la Grèce et, au-delà de l’Europe, aux Etats-Unisd’Amérique et au Japon ; des perturbations géopolitiques dans la région Moyen Orient et Afrique du Nord Direction du Trésor et des Finances Extérieures I3
  • EVOLUTION DES PRÉVISIONS DE LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE POUR L’ANNÉE 2011 Prévisions initiales Premiers résultats Janvier 2011 Janvier 2012 MONDE USA ZONE EURO PAYS EMERGENTSSource: FMI Direction du Trésor et des Finances Extérieures I4
  • 2007 2008 Source :OCDE 2009 2010 2011 2007 2008 Croissance économique 2009 2010 2011 ZONE EURO 2007 2008 2009 2010 2011 2007 2008 2009 2010 2011 2007 2008 2009 2010 2011Direction du Trésor et des Finances ExtérieuresI5
  • ZONE EUROTaux de chômage A l’exception de l’Allemagne, le taux de chômage continue d’augmenter dans tous les pays européens. Taux de chômage à fin novembre Zone Euro Allemagne France Italie Espagne 22,9 20,4 19,0 14 10,1 10,1 10,3 10,0 9,7 9,8 7,4 8,2 8,3 7,4 7,7 7,9 8,2 8,3 8,1 8,6 8,6 6,7 7 5,5 6,0 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2007 2007 2007 2008 2009 2010 2010 2010 2008 2009 2007 2007 2010 2010 2011 2011 2011 2011 2011 2008 2008 2009 2009 2008 2009 2007 2007 2008 2009 2007 2007 2008 2009 2007 2010 2010 2010 2010 2010 2011 2011 2011 2011 2011Source :OCDE Direction du Trésor et des Finances Extérieures I6
  • HAUSSE DES COURS DU PÉTROLE BRUT 104 $/Baril 79 $/Baril 125,9 62 $/Baril 107,8 88,5 88,6 70,0 42,9 2009 2010 2011janv.-09 avr.-09 juil.-09 oct.-09 janv.-10 avr.-10 juil.-10 oct.-10 janv.-11 avr.-11 juil.-11 oct.-11Source :BLOOMBERG Direction du Trésor et des Finances Extérieures I7
  • HAUSSE DES COURS DU BLÉ DUR 286 $/mt 230 $/mt 186 $/mt 348,1 327,1 261,5 269,0 239,1 211,0 157,7 2009 2010 2011janv.-09 avr.-09 juil.-09 oct.-09 janv.-10 avr.-10 juil.-10 oct.-10 janv.-11 avr.-11 juil.-11 oct.-11Source : Banque Mondiale Direction du Trésor et des Finances Extérieures I8
  • TAUX DE CHANGE EURO / DOLLAR 1,493 1,415 1,291 1,319 1,288 déc.-10 janv.-11 févr.-11 mars-11 avr.-11 mai-11 juin-11 juil.-11 août-11 sept.-11 oct.-11 nov.-11 déc.-11Source : BCE Direction du Trésor et des Finances Extérieures I9
  • PLAN I CONTEXTE INTERNATIONAL II L’ÉCONOMIE MAROCAINE DURANT L’ANNÉE 2011III CONCLUSION ET PERSPECTIVES
  • L’ÉCONOMIE MAROCAINE DURANT L’ANNÉE 2011 CROISSANCE ECONOMIQUE ECHANGES EXTERIEURS FINANCES PUBLIQUES DETTE DU TRESOR 11
  • EVOLUTION FAVORABLE DE L’ÉCONOMIE NATIONALE DURANT L’ANNÉE 2011. le taux de croissance devrait se situer autour de 5% en dépit de la conjoncture internationale défavorable ; Accélération de la croissance des activités non agricoles ; Accélération de la distribution des crédits bancaires à l’économie ; Maîtrise du niveau d’inflation ; Poursuite du recul du taux de chômage. Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 12
  • CROISSANCE ÉCONOMIQUE PIB /PIB non agricole +1,2% +4,5% +4,7% 8,6 6,1 5,5 5,4 5,1 4,9 4,9 4,7 4,6 4,9 4,8 4,2 3,9 4,1 4,2 3,6 2,9 2,2 2,0 1,5 0,4 -1,5 T 1-09 T 2-09 T 3-09 T 4-09 T 1-10 T 2-10 T 3-10 T 4-10 T 1-11 T 2-11 T 3-11Secteur agricole : Hausse de 4,1% de la VA du secteur en moyenne durant les 3 premiers trimestres del’année 2011 suite à la réalisation d’une récolte céréalière dépassant la moyenne, soit 84 M.Qx, et à labonne performance des autres cultures;Secteurs non agricoles: Consolidation de la croissance non agricole autour de 4,7% en moyenne sur les3 premiers trimestres de 2011 contre 4,5% un an auparavant sous l’effet de la reprise des secteurs duBTP et des services. Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 13
  • CROISSANCE ÉCONOMIQUE : CONDITIONS DE FINANCEMENT DE L’ÉCONOMIE ...Accélération du rythme de distribution des crédits à l’économie +2,0% Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 14
  • CROISSANCE ÉCONOMIQUE : CONDITIONS DE FINANCEMENT DE L’ÉCONOMIECette accélération a concerné notamment les crédits immobiliers Immobilier Equipement Consommation Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 15
  • CROISSANCE ÉCONOMIQUE : CONDITIONS DE FINANCEMENT DE L’ÉCONOMIETaux d’intérêt débiteurs quasi-stables 10,60 9,28 9,03 9,13 8,60 8,08 7,88 7,60 6,70 6,63 6,33 6,34 6,31 6,07 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 T3-11 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 16
  • MAÎTRISE DU TAUX D’INFLATIONEn % ... 6,2% entre 1990 et 1995 8,0 7,0 5,7 6,1 1,8 % entre 1996 et 2011 5,2 5,2 3,7 3,0 3,3 2,8 2,8 1,9 1,5 2,5 1,2 1,0 0,9 0,9 0,7 0,6 1,0 1,01990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 17
  • MAÎTRISE DU TAUX D’INFLATION Indice général : Glissement 12 mois / 12 ...1, 6 2, 5 2,3 2,1 1,4 Produits alimentaires1, 4 1,4 2 1,6 1, 5 1,41, 2 1,1 1,01,0 1,2 1 0,9 1 0,6 0,9 Produits non alimentaires 0, 50, 8 00, 6 -0,2 -0,6 -0,3 - 0, 50, 4 0,40, 2 0,2 0,3 -1 - 1, 5 0Déc Mars Juin Sep Déc Mars Juin Sep Déc Déc Mars Juin Sep Déc Mars Juin Sep Déc09 10 10 10 10 11 11 11 11 09 10 10 10 10 11 11 11 11 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 18
  • EN DÉPIT DU RECUL DU TAUX DE CHÔMAGE NATIONAL, LE TAUX DE CHÔMAGE DES JEUNES ET DES DIPLÔMÉS DEMEURE ÉLEVÉ Chômage national Chômage urbain9,8 15,4 9,6 14,7 9,1 9,1 8,9 13,8 13,7 13,4 Chômage diplômés (urbain) Chômage jeunes (25-34 ans/urbain)20,8 21,6 20,0 20,2 18,6 18,1 18,3 19,2 19,1 19,1 2008 2010 2011 2007 2009 2007 2008 2009 2010 2011
  • L’ÉCONOMIE MAROCAINE DURANT L’ANNÉE 2011 CROISSANCE ECONOMIQUE ECHANGES EXTERIEURS FINANCES PUBLIQUES DETTE DU TRESOR
  • ECHANGES EXTÉRIEURS : RÉSULTATS 2011 Variation 2010 2011 en MM.DH En % Exportations 149,6 170,9 21,4 14,3% Phosphates et dérivés 35,9 48,4 12,5 35,0% Hors phosphates dérivés 113,7 122,5 8,8 7,8% Importations 298,0 356,4 58,5 19,6% Energie et lubrifiants 68,5 89,8 21,4 31,2% Céréales 11,5 16,2 4,7 41,3% Déficit commercial 148,4 185,5 37,1 25,0% Taux de couverture 50,2% 48,0% -2,2 pts Solde des services 42,8 42,1 - 0,7 1,7% Recettes voyages 56,4 58,7 2,2 4,0% Transferts MRE 54,4 58,5 4,1 7,6% Couverture déficit par les recettes voyages et transferts MRE 74,7% 63,2% -11,5 pts Recettes des Investissements et prêts privés étrangers 39,3 28,9 -10,3 -26,4%
  • DÉGRADATION DE LA BALANCE COMMERCIALE EN 2011 SUITE AU RENCHÉRISSEMENT DE LA FACTURE ÉNERGÉTIQUE ET CÉRÉALIÈRE La hausse des importations des produits énergétiques et céréalières a contribué à hauteur de 70% à la dégradation du déficit commercial HAUSSE DE LA FACTURE HAUSSE DE LA FACTURE ÉNERGÉTIQUE CÉRÉALIÈRE Contribution à hauteur de 58% à la dégradation du déficit commercial.  Contribution à hauteur de 11% à la dégradation du déficit commercial. Attribuable à hauteur de 90% à l’effet prix .  Attribuable à hauteur de 80% à l’effet Une hausse de 1$US du prix du baril du prix suite à la hausse des cours du blépétrole engendre une hausse de la facture sur le marché international. énergétique de près de 900 M.DH Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 22
  • HAUSSE DES IMPORTATIONS DES DEMI-PRODUITS ET DES BIENS D’ÉQUIPEMENTHausse de 13% ou 16,4 MM.DH des importations des demi-produits et desbiens déquipement en relation avec : Le processus du démantèlement tarifaire dans le cadre des accords de libre échange ; Les programmes d’investissement et les grands chantiers. Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 23
  • COUVERTURE DES IMPORTATIONS DES PRODUITS ÉNERGÉTIQUES PAR LES EXPORTATIONS DES PHOSPHATES ET DÉRIVÉS Les exportations du groupe OCP couvrent 54% des importations énergétiques 71%Taux de couverture = Exportations OCP/ Importations d’énergie 54% 53% 346 52% 39% 33%Prix du pétrole ($/Baril) 185Prix du phosphate ($/Tonne) 123 97 122 71 53 64 41 104 79 38 62 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 24
  • FORTE CORRÉLATION ENTRE L’ÉVOLUTION DES EXPORTATIONS MAROCAINES ET LA CROISSANCE DANS LES PAYS DE L’UE Croissance des exportations marocaines 19,8% 9,2% 13,5% 9,3% 7,8% 2,3%4,0% 3,6% 3,3% -2,2% 2,6% 2,2% 1,5% 1,8% 1,6% 1,4% -9,0% Croissance dans les pays de l’UE -4,2%2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 25
  • CONSOLIDATION DE LA BONNE PERFORMANCE DES PRINCIPAUX SECTEURS EXPORTATEURS…En MM.DH     Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 26
  • DÉGRADATION DES PRINCIPAUX SECTEURS EXPORTATEURS AU T4-11Textile et habillementComposants automobile Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 27
  • DÉGRADATION DES PRINCIPAUX SECTEURS EXPORTATEURS AU T4-11ElectroniqueAéronautique** Cycle de production long
  • RALENTISSEMENT AU NIVEAU DES FLUX FINANCIERS AU T4-11Recettes voyageTransferts des MRE Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 29
  • BAISSE DU NIVEAU DES AVOIRS EXTÉRIEURS NETS DE BAMEn mois d’importations de biens et services 9,8 11, 0 8,8 8,8 7,7 10, 0 6,6 6,8 9,0 5,2 8,0 7,0 Avoirs extérieurs nets 190 6,0 5,0 En MM.DH 170 150 130 110 188 182 176 188 174 90 167 70 150 50 30 10 -10 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 30
  • L’ÉCONOMIE MAROCAINE DURANT L’ANNÉE 2011 CROISSANCE ECONOMIQUE ECHANGES EXTERIEURS FINANCES PUBLIQUES DETTE DU TRESOR 31
  • RÉSULTATS DE L’EXÉCUTION DE LA LOI DE FINANCES 2011L’exécution de la loi de finances pour lannée 2011 s’est caractérisée par : Des résultats globalement positifs au niveau des recettes fiscales et non fiscales, en comparaison aussi bien avec 2010 qu’avec les prévisions de la loi de finances; Une hausse des dépenses ordinaires sous l‘effet de l’aggravation de la charge de la compensation et des mesures prises dans le cadre du dialogue social. Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 32
  • RÉSULTATS DE L’EXÉCUTION DE LA LOI DE FINANCES 2011Milliards de dirhams LF Résultats Ecarts Evolution Par 2011 2011 en valeur rapport à 2010RECETTES ORDINAIRES 179,5 191,3 11,8 9,8%Recettes Fiscales 158,1 162,8 4,7 5,7% Impôt sur les sociétés 39,2 40,3 1 14,6% Impôt sur le revenu 26,8 27,5 0,7 2,2% Taxe sur la valeur ajoutée 46,9 50,3 3,4 10,2% Intérieure 19,9 19,4 -0,5 3,6% Importation 27 30,9 3,9 14,8% Taxe intérieure à la consommation 20,8 21,9 1,1 3,4% Droits de douane 11,2 10,3 -0,9 -16,0% Enregistrement &Timbre 10,6 10,6 0 5,8%Recettes non fiscales hors privatisation 14,2 19,6 5,7 21,1%Privatisation 4,0 5,6 1,6 - Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 33
  • EVOLUTION DES PRINCIPALES RECETTES FISCALESEn pourcentage du PIB IS IR TVA TIC Droits de douane 6,2 5,6 4,9 4,9 4,5 3,4 2,8 2,7 2,2 1,3 2008 2009 2008 2009 2008 2007 2009 2008 2007 2009 2010 2007 2010 2008 2007 2009 2010 2010 2007 2011 2010 2011 2011 2011 2011 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 34
  • RÉSULTATS DE L’EXÉCUTION DE LA LOI DE FINANCES 2011Milliards de dirhams LF Résultats Ecarts Evolution Par 2011 2011 en valeur rapport à 2010 DÉPENSES ORDINAIRES 164,9 193,5 28,6 19,4%Personnel 86,0 88,6 2,5 12,4% Biens et services 43,0 37,9 -5,1 -1,5% Dette publique 19,0 18,2 -0,7 3,8% Compensation 17,0 48,8 31,8 79,6% INVESTISSEMENT 48,1 49,9 1,8 6,1% Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 35
  • Evolution des dépensesEn pourcentage du PIB Salaires Autres biens Intérêts de la Compensation Investissement & services dette 10,7 10,9 6,0 6,1 5,5 4,7 4,6 3,1 2,7 2,2 2008 2009 2008 2009 2008 2007 2009 2008 2007 2009 2010 2007 2010 2008 2007 2009 2010 2010 2007 2011 2010 2011 2011 2011 2011 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 36
  • Les résultats d’exécution de la loi de finances 2011 Les recettes : 11,8 MM.DH Les charges : 32,4 MM.DH, dont 21,6 MM.DH du fait de l’augmentation de la charge de compensation.Aggravation du déficit denviron 20,6 Milliards de Dirhams, soit l’équivalent de 2,6% du PIB Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 37
  • RÉSULTATS DE L’EXÉCUTION DE LA LOI DE FINANCES 2011Niveau du déficit par rapport au PIB LF Résultats 2011 2011SOLDE BUDGÉTAIRE -29.5 -50.1 En % du PIB -3,5 % -6,1 % Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 38
  • L’ÉCONOMIE MAROCAINE DURANT L’ANNÉE 2011 CROISSANCE ECONOMIQUE ECHANGES EXTERIEURS FINANCES PUBLIQUES DETTE DU TRESOR 39
  • DETTE DU TRESOR Malgré la hausse du déficit budgétaire, la dette duTrésor reste contenue à des niveaux acceptables avec une maîtrise des coûts et une faible exposition aux risques associés à cette dette. Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 40
  • LA DETTE DU TRÉSOR RESTE DANS DES NIVEAUX ACCEPTABLESLa dette du Trésor par rapport au PIB a atteint 52,9%, soit une hausse de 2,6 points par rapport à 2010. 68,1% 67,1% 63,7% 62,1% 60,8% 57,3% 58,2% 53,5% 52,9% 50,3% 47,3% 47,1% 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 41
  • LA DETTE DU TRÉSOR RESTE DANS DES NIVEAUX ACCEPTABLES‐ Hausse de la dette intérieure par rapport au PIB de 2,6 points passant de 38,2% en 2010 à 40,8% en 2011.- Stabilité de la dette extérieure par rapport au PIB à 12,1%. 49,0% 46,0% 44,3% 44,3% 42,9% 42,8% 41,2% 40,8% 37,9% 37,4% 38,2% 36,4% Dette intérieure 30,2% 25,9% Dette extérieure 20,8% 16,5% 13,9% 13,1% 11,3% 12,1% 12,1% 10,7% 9,9% 10,7% 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 42
  • NIVEAUX SATISFAISANTS DES INDICATEURS DE COÛT ET DE RISQUE ASSOCIÉS À LA DETTE DU TRÉSOR Poursuite de l’amélioration des indicateurs de coût- Baisse du coût moyen de la dette du Trésor de 30 pb par rapport à 2010 pour se stabiliser à 4,4% en 2011.- Poursuite du trend baissier du poids des charges en intérêts : - 9,7% par rapport aux recettes ordinaires contre 10,3% en 2010. - 2,2% par rapport au PIB. Charges en intérêts Coût moyen de la dette 22,6% 20,6% Par rapport aux 6,8% recettes ordinaires 6,8% 16,6% 17,7% 5,8% 17,4% 14,2% 6,1% 5,6% 5,5% 14,7% 12,5% 10,0% 10,3% 5,6% Par rapport au 5,4% 4,8% PIB 10,3% 5,2% 4,4% 9,7% 4,7% %4,7 %4,1 %3,4 %3,3 %2,7 %2,3 %4,4 %3,6 %3,3 %3,1 %2,4 %2,2 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 43
  • NIVEAUX SATISFAISANTS DES INDICATEURS DE COÛT ET DE RISQUE ASSOCIÉS À LA DETTE DU TRÉSORLa structure de la dette du Trésor est conforme au portefeuille benchmark ce qui permet de contenirles risques relatifs au refinancement de la dette, aux taux d’intérêt et aux taux de change. 1. Risque de refinancement La dette à court terme à moins de 20% 86% 83% Dette à moyen et long terme 17% Dette à court terme 14% 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 44
  • NIVEAUX SATISFAISANTS DES INDICATEURS DE COÛT ET DE RISQUE ASSOCIÉS À LA DETTE DU TRÉSOR2. Risque de taux d’intérêtLa dette du Trésor à taux variables ne dépasse pas 7% de l’encours total de la dette témoignantd’un faible impact de la variation des taux d’intérêt sur le service de la dette. Répartition de l’encours de la dette par type de taux d’intérêt Structure en 2011 Portefeuille benchmark de la dette du Trésor selon le type de taux d’intérêt 93% 85-90% 15-10% 7% Taux d’intérêt fixes Taux d’intérêt variables Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 45
  • NIVEAUX SATISFAISANTS DES INDICATEURS DE COÛT ET DE RISQUE ASSOCIÉS À LA DETTE DU TRÉSOR3. Risque de variation des cours de changeLa structure de la dette extérieure par devises étant très proche de celle du portefeuille benchmark,l’impact des fluctuations des cours de change des différentes devises sur le stock et le service decette dette reste très limité. Répartition de la dette extérieure par devises Structure en 2011 Portefeuille benchmark de la dette du Trésor selon les différentes devises Euro Euro 80-75% 77% US dollar et devises qui y sont associés 18% 25-20% US Dollar 5% Yen japonais La structure du portefeuille benchmark de la dette est corrélée à la composition du panier du dirhams par devises et à à la structure des échanges extérieurs entre le Maroc et le reste du monde (75% à 80% pour l’euro et 20% à 25% pour le dollar) Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 46
  • PREMIERS RESULTATS DE L’ANNEE 2011… 2009 2010* 2011* P.I.B (prix de lannée précédente) 4,8 % 3,7 % 5,0 % Indice des prix à la consommation 1,0 % 0,9 % 0,9 % Solde budgétaire / PIB -2,2 % -4,6 % -6,1 % Dette totale du Trésor / PIB 47,1 % 50,3 % 52,9 % Charges de compensation 12,8 MM.DH 27,2 MM.DH 48,8 MM.DH Compte courant de la BP/ PIB -5,4 % -4,5 % -6,5 % Facture énergétique 54,1 MM.DH 68,5 MM.DH 90,9 MM.DH Chiffres d’affaires OCP 18,1 MM.DH 35,9 MM.DH 48,4 MM.DH Avoirs extérieurs / mois d’importations 7,7 MOIS 6,8 MOIS 5,2 MOIS Crédits bancaires à l’économie +50,9MM.DH +44,3MM.DH +65,1 MM.DH Taux de chômage / urbain 9,8 % / 14,8 % 9,1 % / 13,7 % 8,9 % / 13,4 % 47
  • PLAN I CONTEXTE INTERNATIONAL II L’ÉCONOMIE MAROCAINE DURANT L’ANNÉE 2011III CONCLUSION ET PERSPECTIVES
  • RAPPORT DES SERVICES DU FMI POUR LES CONSULTATIONS DE 2011 AU TITRE DE L’ARTICLE IVLE MAROC A FAIT FACE AVEC SUCCÈS AUX GRANDS DÉFIS ENGENDRÉS PAR LA CRISEMONDIALE : Après plusieurs années de politiques macroéconomiques et de réformes politiques avisées, le Maroc a disposé des marges de manœuvres nécessaires pour affronter la crise internationale de 2009 et répondre aux demandes sociales qui se sont exprimées lors du Printemps arabe en 2011. Dans cette conjoncture difficile, le Maroc a enregistré de bonnes performances économiques ainsi qu’une amélioration de ses indicateurs sociaux. Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 49
  • EVALUATION DES AGENCES DE NOTATION ET DU MARCHÉ FINANCIER INTERNATIONALStandard & Poors Mars 2011 : (après le discours royal) « Les réformes proposées par le Roi renforcent la stabilité politique du Maroc et soutiennent la notation souveraine ». Juillet 2011 : « une gestion budgétaire prudente du Gouvernement et son engagement à poursuivre des politiques crédibles en matière de réduction du déficit budgétaire et de la dette ».Fitch Ratings Février 2011 : «linvestissement dans linfrastructure publique, conjugué à un effort concerté en termes de diversification dans des secteurs à plus forte valeur ajoutée, a aussi rehaussé la croissance potentielle. » Février 2012 : « Une bonne maîtrise de la gestion macroéconomique a permis le maintien de l’inflation à niveau bas et la réalisation d’une croissance économique forte ».Marché financier international Le Maroc jouit d’une meilleure appréciation du risque souverain que plusieurs pays bénéficiant de notations plus élevées. Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 50
  • NOUVEAU PARTENARIAT DE DEAUVILLEADHÉSION DU MAROC AU PARTENARIAT DE DEAUVILLE Le Maroc a rejoint le Partenariat de DEAUVILLE en juillet 2011 lui permettant de pouvoir bénéficier, au même titre que lEgypte, la Tunisie et la Jordanie, d’une enveloppe de près de 80 milliards de dollars sur la période 2011-2013 :  40 milliards de dollars à mobiliser auprès des pays membres du G8.  38 milliards de dollars auprès des institutions financières régionales et internationales.LANCEMENT DE LA COOPÉRATION MAROC-BERD DANS LE CADRE DU PARTENARIATDE DEAUVILLE Suite à l’évaluation technique du Maroc par cette Banque menée depuis juillet 2011 :  Le Conseil d’Administration de la BERD a donné, à l’unanimité, son accord au mois novembre 2011, sur la décision relative à l’intervention de cette Banque au Maroc à partir des Fonds de Coopération.  Le Maroc bénéficiera, avec les autres pays sud méditerranéens destinataires des fonds de coopération (Egypte, Tunisie et Jordanie) d’une enveloppe financière globale de 2,5 milliards d’euros entre 2012 et 2015 sous forme d’assistance technique , dans un premier temps, et de financements directs par la suite. Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 51
  • CONCLUSION ET PERSPECTIVESLe Maroc jouit de la confiance de la communauté internationale, des organisationsfinancières internationales et des investisseurs étrangers notamment suite à la dernièreréforme constitutionnelle et à la consolidation de la transition démocratique dans notrepays.Il nous appartient de capitaliser sur cette confiance en vue de relever les défis auxquelsnotre pays est confronté et qui exigent :  le renforcement de l’Etat de droit et la consécration des principes de la bonne gouvernance ;  la consolidation des bases d’une croissance forte et soutenable et le rétablissement des équilibres macroéconomiques  la garantie de l’accès équitable des citoyens aux services de base et la poursuite de leffort en faveur des programmes sociaux. Direction du Trésor et des Finances Extérieures I 52