• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Innovation et prospective, des priorités stratégiques pour la cnil
 

Innovation et prospective, des priorités stratégiques pour la cnil

on

  • 850 views

 

Statistics

Views

Total Views
850
Views on SlideShare
850
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Innovation et prospective, des priorités stratégiques pour la cnil Innovation et prospective, des priorités stratégiques pour la cnil Document Transcript

    • La lettre innovation et prospective de la N°01 / septembre 2011 INNOVATION & PROSPECTIVE Innovation et Prospective, une Retrouvez-nous sur notre site [www.cnil.fr/ip] en flashant le code ou sur : priorité stratégique pour la CNIL IP - ENTRETIEN IPUne Direction des Études, comme bien sûr l’adresse Internetde l’Innovation et de Protocol, identifiant symboliquela Prospective à la CNIL du monde numérique. Mais IP aussiQuelles missions, comme Innovation et Prospective,quel programme ? nouvelles dimensions d’une CNIL résolument tournée vers l’avenir.3 questions à Sophie Vulliet-Tavernier,directrice de la DEIP. Face aux avancées des technologies de l’information et à l’apparition de nouveaux objets « magiques » (smartphones, tablettes…), face à IP - ÉTUDES ET ENQUÊTES l’accroissement, chaque jour, des usages possibles (géolocalisation, cloud computing, reconnaissance faciale, réseaux sociaux…), la CNILLes jeunes européens, ne peut être uniquement en posture de réaction.les réseaux sociauxet la vie privée Il est aujourd’hui impératif pour notre Commission de mieux décrypter, comprendre, évaluer et anticiper les innovations et usagesUne comparaison entre une enquête d’opinionmenée notamment par la CNIL et un travail dans toutes leurs dimensions (technologique, sociétale, économiqueeuropéen montre que les jeunes français ne font pas et juridique) et leurs interfaces avec les enjeux de protection desfigure d’exception dans leurs comportements sur données. C’est pourquoi j’ai voulu doter la CNIL d’une Directionles réseaux sociaux en dépit de quelques différences. des Études, de l’Innovation et de la Prospective qui incarne cette orientation stratégique nouvelle pour notre institution. IP - FOCUS Disposant d’un budget dédié à la réalisation d’études, cette directionPRACTIS, un programme de éclairera notre Commission dans ses décisions et ses modesrecherche européen sur l’avenir d’intervention futurs et lui permettra ainsi d’être au cœur des débatsde la vie privée à suivre de société.Dans le cadre du 7e programme - cadre « recherche Cette première lettre d’information Innovation & Prospective ouvre laet innovation » de l’Union européenne, le projet« Privacy - Appraising Challenges to Technologies voie de ces échanges que je souhaite nombreux, denses et fructueuxand Ethics » réunit des universitaires de toute pour la protection des droits et le développement d’une sociétél’Europe afin d’identifier en quoi les technologies numérique plus confiante.émergentes influent sur les perceptions et valeursdes individus. Alex TÜRKLe chiffre marquant :65 % des adultes américains sont membresd’un réseau social (Pew, août 2011).
    • IP - ENTRETIEN Une Direction des Études, de l’Innovation et de la Prospective à la CNIL : quelles missions, quel programme ? 3 questions à Sophie Vulliet-Tavernier, directrice de la DEIP. Quelles sont les missions Il faut aussi ouvrir davantage la CNIL La création de cette lettrede cette Direction ? sur l’extérieur et la mettre au cœur des « Innovation & Prospective »Créée en 2011, elle doit permettre, selon les débats. Cela passe par des réseaux d’ex- s’inscrit-elle dans cette logiquevœux du Président Alex Türk et de toute perts, des partenariats avec des acteurs de de diffusion et de dialogue ?la Commission, de mieux anticiper les la recherche et de l’innovation et avec les Oui, cette lettre a vocation à informer unévolutions sociétales, économiques et tech- entreprises, les associations de consomma- large réseau d’experts, de parties prenantes etnologiques pouvant avoir un impact sur la teurs et les collectivités locales. d’interlocuteurs de tous horizons qui s’inté-protection des données. La DEIP a également pour mission de valo- ressent aux questions liées aux technologies,Cette création est une innovation importante riser les travaux de prospective de la CNIL à leurs usages et à la vie privée. La Lettre IPpour la CNIL et une initiative unique dans le par des publications comme cette lettre ou doit être une manière de nourrir la réflexionmonde des Autorités de protection des don- l’organisation d’événements. prospective sur nos sujets et d’échanger avecnées, même si certaines autorités ont déjà ces experts et acteurs. D’autres publicationsfait des pas dans cette voie (voir encadré). Quels sont les premiers seront accessibles progressivement, parL’analyse des usages est au cœur du tra- sujets inscrits à son programme exemple sur le site Internet cnil.fr/ip. Ainsi,vail prospectif de la DEIP. Un exemple : de travail ? la DEIP prévoit de publier des « cahiers de lala DEIP s’intéresse aux comportements des Nous avons déjà lancé deux chantiers très prospective », rendant compte des résultatsutilisateurs des réseaux sociaux (voir page importants : de ses chantiers et travaux.suivante). L’approche se veut résolument Le premier concerne les smartphones Nous invitons tous ceux qui le souhaitentpluridisciplinaire - notamment économique et leur écosystème. Le smartphone devient à nous contacter et à réagir à cette lettreet sociologique - et non uniquement techno- le centre nerveux de la vie numérique, (deip@cnil.fr ).logique ou juridique. connecté partout et tout le temps. Il devientLa DEIP, en liaison avec les autres services, ainsi un concentrateur de données person-doit contribuer à la préparation des posi- nelles. La DEIP veut explorer les tendancestions stratégiques de la CNIL sur les usages à l’horizon 5-10 ans autour de l’objet smart- Si la CNIL est la première autorité à se doterinnovants des technologies et sur les évolu- phone : acteurs économiques, évolution des d’une direction dédiée à l’innovation et à lations de notre mode de régulation. techniques de profilage et de personnalisa- prospective, le Préposé fédéral Suisse à la pro-Elle se veut un centre de ressources de prospec- tion, formes possibles de régulations… tection des données et à la transparence s’ap-tive et de veille pour l’ensemble de la Commis- Un sondage sera réalisé pour mieux puie sur un service de veille technologiquesion : lieu de synthèse, de capitalisation des comprendre les usages quotidiens des qui participe à des projets comme « Données, société et transparence » de l’Université deconnaissances et d’appui méthodologique utilisateurs de smartphones et évaluer Genève. Mais c’est le Canada qui fait figurepermettant de créer un langage commun sur leur niveau de perception des enjeux de de pionnier. L’Office of the Privacy Commissio-les enjeux à moyen et long terme en matière protection des données personnelles. Les ner dispose d’une Direction de la recherche,de protection de la vie privée. résultats de ces études seront disponibles de la sensibilisation et de l’engagementNous mettons également en place un début 2012. chargée de piloter et financer des rechercheslaboratoire qui testera et expérimen- Le second chantier « vie privée 2020 » sur les enjeux relatifs à la protection de la vie privée. Elle a ainsi déjà financé 60 projets detera produits et applications innovantes est ambitieux. Pour conduire ce chantier recherche dont, cette année, la création d’un(applications pour smartphones, nouveaux stratégique pour l’institution, la CNIL a jeu de sensibilisation à destination des enfants,dispositifs biométriques, systèmes de paie- choisi une démarche résolument partici- une étude cherchant à savoir si les utilisateursment sans contact…) et en évaluera les pative, associant des experts et acteurs (éco- des réseaux sociaux les voient comme des es-impacts potentiels. Il s’agit de renforcer nomistes, sociologues, monde associatif, paces privés et une étude sur la manière dontnotre conseil auprès des entreprises pour acteurs économiques, etc.) afin de recueillir les entreprises de sécurité privée utilisent lesles aider à intégrer, dès la conception des leur vision des évolutions futures dans le systèmes de vidéosurveillance. Cette direction s’est dotée depuis septembre 2010 d’un labo-produits, des solutions de protection des champ de la vie privée, des libertés et des ratoire d’expertise technique dont laction sedonnées. Enfin, à terme, ce laboratoire sera données personnelles. Il s’agira aussi de concentre sur 3 axes : les nouveaux appareilsune plateforme de démonstration à visée connaître leur lecture des formes de régu- mobiles, le monde des « applications » et lespédagogique. lation à venir et du rôle de la CNIL demain. jeux en ligne.
    • IP - ÉTUDES ET ENQUÊTESLes jeunes européens,les réseaux sociauxet la vie privéeL es moins de 18 ans sont massi- sont assez peu associés. Ces derniers impo- quent savoir changer les réglages de vie vement présents sur les réseaux sent souvent des règles d’utilisation : au privée sur les réseaux sociaux (contre 78 % sociaux, en particulier sur Face- niveau européen, un tiers des parents inter- des 15-16 ans). L’étude TNS Sofres montrebook (au moins 60 % s’y connectent quo- disent à leurs enfants d’avoir un profil sur qu’il en va de même pour les jeunes Fran-tidiennement). Afin de mieux cerner leurs un réseau social, et c’est en France que cette çais de moins de 13 ans (51 % savent changercomportements sur ces espaces, l’UNAF, interdiction est la plus affirmée. En réalité, les réglages).Action Innocence et la CNIL ont demandé le contrôle des parents s’exerce peu sur Au niveau européen, entre 12 et 15 %en juin 2011 à TNS Sofres d’interroger le contenu, mais plutôt sur la fréquence des jeunes livrent leur adresse ou leur1 200 jeunes de 8-17 ans sur leur usage des d’utilisation : la plupart des parents se numéro de téléphone sur un réseauréseaux sociaux 1. Les résultats de cette étude contentent de réguler le temps passé à uti- social. La France se situe plutôt en dessousmontrent-ils une spécificité française dans liser l’ordinateur, comme le montre l’étude de cette moyenne (moins de 8 %). L’étudece domaine ? Afin de répondre à cette ques- française TNS Sofres. européenne montre en outre que ce sonttion, la DEIP a comparé ces résultats à ceux Le niveau d’information des parents et le les enfants qui ont leur statut réglé surd’une étude européenne réalisée en 2011 dialogue parents-enfants sur ces sujets sont « public » qui « postent » le plus d’infor-par IPSOS 2. Des différences entre pays pourtant un enjeu majeur : 40 % des enfants mations personnelles (un sur cinq, soitexistent : français exposés à un contenu choquant en le double du chiffre moyen). La France est en fait le pays d’Europe parlent en priorité à leurs amis et ils sont Globalement, si les jeunes utilisateurs sem-dans lequel les moins de 13 ans sont le à peine plus de 15 % à se tourner vers leurs blent conscients des risques pour la viemoins présents sur les réseaux sociaux. parents selon les résultats TNS Sofres. privée associés à l’utilisation des réseauxPrès d’un 8-17 ans français sur deux est sociaux, les comportements imprudentsmembre d’un réseau social, légèrement Mais globalement, cette comparaison sont très répandus.moins que la moyenne européenne. Malgré montre que les jeunes français ne fontl’interdiction, environ 20 % des moins des pas figure d’exceptions : les comporte- Ces études montrent qu’informer les jeunes13 ans français ont un compte, selon l’étude ments à risque se concentrent partout et leurs parents est un enjeu crucial. UneTNS Sofres comme selon l’étude euro- sur les publics les plus jeunes et les bonne maîtrise de ces outils et de leurspéenne. Cette présence, si elle est impor- moins bien informés. réglages par les enfants et les parents rédui-tante, est la plus faible d’Europe : ainsi, Un quart des jeunes européens ont en sent sensiblement les conduites à risque.aux Pays-Bas, 70 % des 9-12 ans sont sur un effet un profil totalement public sur leur Ces études témoignent aussi du fait queréseau social, et la moyenne européenne réseau social (un cinquième seulement en la restriction à l’inscription en fonction des’établit à 38 %. À titre de comparaison, France, et seulement un sur 10 au Royaume- l’âge n’est que partiellement efficace, voireselon des chiffres datant de fin 2009, 55 % Uni et en Irlande). parfois contre-productive (car elles pous-des 12-13 ans américains étaient membres De plus, le réseau d’amis est souvent sent certains jeunes à mentir sur leur âge).d’un réseau social (voir tableau) 3. large et ouvert, parfois à des inconnus : Des mécanismes spécifiques de réglage La France est également le pays où la 30 % des 8-17 français ont déjà accepté en de vie privée « par défaut » pour les plussupervision parentale paraît à priori la « amis » des gens qu’ils n’avaient pas ren- jeunes pourraient être plus efficaces,plus forte, mais celle-ci est plus quanti- contrés pour de vrai et les mineurs français d’autant que l’essor de l’internet mobiletative que qualitative. ont en moyenne 210 « amis » sur les réseaux rend la supervision parentale beaucoupL’étude TNS Sofres montre que les jeunes se sociaux selon l’étude TNS Sofres. plus difficile que lorsque l’accès se faisaitconnectent souvent seuls et que les parents Seuls 56 % des 11-12 ans européens indi- via un ordinateur familial. Julien Molesin et Geoffrey DelcroixPOURCENTAGE DE MINEURS MEMBRESD’AU MOINS UN RÉSEAU SOCIAL PAR TRANCHE D’ÂGE : 1/ Résultats disponibles sur le site de la CNIL : France Union européenne USA http://www.cnil.fr/etude-unaf-2011 (source : TNS Sofres, 2011) (source : EU kids online, 2011) (source : Pew internet, sept. 2009) 2/ Dans le cadre du programme EU kids online, 27 000 enfants internautes de 9 à 16 ans et leurs parents Moins de 13 ans 18 % 38 % 55 % (12-13 ans) ont été interviewés dans 27 pays. Plus d’informations sur : www.eukidsonline.net 13-17 ans 79 % 77 % (13-16 ans) 82 % (14-17 ans) 3/ Source : Pew Research Centers Internet & American Life Project. Données : septembre 2009. Total - de 18 ans 48 % 59 % 73 % Plus d’informations sur : http://pewinternet.org/
    • IP - FOCUSPRACTIS, un programme de recherche européensur l’avenir de la vie privée à suivreL a vie privée devient un thème de coordination du Interdisciplinary Centre tent à partir de ces analyses proposer un recherche de plus en plus impor- for Technology Analyses and Forecasting cadre de réflexion et des dispositifs de pro- tant. Ainsi, dans le cadre du 7e pro- de l’Université de Tel Aviv (Israël), ce projet tection plus adaptés.gramme - cadre « recherche et innovation » a débuté le 1er janvier 2010 et s’achèvera Très proches dans leur esprit, leur méthodede l’Union européenne, un projet intitulé le 31 décembre 2012. À partir d’une revue et leurs objectif des chantiers inscrits au« Privacy - Appraising Challenges to Tech- des technologies existantes ou à venir et programme de travail de la DEIP, cesnologies and Ethics » (PRACTIS) vise à iden- de leurs impacts sur la vie privée, les cher- recherches seront suivies et exploitées partifier en quoi les technologies émergentes cheurs analyseront les perceptions de la vie la CNIL au fur et à mesure de leur dévelop-impactent les perceptions et valeurs des privée par les citoyens européens. Il s’agira pement.individus. ensuite d’établir des scénarios possibles - en fonction de l’environnement économique,Mené par un consortium de recherche social et institutionnel et d’identifier leursregroupant plusieurs institutions euro- impacts sur les différents acteurs (citoyens, Plus d’informations sur le site officielpéennes (mais aucune française) 1, sous la états, entreprises…). Les chercheurs souhai- du projet : www.practis.org1/ Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur (Belgique), Fundacja Europejskiej Wspolpracy Naukowej (Pologne), Turun Kauppakorkeakoulu (Finlande), Interdisciplinary Centrefor Comparative Research in the Social Sciences - ICCR (Autriche), Tel Aviv University (Israël), NEXUS Institute for Cooperation Management and Interdisciplinary Research (Allemagne).Le chiffre marquant : 65 % des adultes américainssont membres d’un réseau social (Pew, août 2011)80 %60 % a déjà utilisé ce type de sites40 % a utilisé ce type de sites hier (Source : Pew Research Centers Internet20 % & American Life Project - http://pewinternet.org/) Dernières données : mai 2011.0% 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Au programme… Commission Nationale de 22-23 septembre 2011 lInformatique et des Libertés (Grande-Bretagne, Londres, London School of Economics) Direction des Études, de lInnovation Restitution des travaux du programme européen EU kids online et de la Prospective 8, rue Vivienne - CS 30223 - 75083 Paris cedex 02 2-3 novembre 2011 Tél. : 01 53 73 22 22 - Fax : 01 53 73 22 00 deip@cnil.fr (Mexique, Mexico) Édition trimestrielle 33e conférence internationale des Autorités de protection des données Directeur de la publication : Yann Padova et de la vie privée : Privacy, the global age Rédacteur en chef : Sophie Vulliet-Tavernier Conception graphique : EFIL Communication 28-29 novembre 2011 02 47 47 03 20 - www.efil.fr (Canada, Ottawa) Impression : Imprimplus Crédit photos : CNIL, Camille Privacy and Information Security Congress 2011 : Ladousse (camilleladousse.com) The Future of the Internet : Opportunities & Challenges of Web 3.0 ISSN : en cours Dépôt légal : à publication ©2011 www.cnil.fr