Your SlideShare is downloading. ×
  La cjue invalide l’interdiction de vente sur internet
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

La cjue invalide l’interdiction de vente sur internet

584

Published on

La CJUE invalide l’interdiction de vente sur internet

La CJUE invalide l’interdiction de vente sur internet

Published in: Economy & Finance
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
584
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Legalis.net | BREVES | Pierre Fabre Dermo-Cosmétique : la CJUE invalide l’interdiction de vente sur internet 14/10/11 20:15 Pierre Fabre Dermo-Cosmétique : la CJUE invalide l’interdiction de vente sur internet Par une décision du 13 octobre 2011, le Cour de justice de l’Union européenne confirme qu’une clause d’un accord de distribution sé- lective de Pierre Fabre Dermo-Cosmétique interdisant la vente sur internet de produits de cosmétique et d’hygiène corporelle constitue une restriction de concurrence. Elle approuve l’Autorité de la concurrence qui avait conclu, dans une décision du 29 octobre 2008, que l’interdiction faite par le laboratoire à ses distributeurs agréés de vendre ses produits sur internet était contraire au droit de la concurrence. Pierre Fabre Dermo-cosmétique avait fait appel de la décision de l’Autorité et la cour de Paris avait introduit un recours préjudiciel auprès de la CJUE pour savoir si une interdiction générale et absolue de vente en ligne constitue une restriction de la concurrence « par objet », si un tel accord peut bénéficier d’une exemption par catégo- rie, et dans le cas où celle-ci n’est pas applicable, s’il peut bénéficier d’une exemption individuelle. Pour conclure à une restriction de la concurrence par « objet », la Cour s’est demandé si, comme le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE) le prévoit, la clause de l’accord contient une justification objective à l’interdiction de la vente en ligne par rapport aux propriétés du produit. Elle a estimé que l’exigence d’une vente de produits cosmétiques dans un espace physique en présence d’un pharmacien di- plômé n’était pas justifiée dans le cadre de médicaments qui ne sont pas soumis à prescription médicale. Elle ajoute que cette prohibition a pour effet de réduire consi- dérablement la possibilité d’un distributeur agréé de vendre les produits en question aux clients situés en dehors de son territoire contractuel ou de sa zone d’activité. La Cour s’est également prononcée négativement sur la possibilité d’exemption de l’accord aux restrictions de concurrence prévues par l’article 101 du TFUE. Cet accord de distribution sélective ne peut pas bénéficier d’une exemption par catégorie car celle-ci ne peut s’appliquer à des accords verticaux ayant pour objet la restriction des ventes actives ou passives aux utilisateurs finals désireux d’acheter sur internet et lo- calisés en dehors de la zone de chalandise physique de détaillants autorisés. Mais la Cour ajoute qu’une telle convention peut bénéficier d’une exemption individuelle si les conditions prévues à l’article 101, paragraphe 3 du TFUE, sont remplies.http://www.legalis.net/spip.php?page=breves-article&id_article=3250 Page 1 sur 1

×