• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Cybercriminalité, experience judiciaire ivoirienne
 

Cybercriminalité, experience judiciaire ivoirienne

on

  • 109 views

Présentation de Me SARR Abdou, Avocat à la cour ...

Présentation de Me SARR Abdou, Avocat à la cour
consultant en droit des tic, à l'Atelier de sensibilisation et de formation sur les droits et obligations des usagers des services, les 29 et 30 avril 2014 à l'Espace CRRAE UMOA.

Statistics

Views

Total Views
109
Views on SlideShare
109
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Cybercriminalité, experience judiciaire ivoirienne Cybercriminalité, experience judiciaire ivoirienne Presentation Transcript

    • CYBERCRIMINALITE, EXPERIENCE JUDICIARE IVOIRIENNE Me SARR Abdou, Avocat à la cour consultant en droit des tic
    • • I- ANACHRONISME ET INADEQUATION DU DROIT PENAL • II- ENCADREMENT JUDICIAIRE DE LA CYBERCRIMINALITE
    • A - ANACHRONISME DU DROIT PENAL 1- INADAPTATION LIEE A L’EVOLUTION DES COMPORTEMENTS (CYBER) CRIMINELS 2- VIDE JURIDIQUE
    • 1 - INADAPTATION LIEE A L’EVOLUTION DES COMPORTEMENTS (CYBER) CRIMINELS •De la matérialité des infractions à Dématérialisation totale - Atteinte aux biens: vol, destruction de biens, incendie (sous une forme violente, contact physique avec la victime) - Atteinte aux personnes: diffamation, incitation au vol au meurtre au travers des moyens de diffusion traditionnels (courriers, journaux…) - Aujourd’hui le vol, l’escroquerie l’abus de confiance peuvent valablement être commis grâce au cyberespace, grâce à la dématérialisation (contact non indispensable).
    • • Cybercriminalité = Dématérialisation Totale - Vol - Escroquerie - Abus de confiance - Diffamation (AXA…) - Données personnelles : détournement - Atteintes aux mœurs: pornographie, pédophilie - ……
    • 2 – VIDE JURIDIQUE Comment juger? - Vol d’informations (café cacao); - Bombe logique ; - Création de fausse monnaie; - Cas particulier du broutage (escroquerie)
    • B- INADEQUATION DE LA PROCEDURE PENALE 1. INADÉQUATION DANS LA PHASE DE POURSUITE DE L’INFRACTION CYBERCRIMINELLE 2. INADÉQUATION DANS LES PHASES DE JUGEMENT
    • 1- INADÉQUATION DANS LA PHASE DE POURSUITE DE L’INFRACTION CYBERCRIMINELLE - LA RECHERCHE DES ELEMENTS DE L’INFRACTION - Perquisition: fouille du cyberespace/ des ordi - Arrestation des responsables : identification et localisation - Saisie des éléments constitutifs des cyber infractions Les preuves: monde de l’immatériel Les responsables : difficulté dans l’identification des responsables (internautes ? transporteur d’info
    • 2 – INADEQUATION DANS LES PHASES DE JUGEMENT • LE JUGEMENT - Protection de l’ordre public (?): - Territorialité: perception sur le territoire - Preuves: fiabilité des preuves obtenues: Pas de tiers certificateur ni d’expert agréé en informatique.
    • • LA SANCTION PENALE - Objet de la sanction: dissuasion - Interprétation stricte des textes - Disproportion entre le préjudice et les peines (destruction d’information) - Les NTIC ne sont pas des circonstances aggravantes; - Peines complémentaires inadaptées: confiscation, destruction des supports; suspension des périodiques
    • II- ENCADREMENT JUDICIAIRE DE LA CYBERCRIMINALITE (LOI N°2013-451 DU 19 JUIN 2013) • A- DROIT PENAL FONDAMENTAL: DE NOUVELLES INFRACTIONS • B- PROCEDURE PENALE: DE NOUVEAUX OUTILS
    • A- DROIT PENAL FONDAMENTAL: DE NOUVELLES INFRACTIONS • Le vol d’informations «Quiconque prend frauduleusement connaissance d’une information à l’intérieur d’un système d’information, ou copie frauduleusement une information à partir d’un tel système est coupable de VOL D’INFORMATIONS. » Peine: de 5 à 20 ans de prison
    • « Le fait d’accéder, de tenter d’accéder, de se maintenir, de tenter de se maintenir frauduleusement dans tout ou partie d’un système d’informations » Peine: 1 à 5 ans de prison « Le fait d’utiliser frauduleusement un élément d’identification d’une personne physique ou morale par le biais d’un système d’information Peine: 2 à 5 ans de prison et 5 à 10 000 000 D’amende
    • • LA FRAUDE INFORMATIQUE « Manipulation données informatiques dans l’intention de se procurer pour son compte ou pour le compte d’autrui un avantage patrimonial frauduleux » • LE SABOTAGE L’atteinte volontaire au fonctionnement d’un système informatique, ie l’entraver ou le fausser. L’introduction, suppressions ou modification de données stockées dans un système informatique. • ATTEINTES À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 1 à 10 de prisons et 500.000 à 100 000 000 FCFA
    • B- PROCEDURE PENALE: DE NOUVEAUX OUTILS 1) La perquisition • Accès à un système d’information (réseau informatique, téléphonique…) • Accès à un support de stockage de données.
    • 2) La saisie • Les données, • Les systèmes informatiques , • Copie des données nécessaires à la manifestation de la vérité
    • 3) Rôle des fournisseurs de service - Conservation et protection de l’intégrité des données pendant 10 ans ( mail, téléphone…) 4) Les autorités compétentes • Le Juge d’instruction; • Le Procureur de la République; • Les OPJ
    • I- ANACHRONISME ET INADEQUATION DU DROIT PENAL 1- INADAPTATION LIEE A L’EVOLUTION DES COMPORTEMENTS (CYBER) CRIMINELS 2- VIDE JURIDIQUE II- ENCADREMENT JUDICIAIRE DE LA CYBERCRIMINALITE 1- DROIT PENAL FONDAMENTAL: DE NOUVELLES INFRACTIONS 2 - PROCEDURE PENALE: DE NOUVEAUX OUTILS CYBERCRIMINALITE ET EXPERIENCE JUDICIAIRE IVOIRIENNE
    • JE VOUS REMERCIE