2011

459 views
423 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
459
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

2011

  1. 1. La CNIL sanctionne une pratique de collecte de profils | Actu du 26/09/2011 02/10/11 00:09 La CNIL sanctionne une pratique de collecte de profils La société Pages jaunes a reçu de la CNIL un avertissement public pour avoir étoffé son site internet pagesblanches.fr, en ajoutant aux résultats classiques de lannuaire un ensemble de données issues de celles figurant sur six réseaux sociaux. Par cette pratique, la société avait en quelques semaines aspiré environ 34 millions de profils dinternautes (y compris les mineurs ou les personnes inscrites sur la liste rouge) ayant un nom patronymique similaire à la personne recherchée et disposant dun compte Facebook, Copains davant, Viadeo, Linkedin, Twitter et Trombi. Lan- nuaire en ligne ne pourra donc fournir que les données habituelles de renseignement (nom, prénom, n° de téléphone, adresse, site web). Selon la Commission nationale informatique et libertés "laspiration de profils issus des réseaux sociaux sur internet constitue une collecte déloyale à légard des personnes concer- nées, puisque celles-ci nen étaient pas préalablement informées". Les droits des personnes - information, opposition, rectification - garantis par la loi Informatique et libertés, ont été violés par la société incriminée. Pourtant la société Pages jaunes se prévalait des conditions générales dutilisation des réseaux sociaux qui, pour certains, précisaient que les données personnelles des utili- sateurs pouvaient être indexées par des moteurs de recherche, pour ne pas procéder elle-même à linformation des personnes concernées. Elle faisait également valoir que la démarche était légale puisque les internautes concernés navaient pas protégé lac- cès à leur profil sur les réseaux sociaux de sorte quil sagissait de données publiques. Mais la CNIL a considéré que la société nétant pas "un moteur de recherche, son activité ne consistant pas en la mise en oeuvre dune application permettant de retrouver des res- sources extérieures à celles enregistrées dans ses bases", elle devait procéder elle-même à linformation des personnes sur son site.http://www.net-iris.fr/veille-juridique/actualite/28259/la-cnil-sanctionne-une-pratique-de-collecte-de-profils.php Page 1 sur 1

×