• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Education populaire-education-aux-medias restitution-enquete-education-populaire-mai-2013
 

Education populaire-education-aux-medias restitution-enquete-education-populaire-mai-2013

on

  • 452 views

Dans le cadre de sa mission d’expertise autour des pratiques numériques des jeunes et des enjeux éducatifs, Fréquence écoles a décidé d’aller à la rencontre des acteurs de ...

Dans le cadre de sa mission d’expertise autour des pratiques numériques des jeunes et des enjeux éducatifs, Fréquence écoles a décidé d’aller à la rencontre des acteurs de l’éducation populaire pour faire le point sur leurs relations aux outils et médias numériques, les usages que leur public en font et les enjeux éducatifs associés.

Statistics

Views

Total Views
452
Views on SlideShare
450
Embed Views
2

Actions

Likes
1
Downloads
6
Comments
0

1 Embed 2

http://new-twinspace.etwinning.net 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Education populaire-education-aux-medias restitution-enquete-education-populaire-mai-2013 Education populaire-education-aux-medias restitution-enquete-education-populaire-mai-2013 Document Transcript

    • Rapport 2013NUMÉRIQUE& ÉDUCATION POPULAIREwww.frequence-ecoles.org - Mai 2013
    • AVANT-PROPOS1 Présentation du projet, de la méthode et ducontexteÉCRANS, IMAGES ET INFORMATION3 Les nouveaux enjeux éducatifs pourléducation populairePRODUIRE ET DIFFUSER DES IMAGES4 La nouvelle compétence des professionnelsCOMMUNIQUER EN LIGNE6 Impliquer léquipe et son publicFACEBOOK8 Un outil généralisé mais contestéÉDUCATION AUX MÉDIAS10 Quels rôles peuvent jouer les professionnelsde léducation populaire ?REMERCIEMENTS14 Liste des participants, licence etremerciements.
    • AVANT-PROPOSDans le cadre de sa missiond’expertise autour des pratiquesnumériques des jeunes et desenjeux éducatifs, Fréquence écoles adécidé d’aller à la rencontre des acteursde l’éducation populaire pour faire lepoint sur leurs relations aux outils etmédias numériques, les usages que leurpublic en font et les enjeux éducatifsassociés.Durant quelques semaines, 6 volontairesd’Unis-cité ont rejoint l’équipe deFréquence écoles pour aller à la rencontrede 20 acteurs de l’éducation populaire enRhône-alpes.L’idée ? Faire le point sur les usagesnumériques, leurs pratiques médiatiqueset les actions qu’ils développent.Pour collecter cette matière, 6 volontairesd’Unis-cité sont venus grossir les rangs denotre association afin de conduire unevingtaine d’entretiens en Rhône-alpes.Afin de consolider notredémarche, Nathalie Boucher Petrovic- Chercheuse en Sciences de l’Informationet de la communication, Maître deConférences (Université Paris 13) – nousa conseillé en amont dans cetteentreprise.Si la méthode finalement retenue pourl’analyse des entretiens n’est pasvéritablement scientifique, elle nous apermis de recueillir quelques élémentsintéressants pour élaborer ce rapportprospectif.Bonne lecture à tous...dorie@frequence-ecoles.orgNumérique et éducation populaire : quelques retours sur les pratiques - www.frequence-ecoles.org - Page 1 -
    • " Avec les jeunes, je réalise des petits films,des petits court-métragesmais je ne les publie pas.On fait la distribution sur support DVDmais on ne les met pas en ligne.Rapport au droit à limage et aux traces surInternet... "Radouane Ouasti _ CSC DArbent
    • Écrans, images et informations> Les nouveaux enjeux éducatifspour léducation populaireNous sommes aujourdhui, plus quejamais, immergés dans une société desmédias et de la communication. Cechangement radical sest opéré cesdernières années.Dune société de lécrit, nous sommespassés à une société de limage, de licône.Une société de la communication àlheure des Facebook, twitts,commentaires et des téléphonesportables, où lémotion, lattention, laséduction gouvernent.Cette nouvelle réalité questionnedoublement le travail de lacommunauté éducative.Au travail, dabord. Les ordinateurs ontpris une place importante.Aujourdhui, pas une journée ne se passesans lutilisation des mails, de logiciel detraitement de texte – libres ou non –, departage dinformations sur les réseaux –forum, facebook, plateformecollaborative.Pas une journée sans écrans.Et puis, en parallèle, les pratiquesculturelles du public accueilli ont changé.Du 3ème âge aux enfants, il est désormaisquestion de médias, de numérique, deYoutube, de Facebook, de Google...Evidemment, cette situation vientquestionner la mission desprofessionnels de léducationpopulaire en termesdaccompagnement des pratiquesnumériques.Cette synthèse sappuiesur 20 entretiens menésen Rhône-alpes avec desprofessionnels travaillantdans des structuresdifférentes (MJC, Centresocial, Maison de quartier,Point Information Jeunesse).Lenjeu ? Réussir à faire lepoint sur ce grandchangementenvironnemental et formulerici les problématiquesrencontrées.Numérique et éducation populaire : quelques retours sur les pratiques - www.frequence-ecoles.org - Page 3 -
    • Produire et diffuser des images> La nouvelle compétence des professionnelsCes dernières années, le besoin enillustration est devenu permanentpour les acteurs éducatifs. Bien souvent, ilfaut communiquer autour des projets. Lesrendre « positivement » visibles.Une réalité qui nécessite lutilisationdimages, valorisantes, preuves desactions menées collectées au fur et àmesure des projets. Cette quantitédimages est parfois difficile à gérer,stocker, organiser et posent laquestion de la mémoireimmatérielle des associations.En parallèle, la collecte et la mise en pagede ces images – affiches, flyers,publication en ligne, diaporama, dossier– demande de léquipement et descompétences « graphiques » .Enfin, limage est bien souvent lune desgrandes pratiques adolescentes où lejeune se met en scène, sexpose via lesréseaux sociaux aux regards des autres.Plus encore, mal à laise avec la notion dereprésentation, didentité numérique, ilspublient sans stratégie et sans saisir lesinterprétations possibles de limage.Une image mal sentie, mal choisie peutrendre toute insertion professionnelledifficile pour un jeune qui ne maitriseraitpas son identité numérique.« Les parents des jeunes du centre social,sensibilisent beaucoup aussi. Ils leurdisent "Fais attention ! Ne mets pas cettephoto là..." »Sophie Laresse _ CS Châtillon dAzergues
    • Gérer une quantité toujours plusimportante dimagesIl y a quelques années, rechercher unephoto était simple. La quantité de photosétait assez restreinte et le supportphysique facilitateur pour le visionnage.Une nouvelle fois, les habitudes desprofessionnels sont en train dechanger - de gré ou de force - carretrouver un cliché dans un dossiernommé « photo » revient un peu àchercher une aiguille dans une botte defoin.« Cest pratique le numérique car on peutmitrailler. Mais linconvénient, cestque cest tellement facile quon ne prendmême plus la peine de regarder lesphotos que lon a prise.Après on se dit cest là, voilà cest là. Unan après, cest toujours là et personne navu les photos. On les met sur lordinateuren se disant "jen ferai un truc plus tard".Finalement, jai accumulé 2000 photos.Je ne sais plus quoi en faire mais je ne lesvire pas. je me dis que jen aurais peut-être besoin.Un jour peut être que lon pourra lesressortir. »Rémi Barbier _ CS de BronLes solutions organisationnellespermettent aujourdhui de catégoriser lesimages, de les trier, de les organiser.Une autre proposition émerge desdiscussions :Nest il pas temps de contrôler la prise devue et la production des images ? De triersévèrement, de produire moins et dedonner du sens à tout effort dephotographie ?Numérique et éducation populaire : quelques retours sur les pratiques - www.frequence-ecoles.org - Page 5 -
    • Communiquer en ligne> Impliquer léquipe et le public« On a changé notre logo aussi, on a essayé de semettre à la page et daméliorer notre visibilité »Nicolas Isambert - MJC de GexUn certain manque de dynamismeParmi les professionnels rencontrés etmalgré la diversité des structures, raressont ceux qui ont fait appel à unprofessionnel pour construire le siteweb de la structure.Dans plus des 3/4 des cas, il sagitdun bénévole ou dun étudiant quidécide de donner "un coup demain."La plupart des sites web en question sontdes sites dynamiques cest à dire dessites "administrables "par plusieurspersonnes. Une sorte doutil depublication collaboratif. Pourtant,comme dans beaucoup de structures,seule une poignée publie et le rythmemanque de dynamisme."Il faut se dire quen tant quassociation,on est dans la même situation quuneentreprise, une école … On doitentreprendre et se donner les moyens d’yarriver."Etienne Jacques _ CS HautevilleEntrer dans une démarche decommunicationAujourdhui, la communication estessentielle parce quelle permet de rendrelinformation disponible accessible. Mais,il ny pas de co-production sansorganisation.La communication partagée estpossible quand le cadre, lesobjectifs et le message sonts clairset compris. Un peu comme pour lesprojets éducatifs en somme.Pour certains professionnels rencontrés,linjonction qui leur est faite decommuniquer est parfois perçue commeune perte de temps. Pour un grandnombre, le travail de terrain la rencontreavec le public priment largement sur lamise en ligne dinformation.Enfin, une seule des 20 personnesrencontrées a réellement été formée àlutilisation dInternet et des outils depublication.
    • Accompagner le développement descompétences de publication de sesadhérents.En France, nous savons que les jeunesmanquent de compétences numériques.En particulier, en ce qui concerne leurcapacité à produire de linformation.Limplication des jeunes et pluslargement des bénévoles estpossible voire souhaitable sur lesite web de la structure mais lesencadrants doivent développer dessavoirs et savoir-faire enaccompagnement.Quelques compétences à acquérirpour réussir son projet-:> Savoir identifier les différentsobjectifs d’un projet de réalisation> Savoir choisir et mettre en œuvre lemode de diffusion le plus adapté auprojet> Connaître les grands principes dutraitement de l’information> Maitriser les bases techniques de laréalisation audiovisuelle et del’écriture web> Savoir comment associer lepublic aux différentes étapes du projetNumérique et éducation populaire : quelques retours sur les pratiques - www.frequence-ecoles.org - Page 7 -
    • Facebook > Généralisé et contesté« J’ai utilisé Facebookpour retrouver moncousin mais après jeme suis enlevé. Ce quim’a surpris c’est quedes gens – dans lecadre professionnel-me demandaient enamis. Et ça m’achoqué car je suis trèsattaché à avoir unefrontière entre le privéet le professionnel quia tendance às’estomper dans lapratique. »Jacques Etienne _ CSdHauteville« Pour nous aussi cestintéressant parcequon garde le contactavec eux même quandils ne sont pasavec nous... »Sophie Laresse _ CSChatillon dAzergues _Espace JeunesFacebook représente, pour la majeurepartie des personnes rencontrées, unoutil de communication adapté aupublic jeune. Linfo circule demanière rapide et directe.Pourtant, nombreux sont les acteurs éducatifs sur laréserve. Facebook fonctionne mais interroge.Comment être sûrs que les jeunes maitrisent leurpublication ? Ont ils bien cerné lexposition générée parFacebook ?Cette attitude de méfiance vis à vis de loutilsillustre par la non adhésion massive desprofessionnels de léducation populaire àFacebook.Parmi les personnes rencontrées, seules 2 possèdent uncompte personnel ; évoquant la « mauvaise réputation deFacebook » et plus encore le désir dintimité. Ici, biensouvent, Facebook est alors perçu comme un faux réseauqui sopposerait au vrai, au physique.« Je préfère voir les gens en vrai, je suis de la vieille école ».Henri Loubat- CS du BiollayPlus encore Facebook met à mal symboliquement ladistinction très claire que les acteurs de léducationpopulaire font entre le pro et le perso. Cette résistancerenvoie au démarrage de Facebook, et aux mélanges decontacts mal sentis des débuts de son utilisation. Ondevenait ami de ses collègues, de son responsable, decertains de ses partenaires, de sa belle-mère…Aujourdhui, le logiciel permet de catégoriser "les amis"dans des listes et de trier ses contacts. Cette distinctionentre relations peut - avec des paramétrages - ne plus poserproblème. Mais limpression est tenace et Facebook restetrès mal perçu comme lutilisation du terme amis pourparler de ses relations sur le réseau social.
    • Les professionnels utilisentFacebook pour :- communiquer via une page autourdévènements organisés (de manièretemporaire)- communiquer avec leurs publicsjeunes sur les offres, projets, actionsqui leur sont réservés (avec un profil leplus souvent)- éduquer leur public aux bons usagesde Facebook dans le cadredopération de communication en lesimpliquant dans la publication.Numérique et éducation populaire : quelques retours sur les pratiques - www.frequence-ecoles.org - Page 9
    • Education aux médiasnumériques > Quels rôles peutjouer léducation populaire ?Les professionnels rencontrés nous onttous assuré quils avaient un rôle àjouer à différents niveaux.1. Accompagner les usages desjeunes dabord, en permettant aupublic de se saisir des pleinespotentialités de loutil numérique.« Il faut parvenir à donner delautonomie aux jeunes via laccès aunumérique. On leur met à disposition desoutils mais encore faut-il savoir senservir et être autonome. »Jérémy Mandon _ PIJ/CS de SaintAgrève2. Lutter contre la fracturenumérique, sociale en fournissant unaccès, des machines...3. Accompagner les parents à jouerun rôle dans léducation aux médiasnumériques, à être actifs aux côté deleurs enfants en les formant par exemple.« Chaque évolution technologique a desavantages et des inconvénients et il fautles connaître pour l’utiliser au mieux.C’est un outil, il faut savoirl’entretenir comme il faut pour quilreste efficace et nous ne devons pasperdre trop dénergie à lutiliser. »Etienne Jacques _ CS dHautevilleCes 3 points ne constituent pas une listefinalisée mais peut être bien les premierséléments dun consensus éducatif àtravailler désormais.« Pour rechercher delinformation sur Internet,les jeunes ont desdifficultés. Ils se disent “onva prendre la première etça va être la bonne”.Bien souvent, les jeunesquand ils sont dans leursrecherches personnelles ;ils ne demandent rien. »Anna Berger_MJCVillars les dombes
    • « Donc lenjeu pour moi, cest desensibiliser les utilisateurs : lesparents et les enfants. Il fautforcément que les parents soientformés parce quils se sententdémunis. »Radouane Ouasti - CSC DArbentNumérique et éducation populaire : quelques retours sur les pratiques - www.frequence-ecoles.org - Page 11
    • Développerlesprit critiquedes jeunesTrier linformation issue du webAccéder à linformation na jamais étési facile. Internet a simplifié la miseen ligne de contenus, de propos, depoints de vue.Cette liberté des flux d’informationposent une question éducative de taille.Comment réussir à trier, sélectionnerlinformation ? Comment accompagnerles jeunes dans ce processus ?« Il faut avoir une capacité de recul parrapport aux informations diffusées surinternet. Ne pas tout prendre au premierdegré. »Sylvie Champel _ MJC Pierre BéniteEn parallèle, cette liberté estenthousiasmante et permet à chacun detrouver un espace dexpression.Cest legrand paradoxe.Les jeunes doivent pouvoir sélectionnerles informations consommées et enparallèle réussir à produire uneinformation responsable.« Avec Google, on tape un mot et 1 million de pagesapparaissent. Du coup, il faut apprendre à faire le tri.»Radouane Ouasti - CSC dArbentDevenir citoyen grâce au webSans la capacité à trier, il est clairementdifficile de se forger une opinion. Cetteidée est valable sur le web mais pluslargement pour toute information dontnous sommes destinataires.« Il faut apprendre aux jeunes à repérerla source dinformation et à la mettre enquestion. Quand on est malade et quoncherche des infos sur Internet, on trouvetout et son contraire. »Mathilde Keydrina _ CSC AiguebelleLes acteurs de léducation populaireaccompagnent la production decontenus par les jeunes.Près de 2 animateurs rencontréessur 3 ont réalisé un film avec lesjeunes.Pour Le Centre Social de Tournon-sur-Rhône, cela passe par une "vraie radio"installée dans les murs.> www.declicradio.fr
    • Avec ce rapport et à la lumière de ce travail,Fréquence écoles souhaite construire quelquesexpérimentations avec l’éducation populaire pourdévelopper l’éducation aux médias.N’hésitez pas à revenir vers nous pour ensavoir plus, pour réagir ou aller plus loin.Le changement est en marche et nous construirons desprojets pertinents en éduation aux médias enréussisant à travailler ensemble.Numérique et éducation populaire : quelques retours sur les pratiques - www.frequence-ecoles.org - Page 13
    • Retrouvez ci dessous, la liste des participantsque nous remercions pour leur collaboration.Nicolas Isambert - MJC de Gex / Etienne Jacques -CS dHauteville / Sylvie Champel - MJC Pierre Bénite/ Rémi Barbier - CS Les Taillis à Bron / Charles LeGales - CSC Tournon-sur-Rhône / Jérémy Mandon etMarina Meiller - PIJ-CS de Saint Agrève / AnnaBerger -MJC Villars les dombes / Noël Chassain -Widad Es-Sadrati - CS des Vennes à Bourg-en-Bresse/ Mathilde Kedryna - Guillaume Magnien - CSCdAiguebelle / Guy Guenroc - Radouane Ouasti - CSCDArbent / Jérôme Truchet - MJC Le Trait dUnion àReyrieux / Sandrine Vallin - CS Velette - Rillieux-la-Pape / Michel Suro - Lydie Colletta - MJC Bellegardesur Valserine / Karim Baït - MJC Villars les DombesLuc Rose - MJC des Romains - Annecy Henri Loubat -CS du Biollay - Chambéry Sylvaine Houdy - SophieLaresse - CS Cap Générations - Châtillon-dAzerguesEntretiens et retranscriptions : Clément,Virginie, William, Maëlle, Robin, Valentine en Servicecivique -Unis-cité du RhôneCoordination de laction : Nadège CalmesProduction de la synthèse : Dorie BruyasLICENCE Creative Commons - Mail 2013Fréquence écoles